algérie

Dysfonctionnement et défaillance des instruments d’urbanisme en Algérie

Texte préalablement publié en deux parties (Partie 1, Partie 2) sur le site Maghreb émergent.

La théorie sociale a généralement tendance à exclure d’emblée la spatialité de son champ d’observation et en faisant une compilation non nécessaire. Ou alors, elle la traite comme le contenu simple et figé dans lequel se déroulent les processus sociaux. La théorie générale du développement géographique inégal qui m’intéresse devient impossible sur la base de l’un ou l’autre de ces présupposés. Au mieux, on peut énoncer une analyse des lois de l’accumulation en tant qu’elles produisent un développement inégal à l’intérieur d’une structure spatiale prédéterminée.

David Harvey

I. Le plan d’urbanisme directeur (PUD) un avatar de la charte d’Athènes

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

© D.R.

Face à une situation urbaine, architecturale et même territoriale que tout un chacun qualifie, à juste titre, d’anarchique (fawdhaoui comme la définit le terme populaire qui lui est consacré), une nouvelle réglementation qui est censée traduire une nouvelle politique d’urbanisation sera prochainement élaborée par le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Tebboune. Le temps est venu, selon lui, de « revoir de fond en comble » tous les aspects liés à l’urbanisation. Quel est donc l’enjeu des instruments de planification dans la production de l’espace urbain et dans quelle mesure pourraient-ils assurer une évolution en adéquation avec le rythme et le niveau de formation et de structuration de la ville, c’est-à-dire un contrôle de sa forme ? Pour qualifier la crise, disons que les instruments de planification et d’aménagement urbain en Algérie se caractérisent par leurs défaillances et leurs décalages avec la réalité. Ils se retrouvent souvent dépassés au moment de leur aboutissement. Ce phénomène finit par transformer ces plans d’instrument de gestion et de régulation urbaine, en outils de gestion de régularisation d’un état de fait. Mais, ce décalage n’est pas un simple dysfonctionnement lié à la mauvaise gouvernance ou aux lenteurs bureaucratiques. Il est le résultat de contradictions entre des choix de planification souvent abstraits qui s’avèrent  incapable de contenir la réalité.

Le PUD : instrument « alibi »

Le plan d’urbanisme directeur (PUD) est un instrument de planification urbaine introduit par la législation coloniale en 1958[1], dans le sillage du « plan de Constantine » de De Gaulle. C’est un héritage colonial qui va rester en vigueur jusqu’en 1990.  Mais ce n’est qu’à la fin des années 1970 que les villes algériennes seront dotées de PUD, dans un moment où des opérations de logements sous forme de ZHUN (Zone d’habitat urbaine nouvelle), de lotissements et d’équipements étaient déjà en construction. Entre temps, l’Algérie des deux premières décennies d’indépendance a vécu dans ce qui est connu comme « bien vacant ». Les besoins en production d’espace habitable ne se font sentir qu’au milieu des années 1970. Les premiers plans établis ne font, dans cette situation, qu’un état des lieux de la ville en pleine transformation. Ils n’ont fait, en fait, qu’entériner des actions déjà engagées. Les objectifs sont réduits aux seuls aspects techniques (viabilisation, assainissement) et à la recherche d’une affectation des espaces des différents quartiers en formation.

Algérie3

© D.R.

En réalité, le véritable instrument de planification n’était pas le PUD. Celui-ci n’était qu’un simple instrument alibi. Ce sont le plan communal de développement (PCD) et le lotissement qui constituent concrètement les outils d’intervention dans la production de l’espace et du cadre bâti de la ville.  Le PCD est un programme financier destiné à satisfaire les besoins d’urgence des habitants, notamment en termes d’équipements. Il est l’échelon qui permet « de regrouper dans un cadre cohérent toutes les interventions de portée locale proposées par la commune, réalisées et gérées par elle et financées par les ressources centrales »[2]. Mais la mise en place des mécanismes financiers nécessite un autre instrument relatif à la maîtrise du sol. Le texte fondamental qui allait ouvrir un processus de croissance planifiée de la ville algérienne est l’ordonnance n°74.26 du 20.02.74 portant constitution des réserves foncières au profit des communes, suivi de plusieurs décrets d’application et de circulaires présidentielles ou ministérielles[3]. Ces textes de loi sont particulièrement importants dans la mesure où ils vont conditionner en grande partie le processus et les formes d’urbanisation actuelles. En effet, le lotissement, destiné à l’habitat individuel, est le prolongement direct de cette politique de réserves foncières. Il va constituer l’essentiel de l’extension de la ville à coté de l’habitat collectif dans leur forme ZHUN.  La constitution des réserves foncières est une obligation. Elle concerne toutes les communes d’Algérie qui doivent établir un programme annuel d’acquisition de terrains. Ce programme doit être approuvé par le Wali conformément aux directives du PUD. en ce qui concerne leur affectation. C’est dans ce cadre où le PUD n’a d’intérêt  pour les communes que celui de définir les surfaces urbanisables. C’est dans ce sens qu’il est un instrument «alibi ».

C’est dans ces conditions que les premières importantes opérations de lotissement sont engagées d’une manière inégale vers la fin des années 1970. Les plans d’urbanisme, en revanche, ne sont engagés qu’ultérieurement, au début des années 1980. Ils définissent, outre le périmètre urbanisable, les sols affectés à l’habitat individuel et à l’habitat collectif et aux équipements financés par les PCD cités plus haut. Ni la forme, ni la dimension des parcelles ou des îlots encore moins celle des contours et de la totalité de la ville n’est prise en charge. Aucune référence n’est faite à la forme de la ville ni au bâti. Celle-ci est laissée, comme il est admis par la pratique dominante des architectes, à la conception et à l’expérimentation de ces derniers. Ce qui est source de fragmentation urbaine. Dans les lotissements, appropriation individuelle oblige, apparaît la parcelle comme unité d’intervention de base avec quelques références au bâti. Sur le plan méthodologique, le plan s’appuie essentiellement sur la « grille d’équipement » au niveau de la programmation des équipements[4]. Il reprend comme référence de planification le « zoning » fonctionnel. Démarche qui est, à notre sens, une des causes qui est à l’origine de la crise que vit la ville dite « Moderne ».

Aporie de la programmation selon  la « grille théorique des équipements ».

La « grille théorique d’équipements » est un document de programmation des équipements. il a été élaboré par la CADAT/BEREG en 1975. Elle consiste dans la répartition et la programmation des équipements publics selon des unités dites de voisinage ne dépassant pas les 3500 habitants. C’est-à-dire environ 1000 logements. Les bâtiments abritant des fonctions spécialisées, (santé, scolaires…) sont définis par leurs surfaces. Celles-ci sont calculées selon le nombre d’usager d’une manière strictement théorique, en partant des surfaces calculées selon les besoins du mobilier industriel ! Cette démarche est inspirée de la même pratique en vigueur en Europe, notamment en France.[5] La France sous De Gaulle est une France capitaliste industrialisée, qui a engagé la « reconstruction » de son économie après la Deuxième Guerre avec le poids exclusif de l’État et une conception centralisée de l’énergie et des matériaux. La France, et avec elle l’Allemagne, est traversée par l’idéologie techniciste, théorisée par l’école allemande du Bauhaus et soutenue par les hypothèses de Le Corbusier, provoque l’appel à une concentration de l’industrie du bâtiment dans les grandes entreprises. Cette politique est soutenue par un manuel de construction élaboré par l’allemand Ernest Neufert[6]. Le « Neufert » résume d’une manière exhaustive les normes surfaciques de toute construction selon les besoins de l’industrie. Il est devenu l’incontournable ouvrage pour toute conception pour les étudiants algériens.

A l’inverse, le capitalisme italien est « sous développé », en le comparant à l’économie allemande et française de l’après guerre. L’Italie fait, dans ces conditions, le choix de la décentralisation, du local. Elle se base sur la diminution du chômage en développant une culture populaire. La récupération de catégories frappées par le chômage, donc avec une faible formation professionnelle, provoque une réaction anti-technologique, aux conséquences essentielles sur la production de l’espace. Avec cette « génération qui identifie les horreurs de la guerre avec le mythe du développement technique », note Tafuri[7], il ne lui restera comme possibilité que de rassembler les cultures locales et artisanales du bâtiment, avec comme objectif clairement assumé de « définir un langage directement accessible aux classes populaires »[8]. Ce retour à des technologies et des motifs traditionnels et populaires va s’accomplir à l’aide d’un manuel. Le Mannuale dell’Archittetto, élaboré en 1946 par Mario Ridolphi, se pose en rival du « Neufert » franco-allemand. Cette orientation est soutenue par une tradition théorique et philosophique qui dépasse les clivages idéologiques, où on retrouve l’influence de Benedetto Croce pour les libéraux et Antonio Gramsci pour le courant marxiste. L’hypothèse chez ce dernier veut relier l’idée de Gramsci d’une « culture populaire » avec le patrimoine des formes des bourgs et des villages, pour définir un milieu urbain compréhensible par les classes populaires. Dans ce cadre émerge, sur le plan heuristique, l’institut universitaire de Venise au lendemain de la guerre. Dirigé par l’architecte Samona, il regroupe les « laissés pour compte » des différents courants idéologiques, les « exclus de nominations universitaires »,  note J. Castex. Parmi eux, Scarpa, B. Zevi, G. De Carlo. Muratori, plus tard, C. Aymonino, A, Rossi, M. Tafuri, L. Benevolo et G.F.Caniggia. Les débats très polémiques et les controverses font de l’institut une école qui fait vite tache d’huile en Italie puis en Europe  et dans le monde. Leur thèse est anti Moderne. Elle refuse la Charte d’Athènes. Elle est contre l’influence de l’école allemande du Bauhaus sur l’enseignement et la production de l’espace. Elle renoue avec l’histoire de la ville et tente la récupération des tissus et de leur logique de structuration. La France post Mai 68 prend le relai avec, entre autres, l’école de Versailles de Panerai, Castex, J. charles Depaule sous l’influence du sociologue H. Lefevbre.

L’Algérie indépendante a suivi le chemin tracé par la France de Le Corbusier et de la charte d’Athènes. Ce choix est dicté par deux critères : l’option de développement économique centré sur l’industrie industrialisant du capitalisme d’état algérien version Boumeddiene ; le poids de l’héritage culturel et intellectuel colonial, présent par la matrice idéologique du « plan de Constantine » de 1958, basée sur les thèses de Le Corbusier et de la Chartes d’Athènes. Dans un espace devenu « bien vacant », face à une société qui culturellement et socialement renaît de ses cendres, le choix est vite fait pour une construction rapide du pays avec le souci légitime de combler le déficit en logement dans son option technologique et industrielle selon les catégories du Mouvement Moderne. La rupture engagée par l’architecture dite « urbaine », pensée en vogue en Europe des années 1980, portée par les coopérants techniques français et italiens, a traversé timidement et inégalement les instituts d’architecture algériens. Les bureaux d’étude et maitres d’ouvrage sont restés imperméables au nouveau discours. Un colloque sur les tissus urbains s’est tenu à Oran en 1987[9] ; seuls les initiés sont au courant. L’enjeu est ailleurs.

II. PDAU, étalement et fragmentation de l’espace urbain                

Après une première partie où nous avons vu les limites et contradiction du PUD, nous allons voire dans cette 2° partie l’incapacité du PDAU et POS à contenir l’étalement de la ville algérienne. 

Le PDAU : du zoning fonctionnel au zoning formel

PDAU Tizi-ouzou

Exemple du PDAU de Tizi-Ouzou
© ADS Progress

C’est en 1990[10] qu’un nouvel outil d’urbanisme dénommé plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) est introduit dans la législation urbaine algérienne et remplace ainsi le PUD. L’objectif de cet outil est l’introduction d’une nouvelle politique dans l’utilisation de l’espace. Il vient sur le plan juridique conforter les dispositions foncières de la loi 90-25 relative au foncier qui a introduit la privatisation des sols et la libéralisation des transactions foncières et partant de nouveaux acteurs en matière d’urbanisation. Du point de vue de son intitulé, le PDAU consacre la dimension aménagement au lieu de planification. Il se veut une confrontation avec le sol et son occupation et il est opposable au tiers. Dans son contenu, tel que défini par le décret exécutif fixant les procédures d’élaboration et d’approbation du PDAU, il est censé déterminer « l’affectation dominante des sols et s’il y a lieu la nature des activités qui peuvent être interdites ou soumises à des conditions particulières » et « la densité générale exprimée par le coefficient d’occupation du sol »[11]. Il introduit l’obligation d’élaboration des plans d’occupation du sol (POS). C’est dire qu’au niveau des intentions et de l’esprit de la loi, le PDAU veut consacrer une rupture avec l’urbanisme en vigueur considéré comme bureaucratique dans sa procédure d’élaboration, et abstrait dans le traitement de l’espace. Mais, au-delà de la loi qui régule plus qu’elle n’ordonne l’édification, c’est dans son élaboration concrète qu’il faut mesurer son impact sur la ville et sa capacité à entraîner un processus de mise en forme de l’espace.

Analysé sous cet angle, les PDAU élaborés à l’instar des communes de l’algérois ne diffèrent en rien des PUD du point de vue de leur approche méthodologique[12]. Les études partent d’une analyse sociodémographique de la commune dont l’objectif est « la quantification des données de population »[13],  en vue de « définir une planification et une programmation pour la population existante ».[14] De l’analyse, deux points sont retenus : 1- les caractéristiques et l’évolution de la population ; 2-bilan et perspective de l’emploi.[15] C’est à partir des projections de population de la commune à court, à moyen et à long terme que des «besoins théoriques » en logements et en équipements sont calculés. Se référant toujours à la grille théorique d’équipements, la structuration urbaine proposée s’organise en unités urbaines hiérarchisées suivant une «unité de base » de 1250 habitants, une « unité de voisinage » de 5000 habitants puis un quartier de 15000 habitants[16]. On voit ici se répéter la démarche si abstraite qu’obsolète qu’on a vu dans le PUD. Le sol reste une simple surface neutre qui doit prendre en charge une programmation basée sur des quantités et des besoins théoriques. Le bâti quant à lui est réduit à des surfaces habitables suivant un taux d’occupation du logement (TOL) et un coefficient d’occupation du sol (COS) organisé en entités basées sur le nombre d’habitants définies comme «unité de voisinage », et non pas rapport de voisinage !

POS : une volonté de maîtriser l’espace urbain

Si le PDAU reste évasif et encore loin des exigences morphologiques de la ville et de l’espace réel, traînant avec lui les avatars d’un discours centré sur la programmation démographique et économique, il faut noter un fait nouveau dans son élaboration : une délimitation physique des secteurs d’intervention appelés plan d’occupation du sol (POS). Le POS se veut plus préoccupé des aspects de l’espace urbain, de sa structure et de sa forme. En effet, dans l’article 31 de la loi sur l’aménagement et l’urbanisme relatif à l’élaboration des plans d’occupation du sol (POS) on peut lire que celui-ci « (…) fixe (…) la forme urbaine, l’organisation des droits de construction et d’utilisation des sols (…) définit la quantité minimale et maximale de construction autorisée (…) détermine les règles concernant l’aspect extérieur (…) délimite l’espace public »[17]. Donc, sur le plan strictement juridique, le POS se veut plus opérationnel et plus proche de la réalité spatiale de la ville. Qu’en est-il dans la réalité ?

POS Tizi ouzou

Délimitation des POS du PDAU de Tizi-Ouzou
© ADS Progress

Sous l’influence du discours et de la critique morphologique que certains ateliers des instituts et des écoles d’architecture et d’urbanisme tentent d’introduire dans leur enseignement, des problématiques sont de plus en plus posées en terme spatial et morphologique. Dans un POS[18] engagé dans la ville de Douera (sud-ouest d’Alger), la problématique posée est la suivante : « le site étudié est une croissance urbaine du chef-lieu. Cette croissance s’effectue d’une manière désordonnée. Il est caractérisé par une implantation anarchique, et l’éparpillement des équipements. Les projets sont ponctués et réalisés sans coordination. De ce fait, ils n’assurent ni l’utilisation optimale des atouts du site, ni un développement harmonieux de ce quartier ».[19]Nous pouvons aussi trouver la même préoccupation dans d’autres études de POS élaborées sous la direction de la subdivision de l’urbanisme et de la construction de Douera. Pour un POS élaboré dans la commune de Draria par le même bureau d’étude, le CNERU, le problème soulevé est lié à la structure spatiale de la ville. La problématique soulevée s’interroge sur le «non-respect de la trame coloniale déjà existante » et sur les «différents lotissements et les opérations de logements collectifs (qui) viennent se greffer ponctuellement sans aucune liaison avec le tissu existant »[20]. Le POS devient ainsi une unité d’intervention qui coupe avec les «unités de voisinage », mais sans pour autant redéfinir les contours de la nouvelle entité d’intervention

Au niveau global, les PDAU partagent la ville en secteurs d’intervention (en POS). Ces secteurs sont définis aléatoirement. Ils sont délimités par les parcours les plus importants de la ville, démarche qui renvoie ces derniers au statut de périphérie du secteur d’intervention alors qu’ils prétendent avoir un statut de centralité à l’échelle global. En effet, la ville est un organisme qui vit en suivant un long processus de structuration et de formation. Les concepts de centralité et de périphérie (de nodalité et d’anti-nodalité)  sont les principes directeurs de la structure de la ville et de son évolution. Ces notions, et leurs diverses oppositions dialectiques, expliquent la croissance de la ville jusqu’au XIXe siècle et en quoi elle diffère structurellement de la ville Moderne. La relation entre espaces construits et la forme générale d’une ville ne repose pas sur l’ordre des figures simples, comme éléments juxtaposés mécaniquement dans un catalogue. Dans le processus dialectique par lequel une ville grandit, il y a une évolution constante entre le centre et sa périphérie, entre un pôle et pôle opposé. Dans la ville pré-Moderne, les tissus en construction sont généralement juxtaposés, séparées par des bandes de frontières pertinentes ou des voies périphériques. Juxtapositions dues souvent aux obstacles topographiques. Leur fusion se fait à travers un axe central, donnant lieu à une nouvelle centralité d’une unité plus grande. Les extrémités conservent leur caractère périphérique, mais se préparent  à modifier leurs  statuts dans les agrégations avenir. Alger offre de ce point de vue des exemples illustratifs compte tenue de son site très escarpé. Le boulevard Khemisti (grande poste) est une ancienne périphérie devenue centralité en articulant deux anciens tissus : l’ancien quartier d’Isly (actuel Ben Mhidi) et le quartier Mustapha (Hassiba). Aujourd’hui on assiste au même phénomène au quartier appelé « Oued Kniss » à Ruisseau. Celui-ci prend sa source au Val d’Hydra, aux hauteurs de Ben Aknoun. Il structure Bir Mandreis et il se prolonge dans le « ravin de la femme sauvage » pour finir au quartier Ruisseau. Il sépare différents quartiers et communes d’Alger. Aujourd’hui il les unit en un grand centre d’une grande unité urbaine à l’échelle de la métropole. La logique des POS en vigueur zappe cette logique. Elle découpe la ville suivant les anciens découpages administratifs.

Tout le problème réside donc dans la définition de l’entité d’intervention urbaine, cette unité appelée encore «unité de voisinage », c’est-à-dire une entité définie à partir du nombre d’habitants et leurs besoins théoriques et non pas à partir des relations entre ces habitants qu’exprime la typologie du bâti. Le quartier comme « unité de voisinage » reste une entité abstraite, faussement sociologique. Le découpage ainsi effectué est réduit à son aspect formel. C’est une sorte de « zoning » formel qui se substitue au « zoning » fonctionnel qui prédominait dans l’ancien PUD. Toute l’attention est portée sur la densification des surfaces résiduelles situées au centre de la zone définie. Au niveau architectural, la forme et la structure du bâti sont défini selon le COS (coefficient d’occupation du sol) et CES (coefficient d’emprise au sol), tout en gardant la fameuse grille d’équipement pour définir les besoins et les surface des équipements. Quand à l’habitat il est présenté dans ses catégories socio-économiques. Il procède par les notions de type privé / type collectif ou encore par le type social / type promotionnel. Le problème du COS est qu’il ne détermine que la densité du bâti. Or, celle-ci n’éclaire en rien sur sa structure, sa forme et encore moins sur sa place et son comportement dans le tissu, par rapport à la rue et à l’espace public. La même remarque est valable pour le CES. Cette règle d’emprise au sol rend injustement inconstructibles certains terrains, notamment les parcelles d’angle et les lots de petites tailles. Les limites du POS tel qu’il est élaboré résident dans le fait que la forme urbaine reste cette grande oubliée et méconnue de la planification encore en vigueur. Une mise en forme de l’espace qui se traduirait, certes, par une réglementation, mais une réglementation qui doit commencer par la remise en cause de la souveraineté du COS et du CES ainsi que le prospect H = L, pour la remplacer par une autre plus soucieuse du processus typologique et morphologique du bâti et de la ville.

Pour une approche morphologique et territoriale de la ville et de son architecture

La planification est la codification intentionnelle d’un moment du devenir évolutif des structures. Elle indique une attitude consciente et critique devant la réalité urbaine. C’est cette réalité qui n’est pas correctement appréhendée dans le cas algérien. Elle est négligée et même méconnue. Par réalité, il faut comprendre la réalité historique, physique et spatiale, c’est-à-dire morphologique. La réalité économique, politique et les systèmes fonctionnels et générateurs de l’espace architectural ne peuvent dépasser ou transcender les limites qu’imposent l’histoire, la culture et surtout la géographie qui la sous tend. Le cas échéant, le projet sur la ville se réduit à une utopie abstraite avec des « no man’s land » sans signification sur le plan spatial. C’est ce qui arrive à l’espace urbain algérien. Notre hypothèse dans cette critique considère que le contrôle de la ville passe par le contrôle de sa forme. La maitrise de cette dernière consiste à mettre en relation d’une manière rigoureuse et dialectique le découpage du sol avec les structures territoriales d’un coté et les types de bâtiments à édifier d’un autre coté. Le type est défini ici,  non pas dans ses catégories fonctionnelles et surfaciques (F2, F3,…) ni dans ses catégories économiques et financières (social ou promotionnel), mais comme l’expression des modèles culturels (une manière d’accéder à son propre espace, de le distribuer ou de le mettre en valeur – habitus selon Bourdieu) qui régissent les pratiques constructives et sociales d’abord et de l’espace projeté de l’édifice ensuite.  L’absence de référence à ces aspects de la ville dans les instruments de planification urbaine empêche une rigoureuse et harmonieuse structuration de l’espace urbain.

L’enjeu dépasse la problématique algérienne. La production de l’espace dans sa version Moderne, c’est- à dire centrée sur les catégories économiques définies par la production industrielle et son corollaire l’économie capitaliste et son développement que l’on connait aujourd’hui sous le terme « mondialisation », est à l’origine de la crise. Une crise qui dépasse « la question du logement ». Elle est environnementale et écologique. Si la question du logement trouvera sa solution dans un changement politique et social, la crise de l’environnement spatial et géographique risque de nous amené vers une situation de non retour. Notre regard de ce point de vue doit  indéniablement abandonner la rationalité et la rentabilité économique pour se centrer sur la rationalité géographique et environnementale. C’est à dire changer d’approche, renouer avec les processus morphologiques et typologiques que l’histoire et la géographie ont mis en place. C’est la source de création la plus rationnelle. Et pour finir avec un message du géographe américain David Hervey, « (…) on peut discerner  les ferments d’une forme de mondialisation radicalement différente,(… ) qui met d’avantage l’accent sur le bien-être social et sur des objectifs humanitaires associé à des formes créatives du développement géographique inégal. L’époque actuelle est peut être hautement instable et pleine d’incertitudes, mais cela signifie qu’elle est pleine d’imprévus et riche de potentialités »[21].

Nadir DJERMOUNE

est architecte-urbaniste, enseignant à l’Institut d’architecture de l’Université Saad Dahlab à Blida

ndjermoune@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Nadir Djermoune, « Dysfonctionnement et défaillance des instruments d’urbanisme en Algérie », Le Carnet de l’IRMC, 24 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1421

 


[1] Cf. A. ZUCCHELLI, Introduction à l’urbanisme opérationnel, Alger 1983, p. 252-301

[2] 2° plan quadriennal 1974-77. Cf. à ce propos : A. ZUCCHELLI,  op. cit., Ch. RAHMANI, La croissance urbaine en Algérie, Alger 1982.

[3] Décrets n° 75.103 du 27.08.1975, n°76.27, n°76.28 et n°76.29 du 07.02.1976. Circulaire présidentielle n° 53. Pc/59 du 17.02.1976. Cf. aussi les différents textes de loi présentés dans la première partie de ce travail

[4] Cf. à ce propos : A. ZUCCHELLI,  op. cit.,  213-214, 218, « grille théorique des équipements », document élaboré par le bureau d’étude CNERU, édité par le ministère de l’urbanisme et de la construction, Alger,  janvier 1989.

[5] Y. LACOSTE, « un débat : les grands ensembles », in M. Roncaylo et Th.Paquot (dir.), villes et civilisation urbaine, VXII°-XX° siècle,  Larousse, Paris, 1992, p.497-502 ;  Cf. aussi URBANISME  n° 75 ; 76.

[6] E. NEUFERT, les éléments de projets de constructions, Dunod, Paris.

[7] M . TAFURI, Fr. DALCO, Architecture contemporaine ; Paris, 1982.

[8] Idem.

[9] Tissus Urbains, colloques internationale, Oran, Juin 1987, ENAG, Alger 1992.

[10] Loi 90-29 du 01-12-90 relative à l’aménagement et à l’urbanisme.

[11] Décret n°91-177 du 28-05-91

[12] Nous avons même assisté à des situations où par un simple changement d’intitulé, une étude menée dans l’objectif d’un PUD a été présentée en tant que PDAU.

[13] PDAU de Douera phase 2, février 1994, p.9.

[14] Idem.

[15] Idem.

[16] Ibid. p.48.

[17] J.O. du 1.12.90, loi 90-29 relative à l’aménagement et à l’urbanisme, art. 31.

[18] La première étude d’un POS engagée dans la ville de Douera est au 2000-2001.

[19] POS n°4 de Douera, phase 1, rapport d’orientation, 1995, p.7.

[20] POS n° 1 de Draria, rapport explicatif, phase 1, juillet 1997, p.20.

[21] D. HARVEY, Géographie et capital, vers un matérialisme historico-géographique,  Syllepse, Paris 2010, p. 276.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

sicmed

Concurrences et conflits pour l’usage de l’eau en Tunisie : étude de cas dans la région du Cap Bon

Barrage sidi salem

Barrage Sidi Salem
© commons.wikimedia.org

Un contexte national marqué par l’explosion des besoins en eau et des risques accrus de pénurie

La Tunisie est le pays du Maghreb qui fait face aux risques les plus importants de déficit en eau. Avec une disponibilité de 470 m3/ha/an, le pays est aujourd’hui classé en situation de stress hydrique. Au risque de pénurie, s’ajoute un grave phénomène de dégradation et de contamination de la ressource, résultant de la surexploitation des nappes phréatiques (1/4 d’entre elles), de l’intrusion marine et de la pollution.

L’explosion des besoins en eau, liée à la croissance démographique, à l’urbanisation et à la diversification des activités économiques, entraîne une compétition croissante entre ses divers usages et remet en cause la place prépondérante de l’agriculture dans l’utilisation des ressources hydriques (83% des quantités totales utilisées). Après la mise en œuvre d’une stratégie axée sur la mobilisation maximale des ressources et la construction de grands barrages (95% des ressources sont déjà mobilisées), les politiques de l’eau ont connu d’importantes réformes au début des années 1990. Celles-ci ont visé une meilleure maîtrise de la demande en eau et un meilleur ciblage de son usage, à travers la mise en œuvre d’instruments tarifaires et la diffusion de techniques d’économie d’eau. Elles se sont aussi accompagnées de réformes juridiques et institutionnelles qui ont permis le transfert de la gestion à des associations d’usagers de l’eau, plus couramment nommées groupements de développement agricole (GDA).

Force est de constater cependant que le désengagement de l’État du secteur de l’eau n’a pas permis une « rationalisation » de sa gestion et une véritable autonomisation des GDA. L’explosion des besoins (eau potable et irrigation) conduit aujourd’hui à de nombreuses incohérences dans les politiques publiques, principalement liées à la poursuite d’une stratégie de gestion de l’offre, qui génèrent des conflits accrus et une montée des revendications autour de l’eau, surtout depuis la révolution tunisienne du 14 janvier 2011.

Le Cap Bon, une région méditerranéenne à vocation agricole soumise à de fortes menaces de pénurie d’eau

carte du gouvernorat de Nabeul, peninsule du Cap Bon

Carte du gouvernorat de Nabeul,
Péninsule du Cap Bon

La presqu’île du Cap Bon, située dans la Nord Est de la Tunisie, constitue un exemple intéressant pour illustrer les dynamiques actuelles du secteur de l’eau en Méditerranée et les conflits dont fait l’objet sa répartition entre différents usages et usagers. Le Cap-Bon est traditionnellement une région de culture maraîchère et fruitière intensive, qui fournit environ 16 % de la production agricole nationale, avec seulement 4 % de la SAU totale du pays. Il s’agit principalement de la production d’agrumes, de tomates, de pommes de terre et de la viticulture. Le développement de l’agriculture intensive et de cultures fortement consommatrices en eau y ont entrainé une surexploitation et une dégradation des eaux souterraines qui se traduit par une chute de la piézométrie et une baisse de la qualité des eaux, notamment en raison de l’intrusion marine. L’évolution de la région est marquée également par une forte urbanisation et le développement du tourisme sur les zones littorales qui entraînent une augmentation rapide de la demande en eau potable. En raison notamment du déficit en eau, les conditions de l’activité agricole se sont fortement dégradées, ayant pour conséquence un important mouvement d’abandon des terres, plus particulièrement dans les zones littorales. Ceci a conduit les pouvoirs publics à mettre en œuvre, dès la fin des années 1980, un vaste programme de mobilisation des ressources en eau pour la sauvegarde de l’agriculture irriguée et l’approvisionnement en eau potable des zones urbaines. Les infrastructures existantes incluent cinq barrages, auxquels s’ajoute le canal Medjerda-Cap Bon[1] qui assure le transfert des eaux du Nord à partir de plusieurs barrages construits sur la Medjerda, le fleuve le plus long du pays, et permet leur acheminement vers plusieurs périmètres publics irrigués de la région, situés dans les zones littorales.

Le Lebna au cœur d’un système d’interactions génératrices de tensions croissantes autour de l’eau

La zone d’étude, objet de l’analyse développée dans cet article, est celle du bassin versant du Lebna qui couvre une superficie de 200 km2. Son réseau hydrographique est constitué de deux principaux oueds, El Widien et Bou Dokhane qui se rejoignent en aval du bassin versant, à 3km seulement de la mer, pour former l’oued Lebna. C’est à la jonction des deux oueds qu’a été construit le barrage du Lebna, le plus grand du Cap Bon. D’une capacité initiale de 30 millions de m3, le barrage devait assurer l’alimentation de la nappe orientale du Cap Bon et l’approvisionnement en eau des périmètres aménagés pour l’irrigation, situés en aval du barrage (périmètres gérés par les GDA Ettadhamen et Barrage). Aujourd’hui, les eaux du barrage, dont la capacité de stockage a diminué en raison de l’envasement (23 millions de m3), sont également utilisées par d’autres usagers : les riverains du barrage, qui pompent directement sur la retenue, les périmètres irrigués situés en dehors du bassin versant, la compagnie d’exploitation et de distribution de l’eau potable (SONEDE), enfin les usines de transformation. Le bassin versant et le barrage du Lebna se trouvent ainsi au cœur d’un système d’interactions qui génèrent des pressions accrues sur la ressource et des conflits croissants entre usagers.

barrage de Lebna C Hichem Fennia

Barrage de Lebna
© Hichem Fennia

Basé sur les résultats d’une recherche en cours réalisée dans le cadre du projet Approche biophysique et socioéconomique de la gestion de l’eau dans la région du Lebna-Cap Bon (Programme Sicmed/ Mistrals-IRD/INRGREF/CNRS), cet article propose une analyse préliminaire des processus qui sont à l’origine de pressions et de tensions accrues autour de l’usage de l’eau et de leur impact sur les pratiques de l’agriculture.

Afin de prendre en compte l’ensemble des interactions à l’origine des tensions sur l’eau, la zone d’étude retenue par le volet socioéconomique de la recherche couvre le bassin versant du Lebna (interactions amont/aval) et inclut également l’espace constitué par les périmètres irrigués de la région qui utilisent l’eau du barrage Lebna. L’approche méthodologique combine trois niveaux d’analyse : l’échelle du territoire constitué par le bassin versant de Lebna et les zones situées en aval pour l’étude des concurrences et les conflits d’usages autour de la ressource en eau ; l’échelle infrarégionale pour l’étude des cadres institutionnels qui influencent la répartition des ressources hydriques entre différents usages et usagers, en particulier les dispositifs (institutions, associations d’usagers) qui organisent la gestion de l’eau et définissent les modalités d’accès à la ressource ; l’échelle de l’exploitation pour l’étude des stratégies d’allocation de la ressource aux différentes cultures, des facteurs qui les influencent et des logiques sociales qui les guident.

Des facteurs d’exacerbation des conflits d’origine multiple

Il ressort des entretiens effectués auprès des gestionnaires et des usagers de l’eau que les facteurs d’exacerbation des conflits autour de la ressource hydrique sont d’origine multiple. Il s’agit tout d’abord de l’explosion des besoins en eau potable dont la satisfaction est considérée comme prioritaire par les pouvoirs publics. Les prélèvements effectués par la SONEDE sur le canal Medjerda Cap Bon ont doublé depuis 1997 et aujourd’hui la répartition des volumes prélevés entre usages agricoles et non agricoles s’est inversée en faveur de la consommation en eau potable. En outre la compagnie des eaux a installé récemment une station de pompage et de traitement des eaux sur le Lebna, pour faire face au manque d’eau qu’a connu la région, suite à la sécheresse de 2009-2010. Pour répondre en particulier aux besoins des villes de Menzel Temine et de Kelibia, la SONEDE prévoit l’installation d’une nouvelle station de pompage et d’épuration permettant de doubler les prélèvements sur le Lebna.

La pression croissante sur les eaux du Lebna et les conflits qu’elle génère résultent également de la diminution des quantités d’eau disponibles pour les périmètres irrigués alimentés à l’origine par d’autres sources. L’épuisement de la réserve d’eau du barrage Chiba, aujourd’hui quasi-totalement envasé, oblige les irrigants des périmètres de Chiba et de Korba Menzel Temime à recourir au canal Medjerda-Cap Bon. Ceci se fait au détriment des bénéficiaires initiaux du canal qui sont les périmètres de sauvegarde de Diar Hojjej, Lebna village et Tafelloun. Ces derniers sont désormais conduits à prélever aussi sur le barrage de Lebna, au moyen d’une pompe diesel installée sur la rive droite du barrage. Depuis la sécheresse qu’a connue la région en 2009, les quantités pompées sur le barrage par les périmètres irrigués initialement alimentés par le canal Medjerda Cap Bon ont été multipliées par cinq. La pression sur les ressources du Lebna est aussi aggravée par l’extension de périmètres irrigués existants et l’aménagement de nouvelles zones d’irrigation pour satisfaire les demandes sociales. Ainsi, le périmètre public irrigué géré par le GDA Ettadhamen connaît actuellement une extension, dont la superficie atteindra 80 ha d’ici 2014. Cette extension doit permettre le développement des cultures céréalières et fourragères en irrigué et s’inscrit dans la stratégie mise en place pour faire face à la hausse des prix des matières premières agricoles sur le marché international.

Enfin, l’augmentation des besoins pour l’irrigation est liée au développement de cultures spéculatives plus consommatrices en eau, en particulier le développement de la culture de la fraise, dont les superficies s’accroissent à un rythme rapide et qui sont principalement destinées à l’exportation. Cette évolution a non seulement pour conséquence d’augmenter les besoins quantitatifs en eau, mais également d’étendre la période de pointe de la demande en eau, qui s’étale désormais de mai à septembre.

Des dispositifs de gestion locale de l’eau défaillants

Localisation, modèle numérique de terrain et vue satellitale des bassins versants du Lebna et de Kamech (Sicmed

Localisation, modèle numérique de terrain et vue satellitale des bassins versants du Lebna et de Kamech
© sicmed

Les tensions autour de l’eau sont aggravées par le dysfonctionnement des GDA en charge de la gestion de l’eau à l’échelle des périmètres irrigués. Tout d’abord, les GDA, dont les recettes proviennent exclusivement de la vente d’eau, sont confrontées à de sérieuses difficultés financières, liées principalement aux impayés (le taux de recouvrement des factures d’eau ne dépasse pas 40% des volumes consommés par les agriculteurs). Ce phénomène s’est aggravé depuis 2011 et l’endettement des GDA a des répercussions négatives sur leur capacité à assurer l’entretien des réseaux et l’approvisionnement en eau des adhérents. À cela s’ajoutent le manque de transparence dans la gestion financière des GDA et la faible légitimité des conseils d’administration, souvent contrôlés par les autorités locales et les acteurs économiques influents. Ceci donne lieu à des inégalités de traitement entre adhérents et génère des conflits, d’une part, entre agriculteurs, d’autre part entre les GDA et les agriculteurs qui se sentent lésés en matière d’accès à l’eau. L’exemple le plus frappant des positions inégales des agriculteurs par rapport à l’accès à l’eau est fourni par le GDA barrage, dont un des adhérents est une grande entreprise agricole. Cette dernière couvre 224 ha, soit 50 % de la superficie totale du périmètre (450 ha) et garantit de ce fait la moitié des recettes du GDA, ce qui lui donne un accès privilégié à l’eau et la dispense notamment des contraintes des tours d’eau, auxquels sont soumis les petits exploitants.

Les pressions croissantes qu’exercent l’explosion de la demande en eau, la mise en concurrence et l’aggravation des conflits opposant les usagers des différents périmètres irrigués donnent lieu à des protestations régulières de la part des bénéficiaires initiaux des eaux du barrage (périmètres Ettadhamen et Lebna Barrage) qui contestent la position influente de certaines associations d’usagers pour l’accès à l’eau du barrage. Nous avons déjà signalé l’exemple du GDA de Diar Hojjej dont le périmètre était initialement approvisionné par le canal des eaux du Nord, et qui prélève des quantités d’eau de plus en plus importantes, directement sur la retenue du barrage[2]. Les protestations, qui vont jusqu’au sabotage des installations sur le barrage, sont également le fait des agriculteurs situés en amont du barrage qui estiment être dépossédés de « leur » eau.

Des stratégies d’adaptation qui aggravent la pression su l’eau et les inégalités entre agriculteurs

Dans ce contexte d’exacerbation des pressions sur l’eau, diverses stratégies d’adaptation sont déployées par les usagers. À l’échelle des périmètres irrigués, on observe des stratégies d’autonomisation par rapport à l’organisation collective de la gestion de l’eau. Les GDA n’étant pas toujours en mesure de satisfaire les besoins en eau de leurs adhérents, en quantité et en temps voulus, plusieurs agriculteurs ont mis en place des solutions alternatives, telles que le contournement des tours d’eau, la construction de bassins de stockage et de réservoirs, l’acquisition de motopompes individuelles pour prélever directement sur le barrage, le retour à l’exploitation des puits et la construction de forages illégaux. Dans le périmètre d’Ettadhaman, irrigué au départ par les eaux du barrage Lebna, 40 % des eaux actuellement utilisées par les agriculteurs proviendraient des puits privés. L’administration régionale de l’agriculture avance par ailleurs le chiffre de 1000 forages construits de manière illicite depuis 2011, dans le gouvernorat de Nabeul. Ces stratégies ont pour effet d’aggraver les problèmes liés à la surexploitation de la ressource et se traduisent par un manque à gagner important pour les associations d’usagers qui assurent la vente de l’eau.

Les difficultés d’accès à l’eau conduisent également certains groupes d’agriculteurs à réduire les superficies cultivées en irrigué (cultures maraîchères, en particulier la tomate) et à réintroduire les cultures en sec (fourrages et céréales). L’abandon de l’irrigation, surtout par les plus petits agriculteurs, se traduit par une diminution notable du nombre d’adhérents des GDA[3].

Ces évolutions s’accompagnent de tendances contradictoires qui se traduisent chez les catégories d’agriculteurs les plus dotés par un développement important des cultures à forte valeur ajoutée et une intensification de l’usage de l’eau (en particulier pour la culture des fraises). Outre un phénomène de différenciation des exploitations du point de vue des systèmes de production, les enquêtes préliminaires font ressortir un mouvement de concentration des exploitations, notamment à travers le développement de la location des terres par des promoteurs agricoles extérieurs à la région. Ces dynamiques se traduisent par une différenciation sociale accrue au sein de l’agriculture de la région – autrefois dominée par la petite exploitation familiale – qui oppose de plus en plus fortement des petits agriculteurs marginalisés économiquement et un groupe émergent d’entrepreneurs agricoles insérés dans les marchés internationaux.

De la prédominance des solutions techniques à la nécessité de politiques publiques cohérentes et intégrant les multiples enjeux de la gestion de l’eau

Face à ces évolutions et en particulier à l’accroissement de la demande et des conflits autour de l’eau, les autorités publiques axent leur stratégie sur l’augmentation de l’offre d’eau, à travers les solutions essentiellement techniques : meilleure interconnexion entre barrages et rehaussement des retenues existantes, installation d’une pompe électrique sur barrage Lebna pour l’irrigation complémentaire des périmètres irrigués initialement par le barrage Chiba et l’approvisionnement en eau de ce dernier, dédoublement de la conduite des eaux du Nord-Chiba, dédoublement du Canal Merdjerda Cap Bon à l’horizon 2030, développement des eaux non conventionnelles (eaux usées, dessalement).

Sur le plan institutionnel, les solutions préconisées apparaissent contradictoires. Ainsi, on propose d’un côté de renforcer les capacités de gestion des associations d’usagers, de l’autre d’encourager la participation du secteur privé local et régional, à travers des contrats de partenariats public-privé. En l’absence d’actions d’appui concrètes aux GDA concrètes, ceci reviendrait à marginaliser ou à mettre à l’écart les usagers dans la gestion de l’eau. De fait, leur rôle se limite aujourd’hui à la vente de l’eau et comme cela a été souligné, leur nombre d’adhérents a connu une baisse notable. Et les stratégies individuelles d’autonomisation des irrigants par rapport à l’organisation collective de l’eau se développent. Signalons également que les difficultés de fonctionnement des GDA d’eau potable, aggravées par l’augmentation des impayés et le phénomène des branchements illicites au réseau, favorisent aujourd’hui le développement d’un commerce privé de l’eau qui échappe à toute réglementation, aussi bien en matière de prix, que de normes sanitaires.

Sur le plan des pratiques agricoles, les préconisations des pouvoirs publics, qui font également ressortir quelques incohérences, portent sur la réduction des cultures consommatrices en eau (la tomate) et l’augmentation de la productivité, l’amélioration des assolements, enfin le développement du maraîchage et des fourrages d’hiver (pour l’élevage laitier). Mais ces préconisations ne se traduisent pas dans des changements réels de pratiques, faute d’actions globales d’appui aux agriculteurs. Ainsi les incitations à réduire les superficies cultivées en tomates se heurtent aux difficultés de financement des agriculteurs qui trouvent dans les contrats de production passés avec les usines de transformation une solution à leurs problèmes de trésorerie.

En conclusion, la gestion de l’eau dans la zone d’étude met en évidence les incohérences des politiques publiques, guidées – au-delà des discours sur la rationalisation de la gestion de l’eau – par une logique prédominante de satisfaction de la demande et caractérisée par la poursuite d’une gestion de l’offre, au détriment d’une gestion durable et équitable de la ressource. Pour satisfaire cette demande, ce sont essentiellement des solutions techniques qui sont mises en avant, ainsi qu’une approche en termes de gestion de volumes d’eau plutôt qu’en termes de gestion de la variabilité temporelle de la demande d’eau (en fonction des saisons et des besoins des cultures). Les mêmes lacunes et incohérences continuent de caractériser les dimensions institutionnelles de la gestion de l’eau. Les actions d’appui aux dispositifs de gestion de l’eau à l’échelle locale restent limitées, voire inexistantes. Le désengagement de l’État de la gestion de l’eau, sans transfert de moyens aux associations d’usagers, ne permet pas à ces dernières de se dégager de la tutelle de l’administration (tarif, quotas d’eau, travaux de maintenance, etc.) et, qui plus est, les soumet au jeu des acteurs locaux les plus influents, comme cela a été souligné plus haut. Ces tendances se sont aggravées depuis la révolution et surtout depuis les élections du 23 octobre 2011 qui ont conduit à un affaiblissement de la capacité d’intervention de l’administration, laissant le champ libre au jeu inégal des acteurs. Ce laisser-faire participe également de logiques politiques et électoralistes dans le nouveau contexte ouvert par la révolution.

Alors que le contexte post-révolution favorise la montée des revendications pour un meilleur accès aux ressources, mais aussi l’ouverture de nouveaux champs d’action pour des acteurs émergents, la construction de politiques de l’eau cohérentes prenant mieux en compte les concurrences entre différents usages et territoires, ainsi que les interactions entre les dimensions sociales, économiques environnementales de la gestion de l’eau s’avère plus qu’indispensable.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Alia GANA

est directrice de recherche CNRS et sociologue à l’IRMC

alia_gana@yahoo.fr

Benjamin FOUILLEN

est doctorant en socio-économie

benjamin.fouillenmarcel@gmail.com

 

Pour citer ce billet : Alia Gana, Benjamin Fouillen, « Concurrences et conflits pour l’usage de l’eau en Tunisie : étude de cas dans la région du Cap Bon », Le Carnet de l’IRMC, 21 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1412

 


[1] Le canal Medjerda-Cap Bon, d’une longueur de 120 km, fait partie du plan directeur des eaux du Nord qui prévoit l’interconnexion des barrages pour assurer une meilleure répartition des ressources hydriques entre les régions du Nord, du Centre et du Sud. À partir des prises aménagées tout le long de son trajet, il assure l’approvisionnement en eau potable de la ville de Tunis, du Cap Bon, du Sahel et de la ville de Sfax. Le canal alimente également les périmètres irrigués de M’ghira, de Mornag et du Cap Bon et sert à la recharge des nappes de Khlédia et de Grombalia. La gestion du canal, mis en service en 1987, est assurée par la Société d’exploitation du canal des eaux du Nord, établissement public sous tutelle du ministère de l’Agriculture.

[2] La pression sur les ressources du Lebna est également favorisée par la différence entre le prix de vente de l’eau dans les périmètres initialement alimentés par le canal Medjerda Cap Bon (115 millimes le m3 ) et celui de l’eau prélevé sur le barrage (68 millimes le m3).

[3] Entre 2002 et 2012, le nombre d’adhérents du GDA Lebna Barrage est passé de 99 à 61, celui du GDA Ettadhamen de 276 à 203.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Raissa-Tabaamrant-RT

Anthropologie politique des langues

stephDeuxième journée d’étude sur le Maghreb et sa situation politico-linguistique post 2011. Collaboration CJB/IRMC. Une première journée d’étude s’est tenue au CJB de Rabat le 10 mai 2013. Au vu des résultats obtenus, nous organisons une deuxième rencontre en 2014 qui se tiendra au sein de la deuxième institution partenaire, l’IRMC à Tunis.

Celle-ci élargira l’équipe initiale (Jacopo Granci, Yves Gonzalez-Quijano, Catherine Miller et Stéphanie Pouessel) en conviant d’autres chercheurs, sur l’Algérie, la Libye et l’immigration, ou encore sur l’essor de la langue arabe dans d’autres pays comme la Turquie. Une publication au terme de cette deuxième rencontre est vivement souhaitée. Le besoin de réunir une équipe pour penser régionalement (à l’échelle du Maghreb, voire du monde arabe) l’équation politique / identités / langues s’est imposé suite aux ruptures politiques de 2011. Si les politiques d’arabisation issues des indépendances ont constitué une des épines dorsales du nationalisme, il s’agit aujourd’hui de repenser les liens entre politique et langue au regard des bouleversements induits par le 2011 arabe. Parmi ces bouleversements qui peuvent interférer sur les liens entre langue et politique, il faut noter tout particulièrement les nouveaux mouvements migratoires (retour d’exil, nouveaux réfugiés ; nouvel attrait) ; le rôle qu’ont joué les NTIC et les langues utilisées ; une certaine réhabilitation des accents/langues des régions marginalisées qui ont impulsé la révolution (par exemple en Tunisie) ; les variétés de l’arabe utilisées dorénavant sur la scène politique (darija) dans la cohérence de la volonté d’un « rapprochement » révolutionnaire entre la sphère politique et le « peuple » ; le « surgissement » d’un monde arabe attrayant au niveau international (intérêt, attrait notamment pour la langue).

En arrière-plan de cette réflexion, les représentations des langues constituent une dimension fondatrice à prendre en compte. Maintes recherches décrivent une situation maghrébine linguistique complexe dont le tiraillement identitaire postcolonial découlerait ; tout comme la langue arabe souffrirait d’une maladie congénitale, à savoir sa diglossie. La pluralité des langues au Maghreb est en effet souvent présentée en terme de conflit linguistique, de pathologie voire de pratiques menant à la schizophrénie. Pourquoi les militants des dialectes arabes ont souvent un « problème » avec la tradition arabo-musulmane, tentant alors de déconnecter les arabes dialectaux de l’arabe « classique » en le présentant comme autonome voire élaboré à partir du berbère et des langues « de passage » (européennes) ?

La pluralité des langues – arabes, berbères, français – est-elle vécue comme un tiraillement identitaire qui témoignerait d’une « histoire décolonisée qui n’a pas renouvelé son rapport idéologique aux langues » (Jerad, 2004) ou ne pose-t-elle pas problème que perçue à travers le prisme de l’idéologie nationaliste unitaire ? Autrement dit, pourquoi l’usage différé, parfois concomitant, de ces langues est-il largement condamné par leurs défenseurs/porte-parole quand il est manié sans complexe par les locuteurs ? Une vision réconciliée est proposée par Kristin Hickman qui voit dans chacune des variétés de l’arabe un « outil de soi » (tool of the self) alors non exclusif l’un de l’autre.

S’il est désormais acquit qu’étudier les langues requièrent de partir « des publics et non pas seulement des Etats » (F. Mermier 2003[1]), leurs ajustements réciproques doivent rester au cœur de notre attention, les institutions et les pouvoirs pouvant répondre aux évolutions linguistiques ou aux pressions sociales par des lois (institutionnalisation de l’amazigh au Maroc) mais aussi produire des attitudes porteuses de nouvelles normes (la langue des dirigeants). Les changements linguistiques, constants et en perpétuelles évolutions, se cristallisent parfois dans le sillon de pratiques collectives non élaborées à l’avance, non préméditée, comme c’est le cas de l’arabe easy, cette transcription ou translittération contemporaine de l’arabe en caractère latin. Cette « révolution des signes », et qui plus est « par le bas » (Gonzalez-Quijano), modifie l’exercice de la domination symbolique et annonce une nouvelle politique de la langue. Elle fut largement investie par la « génération 2.0 » au moment des révolutions.

D’autre part, le « 2011 arabe » a revigoré une arabité transnationale, autour d’un « monde arabe » en renaissance, quand dans le même temps il a focalisé sur des histoires politiques nationales particulières. Deux mouvements d’apparence paradoxale ont été produits par ces évènements : la reconnaissance de l’amazighe langue officielle au Maroc (juin 2011) et la dominante islamiste dans les gouvernements tunisiens (octobre 2011), puis marocains (janvier 2012). De la même manière, l’internationalisation de la langue arabe issue de la médiatisation des révolutions n’a pas éludé les variantes nationales de cette langue.

Au Maroc, le « mouvement du 20 février » a véhiculé dans ses appels des messages politiques exprimés et écrits en darija (arabe marocain), amazigh et français mais il n’a pas émis de revendications strictement politiques concernant la darija (Miller). Cela correspond aussi à une normalisation de l’usage public de cette langue (la publicité dont le consortium royal est le principal acteur privé), et dont l’arrivée par le « haut » en a été la consécration (utilisation décomplexée par le Premier ministre Abdelilah Benkirane). Même si le « mouvement du 20 février » n’était pas un mouvement de revendication linguistique, le mouvement amazigh s’y est rattaché afin de faire valoir ses attentes, notamment d’ordre politico-linguistique (Granci). La fin des dictatures qui a permis le retour des exilés libyens et tunisiens a eu une interférence sur les pratiques des langues en Tunisie et en Libye. Il a été discuté des pratiques linguistiques des islamistes en Tunisie, lesquelles peuvent combiner francophonie et anglophonie dans un contexte où la première reste, aux yeux d’une frange minoritaire francophone, un gage de démocratie. Le retour d’une diaspora d’exil islamiste complexifie l’ancienne opposition francophone laïque versus arabophones islamistes (Pouessel).

Peut-on postuler l’entrée dans une nouvelle phase de « post-arabisation » ? Une certaine rupture est en effet perceptible dans l’abandon de l’arabisation comme projet imposé par le haut (Gonzalez-Quijano), une arabisation sur laquelle vient se confronter l’essor des langues dites maternelles ou minoritaires qui peuvent être des « langues frontières » comme la darija, perméable, à la différence du hassaniya et du tamazight (Verratti). Ce processus de vernacularisation (écrire un langage « oral ») opère dans divers domaines de la presse à la publicité aux nouveaux médias et à l’art. Le rôle croissant de la diaspora n’est pas à sous-estimer, notamment une diaspora d’exil aujourd’hui au pouvoir en Tunisie (Pouessel) ; elle participe d’une revanche des élites d’origines provinciales sur celle de la côte alors taxée de trop occidentalisée ou, pour le cas de la Tunisie, de se différencier des anciens pouvoirs autoritaires, et qui s’expriment dorénavant par l’usage linguistique de termes ou d’accents particuliers (Miller). Le facteur générationnel accentue cette rupture, le passage à une nouvelle génération peut fournir des « solutions » linguistiques plus égalitaire (Gonzalez-Quijano), issu d’un rapport à la parole qui a changé (Miller). Enfin, si le « 2011 arabe » a connecté cette région du monde à des référents universaux, le lien entre la langue et la terre qui pourrait sembler anachronique exprime pourtant une des facettes modernes du mouvement amazigh dans le Sud-est du Maroc (Verratti).

En résumé, la réflexion se pose sur l’évolution des problématiques suivantes suite au « 2011 arabe » :

-          Le miroir des diasporas : les langues « importées » via la communauté nationale à l’étranger

-          La perception de la pluralité des langues en terme d’opposition voire de schizophrénie.

-          La révolution des signes dans l’usage des nouveaux médias.

-          Les reconnaissances politiques ou sociales des langues « minoritaires » ou non officielles (et leur impact sur les politiques d’arabisation).

-          L’impact sur les langues (variétés et accents) de la revanche sociopolitique des « jeunes » et des régions marginalisées.

-          La perception et les usages de la langue arabe à l’international.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Stéphanie POUESSEL

est anthropologue et chercheure associée à l’IRMC

stephanie.pouessel@gmail.com

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Anthropologie politique des langues », Le Carnet de l’IRMC, 18 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1405

 


[1] (dir.), Mondialisation et nouveaux médias dans l’espace arabe, Paris, Maisonneuve et Larose.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Nabiha Jerad, un an déjà

Nabiha JeradUne journée d’hommage et de célébration de la mémoire de Nabiha Jerad (1954 – 2012) a eu lieu le 2 novembre 2013 à l’Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres et des Arts de Carthage (Beyt Al Hikma). La cérémonie organisée à l’occasion du premier anniversaire de sa mort a comporté des témoignages professionnels et amicaux qui ont éclairé le parcours et la formation de l’enseignante et de la chercheure et montré son large spectre relationnel, intellectuel et affectif. Les souvenirs évoqués par la vingtaine d’intervenants (collègues, famille, amis et étudiants) ont dépeint une universitaire, citoyenne et militante qui a traversé les frontières de son pays et de ses langues (elle était polyglotte), de sa discipline (la sociolinguistique) et de sa génération. Auteur d’une thèse sur les sabirs à l’époque coloniale -dont le doyen de la faculté des Sciences Humaines et Sociales a promis la publication- Nabiha Jerad était enseignante au département de français de cette institution et chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) depuis sa création en 1992. Ses préoccupations allaient de l’interrogation de la politique linguistique tunisienne de l’après-indépendance à celle des usages quotidiens des langues en Tunisie en passant par les slogans des annonces commerciales, la langue (de bois) des journaux ou l’iconographie des affiches publicitaires. Amatrice d’art et esthète au quotidien, Nabiha Jerad évoluait dans un cosmopolitisme naturel, intérieur et appliqué par lequel elle tissait des liens à travers tous ceux qu’elle touchait ou côtoyait. Son habilitation à diriger des recherches devait porter sur la publicité en Tunisie comme observatoire sur les questions de langue, de culture et de société et sa correspondance atteste qu’elle était sur le point de publier un ouvrage dont on espère la parution.
Elle a vécu la « révolution tunisienne » avec foi et sa fougue de linguiste a fécondé des analyses d’un « événement de langage » qu’elle a développées devant différents auditoires en Tunisie et à l’étranger. Défendant la complexité d’un terrain qu’elle connaît intimement, Nabiha Jerad essayait de dépasser en tant que sociolinguiste la bi-partition à laquelle ont commencé à se référer les politiques et les observateurs de la Tunisie post-14 janvier 2011. Cette journée d’hommage a été marquée par la parution d’un volume de Mélanges intitulé Émotion et connaissance (coordonné par ses collègues Amel Fenniche-Fakhfakh et Samia Kassab-Charfi, Imprimerie Finzi, 2013, 116 p.) et s’est achevée avec la projection d’un documentaire de 32 mn intitulé La Combattante et réalisé par Ridha Ben Yahya, membre du club médiatique culturel de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis.
Par la teneur des témoignages, l’ambiance chaleureusement sobre qui a plané et la liberté de ton et de parole qui ont régné, cette journée d’échanges et de rencontre était à son image, cosmopolite, bien agencée et chargée d’émotion. Dans son déroulement et par certains détails, cet hommage à une intellectuelle authentiquement engagée s’inscrit dans les minuscules signes de changement charriés par cette période « post-révolutionnaire » que Nabiha Jerad a saluée et accompagnée avec passion sans avoir, malheureusement, pu prolonger tous les projets scientifiques et citoyens qu’elle portait.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Kmar BENDANA

est historienne à l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie Contemporaine (Université de La Manouba) et chercheure associée à l’IRMC.

kkbendana@gmail.com

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Nabiha Jerad, un an déjà », Le Carnet de l’IRMC, 18 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1401

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Relations inter-ethniques et attente : le cas du camp de transit de Choucha en Tunisie

Microsoft Word - Document1

Situation géographique du camp de Choucha (Tunisie)
© Daniel Dalet

Le camp de transit de Choucha a été ouvert le 24 février 2011 dans le grand Sud tunisien, à quelques kilomètres du poste frontière de Ras Jedir. Son objectif était d’accueillir les déplacés qui franchissaient la frontière tuniso-libyenne durant la guerre civile libyenne. Alors que les déplacés libyens sont accueillis dans des familles tunisiennes ou s’installent directement dans la capitale, les déplacés subsahariens ou originaires de la Corne de l’Afrique transitent dans le camp de Choucha[1] le temps que leur demande d’asile soit examinée par le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR).

Inscrite dans une approche sociologique, ma recherche vise à analyser la manière dont émergent et se développent les relations interethniques dans des espaces contraints mettant en situation de coprésence des groupes différents dans leur origine nationale, comme le camp de Choucha. La démarche centrale consiste à tenter de saisir l’organisation sociale du camp en prenant en compte tant les témoignages des migrants placés temporairement dans cet espace que les témoignages des personnels associatifs chargés d’organiser Choucha.

En menant cette recherche, mon objectif est double. Tout d’abord, je souhaite donner de la consistance sociale à ces espaces de l’attente où les migrants sont placés durant un temps plus ou moins long au cours de leur voyage. À la suite d’autres sociologues tels que Pascal Hintermeyer et Philippe Hamman (2012), je considère que ces espaces d’attente, qu’il s’agisse d’un camp ou d’autres lieux d’attente, ne sont pas de simples entre deux migratoires dont le caractère furtif empêcherait toute entreprise d’analyse sociologique. Au contraire, le camp est pour moi un espace social à part entière dont l’investigation devient essentielle et pertinente. Ensuite, mon enquête vise à mettre en évidence le fait que les espaces de l’attente ne constituent pas des « sanctuaires ethniques » pour reprendre l’expression consacrée de Michel Agier (2008). Traiter de la question des relations interethniques en situation contrainte, c’est aussi traiter de la manière dont ces frontières disparaissent ou sont suspendues au profit d’autres identités plus génériques et qui permettent également une résistance plus franche face aux difficultés du quotidien. Le camp de transit de Choucha n’est donc pas un lieu où viennent se reproduire mécaniquement les anciennes appartenances ethniques du pays d’origine.

choucha

Photographie du camp de Choucha
© diplomatie.gouv.fr

Selon les échelles, l’appartenance ethnique se fait alors plus ou moins évidente. Elle disparaît parfois au profit d’une identité plus vaste qui est celle des « réfugiés de Choucha », catégorie qui regroupe alors sans distinction ceux qui ont fui la guerre en Libye. Cette migration, qui a amené à la création d’une « communauté de Choucha » au même titre qu’il existe des « communautés d’itinérance » (Escoffier, 2008), n’empêche pas pour autant la mise en avant des différentes ethniques ou nationales et l’expression ou la revendication d’identités plus particulières. Les deux registres identitaires cohabitent et tout l’enjeu pour le sociologue consiste alors à cerner à quels moments telle ou telle identité est mise en avant. L’appartenance ethnique et nationale est parfaitement visible lorsque les personnes abordent la question de la procédure d’asile : elle permet une organisation du quotidien plus facile « les gens pensent comme toi, ils ont les mêmes pensées et le même mode de vie », mais permet également une gestion psychologique et pragmatique de la procédure d’asile. L’appartenance ethnique est en revanche moins évidente lorsque l’on aborde la question du camp et de l’expérience migratoire de l’attente. Là, les migrants ont le sentiment de partager une expérience qui est la même pour tous et qui regroupe les individus peu importe les origines.

Le camp de Choucha est donc un espace qui permet à la fois les liaisons avec des compatriotes mais qui permet également la mise en exergue d’une communauté plus vaste entre ceux qui ont vécu la guerre civile libyenne. Une série de travaux récents en sociologie, notamment en France, a contribué à diffuser le constat que la mobilité repose souvent sur d’autres rapports et d’autres ressources que celles qui ont trait à l’ethnicité (Brachet, 2009 ; Escoffier, 2006 ; Tarrius, 2001 ; Timera, 2009). Aussi, par extension, la mobilité n’engendre pas elle-même des sortes de rencontres ethniques. D’autres liens sont à prendre en compte comme la nécessité de faire face à des difficultés identiques pour tous, ce qui est le cas à Choucha à certains moments.

Bibliographie

AGIER Michel, 2008, Gérer les indésirables : des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

BRACHET Julien, 2009, « Des migrants en transit : sociabilités et territorialités dans le Sahara nigérien », in L. Faret et G. Cortes (éd.), Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires, Paris, Armand Collin, 109-123.

ESCOFFIER Claire, 2006, Communautés d’itinérance et savoir-circuler des transmigrant.e.s au Maghreb, thèse de sociologie de l’Université de Toulouse II, sous la direction d’Alain Tarrius, [en ligne : http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/08/59/29/PDF/TheseTel.pdf].

HAMMAN Philippe, HINTERMEYER Pascal, 2012, « Revisiter les frontières », Revue des sciences sociales, n° 48, 8-15.

TARRIUS Alain, 1989, Anthropologie du mouvement, Paris, Paradigme.

TARRIUS Alain, 2001, « Au-delà des États nations : des sociétés de migrants », Revue européenne des migrations internationales, n° 17-2, vol. 17, 37-61.

TIMERA Mahamet, 2009, « Aventuriers ou orphelins de la migration internationale ? Nouveaux et anciens migrants “subsahariens” au Maroc », Politique africaine, vol. 115, 175-195.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Aurore MOTTET

est doctorante en sociologie à l’Université Nice Sophia Antipolis.

auroremottet@hotmail.fr

Pour citer ce billet : Aurore Mottet, « Relations inter-ethniques et attente : le cas du camp de transit de Choucha en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 17 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1396

 


[1] Parmi les principales nationalités représentées, nous pouvons recenser des Somaliens, des Érythréens, des Soudanais, des Nigérians, des Tchadiens, des Ivoiriens, des Palestiniens et des Bangladeshi.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De la Umma islamique à la nation tunisienne? Penser la dialectique islamisme/nationalisme dans la construction idéologique d’Ennahdha

meeting-de-ennahda-

Meeting du parti Ennahdha, Cité Ezouhour, Sousse.
Octobre 2011.

« Il y a entre islamisme et nationalisme un curieux effet de miroir »,  Olivier ROY[1]

Cette recherche vise à comprendre les partis politiques qui se réclament de l’idéologie islamiste au moment où ils ont été appelés à prendre le pouvoir dans plusieurs pays du monde arabe. La victoire d’Ennahdha lors des élections de l’Assemblée Nationale Constituante en a fait un acteur majeur et incontestable de la vie politique tunisienne. Cependant, lorsqu’il est fait référence au mouvement ou au parti de la « Renaissance », un angle mort persiste dans l’analyse : celui de son histoire politique avant la Révolution de 2011. L’étude rétrospective vise donc à mieux comprendre la formation idéologique du parti, étape essentielle dans l’analyse de la transition démocratique actuelle.

L’islamisme est avant tout une idéologie internationaliste dans le sens où elle s’adresse à tous les pays musulmans composant la Umma dans une forme « d’internationalisme oummiste »[2]. À n’en point douter, à l’instar du chef d’Ennahdha, certains islamistes considèrent le retour du califat comme la consécration finale de leur engagement. Aussi, les acteurs islamistes tunisiens sont souvent accusés de peu s’intéresser à la nation tunisienne voire d’agir en sous-main contre ses intérêts – de ne pas « avoir de patrie ». Il est certain que si l’on en reste à l’analyse d’Ennahdha comme une branche tunisienne de la confrérie des Frères musulmans, le parti apparaît fondamentalement étranger à la nation tunisienne et à toute forme de nationalisme.

Cependant, cette perspective tend à se fonder sur une définition essentialiste et malheureuse de l’islamisme tunisien. De même, l’interprétation de la conversion des acteurs islamistes comme preuve de l’échec de l’islam politique tout comme la perception post-islamiste appliquée au cas tunisien nous ont semblé fortement critiquables. En particulier dans la mesure où, à contre-courant de ces analyses, les islamistes se définissent eux-mêmes comme les seuls acteurs politiques défendant la nation tunisienne authentique, débarrassée du joug culturel colonial. Il ne s’agit pas de corroborer cette analyse mais plutôt de montrer qu’elle a un sens au sein de la réflexion islamisme/nationalisme. Ainsi, les Nahdhaouis ne semblent pas constituer une forme de retour d’un ordre ancien et archaïque mais ils sont partie prenante de la modernité tunisienne. Finalement, il est intéressant d’étudier le parti politique tunisien sous le prisme du passage de l’idéalisme au réalisme, de la nation fantasmée à la nation vécue. Cette redéfinition des rapports entre islamisme et nationalisme nous permet surtout d’interroger plus généralement le rapport d’autres mouvements islamistes à leur propre nation. Inscrite dans le champ des sciences sociales, cette recherche a pour vocation d’établir une réponse relative aux origines des mouvements islamistes.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Souhire MEDINI

est doctorante en science politique à l’Institut d’études politiques de Grenoble.

souhire.medini@gmail.com

Pour citer ce billet : Souhire Medini, « De la Umma islamique à la nation tunisienne? Penser la dialectique islamisme/nationalisme dans la construction idéologique d’Ennahdha », Le Carnet de l’IRMC, 13 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1392

 


[1] Olivier Roy, 2003, « Islamisme et nationalisme », Pouvoirs, revue française d’études constitutionnelles et politiques, n° 104, « Islam et démocratie », 45-53.

[2] François Burgat, 2008, L’islamisme au Maghreb, Paris, Payot, 42.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’Algérie au temps des femmes ! Le deuxième sexe au centre des réformes politiques

genreetdeveloppement

Manifestation féministe
© genreetdeveloppement.unblog.fr

Les questions liées à la femme ont été rendues visibles et ont suscité un intérêt grandissant, suite aux sommets du Caire en 1994, de Pékin en 1995 et du millénaire, regroupant les chefs d’États à New York en 2000 et confirmé par le sommet des chefs d’États membres de l’Union Africaine tenu en Éthiopie en 2004. Ainsi la majorité des pays se sont engagés à respecter l’objectif de renforcer la position de la femme et de favoriser sa participation aux plans social, politique et économique, tout en réaffirmant leur attachement aux principes des droits de l’Homme, dont les droits de la femme sont partie intégrante.

Pour le cas de l’Algérie, le renforcement du rôle de la femme devient une des priorités inscrites à l’ordre du jour en appui à ce qui a été réalisé après l’indépendance dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement, de la santé et de sa participation politique et économique. Le président Bouteflika demeure l’acteur clé de la promotion du statut des femmes dans tous les domaines. Il est à l’origine des réformes introduites au Code de la famille (2005), Code de nationalité (2005), Code pénal (2006), modification de la constitution pour une mise en place d’une politique de quotas de 30 %, afin d’élargir la participation des femmes dans la sphère politique (2012). Autant de réponses positives aux revendications féministes et au mouvement associatif féminin algérien.

En effet, le mouvement associatif féminin a joué un rôle grandissant dans la défense des droits des femmes au cours de ces deux dernières décennies dans un contexte particulièrement difficile et hostile. Les associations de femmes étaient derrière le combat contre l’islamisme politique, elles étaient derrière la mise place d’une loi organique de quota qui permet la représentation des femmes dans les assemblées élues, elles étaient à l’origine des programmes de lutte contre les violences à l’égard des femmes à travers la révision du Code pénal, sans oublier leurs combat de plusieurs décennies contre le Code du statut personnel de l’Algérienne. Le Code de la famille de 1984 qui déniait la pleine égalité entre les deux sexes, notamment en matière de mariage, de divorce ou de tutelle des enfants, ce code était en contradiction avec l’article 29 de la constitution qui reconnaît l’égalité entre les femmes et les hommes. Il a été révisé en 2005 afin de renforcer les droits de la femme à laquelle la Constitution garantit l’égalité citoyenne.

Néanmoins, cette révision n’a pas donné satisfaction à de nombreuses féministes. Si les amendements concernant le bénéfice du logement familial en cas de divorce pour la mère ayant la garde des enfants améliorent effectivement la situation, des dispositions inégalitaires sont maintenues, telles la polygamie, le tuteur matrimonial, l’inégalité devant l’héritage et l’interdiction de l’adoption.De même que le Code de famille, la loi sur la nationalité a été révisée dans un sens qui donne satisfaction aux féministes puisque la loi autorise désormais la femme algérienne à se marier avec un étranger quelle que soit sa nationalité, à condition qu’il soit musulman et à transmettre sa nationalité algérienne à ses enfants.

Au total, bien que le statut personnel continue à minorer la femme dans l’espace privé, ses droits ne souffrent d’aucune ambiguïté dans l’espace public. La femme algérienne a toujours participé dans les différentes luttes politique et sociale pendant et après l’indépendance. Aujourd’hui, Elle est présente dans la quasi totalité des secteurs et en particulier ceux qui lui étaient traditionnellement fermés. Elle n’est plus cantonnée dans les secteurs sociaux. Mais dans le domaine de la politique, sa présence demeure faible.

Notre pays avance avec lenteur même dans ce domaine. En effet, lors des dernières élections législatives du 10 mai 2012, on a constaté une légère progression de la représentation des femmes au sein du Parlement, où leur nombre est passé à 145 contre 31 en 2007. Au niveau local, la présence des femmes s’est nettement améliorée, elles sont passées de près de 9 % en 2007 à 16,55 % aux APC et 29,69 % aux APW aux élections de novembre 2012. Mais ces résultats restent faibles et la représentation des femmes est loin d’atteindre le quota à 30 % dans les assemblées élues. La politique, reste encore un domaine presque exclusivement masculin, et il existe une grande disparité entre la législation et sa concrétisation sur le terrain.

Si l’ouverture récente du champ politique en Algérie est un acquis, la société algérienne demeure à prédominance masculine et les pesanteurs socioculturelles marginalisent les femmes. Or, comme le note une militante féministe marocaine, « Aujourd’hui, le défi des différents acteurs sociaux est de faire passer l’égalité acquise au niveau juridique dans la réalité quotidienne. Un travail énorme qui aiderait à la fois à changer aussi bien les conditions de vie de la majorité des hommes et des femmes que de transformer les mentalités , ce qui exige une révolution culturelle et sociale profonde pour une reconnaissance effective de l’égalité dans la différence»[2]. Taous Amrouche disait déjà il y a deux générations : « La route est longue pour celle qui pousse les youyous ! »[3]

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Djaouida LASSEL

Doctorante en sociologie à l’Université de Provence (Aix Marseille 1), affiliée à l’IREMAM et chercheure associée à l’IRMC.

dlassel@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Djaouida Lassel, « L’Algérie au temps des femmes ! Le deuxième sexe au centre des réformes politiques », Le Carnet de l’IRMC, 12 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1387

 


[1] Déclaration universelle sur la démocratie 1997, principe n° 4 adoptée par l’Union Interparlementaire.

[2] Belarbi Aicha, 2012, Égalité – Parité histoire inachevée, Casablanca, Le Fennec, 212.

[3] Taous Amrouche repris par Mrabet Fadila, 1967, Les Algériennes, Paris, Maspero, 142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte)

Bouhali_Photo1_Oran

Affluence au marché de Medina J’dida, mars 2013
© Anne Bouhali

Ma recherche doctorale s’inscrit à la suite de travaux de sociologues et de géographes ayant souligné très récemment la vitalité des espaces commerçants, et plus particulièrement des marchés urbains dans le monde arabe et méditerranéen (Mermier, Peraldi, 2010). Cette vitalité est à mettre en relation avec le processus de « mondialisation non hégémonique » que G. Lins Ribeiro définit comme « le flux transnational de populations et de biens impliquant de relativement faibles quantités de capital et de transactions informelles, parfois semi-légales voire illégales, souvent associé au monde en développement mais en réalité présent à travers le globe » (Ribeiro, 2012). Cette mondialisation permet ainsi aux plus pauvres et aux petites classes moyennes d’avoir accès à des biens de consommation courante à des prix attractifs. Elle met en relation pays producteurs (Asie du Sud-Est très largement) et pays consommateurs, notamment les pays en développement dont les classes populaires et moyennes sont en forte demande de cette consommation à bas prix (vêtements, textile, produits pour la maison, etc.).

Ce phénomène de mondialisation non hégémonique est visible dans de nombreux marchés, au Nord comme au Sud, et plus particulièrement dans les deux marchés qui sont l’objet de mon étude : le quartier d’al-Muski au Caire, en Égypte, et celui de Medina J’dida à Oran, en Algérie, qui sont des quartiers-marchés proposant à la fois vente de demi-gros et de détail. Le Muski est un quartier commerçant d’origine médiévale, à la forte centralité symbolique, anciennement politique, aujourd’hui encore religieuse et surtout commerciale. Il s’agit du plus gros marché de détail et de demi-gros du Caire. Quant à Medina J’dida, il s’agit d’un ancien quartier colonial oranais, contigu au centre-ville historique. Aujourd’hui, ces deux quartiers commerçants sont les réceptacles de cette mondialisation par le bas, et sont entièrement spécialisés dans le commerce transnational de biens de consommation courante.

Ma thèse vise ainsi à étudier les recompositions urbaines à l’œuvre dans ces deux marchés, connectés à d’autres places marchandes d’importance mondiale par des flux de marchandises, principalement en provenance d’Asie du Sud et du Sud-Est, mais aussi de l’Est de la Méditerranée (Turquie, Dubaï). Ces arrivées massives de biens, qui sont pour l’essentiel le fait d’hommes d’affaires ayant construit leurs réseaux commerçants entre monde arabe et Asie, sont à l’origine d’importantes transformations dans le tissu urbain, avec notamment un processus très dynamique de renouvellement urbain, entraînant des destructions du bâti ancien au profit de la construction de nouveaux malls et grands magasins.

Bouhali_photo2_LeCaire

Livraison des centres commerciaux récents de la rue du Muski, au Caire, avril 2012.
© Anne Bouhali

Ces marchandises entraînent également une transformation des paysages urbains, avec un envahissement des ruelles commerçantes par des produits de qualité moyenne voire très médiocre qui ont tendance à remplacer d’autres activités, comme le commerce de proximité dans le cas d’Oran, ainsi que les activités artisanales dans le cas du Caire, de même qu’une diminution de la fonction résidentielle de ces espaces. Le développement de ce commerce transnational, en lien avec un contexte économique difficile et un contexte politique troublé, a également été accompagné par l’explosion du petit commerce de rue et l’envahissement des espaces publics à l’intérieur même de ces quartiers-marchés par les stands de très nombreux vendeurs de rue. Il s’agit enfin de comprendre comment cette fabrique de la ville par le bas est appréhendée et gérée par les acteurs de la gouvernance urbaine – pouvoirs locaux, administration étatique mais aussi acteurs non gouvernementaux – qui agissent ou tentent d’agir sur l’urbain, dans des contextes que l’on peut qualifier de mouvementés, notamment en ce qui concerne l’Égypte de l’après printemps arabe.

Ma thèse propose ainsi une approche comparative d’un même phénomène – l’interaction entre fabrique urbaine et commerce transnational – par l’étude qualitative de deux places marchandes situées dans le monde arabe. Il ne s’agit pas d’une simple comparaison terme à terme qui serait uniquement fondée sur un recensement des points communs et des différences mais plutôt un aller-retour entre deux terrains qui permet d’enrichir à chaque fois mon questionnement sur les conséquences urbaines d’un commerce transnational très dynamique.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Anne BOUHALI

est doctorante en géographie à l’Université Toulouse 2 le Mirail.
anne.bouhali@univ-tlse2.fr

Bibliographie

Bouhali A,. 2013, « Medina J’dida, un quartier-marché mondialisé sur les routes algériennes du commerce transnational. Vers la définition d’une centralité commerçante régionale », Les Cahiers de

l’EMAM, « Les espaces transnationaux de l’Algérie contemporaine », à paraître.

Mermier F., Peraldi M., 2010, Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange, Karthala-MMSH, Aix-en-Provence.

Ribeiro Gustavo L., 2012, “Introduction: what is globalization from below?” in G. Mathews, G. L. Ribeiro, et C. Alba

Vega (dir.),Globalization from below : the world’s other economy, London, New York, Routledge.

Pour citer ce billet : Anne Bouhali, « Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte) », Le Carnet de l’IRMC, 4 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1380

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Intention entrepreneuriale au Maghreb : approche comparative auprès des étudiants algériens, tunisiens et marocains

Tuniivisions.net

Jeunes entrepreneurs tunisiens
© Tunivisions.net

Depuis quelques décades déjà, l’économie mondiale vit au rythme de l’économie de marché et de la libre entreprise. De nombreux pays, à l’instar des pays en développement, perçoivent dans la création d’entreprise un vivier de création de richesses et d’emplois, plaçant ce dernier au coeur des débats politiques. Les enjeux économiques et sociaux liés à la création d’entreprise sont d’une importance capitale et nul ne peut contester la contribution de ce phénomène à la croissance économique d’un pays.
À côté de l’ébullition que provoque l’entrepreneuriat du côté des pouvoirs publics, ce dernier peut représenter un intérêt tout particulier pour l’individu qui peut trouver dans une situation de création d’entreprise une source de satisfaction. Ainsi, le phénomène d’entrepreneuriat est au centre d’intérêt de plusieurs acteurs, des individus, des gouvernements et des chercheurs.
Étudier le processus entrepreneurial en amont de la création s’avère être une bonne option pour comprendre et expliquer l’acte en lui-même. Krueger et Carsrud (1993), Kolvreid (1997), Emin et Chaulet (2005), Boissin, Tounes (2003 ; 2006), Kennedy et al. (2003) et Fayolle et Gailly (2009) s’accordent pour dire que la création est souvent précédée par une intention ou une volonté. Pour Bruyat (2003) l’intention d’entreprendre relève d’une volonté. En effet, dans tout acte réfléchi, l’intention précède l’action. Dès lors, un acte intentionnel peut être prédit par l’intention d’avoir un comportement donné. Cette intention représente le meilleur prédicteur de l’acte entrepreneurial (Benredjem, 2009). C’est ainsi que l’intention d’entreprendre sera d’autant plus significative que la création d’entreprise est perçue comme une action désirable et faisable.
L’objet de notre recherche est d’étudier les intentions entrepreneuriales au Maghreb à travers une approche comparative auprès des étudiants de trois pays : l’Algérie, la Tunisie et le Maroc. L’idée centrale est de comprendre les attitudes et les perceptions des étudiants vis-à-vis de la création d’entreprise à travers l’identification des facteurs individuels et contextuels influençant leurs intentions entrepreneuriales. Cela, en se basant sur deux modèles d’intentions issus de la psychologie sociale : la théorie du Comportement Planifié (TCP) d’Ajzen (1991), modèle de la formation de l’évènement entrepreneurial de Shapero et Sokol (1982).

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Mourad Mahmoudi

Doctorant en économie gestion à l’Université de Béjaia (Algérie), FSEGC.
mahmoudi.mourad@hotmail.fr

Pour citer ce billet : Mourad Mahmoudi, « Intention entrepreneuriale au Maghreb : approche comparative auprès des étudiants algériens, tunisiens et marocains », Le Carnet de l’IRMC, 30 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1375

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Modèle de développement et dynamique de redéploiement des entreprises italiennes dans la Tunisie post-Ben Ali

entreprises italienne en TunisiePourquoi la Tunisie est attractive pour les investisseurs italiens ?

La présence italienne en Tunisie date des années 1980. Plusieurs facteurs expliquent l’intérêt des entrepreneurs italiens vers le pays. Tout d’abord le cadre législatif pour les investissements étrangers est très favorable. C’est la loi 72 qui incite l’ouverture du pays vers l’investissement étranger en établissant un cadre très favorable pour les entreprises off-shore. Ce terme désigne les entreprises totalement exportatrices qui bénéficient d’un régime de zone franche, c’est-a-dire d’une exonération des taxes pendant 10 ans. Il s’agit d’une politique qui a favorisé énormément l’arrivée du capital étranger.

Ce cadre législatif est accompagné par un contexte socioéconomique intéressant. La présence de petites et moyennes entreprises locales du Textile-Habillement de plus de 30 ans fait de la Tunisie un pays attractif avec une main-d’œuvre à faible coût. Le textile en effet est un secteur à faible développement technologique dont le coût de la main d’œuvre est un facteur assez important.

La proximité avec l’Italie joue un rôle essentiel dans l’échange commercial avec l’Europe, plus particulièrement dans le secteur du Textile-Habillement où la livraison doit respecter des délais de plus en plus courts. C’est le système « just-in time ».

De plus, la présence d’infrastructures comme les hangars, l’aéroport et le port de Tunis et d’un réseau routier efficient permet un transport rapide de la marchandise à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Cette proximité est un des facteurs qui, malgré les incertitudes politiques d’aujourd’hui, joue toujours un rôle important pour le maintien de l’investissement étranger dans le pays. Encore aujourd’hui l’Italie demeure le deuxième partenaire commercial dans le textile-habillement.

Les entreprises italiennes du textile choisissent leur implantation selon une logique de proximité (logistique – par rapport au port de Tunis et à l’autoroute) et du cadre de vie (c’est-à-dire la possibilité de vivre selon un standing occidental). Ces usines se localisent sur la côte (du Grand-Tunis à Sfax) en suivant l’implantation de l’industrie tunisienne avec une concentration dans le Gouvernement de Monastir, pour la présence historique de Benetton et dans le Cap bon pour la présence d’un riche tissu d’entreprises dans ce secteur (Lainati, 2002).

La plateforme productive est parmi le système d’implantation le plus répandu dans le secteur textile. Il s’agit d’une forme d’organisation productive qui structure la production en réseaux. Les différentes phases de la production sont partagées parmi plusieurs entreprises externes. La plateforme est composée par le nœud de ce réseau qui joue un rôle de centre d’organisation. C’est l’entreprise mère qui choisit les entreprises partenaires et qui contrôle la qualité de la production à travers ses propres techniciens. Les relations commerciales, la recherche de nouveaux clients et parfois aussi la création de modèles sont tous gérés par l’entreprise au centre de la plateforme (Alaimo, 2012).

Ce réseau est dynamique grâce à la présence de sous-traitants flexibles (des petites et moyennes entreprises). Ces sous-traitants sont mobilisés selon : la spécialisation du sous-traitant, le type de commande, la période de production (période de creux et de plein) et la confiance établie dans le temps entre partenaires. La plupart des entreprises italiennes sont en fait des sous-traitantes.

Microsoft Word - 1. Alaimo_Coletto_Scroccaro_Lettre IRMC 2012.do

La présence des entreprises à participation italienne Textile-Habillement en 2012.
© Angela Alaimo

En quoi la Révolution a influencé les stratégies entrepreneuriales italiennes du textile-Habillement ?

Le 14 janvier 2011 a été un moment de rupture (Piot, 2011 ; Puchot, Mansouri, Nasraoui, 2011). On peut distinguer deux phases de réaction des entreprises face à la Révolution tunisienne. La première phase est celle des jours qui ont précédé et suivi la Révolution. Le personnel des grandes entreprises a quitté directement le pays avec leurs familles. Les entrepreneurs de petites et moyennes entreprises ont rapatrié leurs familles, tout en restant eux-mêmes sur place pour protéger leurs entreprises et leurs affaires. Les entrepreneurs qui sont restés, affirment que la Révolution n’a pas bouleversé longtemps leur activité et que la fermeture initiale a duré en moyens seulement quelques jours. La deuxième phase est l’actuelle transition. Selon la perception du risque, il y a eu différents types de stratégie entrepreneuriale.

Les grandes entreprises italiennes restent en Tunisie parce que le pays continue à offrir, pour le moment, des avantages dans la production : la disponibilité et le faible coût de la main d’œuvre, les avantages fiscaux. Par ailleurs, les grandes marques du textile peuvent compter sur d’autres sites de production, par exemple au Maroc où ils peuvent réorienter les commandes au cas où il y aurait de problèmes dans les entreprises tunisiennes.

La situation des petites et moyennes entreprises est variée. Certaines continuent leur production en Tunisie, tout en restant vigilantes par rapport aux conditions locales et mondiales ; d’autres sont rentrées en Italie pour réorganiser leur activité productive vers d’autres sites comme la Roumanie, la Serbie et la Macédoine. D’autres encore ont fait faillite ou bien ont fermé et rouvert pour bénéficier à nouveau de la défiscalisation sur les 10 ans. Malgré les problèmes initiaux, la situation s’est stabilisée quelques mois après la Révolution.

Les changements les plus importants se sont révélés au niveau des relations de travail à l’intérieur de l’usine, avec une augmentation des revendications de la part des ouvriers qui a mis en crise la position de pouvoir inconditionné de l’entrepreneur étranger. Partout des grèves, interdites avant la Révolution, se sont élevées. Ces revendications ont abouti à une augmentation des salaires, des demandes de titularisation et un accroissement de la stabilité du travail dans l’usine. Les revendications se localisaient surtout dans les villes où il y a plus d’usines et de travailleurs immigrés provenant de la partie Sud du Pays. C’est le cas de Grombalia, au Cap Bon, ainsi que de la Banlieue du Grand Tunis.

Le pouvoir des entrepreneurs envers les ouvriers est également diminué par la raréfaction de la main-d’œuvre. Cette pénurie est due à l’émigration des jeunes à l’étranger ou dans les villes principales. Ce fait implique un fort turn-over et le « vol » des ouvriers qualifiés par d’autres entrepreneurs.

Au niveau des relations entre les différentes entreprises il y a eu aussi une croissante précarité et des retards de payements. Ces difficultés ont affaibli les relations de confiance entre les entrepreneurs qui ont réagi en diversifiant leur production, en ouvrant plusieurs chaînes à la fois et en acceptant aussi des petites commandes qu’auparavant ils pouvaient refuser. C’est une stratégie pour diminuer le risque d’insolvabilité. Ces réactions ont permis l’épaississement du réseau local parce que la proximité garantit une meilleure possibilité de contrôle sur le travail des autres.

Microsoft Word - 1. Alaimo_Coletto_Scroccaro_Lettre IRMC 2012.do

© Angela Alaimo

« Made in Italy » ou « Made in Europe ? »

Avec l’entrée de la Roumanie dans l’UE en 2008 et l’augmentation des coûts de production, les flux de la production textile italienne, développés tout au long de la frontière européenne (Scroccaro, 2012), se dirigent vers la rive Sud de la Méditerranée (Alaimo, Pasquato, 2008). Ces réseaux et flux entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée font émerger des espaces économiques circulatoires (Tarrius, 1993 ; Peraldi, 2005).

Ces espaces circulatoires sont alimentés par les réseaux et les flux transméditerranéens des matières premières et des produits, des capitaux, des technologies, des compétences et des ressources humaines (circulation et transfert des techniciens). L’émergence de ces réseaux transméditerranéens et donc des espaces circulatoires peut être illustrée par le cas de l’entreprise Modin que nous avons rencontré dans le Cap Bon et dont l’histoire est emblématique.

L’entreprise ferme son siège en Italie il y a plus de dix ans pour ré-ouvrir en Roumanie. Les activités vont assez bien, mais après 2008 les propriétaires envisagent de créer un autre établissement en Tunisie. La famille Modin rachète alors l’établissement d’un buyer italien, tout en maintenant l’établissement roumain. L’activité en Tunisie commence en mars 2010. La production haut de gamme reste en Roumanie, tandis que la production bas de gamme est réorientée en Tunisie. Quelques mois après, la Révolution a éclaté et la crise économique a bouleversé le déroulement normal de l’activité productive au tout début de la production. Aujourd’hui, malgré le contexte moins favorable, l’entreprise continue son activité en Tunisie, en liaison avec l’usine roumaine.

Cette « triangulation » de la production entre Italie, Roumanie, Tunisie fait désormais apparaître des plateformes productives et logistiques qui lient l’Europe de l’Ouest, les PECO (les Pays de l’Europe Centre Orientale) et le Maghreb. Ces nouveaux réseaux transméditerranéens de production répondent aux changements de l’économie mondiale, des modes de production (de la conception du produit jusqu’à sa logistique) et de la consommation (de plus en plus saisonnière et « just in time »).

La production « made in Italy » est alors éclatée et réinventée par la rupture de la liaison directe entre le produit et le lieu de production, car désormais on conçoit et passerait finalement du « Made in Italy » au « Made in Europe », comme soulignait l’entrepreneur de Modin pour indiquer l’importance de produire dans un espace de proximité à l’UE ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Angela Alaimo,
Docteur en géographie | ang.alaimo@gmail.com
Michele Coletto,
Doctorant en anthropologie | michele. coletto@ehess.fr
Alessandra Scroccaro,
Docteur en géographie | alessandra.scroccaro@gmail.com

Bibliographie

Alaimo A., Pasquato C., 2008, “Transformation processes to the district form: territorialities compared” in Worlds of new work? Multi-scalar dynamics of new economy spaces, Conference Papers, Commission on The Dynamics of Economic Spaces, International Geographical Union, 5th to 8th of August 2008, Department of Geography, Universitat Autònoma de Barcelona, Barcelona.

Alaimo A., 2012, La geografia in campo. Metodologia ed esperienze di ricerca, Pacini, Pisa.

Alaimo A., 2010, Il territorio preso nella rete.La delocalizzazione veneta in Tunisia, Thèse de Doctorat en Sciences Économiques Mention Économie des Transports, Italie, Université de Padoue.

Ben Hammouda H., 2012, Tunisie, économie politique d’une révolution, Éditions de Boeck, Paris

Cassarino J-P., 2000, Tunisian ‘New Entrepreneurs’ and their past experiences of migration in Europe, Ashgate, Aldershot.

Cherni, A., 2011, La révolution tunisienne.S’emparer de l’histoire…, Albouraq, Liban.

Ferjani M.C., 2011, “Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne”, Confluences Méditerranée, 77, 13-28.

Kilani M., 2011, La révolution des braves, Simpact, Tunis.

Lainati C., 2002, Le imprese straniere in Tunisia. Nascita e sviluppo dei circuiti produttivi: gli italiani nel tessile-abbigliamento, Rapporto di ricerca del progetto ECOBAZ DGXUU-CE.

Peraldi M., 2005, « Affranchissement et protection : les petits mondes de la confection en Tunisie », Colloque Sousse, Actes du colloque de Sousse, Paris, Karthala.

Piot O., 2011, La révolution tunisienne. Dix jours qui ébranlèrent le monde arabe ?, Les Petits Matins.

Puchot P., Mansouri S. et Nasraoui R., 2011, Tunisie,une révolution arabe, Éditions Galaade

Scroccaro A., 2012, Des territoires aux territorialités multi-situées : réseaux de la production du « made in Italy » en Roumanie, Thèse de Doctorat, Université Paul Valéry Montpellier III et Université de Padoue.

Tarrius A., 1993. Territoires circulatoires et espaces urbains. Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60, 51-60.

Veltz P., 2005, Mondialisation, villes et territoires, Ed. PUF, Paris.

 

Pour citer ce billet : Angela Alaimo, Michele Coletto, Alessandra Scroccaro, « Modèle de développement et dynamique de redéploiement des entreprises italiennes dans la Tunisie post-Ben Ali », Le Carnet de l’IRMC, 29 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1368

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La « Révolution tunisienne », ses « objectifs » et la Constitution

1280px-AssembléeConstituanteTunisienne22Nov2011_1Une Constitution peut-elle vraiment répondre aux objectifs d’une révolution ? Une révolution poursuit-elle vraiment des objectifs ? Une révolution est-elle vraiment une révolution ? (Publié simultanément sur Médiapart et sur Le carnet de l’IRMC).

La Constitution tunisienne répond-elle aux objectifs de la Révolution ? En cette période de finalisation du processus constituant, il n’est sans doute pas question plus légitime : hommes politiques, commentateurs et citoyens de toute sensibilité s’emploient, lecture scrupuleuse du texte à l’appui, à répondre à cette interrogation. La Tunisie n’a d’ailleurs sans doute jamais compté autant de spécialistes improvisés de droit constitutionnel et il faut s’en réjouir : le texte de la Loi fondamentale n’est-il pas la propriété de tous ? Mais, si elle est politiquement légitime, la question sur laquelle débute cet article est-elle sociologiquement bien posée ? Rien n’est moins sûr, dans la mesure où y répondre suppose de partager au moins trois présupposés :

- que tous les tunisiens sont convaincus qu’il y a bien eu une révolution en Tunisie en 2010-2011 et qu’ils partagent la même acception de la notion ; cela suppose aussi qu’une définition de la révolution existe ;

- que, s’ils s’accordent sur l’idée qu’il y a bien eu une révolution en Tunisie, que celle-ci a poursuivi des « objectifs » identifiables et que ces derniers sont les mêmes pour tous ; ce qui suppose aussi qu’une révolution poursuive des objectifs ;

- que le contenu de la Constitution répond aux objectifs imputés à la dite révolution ; cela suppose qu’une constitution, cette matière écrite, a le pouvoir, par sa seule existence, d’encadrer et de réguler le pouvoir politique et même de « faire société » !

Une révolution ?

La révolution tunisienne a-t-elle jamais eu lieu ? Toutes les réponses sont sur la table. En fait, cela dépend de la définition retenue. Il n’existe en effet aucune acception universelle et stabilisée de ce qu’est une « révolution ». Entre l’acception théorique de la révolution prolétarienne d’inspiration marxiste et le cas historique de la révolution bourgeoise française, il y a un monde. La révolution est de ces mots-valises aussi commodes que piègeux : comme une valise, on peut la remplir de mille et une choses et la transporter n’importe où. Au fond, une révolution, est-ce l’action et/ou son résultat ? Est-ce le soulèvement déterminé contre l’oppresseur, la confrontation au sang, le peuple debout construisant des barricades et donc une alternative au pouvoir, ce que Charles Tilly appelle une « situation révolutionnaire » ? Ou est-ce la chute du dictateur, le renversement du régime, l’issue ultime de l’action protestataire ? [1] Et si résultat il y a, celui-ci est-il vraiment révolutionnaire ? La chute du dictateur est-elle la chute du régime ? Et si le départ du dictateur n’était qu’une manœuvre de palais ? Par ailleurs, la chute du régime politique se traduit-elle par une transformation sociale ? [2] Pas toujours ! Une révolution politique n’est pas toujours une révolution sociale, loin s’en faut. En Tunisie, les ingrédients d’une situation révolutionnaire sont aisément repérables. Mais les conditions encore obscures dans lesquelles le pouvoir de Ben Ali s’est effondré indiquent que si révolution politique il y eut, les événements du 14 janvier n’en sont pas la meilleure illustration : il faudrait au moins convenir de son étalement dans le temps, relançant les spéculations sur le fait de savoir quels faits entérinent l’issue révolutionnaire (la démission du gouvernement Ghannouchi, les élections du 23 octobre, l’adoption de la Constitution ?)… Quant à la révolution sociale, on conviendra aisément que celle-ci n’est encore aujourd’hui ni un fait, ni un projet majoritaire.

De fait, les débats en Tunisie portent la trace de cette indétermination. Derrière l’affirmation globalement consensuelle selon laquelle il y a bien eu une révolution, les acteurs et commentateurs ne sont pas d’accord entre eux, ni sur le contenu de cette révolution, ni sur sa durée. Les uns restreignent la révolution au tout petit mois qui s’écoule entre le 17 décembre et le 14 janvier, sorte d’acmé révolutionnaire après lequel aurait commencé une phase nouvelle de « transition démocratique » (De fait faut-il rappeler que la notion n’est vraiment mobilisée qu’à partir du 14 janvier). Les autres font durer la révolution jusqu’à la chute du premier gouvernement de transition, afin d’assurer la continuité des mobilisations sociales de décembre-janvier et celles des protestataires des Kasbah 1 et 2. D’autres, enfin, considèrent toujours la période actuelle comme révolutionnaire, celle-ci ne pouvant s’achever qu’une fois les inégalités socio-territoriales disparues et la justice transitionnelle (qu’étrangement ils ne rebaptisent pas justice révolutionnaire) menée à son terme. Malgré cette diversité des attentes et des temporalités révolutionnaires, force est de constater la diffusion quasi-générale du terme « révolution » dans les discours politiques. Si l’on met en effet de côté une partie des destouriens répétant à qui veut l’entendre que « la révolution » est une manipulation par des forces étrangères à connotation islamiste, la grande majorité des acteurs politiques se réfèrent constamment à la « Révolution ». La plupart du temps, c’est pour se référer à ses « objectifs ».

Une révolution poursuit-elle des objectifs ?

Il existe des révolutions à adjectifs (révolution sociale, politique), mais existe-t-il des révolutions à objectifs ? Les enquêtes menées sur le processus contestataire montrent que celui-ci ne relevait pas d’une intention initiale ou d’un projet coordonné et qu’il ne suivait pas une direction définie [3]. Les acteurs ne partageaient pas une conception claire des fins de l’action protestataire. Les premières manifestations, à Sidi Bouzid, donnent lieu à des slogans hétérogènes : si elles sont immédiatement politisées, il ne s’agit pas de mettre fin au régime. D’une certaine façon, ce sont les révolutions qui font les révolutionnaires autant que ce sont les révolutionnaires qui font les révolutions [4]. C’est pourquoi il n’est d’objectifs à une révolution que les objectifs que ceux qui prétendent ou ont autorité à parler en son nom lui assignent… souvent après coup ! C’est pourquoi derrière un accord de façade des acteurs politiques autour du slogan « Dignité, liberté, justice sociale », la sélection des enjeux légitimes de la révolution fait l’objet ex-post d’une lutte symbolique permanente auxquels tous se livrent. Force est de constater la focalisation du débat public sur la signification de la notion de liberté (liberté religieuse pour les uns, liberté de conscience pour les autres) au détriment d’une discussion sur le sens de la notion de dignité ou encore sur le contenu de ce que serait une « justice sociale ». C’est dire aussi que cette compétition se livre aussi au nom des « révolutionnaires » et surtout à la place de ces derniers. Les révolutions n’échappent pas aux logiques d’expropriation symbolique de la parole des dominés que les sociologues ont constaté dans les démocraties stabilisées. Cela ne signifie pas que ces discours soient illégitimes, bien au contraire. Mais chacun projette ses propres attentes sur la révolution et les révolutionnaires et il est bon de le rappeler.

Une constitution est-elle un démiurge ?

Que peut, dans ces conditions, un texte constitutionnel ? En Tunisie, il est courant de prêter au droit, en particulier au droit constitutionnel, des vertus performatives, voire magiques. Dans un pays où l’histoire politique est profondément marquée par le référent constitutionnel (grands textes de 1857, de 1861 et 1959) au point de le retrouver dans le nom des différentes incarnations du parti national (Destour, Néo-Destour, Rassemblement constitutionnel démocratique…), les acteurs politiques font comme si la constitution était une divinité, un démiurge susceptible de « faire société » et notamment de répondre aux objectifs imputés à la dite révolution. Il est vrai que la « force du droit » [5] réside dans sa capacité à objectiver, à « faire entrer l’arbitraire dans l’ordre des choses ». Il contribue en effet à faire accepter le principe de l’impôt ; il contribue aussi à nommer la réalité, à assigner des identités ; il autorise et il interdit. Loi fondamentale placée au-dessus des lois ordinaires, la constitution joue un rôle symbolique évident. Il peut, dans certains contextes – et c’est le rôle qu’il a joué – stabiliser une situation critique, produire de la réassurance, diffuser de la confiance. Il peut aussi unifier, sinon un peuple, du moins ses représentants, autour d’un projet national et mettre fût-ce provisoirement, tout le monde d’accord (sur le mode tunisien du « consensus »).

Mais répond-t-il aux objectifs de la révolution ? Rien n’est moins simple. Certes, la Constitution tunisienne se réfère dans son préambule à la Révolution, à laquelle elle impute les objectifs de « liberté » et de « dignité ». Ce dernier terme est même ajouté à la devise de la République (Liberté, dignité, justice, ordre). Certes il y est proclamé la rupture avec l’injustice, la corruption et la tyrannie. D’un point de vue symbolique, ces innovations sont essentielles. Mais la liberté et la dignité seront-elles en pratique assurées ? Une constitution est-elle dotée d’un pouvoir magique de transformation sociale ? Il faut peut-être relativiser son importance. La sociologie des constitutions nous apprend qu’un texte constitutionnel, conçu par des représentants divisés en compétition, porte les traces des conditions de son élaboration [6]. Il ne peut donc être ni optimal, ni totalement fonctionnel ! Ses ambiguïtés promettent des usages politiques inattendus, des lectures originales, des conflits d’interprétation qui ne pourront être réglés en se référant à la fameuse « intention du constituant », dont on perçoit bien la difficulté à la repérer dans le maquis désordonné des interventions contradictoires lors des séances plénières de l’Assemblée nationale constituante. De ce point de vue, l’article 92 sur la présidence du conseil des ministres est un chef d’œuvre d’ambiguïté : le texte ne tranche pas vraiment sur la question de la primauté entre le président de la République et le chef du gouvernement. En outre, une constitution impose bien sûr des contraintes aux acteurs sociaux mais elle leur donne également des ressources pour l’action : rien n’interdit en effet les hommes politiques à des usages stratégiques de telle ou telle disposition dans la compétition pour le pouvoir. Enfin, un texte constitutionnel, c’est… un texte. Un ensemble de phrases et de mots. Or, un régime politique, ses garanties démocratiques, la stabilité de ses institutions, n’est pas seulement le produit d’un seul texte et de ses interprétations. Il y a bien sûr, ces autres textes qui codifient le jeu politique : lois électorales, lois de financement des partis, etc. Mais ce sont aussi les logiques sociales de sélection du personnel politique, le caractère plus ou moins professionnalisé du jeu politique, le degré d’institutionnalisation des partis politiques, les logiques sociales de valorisation des trophées électoraux, les façons dont les heureux élus, en fonction de leur personnalité et de leurs ressources, habiteront les rôles institutionnels (président, chef du gouvernement, député…) qui feront le régime politique tunisien. D’une certaine façon, c’est moins le texte, par son épaisseur propre, qui produit la vie politique que la politique qui fait le texte et qui lui reconnaît une épaisseur, une légitimité, bref qui fait du texte voté par les constituants un dimanche de janvier, une Constitution, au sens plein du terme.

 

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « La “Révolution tunisienne”, ses “objectifs” et la Constitution », Le Carnet de l’IRMC, 27 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1364

 


[1] Charles Tilly, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, Seuil, 1993.

[2] Theda Skocpol, Etats et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard, 1985.

[3] Choukri Hmed, « Réseaux dormants, contingence et structures. Genèses de la révolution tunisienne », Revue française de science politique, vol. 62n°5-6, 2012.

[4] Laurent Jean-pierre, « Points d’inflexion des révolutions arabes », Les temps modernes, n°664, mai-juillet 2011.

[5] Pierre Bourdieu, “La force du droit. Éléments pour une sociologie du champ juridique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°64, 1986.

[6] Bastien François, Naissance d’une constitution. La Cinquième République (1958-1962), Paris, Presses de Sciences po, 1996

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Economies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun

melliti

Photographie de Imed Melliti

Contexte et questionnements

La réflexion et l’enquête collectives que nous comptons initier dans le cadre de ce programme de recherche n’est pas sans rapport avec les bouleversements de ce que l’on appelle désormais, et par commodité, le « printemps arabe ». Elle a pour ambition de croiser les travaux de recherche sur des mouvements protestataires et des enjeux similaires sur la rive Nord de la Méditerranée, comme celui des « indignés ».

L’objectif du programme est d’aller au-delà des manifestations politiques apparentes de ces mouvements, pour interroger leurs ressorts profonds en termes de légitimité politique, à travers la définition d’un seuil de tolérance en rapport aux expériences et à la perception des « injustices ». Les mouvements protestataires qui ont accompagné les « révolutions » du « printemps arabe » et, avant elles, plusieurs mobilisations collectives et émeutes (telles que celles du bassin minier en Tunisie), ont révélé au grand jour la crise du modèle de justice sociale édifié par les États postcoloniaux et articulé autour de la méritocratie scolaire et de l’État-providence (et, dans le cas de la Libye et de l’Algérie, autour de la redistribution des produits de la rente pétrolière). Ce modèle a été progressivement et profondément écorné par les plans d’ajustement structurel et la libéralisation de l’économie, mais aussi par la dérive autoritaire et la corruption qui sévissent sur l’ensemble de la région. Il est paradoxal que la chute grandissante du modèle en question ne l’empêche pas de continuer de structurer, dans plusieurs pays, les attentes des populations vis-à-vis de l’État, « encore vu comme “espérance” et comme planche de salut dans les imaginaires locaux après deux décennies de réformes néolibérales consommées » (Allal, Bennafla, 2011). Les revendications des jeunes et particulièrement les diplômés d’entre eux (Emperador, 2007), en matière d’accès à l’emploi et à une forme de citoyenneté réelle et non seulement juridique, expriment l’ampleur des frustrations générées par ce décalage entre, d’un côté, les imaginaires et les attentes des populations et, de l’autre, les effets désormais limités de l’action distributive de l’État et les conséquences d’un modèle politique clientéliste et népotiste mis en place au fil du temps (Melliti, 2011).

Le malaise collectif qui est à l’origine du tournant politique des « révolutions » arabes et des mouvements de protestation politique et sociale qui lui succèdent (manifestations, sit-in et grèves), ne peut être analysé et compris que si l’on arrive à explorer les représentations collectives, notamment en matière de justice sociale et du rôle de l’État en tant que garant de l’égalité en dignité et de l’égalité des chances entre citoyens. Il est important de savoir sur quelle base et en fonction de quels registres de normativité se construit aujourd’hui la définition du « juste » et de « l’injuste ». Où se situent les seuils de tolérance aux écarts par rapport aux normes de justice ? Quelles sont les représentations du rôle de l’État en la matière ? Dans quelle mesure il continue d’être perçu comme le garant d’un seuil minimum de redistribution des ressources et comme arbitre dans la définition du « bien commun » ? De quel crédit de confiance disposent les institutions, les pouvoirs publics et les élites politiques dans l’exercice de ce rôle ? Il est aussi important d’explorer les situations perçues comme injustes et les émotions qu’elles suscitent.

Leviers théoriques

Deux entrées conceptuelles offrent une assise théorique à notre entreprise : les économies morales et les sentiments d’injustice. L’utilisation du concept d’économie morale, pour aborder les dynamiques de conflit qui traversent l’ensemble du Maghreb et des pays du « printemps arabe », fait sens dans un contexte particulier qui cristallise des enjeux tout aussi particuliers. « Les faits moraux ne sont pas entièrement séparables des autres dimensions de la réalité sociale, notamment politique, et […] l’originalité de la démarche anthropologique ou sociologique peut être de mettre au jour cette impureté de la morale », écrit D. Fassin (2012). Le concept d’économie morale permet, de son côté aussi, de rendre compte de cette impureté de la morale, en l’inscrivant dans des trames de normativités et des logiques d’évaluation situées historiquement et vouées à se moduler en fonction des échelles, des référents et des contextes. Moins centré sur l’analyse des mouvements protestataires en tant qu’événements politiques, le concept d’économie morale, proposé par E. P. Thompson (1963, 1971) et repris par J. Scott (1976), est censé fournir une clef de lecture des « conditions de possibilité » de ces mouvements. Il a pour mérite de réhabiliter le rôle des affects et des émotions dans l’explication des mobilisations collectives et de certains tournants politiques majeurs, sans verser pour autant dans un psychologisme intenable, dans la mesure où il n’aborde pas la dimension psychologique en tant que telle, en braquant l’attention sur des paramètres situés, tantôt, en amont (ce qui provoque l’indignation ou la rage) ; tantôt, en aval de cette dimension (ses retombées au niveau du politique et de la délégitimation de ses institutions).

mid-Moment_historique_de_la_Révolution_Tunisienne_devant_le_Ministère_de_l'Intérieur_(DEGAGE)_-_Avenue_Habib_Bourguiba_-_Tunis_-_14.01.2011.ogg

Manifestants devant le ministère de l’Intérieur, 14 janvier 2011.
© D.R.

La pertinence du concept d’économie morale est d’autant plus grande que la caducité des approches culturalistes rend nécessaire la prise en compte de la diversité des référents d’évaluation aujourd’hui et l’emboitement des échelles analytiques qui s’ensuit : espaces publics national et international, Droits de l’Homme, raison humanitaire, logiques institutionnelles, communautaires ou corporatistes, expérience quotidienne, etc. Dans l’ensemble du Maghreb et des pays du « printemps arabe », la montée de l’hétérogène n’est pas que politique et idéologique ; c’est aussi une montée des tensions morales. Au niveau de l’espace public, à une économie morale de surplomb imposée par la langue de bois officielle, par l’État et une société civile « à la solde », se substitue une autre économie plus éclatée où se télescopent les registres et les répertoires d’évaluation. La prolifération des « affaires » témoigne de l’éclatement et de l’affrontement entre ces registres.

La deuxième voix dans laquelle s’engage ce programme de recherche est celle de l’exploration proprement dite des sentiments d’injustice. Dans quelle matrice sociale s’élaborent les jugements de justice et, plus particulièrement, les sentiments d’injustice : celle des déterminations sociales, celle encore de la subjectivation éthique ou, enfin, celle des « frustrations relatives » générées soit par l’écart entre ce qu’un individu estime devoir avoir et ce qu’il a, soit par la comparaison entre ce qu’un individu a et ce que d’autres ont (Stouffer et al., 1949 ; Boudon, 1995) ? Autour de quelles situations typiques se cristallise l’essentiel des sentiments d’injustice (Guibet Lafaye, 2012) : le non-respect des principes de justice distributive, l’idée d’une anomalie scandaleuse dans le fonctionnement d’une situation ou, plus généralement, de l’ordre du monde, le constat de non-respect de principes formels et procéduraux, le sentiment d’impuissance face à un pouvoir abusif ?

Afin d’explorer les sentiments d’injustice, il faut mettre l’accent simultanément sur trois niveaux d’analyse : (1) les principes qui commandent éthiquement la distinction entre le juste et l’injuste ; (2) la rhétorique sociale à travers laquelle s’expriment ces sentiments ; (3) les situations typiques susceptibles d’être interprétées comme injustes. Il est important au premier chef de comprendre, d’une part, les articulations qui permettraient le passage d’une conception macro sociale (idéal social, convictions politiques et idéologiques, etc.) de la justice à la micro justice et vice versa ; et de saisir, d’autre part, le rapport entre les expériences personnelles ou directes des situations d’injustice et des représentations a priori du juste et de l’injuste structurées autour d’un certain nombre de principes partageables. Les sentiments d’injustice étant d’abord une affaire d’intersubjectivité, comment se décline alors la conjonction entre le réel et sa lecture et l’idéel dans la définition des situations d’injustice et dans la formulation des jugements les concernant ? À quel point les expériences quotidiennes et les parcours personnels (mobilité ascendante ou descendante) jouent un rôle déterminant (Dubet, 2006) dans la formation des conceptions de la justice ? « Les raisonnements immanents aux jugements normatifs et aux jugements de justice sont issus plus ou moins directement d’un entrelacs de principes, d’évidences empiriques, logiques ou morales, dont certains sont universels, tandis que d’autres sont indexés sur le contexte […] », écrit C. Guibet Lafaye (2012). Par ailleurs, il est certain que les sentiments d’injustice ne sont en rien une simple projection des inégalités réelles ou objectives. S’il est intéressant de voir comment des individus en viennent à accepter les inégalités et à construire un sentiment de fatalité qui accompagne cette acceptation, il est aussi pertinent de chercher à comprendre qu’est-ce qui ferait que cette évidence d’un monde « normalement » injuste vienne à se rompre et que certaines situations inégalitaires puissent devenir « inacceptables ».

Approche méthodologique

Les orientations méthodologiques qui sous-tendent l’ensemble des activités projetées par ce programme se structurent autour d’une démarche sociologique et anthropologique attentive à des niveaux d’analyse qui relèvent à la fois du micro et du macrosocial, le juste étant défini tantôt en référence à des situations vécues et, plus précisément, à des « manquements » normatifs repérés à travers l’expérience quotidienne, tantôt en évoquant toutes sortes de dissymétries entre groupes, régions, communautés et en référence à la représentation de ce qui serait un monde « juste ». À dominante sociologique et anthropologique, le programme est néanmoins ouvert aux autres sciences sociales.

Le comparatisme est au cœur du dispositif d’analyse et de réflexion qui sera mis en place dans le cadre du programme. Il représente une forme d’expérimentation in vivo du fonctionnement des jugements de justice. La comparaison entre sociétés différentes du point de vue de leurs structures sociales et ethniques, de leurs expériences dans la transition vers la démocratie et, avant cela, de la construction de l’État post colonial et de la dérive autoritaire, crée les conditions d’une manipulation des paramètres les plus significatifs : l’existence ou non d’une économie de rente, le degré de régulation des inégalités par l’État, l’enracinement des valeurs démocratiques et de l’engagement citoyen, le poids différentiel des valeurs religieuses et séculières, etc. Cela est d’autant plus important que dans la démarche qualitative que nous allons principalement adopter, l’intelligibilité tient, dans une large mesure, à l’articulation et à la confrontation entre systèmes de sens et contextes.

Bien que nous soyons conscients des difficultés qui entourent cette entreprise, la démarche adoptée par ce programme se veut compréhensive et qualitative. Notre objectif n’étant pas de centrer l’analyse sur les jugements de justice produits par les « entrepreneurs de la morale », il est évident que nous aurons assez de peine à les cerner dans l’implicite des discours ordinaires. Malgré cette difficulté, il nous semble primordial de pouvoir focaliser l’investigation sur la subjectivité éthique et sur les cadres évaluatifs mobilisés par les acteurs sociaux ordinaires. Aussi, notre attention portera-t-elle beaucoup moins sur les turbulences politiques et sur les mobilisations collectives majeures que sur l’ordinaire des luttes et des résistances au quotidien et sur la rhétorique protestataire qui les accompagne.

Imed Melliti

Maître de conférence au département de sociologie de l’Institut supérieur des sciences humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar

imelliti@yahoo.fr

Bibliographie

Allal A., Bennafla K., 2011, « Les mouvements protestataires de Gafsa (Tunisie) et Sidi Ifni (Maroc) de 2005 à 2009. Des mobilisations en faveur du réengagement de l’État ou contre l’ordre politique ? », Revue Tiers Monde, Hors-série, 27-45.

Boudon R., 1995, Le Juste et le Vrai, Paris, Fayard.

Dubet F., 2006, Injustices. L’expérience des inégalités au travail, Paris, Seuil.

Emperador M. B., 2007, « Diplômés chômeurs au Maroc : dynamiques de pérennisation d’une action collective plurielle », L’Année du Maghreb, III, 297- 311.

Fassin D., 2012, « Vers une théorie des économies morales », in D. Fassin, J.-S. Eideliman, Economies morales contemporaines, Paris, La Découverte.

Guibet Lafaye C., 2012, Le juste et l’inacceptable. Les sentiments d’injustice contemporains et leurs raisons, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Melliti I., 2011, « Les jeunes et le travail en Tunisie », in Vultur M. et Mercure D. (dir.), Perspectives internationales sur le travail des jeunes, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 87-106.

Scott J., 1976, The Moral Economy of the Peasant. Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, New Haven, Yale University Press.

Stouffer S. A., Suchman E. A., De Vinney L. C., Star S. A. et Williams R. M., 1949, The American Soldier. Adjustment during Army Life, Princeton, Princeton University Press.

Thompson E. P., 1968, The Making of the English Working Class, Londres, Penguin Books.

Thompson E. P., 1971, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, 50, 76-136.

 

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « Économies morales et légitimités politiques au Maghreb. Perspectives comparées sur les sentiments d’injustice et le bien commun », Le Carnet de l’IRMC, 24 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1358

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (2/3)

vote

File d’attente devant un bureau de vote à El Menzah (Tunis), 23 octobre 2011.
© Amine Landoulsi – AP/SIPA

Second volet de notre enquête sortie d’urnes réalisée lors des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011 : signification et enjeux des élections. (Publié simultanément sur Médiapart et sur le carnet de l’IRMC – Lien vers le 1er volet).

Deux ans après les élections à l’Assemblée nationale constituante, les tunisiens qui ont participé au scrutin du 23 octobre 2011 retourneront-ils aux urnes si de nouvelles élections sont organisées ? Accepteront-ils le moment venu les candidat-e-s qui leur seront proposées ? S’intéresseront-ils à la campagne électorale ? Celles et ceux qui se déplaceront voteront-ils pour les mêmes options politiques, recompositions de l’offre partisane mise à part ? Le scrutin donnera-t-il lieu à des passions similaires ? Ces questions, auxquelles il est ici impossible de répondre, ne manqueront pas d’agiter les milieux politico-journalistiques à l’approche du scrutin. Il sera alors utile de mieux connaître les électeurs de la précédente consultation, celle du 23 octobre 2011, premier scrutin démocratique de l’histoire de la Tunisie, afin de mesurer les évolutions de l’électorat.

Une enquête sortie d’urnes, première du genre dans le monde arabe, menée le 23 octobre 2011 auprès des électeurs d’un centre de vote du quartier Menzah 8, dans la circonscription de l’Ariana, près de Tunis, a permis de formuler quelques hypothèses sur une fraction spécifique de l’électorat tunisien : l’électorat « bourgeois » d’un quartier résidentiel. A l’heure du second anniversaire de cette élection et dans l’attente de la publication à venir de l’ensemble des résultats de cette recherche, cet article en présente les principaux enseignements.

L’enquête par questionnaires et par entretiens a été menée par l’auteur de cet article et une quinzaine d’étudiants de l’Institut Tunis-Dauphine[1] auprès de 293 électeurs de Menzah 8. La population de ce quartier résidentiel peu éloigné de la banlieue nord et du centre de la capitale, est composée principalement de membres de la bourgeoisie économique et intellectuelle. Cette fraction des classes moyennes et supérieures tunisiennes, exerçant une activité professionnelle dans le gouvernorat de l’Ariana ou les gouvernorats limitrophes est porteuse de valeurs libérales, tant au plan économique qu’au plan des mœurs. S’agissant par exemple du rapport à la religion, une claire majorité de nos enquêtés affirment peu pratiquer (34,1 %) voire ne pas pratiquer du tout (18,8 %). Ses préférences politiques sont minoritaires. Les résultats dans le bureau de vote diffèrent des résultats nationaux mais aussi de la circonscription dont il relève : les partis appelés « modernistes »[2] (Ettakatol, PDP et PDM (cf. glossaire en annexe) récoltent à eux trois plus de 50 % des voix (52,83 exactement, contre 12,99 % au niveau national et 25,97 % dans le gouvernorat, le parti islamiste Ennahdha n’obtenant que 14,43 %, contre 34,81 % à l’échelle nationale). Les résultats de notre enquête ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble du pays mais ils sont significatifs des comportements électoraux d’une frange spécifique de la population du pays.

Signification et enjeux des élections

Si l’ampleur de la victoire annoncée du parti islamiste Ennahdha a été un des aspects du « cadrage médiatique » du scrutin du 23 octobre, une autre lecture a dominé les commentaires : ce jour-là est celui où « le peuple tunisien [part] à la reconquête de sa liberté et de sa dignité »[3], où il exécute rassemblé un « hymne à la démocratie »[4]. L’ampleur de la participation électorale – dont il faut rappeler ici qu’elle a été surévaluée par beaucoup de médias – sera logiquement interprétée comme une volonté unanime des électeurs tunisiens de soutenir la construction de la démocratie par l’apprentissage de l’acte électoral.

Ce n’est certainement pas faux. Notre enquête révèle des électeurs concernés par la campagne : trois électeurs sur cinq disent avoir lu un ou plusieurs programmes, plus de la moitié avoir consulté le site internet d’un candidat ou un parti. Beaucoup d’entre eux rencontrés ce jour-là, dont certains votaient pour la première fois, semblaient en effet à la fête : des attitudes de soulagement, de joie non feinte, rapportées aux enquêteurs lors des passations de questionnaire ou directement observées, peuvent attester de la présence d’émotions parmi ces « foules sentimentales » qui se pressent devant les bureaux de vote. Pour cet électeur d’Ennahdha, cadre supérieur dans une multinationale de 52 ans, « c’est une occasion qui peut-être ne se répète pas, moi j’ai 52 ans et c’est la première fois, c’est un plaisir, c’est un honneur de participer ». Pour cet autre électeur du PDP, « j’étais ému, j’étais agréablement surpris ce matin, lorsqu’à 8h30 je trouve tout le parking plein, c’est une émotion, c’est la première fois que de l’ai ressentie, à part les matches de football lorsqu’on gagne, lorsqu’on participe aux coupes du monde (…) ça c’est déjà un acquis indépendamment de qui va gagner » (homme, 43 ans, GRH dans une entreprise privée). La situation d’entretien dans la file d’attente permet aux électeurs d’intellectualiser leur subjectivité, à l’instar de cette retraitée, ancienne cadre à la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) :

Q : Malgré l’attente, vous gardez le sourire !

R : Ah oui ! Le renouveau donne toujours le sourire, hein. Donc, là je suis vraiment très heureuse, peut-être un peu fatiguée, pas trop puisque de toute façon il fait frais et c’est pas le mauvais temps et bon un peu de patience, c’est tout, c’est occasionnel, c’est pas tous les jours qu’on voit ça, hein.

Q : pourquoi est-ce important pour vous d’être là ?

R : Eh bien pour le changement puisqu’on a vécu 23 années de malaise, de malaise, 23 années d’insécurité, de non-liberté on pouvait pas parler librement même au téléphone.

En outre, l’expérience électorale est en pratique une expérience collective, puisqu’une majorité d’entre eux sont venus voter à plusieurs (68.9 %), entourés d’amis (11.6 %), de parents (28 %) ou plus fréquemment du conjoint (28.6 %). Si ce fait peut s’expliquer par des raisons qui n’ont rien à voir avec l’intention d’accomplir ensemble le geste électoral (poids de la matrice familiale, logiques résidentielles de l’inscription électorale, etc.)[5], on peut néanmoins supposer que la venue des électeurs au sein de groupes affinitaires a pu favoriser la circulation et la consolidation d’une signification historique de l’événement. De fait, certains électeurs reconnaissent être venus voter pour suivre « la vague politique » tout en ne suivant pas « la politique ni de près ni de loin » (Homme, 29 ans, chef de projet).

Mais cette lecture « émotionnelle » du scrutin, qu’on ne discutera pas en tant que récit interprétatif d’un événement en effet « historique », doit être discutée dès lors qu’elle se pose comme explication des comportements individuels. D’abord, parce que le cadrage d’une mobilisation collective ne rend pas nécessairement compte des « motifs » cognitifs et des logiques pratiques de la participation individuelle à celle-ci et écrase la variété des raisons d’agir d’un individu à l’autre. Ensuite, parce qu’il suppose la présence d’une « émotion » ou, à tout le moins, d’une croyance en la dimension historique du scrutin, qui peuvent en effet être présentes, mais aussi très secondaires, voire absentes. Enfin, parce qu’en lisant l’acte électoral principalement comme une affirmation de citoyenneté et l’accomplissement d’un devoir faisant consensus, il conduit de façon paradoxale à dépolitiser des comportements électoraux.

Or, c’est surtout en suscitant, paradoxalement, des attitudes d’auto-contrôle, que l’événement a manifesté sa dimension extraordinaire ou historique. Les longues files d’attente devant les bureaux de vote suscitent peu d’énervement, comme si l’exaspération n’était pas de mise en ce jour particulier, dictant une police d’attitudes dont s’amusent deux jeunes lycéens de 16 et 17 ans, résidant dans le quartier et présents « par curiosité » pour la « première élection démocratique » : « Les gens, même s’ils attendent plusieurs heures, debout, ils sont pas découragés, ils baissent pas les bras, ils sont encouragés les uns par les autres, ils disent pas qu’il y a trop de monde (…) il y a une bonne ambiance », affirme la jeune fille. S’ils se résignent à l’attente, c’est parce qu’« ils savent qu’ils participent à l’histoire de la Tunisie, c’est de la persévérance (…) c’est une sorte de famille, composée de gens qu’on ne connait pas ». L’émotion ne se donne pas à voir sur un mode expressif, visible, bruyant :

Q : Vous êtes venu voter pour la première fois. Avez-vous ressenti quelque chose de particulier ?

R : Quand même, oui, c’est un peu émouvant, c’est la première fois, ça fait chaud au cœur. Ça fait plaisir de voir même si j’ai attendu cinq heures mais ça fait quand même plaisir.

Q : Et vous avez manifesté votre émotion d’une façon ou d’une autre ?

R : Ah non, non, c’est à l’intérieur (Femme, 26 ans, interne en médecine, électrice d’Ettakatol).

Les propos critiques à l’égard des défauts d’organisation matérielle du scrutin ne sont pas absents mais ils sont exprimés sur le mode de l’euphémisme : « j’ai un tout petit regret, à cause de l’organisation tout simplement. Mais en définitive c’est la satisfaction d’avoir participé à cette élection pour que l’avenir soit meilleur, sur tous les plans » (Homme, médecin, la cinquantaine).

Cette police des comportements, empreinte de civisme et de civilité, va jusqu’à renverser la signification habituelle donnée aux files d’attente[6] :

Q : Vous avez déjà connu ce type de situation, de sympathiser avec les gens comme ça ?

R : Bien sûr, en Tunisie on a beaucoup l’occasion d’avoir des queues (inaudible).

Q : Donc, l’attente comme ça, ça n’est pas exceptionnel.

R : Non, ça ne l’est pas, mais bon une attente comme ça juste pour signer un papier c’est exceptionnel et c’est pas quelque chose que tu vas avoir comme de l’argent ou bien un papier important pour toi c’est juste pour l’avenir de ton pays, c’est autre chose.

Q : Ce qui me frappe : j’ai vu des files d’attente devant des bureaux d’aide sociale, les gens s’énervaient et là, je ne vois aucun énervement.

R : Bien sûr, même si quelqu’un passe devant toi y a personne qui parle y a personne qui crie, qui râle, qui dit « non, tu dois prendre la queue », non « vas-y, passe ».

Q : Il y a des gens qui font ça ?

R : Oui, bien sûr, des femmes âgées, des hommes âgés, même sans le dire, ils se faufilent, personnellement je n’ai pas vu quelqu’un qui a râlé depuis trois heures, c’est vraiment étonnant (Homme, 29 ans, chef de projet).

Civisme et civilité électorale vont, on le sait, de pair[7]. Les foules sentimentales décrites dans les médias apparaissent au sociologue polies et contenues. Et si pour une majorité d’électeurs, participer au scrutin est une expérience inédite, le questionnaire révèle qu’1/3 des électeurs au moins ont déjà participé à un scrutin électoral en Tunisie. Si on retranche de l’échantillon ceux qui étaient trop jeunes pour pouvoir voter en 2009 aux élections présidentielle et législative, c’est à peine plus (36 %) qui reconnaissent s’être déplacés aux urnes au moins une fois durant la période autoritaire. La belle image de la nation montée aux urnes et réconciliée avec l’acte électoral s’en trouve passablement écornée. L’apprentissage collectif du geste électorale est donc en partie une fiction : si les taux de participation sous Ben Ali étaient effectivement grossis artificiellement par le régime, une masse critique de citoyens participait bel et bien à la mascarade électorale : parmi eux, on trouve des électeurs de tous partis, y compris d’Ennahdha. Un électeur islamiste sur trois s’est donc prêté au moins une fois au jeu électoral dans le cadre d’un régime qui a réprimé durement les cadres et les militants de ce parti.

Par ailleurs, les enquêtés reconnaissent eux-mêmes s’être déplacés au bureau de vote pour d’autres motifs que la seule volonté de participer à « la première élection démocratique ». Seuls 54,9 % des électeurs se sont mobilisés en ce sens, comme si l’événement n’était pas en soi un levier de mobilisation. En réalité, un nombre important des électeurs étaient motivés par des buts plus prosaïques, qui sont ceux de toute élection « normale ». Environ 1/3 d’entre eux (34,1 %), reconnaissent voter pour « faire barrage à un parti politique » : il s’agit essentiellement d’électeurs de partis modernistes (Ettakatol, PDM, surtout) et du CPR, mobilisés contre le parti islamiste Ennahdha qu’ils soupçonnent parfois de préparer une nouvelle « dictature », cette fois « religieuse » (femme, 26 ans, interne en médecine, vote Ettakatol). En revanche, assez peu d’électeurs Ennahdha (15,2 %) disent vouloir faire barrage à un parti politique.

Ces « électeurs-anti » sont plus nombreux que les « électeurs-pour » : seulement ¼ des électeurs (23,9 %) disent aussi être venus pour soutenir un parti ou une personnalité politique : on les trouve surtout parmi les électeurs d’Ennahdha (36,4 % d’entre eux), indice d’un vote d’adhésion plus répandu parmi les électeurs islamistes. La défiance à l’égard d’Ennahdha est aussi sans doute l’indice d’une croyance des électeurs des partis modernistes dans le caractère historique du scrutin et la nécessité d’en défendre les acquis qu’ils jugent menacés par la montée en puissance du parti islamiste : d’où peut-être le nombre très important d’entre eux (quatre électeurs sur cinq environ) qui répondent avoir voté pour « garantir l’avenir de la Tunisie ». Enfin faut-il ne pas sous-estimer le poids du contrôle social sur le vote, qu’évoquent certains en parlant de « devoir », de la volonté d’être actif, etc. et qui s’exprime sous la forme de comportements mimétiques, niés dans les professions de foi démocratiques lues dans la presse, qui lisent l’acte de vote comme un engagement romantique.

En somme, il s’agit bien d’une élection « politique », d’une certaine façon ordinaire, au sens où les enjeux partisans sont autant présents que le plébiscite pour la démocratie. Si la plupart des électeurs interrogés dans la file d’attente affirment que les discussions spontanées auxquelles l’attente donne lieu ne concernent pas la compétition politique et partisane, la politique surgit dans les interactions, sur un mode plus ou moins indirect ou euphémisé. Un homme de 23 ans, étudiant en médecine, venu voter seul, l’atteste :

Q : De quoi vous parlez dans la file d’attente ?

R : Personnellement, j’ai parlé de tout sauf de la politique.

Q : Vous avez parlé de quoi ?

R : De notre condition sociale, des conditions financières, du travail, de médecine, de tout sauf de la politique (…)

Q : Vous avez le sentiment que les gens, ici, en général, ne parlent pas de politique, mais d’autre chose ?

Q : Oui, oui, d’autre chose, de nos conditions de vie, de notre avenir, de notre avenir après le 23 octobre, on a peur de l’avenir en partie mais bon on tient bon.

L’enjeu constitué par la crainte qu’inspire la victoire possible d’Ennahdha parmi cette fraction de la population suscite prises de parole et conversations :

Q : et vous parlez de quoi ?

R : (malicieuse) D’après vous ?

Q : Je ne sais pas !

R : Eh bien si vous le savez ! Des votes, des opinions des autres, moi je me suis permise de dire ce que je pense, parce que la femme tunisienne est une femme très évoluée aussi bien sur le plan culturel que, sur tous les plans… » (Femme, retraitée, ancienne cadre à la STEG).

De ce point de vue, les électeurs expriment des attentes plurielles de l’élection, qui ne se réduit, pas, loin de là, pas à l’enjeu constitutionnel, qui est pourtant l’objectif officiel de cette élection qui, rappelons-le, est organisée pour composer une assemblée constituante. La question ouverte qui leur a été soumise sur « la mesure la plus importante » qu’ils souhaitent pour eux-mêmes et leur famille a donné lieu à des réponses diversifiées, que nous avons codées en trois catégories d’enjeux : politiques et institutionnels, matérialistes (ou sociaux), culturels. Plus d’un électeur sur deux évoque un enjeu « politique » ou « institutionnel » (52,4 %). Parmi ceux-ci, l’enjeu de la sécurité, de l’ordre et/ou de la stabilité (19,6 % de l’échantillon) prédomine sur celui de la Constitution (11,8 %). Conséquence de la révolution et de l’instabilité politique qui en a résulté ? Ce chiffre traduit surtout le fait que les catégories sociales urbaines et aisées dont sont issus nos enquêtés ont particulièrement ressenti un net sentiment d’insécurité, que celui-soit ou non fondé sur une réalité objective n’y changeant rien. « Je suis pour la sécurité, la sécurité, la sécurité », affirme une femme de 35 ans, hôtesse de l’air, électrice d’une liste indépendante. Cet enjeu est ici catégoriel, il illustre le fait que les motifs de l’élection ne sauraient être ramenés à la construction de la démocratie en général et la rédaction d’une constitution en particulier. En revanche, l’assez faible taux de répondants évoquant la nécessité de défendre l’égalité entre les hommes et les femmes et de lutter contre l’extrémisme est plus étonnant : les enjeux culturels ne sont que faiblement cités par les électeurs (11,4 %) : peut-être faut-il y voir la faiblesse relative de l’emprise du débat modernistes/islamistes sur les électeurs et donc de relative résistance à l’égard du cadrage opéré par une partie des médias et du personnel politique. Contrairement à l’affirmation selon laquelle les citadins francophones de la région de Tunis sont indifférents à l’égard des souffrances populaires, près d’un électeur sur trois (31,1 %) évoque la nécessité de créer des emplois, lutter contre le chômage, réduire les inégalités sociales ou encore assurer le développement économique.

Conclusion

Le scrutin d’octobre 2013 a eu lieu dans un contexte de « fluidité politique » dont beaucoup attendaient qu’il y mette (au moins provisoirement) un terme. De nombreux médias et acteurs sociaux (professionnels de la politique et du syndicalisme, militants associatifs) y compris ceux, peu nombreux, qui se sont publiquement déclarés hostiles au scrutin, ont contribué, entre février et octobre 2011, à constituer ce scrutin différé une fois en enjeu politique majeur dont beaucoup anticipaient qu’il relancerait, une fois les résultats connus, les calculs de l’ensemble des acteurs. Mais compte tenu de l’absence de précédent électoral de même nature, des conditions inédites dans lesquelles s’est déroulé le processus électoral (organisation des élections par une instance indépendante, reconstitution d’une liste électorale actualisée, mise en place d’un dispositif d’inscription volontaire, encadrement législatif de la campagne électorale, abondance de l’offre électorale) et d’une défiance entretenue à l’égard du processus électoral par des acteurs de différente nature sceptiques à l’égard du seul processus de transition politique, le scrutin ne pouvait certainement prétendre stabiliser une situation politique qui est demeurée incertaine après la proclamation des résultats. De fait, dans les mois qui ont suivi le 23 octobre, la scène politique a connu de nombreuses transformations : scissions, fusions, démissions de constituants, émergence de nouvelles organisations politiques, etc. De nombreux électeurs ne se reconnaissent pas dans leurs propres représentants et se défient de partis qu’ils ont pourtant soutenus. Il est très probable que le futur scrutin sera dominé par une multiplicité d’enjeux politiques et partisans qu’il conviendra d’essayer de démêler le moment venu.

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

semsoc@yahoo.fr

Glossaire

CPR (Congrès pour la République) : parti politique de centre-gauche fondé en 2001 par des militants de gauche mais aussi des islamistes et des panarabistes et des gauchistes. Parti illégal sous Ben Ali, son président Moncef Marzouki vivait en exil en France.

Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés, FTDL) : Parti politique social-démocrate créé en 1994. Illégal sous Ben Ali.

Ennahdha (La Renaissance) : Parti islamiste créé au début des années 1980 sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI). Illégal sous le régime précédent et durement réprimé.

Nidaa Tounes (L’appel de la Tunisie) : Parti politique créé en 2012 autour de l’ancien ministre de Bourguiba et Premier ministre du gouvernement transitoire (2011), Béji Caïd Essebsi.

PDM (Pôle démocratique progressiste) : coalition de quatre partis de gauche autour d’Ettajdid, ancien parti communiste tunisien et appartenant à l’opposition légale sous Ben Ali, et de plusieurs associations.

PDP (Parti démocratique progressiste) : fondé en 2001, parti de centre-gauche. Faisait partie de l’opposition légale sous Ben Ali.

 

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (2/3) », Le Carnet de l’IRMC, 15 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1350

 


[1] Un grand merci à H. Attia, K. Ben Achour, M. Bouzouita, Z. Chaker, S. Chérif, A. Essid, S. Haddada, S. Jmii, O. Kacem, F. Khemakhem, L. Ketari, A. Khalfallah, E. Makhlouf, M. Messadi, N. Mseddi, M. Saadoun, A. Soltani, G. Tagougui, S. Tarchella, S. Tlili et I. Zarrouk.

[2] Nous continuerons de qualifier par commodité ces partis et leurs électeurs de « modernistes », sans discuter de la pertinence de cette qualification indigène revendiquée par une partie des porte-parole de ces partis, de leurs électeurs et des commentateurs, qui opposent généralement « moderniste » à « islamiste ».

[3] Une du journal La presse de Tunisie, 23 octobre 2011.

[4] Une du journal Le temps, 23 octobre 2011.

[5] Braconnier Céline, Dormagen Jean-Yves, 2007, La démocratie de l’abstention, Paris, Gallimard, « Folio actuel ».

[6] Onze personnes de sexe, d’âge et de statut professionnel différents nous ont accordé un entretien d’une dizaine de minutes environ. Nous nous appuyons ici également sur les entretiens réalisés lors de la passation des questionnaires. Faute de pouvoir observer pas nous-même des « comportements émotionnels » (comme les qualifient les neurosciences), nous avons ajouté, au cours de la journée une question au questionnaire : « avez-vous ressenti quelque chose de particulier en venant aujourd’hui voter ? ». Ces entretiens et nos observations illustrent l’intérêt qu’il y aurait de mener une véritable ethnographie des files d’attente et en définitive, une ethnographie de la citoyenneté (cf. Mariot Nicolas, 2010, « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, vol. 23, n°92, 167-194).

[7] Deloye Yves, Ihl Olivier, 2008, L‘acte de vote, Paris, Presses de Sciences po.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb

Enriqué Klaus

Photographie de Enrique Klaus

Beaucoup d’avis, plus ou moins bien informés, ont été émis sur le rôle joué par les médias dans les évènements qui ont secoué la région depuis 2011. Du soutien à géopolitique variable de la chaîne qatarie al-Jazeera aux actions « contre révolutionnaires » des chaînes publiques (égyptiennes, tunisiennes et syriennes), en passant par les louanges (souvent béates et absconses) dont ont fait l’objet les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube), l’ensemble des médias semble avoir été partie prenante dans ce tournant historique, et continue de l’être[1].

Le programme de recherche « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » repose sur deux hypothèses générales de travail. Premièrement, face à l’extrême volatilité politique que connaissent les institutions étatiques au Maghreb et au Moyen Orient, les médias constituent l’une des principales arènes du jeu politique et l’un des principaux lieux où se négocient les règles de ce dernier. Secondement, en lien quoiqu’en marge de la transition politique, une transition médiatique est à l’œuvre au Maghreb, et plus encore en Afrique du Nord. Cette transition n’épargne aucun pays de la région et elle se donne à voir, tant dans les pays connaissant une transition politique suite à un soulèvement populaire de grande ampleur (Tunisie, Libye, Égypte) que dans ceux ayant connu des manifestations suite auxquelles des réformes ont été entamées (Algérie, Maroc, Mauritanie).

La transition médiatique se nourrit d’au moins trois phénomènes concurrents, ou presque. Le premier a été initié bien avant 2011, alors que la concurrence des « nouveaux médias » a obligé les professionnels de l’information à faire évoluer leurs pratiques professionnelles pour proposer de nouveaux formats de production. Si ceci ne s’est pas accompagné d’un débat sur la fin programmée du journalisme, comme ce fut le cas aux États-Unis et en Europe[2], cet état de fait a amené les journalistes à faire évoluer leurs pratiques (newsrooms intégrées, multimédia, data-journalism), actant ainsi une transition technologique dans le domaine de la production médiatique.

enrique1

© www.dc4mf.org

Au-delà de cet aspect technique, la parenthèse enchantée de la transition, puis l’arrivée au pouvoir de coalitions intégrant des formations islamistes, ont amené à une redéfinition de la donne médiatique au Maghreb. En Tunisie, 228 titres de presse (dont presque la moitié hebdomadaires et 17 quotidiens) ont vu le jour en 2011, selon le rapport de l’Instance nationale de réforme de l’information et de la communication (INRIC)[3]. Cette catharsis devrait faire long feu, en raison de l’exiguïté du marché de la presse en Tunisie (et ailleurs au Maghreb), mais aussi en raison de la politique que mènera la Troïka (et les autorités marocaines, algériennes et libyennes) en matière de censure (morale et/ou politique) sur ce secteur. En outre, en Tunisie comme en Égypte, au Maroc et en Algérie, un véritable débat a émergé dans le sillage de 2011 autour de la réforme de l’audiovisuel public et de la création d’une institution médiatique d’État véritablement au service du public (cf. infra).

Par ailleurs, la vulgate de la « Révolution 2.0 »[4] a eu pour effet de réalité d’étendre la politique de communication institutionnelle des dirigeants à la sphère des réseaux socio numériques, dans un souci totalement inédit de communication et de transparence. C’est ainsi que, dans le sillage de ces évènements, plusieurs personnalités politiques de haut rang, ainsi que des partis politiques et des institutions d’État généralement peu prolixes (les ministères tunisien et égyptien de l’Intérieur, ou encore le Conseil des forces armées égyptiennes) ont créé (avec plus ou moins de maîtrise et d’audace) des comptes Twitter et des pages Facebook.

La transition politique au Maghreb et au Moyen-Orient se double d’une transition médiatique, pour partie inaugurée par les soulèvements de 2011, et pour autre, suscitée par l’innovation technologique et la concurrence d’acteurs nouveaux (professionnels et semi-professionnels des médias). Pour analyser les ferments et les accomplissements de cette nouvelle donne médiatique, le programme de l’IRMC « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb » ambitionne de topographier le champ élargi des médias, selon la double logique top-down/bottom-up, en anticipation des évènements institutionnels et politiques qu’annoncent la fin de la transition et l’édification d’un nouveau régime politique. Pour ce faire, le programme se structure autour des trois axes suivants :

Axe 1 : Souveraineté nationale et transformations du paysage médiatique

Ce premier Axe est conçu à la fois comme un prérequis nécessaire à la conduite des travaux des deux axes suivants, mais également comme un axe à part entière doté d’une problématique propre. Il constitue un pré requis dans la mesure où l’on considère que les utilisateurs de médias de facture plus récente n’évoluent pas dans un environnement médiatique vierge, fait des seuls réseaux socio-numériques, mais que leurs pratiques se nourrissent en grande partie de leur consommation de médias de facture classique (TV, radio, presse), dont ils relaient et commentent les productions.

Il s’agit d’un axe à part entière en ce sens qu’il ne se résume pas à une monographie du champ médiatique au Maghreb, mais qu’il interroge les nouvelles modalités pratiques de production de l’information au Maghreb. Deux sous-axes sont privilégiés dans cette optique. Le premier concerne les politiques publiques en matière d’information : quelles politiques en matière d’encadrement des médias sont-elles envisagées au Maghreb dans le sillage des soulèvements de 2011 ? Quels mécanismes de régulation sont mis en œuvre ? Quelle(s) identité(s) nationale(s) est(sont)-elle(s) promue(s) à travers la programmation et les cahiers des charges des médias publics ? Qu’entend-on à présent, sur les décombres de médias étatiques propagandistes, par « service public » ? Quel(s) public(s) se prête-t-on et quelle définition de la nation tunisienne est-elle retenue ? Quelles attentes lui sont attachées ? Quelles stratégies sont adoptées pour conserver une souveraineté nationale en matière d’information ?

Le second sous-axe consiste en une sociologie des journalistes privilégiant (sans toutefois s’y limiter totalement) les organes publics en matière d’information (agences, T.V., radios et presse) : de quelle(s) formation(s) ont-ils ou elles bénéficié ? Quelle(s) trajectoire(s) professionnelle(s) ? Quel est leur statut ? Leurs pratiques professionnelles différentielles de celles de leurs confrères et consœurs des médias privés ? Comment ces pratiques ont-elles évolué avec la concurrence des chaînes transnationales et des réseaux socio-numériques, et dans le contexte transitionnel que connaît la région ?

Axe 2 : Les nouvelles modalités de production de l’information sur les réseaux socio-numériques

Complémentaire du premier, l’Axe 2 s’intéresse à la production de l’information par des moyens non conventionnels, pour ainsi dire, principalement les réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, YouTube, etc.). Il s’agira ici d’éviter de se concentrer sur un cyberactivisme mollement défini qui laisserait accroire à l’existence d’un espace numérique arabe entièrement dévoué aux activités politiques. L’objectif est d’élargir la focale aux usages les plus quotidiens qui peuvent être faits de ces réseaux socio-numériques, c’est-à-dire les « cyberactivités » ordinaires et souvent ludiques des usagers[5]. C’est en analysant les liens entre, d’une part, les usages ludiques et récréatifs de Twitter et de Facebook et, d’autre part, ceux à caractère politique que l’on pourra approcher une « transformation plus essentielle du politique, tel qu’il se forge dans la société en conversation du Web arabe » (Gonzalez-Quijano, 2012)[6].

Trois sous-axes alimenteront nos travaux sur les nouvelles modalités de production de l’information en ligne à travers les réseaux socio-numériques. Le premier s’intéresse à un certain type de sources à partir desquelles est principalement produite l’information politique. On s’attachera ainsi à analyser la communication institutionnelle au Maghreb telle que celle-ci se pratique désormais sur les réseaux socio numériques. Comme mentionné en introduction, nombreux sont les hommes politiques – au pouvoir ou dans l’opposition – les partis politiques, ou les institutions étatiques, à s’exprimer directement ou indirectement sur les réseaux socio-numériques[7]. Quels types de communication sont privilégiés sur ces différents espaces en ligne ? En quoi diffèrent-ils de ceux utilisés sur les canaux classiques de l’information institutionnelle (communiqués, interviews, talk-shows, etc.) ? Quelles réactions suscite l’intrusion de l’establishment politique et des institutions étatiques sur ces plateformes dont ils étaient massivement absents jusqu’alors ? La communication institutionnelle sur les réseaux socio numériques inaugure-t-elle une nouvelle ère dans les relations entre gouvernants et gouvernés ?

TV_SCREENS_WHITE_BACKGROUND

© www.madwatch.net

Le deuxième sous-axe porte sur les producteurs d’information non institutionnels, semi-professionnels, collectifs ou individuels, actifs sur les réseaux socio-numériques (en tant qu’instrument connexe à un site ou un blog ou en tant que média en propre). On retrouve ici différents types d’acteurs qui ont gagné en visibilité dans la production de l’information sur ces espaces en ligne : les autoproclamées « agences de presse en ligne » qui ont fait leur apparition dès 2011, les weblogs collectifs (du type Nawaat en Tunisie ou Mamfakinch au Maroc), ou encore les comptes individuels de premier plan. S’agissant de ces derniers (généralement des blogueurs), on ne les considérera pas seulement comme des « leaders d’opinion » mais, au-delà d’une masse critique de followers, comme des médias à part entière dotés d’une audience propre. Quant aux « agences de presse en ligne », il s’agit de grandes structures disposant d’un réseau élargi de correspondants (par ex. @ActuTunisie ou @emouatin au Maroc), et dont certains, comme « Rasd » en Égypte lié au Frères musulmans, sont adossés à des structures politiques préexistantes, sans que cela ne soit forcément « assumé » en ligne. Toujours dans le même sous-axe, un type particulier de production retiendra notre attention. Nombreux sont les comptes Twitter, les pages Facebook et les chaînes YouTube à privilégier une satire apolitique, généralement sur le mode de l’autodérision nationale, pouvant ponctuellement déboucher sur une critique à caractère politique. L’un des exemples maghrébins les plus aboutis de ce type de phénomène est sans conteste la page « Bouzabal » (avec une audience de 931 946 « J’aime » au 22 octobre 2013), qui a fini par créer en 2012 son propre site Internet d’information mêlant le ludique et le politique, « BouzyPress ». Le but est d’analyser la dialectique menant « de la dérision à la subversion » que l’on a pu observer sur les réseaux en ligne en France (Dagneau, 2011) et ailleurs, et qui prend une tout autre dimension lorsqu’elle est projetée en contexte post-autoritaire (et non démocratique), comme celui de la Tunisie et des autres pays du Maghreb. Comment ces différents types d’acteurs produisent-ils de l’information ? Quelle fiabilité leur accorder ? Quels mécanismes de correction sont-ils prévus ? En quoi l’information s’en trouve-t-elle changée, dans sa nature même, notamment en raison du recours simultané à l’écrit, la photographie, la vidéo, mais aussi les enregistrements radiophoniques et les diagrammes analytiques ?

Enfin, le dernier sous-axe compte tirer pleinement profit de l’exceptionnel poste d’observation que constituent les réseaux socio-numériques afin de saisir les pratiques des consommateurs des médias. Jamais un moyen de communication ne nous aura donné un accès aussi direct à des occurrences naturelles (i.e. occasionnées sans la médiation de l’analyste) d’expériences réflexives de consommation des médias. Ainsi, à travers Twitter (et dans une bien moindre mesure Facebook), peut-on voir à l’œuvre un exercice très en vogue consistant à commenter en direct et à réagir à chaud à des productions médiatiques aussi diverses que des débats politiques télévisés ou radiophoniques, des journaux télévisés, des séries T.V., ou encore des rencontres footballistiques, sur le fil de hashtags formulés ad hoc. C’est en ce sens que l’on peut dire que les réseaux socio-numériques, et Twitter tout particulièrement, permettent de saisir à vif les réactions d’auditeurs, de téléspectateurs, ou de lecteurs, sans médiation aucune.

Axe 3 : Émergence et consolidation de médias alternatifs

Le dernier axe de ce programme s’intéresse à certaines formes d’expression artistique qui peuvent être employées en tant que médias. On pense ici aux (web)documentaires, à la bande dessinée[8] (en ce incluses les caricatures)[9], au street art (collages, graffiti, stickers)[10] qui peut être mis à contribution pour diverses campagnes de sensibilisation[11], au hip-hop et à la description qu’il offre d’un engagement politique ou d’un vécu marginalisé[12]. La plupart de ces modes d’expression a connu une évolution antérieure aux mouvements de contestation de 2011. Force est toutefois de constater qu’ils ont pris une nouvelle dimension depuis lors, en partie en raison de la catharsis qu’ont provoquée les évènements de 2011, et en partie en raison du recours aux réseaux socio-numériques pour diffuser ce type de productions.

Ce sont précisément là les deux directions que devront emprunter les travaux de cet axe. L’un s’intéressera à la production artistique en tant que telle : Quels référents culturels et idéologiques sont mobilisés dans ces diverses productions ? Quels acteurs les animent ? D’où viennent-ils ? Quelle est leur formation ? L’autre direction de recherche portera sur l’usage des réseaux socio numériques : comment ces productions, à la lisière de l’artistique et du politique, participent-elles de l’univers symbolique, visuel et culturel, des acteurs sur les réseaux socio-numériques ?[13] S’agit-il d’un choix par défaut ou d’une véritable stratégie visant à rester à l’écart des canaux de distribution « grand-public » ? Quels publics (locaux, nationaux, internationaux) visent-ils ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Enrique KLAUS

est politologue, chercheur postdoctoral contractuel du MAEE

Pour citer ce billet : Enrique Klaus, « Transitions politiques et transitions médiatiques au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 08 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1342

 


[1] À titre, d’exemple, en Égypte, la contestation s’est tôt déplacée de Tahrir à Maspero, devant les locaux de la T.V. publique. Récemment, le 7 octobre 2013, le transmetteur de la T.V. publique a été pris pour cible par des tirs de roquettes, dans le quartier de Maadi au Caire, dans une opération revendiquée par les Kata’ib al-Forqân . Quelques jours plus tard, le 13 octobre, ce fut au tour de la télévision publique syrienne d’être prise pour cible.

[2] Sur ce point, cf. Scherer Éric, 2011, A-t-on encore besoin des journalistes ? Paris, PUF.

[3] Rapport général de l’Instance nationale de la réforme des médias et de la communication, avril 2012, p. 52. [en ligne (en arabe) : http://www.inric.tn/INRIC%20Rapport%20final.pdf].

[4] Pour reprendre le titre du livre-témoignage de Wâ’il Ghunaym, 2012, Al-thawra 2.0. Idhâ alsha‘b yawman arâda al-haya (= La Révolution 2.0. Si le peuple veut un jour la vie), Le Caire, Dâr al- Shurûq.

[5] J’emprunte ici l’heureuse expression de « cyberactivités » à Myriam Achour Kallel, 2012, « Des écritures ordinaires sur Facebook : cyberactivités et cyberactivismes », in S. Najar (dir.) Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe, Paris-Tunis, IRMC-Karthala, 227-243.

[6] En lien avec ceci, une récente étude du PEW Research Center sur la population américaine montre que l’information sur les réseaux socio-numériques est « une expérience commune mais incidente », alors que 47 % des adultes utilisateurs de Facebook s’enquièrent de nouvelles sur cette plateforme, quand bien même 78 % de ces mêmes personnes y sont pour des raisons autres qu’informationnelles.

[7] Cf. sur ce point l’article de Chirine Ben Abdallah, 2012, « L’engagement politique des internautes tunisiens au lendemain de la révolution : les pages Facebook seront-elles une arme à double tranchant ? », in Najar S., op. cit.,125-140.

[8] Pour illustrer ce point, on contentera de citer Joe Sacco, l’un des pionniers du journalisme en bande dessinée, s’exprimant sur sa conception de l’enquête dans ce type de production : « Quand j’ai recours au témoignage d’un témoin oculaire, je pose des questions visuelles pertinentes : Combien de personnes y étaient ? Y avait-il des barbelés ? Les gens étaient-ils debout ou assis ? A minima, je veux orienter les lecteurs vers un moment particulier, mais mon but est de satisfaire le témoin oculaire de ce que ma description dessinée représente essentiellement son expérience ». Joe Sacco, 2011, Journalism, New-York, Metropolitan Books Henry Holt & Co., p.xii

[9] Avec des caricaturistes très actifs en ligne tels que Ali Dilem en Algérie, Khaled Gueddar au Maroc, Doaa el-‘Adl en Egypte, ou Z en Tunisie.

[10] Cf. la recension de l’anthropologue Vincent Battesti sur les autocollants de la Révolution égyptienne.

[11] On pense ici aux campagnes égyptiennes anti harcèlement sexuel, « les militaires sont des menteurs » (al-‘askar kâdhibûn), « attrape un suppôt de l’ancien régime » (imsik fulûl), ou encore leur usage en contexte électoral en Égypte comme en Tunisie.

[12] Cf. sur ce point les travaux de Nicolas Puig disponibles en ligne, avant 2011 ou ceux de Francesco Mazzucotelli après.

[13] On pense ici à l’adoption de certaines productions visuelles comme identifiant (« avatars ») sur les réseaux socio-numériques, marquant parfois un alignement politique. Un bon exemple est offert par le logo jaune de la main à quatre doigts adopté par les Frères musulmans égyptiens (lequel a fait des émules sur des comptes bien au-delà des frontières égyptiennes), ou encore par les caricatures de Willis from Tunis en Tunisie.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime

jerome_heurtaux

Photographie de Jérôme Heurtaux

Les « révolutions du printemps arabe » ont d’ores et déjà suscité un grand nombre d’analyses permettant d’apporter une intelligibilité à un processus « en train de se faire » et qui n’est pas terminé. Plusieurs travaux se proposent d’éclairer les dimensions du processus révolutionnaire, en insistant soit sur les causes de l’effondrement de certains régimes, en particulier en Tunisie et en Égypte, soit, dans une perspective micro-sociologique, sur les dynamiques contestataires. Ainsi, les révolutionnaires ont suscité un intérêt bien légitime, permettant de nuancer la thèse initialement formulée dans la presse de mouvements révolutionnaires spontanés. D’autres travaux, situant leur regard en aval du processus révolutionnaire, se sont focalisés sur les logiques du processus de transition/construction démocratique, en particulier sur les dynamiques partisanes et sur les séquences électorales. Ces travaux, qui se poursuivent aujourd’hui, contribuent à la connaissance fine du processus de changement de régime dans plusieurs pays arabes. Nous voudrions apporter notre contribution à la compréhension de ces évolutions en adoptant une perspective qui n’a été que rarement adoptée depuis le déclenchement des révolutions. Il s’agit d’étudier de manière approfondie les évolutions et transformations des élites, en particulier du personnel politique et administratif et, parmi celui-ci, d’inclure dans l’analyse les élites de « l’ancien régime » [1]. Il s’agit pour nous d’un point aveugle des analyses existantes, alors même que, nous le pensons, les élites sont au cœur des processus considérés. Plusieurs raisons motivent notre choix.

D’abord, parce que certaines fractions des élites ont joué et jouent un rôle majeur au cours du processus de changement de régime, tant pendant la courte séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011) qu’après (dans les gouvernements de transition, la Haute instance, les partis politiques d’opposition ou les organisations de la « société civile »). Ensuite, les élites sont un enjeu même du processus de changement de régime. Les élites incarnant l’« ancien régime », en particulier celles de l’époque Ben Ali, sont l’objet d’une attention publique particulière et d’un débat au sujet de poursuites et/ou de sanctions possibles. Elles représentent une dimension du débat sur les fins et les moyens de la « justice transitionnelle ». En outre, les élites sont des analyseurs privilégiés pour reconstituer un processus de changement de régime. La littérature sur les « révolutions » en a fait un indicateur clé de l’explication des changements, révolutionnaires. Charles Tilly, par exemple, invite à focaliser l’attention sur la compétition entre groupes d’élites pour le contrôle de l’État : c’est lorsqu’apparaissent des candidats ou des « coalitions de candidats au pouvoir, qui avancent des prétentions concurrentes au contrôle exclusif de l’État, ou d’une de ses composantes », qu’une « situation révolutionnaire » prend forme [2]. Theda Skocpol va encore plus loin en proposant de tenir compte du principe d’autonomie relative de l’État : celui-ci n’étant pas la pure projection des rapports sociaux et économiques, il convient d’introduire dans l’analyse les élites étatiques, susceptibles de former un ou plusieurs groupes d’acteurs, dont on peut supposer qu’ils joueront un rôle significatif au cours du processus [3]. Les travaux sur la « transition démocratique »[4] ont également porté leur attention sur le rôle des élites dans un processus de changement de régime. Si les différences entre les « révolutions arabes » et les transitions démocratiques dans les pays postcommunistes, dont plusieurs ont été fondées sur un pacte entre élites modérées de l’opposition et du régime, sont incontestables, l’expérience postcommuniste incite néanmoins à consacrer une attention nouvelle au jeu des élites et à leurs recompositions. Deux pistes principales sont poursuivies :

1) Sociologie des trajectoires des anciennes élites et gestion publique du passé

Il s’agit d’abord de prendre pour objet les « anciennes élites » politico-étatiques, soit les membres du personnel politique, gouvernemental et étatique durant la période autoritaire (dirigeants du parti-État, ministres, gouverneurs, dirigeants d’entreprises et de banques publiques en particulier). Cette étude comprend trois volets.

Le premier consiste à étudier le rôle joué par les anciens serviteurs du régime de Ben Ali au cours de la séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011). À la différence des transitions démocratiques à l’Est de l’Europe où les élites réformatrices des partis communistes ont joué, dans plusieurs pays, un rôle premier, elles ont été laissées de côte dans les études menées sur la révolution tunisienne. Or, il s’agit pour nous d’un point aveugle qui peut se révéler un analyseur puissant des transformations en cours. L’érosion des soutiens dont bénéficiait le RCD a, par hypothèse, été un des moteurs de l’effondrement de ce régime : car, en ne cherchant pas à en défendre les structures, nombre de cadres du régime en ont sans doute précipité, par leur passivité, la fin.

Le second volet est une étude de la « gestion publique » des anciennes élites : quelles politiques sont-elles décidées les concernant ? Les autorise-t-on à concourir aux élections, à créer des partis politiques ? Quelles élites font-elles l’objet de procédures judiciaires ? Quelles sont les logiques qui sous-tendent les initiatives prises au nom de la « justice transitionnelle », etc. ? Ce faisant, comment ces multiples initiatives, qui apparaissent comme éclatées, non coordonnées, mais globalement motivées par l’intention de faire justice et de sanctionner, redessinent-elles les contours des « élites de l’Ancien régime » ?

Enfin, le troisième volet propose de mener une étude qualitative (une vingtaine d’entretiens ont déjà été réalisés avec d’anciens ministres, gouverneurs et dirigeants de banques publiques) et quantitative des trajectoires suivies par les représentants de certaines fractions des élites de l’Ancien régime. Il s’agit notamment de retracer les parcours après la séquence révolutionnaire : parcours d’apprentissage des règles du jeu démocratique, à travers la constitution de nouveaux partis politiques par exemple, ou bien parcours de reconversion dans les domaines universitaires, associatifs, économiques ou autres (communication et conseil politiques, fondations, justice transitionnelle, etc.). Il s’agit aussi, par la méthode de l’entretien approfondi, de restituer la tessiture subjective de la séquence post révolutionnaire mais aussi, à travers une étude quantitative, de mesurer le poids respectif des différentes trajectoires afin d’alimenter le questionnement sur l’ampleur du renouvellement des élites au cours du processus de changement de régime.

ghannouchi_mbazaa_560

Le président par intérim de la Tunisie Fouad Mebazaa (G) et son Premier ministre Mohamed Ghannouchi (D).
© RFI

2) Gouverner une/en transition

Un second axe, amorcé en 2011 par plusieurs entretiens réalisés avec d’anciens ministres ou en exercice, consiste en une étude des pratiques gouvernementales dans un contexte de transition. Elle porte sur les équipes des gouvernements Ghannouchi 1, Ghannouchi 2 et Essebsi. Conduite sans visée normative, consistant par exemple à évaluer la pratique gouvernementale en termes d’accountability, cette enquête entend explorer un impensé de la sociologie des changements de régime. Qu’est-ce que « gouverner une/en transition » ? Qui gouverne et avec quel personnel ? Comment les ministres forment-ils leur cabinet et leur entourage ? Comment gouverne-t-on, dans un contexte de forte incertitude et alors que la durée du mandat est limitée dans le temps ? Comment définit-on l’action de son ministère, quels moyens engage-t-on ? Comment assurer la continuité de l’État et de ses engagements (par exemple en matière d’infrastructures) dans un contexte d’effondrement de la légitimité politique et de remise en cause de l’autorité ? Comment les ministres se constituent-ils une légitimité à agir et incarner l’État en dépit des multiples contraintes auxquelles ils doivent faire face ?

***

Le caractère imprévisible et régional des mouvements contestataires qui ont éclaté dans plusieurs pays du « monde arabe » à la fin de l’année 2010 et en 2011, l’entrée de plusieurs d’entre eux (la Tunisie et l’Égypte en particulier), dans un processus de transition démocratique, ont suscité chez nous le projet d’étudier, dans une optique comparée, certains aspects de la « transition tunisienne » à la démocratie. Il s’agit de comparer d’une façon particulière, puisque notre projet est de procéder à l’étude d’un seul cas (la Tunisie) en mobilisant de façon privilégiée le savoir acquis à travers l’étude d’un autre cas, celui de l’Europe centrale et orientale en général, de la Pologne en particulier. D’une certaine façon, notre ambition se fonde sur une des méthodes comparatives telle que définie par Arend Lijphart, qui consiste à considérer une étude de cas comme « génératrice d’hypothèses » (hypothesis-generating) pour analyser une autre étude de cas [5]. La première peut générer des hypothèses, la seconde confirmer la pertinence heuristique de ces dernières[6]. Il convient ici de préciser qu’en aucun cas l’expérience est-européenne n’est considérée comme un modèle : elle représente bien plus une source originale de savoir et offre un ensemble d’outils conceptuels dont certains sont susceptibles d’être mobilisés pour analyser le cas tunisien. Force est de supposer qu’en retour, l’expérience tunisienne contribuera à discuter la pertinence de certains de ces outils et concepts.

Ce projet de recherche, ici décliné sur le terrain tunisien, donnera lieu à la constitution d’un réseau inter-magrébin et à la mise en place de recherches collectives et comparées. Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Jérôme HEURTAUX

est Maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Dauphine. Chercheur à l’IRISSO-UMR CNRS 7170 en détachement MAEE comme chercheur contractuel à l’IRMC .

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime », Le Carnet de l’IRMC, 06 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1330

 


[1] Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues. Sur les élites tunisiennes sous l’ancien régime : Geisser Vincent, Camau Michel, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003

[2] Tilly Charles, 1993, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, Seuil, 289.

[3] Skocpol Theda, 1985, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard.

[4] Heurtaux Jérôme, Zalewski Frédéric, 2012, Introduction à l’Europe postcommuniste, Bruxelles, De Boeck, « ouvertures politiques ».

[5] Lijphart Arend, 1971, “Comparative Politics and the Comparative Method”, American Political Science Review, n° 65.

[6] Sartori Giovanni, 1994, « Bien comparer, mal comparer », Revue internationale de politique comparée, vol. 1, n° 1.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les coulisses de la production des savoirs à l'Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain


Carnets de recherche