Archives par mot-clé : verrerie

Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de Technoverre en Tunisie

Résumé de l'article : BEN YOUSSEF Mohamed Slim, 2019, « Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de l’usine Technoverre en Tunisie », Confluences Méditerranée, vol. 111, n° 4, 15-28. [En ligne]

Huit ans après la première situation révolutionnaire de l’hiver 2010-2011, la question sociale est toujours centrale dans les scènes protestataires tunisiennes. Or, si les mobilisations pour l’emploi public ont beaucoup gagné en visibilité après 2011, le secteur industriel privé a connu une éclosion de mouvements ouvriers moins documentés. Par-delà les revendications matérielles, ces mobilisations sous-tendent aussi des dimensions morales, liées à la rupture de pactes sociaux protecteurs. À partir de l’étude de la mobilisation des travailleurs de la verrerie Technoverre, cet article se propose de montrer la manière dont le repreneur de l’usine, en rompant les promesses de redressement et en mettant en péril l’identité professionnelle des verriers, contribue à alimenter une contestation qui défend indissociablement l’entreprise, l’emploi et le « métier ».

Une enquête qualitative, combinant entretiens biographiques et observations de terrain, a permis d’analyser la déstabilisation d’un pacte protecteur qui préside aux relations de travail dans une entreprise de verre créée au début des années 1970. S’appuyant sur une analyse configurationnelle qui inscrit l’usine dans sa trajectoire historique, cet article explique comment la remise en cause de l’ordre usinier antérieur a profondément affecté les conditions matérielles des travailleurs et les rapports de travail.

Ces transformations se sont traduites, notamment, par l’abandon de la vocation développementiste de l’entreprise au profit du gain facile, le
recours systématisé au judiciaire dans la gestion des conflits de travail et une déstabilisation du métier de « verrier ». Or, le métier, source de fierté ouvrière, est également utilisé comme ressource d’auto-légitimation face à un repreneur étranger à l’entreprise. Face à la rupture de la promesse de redressement de l’entreprise par ce nouveau patron, les travailleurs brandissent leur identité professionnelle menacée pour s’affirmer comme les vrais propriétaires (symboliques) de l’entreprise.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook