Archives par mot-clé : thèse

L’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie – neuf ans après la révolution

Alessandra Bonci est doctorante en sciences politiques à l'Université de Laval, au Québec, Canada. Elle a été en accueil scientifique pour son terrain au premier semestre 2020 à l'IRMC.

Mon projet de thèse concerne l’étude de l’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie après la révolution de 2011. Ce travail, que je réalise sous la direction de Francesco Cavatorta de l’Université Laval (Québec, Canada), vise à comprendre l’agentivité des femmes religieuses en Tunisie vis-à-vis de leur société, leurs visions, espoirs de changement et actions concrètes d’engagement citoyen. C’est grâce à la critique de la « fausse conscience » des femmes pieuses (Mahmood, 2005) que les sciences sociales ont remis en question le stéréotype de la femme religieuse comme soumise à la volonté d’autrui. Et c’est dans ce cadre que ma recherche vise à montrer comment, spécialement dans un pays récemment démocratisé, les femmes pieuses ont un rôle social et un poids politique non négligeable. Dans mon terrain de recherche – quatre mois de pré-terrain et un an de collecte de données dans la capitale, Tunis – j’ai observé des formes multiples d’engagement de femmes religieuses. En effet, plusieurs sont engagées dans des partis comme Ennahda, Jabhat al-Islah et Hizb al-Tahrir, certaines sont actives dans les associations coraniques, à la fois comme élèves ou comme chaykhat, alors que d’autres sont des militantes autonomes.

Continuer la lecture de L’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie – neuf ans après la révolution

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme : témoin des recompositions de la cause des droits de l’homme, et des signifiés derrière le concept de « société civile » en Tunisie ?

Riadh Amine Ben Mami
Doctorant en science politique à l’IEP d’Aix-en-Provence | CHERPA
Intitulé de thèse : « Consolider la démocratie et reconstruire la société civile. Les associations de « surveillance démocratique » en Tunisie ».

Il s’agit ici de sa présentation de l’atelier doctoral de l’IRMC du 4 décembre 2019.

Près de neuf ans après la révolution tunisienne, une des plus importantes mutations politiques du pays est la recomposition de sa vie associative. En plus de s’être densifiée, elle échappe désormais à la tutelle étatique et peut librement prétendre à s’engager dans les affaires politiques du pays. Dès mon master en 2016, j’ai axé mes recherches vers les associations dont le siège central est à Tunis et, notamment, la Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme (LTDH). Dans le cadre de ma thèse, j’élargis ce corpus y intégrant désormais un ensemble d’associations ayant émergé depuis 2011 et qui investissent une forme spécifique d’engagement citoyen : la « surveillance de la démocratie ». Mes travaux, dans une démarche complémentaire, cherchent à établir un lien entre ces deux objets de recherche et types d’association.

            Fondée en 1977 et légalisée l’année suivante, la LTDH compte une trentaine de sections régionales, fédère quelques 3 000 adhérents et s’organise autour des déclarations et traités internationaux se référant aux droits humains. Véritable « refuge du politique » sous Ben Ali, elle a connu pressions et répressions. Rien ne semble donc, a priori, la rapprocher de ce nouvel ensemble d’associations hétéroclites que j’étudie désormais. Beaucoup plus récentes, elles sont surtout plus professionnalisées (au double sens de salarisées et se revendiquant d’« expertises » et de méthodologies standardisées), ne comptant parfois que peu, voire pas, de militants bénévoles. Concomitantes à l’arrivée de la coopération technique et financière en 2011-2012 en Tunisie dans le domaine de l’ingénierie de la gouvernance, elles multiplient les initiatives pour observer différentes élections sur tout le territoire, jouer le rôle d’observateur (et parfois, lobbyistes) auprès des politiques, lancer des alertes contre la corruption et les mauvaises pratiques et, parfois, deviennent de véritables acteurs de réforme des politiques publiques. Pourtant, une série de connexions s’établit au fur et à mesure entre ces types d’association, au-delà de quelques formes de transferts générationnels (filles et fils de militants de l’opposition au régime autoritaire membres de cette association quarantenaire intégrant ces nouvelles associations).

            Le premier lien est tout simplement formel. Ciblant en premier lieu les associations observant les élections en Tunisie depuis la révolution, il m’est rapidement apparu que la première initiative de ce type remonte aux élections de 1994. À ce moment crucial de recomposition du militantisme des droits de l’homme face à Ben Ali, après des premières formes de coopération et cooptation en direction du régime, la LTDH lance la première observation électorale. À l’occasion des élections de 2011, 2014, voire au-delà, elle est admissible aux accréditations en tant qu’« observateur local » de la part de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections, au même titre que Atide et Mourakiboun. Portée initialement à la tête d’un Observatoire réunissant plusieurs associations « historiques » de la société civile tunisienne, la LTDH intègre par là-même un des premiers projets financés par la coopération extérieure en Tunisie et l’un des plus conséquents.

            En effet, au même titre que le réseau Mourakiboun, la Ligue est financée dès 2011 par des fonds de la Commission Européenne. Pour autant, leur positionnement vis-à-vis des acteurs de la coopération internationale diffère radicalement. Le réseau Mourakiboun, alors en construction, entend bien s’appuyer sur l’assistance technique internationale et opte donc rapidement pour la consolidation de son réseau dans le temps autour de la gestion de différents projets, dans le domaine des élections, de la décentralisation ou dans la santé. En revanche, la LTDH refuse toute immiscion étrangère (par le biais de formateur par exemple) dans son projet « élections ». C’est pourquoi en 2014, elle ne publie pas le rapport narratif et peine à remettre le rapport financier, dispositions obligatoires dans ce type de financements. Elle ne peut donc pas obtenir de financements pour reconduire son projet au-delà des premières élections de la IIème République Tunisienne. La LTDH semble plus réticente que les jeunes associations à se reconvertir à la « gestion de projet » dans le domaine de la gouvernance.

            Avant 2011, la Ligue, désignée comme advocacy NGO par Michel Camau[1], cherchait déjà, comme d’autres associations indépendantes ou opposantes, à influer sur les législations ou les politiques publiques. Dans les années 1980, rejointe par l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, elle lance une large campagne – conférences de presse, séminaires, interventions médiatiques – en faveur de changements législatifs ou de ratifications de traités régionaux ou internationaux. Avec l’ATFD, elle contribue à la ratification partielle du CEDAW en Tunisie, Convention pour l’Elimination de toutes les Discriminations à l’égard des Femmes[2]. Dès les années 1980, elle est un élément clé de la réglementation de la garde à vue. Son « plaidoyer » incessant va de pair avec une professionnalisation de plusieurs militants ligueurs : maîtrise croissante des conventions et du langage des organisations. C’est pourquoi, après 2011, la ligue professionnalise sa démarche d’acteur de la « société civile » via la rationalisation et la managérialisation de son action dans le domaine des droits de l’homme, sous la forme d’un véritable triptyque, évaluation-sensibilisation-plaidoyer.

            Dans les années 1970, l’éviction de l’aile libérale du parti unique donne naissance à la LTDH, en vue de contribuer à une libéralisation du régime tunisien. Ce faisant, intégrant des formes de « coopération institutionnelle » entre les autorités, locales et nationales et les militants de la Ligue, la LTDH a progressivement assumé un rôle, quasi-public, de médiateur, auprès d’un large public se sentant atteint dans ses droits et dignité. Son plaidoyer s’appuie sur des formes de cooptation et d’auditions concédées par le pouvoir, alors même qu’elle incarne un avatar, très particulier, d’opposition légale. Plus tard, dans les années 1990-2000, de plus en plus investie par des militants de partis, et de plus en plus réprimée par un régime supprimant toute voix dissidente, la Ligue est la pionnière dans le recours au référentiel des droits de l’homme, aux conventions et organisations internationales pour dénoncer les exactions du pouvoir de Ben Ali.

            Acteur incontournable des genèses plurielles des droits de l’homme et de la « société civile » en Tunisie, qu’ils prennent un sens de coopération (et parfois de composition) avec le régime autoritaire ou d’opposition à celui-ci, la LTDH doit, depuis 2011-2012, concilier avec la recomposition du champ associatif et le décuplement des possibilités de financements extérieurs, mais aussi avec les recompositions profondes des droits de l’homme et de la société civile tunisienne. Soumise à la concurrence pour les financements et à l’injonction à produire des résultats mesurables, la LTDH doit désormais apprendre à gérer efficacement des projets. Parallèlement, les droits de l’homme acquièrent un sens nouveau, avec le déclin (relatif) des organisations généralistes, au profit d’organisations « spécialistes » de droits « spécifiques ». Dans ce contexte, la Ligue, co-récipiendaire du Prix Nobel de la Paix de 2015, du fait de sa participation au Quartet organisant le Dialogue National de 2013-2014, est aujourd’hui au confluent de débats profonds sur le devenir d’une telle formation historique dans les scènes politiques et associatives contemporaines.

[1] Camau Michel, 2002, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la démocratisation », Revue internationale de politique comparée, vol. 9, 213-232.

[2] Il faut attendre 2014 pour sa ratification intégrale.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, bulletin trimestriel octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative

Mohamed-Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique, il réalise une thèse intitulée « Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative », à l'IEP d'Aix-en-Provence - CHERPA.
Il est boursier (Bourse d'Aide à la Mobilité Internationale) de l'IRMC.

La thèse en science politique que je réalise, depuis la rentrée 2018-2019, sous la codirection de Amin Allal et Éric Gobe, vise à étudier les mondes du travail dans la Tunisie post-2011, dans un contexte marqué par une recrudescence de la conflictualité sociale. Il s’agit d’analyser, d’une part, l’articulation entre les transformations de l’organisation du travail et d’autre part, les modes de (dé)mobilisation des travailleurs. En effet, il est question d’examiner, grâce à un dispositif d’enquêtes qualitatives, ces transformations dans des espaces de travail présentant des agencements contrastés. Ainsi, mon but est d’interroger les modalités de revendication, de protestation et de décloisonnement des mobilisations au travail dans des contextes variés : des usines du secteur privé national, une unité de production travaillant pour une multinationale, un centre d’appels et le commerce parallèle au centre-ville de Tunis.

Le travail au croisement de plusieurs disciplines de recherche

Ce projet doctoral est résolument comparatif et pluridisciplinaire. Il étudie la manière dont le consentement et la contestation sont produits au sein de différents agencements de travail. Pour autant, la production et le déroulement de la protestation au travail sont un champ d’étude peu étudié par les sciences sociales en Tunisie, à l’exception de quelques travaux. Or, la centralité politique du travail apparaît au travers de la multiplication des revendications du droit à l’emploi dans les régions paupérisées du pays. Hormis les mouvements protestataires des chômeurs, le champ d’étude relatif aux conflits de travail fourmille de questionnements que ce projet doctoral entend saisir. Par ailleurs, ce travail de thèse vise à mettre en application un décloisonnement théorique et empirique entre des disciplines de recherche souvent séparées.

 À ce jour, les recherches portant sur le travail sont très spécialisées : la sociologie du travail s’intéresse à l’évolution intrinsèque de l’appareil productif tandis que la sociologie des mobilisations analyse les actions collectives ayant lieu en dehors de l’espace de travail. L’association de ces disciplines de recherche peut s’avérer épistémogène. Il s’agit de faire converger les sociologies du travail et des mobilisations au sein des mondes du travail tout en prenant la mesure de l’action publique qui y intervient. Ce décloisonnement fonde l’idée d’une sociologie politique du travail, rendant compte des formes de politisation de l’expérience de travail en dépassant la délimitation entre un « dedans » et un « dehors ».

Les espaces de travail, étudiés du point de vue des subjectivations plurielles des travailleur-se-s, seront appréhendés comme des institutions politiques engendrant la production de normes et de rapports de force.

(Re)penser la domination localement par le travail

À l’exception des travaux portant sur les situations révolutionnaires récentes et les mouvements protestataires arabes post-2011, la recherche scientifique au Maghreb est, à partir des années 1970, fortement imprégnée par les mouvements islamistes, et ce, au détriment des questions liées au travail. L’entrée par le travail permet de recentrer la focale de la question sociale en Tunisie et de poser l’hypothèse de la centralité de cette question dans les révoltes arabes de 2011.

De manière plus générale, les études sur les conflits au travail sont devenues plutôt marginales en sciences sociales. À partir des années 1990, le nouvel intérêt de la sociologie des mobilisations pour les mouvements dits « identitaires » a eu comme effet un moindre intérêt pour la « question sociale » structurée autour du travail. Pour autant, en France par exemple, certaines recherches ont étudié les transformations des formes de protestation et de représentation au travail concomitantes du tournant néolibéral du capitalisme et à l’aune des contraintes qui pèsent sur les mobilisations syndicales dans l’entreprise. D’un autre côté, les travaux sur les pays périphériques du système capitaliste, dont ceux des mondes arabes, sont encore moins nombreux. Ce projet prend à la fois acte du manque relatif de travaux sur la question dans le champ académique et du désert empirique que constituent les mondes arabes sur de telles problématiques.

Un deuxième intérêt anime ce projet doctoral. Il est relatif à la question des logiques de la domination liées aux mouvements protestataires en Tunisie. En effet, le travail consacré par Béatrice Hibou à la domination politique sous Ben Ali a laissé le champ ouvert à un questionnement sur les contre-conduites. Son analyse des dispositifs routiniers de la domination sous Ben Ali a permis de mettre au jour des dynamiques qui ont fait perdurer l’autoritarisme. Ce projet doctoral envisage ainsi de prolonger l’étude des relations de domination qui se constituent dans des champs différents, en l’occurrence celui du travail. Il est question de centrer la focale sur les contre-conduites qui seront appréhendées comme constitutives des rapports de pouvoir traversant les agencements de travail. En effet, parallèlement à l’exercice de la domination, « les contre-conduites relèvent aussi très largement de tendances plus profondes traversant la société tunisienne et se greffant sur des objets qui, au départ, ne sont pas forcément « politiques » mais peuvent le devenir par feed-back répressif » (Geisser, 2009, 221).

Ainsi, la domination au travail, revêtant des formes contrastées, sera appréhendée comme un agencement homogène de logiques d’affiliation, de normes, de subjectivités et de territoires, mais dont les différentes composantes gardent une idiosyncrasie qui les singularise.

Cas d’étude et méthodes

Ce projet doctoral étudie plusieurs agencements de travail en déployant un dispositif d’enquêtes qualitatives. Le choix s’est porté sur le commerce parallèle au centre-ville de Tunis, un centre d’appels situé dans une zone industrielle à cinq minutes de l’aéroport Tunis-Carthage, une usine de sous-traitance travaillant pour le groupe « Décathlon » et deux usines du secteur privé national pour lesquelles l’enquête a d’ores et déjà commencé depuis novembre 2018. Ces terrains sont situés dans des agencements différenciés et leur confrontation permet de comparer les différentes logiques sociales de contestation et de consentement.

L’approche qualitative s’impose pour mener les enquêtes. Il s’agit d’analyser les subjectivations politiques des travailleur-se-s, et donc de restituer des trajectoires sociales ainsi que les dispositions, les motivations et les « valeurs » qui les structurent. Les entretiens semi-directifs, l’observation et l’approche ethnographique forment donc l’ossature du dispositif d’enquêtes. L’observation sera combinée avec des entretiens semi-directifs pour rendre compte de l’expérience de travail et éventuellement – lorsqu’elle a lieu – de l’expérience protestataire.

Par ailleurs, ce projet doctoral conçoit deux entrées possibles aux terrains. La première consiste à envisager une manière d’approcher les cas d’études dans des moments de fonctionnement routinier des ordres sociaux du travail. C’est, par exemple, le cas du commerce parallèle, où l’on a déjà mené une pré-enquête afin d’identifier les processus de constitution des collectifs de travail et d’institutionnalisation de la revendication. Une deuxième manière d’ouvrir le terrain consiste à saisir les architectures sociales de la domination au travail dans des moments de protestation collective. C’est, par exemple, le cas de deux usines en périphérie du Grand Tunis dans lesquelles j’ai commencé à enquêter depuis novembre 2018, à l’occasion de l’éclatement de protestations ouvrières concomitantes de conflits judiciaires.

Pour conclure, le but de mon projet doctoral est de produire, à partir du cas tunisien, une compréhension ancrée localement, mais universalisable, sur les manières de dominer et de protester au travail aujourd’hui. Il est aussi possible de l’envisager comme une entrée à l’analyse de la question sociale en Tunisie, centrale dans les mouvements sociaux que connaît le pays depuis 2011.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25,  octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook