Archives par mot-clé : territoire

Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?

La question de la décentralisation dans la gestion du patrimoine culturel, matériel et immatériel figure dans les débats actuels sur l’île de Djerba en Tunisie. C’est ce questionnement central qui s’est imposé afin de commencer une thèse dans le domaine de la recherche en anthropologie. Il s’agira de partir de la gestion de l’ensemble patrimonial de l’île de Djerba pour ensuite étendre les perspectives de recherche repérées localement à une autre aire géographique du territoire tunisien, et ainsi essayer de comprendre comment la gestion du patrimoine culturel matériel et immatériel s’opère.

2014-2017 : Les trois premières années de recherches à Djerba et la question de la gestion patrimoniale en Tunisie

L’orientation vers ce thème de recherche s’est constituée autour de trois années d’expériences sur le terrain à Djerba, notamment au contact de l’Association pour la sauvegarde de l’île de Djerba (Assidje) qui a pour projet d’inscrire l’île sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le critère principal choisi pour la mise en place du dossier d’inscription concerne le mode d’occupation du sol de l’île de Djerba, du menzel et du houch considéré, par les membres de l’Assidje, comme un exemple d’une utilisation « traditionnelle » et durable de l’espace insulaire, et qui serait issue d’une interaction entre l’Homme et son environnement. Ce critère concerne le mode d’habitat, et comment celui-ci s’est établi sur l’île avant les années 1960, période des prémices du tourisme de masse qui transforma de façon inévitable le paysage architectural et urbain de l’île de Djerba. De ces séjours sur le terrain à Djerba, sont issus deux travaux de recherche. Le premier intitulé « Djerba et l’Unesco. Le projet de classement de l’île au patrimoine mondial de l’humanité : les débats et réflexions d’une triple dimension patrimoniale », porte sur le départ du projet d’inscription à l’Unesco lancé par les membres de l’Assidje. Le  deuxième intitulé « Les usages et les gestions du patrimoine insulaire djerbien. Habiter le menzel et le houch », essaye d’analyser les pratiques d’habiter de ce dit patrimoine par l’Assidje, et comment il est perçu par les personnes qui y habitent.

Houch djerbien considéré de ‘traditionnel’ par les membres de l’Assidje © photo de Mathilde Bielawski.

À la suite de ces deux premiers travaux de recherche, la volonté a été d’approfondir la question du processus de patrimonialisation, à l’échelle régionale, de l’île de Djerba. Le travail de recherche s’est basé sur la réalisation d’entretiens avec les membres de l’association, mais également sur les réunions du comité de pilotage du projet. Les premiers échos, qui sont sortis de ce début d’enquête, concernent principalement les difficultés dans la réalisation d’un tel projet de par  la situation géographique du bien à classe rl’île de Djerba, par rapport au centre décisionnel du pays, Tunis. D’après les membres de l’association, i  s’agit d’un projet qui a subi des retards du fait de la distance entre Djerba et la capitale, où se trouvent l’Institut national du patrimoine (INP) et le ministère de la Culture, c’est-à-dire, deux instances dont la collaboration avec l’Assidje est importante et nécessaire dans le processus de patrimonialisation de l’île. En effet le responsable régional de l’INP à Djerba, m’expliquait que dans tous les cas de classements, de rénovations, de restaurations et de fouilles de sites et de monuments, toutes les demandes et autorisations doivent transiter obligatoirement par l’INP basé à Tunis ; ce qui est perçu comme un problème de gestion par les acteurs du patrimoine à Djerba, car cela se traduit par une lenteur administrative. De plus, dans le cadre d’une inscription sur la liste du patrimoine mondial, le dossier de candidature ne peut être déposé face à l’Unesco que par l’un des États qui a signé la Convention du patrimoine mondial et non par une autre institution. Ceci démontre un lien inévitable entre protection du patrimoine et instances politiques, et m’amène à considérer que l’existence d’un système de gestion du territoire à travers celle du patrimoine, pourrait s’observer.

Premières réflexions à propos du lien entre patrimonialisation et gestion du territoire

Certains auteurs expliquent que le patrimoine est une sorte d’appareil idéologique pour construire la nation. Cette phrase prend du sens lorsque l’on connaît l’importance donnée à des sites patrimoniaux tels que le site archéologique de Carthage et la grande mosquée de Kairouan. D’après certains Djerbiens, si ces lieux ont bénéficié de l’intérêt accru de l’État tunisien, c’est parce qu’ils permettent d’asseoir des idéaux politiques que des lieux comme Djerba ne permettent pas. Depuis l’indépendance de la Tunisie, les discours portant sur l’unicité du pays laissent à penser l’universalité du passé historique antique, et l’unité religieuse musulmane. Or, la réalité sociale, culturelle et religieuse est tout autre. Rien qu’à Djerba, Grecs Phéniciens, Berbères, Arabes, Turcs et Européens, ainsi que juifs, musulmans, orthodoxes et catholiques ont cohabité successivement sur une durée de deux mille ans. C’est pourquoi il est possible de se demander si la question de la diversité culturelle, religieuse et ethnique en Tunisie est au centre des débats patrimoniaux à l’heure actuelle.

Houch djerbien ‘traditionnel’ en ruine © photo de Mathilde Bielawski.

Pour essayer de répondre à cette question, il est nécessaire de comprendre d’abord le système de gestion du patrimoine en Tunisie sous le protectorat français. Myriam Bacha (2011 ; 2013), en décrit l’histoire. Elle explique comment l’inventaire des sites archéologiques et monuments a été réalisé par les contrôleurs civils du protectorat français entre 1881 et 1920. L’intérêt s’est d’abord porté sur les sites archéologiques. Ce n’est qu’à partir de 1912 qu’eurent lieu les premiers recensements de monuments islamiques. L’auteure explique également que c’est à partir de ce moment que la notion de patrimoine acquiert en Tunisie la même signification qu’en Europe. Elle contextualise en annonçant que ces choix ont surtout été politiques. Asseoir un intérêt pour l’islam n’était pas dans le but du protectorat qui voulait imposer son modèle au territoire de la régence de Tunis. Ainsi recentrer la question de la gestion patrimoniale autour de la période antique permettait de soulever l’histoire européenne du territoire tunisien et plus généralement au Maghreb colonisé par la France. La notion de patrimoine apparaît en Afrique du Nord au XIXe siècle sous l’influence de la colonisation mais également de l’élite locale influencée par la rive Nord de la Méditerranée. L’auteure explique également que ce sont les antiquités algériennes qui vont permettre à la France de justifier sa politique coloniale. Les ruines antiques ne sont-elles pas une preuve d’un lien entre l’Algérie et la France ? Cet argument sera appliqué ensuite en Tunisie. Dans ces exemples, le patrimoine a été utilisé en tant que justification dans l’élaboration d’une idéologie politique coloniale.

Malgré ce que l’on pourrait penser, ce genre de stratégie a également été mis en place à l’indépendance du pays en 1956. C’est ce qu’explique Driss Abbassi (2008). En effet, les trente premières années qui suivirent l’indépendance, ce sont les sites archéologiques antiques qui bénéficièrent d’un intérêt scientifique, culturel et promotionnel accru de la part de l’État. En 1979, deux sites sur trois inscrits à l’Unesco sont antiques, on y trouve le site archéologique de Carthage et l’amphithéâtre d’El Jem. En 1985 et 1986 sont inscrits à l’Unesco la cité punique de Kerkouane et sa nécropole. Cela nous laisse à penser que le but était de justifier d’une place importante de la Tunisie auprès des pays occidentaux. Tout cela à travers un patrimoine antique considéré universel et représentant un lien entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée. L’intérêt porté au patrimoine antique a décru après les années 1980. Le patrimoine islamique a été privilégié. Les centres  anciens des villes, les médinas, ne sont plus considérés comme des éléments urbanistiques à raser, car ne représentant pas une certaine modernité à atteindre, ils sont réinvestis et bénéficient d’un nouvel intérêt scientifique et notamment culturel à travers la question de l’héritage arabomusulman. En effet, sont inscrites à l’Unesco en 1988, la ville de Kairouan ainsi que la médina de Sousse, les critères d’inscriptions se basant sur leurs aspects historiques arabomusulmans. Ces nombreux exemples amènent à se demander si la manière dont est géré le patrimoine culturel en Tunisie est en lien avec le message idéologique et identitaire porté par son État. À l’heure actuelle aucun site tunisien inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ne représente un héritage berbère, européen ou de la période coloniale. Le patrimoine semble représenter un véritable enjeu identitaire qui se ressent à travers sa définition.

2018 : Les nouvelles perspectives de recherche que permet l’accueil scientifique à l’IRMC

Tous ces exemples laissent à penser que le patrimoine est à prendre en compte comme une notion politisée et polysémique qui s’adapte au contexte économique, politique et social du moment selon l’entité qui l’utilise. C’est pour cette raison que des chercheurs tels que Julien Bondaz, Cyril Isnart et Anaïs Leblon (2012) nous expliquent que les processus de patrimonialisation doivent être pris en compte dans les situations politiques dans lesquels ils sont produits. Ce qui permet de considérer le patrimoine non plus comme un objet mais comme une construction sociale et culturelle dépendante du contexte politique, économique et social. C’est ce qu’abordent Isabelle Brianso et Yves Girault (2014) à propos de la gestion du patrimoine africain. Ils expliquent le véritable enjeu politique de la patrimonialisation dans la gestion territoriale et de son développement, et le fait qu’il ne s’agit pas seulement d’enjeux régionaux mais également internationaux. À travers le processus de patrimonialisation, les  organisations internationales telles que l’Unesco deviennent une sorte de médiateurs entre pays dits du Nord et pays dits du Sud. Ainsi dans ces projets de classements, des questions de politiques internationales sont centrales. C’est l’exemple du Sénégal et de l’inscription de l’île de Gorée à l’Unesco qui est prise par ces deux auteurs, puisqu’au terme de ce projet a été mis en avant le message culturel et diplomatique pour la reconnaissance de l’un des centres de commerce d’esclaves à des fins de dialogue de réconciliation Nord-Sud. Le territoire local n’est plus porteur de message seulement pour les habitants du lieu mais a l’ambition d’être universel. Ce type de classements internationaux, est selon les auteurs, un moyen pour les États dits du Sud, de suivre la course à la mondialisation lancée par les pays dits du Nord. À travers ces enjeux de territorialisation par la patrimonialisation s’introduisent d’autres enjeux sur la mondialisation du territoire local et national. En effet, prenons l’exemple de l’île de Djerba. Après la « révolution » de 2011, le tourisme balnéaire à Djerba a considérablement chuté. L’encouragement du classement à l’Unesco d’un tel lieu par l’État tunisien ne peut pas être anodin, d’après certains habitants de l’île. Il s’agirait d’un atout, donnant une visibilité internationale positive de l’île et l’espoir d’y retrouver une activité touristique d’avant 2011.

Ce qu’il sera donc intéressant d’approfondir lors de ce séjour à
l’IRMC sont « les fabriques du patrimoine » en tant que nouveaux
enjeux de société, « dans la mesure où ils investissent des espaces publics qu’ils remodèlent par des recours polysémiques à la mémoire, au passé, aux territoires et aux identités ». Le souhait, lors de ce séjour de recherche, est d’articuler le débat de la gestion territoriale du patrimoine en Tunisie à partir de cette expérience à Djerba au sein de l’Assidje et au sujet du projet d’inscription de l’île de Djerba sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Afin d’ouvrir ces questionnements à une autre aire géographique du territoire national, et d’avoir un outil de comparaison prenant en compte une inscription sur la liste du patrimoine mondial, et l’investissement d’une association représentant la société civile. Le choix s’est porté sur l’exemple de la médina de Tunis, où le processus de patrimonialisation à l’échelle mondiale a été porté conjointement par l’État tunisien et l’Association de sauvegarde de la médina de Tunis (ASM). Autre point de corrélation entre le cas de la médina de Tunis et celui de l’île de Djerba, c’est qu’il s’agit de porter une analyse sur des sites bâtis occupés par la population locale lors des processus de patrimonialisation. Ces observations permettront de comprendre quels sont les dynamiques qui s’y sont déroulées : y a-t-il eu les mêmes problèmes rencontrés dans les deux processus d’inscription ? Quel aura été l’impact des différents acteurs du patrimoine au sein de ces classements ? Jusqu’à quel niveau du processus de patrimonialisation, la population locale a t-elle été intégrée ? Il ne s’agit pas seulement de savoir sur quelles justifications les projets ont été mis en place mais également de voir ce qu’il advient de ce patrimoine tunisien à l’heure actuelle. Comment est-il géré ? Est-ce que sur ces deux sites, médina de Tunis et Djerba, les problématiques et questionnements autour de la gestion des sites patrimoniaux portent sur des éléments similaires ? Ce qui nécessite de pouvoir mettre en perspective les problèmes des personnes engagées auprès du patrimoine et de ses institutions gestionnaires, pour en tirer un état des rapports de forces qui donneront à voir les limites des individus investis localement à agir sur des entités nationales et internationales.

Puits et système d’irrigation représentatif, d’après l’Assidje, du mode d’occupation du sol ‘traditionnel’ © photo de Mathilde Bielawski.

Bibliographie

ABBASSI Driss, 2008, « Le Maghreb dans la construction identitaire de la Tunisie postcoloniale », Critiques internationale, vol.°40, n° 3, 115- 137.

BACHA Myriam, 2011, Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles). Réinvention du patrimoine, Tours, IRMC-Presses universitaires François Rabelais, « Villes et Territoires ».

BACHA Myriam, 2013, Patrimoine et monuments en Tunisie., Rennes, IRMC-Presses universitaires de Rennes, « Art et Société ».

BENNASR Ali, VERDEIL Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. 2, n° 76-77, 38-50.

BONDAZ Julien, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs, 2012, « Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », Civilisations, vol. 61, n° 1, 9-22.

BONDAZ Julien, GRAEZNER BIDEAU Florence, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs (dir.), 2015, Les vocabulaires locaux du « patrimoine ». traductions, négociations et transformations, Berlin, LIT.

BOURGOU Mongi, KASSAH Abdelfettah, 2008, L’île de Djerba, tourisme, environnement, patrimoine, Tunis, Cérès éditions.

BRIANSO Isabelle, GIRAULT Yves, 2014, « Instrumentalisations politiques et développementalistes du patrimoine culturel africain », Études de communication, vol. 42, n° 1, 149- 162.

CHEVENEZ Alain, 2011, « La demande sociale du patrimoine : une action politique de création », in P. Le Louarn (dir.), Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés », 79-93.

UNESCO, 2011, Établir une proposition d’inscription au patrimoine mondial, 2e éd., New York, UNESCO.

FABRE Daniel (dir.), 2013, Émotions patrimoniales, Paris, Maison des sciences de l’Homme.

GRAVARI-BARBAS Maria (dir.), 2005, Habiter le patrimoine, enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

HEINICH Nathalie, 2009, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, « Ethnologie de la France ».

LE LOUARN Patrick, 2011, Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés ».

MZABI Hassouna, 1978, La croissance urbaine accélérée à Djerba et ses conséquences sur la vie de relations avec l’extérieur, Tunis, Publication de l’Université de Tunis, « études géographique ».

NICOLAS Thierry, 2004, « Politique patrimoniale et “patrimonialisation” aux Antilles françaises », Techniques & Culture, vol. 42, [En ligne : http://tc.revues.org/1903].

PAPPALARDO Marta, 2014, « Le centre historique de Naples : patrimonialisation contre pratiques populaires ? », Articulo – Journal of Urban Research, Numéro spécial, n° 5, [En ligne : http://articulo. revues.org/2479].

PREVOST Virginie, 2010, De Djerba à Oman, la troisième voie de l’Islam, Turnhout, Brepols Publishers.

TLATLI Salah-Eddine, 1967, Djerba l’île des Lotophages, Tunis, Cérès Éditions.

TMARZIZET Kamel, 1997, Djerba, l’île des rêves, Tunis, Éditions STAG.

YACOUB Hichem, 2015, Habiter Djerba, El Menzel, El Houch et Ed’dar, Tunis, Nirvana.

Mathilde Bielawski

est doctorante en anthropologie, Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains

Pour citer ce billet : Mathilde Bielawski, «Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2237.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les effets du développement durable sur les territoires. L’exemple de la région Sousse Nord au Sahel Tunisien : le cas de l’aéroport d’Enfidha

sousse1
Plan de situation du gouvernorat de Sousse

Le développement durable, pour reprendre une expression de François Mancebo (2006,84), « ne peut se déployer que dans des territoires et par des territoires ». L’introduction des problématiques de développement durable dans les politiques d’aménagement du territoire a accentué l’orientation sociale des territoires en révélant la territorialité qui en découle et qui « implique identité, appropriation et enracinement, c’est-à-dire des interactions complexes entre des hommes et une portion d’espace spécifique » (Bavoux, 2002, 73). Cette prise en compte de l’individu dans la relation à son territoire va engendrer des mutations territoriales et politiques importantes, bouleversant à la fois l’organisation des espaces institués ainsi que les institutions elles-mêmes. C’est pourquoi il est important de comprendre ce qu’est un territoire, de connaître son évolution administrative et historique, et d’analyser les effets que le développement durable va engendrer sur son organisation, de façon à saisir les enjeux qui règnent autour du devenir de ces nouveaux territoires, tant dans leur articulation et leur cohérence que dans leur aménagement. Dans le présent document on prendre comme exemple d’étude la réalisation de l’aéroport de la ville d’Enfidha, situé dans la région de Sousse Nord appartenant au Sahel tunisien, la décision de sa construction a pour origine le décalage entre une croissance interrompue de la fréquentation touristique et la faible capacité d’accueil des autres aéroports. Il s’est réalisé sur une superficie de 5700 ha au sein d’une zone naturelle (la sebkha). Le maître d’œuvre a-t-il intégré le projet de l’aéroport dans une perspective de développement régional intégré ? Existe-t-il une cohérence entre le projet et les caractéristiques actuelles du territoire ? S’implique t-il sous le paréo du développement durable ?

Pour une durabilité du développement territorial : la cohérence territoriale

Le fonctionnement systémique du développement durable lie les territoires entre eux et étend la transversalité à l’échelon global, mettant en évidence une nécessaire articulation entre l’échelle globale et l’échelle locale pour parvenir à une cohérence territoriale. La cohérence territoriale est une expression que l’on entend de plus en plus dans le discours des politiques, au sein des différents colloques ou séminaires scientifiques sur la thématique du développement durable, et qui est employée comme étant une évidence, sans jamais être réellement définie. Elle est caractérisée comme « ce qui consiste à rechercher des rapports, à créer des liens entre des projets, des politiques et des personnes quelles que soient leurs compétences et l’échelle territoriale à laquelle ils agissent. Elle vise l’harmonie et l’absence de contradiction. En matière de conduite de projet, elle évite des erreurs, permet des économies de temps et d’argent, des synergies et veille au respect des principes de développement durable » (ADEME, ARENE, ETD, DIRE, 2002). Cette définition, très floue et proche de la notion scientifique du terme, rapproche la cohérence territoriale de la notion d’articulation des territoires, dans le sens où elle sous-entend un lien logique entre différents espaces et la nécessité de les articuler avec harmonie (Lheritier, 2000 ; Zuindeau, 2000). L’articulation est définie comme « l’organisation, l’imbrication d’éléments distincts concourant au fonctionnement d’un ensemble » (ADEME, ARENE, ETD, DIRE, op. cit.) ce qui se traduit dans un projet de développement durable par « la reconnaissance des interconnexions entre les domaines recouverts par le champ du développement durable ». L’articulation passe nécessairement par « la mise en cohérence des domaines recouverts par le développement durable, des politiques, des projets mis en œuvre à des échelles géographiques et de temps différentes dans une approche globale », et qu’elle passe « par la mise en relation des acteurs agissant dans des domaines et à des échelles divers ». Bien que ces deux termes soient liés, la cohérence se positionne en amont de l’articulation qui est un moyen pour parvenir à une bonne cohérence territoriale.

Pour être réalisées, la transversalité et la coopération nécessitent l’implication des différents territoires à la construction d’un projet commun, et de fait, des acteurs qui les composent. Par définition, la cohérence territoriale implique un objectif de durabilité, à savoir la recherche de l’équilibre de l’articulation des territoires dans le temps et l’espace, articulation qui, rappelons-le, s’obtient par la réalisation d’une coopération territoriale, une co-construction de projets et une considération transversale des thématiques territoriales. Il convient alors de préciser que la durabilité ne pourra être atteinte que s’il y a évaluation des projets, des programmes, des politiques et des actions, car sans remise en questions ou en perspectives d’une politique, il ne peut y avoir d’évolution, ni d’amélioration. C’est pourquoi, il faut envisager la cohérence territoriale comme un indicateur potentiel de durabilité.

La territorialisation de la politique publique : les nouvelles formes de gouvernance

Le territoire est le lieu d’expression du développement des sociétés humaines, et réciproquement, d’où la nécessité pour les politiques publiques de développement durable de considérer le degré de territorialité d’un espace. Rappelons que la « territorialité implique identité, appropriation et enracinement, c’est-à-dire des interactions complexes entre des hommes et une portion d’espace spécifique » (Bavoux, 2002). Si l’attachement d’une population à son territoire et à ses habitudes de vie peut être un handicap dans l’exécution de certaines politiques publiques, il peut également être une force motrice de développement. L’harmonisation possible de l’interdépendance politique/population/territoire passe également par « l’humilité » décisionnelle ainsi que par la reconnaissance de l’utilité et du rôle de chacun. Cette approche ne peut conduire qu’à faciliter une bonne gouvernance, indispensable à l’articulation et la cohérence territoriale. Le concept de gouvernance est à la fois entré dans l’usage courant, resté très incompris, et porteur de connotations multiples, qui vont lui faire perdre de son sens. Il faut dans un premier temps distinguer la gouvernance, qui est considérée comme étant l’exercice des pouvoirs économiques, politiques et administratifs pour gérer les affaires des pays à tous niveaux, du gouvernement, qui se réfère aux institutions. Quand on examine la région de Sousse Nord, on réalise qu’on est en face de la région qui comprend le plus important ensemble de sebkhas littorales du pays, elle comporte également la plus grande étendue des plages ce qui a retenu toute l’attention et l’intérêt de promoteurs touristiques et immobiliers. Cette fenêtre littorale naturelle est directement en prolongement, au Nord comme au Sud, de deux des plus importants complexes touristiques du pays : Hammamet-Sud et Sousse.

autoroute
Sortie Enfidha sur l’autoroute A1
© skyscrapercity.com

La sensibilité de la zone d’étude résulte principalement de l’importance des projets dont elle est le siège, projets dont les impacts à terme sont méconnus et non évalués, même si on peut en entrevoir la nature. Cette zone est signalé par son rôle important comme couloir d’échange Nord-Sud, rôle qui est et sera encore renforcé par l’autoroute mise en service en 1994 et les aménagements de la route nationale RN2 à sa jonction d’Enfidha et sur le tronçon de cette ville à Kairouan et ce en plus de la réalisation de l’aéroport du centre Est de la Tunisie. La présence de quatre échangeurs ne peut manquer de susciter, à leur proximité, surtout celui d’Enfidha, des implantations industrielles et commerciales liées au transport routier et surtout aérien. L’importance des projets économiques de toutes natures (aéroportuaire, portuaire, touristique, industriel) qui sont en partie réalisés ou en voie de réalisation prochaine pose, en dehors des contraintes intrinsèques à chacun de ces projets (desserte, impact sur l’environnement, question foncières) un problème plus fondamental, qui est celui de l’impact socio-économique de chacun et de l’ensemble de ces projets.

La question que l’on est amenée à se poser est de savoir comment obtenir une cohérence territoriale pertinente, c’est-à-dire comment réaliser une bonne coopération des territoires, ainsi qu’une bonne intégration de la transversalité dans les approches. De plus, en quoi l’implication et les nouvelles approches du développement durable vont-elles permettre la réalisation des ces composantes de cohérence territoriale ?

Du territoire décisionnel au territoire de projet : existe-t-il une échelle pertinente pour l’application du développement durable ?

L’importante revendication d’une appartenance à un territoire ne facilite pas d’emblée la réalisation de projets communs et la construction de territoires partagés. Dans ce cas de figure, il est aisé de comprendre que la mise en œuvre du développement durable a tendance à se cantonner à un territoire administrativement délimité. De même le concept sera davantage saisi et appliqué par les politiques décisionnelles du dit territoire comme un outil de valorisation pour revendiquer une compétence territoriale, plutôt que comme un objectif de pertinence, de cohésion ou de durabilité. De ce fait, la cohérence et la coopération des territoires apparaissent peu dans l’application des politiques de développement durable (Laganier, Villalba, Zuindeau, 2001). La question qui en découle est de savoir s’il existe une échelle territoriale adéquate et adaptée à ce contexte, une échelle géographique qui faciliterait la coopération politique et partenariale tout en respectant l’appartenance territoriale de chacun des acteurs. Cela étant, les exemples de coopération territoriale sont-ils suffisants pour justifier de la pertinence d’une échelle d’application plutôt qu’une autre ?

En géographie, la notion de territoire est prioritairement définie à partir de l’espace vécu, ressenti et revendiqué par la population occupante (Vidal de la Blache, 1922, Brunet, 2003). Si cela ne signifie pas que le territoire juridico-économique (matériel et fonctionnel) soit remis en question, celui-ci n’aura de sens que s’il est revendiqué comme tel par sa population. C’est pourquoi l’organisation de nouveaux territoires ne sera pertinente que si sa population constituante se reconnaît majoritairement à travers les spécificités mises en avant par les pouvoirs organisationnels. Dans ce sens, on comprend que les larges thématiques transversales au concept du développement durable peuvent être des orientations intéressantes pour la constitution de territoires de projets partagés. Il faut alors imaginer que les limites de ces nouveaux territoires de projets de développement durable seront fonction des limites administratives imposées par le groupement d’institutions, mais également dépendant de la revendication et de l’identification de ce territoire par les acteurs et populations impliquées.

enfidha archimag
Vue aerienne de l’aéroport d’Enfidha
© Archi-mag

Prenons le cas de l’aéroport d’Enfidha qui est situé à 75 km de Tunis, entre les villes d’Enfidha et de Hergla, à une égale distance de 40 km de Sousse et de Hammamet et couvre une superficie totale de 5700 hectares avec une capacité en sa phase ultime de 20 millions de passagers. Le projet couvre une zone délimitée comme suit : au nord elle s’étend sur la Sebkhat Ajjriba au-delà de la route de la plage, qui mène d’Enfidha à la plage située au nord de la forêt d’El Madfoun ; de l’est vers l’ouest, la limite foncière du projet s’étend de la forêt d’El Madfoun à l’autoroute ; au sud, le projet empiète sur toute la partie Nord de Sebkhat Halk El Menjel ; le tracé de la limite foncière contourne le village de Laâribet et se prolonge jusqu’à la partie qui relie Hergla à l’autoroute.

Un tel projet dont la situation transforme plusieurs délégations en une seule zone cible directement ou indirectement de plusieurs impacts. Citons des Emplois additionnels estimés à 71 000 emplois (+425%), plus de 85 000 habitants additionnels en milieux urbain et rural, uniquement générés par les créations d’emplois, 12 300 hectares (23% de la superficie totale) sous forme de terrains affectés aux nouvelles grandes infrastructures agricoles, industrielles et de transports et environ 1300 hectares et des infrastructures en places (environ 1 100 hectares, soit 2% de la superficie totale) comme terrains minimums à réserver aux extensions urbaines. Il convient d’ajouter à ce bilan des superficies les réservations à faire pour les grandes infrastructures de liaison entre les pôles économiques et urbains de la région, vers l’extérieur de la région, sans compter les emprises à compléter pour les élargissements ou les déviations des infrastructures existantes.

En plus de ces impacts directs, citons principalement l’impact sur le trafic autoroutier. En effet, les trafics routiers sur l’axe nord-sud allant de Bouficha à Msaken se partagent pour environ 22 500 véhicules sur l’autoroute (A1) et pour environ 12 700 véhicules sur la route nationale RN1 (en 2007). Les impacts des projets localisés dans les délégations du Nord du gouvernorat de Sousse portent sur dix ans à venir une augmentation de la population d’environ 64 000 habitants dont 50% parviendront d’autres régions que le Sahel et de 32 000 emplois supplémentaires. Au phénomène purement démographique s’ajoute l’effet de la motorisation et de la propension à se déplacer en véhicule privé. Les effets sur la circulation routière des opérateurs économiques pourraient être les suivants pour  l’aéroport d’Enfidha : environ 10 millions de passagers concentrés sur huit mois de l’année pouvant générer  500 000 déplacements de véhicules divisés en deux sens : Nabeul et Hammamet vers le nord et Sousse-Monastir et Mahdia vers le sud. Le trafic supplémentaire dans les deux sens est estimé à 2000 véhicules. Ce bilan montre combien il sera difficile de préserver la totalité des aires agricoles et naturelles aujourd’hui recensées, même si un projet de très grande superficie comme celui du nouvel aéroport contribuera certainement à maintenir un vaste espace naturel dans ses limites (plus de 3 000 hectares non réellement aménagés).

L’ampleur des grands projets engagés dans le gouvernorat de Sousse notamment dans la région d’Enfidha représentent d’importants projets d’infrastructures et d’équipement structurants qui sont de nature à changer profondément le devenir de cette zone. Grace à ces infrastructures, Enfidha est appelée à jouer un rôle capital dans le renforcement de l’articulation entre Sousse et la région du Nord-Est abritant le plus grand aéroport du pays ainsi que par le biais des grand projets économiques  d’intérêt international tel que la station touristique de Hergla. L’ensemble de ces projets présente d’importantes opportunités pour la région de Sousse permettant de renforcer son poids économique mais risquent cependant d’avoir des effets sur le développement de l’urbanisation et la structuration de l’espace dans la région. En effet, ils peuvent générer un renchérissement des prix fonciers et favoriser de ce fait le développement de l’habitat anarchique en plus de leurs impacts sur la circulation et la congestion du trafic.

Prenant le cas de l’importante zone touristique de Hammamet Sud, la vitesse de l’installation d’une urbanisation sauvage qui s’est installée à proximité immédiate de la station était spectaculaire, d’abord lors des travaux d’aménagement et de construction, puis lors des mises en exploitation des hôtels. La planification urbaine dans cette région ne s’était réellement intéressée qu’au développement de résidences secondaires, souvent de haut niveau, et totalement inappropriées au logement des personnels employés et de leurs familles. Dans le cas de la région de Bouficha-Enfidha-Hergla, les créations d’emplois directs et indirects et, comme conséquence à court et moyen termes, le développement urbain se situe dans un contexte de faible peuplement et un éloignement notable des grands centres urbains du Nord (Nabeul Hammamet), du Sud (Sousse Monastir) et de l’Ouest (Kairouan). Les petites municipalités de la région (Bouficha, Enfidha, Hergla, Sidi bou Ali) ne maitrisent qu’une faible part des espaces qui vont être nécessaires pour l’implantation de ce qui va devenir une ou plusieurs véritables villes nouvelles ; de plus, elle ne sont pas actuellement équipées en moyens humains suffisants pour gérer de tels développements urbains, même si leurs territoires d’intervention étaient étendus en conséquence.

Conclusion

Le développement durable met en avant une multitude de caractéristiques à la fois éthiques, théoriques mais aussi territoriales, ce qui contribue à en faire un concept difficile à cerner, multidimensionnel et atemporel, qui contient tellement d’éléments fondamentaux qu’il devient le terme générique pour désigner une politique locale idéale, à la limite de l’idéologie. Le développement durable devient synonyme de territoire de décision, de territoire d’action et de territoire identitaire, encadrés par une « bonne » gouvernance qui saurait les articuler avec cohérence. Il doit avant tout prendre en considération la population comme facteur majeur de développement, mais aussi comme enjeu principal de préservation. C’est pourquoi celui-ci passe nécessairement par la reconnaissance et la conservation des territoires de vie et des peuples eux-mêmes. D’où le fait que pour certains auteurs (Debas, Ferone, Genin, 2003), la participation et la gouvernance soient les conditions de mise en œuvre du développement durable. Toutefois, et malgré le défi à relever, les politiques publiques en ont fait le nouvel enjeu de développement du XXIe siècle et tentent de l’appliquer sur les territoires locaux, à travers des leviers réglementaires, économiques et incitatifs, qui conduisent à l’expérimentation de nouveaux outils de planification et de gestion globale. Mais ces outils sont-ils appliqués aux principes du développement durable ? Peuvent-ils réellement permettre la mise en œuvre du développement durable ?

Amira HAMDAOUI

est ingénieur paysagiste diplômée de l’institut supérieur agronomique de Chott Mériam et doctorante en paysage, territoire et patrimoine (4ème année) au sein de l’unité de recherche “Agronomie, Paysage et Environnement”.

Hichem REJEB

est Professeur  à  l’Institut supérieur agronomique de Chott Mériam et le directeur de l’unité de recherche”Agronomie, Paysage et Environnement”.

 

Bibliographie

Ademe, Arene, Diren, ETD, Réseau Teddif, 2002, « La conduite d’un projet de développement durable, organiser les différentes échelles de temps et d’espace pour un développement durable des territoires », in Les cahiers du développement durable en Ile-de-France, Puteaux.

Allemand Sylvain, 2005, « Du gouvernement aux gouvernances », in Patrick (dir), Les enjeux du développement durable, Paris, L’Harmattan.

André Pierre, Delisle Claude E., Revéret Jean-Pierre, 2003, L’évaluation des impacts sur l’environnement, processus, acteurs et pratique pour un développement durable, deuxième édition, Paris, Presses Internationales Polytechnique.

Aubelle Vincent, 2008, « Les enjeux du nouveau mandat municipal ou Comment donner un sens au qualificatif intercommunal  ? » in Pouvoirs Locaux, 5 p.

Bavoux Jean Jaques, 2002, « Pays et polysémie géographique du territoire», in Ruget (dir), Pays et Territoires, pp 39 à 47.

Belhedi Amor, 1999, « Les nouveaux espaces touristiques », in communication L’espace touristique en Tunisie, FSHS, université de Tunis et Institut Supérieur des Etudes Touristique ISETUR, Université de Girona, pp 1-11.

Bourg Dominique, 2002, Quel avenir pour le développement durable ?, Les Pommes du Savoir, juin 2002.

Brunel Sylvie, 2005, Le développement Durable, PUF, « Que Sais-Je ? »

Brunet Roger, 2005, Le développement des territoires, formes, lois, aménagement, Paris, L’Aube Intervention.

Calame Pierre, 1994, Un territoire pour l’homme, Paris, Éditions de l’Aube.

Debas Dominique., Ferone Genevière., Genin Anne Sophie., 2003, Ce que le développement durable veut dire, Éditions d’organisation

Ducroux Anne Marie, 2002, Les nouveaux utopistes du développement durable, Autrement.

Eckert Denis, 1996, Évaluation et prospective des territoires, Paris, La Documentation Française, « Dynamiques du territoire ».

Elame Esoh, 2002, Géographie du Développement durable, plaidoyer, Paris, Anthropos.

Facchini François, 1993, « Paysage et économie: la mise en évidence d’une solution de marché », in Sandrine (dir), Economie Rurale, 218p.

Hass Sandrine., Vigneron Emmanuel., 2007, Evaluation et Territoires, Paris, La Documentation Française.

Laganier Richard., Villalba Bruno, Zuindeau Bertrand, 2002, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire, in Olivier (dir), Développement durable et territoire, 20 p.

Lheritier Muriel, 2000, « Cohérence territoriale, disparités régionales et politiques régionales européennes », in Périodique économique, Centre de Documentation de l’Urbanisme, 50 p.

Mancebo François, 2006, Le développement durable, Paris, Armand Colin, « collection U ».

Meddeb Radhi (dir), 2010, Schéma directeur d’aménagement de la zone sensible de Bouficha-Enfidha-Hergla, Comete engineering.

Miossec Alain, 2008, Les littoraux entre nature & Aménagement, Paris, Armand Colin, « Campus ».

Veyret Yvette, Le Maitre Anne, 1996, « Réflexions sur le paysage : paysage et patrimoine historique – Quelques fonctions du paysage », in Jaqueline (dir), information géographique, Paris, Armand Colin, 60p.

Vidal De La Blache Paul, Martonne Emmanuel, 1922, Principe de géographie humaine, Paris, Armand Colin.

Pour citer ce billet : Amira Hamdaoui, Hichem Rejeb « Les effets du développement durable sur les territoires. L’exemple de la région Sousse Nord au Sahel Tunisien : le cas de l’aéroport d’Enfidha », Le Carnet de l’IRMC, 14 mars 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1436

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien

Notre thèse s’intitule : « Les centralités périphériques et les recompositions territoriales en Algérie : l’exemple des villes de l’Est-algérien ». Elle se propose d’analyser des centralités commerciales en rapport avec les formes urbaines qui ont surgi depuis 1962 autour du noyau colonial et précolonial. En respectant la périodicité de leur création, la recherche analyse plusieurs types de périphéries, en partant de la ville de Constantine.

Deux échelles interfèrent dans la définition de ces recompositions territoriales :

L’échelle de l’agglomération. Il est question d’aborder quatre formes urbaines identifiant la ville multiple algérienne : le recasement, le lotissement, les secteurs illicites et les grands ensembles d’habitation “ZHUN” (Zones d’habitat urbain nouvelles).

L’échelle régionale. Intégrant plusieurs auréoles par rapport à Constantine, les analyses couvrent une partie du réseau des villes de l’Est algérien : le Khroub (1600 logements), Aїn Smara (souk informel), Ali Mendjeli (le centre), Ain M’lila (le village colonial) et El-Eulma (Dubaï).

Entre échelle locale et échelle régionale, l’objectif est de montrer comment, dans le cadre des centralités commerciales émergentes, des relations nouvelles se trament, des ramifications se créent, des polarisations commerciales en résultent, des territoires se recomposent et une métropolisation s’affine. Quels sont les acteurs qui sont derrière la mise en place de ces centralités ? Dans quel contexte économique et social émergent-elles ?

À l’échelle de l’agglomération constantinoise, de nouvelles centralités se sont mises en place en périphéries depuis cinquante ans maintenant. Éclatées, à l’image du tissu urbain fragmenté de la ville multiple, ces centralités sont diverses selon leurs formes, leur situation, leur contenant, leur contenu ainsi que selon le contexte économico social dans lequel elles ont évolué. À défaut d’avoir été programmées par le haut, ces centralités périphériques émergent en priorité dans l’informel ou dans le semi informel (secteurs qui sont à l’origine planifiés), et se renouvellent illégalement. Dans un premier temps il est question de savoir comment les centralités peuvent-elles émerger dans le cadre de processus illégaux ? Et comment ces processus illégaux offrent-ils une assise à l’appropriation ? Dans un deuxième temps, les exemples analysés font état d’une insertion des espaces dans l’économie mondiale. Une “mondialisation par le bas” transparaît. Elle est fabriquée par des entrepreneurs, les habitants commerçants, qui transforment leurs parcelles résidentielles et construisent des espaces commerciaux fortement puissants dont les plus célèbres sont les “Dubaï”. Ces mutations tendent-elles vers la « dubaïsation » des villes algériennes ? Et concourent-elles à insérer ménages et usagers de la société algérienne à l’économie mondiale ?

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia KERDOUD est doctorante en géographie à l’université de Caen. Sa thèse sous la direction de Robert Hérin s’intitule : « Les centralités périphériques dans les villes de l’Est algérien ». Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[1].

crédit photographique : © Nadia Kerdoud


[1] Dans le cadre de la convention de partenariat passée entre l’IRMC et le SCAC/Ambassade de France en Algérie

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du Sud tunisien (Chenini, Tozeur)

Parcelle réhabilitée pour le tourisme à Tozeur

Le monde oasien tunisien est confronté depuis une cinquantaine d’années à des bouleversements sans précédent, sur les plans économique, environnemental et socioculturel. Modèle de développement durable et de gestion raisonnée des ressources naturelles dans leur organisation traditionnelle, ce sont souvent aujourd’hui des espaces en difficulté. L’enjeu est à la fois social, politique et environnemental. Social, car il s’agit d’offrir un modèle viable aux populations locales, et lutter ainsi contre la fuite de la main d’oeuvre, politique car c’est la question de l’intégration à l’espace national qui est posée, et enfin environnemental, car les oasis sont un milieu menacé et fragile. L’extrême diversité des formes agricoles oasiennes entraîne une difficulté à établir une typologie synthétique, à même de constituer un cadre d’analyse.

Dans ce contexte, la comparaison de deux espaces oasiens du sud tunisien, représentatifs de la diversité et de la complexité du monde des oasis paraît intéressante. La comparaison est un moyen pour développer une étude critique sur les différentes stratégies de « revalorisation » adoptées par chacun des espaces. Cela permet aussi d’inscrire ce travail dans le cadre plus global d’une réflexion sur l’agriculture tunisienne, sur les politiques de développement local…

L’oasis de Tozeur, au sud-ouest tunisien, dans la grande région du Jérid, est un prototype des oasis continentales: îlot de verdure dans le Sahara, centre urbain historique, c’est aussi un pôle majeur dans la production dattière nationale. (90 % !)

L’oasis de Chenini a la particularité d’être une oasis littorale, limitrophe de la 6ème ville de Tunisie, Gabès. Située entre les retombées des monts Matmata et la mer, Chenini fut, comme Tozeur, une plaque tournante commerciale, profitant, en outre, du débouché portuaire qu’offre le golfe de Gabès. Les particularités bioclimatiques ont contribué à développer un riche système de culture à trois étages.

Ces deux oasis traditionnelles se sont trouvées confrontées à des modifications fondamentales de leur organisation socioéconomique traditionnelle, et leur agriculture en a été profondément affectée : complexe d’industrie chimique implanté à Gabès, et tourisme de masse développé à Tozeur.

L’agriculture oasienne traditionnelle, familiale, fondée sur un système riche et complexe, tournée vers l’autoconsommation et l’échange, s’est retrouvée déstructurée et marginalisée, notamment en lien avec le développement d’un système basé sur la monoculture du palmier-dattier, principalement tournée vers l’exportation.

Des dynamiques variées se mettent en place à différentes échelles : entre restructuration des productions, réorganisation des exploitations, contraintes environnementales et disparités socio-spatiales. Nous proposons d’approfondir l’étude de l’activité agricole oasienne, à la lumière des mutations passées, en tant qu’outil potentiel de structuration territoriale et de développement à l’échelle locale.

L’oasis pourrait alors devenir un véritable modèle, un concept opératoire pour les politiques de développement. Cette étude, à l’échelle individuelle des exploitations, peut permettre de dégager les stratégies d’adaptations/réactions face aux projets de l’État.

Il s’agit de repenser le modèle traditionnel dans un contexte profondément différent pour trouver une nouvelle voie au développement local endogène. Cela doit permettre une mise en liaison des différents secteurs afin que la valorisation patrimoniale ne se fasse pas au seul bénéfice du tourisme. C’est la multifonctionnalité des territoires oasiens qui est en jeu.

Quelle agriculture oasienne voulons-nous pour demain ?

L’objectif est d’analyser le potentiel et les conditions de valorisation de l’agriculture d’oasis dans l’optique d’un développement territorial durable. Les premiers résultats soulignent que cette valorisation passe par une diversification des activités et des cultures, et par une mise en patrimoine de l’oasis. Aujourd’hui, les oasis connaissent un éclatement des formes agricoles et des territoires en parallèle avec un renforcement identitaire et culturel. La diversité des modes de valorisation et des acteurs contribue, entre autre, à un retour en force de la question agricole. L’agriculture oasienne traditionnelle a changé d’image, et l’oasis avec elle.

Dans la période politique actuelle, la réinvention d’un modèle de développement réellement durable et équitable, particulièrement importante, peut être incarnée par l’oasis.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Irène CARPENTIER

doctorante en géographie à l’Université de Paris 1. Sa thèse sous la direction d’Alia Gana s’intitule : « Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du sud tunisien (Chenini, Tozeur) ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit photographique : © Irène Carpentier

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les inégalités socio-territoriales aux origines de la révolution tunisienne : défis du développement, enjeux pour la recherche

La révolution du 14 janvier a fait voler en éclats l’image d’Épinal dont bénéficiait la Tunisie jusque-là : modèle de réussite économique, de progrès social et de stabilité politique, une image savamment entretenue par le pouvoir en place et par ses soutiens internationaux !

Nul doute en tout cas que les bouleversements en cours, la force et la rapidité de leur irruption et de leur propagation à l’échelle du monde arabe contribuent non seulement à remettre en cause les modèles de développement qui ont guidé l’action des États et les politiques publiques dans la région, mais aussi à réinterroger certains schémas intellectuels qui ont dominé l’analyse des dynamiques socio-économiques et politiques des pays de la région.

A posteriori, Il est bien sûr aisé de déceler dans les vives tensions et les graves conflits qu’a connus la Tunisie au cours de la période récente (révolte du bassin minier de Redeyef en 2008, grèves sauvages et occupations d’usines, conflits pour l’eau et la terre, etc.) les signes annonciateurs de l’explosion sociale et populaire qui a conduit à la chute du régime. Mais ce regard rétrospectif sur les causes profondes de la Révolution tunisienne est désormais plus que nécessaire. Parmi celles-ci, l’aggravation des phénomènes d’exclusion sociale et les disparités territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement, surtout depuis les deux dernières décennies, figurent au premier plan.

Des orientations de développement génératrices de sous-emploi et de chômage pour les jeunes diplômés

En effet, malgré une croissance soutenue au cours des années 1990 et une tendance à la diversification de l’économie (tertiarisation), la Tunisie fait face aujourd’hui à une crise majeure du secteur de l’emploi, accentuée par l’arrivée massive de jeunes diplômés, y compris une large proportion de femmes, sur le marché du travail. Ayant basé sa stratégie d’industrialisation sur le développement des entreprises exportatrices intensives en main-d’œuvre, la Tunisie a subi de plein fouet les répercussions de la conjoncture internationale liée à l’exacerbation des concurrences à l’échelle mondiale, avec pour conséquence, la disparition de milliers d’emplois industriels. L’économie tunisienne est restée largement dominée par des activités à faible valeur ajoutée, nécessitant un niveau de qualification peu élevé, et a continué de baser sa compétitivité sur la compression des coûts de la main d’œuvre, obtenue grâce à la mise au pas du syndicat. Ainsi, le développement de secteurs d’activités susceptibles d’absorber les jeunes diplômés, qui constituent aujourd’hui 60 % des nouveaux arrivants sur le marché du travail, est resté extrêmement limité (Banque Mondiale, 2011). Cette situation, ajoutée à la régression de l’emploi public et au problème de l’inadéquation entre emploi-formation, explique le taux de chômage élevé chez les jeunes diplômés et la montée des frustrations au sein de cette catégorie de population.

L’aggravation des inégalités régionales

Par ailleurs, une des caractéristiques majeures du développement en Tunisie est l’aggravation des inégalités régionales qui s’exprime notamment dans le double phénomène de métropolisation et de concentration des activités dans les régions littorales, situées à l’Est du pays (Belhedi, 1999), deux phénomènes qui n’ont fait que se renforcer avec l’extraversion croissante de l’économie. Le Nord-ouest de la Tunisie, mais surtout le Centre Ouest, où se sont déclenchées les révoltes populaires récentes, ainsi que le Sud, ont de manière générale peu profité des fruits de la croissance économique. Et au-delà des indicateurs globaux illustrant les performances du développement économique et humain en Tunisie, d’importantes inégalités persistent, voire s’aggravent, entre d’une part les régions intérieures et les zones littorales, d’autre part entre les zones rurales et les zones urbaines. Ces inégalités persistantes sont attestées par les principaux indicateurs de développement humain (conditions de vie, santé, éducation, emploi). Selon des chiffres rectifiés et publiés récemment par l’Office National de la Jeunesse, le taux de chômage parmi les jeunes (de 18-29 ans) est de 35 % dans la région du Centre Ouest, de 45 % dans le Nord-Ouest et de 50 % dans le Sud-Ouest, contre 26 % dans la région du centre Est et 30 % dans le Grand Tunis. Ce sont aussi les régions de l’Ouest de la Tunisie qui affichent les taux de pauvreté les plus élevées. L’enquête de l’INS (2005) sur la consommation et le niveau de vie des ménages classe les régions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest comme les plus pauvres du pays avec un taux de pauvreté respectivement de 12,8 % et 5,5 % pour une

moyenne au niveau national de 3,8 %.

Marginalisation de l’agriculture dans les politiques d’aménagement du territoire

Les politiques d’aménagement du territoire mises en place de manière tardive, à la fin des années 80, dans l’objectif de corriger les disparités régionales, ainsi que les mesures incitatives pour favoriser l’implantation d’activités industrielles dans les zones rurales, se sont révélées peu efficaces en matière de création d’emplois pour les habitants des régions rurales ; alors que la part de l’agriculture dans les revenus des ménages ruraux n’a cessé de régresser.

Aujourd’hui l’agriculture ne contribue plus qu’à hauteur de 13 % au PIB et n’emploie plus que 16 % de la population active (contre 19 % pour l’industrie et 50 % pour les services). Cette régression apparaît comme une conséquence directe des processus d’ajustements structurels engagés dès la fin des années 80, du modèle d’insertion de l’économie et de l’agriculture tunisienne dans la mondialisation, qui s’est basé de manière importante sur la valorisation de ses avantages comparatifs et le développement des exportations. Dans ce contexte, la réallocation des ressources en faveur du secteur des grandes exploitations privées, la profonde transformation des conditions de l’activité agricole, notamment des conditions d’accès à la terre, à l’eau et au crédit, la hausse des coûts de production, l’endettement accru, mais aussi la dégradation des terres, contribuent à la marginalisation accélérée, voire à l’exclusion des petits agriculteurs, surtout dans le secteur de l’agriculture en sec. Aujourd’hui, une fraction importante des petites exploitations, dont le nombre n’a cessé d’augmenter en lien avec le morcellement des terres, n’est plus en mesure d’assurer la survie des ménages.

Elles deviennent principalement des espaces refuge pour les membres de la famille, y compris pour les jeunes ruraux diplômés au chômage, ce qui ne fait qu’augmenter la pression sur les revenus familiaux et exacerber les frustrations. Dans ces conditions, les stratégies de survie des populations défavorisées se sont appuyées de plus en plus sur le développement d’activités informelles, voire illégales (petit commerce), en particulier dans les zones transfrontalières (Algérie, Libye). Un rapport de la Banque Mondiale évalue la contribution du secteur informel à 38,4% du PIB et d’autres études estiment sa part à 40% dans la création de l’emploi non agricole.

Pour un renouveau des études du développement

Aujourd’hui, la question sociale, en particulier l’emploi, et celle du développement régional pèsent fortement sur les termes du débat politique en Tunisie et sur l’agenda de la transition. Dans un discours prononcé il ya quelques jours, l’actuel premier ministre a réaffirmé ces deux priorités et a annoncé une réorientation des choix budgétaires en faveur de la création d’emploi et du développement régional. De ce point de vue la Révolution tunisienne, qui apparaît comme la conséquence majeure de l’échec des politiques de libéralisation et des stratégies d’insertion à l’économie mondiale, ouvre sans aucun doute une étape nouvelle dans la réflexion sur les modèles de développement, et notamment sur la place du monde rural et de l’agriculture dans l’élaboration des modèles à venir. Cependant, le diagnostic présenté récemment par le Ministère du développement régional attribuant les difficultés du secteur agricole au maintien d’un secteur « traditionnel » en sec, pose d’ores et déjà la question des bases sociales du développement et des formes d’inscription de la Tunisie dans la mondialisation.

La période de bouleversement ouverte par la Révolution tunisienne et l’urgence des réponses à apporter à l’explosion des demandes sociales interpellent les chercheurs en sciences sociales. Leur responsabilité est fortement engagée et leur participation au débat sur les choix de société et les options en matière de développement est plus que jamais nécessaire. Alors que les études du développement sont tombées en désuétude depuis les années 1980 et qu’elles ont eu tendance à s’inscrire dans une approche économiciste des problématiques de l’intégration au processus de mondialisation, il apparaît plus qu’indispensable de réinscrire les questions du développement dans des approches holistes et interdisciplinaires du changement social.

C’est dans cette perspective globale du développement, considéré dans son caractère sociétal (Coméliau, 1993) et non pas seulement dans ses dimensions économiques qu’il convient en particulier d’intégrer l’approche des questions de l’exclusion sociale et de la pauvreté, le plus souvent réduites au traitement des coûts sociaux des réformes économiques. La renouvellement nos cadres d’analyse doit non seulement permettre de dépasser les cloisonnements disciplinaires qui ont caractérisé les recherches sur les pays du sud de la Méditerranée et du monde arabe, mais aussi les schémas binaires (Nord/Sud) dans lesquelles se sont inscrites assez largement les recherches en sciences sociales.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Alia GANA

Sociologue, CNRS/LADYSS, Paris

 

Crédit cartographique : © Giraud T. (CIST)

 

Références bibliographiques

Banque Mondiale. 5 janv. 2011 La croissance de l’économie tunisienne, une source d’emplois, http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/MENAINFR ENCHEXT/TUNISIAINFRENCHEXTN/.

Belhedi Amor, 1999, « Les disparités spatiales en Tunisie : État des lieux et enjeux », Revue Méditerranée, n° 1-2, 63-72.

Coméliau Christian, 1993, « Pour un renouveau de l’étude du développement », in Tiers-Monde, tome 34, n° 135. La réhabilitation de la demande (sous la direction de Jean-Marc Fontaine), 687-701.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook