Archives par mot-clé : société civile

Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives

Il est fréquent d’entendre dire que l’environnement ou que l’écologie ne sont pas des préoccupations importantes en Tunisie. Lors de la présentation au public de la nouvelle « police tunisienne de l’environnement », le ministre de l’environnement Riadh Mouakher a ainsi fustigé « l’absence de conscience environnementale chez les citoyens », reprenant à son compte une formule largement répandue et qui caractérise de manière encore plus spécifique les catégories populaires, pour qui l’environnement ne serait pas « une priorité ». Pourtant, depuis 2011, de multiples mobilisations liées à des problématiques environnementales se sont fait jour, traduisant donc certaines préoccupations environnementales, et elles ne se sont pas cantonnées aux catégories les plus aisées de la population.

Ce décalage entre manque d’intérêt supposé pour l’environnement et présence manifeste des mobilisations tient peut-être aux manières dont les notions d’environnement, ou d’écologie, sont communément appréhendées, et à une représentation étroite de ce que recoupent les mobilisations écologiques…

© nawaat.org

Pour ma part, j’essaie de me placer dans le champ de l’écologie politique (political ecology), dont la littérature a mis en évidence les liens étroits entre dimensions écologiques, sociales et politiques1 : les conditions écologiques sont dépendantes de processus politiques. Inversement, les altérations de l’environnement, dont par exemple les changements climatiques ou les baisses notoires et rapides de biodiversité, affectent les dynamiques sociales, économiques, politiques, et ne peuvent se résumer à des « externalités négatives ». L’écologie politique invite à penser la nature comme produit d’acteurs humains et non humains, qui est aussi un objet de conflit : l’accès aux ressources, aux services, à ce qui permet l’existence, est dépendant de schémas économiques, sociaux, spatiaux, etc.

Joan Martiner Alier, auteur de L’écologisme des pauvres, a consacré une grande partie de ses recherches aux mouvements écologistes du Sud, notamment en Amérique latine. Il y fait usage de la notion de « conflits écologico-distributifs », définis comme des « conflits sociaux autour de l’accès aux ressources et aux services écologiques, et de leur destruction ». Il appelle à élargir et redéfinir la notion de mouvements écologistes : « Ce sont des mouvements écologistes – quelle que soit la langue dans laquelle ils s’expriment – dès lors que leurs objectifs sont définis en termes de besoins écologiques pour la vie : l’énergie, y compris les calories alimentaires, l’eau, l’espace pour se loger »2.

De tels conflits sont légion en Tunisie, autour de l’accès aux ressources et du cadre de vie. En voici un premier inventaire, non exhaustif.

On a observé une montée en puissance des mobilisations en réaction aux coupures d’eau ces dernières années. Au cours de l’été 2016, notamment, ces mobilisations et ces enjeux ont été très médiatisés, car les coupures ont touché les régions touristiques, urbaines, côtières. Mais c’est une réalité plus installée dans certaines régions de l’intérieur ou le scénario se répète tout le temps, où les coupures peuvent durer des mois. Le répertoire des mobilisations se décline en blocages de routes, de voies de chemin de fer, en manifestations, en rassemblements devant le siège de la SONEDE ou des municipalités… Les protestations peuvent aussi prendre d’autres formes, comme la destruction du matériel de la SONEDE ou des Groupements de développement agricole. Des initiatives associatives viennent se greffer à ces mouvements, plus ou moins à distance.

Le contrôle des ressources minières et pétrolières fait l’objet de contestations : citons par exemple le mouvement à Tataouine, le sit-in d’el Kamour, où il existe des revendications ciblées sur l’usage des ressources, la répartition des bénéfices, l’accès à l’information vis-à-vis des quantités extraites, du chiffre d’affaires engendré, etc.

Il existe aussi des mobilisations autour de l’accès à la terre : des mouvements d’occupation des terres détenues auparavant par l’état ou par des privés, avec la remobilisation d’un récit historique, des références à la terre des ancêtres confisquée lors de la période coloniale, comme à Jemna.

Parmi les mobilisations qui concernent le cadre de vie, la question des déchets occupe une place de choix. Après la “révolution », on a vu émerger plusieurs mobilisations de travailleurs. Par exemple, en 2012, les employés de la décharge du gouvernorat de Sfax située à Agareb ont observé un arrêt de travail pour exiger d’être rattachés au ministère de l’environnement et protester contre la sous-traitance – la décharge est gérée par une société privée, tout en faisant mention des mauvaises conditions sanitaires des travailleurs et des maladies auxquelles ils sont exposés. Des mouvements de riverains ont aussi émergé : à Borj Chakir, dans le grand Tunis, à Enfidha, certaines associations se sont proposées d’encadrer les décharges, autour du centre de déchets dangereux du Jradou…

Les protestations contre les pollutions industrielles ont également pris de l’ampleur, par exemple dans le secteur des phosphates à Sfax et à Gabès. Le secteur, dominé par l’entreprise étatique Compagnie des phosphates de Gafsa Groupe chimique tunisien, représente une part notable du PIB et emploie des milliers de personnes. Mais chaque étape de la chaîne de production est responsable de dégâts environnementaux et sanitaires : l’air, le sol, l’eau des zones concernées sont contaminés, avec des conséquences néfastes sur d’autres activités économiques et notamment l’agriculture ; les habitants et les travailleurs témoignent d’une fréquence accrue des maladies respiratoires, cutanées, osseuses, des cancers, sans compter les accidents de travail (fuites de gaz toxiques, brûlures à l’acide). En outre, les processus industriels nécessitent l’utilisation de très grandes quantités d’eau au détriment de la consommation agricole et domestique.

© nawaat.org

Cela m’amène à m’interroger : la montée en puissance des mobilisations liées à l’environnement semble mettre en évidence des contradictions du modèle de développement. Ces mobilisations font intervenir une grande variété d’acteurs, des mouvements de protestation spontanés aux ONG, et s’articuler avec les contestations des profonds déséquilibres sociaux et territoriaux. Dans quelle mesure, fortes de ces interactions, ces mobilisations appellent-elles à transformer ce modèle et sont-elles capables de porter des alternatives ?

Dans cette perspective, je voudrais souligner 4 pistes de questionnement pour orienter ma recherche à ce stade.

Ces protestations s’inscrivent dans des tissus de relations à différentes échelles : liens de solidarité locale ou familiale, rapports avec des acteurs associatifs, des militants politiques ou syndicaux, des acteurs privés, insertion dans des réseaux nationaux et internationaux… L’essor de nouveaux acteurs et de programmes de coopération internationale visant le développement ou le soutien à la transition démocratique, dans lesquelles des fonds sont destinés aux problématiques environnementales, ou encore des initiatives issues de la dynamique des Forums sociaux mondiaux, peuvent influencer le mode d’organisation des mobilisations et leur langage (« plaidoyer », bonne gouvernance »). Les frontières semblent parfois poreuses entre mobilisations, associations, groupe d’intérêts, ONG, etc. Les associations initiatrices ou impliquées ont parfois plusieurs casquettes. Certaines associations se proposent d’encadrer les mobilisations sociales, ou de leur donner voix, de parler en leur nom – citons l’initiative récente du Congrès national des mouvements sociaux porté par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. À quoi donnent lieu ces interactions entre acteurs, lexiques, modes d’organisation, répertoires d’action disparates, qui font appel à des modèles différents. Comment modifient-elles le rapport au politique, en dehors des cadres plus classiques d’organisation collective que sont les partis, les syndicats, peu représentés dans les mobilisations environnementales ?

Comment les notions de justice spatiale et de justice écologique peuvent être mobilisées pour l’analyse des mobilisations environnementales ? On observe en effet une forte inscription spatiale et territoriale des mobilisations liées aux problématiques environ-nementales, en termes d’enjeux, de réseaux de solidarité mobilisés, de représentations de la justice. Il semble alors pertinent d’interroger l’articulation entre les mobilisations environnementales et les fractures territoriales, à différentes échelles : les régions, mais aussi les villes, voire les quartiers.

Les mobilisations liées à l’environnement sont souvent en prise avec des intérêts contradictoires de différents acteurs, entre la nécessité de limiter les impacts sur la santé et l’environnement et le besoin revendiqué de « développement », d’accès à l’emploi.

Comment ces contradictions et ces divergences sont-elles négociées, résolues, ou donnent-elles lieu à des confrontations ? Cela renvoie aussi, il me semble, à la question de la temporalité, quand la possibilité d’assurer les besoins de leur famille au jour le jour, le souci de survie, éloignent les considérations sur les conséquences en matière de santé, et de cadre de vie, et les conséquences sur les possibilités de subsistance future. Dans le bassin minier, au rythme d’extraction actuel, les réserves de phosphate seront épuisées d’ici quelques dizaines d’années. Pourtant, peu de gens y envisagent la sortie du phosphate ou la reconversion de l’économie… Il faut dire que ce sont des villes créées littéralement autour du phosphate, contrairement aux lieux dans lesquels s’effectue la transformation du minerai comme Gabès, où les références à un paradis perdu sont fréquentes et les discours prônant l’abandon de l’activité plus nombreux, plus audibles.

© nawaat.org

A Sfax, il existe clairement une opposition entre d’un côté les travailleurs de l’industrie, le syndicat, et de l’autre le mouvement pour le démantèlement de l’usine SIAPE, traversé par des intérêts économiques. La situation de Gabès est différente : des travailleurs de la zone industrielle ont parfois pris part à des manifestations contre la pollution, l’UGTT ne s’est pas positionnée contre le mouvement, elle y appuie parfois les actions… En clair, l’opposition binaire environnement versus emploi semble devoir être tempérée, d’autant plus que les atteintes à la nature des industries et des activités industrielles, chimiques, pétrogazières entraînent des pertes d’activités et d’emplois dans d’autres secteurs : pêche, agriculture, etc., qui donnent parfois lieu, elles aussi, à des mobilisations.

Les mobilisations, qu’il s’agisse de protestations directes ou d’actions collectives institutionnelles, s’articulent à des représentations culturelles dominantes des problématiques environnementales qui semblent marquées par l’Histoire. Le souci de l’environnement a été mobilisé comme argument justifiant la colonisation française au Maghreb – le soi-disant déclin environnemental dû aux invasions arabes et au nomadisme, la prétendue nécessité du reboisement3 –, comme outil de contrôle des populations rurales pendant la dictature de Ben Ali4, de sensibilisation au “civisme » (la mascotte de Labib). Depuis 2011, et notamment durant les grèves des éboueurs, le sujet des déchets a beaucoup occupé les éditorialistes, mobilisant le champ lexical du désordre, et associant l’accumulation des déchets dans les rues au “désordre social » et aux mouvements sociaux. Se pose alors, en toile de fond, la question suivante : comment ces approches infantilisantes et répressives pèsent-elles sur la capacité à mobiliser et les cadres de références des mouvements sociaux relatifs aux problématiques environnementales ?

1 ROBBINS, 2004, Political ecology – a critical introduction, Malden, Blackwell.

2 MARTINEZ-ALIER, 2002, The environ-mentalism of the Poor, Edward Elgar Publishing.

3 DAVIS K., 2012, Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon.

4 GARDIN J., 2004, La forêt et l’État en Kroumirie : politique environnementale et contrôle social des populations rurales en Tunisie. Paris : Thèse de doctorat en géographie, Université Paris X-Nanterre, 550 p.

Diane ROBERT

doctorante en géographie, LADYSS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Pour citer ce billet : Diane Robert, « Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2157.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative

Dans la continuité de l’enquête menée l’an dernier lors de mon accueil scientifique du 26 octobre au 3 novembre 2016 à l’IRMC de Tunis, j’effectue un nouveau séjour de recherche dans cette même institution afin de poursuivre mes recherches empiriques et méthodologiques en m’appuyant sur l’approche comparative des deux contextes algérien et tunisien.

Ma recherche comporte cinq volets principaux : la mémoire, le changement social, le discours dominant, les jeunes et la presse écrite. Cette dernière est abordée pour l’Algérie à partir de 4 quotidiens qui ont émergé dans le cadre du pluralisme : El Watan, qui diffuse ses contenus en langue française, El Khabar, Echourouk et Enahar, en langue arabe. Une démarche similaire est appliquée à la presse tunisienne à partir des quotidiens Essabah en langue arabe et La Presse de Tunisie, en langue française.

La mémoire occupe une place très importante dans la société algérienne, toutes générations confondues. L’Algérie, qui a accédé à l’indépendance, après une guerre de 7 ans, en 1962, garde une image idéale et héroïque de cette guerre. Un premier constat s’impose : la guerre de libération nationale, avec tous ses symboles et comme événement marquant du passé et du présent de l’Algérie, est présente dans la scène politique à travers les discours et les programmes de l’État, dans la constitution, au sein de l’école notamment et dans beaucoup d’autres domaines. En conséquence, elle a eu une influence considérable sur les processus de changement et de développement de l’Algérie depuis 1962.

De la même manière, les personnes interrogées en Tunisie évoquent l’ère bourguibienne, comme nous avons pu le constater lors de notre première enquête de terrain. Les entretiens avec différents acteurs académiques, notamment avec des étudiants, sembleraient confirmer une certaine nostalgie des Tunisiens du temps de la présidence d’Habib Bourguiba.

Les processus de changements des sociétés dans le passé montrent que le changement politique est le premier à apparaître, suivi d’autres changements au niveau social et économique notamment. Le changement social peut être perçu comme positif ou négatif, selon les acteurs. Ce changement exige une transformation dans divers domaines pilotés par des courants politiques, culturels et religieux qui se diffusent à travers la presse ou d’autres supports de communication. Rappelons que l’Algérie a connu des changements importants depuis l’indépendance.

Dans la Tunisie post-révolutionnaire, le changement est à la fois social et politique, il est notamment véhiculé par des jeunes, par des mouvements associatifs mais aussi par la presse écrite qui a bénéficié de plus de liberté. Nous allons donc nous interroger sur le discours dominant en Tunisie.

Les discours des différents acteurs politiques, religieux, culturels et également médiatiques en Algérie, s’appuient sur la mémoire algérienne qui renvoie à la guerre de libération nationale et à tous ses symboles. Pour ce qui est de la Tunisie, à partir des entretiens semidirectifs menés auprès de professeurs, de professionnels de la presse et d’étudiants tunisiens, il semblerait que les discours dominants politiques et religieux s’appuient sur la mémoire bourguibienne.

La presse algérienne a connu deux périodes importantes, celle du parti unique et celle du pluralisme politique. Durant la première période, il s’agissait d’une presse étatique qui propageait le discours officiel et défendait les prérogatives de l’État. Elle participait à la lutte en vue de construire un projet de société algérienne qui reposait sur les principes socialistes et de protection de l’intérêt public. Avec l’instauration de la constitution de 1989, suivie par la promulgation de la loi de 1990 sur l’information [Loi n° 90-07 du 3 avril 1990 relative à l’information] est apparue une presse à caractère privé qui a développé des lignes éditoriales différentes. Le développement de cette presse privée s’est traduite par la naissance de centaines de titres en langues arabe, française et amazigh qui présentent des contenus similaires malgré un contexte de plus grande liberté pour la presse.

En Tunisie, la presse écrite a également connu deux périodes : avant et après la Révolution de 2011. Durant la première période, les libertés étaient limitées et les organes de la presse tunisienne étaient sous le contrôle du régime du président Ben Ali. La Révolution a permis la libéralisation de la presse.

Les jeunes représentent en Algérie un potentiel très important. Présents dans différents secteurs, ils sont aussi une catégorie touchée par les contraintes socioéconomiques que connait l’Algérie depuis des décennies. Ces jeunes sont indifférents aux discours qui s’appuient sur la mémoire de la guerre de libération nationale. En Tunisie, les jeunes ont été les pionniers de la révolution de 2011. C’est pourquoi, les demandes de changements politiques et social ont été marquées par les revendications de la rue et des réseaux sociaux. Ces jeunes, aujourd’hui peu présents sur la scène politique, sont très actifs dans les mouvements associatifs. Certains semblent regretter leur participation à la révolution en avançant l’argument de leur actuelle marginalisation.

Il nous semble important, pour mener à bien ce travail, de développer nos contacts avec des journalistes et des responsables de la presse tunisienne pour enrichir notre étude comparative.

Notre enquête cherche à déterminer la nature du discours véhiculé à travers la presse tunisienne. Quel est le discours dominant en Tunisie : celui qui s’appuie sur la mémoire, celui du changement social ou s’agit-il des deux à la fois ?

Notre recherche s’effectuera donc en deux temps avec d’une part, un travail théorique qui reposera sur une recension des sources et des références sur la thématique qui constitue le thème de notre recherche soit les contenus de la presse tunisienne arabophone et francophone, et d’autre part, un travail pratique d’enquête de terrain via des entretiens avec des historiens, des sociologues et des journalistes de la presse écrite tunisienne.

Nadjat LAHDIRI est chercheure au CRASC d’Oran, depuis juin 2013. Elle conduit une recherche dans le cadre du projet « Mémoire et changement social en Algérie dans le discours dominant (2011-2015) ». contact : n.lahdiri@crasc.dz

Pour citer ce billet : Nadjat LAHDIRI, «Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2110.

 

 

 

 

 

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Politisation et émancipation après la révolution : Le cas de deux associations féministes de Tozeur

Photographie de l’auteur

Lorsque l’on interroge en Tunisie des personnes sur les liens entre associations et partis politiques, il est assez aisé de savoir à quel camp politique ces personnes appartiennent. On comprendra en effet que si la réponse consiste à expliquer qu’Ennahda a créé de nombreuses associations à des fins clientélistes et de propagande, la personne sera plutôt anti- Nahda. De l’autre côté, si la réponse consiste à dire que de nombreuses organisations de la société civile, associations et syndicats, ont contribué pendant la période de transition à détériorer la situation du pays en continuant la protestation contre le gouvernement de la troïka, faisant en réalité de la politique de manière déguisée, on comprendra que notre interlocuteur est plus proche du camp d’Ennahda.

Qu’elles soient au service du pouvoir ou des partis d’opposition, il y a une suspicion à l’égard des associations qui seraient instrumentalisées à des fins politiques ou d’opportunisme individuel pour « se placer ». Ce sentiment lié au risque de récupération politique date de la période de Ben Ali et se poursuit après la révolution dans un contexte de forte politisation. Il est en partie dû à une conception organique de la société civile issue de la philosophie classique qui tend à confondre la société civile à la communauté politique dans son ensemble et qui s’est imposée en Tunisie à la fin des années 1980 et au début des années 1990 (Zghal, 1989, 1993). La société civile incluait à la fois les partis politiques et les associations, attachés à une république civile à la fois non militaire et non religieuse ; favorisant ainsi son usage politique.

Contrairement à d’autres pays du monde comme l’Egypte, la Jordanie ou le Yémen (Clark, 2004), la Tunisie n’avait pas connu, avant la révolution, un développement important des « institutions sociales islamiques ». Toute tentative avait été bloquée par la grande répression des années 1990 contre les membres et militants du parti Ennahda et toute personne suspectée d’entretenir une pratique excessive de la religion en dehors du domicile et des lieux de culte était étroitement surveillée voire réprimée. L’apparition, après la révolution, d’associations sociales dans lesquelles évoluent des militants nahdaouis pose la question de savoir s’il s’agit d’ « associations islamistes » (Roussillon, 1991) ou « d’associations totales » pour reprendre l’expression de Michel Camau
(2002) qui se référait aux associations développant à la fois des activités de service auprès de populations mais aussi de plaidoyer à l’encontre de l’État autoritaire en raison de leur arrimage à l’islam politique.

Ce qui est en jeu ici est bien la question de l’instrumentalisation qui ferait de l’association une organisation à investir pour maximiser des intérêts partisans. Il nous semble que cette perspective est une piste de réflexion possible mais qui se limite à une approche trop centrée sur les partis comme seuls acteurs légitimes de la politique. Nous choisissons pour notre part de nous situer davantage au niveau des individus qui vivent ces engagements. Il s’agit pour nous d’interroger l’articulation entre le parcours de socialisation à l’action collective, les ressorts de l’engagement associatif et les répertoires d’action développés au sein des associations pour voir les relations dynamiques entre les champs associatifs et partisans.

© micefinder.com

Nous choisissons1 ici de mettre en exergue deux associations féminines créées à Tozeur après la révolution par des militantes ou des sympathisantes du parti Ennahda. Il s’agit des associations FEM
et NISAE 2, entièrement féminines et créées après les élections pour l’assemblée  constituante. Nous étudierons tout d’abord la cohérence entre un discours émancipateur de lutte contre la domination masculine au fondement de la création des associations et les activités types qui sont mises en oeuvre. Nous verrons ensuite si ce discours d’émancipation n’est qu’un discours de légitimation servant des objectifs personnels ou partisans.

Les conceptions partagées de l’action collective autour du féminisme islamique

Le discours de légitimation de l’action associative produit par les membres fondateurs des associations étudiées se situe sur le registre du changement social. La création associative a ici une puissance instituante (Laville, Sainsaulieu, 2013) dans la mesure où elle intervient comme une remise en cause de l’ordre établi. L’association NISAE est le fruit d’une véritable dynamique en raison d’une adhésion collective à une analyse commune de la situation problématique des femmes dans la société tunisienne :
« L’objectif de notre association est de lutter contre l’oppression des femmes et la tyrannie des hommes. Nous luttons contre la passivité des femmes dont la cause est souvent les époux qui les empêchent de prendre des initiatives, mais aussi la situation sociale souvent précaire et les désirs de consommation qui les détournent de la culture. » Entretien avec la présidente de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Une autre membre de l’association de renchérir :
« Notre objectif c’est de faire en sorte que les femmes participent pleinement à la construction de leur pays après la révolution ».

L’association FEM est davantage une initiative de sa présidente qui n’assume pas autant cette analyse féministe même si elle reconnait que « le problème vient également des mentalités des hommes qui préfère une femme bête et docile 3 ». Elle trouve néanmoins que « le frein le plus important pour le développement de la femme du Djérid c’est le manque d’éducation et de formation ».

Les membres de ces deux associations portent un positionnement féministe d’égalité des droits entre les hommes et les femmes mais dans le cadre de la religion. Pour la vice-présidente de l’association
FEM :
« Les gens confondent souvent religion et coutumes. Il faut réussir à lutter contre tout ce qui empêche la participation de la femme dans la société à égalité de l’homme mais dans les valeurs de l’islam et le respect de la famille ».

La présidente de l’association NISAE se réfère davantage à l’ouvrage de Rached Ghannouchi la femme dans le coran et le vécu des musulmans (2012) :
« Cheikh Ghannouchi disait déjà àl’époque dans son livre que les femmes vivent une situation d’oppression partout dans le monde arabe et que c’est ce qui les pousse à porter sur elle-même un regard d’infériorité et à accepter l’humiliation et l’injustice. Rien dans l’islam ne justifie l’exclusion de l’autre moitié de la société. Cette exclusion est une injustice et une honte à la religion 4. »

Ces femmes fondatrices des associations FEM et NISAE s’inscrivent dans le courant que certains appellent « le féminisme islamique » (Latte Abdallah, 2010). Le développement dans le monde arabe et musulman des groupes et mouvements issus de l’islam politique à partir des années 1970 et 1980 a largement contribué à l’individualisation du rapport au religieux et au savoir religieux en disqualifiant d’abord l’establishment des oulémas pour faire valoir des lectures concurrentes. Ce type de féminisme s’est développé dans l’ensemble du monde arabe et musulman en démocratisant les formes d’interprétation de l’islam et en diversifiant les registres des mouvements sociaux féminins revendiquant plus d’égalité (Bernard-Maugiron, 2011). Si le féminisme islamique en Tunisie s’est largement développé au sein des groupes femmes d’Ennahda dès les années 1980, il s’est initialement constitué en opposition au mouvement féministe séculier, dénonçant le caractère importé de leur référentiel et revendiquant une authenticité plus à même de faire aboutir des réformes politiques. Ce militantisme féminin venant du courant islamiste essaie de trouver un équilibre entre liberté individuelle et obligation sociale :
« Notre combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes se fait dans le respect de l’islam. Nous ne sommes pas comme les autres féministes de l’Occident qui agissent contre les hommes. Il faut préserver la famille mais aussi donner la possibilité à la femme de jouer d’autres rôles que les tâches domestiques ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Cela s’est par exemple concrétisé lors des tentatives de formulation de l’article 28 de l’avant-projet de la Constitution sur la question des libertés individuelles et des droits de la femme, cherchant à garantir les droits de la femme d’un côté tout en affirmant sa complémentarité avec l’homme au sein de la famille.

Cette opposition entre deux féminismes que l’on retrouve dans la polarisation de la vie politique après les élections de l’assemblée constituante entre séculiers et islamistes s’inscrit dans des
trajectoires et des héritages historiques distincts lié à des espaces de socialisation politique spécifique au sein même du « mouvement de libération nationale », entre l’association Khaldounia d’un côté et l’association des anciens du lycée Sadiki de l’autre, entre l’université
Zitouna d’un côté et celle de Tunis au lendemain de l’indépendance de l’autre 5. Malgré cette rivalité apparente, les deux mouvements féministes s’approprient aujourd’hui l’héritage du courant réformateur islamique tunisien à travers les figures tels que Tahar Haddad et de Abdelazziz Thâalbi.

Comme le souligne Stéphanie Latte Abdallah, « le lien entre la construction de nations modernes et l’émergence de la question féminine (en Tunisie à l’instar de la Turquie et de l’Iran) est établi, que ce discours ait été porté par des États, par des courants de pensée ou par les premières revendications féministes, qui prirent place en Egypte à la fin du XIXe siècle et au tournant du XXe siècle, et furent parfois relayés par des hommes (l’Egyptien Qasim Amin étant une figure notable de ce courant)6. Ces hommes et ces femmes avaient pour premier souci la métamorphose de femmes traditionnelles qui retarderaient la société tout entière et qui devaient pouvoir, à travers leur rôle de mère, élever de façon moderne et éclairée les nouveaux citoyens de la nation » (2006). Les membres des associations FEM et NISAE de Tozeur s’inscrivent parfaitement dans la continuité de ce courant ancien « moderniste-nationaliste » (Mervat, 1993) qui a à la fois « offert une défense nationaliste de la religion musulmane et adopté les conceptions “occidentales” de droits nouveaux pour les femmes dans les sociétés modernes » (Latte Abdallah, 2006). « Nous, nous ne rejetons pas tout ce qui a été fait avant nous. Nous pensons qu’il y a eu des choses très positives de la part de Bourguiba en ce qui concerne les femmes. Tout ça, c’est dans la continuité des grands penseurs de l’islam en Tunisie ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012. « la porosité des frontières entre sphères publiques et sphères privées dans les sociétés arabes implique de les penser dans la continuité » (2006).

© businessnews.com

Cohérence entre discours et pratique

Si les associations NISAE et FEM placent toutes les deux la remise en question du patriarcat comme socle fondateur de leur organisation, les activités types restent souvent cantonnées à un niveau individuel sans aborder les rapports de genre issus de ce système social dominant.

L’association NISAE oriente tout d’abord une partie de ses activités vers l’aide matérielle directe. Elle procède aussi à la distribution de dons aux plus pauvres car ses membres considèrent qu’un des premiers facteurs qui favorisent la domination des femmes est le manque de ressource économique. L’association FEM veut, elle, limiter les aides matérielles individualisées même s’ « il m’arrive parfois de payer les médicaments 7 ». Pour elle, il y a un risque
important en procédant à des aides matérielles individualisées de créer un appel d’air et de devoir gérer un nombre toujours plus élevé de demande qu’elle ne pourra pas honorer en raison d’un manque de moyen. Elle considère également que les aides matérielles ponctuelles ne résolvent pas le problème et peuvent créer une relation de dépendance dans laquelle elle a peur d’être absorbée. Ces craintes sont également partagées par l’association NISAE mais les deux associations considèrent encore que ces aides sont nécessaires par rapport au public qu’elles ciblent. Ignorer les demandes sociales les placerait selon elles dans une situation délicate, potentiellement de discrédit, au moment où « de nombreuses associations apparaissent mais ne font rien sur le terrain ».

Dès lors, les deux associations conçoivent avant tout leur action à travers l’accompagnement et le renforcement de capacités individuelles. La dimension collective du pouvoir qui envisage les rapports de domination d’un groupe sur un autre est alors largement occultée, plaçant ainsi les activités définies en
discordance avec le discours fondateur des associations. Il s’agit en effet d’activités qui permettent de valoriser les femmes, de leur apporter des connaissances et des compétences nouvelles. Cela entre en résonnance avec une conception néolibérale de l’« empowerment » dans laquelle le développement de capacités des
individus vise une meilleure inclusion dans un système donné sans opérer de lecture critique des structures de pouvoir de l’ordre existant (Destremau, 2012 et 2013).

Au niveau économique, il s’agit pour l’association NISAE de valoriser le travail des femmes, généralement artisanal et effectué à domicile, en organisant des expositions et des points de vente. De son côté, l’association FEM essaie de se concentrer sur des activités d’éducation, de sensibilisation et de formation pour « qu’elles acquièrent plus d’autonomie ». Dans ce sens, elle organise des cours d’alphabétisation pour adulte et essaye d’organiser des activités de soutien à l’activité économique des femmes :

« On fait de la sensibilisation à la santé, notamment sur les questions de planning familial et de contraception. On organise aussi des séminaires pour parler des problèmes des femmes ici. On n’a pas d’argent mais on se dit que plus on fait des activités comme celles- là, plus l’argent va venir. On aimerait mettre en place un système de bourses pour les études supérieures. On essaie de faire de la formation mais surtout d’aider au montage de projet professionnel individuel. Par exemple, j’aide une femme en ce moment qui veut être boulangère. Alors je lui achète la matière première pour qu’elle puisse développer ensuite son activité ». Entretien avec la présidente de FEM. Tozeur, mai 2012.

L’association NISAE mène des activités « d’éveil » culturel autour du théâtre et de la poésie où des cours sont proposés, des spectacles organisés pour valoriser des femmes artistes, en lien avec le centre culturel Abou Kacem Echebbi :

« Il faut que les femmes prennent conscience de la richesse de notre culture et se l’approprie. En plus, ici, les poètes masculins de notre région sont très connus mais les gens ignorent ce que font les femmes dans ce domaine. Une membre de notre association est poète et écrit des choses formidables ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Les deux associations sont prises dans une contradiction importante venant d’une inadéquation entre les conceptions partagées et le discours de légitimation qui fondent l’association d’un côté et les
dispositifs d’action mis en oeuvre de l’autre. En effet, elles sont porteuses d’un objectif de changement social à travers un discours de lutte contre le patriarcat qui puise dans l’héritage du féminisme tunisien, nationaliste et musulman. Mais elles refusent de travailler aux causes profondes du problème identifié et d’aborder les rapports collectifs de pouvoir et de domination basés sur le genre. Les activités mises en place par ces deux associations, à travers une aide matérielle et des activités d’« empowerment », se situent à un niveau individuel et se conforment davantage à une approche conservatrice de la promotion féminine qu’à une réelle approche émancipatrice qui remettrait en question la hiérarchie des rôles et des statuts basés sur le genre.

© micefinder.com

Clientélisme et émancipation

Les conceptions de l’action associative autour de la lutte contre le patriarcat partagées par les membres de NISAE sont associées à un parcours individuel et à une socialisation à l’action collective où prime l’engagement partisan. La présidente de l’association est devenue enseignante après avoir étudié les lettres à l’université de Sfax à la fin des années 1970. Elle a commencé à militer dès les années étudiantes dans le MTI. Elle est aujourd’hui encore militante au parti Ennahda en étant responsable à Tozeur de la section femme, chargée d’animer des cercles de réflexions auprès des femmes militantes du parti. L’organisation interne du parti s’appuie encore aujourd’hui sur l’héritage « tablighi8 » de la jamâ’at islamiyya9 des années 1970. La structuration interne établit un ensemble de cellules ou groupes, rassemblés par affinités sociales ou thématiques, n’étant pas figés et pouvant évoluer en fonction des activités. Les éléments de cet héritage reposent sur des mécanismes collectifs et confidentiels d’étude, de réflexion et de diffusion de messages religieux et politiques. La section locale de Tozeur est composée de groupes appelés « familles » qui organisent des sessions de réflexion autour des questions d’actualité en lien avec le corpus théologique constitué du Coran et des « hadiths » et selon une méthode rationaliste d’interprétation consistant à s’inspirer d’exemples de la vie du prophète pour comprendre et résoudre des problèmes contemporains. La présidente de l’association NISAE animait des « familles » sur les questions de la femme avant son engagement associatif.

La socialisation à l’action collective de la présidente de l’association NISAE s’est d’abord confondue avec le processus de socialisation à l’action politique au sein du parti Ennahda, constitutif d’une « carrière militante » (Fillieule, 2001). Les autres membres de l’association sont soit des militantes soit des femmes de militants.

Les engagements partisans et associatifs des membres de NISAE tendent à se confondre. Le fondement de l’engagement porte dans les deux cas sur une ambition de changement social et politique à travers un référentiel commun et des outils conceptuels élaborés dans les mêmes espaces de socialisation. Les objectifs féministes de lutte contre le patriarcat puisent dans le corpus théologique de l’islam. Le patriarcat est davantage considéré comme le produit d’une construction sociale et historique que comme une prescription religieuse. Les valeurs de la religion sont considérées
dans les deux cas comme étant au centre de toute initiative (Clark, 2004). Cette confusion pose la question de l’utilisation de la structure associative comme construction d’une clientèle partisane.

Nous avons vu précédemment que l’association NISAE adoptait finalement dans son action une approche dépolitisée des rapports de genre. La question politique du rapport collectif au pouvoir
par la remise en cause du patriarcat s’opère davantage au sein du parti qu’à celui de l’association. Il y a ici une sorte de division du travail : l’association apparait dans ce contexte comme un premier espace de sensibilisation des femmes à la question de leur émancipation tandis que le parti politique peut servir d’espace réel de lutte. Cette division n’implique pour autant pas une étanchéité
de structure et apparaît au contraire comme un système de vase communiquant. L’action de sensibilisation sur le genre pouvant s’inscrire dans un objectif de recrutement.

Mais l’enjeu de recrutement des femmes au sein du parti semble avant tout être un enjeu interne à celui-ci. Il s’agit derenforcer le poids du groupe des femmes au sein du parti pour y porter la question de la lutte contre le patriarcat face à d’autres groupes ou courants dominants dans un contexte où l’électorat traditionnel
et la majorité de ces membres sont attachés à cette forme d’organisation sociale qu’ils considèrent comme
islamique.

L’action associative peut certes servir de base de recrutement pour le parti mais surtout d’aiguillon pour influer les orientations idéologiques de ce dernier à travers une sorte de va et vient entre les différentes organisations. L’objet social de l’association s’inspire d’une compréhension du monde façonnée au sein d’une sorte d’avant-garde partisane. Mais en touchant un nombre plus important de personnes à travers l’action associative, cette élite cherche à rendre cette compréhension du monde moins
marginale au sein du parti.

L’association FEM se distingue de l’association NISAE par le fait qu’aucun membre fondateur n’est militant du parti Ennahda. Il s’agit davantage d’épouses de militants. Surtout elles revendiquent un discours ouvertement anti-parti politique qui présente l’engagement associatif comme nécessairement désintéressé par
opposition à l’engagement politique de type partisan. Pour la présidente de l’association FEM: été membre au début du comité de
protection de la révolution car je trouvais que les femmes devaient être représentées. J’ai pu participer à la caravane de la solidarité pour les réfugiés libyens.Mais, ensuite, je n’ai pas aimé car c’était très politique. Moi, je préfère le travail social. Ceux qui font de la politique sont des opportunistes qui ne cherchent que des chaises. Ils aiment le prestige : la position de président avec le tampon, c’est tout ! »

L’engagement associatif s’explique dès lors par un rejet de l’action politique totalement discréditée pendant la période de BenAli mais aussi après la révolution : les partis politiques n’ont pas été
responsables de la révolution tunisienne mais se battaient pour en récupérer les profits. L’association est vécue comme une alternative citoyenne dans laquelle les gens peuvent s’engager pour «contribuer à régler les problèmes de la société et apporter des solutions aux gens » ; « le spolitiques n’ont pas cette préoccupation 11 ». C’est donc cette vision antipolitique de l’action collective qui
sous-tend la démarche de création associative puisque les partis sont jugés comme moralement corrompus, étant trop préoccupés par le pouvoir.

Cette dépolitisation apparente est ici constitutive d’une recherche d’affirmation de soi qui passe par l’acte de création collective de structures nouvelles. Pour la présidente de l’association FEM 10, la rupture avec la politique est le chemin obligé, presque contradictoire, de la revendication d’une indépendance à l’égard de son mari. Ce dernier est un des responsables locaux du
parti Ennahda. Il a vécu la répression pendant les années 1990 en faisant 10 ans de prison en raison de son appartenance au parti. Il a été réhabilité dans l’éducation nationale seulement un an après la révolution. Pendant toute cette période, la présidente de l’association a contribué seule à pourvoir aux besoins de la famille grâce à son activité professionnelle de chef d’entreprise. Pour
elle, si les contraintes institutionnelles qui pesaient sur l’engagement associatif ont été levées avec la révolution, les contraintes d’ordre sociétal persistent.  L’accès à l’exercice des libertés publiques pour les femmes est rendu plus difficile quand les valeurs du patriarcat restent fortement structurantes. Tout d’abord, la participation des femmes dans l’espace public se limite aux thématiques sur lesquelles elles sont reconnues et valorisées par la société, à savoir les
femmes et les enfants. Ensuite, la quête d’autonomie pour la présidente de l’association FEM passe moins par l’amélioration des conditions matérielles et financières que par une lutte pour une « parité de participation » (Fraser, 2010).

Cependant, la position de l’association est ambigüe car la
présidente est sans cesse accusée ou suspectée d’agir sous les ordres du parti ou du moins dans l’intérêt de ce dernier. Contrairement à l’association NISAE dont les membres fondateurs sont officiellement militants, la présidente se défend d’être comme elles et revendique à la fois sa neutralité politique et son autonomie à l’égard de son mari : « Je faisais le travail social avant de connaitre mon mari.Mais je suis sûr que si vous demandez à des gens à propos de mon association, ils vont vous dire : ça, c’est Ennahda !. Mais moi, je ne fais pas de politique. Je ne suis pas mon mari. D’ailleurs je le surveille. Je lui dis : moi, je suis le peuple, attention, on te regarde.
Parfois il est gentil, il essaye de m’aider pour l’association mais je lui dis : merci mais ce n’est pas la peine car ton aide me fait finalement plus de mal. Ça l’embête mais il comprend. Il me laisse faire
alors.12 »

De plus, elle rencontre d’autres difficultés venant des usagers eux-mêmes dans la mesure où les femmes qui viennent à son bureau le font essentiellement pour obtenir un soutien matériel, et ce d’autant
plus que la présidente est connue pour être la femme du responsable local du parti. Les personnes qui viennent tiennent un
discours d’allégeance, « comme si j’étais une responsable du parti et qu’on était à l’époque de BenAli. Rien n’a changé avec la révolution. Les gens se comportent de la même façon. Ils font avec moi ce qu’ils faisaient avec le RCD. Et comme c’est Ennahda qui a gagné les élections, ils me parlent des prochaines élections avant de me demander une aide ».

Il n’en demeure pas moins que cette proximité relationnelle avec les cadres du parti apporte des avantages certains dans la relation avec les autorités : l’association FEM bénéficie d’un financement du Gouvernorat mais également du ministère desAffaires de la Femme. Elle dispose en conséquence d’un local pour l’association. Sa capacité d’interlocution, non seulement au niveau de l’administration du Gouvernorat mais aussi au niveau du
ministère, est indissociable de sa proximité de fait avec le parti Ennahda. La présidente de l’association est donc à la fois prisonnière et bénéficiaire d’un système patriarcal de représentation sociale qui ne dissocie pas les actions d’une épouse de celles de son mari.

Conclusion

Nous avons étudié ici le processus de politisation de deux associations féministes postrévolutionnaires de Tozeur dont les membres fondateurs sont également militants ou sympathisants du
parti islamiste Ennahda. Nous avons pour cela pris en compte deux niveaux d’analyse de la politisation : celui individuel de l’engagement associatif en lien avec le militantisme de type partisan, d’une part ; et celui relatif à un agir sur les rapports sociaux de pouvoir et de domination, ici basés sur le genre. L’enjeu était autant de voir les interactions entre les différentes formes d’engagement que les potentiels d’émancipation pour les fondateurs associatifs féminins.

Concernant l’imbrication des modalités et des espaces d’engagement, l’association apparaît certes comme une ressource à mobiliser pour maximiser les intérêts du parti, mais une analyse stratégique plus fine montre aussi qu’elle est mobilisée pour peser dans les luttes de pouvoir internes à ce dernier. Elle agit certes comme un moyen de recrutement des femmes que comme un moyen de pression sur les groupes dominants à l’intérieur du parti pour faire valoir une lecture plus égalitaire des rapports de
genre. De l’autre côté, elle représente également un moyen d’émancipation des normes patriarcales pour les promoteurs des associations féminines à travers l’acquisition et la reconnaissance d’une plus grande autonomie.

En cela, les associations féministes se réclamant ou en proximité avec l’islam politique correspondent elles aussi, et dans une certaine mesure, à ce que Nancy Fraser (2005) nommé contre-publics subalternes, conçus comme des arènes discursives parallèles dans lesquelles les membres des groupes sociaux subordonnés élaborent et diffusent des contre-discours, ce qui leur permet de fournir leur propre interprétation de leurs identités, de leurs intérêts et de leurs besoins ». Ces associations constituent des premiers terrains d’essai pour des activités de revendication et de contestation des rapports sociaux de domination.

Néanmoins, les effets en termes de changement social apparaissent encore limités. Malgré un discours fondateur d’émancipation, les activités mises en place par les associations étudiées restent cantonnées à un niveau individuel qui, non seulement, n’aborde pas les rapports collectifs de pouvoir mais tend même à reproduire les normes dominantes du patriarcat. De plus, les identités multiples, partisanes et associatives, favorisent la perpétuation de pratiques
clientélaires basées sur un échange entre allégeance et service rendu (Briquet, Sawicki, 1998), compromettant les perspectives de changement social. La confusion entre ces identités constitue autant des contraintes pour les promoteurs associatifs féminins, dont l’autonomie d’action est contestée, que des ressources de légitimation pour une participation dans l’espace public.

Pierre TAINTURIER

est Doctorant au LISE – CNAM (Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique, conservatoire national des arts et métiers), doctorant associé à l’IRMC. Contact : pierretainturier@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Pierre Tainturier, «Politisation après la révolution : Le cas de deux associations féministes de Tozeur.», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1981.

Index.

1 Cet article s’inscrit dans un travail de recherche plus large sur les processus d’institutionnalisation et de politisation des associations à Tozeur dans le cadre d’un doctorat en sociologie effectué au CNAM/LISE.

2 Il s’agit ici d’acronymes d’emprunt.

3 Entretien effectué à Tozeur en mai 2012.

4 Entretien effectué à Tozeur en mai 2012.

5 Le collège Sadiki et la Khaldounia sont considérés comme les premiers établissements d’enseignement moderne créés à la fin du XIXe siècle ainsi que les lieux d’expansion du mouvement culturel réformiste. Si le premier a constitué un vivier de recrutement des élites administratives pendant la période coloniale, le second était davantage destiné aux étudiants de l’école coranique associé à la Zitouna. Dès lors, l’association des anciens élèves du collège Sadiki ainsi que l’université de Tunis sont considérées comme des espaces spécifiques au courant moderniste et occidentalisé du réformisme tunisien tandis que la Khaldounia et l’université de la Zitouna comme des espaces davantage liés au courant du réformisme attaché à la valorisation et l’affirmation de l’identité culturelle arabo-musulmane.

6 Tahar Haddad, né le 4 décembre 1899 à Tunis et décédé le 7 décembre 1935, est un penseur, syndicaliste et homme politique tunisien. Il a milité pour l’évolution de la société tunisienne au début du XXe siècle. Il est connu pour avoir lutté activement en faveur des droits syndicaux des travailleurs tunisiens, de l’émancipation de la femme tunisienne et de l’abolition de la polygamie dans le monde arabo-musulman.

7 Abdelaziz Thâalbi, né le 5 septembre 1876 à Tunis et mort le 1er octobre 1944 à Tunis, est un homme politique tunisien. Il est le fondateur du Destour en 1920, parti politique duquel émerge le Néo-Destour du futur président de la République tunisienne Habib Bourguiba.

8 Pour lequel on trouvera plus tard l’équivalent tunisien en la personne de Tahar Haddad.

9 Entretien avec la présidente de FEM. Tozeur, mai 2012.

10 La Jamâ’at al tabligh est une société de prédication musulmane de type revivaliste. De nature apolitique, elle est fondée à la fin des années 1920 en Inde avec un objectif de réislamisation. L’activité missionnaire de ce mouvement s’est par la suite, en quelques décennies, développée à l’échelle du monde entier, via des branches décentralisées, avec l’objectif de faire revivre leur foi aux musulmans du monde entier, dans le cadre d’une interprétation littéraliste de celle-ci.

11 L’islamisme tunisien apparaît en 1971 avec la création de Jamâ’at al islamiyya, structure initialement clandestine opérant dans les
mosquées et se décomposant en structures régionales hiérarchisées. L’organisation publie un journal Al Ma’rifa, édité à plus de 25000 exemplaires à la fin des années 1970. Elle se transformera en Mouvement pour la Tendance Islamique en 1981 (toujours clandestin) puis en mouvement de la renaissance (Ennahda) légalisé en 1989.

12 Si le mode opératoire trouve ses origines dans le mouvement « tablighi », la constitution d’un parti politique fait rupture avec ce mouvement qui est purement quiétiste.

13 Entretien avec la présidente de l’association FEM – avril 2012.

14 Entretien avec la vice-présidente de l’association FEM – avril 2012.

15 Entretien avec la présidente de l’association FEM – avril 2012.

Bibliographie

Bernard-Maugiron N., 2011, « Nouvelles stratégies de mobilisation et réforme du droit de la famille. La « loi du sur le khul’ » en Egypte », dans Sarah Ben Néfissa et Blandine Destremau, (sous la direction de), Protestations sociales, révolutions civiles. Transformation du politique dans la Méditerranée arabe, Paris, Revue Tiers-Monde, hors-série numéro 2, Armand Colin, 117-138.

Briquet J-L. ; Sawicki F., (sous la direction de). 1998, Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Presses universitaires de France.

Camau M., 2002, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la
démocratisation », Revue internationale de politique comparée,
2002/2 (Vol. 9).

Clark A.J., 2004, Islam, charity and activism. Middle-Class Networks and Social Welfare in Egypt, Jordan, and Yemen, Indiana, University Press.

Destremau B. ; Lantier B., 2012, « Le sociologue et la « femme pauvre
du Tiers Monde », Ou comment une approche en termes de rapports
sociaux de sexe a éclairé la sociologie du développement », dans C., Verschuur I., Guérin et H., Guétat- Bernard (dir.), Sous le développement, le genre, Paris, IRD.

Destremau B., 2013, « Au four, au moulin… et à l’empowerment. La triple captation et l’exploitation du travail des femmes dans le
développement », dans M. Maruani (dir.), Travail et Genre dans le monde.  L’Etat du savoir, Paris, La Découverte.

Dot-Pouillard N., 2013, La Tunisie : la révolution et ses passés, Paris,
L’Harmattan.

Fraser N., 2005, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte. Fraser N., 2010, « Marchandisation, protection sociale et émancipation. Les ambivalences du féminisme dans la crise du capitalisme », revue de
l’OFCE, n° 114, 11-28.

Latte Abdallah S., 2006, « Genre et Politique », dans E. Picard (dir.), la politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin.

Latte Abdallah S., (dir.), 2010, « Féminisme islamique », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, n° 128.

Laville J-L. ; Sainsaulieu R., 2013, L’association : Sociologie et Economie, Paris, Pluriel.

Roussillon A., 1991, « Entre al-Jiha et al- Rayyan. Phénoménologie de l’islamisme », Dossiers du CEDEJ, n° 45.

Zghal A., 1989, « Le concept de société civile et la transition vers le multipartisme », Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXVIII.

Zghal A., 1993, « Le concept de société civile et la crise du paradigme développementaliste », revue tunisienne de sciences sociales, n°115, 67-94.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local

Photographie de l’auteure

Depuis la chute du régime de Zine Al- Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, on assiste à une libéralisation des droits civils et politiques, qui a engendré un tissu associatif très dynamique dans le territoire tunisien. En effet la nouvelle loi de 2011 sur la création des associations (Décret-loi 88) a permis la simplification des modalités administratives, en rendant effectif le régime de la déclaration comme fondement d’existence de l’association. Durant l’année 2011, la Tunisie enregistre la création de près de 2000 nouvelles associations dont environ 700 après les élections du 23 octobre 2011, alors qu’elle en comptait 9600 en 2010 (IFEDA). Il s’agit là d’un véritable boom associatif.

Après la chute du régime le concept de « société civile » fait irruption dans une scène sociopolitique renouvelée, où les associations locales sont devenues les acteurs principaux au coeur du processus de transition. Ainsi elles s’emparent de tous les sujets qui suscitent le débat dans la Tunisie post-révolutionnaire : droits humains, égalité de genre, démocratie et citoyenneté, liberté d’expression, développement social et solidarité, action humanitaire, développement local, protection de l’environnement et développement durable, transparence et lutte contre la corruption, bonne gouvernance, etc. Dans ce contexte de vibrante dynamique associative, on peut considérer la Tunisie comme un intéressant laboratoire social. Il s’agit de s’interroger sur la capacité des associations tunisiennes à s’organiser dans l’espace public pour contribuer au développement social dans la phase de la  transition démocratique.

© theguardian.com (Photographe : Sondos Belhassen)

L’effervescence associative a, à son tour, généré des nouvelles opportunités internationales, soit à travers une pénétration massive des acteurs internationaux (l’action des bailleurs de fonds de soutien à la société civile), soit à travers une facilitation de la coopération transnationale entre différentes associations (partenariats). La question de la dimension internationale, lorsque l’on s’intéresse à un contexte local, est l’objet de nombreux débats. La majorité des travaux académiques sur les rapports entre acteurs locaux et internationaux (development studies) s’est souvent concentrée sur les dimensions plutôt techniques de ces rapports, en en minimisant les conséquences sociales à l’échelle locale. La théorie des mouvements sociaux, de son coté, a rarement pris en compte l’importance des liens avec l’international dans la définition de l’activisme local.

Notre analyse cherche à combler ce manque en partant d’une littérature qui pose l’accent sur le risque de créer une forme de dépendance des acteurs locaux à l’international, pouvant causer à son tour une atomisation et une fragmentation de la scène associative. Les bailleurs de fonds classiques ont ainsi une approche plutôt sélective qui pose des barrières pour les associations qui ne possèdent pas l’expertise nécessaire pour répondre aux appels d’offre, en aggravant les inégalités socio-économiques du tissu social. De plus, en Tunisie, le clivage entre moderniste et associations à référence religieuse présent au sein de la société civile locale, peut être accentué par l’approche sélective de bailleurs de fonds dans leurs choix des bénéficiaires. Notre recherche tente d’approfondir les différents types des liens internationaux établis par les associations, avec l’objectif de vérifier s’il y a des variations au niveau local par rapport au type d’engagement international. Cette approche permettrait d’éviter une analyse strictement verticale en considérant aussi les stratégies de partenariat international des associations locales.

Dans ce cadre, notre recherche tente d’étudier le processus de construction de la société civile post-révolutionnaire dans le contexte d’interactions renouvelées avec l’international. Ce processus de construction et d’interaction est à l’origine de l’émergence d’une diversification des formes d’activisme social local. Ainsi, l’objectif spécifique est de caractériser la nouvelle société civile locale et de cerner la dynamique de diversification sociale de celle-ci. L’hypothèse de travail est que le type d’interaction avec l’international est à l’origine de la différentiation sociale de l’activisme. Pour cela on cherchera à comprendre la diversité des liens à l’international des associations. Quel est le rapport entre l’intégration internationale et l’activisme social local ? Cette question est particulièrement importante à partir de 2011, avec la prolifération du nombre des associations à référence religieuse, qui ont la réputation d’avoir un fort ancrage social. Ainsi, se pose la question de la spécificité islamique dans le lien entre la dimension internationale et la forme d’activisme social. La réalité même de cette catégorisation reste à démontrer.

Pour répondre à ces questions de recherche il faut donner une définition claire des deux variables qu’on tentera de cerner : intégration internationale et activisme local. Plus spécifiquement, pour « intégration internationale » nous considérons les interactions entre les acteurs internationaux et associatifs locaux.

Ainsi nous avons identifié des sous-catégories. Les acteurs locaux peuvent simplement communiquer avec des organisations internationales ; recevoir des ressources matérielles dans le cadre d’une stratégie d’intervention des bailleurs de fonds ; recevoir des ressources immatérielles, comme des cycles de formation et d’autre type d’informations ; être engagés directement dans de partenariats internationaux.

Pour activisme local nous considérons les activités des associations pour contribuer au développement social. Nous avons saisi trois indicateurs : participation, en tant que capacité de mobilisation ; capacité d’établir des partenariats avec d’autres associations locales qui travaillent dans le même domaine ; types d’activités. Pour chaque critère nous vérifierons s’il y a une spécificité par rapport aux associations à référence religieuse. Pour analyser ces deux dimensions (intégration international et activisme local) nous nous appuierons sur une série d’enquêtes (entretiens semidirectifs) au niveau des associations locales dans trois terrains : Tunis, Sfax, Médenine. Une première analyse des résultats montre une grande diversité des pratiques associatives et l’importance de replacer les associations comme les acteurs clés dans le processus de transition démocratique.

Ester SIGILLÒ

est doctorante à l’Institut des sciences humaines et sociales, Scuola Normale Superiore, et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Ester SIGILLÒ, « La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1975.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime

jerome_heurtaux
Photographie de Jérôme Heurtaux

Les « révolutions du printemps arabe » ont d’ores et déjà suscité un grand nombre d’analyses permettant d’apporter une intelligibilité à un processus « en train de se faire » et qui n’est pas terminé. Plusieurs travaux se proposent d’éclairer les dimensions du processus révolutionnaire, en insistant soit sur les causes de l’effondrement de certains régimes, en particulier en Tunisie et en Égypte, soit, dans une perspective micro-sociologique, sur les dynamiques contestataires. Ainsi, les révolutionnaires ont suscité un intérêt bien légitime, permettant de nuancer la thèse initialement formulée dans la presse de mouvements révolutionnaires spontanés. D’autres travaux, situant leur regard en aval du processus révolutionnaire, se sont focalisés sur les logiques du processus de transition/construction démocratique, en particulier sur les dynamiques partisanes et sur les séquences électorales. Ces travaux, qui se poursuivent aujourd’hui, contribuent à la connaissance fine du processus de changement de régime dans plusieurs pays arabes. Nous voudrions apporter notre contribution à la compréhension de ces évolutions en adoptant une perspective qui n’a été que rarement adoptée depuis le déclenchement des révolutions. Il s’agit d’étudier de manière approfondie les évolutions et transformations des élites, en particulier du personnel politique et administratif et, parmi celui-ci, d’inclure dans l’analyse les élites de « l’ancien régime » [1]. Il s’agit pour nous d’un point aveugle des analyses existantes, alors même que, nous le pensons, les élites sont au cœur des processus considérés. Plusieurs raisons motivent notre choix.

D’abord, parce que certaines fractions des élites ont joué et jouent un rôle majeur au cours du processus de changement de régime, tant pendant la courte séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011) qu’après (dans les gouvernements de transition, la Haute instance, les partis politiques d’opposition ou les organisations de la « société civile »). Ensuite, les élites sont un enjeu même du processus de changement de régime. Les élites incarnant l’« ancien régime », en particulier celles de l’époque Ben Ali, sont l’objet d’une attention publique particulière et d’un débat au sujet de poursuites et/ou de sanctions possibles. Elles représentent une dimension du débat sur les fins et les moyens de la « justice transitionnelle ». En outre, les élites sont des analyseurs privilégiés pour reconstituer un processus de changement de régime. La littérature sur les « révolutions » en a fait un indicateur clé de l’explication des changements, révolutionnaires. Charles Tilly, par exemple, invite à focaliser l’attention sur la compétition entre groupes d’élites pour le contrôle de l’État : c’est lorsqu’apparaissent des candidats ou des « coalitions de candidats au pouvoir, qui avancent des prétentions concurrentes au contrôle exclusif de l’État, ou d’une de ses composantes », qu’une « situation révolutionnaire » prend forme [2]. Theda Skocpol va encore plus loin en proposant de tenir compte du principe d’autonomie relative de l’État : celui-ci n’étant pas la pure projection des rapports sociaux et économiques, il convient d’introduire dans l’analyse les élites étatiques, susceptibles de former un ou plusieurs groupes d’acteurs, dont on peut supposer qu’ils joueront un rôle significatif au cours du processus [3]. Les travaux sur la « transition démocratique »[4] ont également porté leur attention sur le rôle des élites dans un processus de changement de régime. Si les différences entre les « révolutions arabes » et les transitions démocratiques dans les pays postcommunistes, dont plusieurs ont été fondées sur un pacte entre élites modérées de l’opposition et du régime, sont incontestables, l’expérience postcommuniste incite néanmoins à consacrer une attention nouvelle au jeu des élites et à leurs recompositions. Deux pistes principales sont poursuivies :

1) Sociologie des trajectoires des anciennes élites et gestion publique du passé

Il s’agit d’abord de prendre pour objet les « anciennes élites » politico-étatiques, soit les membres du personnel politique, gouvernemental et étatique durant la période autoritaire (dirigeants du parti-État, ministres, gouverneurs, dirigeants d’entreprises et de banques publiques en particulier). Cette étude comprend trois volets.

Le premier consiste à étudier le rôle joué par les anciens serviteurs du régime de Ben Ali au cours de la séquence révolutionnaire (17 décembre 2010-14 janvier 2011). À la différence des transitions démocratiques à l’Est de l’Europe où les élites réformatrices des partis communistes ont joué, dans plusieurs pays, un rôle premier, elles ont été laissées de côte dans les études menées sur la révolution tunisienne. Or, il s’agit pour nous d’un point aveugle qui peut se révéler un analyseur puissant des transformations en cours. L’érosion des soutiens dont bénéficiait le RCD a, par hypothèse, été un des moteurs de l’effondrement de ce régime : car, en ne cherchant pas à en défendre les structures, nombre de cadres du régime en ont sans doute précipité, par leur passivité, la fin.

Le second volet est une étude de la « gestion publique » des anciennes élites : quelles politiques sont-elles décidées les concernant ? Les autorise-t-on à concourir aux élections, à créer des partis politiques ? Quelles élites font-elles l’objet de procédures judiciaires ? Quelles sont les logiques qui sous-tendent les initiatives prises au nom de la « justice transitionnelle », etc. ? Ce faisant, comment ces multiples initiatives, qui apparaissent comme éclatées, non coordonnées, mais globalement motivées par l’intention de faire justice et de sanctionner, redessinent-elles les contours des « élites de l’Ancien régime » ?

Enfin, le troisième volet propose de mener une étude qualitative (une vingtaine d’entretiens ont déjà été réalisés avec d’anciens ministres, gouverneurs et dirigeants de banques publiques) et quantitative des trajectoires suivies par les représentants de certaines fractions des élites de l’Ancien régime. Il s’agit notamment de retracer les parcours après la séquence révolutionnaire : parcours d’apprentissage des règles du jeu démocratique, à travers la constitution de nouveaux partis politiques par exemple, ou bien parcours de reconversion dans les domaines universitaires, associatifs, économiques ou autres (communication et conseil politiques, fondations, justice transitionnelle, etc.). Il s’agit aussi, par la méthode de l’entretien approfondi, de restituer la tessiture subjective de la séquence post révolutionnaire mais aussi, à travers une étude quantitative, de mesurer le poids respectif des différentes trajectoires afin d’alimenter le questionnement sur l’ampleur du renouvellement des élites au cours du processus de changement de régime.

ghannouchi_mbazaa_560
Le président par intérim de la Tunisie Fouad Mebazaa (G) et son Premier ministre Mohamed Ghannouchi (D).
© RFI

2) Gouverner une/en transition

Un second axe, amorcé en 2011 par plusieurs entretiens réalisés avec d’anciens ministres ou en exercice, consiste en une étude des pratiques gouvernementales dans un contexte de transition. Elle porte sur les équipes des gouvernements Ghannouchi 1, Ghannouchi 2 et Essebsi. Conduite sans visée normative, consistant par exemple à évaluer la pratique gouvernementale en termes d’accountability, cette enquête entend explorer un impensé de la sociologie des changements de régime. Qu’est-ce que « gouverner une/en transition » ? Qui gouverne et avec quel personnel ? Comment les ministres forment-ils leur cabinet et leur entourage ? Comment gouverne-t-on, dans un contexte de forte incertitude et alors que la durée du mandat est limitée dans le temps ? Comment définit-on l’action de son ministère, quels moyens engage-t-on ? Comment assurer la continuité de l’État et de ses engagements (par exemple en matière d’infrastructures) dans un contexte d’effondrement de la légitimité politique et de remise en cause de l’autorité ? Comment les ministres se constituent-ils une légitimité à agir et incarner l’État en dépit des multiples contraintes auxquelles ils doivent faire face ?

***

Le caractère imprévisible et régional des mouvements contestataires qui ont éclaté dans plusieurs pays du « monde arabe » à la fin de l’année 2010 et en 2011, l’entrée de plusieurs d’entre eux (la Tunisie et l’Égypte en particulier), dans un processus de transition démocratique, ont suscité chez nous le projet d’étudier, dans une optique comparée, certains aspects de la « transition tunisienne » à la démocratie. Il s’agit de comparer d’une façon particulière, puisque notre projet est de procéder à l’étude d’un seul cas (la Tunisie) en mobilisant de façon privilégiée le savoir acquis à travers l’étude d’un autre cas, celui de l’Europe centrale et orientale en général, de la Pologne en particulier. D’une certaine façon, notre ambition se fonde sur une des méthodes comparatives telle que définie par Arend Lijphart, qui consiste à considérer une étude de cas comme « génératrice d’hypothèses » (hypothesis-generating) pour analyser une autre étude de cas [5]. La première peut générer des hypothèses, la seconde confirmer la pertinence heuristique de ces dernières[6]. Il convient ici de préciser qu’en aucun cas l’expérience est-européenne n’est considérée comme un modèle : elle représente bien plus une source originale de savoir et offre un ensemble d’outils conceptuels dont certains sont susceptibles d’être mobilisés pour analyser le cas tunisien. Force est de supposer qu’en retour, l’expérience tunisienne contribuera à discuter la pertinence de certains de ces outils et concepts.

Ce projet de recherche, ici décliné sur le terrain tunisien, donnera lieu à la constitution d’un réseau inter-magrébin et à la mise en place de recherches collectives et comparées. Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Jérôme HEURTAUX

est Maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Dauphine. Chercheur à l’IRISSO-UMR CNRS 7170 en détachement MAEE comme chercheur contractuel à l’IRMC .

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « Recompositions et reconversions des élites tunisiennes. Sociologie d’un changement de régime », Le Carnet de l’IRMC, 06 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1330

 


[1] Si nous avons choisi de commencer cette recherche en nous intéressant à un segment particulier des élites tunisiennes, nous ne souhaitons pas enfermer l’analyse dans une définition par trop restrictive de ce groupe. Nous estimons en effet devoir nous intéresser tant au personnel politico-administratif qu’aux élites sectorielles (universitaires, juristes, chefs d’entreprise…) et aux groupes sociaux dont elles sont issues. Sur les élites tunisiennes sous l’ancien régime : Geisser Vincent, Camau Michel, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences po, 2003

[2] Tilly Charles, 1993, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, Seuil, 289.

[3] Skocpol Theda, 1985, États et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard.

[4] Heurtaux Jérôme, Zalewski Frédéric, 2012, Introduction à l’Europe postcommuniste, Bruxelles, De Boeck, « ouvertures politiques ».

[5] Lijphart Arend, 1971, “Comparative Politics and the Comparative Method”, American Political Science Review, n° 65.

[6] Sartori Giovanni, 1994, « Bien comparer, mal comparer », Revue internationale de politique comparée, vol. 1, n° 1.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook