Archives par mot-clé : archives

Les Archives nationales à l’épreuve de la transition tunisienne

Compte-rendu de la conférence de Hédi Jellab du 30 mai 2014 à l’IRMC. Une version arabe de ce compte rendu a déjà été publiée sur le Carnet de l’IRMC.

La conférence prononcée par Hédi Jellab, directeur des Archives Nationales de Tunisie à l’Institut de Recherche sur le Maghreb contemporain le vendredi 30 mai 2014 sous le titre « Les Archives Nationales à l’épreuve de la transition tunisienne » a permis de questionner les deux mots clés : « archives » et « transition » à travers leur interaction immédiate et située ainsi que la façon dont les deux notions interpellent analystes, professionnels et usagers de l’information. « Information » et « documentation » sonnent comme des sentences magiques dans les sociétés contemporaines dites fondées sur l’économie du savoir. Aussi confronter techniciens et utilisateurs renseigne-t-il sur les manières de voir et de penser à partir et en fonction de ces mots-valises.

Historique et bilan des ANT

Pour Hédi Jellab, historien de formation, deux « transitions » se croisent aujourd’hui, celle qui vise à changer de système politique, que l’on espère plus ouvert et plus démocratique et celle des archives mise au défi de répondre à la transition technologique en cours. Le conférencier a inscrit l’organisme qu’il dirige depuis 2011 dans une perspective historique en rappelant l’ancienneté du lien de l’institution archivistique avec la construction d’un État central depuis le XIXe siècle et la politique réformatrice du ministre Khayreddine. L’institution – créée sous le nom « Archives Nationales de Tunisie » par le décret du 2 août 1988 – s’adosse à un héritage qui a servi la recherche historique jusqu’à ce que des responsables politiques tunisiens éprouvent le besoin puis se donnent les moyens de règlementer l’alimentation et l’accès à la documentation publique.

Le mouvement est visible au milieu des années 1980 : le raccordement des fonds des ANT à l’organisation de l’administration tunisienne s’accompagne d’un développement de la formation des archivistes et des documentalistes à l’Institut Supérieur de Documentation (ISD), raccordé à la toute nouvelle université de La Manouba. Aujourd’hui, 1400 archivistes formés par les filières de l’ISD (160 sont employés au ministère de la Justice, 90 au ministère de l’Intérieur) et 17 directeurs (dont 12 femmes) constituent le personnel spécialisé mis au service du programme destiné à acheminer la documentation « morte » vers les magasins d’archives conçus aux normes internationales, et situés dans le grand bâtiment du Boulevard du 9 avril inauguré en 1998. L’accès aux archives est fixé par la loi de 1988, et ainsi que d’autres règlements, selon trois délais de communication : 30, 60 ou 100 ans. En plus de leur mission centralisatrice des archives publiques, les ANT fournissent une assistance technique (des outils de gestion, un manuel de procédure et des conseils pour qualifier les papiers) aux banques, entreprises et institutions, publiques et privées (comme le ministère des finances, la Banque Centrale de Tunisie, le Tribunal de première instance de Tunis) désireuses de trier et classer leur documentation. Un espace de stockage est disponible à condition de pourvoir les rayonnages nécessaires. Les ANT gèrent douze kilomètres linéaires de documents dont plus de deux kilomètres versés en 2012. L’institution a réceptionné les archives de fonctionnement de la Haute Instance pour la Réalisation des objectifs de la Révolution de la réforme politique et de la transition démocratique (15 mars 2011-23 octobre 2011), celles du  Conseil économique et social, du ministère de la Communication, de la Commission d’enquête sur les dépassements entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011, les urnes des élections du 23 octobre 2011 remises par l’Instance Supérieure Indépendante des Elections (pour l’Assemblée Nationale Constituante) ainsi que les inventaires du  Conseil Constitutionnel (dissous le 23 mars 2011) et du fonds de la période Bourguiba, entreposé au Palais présidentiel de Carthage.

L’actualité et ses questions

La rapidité avec laquelle cette documentation historique a été versée est en soi un objet d’étonnement. En homme de terrain, Hédi Jellab pense que les ANT ont pu assurer cette fonction grâce à l’infrastructure disponible, à l’expérience accumulée par les inspections régulières et grâce au savoir-faire archivistique appliqué depuis longtemps. L’efficience gestionnaire n’empêche cependant pas de poser d’autres questions, notamment à propos des tris en amont et des critères de versement. On ignore les logiques internes des administrations qui confient leurs archives ainsi que les procédures qui construisent les séries et les documents sélectionnés. Par ailleurs, la « raison bureaucratique » ne suffit pas à garantir l’obéissance aux préceptes de classement et de publicité des archives. Or le phénomène est difficile à évaluer, tout comme celui des destructions volontaires dont on parle beaucoup depuis 2011.

Après le feu des événements « révolutionnaires » (300 postes de police incendiés, 4 tribunaux de première instance, 14 tribunaux cantonaux, 74 recettes d’impôts, des municipalités et des comités de coordination du RCD ont été touchés), plusieurs décisions constituent des brèches face au monopole du secret des archives. L’article 40 de la loi organique sur la justice transitionnelle du 24 décembre 2013 prévoit même une clause exceptionnelle : « Pour accomplir ses missions, l’instance [Vérité et dignité] dispose des prérogatives suivantes : l’accès aux archives publiques et privées nonobstant toutes les interdictions prévues par la législation en vigueur… ».

affiche30maiCependant, le décret-loi du 26 mai 2011 sur le droit d’accès aux documents administratifs des organismes publics (dit marsoum 41, et apparemment promulgué sous la pression de la Banque mondiale) fait actuellement débat, tout comme le suivi du travail des commissions créées pour établir les crimes et les exactions des semaines d’émeutes. Le besoin de recherche de la vérité qui a émergé à la surface des débats en 2011 serait-il en train de s’essouffler ?

Face aux questions sur la révision des priorités et le changement des procédures en fonction des événements récents, Hédi Jellab a relativisé le poids des archives publiques. L’écriture de l’histoire passe par d’autres sources : les archives privées, celles des ONG actuellement très actives et celles qui se trouvent à l’extérieur des frontières tunisiennes. Sans oublier les archives du Web qui posent aujourd’hui un défi supplémentaire aux professionnels de la conservation et aux techniciens du papier et de la numérisation.

En comparaison avec l’Algérie – où les archives nationales organisées par une loi de 1988 sont « départementalisées » –, on peut dire que la tradition centralisatrice tunisienne (quelques ministères y échappent ainsi que les fonds de la Présidence de la République) confère une dimension patrimoniale à l’institution des Archives Nationales de Tunisie. Au Maroc, la législation est plus récente. Créées par un dahir royal en 2007, les  Archives du Maroc dotées d’un local, d’un personnel et d’un directeur général (Jamaâ Baïda, historien) en 2011, viennent d’entamer le long travail de collecte et de tri auprès des administrations.

Les archives revêtent plusieurs significations. Elles ballottent entre visions du passé et attente (démesurée ?) de vérité. Elles obéissent, selon le contexte, à des contraintes et des temporalités diverses. Une phrase de Hédi Jellab a suscité une réaction mitigée dans le public de la conférence : « la

Révolution, c’est conjoncturel ! ». La perception du temps et des événements d’un historien doublé d’un responsable de l’archivage et de la conservation reflète l’une des consciences de ces temporalités.

Kmar BENDANA

est historienne, chercheure à l’ISHTC et chercheure associée à l’IRMC. Contact : kkbendana@gmail.com

Publié en décembre 2014 dans la Lettre de l’IRMC n°14

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Les Archives nationales à l’épreuve de la transition tunisienne », Le Carnet de l’IRMC, 12 janvier 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1737.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Comment réécrire l’histoire d’un passé autoritaire ?

Atelier organisé lors du colloque « Intégrer les droits économiques, sociaux et culturels au processus  de la justice transitionnelle : une opportunité de réforme au Moyen Orient et en Afrique du Nord ? », Tunis, 24-26 septembre 2014.

L’IRMC a organisé, en collaboration avec le Centre allemand d’opérations de maintien de la paix (ZIF), le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), le Haut-commissariat des Nations-Unies aux droits de l’homme (OHCHR), le Centre Kawakibi pour la transition démocratique et l’Institut Français de Tunisie, un colloque international consacré à la justice transitionnelle [1]. Ce colloque, qui a réuni chercheurs, experts et praticiens de la justice transitionnelle venus de nombreux pays (en particulier du monde arabe) a permis d’échanger autour de la prise en compte des droits économiques, sociaux et culturels dans le processus de justice transitionnelle, traditionnellement focalisée sur les droits politiques et les libertés.

Dans le cadre de ce colloque, la seconde journée a été consacrée aux problématiques de la construction de la mémoire, de l’écriture et l’enseignement de l’histoire et des rapports entre histoire et mémoire. Un atelier, sous la direction de Kmar Bendana, chercheure à l’IRMC, a porté sur les enjeux de l’écriture, sous forme de récit historique, du passé autoritaire dans le contexte de régimes post-autoritaires. Il a permis d’entendre l’exposé de Valentin Behr, doctorant à l’Université de Strasbourg, spécialiste de l’écriture de l’histoire du passé communiste en Pologne (Jérôme Heurtaux).

L’atelier s’est tenu jeudi 25 septembre 2014 après-midi, devant une quarantaine de personnes, dans le prolongement d’une matinée qui a mis à plat les notions de passé, de mémoire et d’histoire, souvent utilisées sans distinction. L’atelier « Justice transitionnelle et accès aux archives » se tenait parallèlement, coordonné par Hédi Jellab et Farah Hached. Les deux coordonnateurs ont regretté cette scission car la question des archives fait pleinement partie des soucis de l’historien. L’accès aux sources détermine les pratiques et les démarches de la discipline historienne et dessine les frontières entre les usages de l’archive. Enfin, en plus des mutations technologiques en cours, le rapport entre passé, présent et futur se reflète dans les modalités par lesquelles le pouvoir politique, les historiens et le public traitent l’archive.

Kmar Bendana : Propos introductifs

Kmar Bendana a introduit le débat en partant de l’intitulé de l’atelier : « réécrire l’histoire d’un passé autoritaire ». « Réécrire » suppose qu’écrire est une opération close, ou tout au moins déjà faite. Le cas de l’histoire contemporaine de la Tunisie autorise d’autant moins le raccourci, qu’écrire l’histoire conduit à poser la question de ceux à qui on s’adresse et de la réaction des usagers. Écriture et réécriture de l’histoire dépendent de la demande sociale (en Tunisie par exemple, elle apparaît à la mort de Bourguiba ; après 2011, elle augmente), des commanditaires, des agents, des canaux comme des effets de la réception, car les usages de l’histoire sont multiples.

nawaat
© Nawaat

Un « passé autoritaire » : la formule suggère une question : l’autoritarisme qualifie-t-il les régimes ou les sociétés ? Si on peut décrire les principes et les mécanismes des systèmes politiques, comment appréhender les conditions matérielles, économiques, culturelles, morales et psychologiques, dans lesquelles des hommes (et des femmes ?) élaborent et/ou subissent des modèles de pouvoir ? L’entrée par la « superstructure » peut-elle suffire à comprendre le fonctionnement passé d’un système politique ?

Kmar Bendana dégage deux pistes pour orienter les débats :

1) Que peut la discipline historique aujourd’hui, étant entendu que les historiens de métier ne sont pas les seuls « écrivants » sur le passé ? Dans la crise actuelle de la transmission (contenus et vecteurs confondus), l’enseignement et les manuels sont en mal d’efficacité, en comparaison avec les médias, le pouvoir de l’image et la puissance d’Internet.

2) Partout, des appels à reconnaître des mémoires oubliées se font entendre. Le phénomène mémoriel en Tunisie est favorisé par la libération de la parole depuis 2011. Peut-on et comment « convertir » la multiplication des mémoires en une meilleure connaissance du passé, de ses silences et des limites de son interprétation ?

Kmar Bendana esquisse une ouverture : l’histoire fait partie d’un savoir pluriel et composite, celui des sciences sociales et humaines. Conjuguer ces disciplines peut aider à lire le passé selon des grilles multiples. La charge émotive et les paradoxes des phénomènes mémoriels sont délicats à traiter. Les mémoires des victimes capables de parler et d’agir dans l’immédiat représentent un risque de politisation pour la suite. Les discours sur la situation tunisienne aujourd’hui penchent vers la judiciarisation, une demande qui doit être distinguée du regard de l’historien qui a besoin de temps, d’attention et de croisements pour restituer les intentions des acteurs, les faits et gestes qui ont eu lieu, sans oublier les représentations sociales et cognitives découlant des documents et actes qui parviennent à être connus.

Valentin Behr : Retour sur le cas polonais

À partir du cas polonais, Valentin Behr introduit la discussion en pointant plusieurs difficultés posées par la problématique de la « réécriture » de l’histoire en contexte de « transition démocratique ».

arton2638-bafea
© laviedesidees.fr

Tout d’abord, est posée la question des archives, sources indispensables au travail de l’historien. En Pologne comme dans les autres anciennes « démocraties populaires », des « instituts de la mémoire » ont été créés dans les années 1990 et 2000 (sur le modèle de l’ « Institut Gauck » en Allemagne), dont la tâche principale est la conservation et la mise à disposition du public des archives des anciens services de sécurité communistes. Les usages de ces archives d’un genre particulier, produites par les services de police politique, soulèvent plusieurs questions. Elles amènent à traquer dans les archives les noms des « collaborateurs » de l’ancien-régime, sans que le contexte soit toujours bien pris en compte (cf. la mise en cause de Lech Walesa, leader de  Solidarnosc, en tant qu’ancien informateur de la police politique). De plus, la focalisation sur ces archives conduit à souligner les aspects les plus répressifs des anciens régimes, mais ne permet pas de saisir toute la complexité des sociétés communistes. Enfin, les catégories (« collaborateur », « victime ») employées par certains historiens sont relatives et dépendent beaucoup du point de vue adopté : si des résistants polonais de la Seconde Guerre mondiale peuvent être considérés comme des « victimes » de la répression communiste à partir de 1944, ils ont parfois aussi été les « bourreaux » de certaines minorités ethniques (Ukrainiens) ou religieuses (Juifs).

En résulte une opposition, saillante en Pologne, entre une histoire politique et une histoire sociale de la période communiste. La première, influencée par les thèses totalitaires, résume cette histoire à une confrontation permanente entre l’État (oppresseur) et la société ou la nation (résistante). La seconde, en s’attachant à décrire la vie ordinaire en contexte de dictature (histoire des pratiques de consommation, du travail, de la culture, des mentalités), cherche à complexifier l’image que nous avons de ces régimes et interroge les mécanismes de la légitimation du pouvoir politique (comment expliquer que le régime communiste ait malgré tout pu compter sur le soutien de certains groupes ?).

Cependant, du fait d’une répartition inégale des fonds publics, l’histoire politique, incarnée par l’Institut de la mémoire nationale, est largement dominante aujourd’hui en Pologne.

Ceci amène à une troisième interrogation : quel doit-être le rôle assigné à l’histoire en contexte de « transition démocratique » (mais aussi, plus généralement, dans une société démocratique) ? N’y a-t-il pas une forme de confusion des genres lorsque l’histoire devient un instrument au service des politiques de lustration ou de judiciarisation du passé ? Au-delà, quelle doit être la « politique historique » de l’État ? Doit-elle se borner à une dimension purement symbolique (commémorations, …) ou bien peut-elle aller jusqu’à la production d’un récit historique officiel, via l’enseignement scolaire, mais aussi la promotion d’interprétations officielles du passé ? Valentin Behr souligne la continuité, en apparence paradoxale, entre les régimes autoritaires et leurs successeurs quant au traitement réservé à l’histoire. Dans les deux cas, l’écriture de l’histoire du temps présent semble devoir être soustraite au travail des seuls historiens pour être confiée à des institutions  ad hoc (département d’histoire du Parti, Institut de la mémoire) en charge de l’écriture d’une histoire qui apparaît  de facto comme une histoire d’État. La fétichisation des interprétations dominantes peut s’avérer problématique lorsqu’elle empêche d’interroger le sens et les limites des processus de transition eux-mêmes.

Synthèse des interventions et du débat

Une vingtaine d’interventions se sont succédé durant environ 80 mn (en arabe, en français et en anglais), réparties entre divers registres de parole : militants associatifs, enseignants, membres d’ONG (tunisiennes et internationales), praticiens de la justice, historiens universitaires et journalistes. En plus de l’exemple de la Pologne développé par le modérateur Valentin Behr, les intervenants ont fait référence au Yémen, à l’Égypte, à l’Irak, à l’Allemagne, à la Tunisie, au Maroc et à l’Algérie.

Une idée a prévalu : « réécrire l’histoire de l’autoritarisme » est considéré comme un besoin pressant, une nécessité, une quasi obligation morale envers les victimes. La catégorie de « victime » a dominé le débat, sans s’arrêter au questionnement introduit par Valentin Behr à propos de cette notion difficile à objectiver. Les voix « chaudes » (d’émotion, d’empathie ou celles des entrepreneurs de causes) semblaient plus présentes que les appels à prendre le temps de l’analyse et à laisser « refroidir » les mémoires pour comprendre les acteurs, les situations, les trous et les trop-pleins.

Les usages de l’histoire ont été abordés sous plusieurs angles, attestant que les contextes de transition ne sont pas les seuls qui obligent à s’arrêter aux liens entre l’histoire et les circonstances de son écriture. Le prisme moral est souvent invoqué pour différencier les usages de l’histoire, les hiérarchiser et/ou les mettre en concurrence.

Des intervenants sont revenus sur le besoin d’accéder à la « vérité » et sur les impératifs d’objectivité, sans que le débat s’arrête sur l’importance des démarches et la labilité de la notion de « vérité ». Il aurait sans doute fallu plus de temps pour aborder le rôle de l’interprétation face à la stimulation de la mémoire, le moment où elle advient, les matériaux mobilisables ainsi que le sentiment de nécessité (écrire sur « soi » ?) qui la commande. Toute histoire est adossée à un désir de légitimation politique ; la superposition des usages, les mobiles de l’écriture, les paradoxes de la mémoire, ses retours et réemplois interpellent l’historien.

Les participants ont montré que le facteur « temps » était difficile à vivre et à abstraire. Même si les interventions se réfèrent à des expériences, on a entendu une défense – a-temporelle – du besoin de « justice » tandis que des Tunisiens ont pointé l’éloignement des termes de « révolution » ou de « révolte », voire exprimé la déception de voir ces termes noyés dans un autre vocabulaire. Or, le temps agit sur les faits, sur les hommes et sur leurs représentations, l’histoire étant une recomposition sans cesse confrontée à l’épreuve du présent.

La notion de « justice transitionnelle », peu claire dès le départ, n’a pas été élucidée. Idéalisée et abstraite d’après certains intervenants, elle a été défendue comme un processus de « réconciliation » nécessaire : que va donner le cas de l’Algérie où une loi récente interdit d’écrire – voire de nommer – l’histoire de la « guerre civile »/« décennie noire »? Les termes de la « justice transitionnelle » sont fabriqués par des « formulateurs » attitrés : qu’en pensent les acteurs, notamment après coup ? Les formulations subissent aussi l’effet du temps et du vécu.

En Tunisie, la formule « Justice transitionnelle » reste à connaître concrètement, dans ses méthodes et ses résultats, le processus étant encore limité aux dispositions légales (une loi), à l’institutionnalisation (un ministère, l’Instance Vérité et Dignité, des chambres spécialisées au sein des tribunaux) et à des discours disparates et concurrentiels de la part des experts, des victimes et des « arbitres ».

À ce stade, la dynamique promet au moins de constituer des sources et de susciter des questions pour une histoire de la « Justice transitionnelle » et de son application à la Tunisie post 2011… La « justice transitionnelle » : un futur objet d’histoire ?

Kmar BENDANA et Valentin BEHR

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, Valentin Behr, « Comment réécrire l’histoire d’un passé autoritaire ? », Le Carnet de l’IRMC, 3 décembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1677.


[1] La conception et l’organisation du colloque a été assurée par Jérôme Heurtaux (IRMC), Kora Andrieu (OHCHR), Ivan Bertoux (Institut Français), Filippo Di-Carpegna (PNUD), Amine Ghali (Centre Kawabiki) et Stefanie Kirschweng (ZIF).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

الأرشيف الوطني التونسي على محك المرحلة الإنتقالية

affiche30maiCompte-rendu de la conférence IRMC du vendredi 30 mai 2014 : « Les Archives Nationales à l’épreuve de la transition tunisienne », de Hédi Jellab, directeur général des Archives Nationales de Tunisie, organisée en partenariat avec les Archives Nationales de Tunisie.

سمحت المحاضرة التي ألقاها الهادي جلاب المدير العام للأرشيف الوطني بمعهد البحوث حول المغرب المعاصر يوم الجمعة 30 ماي 2014 تحت عنوان « الأرشيف الوطني و الانتقال الديمقراطي » ، بمساءلة كلمتين مفاتيح : « الأرشيف » و »المرحلة الانتقالية » وذلك من خلال التدخل المباشر بين الكلمتين وكيف يُساهم المفهومان في خلخلة المحللين والمختصين ومستعملي المعلومات.

مع العلم أ ن « الإعلام » و »التوثيق » لهما صدى سحري في المجتمعات المعاصرة التي قيل إنها تأسست على اقتصاد المعرفة.

لذا فإن طرح المختصين في التوثيق والأرشفة والمستعملين للوثائق يخبرنا عن كيفية النظر والتفكير انطلاقا من هذه الكلمات المفاتيح ؟

الأرشيف الوطني : التاريخ والحصيلة

بالنسبة للهادي جلاب وهو المؤرّخ هناك « انتقا لان » متداخلان اليوم، انتقال يهدف إلى تغيير النظام السياسي الذي نريده أكثر انفتاحا وديمقراطية وانتقال يرتبط بالأرشيف يتعلق بالإجابة على تحديات الوثائق الرقمية الحالية.

في البداية أدرج المحاضرالمؤسسة التي يديرها منذ2011 في مسارها تاريخي، مذكرا بقدمها وعلاقتها ببناء دولة مركزية منذ القرن 19 والسياسية الإصلاحية للوزير خير الدين. فالمؤسسة التي أنشأها القرار95 لسنة 1988 تستند إلى تراث ساعدت البحث التاريخي حتى جاء اليوم الذي شعرفيه المسؤولون بالحاجة إلى تنظيم الأرشفة وإتاحة الوثائق الإدارية العمومية.

وفي بداية ثمانينات القرن الماضي كانت ملامح هذا التطور بادية للعيان: ربط أرصدة الأرشيف الوطني بتنظيم الإدارة وتوسيع مجال تكوين المختصين في الأرشيف والتوثيق بالجامعة في إطار المعهد العالي للتوثيق الذي أنشأ سنة 1981 والذي ربط بجامعة منوبة التي أنشأت حديثا. و يصل عدد الأرشيفيين اليوم إلى 1400 في مختلف هياكل الدولة وهم خريجو المعهد العالي للتوثيق (على سبيل المثال تضم وزارة العدل 160مختصا، وزارة الداخلية 90 مختصا إلى جانب 17 مديرا منهم 12نسا ء ) هؤلاء يعالجون الوثائق التي لم تعد الإدارة في حاجة ملحّة ويومية إليها والتي يتم تحويلها إلى مخازن الأرشيف التي بنيت خصيصا حسب المواصفات الدولية وذلك إضافة إلى مساعدة الموظفين في تنظيم وثائقهم ويتم تحويل الأرشيف التاريخي إلى مبنى تم افتتاحه في 1998 والموجود بشارع 09 أفريل 1938.

حدد القانون المذكور أعلاه النفاذ إلى الوثائق التاريخية بـ30 سنة بالنسبة لمجموع الوثائق وترتفع هذه الآجال إلى 60 سنة بالنسبة للوثائق الأمنية والملفات العدلية و100 سنة بالنسبة إلى دفاتر العدول ودفاتر الحالة المدنية والملفات الطبية والملفات الشخصية. إلى جانب مهمتها المتعلقة بجمع الأرشيف التاريخي وحفظه تساعد مؤسسة الأرشيف الوطني المرافق العمومية (الوزارة، المؤسسات، المنشآت، البنوك…) في حسن التصرّف في أرشيفها وذلك بإسداء المعونة الفنية (بلورة أدوات التصرّف وأدلة الاجراءات). كما توفر فضاءات لحفظ الوثائق بشرط توفير الرفوف.

تتصرّف مؤسسة الأرشيف الوطني في 12 كلم خطي من الوثائق منها 2 كلم تم جمعها سنة 2012. جمعت المؤسسة وثائق « الهيئة العليا لتحقيق أهداف الثورة » و »المجلس الاقتصادي والاجتماعي » و »وزارة الاتصال » و »لجنة التحقيق في الانتهاكات بين ديسمبر 2010 وجانفي 2011″، و »وثائق الهيئة العليا المستقلة للانتخابات بما في ذلك صناديق الاقتراع  » وجرد « وثائق المجلس الدستوري » و »وثائق الفترة البورقيبية برئاسة الجمهورية ».

الوضع الحالي وأسئلته

ان السرعة التي جمعت بها هذه الوثائق مدعاة للتعجّب. والهادي جلاب باعتباره رجل ميدان يعتبر أن الأرشيف الوطني نجح في ذلك بفضل البنية التحتية المتوفرة والتجربة التي تمت مراكمتها عن طريق عمليات التفقد المنتظمة وبفضل حسن التدبير الفني الذي راكمه المختصون منذ زمن، وحسن التصرف هذا لا يمنع من التساءل خاصّة حول عمليات الفرز في المنشأ ومقاييس الترحيل.

ونحن نجهل المنطق الداخلي الذي يدفع الإدارة إلى إيداع وثائقها والإجراءات المتبعة لتكوين سلاسل الوثائق المنتقاة.

من جهة أخرى لا يكفي المنطق البيروقراطي لضمان الطاعة لمبادئ التصنيف وتطوير الأرشيف، والظاهرة يصعب تقييمها كما هو الشأن بالنسبة للوثائق التي اتلفت بشكل متعمد خلال أحداث الثورة  والتي كثر الحديث حولها منذ 2011.

بعد الأحداث الثورية وحرق وإتلاف وثائق ما يقارب 300 مركز أمن و4 محاكم ابتدائية و14 محكمة ناحية و74 قباضة مالية وبعض الدوائر البلدية ومقرات لحزب التجمع الدستوري الديمقراطي المنحل، جاء ت بعض الإجراءات لفتح منافذ في مواجهة احتكار سرية الأرشيف.

فالفصل 40 من القانون الأساسي حول العدالة الإنتقالية الصادر في 24 ديسمبر 2013 ينص على « أن هيئة الحقيقة والكرامة وحتى تنجز مهامها مسموح لها بالنفاذ إلى الأرشيف العمومي والخاص وبغض النظر عن المنع الذي تنصّ عليه التشريعات الجاري بها العمل ».

وفي المقابل فإن المرسوم عدد 41 المؤرخ في 26 ماي 2011 والمتعلق بالنفاذ للوثائق الإدارية العمومية لا يزال يثير جدلا مثله مثل عمل لجان التحقيق في التجاوزات خلال أحداث أسابيع الإحتجاجات و الإصطدامات.

فهل أن حاجة البحث عن الحقيقة التي طفت على سطح النقاش العام سنة 2011 بدأت الآن تضعف وتتراجع في مواجهة التساؤلات حول مراجعة الأولويات أو تغيير الإجراءات حسب الأحداث الجارية؟

 قام الهادي جلاب بتنسيب وزن الأرشيف العمومي. إن كتابة التاريخ تمر كذلك بمصادر أخرى: الأرشيف الخاص وأرشيف الجمعيات والمنظمات غير الحكومية الناشطة جدّا حاليا وكذلك الوثائق الموجودة خارج البلاد. هذا دون أن نغفل أرشيف “الواب” الذي يطرح تحدي كبير للمهنيين والمختصين في الحفظ والصيانة وفنيي الورق والرقمنة.

ومقارنة بالجزائر التي ينبني نظامها على أرشيف الولايات يمكن أن نقول أن التقليد المركزي التونسي (رغم خروج رئاسة الجمهورية عن هذا النظام إلى حدّ الآن) يعطي لمؤسسة الأرشيف الوطني بعدا « بتريمونياليا ». في المغرب التشريعات حديثة (الظهير الملكي لسنة 2007) وأرشيف المغرب الذي أصبح الآن يملك مقرّا ومديرا عاما (المؤرخ جامع بيضا) منذ 2011 بدأ عملا طويلا وشاقا لجمع الأرشيف وفرزه لدى المرافق العمومية.

والأرشيف له عديد الدلالات هو ينتقل بين النظر للماضي والإنتظار المبالغ فيه للحقيقة. وهي تخضع حسب الظروف إلى اكراهات وزمن مختلفين. هناك جملة قالها الهادي جلاب اثارت ردود فعل متباينة في الحضور « الثورة شيئ ظرفي » إن الوعي بالزمن وبالأحداث لدى هذا المؤرخ المسؤول عن الأرشيف و عن الحفظ تعكس إدراكا خاصا لهما.

قمر بن دانة

المعهد العالي للتاريخ المعاصر

معهد البحوث المغاربية المعاصرة

حمام الأنف 8 جوان 2014

تعريب الهادي جلاب

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

l’IRMC réseau d’échange scientifique au Maghreb

Lafijpg
Photographie de Nora Lafi

J’ai été allocataire de recherche à l’IRMC de 1995 à 1998, puis j’ai prolongé d’un an mon séjour jusqu’en 1999, grâce au prix Jean- Pierre Thieck. J’y ai préparé ma thèse de doctorat, consacrée à l’histoire urbaine de Tripoli entre les XIXe et XXe siècles. Cette période a été pour moi marquée par un partage de mon temps entre Tunis, où, tout en habitant à Carthage, je participais intensément à la vie collective de l’IRMC, et Tripoli, où j’étais plongée dans les extraordinaires archives de la période ottomane et dans l’activité intellectuelle du centre de recherches historiques local. Je commençais aussi à cette époque à découvrir à Istanbul les archives centrales de l’Empire ottoman. De mes aller-retour entre Tunis et Tripoli, rendus inconfortables par la situation d’embargo à laquelle la Libye était alors soumise (mais c’est bien sur la population libyenne qui pâtissait le plus de cette situation), je retiens, plus que le passage d’une dictature à une autre, le contraste entre deux milieux d’historiens totalement différents.

À Tunis, la vie intellectuelle, tout comme la vie quotidienne, était contrainte par la pesanteur intrusive de l’État policier, ainsi que par le poids sur les carrières de l’appartenance au parti unique, mais en même temps connectée à l’horizon international, essentiellement français. Tunis vivait ainsi dans une sorte de fiction où l’illusion d’une société ouverte butait sur les réalités de l’oppression et de la corruption. Tout autant que le consumérisme servait de paravent à la privation de liberté réelle et à l’aggravation des injustices sociales, le débat intellectuel faussement ouvert servait de façade à destination de l’opinion internationale d’une Tunisie bien moins souriante qu’il n’y paraissait. Ce qui n’empêchait pas l’existence de moments d’échanges sincères. Dans ce contexte, la posture à adopter à l’IRMC, mais aussi dans la vie de chacun des chercheurs, était délicate : éviter les compromissions tout en jouant la carte d’une ouverture nécessairement positive, sans pour autant se faire prendre au piège de l’angélisme souriant au service du régime.

À Tripoli la vie intellectuelle était à la fois, tout en étant soumise aussi aux contingences, souvent rudes et cruelles, de la dictature, plus isolée et plus libre d’une certaine manière : les intellectuels de gauche ou de la tendance islamiste modérée pouvaient critiquer à demi-voix le régime en cercle semi-public, chose impensable pour les Tunisiens, qui réservaient leurs critiques au cercle strictement privé. Dans le même temps, les islamistes radicaux étaient violemment combattus. Tripoli vivait ainsi dans une autre illusion peut-être, celle d’une société naviguant à tâtons entre héritage du marxisme, inertie du nationalisme et islamisme, la définition d’une histoire renouvelée étant dans ce contexte un enjeu fort, au miroir aussi du nationalisme construit sur une lutte antifasciste apparaissant insuffisante désormais à cimenter l’identité nationale. Je retiens comme symbole de cette ambigüité pour l’histoire le nom même du centre de recherche dans lequel j’étais accueillie : le markez al-Jihad. Le terme Jihad désignait la Resistance antifasciste mais était devenu bien encombrant dans un monde ou le terme prenait un tout autre sens, rendu plus agressif de jour en jour. Dans chacun de ces milieux, moi qui était perçue autant comme Algérienne que comme Française selon les situations, j’ai pu parvenir à nouer des relations fortes, autant humainement que sur le plan scientifique, et à faire de ce séjour à l’IRMC une période fondatrice de mon expérience de recherche. Bien sûr, le positionnement de l’IRMC ne me convenait-il pas toujours : trop proche d’une histoire à la française n’ayant pas fait tous ses comptes avec la posture coloniale, trop proche d’une histoire officielle tunisienne ayant filtré ses éléments de dissidence, trop hésitant à nouer des relations plus profondes avec les historiens libyens, trop timide dans le grand mouvement de relecture de l’histoire ottomane de la Tunisie. Mais d’un autre côté je me disais que ma présence à l’institut était un signe allant dans le sens de ces possibles ouvertures, et je garde de ce séjour non seulement le souvenir d’une période de travail intense et décisive dans ma propre maturation intellectuelle, mais aussi celui d’années fondatrices dans le façonnement de mon réseau d’échange scientifique au Maghreb et au-delà. J’en garde aussi toute une série de projets autour et pour l’IRMC, et surtout d’indéfectibles amitiés.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nora LAFI

est historienne. Elle est actuellement chercheuse au Zentrum Moderner Orient (ZMO) de Berlin. Elle a été allocataire de recherche à l’IRMC de 1995 à 1998.

Pour citer ce billet : Nora Lafi, « l’IRMC réseau d’échange scientifique au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 17 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1271

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Archives et historiographie : Analyse critique comparée (Tunisie-Algérie)

© Alger, Archives notariales, XIXe siècle

L’archive est rarement elle-même objet d’étude. Pourtant, elle témoigne et subit les grands évènements de l’histoire des hommes, accompagne leurs faits d’armes, leurs conquêtes, leurs violences. Elle témoigne aussi de leur foi religieuse, de leurs philosophies, de leurs connaissances, de leurs métiers, de leurs cultures. La pièce d’archive est plus qu’une simple trace écrite, elle est une immense fresque qui relate le pays, le pouvoir, la terre et ses légendes.

L’Algérie ne dispose pas de travaux scientifiques sur cette question essentielle, sur de très longues périodes historiques. La question des archives reste le plus souvent liée à la Guerre de libération nationale. Les archives algériennes les plus anciennes disponibles datent de la période ottomane du XVIe siècle au début du XIXe siècle. Des documents prestigieux de Hiempsal, consultés par Salluste, ceux d’Ibn Rustum, des Zirides, des Hammadides ou des Ziyanides sont absents des fonds d’archives algériens. Pour ces périodes historiques les références restent essentiellement les récits de voyages, les chroniques et les correspondances des diplomates occidentaux à Alger. Les registres sur lesquels étaient notés tous les détails de l’activité économique, administrative et sociale algérienne sont rarement cités en référence, et les sources autochtones ont pour la plupart été détruites ou négligées[1].

Quel est alors les parcours des archives algériennes au XIXe siècle ? Les Ottomans ont-ils emporté certains documents ? Si oui, lesquels ? Que deviennent les archives sous la colonisation française ? Peut-on identifier les principales sources aujourd’hui ? À quelles dates ont été appliquées en Algérie les lois françaises sur les archives ? Une première réponse a été donnée à cette question par la revue Documents algériens, pour préciser que « l’organisation systématique des archives centrales de l’Algérie ne date que de 1908, ce qui explique bien des lacunes »[2].

En Algérie, les archives ont subi un parcours instable qui fut celui de l’administration française elle-même sur le sol algérien. C’est l’arrêté de M. Jonart daté du 4 décembre 1910 qui institue une commission chargée de la publication d’une collection de documents inédits qui se trouvent aux Archives du Gouvernement Général comme en Métropole sur l’histoire de l’Algérie.

En France, le XIXe et le début du XXe siècle étaient marqués par la mise en place des sciences auxiliaires de l’histoire positiviste et de la philologie. La politique française de gestion des archives a été mise en place par tâtonnements et en fonction des besoins du moment. Au XVIIIe siècle et jusqu’au milieu du XIXe siècle, elles ont été ballottées de lieux en lieux, ont changé fréquemment de bureau de rattachement, ont été traitées de manière propre à chaque archiviste. Pendant longtemps, il y a eu des conservateurs qui ont pensé qu’il fallait réunir toutes les archives historiques de France à Paris. C’était une idée mise en oeuvre au siècle des Lumières, dans un esprit rationaliste. L’attitude à l’égard de la conservation des documents au XIXe siècle en France chez les archivistes semble légère par rapport aux critères du XXe siècle.

En Tunisie, la mise en place de la première institution dédiée aux archives est née en 1874 sous Khayr-Eddine al-Tunusi, et relève du Premier ministère. Qu’en est- il de l’histoire de ces archives tunisiennes au cours su XIXe siècle ? Ont-elles subi la même trajectoire que les archives algériennes ? Quelle en a été l’incidence sur l’historiographie tunisienne ?

Alger, archives notariales, XIXe siècle – écrire l’histoire

La question des archives fait partie indéniablement, des grandes controverses historiographiques. Elle agite et bouscule aussi bien les relations diplomatiques et politiques que les spécialistes. Une analyse critique comparée entre l’histoire des archives tunisiennes et algériennes du XIXe siècle, nous permettra d’appréhender leurs évolutions propres et l’impact sur la recherche historique. En retraçant respectivement le parcours de leurs archives, nous saisirons la singularité des trajectoires de deux pays voisins partageant une histoire commune avec la France. Enfin, cette étude pourrait nous livrer également des sources autochtones inédites, permettre de reconsidérer l’écriture de l’histoire comparée avec des références locales, et contribuer à faire avancer la recherche historique de ces pays du Maghreb.

L’exploration scientifique du XIXe siècle du Maghreb, a permis indéniablement une production intellectuelle remarquable en langue française notamment. Son impact durable a modifié la configuration intellectuelle et socio culturelle de ces deux pays voisins. Mais comment ont-ils réagi à ces changements ? Car, si les aspects français de l’histoire du Maghreb sont décisifs, on ne peut pour autant négliger la dimension locale, sous peine de manquer d’objectivité et de donner une vision partielle et unilatérale de l’histoire. En visitant les archives, l’historien doit s’interroger sur la nature de ses sources, clarifier les conditions de leur production, les raisons qui ont présidé à leur élaboration. C’est la critique des sources qui doit mettre en évidence non seulement leur richesse, mais aussi leurs limites. D’où la nécessité de la complémentarité avec les historiens internationaux, et de l’interdisciplinarité pour enrichir nos connaissances historiques sur la période étudiée. Le renouvellement historiographique peut révéler un champ immense à la recherche, qui n’utilise aujourd’hui, qu’une infime partie des sources de l’histoire politique, militaire, économique, judiciaire, sociale et culturelle du Maghreb.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Saïda Benchikh-Boulanouar

est chercheur post-doctorante en histoire au laboratoire HIPASO (Histoire, Patrimoine et Société) de l’Université Mentouri de Constantine. Elle a effectué des recherches bibliographiques dans le cadre d’une étude comparative critique entre l’histoire des archives tunisiennes et algériennes au XIXe siècle. Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[3] en septembre 2012.


Pour citer ce billet : Saïda Benchikh-Boulanouar, « Archives et historiographie : Analyse critique comparée », Le Carnet de l’IRMC, 8 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/730

 


[1] Saïda Benchikh-Boulanouar, Douze siècles d’archives algériennes, Panorama des sources VIIIe-XIXe siècles Thèse doctorat, 2 tomes, Paris, EPHE, 2010.

[2] GGA, « Les Archives algériennes », dans Documents algériens, synthèse de l’activité algérienne, n° 31, oct.1948.

[3] Les accueils de chercheurs algériens en bourse de courte durée à l’IRMC en été rendus possible par le soutien du SCAC/Ambassade de France en Algérie, dans le cadre d’une convention de partenariat.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook