Archives par mot-clé : Saphia Arezki

Compte rendu de lecture : AREZKI Saphia, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991

L’ouvrage de Saphia Arezki [1] analyse le processus de construction de l’Armée nationale populaire (ANP) et sa formation depuis la Guerre de libération (1954-1962) jusqu’au début des années 1990. Se fondant principalement sur les témoignages d’anciens militaires, cet ouvrage aide à mieux comprendre les choix de ses dirigeants, les enjeux et les mécanismes qui ont permis l’évolution d’une structure de résistance vers une institution servant de socle à la consolidation d’un État algérien moderne.

Traiter de l’histoire d’une institution militaire constitue, pour tout chercheur, un véritable défi en raison du cloisonnement de l’information. Les enjeux politiques et la portée symbolique du sujet induisent une certaine rareté des études historiques contemporaines sur les institutions militaires. C’est ce défi, à la fois méthodologique et intellectuel, que Saphia Arezki a relevé avec succès dans son ouvrage. Issu d’une thèse en histoire, son travail appréhende l’évolution de l’armée algérienne et son fonctionnement depuis le déclenchement de la résistance armée en 1954 et la formation de l’Armée de libération nationale (ALN), jusqu’à 1991, date à laquelle l’Algérie et l’Armée nationale populaire (ANP) entrent dans un nouveau cycle de reconfiguration politique. Cette armée algérienne est entourée de mythes et d’idées reçues que l’auteure s’est efforcée de déconstruire tout au long de son livre. Il est nécessaire de rappeler la position névralgique de l’armée au sein de l’État algérien, non comme un « pouvoir occulte », comme présentée par de nombreuses thèses, mais comme une institution formée d’individus, construite par eux au fil des décennies et qui a fait face aux exigences de la formation d’un État indépendant.

En optant pour une analyse prosopographique, qui permet une description détaillée du processus de construction de l’armée algérienne, l’auteure évite le piège des généralisations et des raccourcis qui foisonnent sur cette question. Explicitée dès l’introduction, cette approche se révèle primordiale pour saisir la transformation d’une armée de libération en une armée nationale, par le biais de l’analyse de la trajectoire des groupes sociaux qui la composent. Cela renvoie inévitablement à définir l’unité d’observation à la base de ces groupes sociaux : le militaire, le djoundi, le moujahid, l’askeri, etc. Si cette unité d’observation constitue, à la fois, l’objet, mais également, une des sources de ce travail de recherche, l’apport de l’ouvrage est de collecter et de corréler un corpus fragmenté entre les archives françaises, les sources officielles algériennes et les nombreux entretiens réalisés par l’auteure. C’est là toute l’originalité de ce travail. En suivant les trajectoires de militaires, de leur parcours de formation à leur accession à des postes de commandement, Saphia Arezki décrypte la structuration de la résistance armée, puis finalement la consolidation de l’institution militaire algérienne. Cette trame suivie par l’auteure constitue les trois parties du livre De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991.

La première partie étudie l’origine géographique et familiale des officiers algériens, dans le but d’établir une typologie des militaires selon la génération (âge) et le milieu social d’origine. L’auteure a manifestement l’intention de déconstruire certains mythes, dont celui du triangle BTS (Biskra/Batna-Tebessa-Souk Ahras/Skikda) qui concerne un régionalisme caractérisant l’accès aux grades élevés au sein de l’ALN puis de l’ANP. Il n’en est rien et Saphia Arezki montre que la prédominance des officiers originaires de l’Est algérien est surtout due à des facteurs démographiques et historiques liés au développement du mouvement national dans cette région de l’Algérie.

La segmentation par classe d’âge des officiers révèle trois générations dont les rapports vont structurer la future ANP. La première, incluant les combattants de « la première heure », est constituée de maquisards et de Déserteurs de l’Armée Française (DAF), dont le niveau d’éducation est généralement faible. La seconde est composée de jeunes algériens davantage instruits que leurs aînés et de DAF. Enfin, les hommes formant la troisième génération n’ont pas participé à la guerre et n’ont intégré l’ANP qu’après 1962. Les origines sociales de ces hommes sont variées même si l’auteure souligne une prépondérance des classes moyennes. Toutefois, on observe chez les DAF une appartenance à la notabilité et un passé familial militaire qui oriente le choix de carrière. C’est pourquoi, le pouvoir colonial a créé des institutions de formation militaire en Afrique du Nord suite à la mobilisation de soldats maghrébins lors de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre d’Indochine. La désertion de ces hommes est donc un atout pour l’ALN car ils ont déjà subi l’épreuve du feu et sont formés au maniement des armes. L’auteure met également en évidence le fait que l’acte de déserter relève d’une entreprise collective. Elle établit ainsi qu’un « esprit de corps » s’est créé entre ces hommes avant, pendant et après la Guerre d’indépendance. Cet esprit est d’autant plus renforcé que les DAF ont souvent été mal perçus et que leur loyauté a été mise en doute. Longtemps les DAF ont été opposés à leurs frères d’armes formés à l’étranger pendant la guerre à l’initiative de l’ALN. C’est pourquoi, cette dernière instaure, à partir de 1957-1958, une politique de formation militaire au Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Irak et Jordanie), en Chine, puis en URSS. Ces formations, bien que se déroulant dans le contexte difficile de la Guerre de libération nationale, ont pour objectif de produire les futurs cadres de l’institution militaire qui prendront le relais de l’ALN, une fois l’indépendance acquise. Pour preuve, de nombreux recrutés ont été formés dans la marine et dans l’aviation alors que l’ALN est exclusivement une armée de terre. Parallèlement à cette politique, il existe des camps d’instruction en Tunisie et au Maroc dont des DAF ont la charge en tant qu’instructeurs. Ils sont destinés soit à former des hommes de troupes, soit à sélectionner ceux suffisamment qualifiés pour suivre des formations à l’étranger, soit encore à déployer le service de renseignement algérien. L’auteure montre ainsi que la construction d’une armée professionnelle débute dès le milieu de la guerre et que l’ossature de l’ANP et des services de renseignement voient le jour aux frontières de l’Algérie.

Présentation d’ouvrage 11 octobre 2019 à l’IRMC

C’est de cette armée des frontières dont il est question dans la seconde partie de l’ouvrage. L’auteure s’emploie à démontrer l’apport des DAF dans la mise en place de l’organisation des troupes, mais surtout à étudier la perception dont font l’objet ces hommes vis-à-vis des autres combattants. Que ce soit par la date de ralliement (1956 n’est pas 1960) ou par la manière de déserter, l’intégration de ces hommes et leur accès à des postes de responsabilités restent tributaire de leur acceptation par la hiérarchie et par les hommes de rang similaire. Ainsi, malgré le congrès de la Soummam qui se veut une tentative de réglementation et d’organisation de l’ALN, elle demeure, jusqu’en 1958, largement tributaire de ses chefs bénéficiant d’une autonomie assez large.

Ce n’est qu’après 1956, année de l’indépendance du Maroc et de la Tunisie, que l’ALN installe des bases fixes et que s’amorce sa transformation grâce à la volonté de ses chefs et des apports progressifs d’hommes formés à l’exercice militaire. L’auteure note, avec raison, que le renforcement de l’armée des frontières résulte de la concentration de troupes qui ne sont plus capables de rejoindre les maquis déclinant en Algérie du fait de la mise en place, par l’armée française, de la ligne Pédron à l’ouest et des lignes Morice et Challe à l’est. Ce renforcement va dans le sens d’une organisation structurée avec la création de l’état-major général (EMG) en 1960 sous le commandement de Houari Boumediène basé à Ghardimaou (frontière tuniso-algérienne). L’EMG s’attèle au renforcement des troupes et de la discipline et, surtout, établit des formations de combat hétéroclites pour limiter les effets du régionalisme et minimiser les conflits internes. Cette stratégie payante a fait en sorte que la frontière tunisienne devienne un point de rencontre et un espace de socialisation des futurs officiers de l’ANP bien que l’auteure signale des différences notables, sur le plan idéologique, entre les DAF et ceux revenus des formations au Moyen-Orient. Boumediène, pragmatique, arase ces différences en utilisant leurs compétences pour structurer l’armée des frontières sur le modèle d’une armée classique. Il s’appuie sur ces hommes, une fois le cessez-le-feu conclu avec la France, lorsqu’éclate, à l’été 1962, la crise entre l’EMG et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Cette crise dégénère en guerre ouverte entre l’armée des frontières et les maquis de l’intérieur qui consacre la victoire de l’EMG à l’issue de conflits meurtriers et marque la naissance de l’ANP qui entre dans une phase de reconversion vers une armée professionnelle.

La troisième partie de l’ouvrage étudie la construction de l’ANP sur deux périodes : de 1962 à la mort de Houari Boumediène en décembre 1978 et celle de la présidence de Chadli Bendjdid (1979-1991). Durant la première période, l’auteure revient sur les luttes internes, exacerbées par l’indépendance, au sein même de l’ANP cherchant alors à maintenir son hégémonie sur les autres institutions. Si le pouvoir de Boumediène et la cohésion au sein de l’armée en sortent renforcés, notamment après la tentative de putsch de 1963, les questions relatives à la non-préparation de l’armée sont mises en lumière lors de la Guerre des Sables avec le Maroc. L’auteure décrit le processus d’organisation de l’ANP en mettant en relief une stratégie d’équilibre complexe adoptée par la haute hiérarchie militaire pour intégrer les officiers de l’ALN, majoritairement illettrés. Ce processus d’organisation, initié par Boumediène jusqu’à sa mort, consiste à trouver un juste équilibre au niveau des nominations entre compétence, loyauté et légitimité au combat. Il est à souligner que la grande qualité de ce chapitre réside dans la reconstruction de l’organigramme de l’armée par l’auteure car les textes juridiques régissant le fonctionnement de l’État algérien et son architecture institutionnelle occultent tout ce qui relève de l’appareil militaire. Elle met également en évidence la mise en place progressive d’une politique de formation et de recyclage des maquisards en mettant en perspective le contexte international dans lequel évolue l’État algérien. Ainsi, le choix de se tourner vers l’URSS pour l’acquisition de l’équipement militaire et la formation des officiers s’inscrit dans la continuité de la Guerre de libération, mais est également une conséquence du soutien accordé par les États-Unis au Maroc. Le choix, plus pragmatique, de diversifier la coopération militaire avec la France met en exergue des tensions, liées à la position ambigüe de Moscou lors de la Guerre des Six jours et à l’insatisfaction de la formation prodiguée aux officiers supérieurs dans les structures soviétiques. Cette situation pousse la direction de l’ANP à « algérianiser » la formation militaire, objectif atteint à la mort de Boumediène et démontré par l’auteure grâce à une description détaillée de la mise en place des écoles de formation militaire sur le territoire algérien.

Jouissant d’un consensus au sein de l’armée et du soutien de la puissante Sécurité Militaire (SM) de Kasdi Merbah, l’accession de Chadli Bendjdid à la présidence en 1979 entérine la domination de l’ANP sur le FLN et sur la vie politique algérienne. L’armée a désigné l’un des siens, celui qui, par ailleurs, a le moins d’ambition à réorganiser le système mis en place par Boumediène. Toutefois, cela n’a pas empêché l’ANP de connaître des changements à sa direction, marquant la volonté de Chadli d’assoir son pourvoir en mettant à l’écart ses rivaux, comme Abdelaziz Bouteflika, et en favorisant la promotion de ses proches. Dans cette perspective, l’auteure note que la réorganisation à la tête de l’armée apparait au grand jour à travers la publication au Journal Officiel des nominations et des créations de départements liés à la Défense. Elle y décèle, avec raison, une quête de légitimité légale de Chadli pour compenser son manque de légitimité auprès de l’institution militaire en comparaison de son prédécesseur. Un réseau « Chadli » se met donc en place qui trouve ses racines dans les connections établies au cours de son passage à la frontière tunisienne lors de la Guerre de libération et/ou d’une affectation dans la 2ème région militaire, dont il assure alors le commandement. Cela ouvre la voie à une profonde réorganisation de l’armée, à partir de 1984, au moyen de la création de nouveaux grades et d’une centralisation du commandement militaire afin de diminuer l’autonomie des régions. L’auteure révèle un basculement de l’élite militaire algérienne vers la seconde génération de DAF, mettant au ban les officiers formés au Moyen-Orient. Ainsi, dès octobre 1988, la haute hiérarchie de l’armée se caractérise par une forte cohésion tant professionnelle que personnelle qui s’exprime notamment par la répression des émeutes et, plus tard,  par l’interruption du processus électoral, préfigurant la crise de la décennie noire.

Traitant plutôt du passage « de l’armée des frontières à l’ANP », que « de l’ALN à l’ANP » tel que mentionné par le titre, l’ouvrage de Saphia Arezki révèle des trajectoires de militaires et permet de comprendre l’accession de certains au grade d’officier supérieur de l’ANP entre 1962 et 1991. Un souci constant de contextualisation rend son propos parfaitement accessible au lecteur profane. De même, pour l’académicien, la richesse de cet ouvrage permet d’envisager l’exploration d’autres terrains, au prisme de l’histoire, mais également de la science politique. Tout en ayant conscience de la difficulté de la tâche, les aspects liés à la création du ministère de l’Armement et des Liaisons générales (MALG) et sa reconversion dans la puissante « Sécurité Militaire », après l’indépendance, mériteraient, par exemple, d’être approfondis. Ces éléments permettraient, à mon sens, une meilleure compréhension des liens de subordination du politique au militaire en Algérie. De même, une description du fonctionnement de la SM durant les années 1980 donnerait une portée plus large vers un meilleur décryptage de certains événements de la décennie noire. Ces quelques suggestions ne sont ici que des détails mineurs qui n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage : il demeure une des très rares références sur l’histoire de l’Algérie post-1962, en général, et sur l’armée algérienne, en particulier.

[1] AREZKI Saphia, 2018, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991, Alger, Éditions Barzakh.

Recension initialement publiée dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ?

 

Dans la précédente lettre de l’IRMC, nous avions présenté notre sujet de thèse portant sur l’alcool en Tunisie sous le Protectorat 1. Parallèlement à cette thèse, nous dirigeons depuis novembre 2014 un programme de recherche financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur les Boissons (IREB), destiné dans un premier temps à regrouper des données sur l’alcool dans le monde arabe à l’époque de la colonisation puis, à terme, à établir une synthèse sur l’alcool dans l’empire colonial français, sujet presque totalement ignoré par l’historiographie française.


Pour l’année 2014-2015, l’IREB a permis de financer des missions de recherches en Algérie et au Maroc 2. Le présent article présente un résumé de quelques unes des conclusions de ces recherches, en ce qui concerne l’Algérie. L’objectif de cet article, comme de nos recherches est de se demander s’il y a une politique commune à l’Afrique du Nord en matière de production, de commercialisation
et de consommation d’alcool pendant la colonisation, et sur chacun des points, de comparer la situation de l’Algérie avec ses voisins marocains et tunisiens.

Domaine de la trappe de Staouëli prés d´Alger, Henri Borgeaud propriétaire
© delcampe.net

Le vin, produit phare de l’économie coloniale algérienne

Le premier constat qui saute aux yeux est tout d’abord celui de la place singulière de l’alcool dans l’économie algérienne de cette période. À la fin de la colonisation, l’alcool est l’activité économique la plus importante en Algérie, pouvant représenter, les bonnes années, jusqu’à deux tiers des bénéfices à l’exportation, alors que les vins représentent moins de 10 % des bénéfices de la Tunisie 3 et du Maroc 4. Il faut cependant attendre les années 1880, pour observer le début d’une politique active de plantations de vignes en Algérie, qui s’explique par trois facteurs principaux : l’amélioration des outils de production et surtout de conservation du vin (élément essentiel dans un pays chaud), l’ouverture du crédit bancaire octroyé aux viticulteurs et surtout l’ouverture du marché français des vins, suite à la crise du phylloxéra de la fin du XIXe siècle en France. Cette phase ascendante du vignoble algérien se poursuit jusqu’aux années 1930 et à la crise économique, avant de décliner par la suite.

Il n’en reste pas moins qu’en 1954, l’Algérie est le quatrième producteur de vin au monde, et le plus grand exportateur. L’Algérie produit cinq fois plus de vin que le Maroc et la Tunisie réunis 5, essentiellement grâce à la région de l’Oranais, qui concentre alors, par ses terrains plus calcaires et sablonneux et moins favorables qu’ailleurs à d’autres cultures, 60 % des viticulteurs et 70 % des
surfaces de vignoble 6.

Une société enivrée ?

Si l’Algérie se distingue du Maroc et de la Tunisie par la part plus importante que tient la production de vin dans cette société, en revanche, les discours qui s’y développent concernant les conséquences de cette présence d’alcool sont les mêmes dans tout le Maghreb. En Algérie, comme ailleurs, un discours colonial relativement classique, insiste sur l’incapacité des musulmans à savoir reconnaître et « boire du bon vin » 7, et sur « l’immodération » 8 et l’avidité 9 singulière des arabes en la matière. Ces discours reviennent à dire que les populations d’Algérie n’ont pas la distinction et la culture, pour savoir boire du vin. Et la diffusion très rapide de l’alcoolisme au sein de la société algérienne, aux yeux de certains médecins 10, sont autant d’illustrations de la décadence de la race indigène, qui justifie et explique la colonisation.

Comme en Tunisie, la question de l’alcoolisation des indigènes est également liée à celle des nationalismes. La surveillance des débits de boissons, lieux d’agitations politiques, est cruciale pour les services de police, et certains voient dans l’alcool, un moyen pour les « agitateurs » d’avilir certains esprits et de permettre la propagation « d’idées subversives » 11. Les nationalistes algériens comme Ferhat Abbas 12 voient quant à eux, dans l’alcoolisation de la société indigène, l’illustration de la présence néfaste des colonisateurs outre-mer 13. Nationalistes et élites coloniales partagent donc le même constat, d’une montée de l’alcoolisme, mais les raisons données divergent selon les camps. Alors que les colonisateurs mettent souvent en cause, l’incapacité des populations à s’autogérer, notamment lors des séjours des indigènes en métropole 14, les nationalistes y voient davantage l’action de la puissance coloniale, qui cherche à affaiblir la société qu’elle domine.

Mesurer la part de vérité de ces discours n’est pas chose aisée. Si l’on regarde la consommation globale de vin, on s’aperçoit qu’une première augmentation de la consommation peut s’observer en Algérie à la fin du XIXe siècle, sans doute en bonne partie due à l’arrivée de Français dans la colonie. Comme en Tunisie, une deuxième augmentation de la consommation a lieu par ailleurs dans l’entre-deux-guerres, sans doute davantage due à la baisse du prix de la bouteille de vin. L’explosion de la production et de l’offre en vin, entraînent en effet mécaniquement la démocratisation du produit. Entre les années 1927 et 1935, années d’apogée de production du vignoble algérien, le prix réel du vin baisse de 50 % 15. Signe d’une nouvelle préoccupation donnée à ce sujet, la part de l’ivresse publique récidiviste par rapport aux autres délits, augmente également dans les tribunaux correctionnels de l’entre-deux guerres.

D’une manière générale, l’offre et la consommation d’alcool en Algérie, semblent bien plus importantes qu’en Tunisie et qu’au Maroc. La consommation de vin par habitant est quatre fois plus grande en Algérie qu’en Tunisie à la fin de la période. À cette époque, le nombre de débits par habitant, dans les villes de plus de 10.000 habitants est trois fois plus important en Algérie qu’au Maroc et une fois et demi plus important qu’en Tunisie 16. Cette réalité s’explique par le nombre d’Européens bien plus important en Algérie qu’ailleurs, même si ceux-ci ne sont évidemment pas les seuls consommateurs d’alcool. Alger et Oran sont peuplées à 70 à 75 % par les Européens, et sont aussi les deux seules grandes villes d’Afrique du Nord à compter plus d’un débit de boisson pour 1000 habitants en 1956. Dans tout le Maghreb, à l’échelle locale, les cafés se concentrent dans les quartiers européens. Ainsi à Bab el Oued en 1905, on recense une petite vingtaine de cafés dans les 150 mètres autour du marché central 17.

Exportation des vins d’Algérie, Quai du Sénégal.
© commons.wikimedia.org

Les mesures prises en Algérie : des mesures originales


Si, en raison du plus grand nombre de colons, l’alcoolisation de la société est plus importante en Algérie qu’au Maroc ou en Tunisie sous la période coloniale, la vraie originalité du cas algérien réside sans doute davantage dans la réponse donnée à cette alcoolisation. En effet, face au phénomène global qu’est l’augmentation de la consommation et/ou de l’intérêt public pour l’alcool à partir de la Première Guerre mondiale, la Tunisie et le Maroc choisissent très tôt de mettre en place des législations ethniques. La Tunisie interdit de vendre de l’alcool aux musulmans, par l’intermédiaire du Code pénal de 1913 18, imité par le Maroc en 1926 19. Ces dispositions, bien que largement inappliquées restent officielles jusqu’à la fin de la période coloniale. En Algérie, la seule période où l’administration décide d’interdire la vente d’alcool aux musulmans concerne le Gouvernement de Vichy, où une loi votée en octobre 1941 (abrogée en 1944), interdit la vente d’alcool aux musulmans 20. Pendant les 129 autres années de la présence française en Algérie, l’administration n’indique jamais clairement une mesure d’exception pour la vente d’alcool aux Algériens musulmans. Plusieurs explications peuvent être données ici. Tout d’abord, l’Algérie est une part de la République française à partir de 1870. De ce point de vue, adopter une législation qui s’adresse à une religion en particulier aurait pu être attaquée par les défenseurs de l’ordre républicain. D’autre part, la forte présence d’alcool rendait peut être de toute façon inapplicable une éventuelle loi. Enfin, il n’est pas impossible qu’un lobby colonial, soutenu par celui des viticulteurs du midi à partir du début du XXe siècle n’ait pas voulu se priver d’une source d’écoulement supplémentaire du vin. Une entorse au principe d’égalitarisme républicain survient toutefois lors de l’application de la loi du 29 décembre 1851 sur l’ouverture des débits de boisson. Cette mesure, votée alors que Louis-Napoléon Bonaparte a réalisé son coup d’État quelques jours plus tôt, prévoit que toute ouverture de débit de boisson soit soumise à l’autorisation du préfet. Cette loi est appliquée en Algérie, comme en métropole, mais lorsqu’elle est abrogée en 1880 en France, elle reste appliquée pour les indigènes d’Algérie, tandis que les Français d’Algérie se voient donnés l’autorisation d’ouvrir un débit de boisson sans contrainte. Cette inégalité devant la loi dure une vingtaine d’années, jusqu’au décret du 25 mars 1901, qui fixe de nouvelles règles applicables à tous en matière d’ouverture de débits de boissons, en fixant notamment un quota de débits par villes 21. Par cette mesure, l’Algérie innove en matière de gestion de l’ordre colonial, et de nombreuses lois prises par la suite en Tunisie et au Maroc s’inspireront du laboratoire algérien.

Bar à Mostaganem, dans l’ouest du pays (Algérie) © observers.france24.com

L’Algérie coloniale se différencie donc du Maroc et de la Tunisie dans sa gestion de la question alcoolique de plusieurs points de vue. La présence d’alcool sur ce territoire est bien plus importante qu’ailleurs. Si les discours sur l’alcoolisation des sociétés sont relativement similaires à ceux du Maroc et de la Tunisie, c’est que l’alcool est un moyen à l’époque pour juger l’efficacité d’une administration, ou le degré de civilisation d’une société, selon les camps. Mais contrairement à la Tunisie et au Maroc, peu de mesures de prohibition radicale sont prises au cours de la période. L’administration applique les mêmes lois qu’en métropole, et sur le papier, rares sont les politiques spécifiques appliquées aux musulmans. Le vin reste bien cependant un marqueur colonial dont on attribue la culture aux Européens ou les mauvais effets aux arabes, selon les temps.

 

Index : 

1 Znaien Nessim, 2015, « Y a-t-il une alcoolisation de la société tunisienne sous le Protectorat ? », Lettre de l’IRMC, n° 15, janvier-mars, 3-4.
2 Missions respectivement réalisées par Mme Saphia Arezki, docteure de l’Université Paris I Sorbonne pour l’Algérie, et M.Guillaume Denglos, docteur de l’Université Paris I
Sorbonne pour le Maroc.
3 123per, Institut national statistique, année 1955.
4 Despois Jean, Raynal René, 1976, Géographie de l’Afrique du nord ouest, Paris, Payot, 411.
5 Huetz de lemp, 2001, Boissons et civilisations en Afrique, Bordeaux, Presses Universitaires, Bordeaux, 317.
6 Despois Jean, Raynal René, op. cit., 84.
7 Guy Kolleen, 2010, “Imperial feedback: food and the French culinary legacy of Empire”, Contemporary French and Francophone
Studies, vol. 14, n° 2, 155.
8 Pinaud Pierre, 1933, L’alcoolisme chez les arabes en Algérie, Bordeaux imprimerie de Delams et Arènes.
9 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la CM de Boghari au sous préfet de Médéa, 31/07/1941
10 Archives des ANOM, carton 81F1622, Lettre du gouverneur général de l’Algérie à monsieur le ministre de l’Intérieur, 16 août 1945.
11 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la commune mixte de Chellala au sous préfet, 2/08/1941.
12 Dans son journal La république algérienne. Archives des ANOM, carton 81F1622, note secrétariat général à l’Intérieur, 1946.
13 On observe les mêmes discours en Tunisie, par l’intermédiaire d’Abdelaziz Thaalbi, ou de Habib Bourguiba.
14 Archives des ANOM, carton 81f1622, rapport du 15 septembre 1941.
15 The rise of Wine Economics, 2014, vol. 9, n° 1, 3- 33, « The rise and fall of the world’s largest Wine exporter – and its Institutional legacy », 10
16 Respectivement 9,4 débits pour 10000 habitants, contre 6,1 en Tunisie et 3,6 au Maroc.
17 Archives des ANOM, carton 1F53 Note du commissariat police, 6ème arrondissement,
12 octobre 1905.
18 CADN, Protectorat Tunisie, Alcoolisme. Supplément au Premier versement.
19 CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, carton 331B, Procès-verbal de la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca, séance du 16 mars 1938.
20 La loi est sans doute sous la pression d’une même loi votée au Maroc quelques semaines plus tôt.
21 Archives des ANOM, carton 81F1622


Saphia Arezki et Nessim Znaien

Pour citer ce billet : Saphia Arezki et Nessim Znaien, « Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ? », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1926.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook