Archives par mot-clé : révolution

La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires

Présentation du projet de thèse

Les premiers groupes de musique en Tunisie qui revendiquent un engagement artistique et politique se forment à partir de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Pourtant, des expériences solistes avaient déjà fait leur apparition quelques années plus tôt, surtout parmi les artistes qui avaient vécu à Paris et participé aux mouvements de mai 1968. La « chanson engagée » tunisienne – en arabe al-ughniya al-multazima – se développe principalement en milieu estudiantin et syndical, en parallèle de la vague de soulèvements et de protestations qui agite le pays, et en particulier les facultés, dans la phase terminale du régime bourguibien. Directement ou indirectement impliqués dans le militantisme estudiantin ou ouvrier, participants ou témoins des grèves et des émeutes, ces groupes essaient d’être porte-parole des étudiants et des travailleurs en révolte contre l’autoritarisme, le parti unique et la crise économique qui affligent le peuple.

© photo de Alessia Carnevale.

La chanson engagée est, dans un premier moment, expression exclusive de la gauche radicale. Les artistes se représentent dans les foyers universitaires et dans les facultés, dans les locaux de l’UGTT de tout le pays, parfois dans les festivals estivaux, et souvent dans les maisons de Culture de la capitale, véritables lieux de refuge pour la culture « alternative » de cette période. Cependant, dans la première moitié des années 1980, lorsque l’islamisme gagne un espace prépondérant dans la vie politique universitaire, d’autres groupes émergent, exprimant leur dissidence au régime et leur solidarité aux masses déshéritées de la population tunisienne et des peuples arabes, et se représentant devant un public proche ou affilié au syndicat des étudiants islamistes, l’UGTE, qui venait d’être fondé.

Si pendant la présidence de Bourguiba les groupes engagés sont mal tolérés et relégués à des cercles fermés, le régime de Ben Ali, après une très brève période d’ouverture, ferme bientôt toutes les portes aux artistes dissidents. La plupart d’entre eux – tous ayant une autre carrière professionnelle – ont malgré tout continué à poursuivre leur vocation, plus ou moins en cachette, ou en trouvant différents canaux pour éviter la censure d’état.

Le militantisme et la résistance à l’autoritarisme dans la Tunisie contemporaine a été objet de nombreuses études, notamment dans le domaine des sciences politiques et en sociologie 1. Cependant, les expressions culturelles relatives aux mouvements protestataires précédents aux soulèvements révolutionnaires de 2010-2011 n’ont pas reçu une grande attention. Le théâtre, le cinéma, la poésie, la musique, ont pourtant été dépositaires et catalyseurs de l’activisme politique et intellectuel, ils ont raconté des histoires et partagé des témoignages, ils ont supporté les expériences de lutte et ils ont été sujets à différents dispositifs de répression et de censure 2. Ils peuvent donc constituer une trace à suivre pour comprendre certains développements politiques et sociaux qui ont intéressés le pays.

© photo de Alessia Carnevale.

Ma thèse est centrée sur la chanson, celle-ci étant, parmi les formes artistiques et culturelles contestataires, le produit le plus fluide, le plus accessible au public, le plus direct pour mettre les questions politiques à l’ordre du jour, et qui devient slogan pendant les manifestations et les rassemblements des militants. Dans le même temps, la chanson engagée, écrite en arabe dialectal ou littéraire, établit une forte connexion avec le patrimoine culturel et artistique local et régional : de la réélaboration de la tradition populaire tunisienne, à l’appropriation du patrimoine musical et poétique arabe, ces références sont des instruments qui canalisent des instances politiques et idéologiques bien déterminées.

En s’appuyant sur les élaborations théoriques (néo)gramsciennes développées dans le cadre des études postcoloniales et culturelles, ma recherche adopte une notion de « culture » comme une source d’identité conflictuelle, « une sorte de théâtre où différentes causes politiques et idéologiques s’affrontent » 3. En reconnaissant le potentiel révolutionnaire et résistant des expressions culturelles « populaires », « alternatives », subalternes », ce courant s’est révélé apte à permettre l’analyse des phénomènes de résistance populaire dans les régions du Moyen-Orient et du Nord de l’Afrique 4. Il offre ainsi des instruments théoriques et méthodologiques valables pour le travail que je me propose de conduire.

Cette recherche part de l’hypothèse que la chanson engagée en Tunisie peut être considérée comme un lieu où s’articule le conflit idéologique, la lutte pour l’hégémonie politique et culturelle dans le pays : de la gauche face à l’islamisme, et des deux face au pouvoir. C’est un lieu imaginaire, de création artistique, mais aussi un lieu physique, si on le considère en tant que phénomène qui lutte constamment pour l’accès à, ou la domination de, l’espace publique. Et aujourd’hui elle est le lieu où se préserve la (les) mémoire(s) collective(s) d’une génération d’opposants. Le propos, en explorant ce patrimoine artistique et mémorielle, est d’évaluer sa capacité à constituer une contre-narration de l’histoire culturelle de la Tunisie autoritaire, d’ouvrir des perspectives nouvelles sur les événements clés de cette histoire, ainsi que d’en faire émerger les aspects qui ont été négligés. Il ne s’agit pas seulement de comprendre l’impact que l’environnement politique, local et régional, a eu sur les pratiques culturelles dissidentes, mais aussi la contribution de ces dernières aux luttes et aux changements sociaux dans le pays.

Les sources premières sur lesquelles s’appuie la recherche sont principalement de trois types : les textes des chansons, avec les enregistrements audio ou audiovisuelles, qui feront l’objet d’une analyse littéraire (thématique, du langage, et du discours idéologique) ; la presse écrite, qui signale la présence intermittente de la culture alternative sur la scène publique, et qui peut donc être indicative des changements dans le rapport entre pouvoir et oppositions ; les entretiens avec les musiciens, les chanteurs, et les poètes en question, ainsi qu’avec des personnalités dans le domaine culturelle et politique (responsables des maisons de la culture, professionnels des médias, syndicalistes).

© photo de Alessia Carnevale.

Le terrain exploratoire qui vient de se terminer, outre le dépouillement des sources bibliographiques, a visé à collecter ce corpus artistique et documentaire. Une série d’entretiens préliminaires, semi-directifs et non directif, avec certains des membres des principaux groupes engagés, habitants à Tunis, Gabès et Moularès (Gafsa), a été fondamental à l’avancement du projet et pour planifier les étapes suivantes. Les témoignages oraux sont en fait une partie indispensable de la reconstruction historique que la recherche se propose de faire. En premier lieu, établir un contact direct avec les acteurs sociaux en question est souvent le seul moyen pour accéder au corpus artistique à analyser, puisque le matériel textuel et audio n’est pas disponible via des canaux conventionnels. Par ailleurs, ils donnent une vision interne des événements, ils en révèlent les aspects autrement inconnus ; ils donnent un aperçu des significations collectives des événements historiques, et ils laissent émerger les subjectivités des groupes sociaux concernés 5.

1. Cf. AYARI Michaël, 2017, engagement politique dans la Tunisie Autoritaire : Gauchistes et Islamistes sous Bourguiba et Ben Ali (1957-2011), Paris, IRMC-Karthala ; LE SAOUT Didier, ROLLINDE Marguerite (dir.), 1999, Émeutes et mouvements sociaux au Maghreb. Perspective comparée, Paris, Karthala.

2. Un aperçu est donné par Mohamed-Salah OMRI, 2017, “The Labour Union Movement and ‘Alternative’ Culture in Tunisia: the Long View of a Long Relationship”, in Sian Lazar (dir.) Where are the Unions? Workers and Social Movements in Latin America, the Middle East and Europe, Londres, Zed Books, 64-83.

3. « In this second sense culture is a sort of theater where various political and ideological causes engage one another », SAID Edward, 1994, Culture and Imperialism, New York, Vintage Books, xiii. Sur l’utilisation de Gramsci par les cultural studies cf. aussi HALL Stuart, 1998, “Notes on deconstructing the popular”, in John Storey (dir.), Cultural Theory and Popular Culture: a Reader, Prentice Hall, Pearson, 442-453 ; et HALL Stuart, 198 8, “Gramsci and Us”, in The Hard Road to Renewal. Thatcherism and the Crisis of the Left, New York, Verso Books, 161-173.

4. Cf. EL HAMAMSY Walid, SOLIMAN Mounira (dir.), 2013, Popular Culture in the Middle East and North Africa. A Postcolonial Outlook, New York, Routledge.

5. Cf. PORTELLI Alessandro, 2007, Storie orali. Racconto, immaginazione, dialogo, Rome, Donzelli.

Alessia Carnevale

est doctorante à l’Institut Italien d’Etudes Orientales (ISO), Université La Sapienza, Rome.

Pour citer ce billet : Alessia Carnevale, «La chanson engagée en Tunisie : culture et résistance sous les régimes autoritaires», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2243.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Trois essais d’ “histoire immédiate” Tunisie, 2010-2015

Qu’est ce que la ‘Révolution tunisienne’ a fait à la discipline historique ? Une réponse nette est difficile à donner parce que l’on assiste à une « remontée des eaux mémorielles » qui ne s’arrête pas depuis 2011. Parmi les multiples conséquences de l’explosion de la parole, on constate un mélange trouble et troublant entre des mémoires concurrentes réclamant la place qui leur a été soustraite par l’histoire « officielle », communément admise. Ces mémoires individuelles, partisanes, familiales, régionales ni mortes ni consacrées alimentent des polémiques qui disent des besoins d’histoire réactivés par l’ouverture du jeu politique et de ses liens avec la légitimation du pouvoir à (re)bâtir. Il faut le temps de reprendre les strates, d’établir les versions, de donner à chaque récit la place qu’il revendique afin que l’histoire fasse le travail de croisement, de tri et d’interprétation dont la société a également besoin. Ce mouvement d’affleurement de l’histoire a commencé sous des formes encore difficiles à distinguer, et on peut en capter des signes et des expressions à travers la production écrite et orale, médiatique, politique et scientifique qui a enflé depuis 2011, dans plusieurs domaines concernant les sciences humaines et sociales (sociologie, psychologie, philosophie, économie…)

A l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ex-ISHMN), institution universitaire dont l’appellation a changé en 20141, plusieurs cycles deprésentation de travaux divers ont été organisés à partir de 2012, pour suivre les traces de cette matière éditoriale en verve. Une série de rencontres : Ecrire la Révolution2, le colloque Thawra(t) organisé en janvier 20133, les ateliers de formation à l’écriture en sciences sociales à l’adresse des étudiants ont permis de présenter et de discuter un certain nombre d’ouvrages parus au cours des cinq dernières années. Les ouvrages étaient choisis quand ils semblaient porteurs d’une vision des événements, d’une volonté de les traiter de façon raisonnée, la plupart avançant des interprétations plus ou moins reliées au passé de la Tunisie et/ou aux schémas des révolutions ou révoltes connues par ailleurs4. Ce suivi partiel a été une façon d’arrimer la programmation scientifique de l’institution à une actualité éditoriale en inflation, en arabe, en français et en d’autres langues, à l’extérieur de la Tunisie. Cette loquacité bibliographique témoignait d’une effervescence intellectuelle qu’il a semblé intéressant à exploiter pour que la recherche académique en sciences humaines et sociales, établie et à construire, s’ouvre au bouillonnement éditorial qui a suivi les bouleversements politiques de 2011, en profite pour se vivifier.

Ce papier s’inscrit dans le désir de rendre compte d’un flux éditorial qui se densifie et se diversifie pour ne pas se laisser submerger par la vague. Le parti pris est de se frayer un chemin dans la partie de la production intellectuelle illustrant un souci de l’histoire, proche ou plus lointaine de la Tunisie ou la comparaison historique avec d’autres contextes ‘révolutionnaires’. Les débats post-2011 ont en effet rapidement fait appel à l’histoire, enseignée, vulgarisée ou académique. Ces usages implicites et explicites de l’histoire tissent le déroulé des événements avec des essais d’interprétation, prudents mais reflétant chacun un usage, renvoyant à une compréhension de l’histoire tunisienne et/ou des révolutions précédentes -les  révolutions françaises de 1789 et de 1848, les révolutions arabes de 1919 ou 1952, les révolutions ‘colorées’ d’Europe, pour ne citer que les références les plus courantes. Cinq ans après 2011, Il s’agit ici de rendre compte, de trois ouvrages différents, qui chacun à sa manière, témoigne d’une préoccupation et d’une démarche qui interpellent les historiens. Ecrits par des non historiens, ces ouvrages reviennent sur les faits post-2011 avec des grilles de lecture qui montrent que le raisonnement historique n’est pas le monopole des historiens ‘professionnels’. A ce titre, et audelà de leur utilité immédiate pour fixer les événements de 2010/2011 et les suivants, pour lier les premiers récits écrits qui émergent dans/de l’oralité dominante, ces ouvrages donnent à réfléchir sur la façon dont les auteurs articulent le présent consigné avec le passé auquel les acteurs eux mêmes se réfèrent. On peut parier que ces travaux composés dans un effort d’objectivation et un souci de réflexivité, serviront aux chercheurs d’aujourd’hui comme aux historiens de demain. Pour l’heure, parler de ces trois ouvrages, situés à mi-chemin entre le travail journalistique et l’examen refroidi par le temps, c’est donner écho à un travail critique dans unmoment historique dont on   mesure ni les composantes, ni les suites mais qui stimule la réflexion sur le passé. Ces ouvrages font partie des effets induits par une ‘Révolution tunisienne’ qui n’a pas achevé son cours ni fixé son appellation, mais se nourrit des visions et analyses qu’elle contribue à produire, chemin faisant. Cette production attiédie a le mérite de communiquer une connaissance de l’histoire « immédiate » tunisienne, à la disposition des futurs chercheurs. Le matériau fabriqué est d’autant plus utile qu’il contre la vitesse de l’actualité et diminue l’évaporation de la mémoire des détails qui entourent le déroulement des faits. Ecrits contre la précipitation des enquêtes journalistiques et face à une accélération généralisée des analyses, ces ‘cailloux du Petit Poucet’ serviront certainement la recherche historique et alimenteront la réflexion historiographique, nécessaires à mener et à construire, si on veut que la ‘Révolution tunisienne’ parvienne à secouer les grilles de lecture et à ébranler les catégories d’analyse en usage.

Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien (17 décembre-14 janvier 2011), Paris, Les petits matins, 2016, 349 p.

L’auteur est sociologue ; il est chercheur au Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain- LASCO (Université Paris-Descartes) et enseigne à l’Institut Mines-Télécom. Il choisit méthodiquement de s’intéresser aux quatre semaines qui précèdent le 14 janvier 2011 et de recueillir 90 entretiens (liste : pp. 317-323). Le titre de l’ouvrage allie les deux termes – ‘révolution’ et ‘soulèvement’- qui continuent à flotter pour qualifier ces 29 jours décisifs dans l’histoire récente de la Tunisie. L’enquête est menée avec une grande clarté sur la qualité des personnes qui délivrent les informations et sur les circonstances de l’enquête. La bibliographie et l’index (thématique, il inclut deux noms : Zine El Abidine Ben Ali et Mohamed Bouazizi) achèvent de donner à cet ouvrage la facture universitaire que les deux ouvrages suivants ne revendiquent pas. La courte durée chronologique à laquelle s’assigne l’auteur donne à l’enquête orale qu’il mène une force dans le détail et un pouvoir d’évocation d’autant plus parlant que les souvenirs des acteurs gardent encore une certaine fraîcheur. Avec le temps, ces détails peuvent devenir des points de repère et susciter des vérifications, des recoupements, des approfondissements. La périodisation est établie à partir d’une observation cruciale : les événements insurrectionnels sont rapidement érigés en faits médiatiques grâce aux nouvelles technologies implantées en Tunisie (y compris dans les régions point de départ des mobilisations contestataires) et aux relais des télévisions El Jazeera et France 24 qui servent efficacement le retentissement mondial des informations locales. Entre l’immolation de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, le 17 décembre 2010 et l’envol de Ben Ali pour l’Arabie Saoudite, le 14 janvier 2011, l’auteur découpe six moments dans le ‘soulèvement’ tunisien : l’underground des révoltes (1998-2010) ; Sidi Bouzid : Le surgissement de la révolte (17 décembre-26 décembre 2010) ; Les réseaux de Tunis et le soutien à la révolte de Sidi Bouzid (25 décembre 2010-6 janvier 2011) ; Thala, Kasserine Regueb : Des révoltes au soulèvement (3 janvier – 11 janvier 2011) ; La nationalisation du soulèvement (9 janvier 14 janvier 2011). Cette chronologie fine épouse les modulations et le crescendo du ‘soulèvement’ en dégageant les causes économiques et sociales profondes qui expliquent l’étincelle du 17 décembre (retour sur les événements du bassin minier de 2008) en même temps qu’il démonte le potentiel d’organisation syndicale et militante qui ordonne les mobilisations. L’extension à travers le pays est en effet spontanément orchestrée par une multitude d’enseignants, syndicalistes, avocats… : l’énergie insurrectionnelle atteint Sfax, arrive jusqu’à Tunis où les quartiers périphériques et les divers milieux sociaux ont reçu, depuis plusieurs jours, images et échos des événements.

Deux hypothèses centrales structurent l’enquête de Jean-Marc Salmon :

1/ La ‘Révolution tunisienne’ est inattendue et spontanée mais son déroulement sur le court terme conjugue la frustration semée par le régime de Ben Ali dans toutes les couches de la société tunisienne et l’organisation invisible de militants actifs ou « en hibernation » qui ont été en mesure de coordonner les mobilisations locales et de canaliser les actions face à des forces de l’ordre peu décidées.

2/ La ‘Révolution tunisienne’ et plus spécifiquement le segment chronologique du ‘soulèvement’ est le fruit d’une nouvelle manière de communiquer et de la  vitesse de propagation des informations et des slogans issus des terrains de la contestation. Grâce à Internet et à une certaine maîtrise de son usage par les Tunisiens, l’oral (des commentaires, des slogans) et l’image (des émeutes, des protestations) ont joué un rôle démultiplicateur de l’émotion révolutionnaire, transmise à travers le pays et en dehors de ses frontières. Ces connexions d’un ordre nouveau donnent à la ‘Révolution tunisienne’ une facture inédite, qui augure, peut-être, d’une définition nouvelle du déroulement des révolutions dont l’étude depuis le 18ème siècle insiste sur le rôle de l’écrit dans la formulation des idéaux, la préparation de l’action puis son inscription dans le réel.

Hédia Baraket et Olfa Belhassine, Ces nouveaux mots qui font la Tunisie, Tunis, Cérès editions, 2016, 362 p.

Les deux journalistes qui ont co-écrit cet ouvrage déclarent avoir voulu aller plus loin que l’actualité et lutter contre l’oubli. Parties de deux publications parues en supplément de La Presse de Tunisie (14 janvier 2012 et 3 mai 2012), les deux auteurs ont passé au tamis un premier corpus de 120 mots pour s’arrêter à un lexique de 63 mots qui jalonnent les scansions et les débats de la ‘transition tunisienne’ où se croisent plusieurs temporalités. Ces mots qui ont transformé le langage politique et médiatique constituent des « événements de langage qui font l’histoire » de la Tunisie post- 20115. Tout en restant attachées à l’investigation journalistique dont elles sont familières, les deux journalistes font apparaître la place de l’histoire dans l’élaboration de ce nouveau langage qui modèle à son tour la tournure des faits. Il s’agit tantôt de l’histoire « longue » (la formule Dégage ! remonte à l’histoire de la colonisation française), plus proche (le slogan Choghl, horriyya, karama wataniyya = travail, liberté et dignité nationale, remonte à l’histoire du mouvement estudiantin des années 1970) ou de l’actualité récente (le terme thawra= révolte et/ou révolution, est introduit par les médias en janvier 2011 ; l’expression houthala francofouniyya =résidus de la francophonie, est proférée comme une insulte par un député de l’AssembléeNationale Constituante en   2011) ou même la plus brûlante (le comique himar watani = âne national, est le lapsus d’un des acteurs du Dialogue national en octobre 2013). Les soixante-dix interviews qu’elles ont effectuées (avec des acteurs, des journalistes, des chercheurs…) ont aidé les deux auteurs à restituer la profondeur des mots, les différents sens qu’ils recouvrent, le champ lexical des slogans et formules qui se répondent les uns les autres à travers les soixante trois notices sélectionnées. Que les mots soient nés sur le registre sérieux (hurriyat atta’bir = liberté d’expression), dramatique (houmani = titre d’une chanson à succès qui parle des habitants des quartiers abandonnés), scientifique (al dawla al ‘amiqa = l’Etat profond est une trouvaille de la politologie ambiante), dans le but de dénoncer (‘ilam el ‘ar = médias de la honte) ou pour se moquer (sfir fasîl = zéro virgule, allusion au score électoral des partis de ‘gauche’), l’ouvrage remet en perspective, dans une composition équilibrée et non dénuée d’humour, les différentes voies de façonnement des mots et comment ils traduisent, au cours des quatre années d’observation de la scène politique, des médias et de la rue, la complexité des événements vécus.

Une des remarques que suscite la lecture de ces « fragments d’histoire » est que la scène politico-médiatique tunisienne reflète un co-linguisme francoarabe qui caractérise l’histoire de la Tunisie depuis des décennies et qui s’exprime dans la fabrique courante des notions et la configuration des actes. Les deux langues sont traitées comme un couple dans cette photographie des expressions agissantes et des mots de la dispute, ce qui confère à l’ouvrage une valeur de témoin et de produit de l’originalité culturelle du moment transitionnel tunisien en cours. A cela, ajoutons que l’ouvrage fournit aux analystes et observateurs des éléments pour comprendre une des dimensions du bilinguisme arabe/français et son rôle dans l’élaboration des mots et la conception des  choses de la politique dans l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Stéphanie Wenger, Jours tranquilles à Tunis, Paris, Riveneuve Editions, 2015, 233 p.

L’ouvrage paraît dans une collection dirigée par Gilles Kraemer aux éditions Riveneuve Editions. Sous le titre unificateur de « jours tranquilles à », l’auteur- une journaliste qui débarque à Tunis après sept ans au Caire et trois ans à Alep – se lance dans des chroniques qui, au-delà des péripéties politiques, essaient d’entrer dans la société tunisienne, tout en respectant l’unité de lieu tunisoise imposée par l’éditeur. La récolte s’élève à une somme de 93 chroniques composées sur deux tons, deux plans d’information rendus par deux typographies. Les textes courts, comme le veut l’usage journalistique, couvrent la période allant de septembre 2012 (avant l’attaque du consulat américain de Benghazi – le 12 septembre – et l’assaut de salafistes contre l’ambassade et l’école américaines à Tunis, suite à la diffusion sur You tube, d’un film jugé anti-islam, le 14 septembre) au mois de juin 2015 (l’attentat du musée du Bardo du 17 mars est couvert par la journaliste mais pas l’attentat terroriste de la plage de Sousse du 28 juin). Stéphanie Wenger est consciente qu’elle arrive avec des cadres d’analyse forgés au Caire où le président frère musulman Mohamed Morsi vient d’être élu. La familiarité linguistique acquise à travers les mots d’arabe courant lui ouvre quelques fenêtres sur son nouveau terrain d’observation et de vie.

Elle rend compte de la vie tunisoise comme correspondante de plusieurs journaux, d’où le côté linéaire des instantanés qui rendent compte de la montée de la violence dans le pays. Le lecteur voit se succéder des assassinats, des attaques terroristes et des mesures sécuritaires de plus en plus crispées. Les chroniques alternent entre le tragique de certains événements (les attaques successives contre les mausolées ; l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février 2013 et ses funérailles impressionnantes) et la légèreté de la vie quotidienne (les résultats des matchs de football ; les étalages de la friperie ; la recette du lablabi) en passant par le ridicule de certaines manifestations (l’exposition des biens et objets de la famille Ben Ali/ Trabelsi et les moqueries envers une ministre du gouvernement de la Troïka) ou les menus faits du désordre médiatique (les coquilles malencontreuses du journal La Presse de Tunisie ; l’interview non enregistrée de Rached Ghannouchi demandant à une journaliste si elle fait la prière). Dans un style journalistique teinté de considérations psycho-sociologiques et d’impressions personnelles, l’auteur transcrit les péripéties d’une ‘transition’ paradoxale et animée, loin d’être paisible ni linéaire. L’époque couverte par la journaliste rend compte d’une Tunisie qui construit des institutions de fond (écriture et vote de la Constitution de janvier 2014), multiplie les activités culturelles (le festival d’été d’Ezzahra), intente des procès contre des rappeurs (Klay BBj, Weld el 15 et Kafon, emprisonnés) tout en apparaissant comme un pourvoyeur prolifique de recrues jihadistes en Syrie et en Libye. Le lexique renseigne plus que les chroniques proprement dites sur la lecture de l’histoire en train de s’écrire que reflète cet ouvrage tourné surtout vers le présent (les attentats de Charlie à Paris) et les potentialités d’un avenir que l’auteur espère voir émerger de l’expérience tunisienne. Dans la cinquantaine de mots sélectionnés et expliqués à des lecteurs lointains se mêlent les titulatures des partis (Néo Destour, RCD, Ettakatol, Nida Tounès), les noms des acteurs saillants (Houcine Abbassi, Moustafa Ben Jaâfar, Habib Bourguiba, Béji Caïd Essebsi –son sigle BCE et son diminutif Bajbouj-, Leïla Trabelsi, Moncef Marzouki, Rached Ghannouchi), des termes du langage politique en usage (code du statut personnel, laïc, dialogue national), des mots du vocabulaire ordinaire comme harka (immigration clandestine), hogra (mépris social), tanbir (commentaire sarcastique) ou zatla (cannabis). Ce travail de journaliste qui a suivi une période profondément agitée deviendra-til une source pour les historiens plus tard ? That’s a question…

Kmar Bendana

1 Par décret du Journal Officiel de la République tunisienne en date du 8 mai 2014. Voir éditorial Rawafid, n° 18, 2013, 7.

2 Abdelaziz Belkhodja et Tarak Cheikhrouhou, 14 janvier. L’enquête, Tunis, Appollonia Editions, 2012 ; Mokhtar Khalfaoui, Hadithatou assakifa… (en arabe), 2012 ; Lazhar Mejri, La Révolution du 17 décembre 2010 (en arabe)…, ; Hédi Timoumi, Une tyrannie douce, 23 ans du pouvoir de Ben Ali, Tunis, MedAli éditions, 2011 ; Faouzi Sadkaoui, Plume et embûches : textes de l’histoire immédiate.

3 Thawra(t) …. Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXème-XXIèmes siècles), Publication de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, 2014, 176 p. en arabe et 119 p. en français.

4 Afifa Chaouachi-Marzouki (dir.), Quand les mots se révoltent, Tunis, Sud Editions, 2014, 230 p. (séance du 25 mai 2015) ; Raja Fenniche (dir.), Dans les mailles du filet. Révolution Tunisienne et Web 2.0, La Manouba, Presses Universitaires de La Manouba, 2013, 155 p.
(séance du 5 octobre 2015). Les deux ouvrages ont fait l’objet de comptes-rendus dans Rawafid n° 9, 2014, 81-95.

5 Nabiha Jrad, « Quand dire c’est faire : la Révolution tunisienne, un événement de langage fait l’histoire », http://irmc.hypotheses.org/182.

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Trois essais d’ “histoire immédiate”, Tunisie 2010-2015 », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2038.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local

Photographie de l’auteure

Depuis la chute du régime de Zine Al- Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, on assiste à une libéralisation des droits civils et politiques, qui a engendré un tissu associatif très dynamique dans le territoire tunisien. En effet la nouvelle loi de 2011 sur la création des associations (Décret-loi 88) a permis la simplification des modalités administratives, en rendant effectif le régime de la déclaration comme fondement d’existence de l’association. Durant l’année 2011, la Tunisie enregistre la création de près de 2000 nouvelles associations dont environ 700 après les élections du 23 octobre 2011, alors qu’elle en comptait 9600 en 2010 (IFEDA). Il s’agit là d’un véritable boom associatif.

Après la chute du régime le concept de « société civile » fait irruption dans une scène sociopolitique renouvelée, où les associations locales sont devenues les acteurs principaux au coeur du processus de transition. Ainsi elles s’emparent de tous les sujets qui suscitent le débat dans la Tunisie post-révolutionnaire : droits humains, égalité de genre, démocratie et citoyenneté, liberté d’expression, développement social et solidarité, action humanitaire, développement local, protection de l’environnement et développement durable, transparence et lutte contre la corruption, bonne gouvernance, etc. Dans ce contexte de vibrante dynamique associative, on peut considérer la Tunisie comme un intéressant laboratoire social. Il s’agit de s’interroger sur la capacité des associations tunisiennes à s’organiser dans l’espace public pour contribuer au développement social dans la phase de la  transition démocratique.

© theguardian.com (Photographe : Sondos Belhassen)

L’effervescence associative a, à son tour, généré des nouvelles opportunités internationales, soit à travers une pénétration massive des acteurs internationaux (l’action des bailleurs de fonds de soutien à la société civile), soit à travers une facilitation de la coopération transnationale entre différentes associations (partenariats). La question de la dimension internationale, lorsque l’on s’intéresse à un contexte local, est l’objet de nombreux débats. La majorité des travaux académiques sur les rapports entre acteurs locaux et internationaux (development studies) s’est souvent concentrée sur les dimensions plutôt techniques de ces rapports, en en minimisant les conséquences sociales à l’échelle locale. La théorie des mouvements sociaux, de son coté, a rarement pris en compte l’importance des liens avec l’international dans la définition de l’activisme local.

Notre analyse cherche à combler ce manque en partant d’une littérature qui pose l’accent sur le risque de créer une forme de dépendance des acteurs locaux à l’international, pouvant causer à son tour une atomisation et une fragmentation de la scène associative. Les bailleurs de fonds classiques ont ainsi une approche plutôt sélective qui pose des barrières pour les associations qui ne possèdent pas l’expertise nécessaire pour répondre aux appels d’offre, en aggravant les inégalités socio-économiques du tissu social. De plus, en Tunisie, le clivage entre moderniste et associations à référence religieuse présent au sein de la société civile locale, peut être accentué par l’approche sélective de bailleurs de fonds dans leurs choix des bénéficiaires. Notre recherche tente d’approfondir les différents types des liens internationaux établis par les associations, avec l’objectif de vérifier s’il y a des variations au niveau local par rapport au type d’engagement international. Cette approche permettrait d’éviter une analyse strictement verticale en considérant aussi les stratégies de partenariat international des associations locales.

Dans ce cadre, notre recherche tente d’étudier le processus de construction de la société civile post-révolutionnaire dans le contexte d’interactions renouvelées avec l’international. Ce processus de construction et d’interaction est à l’origine de l’émergence d’une diversification des formes d’activisme social local. Ainsi, l’objectif spécifique est de caractériser la nouvelle société civile locale et de cerner la dynamique de diversification sociale de celle-ci. L’hypothèse de travail est que le type d’interaction avec l’international est à l’origine de la différentiation sociale de l’activisme. Pour cela on cherchera à comprendre la diversité des liens à l’international des associations. Quel est le rapport entre l’intégration internationale et l’activisme social local ? Cette question est particulièrement importante à partir de 2011, avec la prolifération du nombre des associations à référence religieuse, qui ont la réputation d’avoir un fort ancrage social. Ainsi, se pose la question de la spécificité islamique dans le lien entre la dimension internationale et la forme d’activisme social. La réalité même de cette catégorisation reste à démontrer.

Pour répondre à ces questions de recherche il faut donner une définition claire des deux variables qu’on tentera de cerner : intégration internationale et activisme local. Plus spécifiquement, pour « intégration internationale » nous considérons les interactions entre les acteurs internationaux et associatifs locaux.

Ainsi nous avons identifié des sous-catégories. Les acteurs locaux peuvent simplement communiquer avec des organisations internationales ; recevoir des ressources matérielles dans le cadre d’une stratégie d’intervention des bailleurs de fonds ; recevoir des ressources immatérielles, comme des cycles de formation et d’autre type d’informations ; être engagés directement dans de partenariats internationaux.

Pour activisme local nous considérons les activités des associations pour contribuer au développement social. Nous avons saisi trois indicateurs : participation, en tant que capacité de mobilisation ; capacité d’établir des partenariats avec d’autres associations locales qui travaillent dans le même domaine ; types d’activités. Pour chaque critère nous vérifierons s’il y a une spécificité par rapport aux associations à référence religieuse. Pour analyser ces deux dimensions (intégration international et activisme local) nous nous appuierons sur une série d’enquêtes (entretiens semidirectifs) au niveau des associations locales dans trois terrains : Tunis, Sfax, Médenine. Une première analyse des résultats montre une grande diversité des pratiques associatives et l’importance de replacer les associations comme les acteurs clés dans le processus de transition démocratique.

Ester SIGILLÒ

est doctorante à l’Institut des sciences humaines et sociales, Scuola Normale Superiore, et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Ester SIGILLÒ, « La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1975.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Protestations dans les régimes autoritaires, de la résistance quotidienne jusqu’aux soulèvements populaires : la Tunisie et la Tchécoslovaquie dans la décennie avant la révolution

Photographie de l’auteure

Although protests are relatively rare in authoritarian regimes, they not only periodically occur but occasionally also bring down well-entrenched regimes with relative ease and in short periods of time. This was the case during the 1989 revolutions in Central and Eastern Europe as well as during the recent wave of Arab uprisings that spread throughout the region in 2011. In both cases, the political and academic community, as well as the people and activists themselves, were caught by surprise by the emergence and success of popular protests. This raises the question of why popular challenges to authoritarian regimes seem to appear so suddenly and what leads to the inaccurate assessment of the regimes’ strength and stability.

In order to address this puzzle, my doctoral research examines the variety of protest in authoritarian settings and regime  vulnerability to contestation from below. I focus primarily on forms of protest short of collective action since authoritarian regimes – characterized by high levels of repression, severe limits on citizens’ liberties, and limited institutional access – disrupt regular patterns of communication and association between people, which presents substantial challenges for the emergence of organized, collective protest. Moreover, I argue that in these settings, such overwhelmingly personal, fragmented, and uncoordinated “everyday forms of resistance”1 not only form the thrust of protest but also carry a stronger political dimension than in politically open regimes due to authoritarian states’ tendency to blur the public-private distinction, effectively “politicizing” private life. The importance of these forms of protest is generally overlooked by the standard approaches because they tend to analyze regime stability, rather than vulnerability, and focus primarily on challenges from above (from the different aspects of the security apparatus or the
relevant elites) and the various strategies of co-optation to ensure their loyalty.As a result, these approaches are insensitive to
the variety of ways in which people routinely resist authoritarian regimes and their policies despite repression, as well as the impact such actions can have on their own or as the basis for future collective challenges to the regime.

© tixup.com

To this end, my dissertation presents a comparative analysis of protest in Tunisia and Czechoslovakia in the decade before their respective revolutions. In the relatively recent period in Tunisia (2000- 2011), I rely primarily on semi-structured interviews with different types of actors, exploring different forms of protest and state’s practices of control from the interlocutors’ points of view. In the more historical case of Czechoslovakia (1980- 1989), I rely mostly on archival research of Secret police documents that reveal the logic of repressive state practices as well as specific instances of political transgressions captured in these reports. While each case employs a different perspective, both exemplify the subversive potential of the micro-practices of resistance in authoritarian settings as well as various mechanisms of protest spread and transformation. The different time periods and geographical locations also help to break the prevalent regional studies approach to authoritarianism and examine the common logic of authoritarian
regimes, while paying attention to the different ways in which these regimes maintained power and the multitude of ways in which their citizens routinely resisted these practices, albeit in largely unorganized, individual manner. While these findings cannot be generalized to all authoritarian regimes, they present a first
step in creating a unified framework of analysis of the two types of protest that have so far been studied separately and in bringing together insights from different literatures in political science and
sociology to produce a better understanding of the nature and impact of protest in authoritarian regimes.

Bibliography
Bayat A., (2010), Life as Politics : How Ordinary People Change the Middle East, Stanford, Stanford University Press.

Johnston H., (2011), States and Social Movements, Cambridge,

Polity Press. Scott J., (1985), Weapons of the Weak : Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven, Yale University Press.

 

Zuzana HUDÁKOVÁ

 

est doctorante en science politique/relations internationales ,à l’Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève et chercheuse associée à l’IRMC. Contact : zuzana.hudakova@graduateinstitute.ch .

Pour citer ce billet : Zuzana Hudàkovà, « Protestations dans les régimes autoritaires, de la résistance quotidienne jusqu’aux soulèvements populaires : la Tunisie et la Tchécoslovaquie dans la décennie avant la révolution», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1967.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Que peuvent les sciences sociales en Tunisie ?

Commençons par saluer l’initiative d’organiser à Tunis une étape du séminaire lancé par Jocelyne Dakhlia à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris en novembre 2013 et qui consiste à suivre les travaux de chercheurs débutants et confirmés autour d’une Tunisie propulsée par l’actualité au centre d’interrogations politiques, scientifiques et existentielles venant d’un peu partout. Sous le titre Sciences sociales en Révolution, avec le concours de l’association Nachaz et le soutien du Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie (CRLDHT), la rencontre s’est tenue les 28 et 29 avril 2015 à la Bibliothèque Nationale, un lieu qui a abrité de grands moments de l’effervescence culturelle post 2011, un poumon qui a fait respirer de multiples propositions fusant de l’énergie de la société civile culturelle et scientifique.

affichekmarJe me limiterai à quelques réflexions inspirées par l’écoute de deux journées passionnantes, articulées en quatre séances (Une “modernité tunisienne” ? ; Où en est l’état social ? Nouveaux acteurs ? Recompositions ?) et ponctuées par douze communications et des plages de débat conséquentes. Je ne peux pas en résumer la teneur mais je note que le spectre des sciences sociales, largement représenté, a offert une tranche de transdisciplinarité revigorante.

Sciences sociales en révolution ?

Le titre de la rencontre résolument programmatique peut avoir deux sens, au moins. Les sciences sociales participent-elles au processus et mutations politiques en cours ? Une “révolution” a-t-elle atteint l’enseignement et la recherche en sciences sociales ? Les deux questions sont d’autant plus légitimes que quatre ans après le clash de 2011, on peut entrevoir une distinction entre le temps de la politique (qui ne s’arrête jamais) et d’autres temps (ou temporalités), qui ont leurs droits et ouvrent sur un potentiel explicatif. Les sciences sociales peuvent servir à mettre de l’épaisseur dans les notions, à démultiplier les significations et à aérer les controverses par des transpositions dans le temps et l’espace. Prenons l’exemple de l’amalgame entre religion et politique qui englue débats et actions : à la réflexion, on prend conscience que sécularisation de la société et usage politique du religieux sont inscrits depuis des décennies dans l’histoire de l’État-nation tunisien, le nationalisme en ayant fait sa matrice. Une autre perspective s’ajoute : la temporalité courte que nous traversons a-t-elle réussi à changer le regard des sciences sociales ? Avons-nous modifié nos façons de lire les phénomènes immédiats et de les inscrire dans la profondeur du temps ? Depuis 2011, les chercheurs prudents se gardent de conclure. Ils parlent de situations “contrastées”, instables, inachevées, d’une Tunisie à la “croisée des chemins”, de fluidité… Cette incertitude de bon aloi reste à traduire dans les questions, les méthodes et les objets. Comme dans d’autres domaines, les chercheurs constatent amèrement une dégradation des conditions d’exercice des professions d’enseignement et de recherche. Inadaptation des programmes, inerties administratives, indifférence des collègues, absentéisme étudiant et failles de l’infrastructure universitaire entravent l’entrée de la “révolution” dans un secteur peu considéré. Que peut apporter la “révolution tunisienne” aux sciences sociales et humaines ? Le constat immédiat est qu’elles sont sinistrées et dévalorisées par une conception techniciste du savoir et par les rancœurs répétées contre des universités invisibles dans les classements mondiaux, fabriquant, de surplus, des chômeurs. Pourtant, les possibilités pour que le savoir des humanités serve à un processus de changement social, culturel et économique existent.

La révolution a-t-elle besoin des sciences sociales ?

A écouter la densité et la qualité des interventions de ces journées d’étude, la réponse est manifestement “oui”. Les enquêtes économiques, géographiques, sociologiques présentées étaient de qualité. Les lectures déployées prouvent le besoin et l’utilité de revenir sur des faits, de relire les textes, de disséquer les structures, de restituer la parole des acteurs et de relier des études oubliées ou sous-utilisées. Ces enquêtes de terrain rejoignent l’abondance de livres et d’articles, en arabe et en français qui, depuis 2011, constituent une récolte passionnelle et pensée de déchiffrements de premier ordre. L’énergie déployée dans l’effort d’explication chiffrée, argumentée et fabriquée grâce à l’intérêt et l’investissement des auteurs est une archive intellectuelle qui compense –sans les faire oublier- les dysfonctionnements et désorganisations de la formation et de la recherche universitaires. Deux directions, horizontale et verticale, sont à cultiver pour inscrire durablement cette énergie compréhensive dans le tissu intellectuel : créer du dialogue, échanger autour de ce qui se produit et communiquer les résultats des débats en dehors des murs de l’université. Aussi espère-t-on que cette rencontre, suivie par deux caméras, débouche sur une trace écrite qui permette aux chercheurs, aux curieux et intéressés d’y revenir plus tard. La “révolution” a besoin d’intellectuels et de chercheurs, d’investigations et de confrontations, de décodages et de traductions, de liberté de parole et de pensée mais ce besoin requiert aussi la construction patiente d’une médiation à plusieurs niveaux. Débats et travaux appellent un travail de truchement prolongé dans le temps afin d’irriguer la réflexion civique, tout en étant arrimé aux préoccupations de la société. Plus que de risques (y en a-t-il vraiment ?), les sciences sociales ont besoin d’imagination et d’entrain collectifs pour fabriquer des supports (écrits et audio-visuels) capables de communiquer aux jeunes générations et de transmettre aux différentes couches sociales, l’état d’une recherche éparpillée et mal exploitée. En plus des soucis d’édition et des idées de communication, comment transformer l’activité de recherche qui exige temps, retrait et spécialisation en des projets opportuns, en des actions opportunément utiles ?

Le temps et ses vertus

La convocation du passé n’a pas manqué depuis 2011. Elle a alimenté des témoignages imprégnés de mémoires concurrentes et quantité d’analyses ont appelé à retourner sur divers passés. Pour en rester à la ligne de l’argumentaire de la rencontre qui invite les chercheurs à s’interroger sur les bases civiques et éthiques de leurs pratiques, nous éviterons la question des usages du passé réactivés par les luttes partisanes, qui mènerait trop loin. Mais on peut se demander quel est l’effet du temps sur les sciences sociales depuis quatre ans et si la question a été posée individuellement et/ou collectivement par les chercheurs. Le recours à l’histoire est un biais générateur de sens dans la lecture des événements présents. Des exemples traités au cours de la rencontre abordent les aspects d’une culture politique tunisienne que l’on ne peut saisir sans le poids de l’histoire longue. Des moments comme celui de la naissance du syndicalisme qui coïncide avec l’apparition des partis politiques ou ceux des étapes et conséquences des systèmes éducatifs, aident à appréhender les crises des institutions actuelles, les fractures entre les régions, le littoral et l’intérieur, les difficultés intergénérationnelles et même les conditions du chômage des diplômés. L’accélération de l’histoire touche l’ensemble de la société et les chercheurs ne pouvant pas être en reste, doivent en tenir compte dans les manières de travailler, les procédés de transmission et les modes de valorisation des résultats. L’histoire du champ intellectuel tunisien (l’université productrice de sciences sociales n’est qu’un coin d’un espace hétérogène) est à faire selon des paramètres démographiques, dans ses dynamiques sociales et dans les aspects économiques et pas uniquement en fonction du prisme des relations avec le pouvoir politique. Les milieux et métiers de la culture, quantitativement et qualitativement en expansion, ne pouvaient qu’être « surpris » par la révolution tunisienne. Ils sont traversés par des luttes de position, de légitimité et de structuration qui évoluent avec leur nombre, la demande sociale et les contextes environnants. Compte tenu de ces dynamiques, ces mondes sont-ils préparés à réfléchir sur leurs pratiques, leur genèse et leur impact ? Si chaque science sociale et humaine a une histoire et une conception du temps, le temps du regard réflexif s’annonce-t-il comme un des stades, un des chemins pour une mutation significative ? Eu égard à l’accumulation de travaux et réflexions sur la Tunisie, ici et ailleurs et maintenant que la période transitoire -qui a capté des énergies intellectuelles dans les rangs de la société civile- est achevée, est venu le temps d’un civisme ciblé autour des besoins de réformer une vie scientifique handicapée par des lourdeurs, un manque d’indépendance, d’ouverture et d’ancrage dans les attentes collectives. Comme est venu le temps de soumettre les habitudes, les réflexes et les manières de travailler dans les communautés scientifiques aux bienfaits d’inscrire le présent dans la complexité des temps qui le génèrent.

La “révolution” ne brûle pas dans les sciences sociales en Tunisie, ni dans les objets, ni dans les démarches ni dans les façons de les penser ou d’en parler. Pourtant des alertes et des feux rouges nous interpellent de toutes parts, sans compter les inquiétudes devant les problèmes économiques, sociaux et culturels inexpliqués. Il y a du pain sur la planche. Dressons des bilans critiques tout en pensant à multiplier les occasions de lire, discuter, transmettre et réinterroger le capital scientifique qui existe et que l’on voit augmenter à vue d’œil. Rendons compte, croisons et comparons ce qui se dit, s’écrit et s’exprime par l’écrit, l’oral, l’art et l’image afin de conjurer le pessimisme d’un des participants au débat général : “On ignore notre société tunisienne”. Faisons de la connaissance critique, libre, disponible et imaginative une des voies pour une “révolution” plus nécessaire que jamais, dans les sciences sociales.

Kmar BENDANA

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Que peuvent les sciences sociales en Tunisie ? », Le Carnet de l’IRMC, 11 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1821.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Littérature tunisienne et révolution

La journée d’étude intitulée « Littérature tunisienne et révolution », co-organisée par l’IRMC et le CERMOM-INALCO, s’est tenue le 6 novembre 2014 au CREDIF, à Tunis. Elle a réuni des chercheurs et des acteurs culturels, tunisiens et français, pour poser les jalons d’une réflexion sur les changements de la création et du champ littéraires depuis 2011 en Tunisie.

Karima Dirèche a introduit la journée en soulignant que la littérature dit aussi des choses sur les situations politiques et sociales. Cette journée est le prélude à une manifestation plus ambitieuse destinée à profiter de l’ébullition éditoriale qu’on observe depuis 2011. Le champ littéraire et culturel maghrébin étant bilingue, il est nécessaire de donner davantage de visibilité à la production en langue arabe. L’IRMC s’emploie à accroître la place de la traduction arabe/français. Un ouvrage bilingue vient de paraître, Farah Hached, Wahid Ferchichi (dir.), Révolution tunisienne et défis sécuritaires, Tunis, IRMC-Med Ali ; et deux autres projets bilingues sont engagés pour 2015. De même, l’IRMC met en place en collaboration avec l’INALCO le 1er cycle d’un stage d’apprentissage de l’arabe appliqué aux sciences humaines et sociales.

Kmar Bendana, historienne et coorganisatrice de cette journée, a ouvert les débats sur une note optimiste : la multiplication des publications, le développement de nouvelles formes de discours et de la critique littéraire sont le signe de la vitalité de la littérature tunisienne. Il faut à présent prendre la mesure des changements opérés et s’interroger sur leurs aspects concrets : comment conçoit-on un livre, que sont une œuvre, un auteur, un lecteur, un éditeur aujourd’hui en Tunisie ?

Sobhi Boustani, professeur de littérature moderne et directeur du CERMOM (INALCO), a tenu la conférence inaugurale de cette journée. À partir de trois romans tunisiens, il a analysé les choix esthétiques suivis par les auteurs pour exprimer les événements politiques ; il s’est également intéressé à la place de ces événements dans la symbolique et la structure du récit en comparaison avec la production égyptienne. Le dédoublement et l’anonymisation de l’écrit, la fragmentation ou la disparition de la narration, le jeu d’intertextualité avec les textes classiques sont autant de moyens de s’interroger sur le rôle des discours depuis la libération de la parole et sur les mécanismes du pouvoir. Néanmoins, il n’y a pas de véritable rupture du champ littéraire. Alors que dans les romans égyptiens, la révolution est un véritable sujet autour duquel varie l’écriture, elle s’inscrit en filigrane dans la production tunisienne.

Séminaire « Démocratie et territoires : Les enseignements deLa première table ronde présidée par Sobhi Boustani avait pour thématique « Littérature(s), langue(s) en révolution ? ». Samia Kassab-Charfi et Aladel Khidhr, respectivement professeure de littérature francophone et professeur de littérature arabe, ont fait une intervention commune pour présenter leur ouvrage à paraître en 2015, Cent ans de littérature tunisienne. 1860-2014. Refusant les cloisonnements traditionnels entre littératures arabophone et francophone, cette anthologie propose un renouvellement de l’approche des textes et des corpus. Samia Kassab a ensuite développé une réflexion sur la question des critères de la littérarité depuis 2011. Face au foisonnement des publications autour de la révolution, qu’est-ce qui fait encore œuvre ? Elle a également proposé d’adopter une retro-lecture de la production tunisienne pour réfléchir au concept de littérature révolutionnaire, de lire à la lumière des événements de 2011 des textes antérieurs où on découvre déjà une puissance de résistance, comme dans les ouvrages de Béchir Khraïef. La communication d’Aladel Khidhr a porté sur l’application du concept politique de révolution dans le domaine de la littérature. Pour dire la révolution, la littérature n’aurait-elle d’autre alternative que de trahir les faits ou perdre sa poéticité ? À partir d’une analyse du roman Le Gorille de Kamel El-Riahi, membre du groupe littéraire Décaméron qui s’est attaché à cette problématique, Aladel Khidhr a montré comment la littérature tunisienne contemporaine cherche à transmuter les faits politiques dans une langue qui lui est propre. Cette table ronde a également été l’occasion d’aborder la question de la traduction. Samia Kassab-Charfi a regretté que si peu d’ouvrages tunisiens en langue arabe soient traduits et a soulevé la question des corpus qui, aujourd’hui, devaient pouvoir être transmis dans d’autres langues. Elisabeth Daldoul, éditrice, a partagé ce constat tout en rappelant les difficultés matérielles et administratives auxquelles se heurtent les éditeurs.

La deuxième table ronde animée par Kmar Bendana était consacrée à l’ouvrage Tunisie. Fragments de révolution (édition El Kasbah) avec Riadh Sifaoui et Shiran Ben Abderrazak. Riadh Sifaoui, ingénieur, fondateur du blog Al Kasbah et éditeur, a partagé avec le public l’expérience de la création de son ouvrage, reprenant les textes publiés sur le blog. Ecrire fut d’abord un acte de structuration de la pensée face au tourbillon des événements ; ce fut aussi un acte pour exister et résister face aux discours dominants. L’auteur a ensuite analysé les effets de l’utilisation des nouveaux médias sur l’écriture ; l’espace de l’écrit se trouve dématérialisé, les formes d’expression se démultiplient pour atteindre une profondeur parfois inattendue, la frontière classique entre auteur et lecteur est abolie, floutant les contours de l’identité auctoriale. L’intervention de Shiran Ben Abderazzak a permis d’éclairer le processus de création de l’ouvrage, de texte sur un blog à un livre, et de dévoiler le sens de son organisation. Car ce livre répond justement, d’après l’intervenant, à un désir vif de revenir au sens et de capturer le réel. Sa structure reprend la métaphore du passage de la voix unique à une multiplicité de voix. Cette polyphonie orchestrée par l’auteur s’accompagne d’un éclatement des genres : entretiens, analyses, critiques culturelles, textes fictionnels, poème, autobiographie permettent au lecteur de regarder les événements sous de multiples points de vue. La fragmentation le replonge dans l’émotion du moment tout en le poussant à assumer un rôle actif dans la re-création de ce réel. Les questions de la salle ont porté pour l’essentiel sur la question des genres et de la position de l’auteur dans ce type d’ouvrage inédit.

La troisième table ronde, « Écrire et éditer depuis 2011 », a réuni Azza Filali et Abdelaziz Belkhodja autour de la modératrice Elisabeth Daldoul. Dans une intervention toute en poésie, l’écrivaine Azza Filali a défendu le droit de la littérature à rester en retrait, en décalage par rapport aux faits. L’écriture n’a pas pour mission d’expliquer le réel, mais de le transfigurer en captant l’essence de l’événement. C’est ce qui garantit sa liberté à l’égard des idées et des hommes. La liberté d’expression n’a donc pas véritablement modifié la façon d’écrire de l’écrivaine, l’imaginaire étant, selon elle, toujours libre. Abdelaziz Belkhodja, écrivain et éditeur (éditions Appolonia), a insisté sur le rôle croissant de l’écrit de façon plus large depuis 2011. Il a joué un rôle fédérateur par le biais d’internet ; le besoin de se réapproprier l’histoire et de réécrire les bases politiques et constitutionnelles a entrainé un retour aux textes fondamentaux. La révolution tunisienne a fait renaître la nécessité de l’écrit, sous des formes et des structures nouvelles. Les débats ont permis de poursuivre cette réflexion sur l’écrit et ses lecteurs. Selon Azza Filali, les bouleversements politiques n’ont pas provoqué un regain de la lecture et les formats et médias actuels font perdre à l’écrit sa dignité. D’autres ont soutenu qu’il fallait considérer la lecture dans ses nouvelles pratiques qui se rattachent à des textes plus courts. Enfin, la salle et les intervenants ont débattu du rôle des réseaux culturels étatiques et de l’enseignement dans le développement d’une lecture comme forme d’interaction et de socialisation.

« Le dialecte dans la création contemporaine » a fait l’objet de la quatrième table ronde avec Mourad Ghachem, vice-président de l’association Derja, Majd Mastoura, poète et un des fondateurs du collectif Klam Chera3 et Insaf Machta, enseignante de littérature française et critique de cinéma. Mourad Ghachem a présenté l’histoire du dialecte tunisien, ses modes de diffusion, ses usages politiques et culturels. L’association Derja, a-t-il expliqué, vise à promouvoir le dialecte comme langue démocratique, puisque parlé et compris par tous, mais aussi à défendre son statut de langue de culture et de création au même titre que l’arabe littéraire. Majd Mastoura a analysé l’expérience du collectif Street Poetry et détaillé les principes qui orientent sa pratique. Ce collectif s’est donné trois grands objectifs : la promotion de la littérature en dialecte tunisien, l’expression de l’identité, la réappropriation de la rue. Il s’agit de valoriser la littérarité de la langue dialectale, que certains perçoivent comme une menace pour l’arabe littéraire. Ce complexe lié à la maîtrise de la langue dépassée, l’arabe, peut redevenir un moyen d’expression accessible à tous. La littérature réinvestit l’espace public, lui redonnant le sens et la valeur dont l’avait privé la dictature. Cette expérience rétablit le lien intime entre le poète et son auditeur qui peut, à son tour, se faire poète. La question du clivage entre arabe classique et arabe dialectal était ensuite au cœur du débat. Pour clôturer la journée, Majd Mastoura a joué devant le public un de ses textes.

Ophélie ARROUES

Pour citer ce billet : Ophélie Arrouès, « Littérature tunisienne et révolution », Le Carnet de l’IRMC, 7 mai 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1815.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie

damiano2La révolte populaire tunisienne a mis fin au « pacte social » fondé sur la « logique de l’obéissance » (Hibou 2006) articulée à un modèle spécifique de développement économique. La crise de ce pacte social se matérialise à la fois dans les revendications liées au travail et dans les données indiquant la montée du chômage. Cette révolte populaire a permis l’émergence de stratégies diverses et contradictoires de reconstruction du politique, dans une phase dite de « transition » : les associations entendent participer activement à cette reconstruction, en occupant un espace délaissé par l’État.

Au premier abord, les associations tunisiennes semblent prises entre le danger de captation autoritaire, la projection d’un projet de société alternatif et la tentative de légitimation en tant qu’acteurs de politiques publiques autonomes. Si, sous le régime autoritaire, les marges de manœuvre des associations étaient très limitées, quoique non impossibles (Laroussi 2009), la Tunisie post-révolutionnaire est caractérisée par un activisme associatif dynamique, articulé et souvent en concurrence (notamment sur la ligne de fracture « associations laïques » / « associations islamiques »). L’intervention des bailleurs de fonds internationaux – à travers les financements, l’expertise, le plaidoyer – multiplie les acteurs sur le terrain et introduit de nouvelles marges de manœuvre dans la régulation sociale des acteurs publics et privés. Cette importance accrue des associations dans l’espace public se révèle dans la nouvelle régulation juridique : de la loi 1959-154 qui soumettait l’acceptation au ministère de l’Intérieur, on est passé à la loi 2011-88 qui permet la constitution d’une association avec une simple déclaration à la préfecture. Pourtant, les activités associatives souffrent d’un manque de coordination avec le secteur public (UE, 2012) les associations ne sont pas reconnues comme interlocuteurs et acteurs légitimes des politiques publiques.

Dans ce contexte, des stratégies différentes de soutien à l’emploi sont mises en place par les associations tunisiennes, avec un ensemble d’appuis locaux, étatiques, de coopération et d’organisations internationales. Les dispositifs mis en place sont aussi encouragés par les gouvernements successifs qui ne semblent pas en mesure de proposer une politique de l’emploi capable de faire face à la montée du chômage.

Le fil conducteur de mon enquête est la question des transformations des politiques publiques par les actions associatives de soutien à l’emploi, entraînant lignes d’exclusion et conflits. Les associations arrivent-elles à créer des nouvelles institutions sociales, en promouvant des dispositifs de soutien à l’emploi, dans un contexte de changement des formes de l’emploi, des formes d’aide à l’emploi et de sécurité sociale ? À la fois portées à l’adéquation aux normes qui régulent les politiques publiques et soucieuses d’en créer de nouvelles, les associations parviennent-elles à s’imposer comme acteurs légitimes du domaine de l’action publique ? Au cours des transformations sociales, les associations acquièrent-elles ce rôle « intermédiaire » (Sainsaulieu 2001) de régulation sociale, étudié en Europe, ou sont-elles prises dans des enjeux de politisation ou de promotion de modèles sociétaux spécifiques ?

En comparant des stratégies de plaidoyer, de formation, d’assistance, de microcrédit et de bienfaisance, ma recherche vise à éclairer comment les associations tunisiennes de soutien à l’emploi essayent de renouveler les cadres normatifs et de nouer des relations nouvelles et différenciées avec leurs partenaires, pour légitimer leur rôle dans la société.

L’approche choisie consiste à reconstituer la pluralité d’acteurs en jeu, leurs interactions et les effets de coproduction normative. Cette reconstitution du jeu d’acteurs se focalise notamment sur les relations nouées par les associations avec la population cible des programmes de soutien à l’emploi et sur le réseau local, national et international des mêmes associations. Il s’agit de saisir à la fois les pratiques associatives (les enquêtes, la conception et la gestion des projets, la mise en place des dispositifs, ainsi que les rapports de financement et de partenariat) et les représentations normatives (les idéologies économiques, les discours de légitimation, l’auto-projection dans le futur, les représentations du territoire).

Après avoir répertorié et cartographié les acteurs impliqués dans les actions associatives, ma démarche consiste à la fois à réaliser une enquête de terrain (entretiens et observations) auprès de ces acteurs et à analyser les archives (documents officiels, programmes, bilans) des associations.  À travers ces enquêtes, mon objectif est donner une importance particulière à deux types de transformation sociale : le changement des formes de gouvernance et les nouvelles manières d’encadrement collectif.

damiano3En premier lieu, des changements profonds des formes de gouvernance semblent découler de l’élargissement du secteur associatif, corrélé à l’avènement du discours de la société civile, depuis le début des années 1990 jusqu’au boom associatif de l’après-14-janvier. Les acteurs impliqués dans le travail associatif – des collectivités locales aux organisations internationales – relèvent d’instances différentes et représentent une multiplication des assises de décision et des règles d’organisation. D’ailleurs, la présence et le renforcement de tout un secteur d’associations confessionnelles opérant dans le domaine de l’aide à l’emploi et de la bienfaisance est en train de se révéler décisif pour les équilibres politiques, ainsi que pour la promotion d’une idée spécifique des politiques publiques.

En second lieu, l’entrée par les associations permet de saisir les nouvelles manières d’encadrement collectif : promotion de nouvelles attentes sociales, de nouveaux liens de dépendance, de nouvelles dynamiques d’exclusion. Les associations sont souvent porteuses de discours normatifs fortement contraignants : on peut le remarquer dans l’affirmation d’un « modèle entrepreneurial », de valorisation de l’initiative individuelle en tant que condition pour sortir de la pauvreté, en tant que promotion du succès individuel ou en tant que réussite réelle des entreprises sur le marché.

La quête d’autonomie des associations tunisiennes s’oppose au modèle hégémonique du gouvernement sur la société, là où des nouvelles tentatives hégémoniques se déploient de manière plus ou moins découverte. Pourtant, cette quête d’autonomie ne traduit pas la prétendue neutralité des dispositifs de soutien à l’emploi mis en place par les associations. C’est dans l’analyse du fonctionnement de ces dispositifs qu’il est possible de saisir les relations d’aide et de dépendance tissées par les associations avec la population cible, les types d’encadrement accompagnant le soutien et la « formation des capacités », les modèles concrets et les attentes soutenus à travers la promotion de l’« action entrepreneuriale ». Au-delà de l’opposition autonomie-hégémonie, quel type de transformations entraîne le soutien à l’emploi promu par les associations tunisiennes ?

Damiano DE FACCI

est doctorant en sociologie politique et économique à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Sa thèse s’intitule : « L’institutionnalisation du secteur associatif tunisien et ses conséquences (1990-2015) ». Il a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) de mars à mai 2014 et est toujours à l’Institut en accueil scientifique.

Pour citer ce billet : Damiano De Facci, « La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie », Le Carnet de l’IRMC, 22 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1620.

Bibliographie

HIBOU Béatrice, 2006, La force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte.

LAROUSSI Houda, 2009, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, Paris, IRMC-Karthala.

SAINSAULIEU Renaud, 2001, Des sociétés en mouvement, la ressource des institutions intermédiaires, Paris, Desclée de Brouwer.

Union Européenne (=UE), 2012, « Rapport de diagnostic sur la société civile tunisienne », Luxembourg, UE.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Modèle de développement et dynamique de redéploiement des entreprises italiennes dans la Tunisie post-Ben Ali

entreprises italienne en TunisiePourquoi la Tunisie est attractive pour les investisseurs italiens ?

La présence italienne en Tunisie date des années 1980. Plusieurs facteurs expliquent l’intérêt des entrepreneurs italiens vers le pays. Tout d’abord le cadre législatif pour les investissements étrangers est très favorable. C’est la loi 72 qui incite l’ouverture du pays vers l’investissement étranger en établissant un cadre très favorable pour les entreprises off-shore. Ce terme désigne les entreprises totalement exportatrices qui bénéficient d’un régime de zone franche, c’est-a-dire d’une exonération des taxes pendant 10 ans. Il s’agit d’une politique qui a favorisé énormément l’arrivée du capital étranger.

Ce cadre législatif est accompagné par un contexte socioéconomique intéressant. La présence de petites et moyennes entreprises locales du Textile-Habillement de plus de 30 ans fait de la Tunisie un pays attractif avec une main-d’œuvre à faible coût. Le textile en effet est un secteur à faible développement technologique dont le coût de la main d’œuvre est un facteur assez important.

La proximité avec l’Italie joue un rôle essentiel dans l’échange commercial avec l’Europe, plus particulièrement dans le secteur du Textile-Habillement où la livraison doit respecter des délais de plus en plus courts. C’est le système « just-in time ».

De plus, la présence d’infrastructures comme les hangars, l’aéroport et le port de Tunis et d’un réseau routier efficient permet un transport rapide de la marchandise à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Cette proximité est un des facteurs qui, malgré les incertitudes politiques d’aujourd’hui, joue toujours un rôle important pour le maintien de l’investissement étranger dans le pays. Encore aujourd’hui l’Italie demeure le deuxième partenaire commercial dans le textile-habillement.

Les entreprises italiennes du textile choisissent leur implantation selon une logique de proximité (logistique – par rapport au port de Tunis et à l’autoroute) et du cadre de vie (c’est-à-dire la possibilité de vivre selon un standing occidental). Ces usines se localisent sur la côte (du Grand-Tunis à Sfax) en suivant l’implantation de l’industrie tunisienne avec une concentration dans le Gouvernement de Monastir, pour la présence historique de Benetton et dans le Cap bon pour la présence d’un riche tissu d’entreprises dans ce secteur (Lainati, 2002).

La plateforme productive est parmi le système d’implantation le plus répandu dans le secteur textile. Il s’agit d’une forme d’organisation productive qui structure la production en réseaux. Les différentes phases de la production sont partagées parmi plusieurs entreprises externes. La plateforme est composée par le nœud de ce réseau qui joue un rôle de centre d’organisation. C’est l’entreprise mère qui choisit les entreprises partenaires et qui contrôle la qualité de la production à travers ses propres techniciens. Les relations commerciales, la recherche de nouveaux clients et parfois aussi la création de modèles sont tous gérés par l’entreprise au centre de la plateforme (Alaimo, 2012).

Ce réseau est dynamique grâce à la présence de sous-traitants flexibles (des petites et moyennes entreprises). Ces sous-traitants sont mobilisés selon : la spécialisation du sous-traitant, le type de commande, la période de production (période de creux et de plein) et la confiance établie dans le temps entre partenaires. La plupart des entreprises italiennes sont en fait des sous-traitantes.

Microsoft Word - 1. Alaimo_Coletto_Scroccaro_Lettre IRMC 2012.do
La présence des entreprises à participation italienne Textile-Habillement en 2012.
© Angela Alaimo

En quoi la Révolution a influencé les stratégies entrepreneuriales italiennes du textile-Habillement ?

Le 14 janvier 2011 a été un moment de rupture (Piot, 2011 ; Puchot, Mansouri, Nasraoui, 2011). On peut distinguer deux phases de réaction des entreprises face à la Révolution tunisienne. La première phase est celle des jours qui ont précédé et suivi la Révolution. Le personnel des grandes entreprises a quitté directement le pays avec leurs familles. Les entrepreneurs de petites et moyennes entreprises ont rapatrié leurs familles, tout en restant eux-mêmes sur place pour protéger leurs entreprises et leurs affaires. Les entrepreneurs qui sont restés, affirment que la Révolution n’a pas bouleversé longtemps leur activité et que la fermeture initiale a duré en moyens seulement quelques jours. La deuxième phase est l’actuelle transition. Selon la perception du risque, il y a eu différents types de stratégie entrepreneuriale.

Les grandes entreprises italiennes restent en Tunisie parce que le pays continue à offrir, pour le moment, des avantages dans la production : la disponibilité et le faible coût de la main d’œuvre, les avantages fiscaux. Par ailleurs, les grandes marques du textile peuvent compter sur d’autres sites de production, par exemple au Maroc où ils peuvent réorienter les commandes au cas où il y aurait de problèmes dans les entreprises tunisiennes.

La situation des petites et moyennes entreprises est variée. Certaines continuent leur production en Tunisie, tout en restant vigilantes par rapport aux conditions locales et mondiales ; d’autres sont rentrées en Italie pour réorganiser leur activité productive vers d’autres sites comme la Roumanie, la Serbie et la Macédoine. D’autres encore ont fait faillite ou bien ont fermé et rouvert pour bénéficier à nouveau de la défiscalisation sur les 10 ans. Malgré les problèmes initiaux, la situation s’est stabilisée quelques mois après la Révolution.

Les changements les plus importants se sont révélés au niveau des relations de travail à l’intérieur de l’usine, avec une augmentation des revendications de la part des ouvriers qui a mis en crise la position de pouvoir inconditionné de l’entrepreneur étranger. Partout des grèves, interdites avant la Révolution, se sont élevées. Ces revendications ont abouti à une augmentation des salaires, des demandes de titularisation et un accroissement de la stabilité du travail dans l’usine. Les revendications se localisaient surtout dans les villes où il y a plus d’usines et de travailleurs immigrés provenant de la partie Sud du Pays. C’est le cas de Grombalia, au Cap Bon, ainsi que de la Banlieue du Grand Tunis.

Le pouvoir des entrepreneurs envers les ouvriers est également diminué par la raréfaction de la main-d’œuvre. Cette pénurie est due à l’émigration des jeunes à l’étranger ou dans les villes principales. Ce fait implique un fort turn-over et le « vol » des ouvriers qualifiés par d’autres entrepreneurs.

Au niveau des relations entre les différentes entreprises il y a eu aussi une croissante précarité et des retards de payements. Ces difficultés ont affaibli les relations de confiance entre les entrepreneurs qui ont réagi en diversifiant leur production, en ouvrant plusieurs chaînes à la fois et en acceptant aussi des petites commandes qu’auparavant ils pouvaient refuser. C’est une stratégie pour diminuer le risque d’insolvabilité. Ces réactions ont permis l’épaississement du réseau local parce que la proximité garantit une meilleure possibilité de contrôle sur le travail des autres.

Microsoft Word - 1. Alaimo_Coletto_Scroccaro_Lettre IRMC 2012.do
© Angela Alaimo

« Made in Italy » ou « Made in Europe ? »

Avec l’entrée de la Roumanie dans l’UE en 2008 et l’augmentation des coûts de production, les flux de la production textile italienne, développés tout au long de la frontière européenne (Scroccaro, 2012), se dirigent vers la rive Sud de la Méditerranée (Alaimo, Pasquato, 2008). Ces réseaux et flux entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée font émerger des espaces économiques circulatoires (Tarrius, 1993 ; Peraldi, 2005).

Ces espaces circulatoires sont alimentés par les réseaux et les flux transméditerranéens des matières premières et des produits, des capitaux, des technologies, des compétences et des ressources humaines (circulation et transfert des techniciens). L’émergence de ces réseaux transméditerranéens et donc des espaces circulatoires peut être illustrée par le cas de l’entreprise Modin que nous avons rencontré dans le Cap Bon et dont l’histoire est emblématique.

L’entreprise ferme son siège en Italie il y a plus de dix ans pour ré-ouvrir en Roumanie. Les activités vont assez bien, mais après 2008 les propriétaires envisagent de créer un autre établissement en Tunisie. La famille Modin rachète alors l’établissement d’un buyer italien, tout en maintenant l’établissement roumain. L’activité en Tunisie commence en mars 2010. La production haut de gamme reste en Roumanie, tandis que la production bas de gamme est réorientée en Tunisie. Quelques mois après, la Révolution a éclaté et la crise économique a bouleversé le déroulement normal de l’activité productive au tout début de la production. Aujourd’hui, malgré le contexte moins favorable, l’entreprise continue son activité en Tunisie, en liaison avec l’usine roumaine.

Cette « triangulation » de la production entre Italie, Roumanie, Tunisie fait désormais apparaître des plateformes productives et logistiques qui lient l’Europe de l’Ouest, les PECO (les Pays de l’Europe Centre Orientale) et le Maghreb. Ces nouveaux réseaux transméditerranéens de production répondent aux changements de l’économie mondiale, des modes de production (de la conception du produit jusqu’à sa logistique) et de la consommation (de plus en plus saisonnière et « just in time »).

La production « made in Italy » est alors éclatée et réinventée par la rupture de la liaison directe entre le produit et le lieu de production, car désormais on conçoit et passerait finalement du « Made in Italy » au « Made in Europe », comme soulignait l’entrepreneur de Modin pour indiquer l’importance de produire dans un espace de proximité à l’UE ?

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Angela Alaimo,
Docteur en géographie | ang.alaimo@gmail.com
Michele Coletto,
Doctorant en anthropologie | michele. coletto@ehess.fr
Alessandra Scroccaro,
Docteur en géographie | alessandra.scroccaro@gmail.com

Bibliographie

Alaimo A., Pasquato C., 2008, “Transformation processes to the district form: territorialities compared” in Worlds of new work? Multi-scalar dynamics of new economy spaces, Conference Papers, Commission on The Dynamics of Economic Spaces, International Geographical Union, 5th to 8th of August 2008, Department of Geography, Universitat Autònoma de Barcelona, Barcelona.

Alaimo A., 2012, La geografia in campo. Metodologia ed esperienze di ricerca, Pacini, Pisa.

Alaimo A., 2010, Il territorio preso nella rete.La delocalizzazione veneta in Tunisia, Thèse de Doctorat en Sciences Économiques Mention Économie des Transports, Italie, Université de Padoue.

Ben Hammouda H., 2012, Tunisie, économie politique d’une révolution, Éditions de Boeck, Paris

Cassarino J-P., 2000, Tunisian ‘New Entrepreneurs’ and their past experiences of migration in Europe, Ashgate, Aldershot.

Cherni, A., 2011, La révolution tunisienne.S’emparer de l’histoire…, Albouraq, Liban.

Ferjani M.C., 2011, “Inspiration et perspectives de la révolution tunisienne”, Confluences Méditerranée, 77, 13-28.

Kilani M., 2011, La révolution des braves, Simpact, Tunis.

Lainati C., 2002, Le imprese straniere in Tunisia. Nascita e sviluppo dei circuiti produttivi: gli italiani nel tessile-abbigliamento, Rapporto di ricerca del progetto ECOBAZ DGXUU-CE.

Peraldi M., 2005, « Affranchissement et protection : les petits mondes de la confection en Tunisie », Colloque Sousse, Actes du colloque de Sousse, Paris, Karthala.

Piot O., 2011, La révolution tunisienne. Dix jours qui ébranlèrent le monde arabe ?, Les Petits Matins.

Puchot P., Mansouri S. et Nasraoui R., 2011, Tunisie,une révolution arabe, Éditions Galaade

Scroccaro A., 2012, Des territoires aux territorialités multi-situées : réseaux de la production du « made in Italy » en Roumanie, Thèse de Doctorat, Université Paul Valéry Montpellier III et Université de Padoue.

Tarrius A., 1993. Territoires circulatoires et espaces urbains. Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60, 51-60.

Veltz P., 2005, Mondialisation, villes et territoires, Ed. PUF, Paris.

 

Pour citer ce billet : Angela Alaimo, Michele Coletto, Alessandra Scroccaro, « Modèle de développement et dynamique de redéploiement des entreprises italiennes dans la Tunisie post-Ben Ali », Le Carnet de l’IRMC, 29 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1368

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La « Révolution tunisienne », ses « objectifs » et la Constitution

1280px-AssembléeConstituanteTunisienne22Nov2011_1Une Constitution peut-elle vraiment répondre aux objectifs d’une révolution ? Une révolution poursuit-elle vraiment des objectifs ? Une révolution est-elle vraiment une révolution ? (Publié simultanément sur Médiapart et sur Le carnet de l’IRMC).

La Constitution tunisienne répond-elle aux objectifs de la Révolution ? En cette période de finalisation du processus constituant, il n’est sans doute pas question plus légitime : hommes politiques, commentateurs et citoyens de toute sensibilité s’emploient, lecture scrupuleuse du texte à l’appui, à répondre à cette interrogation. La Tunisie n’a d’ailleurs sans doute jamais compté autant de spécialistes improvisés de droit constitutionnel et il faut s’en réjouir : le texte de la Loi fondamentale n’est-il pas la propriété de tous ? Mais, si elle est politiquement légitime, la question sur laquelle débute cet article est-elle sociologiquement bien posée ? Rien n’est moins sûr, dans la mesure où y répondre suppose de partager au moins trois présupposés :

– que tous les tunisiens sont convaincus qu’il y a bien eu une révolution en Tunisie en 2010-2011 et qu’ils partagent la même acception de la notion ; cela suppose aussi qu’une définition de la révolution existe ;

– que, s’ils s’accordent sur l’idée qu’il y a bien eu une révolution en Tunisie, que celle-ci a poursuivi des « objectifs » identifiables et que ces derniers sont les mêmes pour tous ; ce qui suppose aussi qu’une révolution poursuive des objectifs ;

– que le contenu de la Constitution répond aux objectifs imputés à la dite révolution ; cela suppose qu’une constitution, cette matière écrite, a le pouvoir, par sa seule existence, d’encadrer et de réguler le pouvoir politique et même de « faire société » !

Une révolution ?

La révolution tunisienne a-t-elle jamais eu lieu ? Toutes les réponses sont sur la table. En fait, cela dépend de la définition retenue. Il n’existe en effet aucune acception universelle et stabilisée de ce qu’est une « révolution ». Entre l’acception théorique de la révolution prolétarienne d’inspiration marxiste et le cas historique de la révolution bourgeoise française, il y a un monde. La révolution est de ces mots-valises aussi commodes que piègeux : comme une valise, on peut la remplir de mille et une choses et la transporter n’importe où. Au fond, une révolution, est-ce l’action et/ou son résultat ? Est-ce le soulèvement déterminé contre l’oppresseur, la confrontation au sang, le peuple debout construisant des barricades et donc une alternative au pouvoir, ce que Charles Tilly appelle une « situation révolutionnaire » ? Ou est-ce la chute du dictateur, le renversement du régime, l’issue ultime de l’action protestataire ? [1] Et si résultat il y a, celui-ci est-il vraiment révolutionnaire ? La chute du dictateur est-elle la chute du régime ? Et si le départ du dictateur n’était qu’une manœuvre de palais ? Par ailleurs, la chute du régime politique se traduit-elle par une transformation sociale ? [2] Pas toujours ! Une révolution politique n’est pas toujours une révolution sociale, loin s’en faut. En Tunisie, les ingrédients d’une situation révolutionnaire sont aisément repérables. Mais les conditions encore obscures dans lesquelles le pouvoir de Ben Ali s’est effondré indiquent que si révolution politique il y eut, les événements du 14 janvier n’en sont pas la meilleure illustration : il faudrait au moins convenir de son étalement dans le temps, relançant les spéculations sur le fait de savoir quels faits entérinent l’issue révolutionnaire (la démission du gouvernement Ghannouchi, les élections du 23 octobre, l’adoption de la Constitution ?)… Quant à la révolution sociale, on conviendra aisément que celle-ci n’est encore aujourd’hui ni un fait, ni un projet majoritaire.

De fait, les débats en Tunisie portent la trace de cette indétermination. Derrière l’affirmation globalement consensuelle selon laquelle il y a bien eu une révolution, les acteurs et commentateurs ne sont pas d’accord entre eux, ni sur le contenu de cette révolution, ni sur sa durée. Les uns restreignent la révolution au tout petit mois qui s’écoule entre le 17 décembre et le 14 janvier, sorte d’acmé révolutionnaire après lequel aurait commencé une phase nouvelle de « transition démocratique » (De fait faut-il rappeler que la notion n’est vraiment mobilisée qu’à partir du 14 janvier). Les autres font durer la révolution jusqu’à la chute du premier gouvernement de transition, afin d’assurer la continuité des mobilisations sociales de décembre-janvier et celles des protestataires des Kasbah 1 et 2. D’autres, enfin, considèrent toujours la période actuelle comme révolutionnaire, celle-ci ne pouvant s’achever qu’une fois les inégalités socio-territoriales disparues et la justice transitionnelle (qu’étrangement ils ne rebaptisent pas justice révolutionnaire) menée à son terme. Malgré cette diversité des attentes et des temporalités révolutionnaires, force est de constater la diffusion quasi-générale du terme « révolution » dans les discours politiques. Si l’on met en effet de côté une partie des destouriens répétant à qui veut l’entendre que « la révolution » est une manipulation par des forces étrangères à connotation islamiste, la grande majorité des acteurs politiques se réfèrent constamment à la « Révolution ». La plupart du temps, c’est pour se référer à ses « objectifs ».

Une révolution poursuit-elle des objectifs ?

Il existe des révolutions à adjectifs (révolution sociale, politique), mais existe-t-il des révolutions à objectifs ? Les enquêtes menées sur le processus contestataire montrent que celui-ci ne relevait pas d’une intention initiale ou d’un projet coordonné et qu’il ne suivait pas une direction définie [3]. Les acteurs ne partageaient pas une conception claire des fins de l’action protestataire. Les premières manifestations, à Sidi Bouzid, donnent lieu à des slogans hétérogènes : si elles sont immédiatement politisées, il ne s’agit pas de mettre fin au régime. D’une certaine façon, ce sont les révolutions qui font les révolutionnaires autant que ce sont les révolutionnaires qui font les révolutions [4]. C’est pourquoi il n’est d’objectifs à une révolution que les objectifs que ceux qui prétendent ou ont autorité à parler en son nom lui assignent… souvent après coup ! C’est pourquoi derrière un accord de façade des acteurs politiques autour du slogan « Dignité, liberté, justice sociale », la sélection des enjeux légitimes de la révolution fait l’objet ex-post d’une lutte symbolique permanente auxquels tous se livrent. Force est de constater la focalisation du débat public sur la signification de la notion de liberté (liberté religieuse pour les uns, liberté de conscience pour les autres) au détriment d’une discussion sur le sens de la notion de dignité ou encore sur le contenu de ce que serait une « justice sociale ». C’est dire aussi que cette compétition se livre aussi au nom des « révolutionnaires » et surtout à la place de ces derniers. Les révolutions n’échappent pas aux logiques d’expropriation symbolique de la parole des dominés que les sociologues ont constaté dans les démocraties stabilisées. Cela ne signifie pas que ces discours soient illégitimes, bien au contraire. Mais chacun projette ses propres attentes sur la révolution et les révolutionnaires et il est bon de le rappeler.

Une constitution est-elle un démiurge ?

Que peut, dans ces conditions, un texte constitutionnel ? En Tunisie, il est courant de prêter au droit, en particulier au droit constitutionnel, des vertus performatives, voire magiques. Dans un pays où l’histoire politique est profondément marquée par le référent constitutionnel (grands textes de 1857, de 1861 et 1959) au point de le retrouver dans le nom des différentes incarnations du parti national (Destour, Néo-Destour, Rassemblement constitutionnel démocratique…), les acteurs politiques font comme si la constitution était une divinité, un démiurge susceptible de « faire société » et notamment de répondre aux objectifs imputés à la dite révolution. Il est vrai que la « force du droit » [5] réside dans sa capacité à objectiver, à « faire entrer l’arbitraire dans l’ordre des choses ». Il contribue en effet à faire accepter le principe de l’impôt ; il contribue aussi à nommer la réalité, à assigner des identités ; il autorise et il interdit. Loi fondamentale placée au-dessus des lois ordinaires, la constitution joue un rôle symbolique évident. Il peut, dans certains contextes – et c’est le rôle qu’il a joué – stabiliser une situation critique, produire de la réassurance, diffuser de la confiance. Il peut aussi unifier, sinon un peuple, du moins ses représentants, autour d’un projet national et mettre fût-ce provisoirement, tout le monde d’accord (sur le mode tunisien du « consensus »).

Mais répond-t-il aux objectifs de la révolution ? Rien n’est moins simple. Certes, la Constitution tunisienne se réfère dans son préambule à la Révolution, à laquelle elle impute les objectifs de « liberté » et de « dignité ». Ce dernier terme est même ajouté à la devise de la République (Liberté, dignité, justice, ordre). Certes il y est proclamé la rupture avec l’injustice, la corruption et la tyrannie. D’un point de vue symbolique, ces innovations sont essentielles. Mais la liberté et la dignité seront-elles en pratique assurées ? Une constitution est-elle dotée d’un pouvoir magique de transformation sociale ? Il faut peut-être relativiser son importance. La sociologie des constitutions nous apprend qu’un texte constitutionnel, conçu par des représentants divisés en compétition, porte les traces des conditions de son élaboration [6]. Il ne peut donc être ni optimal, ni totalement fonctionnel ! Ses ambiguïtés promettent des usages politiques inattendus, des lectures originales, des conflits d’interprétation qui ne pourront être réglés en se référant à la fameuse « intention du constituant », dont on perçoit bien la difficulté à la repérer dans le maquis désordonné des interventions contradictoires lors des séances plénières de l’Assemblée nationale constituante. De ce point de vue, l’article 92 sur la présidence du conseil des ministres est un chef d’œuvre d’ambiguïté : le texte ne tranche pas vraiment sur la question de la primauté entre le président de la République et le chef du gouvernement. En outre, une constitution impose bien sûr des contraintes aux acteurs sociaux mais elle leur donne également des ressources pour l’action : rien n’interdit en effet les hommes politiques à des usages stratégiques de telle ou telle disposition dans la compétition pour le pouvoir. Enfin, un texte constitutionnel, c’est… un texte. Un ensemble de phrases et de mots. Or, un régime politique, ses garanties démocratiques, la stabilité de ses institutions, n’est pas seulement le produit d’un seul texte et de ses interprétations. Il y a bien sûr, ces autres textes qui codifient le jeu politique : lois électorales, lois de financement des partis, etc. Mais ce sont aussi les logiques sociales de sélection du personnel politique, le caractère plus ou moins professionnalisé du jeu politique, le degré d’institutionnalisation des partis politiques, les logiques sociales de valorisation des trophées électoraux, les façons dont les heureux élus, en fonction de leur personnalité et de leurs ressources, habiteront les rôles institutionnels (président, chef du gouvernement, député…) qui feront le régime politique tunisien. D’une certaine façon, c’est moins le texte, par son épaisseur propre, qui produit la vie politique que la politique qui fait le texte et qui lui reconnaît une épaisseur, une légitimité, bref qui fait du texte voté par les constituants un dimanche de janvier, une Constitution, au sens plein du terme.

 

Jérôme Heurtaux

Chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis

Pour citer ce billet : Jérôme Heurtaux, « La “Révolution tunisienne”, ses “objectifs” et la Constitution », Le Carnet de l’IRMC, 27 janvier 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1364

 


[1] Charles Tilly, Les révolutions européennes 1492-1992, Paris, Seuil, 1993.

[2] Theda Skocpol, Etats et révolutions sociales. La révolution en France, en Russie et en Chine, Paris, Fayard, 1985.

[3] Choukri Hmed, « Réseaux dormants, contingence et structures. Genèses de la révolution tunisienne », Revue française de science politique, vol. 62n°5-6, 2012.

[4] Laurent Jean-pierre, « Points d’inflexion des révolutions arabes », Les temps modernes, n°664, mai-juillet 2011.

[5] Pierre Bourdieu, “La force du droit. Éléments pour une sociologie du champ juridique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°64, 1986.

[6] Bastien François, Naissance d’une constitution. La Cinquième République (1958-1962), Paris, Presses de Sciences po, 1996

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne

Yadh_ben_achour
Photographie de Yadh Ben Achour

Mes premiers contacts avec l’IRMC remontent au temps où il se nommait le CDTM. J’allais visiter la bibliothèque de l’avenue de Paris dans ce centre consacré à la Tunisie et au Maghreb, et en particulier pour consulter l’Annuaire de l’Afrique du Nord que l’on considérait comme un instrument de recherche de première qualité et très exhaustif. Mais depuis tout s’est transformé, le CDTM est devenu l’IRMC et L’Annuaire est devenu L’Année du Maghreb. Comme on le voit là, les titres et les nominations des institutions de recherche ou des revues changent comme le climat, et cela prouve déjà que les sciences sociales sont vraiment des sciences « sociales » au sens propre du terme ; c’est-à-dire que comme l’IRMC elles évoluent avec les sociétés, ce qui relativise beaucoup leur caractère « scientifique ». On voit en effet mal les sciences physiques, astrophysiques ou chimiques se modifier en fonction des sociétés, elles ne changent qu’en référence aux découvertes qui sont intrinsèques à la science concernée et validées par cette seule science.

On allait donc à l’IRMC chercher l’information sur le monde arabe, et pas seulement sur le Maghreb et la Tunisie. Il est resté aujourd’hui un centre d’attraction qu’il faut protéger et dont il faut garantir l’indépendance, le suivi des travaux et des publications. Il en est de même pour sa bibliothèque extrêmement riche en revues avec des exemplaires uniques en Tunisie. À l’époque, c’était déjà un instrument de recherche très utile, et un point de rencontre important pour l’organisation des conférences malgré l’exigüité du lieu. Dans une deuxième phase, j’ai fait partie du comité de suivi dans le cadre de réunions soit à Paris soit à Tunis. Je dois avouer que ce comité ne m’a pas toujours semble jouer son rôle. Les réunions étaient la plupart du temps formelles, on y discutait des programmes de l’IRMC certes, mais je n’en n’ai pas gardé l’idée d’un organisme de direction ou d’inspiration, on n’a jamais cherché à savoir si les décisions qu’on prenait étaient suivies, exécutées. Ce n’est peut-être pas plus mal, parce que l’IRMC, avec des personnalités scientifiques d’excellente qualité à sa tête, avait une autonomie, une autosuffisance par rapport à ses institutions de contrôle, et en a fait bon usage pour la recherche. Tout cela avait un caractère plus diplomatique que réellement de recherche, le comité de suivi c’était pour la « tazkya » politique, comme on dit, entre les deux États. On était dans un régime très musclé, il fallait des autorisations, la recherche à l’époque de la dictature était vraiment une aventure.

Droit et sciences sociales

bouquin Yadh Ben Achour La-deuxiemme-FatihaJ’avais demandé, dans ce comité de suivi, que le droit soit mieux représenté à l’IRMC. Il y a en effet dans le domaine des sciences sociales une rupture entre la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, avec le droit. Il est vrai que les juristes sont en général des positivistes qui ennuient les sociologues et les anthropologues, et agacent les historiens. Ils considèrent le juriste comme un homme de texte et le droit comme une science abstraite et formelle, intemporelle et même irréelle, qui ne tient pas compte des réalités sociologiques. Quand au juriste, il leur rend bien la politesse car il estime que les anthropologues et les sociologues perdent la notion de la norme, oublient qu’elle fait partie de la réalité, alors que la norme juridique comme la norme morale est partie prenante de notre conduite quotidienne. Il y a une sorte d’absence de convivialité entre les uns et les autres. Or, je considère qu’aujourd’hui le droit a beaucoup évolué avec les sciences sociales, les juristes ne sont plus des positivistes. La science du droit a changé grâce d’abord à l’histoire du droit depuis l’école allemande, puis à la sociologie et l’anthropologie juridiques, à la philosophie du droit, la linguistique juridique, autant de disciplines que le juriste ignorait il y a un certain temps. C’est également vrai pour les sciences sociales qui ont de plus en plus tendance à considérer le fait juridique comme faisant partie de leurs propres investigations, surtout l’analyse de la jurisprudence, on le voit beaucoup par exemple dans l’école réaliste américaine. Il y a une ouverture incontestable des sciences sociales vers le droit, de telle sorte qu’aujourd’hui on n’a plus aucune raison de maintenir cette séparation. Le droit est une science sociale comme les autres, et je dirai même qu’il se situe à la croisée des chemins des sciences sociales parce qu’il n’enferme pas dans une discipline. Un juriste peut tout autant étudier le droit sous son aspect historique ou sociologique. Puis le droit et les autres sciences sociales ont une préoccupation commune qui est la quête de la preuve. La question des preuves est centrale pour le juriste : c’est le fardeau de la preuve, les présomptions, les preuves authentiques, les preuves formelles, le commencement de preuve, la preuve parfaite… Le problème fondamental d’un juriste, en droit civil mais aussi en droit administratif puis pénal, est toujours comment prouver les faits, les actes, la volonté d’un mort, d’un vivant et même d’un homme à naître. Le juriste étudie cela dans sa petite chapelle de juriste mais les mêmes difficultés et les mêmes méthodes se retrouvent dans la science historique, l’historien agit très souvent quasiment comme un juge d’instruction, on les retrouve chez l’archéologue, chez l’anthropologue, le sociologue : comment à partir de choses inconnues ou faiblement connues on va parvenir à l’établissement de faits ? Mais en sciences sociales la preuve n’atteint jamais le degré de l’évidence comme en sciences expérimentales ou en mathématiques, elle n’est qu’une lecture possible des faits. À ce propos j’avais écrit un article à paraître, « La tunique de Joseph, la construction des faits et de leurs preuves en sciences sociales ». J’y montre que la tunique de Joseph prend des significations multiples. Dans l’ancien testament elle est utilisée contre lui par la femme de Potiphare comme pièce à conviction pour établir sa culpabilité. Pour le même fait, déchirée par derrière, elle a été comprise par le texte coranique comme la preuve de l’innocence d’un bel homme fuyant les entreprises amoureuses d’une femme infidèle. Ou encore dans d’autres lieux et temps, face à une présomption de décès, comme la preuve d’une mort accidentelle.

La contribution de l’IRMC au développement des sciences sociales

Elle est de premier ordre en Tunisie. Car nous avons une science sociale fermée sur elle-même, pouvant être marquée politiquement, très perméable aux nationalismes, aux idéologies. C’est le cas de toute la sociologie arabophone, crispée et influencée par le nationalisme, faisant de la question linguistique une question centrale et conflictuelle. L’IRMC est un excellent conducteur pour développer cette recherche en sciences sociales que l’on estime supérieure ; supérieure parce qu’elle est ouverte sur le monde, parce qu’elle ne fait pas de l’opposition entre l’Occident et le reste du monde une question existentielle ; c’est la tendance humaniste d’une sociologie et d’une anthropologie qui croient dans les valeurs de l’universel et de la modernité.

L’IRMC est le contre point apporte à toutes ces tendances localistes, à la limite indigènes et du coup indigentes des sciences sociales, et nous devons conserver un vecteur de ce type-la dans notre pays. L’IRMC peut jouer un rôle de pont, que nos laboratoires ou facultés ne peuvent pas jouer parce qu’il existe un mur, un conflit permanent au sein de nos universités entre les francophones et les arabophones, les universalistes et les nationalistes. On retrouve ce conflit partout même dans la composition des jurys de thèse ou de mémoire, dans les élections au Conseil scientifique, du Département, du Doyen, on juge les gens de telle ou telle tendance en fonction de leurs prédéterminations idéologiques. Ces lieux ne sont pas des lieux de pacification ou de réconciliation. Alors que l’IRMC en tant qu’acteur neutre non engagé dans les questions politiques de la Tunisie, peut jouer un rôle de conciliateur entre ces tendances, il peut organiser des séminaires et des colloques communs, appeler les uns et les autres pour exposer leur point de vue dans ses locaux, et varier les publics. L’IRMC c’est également l’ouverture sur les langues, pas seulement le français mais également sur l’anglais : ce qui se fait actuellement en anglais dans le domaine des sciences sociales est énorme et notamment en matière d’islamologie nouvelle. L’utilisation linguistique a des significations. Quand on est arabophone et uniquement arabophone, c’est une pratique d’indigénat, quand on utilise le français comme langue de recherche et d’enseignement c’est un pas vers l’international, et quand on pratique le français et l’anglais et que les trois langues deviennent langues de travail, nous aboutissons à un haut niveau d’internationalisation.

La révolution tunisienne est la chance de notre génération de chercheurs

1280px-AssembléeConstituanteTunisienne22Nov2011_1
Photographie de l’Assemblée nationale constituante tunisienne

Pourquoi ? Parce qu’elle nous met devant une réalité que nous n’avions saisie qu’à travers les livres. L’idée de révolution chez les juristes nous la connaissons dans des cours, mais c’est du papier, ce n’est pas de la réalité. Lorsqu’on dit que la révolution régénère le droit, institue une nouvelle légalité à partir de la violation de la réalité, c’est un problème livresque. Mais la révolution tunisienne nous apporte l’expérience et nous met devant des réalités de ce type-la. Et cela implique pour le juriste de reformuler totalement ses méthodes parce qu’il y a là une matière vivante sur laquelle il peut intervenir. J’ai vu quelques juristes continuer à travailler sur le droit comme s’il ne s’était rien passé, ce qui les met totalement à côté de la plaque. J’ai écrit un article sur la révolution dans ses manifestations constitutionnelles, ou j’entendais exploiter cette idée que la révolution qui est pour le juriste une idée de livre, doctrinale et abstraite, est devenue un laboratoire concret pour étudier la vie réelle du droit, comment on passe à un nouveau droit par l’intermédiaire du non droit ou de la violation du droit. C’est très intéressant, surtout au cours de l’année 2011. Comment peut-on suspendre une constitution ? Pour le juriste positiviste c’est un acte illégal et qui restera une irrégularité, une négativité qui ne peut rien produire. Même chose : comment peut-on instituer un gouvernement provisoire sans référence et sans fondement juridiques ? Comment peut-on produire du droit à partir du néant ? La Tunisie a apporté la réponse a ces questions, et le juriste ne peut pas les ignorer.

L’expérience que nous vivons actuellement est de la plus haute importance pour l’enrichissement du droit. On peut en dire autant sur le plan des autres sciences sociales pour les collègues anthropologues, sociologues, sur ces périodes d’accélération de l’histoire où on voit par exemple un jeune perdu mais qui n’avait rien d’un islamiste, se transformer brutalement, se laisser pousser une barbe, se créer de nouveaux repères, de nouvelles références. J’ai rencontré au cours de mes conférences des personnes perturbées mentalement qui prennent la parole, qui viennent me voir à la fin avec des dossiers de proposition de constitution, des dessins, des schémas, j’en ai gardé un qui est sublime, avec des propositions constitutionnelles et des perspectives d’avenir, des choses inouïes qui ont leur propre rationalité. C’est intéressant sur le plan de la psychologie sociale, c’est un phénomène nouveau qui constitue un laboratoire. Ou encore cet article paru dans La lettre de l’IRMC qui nous dit que la révolution tunisienne n’est pas un phénomène urbain et trouve ses racines dans le monde rural et dans l’opposition villes campagnes…

Un nouveau terrain s’ouvre pour la science politique. Cette idée que le monde arabe est incrusté dans l’obéissance, et moi-même je l’ai écrit, que la passivité fait partie de nos chaînes, du prince pivot du monde et représentant de Dieu, du pouvoir qui est un pasteur et de nous les citoyens qui sommes le troupeau, ces doctrines politiques génétiques du monde arabe, sont finies et atteintes dans leurs profondeurs. Les révolutions dans le monde arabe même si elles aboutissent à des contre révolutions, ont démontré que c’était une aberration. La révolution en Tunisie a mis fin à cette légende de la démocratie comme importation occidentale et pas mal de schémas sont à revoir en sciences politiques. Maintenant on est encore dans l’œil du cyclone, on n’a pas suffisamment de recul pour théoriser. Mais chacun de nous doit témoigner et apporter une contribution de ce qu’il fait, de ce qu’il sent, de ce qu’il voit en tant que chercheur. Moi je peux dire ce que je ressens comme juriste, ma vie, ma carrière à l’université ont été quiètes, linéaires, et là je suis totalement déstabilisé. Je ne regrette pas du tout parce que je me sens enrichi, je vois en moi un nouveau développement, je peux témoigner, et la théorisation viendra plus tard. Chaque chercheur, chaque scientifique doit apporter son témoignage, et l’IRMC est en train de le faire.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Yadh BEN ACHOUR

est juriste et membre du comité des droits de l’Homme des Nations unies, et président de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution.

Pour citer ce billet : Yadh Ben Achour, « Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne », Le Carnet de l’IRMC, 28 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1314

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’

Ben Amor
Photographie de Ridha Ben Amor

Les temps forts de l’histoire de l’IRMC ont été particulièrement marqués par les colloques et des travaux sur les compétences des citadins dans les années 1990, les diplômés de l’enseignement supérieur, les notions de privé/public en Islam ; dans les années 2000, le compromis dans les sociétés arabes, et ces dernières années enfin par les réflexions sur l’économie solidaire, les associations, un renouvellement des problématiques sur le travail, la citoyenneté, la religiosité… Aujourd’hui, et depuis deux ans, une réflexion s’engage sur les moments décisifs de la « révolution ». Il y a là un chantier à développer sur l’apport des sciences sociales pour en cerner nombre de dimensions essentielles : du point de vue des discours avec les linguistes, du point de vue comparatif sur les autres révolutions avec les historiens, puis sur les représentations et les « déceptions » de la révolution, ainsi que les formes de changement social et ses mécanismes, etc.

La rupture ontologique

Dans l’avenir et dans une démarche comparative, des problématiques transversales sur les jeunes, sur les formes du religieux, sur la construction de la citoyenneté, devront explorer les questions de la transmission et de la mémoire collective. Une des explications possibles de l’« islamisme » réside précisément dans l’échec des formes de transmission : on ne sait pas ce qu’était la Tunisie des années 1930, on connaît mal nos proverbes qui font partie de notre habitus, et on entend au quotidien des gens dire à propos de certaines pratiques actuelles « ce n’est pas notre islam, on est tunisiens ! ». En écho à ce qui semble constituer un « moment décisif » pour ne pas dire « refondateur », l’on assiste au début d’une rupture ontologique qui se dessine, qui interroge bien sur les pratiques et les formes de la religiosité, mais qui touche l’intime de la personne, la construction du moi et la conscience de soi dans son rapport à l’extériorité, à un modèle de société où l’on ne s’est jusqu’à présent pas beaucoup préoccupé de celui qui consomme de l’alcool ou pas, de celui qui prie ou pas, etc. ; on découvre qu’on veut imposer de nouvelles formes de contrôle social dont on n’était pas coutumier. C’est cette rupture que nous vivons actuellement : elle n’est pas économique, ne tient pas aux politiques sociales, mais elle touche l’ontologie de l’être, c’est-à-dire la manière dont on se projette, la construction de soi dans la société. Car, derrière la notion de liberté revendiquée, c’est le soi qui se construit, par exemple quand on dit « je suis libre de porter ou de ne pas porter le voile », il s’agit là d’une construction ontologique. « Je suis libre de ne pas le faire c’est mon affaire », « je suis libre de croire et d’appliquer les prescriptions de la religion à ma façon », et cette rupture ontologique se décline différemment sous forme d’interrogations (« les imams peuvent-ils descendre dans la rue et conduire une manifestation ou doivent-ils rester dans leur mosquée ? ») ou sous forme d’indignation (« ce n’est pas le

Qatar et on est en Tunisie », « un Qatari te dira qu’il n’est pas prêt à devenir Tunisien »). La notion de « tunisianité » questionne cette ontologie de « l’être social » et signifie un vécu, une orientation, un héritage que l’on assume plus ou moins, un habitus dans lequel se forgent des prédispositions comme dit Bourdieu et où chacun va puiser. Dans ce contexte, l’ontologie signifie pour moi, une approche du quotidien qui s’adosse à une sédimentation historique dont les contours demeurent à définir, sans pour autant verser dans un quelconque essentialisme. Toutefois, ce qui semble acquis, c’est qu’entre l’héritage historique, souvent rappelé par certains intellectuels et hommes politiques en termes de modernité à laquelle on aurait accédé il y a plusieurs décennies et le vécu actuel de cette appartenance par d’autres catégories sociales, il y une espèce de hiatus qui interpelle le chercheur.

Revisiter les paradigmes des sciences sociales

BenAmorLes sciences sociales en Tunisie et même à l’IRMC, ont jusqu’à présent été sélectives : on a parlé de développement, de politiques sociales, d’exclusion, de migration, mais peu de construction de l’État, peu des classes sociales et des inégalités, ou d’aménagement du territoire et des disparités régionales, peu, jusqu’à il y a 2 ou 3 ans, de la pratique de la religion. Cela est lié aux interdictions et autres obstacles politiques qui nous orientaient plus sur certaines problématiques, mais en Russie, dans le temps, il me semble qu’il y avait des formes de sociologie « clandestine » ? ! Alors pourquoi les sciences sociales ne l’ont pas fait chez nous, même si cela s’est passé jusqu’à un certain point dans le roman, le cinéma, le théâtre ?

Mis à part quelques chercheurs comme Michel Camau ou Beatrice Hibou. Tout en tenant compte de la qualité certaine de leurs travaux, leurs modèles n’ont pas été suffisamment imprégnés par des enquêtes de terrain, ils n’ont pas pu voir derrière certaines apparences ce qui travaillait en profondeur les populations et les quartiers là où des formes de contestations couvaient et pouvaient donner lieu à autre chose que de l’obéissance. Mais, au-delà de ces considérations, cela me conduit à questionner les paradigmes. Lorsque ces chercheurs s’interrogent, par exemple, sur « surveiller et punir », ils évoquent des sociétés dans une autre configuration que la nôtre, où les champs (pris ici au sens bourdieusien) sont plus compartimentés selon le social, le professionnel, l’urbain,… alors que ces distinctions entre les différentes sphères fonctionnent difficilement sur notre société. Quand tu réfléchis sur la famille, l’amitié, le voisinage, le travail, tout est en « chevauchement » entre les domaines de la réflexion et ceux de la vie sociale : l’entreprise c’est à la fois la famille mais aussi l’éthique et la religion, ce n’est pas compartimenté. Idem quand on réfléchit sur la famille par exemple, on se rend compte assez vite de l’imbrication des réseaux familial, vicinal, amical, régional, etc. Sans aller jusqu’à dire que tout est dans tout, on n’observe pas moins cet enchevêtrement dont il est difficile de ne pas tenir compte dans l’analyse des formes de sociabilité et d’entraide par exemple.

Alors, pour faire avancer les sciences sociales, revisitons les paradigmes et les travaux à la lumière de tout ce que l’on n’a pas vu, de tous les manques sur lesquels on n’a pas réfléchi. Dans ce nouveau moment plus difficile et fondamental, interrogeons-nous sur le paradigme de l’ontologique et du vécu. Par exemple après avoir travaillé sur les compétences ou le réformisme, interrogeons-nous sur le vécu de la révolution et ses discours : comment le dialecte est mobilisé dans les régions pour exprimer un vécu ? Il faut voir à ce propos la manière dont une femme de plus de 60 ans s’adressait directement au premier ministre ainsi interpellé : « Eh ! Jbali ! ». On a rarement fait ça auparavant, et c’est peut-être là une autre facette de la rupture ontologique, cela se joue sur l’être. Et dans ce cadre l’apport de l’IRMC pourrait être de mobiliser les philosophes et les anthropologues, plus outillés sur cette question de l’identité et de la reconnaissance. Une autre question qui se pose est celle des élites dont on dit qu’elles auraient « occidentalisé » le pays, se seraient trompées et l’auraient conduit à une forme d’aliénation, et qu’il s’agit de les ramener sur le « droit » chemin. Du coup, on ne sait plus qui sont les élites et leur rapport à la société, avec quelle relève et quelles nouvelles élites l’on veut préparer… Il y a aussi la question des inégalités sociales : on connaît le plus l’aspect socio-économique par les enquêtes de consommation, mais peu les inégalités régionales et socio-spatiales, leur vécu et les représentations qui s’y rapportent… Dans la même lignée, il y a lieu de revenir également sur les mots d’ordre portés par la « révolution » tels que justice, dignité, liberté, etc. et la manière dont ils sont appréhendés par les uns et par les autres.

L’IRMC demain : s’ouvrir en gardant son identité

Dans ce cadre thématique, l’IRMC restera à l’international un pont entre les cultures mais avec un bémol du fait de l’échange inégal et compte-tenu du faible développement des sciences sociales en Tunisie. Il n’y a plus le CERES, et peu de labos dédiés aux sciences sociales. Mais la « révolution » a changé des choses, il faut faire bouger les frontières linguistiques, je vois maintenant un autre public de tous horizons, avec des échanges de doctorants, des demandes d’associations. Puis l’un des effets pervers de la bipolarisation à laquelle on assiste, à force de stigmatiser l’Occident et la culture occidentale, va inciter certains publics à venir à l’IRMC et à vouloir puiser dans cette culture. On va revenir a une attitude ambivalente ; on continuera à vouloir émigrer, y compris clandestinement et à dire qu’on garde ses distances avec l’autre rive de la Méditerranée. Et plus on stigmatisera l’Occident, plus on créera des besoins et un rééquilibrage en ce sens. À ce propos, on gagnerait à avoir dans la Lettre une recension des travaux en arabe. C’est un centre de recherche qui doit s’ouvrir sur la langue arabe et les arabisants. Mais, ceci étant, pas plus que cela. Il faut réajuster, certes, en s’enrichissant bien entendu, en s’ouvrant sans doute vers d’autres publics, arabisants et associations ainsi que d’autres disciplines, mais l’IRMC doit garder son identité, il ne faut surtout pas « perdre son âme ». C’est un peu comme certains Tunisiens qui ne veulent pas devenir Qataris, il faut faire bouger les frontières, tout en restant un centre spécialisé sur le Maghreb, et il n’en y a pas beaucoup. L’IRMC doit s’ouvrir sur les tendances qui travaillent la société tunisienne, les régions, les jeunes, les formes de la religiosité, et il a les réseaux et la logistique pour mener ce regard croisé, car que valent les sciences sociales sans ce comparatisme ? S’ouvrir en gardant son identité ; c’est la sa cohérence et le meilleur antidote contre l’intolérance.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Ridha BEN AMOR

est sociologue, enseignant-chercheur à l’Université de Tunis.

Pour citer ce billet : Ridha Ben Amor, « L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’ », Le Carnet de l’IRMC, 24 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1307

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Acquis et défis d’une recherche en partenariat

A-Gana2
Photographie de Alia Gana

Mon histoire avec l’IRMC est ancienne. Elle remonte aux débuts du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM), à la fin des années 1970. Le fonds imprimé de livres et de revues de l’Ambassade de France avait alors été rassemblé pour constituer un centre de documentation et de recherche accessible au public. C’est Anne-Marie Planel, historienne, qui a été chargée de l’inventaire et de l’actualisation du fonds et elle s’est acquittée admirablement de cette tache. Au début des années 1980, alors doctorante a l’Université Paris 10 et travaillant sur l’histoire agraire de la Tunisie, j’ai bénéficié de ses conseils éclairés pour mes recherches bibliographiques. Je me rappelle avec nostalgie cette époque bénie, ou le chercheur pouvait s’extraire des contingences du moment et se consacrer pleinement à sa science. Pendant près d’une année, je me suis familiarisée avec l’histoire sociale de la Tunisie, découvrant en particulier l’apport des ethnologues, souvent des Pères blancs, à la connaissance fine des sociétés rurales de ce pays. Le CTDM fut dès le départ un centre d’attraction et de rencontre de nombreux chercheurs tunisiens.

Bien plus tard, au moment de la transformation du CDTM en institut de recherche, j’ai été sollicitée par Anne-Marie Planel et le premier directeur de l’IRMC pour occuper un poste de chercheur détaché et ce afin de développer un programme de recherche sur l’agriculture et le monde rural. Malheureusement, ayant déjà fait le projet de partir aux USA, mon intégration à l’IRMC n’a pu se concrétiser. J’ai continué néanmoins à être proche de l’IRMC et à participer de manière ponctuelle à certaines de ses activités. C’est surtout depuis mon intégration au CNRS et l’arrivée de Pierre Noel Denieuil à la direction de l’institut que mes collaborations avec l’IRMC se sont renforcées : participation à l’animation de journées doctorales, contribution à des colloques et seminaires, etc. Avec mon affectation a l’IRMC et l’accueil d’étudiants français dont j’assure l’encadrement, mes recherches sont aujourd’hui inscrites à part entière dans les programmes de l’Institut. J’y ai trouvé tout le soutien pour développer mes recherches récentes sur les processus électoraux et les territoires et pour y poursuivre celles plus anciennes sur les dynamiques du monde rural et agricole.

Désormais à l’intérieur de l’institution, je perçois mieux les contributions scientifiques de l’IRMC, mais aussi les écueils susceptibles d’en limiter le développement. À travers l’accueil de chercheurs tunisiens en détachement, d’enseignants chercheurs et de chercheurs français en délégation ou en affectation, son centre de documentation d’une richesse insoupçonnée, ses conférences et ses séminaires, destinés également aux doctorants, ses nombreuses publications valorisant des recherches collectives, l’IRMC contribue de façon substantielle au rayonnement des recherches en sciences sociales sur le Maghreb, au développement des partenariats scientifiques avec les institutions et les chercheurs de la région, ainsi qu’à la formation de doctorants. Au cours des dernières années, les collaborations avec le réseau des IFRE, notamment le CEDEJ, le CJB, et aussi avec le SCAC d’Alger, ainsi qu’avec les universités de la région se sont renforcées. De nouvelles activités associent l’IRMC et l’IRD, institution de recherche française représentée en Tunisie et permettent des articulations entre recherches en sciences sociales et en sciences du milieu.

Placé sous la tutelle du MAE et en même temps USR rattaché au CNRS, l’IRMC bénéficie des ressources allouées par ces deux institutions, mais reste néanmoins confronté au manque de moyens nécessaires à la consolidation d’équipes de chercheurs permanents impliqués dans des projets collaboratifs. Ceci réduit la visibilité et les synergies entre des recherches entreprises plutôt sur des bases individuelles. La vocation généraliste des IFRE et en particulier de l’IRMC, qui se traduit par des projets traitant de thématiques diverses et relevant d’une diversité de disciplines en sciences sociales, contribue à réduire cette visibilité. Si l’ouverture et la diversité doivent être préservées, la définition de priorités thématiques, abordées dans une approche interdisciplinaire, pourrait contribuer à renforcer la cohérence scientifique et la lisibilité des programmes de recherche, ainsi que la visibilité de leurs résultats. La constitution au sein de l’IRMC d’équipes de chercheurs rassemblées autour de thématiques porteuses et de problématiques communes favoriserait la mobilisation de ressources, en particulier à travers des réponses collectives aux appels d’offres de l’ANR et de l’Union européenne. Un plus grand rayonnement des activités de l’IRMC à l’échelle du Maghreb passe également par des partenariats renforcés avec les institutions universitaires de la région et l’instauration de mécanismes favorisant l’organisation plus systématique d’activités communes, qu’il s’agisse de recherche, de formation ou d’activités de valorisation. L’insertion de scientifiques français dans des institutions tunisiennes, formule déjà expérimentée par l’IRD pour ses chercheurs affectés en Tunisie, contribuerait d’une manière efficace à développer les interactions entre chercheurs locaux et chercheurs rattachés aux institutions françaises.

Un renforcement des partenariats entre l’IRMC et des institutions de recherche et de coopération françaises représentées en Tunisie, tels que l’IRD, le CIRAD ou l’AFD, favoriserait aussi le développement de collaborations interdisciplinaires (sciences sociales et sciences biophysiques) et de projets orientés vers l’action. Il assurerait une plus grande complémentarité entre les projets et permettrait, pourquoi pas, de mutualiser des moyens et des ressources de plus en plus rares, y compris des locaux plus adéquats, qui font aujourd’hui défaut. Enfin, une réflexion sur des mécanismes et des espaces d’échange et de concertation, permettant d’associer les partenaires locaux et les chercheurs accueillis à l’IRMC dans la définition de programmes de recherche plus en phase avec les demandes sociales dans les pays de la région, s’avère plus que jamais nécessaire, en particulier dans le contexte ouvert par les révolutions et les processus de transition politique en cours.

En prenant de cours la plupart des analystes, la Révolution tunisienne et l’explosion des demandes populaires pour plus de justice ont interpelle les chercheurs spécialisés dans les études sur le monde arabe et maghrébin et, en mettant à mal les thèses de « l’exceptionnalisme arabo-musulman », ont fortement questionné leurs schémas d’analyse. Le renouvellement des approches théoriques et conceptuelles dans ce domaine passe certainement par un dialogue renforcé avec les chercheurs des pays concernés, par un plus grand ancrage des recherches dans les réalités du terrain, une écoute plus importante aux demandes sociales, et enfin une plus grande ouverture aux approches comparatives (Nord/Sud et Sud/Sud) et interdisciplinaires, permettant de dépasser les écueils des études spécialisées dans les aires culturelles. C’est là, à mon sens, le défi lancé aux instituts de recherche français à l’étranger! L’IRMC saura sans aucun doute s’engager plus en avant dans cette voie.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Alia GANA

est sociogéographe, directrice de recherche CNRS UM7533 LADYSS en affectation à l’IRMC de 2012 à 2014.

Pour citer ce billet : Alia Gana, « Acquis et défis d’une recherche en partenariat », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Recherche en mode révolution

Stéphanie
Photographie de Stéphanie Pouessel

« L’avenir apparaît comme un champ largement ouvert, gros de toutes les menaces, mais aussi de tous les accomplissements. Alors, nous n’irons pas sur Mars ? Mais bien sûr que si… Et nous réaliserons d’autres impossibles. Il faut tout simplement croire au…miracle, qui est la règle et non l’exception. (…) notre nation n’est pas seulement une nation historique, mais une nation, pour le meilleur et pour le pire, en réserve de l’Histoire », Sousse, 1987. Moncef Marzouki, Arabes, si vous parliez…, Lieu commun, 1987.

Choisir de placer en exergue quelques lignes écrites il y a 25 ans par l’actuel président de la république voudrait ne pas être réduit à un positionnement politique partisan mais à la célébration de l’extraordinaire qui a mené un militant des droits de l’Homme sous dictature au Palais de Carthage quelques décennies plus tard. Pourtant, si à l’international, le Tunisien est passé du statut de « révolutionnaire libre et pionnier » en janvier 2011 à celui d’« islamiste rétrograde et dangereux » en octobre 2011, d’un point de vue de chercheur, la révolution ne m’a pas révolutionnée. Au contraire, elle a été pour moi conservatrice venant renforcer le postulat des sciences sociales, qu’une société n’est qu’inscrite dans l’histoire et en perpétuel mouvement. Donc ce « mouvement » – oui recroquevillé, timide et subtil – était là avant la révolution. La remise en cause des dominations et les rapports de force étaient bien présents mais pas forcement où l’on s’y attendait. Ils résidaient, en ce qui concerne mes propres recherches, dans la critique ethnoculturelle. Plus que jamais, c’était sous dictature qu’il fallait déployer patiemment et dans l’acharnement les ressources des sciences sociales pour nous permettre de voir le subtil du mouvement de la société. Aujourd’hui à découvert, la société tunisienne serait davantage à observer avec calme et humilité. Ce sont quelques fondamentaux que ce passage 2010-2011 et au-delà, mon passage à l’IRMC de 2009 à 2013, m’ont enseigné sur la place du chercheur en Institut français de recherche à l’étranger basé dans le monde arabe.

Il en est d’une francophonie redéfinie : la francophilie remontant au premier chef d’État tunisien et liée aux élites intellectuelles et économiques, et dont l’IRMC participait malgré lui, compose désormais avec l’arrivée au gouvernement de courants « islamistes » qui marquent la mise en valeur de « la langue arabe ». Les arcanes du pouvoir redéfinissent les lignes de démarcations, les critères symboliques, ici linguistiques, se déplacent : le chef de l’État adopte souvent la lahjatitude dans les discours officiels et réintroduit l’usage sudiste du « gue » à la place du « qef ». Et quand certains ministres, après des années d’exil en Angleterre ou au Moyen-Orient, s’avèrent davantage anglophones que francophones, la langue française relativisée est pourtant perpétuée par l’arrivée des Franco-tunisiens siégeant à l’Assemblée constituante.

Il en est de l’« islamisme », concept à géométrie variable et dont les fantasmes qui l’entourent, devraient en faire l’objet non acquis par excellence. Concevoir que ce que l’on nomme islamisme, dans sa configuration historique et nationale qui est la sienne aujourd’hui en Tunisie – qu’il soit le résultat aux dernières élections d’un choix temporaire ou d’une fidélité plus ancrée – ne soit qu’une configuration politique, une idéologie politique comme une autre. Un usage normatif est trop souvent imputé aux sciences sociales qui se font alors juge du bien et du mal de pratiques sociales ou politiques. L’usage normatif provient de la société elle-même et c’est à partir de la qu’il faut l’étudier : la réflexion sur la politisation de la religion, sur le « salafisme », sur la conjugaison possible entre démocratie et islamisme etc. est constante et profonde auprès de groupes issus de la société civile tunisienne. Depuis Tunis, le Forum El Jahedh en est l’exemple phare. Association tunisienne non gouvernementale créée en 1990, elle se présente comme un pont entre les intellectuels et la société afin de permettre une réflexion sur la culture et la pensée arabe. Dernier espace de liberté rassemblant quelques opposants politiques dont certains issus du parti Ennahdha, elle résistera jusqu’aux dernières heures du regime Ben Ali, traitant alors de sujets politiques non nationaux ou de sujets endogènes neutres (la famille). Depuis l’arrivée au pouvoir du parti islamiste en Tunisie, elle multiplie les conférences et les espaces de discussion sur le sujet. Le 14 décembre dernier, l’association reçoit avenue Bourguiba en plein cœur de Tunis le militant salafiste marocain docteur Abou Hafedh pour une conférence sur « le salafisme contemporain et la nécessité de son auto-critique » (Al salafiya al mou’asira wa hajatouha ilâ al naqd al dhati).

Enfin, c’est dans un mouvement d’aller retour France-Tunisie (Maghreb)-France que sont situées, malgré moi, mes recherches et dont le 14 janvier a relancé la donne. Si la recherche est dans sa constitution même une démarche qui vise à défaire les préjugés et les stéréotypes, celle tournée vers le « monde arabe » devait redoubler d’efforts tant le poids des fantasmes orientalistes, islamistes, autoritaristes, etc. étaient (sont) ancrés. Si l’on rajoute, en tant que chercheur de nationalité française, le lien colonial et migratoire entre France et Maghreb, le cocktail est explosif. Salvateur, le 14 janvier ne l’a été que pour quelques temps, le dévoilement d’une société civile hétérogène, ici conservatrice, la nationaliste, quoiqu’il en soit fragmentée a l’instar de toutes sociétés, semble avoir de nouveau jeté l’opprobre sur cette région du monde. De plus, la teneur du vote tunisien depuis la France (un taux important pour Ennahdha) a été interprétée comme un message politique en direction de la France. Mes recherches tunisiennes me ramènent à la posture clé de l’anthropologie qu’est l’anti-ethnocentrisme. N’est-il pas possible de penser que, face à telle situation et issu d’une même histoire, on aurait tous pu réagir ou agir de la même manière ?

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Stéphanie POUESSEL

est chercheure post doctorante et anthropologue en poste à IRMC de 2010 à 2013.

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Recherche en mode révolution », Le Carnet de l’IRMC, 12 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1133

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Sylvie_Daviet
Photographie de Sylvie Daviet

Les IFRE : un outil exceptionnel pour la recherche

Passer deux ans à l’IRMC, c’est tout d’abord vivre l’expérience d’un institut français à l’étranger (IFRE). Et les Français ont beau s’auto-flageller de leurs multiples défauts et des dysfonctionnements de leur mère patrie, très peu de pays au monde sont capables d’entretenir des centres de recherche à l’étranger. Il nous faut parfois la remarque bienveillante d’un collègue d’une autre nationalité pour le réaliser. Sachons donc apprécier l’originalité et le potentiel de ce dispositif qui permet aux chercheurs en sciences sociales de s’expatrier, de quelques mois à quelques années, pour résider sur leur terrain d’étude, en bénéficiant de l’essentiel des services d’un laboratoire (bibliothèque, secrétariat, organisation de séminaires…). Autant de réalités matérielles évidentes sans lesquelles un intellectuel ne peut véritablement se livrer à l’exercice de sa pensée ; une pensée qui n’est jamais en apesanteur mais au contraire ancrée dans un milieu, un espace, une société. Être chercheur résident hors de France au sein d’un IFRE permet cette immersion, tout en étant assisté d’une logistique appropriée ; qu’il soit géographe, sociologue, historien ou politologue, le chercheur en sciences sociales prolonge en quelque sorte une tradition anthropologique en bénéficiant de cette immersion.

L’IRMC : un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Si les IFRE sont des avant-postes d’observation, l’IRMC est sans conteste un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain. Il faut le dire et, en tant que géographe sensible à la dimension géopolitique des faits et des institutions, je le dis pour deux raisons. Premièrement, parce que l’observation est une des briques fondamentales de la recherche scientifique dans le processus de production de connaissance, et contribue à légitimer la recherche en sciences sociales. Si des esprits prétendument rationnels en doutaient, ils auraient plus volontiers consacré les deniers publics aux seules disciplines ayant des retombées industrielles ou au remboursement de la dette, la révolution tunisienne et le printemps arabe sont fort opportunément venus rappeler qu’il était fondamental de connaître et comprendre les sociétés, que cette connaissance avait de la valeur et méritait un investissement. La portée des événements qui se sont enchaînés, tout particulièrement depuis le début de l’année 2011, a soudain, par effet de contexte, revalorisé le rôle stratégique de l’IRMC, comme celui des IFRE de la Méditerranée, dans un monde arabe en ébullition.

Deuxièmement, j’ai vécu au sein de l’IRMC une observation qui s’enracine dans le territoire, qui s’élabore dans de multiples partenariats pour coproduire la connaissance au sein d’équipes qui rassemblent des chercheurs des deux rives de la Méditerranée. L’effet de lieu implique un effet de réseau qui permet de tisser des liens avec les chercheurs et les institutions régionales. Il faut le dire et je le dis à l’heure où fleurissent des projets plus ou moins soucieux des exigences d’une coopération équilibrée.

2010-2012 : un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle

J’ai donc connu l’IRMC récemment, au cœur d’un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle à la logique encore incertaine. Et lorsque je parle d’un moment d’Histoire, le H majuscule n’est pas immérité car nous savons bien que, depuis la Tunisie, s’écrit la nouvelle page d’un monde où s’impose la « tectonique des sociétés », comme l’écrit Bertrand Badie. Arrivée en septembre 2010, j’ai pu connaître les dernières heures du régime de Ben Ali. Au cours de l’année 2011, en dépit de secousses multiples et parallèlement aux bouleversements opérés en Égypte et en Libye, c’est l’enthousiasme de la révolution en marche qui a dominé jusqu’aux élections du 23 octobre 2011. Au cours de l’année 2012, le contexte tunisien et régional s’est progressivement tendu. Ma mission en Tunisie s’est achevée à la veille des événements du 14 septembre 2012, marqués par l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Tunis, deux jours après celle de Benghazi en Libye. D’autres événements ont traduit la montée d’une forme de violence à laquelle les Tunisiens n’étaient pas habitués ; mais la société civile est restée mobilisée, bien décidée à faire vivre l’espérance de jours meilleurs. Au cœur de cette actualité prégnante, les débats auxquels j’ai participé ont souvent été accaparés par les transformations au jour le jour de la situation politique. Il s’agissait pour moi d’observer et de comprendre. Dans ce climat passionnel et instable, ma préoccupation de chercheur est restée de conduire mon programme à son terme, tout en captant la façon dont les événements en cours métamorphosaient mon objet d’étude. L’accès à l’information et aux entrepreneurs est demeuré difficile, quelle que soit la conjoncture.

La reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens

Si le vécu de mes deux années passées à l’IRMC est profondément marqué par la rencontre de cet humanisme tunisien, chaleureux et pétri de francophonie, mes réflexions de géographe pointent la reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens. Le Maghreb relève bien de trois sphères d’appartenance : l’espace euro-méditerranéen, le monde arabe et l’Afrique. Si les dynamiques euro-méditerranéennes ont longtemps été dominantes, le printemps arabe en a révélé les fragilités. De multiples travaux en pointaient préalablement les signes, au point que l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » s’était manifestée non sans provocation (n°74 de Confluences Méditerranéennes), soulignant la complexité des rapports de forces dans une zone d’interface ouverte aux quatre vents de la mondialisation. Mon entrée dans cette problématique est partie de ma spécialisation géoéconomique, mais la nécessité d’une pluralité de regards et de disciplines s’impose évidemment pour prendre en compte un ensemble de dimensions culturelles, sociales et politiques… Tout en défendant la place de la géographie dans ce nouveau chantier scientifique, je n’ai donc pas cherché à être un acteur privilégiant le développement de ma discipline, je crois plutôt (et c’est même une conviction) à la nécessité de construire une interdisciplinarité audacieuse pour mieux répondre aux défis qu’exige de nous la complexité du réel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à Aix- Marseille-Université, UMR Telemme (7303). Elle a été chercheure en délégation CNRS à l’IRMC de 2010 à 2012.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1129

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC ou “ma” révolution tranquille

Vincent
Photographie de Vincent Geisser

Nommé au début de l’année 1996, chercheur à l’IRMC, je débarquais en Tunisie, en ignorant presque tout de la société locale et de ses habitants. Pour ainsi dire, la vision que j’avais du pays était celle de la plupart de mes compatriotes français, imprégnés de clichés exotiques, voire orientalistes : la Tunisie, pays du « juste milieu », à la croisée des civilisations occidentale et orientale, terre de tolérance religieuse, de libération de la femme (merci Bourguiba !), du couscous au poisson (merci les Sfaxiens !) et symbole de l’humanisme méditerranéen (merci Ibn Khaldoun !), dont la douceur de vivre était censée contraster avec la « rugueur » de ses voisins immédiats : l’Algérie et la Libye. En somme, ma représentation de « Tunisie la verte » se limitait à des clichés exotiques, nuancés il est vrai, par quelques bonnes lectures scientifiques sur le pays : LA TUNISIE N’EST PAS UN PAYS ARABE COMME LES AUTRES ! De ce point vue, mon expérience scientifique à l’IRMC a constitué une machine efficace et redoutable à déconstruire les préjugés : confronté aux « réalités du terrain » (comme disent les chercheurs), je découvrais progressivement mais aussi brutalement que la « Tunisie du Jasmin » était celle d’une « douce dictature », certes envahissante et pénible, mais représentant un laboratoire de recherche inespéré pour l’apprenti chercheur que j’étais à l’époque. Sur ce plan, j’aurais au moins tiré un enseignement majeur de mes quatre années passées à l’IRMC : les difficultés de recherche sont parfois plus éclairantes et formatrices que la recherche elle-même. Les fameuses autorisations ministérielles qui n’arrivent jamais (ou très tardivement), l’autocensure, la peur, les réflexes de protection, la discrétion, mais aussi l’humour au second degré, les blagues sur le dictateur (ZABA) et sa femme « Leila », les rencontres clandestines avec mes enquêtés au fond des cafés à chicha, les filatures policières, les jeunes femmes aguichantes employées par « La Dakhilia » (NDLR : ministère de l’Intérieur) ont été surement plus riches pour ma formation de politologue que tous les manuels des sciences sociales de la planète. En ce sens, je puis dire aujourd’hui « merci Ben Ali ! », tu m’as permis de grandir scientifiquement et de comprendre que les peuples ne sont jamais aussi stupides que leurs dirigeants aussi puissants soient-ils.

Plus sérieusement, l’IRMC a représenté, depuis sa création par Michel Camau, ce lieu refuge, cet espace extraordinaire d’échanges et de débats scientifiques, où l’on pouvait se libérer de cette angoisse lancinante à la barbe de nos anges gardiens (ces fameux étudiants moustachus éternellement inscrits en doctorat). C’est aussi à l’IRMC que j’ai fait mes plus belles rencontres intellectuelles avec des collègues universitaires tunisiens, algériens, marocains mais aussi avec ces nombreux scientifiques français de haut-vol. À une époque où pour des raisons de rigueur budgétaire et des considérations géopolitiques, d’aucuns seraient tentés de réduire la voilure de nos centres français à l’étranger (en particulier ceux travaillant sur le monde arabe), je dirais simplement que grâce à l’IRMC, j’ai eu la chance de vivre au moins une RÉVOLUTION dans ma vie, voire d’y participer, sinon de l’anticiper, expérience irremplaçable dans la modeste existence d’un chercheur mortel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Vincent GEISSER

est chargé de recherche au CNRS, en détachement à l’IFPO, Beyrouth. Il a été chercheur à l’IRMC de 1996 à 2000.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « L’IRMC ou “ma” révolution tranquille », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1113

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook