Archives par mot-clé : Sida

Théorie, objets et méthodes en anthropologie de la santé : l’exemple des travaux sur le sida

Quelle est la contribution de l’anthropologie aux sciences sociales ?

Telle est la question à laquelle Sandrine Musso s’est attachée à répondre. En effet, si l’objet santé n’est que très peu abordé par les SHS, il n’en reste pas moins d’un apport absolument indispensable au domaine. Croiser les regards permet ainsi aux disciplines de s’enrichir l’une l’autre. Il est, par exemple, évident que l’anthropologie de la santé a été d’une grande utilité dans la compréhension de l’épidémie d’Ebola. Cela permet de relativiser l’hégémonie de la médecine en termes de santé, qui est notamment un secteur d’enjeux économiques, politiques et socioculturels.

Sandrine Musso a présenté les recherches notoires dans le domaine dont ceux de Françoise Héritier qui a entre autres abordé le statut particulier du recours à l’anthropologie et à l’histoire sociale de l’épidémie, soulignant par là le caractère éminemment politique de cette maladie. Marc Augé, quant à lui, a participé à l’émancipation des catégories non pensées par la médecine. Ce dernier aborde les désordres biologiques comme des désordres sociaux. Enfin, Didier Fassin définit la santé comme un rapport du corps physique et psychique au corps social et politique. En effet, le corps est socialement et historiquement construit.

À la question qu’est-ce que la santé pour un anthropologue, Sandrine Musso argue tout d’abord que les systèmes médicaux sont toujours des systèmes culturels et qu’il s’agit d’un domaine d’enjeux de pouvoir et de légitimité avec des experts et des profanes. Ce sont des laboratoires de la globalisation, et la santé consiste aussi en une anthropologie de la globalisation.

Les sociétés élaborent des théories sur les origines du VIH/sida à travers la question du « pourquoi ? ». Ainsi, les anthro-pologues ont observé comment ces théories des origines mettaient en scène les conduites sociales perçues comme hors normes. Une des premières théories des origines du sida a été de penser que cette maladie provenait des « 4 H » : les héroïnomanes, les homosexuels, les hémophiles et les Haïtiens. Il y a donc eu un processus de mise en accusation en matière raciale qui a eu des répercussions importantes dans la prise en charge de la maladie en Haïti. En effet, cela a eu pour conséquence une sorte de déni de la maladie. Ces théories des origines, qui nous permmettent de percevoir des relations d’inégalités, de domination et d’injustices sociales.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Théorie, objets et méthodes en anthropologie de la santé : l’exemple des travaux sur le sida», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2225.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook