Archives par mot-clé : sciences sociales

École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

Lucas FAURE est doctorant au CHERPA - Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et Samia KOTELE est doctorante à l’Université Lyon 2 - École normale supérieure de Lyon. Ils ont tous les deux participé à l'école en décembre 2019.

Du 9 au 13 décembre 2019 s’est tenue, à l’IRMC, l’école doctorale « Les objets religieux au Maghreb et en Europe : quels enjeux contemporains ? Approches croisées XIXe-XXIe siècles », coordonnée par Katia Boissevain, Habib Kazdaghli et Oissila Saaidia [1]. Réunissant pendant une semaine une quinzaine de jeunes chercheur-e-s issu-e-s d’universités des deux rives de la Méditerranée, sous la supervision de professeur-e-s spécialistes du fait religieux, cette rencontre académique ambitionnait de faire dialoguer des recherches en sciences sociales autour de l’objet religieux. Plus qu’une série d’exposés, chaque doctorant-e a été tour à tour discuté-e et discutant-e, en binôme avec un-e chercheur-e confirmé-e, afin de promouvoir des échanges horizontaux, tout en s’appuyant sur les connaissances méthodologiques des chercheur-e-s encadrant-e-s. Nous proposons ici de restituer, dans les grandes lignes, les discussions tirées de ces cinq journées d’échanges, qui ouvrent des pistes de réflexions fécondes au moment de penser l’objet religieux dans son actualité.

Loin de le réifier a priori, les discussions ont cherché à en restituer les dynamiques propres in situ afin d’en faire rejaillir des logiques convergentes, mais également de différenciations voire d’oppositions marquées. En somme, comme le rappelait Katia Boissevain dans sa prise de parole inaugurale, l’objectif de cette rencontre consistait à dresser un
tableau de la diversité religieuse et de ses approches telles qu’elles se donnent à voir au Maghreb et en Europe.

Continuer la lecture de École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

Manon Rousselle est en volontariat international à l'IRMC depuis 2019, en charge des projets scientifiques et de la valorisation de la recherche.
Retour en image sur la présentation d’ouvrage de Karima Dirèche le 29 janvier 2020 dans la bibliothèque de l’IRMC.

Le 29 janvier 2020, Karima Dirèche, directrice d’études au CNRS (TELEMME) et ancienne directrice de l’IRMC, est venue présenter l’ouvrage sous sa direction, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, paru en 2019 aux éditions IRMC- Karthala. L’objectif de ce que plusieurs collègues ont appelé un « travail colossal » est de donner un aperçu multidimensionnel de l’Algérie contemporaine : les dynamiques qui ont traversé les trente dernières années et les enjeux actuels, dans une perspective analytique poussée.

Cet ouvrage regroupe une soixantaine de contributions, mettant en valeur aussi bien la jeune recherche que les chercheurs confirmés. Un tiers des contributeurs sont des collègues de l’Université algérienne. Lors de son intervention, Karima Dirèche est revenue sur les difficultés à travailler sur l’Algérie et sur la genèse de cet ouvrage.

Continuer la lecture de Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée

Amin Allal est chercheur CNRS en sociologie politique, affecté à l'IRMC depuis octobre 2017. Il est actuellement core researcher dans le programme européen "ERC DREAM". Ses recherches explorent la politique des classes populaires, en se concentrant sur diverses scènes d'interactions sociales telles que les mobilisations dans le monde du travail ou les programmes de «développement» orientés vers les «pauvres». Il s'appuie sur des méthodes qualitatives (ethnographie et entretiens non directifs) afin d'analyser l'action collective dans des contextes locaux comme les banlieues paupérisées de Tanger et Tunis, ainsi que la région minière de Gafsa en Tunisie.

Alors que depuis 2011, au Maghreb, de multiples « luttes sociales » se succèdent, aucun programme de recherche transversal ne prend à bras le corps la question de la centralité politique du travail, c’est-à-dire celle des recompositions des rapports au politique, en lien avec le travail effectué ou escompté. L’objectif de ce programme est précisément de repenser les formes de représentation des travailleurs, de saisir les rapports entre monde du travail et champ politique, de penser les tensions de la citoyenneté. Il vise, en effet, à examiner les mutations contemporaines des rapports au politique pour des sujets fortement dépendant d’une activité économique centrale. Partant des relations conflictuelles (protestations collectives, contre-conduites individuelles, etc.) mais aussi plus « ordinaires » ou routinières (rapport au patronat local, à l’administration ou à différentes agences publiques), j’étudie l’émergence des formes de citoyenneté dans ces contextes maghrébins.

Présentation générale

Pour aborder ces questions de façon comparative, nous avons, avec deux collègues du CNRS, Karel Yon et Samuel Hayat, pris l’initiative de créer un réseau pour encourager les échanges entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Grâce à cette équipe internationale, ont notamment été organisés un colloque international les 25 – 27 juin 2018 à Tunis [1],  plusieurs séances de séminaires et ateliers (notamment lors du congrès de l’Association Française de Science Politique à Bordeaux les 2 et 3 juillet 2019).

Le projet « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et politique (2019-2022) » [2] a obtenu un financement de la part de l’ANR qui a permis le lancement d’enquêtes et ateliers de travail. D’ailleurs, une enquête sur le déploiement d’une multinationale au Nord (Espagne et France) comme au Sud (Maroc, Tunisie) est actuellement en cours. Menée par huit membres de l’équipe, elle permettra de comparer les situations industrielles françaises, espagnoles marocaines et tunisiennes. Un atelier a été programmé les 6 – 10 juillet 2020, à l’occasion du congrès de l’Association Internationale de Sociologie de Langue française à Tunis.

Premier output de ce travail, le numéro « Mondes du travail : mutations et résistances » [3] de la revue Confluences Méditerranée, que j’ai codirigé avec Élisabeth Longuenesse et Michele Scala, est paru en 2019.

Ce programme de recherche reprend à son compte l’analogie fondatrice de la citoyenneté politique qui lie les citoyens à un État, pour la redéployer sur les problématiques du travail. Il ne s’agit pas d’en donner une vision enchantée, bien entendu, mais au contraire, de s’appuyer sur les ressources que donne l’étude critique du rapport entre les États et « leurs citoyens », pour enrichir le regard sur les rapports de travail et les rapports des travailleurs aux différentes autorités constituées. Cette analogie permet de mettre en lumière trois éléments qui constituent autant de sous-axes du programme de recherche.

Trois sous-axes de recherche

 Appartenances au travail

 Cette analogie de la citoyenneté indique que la relation de travail passe toujours par la constitution de collectifs, de communautés, de corps. Les individus y sont, certes, des sujets de droit, mais toujours définis par des relations d’appartenance à une communauté de production, mais aussi au territoire d’implantation de cette communauté, à la galaxie constituée par les chaînes de dépendance entre les travailleurs, leurs entreprises et d’autres, etc. Depuis 2015, je coordonne un travail en réseaux sur ces questions avec des collègues d’Algérie, du Maroc et de Tunisie.

Sujetion et citoyenneté

 Les individus, membres de ces collectifs créés par la relation de travail, sont, vis-à-vis de lui et des autorités diverses qui le créent, comme corps dans un rapport de sujets. Tout d’abord, ils y sont assujettis, c’est-à-dire dans un rapport de sujétion aux règles de ce corps mises en œuvre par ces autorités. Pour autant, ils sont dotés d’une certaine capacité d’action. De ce point de vue, l’analogie de la citoyenneté industrielle ouvre vers l’étude des formes de participation, de contestation mais aussi de représentation, de délégation, d’obligation que connaissent les travailleurs vis-à-vis de leur travail et des autorités auxquelles ils sont soumis en tant que travailleurs. Nous avons posé de premiers jalons analytiques sur cette question, en interrogeant de façon comparative la notion d’économie morale, grâce à l’ouvrage collectif, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières [4].

Les normes et règles de la citoyenneté

Enfin, par « citoyenneté industrielle », l’accent est mis sur le fait que ces formes d’appartenance, de sujétion et de participation sont éminemment réglées, normées. Les relations de production sont organisées par des règles de droit, des règlements intérieurs, des accords, une pratique usuelle de ces normes, parfois des coutumes. Et ces règles sont, comme dans la citoyenneté politique, à la fois le cadre et l’enjeu des relations entre travailleurs et entre les travailleurs et les autorités qui s’imposent à eux.

Ces trois entrées permettent de saisir, dans leur continuité, les rapports multiples qui organisent le processus de travail et l’inclusion des travailleurs comme groupe de sujets, à la fois soumis et agissants dans une communauté de travail réglée et normée. La recherche se déploie en plusieurs études de cas. À ce stade, nous avons avancé (individuellement mais aussi avec une équipe maghrébine constituée) sur l’enquête de terrain dans différentes régions sélectionnées (Kasserine, Gafsa, Grand Tunis, mais aussi Ghardaïa en Algérie et Tanger au Maroc). Je mène, depuis trois ans, des investigations, par observations in situ et par entretiens dans plusieurs gouvernorats sur des situations de travail contemporaines, notamment des usines qui ont connu des mobilisations ces dernières années, mais aussi plus anciennes (travail d’archives sur le fonds de la Compagnie des Phosphates de Gafsa).

[1] Les actes de colloques sont en cours de publication dans la revue Critique Internationale.

[2] Projet IRMC mené en partenariat avec le laboratoire CERAPS et l’Université́ de Lille.

[3] ALLAL Amin, SCALA Michele, LONGUENESSE Elisabeth, 2019, « Mondes du travail : mutations et résistances », Confluences Méditerranée, n° 111. [En ligne ici]

[4] ALLAL Amin, CATUSSE Myriam, BADIMON Montserrat Emperador, 2018, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica ».

Présentation de programme de recherche initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien : La Revue Tunisienne des Sciences Sociales

Entretien avec Abdelwahab BOUHDIBA et Kmar BENDANA

 

Entretien réalisé en 1995 et repris en septembre 2019 pour La Lettre de l’IRMC.

L’entretien qui suit aborde l’histoire et le fonctionnement de la troisième revue de sciences humaines et sociales créée dans l’université tunisienne. Les deux entretiens précédents ont concerné Les Cahiers de Tunisie et  la Revue Tunisienne de Droit.

Abdelwahab Bouhdiba est professeur de sociologie et spécialiste de la civilisation islamique. Après avoir dirigé le département de sociologie de l’Université de Tunis et le Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES) entre 1972 et 1992, il est nommé à la tête de l’Académie Tunisienne des Sciences des Arts et des Lettres (Bayt al Hikma) de 1995 à 2010. Cet entretien a été effectué en 1995. 

Portrait d’Abedlwahab Bouhdiba – Source : http://www.sudeditions.com/fr/auteur/abdelwahab-bouhdiba

 

Kmar Bendana : Vous avez été directeur de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales de 1972 à 1990, pendant une période assez longue pour qu’on y décèle une évolution.

Abdelwahab Bouhdiba : Cette revue a été créée pratiquement en 1963-1964, sous la direction de Monsieur Mustapha Filali, un homme admirable, syndicaliste, écrivain, professeur, homme politique d’une grande ouverture d’esprit et d’un grand courage intellectuel. A lui, avait été confiée la tâche de mettre en place le CERES, et très vite, autour de lui nous avions pensé qu’il était nécessaire de donner au CERES, un organe d’expression. J’ai tenu à ce qu’on appelle cette revue : Revue Tunisienne de Sciences Sociales

KB : Le titre de la revue, c’est donc vous qui l’avez donné ?

AB : Oui ; par cette dénomination nous voulions prolonger La Revue Tunisienne. Historiquement, ce sont Les Cahiers de Tunisie qui ont pris la suite de La Revue Tunisienne, mais nous voulions revendiquer l’esprit de cette dernière, extraordinairement ouvert : des chercheurs amateurs, savants, hommes politiques, administrateurs et techniciens ont rencontré en Tunisie un ensemble de problèmes, dont certains à caractère social très marqués, avec autant de profondeur qu’ii était alors possible de le faire et ils ont essayé de les traiter. La Revue Tunisienne de Sciences Sociales a été l’organe d’expression du CERES. Or, ce dernier a été créé pour répondre à des besoins de la société et de l’Etat tunisiens. A l’indépendance, la Tunisie avait mis en place une politique de développement et avait besoin d’études ; le CERES – Centre de Recherches et d’Etudes Économiques et Sociales – devait fournir à l’administration, aux planificateurs et décideurs tunisiens, les outils et les informations qui leur permettraient de mieux choisir. Mais, très vite, les difficultés et le divorce entre l’Université et les gestionnaires du domaine politique et administratif sont apparus. Nous n’étions pas sur la même longueur d’ondes et les universitaires n’étaient pas disposés à aller dans le sens préalablement tracé par des choix à caractère administratif ou politique. L’universitaire entendait s’en tenir à un champ d’investigation plus libre, plus ouvert, académique et scientifique avant toute chose.

KB : Ne pensez-vous pas qu’ii était utopique de créer une sorte de bureau d’études aussi scientifique fût-il, au service d’une politique, aussi généreuse pût-elle être?

AB : Utopique non. La meilleure preuve est que les services que nous n’avions pas pu fournir à l’administration tunisienne, celle-ci a pu immédiatement les trouver auprès d’un ensemble de bureaux d’études, venus essentiellement de France, pour répondre, dans des délais fixés, selon un protocole établi à l’avance, à des questions très claires des planificateurs tunisiens. Il y a eu, dès le départ, divergence au niveau de l’orientation à donner à la recherche scientifique.

D’autre part, nous autres jeunes universitaires, ayant apporté notre contribution à l’œuvre d’’indépendance (nous avions milité dans le cadre du parti au pouvoir ou dans l’opposition dans les mouvements politiques de jeunesse ou autres), avions la prétention d’avoir une mission à remplir. Là était peut-être l’utopie. Nous pensions avoir un rôle à jouer, non pas en choisissant à la place des décideurs mais en pesant au moins sur l’événement. Comment le faire sinon en fournissant des informations inédites, contrôlées, objectives et de première main, une analyse de la situation économique, sociale et culturelle de la société tunisienne telles que les instruments d’investigation démographiques, sociologiques, anthropologiques, géographiques ou autres pouvaient nous permettre d’y accéder ? Que cela fût difficile, certes ! J’ai eu à en faire l’amère expérience en acceptant de diriger un moment un Bureau de Recherches Sociologiques intégré au Plan. La divergence des orientations a très vite épuisé le capital de bonne volonté investi dans cette recherche sollicitée mais guère agréée…

KB : Et comment se définissait la revue dans le vaste projet de la recherche au CERES ?

AB : La revue, organe d’expression du CERES, devait mettre dans le domaine public, à la disposition des étudiants, des lecteurs, des chercheurs, des administrateurs, le fruit de la recherche accomplie. Nous ne voulions pas d’un travail pour qu’il reste dans les tiroirs. N’oublions pas non plus la grande soif qu’avait la société tunisienne de se connaître et de s’informer sur elle-même : les recherches étaient extrêmement rares ; celles qui étaient disponibles, avaient été faites dans un contexte colonial ou étranger. Elles avaient vraiment besoin d’être sinon remises en question, en tout cas contrôlées, approfondies ou justifiées, selon le cas. Ecrire, publier, chercher sont les trois aspects de l’opération de s’appréhender et de se connaître. Mus par un souci d’authenticité, nous pensions jouer un rôle positif : accomplir une recherche de l’intérieur. Nous étions fermement convaincus que la recherche ne peut être faite par procuration. Elle devait être authentique, fondée mais autonome dans ses méthodes d’investigation et dans ses appréciations. Elle devait permettre le dialogue et la coopération avec des chercheurs non tunisiens. Ainsi, les équipes multidisciplinaires et les équipes internationales ont pu se constituer et beaucoup de recherches du CERES ont été faites, surtout au début, avec des amis et collègues français.

KB : Vous parlez de recherche intérieure et interne ; en épluchant les sommaires de la Revue Tunisienne des Sciences Sociales, on voit apparaître en 1967-1968 une dimension maghrébine et vers les années 1974 une ouverture plus mondialiste. Celte recherche de « nationaux » est doublée d’un mouvement vers l’extérieur.

AB : Les choses se sont calmées très vite. La demande de l’Etat tunisien s’est faite plus rare, celui-ci préférant alors se fournir, pour l’essentiel de son information, auprès des sources « étrangères ». Nous avons alors envisagé, dès la fin des années 1960, engager nos recherches dans une perspective plus « universitaire » tout en restant engagés. Entre-temps, la direction avait changé. M. Mustapha Filali était parti pour d’autres responsabilités ; après un bref intermède avec M. Chédly Ayari puis M. Mahmoud Seklani, j’ai pris la relève début 1972 sur d’autres bases : nous avons analysé l’expérience des dix années passées pour essayer de mettre en place des objectifs différents et une dynamique nouvelle.

KB : Une recherche plus « pure »… ?

AB : Une recherche tout aussi engagée, ancrée sur les problèmes tunisiens, mais plus décontractée. La fibre nationaliste, l’enthousiasme débordant, l’émotion saine n’avaient plus de raison d’être. Nous sommes entrés dans une dynamique nouvelle pour une recherche académique universitaire mais qui essayait de coller à la société tunisienne. Nous allions multiplier les colloques et les rencontres qui trouvaient souvent leurs traces ou leur profondeur dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales. Le social était à la fois objet et sujet de recherche, il ne pouvait cependant y avoir de recherche tunisienne au sens étroit du mot ; celle-ci devait rayonner et déboucher sur d’autres horizons : maghrébine, arabe, africaine, méditerranéenne et européenne.

KB : Quel rôle avez-vous tenu dans cette revue ? Concepteur, arbitre ou animateur ?

AB : Animateur : certainement. Dans la mesure où cette revue exprimait des recherches faites dans le cadre du centre. Le choix des programmes était le fruit d’une double initiative ; l’essentiel était proposé par les chercheurs qui n’épousaient pas forcément le point de vue officiel, ne cherchaient pas à répondre aux préoccupations administratives, avaient leurs propres intérêts. Un comité de synthèse se réunissait pour mettre au point les thèmes de recherche, très variés du point de vue des disciplines, de la méthodologie mise en œuvre et des préoccupations. En tant que directeur, je prenais de très larges initiatives, en proposant des thèmes, que l’on pouvait retenir ou non ; la plupart du temps, au nom de la liberté universitaire, les chercheurs préféraient s’en tenir à leurs propres projets. J’ai très fréquemment reçu des demandes de l’administration, ou d’organisations internationales (UNESCO, PID, OMS, UNICEF) ; tel service ou office sollicitait une recherche (pour l’étude de la séance unique, les horaires de l’administration, le tourisme intérieur, la délinquance juvénile, l’exclusion sociale, l’alphabétisation fonctionnelle, l’encadrement de l’agriculture, l’industrialisation, la carte scolaire….). Ces thèmes recueillaient parfois l’adhésion spontanée d’un chercheur, sinon nous demandions des concours extérieurs. Pendant la période à laquelle vous faisiez allusion, il y avait les chercheurs permanents, nommés et affectés à temps plein au CERES, et les chercheurs associés, c’est-à-dire nos collègues des Facultés qui venaient, par contrat, faire des recherches à l’intérieur du CERES. Ce fut une période d’explosion extraordinaire où des chercheurs de tous bords, des littéraires, des théologiens, des psychologues, des historiens, des archéologues, des juristes, des économistes… ont apporté leur précieux concours. Les rencontres internationales, associaient des parties maghrébines : il n’y avait pratiquement jamais de rencontre sans une participation algérienne, marocaine voire libyenne ou mauritanienne ; nous avons associé des collègues japonais, africains, américains, sans oublier nos amis européens. Tout cela débouchait comme produit fini dans la revue. Mais très vite, il était apparu nécessaire de mettre un certain nombre de critères qui permettraient à la revue de sortir avec un minimum d’harmonie : nous avions des recherches qui allaient de 7 à 700 pages et nous ne pouvions pas, dans la même revue, publier des contributions aussi inégales par la longueur. Nous avons donc décidé d’un minimum d’étendue ; pour les articles de plus de 50 pages, les textes devaient sortir dans des brochures ou des livres autonomes.

KB : La Revue tunisienne de Sciences Sociales a déterminé les autres publications du CERES ?

AB : Absolument ; d’elles étaient sortis Les Cahiers du CERES, les mémoires, des publications hors série, les actes extrêmement divers, dans les contenus et les formes. Mais nous avons tenu également à ne publier que les sciences sociales. Les textes à caractère littéraire, historique, (sur l’histoire de l’Antiquité par exemple) ou théologique ont été publiés dans des supports indépendants de la Revue tunisienne de Sciences Sociales.

KB : Cela n’empêche pas ces disciplines d’être présentes dans la revue

AB : Pas autant que si nous avions laissé la bride sur le cou… Car beaucoup de nos collègues appartenant à d’autre disciplines que les sociales avaient des difficultés à travailler, à produire et à publier

KB : Si vous n’aviez pas tenu le vecteur « sciences sociales » comme prioritaire, la Revue Tunisienne de Sciences Sociales aurait-elle été différente ?

AB : Elle aurait été très dispersée. Elle aurait été constituée de mélanges sur le vaste domaine des sciences humaines. Nous nous en tenions pour l’essentiel à la sociologie, la démographie, la linguistique et aux sphères immédiatement voisines.

KB : Avec un grand nombre de numéros spéciaux !

AB : Les numéros spéciaux sont à part ; c’est une « ficelle » de gestionnaire qui permet, lorsque le retard s’accumule et qu’il n’y a pas de texte prêt pour couvrir la revue, de sortir des numéros sur un thème spécialisé, ou les actes d’une rencontre organisée par le CERES sous forme d’un numéro, double, triple ou quadruple, selon les besoins les plus urgents.

KB : Une remarque de lectrice et usagère de la revue : la place du travail documentaire et bibliographique est relativement faible : les index divers, les recensions d’ouvrages, les comptes rendus sont absents, il n’y a pas de tables non plus. Quelle est l’explication ? En aviez-vous débattu au sein du comité de rédaction ?

AB : Nous en avons beaucoup débattu ; je pensais qu’une revue devait suivre la production internationale, qu’il n’est pas normal que des livres majeurs paraissant en Tunisie ou en Europe, intéressant notre champ d’investigation ne trouvent pas d’écho dans la revue. Mais il y avait une difficulté : était-il possible de suivre systématiquement cette production ? Ce que nous avons eu entre les mains, ce n’était pas un tableau suivi et continu mais une certaine production intellectuelle qui intéresse nos domaines. Dans ces conditions là, sortir une note de temps à autre, de façon épisodique faisait perdre tout intérêt à cette publication.

KB : Entre le « tout ou rien », vous avez choisi le « rien » ?

AB : C’est qu’en fait, nous étions très proches de ce « rien » et dans ces conditions, mieux valait laisser la revue exprimer, purement et simplement, les recherches menées dans le Centre plutôt que d’essayer, épisodiquement, de monter en épingle telle publication alors que d’autres, plus importantes n’étaient pas analysées. Je considère maintenant que c’était un grand manque mais je ne dis pas que c’était une erreur, c’est tout ce que nous pouvions faire à cette époque ; c’était cependant un grand vide parce que des revues scientifiques comme Les Archives Sociologiques des Religions, L’Année Sociologique ou Les Cahiers Internationaux de Sociologie etc. non seulement produisent, mais informent sur ce qui a été produit par ailleurs. Mais Les Cahiers de Tunisie étaient à peine mieux logés que nous !

KB : Vous venez de résumer les ambitions de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales : d’un côté très tunisienne par les articles, et se revendiquant mondialiste ou internationaliste sur le plan de la documentation et de l’information bibliographique. N’est-ce pas un tiraillement difficile à vivre ?

AB : Peut-être. Mais comment se développe une science et surtout une science sociale sinon à partir d’un objet et d’une méthodologie ? L’unité d’une discipline est celle de sa méthodologie ; son ancrage dans un moment historique déterminé se fait à travers son objet. Nous n’avions pas la prétention d’inventer une méthodologie, ni d’inventer des techniques d’investigation mais de contribuer à les faire évoluer… Je crois qu’il y a une universalité de la méthode qui doit être appliquée d’une façon ou d’une autre, pour mieux saisir le contexte que nous nous proposons d’étudier. Notre ambition n’était pas tellement de faire avancer la sociologie ou la démographie, que de mieux connaître notre société, par l’intermédiaire de méthodes éprouvées : c’est une des limites de notre action dans le cadre du CERES et de mon apport personnel en tant qu’enseignant de sociologie. Il fallait- et il faut encore- accumuler les recherches empiriques en Tunisie et sur la Tunisie, procéder à une relecture de notre société, ne pas nous contenter de la vivre immédiatement, avec naïveté, mais la lire avec un regard second, avec réflexion et analyse pour essayer de corriger les erreurs énormes, a priori, et préjugés qui ont été répandus par la recherche de type colonial, d’avertir les responsables de l’impossibilité de considérer la réalité humaine tunisienne comme interchangeable à n’importe quelle autre. Le planificateur n’agit pas sur l’économie par l’intermédiaire de l’économie, il agit sur des hommes qu’il faut connaître, dont il faut prendre le pouls et apprécier leurs dispositions à faire évoluer leur propre système : s’ils n’y sont pas disposés, celui-ci ne changera pas. Intervenir sur la société tunisienne, c’est avoir affaire à une réalité historique, culturelle avec laquelle il faut prendre la précaution minimale de la connaître !

KB : Pourquoi ce choix théorique de l’empirisme n’a-t-il pas prévalu aussi en matière d’information immédiate, sur ce qui s’écrivait sur la Tunisie et en Tunisie au moins ? Pourquoi ne retrouve-t-on pas dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales l’écho de la production sociologique sur la Tunisie pendant ces trente années ?

AB : Nous ne pouvions guère organiser d’une façon rationnelle, didactique et suivie cette information. La bibliothèque du CERES est très riche, mais elle n’est pas systématique. Les acquisitions viennent avec un certain retard et ne couvrent pas la totalité d’un champ. Nous avons pu rassembler des thèses, des publications nationales, maghrébines, européennes etc. Mais si vous prenez, dans un domaine particulier, la sociologie de l’Islam ou la psychosociologie de l’entreprise, vous ne trouverez pas une documentation complète. Le livre circule mal en Tunisie. Par le recours à un ami, un professeur ou un voyageur ; la bibliothèque s’enrichit par à-coups, sans ventilation chronologique régulière des publications qui permettent de couvrir un certain champ. C’est la raison essentielle qui nous a fait renoncer à la rubrique « Recensions ». Je dois ajouter aussi que les chercheurs n’avaient pas manifesté d’intérêt pour cette rubrique. Et pourtant ils étaient quelque quarante « permanents » ! Je publiais mes propres recensions dans Les Cahiers de Tunisie, plutôt que dans la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, parce que cela n’a pas de sens de publier, de temps à autre, trois pauvres petits comptes rendus… J’avais pensé également à tenir d’autres rubriques : la chronologie des événements de notre société, des statistiques, signaler des études, des travaux de recherche, des thèses, des doctorats, quelque chose qui soit digne d’un niveau scientifique…

KB : A travers les 115 numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, on constate une absence de thématique générale. Quand on compare ses sommaires, à ceux des autres publications (Les Cahiers du CERES, colloques), on trouve des unités disciplinaires et non thématiques. Cet éclatement dans les thèmes était-il consciemment ressenti dans les coulisses de la revue ?

AB : Certainement et cela est lié à l’évolution en zigzag du Centre. Dans les études et recherches économiques et sociales, les disciplines (sociologie, démographie, économie, géographie) sont très étroitement imbriquées : la linguistique a été ajoutée en cours de route, avec notre éminent et regretté collègue Salah Garmadi… Puis est venue une autre étape, après 1972, où nous avons choisi d’encourager systématiquement la recherche dans les sciences humaines ; les facultés n’étant pas à ce moment-là équipées pour la mener, on a confié au CERES la tâche de l’organiser. Nous sommes passés de cinq à dix sections avec l’histoire du mouvement national, la littérature, les études islamiques…

KB : 1972, c’est la date de votre arrivée.

AB : Le CERES n’était plus limité à douze ou quinze chercheurs , il s’était enrichi d’à peu près cent-vingt collaborateurs qui venaient, sous contrat, faire de la recherche, il y a eu des tentatives de créer d’autres revues, sans grand résultat : un seul numéro de la Revue des Etudes Juridiques a vu le jour ; à la suite d’un projet de créer une revue des études littéraires, des conflits et difficultés avec Les Cahiers de Tunisie  et la faculté sont très vite apparus etc. Nous avons maintenu la Revue Tunisienne de Sciences Sociales comme expression des recherches qui sont menées au centre et beaucoup y étaient en effet menées mais publiées ailleurs, parce que leurs thèmes, leurs sujets s’intégraient très mal avec une revue dont on essayait de maintenir, malgré tout, l’unité. L’unité des thèmes n’apparaît vraiment que dans nos colloques parce qu’un colloque est délibérément organisé, bâti, structuré, autour d’un thème interdisciplinaire qui fait appel à des spécialistes de tous bords, des coopérations internationales ; un colloque est un carrefour, une rencontre, mais il y a au départ une unité de thème, tels que l’exclusion sociale, le rôle de l’université, les problèmes culturels de développement, le bilan du développement, les rencontres islamo- chrétiennes… La publication de la revue répondait à des préoccupations différentes.

KB : Quels étaient les protocoles laborieux au sein de la revue ? Avec cent-vingt chercheurs, comment s’organisait le travail du comité ?

AB : L’unité de base, c’était la section, avec un chef de section. A l’intérieur de celle- ci, une procédure d’évaluation collégiale et collective choisissait le thème ; l’avis de la section valait aussi pour les invitations, pour les diverses manifestations et pour la publication.

KB : Une sorte de mini-comité scientifique ?

AB : C’était un comité scientifique. Une première lecture entre collègues déterminait si la recherche pouvait être admise ou s’il fallait un complément de travail.

KB : Il existait donc un palier de sélection à l’intérieur de chaque section ?

AB : Oui. Venait ensuite le comité d’évaluation, composé des chefs de sections et du directeur du CERES qui examinait les textes présentés par les comités de section. C’est là que se faisaient, soit l’adoption définitive du travail, quand il ne posait pas de problèmes, soit la désignation d’un comité de lecture restreint, pour tel ou tel texte ; par la suite, comme le CERES avait évolué, le comité de programmes et d’évaluation ayant devant lui des textes et des orientations très divers, on a dû constituer un comité de lecture.

KB : Pourquoi la revue n’a pas éprouvé le besoin de rendre ce comité de lecture visible par le lecteur ?

AB : Ce comité de lecture n’était qu’un comité technique donnant au comité de programmes et d’évaluation puis au conseil scientifique, un avis sur la publication. Dans la mesure où la décision finale était prise par le comité de direction ou conseil scientifique, c’est à celui-ci qu’appartenait la responsabilité ultime.

KB : Est-ce que cela n’a pas contribué à rendre la Revue Tunisienne de Sciences Sociales absolument confondue avec le CERES ? Ne pensez-vous pas que ces méthodes ont fait que la revue n’a pas pu constituer un secteur autonome, avec des protocoles de travail indépendants du fonctionnement général de l’institution dont elle faisait partie ?

AB : Ce qui a prévalu, c’est que la revue publie d’abord les recherches faites au sein du CERES. Mais nous avions plus de productions scientifiques que ne pouvait en supporter la revue, même si, par moments, la synchronisation n’était pas au point (nous avions des interruptions, les textes n’arrivaient pas à temps, il y avait parfois un retard financier ou administratif dans la publication de la revue) ; l’un dans l’autre, la masse des travaux à publier dépassait la capacité de la revue, d’où un certain nombre de textes publiés ailleurs. Nous autorisions des chercheurs, appartenant à des sections qui ne font pas partie du « noyau dur » du CERES, à publier dans toutes sortes de supports : dans Les Cahiers de Tunisie, Ibla, La Revue de Théologie, Al Fikr, … Je dirais que le CERES c’est la Revue Tunisienne de Sciences Sociales plus les autres publications, les liens entre la revue et le CERES étant des plus intimes.

KB : Qu’a apporté la Revue Tunisienne de Sciences Sociales à l’enseignement des sciences sociales en Tunisie ?

AB : Il faut dire les choses telles quelles sont : nous avons très peu contribué à faire évoluer l’enseignement. D’abord parce qu’un grand débat a envenimé les rapports entre le CERES et facultés, celui de savoir si les chercheurs permanents du CERES ont ou non le droit d’enseigner dans les facultés et de diriger des travaux de recherche. Les facultés demandaient à contrôler les travaux de recherche qui se faisaient en leur sein, et la Faculté des Lettres et Sciences Humaines était particulièrement attachée à ce principe dans la mesure où un certain nombre de collègues du CERES n’étaient pas passés par les « fourches caudines » des recrutements nationaux. Nous ne pouvons cependant pas dire que la contribution était nulle : d’abord et pendant quinze bonnes années, grâce au statut de stagiaire de recherche, des étudiants étaient intégrés aux recherches ; la plupart des sociologues ont fait du terrain en tant qu’étudiants grâce au CERES. De plus et malgré les difficultés administratives, des étudiants de sciences sociales, de géographie, d’histoire, étaient recrutés pendant les trois mois d’été pour participer à nos recherches. De plus en plus, les facultés avaient du mal à faire faire du terrain à leurs étudiants ; même le mémoire de recherche obligatoire pour les étudiants de sociologie a été supprimé par la suite, vu le nombre croissant des étudiants. A partir du moment où les facultés n’étaient plus en mesure d’envoyer des sociologues et des géographes sur le terrain, seul le cadre du CERES permettait d’en faire. Deuxièmement, nos rencontres (il y en avait de toutes sortes, c’était une véritable « industrie » : j’en ai organisé plus de 120 pendant !e mandat que j’ai effectué au CERES), mobilisaient un public estudiantin très curieux, très actif. Nos équipes participaient à des rencontres, des colloques et des séminaires, qui drainaient un très large public ; une de celles qui m’a demandé le plus d’effort en m’apportant finalement satisfaction, a été la rencontre internationale Défi à la philosophie, Défi de la philosophie qui a rassemblé, face à une pléïade de très grands noms français et arabes, jusqu’à plus de 500 participants qui étaient nos étudiants et nos jeunes collègues. Il y avait, à ce moment-là, une soif et un désir de connaître alors que les manifestations culturelles se comptaient sur les doigts, et n’étaient pas aussi abondantes qu’aujourd’hui. Nous répondions à un véritable besoin de culture, de connaissance, d’approfondissement d’une manière timide, indirecte, je vous l’accorde, épisodique aussi ; mais nous avons quelque peu aidé de nombreux étudiants à être au diapason de la science telle qu’elle devait être.

KB : Concernant la vie matérielle de la revue, quels étaient les moyens pour la faire ? Quelle était sa place dans le budget ? Celui-ci était-il géré par l’administration du CERES ou par le comité de rédaction de la revue ?

AB : Le comité scientifique définissait l’ensemble du budget. La pratique normale de toute administration était de nous proposer un budget sur la base de nos propres prévisions. Après quoi, les instances de tutelle procédaient à des laminages successifs. Pour l’ensemble de nos publications, nous avons une enveloppe qui nous permettait de sortir quatre numéros de la revue et, selon les années, entre quatre à dix publications. La priorité était à la revue et il nous arrivait, en cas de besoin, de demander un concours extérieur. Lorsque, pour organiser un séminaire il nous arrivait de bénéficier de l’aide d’une instance internationale, d’une organisation non gouvernementale ou d’un pays ami, nous ne manquions pas de prévoir dans le « budget » extérieur un petit quelque chose pour la publication des Actes. Mais la revue, c’était le budget interne du CERES et elle avait toute priorité.

KB : Qui gérait les problèmes de fabrication, de correction, d’imprimerie ?

AB : C’était notre grand problème. Il existe toujours un service spécialisé de publication, des gens admirables, qui faisaient des heures supplémentaires non rémunérées et en quantité incalculable, des gens qui étaient « au four et au moulin », et qui étaient utilisés à mille tâches.

KB : Ils faisaient partie de l’administration ou de l’équipe scientifique ?

AB : De l’administration, ils s’occupaient de tout ce qui est fabrication, production, suivi. Pour la correction, des personnes recrutées sous contrat, procédaient à deux premières lectures ; la dernière correction qui aboutit au « bon à tirer » était donnée par le chercheur. Je dois dire que c’est la partie qui m’a donné le plus de ma! et le plus de difficulté : très souvent, ii m’est arrivé de retirer moi-même les textes, de m’apercevoir que des choses invraisemblables passaient dans la revue. Nous n’avons jamais pu avoir un contrôle sérieux par l’équipe rédactionnelle qui s’en remettait à cette équipe administrative alors qu’elle n’avait ni les compétences scientifiques, ni le temps nécessaires. Ce travail n’a jamais été fait dans les conditions optimales ; là était notre plus grande faiblesse.

KB : Il n’y a pas que chez vous que cela se passe de la sorte.

AB : Oui, mais si c’était à refaire, je me demande si j’aurais maintenu une publication dans ces conditions-là…

KB : Le catalogue des publications de la revue fait état de l’épuisement des dix-huit premiers numéros. Serait-ce un signe de succès puis d’une baisse de l’audience de la revue ? Comment interpréter ces données ?

AB : Le tirage se faisait au « pif » : au moins deux mille. Le plus gros était trois mille, parfois nous sortions à cinq mille. Le numéro 100 est sorti à cinq mille exemplaires. Il renfermait de très belles signatures, de très bons articles, il avait été soigneusement préparé. Les autres numéros de la revue et nos publications m’ont posé des problèmes rencontrés ailleurs : il existe certainement un lectorat potentiel pour nos publications, mais nous ne savions pas comment le toucher ; nous n’arrivons pas à le faire. Nous vendons une centaine d’exemplaires chez les dépositaires. Faut-il laisser s’empiler les tirages nos dépôts ? Faut-il essayer de trouver des lecteurs ? Après tout, nous écrivons, nous rassemblons, nous administrons, nous éditons, ii ne faut pas quand même nous demander de nous transformer en marchands. Nous ne savons pas vendre ; je n’ai jamais su pourquoi tel livre se vend et pas un tel autre. C’est un mystère. La Revue d’Etudes Juridiques qui est restée un unicum a été épuisée en un mois. Est-ce- qu’elle répondait à un besoin ? Est-ce-que le directeur de la section à l’époque a fait du porte-à-porte ? J’ai recruté quelqu’un qui, avec sa voiture, sillonnait la Tunisie ; il nous a vendu des milliers d’ouvrages à travers le pays. Simplement, je n’ai jamais pu le rémunérer correctement : l’administration qui a ses propres régies ne le permet pas ; il est donc parti. J’ai pris la décision d’organiser un service des échanges et qui procédera à une distribution gratuite. Nous avions une liste de 700 correspondants ; dès qu’un livre sortait, nous l’envoyions aux quatre coins du monde, à nos frais… On expédiait à Karachi, à Buenos Aires, dans les bibliothèques parisiennes, africaines, tunisiennes et les centres de recherche. Le reste parlait en deux, trois ou quatre ans, au hasard des conjonctures, il est normal que les toutes premières livraisons soient épuisées.

KB : Parce que les chiffres de tirage étaient moins importants, ou parce que la soif était plus grande ?

AB : Le temps passant par là, les publications sont épongées progressivement. Une bonne publication doit partir en un an ; il y en a qui, parfois, mettaient quatre ans à partir. Certaines livraisons étaient épuisées très rapidement et il nous est arrivé de recevoir des commandes qui nous laissaient rêveurs : cinq milles exemplaires pour tel livre de théologie par exemple !

KB : Les problèmes de fabrication de revue sont un maillon parlant de la difficulté de mener une revue depuis sa conception, dans sa réalisation et jusqu’à son arrivée au lecteur puis son écho.

AB : Ma conviction aujourd’hui est qu’il y a des professionnels de la vente des livres et il faut leur faire confiance.

KB : Mais pas de la revue !

AB : Ils peuvent faire la même chose pour les revues et il faudrait les y engager. C’est pour cela que si j’avais à refaire cette expérience, avant de créer une revue, je m’entendrais au préalable avec un éditeur pour tracer une politique éditoriale, qui n’est pas forcément celle d’un centre de recherche.

KB : Dans votre parcours de directeur de revue, vous seriez passé d’un Etat commandeur à un éditeur demandeur ?

AB : Exactement ; parce que la situation n’est plus la même. A l’époque, qu’y avait-il comme maison d’édition ? L’Etat : une maison d’édition non soutenue par l’Etat ne pouvait pas démarrer. Aujourd’hui, il y a une crise du livre qui a créé au niveau de la société tunisienne de nouvelles préoccupations. Parmi les éditeurs de la place, certains ont émergé, il faudrait les aider à survivre, car « s’ils vendent leurs chemises », nous sommes tous acculés à le faire. L’idée – à l’époque, je ne pouvais pas même pas en prendre conscience parce que la conjoncture était autre qu’aujourd’hui – est qu’il faudrait miser sur ce type de professionnel. Que leur statut soit étatique, semi-étatique, etc. ; c’est une autre question. Le problème en Tunisie est que l’Etat a trop étatisé le commerce du livre.

KB : Mais est-ce que la recherche est en situation de demande éditoriale ?

AB : Non.

KB : Croyez-vous que la solution est dans le fait de trouver un éditeur ?

AB : C’est à voir ! C’est une voie à explorer avec beaucoup d’attention et d’espoir.

KB : La recherche n’est pas un produit de consommation…

AB : Non, pas du tout. Je me suis même demandé parfois si, pour nous autres pays du Sud, ce n’était pas un luxe. Mais c’est une idée que je refuse parce que si je l’acceptais, je rentrerais chez moi. Il faut croire, continuer à œuvrer, à travailler et essayer de trouver des solutions. Je dois dire qu’avoir sorti cent quinze numéros de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales, c’est une performance.

KB : Que vous fait la disparition de la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

AB : Elle me chagrine parce que, vous savez, une bonne partie de ma vie ma vie se confond ou presque avec le CERES ; l’effondrement de ce qui a été construit patiemment avant tant de collègues admirables me chagrine profondément. Dans la masse des publications que nous avons faites, certaines ont un niveau international Nous avions aussi tissé un réseau d’amitiés intellectuelles et de coopérations internationales avec des partenaires très exigeants. C’est là un acquis. Faut-il qu’il se perde ?

KB : Est-ce qu’on pourrait sauver le CERES par la Revue Tunisienne de Sciences Sociales ?

AB : Je ne sais pas, les choses, comme on dit, ne me « regardent plus », même si je continue dans le secret à bien les regarder !

Entretien initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, mai-septembre 2019 et sur le blog Histoire culturelle de la Tunisie contemporaine de Kmar Bendana le 5 novembre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Semaine méthodologique en sciences humaines et sociales à l’intention des étudiants libyens

Atelier d’écriture scientifique et de méthodologie en sciences humaines et sociales, du 4 au 8 mars 2019, IRMC-Tunis

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de la valorisation de la recherche
Ouverture du workshop le 4 mars 2019 © Simon Engelkes (KAS)

Du 4 au 8 mars 2019 s’est déroulée une semaine de formation de
méthodologie et d’écriture scientifique en sciences humaines et sociales à l’hôtel Sidi Bou Saïd pour dix-huit étudiants libyens de l’Université de Tripoli et de l’Académie des hautes études de Tripoli en présence de cinq de leurs enseignants. Cet événement était
organisé par l’IRMC, avec le soutien du Programme régional « Dialogue politique  Sud-Méditerranée » de la Fondation Konrad Adenauer (KAS) et du Service de coopération et d’action
culturelle (SCAC) de l’ambassade de France en Libye.

Durant cette semaine, sont intervenus, en langue arabe, Ramzi Ben
Amara chercheur associé à l’IRMC (Université de Sousse), Slim Ben
Youssef, doctorant en accueil à l’IRMC, Sawssen Fray-Belkadhi, bibliothécaire de l’IRMC, Khaled El-Jomni documentaliste de l’IRMC, Sihem Kchaou, de l’Université de la Manouba, Monia Lachheb, chercheure à l’IRMC, Khaoula Matri, chercheure associée à l’IRMC (Université de Sousse), Imed Melliti, chercheur associé à l’IRMC (Université de Tunis) ainsi que Betty Rouland, chercheure à l’IRMC.
La coordination scientifique a été assurée par Kmar Bendana, chercheure associée à l’IRMC (Université de la Manouba) et Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC.

Cet atelier avait pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux étudiants en sciences sociales libyens et de stimuler la coopération scientifique entre les établissements d’enseignement supérieur libyens, l’IRMC et l’Université tunisienne. La sélection des participants a ainsi été réalisée en concertation entre l’Université de Tripoli, l’Académie des hautes études de Tripoli et l’IRMC. L’intention est de diffuser le savoir-faire de l’IRMC en se fondant sur l’expérience accumulée et les partenaires de l’IRMC. L’accès à ces formations par les jeunes femmes a été privilégié, d’où une sélection paritaire des étudiants.

Tisser des liens scientifiques avec la Libye, pour une ouverture internationale

Fruit de la coopération entre plusieurs acteurs, à la fois diplomatique et scientifique, ce workshop a été pensé et mené en trois langues. Ainsi, le programme a été élaboré en arabe, en français et en anglais. Pendant les journées de formation, la majorité de la formation s’est faite en langue arabe ; une session a été prévue en anglais (réalisation d’une fiche de lecture) ; les sessions bibliographiques intégraient des références en français, et les
enseignants tunisiens se sont appuyés sur des références et des terminologies francophones, tout en faisant un réel effort de traduction et d’adaptation pour apporter un maximum d’informations, de références et d’outils en arabe.

Dès les mots de bienvenue, les bases sont lancées. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC explique en arabe les objectifs du workshop, ainsi que Denis Sainte-Marie, conseiller de coopération et d’action culturel pour l’ambassade de France en Libye, qui intervient en anglais. Tous deux expriment le besoin de tisser des liens, dans une perspective de dialogue ouvert et de collaboration scientifique, entre la Libye, la France et la Tunisie. Canan Atilgan, directrice du
programme régional de la Fondation Konrad Adenauer, en présentant sa fondation, ses actions et ses programmes, a exprimé le souhait de s’ouvrir à la Libye, en particulier aux chercheurs et aux étudiants. L’insuffisance des informations et des échanges scientifiques avec la Libye, notamment en tant que terrain d’étude, se fait cruellement sentir.

Adeel Kindier, de l’Université de Tripoli, atteste de la volonté de la recherche libyenne d’entamer ces échanges et de créer des ponts entre les pays, notamment sur les questions de méthode. Il réitère le besoin de développer les rencontres méthodologiques et de mettre l’accent sur la démarche scientifique pour doter la recherche libyenne d’une qualité polyvalente et transversale. La proposition de l’IRMC a donc été une réponse à un besoin exprimé par les sphères scientifiques libyennes.

Un programme intense placé sous les thématiques SHS propres au Maghreb et à l’Afrique

Le programme des cinq jours prévoyait une formation en méthodologie et en écriture scientifique : établir une fiche de lecture, écrire un article scientifique, rédiger un compte rendu, se servir du logiciel Zotéro pour classer sa bibliographie, découper les étapes de la recherche en SHS, conduire une recherche de terrain, approcher un terrain, opter pour la méthode qualitative, comparer les méthodes qualitative et quantitative. Chaque session a mobilisé un intervenant différent pouvant présenter son terrain, partager ses objets de recherche et sa démarche. Kmar Bendana, assurant la coordination scientifique, assistait à chacune des sessions. Elle était également présente pour les étudiants, les enseignants, les intervenants et les questions organisationnelles. Elle procédait à des
« synthèses » méthodologiques, appréciées par les formateurs présents car ouvrant sur la comparaison entre les pratiques pédagogiques tunisiennes et libyennes et permettant aux étudiants de comprendre la portée de leurs choix et des sujets à choisir.

Les étudiants issus de différentes disciplines des SHS, dont une majorité en droit, se situaient à un niveau master. La plupart n’avait pas encore conduit de recherche. Il s’agissait de leur offrir un aperçu des techniques et des bases de la recherche en SHS, en leur donnant les outils et les clés de la démarche scientifique. Au-delà des outils,
l’ambition est que les étudiants acquièrent des réflexes de méthode et de critique en prêtant attention à leurs travaux respectifs. Dans cette perspective, chaque jour un exercice est proposé de la part d’un ou plusieurs intervenants, travail destiné à être lu et discuté pendant les sessions de restitution. On a observé, le soir venu, des groupes de travail à l’œuvre.

La première session ciblait la recherche documentaire, avec Sawssen Fray-Belkadhi et Khaled El-Jomni (IRMC). Ils ont expliqué, montré aux étudiants et installé sur les ordinateurs de ces derniers le logiciel Zotéro. La session est interactive et permet de mettre en avant le fonds arabe de la bibliothèque de l’IRMC, les revues tunisiennes en arabe mais également de promouvoir l’apprentissage de l’anglais et/ou du français, langues essentielles de la recherche en SHS. Tout au long de la semaine, les étudiants devaient réaliser leurs bibliographies et Khaled Jomni les a accompagnés étroitement jusqu’à la restitution. La réalisation de la fiche de lecture, assurée en langue anglaise par Betty Rouland, chercheure en géographie (IRMC), s’appuie sur un texte en arabe et un texte en anglais. La communication a été difficile, la plupart des étudiants ne comprenant pas les termes techniques anglais. Kmar Bendana (IRMC) a assuré la traduction en arabe afin que la logique soit bien transmise aux étudiants. Il s’agissait notamment d’attirer leur attention sur la différence entre article scientifique et rapport d’expertise. En exercice, une fiche de lecture, en anglais ou en arabe,
a été réalisée sur l’un des deux textes choisis par Betty Rouland.

Lors de la deuxième journée, est intervenue Khaoula Matri (IRMC) le matin sur les étapes de la recherche en sciences sociales, avec l’exemple de son propre sujet de recherche : « La virginité et le corps de la femme en Tunisie ». L’après-midi Sihem Kchaou (Université de la Manouba) a présenté les techniques de compte-rendu et de rédaction d’un article scientifique. Ces exercices sont très techniques et permettent d’aborder la question de la valorisation et de la diffusion des textes comme des savoirs. Le débat est revenu sur les liens et les différences entre article scientifique et rapport d’expertise. Savoir rédiger un compte-rendu sur des ouvrages et/ou des événements permet de diffuser et d’accéder au savoir à travers les réseaux des publications en distinguant les types éditoriaux. Sihem Kchaou étant directrice de revue scientifique, elle aborde également le cycle de la rédaction, sélection et publication des articles, ce qui amène à la présentation d’un ensemble de revues en arabe démontrant également l’importance des comptes-rendus et l’éclaircissement du point de vue scientifique (comparaison du compte-rendu d’un sociologue et celui d’un historien).

La posture épistémologique s’est imposée dès le premier jour. La question est revenue lors de l’intervention de Ramzi Ben Amara (IRMC) autour du terrain de recherche. De fait, sa présentation, très interactive et pensée comme un espace d’échange autour de l’approche d’un terrain, portait sur les mouvements Izala au
Nigeria. La présentation de son terrain et de son projet ont suscité des réactions immédiates quant à l’adaptation du chercheur, aux questions touchant à sa foi et à son intégrité, à son rôle d’observateur, aux questions de l’objectivité et de la subjectivité. Une certaine réserve quant au terrain et à la confrontation avec les conditions de l’enquête de la part des étudiants a été relevée. Les échanges avec Slim Ben Youssef (IRMC), sur l’approche d’un terrain, ont permis de faire passer de façon plus fluide le message méthodologique, son terrain (l’entreprise) étant beaucoup moins
« sensible ». 

Le débat concernant les méthodes et leur utilisation s’est clairement exprimé lors de la présentation des méthodes qualitatives. Imed Melliti (IRMC) a choisi de faire une introduction aux différentes méthodes de Durkheim, Comte ou Weber et de travailler sur des
textes en arabe. Cette introduction aux fondamentaux sociologiques a soulevé une vive discussion autour des méthodes et des écoles. Cela a permis à l’intervenant de démontrer l’importance du qualitatif à des étudiants habitués à ne travailler qu’avec du quantitatif. Monia Lachheb (IRMC) a relancé le débat lors de son intervention sur la complémentarité méthodologique et l’utilisation des deux méthodes en sciences humaines et sociales. Expliquant les démarches autour de thématiques comme le voile ou le genre, elle a amené les étudiants à interroger les références qu’ils citaient et à
engager une réflexion scientifique.

Dynamique de groupe

Au fur et à mesure de la semaine, une véritable dynamique de groupe s’instaure et l’interactivité participants étudiants progresse. Certaines thématiques sont plus propices à la discussion, comme le développement des comptes-rendus et les possibilités d’échanges entre les revues et/ou les universités afin d’encourager les échanges d’ouvrages et de revues entre la Tunisie et la Libye, par exemple. Les
évocations des possibilités de coopération sont nombreuses, notamment à travers l’open access et la diffusion numérique, notion nouvelle pour nombre de Libyens.

La réactivité du questionnement dans chaque session existe, la voix des étudiants masculins s’exprimant davantage. Les enseignants libyens interviennent parfois pour recadrer les étudiants en ramenant le débat à des questions scientifiques ou afin de veiller à ce que les exercices soient bien faits. Un des enseignants a lancé la formation de groupes mixtes de travail, ce qui a impulsé une nouvelle dynamique.

Les réactions face aux thématiques abordées sont dans un premier temps mitigées. Toutefois, passés les premiers embarras, au fil des thématiques, les questions fusent, notamment sur l’islam, sur le genre, et les participants insistent sur la démarche scientifique qui permet d’aborder tous les sujets. La distinction est faite à chaque début d’intervention et est réitérée tout au long du workshop.

La dynamique de groupe s’est renforcée lors des visites au musée du
Bardo et à l’IRMC le jeudi 7 mars. L’exposition Before the 14th. Instant Tunisien. Archives de la Révolution, fruit d’un travail de plusieurs années d’un collectif d’historiens et d’une équipe de maquettistes, monteurs, ingénieurs son et infographistes, met en lumière les 29 jours de la révolution tunisienne de 2011 à travers des archives des réseaux sociaux, de la presse télévisée ou écrite. Le Musée du Bardo accueille une version de cette exposition : sa visite et sa mise en perspective avec la délégation libyenne, a été un moment fort. Le groupe a réagi collectivement à la découverte de ce travail collectif autour des traces de la révolution tunisienne.

La visite dans les locaux de l’IRMC a été l’occasion pour étudiants et enseignants libyens de découvrir un des lieux de la recherche intellectuelle tuniso-française. Un ouvrage sur la méthodologie en droit, en langue arabe, a été remis à la directrice de l’IRMC. Ce don de l’Université de Tripoli à la bibliothèque de l’IRMC sera suivi d’autres et permettra, nous l’appelons de nos vœux, de s’ouvrir à la production scientifique libyenne afin de mieux en appréhender ses référentiels méthodologiques.

Conclusion : restitution et perspectives

Alors que le programme était plutôt intense, les étudiants ont été en demande d’approfondissement durant toute la semaine. Il apparaît que ce type de formation est rare au sein des établissements libyens avec lesquels nous avons travaillé. La découverte du logiciel Zotero et du fonds arabe de la bibliothèque de l’IRMC ont été utiles. Des différences sont apparues lors de la présentation des méthodes qualitatives et quantitatives. Se définissant comme « l’école libyenne », les enseignants et étudiants ont expliqué qu’ils utilisaient principalement la méthode quantitative dans leurs recherches. Ainsi, la méthode qualitative a été une véritable découverte pour nombre d’entre eux.

Les concepts qui, habituellement, sont donnés en français, ont dû être trouvés en anglais et traduits en arabe. Les outils comme les Powerpoint ou le logiciel Zotero ont été entièrement revus et adaptés au workshop. Ce fut donc une semaine dense, tant pour les étudiants libyens que pour les intervenants et les coordinateurs.

Des débats quant à la distinction entre approche scientifique et approche morale, idéologique voire religieuse ont émergé. Les discussions ont souvent mené à des considérations épistémologiques, en passant par la comparaison et la déconstruction des conditions de l’observation et de l’enquête.

Visite du 6 mars 2019 au Musée du Bardo © Manon Rousselle (IRMC)

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, paru le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’administration au Maghreb : histoires, actions, perceptions

Compte rendu de lecture par Kmar Bendana, chercheuse en histoire contemporaine, associée à l'IRMC depuis 1993.
Couverture de l’ouvrage

Compte rendu de Hassan Elboudrari et Daniel Nordman (dir.), Les savoirs de l’administration. Histoire et société au Maghreb du XVIe au XXe siècles, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz, 2015, 368 p.

Cet ouvrage collectif présente les travaux d’une communauté de chercheurs et de doctorants formée depuis 2006 de quatre équipes de recherche (française, marocaine, algérienne et tunisienne) rassemblées autour d’enquêtes couvrant la longue durée, du XVIe au XXe siècles. Le programme portait sur un champ d’étude peu éclairé par la recherche franco-maghrébine : la genèse de l’administration dans les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie et Libye), son exercice, ses formes, son efficacité et ses multiples incidences historiques. Il a donné naissance à dix-neuf contributions qui sortent du prisme strictement colonial (commandant aussi la période moderne) et introduisent d’autres lectures des sociétés maghrébines à travers les manières d’exercer ou de servir le pouvoir comme de le subir. Il faut louer la persévérance des initiateurs qui ont su vaincre les difficultés d’un projet dont les dimensions humaine et géographique dépassent largement les objectifs des accords de coopération habituels. La thématique resserrée autour des rapports liant les administrations, les savoirs et les techniques gagne en vision panoramique et en profondeur comme les réflexions en pistes de comparaison. Le lecteur trouve son compte dans l’étendue des questionnements induits qui se partagent en quatre chapitres. L’État demeure au centre des contributions mais il est appréhendé par le biais des techniques de gestion ou par celui des acteurs et des compétences qu’il mobilise, ce qui présente l’intérêt de rendre sa nature moins abstraite et sa portée moins écrasante. Au-delà des institutions et des individus étudiés, l’ouvrage déroule une panoplie d’aspects matériels et d’éléments pratiques inhérents à une compréhension de l’évolution des pouvoirs, des populations et des territoires administrés. Sur fond de descriptions fines et à l’aide/au moyen de sources manuscrites ou imprimées parfois inédites, l’ensemble fait apparaître le mouvement qui traverse les sphères administratives et les liens, visibles ou secrets, entre les systèmes sociopolitiques maghrébins du XVIe au XXe siècle.

L’un des apports de l’ouvrage est d’offrir une vision plus détaillée des dispositifs qui étayent la détention du pouvoir au Maghreb. Toujours omniprésent, l’État se révèle à travers une connaissance plus précise des agents intermédiaires, connectée avec des questions et des difficultés (sur la régionalisation ou l’urbanisation) construites en savoirs éclatés ou délaissés. Tout en renseignant sur des décalages ou des concomitances entre les différentes organisations étatiques du Maghreb, les textes mettent les projecteurs sur les fonctions médianes de ces organisations. Que ce soit dans l’entourage du bey avec le secrétaire (katib ou khuja) , dans l’administration territoriale avec l’expert (gayyas, ‘irrif) ou le chef de corporation (amin) , ou fiscale avec le fermier général (lazzam), on voit fonctionner des activités qui touchent à des intérêts privés ou à des règlements locaux, régionaux ou municipaux. La création des apprentis médecins ou la formation de qabla-s (sages-femmes) en Algérie traduit les besoins croissants en « développement » qui nécessitent la constitution d’un personnel nouveau et des modalités de recrutement à mettre en place. Les instituteurs en Kabylie, les élus locaux ou les assemblées municipales sont des courroies de transmission de l’État.

Tout n’est pas radicalement nouveau dans les machines administratives, puisque des fonctions anciennes sont réactivées ou des mesures passées remises à l’ordre du jour. La fonction du muhtassib (distincte de celle du cadi) est réinvestie par la monarchie marocaine avant de tomber en désuétude avec l’instauration à partir de 1914 d’une administration municipale. Au XIXe siècle, la réforme du système d’imposition appelé mahçulat renouvelle la distribution du système fiscal tunisien entre les villes et les campagnes, faisant de l’ancienne mejba un impôt de capitation. Ces dispositions contribuent à faire évoluer les techniques d’observation, de consignation, de contrôle ou d’évaluation des activités de l’administration. Ces interventions a priori éloignées du centre du pouvoir nous font découvrir un personnel et des fonctions de l’Etat moins visibles, qui forment la trame des réseaux d’influence périphériques agissant sur les législations et les pratiques en action. La prise en compte de connaissances théoriques sur le droit, l’hygiène, la botanique, l’archéologie ou l’arabe remodèlent les usages dans l’administration en agissant d’abord sur la production écrite (rapports, traités, registres, contrats), support fondamental de la gestion étatique moderne. L’écriture, l’inventaire, le comptage, l’arpentage, l’onomastique font passer d’une fonction mal définie à une gestion plus segmentée et un suivi des populations, des territoires et des institutions plus disséminé et s’appuyant sur des tâches annexes. Cette évolution ne va pas sans créer de conflits ni poser des problèmes de hiérarchie ou de compatibilité : c’est particulièrement sensible avec l’installation de l’autorité coloniale qui consiste parfois à doubler les codes ou règlements existants (dans le droit foncier par exemple) : ce qui entraîne un traitement hybride des questions d’appropriation ou d’exploitation des terres.

Les percées de cette recherche collective dans la sociologie historique du pouvoir au Maghreb se doublent d’une attention particulière à la matérialité de son exercice. C’est un autre point fort de l’ouvrage d’offrir des grilles de lecture de la fabrique des archives maghrébines.

 Même quand elle propose de croiser les sources « endogènes » et « exogènes », la pratique historiographique tend à les distinguer. Plusieurs des études soulignent l’importance et la constance des emprunts et des métissages, qui expliquent l’évolution et l’usage des fatwa-s (les consultations juridiques), des traités de fiqh (la jurisprudence), de la littérature hagiographique ou des contrats notariés. Cette perspective révèle la porosité à double sens entre productions administrative et intellectuelle. Là aussi, la longue durée remet les choses dans un ordre qui intègre le rôle du temps et dans une circulation entre les genres qui fait du passage par l’écrit le lieu des réajustements et des adaptations entre le terrain et l’analyse, entre l’action et sa formulation. Les relations de voyage et les rapports militaires considérés aux XVIIe et XVIIIe siècles comme des accès à l’observation historique se nourrissent de la documentation locale disponible, éclairée ou influencée par les conventions de l’époque et par les horizons des auteurs autant que par leurs points de contact. Les contrats notariés, empreints d’oralité, évoluent avec les apports du droit, du savoir médical ou des techniques financières.

Le rapport, ou mémoire, le recensement, la liste, l’inventaire, la thèse, le reportage journalistique s’interpénètrent dans des formes et des contenus qui intègrent les savoirs mobilisés dans leurs procédures et leurs démarches. La monographie est systématisée par les géographes comme les plans d’urbanisme par les ingénieurs et les architectes. On rend compte des bâtiments (hôpitaux, dispensaires, minarets), comme des anciens et nouveaux quartiers (Bône au XIXe siècle). L’archive se diversifie tout comme le vocabulaire technique qui l’accompagne : au-delà des mœurs et des coutumes (ethnographie), il s’agit de surveiller les épidémies (la peste en Tunisie), de veiller à l’hygiène des populations, de réglementer les mosquées, oratoires et minarets dans l’espace urbain en changement. La technocratisation du pouvoir fabrique des écrits y compris face aux rituels (des zaouïas, des mosquées ou des cimetières)

Après le parchemin, le registre et la fiche rédigés à la main, le passage à la machine à écrire représente un tournant significatif dans l’évolution des méthodes administratives. La pratique du papier carbone multiplie les copies autant qu’elle brouille la notion de producteur comme le statut de copie unique ou d’original. L’exemple des douanes de Casablanca montre que cette transition administrative sous-étudiée (tout comme les incidences de l’entrée du télégraphe ou du téléphone) charrie une transformation qualitative des usages et un gonflement significatif de la matière documentaire conservée, détruite ou disparue.

La sélection bibliographique insérée dans l’ouvrage sert à situer le matériel disponible et les études générales ou spécialisées qui permettraient d’aller plus loin sur un sujet (l’administration) abordé souvent sous l’angle de la centralisation de l’État, de la modernisation des élites ou de l’appareil bureaucratique. L’ouvrage prolonge et élargit les focales des historiographies maghrébines sur ces questions en faisant de l’administration une entrée plus complexe et plus suggestive.

Il présente l’intérêt d’intégrer les savants (historiens, géographes botanistes, médecins…), les militaires, les touristes, les politiques locaux et les populations observées et administrées dans une dynamique qui n’est pas cantonnée au seul cadre précolonial et colonial, ainsi que le soulignent les articles revenant sur les notions de tribu/confédération, de confrérie religieuse ou d’indigène. Ces classifications sociopolitiques prouvent, une fois de plus, que leur complexité découle d’une évolution qui se reflète tantôt sur le terrain de l’action tantôt dans leur représentation « savante » ou leur perception gestionnaire.

Compte rendu paru dans Annales, Histoire et Sciences sociales n° 4, 2017 et sur le blog de Kmar Bendana : Histoire et Culture dans la Tunisie Contemporaine

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine

Les 1ères rencontres UC3/IRMC ont été organisées les 11 et 12 novembre 2018 en partenariat avec l’Université de Constantine 3. Cette manifestation scientifique a permis à l’IRMC de présenter ses travaux, ses programmes de recherche devant les chercheurs et étudiants constantinois et d’animer des ateliers conçus sur le modèle de l’école doctorale (conférences méthodologiques, présentations et discussions des projets de thèse) à destination des doctorants.

La première journée a présenté les perspectives de la recherche actuelle au Maghreb, en particulier en Algérie et en Tunisie. La matinée a été dédiée à la présentation de l’équipe de l’IRMC. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a insisté sur la politique scientifique menée à l’égard de l’Algérie par l’intermédiaire du SCAC (Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France) d’Alger. La volonté a été affichée de favoriser les échanges scientifiques avec l’Algérie – ici, en s’engageant dans un partenariat durable avec les universités de Constantine – comme celle d’encourager les doctorants algériens, et plus largement, les doctorants travaillant sur l’Algérie, à venir y faire du terrain en leur octroyant des bourses.

© tsa-algerie.com

Amin Allal, chercheur CNRS en science politique à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur « Les citoyennetés industrielles » qui repose sur une équipe de l’Université de Lille 3 et des chercheurs du Nord et du Sud afin de poser des questions communes sur la sociologie du travail et des institutions économiques. Il a également évoqué son projet ambitieux de tenir des « états généraux de la science politique au Maghreb » pour contribuer à enrichir la discipline par des bilans et des perspectives de recherche de/sur la région.

Hend ben Othman, architecte de formation, urbaniste et chercheure associée à l’IRMC, a parlé de l’apport de cette institution dans son itinéraire de formation. Pour elle, la phase de mutation actuelle favorise les grands projets urbains, l’avènement des acteurs privés et de l’action des habitants. Après avoir passé en revue les dernières rencontres maghrébines intéressant son domaine, elle a souligné le déni du patrimoine colonial. Elle a fait part de son projet d’habilitation à diriger des recherches (HDR) qui porte sur les principes et la mise en place des instruments de la décentralisation en cours.

Betty Rouland, chercheure en géographie à l’IRMC, a exposé son projet de recherche sur l’accès aux soins pour la patientèle étrangère en Tunisie et présenté son séminaire mensuel sur les migrations, mobilités et circulations intra-africaines. Par ailleurs, elle mène avec Irène Maffi, anthropologue, une enquête sur les mobilités médicales et le recours à la procréation médicalement assistée (PMA) en Tunisie.

Kmar Bendana, historienne à l’Université de la Manouba à Tunis et chercheure associée à l’IRMC, a abordé les « Chantiers d’écriture » qu’elle anime depuis des années pour consolider la formation méthodologique. Elle a appelé de ses voeux à une meilleure exploitation du bilinguisme scientifique arabe-français, bagage commun à plusieurs générations de la recherche sur le Maghreb.

Monia Lachheb, chercheure en sociologie à l’IRMC, a présenté son programme de recherche sur les sexualités dites marginales au Maghreb (homosexualités, prostitution, etc.).

Nassima Mekaoui-Chebout, doctorante en histoire à l’EHESS à Paris et boursière à l’IRMC de 2016 à 2018, a évoqué l’atelier doctoral mensuel de l’IRMC. Elle a rappelé, parmi les manifestations scientifiques destinées aux doctorants, l’organisation des journées doctorales de l’IRMC en 2017. Elle a conclu en présentant son projet de thèse en cours sur « Les domestiques employé.e.s au service des Européen.ne.s en Algérie coloniale (1830-1962) ».

© univ-constantine3.dz

L’après-midi a été consacrée aux présentations des ouvrages les plus récents des chercheurs. Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC et historienne, a présenté l’ouvrage issu de son HDR paru en 2015 : Algérie coloniale : musulmans et chrétiens, le contrôle de l’État, 1830-1914. Elle a développé dans un exposé synthétique la démarche méthodologique qu’elle a empruntée dans le prolongement de ses travaux antérieurs sur le fait religieux au Mashreq. Partant d’un questionnement interrogeant les discriminations subies par les musulmans en Algérie à l’époque coloniale, son raisonnement s’est étoffé autour d’une réflexion comparée. Son examen historique des politiques cultuelles l’a conduite à comparer l’islam et le catholicisme tels qu’ils étaient vus et administrés par l’État colonial. Ainsi, son travail d’enquête dans les archives l’a menée à deux conclusions. La première est le constat d’une méfiance de l’État à l’égard de toutes les religions quelles qu’elles soient (protestantisme et judaïsme n’ont été reconnus légalement en France qu’après la Révolution française), qui s’est traduite par une gestion étatique des cultes tout au long du XIXe siècle. La deuxième conclusion consiste à confirmer l’hypothèse de départ d’un traitement différencié de l’islam dans l’Algérie coloniale. Indépendamment des lois, le peu de financement des mosquées et de la formation des imams, l’accès rendu difficile aux pèlerinages, ne fût-ce qu’à la zaouia voisine, et la surveillance récurrente, constituent autant d’entraves à la liberté de la pratique de l’islam. Par ailleurs, son travail a permis de mettre en lumière la spécificité de l’Algérie concernant la situation unique du catholicisme organisé sur le modèle diocésain comme en France et non pas sur celui du vicariat apostolique ou du diocèse colonial.

L’historien Marc André (Université de Rouen) a présenté l’ouvrage issu de sa thèse paru en 2016 : Femmes dévoilées : des Algériennes en France à l’heure de la décolonisation. Son travail se place du côté de la rive métropolitaine. L’auteur s’est interrogé sur les migrations des musulmanes d’Algérie en métropole (environ 20 000 femmes sont concernées), et en particulier dans la région de Lyon, sachant que les Algériennes ne seront citoyennes qu’à partir de 1956, tandis que les Algériens sont citoyens, à certaines conditions, sous l’appellation de « Français musulmans d’Algérie » dès 1947. Par sa méthodologie, Marc André a mis en évidence la pertinence de l’enquête orale pour l’historien inspirée de la sociologie (entretien semi-directif), qu’il a nommé « histoire participative ». Ce faisant, il a montré à quel point le recours à l’interdisciplinarité en sciences sociales peut être stimulant. Il a évoqué les conditions de migration de ces femmes (regroupement familial, mariage, veuvage), puis leur « vie ordinaire » (logement, loisirs, travail), mais aussi leur implication politique dans la guerre d’Algérie (FLN, MNA). Il a prêté une attention particulière aux sources iconographiques, notamment aux photographies de la presse illustrée ou encore aux albums de famille qu’il a recueillies auprès de ses enquêtées. À cet égard, il a insisté sur la relecture genrée de son corpus de sources qu’a occasionné le changement de perspective suite au recalibrage de son sujet initial de recherche : les femmes invisibles, parce qu’invisibilisées, sont devenues visibles à ses yeux.

Enfin, Amin Allal a présenté l’ouvrage collectif paru en 2018 qu’il a dirigé avec Vincent Geisser : Tunisie : une démocratisation au-dessus de tout soupçon ? La diversité des contributions et la pluralité des approches montrent un renouveau historiographique certain de l’étude du fait politique dans la Tunisie post-révolutionnaire. En particulier, les oppositions binaires classiques – entre  autoritarisme et pluralisme, entre dictature et démocratie – y ont été démenties de façon convaincante. Ces actes de colloque s’inscrivent dans le sillage de l’hommage rendu à Michel Camau lors de la journée d’étude « Actualité de la question autoritaire » organisée en 2016 par l’IRMC. Amin Allal a présenté la méthodologie de la sociologie politique basée sur les entretiens et l’observation ethno-graphique. L’ouvrage est structuré en trois parties : la première s’interroge sur l’éventualité d’une refondation politique à travers les partis, les syndicats et les mouvements sociaux. La deuxième partie s’intéresse aux structures politiques (armée, sécurité, police, presse). La troisième partie astucieusement intitulée « Au-delà du mythe national, une nouvelle citoyenneté tunisienne » aborde la question des défis posés à la Tunisie. Les revendications des différentes minorités ethniques et sexuelles face aux discours racistes et homophobes questionnent la société tunisienne contemporaine. Les différentes facettes de la citoyenneté y sont abordées : le féminisme (ou sa relative absence dans le champ politique), la question des usages politiques de la darija (et notamment du dialecte arabe tunisien), la place de la diaspora dans les débats politiques (le désenchantement des binationaux), la question des harragas, etc.

La deuxième journée a commencé par deux conférences méthodologiques : la première a été assurée par Hend ben Othman, la seconde par Amin Allal. Hend ben Othman s’est intéressée à la méthodologie propre à toute recherche en sciences sociales. Elle a présenté les différentes étapes méthodologiques du travail de recherche aux doctorants : lectures ciblées (état de l’art), conduite d’entretiens exploratoires, identification des personnes ressources, etc. Elle a surtout insisté sur le caractère itératif, et non linéaire, du processus de la recherche : dit plus simplement, la recherche naît des allers-retours permanents entre problématisation, cadrage théorique et terrain. Elle a également mis en garde contre les écueils guettant toute recherche (la problématique doit être analytique et non descriptive) et plus spécifiquement les études urbaines. En effet, si l’expertise par le biais du diagnostic territorial n’est pas à proscrire absolument, elle ne constitue cependant pas un résultat heuristique en soi, seulement celui d’un savoir-faire technique. La recherche scientifique exige et se distingue par un questionnement pertinent et original qui correspond à un contexte et des enjeux actuels.

Dans sa conférence méthodologique sobrement intitulée « Faire une recherche en science politique » Amin Allal a proposé une approche nonconventionnelle, ou du moins qui ne fait pas l’unanimité, de la mise en oeuvre d’une recherche en science politique aujourd’hui. Partant de l’objet « Qu’estce- que le politique ? », l’entrée proposée par le chercheur est celle de la sociologie politique. En esquissant l’histoire de la discipline, la proximité fondatrice du droit avec la science politique est apparue, tout comme la vocation émancipatrice du divorce entre les deux disciplines. Du conseil au prince, la science politique s’est mue en science sociale : c’est l’acte de naissance des sciences sociales du politique. Il a défendu l’idée fondamentale selon laquelle le politique se niche dans les ramifications les plus inattendues de la société. À ce titre, en prenant l’exemple d’objets de recherche aussi variés que l’informel, la famille, le football et les loisirs, il a montré l’étendue et les possibilités offertes par un champ de recherche en pleine mutation. Il a abordé les méthodes disponibles pour mettre en oeuvre une telle recherche (quantitatives, qualitatives, ethnographiques, etc.). Mais surtout, Amin Allal a insisté sur la nécessité pour tout chercheur en sciences sociales de « mettre en énigme » l’objet social par un processus d’objectivation réflexif qui consiste entre autres à déconstruire le sens commun et à chercher des réponses sociologiques à la réalité sociale.

La deuxième partie de la journée était structurée autour des présentations des travaux des doctorants algériens, pour la plupart constantinois et/ou anciens boursiers de l’IRMC, devant des enseignants chercheurs de l’UC3 et de l’IRMC. Quatre panels ont été organisés : histoire et patrimoine ; géographie, aménagement du territoire et urbanisme ; sociologie et anthropologie ; sciences sociales du politique.

Au cours des panels, les doctorants ont eu l’opportunité de présenter leurs projets de thèse qui portent sur des sujets aussi variés que l’héritage colonial de la ville de Constantine à travers l’historicisation du fait urbain et architectural (1837-1962) ou les disparités socio-spatiales dans l’accès à l’eau à Tlemcen. Les travaux des doctorants s’inscrivent dans des disciplines aussi différentes que la sociologie de l’environnement et l’histoire ottomane. Nombre de questions méthodologiques et épistémologiques, soulevées par les pratiques disciplinaires et interdisciplinaires, mais aussi de difficultés du même ordre rencontrées par les doctorants ont été posées. Les bénéfices du recours à la science politique entendue comme sociologie politique, pour étudier les mobilisations syndicales dans la fonction publique algérienne (1989-2014), ont été bien démontrés. Les problèmes liés à la faisabilité de la thèse ont été mis en évidence à travers l’accès au terrain (ksours, c’est-à-dire l’architecture de terre, du sud algérien), ou aux sources (archives coloniales situées en France) selon les disciplines, et à travers la technicité des compétences requises pour traiter tel ou tel sujet de recherche (SIG pour la cartographie géographique, maîtrise de l’osmanli pour la lecture des manuscrits ottomans). Différents conseils ont été donnés face aux interrogations des doctorants, les discutants ont suggéré des solutions pragmatiques et adaptées aux demandes personnalisées de chacun : réduire la périodisation historique envisagée, diversifier le type de documents recherchés quand les sources sont lacunaires, mener une enquête de terrain par entretiens sociologiques avec les acteurs quand ils sont disponibles, s’ouvrir à d’autres méthodes telles que l’observation ethnographique dans une perspective plus anthropologique, etc.

En définitive, les discutants ont encouragé les doctorants à prendre connaissance et conscience de la propension des méthodes issues de plusieurs disciplines des sciences sociales à se compléter les unes les autres. Ainsi, la recherche doctorale sur les traces coloniales présentes dans l’espace urbain et architectural à Constantine mêle intelligemment histoire spatiale, étude de l’architecture coloniale et enjeu patrimonial autour d’un héritage contesté (la notion même de patrimoine colonial, utilisée avec parcimonie, est questionnée). Les doctorants ont également fait preuve de savoir-faire inventif en expérimentant des méthodes inédites telles que le photo-questionnaire pour analyser la « culture paysagère » ou le « paysage urbain » du secteur sauvegardé de Constantine. Employé pour prendre contact avec les enquêtés, le photoquestionnaire a été reconnu comme une manière pertinente et originale d’initier le dialogue et de recueillir des témoignages sur le vécu de la ville par les Constantinois. Des points plus classiques de la démarche méthodologique du chercheur ont aussi été réaffirmés : l’importance du travail d’enquête exploratoire, l’attention portée au choix de l’échantillon, la nécessité de bien identifier et hiérarchiser les acteurs interrogés pour accroître l’efficacité de la réflexion sociologique, pour mieux circonscrire le  terrain et finalement pour affiner sa problématique.

Les deux journées ont permis de donner des pistes de recherche empiriques et de réflexions plus théoriques pour aider les jeunes chercheurs à mieux articuler leur propre travail heuristique. La première journée a permis de déployer les questions épistémologiques et méthodologiques, au coeur de toute recherche en sciences sociales, à travers programmes de  recherche et présentations d’ouvrages. La matinée du deuxième jour a prolongé les débats sur ces enjeux avec les conférences méthodologiques. La deuxième journée, sur le modèle de l’atelier ou de l’école doctorale, a aussi été un moment d’écoute, d’échanges et de partage autour des projets de thèse des uns et des autres. Présenter sa problématique, son terrain et sa méthodologie en dix minutes de manière claire et intelligible à l’oral est un exercice exigeant qui impose une rigueur scientifique et une discipline de travail à tous. La discussion pédagogique et la nécessité de répondre aux critiques constructives de ses pairs en est un autre, complémentaire. La présentation doctorale d’un travail en cours permet un bilan d’étape indispensable pour repenser et éventuellement reformuler ses pratiques de recherche.

Nassima Mekaoui-Chebout

Pour citer ce billet : Nassima Mekaoui-Chebout, «Les 1ères rencontres UC3/IRMC à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2323.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Que peuvent les sciences sociales en Tunisie ?

Commençons par saluer l’initiative d’organiser à Tunis une étape du séminaire lancé par Jocelyne Dakhlia à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris en novembre 2013 et qui consiste à suivre les travaux de chercheurs débutants et confirmés autour d’une Tunisie propulsée par l’actualité au centre d’interrogations politiques, scientifiques et existentielles venant d’un peu partout. Sous le titre Sciences sociales en Révolution, avec le concours de l’association Nachaz et le soutien du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT), la rencontre s’est tenue les 28 et 29 avril 2015 à la Bibliothèque Nationale, un lieu qui a abrité de grands moments de l’effervescence culturelle post 2011, un poumon qui a fait respirer de multiples propositions fusant de l’énergie de la société civile culturelle et scientifique.

affichekmarJe me limiterai à quelques réflexions inspirées par l’écoute de deux journées passionnantes, articulées en quatre séances (Une « modernité tunisienne » ? ; Où en est l’état social ? Nouveaux acteurs ? Recompositions ?) et ponctuées par douze communications et des plages de débat conséquentes. Je ne peux pas en résumer la teneur mais je note que le spectre des sciences sociales, largement représenté, a offert une tranche de transdisciplinarité revigorante.

Sciences sociales en révolution ?

Le titre de la rencontre résolument programmatique peut avoir deux sens, au moins. Les sciences sociales participent-elles au processus et mutations politiques en cours ? Une « révolution » a-t-elle atteint l’enseignement et la recherche en sciences sociales ? Les deux questions sont d’autant plus légitimes que quatre ans après le clash de 2011, on peut entrevoir une distinction entre le temps de la politique (qui ne s’arrête jamais) et d’autres temps (ou temporalités), qui ont leurs droits et ouvrent sur un potentiel explicatif. Les sciences sociales peuvent servir à mettre de l’épaisseur dans les notions, à démultiplier les significations et à aérer les controverses par des transpositions dans le temps et l’espace. Prenons l’exemple de l’amalgame entre religion et politique qui englue débats et actions : à la réflexion, on prend conscience que sécularisation de la société et usage politique du religieux sont inscrits depuis des décennies dans l’histoire de l’État-nation tunisien, le nationalisme en ayant fait sa matrice. Une autre perspective s’ajoute : la temporalité courte que nous traversons a-t-elle réussi à changer le regard des sciences sociales ? Avons-nous modifié nos façons de lire les phénomènes immédiats et de les inscrire dans la profondeur du temps ? Depuis 2011, les chercheurs prudents se gardent de conclure. Ils parlent de situations « contrastées », instables, inachevées, d’une Tunisie à la « croisée des chemins », de fluidité… Cette incertitude de bon aloi reste à traduire dans les questions, les méthodes et les objets. Comme dans d’autres domaines, les chercheurs constatent amèrement une dégradation des conditions d’exercice des professions d’enseignement et de recherche. Inadaptation des programmes, inerties administratives, indifférence des collègues, absentéisme étudiant et failles de l’infrastructure universitaire entravent l’entrée de la « révolution » dans un secteur peu considéré. Que peut apporter la « révolution tunisienne » aux sciences sociales et humaines ? Le constat immédiat est qu’elles sont sinistrées et dévalorisées par une conception techniciste du savoir et par les rancœurs répétées contre des universités invisibles dans les classements mondiaux, fabriquant, de surplus, des chômeurs. Pourtant, les possibilités pour que le savoir des humanités serve à un processus de changement social, culturel et économique existent.

La révolution a-t-elle besoin des sciences sociales ?

A écouter la densité et la qualité des interventions de ces journées d’étude, la réponse est manifestement « oui ». Les enquêtes économiques, géographiques, sociologiques présentées étaient de qualité. Les lectures déployées prouvent le besoin et l’utilité de revenir sur des faits, de relire les textes, de disséquer les structures, de restituer la parole des acteurs et de relier des études oubliées ou sous-utilisées. Ces enquêtes de terrain rejoignent l’abondance de livres et d’articles, en arabe et en français qui, depuis 2011, constituent une récolte passionnelle et pensée de déchiffrements de premier ordre. L’énergie déployée dans l’effort d’explication chiffrée, argumentée et fabriquée grâce à l’intérêt et l’investissement des auteurs est une archive intellectuelle qui compense –sans les faire oublier- les dysfonctionnements et désorganisations de la formation et de la recherche universitaires. Deux directions, horizontale et verticale, sont à cultiver pour inscrire durablement cette énergie compréhensive dans le tissu intellectuel : créer du dialogue, échanger autour de ce qui se produit et communiquer les résultats des débats en dehors des murs de l’université. Aussi espère-t-on que cette rencontre, suivie par deux caméras, débouche sur une trace écrite qui permette aux chercheurs, aux curieux et intéressés d’y revenir plus tard. La « révolution » a besoin d’intellectuels et de chercheurs, d’investigations et de confrontations, de décodages et de traductions, de liberté de parole et de pensée mais ce besoin requiert aussi la construction patiente d’une médiation à plusieurs niveaux. Débats et travaux appellent un travail de truchement prolongé dans le temps afin d’irriguer la réflexion civique, tout en étant arrimé aux préoccupations de la société. Plus que de risques (y en a-t-il vraiment ?), les sciences sociales ont besoin d’imagination et d’entrain collectifs pour fabriquer des supports (écrits et audio-visuels) capables de communiquer aux jeunes générations et de transmettre aux différentes couches sociales, l’état d’une recherche éparpillée et mal exploitée. En plus des soucis d’édition et des idées de communication, comment transformer l’activité de recherche qui exige temps, retrait et spécialisation en des projets opportuns, en des actions opportunément utiles ?

Le temps et ses vertus

La convocation du passé n’a pas manqué depuis 2011. Elle a alimenté des témoignages imprégnés de mémoires concurrentes et quantité d’analyses ont appelé à retourner sur divers passés. Pour en rester à la ligne de l’argumentaire de la rencontre qui invite les chercheurs à s’interroger sur les bases civiques et éthiques de leurs pratiques, nous éviterons la question des usages du passé réactivés par les luttes partisanes, qui mènerait trop loin. Mais on peut se demander quel est l’effet du temps sur les sciences sociales depuis quatre ans et si la question a été posée individuellement et/ou collectivement par les chercheurs. Le recours à l’histoire est un biais générateur de sens dans la lecture des événements présents. Des exemples traités au cours de la rencontre abordent les aspects d’une culture politique tunisienne que l’on ne peut saisir sans le poids de l’histoire longue. Des moments comme celui de la naissance du syndicalisme qui coïncide avec l’apparition des partis politiques ou ceux des étapes et conséquences des systèmes éducatifs, aident à appréhender les crises des institutions actuelles, les fractures entre les régions, le littoral et l’intérieur, les difficultés intergénérationnelles et même les conditions du chômage des diplômés. L’accélération de l’histoire touche l’ensemble de la société et les chercheurs ne pouvant pas être en reste, doivent en tenir compte dans les manières de travailler, les procédés de transmission et les modes de valorisation des résultats. L’histoire du champ intellectuel tunisien (l’université productrice de sciences sociales n’est qu’un coin d’un espace hétérogène) est à faire selon des paramètres démographiques, dans ses dynamiques sociales et dans les aspects économiques et pas uniquement en fonction du prisme des relations avec le pouvoir politique. Les milieux et métiers de la culture, quantitativement et qualitativement en expansion, ne pouvaient qu’être « surpris » par la révolution tunisienne. Ils sont traversés par des luttes de position, de légitimité et de structuration qui évoluent avec leur nombre, la demande sociale et les contextes environnants. Compte tenu de ces dynamiques, ces mondes sont-ils préparés à réfléchir sur leurs pratiques, leur genèse et leur impact ? Si chaque science sociale et humaine a une histoire et une conception du temps, le temps du regard réflexif s’annonce-t-il comme un des stades, un des chemins pour une mutation significative ? Eu égard à l’accumulation de travaux et réflexions sur la Tunisie, ici et ailleurs et maintenant que la période transitoire -qui a capté des énergies intellectuelles dans les rangs de la société civile- est achevée, est venu le temps d’un civisme ciblé autour des besoins de réformer une vie scientifique handicapée par des lourdeurs, un manque d’indépendance, d’ouverture et d’ancrage dans les attentes collectives. Comme est venu le temps de soumettre les habitudes, les réflexes et les manières de travailler dans les communautés scientifiques aux bienfaits d’inscrire le présent dans la complexité des temps qui le génèrent.

La « révolution » ne brûle pas dans les sciences sociales en Tunisie, ni dans les objets, ni dans les démarches ni dans les façons de les penser ou d’en parler. Pourtant des alertes et des feux rouges nous interpellent de toutes parts, sans compter les inquiétudes devant les problèmes économiques, sociaux et culturels inexpliqués. Il y a du pain sur la planche. Dressons des bilans critiques tout en pensant à multiplier les occasions de lire, discuter, transmettre et réinterroger le capital scientifique qui existe et que l’on voit augmenter à vue d’œil. Rendons compte, croisons et comparons ce qui se dit, s’écrit et s’exprime par l’écrit, l’oral, l’art et l’image afin de conjurer le pessimisme d’un des participants au débat général : « On ignore notre société tunisienne ». Faisons de la connaissance critique, libre, disponible et imaginative une des voies pour une « révolution » plus nécessaire que jamais, dans les sciences sociales.

Kmar BENDANA

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Que peuvent les sciences sociales en Tunisie ? », Le Carnet de l’IRMC, 11 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1821.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne

Yadh_ben_achour
Photographie de Yadh Ben Achour

Mes premiers contacts avec l’IRMC remontent au temps où il se nommait le CDTM. J’allais visiter la bibliothèque de l’avenue de Paris dans ce centre consacré à la Tunisie et au Maghreb, et en particulier pour consulter l’Annuaire de l’Afrique du Nord que l’on considérait comme un instrument de recherche de première qualité et très exhaustif. Mais depuis tout s’est transformé, le CDTM est devenu l’IRMC et L’Annuaire est devenu L’Année du Maghreb. Comme on le voit là, les titres et les nominations des institutions de recherche ou des revues changent comme le climat, et cela prouve déjà que les sciences sociales sont vraiment des sciences « sociales » au sens propre du terme ; c’est-à-dire que comme l’IRMC elles évoluent avec les sociétés, ce qui relativise beaucoup leur caractère « scientifique ». On voit en effet mal les sciences physiques, astrophysiques ou chimiques se modifier en fonction des sociétés, elles ne changent qu’en référence aux découvertes qui sont intrinsèques à la science concernée et validées par cette seule science.

On allait donc à l’IRMC chercher l’information sur le monde arabe, et pas seulement sur le Maghreb et la Tunisie. Il est resté aujourd’hui un centre d’attraction qu’il faut protéger et dont il faut garantir l’indépendance, le suivi des travaux et des publications. Il en est de même pour sa bibliothèque extrêmement riche en revues avec des exemplaires uniques en Tunisie. À l’époque, c’était déjà un instrument de recherche très utile, et un point de rencontre important pour l’organisation des conférences malgré l’exigüité du lieu. Dans une deuxième phase, j’ai fait partie du comité de suivi dans le cadre de réunions soit à Paris soit à Tunis. Je dois avouer que ce comité ne m’a pas toujours semble jouer son rôle. Les réunions étaient la plupart du temps formelles, on y discutait des programmes de l’IRMC certes, mais je n’en n’ai pas gardé l’idée d’un organisme de direction ou d’inspiration, on n’a jamais cherché à savoir si les décisions qu’on prenait étaient suivies, exécutées. Ce n’est peut-être pas plus mal, parce que l’IRMC, avec des personnalités scientifiques d’excellente qualité à sa tête, avait une autonomie, une autosuffisance par rapport à ses institutions de contrôle, et en a fait bon usage pour la recherche. Tout cela avait un caractère plus diplomatique que réellement de recherche, le comité de suivi c’était pour la « tazkya » politique, comme on dit, entre les deux États. On était dans un régime très musclé, il fallait des autorisations, la recherche à l’époque de la dictature était vraiment une aventure.

Droit et sciences sociales

bouquin Yadh Ben Achour La-deuxiemme-FatihaJ’avais demandé, dans ce comité de suivi, que le droit soit mieux représenté à l’IRMC. Il y a en effet dans le domaine des sciences sociales une rupture entre la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, avec le droit. Il est vrai que les juristes sont en général des positivistes qui ennuient les sociologues et les anthropologues, et agacent les historiens. Ils considèrent le juriste comme un homme de texte et le droit comme une science abstraite et formelle, intemporelle et même irréelle, qui ne tient pas compte des réalités sociologiques. Quand au juriste, il leur rend bien la politesse car il estime que les anthropologues et les sociologues perdent la notion de la norme, oublient qu’elle fait partie de la réalité, alors que la norme juridique comme la norme morale est partie prenante de notre conduite quotidienne. Il y a une sorte d’absence de convivialité entre les uns et les autres. Or, je considère qu’aujourd’hui le droit a beaucoup évolué avec les sciences sociales, les juristes ne sont plus des positivistes. La science du droit a changé grâce d’abord à l’histoire du droit depuis l’école allemande, puis à la sociologie et l’anthropologie juridiques, à la philosophie du droit, la linguistique juridique, autant de disciplines que le juriste ignorait il y a un certain temps. C’est également vrai pour les sciences sociales qui ont de plus en plus tendance à considérer le fait juridique comme faisant partie de leurs propres investigations, surtout l’analyse de la jurisprudence, on le voit beaucoup par exemple dans l’école réaliste américaine. Il y a une ouverture incontestable des sciences sociales vers le droit, de telle sorte qu’aujourd’hui on n’a plus aucune raison de maintenir cette séparation. Le droit est une science sociale comme les autres, et je dirai même qu’il se situe à la croisée des chemins des sciences sociales parce qu’il n’enferme pas dans une discipline. Un juriste peut tout autant étudier le droit sous son aspect historique ou sociologique. Puis le droit et les autres sciences sociales ont une préoccupation commune qui est la quête de la preuve. La question des preuves est centrale pour le juriste : c’est le fardeau de la preuve, les présomptions, les preuves authentiques, les preuves formelles, le commencement de preuve, la preuve parfaite… Le problème fondamental d’un juriste, en droit civil mais aussi en droit administratif puis pénal, est toujours comment prouver les faits, les actes, la volonté d’un mort, d’un vivant et même d’un homme à naître. Le juriste étudie cela dans sa petite chapelle de juriste mais les mêmes difficultés et les mêmes méthodes se retrouvent dans la science historique, l’historien agit très souvent quasiment comme un juge d’instruction, on les retrouve chez l’archéologue, chez l’anthropologue, le sociologue : comment à partir de choses inconnues ou faiblement connues on va parvenir à l’établissement de faits ? Mais en sciences sociales la preuve n’atteint jamais le degré de l’évidence comme en sciences expérimentales ou en mathématiques, elle n’est qu’une lecture possible des faits. À ce propos j’avais écrit un article à paraître, « La tunique de Joseph, la construction des faits et de leurs preuves en sciences sociales ». J’y montre que la tunique de Joseph prend des significations multiples. Dans l’ancien testament elle est utilisée contre lui par la femme de Potiphare comme pièce à conviction pour établir sa culpabilité. Pour le même fait, déchirée par derrière, elle a été comprise par le texte coranique comme la preuve de l’innocence d’un bel homme fuyant les entreprises amoureuses d’une femme infidèle. Ou encore dans d’autres lieux et temps, face à une présomption de décès, comme la preuve d’une mort accidentelle.

La contribution de l’IRMC au développement des sciences sociales

Elle est de premier ordre en Tunisie. Car nous avons une science sociale fermée sur elle-même, pouvant être marquée politiquement, très perméable aux nationalismes, aux idéologies. C’est le cas de toute la sociologie arabophone, crispée et influencée par le nationalisme, faisant de la question linguistique une question centrale et conflictuelle. L’IRMC est un excellent conducteur pour développer cette recherche en sciences sociales que l’on estime supérieure ; supérieure parce qu’elle est ouverte sur le monde, parce qu’elle ne fait pas de l’opposition entre l’Occident et le reste du monde une question existentielle ; c’est la tendance humaniste d’une sociologie et d’une anthropologie qui croient dans les valeurs de l’universel et de la modernité.

L’IRMC est le contre point apporte à toutes ces tendances localistes, à la limite indigènes et du coup indigentes des sciences sociales, et nous devons conserver un vecteur de ce type-la dans notre pays. L’IRMC peut jouer un rôle de pont, que nos laboratoires ou facultés ne peuvent pas jouer parce qu’il existe un mur, un conflit permanent au sein de nos universités entre les francophones et les arabophones, les universalistes et les nationalistes. On retrouve ce conflit partout même dans la composition des jurys de thèse ou de mémoire, dans les élections au Conseil scientifique, du Département, du Doyen, on juge les gens de telle ou telle tendance en fonction de leurs prédéterminations idéologiques. Ces lieux ne sont pas des lieux de pacification ou de réconciliation. Alors que l’IRMC en tant qu’acteur neutre non engagé dans les questions politiques de la Tunisie, peut jouer un rôle de conciliateur entre ces tendances, il peut organiser des séminaires et des colloques communs, appeler les uns et les autres pour exposer leur point de vue dans ses locaux, et varier les publics. L’IRMC c’est également l’ouverture sur les langues, pas seulement le français mais également sur l’anglais : ce qui se fait actuellement en anglais dans le domaine des sciences sociales est énorme et notamment en matière d’islamologie nouvelle. L’utilisation linguistique a des significations. Quand on est arabophone et uniquement arabophone, c’est une pratique d’indigénat, quand on utilise le français comme langue de recherche et d’enseignement c’est un pas vers l’international, et quand on pratique le français et l’anglais et que les trois langues deviennent langues de travail, nous aboutissons à un haut niveau d’internationalisation.

La révolution tunisienne est la chance de notre génération de chercheurs

1280px-AssembléeConstituanteTunisienne22Nov2011_1
Photographie de l’Assemblée nationale constituante tunisienne

Pourquoi ? Parce qu’elle nous met devant une réalité que nous n’avions saisie qu’à travers les livres. L’idée de révolution chez les juristes nous la connaissons dans des cours, mais c’est du papier, ce n’est pas de la réalité. Lorsqu’on dit que la révolution régénère le droit, institue une nouvelle légalité à partir de la violation de la réalité, c’est un problème livresque. Mais la révolution tunisienne nous apporte l’expérience et nous met devant des réalités de ce type-la. Et cela implique pour le juriste de reformuler totalement ses méthodes parce qu’il y a là une matière vivante sur laquelle il peut intervenir. J’ai vu quelques juristes continuer à travailler sur le droit comme s’il ne s’était rien passé, ce qui les met totalement à côté de la plaque. J’ai écrit un article sur la révolution dans ses manifestations constitutionnelles, ou j’entendais exploiter cette idée que la révolution qui est pour le juriste une idée de livre, doctrinale et abstraite, est devenue un laboratoire concret pour étudier la vie réelle du droit, comment on passe à un nouveau droit par l’intermédiaire du non droit ou de la violation du droit. C’est très intéressant, surtout au cours de l’année 2011. Comment peut-on suspendre une constitution ? Pour le juriste positiviste c’est un acte illégal et qui restera une irrégularité, une négativité qui ne peut rien produire. Même chose : comment peut-on instituer un gouvernement provisoire sans référence et sans fondement juridiques ? Comment peut-on produire du droit à partir du néant ? La Tunisie a apporté la réponse a ces questions, et le juriste ne peut pas les ignorer.

L’expérience que nous vivons actuellement est de la plus haute importance pour l’enrichissement du droit. On peut en dire autant sur le plan des autres sciences sociales pour les collègues anthropologues, sociologues, sur ces périodes d’accélération de l’histoire où on voit par exemple un jeune perdu mais qui n’avait rien d’un islamiste, se transformer brutalement, se laisser pousser une barbe, se créer de nouveaux repères, de nouvelles références. J’ai rencontré au cours de mes conférences des personnes perturbées mentalement qui prennent la parole, qui viennent me voir à la fin avec des dossiers de proposition de constitution, des dessins, des schémas, j’en ai gardé un qui est sublime, avec des propositions constitutionnelles et des perspectives d’avenir, des choses inouïes qui ont leur propre rationalité. C’est intéressant sur le plan de la psychologie sociale, c’est un phénomène nouveau qui constitue un laboratoire. Ou encore cet article paru dans La lettre de l’IRMC qui nous dit que la révolution tunisienne n’est pas un phénomène urbain et trouve ses racines dans le monde rural et dans l’opposition villes campagnes…

Un nouveau terrain s’ouvre pour la science politique. Cette idée que le monde arabe est incrusté dans l’obéissance, et moi-même je l’ai écrit, que la passivité fait partie de nos chaînes, du prince pivot du monde et représentant de Dieu, du pouvoir qui est un pasteur et de nous les citoyens qui sommes le troupeau, ces doctrines politiques génétiques du monde arabe, sont finies et atteintes dans leurs profondeurs. Les révolutions dans le monde arabe même si elles aboutissent à des contre révolutions, ont démontré que c’était une aberration. La révolution en Tunisie a mis fin à cette légende de la démocratie comme importation occidentale et pas mal de schémas sont à revoir en sciences politiques. Maintenant on est encore dans l’œil du cyclone, on n’a pas suffisamment de recul pour théoriser. Mais chacun de nous doit témoigner et apporter une contribution de ce qu’il fait, de ce qu’il sent, de ce qu’il voit en tant que chercheur. Moi je peux dire ce que je ressens comme juriste, ma vie, ma carrière à l’université ont été quiètes, linéaires, et là je suis totalement déstabilisé. Je ne regrette pas du tout parce que je me sens enrichi, je vois en moi un nouveau développement, je peux témoigner, et la théorisation viendra plus tard. Chaque chercheur, chaque scientifique doit apporter son témoignage, et l’IRMC est en train de le faire.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Yadh BEN ACHOUR

est juriste et membre du comité des droits de l’Homme des Nations unies, et président de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution.

Pour citer ce billet : Yadh Ben Achour, « Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne », Le Carnet de l’IRMC, 28 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1314

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’

Ben Amor
Photographie de Ridha Ben Amor

Les temps forts de l’histoire de l’IRMC ont été particulièrement marqués par les colloques et des travaux sur les compétences des citadins dans les années 1990, les diplômés de l’enseignement supérieur, les notions de privé/public en Islam ; dans les années 2000, le compromis dans les sociétés arabes, et ces dernières années enfin par les réflexions sur l’économie solidaire, les associations, un renouvellement des problématiques sur le travail, la citoyenneté, la religiosité… Aujourd’hui, et depuis deux ans, une réflexion s’engage sur les moments décisifs de la « révolution ». Il y a là un chantier à développer sur l’apport des sciences sociales pour en cerner nombre de dimensions essentielles : du point de vue des discours avec les linguistes, du point de vue comparatif sur les autres révolutions avec les historiens, puis sur les représentations et les « déceptions » de la révolution, ainsi que les formes de changement social et ses mécanismes, etc.

La rupture ontologique

Dans l’avenir et dans une démarche comparative, des problématiques transversales sur les jeunes, sur les formes du religieux, sur la construction de la citoyenneté, devront explorer les questions de la transmission et de la mémoire collective. Une des explications possibles de l’« islamisme » réside précisément dans l’échec des formes de transmission : on ne sait pas ce qu’était la Tunisie des années 1930, on connaît mal nos proverbes qui font partie de notre habitus, et on entend au quotidien des gens dire à propos de certaines pratiques actuelles « ce n’est pas notre islam, on est tunisiens ! ». En écho à ce qui semble constituer un « moment décisif » pour ne pas dire « refondateur », l’on assiste au début d’une rupture ontologique qui se dessine, qui interroge bien sur les pratiques et les formes de la religiosité, mais qui touche l’intime de la personne, la construction du moi et la conscience de soi dans son rapport à l’extériorité, à un modèle de société où l’on ne s’est jusqu’à présent pas beaucoup préoccupé de celui qui consomme de l’alcool ou pas, de celui qui prie ou pas, etc. ; on découvre qu’on veut imposer de nouvelles formes de contrôle social dont on n’était pas coutumier. C’est cette rupture que nous vivons actuellement : elle n’est pas économique, ne tient pas aux politiques sociales, mais elle touche l’ontologie de l’être, c’est-à-dire la manière dont on se projette, la construction de soi dans la société. Car, derrière la notion de liberté revendiquée, c’est le soi qui se construit, par exemple quand on dit « je suis libre de porter ou de ne pas porter le voile », il s’agit là d’une construction ontologique. « Je suis libre de ne pas le faire c’est mon affaire », « je suis libre de croire et d’appliquer les prescriptions de la religion à ma façon », et cette rupture ontologique se décline différemment sous forme d’interrogations (« les imams peuvent-ils descendre dans la rue et conduire une manifestation ou doivent-ils rester dans leur mosquée ? ») ou sous forme d’indignation (« ce n’est pas le

Qatar et on est en Tunisie », « un Qatari te dira qu’il n’est pas prêt à devenir Tunisien »). La notion de « tunisianité » questionne cette ontologie de « l’être social » et signifie un vécu, une orientation, un héritage que l’on assume plus ou moins, un habitus dans lequel se forgent des prédispositions comme dit Bourdieu et où chacun va puiser. Dans ce contexte, l’ontologie signifie pour moi, une approche du quotidien qui s’adosse à une sédimentation historique dont les contours demeurent à définir, sans pour autant verser dans un quelconque essentialisme. Toutefois, ce qui semble acquis, c’est qu’entre l’héritage historique, souvent rappelé par certains intellectuels et hommes politiques en termes de modernité à laquelle on aurait accédé il y a plusieurs décennies et le vécu actuel de cette appartenance par d’autres catégories sociales, il y une espèce de hiatus qui interpelle le chercheur.

Revisiter les paradigmes des sciences sociales

BenAmorLes sciences sociales en Tunisie et même à l’IRMC, ont jusqu’à présent été sélectives : on a parlé de développement, de politiques sociales, d’exclusion, de migration, mais peu de construction de l’État, peu des classes sociales et des inégalités, ou d’aménagement du territoire et des disparités régionales, peu, jusqu’à il y a 2 ou 3 ans, de la pratique de la religion. Cela est lié aux interdictions et autres obstacles politiques qui nous orientaient plus sur certaines problématiques, mais en Russie, dans le temps, il me semble qu’il y avait des formes de sociologie « clandestine » ? ! Alors pourquoi les sciences sociales ne l’ont pas fait chez nous, même si cela s’est passé jusqu’à un certain point dans le roman, le cinéma, le théâtre ?

Mis à part quelques chercheurs comme Michel Camau ou Beatrice Hibou. Tout en tenant compte de la qualité certaine de leurs travaux, leurs modèles n’ont pas été suffisamment imprégnés par des enquêtes de terrain, ils n’ont pas pu voir derrière certaines apparences ce qui travaillait en profondeur les populations et les quartiers là où des formes de contestations couvaient et pouvaient donner lieu à autre chose que de l’obéissance. Mais, au-delà de ces considérations, cela me conduit à questionner les paradigmes. Lorsque ces chercheurs s’interrogent, par exemple, sur « surveiller et punir », ils évoquent des sociétés dans une autre configuration que la nôtre, où les champs (pris ici au sens bourdieusien) sont plus compartimentés selon le social, le professionnel, l’urbain,… alors que ces distinctions entre les différentes sphères fonctionnent difficilement sur notre société. Quand tu réfléchis sur la famille, l’amitié, le voisinage, le travail, tout est en « chevauchement » entre les domaines de la réflexion et ceux de la vie sociale : l’entreprise c’est à la fois la famille mais aussi l’éthique et la religion, ce n’est pas compartimenté. Idem quand on réfléchit sur la famille par exemple, on se rend compte assez vite de l’imbrication des réseaux familial, vicinal, amical, régional, etc. Sans aller jusqu’à dire que tout est dans tout, on n’observe pas moins cet enchevêtrement dont il est difficile de ne pas tenir compte dans l’analyse des formes de sociabilité et d’entraide par exemple.

Alors, pour faire avancer les sciences sociales, revisitons les paradigmes et les travaux à la lumière de tout ce que l’on n’a pas vu, de tous les manques sur lesquels on n’a pas réfléchi. Dans ce nouveau moment plus difficile et fondamental, interrogeons-nous sur le paradigme de l’ontologique et du vécu. Par exemple après avoir travaillé sur les compétences ou le réformisme, interrogeons-nous sur le vécu de la révolution et ses discours : comment le dialecte est mobilisé dans les régions pour exprimer un vécu ? Il faut voir à ce propos la manière dont une femme de plus de 60 ans s’adressait directement au premier ministre ainsi interpellé : « Eh ! Jbali ! ». On a rarement fait ça auparavant, et c’est peut-être là une autre facette de la rupture ontologique, cela se joue sur l’être. Et dans ce cadre l’apport de l’IRMC pourrait être de mobiliser les philosophes et les anthropologues, plus outillés sur cette question de l’identité et de la reconnaissance. Une autre question qui se pose est celle des élites dont on dit qu’elles auraient « occidentalisé » le pays, se seraient trompées et l’auraient conduit à une forme d’aliénation, et qu’il s’agit de les ramener sur le « droit » chemin. Du coup, on ne sait plus qui sont les élites et leur rapport à la société, avec quelle relève et quelles nouvelles élites l’on veut préparer… Il y a aussi la question des inégalités sociales : on connaît le plus l’aspect socio-économique par les enquêtes de consommation, mais peu les inégalités régionales et socio-spatiales, leur vécu et les représentations qui s’y rapportent… Dans la même lignée, il y a lieu de revenir également sur les mots d’ordre portés par la « révolution » tels que justice, dignité, liberté, etc. et la manière dont ils sont appréhendés par les uns et par les autres.

L’IRMC demain : s’ouvrir en gardant son identité

Dans ce cadre thématique, l’IRMC restera à l’international un pont entre les cultures mais avec un bémol du fait de l’échange inégal et compte-tenu du faible développement des sciences sociales en Tunisie. Il n’y a plus le CERES, et peu de labos dédiés aux sciences sociales. Mais la « révolution » a changé des choses, il faut faire bouger les frontières linguistiques, je vois maintenant un autre public de tous horizons, avec des échanges de doctorants, des demandes d’associations. Puis l’un des effets pervers de la bipolarisation à laquelle on assiste, à force de stigmatiser l’Occident et la culture occidentale, va inciter certains publics à venir à l’IRMC et à vouloir puiser dans cette culture. On va revenir a une attitude ambivalente ; on continuera à vouloir émigrer, y compris clandestinement et à dire qu’on garde ses distances avec l’autre rive de la Méditerranée. Et plus on stigmatisera l’Occident, plus on créera des besoins et un rééquilibrage en ce sens. À ce propos, on gagnerait à avoir dans la Lettre une recension des travaux en arabe. C’est un centre de recherche qui doit s’ouvrir sur la langue arabe et les arabisants. Mais, ceci étant, pas plus que cela. Il faut réajuster, certes, en s’enrichissant bien entendu, en s’ouvrant sans doute vers d’autres publics, arabisants et associations ainsi que d’autres disciplines, mais l’IRMC doit garder son identité, il ne faut surtout pas « perdre son âme ». C’est un peu comme certains Tunisiens qui ne veulent pas devenir Qataris, il faut faire bouger les frontières, tout en restant un centre spécialisé sur le Maghreb, et il n’en y a pas beaucoup. L’IRMC doit s’ouvrir sur les tendances qui travaillent la société tunisienne, les régions, les jeunes, les formes de la religiosité, et il a les réseaux et la logistique pour mener ce regard croisé, car que valent les sciences sociales sans ce comparatisme ? S’ouvrir en gardant son identité ; c’est la sa cohérence et le meilleur antidote contre l’intolérance.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Ridha BEN AMOR

est sociologue, enseignant-chercheur à l’Université de Tunis.

Pour citer ce billet : Ridha Ben Amor, « L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’ », Le Carnet de l’IRMC, 24 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1307

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les méthodes d’observation en démographie et sciences sociales

Compte rendu d’atelier de recherche sur « les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales » Hammamet- Tunisie, 18-20 Juin 2012.

L’École doctorale de l’Université de Tunis, l’Institut National des Études Démographiques (INED-France), Institut de recherches sur le Maghreb contemporain (Tunis) le laboratoire de recherche en Anthropologie de la Santé GRAS (Oran), et l’Association Marocaine de recherches et Études sur la migration (Amerm-Rabat) ont organisé entre le 18-20 Juin 2012 à Hammamet-Tunisie, un atelier de recherche sur le thème, les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales.

En rappel, cet atelier de recherche s’inscrit dans le cadre d’une continuité d’événements scientifiques organisés entre des chercheurs tunisiens et des chercheurs de l’INED et qui ont débuté depuis 2006. Avec l’implication de l’IRMC dans l’organisation, les rencontres scientifiques sont devenues plus consistantes et se sont focalisées essentiellement sur les questions de migration. Les précédentes rencontres avaient pour thèmes :

Migrations : Quelles perspectives. Nouveaux défis, nouveaux axes de recherche, ONFP, 29-30 novembre 2006, Tunis.

Les migrations internationales au Maghreb depuis le XVI siècle, « Colloque international », CERES-INES-EHESS, novembre 2008, Tunis.

Migration en Méditerranée et crise internationale, CERES-IRMC-INED, Colloque de 25-27 Juin 2009, Tunis.

Changements démographiques, territoire des populations et identité au Maghreb et en Méditerranée occidentale, Académie Tunisienne des Sciences, des Lettres, et des Arts-IRMC-INED, Colloque 26-27 Mai 2011, Carthage.

Le choix du sujet de cette année était motivé par le vide dont souffre l’Université tunisienne, notamment, dans les écrits sur la méthodologie de recherche en démographie. Pour cette raison, notre atelier de recherche avait pour objectif de :

1) Créer un courant d’échanges scientifiques entre les différents acteurs de la recherche en démographie au Maghreb et en France

2) Susciter parmi les étudiants maghrébins préparant des Masters et des Doctorats un intérêt pour les études et les recherches portant sur les questions de population.

3) Créer une dynamique de recherche commune autour des questions de population en général et cela en regroupant des chercheurs et des post-doc, ou des étudiants préparant des Master et des Doctorats, aussi bien dans les pays du Nord que ceux du Sud de la Méditerranée (perspective de codirection de thèses et mémoires).

4) Permettre aux étudiants maghrébins et aux jeunes chercheurs d’exposer leurs travaux, et de bénéficier de l’expérience acquise par des chercheurs plus expérimentés.

5) Consolider et étoffer le réseau de chercheurs de différents pays travaillant sur les mêmes axes de recherches.

6) Mobiliser les compétences dans les différentes disciplines (démographie, géographie, sociologie, économie, gestion, statistique, histoire…) et cela afin de converger vers une analyse multidisciplinaire et multiculturelle de la problématique de la population.

7) Fournir aux étudiants et doctorants maghrébins une plus grande ouverture et une formation sur les approches et les méthodes d’analyse utilisées en démographie et plus largement en sciences sociales

8) Apporter aux postulants européens une plus grande connaissance sur les sujets traités aux Sud, d’avoir une plus grande connaissance du terrain et d’élargir leur réseau de contact

9) Faire bénéficier les jeunes chercheurs maghrébins de séjours scientifiques ou d’un apport bibliographique que peuvent fournir une institution comme l’INED.

10) Permettre aux jeunes chercheurs français et éventuellement européens qui travaillent sur des sujets se rapportant au Maghreb, d’avoir un premier contact avec l’environnement universitaire maghrébin pour un éventuel séjour ou une éventuelle coopération de recherche.

11) Aider et préparer les jeunes chercheurs à faire la jonction entre les problèmes sociaux et politiques d’une part, les instruments statistiques et démographiques les plus aptes à leur traitement, de l’autre (modèles, théories, simulations).

Le public concerné était les doctorants intéressés par les questions de population, dans une démarche quantitative (traitement de bases  de données : enquêtes, recensement, etc.) ou qualitatives (entretiens, archives, etc…).

Par ailleurs, cet atelier avait pour objet l’approche des méthodes d’observation en sciences sociales à travers la présentation de différentes sources et différents outils de traitement.

– outils de la démographie (suivi de cohortes, analyse biographique…)

– sources en démographie (statistique publique, archives…)

– méthodes d’enquête (échantillon, questionnaire…)

– analyse des données (multivariée, logistique, …)

– traitement de données textuelles (questions ouvertes, entretiens…)

– méthode d’analyse de données longitudinales

– outils de la représentation cartographique

Cet atelier s’est tenu durant trois jours à Hammamet, et il a vu des interventions variées en fonction des thématiques de recherches des intervenants.  Les participants étaient composés de :

9 chercheurs de l’Institut National des Etudes Démographiques

5 chercheurs de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis

Monsieur le directeur de l’IRMC, lui-même chercheur.

Une doctorante de l’INED

2 Doctorantes de l’IRMC

3 Doctorantes de l’Université Mohamed V – Rabat.

5 Doctorants du CRASC-Oran.

Doctorants de l’Université de Tunis

Doctorants de l’Université de Sfax

Doctorants de l’Université du Centre

La séance d’ouverture a été présidée par le Pr Amor Belhedi. Dans son allocution d’ouverture de l’atelier de recherche M. Noureddine Kridis le doyen de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis a insisté sur l’importance des activités scientifiques réalisées en coopération notamment en sciences sociales. Il a souligné qu’il portera tout son soutien à ce genre d’initiatives qui ne peuvent être que bénéfiques pour la recherche et notamment pour les jeunes chercheurs.

Puis, se sont suivis les représentants des différentes équipes organisatrices, Mme France Guérin-Pace, responsable de l’UR 12 de l’INED, M. Pierre-Noël Denieuil directeur de l’IRMC, M. Adnane Hayder directeur l’école doctorale de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis et M. Hassène Kassar coordinateur de l’atelier de recherche. Tous les intervenants ont insisté sur l’importance de cet atelier de recherche. Aussi, ils ont souhaité que cette initiative devienne une tradition de coopération annuelle entre les différentes structures de recherches.

La première Séance a débuté par l’intervention de M. Ali Hammami, intitulée « L’enquête en sciences sociales : problèmes épistémologiques et de méthode ». M. Hammami part de la problématique d’absence de lien entre le cadre théorique et le travail empirique, entachant certains travaux de recherches, pour ainsi exposer un large aperçu sur les fondements épistémologiques d’une part, les méthodes et procédés scientifiques d’autre part, en sciences sociales. Le débat fondateur des sciences sociales repose sur des questionnements d’ordre ontologique, herméneutique et méthodologique. Il en découle des visions et des perceptions du monde différentes, donnant lieu à des processus et des moyens de travail adoptés diverses et variés.

La deuxième intervention fût présentée par M. Mohamed Ali Ben Zina intitulée « L’analyse par génération et l’analyse intergénérationnelle », M. Ben Zina a défini la notion de génération selon plusieurs auteurs (Auguste COMTE, Karl MANNHEIM…etc.), puis il a relevé l’intérêt de l’utilisation de la dite notion en sciences sociales, qui se situe dans trois faits : la mobilité sociale, la reproduction sociale et la transmission générationnelle. Par ailleurs, il existe plusieurs techniques d’analyse intergénérationnelle et d’analyse par génération : Le diagramme de LEXIS, la table de mobilité (ou table de destinée) et la table de recrutement. En illustration empirique, le professeur a exposé le cas de l’étude sur la mobilité éducationnelle en Tunisie.

La deuxième séance fût entreprise par Mme France Guérin- Pace et F. Maillochon intitulée « Echantillon et questionnaire d’enquête », dans cette communication les intervenantes ont expliqué l’élaboration d’échantillon dans le cadre d’enquêtes quantitatives et en absence de données socio-démographiques sur la population (théorie des sondages, base de sondage, tirage aléatoire et son amélioration par stratification ou par grappe). Dans le cas où les données sur la population mère ne sont pas disponibles, on procède par des enquêtes exploratoires probabilistes sans base de sondage dans le cas des TLS : Time Location Sampling (échantillon lieux-temps) ou les RDS Respondant driving sampling (échantillonnage déterminé par les répondants, boule de neige probabiliste).

La communication suivante de B. Garnier et A. Lebugle était intitulée « Cartographier des données statistiques » cette communication a pu intégrer aussi bien une approche théorique que pratique. Elle avait pour objectif de présenter aussi bien les données quantitatives que qualitatives sur une carte, d’identifier la finalité de la carte, de préparer les données, le fond de carte et les variables, de respecter les règles de sémiologie graphique et de créer une carte avec le logiciel Philcarto.

La communication de S. Hohmann : Recueillir le parcours de vie des migrants présentait une enquête auprès des travailleurs migrants en Asie Centrale par une  approche biographique. La chercheure a étudié la trajectoire de 35 migrants dans 7 villages tadjiks et a essayé de reconstruire l’histoire de l’enquêté ainsi que celle de son entourage. Elle a utilisé la méthode biographique Age-Evénement (ageven) pour retracer les événements marquants dans les parcours de vie des enquêtés.

A. Lebugle : Confronter et traiter des sources de données administratives. La chercheure a essayé d’expliquer comment estimer le taux de fécondité en cas de statistiques imparfaites et les différentes méthodes qui ont été utilisées en Iran pour pallier cette imperfection.

 J. Deauvieau : Traiter les données d’enquête par les méthodes d’analyse factorielle. Le chercheur a montré la logique générale de fonctionnement de la méthode AFC : L’analyse factorielle des correspondances utilisée pour explorer un tableau croisé et la méthode ACM qui est une extension de l’AFC quand le nombre de variables est supérieur à deux. En présence de variables numériques l’analyse en composantes principales ACP est utilisée. La séance a été appuyée sur des exemples concrets, et sur le logiciel libre TRIDEUX.

F. Guérin-Pace et B. Garnier : Traitement statistique de données textuelles. Les deux chercheures ont démontré les étapes du traitement des données textuelles (sélection des mots à analyser, construction des tableaux lexicaux et les différentes méthodes d’analyse utilisées : méthode factorielle, les méthodes de classification …) l’exposé a été appuyé par des exemples de logiciel de traitement de données qualitatives SPAD et ALCESTE

M. Blidon : Ethique, terrain et réflexivité. La chercheure a montré les différentes approches de l’éthique et présentation de quelques articles de la charte de l’Association française de sociologie sur la production des connaissances scientifiques, la propriété, le partage et l’archivage des résultats de la recherche, la diffusion de la connaissance, sur la responsabilités envers les subordonné(e)s et les collaborateurs, la responsabilité envers les financeurs, commanditaires, mécènes, clients…responsabilités envers les enquêtés. A la fin de la présentation la chercheure a exposé les règles de la CNIL/CNRS

Dernière journée de l’atelier

K. Kateb : Traitement statistique des enquêtes boule de neige. Exemple des migrants de retour quels impacts ? Quelle politique possible ? A travers trois enquêtes au Maghreb : 2003: Souss-Casablanca, 2006 : MIREM (Algérie, Maroc, Tunisie), 2008: Amerm (Tanger, Tétouan). Le chercheur a utilisé l’analyse multivariée et l’analyse factorielle, ainsi qu’une classification typologique des profils des migrants de retour appliquée aux enquêtes sur la migration de retour.

F. Maillochon : D’une approche individuelle à une approche relationnelle l’apport de la notion de « réseau social ». Cette approche se base sur un niveau d’analyse intermédiaire entre micro et macro-analyse c’est l’étude des relations plus que les individus. Elle privilégie l’étude des pratiques plus que les institutions et l’étude des processus plus que les formes. La chercheure a présenté quelques logiciels qui permettent de représenter graphiquement les « réseaux sociaux ».

A la fin de l’atelier, Madame France Guérin- Pace et Mr Hassène Kassar, se sont félicités du déroulement des travaux, et ont espéré que cet événement devienne une tradition annuelle qui regrouperait les démographes Maghrébins et Français.

Hassène Kassar, Sawssen Fray, Wafa Baba

 

Pour citer ce billet : Hassène Kassar, Sawssen Fray- Wafa Baba, « Les Méthodes d’observation en démographie et sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 18 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/776

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’autre Tunisie. Les intellectuels de l’opposition défont les mailles de l’islam politique. Réflexions à partir de la conférence d’Hélé Béji « des hommes et des dieux »

Manifestation de Tunisiennes pour la défense de la laïcité.
© Wassim Ghozlani

L’autre Tunisie. Les intellectuels de l’opposition défont les mailles de l’islam politique. Réflexions à partir de la conférence d’Hélé Béji « des hommes et des dieux »[1].

Il est peu dire qu’aujourd’hui en Tunisie, sciences sociales et militantisme politique se télescopent. La réflexion sur la société tunisienne ne lésine pas sur l’utilisation des sciences sociales devenues dès lors réservoir de concepts, de preuves historiques et de gage d’objectivité venus dire au gouvernement et à son électorat qu’ils se fourvoient. Cela semble mener au problème relevé par Vincent Geisser lié au fait de « s’extraire intellectuellement du débat politico-médiatique du moment »[2] ? Même si la crainte de Vincent Geisser concerne le discours scientifique sur l’islam en France qui emprunte un « mode dramatique », elle s’appliquerait sans trop de contorsion au cas de la Tunisie post-2011.

Samedi 17 novembre 2012, quand tout Tunis ou presque bat au rythme du match de l’Espérance, le Palais ouvre la sixième conférence des « dialogues de Carthage ». Le président de la république y accueille le prédicateur salafiste Béchir Belhassen. Moncef Marzouki introduit l’invité en rappelant l’inacceptable décès des deux jeunes salafistes, « Tunisiens avant tout », qui ont menés une grève de la faim durant deux mois suite à leur arrestation durant l’attaque de l’ambassade des États-Unis[3].

L’écrivain Hélé Béji  n’a pas manqué de relever avec ironie ces deux évènements, le match de football et la conférence salafiste, qui ont concurrencé la tenue de sa propre conférence. Pourtant, l’assistance de cette intellectuelle, qui  affirme parler en tant qu’Occidentale et non Orientale, est bien là, traduisant d’elle-même une préoccupation commune, celle d’une révolution ressentie comme usurpée et d’une situation actuelle difficile à accepter. Au-delà de la composition du gouvernement tunisien actuel, c’est le « retour du religieux » (citation de l’auteure) qui perturbe et fait polémique auprès de Tunisiens qui évoquent souvent avec nostalgie la pratique « laïque » de la religion des générations précédentes.

Session inaugurale de l’Assemblée Nationale Constituante.
© Tunisie Numérique

La conférencière attribue ce phénomène au déclin de l’humanisme, symptomatique de la « tyrannie de l’actuel » qu’entretiennent les médias accusés d’être une « culture sans mémoire » (citation). Selon Hélè Béji, la religion musulmane fait, pour la majorité, office de morale humaniste. Elle apparait comme un gage d’humanité, de conscience, de souci de l’Autre. Le choix électoral de l’islam politique est alors explicable par cette injection de morale que les électeurs ont voulu réintroduire dans la sphère du politique souillée par les anciens dirigeants. Mais l’application d’une éthique politique issue du parti Ennahdha est selon Hélé Béji vouée à l’échec ; le texte constitutionnel étant écrit par « des hommes et non par des dieux » et la sécularité de la société tunisienne étant trop avancée pour mener à un despotisme sous couvert du religieux. L’issue est pour la conférencière au « désenchantement du religieux » qui découle du schisme alors dévoilé entre foi et gouvernance de la vie du pays. Conséquence même de la présence du religieux dans la sphère du politique, c’est la politisation de l’islam qui va perdre l’islamisme. Enfin, Hélè Béji constate les fossés qui creusent la société tunisienne (entre « islamisme » et « modernisme ») et appelle au modèle racial américain dont l’actuel président tente de transcender les clivages. Durant le discours d’Obama de 2008 «  a more perfect union », il déclare comprendre les appréhensions de sa grand-mère blanche envers les Noirs. L’effort de synthèse qu’il a su faire entre ses différentes « identités » dans ce discours devrait, selon Hélé Béji, inspirer un nouveau modèle politique tunisien, alternatif et ouvert à la différence.

Le « retour du religieux » qui effraie certains et offre l’apparence d’un clivage grandissant dans la société tunisienne n’est-il pas à replacer dans une fresque historique et sociale dont la révolution participe mais n’en est qu’un « évènement ».

Manifestation suite au viol d’une jeune femme par deux policiers
© Fethi Belaïd / AFP

« J’ai mis le voile le 14 au soir », me confie Asma. Le 14 c’est bien sur le soir de la fuite de Ben Ali. Vers 21h, on a compris qu’il ne reviendrait plus et donc que tout un régime d’oppression s’effondrait avec lui. Cette peur qu’il avait infiltrée dans tous les secteurs de la société était surtout prégnante dans le domaine de la pratique religieuse. Si beaucoup de membres de l’historique parti politique Ennahdha[4] vivaient en exil notamment au Royaume-Uni, en Tunisie, quand ses militants n’étaient pas en prison, toute expression de sa foi était policièrement suspecte. Les mosquées sous surveillance et soumises aux contrôles d’identité de la police se vidaient de leurs fidèles. Les signes « physiques » de religion comme le port de la barbe ou de la jebba (robe) n’avaient pas droit de cité. Du côté des femmes, le port du voile embarquait les femmes dans des justifications et des contrôles lassants voire harcelants. Une étudiante étrangère voilée venue à Tunis pour un stage de langue arabe m’affirmait souffrir des regards inquisiteurs au centre ville de Tunis : « il faut venir dans un pays arabe pour ne pas être la bienvenue en tant que voilée ! » (2009).

Bien que les dernières années du système Ben Ali ont joué sur le registre du religieux, cette mainmise sur l’islam dans l’espace public, jusqu’où intériorisée par les Tunisiens, offrait au visiteur et à l’international l’image glamour d’une Tunisie « laïque » car méditerranéenne[5] donc peu attachée à un islam mondialement stigmatisé. On pouvait dès lors dormir sur ses deux oreilles dans cette « extension récréative, thalassothératique et industrielle de la France et de l’Europe »[6] que fut la Tunisie et qui prit fin en janvier 2011.

Si militer dans un parti islamiste et exprimer sa religion par des signes extérieurs comme le port du voile sont deux choses distinctes, elles semblent avoir été confondues particulièrement depuis l’issue du vote de l’assemblée constituante d’octobre 2011. L’augmentation de la présence physique et publique de jeunes filles voilées, d’hommes portant une barbe taillée à la manière islamiste voire la médiatisation à outrance des revendications « salafistes » (comme à l’Université de La Manouba en décembre 2011) ont mené à une psychose sur l’islamisation en cours de la société tunisienne. Cette crainte d’un « retour en arrière », d’une dégradation du statut de la femme voire de l’avènement d’un khalifa (terme utilisé pour évoquer une gouvernance uniquement religieuse) provient tant des médias étrangers que de médias et intellectuels tunisiens (le voile comme agissement à « comprendre » ou pathologie[7]). Pourtant, au-delà d’un phénomène de « mode » et d’esthétique d’ailleurs bien antérieur à la chute du pouvoir en Tunisie[8], le « retour » au port du voile a représenté pour les jeunes femmes concernées un souffle de liberté sans précédent, une prise en main de leur destinée, une mise en accord avec leur croyance religieuse quant il a pu aussi représenter pour d’autres l’expression d’un choix politique.

Image d’une manifestation à Tunis, extraite du documentaire Laïcité inch’Allah !
© Nadia El-Fani

Aujourd’hui, plus d’un an après la mise en place d’un gouvernement à majorité islamiste du parti Ennahdha, et comme dans toute démocratie qui se respecte, les premières déceptions éclosent et les positionnements se réajustent. Le voile peut en être un signe. C’est le cas d’Asma qui a retiré son voile en novembre 2012 et m’affirme « ne plus jamais vouloir le remettre » par opposition aux Islamistes et aux Salafistes qu’elle juge « kif kif ». Et cette jeune femme attend avec impatience les prochaines élections pour lesquelles elle votera de nouveau communiste (POCT fondu dans la collusion Jebha Cha’abiyya en septembre 2012).

Message politique ou engagement personnel, le voile, et plus largement la place de l’islam dans la société tunisienne, expriment plus qu’ils ne laissent paraitre. Si les lectures linéaire et conservatrice (basées sur des préjugés de ce que peut une religion) mènent à une vision catastrophique du présent et de l’avenir, les parcours individuels, eux, ramènent à la complexité de leurs pratiques, entre la destinée que l’on veut s’offrir et les évènements qui font une société.

Stéphanie Pouessel
Anthropologue, IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « L’autre Tunisie. Les intellectuels de l’opposition défont les mailles de l’islam politique. Réflexions à partir de la conférence d’Hélé Béji « des hommes et des dieux » », Le Carnet de l’IRMC, 29 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/611

 

 


[1] 17 novembre 2012, Collège international de Tunis, Tunis.

[2] Vincent Geisser, 2012, « ‘La question musulmane’ en France au prisme des sciences sociales. Le savant, l’expert et le politique, Cahiers d’études africaines, LII (2-3), p.358.

[3] Et dont voici un extrait : « Je protège le droit et surtout les droits de l’Homme, en particulier le droit d’opinion et de croyance et de l’intégrité physique et le droit à un procès équitable, même pour ceux qui ont violé la loi. Il y va de ma responsabilité, en tant que chef de l’Etat, de ne pas accepter qu’un Tunisien soit menacé pour ses croyances ou pour ses choix vestimentaires, je protège les mêmes droits au travail et à l’éducation de la femme tunisienne qu’elle porte le voile, le niqab ou qu’elle rejette l’un ou l’autre ».

[4] Ennahdha découle de la Jama’a islamiyya (créée en 1971) devenue MTI (Mouvement de le Tendance Islamique) en 1979 ;  voir la thèse de Mickaël Béchir Ayari : « S’engager en régime autoritaire. Gauchistes et islamistes dans la Tunisie indépendante », Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, Université Paul Cézanne – Aix Marseille III, 2009.

[5] Driss Abbassi, 2005, Entre Bourguiba et Hannibal. Identité tunisienne et histoire depuis l’indépendance, Karthala-IREMAM.

[6] Jocelyne Dakhlia, 2011, Tunisie, le pays sans bruit, Actes Sud, p.30.

[7] Hélé béji, 2011, Islam pride, derrière le voile, Paris, Gallimard.

[8] Mohamed Kerrou, 2010, Hijab, nouveaux voiles et espaces publics, Tunis, Cérès.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Istex : projet et enquête pour un nouvel outil à destination des chercheurs

Lancé officiellement en avril 2012, le projet ISTEX (Initiative d’excellence de l’Information Scientifique et Technique) dont le mot d’ordre est « l’excellence documentaire pour tous » vient d’ouvrir son site web dédié.

Ce projet a pour principaux objectifs :

  • offrir un accès en ligne à un grand corpus de collections rétrospectives de la littérature scientifique dans toutes les disciplines à l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche
  • renforcer la recherche et l’enseignement supérieur français sur la scène mondiale

ISTEX s’engage ainsi à « construire le socle de la bibliothèque scientifique numérique nationale ».

Les auteurs et acteurs du projet

Initié par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR), ce projet d’envergure nationale associe quatre partenaires : le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES), le Consortium Universitaire de Publications Numériques (Couperin1), et l’Université de Lorraine agissant pour le compte de la Conférence des Présidents d’Université (CPU).

Ce projet repose également sur la participation active d’autres acteurs : les chercheurs et enseignants-chercheurs à qui ce projet est destiné et les professionnels des structures documentaires qui assureront la communication du projet et aideront à l’expression des besoins en ressources.

Les étapes du projet :

Le projet se déploie en deux étapes :

  • Première étape, celle d’un vaste programme d’acquisition de ressources scientifiques (plusieurs millions de documents numériques) qui regrouperont un ensemble de collections rétrospectives composées de revues, livres électroniques ; corpus de documents patrimoniaux numérisés, bases de données…
  • La seconde étape consiste en la création de la plateforme ISTEX qui hébergera l’ensemble des données. Entre autre, la plateforme permettra aux utilisateurs un accès systématique vers le texte intégral du document ; un moteur de recherche avec des modalités spécifiques d’interrogation et de téléchargement, des services de traitement des données (extraction de données, fouille de textes, production de synthèses documentaires et de corpus terminologiques…)

Laccès aux ressources documentaires pourra être disponible dès début 2013 via les sites Internet des éditeurs, puis en 2014 via la plateforme ISTEX.

L’enquête

Afin de cibler aux mieux les attentes des chercheurs, le projet ISTEX fait appel directement aux chercheurs via une enquête. En effet, les acquisitions seront déterminées en fonction des besoins recensés dans les différentes communautés.

Cette enquête, est disponible à l’adresse suivante : http://enquete.inist.fr/launay/istex/istex.hyp?lang=FR&query=input&format=html .

Elle constituera donc une base pour la sélection des ressources, effectuée par un comité de pilotage chargé de valider les choix et de hiérarchiser les priorités d’acquisitions en veillant aux équilibres disciplinaires.

 

Pour citer ce billet : Pauline Derlon, « ISTEX : projet et enquête pour un nouvel outil à destination des chercheurs », Le Carnet de l’IRMC, 18 septembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/507