Archives par mot-clé : syndicalisme

La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires

Présentation du projet de thèse

Les premiers groupes de musique en Tunisie qui revendiquent un engagement artistique et politique se forment à partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Pourtant, des expériences solistes avaient déjà fait leur apparition quelques années plus tôt, surtout parmi les artistes qui avaient vécu à Paris et participé aux mouvements de mai 1968. La « chanson engagée » tunisienne – en arabe al-ughniya al-multazima – se développe principalement en milieu estudiantin et syndical, en parallèle de la vague de soulèvements et de protestations qui agite le pays, et en particulier les facultés, dans la phase terminale du régime bourguibien. Directement ou indirectement impliqués dans le militantisme estudiantin ou ouvrier, participants ou témoins des grèves et des émeutes, ces groupes essaient d’être porte-parole des étudiants et des travailleurs en révolte contre l’autoritarisme, le parti unique et la crise économique qui affligent le peuple.

© photo de Alessia Carnevale.

La chanson engagée est, dans un premier moment, expression exclusive de la gauche radicale. Les artistes se représentent dans les foyers universitaires et dans les facultés, dans les locaux de l’UGTT de tout le pays, parfois dans les festivals estivaux, et souvent dans les maisons de Culture de la capitale, véritables lieux de refuge pour la culture « alternative » de cette période. Cependant, dans la première moitié des années 1980, lorsque l’islamisme gagne un espace prépondérant dans la vie politique universitaire, d’autres groupes émergent, exprimant leur dissidence au régime et leur solidarité aux masses déshéritées de la population tunisienne et des peuples arabes, et se représentant devant un public proche ou affilié au syndicat des étudiants islamistes, l’UGTE, qui venait d’être fondé.

Si pendant la présidence de Bourguiba les groupes engagés sont mal tolérés et relégués à des cercles fermés, le régime de Ben Ali, après une très brève période d’ouverture, ferme bientôt toutes les portes aux artistes dissidents. La plupart d’entre eux – tous ayant une autre carrière professionnelle – ont malgré tout continué à poursuivre leur vocation, plus ou moins en cachette, ou en trouvant différents canaux pour éviter la censure d’état.

Le militantisme et la résistance à l’autoritarisme dans la Tunisie contemporaine a été objet de nombreuses études, notamment dans le domaine des sciences politiques et en sociologie 1. Cependant, les expressions culturelles relatives aux mouvements protestataires précédents aux soulèvements révolutionnaires de 2010-2011 n’ont pas reçu une grande attention. Le théâtre, le cinéma, la poésie, la musique, ont pourtant été dépositaires et catalyseurs de l’activisme politique et intellectuel, ils ont raconté des histoires et partagé des témoignages, ils ont supporté les expériences de lutte et ils ont été sujets à différents dispositifs de répression et de censure 2. Ils peuvent donc constituer une trace à suivre pour comprendre certains développements politiques et sociaux qui ont intéressés le pays.

© photo de Alessia Carnevale.

Ma thèse est centrée sur la chanson, celle-ci étant, parmi les formes artistiques et culturelles contestataires, le produit le plus fluide, le plus accessible au public, le plus direct pour mettre les questions politiques à l’ordre du jour, et qui devient slogan pendant les manifestations et les rassemblements des militants. Dans le même temps, la chanson engagée, écrite en arabe dialectal ou littéraire, établit une forte connexion avec le patrimoine culturel et artistique local et régional : de la réélaboration de la tradition populaire tunisienne, à l’appropriation du patrimoine musical et poétique arabe, ces références sont des instruments qui canalisent des instances politiques et idéologiques bien déterminées.

En s’appuyant sur les élaborations théoriques (néo)gramsciennes développées dans le cadre des études postcoloniales et culturelles, ma recherche adopte une notion de « culture » comme une source d’identité conflictuelle, « une sorte de théâtre où différentes causes politiques et idéologiques s’affrontent » 3. En reconnaissant le potentiel révolutionnaire et résistant des expressions culturelles « populaires », « alternatives », subalternes », ce courant s’est révélé apte à permettre l’analyse des phénomènes de résistance populaire dans les régions du Moyen-Orient et du Nord de l’Afrique 4. Il offre ainsi des instruments théoriques et méthodologiques valables pour le travail que je me propose de conduire.

Cette recherche part de l’hypothèse que la chanson engagée en Tunisie peut être considérée comme un lieu où s’articule le conflit idéologique, la lutte pour l’hégémonie politique et culturelle dans le pays : de la gauche face à l’islamisme, et des deux face au pouvoir. C’est un lieu imaginaire, de création artistique, mais aussi un lieu physique, si on le considère en tant que phénomène qui lutte constamment pour l’accès à, ou la domination de, l’espace publique. Et aujourd’hui elle est le lieu où se préserve la (les) mémoire(s) collective(s) d’une génération d’opposants. Le propos, en explorant ce patrimoine artistique et mémorielle, est d’évaluer sa capacité à constituer une contre-narration de l’histoire culturelle de la Tunisie autoritaire, d’ouvrir des perspectives nouvelles sur les événements clés de cette histoire, ainsi que d’en faire émerger les aspects qui ont été négligés. Il ne s’agit pas seulement de comprendre l’impact que l’environnement politique, local et régional, a eu sur les pratiques culturelles dissidentes, mais aussi la contribution de ces dernières aux luttes et aux changements sociaux dans le pays.

Les sources premières sur lesquelles s’appuie la recherche sont principalement de trois types : les textes des chansons, avec les enregistrements audio ou audiovisuelles, qui feront l’objet d’une analyse littéraire (thématique, du langage, et du discours idéologique) ; la presse écrite, qui signale la présence intermittente de la culture alternative sur la scène publique, et qui peut donc être indicative des changements dans le rapport entre pouvoir et oppositions ; les entretiens avec les musiciens, les chanteurs, et les poètes en question, ainsi qu’avec des personnalités dans le domaine culturelle et politique (responsables des maisons de la culture, professionnels des médias, syndicalistes).

© photo de Alessia Carnevale.

Le terrain exploratoire qui vient de se terminer, outre le dépouillement des sources bibliographiques, a visé à collecter ce corpus artistique et documentaire. Une série d’entretiens préliminaires, semi-directifs et non directif, avec certains des membres des principaux groupes engagés, habitants à Tunis, Gabès et Moularès (Gafsa), a été fondamental à l’avancement du projet et pour planifier les étapes suivantes. Les témoignages oraux sont en fait une partie indispensable de la reconstruction historique que la recherche se propose de faire. En premier lieu, établir un contact direct avec les acteurs sociaux en question est souvent le seul moyen pour accéder au corpus artistique à analyser, puisque le matériel textuel et audio n’est pas disponible via des canaux conventionnels. Par ailleurs, ils donnent une vision interne des événements, ils en révèlent les aspects autrement inconnus ; ils donnent un aperçu des significations collectives des événements historiques, et ils laissent émerger les subjectivités des groupes sociaux concernés 5.

1. Cf. AYARI Michaël, 2017, engagement politique dans la Tunisie Autoritaire : Gauchistes et Islamistes sous Bourguiba et Ben Ali (1957-2011), Paris, IRMC-Karthala ; LE SAOUT Didier, ROLLINDE Marguerite (dir.), 1999, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb. Perspective comparée, Paris, Karthala.

2. Un aperçu est donné par Mohamed-Salah OMRI, 2017, “The Labour Union Movement and ‘Alternative’ Culture in Tunisia: the Long View of a Long Relationship”, in Sian Lazar (dir.) Where are the Unions? Workers and Social Movements in Latin America, the Middle East and Europe, Londres, Zed Books, 64-83.

3. « In this second sense culture is a sort of theater where various political and ideological causes engage one another », SAID Edward, 1994, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, xiii. Sur l’utilisation de Gramsci par les cultural studies cf. aussi HALL Stuart, 1998, “Notes on deconstructing the popular”, in John Storey (dir.), Cultural Theory and Popular Culture: a Reader, Prentice Hall, Pearson, 442-453 ; et HALL Stuart, 198 8, “Gramsci and Us”, in The Hard Road to Renewal. Thatcherism and the Crisis of the Left, New York, Verso Books, 161-173.

4. Cf. EL HAMAMSY Walid, SOLIMAN Mounira (dir.), 2013, Popular Culture in the Middle East and North Africa. A Postcolonial Outlook, New York, Routledge.

5. Cf. PORTELLI Alessandro, 2007, Storie orali. Racconto, immaginazione, dialogo, Rome, Donzelli.

Alessia Carnevale

est doctorante à l’Institut Italien d’Etudes Orientales (ISO), Université La Sapienza, Rome.

Pour citer ce billet : Alessia Carnevale, «La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2243.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entre le marteau et l’enclume : Le rôle politique des syndicats ouvriers en Tunisie et au Maroc. Une approche historique et comparative

photographie de l’auteur

Mon travail de recherche explore les influences des configurations historiques des relations syndicat-classe et syndicatétat des organisations ouvrières dans les révoltes de 2011 en Tunisie et au Maroc. Ces deux pays constituent des cas relativement similaires, surtout par rapport à l’héritage du protectorat français et à leurs parcours parallèles d’ajustement néolibéral. Toutefois, en Tunisie les militants syndicaux politisés ont soutenu les mobilisations sociales et ont poussé le Bureau exécutif de la confédération syndicale unique à autoriser des grèves générales régionales, malgré le précédent compromis entre le syndicat majoritaire et le régime. Au Maroc, en revanche, les multiples confédérations syndicales ont réussi à initier un processus de dialogue social avec le pouvoir, contribuant ainsi, à sauvegarder la stabilité.

© huffpostmaghreb.com.

Pour expliquer la divergence en question, cette étude catégorise les atouts qu’un régime peut utiliser pour encourager la soumission des travailleurs et de leurs organisations selon trois dimensions : incitations substantielles (bénéficiant aux travailleurs directement), incitations organisationnelles (bénéficiant aux syndicalistes) et constructions. La distinction entre incitations substantielles et organisationnelles est cruciale parce qu’elle est un outil pour analyser les contradictions au sein du syndicat et les fissures entre ce dernier et des sections de travailleurs. Il est ainsi possible d’éviter de réduire la classe ouvrière et ses organisations dans leur complexité interne face aux actions et aux positions du sommet syndical. L’organisation syndicale est elle-même un champ conflictuel traversé par les pressions issues des institutions étatiques d’un côté et des différentes sections de la classe ouvrière de l’autre. De plus, l’analyse des incitations substantielles est une fenêtre  sur la composition et les transformations des bases sociales d’un régime.

La recherche se base sur un travail de terrain incluant 96 entretiens semistructurés, ainsi que archive numérique de plus de 2000 articles de presse, sur la législation du travail, des statistiques socio-économiques et autres documents produits par l’État ou par les syndicats. L’analyse empirique se développe sur deux niveaux. Le premier niveau, plus abstrait, compare les configurations des incitations et des constructions dans les deux pays de l’Indépendance jusqu’aux années 2000. Le second niveau, plus en profondeur, retrace les procès et les conflits qui se sont développés entre 2010 et 2013, et surtout pendant les mobilisations de 2011, dans le but de dégager le rôle des syndicats dans les évènements.

© Ahmed Boussarhane.

Deux grandes phases historiques sont à distinguer : la phase étatiste et la phase néolibérale, avec une période de crise et de transition pendant les années 1970 et le début des années 1980. En Tunisie, on passe d’une configuration appelée ici « corporatisme populiste autoritaire » pendant la phase étatiste à un « corporatisme post-populiste autoritaire » pendant la phase néolibérale. Si dans les deux on relève des hauts niveaux de constructions, dans la phase étatiste on trouve une rapide croissance des incitations substantielles et une formalisation des incitations organisationnelles, alors que dans la phase néolibérale on assiste à une stagnation des incitations substantielles et à une tendance à l’informel dans les incitations organisationnelles. Au Maroc, on trouve une configuration nommée « pluralisme conservateur autoritaire » pendant la phase étatiste et un « pluralisme conservateur semi-autoritaire » pendant la phase néolibérale. Ici les incitations substantielles et organisationnelles seront toujours plus limitées qu’en Tunisie, à cause des différentes trajectoires des luttes sociales qui ont suivi l’Indépendance et par conséquent les différentes bases sociales du régime. L’ouverture partielle des institutions politiques à la fin des années 1990 n’a pas changé la faiblesse et la marginalité historiques auxquelles le syndicalisme marocain a du faire face depuis les années 1960.

Alors qu’une littérature plutôt vaste sur le syndicalisme tunisien existe, la production académique sur les syndicats marocains se fait très rare. Le seul article pré-2011 où l’on trouve une brève comparaison entre les deux pays suggére que le syndicalisme marocain était mieux placé que le tunisien en tant qu’agent de changement politique. L’argument de cette thèse va dans la direction contraire, essayant de contourner les illusions données par une attention excessive aux institutions formelles. En Tunisie, la contradiction entre un syndicalisme relativement fort, l’érosion du pacte social populiste et la rigidité institutionnelle du corporatisme autoritaire entra au sein de la centrale syndicale même, sous la forme d’une croissante polarisation interne. Au Maroc, la faiblesse syndicale et l’absence d’une précédente phase populiste se rencontrèrent avec une majeure, flexibilité institutionnelle, notamment le pluralisme syndical et l’intermédiation des partis politiques entre syndicats et État. Ces différences contribuèrent à une montée de la conflictualité en Tunisie, alors qu’au Maroc le régime était mieux positionné pour désamorcer les tensions.

Lorenzo Feltrin

Pour citer ce billet : Lorenzo Feltrin, « Entre le marteau et l’enclume : Le rôle politique des syndicats ouvriers en Tunisie et au Maroc. Une approche historique et comparative», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2066.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe ?

Illustration du nouveau pluralisme syndical tunisien
© Tunisie-numérique.com

Évoquer les rapports entre syndicalisme et « printemps arabe » exige une description préalable de la situation syndicale dans le monde arabe. En effet, ce qui est couramment appelé « monde arabe » n’a pas connu une histoire syndicale uniforme, nous pouvons même affirmer que dans certains pays, le syndicalisme n’a pas encore vu le jour. Cette disparité est expliquée par l’histoire du capitalisme dans la région, de l’industrialisation, du colonialisme et par la nature des régimes politiques en place.

D’une manière empirique nous pouvons établir une typologie simple et opérationnelle qui couvre tous les pays arabes comme suit :

– Les pays où le syndicalisme est toujours inexistant ou embryonnaire à l’instar des pays du Golfe. Il est important de rappeler que dans ces pays, l’écrasante majorité des travailleurs sont des étrangers qui ne bénéficient pas encore du droit syndical.

– Les pays où les syndicats sont totalement inféodés aux partis uniques au pouvoir sur le modèle de l’Union Soviétique des années 30. Dans ce cas il s’agit plutôt de comités de surveillance des administrations, des entreprises et des travailleurs, tel est le cas de la Syrie, de l’Irak, du Yémen et de la Libye.

– Les pays où les syndicats même surveillés, adoptant parfois des attitudes de compromis, de résignation, d’allégeance, sont en réalité en confrontation permanente avec le pouvoir tels que la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et l’Égypte.

Le syndicalisme est représenté d’une manière générale dans l’imaginaire politique des populations arabes, tout particulièrement dans les pays du troisième groupe cité (Égypte, Tunisie, Algérie, Maroc) comme étant le lieu du vrai combat pour la dignité, l’égalité et la liberté. Cette image provient du fait que ces mouvements syndicaux ont été à la tête de la lutte anticoloniale et dans certains cas, les leaders du mouvement national et les piliers de l’indépendance. En effet, pendant la période de la lutte pour l’indépendance nationale, ces centrales syndicales ont appris à mobiliser les masses populaires et à structurer des revendications à la fois anticoloniales et anticapitalistes. C’est à partir de cette expérience d’affrontement contre les forces de répression coloniale qu’une certaine culture de combat s’est développée au sein de plusieurs centrales syndicales. En effet, par le fait de la colonisation, cette culture d’affrontement anticoloniale a constitué un caractère original par rapport aux grands courants du syndicalisme européen. Ce fait historique a permis à certaines organisations syndicales de se transformer en mouvements de masses populaires, et en courants politiques d’opposition au pouvoir central.

Les exemples de l’Union Générale des travailleurs de Tunisie (UGTT) et de l’Union Marocaine des Travailleurs (UMT) illustrent très bien ce type de mouvance syndicale.

Le syndicalisme au réveil du « Printemps arabe »

Comme nous l’avons signalé, étudier le syndicalisme en relation avec le printemps arabe serait en fait limiter cette réflexion aux pays qui ont vécu une transformation politique et sociale provoquant soit la chute des dictateurs (l’Égypte et la Tunisie) soit de profonds changements dans l’organisation de l’État (Le Maroc). Nous constatons dans ces deux cas que ces grandes mutations ont lieu dans les pays ou les syndicats sont présents sur la scène politique, et où le syndicalisme est ancré dans le débat politique. J’exclue le cas de la Libye pour deux raisons : l’inexistence d’un syndicalisme actif et le rôle déterminant de l’OTAN dans la chute de Kadhafi. Quant à l’Algérie, même inféodée, l’UGTA (Union Générale des Travailleurs Algériens) et malgré la création de plusieurs syndicats autonomes, cette centrale syndicale reste influente, et pourra jouer un rôle important dans la conduite des prochaines élections législatives en mai 2012.

Manifestation pour la libéralisation syndicale
© Anarkismo.net

Ce n’est donc pas par hasard que ces processus de changements et de ruptures se sont produits dans le pays arabes où le syndicalisme est structuré et agissant. En effet en Tunisie, le pays qui a inauguré « le printemps arabe », l’émergence du syndicalisme date des années vingt et la lutte syndicale est la plus développée dans le monde arabe, accumulant une expérience de plus de soixante dix ans, ayant dirigé et encadré par le passé plusieurs luttes pour la dignité et la justice sociale. Plusieurs indices, évènements historiques nous confirment cette hypothèse (Arrestation et condamnation de centaines de syndicalistes, attaques organisées des locaux des syndicats, interdiction d’accès aux moyens de communication…).

En ce qui concerne la Tunisie, nous pouvons remarquer aussi que la centrale syndicale l’UGTT a engagé la lutte ouverte contre le régime de Ben Ali en 2008. C’est à partir de la région de Gafsa, la région des mines, où une grève a été organisée et un mouvement de solidarité exceptionnel à l’échelle nationale et internationale s’est imposé. Ce mouvement a duré six mois constituant la première victoire contre la dictature en démystifiant la peur, l’outil essentiel de la répression. Le siège du parti au pouvoir, symbole de la corruption a été occupé par la population. Des manifestations de masse ont parcouru toute la région pendant quarante jours consécutifs. Toutes les villes avoisinantes du Sud ont soutenu le mouvement de contestation par des rassemblements quotidiens face aux préfectures et aux palais de la justice… Suite à une répression féroce et à des arrestations massives, ce mouvement a été étouffé en apparence seulement, car les contestataires ont réussi à implanter à travers les syndicats locaux et régionaux un réseau de résistance dans tout le pays. Dès lors, le mouvement social tunisien disposait d’une “logistique révolutionnaire syndicale” qui lui a permis de marcher de toute part sur La Kasbah (place du Gouvernement) le 14 janvier 2011.

Le syndicalisme égyptien à la place Tahrir

En Égypte Le syndicalisme a été inféodé au pouvoir depuis 1957, Jusqu’à 2009 seul le syndicat officiel, l’ETUF pouvait s’exprimer au nom des travailleurs. À partir de 2009 et suite à une forte contestation ouvrière. Le premier syndicat indépendant fut crée Le RETA. Ce fut le début d’une grande marche d’un syndicalisme égyptien indépendant tourné vers la justice sociale et la lutte contre la corruption. Il s’agit d’une avancée incontestable qui a favorisé l’émergence de slogans anti Moubarak et l’amplification du mouvement social dans toute l’Égypte. Depuis 2005, les actions des travailleurs égyptiens : piquets de grève, rassemblement dans les lieux de travail, se comptaient par milliers par an. En 2008, le déclenchement de la grève de Mahallaa groupant 24 000 travailleurs et travailleuses du textile a rompu le sentiment de peur qui paralysait tout le peuple égyptien et surtout les couches sociales les plus pauvres. Cette grève, très soutenue a eu les mêmes effets que celle des mines de la région de Gafsa en Tunisie, déclenchée également la même année.

Tous ces éléments indiquent clairement que le mouvement syndical égyptien indépendant était fortement présent dans le processus révolutionnaire. Kamel Abouaita figure connue du syndicalisme indépendant, arrêté plusieurs fois à cause de son militantisme syndical affirmait que tous les noyaux des syndicats indépendants étaient actifs sur la place Tahrir dès les premiers rassemblements…

Le retour du syndicalisme marocain

Apres quelques années de distance de la scène politique et sociale, le syndicalisme marocain pluriel, marqué par une grande tradition de collaboration avec les partis politiques, s’est trouvé depuis le déclenchement du soulèvement social en Tunisie dans une position de combat, soutenant sans réserve les revendications, d’abord des employés du secteur publique puis de ceux du secteur privé. Tous les syndicats notamment les importants (l’UMT, UGTM, la CDT…) ont su mobiliser et encadrer le mouvement social. C’est à partir de 2009 qu’après une période de désenchantement syndical qu’une nouvelle conscience émergea, donnant aux syndicats un rôle nouveau dans la contestation et dans la défense des travailleurs. Les premiers slogans adoptés par les syndicats portaient sur la justice sociale et le partage des richesses du pays avec plus d’égalité et de solidarité. Ces syndicats ont participé à toutes les manifestations dont certains étaient proches du mouvement du 20 février. Dans cette lutte, les employés et les travailleurs ont perdu progressivement ce que l’on appelle au Maroc le désenchantement syndical. Dans ce contexte, une nouvelle page du syndicalisme s’est ouverte contre l’ostracisme à travers la volonté de ces derniers de collaborer avec tous les mouvements démocratiques pour soutenir les libertés fondamentales, la réforme des structures étatiques, les élections transparentes et un développement soutenu dans les régions les plus pauvres. Tous les slogans émanant des syndicats au Maroc rejoignent globalement ceux de la Kasbah à Tunis et ceux de la place Tahrir : égalité, dignité, liberté. Une autre caractéristique importante du syndicalisme marocain lors de cette grande marche vers la démocratie, tous ses leaders ont appelé à une unité de l’action syndicale permanente et stratégique pour faire pression sur toutes les instances de décisions relatives à la fois à la condition de vie des travailleurs et des couches les plus pauvres de la société et exigeant l’introduction dans la nouvelle constitution de tous les droits syndicaux dans tous les secteurs et toutes les entreprises. Sans révolution les syndicats marocains ont pu rejoindre le printemps arabe avec une mobilisation de la population marocaine sans précédent.

Ce que l’histoire retiendra

Sans aller dans une explication historique et politique trop lourde, on peut avancer l’hypothèse qui démontre que, c’est dans les pays où le syndicalisme a été présent, vif, revendicatif et parti prenante du mouvement démocratique, que nous avons assisté à la chute de la dictature, à la dénonciation de la corruption du néocolonialisme interne. Par contre dans les pays où le mouvement syndical était absent ou inactif (la Syrie, le Yémen, le Bahreïn, la Libye) le mouvement fut, encerclé presque étouffé par le tribalisme ou par l’intervention militaire.

Cette nouvelle situation politique dans les pays arabes impose une nouvelle approche du mouvement syndical, une profonde réflexion s’impose autour des nouveaux rôles du syndicalisme arabe :

Comment élargir l’action syndicale à toutes les composantes du mouvement social ? Quelles stratégies face aux pluralismes syndicales ? Comment structurer et décentraliser l’action syndicale ? Quel sont les nouveaux champs des interventions ? Le rôle du syndicalisme dans la rédaction de la nouvelle constitution.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Ridha TLILI

Sociologue, Université de La Manouba

 

Pour citer ce billet : Ridha Tlili, « Le syndicalisme, quel rôle dans le printemps arabe? », Le Carnet de l’IRMC, 5 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/633

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook