Archives par mot-clé : Sud tunisien

La valorisation des productions locales : vers un système alimentaire territorialisé dans le sud tunisien

 Dans le sud tunisien, le système agricole se caractérise par la cohabitation d’une agriculture familiale oasienne ancienne, orientée vers la satisfaction des besoins alimentaires locaux, et de nouveaux espaces de production tournés sur le marché national et international : périmètres publics irrigués maraîchers, ou phoenicicole, et arido-culture complémentaire avec des activités d’élevage, bovin en particulier.

Les politiques de développement du sud tunisien, mises en place à l’indépendance, ont peu à peu marginalisé l’agriculture oasienne locale, au profit de nouveaux espaces productifs agricoles, et surtout de nouvelles activités économiques : le tourisme, et l’industrie. Ces investissements massifs pour la spécialisation dans des activités fortement consommatrices d’eau, de main d’oeuvre et de terres, contribuent à la mise en concurrence dans l’accès aux ressources des espaces de productions et à de profondes transformations des conditions de pratiques de l’activité agricole. Ces processus consacrent la fragilisation des petits agriculteurs et favorisent la production agricole pour l’exportation, entraînant une remise en question du marché alimentaire historique local. Parallèlement à ces transformations de la production, les habitudes de consommation évoluent et se détournent des produits locaux. L’agriculture oasienne ne nourrit plus les villes du sud tunisien.

Cette transformation rapide et relativement brutale de l’organisation des systèmes alimentaires locaux et des modèles de production et de consommation, a renforcé l’influence des produits industrialisés transformés, des marchés d’exportation, ainsi que des grands exploitants et entrepreneurs de la filière agro-alimentaire. Du côté des acteurs locaux et en particulier des petits exploitants et des consommateurs, ces dynamiques ont aussi favorisé l’émergence d’initiatives, pour le développement d’une agriculture innovante, plus respectueuse des besoins et des spécificités du territoire local. De nouveaux projets portés par une diversité d’acteurs -petits entrepreneurs, collectifs associatifs, groupements de producteursse mettent en place pour répondre au défi de la transformation des conditions de l’activité agricole. Ils visent à se positionner sur le marché de la valorisation des ressources territoriales locales, en mettant en circulation des produits locaux, en sensibilisant les consommateurs, ou en s’organisant collectivement pour renforcer les capacités des petits exploitants sur le marché local.

Dans ce texte nous présentons les caractéristiques des projets identifiés lors des enquêtes de terrain effectuées à Gabes et Tozeur (sud tunisien), en avril et mai 2016, dans le cadre du « recensement des initiatives innovantes en matière d’alimentation durable et responsable ». Nous proposons également d’évaluer dans quelle mesure ces projets seraient susceptibles de contribuer au développement d’un système alimentaire territorialisé.

Sur le terrain, on observe une grande diversité de projets, tant du point de vue de l’objectif affiché que du point de vue de la forme qu’ils revêtent. Au de là de cette diversité, on observe aussi des tendances générales qui participent de nouvelles dynamiques dans les territoires locaux. Tout d’abord, la transformation des produits est l’une des voies privilégiées par les entrepreneurs et collectifs associatifs pour mieux valoriser la commercialisation des produits agricoles. A Tozeur en particulier, la transformation des dattes -en pâtisseries, miel, café avec les noyaux, sirops, jus- a contribué à la création d’un certain nombre de petites entreprises, essentiellement féminines, parfois dans le cadre de programmes de soutien à l’entreprenariat féminin rural. Ces projets répondent à une demande locale de valorisation plus diversifiée et innovante des dattes, et trouvent leurs marchés dans l’évènementiel, en lien avec les demandes d’un tourisme aujourd’hui plus attentif à la valorisation des produits locaux.

La création de groupement de producteurs est aussi une des nouvelles stratégies mise en place pour remettre en cause les monopoles commerciaux, et organiser les filières agro-alimentaires. C’est le cas de la filière laitière dans l’oasis de Gabès, de la filière apicole -en plein développement-, ainsi que des dattes biologiques à Hazoua.

Enfin, des groupements, associatifs essentiellement, s’attachent à sensibiliser, vulgariser et promouvoir de nouvelles pratiques en matière de protection de l ’ e n v i r o n n e m e n t , d’alimentation et de production alimentaire locale. Ainsi, le traitement et recyclage des déchets, la maitrise des semences et intrants, la sensibilisation pour une alimentation biologique locale, font l’objet de nouveaux projets. Le centre de compostage des déchets des ménages dans la commune de Degache, dans le gouvernorat de Tozeur, mis en place dansle cadre d’un partenariat entre une association locale, la mairie et une coopérative italienne, est un exemple de valorisation des déchets alimentaires des familles et des déchets verts des agriculteurs. Il s’inscrit dans l’objectif d’une meilleure valorisation de l’ensemble de l’environnement oasien, notamment à travers la promotion d’un circuit court de recyclage. De même le programme « lait et dattes », évènement d’une semaine par an dans les écoles de Gabès, organisé par l’association de sauvegarde de l’oasis de Chenini (ASOC), vise à encourager les écoliers à consommer des produits locaux et frais plutôt que des produits industriels pour les goûters.

Cependant, il apparaît que ces initiatives innovantes de valorisation de l’alimentation locale et durable sont  souvent pensées pour un public international. Les projets de labellisation ou l’agrotourisme sont par exemple essentiellement liés à une demande extérieure. C’est l’exemple du groupement de producteurs de Hazoua (Gouvernorat de Tozeur), qui produit des dattes labellisées « biodynamiques », ainsi que « fairtrade » (Commerce équitable), et qui exporte l’ensemble de sa production sur les marchés du Golfe, européens et américains.

A Gabès, la filière biologique de grenades, un des seuls produits tunisiens labellisés « produit de terroir », a connu des fortunes diverses. Mise en place dans le cadre d’un projet associatif, l’exportation des grenades biologiques a connu un certain nombre de difficultés, avec des problèmes de disponibilité des traitements biologiques, ou d’écoulement de la production. Les prix ne sont pas forcément compétitifs, et certains exploitants n’ont pas toujours les moyens de remplir les conditions des cahiers des charges et un suivi efficace. Cependant, la conversion en bio d’une centaine d’exploitants a permis la mise en place d’une dynamique collective malgré tout plutôt efficace pour faire face aux difficultés de commercialisation du produit.

À la suite de ce recensement d’initiatives, on constate que la labellisation est souvent mise en place pour se positionner sur des marchés de niches, et répondre à une demande extérieure. Le marché local, le territoire d’origine du produit n’est que peu stimulé, et les exigences des cahiers des charges excluent un certain nombre de petits producteurs du processus.

L’agrotourisme, qui associe restauration locale et accueil dans les exploitations agricoles, s’adresse là aussi à une clientèle internationale essentiellement, en visant un marché de niche, celui d’un agrotourisme capable de mieux valoriser les produits et recettes locales et traditionnelles. Les projets d’accueil des touristes restent inaccessibles à nombre de petits exploitants, incapables de répondre aux exigences du marché. Des restaurants sont créés, à Tozeur essentiellement, pour réhabiliter la cuisine ancienne et les produits locaux.

Ce rapide tour d’horizon des diverses initiatives et projets de valorisation des productions locales montre que l’émergence de systèmes alimentaires territorialisés (SAT) reste conditionnée par la capacité des porteurs de projets à investir de manière autonome et s’adapter aux besoins des consommateurs locaux ou extérieurs. Aujourd’hui, il semble que le marché extérieur est systématiquement privilégié par les entrepreneurs et groupements pour développer les filières agro-alimentaires biologiques ou alternatives, en raison du  manque d’incitation et de soutien de la part des pouvoirs publics au niveau local pour ce type de produits. Le blocage principal pour l’émergence de SAT reste donc finalement administratif et politique, dans la mesure où les choix politiques vont souvent dans le sens d’une consolidation des grandes exploitations exportatrices. Les démarches de labellisation ou d’obtention de statut légal restent des étapes longues et d’une grande complexité administrative, et représentent un obstacle infranchissable pour nombre de promoteurs. Il apparaît alors nécessaire de créer des synergies entre les différents  acteurs, pour consolider le travail de sensibilisation des consommateurs, et mutualiser les ressources pour permettre aux producteurs d’innover et d’être compétitifs sur le marché, pendant que les institutions se doivent d’accompagner cette démarche.

La profusion d’initiatives et de projetscollectifs ou individuels-, prenant des formes entrepreneuriales ou coopératives, favorise l’ouverture d’un débat sur les systèmes de production et de consommation alimentaire et la prise de conscience des potentiels que représente une meilleure valorisation des produits locaux. Ce mouvement s’inscrit plus largement dans le cadre d’une réflexion et d’actions visant à promouvoir de nouveaux modèles de développement des territoires du sud tunisien et de gestion de leurs ressources. La compétitivité sur le marché, la sensibilisation aux problématiques environnementales, l’équité sociale dans la valorisation des productions sont autant d’enjeux auxquels sont confrontés producteurs et consommateurs et auxquels l’émergence de ces initiatives tentent d’apporter une réponse singulière.

Irène Carpentier

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, « La valorisation des productions locales : vers un système alimentaire territorialisé dans le sud tunisien », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2033.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Ethnosociologie du Sud-tunisien

NPuig
Photographie de Nicolas Puig

Je n’ai jamais voulu partir en Tunisie ; j’y ai pourtant passe presque six années, enchainant différents statuts, heureux en fin de compte de l’opportunité à chaque fois renouvelée de prolonger mon séjour. Je débarque à Tunis pour 16 mois comme volontaire du service national – le statut a disparu avec la fin de la conscription – pour assurer les fonctions d’aide bibliothécaire et de secrétaire de rédaction du bulletin Correspondances. Bien que j’imagine parfois emprunter la voie incertaine de la recherche, je ne sais trop ce que je ferai par la suite. Je dois à la fréquentation de l’institut de préciser cet horizon. Ainsi, peu à peu, autant par simple capillarité que par démarche volontaire, j’entame ce qui s’apparente à une formation. En parallèle, je profite pleinement de l’environnement universitaire et scientifique tunisien : je suis un stage d’arabe d’une année en accueil à l’Université de la Manouba et soutiens un DEA dans le cadre d’une coopération inédite (et unique ?) entre les Universités du 9 avril et de Provence. Je côtoie les chercheurs tunisiens anthropologues, sociologues et historiens, certains d’entre eux encadrent mes travaux universitaires. Dans la continuité, j’obtiens une allocation du MAE pour mener une recherche portant sur la sédentarisation des bédouins Rkarka dans le Jérid, notamment à Tozeur. Ils s’apparentent au groupe des Awlad Sidi Abid disséminé dans les confins tuniso-algeriens. Ces bédouins, « comme à l’affut d’une douce citadinisation » (M. Rouissi) viennent se masser aux abords de la ville, de Nicolas Puigl’autre côté du cimetière, localisation qui leur vaut d’être reconnu comme « ceux de derrière le cimetière ». Comme c’est souvent le cas dans une discipline dont la scientificité repose en grande partie sur la faculté de créer et de cultiver des contacts humains, ce premier terrain, revêt une dimension initiatique : sans doute suis-je « devenu anthropologue » dans le Sud-tunisien. En parallèle, assez éloigné des réseaux français et des séminaires hexagonaux, je continue de me former en profitant de la dynamique de recherche de l’Institut, participant, plus ou moins activement selon mes inclinaisons, aux programmes scientifiques que les membres développent. Au Jérid, il s’agit notamment de confronter les catégories de l’anthropologie maghrébine, notamment celles attachées à la dichotomie nomades-sédentaires, aux nouvelles socialités qui organisent des agencements collectifs inédits en partie bâtis autour des pratiques urbaines. L’ethnographie des quartiers de sédentarisation permet alors de mettre en lumière la façon dont ils s’arriment à la ville. Elle donne à voir l’émergence d’une cité contemporaine à partir du modeste bourg travaillé par la distinction et la stigmatisation. J’ai poursuivi cette exploration au Caire, vieux centre de la citadinité arabe, ou la légitimité à partager les espaces de la ville est pourtant tout aussi controversée, pour des raisons bien sûr très différentes. J’ai abordé cette exploration à partir d’une marge morale, en m’intéressant aux musiciens de noce à la réputation douteuse, qui, néanmoins, œuvrent au cœur même de la société citadine. Je poursuis à présent un questionnement similaire en m’intéressant aux réfugiés palestiniens au Liban. Le terrain tunisien a ainsi offert une situation paradigmatique d’interrogation des mondes urbains en partant de leurs marges. Au passage certaines problématiques sont apparues, je continue d’en creuser les sillons ; ainsi des modes de territorialisation, des dimensions de la localité et de l’habiter, des logiques de la communauté et de la civilité, de l’historicité et de la relation au passé ou encore des articulations entre rituels urbains et expériences sociales. Autant d’éléments dont les multiples assemblages confèrent une assise à la présence au monde tout en la reconfigurant en permanence.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Nicolas PUIG

est chargé de recherche à l’IRD, chercheur résident au Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM, Université Saint- Joseph de Beyrouth). Il a été volontaire international à l’IRMC de 1993 à 1994 et allocataire de recherche de 1996 à 1999.

Pour citer ce billet : Nicolas Puig, « Ethnosociologie du Sud-tunisien », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1285

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du Sud tunisien (Chenini, Tozeur)

Parcelle réhabilitée pour le tourisme à Tozeur

Le monde oasien tunisien est confronté depuis une cinquantaine d’années à des bouleversements sans précédent, sur les plans économique, environnemental et socioculturel. Modèle de développement durable et de gestion raisonnée des ressources naturelles dans leur organisation traditionnelle, ce sont souvent aujourd’hui des espaces en difficulté. L’enjeu est à la fois social, politique et environnemental. Social, car il s’agit d’offrir un modèle viable aux populations locales, et lutter ainsi contre la fuite de la main d’oeuvre, politique car c’est la question de l’intégration à l’espace national qui est posée, et enfin environnemental, car les oasis sont un milieu menacé et fragile. L’extrême diversité des formes agricoles oasiennes entraîne une difficulté à établir une typologie synthétique, à même de constituer un cadre d’analyse.

Dans ce contexte, la comparaison de deux espaces oasiens du sud tunisien, représentatifs de la diversité et de la complexité du monde des oasis paraît intéressante. La comparaison est un moyen pour développer une étude critique sur les différentes stratégies de « revalorisation » adoptées par chacun des espaces. Cela permet aussi d’inscrire ce travail dans le cadre plus global d’une réflexion sur l’agriculture tunisienne, sur les politiques de développement local…

L’oasis de Tozeur, au sud-ouest tunisien, dans la grande région du Jérid, est un prototype des oasis continentales: îlot de verdure dans le Sahara, centre urbain historique, c’est aussi un pôle majeur dans la production dattière nationale. (90 % !)

L’oasis de Chenini a la particularité d’être une oasis littorale, limitrophe de la 6ème ville de Tunisie, Gabès. Située entre les retombées des monts Matmata et la mer, Chenini fut, comme Tozeur, une plaque tournante commerciale, profitant, en outre, du débouché portuaire qu’offre le golfe de Gabès. Les particularités bioclimatiques ont contribué à développer un riche système de culture à trois étages.

Ces deux oasis traditionnelles se sont trouvées confrontées à des modifications fondamentales de leur organisation socioéconomique traditionnelle, et leur agriculture en a été profondément affectée : complexe d’industrie chimique implanté à Gabès, et tourisme de masse développé à Tozeur.

L’agriculture oasienne traditionnelle, familiale, fondée sur un système riche et complexe, tournée vers l’autoconsommation et l’échange, s’est retrouvée déstructurée et marginalisée, notamment en lien avec le développement d’un système basé sur la monoculture du palmier-dattier, principalement tournée vers l’exportation.

Des dynamiques variées se mettent en place à différentes échelles : entre restructuration des productions, réorganisation des exploitations, contraintes environnementales et disparités socio-spatiales. Nous proposons d’approfondir l’étude de l’activité agricole oasienne, à la lumière des mutations passées, en tant qu’outil potentiel de structuration territoriale et de développement à l’échelle locale.

L’oasis pourrait alors devenir un véritable modèle, un concept opératoire pour les politiques de développement. Cette étude, à l’échelle individuelle des exploitations, peut permettre de dégager les stratégies d’adaptations/réactions face aux projets de l’État.

Il s’agit de repenser le modèle traditionnel dans un contexte profondément différent pour trouver une nouvelle voie au développement local endogène. Cela doit permettre une mise en liaison des différents secteurs afin que la valorisation patrimoniale ne se fasse pas au seul bénéfice du tourisme. C’est la multifonctionnalité des territoires oasiens qui est en jeu.

Quelle agriculture oasienne voulons-nous pour demain ?

L’objectif est d’analyser le potentiel et les conditions de valorisation de l’agriculture d’oasis dans l’optique d’un développement territorial durable. Les premiers résultats soulignent que cette valorisation passe par une diversification des activités et des cultures, et par une mise en patrimoine de l’oasis. Aujourd’hui, les oasis connaissent un éclatement des formes agricoles et des territoires en parallèle avec un renforcement identitaire et culturel. La diversité des modes de valorisation et des acteurs contribue, entre autre, à un retour en force de la question agricole. L’agriculture oasienne traditionnelle a changé d’image, et l’oasis avec elle.

Dans la période politique actuelle, la réinvention d’un modèle de développement réellement durable et équitable, particulièrement importante, peut être incarnée par l’oasis.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Irène CARPENTIER

doctorante en géographie à l’Université de Paris 1. Sa thèse sous la direction d’Alia Gana s’intitule : « Le développement territorial durable, analyse comparée sur les oasis du sud tunisien (Chenini, Tozeur) ». Elle a rejoint l’équipe de l’IRMC en tant que boursière d’aide à la mobilité (BAM).

 

crédit photographique : © Irène Carpentier

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook