Contestations identiques et résultats différents : les suicides par le feu de Gydel et Sidi Bouzid

En l’absence de changements économiques ou de politiques structurelles tels qu’une augmentation drastique des inégalités ou un choc politique externe, pourquoi certains gestes de protestation symboliques réussissent-ils à créer des cascades informationnelles et provoquer une mobilisation de masse alors que d’autres gestes similaires échouent à mener au même résultat ? Pour répondre à cette question, nous avons examiné deux cas similaires dans lesquels des gestes de contestation identiques ont mené à des résultats différents. En Algérie, le suicide par le feu d’un jeune vendeur ambulant dans la ville côtière de Gydel en 2008 a provoqué deux journées d’émeutes locales mais n’a pas crée de cascade informationnelle au niveau national.

En contraste, un incident identique a très rapidement pris de l’ampleur dans la ville tunisienne de Sidi Bouzid en 2010 et a mené au départ du président Ben Ali en moins d’un mois. Pourtant, sans être identiques, les régimes algérien et tunisien partagent des similarités importantes. D’un côté, il s’agit de deux pays maghrébins autoritaires avec un héritage institutionnel de parti unique comparable. De l’autre, ces deux pays voisins ont tous deux des populations majoritairement jeunes et qui partagent le même faisceau de griefs relatif à la généralisation de la corruption, au manque de libertés politiques, et qui ont une conscience aiguë des inégalités économiques (réelles ou supposées). Enfin, les deux pays partagent d’importantes similarités socioéconomiques telles qu’une rivalité enracinée entre élites francophones et masses arabophones, un important rôle du secteur informel dans l’économie ainsi que d’étroits liens démographiques avec l’Europe.

Durant notre recherche de terrain nous avons prévu de conduire des entrevues avec des activistes impliqués dans les cascades informationnelles de Gydel et de Sidi Bouzid ainsi qu’avec des membres de l’appareil sécuritaire impliqués dans ces incidents. Nous planifions également de parler à des journalistes qui ont couvert les évènements ainsi qu’à des universitaires locaux spécialisés. Durant ces entrevues, nous tenterons d’identifier les mécanismes menant au développement réussi de cascades informationnelles en examinant le rôle joué par les médias ainsi que par certains symboles et modes de contention.

Nous espérons en particulier identifier la façon par laquelle ces facteurs contribuent à générer un sentiment de surprise qui casse les biais cognitifs existants en faveur de régimes autoritaires et qui permet à des mouvements de masse d’avoir lieu.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

Merouan MEKOUAR

est doctorant en science politique à l’université McGill. Sa thèse s’intitule « Small things matter : The Micro-Dynamics of Informational cascades in North- Africa ». Il a rejoint l’IRMC en accueil scientifique entre janvier et mai 2012.

crédit d’illustration : © Merouan Mekouar


irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *