Archives par mot-clé : sociologie électorale

Approches et méthodes de l’analyse électorale en contexte post-autoritaire

L’école thématique CNRS sur l’analyse électorale, coordonnée par Alia Gana et Gilles Van Hamme, a été organisée par l’IRMC, avec la participation de l’Université Libre de Bruxelles (l’ULB) et de l’Institut de recherche sur le développement (l’IRD), s’est déroulée du 15 au 19 septembre 2015, à L’hôtel Sidi Bou Saïd, Sidi Dhrif. Une quarantaine de participants dont une vingtaine de stagiaires, de diverses nationalités et de profils variés – jeunes chercheurs, membres de la société civile, affiliés à des organisations internationales – ont assisté aux conférences et participé activement aux ateliers.

S’appuyant sur les acquis du projet de recherche PROCELEC (Processus électoraux en Afrique du Nord : recherche en géographie et en sociologie électorale), coordonné par l’IRMC, cette école thématique s’est fixée comme objectifs de confronter et de mettre en dialogue les approches et les méthodes mises en oeuvre par différentes disciplines (sociologie, géographie et sciences politique), et appliquées à différents contextes sociopolitiques (Europe, Afrique du Nord, Afrique Sub-saharienne). Son but est de familiariser des étudiants et des jeunes chercheurs avec les approches interdisciplinaires, comparatives et territorialisées, ainsi qu’avec les outils de l’analyse électorale et de contribuer au développement d’une expertise répondant aux besoins spécifiques des pays de la région, tant en matière de recherche que de formation universitaire.

Combiner sociologie et géographie électorale

Après une présentation des objectifs de l’école, la première séance a été l’occasion de présenter les fondements théoriques de l’analyse électorale. Eric Agrikolyansky a rappelé les grandes approches de la sociologie électorale et leurs centres d’intérêt : évaluation de l’intérêt pour la politique ; identification des ancrages sociaux des préférences électorales ; et analyse du rapport entre les facteurs structurels dans le temps long et le temps court des élections.

De son côté, Gilles Van Hamme a rappelé l’intérêt de l’approche en géographie électorale qui, à la différence de la sociologie, travaille sur l’ensemble du corps électoral. Il s’est attardé sur l’importance de la notion d’échelle, qui peut entraîner des erreurs d’interprétation majeures si elle n’est pas bien prise en compte. L’ambition est avant tout de comprendre les lignes de fractures dans les sociétés, au moyen des outils qu’offre la géographie électorale : cartographie des espaces d’implantation des partis, croisements des données électorales et socio-économiques, comparaison dans le temps et dans l’espace, et analyse multiscalaire.

Les objectifs de la recherche sur les élections sont multiples. Ils visent tout d’abord à cerner les critères de politisation des individus : en sociologie, différents modèles tentent de cerner ce processus.
Le modèle de « domination sociale » stipule que la politisation dépend avant tout de la position sociale et de la culture subjective et objective du citoyen. Les populations « dominées » – classes
populaires, non instruits, jeunes – participent donc moins que les autres. La question de la compétence politique, très difficile à évaluer semble finalement aussi bien une question de délibération, de politisation en situation de délibération, que de compétence sur le fond. Le modèle de l’intégration sociale, développé par Paul Lazersfeld et Céline Braconnier, stipule, quant à lui, que c’est l’appartenance à des groupes sociaux structurés qui permet l’augmentation de la participation ; le vote est alors vu avant
tout comme une pratique collective. Cette question de l’appartenance communautaire, de l’identité, et du vote est au
coeur des travaux de « l’école du Michigan » sur l’appartenance sociale. Certaines variables « lourdes » surdéterminent le vote : la religion, « l’effet patrimoine », les statuts socioprofessionnels, etc.

La recherche en analyse électorale vise également à cerner la force du déterminisme social dans l’opération de vote : avec Eric Agrikoliansky, Gilles Van Hamme a rappelé que si le vote des classes a été sans doute surestimé, il n’en reste pas moins une réalité, qui se recompose et se décline sur de nouveaux axes, au gré des évolutions de l’offre politique : ethnocentrique/universel ; inégalitaire/ égalitaire. Cette vision est remise en question dans le cadre de la « crise des identifications partisanes », qui fait passer de « partis de classes » aux « partis à enjeux ». C’est l’émergence d’électeurs éduqués et du modèle concurrent de « l’électeur calculateur » (cf. Anthony Downs, An Economic Theory of Democracy, 1957), qui recherche avant tout l’utilité individuelle dans son vote. Sur le plan théorique, Eric Agrikoliansky a rappelé l’importance de l’interdépendance de l’ordre politique et social. L’ouvrier est autant une catégorie produite par l’ordre  politique qu’une classe sociale définie. La recherche électorale s’intéresse aussi aux rapports entre facteurs structurels dans le temps long et le temps court électoral et à l’analyse des ruptures et continuités. Cette dichotomie pose un certains nombre de questions méthodologiques. Si les campagnes peuvent renforcer des convictions, les effets de contexte font appel à l’historicité du champ politique, à l’offre électorale en tant que telle. En géographie, l’analyse de la socialisation politique des citoyens, permet de cerner les formes d’encadrement social, et leurs implications spatiales. On distingue ainsi « l’effet de voisinage ». Ce sont les effets de la norme sociale, de l’influence des pairs, et du poids d’institution d’encadrement social fortement ancrées dans l’espace. Par ailleurs, malgré les bouleversements politiques, on observe une persistance remarquable dans la géographie électorale d’une structure socio-économique, au-delà de ce qui l’a fait naître. Ainsi, les zones, industrielles dans les années 1900 en Belgique par exemple, sont encore souvent des piliers de vote socialiste. Jérôme Heurtaux, dans sa présentation sur la sociologie en contexte postautoritaire, rappelle également que dans l’euphorie démocratique, l’abstention reste peu étudiée, tout comme la figure de l’électeur. Souvent, il y a une idée « d’incompétence civilisationnelle » des citoyens à s’exprimer politiquement. Si la volatilité électorale y est importante, on constate néanmoins une stabilité en termes de clivages sociaux.

L’analyse électorale en contexte autoritaire et post-autoritaire. Etudes de cas en Afrique du Nord : quelles significations des élections en régime autoritaire ? Puis post-« printemps arabe » ?

A. Les élections comme simple outil de légitimation.

Eric Gobe, dans sa présentation sur la signification des élections en Tunisie en régime autoritaire, a rappelé que l’État a procédé a de constants réajustements du code électoral afin de garantir la stabilité du régime et d’éviter le mécanisme capable d’introduire l’alternance. Le choix d’un scrutin majoritaire de liste à un tour est devenu une véritable clé pour le partiÉtat. L’élection devient en réalité un instrument de gratification pour les bons et mauvais opposants. C’est plutôt un système de cooptation en ce qui concerne l’élection présidentielle.

B. Les élections en Algérie, la perte du sens du processus électoral comme mesure de politisation.

Abdelkader Lakjaa, dans sa présentation du cas algérien, et du comportement des jeunes depuis 1989, a rappelé le caractère inédit de l’exemple algérien. Ainsi, à la suite de la victoire électorale du FIS en 1991, le régime décide l’annulation et l’arrêt du processus électoral et ouvre la porte à une double décennie de guerre civile. Les enquêtes de sociologie électorales menées aujourd’hui auprès des jeunes Algériens permettent de souligner que la tendance lourde est avant tout l’abstention. Dans un climat socioéconomique difficile aujourd’hui, les jeunes se replient sur l’espace familial. De
l’indépendance à aujourd’hui, le contrat entre les élites politiques et les jeunes a consisté à garantir l’État providence, et ce contrat est désormais rompu. On peut parler de « citoyens sans citoyenneté ». Dans sa présentation « Les élections : « négociations courtisanes » et jeu politique local, le cas du Maroc, Mohamed Tozy souligne qu’avant 2011, il s’agissait d’un simple partage des responsabilités entre le gouvernement et le roi. Ce n’est pas la légitimité électorale qui prime, mais plutôt la coopération avec le roi. Désormais, le roi prend en charge la contradiction : modernisation de la constitution versus conservatisme. Les nouveautés de la mobilisation électorale sont le rôle des réseaux sociaux et le financement public. Les élections restent une « compétition de courtisans » mais il existe malgré tout un vrai jeu politique. Il y a finalement une sorte d’équilibre entre la cooptation et la transaction politique.

© ladepeche.fr

Dans son exposé traitant du « retour d’un régime autoritaire » Sarah Ben Nefissa présente le cas égyptien et ses spécificités. Ce qui change vraiment après 2011, c’est avant tout l’apparition de la
figure de l’électeur, l’absence d’intervention de l’État dans ces élections là, et la dissolution du « parti-État ». Elle souligne la forte corrélation entre le milieu paysan et le vote islamiste, qui permet de parler d’une affirmation politique du fellah égyptien. Le clivage se fait également entre les civils, les religieux, et les « traditionnels » (nationalistes, pro-État). Le monde rural semble une réserve de voix islamiste, le monde urbain est plus moderniste. Certains clivages géographiques apparaissent désormais structurants. Les évènements de juin 2013 auraient pu marquer la fin de la confiance dans les élections. Cependant depuis ce moment là, c’est la participation ou non à l’élection qui devient le vrai enjeu et signifie l’accord ou non avec les évènements de juin. Dans ce contexte, le vote blanc, en pleine augmentation, apparaît comme éminemment politique. Par ailleurs, le clientélisme et les transactions de voix au niveau local, rappelle qu’il ne s’agit pas juste d’élections de façade, et que des dynamiques autres, mais pas « non politiques », sont en jeu.

Enseignements des scrutins post-révoltes arabes, et méthodologie d’analyse

Historique du projet : au-delà des clivages identitaires, comme facteur explicatif des scrutins de 2011. Alia Gana a présenté une sociologie électorale comparée de la Tunisie, rappelant les objectifs qui avaient guidé la mise en place du programme et groupe de recherche PROCELEC, à l’origine de l’organisation de l’école thématique. Ainsi, à la suite des élections de 2011, l’ensemble des analyses se sont concentrées sur l’idée de profonds clivages sociopolitiques, identitaires – modernistes/conservateurs ; laïcs/ islamistes –, délaissant largement la dimension territoriale du vote. L’idée était donc de souligner l’importance d’une lecture territoriale et sociologique pour éclairer les clivages profonds de la société
tunisienne. Les conclusions tirées de l’analyse des données d’enquêtes menées auprès d’un échantillon de 600 électeurs soulignent le poids de certains déterminants sociodémographiques dans la participation et l’orientation du vote (âge, sexe, niveau
d’instruction et catégorie sociale). Les résultats de l’enquête confirment les différenciations socioéconomiques des comportements électoraux et suggèrent que le clivage « conservateur/moderniste » recouvre partiellement une opposition
sociale. Néanmoins, ce résultat ne doit pas être interprété comme renvoyant à une opposition sociale tranchée entre le vote Ennahdha qui serait celui des classes défavorisées, et le vote moderniste qui serait celui des classes aisées urbaines.

Les instituts de sondages : des méthodes en débat.

La fin de matinée, H. Zargouni a présenté la méthode des sondages électoraux, réalisés par son entreprise Sigma Conseil. Cela a donné lieu à une vive discussion sur la pertinence des méthodes de collecte des données et de production des résultats de tels instituts.

Outils techniques et méthodologiques pour l’appréhension du fait électoral :

1. Cartographie et statistiques, l’approche quantitative :

Maher Ben Rebah a introduit les méthodes, fondements et outils de la cartographie électorale : traduction graphique d’un jeu de données, d’une problématique, et d’une échelle spécifique. David Goeury a fait une présentation de cartes et cartogrammes surles élections tunisiennes et marocaines. L’atelier a permis de poser les questions des choix de représentations graphiques, et a introduit la notion d’interprétation de la carte. Ainsi, les régions sahariennes,
faiblement peuplées mais correspondant aux plus grandes délégations, semblent souvent sur-représentées dans la
cartographie électorale. La méthode des cartes en anamorphose permet de pondérer ce déséquilibre, en laissant voir le
déséquilibre superficie/démographie. Le samedi matin, les participants ont également pu apprendre à utiliser les logiciels de cartographie et produire un certain nombre de cartes « classiques » de géographie électorale, comme les rapports d’implantation entre les partis, où la répartition du vote des jeunes. Grâce aux bases de données et fonds de cartes de la Tunisie qui ont été fourni aux participants, l’atelier a permis la production de diverses cartes thématiques.

2. Les modèles statistiques, comme test de pertinence des variables sur l’ensemble du corps électoral :

Gilles Van Hamme a présenté les notions statistiques fondamentales que sont « l’analyse en composante principale » et « la régression », qui permettent d’expliquer en partie des variations territoriales. D’autres ateliers ont permis aux participants de se familiariser avec les approches quantitatives et qualitatives, en apprenant à manipuler des bases de données afin de tester divers croisement de variables et en proposer une interprétation.

3. Approche qualitative, microsociologie et approche territoriale :

Le jeudi matin, Eric Agrikoliansky et Alia Gana, ont présenté les méthodes d’enquêtes auprès des électeurs, en rappelant que les échantillons doivent être représentatifs avant tout en termes de diversité de la population. Les questions, ouvertes ou fermées, sont individuelles et cherchent à cerner les choix politiques et caractéristiques sociales. Les principales limites du questionnaire sont la sous représentation de l’abstention, les contraintes liées au passage effectif de l’enquête (temps, disponibilité, …) et le
codage, ainsi que la difficulté d’établir certaines causalités uniquement via cet outil. Le vendredi matin a été l’occasion d’un atelier où les participants, par groupe, ont présenté des questionnaires qu’ils avaient préparés en s’inspirant du questionnaire PROCELEC, utilisé pour la production de résultats inédits en recherche électorale post-printemps arabe dans les contextes marocain, tunisien, et égyptien. Cela a permis aux participants de cerner les difficultés et d’identifier les logiques du
choix des questions selon les objectifs de la recherche, et la nécessaire réflexion pour une adaptation optimale des questions au contexte socio-territorial de l’enquête.

Les observatoires localisés: cerner les logiques sociales du vote et la nature des réseaux sociaux qui en sont à l’origine. L’après midi, la présentation des résultats des observatoires localisés du Maroc, de Sfax, Tabarka, et de l’Egypte, ont permis d’analyser les comportements électoraux en tenant compte des systèmes de relations sociales dans lesquels s’inscrivent les individus, qu’on peut
appréhender plus finement au niveau local. Dans chaque terrain, une centaine de questionnaires ont été passés auprès des électeurs et une dizaine auprès des acteurs politiques clés. L’équipe égyptienne a restitué le travail, effectué dans un contexte très tendu, et qui de fait, s’est donc plutôt attaché à une description de trajectoires d’individus soumis aux micropressions, mettant en valeur les logiques d’interrelations et la complexité de l’ancrage territorial de l’électeur.

Conclusion

Lors de la synthèse, il a été rappelé que l’ambition de l’école était d’offrir aux participants la diversité des approches et expériences dans le champ de la recherche électoral en rappelant qu’on ne peut pas comprendre les comportements électoraux sans les combiner. Les participants de leurs côtés ont fait part de leur intérêt pour la présentation de divers contextes nationaux, qu’ils auraient souhaiter approfondir en partant de leur expérience et parcours individuels, afin de mieux cerner les spécificités des effets de contexte, et d’une situation autoritaire ou post-autoritaire en ce qui concerne l’analyse électorale. L’alternance des conférences thématiques et ateliers pratiques a été l’un des points forts de l’Ecole et les participants ont exprimé l’envie de systématiser cette alternance avec plus d’ateliers encore, afin de discuter et mettre en débat les expériences de chacun. Tous les participants ont rappelé
l’intérêt qu’ils avaient eu à suivre cette école, malgré des profils très différents, dans la mesure où ils ont pu accéder à des connaissances théoriques et une vision renouvelée des comportements électoraux.

Irène Carpentier

 

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, «Approches et méthodes de l’analyse électorale en contexte post-autoritaire», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1953.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (2/3)

vote
File d’attente devant un bureau de vote à El Menzah (Tunis), 23 octobre 2011.
© Amine Landoulsi – AP/SIPA

Second volet de notre enquête sortie d’urnes réalisée lors des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011 : signification et enjeux des élections. (Publié simultanément sur Médiapart et sur le carnet de l’IRMC – Lien vers le 1er volet).

Deux ans après les élections à l’Assemblée nationale constituante, les tunisiens qui ont participé au scrutin du 23 octobre 2011 retourneront-ils aux urnes si de nouvelles élections sont organisées ? Accepteront-ils le moment venu les candidat-e-s qui leur seront proposées ? S’intéresseront-ils à la campagne électorale ? Celles et ceux qui se déplaceront voteront-ils pour les mêmes options politiques, recompositions de l’offre partisane mise à part ? Le scrutin donnera-t-il lieu à des passions similaires ? Ces questions, auxquelles il est ici impossible de répondre, ne manqueront pas d’agiter les milieux politico-journalistiques à l’approche du scrutin. Il sera alors utile de mieux connaître les électeurs de la précédente consultation, celle du 23 octobre 2011, premier scrutin démocratique de l’histoire de la Tunisie, afin de mesurer les évolutions de l’électorat.

Une enquête sortie d’urnes, première du genre dans le monde arabe, menée le 23 octobre 2011 auprès des électeurs d’un centre de vote du quartier Menzah 8, dans la circonscription de l’Ariana, près de Tunis, a permis de formuler quelques hypothèses sur une fraction spécifique de l’électorat tunisien : l’électorat « bourgeois » d’un quartier résidentiel. A l’heure du second anniversaire de cette élection et dans l’attente de la publication à venir de l’ensemble des résultats de cette recherche, cet article en présente les principaux enseignements.

L’enquête par questionnaires et par entretiens a été menée par l’auteur de cet article et une quinzaine d’étudiants de l’Institut Tunis-Dauphine[1] auprès de 293 électeurs de Menzah 8. La population de ce quartier résidentiel peu éloigné de la banlieue nord et du centre de la capitale, est composée principalement de membres de la bourgeoisie économique et intellectuelle. Cette fraction des classes moyennes et supérieures tunisiennes, exerçant une activité professionnelle dans le gouvernorat de l’Ariana ou les gouvernorats limitrophes est porteuse de valeurs libérales, tant au plan économique qu’au plan des mœurs. S’agissant par exemple du rapport à la religion, une claire majorité de nos enquêtés affirment peu pratiquer (34,1 %) voire ne pas pratiquer du tout (18,8 %). Ses préférences politiques sont minoritaires. Les résultats dans le bureau de vote diffèrent des résultats nationaux mais aussi de la circonscription dont il relève : les partis appelés « modernistes »[2] (Ettakatol, PDP et PDM (cf. glossaire en annexe) récoltent à eux trois plus de 50 % des voix (52,83 exactement, contre 12,99 % au niveau national et 25,97 % dans le gouvernorat, le parti islamiste Ennahdha n’obtenant que 14,43 %, contre 34,81 % à l’échelle nationale). Les résultats de notre enquête ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble du pays mais ils sont significatifs des comportements électoraux d’une frange spécifique de la population du pays.

Signification et enjeux des élections

Si l’ampleur de la victoire annoncée du parti islamiste Ennahdha a été un des aspects du « cadrage médiatique » du scrutin du 23 octobre, une autre lecture a dominé les commentaires : ce jour-là est celui où « le peuple tunisien [part] à la reconquête de sa liberté et de sa dignité »[3], où il exécute rassemblé un « hymne à la démocratie »[4]. L’ampleur de la participation électorale – dont il faut rappeler ici qu’elle a été surévaluée par beaucoup de médias – sera logiquement interprétée comme une volonté unanime des électeurs tunisiens de soutenir la construction de la démocratie par l’apprentissage de l’acte électoral.

Ce n’est certainement pas faux. Notre enquête révèle des électeurs concernés par la campagne : trois électeurs sur cinq disent avoir lu un ou plusieurs programmes, plus de la moitié avoir consulté le site internet d’un candidat ou un parti. Beaucoup d’entre eux rencontrés ce jour-là, dont certains votaient pour la première fois, semblaient en effet à la fête : des attitudes de soulagement, de joie non feinte, rapportées aux enquêteurs lors des passations de questionnaire ou directement observées, peuvent attester de la présence d’émotions parmi ces « foules sentimentales » qui se pressent devant les bureaux de vote. Pour cet électeur d’Ennahdha, cadre supérieur dans une multinationale de 52 ans, « c’est une occasion qui peut-être ne se répète pas, moi j’ai 52 ans et c’est la première fois, c’est un plaisir, c’est un honneur de participer ». Pour cet autre électeur du PDP, « j’étais ému, j’étais agréablement surpris ce matin, lorsqu’à 8h30 je trouve tout le parking plein, c’est une émotion, c’est la première fois que de l’ai ressentie, à part les matches de football lorsqu’on gagne, lorsqu’on participe aux coupes du monde (…) ça c’est déjà un acquis indépendamment de qui va gagner » (homme, 43 ans, GRH dans une entreprise privée). La situation d’entretien dans la file d’attente permet aux électeurs d’intellectualiser leur subjectivité, à l’instar de cette retraitée, ancienne cadre à la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) :

Q : Malgré l’attente, vous gardez le sourire !

R : Ah oui ! Le renouveau donne toujours le sourire, hein. Donc, là je suis vraiment très heureuse, peut-être un peu fatiguée, pas trop puisque de toute façon il fait frais et c’est pas le mauvais temps et bon un peu de patience, c’est tout, c’est occasionnel, c’est pas tous les jours qu’on voit ça, hein.

Q : pourquoi est-ce important pour vous d’être là ?

R : Eh bien pour le changement puisqu’on a vécu 23 années de malaise, de malaise, 23 années d’insécurité, de non-liberté on pouvait pas parler librement même au téléphone.

En outre, l’expérience électorale est en pratique une expérience collective, puisqu’une majorité d’entre eux sont venus voter à plusieurs (68.9 %), entourés d’amis (11.6 %), de parents (28 %) ou plus fréquemment du conjoint (28.6 %). Si ce fait peut s’expliquer par des raisons qui n’ont rien à voir avec l’intention d’accomplir ensemble le geste électoral (poids de la matrice familiale, logiques résidentielles de l’inscription électorale, etc.)[5], on peut néanmoins supposer que la venue des électeurs au sein de groupes affinitaires a pu favoriser la circulation et la consolidation d’une signification historique de l’événement. De fait, certains électeurs reconnaissent être venus voter pour suivre « la vague politique » tout en ne suivant pas « la politique ni de près ni de loin » (Homme, 29 ans, chef de projet).

Mais cette lecture « émotionnelle » du scrutin, qu’on ne discutera pas en tant que récit interprétatif d’un événement en effet « historique », doit être discutée dès lors qu’elle se pose comme explication des comportements individuels. D’abord, parce que le cadrage d’une mobilisation collective ne rend pas nécessairement compte des « motifs » cognitifs et des logiques pratiques de la participation individuelle à celle-ci et écrase la variété des raisons d’agir d’un individu à l’autre. Ensuite, parce qu’il suppose la présence d’une « émotion » ou, à tout le moins, d’une croyance en la dimension historique du scrutin, qui peuvent en effet être présentes, mais aussi très secondaires, voire absentes. Enfin, parce qu’en lisant l’acte électoral principalement comme une affirmation de citoyenneté et l’accomplissement d’un devoir faisant consensus, il conduit de façon paradoxale à dépolitiser des comportements électoraux.

Or, c’est surtout en suscitant, paradoxalement, des attitudes d’auto-contrôle, que l’événement a manifesté sa dimension extraordinaire ou historique. Les longues files d’attente devant les bureaux de vote suscitent peu d’énervement, comme si l’exaspération n’était pas de mise en ce jour particulier, dictant une police d’attitudes dont s’amusent deux jeunes lycéens de 16 et 17 ans, résidant dans le quartier et présents « par curiosité » pour la « première élection démocratique » : « Les gens, même s’ils attendent plusieurs heures, debout, ils sont pas découragés, ils baissent pas les bras, ils sont encouragés les uns par les autres, ils disent pas qu’il y a trop de monde (…) il y a une bonne ambiance », affirme la jeune fille. S’ils se résignent à l’attente, c’est parce qu’« ils savent qu’ils participent à l’histoire de la Tunisie, c’est de la persévérance (…) c’est une sorte de famille, composée de gens qu’on ne connait pas ». L’émotion ne se donne pas à voir sur un mode expressif, visible, bruyant :

Q : Vous êtes venu voter pour la première fois. Avez-vous ressenti quelque chose de particulier ?

R : Quand même, oui, c’est un peu émouvant, c’est la première fois, ça fait chaud au cœur. Ça fait plaisir de voir même si j’ai attendu cinq heures mais ça fait quand même plaisir.

Q : Et vous avez manifesté votre émotion d’une façon ou d’une autre ?

R : Ah non, non, c’est à l’intérieur (Femme, 26 ans, interne en médecine, électrice d’Ettakatol).

Les propos critiques à l’égard des défauts d’organisation matérielle du scrutin ne sont pas absents mais ils sont exprimés sur le mode de l’euphémisme : « j’ai un tout petit regret, à cause de l’organisation tout simplement. Mais en définitive c’est la satisfaction d’avoir participé à cette élection pour que l’avenir soit meilleur, sur tous les plans » (Homme, médecin, la cinquantaine).

Cette police des comportements, empreinte de civisme et de civilité, va jusqu’à renverser la signification habituelle donnée aux files d’attente[6] :

Q : Vous avez déjà connu ce type de situation, de sympathiser avec les gens comme ça ?

R : Bien sûr, en Tunisie on a beaucoup l’occasion d’avoir des queues (inaudible).

Q : Donc, l’attente comme ça, ça n’est pas exceptionnel.

R : Non, ça ne l’est pas, mais bon une attente comme ça juste pour signer un papier c’est exceptionnel et c’est pas quelque chose que tu vas avoir comme de l’argent ou bien un papier important pour toi c’est juste pour l’avenir de ton pays, c’est autre chose.

Q : Ce qui me frappe : j’ai vu des files d’attente devant des bureaux d’aide sociale, les gens s’énervaient et là, je ne vois aucun énervement.

R : Bien sûr, même si quelqu’un passe devant toi y a personne qui parle y a personne qui crie, qui râle, qui dit « non, tu dois prendre la queue », non « vas-y, passe ».

Q : Il y a des gens qui font ça ?

R : Oui, bien sûr, des femmes âgées, des hommes âgés, même sans le dire, ils se faufilent, personnellement je n’ai pas vu quelqu’un qui a râlé depuis trois heures, c’est vraiment étonnant (Homme, 29 ans, chef de projet).

Civisme et civilité électorale vont, on le sait, de pair[7]. Les foules sentimentales décrites dans les médias apparaissent au sociologue polies et contenues. Et si pour une majorité d’électeurs, participer au scrutin est une expérience inédite, le questionnaire révèle qu’1/3 des électeurs au moins ont déjà participé à un scrutin électoral en Tunisie. Si on retranche de l’échantillon ceux qui étaient trop jeunes pour pouvoir voter en 2009 aux élections présidentielle et législative, c’est à peine plus (36 %) qui reconnaissent s’être déplacés aux urnes au moins une fois durant la période autoritaire. La belle image de la nation montée aux urnes et réconciliée avec l’acte électoral s’en trouve passablement écornée. L’apprentissage collectif du geste électorale est donc en partie une fiction : si les taux de participation sous Ben Ali étaient effectivement grossis artificiellement par le régime, une masse critique de citoyens participait bel et bien à la mascarade électorale : parmi eux, on trouve des électeurs de tous partis, y compris d’Ennahdha. Un électeur islamiste sur trois s’est donc prêté au moins une fois au jeu électoral dans le cadre d’un régime qui a réprimé durement les cadres et les militants de ce parti.

Par ailleurs, les enquêtés reconnaissent eux-mêmes s’être déplacés au bureau de vote pour d’autres motifs que la seule volonté de participer à « la première élection démocratique ». Seuls 54,9 % des électeurs se sont mobilisés en ce sens, comme si l’événement n’était pas en soi un levier de mobilisation. En réalité, un nombre important des électeurs étaient motivés par des buts plus prosaïques, qui sont ceux de toute élection « normale ». Environ 1/3 d’entre eux (34,1 %), reconnaissent voter pour « faire barrage à un parti politique » : il s’agit essentiellement d’électeurs de partis modernistes (Ettakatol, PDM, surtout) et du CPR, mobilisés contre le parti islamiste Ennahdha qu’ils soupçonnent parfois de préparer une nouvelle « dictature », cette fois « religieuse » (femme, 26 ans, interne en médecine, vote Ettakatol). En revanche, assez peu d’électeurs Ennahdha (15,2 %) disent vouloir faire barrage à un parti politique.

Ces « électeurs-anti » sont plus nombreux que les « électeurs-pour » : seulement ¼ des électeurs (23,9 %) disent aussi être venus pour soutenir un parti ou une personnalité politique : on les trouve surtout parmi les électeurs d’Ennahdha (36,4 % d’entre eux), indice d’un vote d’adhésion plus répandu parmi les électeurs islamistes. La défiance à l’égard d’Ennahdha est aussi sans doute l’indice d’une croyance des électeurs des partis modernistes dans le caractère historique du scrutin et la nécessité d’en défendre les acquis qu’ils jugent menacés par la montée en puissance du parti islamiste : d’où peut-être le nombre très important d’entre eux (quatre électeurs sur cinq environ) qui répondent avoir voté pour « garantir l’avenir de la Tunisie ». Enfin faut-il ne pas sous-estimer le poids du contrôle social sur le vote, qu’évoquent certains en parlant de « devoir », de la volonté d’être actif, etc. et qui s’exprime sous la forme de comportements mimétiques, niés dans les professions de foi démocratiques lues dans la presse, qui lisent l’acte de vote comme un engagement romantique.

En somme, il s’agit bien d’une élection « politique », d’une certaine façon ordinaire, au sens où les enjeux partisans sont autant présents que le plébiscite pour la démocratie. Si la plupart des électeurs interrogés dans la file d’attente affirment que les discussions spontanées auxquelles l’attente donne lieu ne concernent pas la compétition politique et partisane, la politique surgit dans les interactions, sur un mode plus ou moins indirect ou euphémisé. Un homme de 23 ans, étudiant en médecine, venu voter seul, l’atteste :

Q : De quoi vous parlez dans la file d’attente ?

R : Personnellement, j’ai parlé de tout sauf de la politique.

Q : Vous avez parlé de quoi ?

R : De notre condition sociale, des conditions financières, du travail, de médecine, de tout sauf de la politique (…)

Q : Vous avez le sentiment que les gens, ici, en général, ne parlent pas de politique, mais d’autre chose ?

Q : Oui, oui, d’autre chose, de nos conditions de vie, de notre avenir, de notre avenir après le 23 octobre, on a peur de l’avenir en partie mais bon on tient bon.

L’enjeu constitué par la crainte qu’inspire la victoire possible d’Ennahdha parmi cette fraction de la population suscite prises de parole et conversations :

Q : et vous parlez de quoi ?

R : (malicieuse) D’après vous ?

Q : Je ne sais pas !

R : Eh bien si vous le savez ! Des votes, des opinions des autres, moi je me suis permise de dire ce que je pense, parce que la femme tunisienne est une femme très évoluée aussi bien sur le plan culturel que, sur tous les plans… » (Femme, retraitée, ancienne cadre à la STEG).

De ce point de vue, les électeurs expriment des attentes plurielles de l’élection, qui ne se réduit, pas, loin de là, pas à l’enjeu constitutionnel, qui est pourtant l’objectif officiel de cette élection qui, rappelons-le, est organisée pour composer une assemblée constituante. La question ouverte qui leur a été soumise sur « la mesure la plus importante » qu’ils souhaitent pour eux-mêmes et leur famille a donné lieu à des réponses diversifiées, que nous avons codées en trois catégories d’enjeux : politiques et institutionnels, matérialistes (ou sociaux), culturels. Plus d’un électeur sur deux évoque un enjeu « politique » ou « institutionnel » (52,4 %). Parmi ceux-ci, l’enjeu de la sécurité, de l’ordre et/ou de la stabilité (19,6 % de l’échantillon) prédomine sur celui de la Constitution (11,8 %). Conséquence de la révolution et de l’instabilité politique qui en a résulté ? Ce chiffre traduit surtout le fait que les catégories sociales urbaines et aisées dont sont issus nos enquêtés ont particulièrement ressenti un net sentiment d’insécurité, que celui-soit ou non fondé sur une réalité objective n’y changeant rien. « Je suis pour la sécurité, la sécurité, la sécurité », affirme une femme de 35 ans, hôtesse de l’air, électrice d’une liste indépendante. Cet enjeu est ici catégoriel, il illustre le fait que les motifs de l’élection ne sauraient être ramenés à la construction de la démocratie en général et la rédaction d’une constitution en particulier. En revanche, l’assez faible taux de répondants évoquant la nécessité de défendre l’égalité entre les hommes et les femmes et de lutter contre l’extrémisme est plus étonnant : les enjeux culturels ne sont que faiblement cités par les électeurs (11,4 %) : peut-être faut-il y voir la faiblesse relative de l’emprise du débat modernistes/islamistes sur les électeurs et donc de relative résistance à l’égard du cadrage opéré par une partie des médias et du personnel politique. Contrairement à l’affirmation selon laquelle les citadins francophones de la région de Tunis sont indifférents à l’égard des souffrances populaires, près d’un électeur sur trois (31,1 %) évoque la nécessité de créer des emplois, lutter contre le chômage, réduire les inégalités sociales ou encore assurer le développement économique.

Conclusion

Le scrutin d’octobre 2013 a eu lieu dans un contexte de « fluidité politique » dont beaucoup attendaient qu’il y mette (au moins provisoirement) un terme. De nombreux médias et acteurs sociaux (professionnels de la politique et du syndicalisme, militants associatifs) y compris ceux, peu nombreux, qui se sont publiquement déclarés hostiles au scrutin, ont contribué, entre février et octobre 2011, à constituer ce scrutin différé une fois en enjeu politique majeur dont beaucoup anticipaient qu’il relancerait, une fois les résultats connus, les calculs de l’ensemble des acteurs. Mais compte tenu de l’absence de précédent électoral de même nature, des conditions inédites dans lesquelles s’est déroulé le processus électoral (organisation des élections par une instance indépendante, reconstitution d’une liste électorale actualisée, mise en place d’un dispositif d’inscription volontaire, encadrement législatif de la campagne électorale, abondance de l’offre électorale) et d’une défiance entretenue à l’égard du processus électoral par des acteurs de différente nature sceptiques à l’égard du seul processus de transition politique, le scrutin ne pouvait certainement prétendre stabiliser une situation politique qui est demeurée incertaine après la proclamation des résultats. De fait, dans les mois qui ont suivi le 23 octobre, la scène politique a connu de nombreuses transformations : scissions, fusions, démissions de constituants, émergence de nouvelles organisations politiques, etc. De nombreux électeurs ne se reconnaissent pas dans leurs propres représentants et se défient de partis qu’ils ont pourtant soutenus. Il est très probable que le futur scrutin sera dominé par une multiplicité d’enjeux politiques et partisans qu’il conviendra d’essayer de démêler le moment venu.

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

semsoc@yahoo.fr

Glossaire

CPR (Congrès pour la République) : parti politique de centre-gauche fondé en 2001 par des militants de gauche mais aussi des islamistes et des panarabistes et des gauchistes. Parti illégal sous Ben Ali, son président Moncef Marzouki vivait en exil en France.

Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés, FTDL) : Parti politique social-démocrate créé en 1994. Illégal sous Ben Ali.

Ennahdha (La Renaissance) : Parti islamiste créé au début des années 1980 sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI). Illégal sous le régime précédent et durement réprimé.

Nidaa Tounes (L’appel de la Tunisie) : Parti politique créé en 2012 autour de l’ancien ministre de Bourguiba et Premier ministre du gouvernement transitoire (2011), Béji Caïd Essebsi.

PDM (Pôle démocratique progressiste) : coalition de quatre partis de gauche autour d’Ettajdid, ancien parti communiste tunisien et appartenant à l’opposition légale sous Ben Ali, et de plusieurs associations.

PDP (Parti démocratique progressiste) : fondé en 2001, parti de centre-gauche. Faisait partie de l’opposition légale sous Ben Ali.

 

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (2/3) », Le Carnet de l’IRMC, 15 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1350

 


[1] Un grand merci à H. Attia, K. Ben Achour, M. Bouzouita, Z. Chaker, S. Chérif, A. Essid, S. Haddada, S. Jmii, O. Kacem, F. Khemakhem, L. Ketari, A. Khalfallah, E. Makhlouf, M. Messadi, N. Mseddi, M. Saadoun, A. Soltani, G. Tagougui, S. Tarchella, S. Tlili et I. Zarrouk.

[2] Nous continuerons de qualifier par commodité ces partis et leurs électeurs de « modernistes », sans discuter de la pertinence de cette qualification indigène revendiquée par une partie des porte-parole de ces partis, de leurs électeurs et des commentateurs, qui opposent généralement « moderniste » à « islamiste ».

[3] Une du journal La presse de Tunisie, 23 octobre 2011.

[4] Une du journal Le temps, 23 octobre 2011.

[5] Braconnier Céline, Dormagen Jean-Yves, 2007, La démocratie de l’abstention, Paris, Gallimard, « Folio actuel ».

[6] Onze personnes de sexe, d’âge et de statut professionnel différents nous ont accordé un entretien d’une dizaine de minutes environ. Nous nous appuyons ici également sur les entretiens réalisés lors de la passation des questionnaires. Faute de pouvoir observer pas nous-même des « comportements émotionnels » (comme les qualifient les neurosciences), nous avons ajouté, au cours de la journée une question au questionnaire : « avez-vous ressenti quelque chose de particulier en venant aujourd’hui voter ? ». Ces entretiens et nos observations illustrent l’intérêt qu’il y aurait de mener une véritable ethnographie des files d’attente et en définitive, une ethnographie de la citoyenneté (cf. Mariot Nicolas, 2010, « Pourquoi il n’existe pas d’ethnographie de la citoyenneté », Politix, vol. 23, n°92, 167-194).

[7] Deloye Yves, Ihl Olivier, 2008, L‘acte de vote, Paris, Presses de Sciences po.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3)

1Deux ans après jour pour jour, les résultats d’une enquête sortie d’urnes réalisée lors des élections à l’Assemblée nationale constituante le 23 octobre 2011. Premier volet : logiques et formes de la politisation des électeurs. (Publié simultanément dans Médiapart et Le carnet de l’IRMC).

Deux ans après les élections à l’Assemblée nationale constituante, les tunisiens qui ont participé au scrutin du 23 octobre 2011 retourneront-ils aux urnes si de nouvelles élections sont organisées ? Accepteront-ils le moment venu les candidat-e-s qui leur seront proposées ? S’intéresseront-ils à la campagne électorale ? Celles et ceux qui se déplaceront voteront-ils pour les mêmes options politiques, recompositions de l’offre partisane mise à part ? Le scrutin donnera-t-il lieu à des passions similaires ? Ces questions, auxquelles il est ici impossible de répondre, ne manqueront pas d’agiter les milieux politico-journalistiques à l’approche du scrutin. Il sera alors utile de mieux connaître les électeurs de la précédente consultation, celle du 23 octobre 2011, premier scrutin démocratique de l’histoire de la Tunisie, afin de mesurer les évolutions de l’électorat.

Une enquête sortie d’urnes, première du genre dans le monde arabe, menée le 23 octobre 2011 auprès des électeurs d’un centre de vote du quartier Menzah 8, dans la circonscription de l’Ariana, près de Tunis, a permis de formuler quelques hypothèses sur une fraction spécifique de l’électorat tunisien : l’électorat « bourgeois » d’un quartier résidentiel. À l’heure du second anniversaire de cette élection et dans l’attente de la publication à venir de l’ensemble des résultats de cette recherche, cet article en présente les principaux enseignements.

L’enquête par questionnaires et par entretiens a été menée par l’auteur de cet article et une quinzaine d’étudiants de l’Institut Tunis-Dauphine [1] auprès de 293 électeurs de Menzah 8. La population de ce quartier résidentiel peu éloigné de la banlieue nord et du centre de la capitale, est composée principalement de membres de la bourgeoisie économique et intellectuelle. Cette fraction des classes moyennes et supérieures tunisiennes, exerçant une activité professionnelle dans le gouvernorat de l’Ariana ou les gouvernorats limitrophes est porteuse de valeurs libérales, tant au plan économique qu’au plan des mœurs. S’agissant par exemple du rapport à la religion, une claire majorité de nos enquêtés affirment peu pratiquer (34,1 %) voire ne pas pratiquer du tout (18,8 %). Ses préférences politiques sont minoritaires. Les résultats dans le bureau de vote diffèrent des résultats nationaux mais aussi de la circonscription dont il relève : les partis appelés « modernistes » [2] (Ettakatol, PDP et PDM (cf. glossaire en annexe) récoltent à eux trois plus de 50 % des voix (52,83 exactement, contre 12,99 % au niveau national et 25,97 % dans le gouvernorat, le parti islamiste Ennahdha n’obtenant que 14,43 %, contre 34,81 % à l’échelle nationale). Les résultats de notre enquête ne peuvent donc être extrapolés à l’ensemble du pays mais ils sont significatifs des comportements électoraux d’une frange spécifique de la population du pays.

Les logiques et les formes de la politisation

Dans la presse et sur les réseaux sociaux, une thèse a dominé l’interprétation du scrutin, avant et après : celle de la tabula rasa électorale. Plusieurs commentateurs se sont enthousiasmés du surgissement d’un électorat soudainement politisé, débarrassé comme par enchantement de toute emprise communautaire et libéré de celle des notables du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) dont le crédit s’est trouvé brusquement démonétisé. Cette lecture idéaliste du changement politique célèbre le fait électoral comme un terrain vierge et ramène la geste électorale à un apprentissage pur de la citoyenneté. De la lecture de la presse tunisienne et internationale ressort en effet l’image d’un électorat subitement et unanimement politisé, soit intéressé par la chose publique, mobilisé – l’image forte des files d’attente interminables a fait oublié la très forte abstention [3]– et motivé par une commune volonté de fonder, par leur participation exemplaire, la démocratie tunisienne.

Cette analyse n’est-elle pas au contraire victime d’un récit qui fait de l’événement révolutionnaire une rupture dans les pratiques et les représentations et lui impute les effets de sa force propre ? Outre qu’elle omet de rappeler que la majorité des citoyens en âge de voter ne sont pas allés aux urnes le 23 octobre 2011, ne met-elle pas trop rapidement de côté l’hypothèse selon laquelle, sans relever d’une simple continuité, les rapports au politique des citoyens tunisiens s’inscrivent aussi dans un passé ? Si effet de la révolution il y a, quel est-il et dans quelle mesure joue-t-il ? Et si les effets de la révolution avaient moins porté sur le fait de la politisation que sur son degré, la recomposition de sa nature et la redéfinition de ses vecteurs ?

Un échantillon fortement politisé

Dans la circonscription de l’Ariana, la combinaison d’une forte participation, d’un faible taux de votes blancs et nuls, de l’échec des listes indépendantes et des petits partis et d’une faible pénétration de formations politiques tribunitiennes dessine une Tunisie « dans le jeu » : une population plutôt acquise au jeu électoral, accomplissant son devoir en plébiscitant les organisations partisanes d’obédience nationale [4].

Compte tenu des caractéristiques socio-démographiques de notre échantillon (plus de 8 électeurs sur 10 sont diplômés du supérieur, un peu moins d’1 électeur sur 2 exerce une profession de cadre d’entreprise, d’enseignant du supérieur ou une profession libérale, 1 électeur sur 5 est étudiant) et de son insertion réussie dans l’économie, on peut aisément faire l’hypothèse selon laquelle cette population est concernée par la politique et entretient un rapport d’adhésion au vote. Il n’est pas très étonnant de constater qu’elle est très politisée et relativement compétente politiquement. L’immense majorité des répondants (96,9 %) déclare « suivre l’actualité politique » et, dans une moindre mesure, s’intéresser à la politique (86,2 %) : « Chez nous, les Tunisiens, tout le monde parle de la politique actuellement (…) Même avec l’épicier » (Femme d’une soixantaine d’années, retraitée de l’enseignement, électrice d’Ettakatol). Si l’intensité du suivi de l’actualité politique est relativement similaire selon le genre, ce n’est pas le cas de l’âge : les jeunes (18-30 ans) sont proportionnellement moins nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique que toutes les autres catégories (32,7 %), les plus de 60 ans étant proportionnellement deux fois plus nombreux à suivre « beaucoup » l’actualité politique (67,5 %). Si ces chiffres spectaculaires sont très certainement un effet de la conjoncture de haute intensité politique du moment électoral sur cette frange de l’électorat tunisien, ils ne s’y réduisent sans doute pas.

Notre enquête montre que les principaux vecteurs médiatiques de politisation sont la télévision et internet, au détriment de la radio, de la presse et des magazines d’information, qui sont peu nombreux en Tunisie. Les univers sociaux où l’on discute politique sont bien répartis : entre les groupes d’amis, la famille et le travail, avec une relative prédominance de la sociabilité amicale.

Plus intéressant ici, le fort intérêt pour la politique s’accompagne d’une forte acceptation des catégories d’entendement du jeu politique et des organisations partisanes de dimension nationale : quand on interroge les électeurs sur leur éventuelle proximité avec une organisation politique, 77,6 % d’entre eux répondent positivement et citent au moins un parti, l’un des partis modernistes surtout. Une minorité hésitante accorde son soutien à deux, trois voire quatre partis ; ce sont, sauf une ou deux exceptions, des organisations généralement classées dans une même configuration politique et idéologique : indice supplémentaire d’une capacité des électeurs à donner de la cohérence à leurs préférences politiques et à se repérer dans l’univers partisan.

Au-delà de la capacité à se repérer dans le jeu politique, les électeurs étaient invités à se positionner politiquement dans une liste prédéfinie « d’orientations politiques », correspondant aux principales « familles » idéologiques repérables en Tunisie : nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien. Seuls un petit nombre d’électeurs ne se positionnent pas sur la liste d’orientations politiques que nous leur avons soumise. La grande majorité s’est reconnue dans une des catégories proposées (en particulier « socialiste » et « libéral »), les autres proposant leur propre étiquette : « centriste », « démocrate », « humaniste », etc. Une partie d’entre eux ont proposé des combinaisons, associant deux (par exemple « destourien socialiste » ou « nationaliste pan arabe islamique »), trois, voire quatre des items proposés. Les associations a priori contradictoires (socialiste libéral par exemple) ne sont pas rares. Mais sont-elles vraiment contradictoires ? Dans le contexte tunisien, on peut être socialiste en économie et libéral sur le plan des mœurs ; et, autre lecture, on peut être socialiste (au sens où l’on se situe à gauche sur le plan des valeurs) et libéral sur le plan économique ! Certaines catégories, comme « libéral » ou « centriste » ne renvoient pas à un contenu idéologique précis : elles servent ici d’identifications refuges labiles. Les contenus de ces catégories varient d’un électeur à l’autre, comme l’illustre ce dialogue avec une interne en médecine vétérinaire de 26 ans, qui a voté Ettakatol :

Q : Si vous aviez à définir vos orientations politiques, vous diriez-vous plutôt nationaliste panarabe, socialiste, communiste, libéral, islamique, destourien, autre ?

R : (incertaine) « gauche », (dans un rire trahissant une incertitude) « extrême-gauche ».

Q : Vous voulez dire gauche… socialiste ? Communiste ?

R : Non, pas du tout ! Socialiste, euh, la gauche c’est socialiste ? Donc oui, socialiste, pas communiste.

Q : Quand vous dites « gauche », vous pensez à quoi ? Quand vous dites « extrême-gauche », vous pensez à quoi ?

R : Euh, la liberté d’expression, la liberté de… je sais pas, euh, la séparation entre la religion et la politique, surtout ça hein, c’est le plus important.

Ces résultats indiquent pour nous la cristallisation d’univers idéologiques cohérents mais aux contours relativement flous, les significations de telle ou telle étiquette pouvant s’inverser. Reste que l’immense majorité des électeurs consent à s’identifier politiquement, ce qui n’était pas évident dans un tel contexte. Tout laisse penser que ces identifications reposent sur des logiques politiques et sociales qui ne sont pas nées du contexte de transition : elles sont au contraire inscrites dans une trame sociale et politique dont on peut supposer une certaine ancienneté. Une partie des offres idéologiques post révolutionnaires (islamiste, moderniste, socialiste) étaient d’ailleurs portées sous Ben Ali par certains partis politiques d’opposition, diversement tolérés ou réprimés par le pouvoir.

En outre, les électeurs sont plus nombreux à se déclarer proches d’un parti politique (77,6 %) que d’une personnalité politique nationale (58 %). Contrairement à ce qui peut être dit sur la personnification des relations politiques dans les sociétés arabes, quelle qu’en soit la modalité (logiques tribales ici, figure du zaïm [5], là ou, plus prosaïquement, échange politique sur un mode clientélaire), un certain nombre d’électeurs sont capables de se représenter abstraitement l’univers politique, qui apparaît ici moins comme une lutte de personnes et de clans que comme une compétition d’organisations formelles, dotées d’un label et proposant des biens collectifs impersonnels comme des programmes. Cela n’interdit pas, bien sûr, de repérer les logiques matérielles, interpersonnelles, résiliaires qui génèrent les formes d’identification partisane, par exemple la connaissance personnelle de militants et de dirigeants de partis. Mais elles n’apparaissent pas ici centrales dans la construction d’un rapport au politique des électeurs étudiés. D’ailleurs, un nombre peu élevé d’électeurs (16,2 %) est capable de citer le nom de la personne qui conduit la liste de leur choix dans la circonscription dont ils relèvent. La grande majorité (67,8 %) reconnaît ne pas connaître ou tout simplement n’a pas répondu à la question et 15,9 % répondent « mal » à la question, en citant le plus souvent l’un des leaders nationaux du parti correspondant. Il est vrai que la grande majorité de ces têtes de liste sont peu connues, ont dû battre campagne avec des moyens limités et n’ont pas bénéficié de l’attention des médias. Ce n’est pas le cas de tous les partis : la liste PDM était par exemple conduite par un universitaire reconnu, M. Fadhel Moussa, Doyen de la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis. Reste que les partis modernistes, qui sont souvent décrits comme bien implantés dans les milieux sociaux privilégiés des zones urbaines côtières du pays et très peu ailleurs, ne le sont pas nécessairement si bien, y compris dans leurs zones de force. S’ajoute à cela que l’élection du 23 octobre a bien été une élection de dimension nationale, tant par ses enjeux que par ses résultats. Cette nationalisation de l’élection, entendue comme compétition entre offres de représentation portées par des organisations partisanes d’obédience nationale et bénéficiant de relais médiatiques, est une ligne de force de ce premier scrutin démocratique.

Enfin, les membres de notre échantillon sont relativement nombreux à appartenir à une organisation associative, syndicale ou politique : près d’un électeur sur trois ! Et presque 1 électeur sur 10 se dit membre d’un parti politique ! Sur les 29 membres de partis politiques, 15 sont aussi membres d’un syndicat (en particulier d’une des branches de l’Union générale tunisienne du travail – UGTT) et/ou d’une association : cette multipositionnalité, que l’on retrouve aussi dans plusieurs démocraties stabilisées, est sans doute ici en partie l’héritage de l’expérience autoritaire. L’engagement associatif ou syndical était une façon de faire de la politique par des moyens détournés et en tenant des discours politiques implicites. L’engagement partisan, dont tout laisse penser qu’il est postérieur au 14 janvier pour une grande partie des répondants, apparaît ici comme une façon de continuer ou d’actualiser leurs investissements antérieurs, qu’ils continuent par ailleurs.

Une politisation pré-révolutionnaire ?

Ces résultats sont contre-intuitifs, compte tenu du caractère récent du jeu compétitif, du nombre important d’organisations enregistrées comme partis politiques (à propos desquels nombre de commentateurs ont dénoncé l’effet de brouillage du jeu), de la diffusion d’un discours très critique à l’égard des partis politiques et de l’émergence d’utopies politiques fondées sur un rejet des partis [6]. Sans présumer de la généralisation d’un tel résultat à l’ensemble des groupes sociaux du pays, dont tout laisse penser que les acteurs nationaux du jeu politique ne pénètrent pas avec le même succès les différents espaces socio-territoriaux du pays, il est tout de même révélateur d’une certaine appropriation par une partie des électeurs des acteurs du jeu politique.

L’ensemble de ces données suggèrent également une politisation relativement ancienne d’une part au moins de l’électorat tunisien, dont la genèse remonte en-deçà du 14 janvier. L’expression publique d’un positionnement idéologique ou d’une proximité partisane est certes récente, la possibilité de la matérialiser sous la forme d’un vote est pour la plupart une expérience inédite et beaucoup, dans les entretiens réalisés, dénoncent l’apathie généralisée et organisée du régime précédent et le désintérêt alors ressenti pour la vie politique tunisienne. Mais les racines de cet intérêt « nouveau » pour la politique sont plus anciennes, comme le confirme avec éloquence le fait que ce sont les personnes les plus âgées qui satisfont de manière plus certaine les différents indicateurs de politisation.

Cette hypothèse ne doit pas conduire à minimiser les effets du contexte révolutionnaire et post révolutionnaire sur la cristallisation des préférences politiques. Un certain nombre de nos enquêtés décrivent leur intérêt pour la politique comme récent, « après le 14 janvier ». Si plus d’un électeur sur deux (56 %) déclare avoir déjà, au cours de leur vie, participé à une manifestation, l’immense majorité de ces derniers ont fait l’apprentissage du comportement manifestant au cours de la séquence révolutionnaire (mobilisation du 14 janvier, qui précède le départ de Ben Ali, incluse) ou bien après le 14 janvier. Une dizaine seulement de répondants évoque une expérience manifestante, surtout en tant qu’étudiant, au cours du régime précédent ou, pour les plus âgés, du temps de la colonisation française. La manifestation du 14 janvier, à laquelle 38 % des électeurs ayant l’expérience d’une mobilisation disent avoir participé, paraît être un moment inaugural de la « politisation en actes » des citoyens tunisiens [7]. La participation aux manifestations qui ont suivi n’a pas la même signification : elles ont des significations politiques divergentes (Kasbah 1 et/ou Kasbah 2 vs Kobba, par exemple [8], mais s’inscrivent toutes dans la continuité de cette mobilisation inaugurale, et on peut penser qu’elles ont contribué à renforcer des orientations politiques spécifiques. Parmi les manifestations postérieures au 14 janvier, ce sont celles de la Kasbah qui ont été les plus mobilisatrices parmi les enquêtés, puisque 29,3 % des personnes mobilisées affirment explicitement avoir participé à l’un des rassemblements place de la Kasbah (contre 8,7 % à celui de la Kobba). Sans surprise, les manifestations anti-islamistes ou de défense de la liberté d’expression ou de l’égalité hommes-femmes, ont été suivies par un nombre relativement important de la part manifestante de l’échantillon (ainsi 12 % d’entre eux ont participé à une manifestation organisée le dimanche précédent les élections, dite « Aâtaqni » (lâche-moi) et dirigée contre le discours islamiste). Sans surprise non plus, ce sont les plus jeunes de l’échantillon qui manifestent le plus, cette expérience s’affirmant comme un mode d’intégration dans la lutte politique en Tunisie.

Quels seront les effets de la déception – repérable à de nombreux indices – que semble connaître depuis deux ans cette partie de l’électorat lors d’un prochain scrutin ? Va-telle massivement bouder les urnes en se réfugiant dans l’abstention ? Compte tenu de l’intérêt qu’elle portait il y a deux ans à la politique et de sa compétence politique manifeste, dont les racines semblent être plus anciennes que l’épisode révolutionnaire, il est probable que cette fraction de la société qui était alors la plus intégrée au jeu politique lors des élections du 23 octobre 2011, renouvelle malgré tout son adhésion au jeu politique lors d’un prochain scrutin. L’hypothèse la plus probable serait plutôt qu’elle manifeste son franc désaveu pour le parti Ettakatol, arrivé en tête dans ce quartier en 2011 et qu’elle accorde une nette victoire au parti Nidaa Tounes, qui cherche à réunir une partie de l’opposition aux islamistes. Mais c’est anticiper sur les deux prochains volets de cet article…

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis)

semsoc@yahoo.fr

Glossaire

CPR (Congrès pour la République) : parti politique de centre-gauche fondé en 2001 par des militants de gauche mais aussi des islamistes et des panarabistes et des gauchistes. Parti illégal sous Ben Ali, son président Moncef Marzouki vivait en exil en France.

Ettakatol (Forum démocratique pour le travail et les libertés, FTDL) : Parti politique social-démocrate créé en 1994. Illégal sous Ben Ali.

Ennahdha (La Renaissance) : Parti islamiste créé au début des années 1980 sous le nom de Mouvement de la tendance islamique (MTI). Illégal sous le régime précédent et durement réprimé.

Nidaa Tounes (L’appel de la Tunisie) : Parti politique créé en 2012 autour de l’ancien ministre de Bourguiba et Premier ministre du gouvernement transitoire (2011), Béji Caïd Essebsi.

PDM (Pôle démocratique progressiste) : coalition de quatre partis de gauche autour d’Ettajdid, ancien parti communiste tunisien et appartenant à l’opposition légale sous Ben Ali, et de plusieurs associations.

PDP (Parti démocratique progressiste) : fondé en 2001, parti de centre-gauche. Faisait partie de l’opposition légale sous Ben Ali.

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Le 23 octobre tunisien. Sociologie des électeurs d’un quartier résidentiel (1/3) », Le Carnet de l’IRMC, 23 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1298

 

 


[1] Un grand merci à H. Attia, K. Ben Achour, M. Bouzouita, Z. Chaker, S. Chérif, A. Essid, S. Haddada, S. Jmii, O. Kacem, F. Khemakhem, L. Ketari, A. Khalfallah, E. Makhlouf, M. Messadi, N. Mseddi, M. Saadoun, A. Soltani, G. Tagougui, S. Tarchella, S. Tlili et I. Zarrouk.

[2] Nous continuerons de qualifier par commodité ces partis et leurs électeurs de « modernistes », sans discuter de la pertinence de cette qualification indigène revendiquée par une partie des porte-parole de ces partis, de leurs électeurs et des commentateurs, qui opposent généralement « moderniste » à « islamiste ».

[3] L’Instance supérieure indépendante pour les élections a calculé le taux de participation en fonction, non du nombre d’électeurs qui se sont inscrits volontairement (appelés électeurs inscrits actifs, qui étaient 4, 46 millions), mais en fonction de l’ensemble des citoyens ayant le droit de vote, fixé à partir du registre des cartes d’identité (et comprenant donc ce qu’elle a appelé les inscrits passifs, estimés à 4,27 millions). Le taux de participation a été sans surprise plus important dans la première catégorie (84,1 %) que dans la seconde (12,8 %). Le taux de participation retenu est donc de 49,2 % (51,1 % si l’on déduit les circonscriptions situées à l’étranger). Sources : Rapport relatif au déroulement des élections de l’Assemblée Nationale Constituante, Instance supérieure indépendante pour les élections, février 2012.

[4] Cette intégration dans le jeu politique serait d’ailleurs corrélée au niveau de développement socio-économique des délégations : Alia Gana, Gilles Van Hamme, Maher Ben Rebah, « La territorialité du vote pour l’Assemblée Nationale Constituante Tunisienne de 2011 », Confluences Méditerranée, n°82, été 2012.

[5] Michel Camau, Vincent Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003.

[6] Le grand nombre de listes « indépendantes » dans le scrutin en témoigne. Toutes circonscriptions confondues, 655 listes indépendantes ont été déposées, contre 830 listes de partis, et 34 listes de coalitions. Sources : www.isie.tn

[7] Certains insistent sur la césure que représente le 14 janvier dans leur appréhension du politique, surtout pour les jeunes. Le fait qu’un grand nombre d’entre eux sachent situer dans le temps l’irruption du politique dans leur existence consciente (par une logique d’intellectualisation) illustre leur capacité à mettre à distance la socialisation et les institutions, comme si le processus révolutionnaire avait aussi une capacité à « réveiller les consciences ».

[8] Le mouvement Casbah 1 débute le 23 janvier 2011, celui de Casbah 2 au mois de février. Réunissant des Tunisiens issus des régions de l’intérieur, il articule une occupation de la place de la Casbah, sous les fenêtres du Premier ministère et des manifestations. Celle du 25 mars, qui réunira plusieurs centaines de milliers de personnes, se prolongera par des émeutes violemment réprimées avenue Bourguiba (5 morts) mais qui aboutiront à la démission du Premier ministre Mohamed Ghannouchi. Le mouvement de la Kobba (du nom de la place de la Coupole où se réunissent les manifestants) s’est constitué en réaction à celui de la Casbah 2. Réunissant des membres de classes moyennes, il dénonçait les rêves de rupture radicale des partisans de la Casbah et appelait à la reprise du travail, à la nécessité de soutenir l’économie et à des réformes graduelles.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook