Archives par mot-clé : sciences humaines

Une valorisation de la recherche à multiples facettes « Semaine virtuelle: qu’est-ce que l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne ? »

Par Manon Rousselle

Du fait de la situation sanitaire internationale en 2020, nous avons été contraints d’annuler, reporter voire repenser des activités très attendues et de grande ampleur. Ainsi, la 5ème édition de l’EDI a pâti de l’impossibilité de voyager ou de garantir les conditions sanitaires nécessaires au plus grand nombre. Elle a donc été reportée en juin 2021. Cela a néanmoins été l’occasion, lors de la semaine habituellement dévolue à l’EDI, de créer un événement de promotion digitale, sur les réseaux sociaux, pour revenir sur les quatre ans d’existence de cette école.

Due to the 2020 international health situation, we have been forced to cancel or postpone or even rethink highly anticipated and large-scale activities. Thereby, the 5th edition ot the EDI suffered from the inability to travel or ensure the necessary sanitary conditions the many. Although postponed, it was nevertheless an opportunity to create an event on social networks looking back on the four years of this project.

نظرًا للوضع الصحي العالمي في عام 2020 ، فقد اضطررنا إلى إلغاء أو تأجيل أو حتى إعادة التفكير في أنشطة واسعة النطاق  وذات الأهمية القصوى.  هكذا ،عانت الطبعة الخامسة من التبادل الإلكتروني للبيانات من عدم القدرة على السفر أو من ضرورة ضمان الظروف الصحية اللازمة لأكبر عدد ممكن من الناس. على الرغم من تأجيلها  إلا أن ذلك  مثّل فرصة لإنشاء حدث على الشبكات الاجتماعية  لإلقاء نظرة على السنوات الأربع لهذا المشروع.

____________________________________________________________________

En juillet dernier, nous évoquions dans la Lettre de l’IRMC n° 27 le renouveau de notre réflexion dans notre rapport au public. Cette refonte a permis de redéfinir les priorités de notre stratégie de valorisation des activités de l’IRMC et des recherches conduites. Ainsi, de nouveaux formats sont apparus sur les réseaux sociaux, notre site est en cours de reconstruction et des nouveautés sont en préparation. Tout cela répond à plusieurs objectifs : rester en contact avec notre public habituel qui a dû s’éloigner pour des raisons sanitaires ; élargir notre portée afin que nos collègues d’Algérie, de Libye, du Maroc, d’Afrique subsaharienne et, pourquoi pas, de l’autre bout du monde puissent avoir accès à nos contenus ; rendre la recherche accessible à d’autres publics ; varier les contenus proposés permettant ainsi à nos chercheurs et nos équipes de jouer avec leur créativité.

L’exemple de la « Semaine virtuelle : qu’est-ce que l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne (EDI) ? » en est la preuve.

L’école doctorale en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne (EDI)

Cette école d’été itinérante, initiée en 2016 par Jérôme Heurtaux, sous le directorat de Karima Dirèche, a pour objectif d’apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe. La première édition a eu lieu en septembre 2016 à l’Institut de Sociologie et d’Anthropologie de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) au Mali, la seconde à l’Université Gaston Berger (UGB) à Saint Louis du Sénégal, la troisième à l’Université d’Abomey Calavi au Bénin et la quatrième à l’Université de Sousse en Tunisie. Ces éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, économie, science politique), ainsi que des universitaires (encadrants et conférenciers) en provenance d’une quinzaine de pays.

Cette formation permet de connecter doctorants et encadrants en créant un espace de partage d’informations et d’expériences, un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. Un véritable réseau de chercheurs a émergé car l’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir sur d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

La cinquième édition devait se tenir en septembre 2020 à l’Université Houphouët Boigny à Abidjan en Côte d’Ivoire. Jamie Furniss, coordinateur, et ses collègues d’Abidjan, ont estimé que les conditions sanitaires internationales ne permettaient pas le maintien de cette édition en 2020. Elle a donc été reportée en juin 2021.

La Semaine virtuelle

Pensée comme une semaine de promotion des éditions antérieures, la Semaine virtuelle a permis de faire témoigner les doctorants des éditions précédentes. Un appel a été lancé le 29 juin afin de récolter, auprès des anciens participants, des capsules vidéo de 180 secondes maximum. Un conseil scientifique ad hoc en a sélectionné 10, diffusées, tout au long de cette Semaine, sur les réseaux sociaux.

Ainsi, le 7 septembre, nous diffusions deux capsules de Oissila Saaidia : la première présentant l’EDI, la seconde présentant la Semaine virtuelle. Les vidéos des gagnants du concours ont été mises en ligne les 8, 9 et 10 septembre. C’est lors du Facebook Live du 11 septembre qu’ont été annoncé les noms des trois lauréats de ce concours, invités à participer à la 5ème édition de l’EDI en 2021 et le 12 septembre était lancé l’appel à candidature de la 5ème EDI.

Le Facebook Live a quant à lui réuni encadrants et anciens participants. Ainsi, Jérôme Heurtaux est intervenu depuis Prague, Oissila Saaidia et Jamie Furniss depuis Tunis, Faridah Dosso et Renaud Fiacre Avlessi depuis le Bénin et enfin Digo Enyota K.D. Jean-Paul Akakpo-Ahianyo depuis le Togo. Chacun a fait part de son expérience dans les différentes éditions, Jérôme Heurtaux de la philosophie de cette formation lors de sa fondation et des éditions qui évoluent en importance, puis Jamie Furniss a annoncé la tenue de la cinquième édition en juin 2021 à Abidjan. Oissila Saaidia a clôturé le Live en annonçant les noms des trois lauréats de cette édition : Faridah Dosso (Bénin), Ahed Sboui (Tunisie) et Jacques Gameni (Cameroun).

En termes de chiffres, le Facebook Live a touché 1 600 personnes en un peu plus de deux jours sur Facebook et plus de 200 personnes sur Twitter. La semaine virtuelle a rassemblé 10 500 personnes (en nombre de vues cumulées) sur Facebook et plus de 2 000 sur Twitter, en ne comptant que les vidéos des doctorants. Chaque vidéo touche plus de 1 000 personnes en quelques heures sur Facebook et 200 sur Twitter, en moyenne, et les vidéos les plus populaires de la semaine culminent à 2 700 personnes touchées sur Facebook. La vidéo de présentation de l’EDI a touché près de 3 000 personnes en une semaine, et a été visionnée en entier par 1 000 personnes sur Facebook et 400 sur Twitter.

Sur Facebook, l’appel à candidature a touché 1 500 personnes en 48h et une centaine de personnes sur Twitter, alors que nous partions d’une centaine de candidatures en 2016…

  • Statistiques 1

Au 14 septembre, le plus gros succès s’était déroulé sur Twitter, avec des tweets qui ont permis de toucher plus de 1 600 personnes par jour durant toute la semaine dernière, avec un taux d’engagement à près de 4 %, ce qui est 3 fois supérieur à nos statistiques habituelles.

Plus d’un mois après, les chiffres se sont stabilisés, comme pour tous les contenus dits « chauds », c’est-à-dire, attractifs sur le moment et dont la popularité décroît par la suite (cf. graphique n° 1). L’ensemble des statistiques des vidéos sont à l’image du graphique du Facebook Live.

L’intérêt supplémentaire de ces contenus est qu’ils pourront être réutilisés à l’avenir pour d’autres événements de promotion de l’EDI.

  • Graphique 1

Le témoignage comme nouveau contenu de valorisation

Qu’on l’appelle témoignage ou « retour sur expérience », ce contenu n’est encore que peu utilisé pour valoriser les activités scientifiques. L’évaluation des projets de coopération ou des ateliers organisés n’est pas automatique, et les feedbacks quantitatifs mêlés au qualitatifs rares. C’est donc une occasion, au-delà du questionnaire de fin de formation, de concilier les deux et de les rendre accessible. La capsule vidéo permet l’attractivité et la concision que demande un réseau social.

Nous retrouvons plusieurs thèmes récurrents dans les vidéos envoyées, même celles qui n’ont pas été publiées. 86 % des participants mentionnent l’aide méthodologique. Les anciens participants affirment avoir pu grandement avancer dans leur thèse, que ce soit dans la découverte d’une nouvelle méthode d’enquête ou de rédaction, ou bien dans les conseils de recentrage de la thèse ou du sujet lui-même.

Ensuite, l’aide à la formulation de la problématique est abordée par près de 75 % des témoignages reçus.

Enfin, un thème transcendant la quasi-totalité des vidéos (93,75 %) est celui de « l’aventure humaine ». Les témoignages font part de leur découverte des cultures, des pays, d’autres disciplines. Certains évoquent la façon dont ils ont réussi à briser les clichés répandus de part et d’autre du Sahara, mais aussi la découverte, si ce n’est la passion, pour de nouvelles formes de recherche ou de valorisation de la recherche ; notamment pour la quatrième édition où plusieurs doctorants ont été marqués par la présentation des films de chercheurs [1].

Ainsi, il nous est apparu que le report de la 5ème édition de l’EDI en juin 2021 ne devait pas laisser un vide en septembre 2020. Un événement d’ampleur régional, si ce n’est international, devenu un temps scientifique très attendu à l’échelle du continent, depuis sa fondation en 2016, ne pouvait pas se voir simplement reporté. La semaine virtuelle a donc été l’occasion de revenir sur les aspects marquants de notre école d’été, en alliant réseaux scientifiques ou réseaux de recherche et réseaux sociaux. Témoignages vidéo et échanges en direct ont accru le rayonnement important de cette semaine et ont mis l’accent sur l’importance de l’encadrement méthodologique en SHS en Afrique et sur la nécessité de croiser les regards, à la fois disciplinaires mais avant tout humains. Véritable succès, la valorisation de cette activité a ouvert un nouveau champ des possibles dans la communication et des projets de l’IRMC.

[1] En 2019, à Sousse, la conférence plénière d’Ons Kamoun, maître-assistante en études cinématographiques et audiovisuelles à l’École supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma de Gammarth et chercheure associée à l’IRMC, portait sur « Le cinéma au Maghreb ».

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

Lucas FAURE est doctorant au CHERPA - Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et Samia KOTELE est doctorante à l’Université Lyon 2 - École normale supérieure de Lyon. Ils ont tous les deux participé à l'école en décembre 2019.

Du 9 au 13 décembre 2019 s’est tenue, à l’IRMC, l’école doctorale « Les objets religieux au Maghreb et en Europe : quels enjeux contemporains ? Approches croisées XIXe-XXIe siècles », coordonnée par Katia Boissevain, Habib Kazdaghli et Oissila Saaidia [1]. Réunissant pendant une semaine une quinzaine de jeunes chercheur-e-s issu-e-s d’universités des deux rives de la Méditerranée, sous la supervision de professeur-e-s spécialistes du fait religieux, cette rencontre académique ambitionnait de faire dialoguer des recherches en sciences sociales autour de l’objet religieux. Plus qu’une série d’exposés, chaque doctorant-e a été tour à tour discuté-e et discutant-e, en binôme avec un-e chercheur-e confirmé-e, afin de promouvoir des échanges horizontaux, tout en s’appuyant sur les connaissances méthodologiques des chercheur-e-s encadrant-e-s. Nous proposons ici de restituer, dans les grandes lignes, les discussions tirées de ces cinq journées d’échanges, qui ouvrent des pistes de réflexions fécondes au moment de penser l’objet religieux dans son actualité.

Loin de le réifier a priori, les discussions ont cherché à en restituer les dynamiques propres in situ afin d’en faire rejaillir des logiques convergentes, mais également de différenciations voire d’oppositions marquées. En somme, comme le rappelait Katia Boissevain dans sa prise de parole inaugurale, l’objectif de cette rencontre consistait à dresser un
tableau de la diversité religieuse et de ses approches telles qu’elles se donnent à voir au Maghreb et en Europe.

Continuer la lecture de École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

Manon Rousselle est en volontariat international à l'IRMC depuis 2019, en charge des projets scientifiques et de la valorisation de la recherche.
Retour en image sur la présentation d’ouvrage de Karima Dirèche le 29 janvier 2020 dans la bibliothèque de l’IRMC.

Le 29 janvier 2020, Karima Dirèche, directrice d’études au CNRS (TELEMME) et ancienne directrice de l’IRMC, est venue présenter l’ouvrage sous sa direction, L’Algérie au présent. Entre résistances et changements, paru en 2019 aux éditions IRMC- Karthala. L’objectif de ce que plusieurs collègues ont appelé un « travail colossal » est de donner un aperçu multidimensionnel de l’Algérie contemporaine : les dynamiques qui ont traversé les trente dernières années et les enjeux actuels, dans une perspective analytique poussée.

Cet ouvrage regroupe une soixantaine de contributions, mettant en valeur aussi bien la jeune recherche que les chercheurs confirmés. Un tiers des contributeurs sont des collègues de l’Université algérienne. Lors de son intervention, Karima Dirèche est revenue sur les difficultés à travailler sur l’Algérie et sur la genèse de cet ouvrage.

Continuer la lecture de Compte-rendu : Présentation de l’ouvrage « L’Algérie au présent », Sous la direction de Karima Dirèche

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Retour sur la 4ème édition de l’Ecole doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La 4ème édition de l’école doctorale itinérante en sciences humaines et sociales Maghreb-Afrique subsaharienne s’est déroulée du 9 au 14 septembre 2019, à Sousse, en Tunisie. Elle a réuni autour de la thématique « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques », une trentaine de doctorants et une quinzaine d’intervenants du Nord et du Sud du Sahara.

Se déroulant au Technopôle de Sousse, dans les locaux du Centre de recherche en micro-électricité et nanotechnologie (CRMN), cette école d’été a été organisée par l’IRMC en partenariat avec le ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MESR), l’Agence française de développement (AFD) et avec le soutien du Centre Jacques-Berque de Rabat, de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), des Services de coopération et d’action culturelle (SCAC) des ambassades de France au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Sénégal, de la représentation de l’Institut de recherche sur le développement (IRD) à Tunis, de la Royal Air Maroc, de l’Université de la Manouba et de la Faculté de droit et de sciences politiques de Sousse.

PRÉSENTATION DE L’ECOLE

Événement scientifique annuel, depuis 2016, l’école doctorale itinérante est destinée aux doctorants en sciences sociales inscrits dans une université ou rattachés à un laboratoire situés dans un pays d’Afrique du Nord ou d’Afrique sub-saharienne. Elle vise à apporter un soutien méthodologique aux doctorants en sciences sociales tout en stimulant la coopération scientifique entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique du Nord et l’Europe.

Les sessions, se tenant chaque année dans un pays différent, sont organisées en étroite collaboration avec une équipe de chercheurs de l’université d’accueil. La sélection des participants et le programme sont réalisés en concertation. La réussite de l’événement est donc conditionnée par l’engagement du groupe local de collègues dans sa préparation, sa mise en place et son animation. L’encadrement des doctorants est assuré par une équipe mixte de chercheurs locaux et étrangers.

Pour rappel, la première édition a eu lieu à Bamako (Mali) en 2016, la deuxième à Saint-Louis (Sénégal) en 2017, la troisième à Cotonou (Bénin) en 2018. La quatrième s’est donc tenue à Sousse (Tunisie) en 2019, première édition organisée au Maghreb. Ces quatre éditions ont réuni des doctorants issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants) en provenance d’une quinzaine de pays du Maghreb et d’Afrique subsaharienne.

Cette formation a permis d’initier de nouvelles connexions entre doctorants et encadrants, de créer un espace de partage d’informations et d’expériences, se voulant un lieu d’apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est l’opportunité de s’ouvrir à d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

Au-delà des savoirs, il est aussi question de revenir sur les approches méthodologiques des différentes disciplines dont on connait l’importance pour les doctorants. Les SHS répondent à des méthodologies spécifiques sur lesquelles repose la scientificité des démarches qu’il convient à la fois de maîtriser et de croiser. A l’instar des éditions précédentes, conférences plénières et ateliers alternent pour permettre à la fois la transmission des savoirs et la mise en pratique.

Participant de la 4ème édition de l’EDI à Sousse – sept. 2019 © Manon Rousselle

LA QUATRIEME EDITION

Conseil scientifique : Joseph Adandé (Université d’Abomey Calavi, Bénin), Amin Allal (IRMC, Tunis), Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Kmar Bendana (Université de la Manouba, IRMC, Tunis), Adrien Delmas (CJB, Rabat), Jamie Furniss (IRMC, Tunis), Khaoula Matri (FLSH, Sousse), Claude Prudhomme (Université Lyon 2), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis), Laurick Zerbini (Université Lyon 2).

Coordination scientifique : Ramzi Ben Amara (FLSH, Sousse), Oissila Saaidia (IRMC, Tunis)

Chargée de projet : Manon Rousselle (IRMC, Tunis)

Présentation générale de l’édition

Cette 4ème édition s’est proposée de réfléchir sur « L’Afrique dans les SHS : regards croisés et approches méthodologiques » avec, comme problématique centrale, la place de l’Afrique dans les sciences humaines et sociales d’hier et d’aujourd’hui, en Afrique et ailleurs. Cette année, l’école doctorale a proposé d’intégrer une discipline jusqu’alors non représentée, l’histoire des arts. Il s’est agi de porter le regard « Au-delà de la frontière », de revisiter les savoirs africanistes en les repensant dans le cadre de concepts universels, de jouer sur les échelles par une entrée autour de « La ville africaine ou des villes en Afrique ». Le programme, construit dans le respect de l’interdisciplinarité, de la pluralité des approches méthodologiques et la pertinence des thèmes abordés au regard de la thématique principale, alternait séances plénières et ateliers doctoraux. Au total, 12 conférenciers sont intervenus : 7 Tunisiens, 4 Français et 1 Canadien.

Les groupes des ateliers doctoraux ont été formés et ont pu débuter dès le lundi après-midi à l’issue de la conférence inaugurale. Parmi les 10 encadrants des ateliers doctoraux, 5 d’entre eux étaient tunisiens, 4 étaient français et 1 canadien. En plus de la plupart des intervenants, deux enseignants de l’Université de Sousse se sont joints à l’encadrement : Ahmed Boujarra, maître-assistant en géographie physique et Karim Chayata, maître de conférences en droit.

Les doctorants

Cette année, l’école a bénéficié d’un engouement sans précédent. Près de 500 candidatures ont été envoyées, dont 444 dossiers complets. Seuls 303 dossiers entraient dans les critères de sélection de l’école et ont donc été examinés. Au total, 34 doctorants ont été sélectionnés, selon la qualité de leur dossier principalement, mais aussi selon des critères d’âge, de sexe (discrimination positive pour les femmes) et de provenance, et ce dans le but qu’un maximum de pays soient représentés. Les participants venaient ainsi de 12 pays : 1 Burkinabé, 1 Nigérien, 1 Tchadien, 2 Maliens, 2 Togolaises, 3 Béninois, 3 Sénégalais, 4 Ivoiriens, 4 Algériens, 4 Marocains, 4 Camerounais et 5 Tunisiens ; dont 13 femmes (38%) et 21 hommes (62%). Ils représentaient les disciplines suivantes : économie (8,8%), histoire de l’art et architecture (8,8%), histoire (11,8%), sciences politiques et relations internationales (11,8%), droit (14,7%), géographie (17,6%), sociologie et anthropologie (26,5%).

45% des doctorants étaient en première année de thèse, 20% en deuxième année, 20% en troisième année et seulement 15% en quatrième année. Le comité scientifique a choisi de donner la priorité à la jeune recherche.

Séance plénière de la 4ème édition de l’EDI dans l’amphithéâtre du Centre de recherche en Microélectricité et nanotechnologie (CRMN) du Technopôle de Sousse © Manon Rousselle

ÉVALUATION

Pour la première fois depuis la création de l’école, un questionnaire d’évaluation a été transmis aux doctorants pour avoir leurs retours sur cette édition. 69% d’entre eux ont répondu. De manière générale les retours de l’évaluation sont très positifs.

  • 95% sont satisfaits de la période à laquelle est organisée l’école (chaque année en septembre). 95% estiment que la durée (une semaine) de l’école est satisfaisante.
  • 80% estiment que la gestion du temps pendant la semaine est satisfaisante. 75% souhaitent du temps supplémentaire dans l’emploi du temps ; notamment du temps informel avec les encadrants (93,3%) et du temps de travail individuel (13,3%).
  • 95% jugent que la thématique principale a été respectée, que l’école correspondait à leurs attentes et qu’ils ont atteint les objectifs voulus par l’école. 100% déclarent l’école utile, 60% la considèrent même comme extrêmement importante.
  • 30% estiment que les conférences plénières n’ont pas suffisamment abordées les questions méthodologiques.
  • Plus de 70% sont satisfaits de la transversalité, l’interdisciplinarité, la représentation des différentes disciplines, la qualité du contenu scientifique, la qualité des débats, et la qualité des thématiques abordées.
  • 100% se déclarent satisfaits des ateliers doctoraux même si 20% estiment que la formule (une présentation du cadre théorique de sa thèse et une présentation de sa mise en œuvre, les deux mises en débat avec les encadrants et les autres doctorants du groupe) n’est pas adaptée. 100% jugent les encadrants disponibles.

Les retours des participants laissent paraître une réelle demande d’élargir le spectre des disciplines présentes dans la formation, en particulier le droit (conférencier) et les sciences économiques (encadrants), ainsi qu’une demande de méthodologie pure. En effet, la demande concernant une session d’écriture d’article scientifique est forte.

Ateliers de groupe © Manon Rousselle

BILAN

Le soutien du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Agence française de développement ainsi que la disponibilité des collègues tunisiens de l’Université de Sousse ont permis à cette 4ème édition de se dérouler dans d’excellentes conditions.

Le réseau de la recherche en SHS intra-africain prospère et nous avons vu avec le nombre de candidatures que ce réseau est toujours très actif, réactif et solidaire des jeunes chercheurs. La demande est bien présente concernant ces ateliers de formation à la recherche et cette école ne pourra que s’améliorer à l’avenir.

Voir aussi le témoignage de Marius Binyou Bi Homb, doctorant camerounais, participant à cette 4ème éditon.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook