Archives par mot-clé : réseaux

Composer avec le champ politique post-révolutionnaire en Libye : les réseaux kadhafistes et leur restructuration

La présente recherche a pour objet d’explorer les ruptures et les continuités du Kadhafisme dans La Libye post-révolutionnaire. Plus particulièrement, c’est sur la restructuration de l’ancien régime et de ses réseaux dans un nouvel espace politique qu’elle se focalisera. Il s’agira dans un premier temps de revenir sur le régime politique de la Jamahiriya afin d’en dégager certaines pratiques politiques et dynamiques sociales, certains acteurs ainsi que différents cadres de perception qui se sont imposés sous le règne du Guide libyen et qui perdurent encore. Dans un deuxième temps, par-delà les pratiques et autres héritages institutionnels et symboliques en legs, ce sont les acteurs de l’ancien régime, leur insertion (réinsertion) dans le champ politique actuel qui retiendront notre attention.

La perte du monopole de la violence légitime par les anciennes élites au pouvoir a conduit la Libye à un état de crise extrême. L’ancienne Jamahiriya est en proie à un processus de décivilisation ; l’abaissement des seuils de sécurité individuelle et collective ainsi que la probabilité d’une exposition à des situations de violence contribue à une réactivation des dispositions agressives et engendre ainsi une spirale de violence dans les rapports sociaux. La milicisation de la société libyenne en est le marqueur le plus significatif depuis la révolution du 17 février 2011 qui mît un terme au règne de Mouammar Kadhafi. Le champ politique libyen se caractérise par d’incessantes luttes internes pour le contrôle des ressources et de l’accès au pouvoir ainsi que par une fragmentation du territoire autour de quelques acteurs qui cristallisent la scène politique (et médiatique) par leur rivalité. De nombreux facteurs concourent à favoriser cet état de crise, pour n’en citer que quelques-uns : la question de la redistribution des ressources, de la rente pétrolière, du nombre d’armes (ALPC) et des milices en circulation, des dynamiques socio-économiques, de la crise économique, des flux migratoires, des interférences étrangères (EAU, Égypte, Turquie…) du manque de légitimité des représentants ou encore du terrorisme. La Jamahiriya et toute la violence symbolique qui la compose n’a jamais tout à fait disparu après la révolution. Au contraire, la Libye actuelle, avec ses protagonistes, semble caricaturer à l’extrême certaines pratiques de l’ancien régime. Ni le clientélisme, ni la corruption n’ont disparu, pas plus que les pratiques criminelles (exécution extra judiciaire, disparitions…), les alliances de circonstances ou les profondes inégalités entre communautés. Les efforts déployés par la mission des Nations Unis pour la Libye (UNSMIL) ne semblent pas parvenir à instaurer une paix durable et à mettre en oeuvre une véritable transition. La temporalité joue ici un rôle aggravant. Après 7 ans de crise, certains Libyens en viennent à regretter la mort du Guide face au vide politique et à l’insécurité. Le temps conjugué aux divisions agit ici comme une structure d’opportunité qui conduit à conférer aux anciens kadhafistes une nouvelle légitimité. C’est cette piste que nous suivrons pour parvenir à identifier les acteurs et les partisans de cet effort de relégitimation et de restructuration des réseaux kadhafistes dans un nouvel espace politique. Mouammar Kadhafi est certes mort mais le régime n’a peut-être pas dit son dernier mot.

© caminteresse.fr/economie-societe

Recomposition de l’espace politique et dynamique sociale

Les travaux d’Arthur Quesnay montrent comment l’espace politique libyen subit une profonde recomposition pendant et après le moment révolutionnaire. Les dynamiques ayant conduit à la chute du dictateur furent d’abord le produit de mobilisations localement situées. Les réseaux sociaux qui se constituèrent dans la reconquête des bastions du pouvoir s’appuyaient plus sur des liens sociaux professionnels et le partage des compétences propres à chaque individu que sur quelques identités primordiales notamment liées au tribalisme. L’insistance du tribalisme comme déterminisme social et élément structurant du champ politique libyen traduit en réalité une lecture biaisée des configurations sociales révolutionnaires et post révolutionnaires, si l’on s’en réfère aux enquêtes de terrain menées par Arthur Quesnay entre 2011 et 2013. Cette nouvelle configuration obéit à une logique qui donne la primauté du local sur le national. Avec la chute du gouvernement central et l’arrivée au pouvoir du CNT (conseil national de transition), cette configuration persiste et s’ancre durablement dans  l’espace politique. Cette dichotomie du local et du national a été rendue possible du fait de l’existence de deux références politiques issues de l’ère Kadhafi : les réseaux de solidarités informels et les canaux officiels de l’État. Face au vide politique et à l’absence de coordination nationale et de consensus sur l’avenir du pays, un processus d’autonomisation des entités locales et des individus s’est imposé. Cette autonomisation des entités locales comme substitut à un organe central fragilise la construction d’un réel consensus politique sur l’avenir de la Libye. Structurellement, elle exacerbe les tensions communautaires en entraînant une politique économique de prédation avec pour unique objectif d’assurer la survie du groupe. Le vide laissé entre l’espace national et les entités locales est ainsi l’enjeu d’une lutte intense pour l’accès au pouvoir et aux ressources. Cette configuration bénéficie aux acteurs disposant du meilleur capital social et économique qui exploitent ce désordre à leur propre fin. La captation brutale des ressources par ces « nouveaux seigneurs » alimente invariablement les inégalités et les tensions communautaires. En outre, ces nouvelles élites tendent à mobiliser le référentiel politique de façon à légitimer leur activité économique ou  pour simplement profiter de fonds étrangers. Ainsi, leur rôle politique sert parfois uniquement de façade pour couvrir d’autres activités économiques légales ou illégales (trafic d’armes, commerces transfrontalier, investissement à l’étranger dans l’immobilier, esclavagisme…). À cet égard, le parcours d’Abdel Hakim Belhaj semble particulièrement représentatif de cette caste des « nouveaux seigneurs » qui s’appuient sur leur capital révolutionnaire et cette nouvelle configuration politique pour s’enrichir personnellement.

© letemps.ch

Pour résumer, le champ politique libyen actuel s’articule donc autour d’entités locales en concurrence économique et politique sur fond de tensions communautaires. Deux centres de pouvoir majeurs coexistent actuellement en Libye ; Est (autour du Maréchal Haftar – LNA) et Ouest (incarné par Fayez Sarraj – GNA). Néanmoins, la fluidité des alliances et la fragilité des loyautés ne leur confèrent qu’une influence limitée même dans leur sphère de pouvoir respective. Les dynamiques socioéconomiques de cet espace ne semblent pas avoir significativement évoluées depuis les Accords de Skhirat (Maroc, 2015). La seule évolution notable ne se situant que dans la polarisation du débat Ouest/Est qui découle de ces accords. Face à cette nouvelle configuration de l’espace politique, comment les réseaux kadhafistes parviennent-ils à se restructurer dans le champ politique, et avec quelle force ? Quels soutiens ? Que peut-on attendre d’un éventuel retour de Saif al-Islam (fils de M. Kadhafi) sur le devant de la scène politique ?

Florian Lavaissière
Étudiant à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence en Master 2 Expertise politique comparée (monde arabe et Amérique latine).

Pour citer ce billet : Florian Lavaissière, «Composer avec le champ politique post-révolutionnaire en Libye : les réseaux kadhafistes et leur restructuration», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2261.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne

L’objet de la conférence de Mme Sylvia Marzagalli, professeur d’Histoire moderne à l’Université Sophia-Antipolis, et membre senior de l’Institut universitaire de France est de faire un point
historiographique sur le commerce maritime à l’époque moderne tout en partant d’une récente enquête systémique qu’elle a menée et qui appréhendait le réseau en tant que système. Plus précisément, le propos vise à mieux cerner en quoi la notion de « réseau » a pu évoluer, et faire émerger de nouvelles études, notamment au contact des autres sciences sociales.

Cette troisième séance a lieu après deux séances de séminaires « MoRéMi Sud » dans le cadre des Conférences de l’IRMC, organisée par Hasnia-Sonia Missaoui où en premier lieu Michel Grossetti, sociologue des réseaux sociaux, nous a dressé un bref historique des recherches sur les relations personnelles, qui ont constitué une approche particulière de l’analyse des réseaux sociaux et nous a
décliné la notion de réseaux sociaux à partir de différents travaux que ce soit par le prisme d’une approche méthodologique ou des dynamiques sociales. Ensuite, dans une seconde séance Sylvie Mazzella, sociologue des migrations, nous a parlé à son tour de l’usage de la notion de réseau dans la sociologie des migrations en
relevant que cette approche par les réseaux questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge les
différentes traditions de recherche par son emploi qui a permis de modifier un regard trop souvent binaire. Sylvia Marzagalli vient ajouter à ces rencontres un élément supplémentaire, celui d’avoir appliqué la méthode des réseaux sociaux dans le cadre d’une enquête en histoire, à partir d’archives, qu’elle a menée dans le cadre
d’un programme de l’ANR (2008-2011, ANR Navigocorpus) où elle est passée d’une approche quantitative à une approche par les acteurs.

L’étude du commerce à l’époque moderne est depuis longtemps un axe majeur de préoccupation des historiens, le commerce par voie d’eau étant très souvent privilégié pour des raisons de coûts de transport. Ce commerce international a souvent été conçu dans un
espace physique, ce qui a donné lieu à des cartes très traditionnelles où l’on n’indiquait que des trajectoires d’importation et d’exportation qui ne montrent que des segments de marché. L’historiographie a longtemps abordé, de ce fait, la notion de réseau dans l’unique biais de la circulation des produits à travers différentes destinations. Cette historiographie qui a véritablement eu cours à partir des années 1950 a abouti à une série d’études monographiques sur des ports (comme la thèse d’André Lespagnol sur Saint-Malo), ou sur des destinations du commerce maritimes, perçues comme « exotiques ». Cette logique, qui s’attarde sur la quantification des produits importés et exportés des ports en question s’est parfois avérée quelque peu statique et a récemment évolué vers une historiographie s’attardant davantage sur les relations établies entre les marchands, et sur les logiques de construction de celles-ci, qu’elles soient confessionnelles, familiales ou nationales. Cette approche va alors permettre de passer d’une étude d’un réseau commercial à l’étude d’un réseau marchand, d’une logique quantitative à une logique plus humaine, à l’échelle des
acteurs.

Port de Saint Malo © BNF

Silvia Marzagalli nous donne un exemple en indiquant pourquoi la logique traditionnelle ne peut suffire à elle seule pour appréhender tous les liens des commerçants une fois qu’on a l’information concernant un navire et dont on sait d’où il est parti et par où il est passé. Souvent on a appréhendé la géographie commerciale à partir d’un point donné, le port, mais sans pouvoir l’emboîter dans un ensemble de flux de marchandises. De plus, généralement, les relations qui ont lieu une fois sur place n’étaient pas indiquées. Pour dessiner une carte plus complète, l’intervenante a cherché plusieurs sources différentes pour raconter un récit qui ne pouvait être appréhendé par aucune des sources prises individuellement, pour ensuite coller ces différents récits afin d’arriver à un graphe, une toile plus complète. Il faut noter que les logiques d’information auxquelles les chercheurs peuvent accéder aujourd’hui appartiennent à différents acteurs tels les armateurs et les négociants. Souvent pour reconstituer des trajectoires d’un navire, Silvia Marzagalli propose d’inventer d’autres instruments que de se focaliser sur un seul point et de voir les conditions de ce point. L’intervenante propose de faire une toile des relations en prenant en compte les logiques des hommes et les enjeux relationnels qui les composent. Ainsi elle parle d’un glissement d’une approche par
le réseau commercial (des flux) au réseau marchand (des liens).

Méthodologiquement il s’agit donc de passer d’un espace physique à un espace relationnel. Et pour saisir tout ceci, les historiens se sont appuyés sur les travaux de l’économie institutionnelle même si cela a souvent abouti à une impasse car il est difficile de tout calculer pour obtenir des résultats pertinents. Alors que la sociologie économique (cf. Granovetter) a fourni d’autres clés pour une analyse plus approfondie. Les historiens ont donc adopté le langage des réseaux en analysant leur objet en tant que réseau et en insistant sur les liens et sur ce qui peut les construire, les alimenter, les créer… Ce
n’est pas pour autant, insiste Silvia Marzzagalli qu’elle ou d’autres collègues historiens font de l’analyse des réseaux sociaux (des graphes, des calculs de centralités sur les objets de recherche des
historiens), même si ils font appel à l’approche des réseaux pour une analyse plus complète. Méthodologiquement, il y a des difficultés spécifiques qui sont propres aux terrains des recherches des historiens modernistes et qui sont des limites, des impasses qui ont poussé les chercheurs à porter leur regard vers d’autres approches.

Il apparaît que les liens créés par les logiques marchandes à l’époque moderne sont cruciaux dans la vie économique pour au moins trois raisons. Tout d’abord, la distance-temps est bien plus grande à l’époque moderne qu’à l’heure actuelle, pour les produits, comme pour l’information (à la différence ici, du monde du XXIe siècle). À titre d’exemple, plus de cinq semaines étaient nécessaires pour
relier Bordeaux aux Antilles. Toute information envoyée au départ est susceptible d’être caduque, désuète à l’arrivée. Si l’on souhaite commercer avec des destinations lointaines, il est alors nécessaire de déléguer la prise de décision à un correspondant local, à même de gérer les intérêts du marchand, acheter des produits sur place et de négocier les prix. Cette réalité est souvent la priorité pour  tout négociant dans une nouvelle relation commerciale. Silvia Marzagalli relève alors trois solutions techniques face à ce problème de distance-temps et de prise de décision : premièrement, le négociant, lors du premier voyage effectue le déplacement afin de nouer un partenariat avec un correspondant local et créer du réseau. Or ceci ne peut pas se faire régulièrement et ne peut être réalisable qu’en début de mise en relation, sinon le négociant perdrait trop de temps et d’argent. Deuxièmement, la prise de décision commerciale est déléguée à quelqu’un sur le bateau, le capitaine par exemple, mais il ne pourra pas réellement tout assurer vu sa propre activité. Et la troisième solution est de faire confiance à quelqu’un sur place, un correspondant local. Cette dernière solution est celle qui
crée le réseau.

Un problème persiste cependant quant à la prise de contact avec l’acteur local qui sera le correspondant de confiance du négociant. Il semblerait que cela se fasse à la fois par les réseaux de ce dernier mais aussi parfois au hasard des rencontres, en sachant que le négociant confie ses biens à autrui et que ce dernier travaille sur
commission. Le négociant doit alors trouver tous les moyens pour que l’acteur local ne fasse pas passer ses intérêts personnels avant les siens. Méthodologiquement, les historiens se sont alors penchés sur la notion de confiance qui se réaliserait soit dans le réseau familial (famille élargie) soit dans le réseau confessionnel (quand un négociant fait affaire avec des séfarades parce qu’il est séfarade ou avec des huguenots parce qu’il est huguenot) soit avec des individus de son propre pays. Concernant ce dernier point Silvia Marzagalli rappelle que les historiens ont, pendant longtemps, raisonné beaucoup trop en terme d’appartenance nationale car les sources indiquaient l’origine « France » alors que le négociant marseillais est avant tout lié aux provinciaux et/ou aux Languedociens au plus. Il est rarement lié aux Normands !

Silvia Marzagalli rappelle qu’il est cependant encore plus difficile de faire évoluer l’idée que ces réseaux ne sont pas forcément familiaux ou confessionnels non plus. Et que cela induit même des erreurs dans les analyses, entre autre parce que les chercheurs se sont appuyés sur les travaux de Max Weber, sur l’esprit du capitalisme qui disait que les protestants faisaient affaire entre eux, les catholiques aussi font pas mal d’affaire ainsi que les Arméniens et les séfarades. Pour saisir ces réseaux, les enquêteurs sont allés souvent chercher confirmation dans les ressources que le réseau était bien confessionnel. Silvia Marzagalli, pour étayer son propos, prend l’exemple de l’historien John F. Bosher qui a fait un très beau travail de recherche sur les relations commerciales entre le Canada et la France. La thèse de cet historien était de dire, en dépit de toutes les entraves dues à l’époque, que le commerce avec le Canada était géré par les protestants. Silvia Marzagalli confirme qu’il avait largement raison sur ce point mais en reprenant les données de ce dernier, elle retrouve beaucoup de liens commerciaux avec les catholiques et de ce fait un réseau trans-confessionnel, et en conclut que ce n’est pas forcément la confession qui fait lien mais les
mécanismes par lesquels le réseau se propage qui va plus favoriser les liens entre des individus de même confession. De plus, sous l’Ancien Régime, beaucoup de familles étaient uni-confessionnelles. Donc, en faisant appel au réseau familial, on reste dans un réseau confessionnel.

Nessim Znaien,
Hasnia-Sonia Missaoui

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, Hasnia-Sonia Missaoui, «Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1949.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations

Avec la mondialisation, les flux migratoires se sont internationalisés, leur ampleur, leur nature et leur diversité ont ainsi inévitablement évolué impulsant de nouvelles figures de migrant-e-s, de nouvelles stratégies de circulations, de nouvelles politiques migratoires dans les pays récepteurs et ceux d’origines… En quarante ans, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Ces changements ont rendu indispensable de s’interroger sur ces nouveaux types de liens sociaux et d’espaces qu’engendre la mobilité croissante des personnes à l’échelle mondiale.

Pour traiter de ces questions, s’est tenue le 13 mars 2015, dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud “Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » organisées par Hasnia-Sonia Missaoui, une conférence donnée par Sylvie Mazzella, directrice du Laboratoire méditerranéen de Sociologie (LAMES) et chargée de recherche au CNRS. Cette conférence avait pour discutant Ridha Ben Amor, sociologue et enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.

Cette deuxième séance de conférences de l’IRMC s’est tenue volontairement après l’intervention de Michel Grossetti, directeur de recherches en Sociologie des réseaux sociaux qui a présenté ce qu’on pouvait entendre par la notion de réseau en la notion de réseaux sociaux et les possibles liens et ou passerelles à faire entre la méthodologie des réseaux sociaux et les différents thèmes en sciences sociales telle la sociologie des migrations 1.

Souvent, la notion de réseau, quand elle est utilisée dans une approche liée aux migrations, évoque une succession d’images négatives dans les représentations communes : filières mafieuses, travail au noir, repli communautaire… Pourtant, à partir du moment où un individu migre, les réseaux sociaux des migrants sont constitués de liens de solidarité de première nécessité lui permettant alors de s’installer dans la nouvelle société (que ce soit de façon définitive ou provisoire, ou un simple passage vers une autre destination).

Pour le dire autrement, quand un individu vit ou a vécu un processus migratoire, quand une personne est immigrée ou en migration, les réseaux deviennent un élément important dans la construction de sa propre vie. Particulièrement, quand ces derniers ne sont pas dans un pays, un territoire qui leur est familier et qui les oblige parfois à ré-apprendre de nouveaux codes et de nouvelles formes de solidarité pour “vivre ». Les travaux sur les questions de migration ont régulièrement fait appel à cette notion sans vraiment utiliser tout son potentiel analytique.

Selon Sylvie Mazzella, replacer la notion de réseau dans une perspective migratoire présente une réelle importance scientifique. Très régulièrement reprise dans la littérature en sociologie des migrations, la notion de réseau est souvent utilisée comme un mot-clé et rarement interrogée en tant que telle 2 . Or la notion de réseau questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge différentes traditions de recherche (notamment les théories assimilationniste et transnationaliste) par son emploi.

Les sciences sociales se sont longtemps intéressées aux phénomènes migratoires en les examinant, pour l’essentiel, du point de vue des États-nations, et de celui des groupes de migrants venus s’y installer. La sociologie des migrations (Rea, Tripier, 2003 ; Mazzella, 2014) qui a réellement débuté en France après la décolonisation s’est surtout intéressée, dans ses débuts à “l’immigré » et à son statut socialement inférieur. Elle a contribué à la construction d’une image dévalorisée, passive et statique du migrant, image qui a occulté ses capacités « d’entrepreneur », de “fourmi » (Tarrius, 1992 ; Ma Mung, 1996) active du développement des sociétés d’accueil et du lien toujours maintenu avec sa société d’origine. Porter un tel regard sur les phénomènes migratoires et leurs impacts c’est, nous rappelle Sylvie Mazzella :

“renverser les perspectives, opérer un champ/contrechamp », balayer tout l’horizon de son action, saisir le sens de son parcours, permettant ainsi de mieux questionner les liens d’appartenance : appartenance binationale « ici et là-bas », multi-appartenances « ici, là, là-bas et ailleurs… » ou de non-appartenance « ni d’ici ni de là-bas » 3.

Le terme de « réseau » en sociologie des migrations apparait aux Etats-Unis dans les années 1960 suite aux travaux pionniers de chercheurs comme Douglas Massey, John S. Mac Donald et Leatrice D. Mac Donald qui vont analyser les migrations à partir d’une approche par les “chaînes migratoires » donnant sens aux différentes mobilités vécues par les migrants lors de leur migration reconnaissant ainsi la capacité de créer du capital social.

Ce corpus de travaux permet de définir le réseau comme « l’ensemble des liens interpersonnels qui relient les migrants, les futurs migrants et les non-migrants dans des espaces d’origine et de destination, à travers des liens de parenté, d’amitié et une origine communautaire partagée » (Douglas Massey, 1963).

La notion de « chaîne migratoire », également développée est définie comme un « mouvement dans lequel une personne cherchant à migrer est tenue au courant des opportunités de migration, reçoit une aide au transport ainsi qu’un premier logement et un premier emploi grâce à ses relations sociales primaires avec des migrants plus anciens » (MacDonald, MacDonald, 1964). L’un des apports principaux de cette notion est l’idée d’accumulation de capital social dont elle rend compte, et ce au gré de vagues migratoires successives. La notion de chaîne relationnelle en migration a produit de nombreuses recherches empiriques depuis les années 1960, à l’image des recherches sur la création de quartiers ethniques dans certaines villes de destination ou de travaux des démographes (Courgeau, 1970) qui cherchaient à mesurer les flux des migrations ou des géographes (Simon, 1979) qui ont analysé les espaces
relationnels migratoires donnant lieu au concept de « champ migratoire ».

Pour autant, se pose la question de la durée de vie de ces chaînes migratoires, et notamment dans le contexte de crise économique ou de rupture générationnelle. Afin d’illustrer ce type de rupture des chaînes migratoires, Sylvie Mazzella a mentionné l’exemple récent du départ massif de la communauté des Brésiliens du Japon déclenché suite à la crise économique de 2008.

En France, dans les années 1980, à la faveur de la traduction en français de travaux de chercheurs de l’Université de Chicago, de la crise des modèles structuralistes et de la redécouverte de la dimension « locale » en sciences sociales, les recherches en sociologie et en anthropologie urbaine ont progressivement intégré la question du réseau, notamment en sociologie de l’immigration. Cette tradition de recherche a pris pour exemple type le cas de l’immigration algérienne, ouvrière et postcoloniale, travaillant dans des entreprises françaises (Sayad, 1984). Au regard de cet exemple, Sylvie Mazzella souligne, qu’en définitive, étudier l’immigration revient à interroger directement l’État et les fondements politiques et sociaux sur lesquels reposent la société d’accueil.

Chaine migratoire et developpement du réseau
© Munoz, 2006

Une approche alternative à celle portée par Abdelmalek Sayad s’est également développée dans les années 1990, l’approche transnationale. Cette dernière consiste à montrer que la nouvelle ère de la mondialisation donne au migrant l’opportunité de déployer des stratégies et de créer des dynamiques économiques et sociales en vue de transgresser les frontières nationales. La notion de « transnationalisme » en migration apparait dans la littérature en anthropologie sociale en 1992 (Nina Glick Schiller, Linda Basch et Cristina Szanton-Blanc). Ces travaux insistent sur la fonction des diasporas au sein de différents pays d’accueil et sur la manière avec laquelle ces groupes sociaux recréent du territoire par le biais de leurs connections, imaginaires et pratiques sociales.

Cette approche va mettre l’accent sur la notion de « communauté transnationale », en avançant le principe du « champ social transnational », qui repose sur des raisons d’être (« ways of being ») et des modes d’appartenance à distance (« ways of belonging »). Ces derniers engendrent des pratiques sociales, de l’imaginaire et des valeurs symboliques, qui font naître des formes de citoyenneté à distance, par exemple à travers les réseaux sociaux numériques. On peut distinguer trois domaines de l’approche transnationale où les travaux ont été les plus particulièrement stimulants : les réseaux commerciaux transfrontaliers, la famille transnationale et le care (le soin transnational).

Si l’on observait jusqu’à récemment une fracture entre sociologie de l’immigration et approche transnationale, de plus en plus de recherches concilient désormais les deux traditions et permettent de jeter un regard neuf sur les liens d’appartenance des migrants.

Il existe donc un véritable intérêt scientifique à rapprocher ces deux traditions de recherche. L’un des principaux apports d’une telle
combinaison est celui de nuancer deux visions exagérées de la notion de réseau, l’une trop fermée à la notion de
communauté, et l’autre au contraire trop ouverte et où « tout fait réseau ». Enfin, la notion de réseau est aujourd’hui utilisée principalement dans des recherches horizontales (récits et études de cas). En conclusion de cette conférence, Sylvie Mazzella a ainsi souligné le manque problématique de travaux de recherche portant sur la verticalité du réseau, autrement dit sur ce que sont ses règles et ses normes, et sur les inégalités et les rapports de force qu’il crée et entretient.

1 Clément Perarnaud, 2015, « Les réseaux
personnels et leur évolution », La Lettre de
l’IRMC, n°15, janvier-mars, 21-23.

2 Cf. à ce propos le texte de Marie-Antoinette Hily,
William Berthomière, Dimitrina Mihaylova,
2004, « La notion de “réseaux sociaux” en
migration », Revue Hommes &Migrations, n°
1250 – Juillet-août, qui dressait un état de l’art
des travaux qui portaient sur les « modes
d’organisation des migrants » et l’usage de la
notion des réseaux sociaux des migrants.

3 Sylvie Mazella, 2014, Sociologie des migrations,
Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui

Clément Perarnaud, est volontaire international à
l’IRMC, chargé de la coordination scientifique
et du montage de projets. Contact :
clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Hasnia-Sonia Missaoui, MCF Sociologie, Université
Jean-Jaurès Toulouse II, laboratoire LISST-Cers
(UMR 5193) en délégation CNRS à l’IRMC

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui, «De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1942.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La dimension internationale de l’IRMC

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

L’IRMC accueille des chercheurs francophones, des doctorants et des boursiers, de tous pays. Il constitue un outil exceptionnel de coopération (seule la France dispose de ce type d’institut à l’étranger), et est un lieu privilégié de production et de diffusion pluridisciplinaires et internationales des savoirs en sciences de l’homme et de la société.

Des thématiques transversales et internationales

Les programmes de recherche développés par l’IRMC depuis 1992, ont toujours répondu à des préoccupations d’actualité internationale, ne cédant ni à la tentation du localisme ni à celle de l’analyse d’opinion. Cette internationalisation s’est concrétisée dans des partenariats institutionnels d’abord enracinés depuis la Tunisie. Citons pour exemple dans les années 1990 la recherche avec l’INRAT sur les politiques agricoles et les effets de la mondialisation sur les sociétés rurales dans l’espace méditerranéen dans le cadre du programme MOST de l’Unesco. Ou encore celle menée avec l’IPSI sur les techniques de communication et les médias au Maghreb ; ou sur les villes et les communautés locales maghrébines avec le groupe de recherche (GRVCL) de l’Université du 9 avril, qui deviendra le laboratoire DIRASET. À la charnière des années 2000, où s’intensifient l’intérêt de la France pour le partenariat en Méditerranée avec la Conférence de Barcelone, et les échanges entre communautés scientifiques du Nord et du Sud, par l’ouverture de l’espace euro maghrébin à l’espace euro méditerranéen, se développent des recherches sur les migrations internationales avec l’Université de Sousse, sur les flux de compétences et le retour des diplômés tunisiens, puis sur les ingénieurs au Maghreb avec l’INTES. Au cours des années 2000, l’accent des comparaisons internationales sera mis sur les analyses historiographiques avec les universités du 9 avril et de La Manouba ainsi que l’ISHMN, sur le droit et pluralisme juridique avec la Faculté des sciences juridiques de Carthage puis la Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis, sur les pratiques de la langue avec l’EHESS et l’Université de La Manouba, sur les formes de gouvernance mondialisée et de cultures d’entreprise avec l’ISG, les industries numériques et les économies émergentes avec SupCom. Les recherches de l’IRMC ont dès 2005 été dynamisées par les programmes FSP « Appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France ». Il y avait là une politique du MAEE français d’une part de renouveler la connaissance française sur le Maghreb et d’autre part de développer la coopération avec les chercheurs maghrébins sur des approches thématiques comparées. Deux recherches internationales ont ainsi été introduites sur l’espace euro maghrébin : l’une sur « Dynamique d’agglomération des activités productives et gouvernance territoriale », l’autre sur « Les étudiants étrangers » entre autres avec les universités de Sfax et de Sousse.

carte Irmc2Du franco-tunisien au régional Maghreb et à l’international

C’est ainsi que depuis Tunis, l’IRMC a offert des potentialités de coopérations avec les institutions françaises tout d’abord. Ce fut le cas avec URBAMA (Tours), l’EHESS, l’IISMM (Paris), la MMSH et l’IREMAM (Aix-en-Provence), l’IRD, l’Université de Montpellier, l’IEP d’Aix-en Provence, l’Université de Toulouse, de Lyon, le CNAM de Paris, l’Université de Rennes, de Franche-Comté etc… Et ces attaches de l’IRMC avec la recherche française en firent un attracteur pour les Tunisiens et les Maghrébins, le maillon fort d’une chaîne de coopération. L’IRMC fonctionnait alors, depuis son siège de Tunis, comme lieu d’expressions inter sociétales et d’acquisition du métier de chercheur, outil d’accompagnement à la recherche et de confrontation des générations entre seniors et juniors. En témoignent les 12 formations doctorales internationales (20 a 50 doctorants) proposées depuis sa création. Citons aussi l’organisation de conférences et l’invitation de personnalités internationales de prestige, l’accueil de chercheurs étrangers en mission et leur mise en contact avec leurs homologues tunisiens. Notons encore en aval de la politique systématique de publications (50 ouvrages), la parution depuis 2005 de la publication annuelle Alfa puis Maghreb et sciences sociales croisant des publications multinationales, et enfin la Lettre trimestrielle comme support du rôle d’interface et de valorisation joué par l’IRMC entre les communautés scientifiques maghrébines et européennes. Le but des la création de l’Institut était que celui-ci s’insère en profondeur dans le tissu intellectuel maghrébin dans un contexte où l’Algérie se trouvait verrouillée. Une antenne avait été créée à Rabat, avant qu’elle ne s’autonomise en 1997. Par la suite l’IRMC n’en n’a pas moins assuré sa vocation régionale qui s’est confirmée par un bulletin et un conseil scientifique communs avec le CESHS de Rabat (futur CJB), ainsi que par le maintien de recherches comparatives, d’enquêtes et de liens avec le Maroc. Une coopération fut amorcée à la fin des années 1990 avec le CENEAP d’Alger, le CRASC d’Oran, puis avec le Markez El Jihad de Tripoli et l’Université d’Aix-en-Provence, par l’intermédiaire d’une allocataire de recherche en histoire. C’est ainsi que se développa un espace scientifique à l’échelle du Maghreb et à partir de Tunis, confortant une complémentarité entre les dimensions tunisienne et maghrébine de l’Institut. C’est très certainement cette forte dimension régionale, de coopération multilatérale, qui a distingué l’IRMC, l’a fait accepter par la communauté intellectuelle et l’a sauvé des risques de compromis politique dans la Tunisie de Ben Ali où, de toute manière toute recherche bilatérale eut été vouée à l’instrumentalisation, à la dépendance et à l’échec. Il prônait alors le comparatisme et la dimension méditerranéenne. Ces enjeux faisaient sens non seulement en Tunisie mais au Maghreb et au-delà, et redéfinissaient le pourtour d’une communauté scientifique transnationale et métissée, intégrant aussi des partenaires français du Proche et Moyen Orient tels l’IFPO à Damas et Beyrouth et le CEDEJ au Caire. L’Institut est alors représenté « comme un lieu d’ouverture et d’échanges préfigurant les laboratoires mixtes », une voie d’accès, pour les chercheurs tunisiens, à des réseaux internationaux.

Par delà les frontières, un trait d’union

L’IRMC a été un vivier de chercheurs. Outre ses propres personnels, intégrés dans les institutions françaises ou tunisiennes, de très nombreux chercheurs étrangers (italiens, espagnols, allemands, anglais et américains) y ont été accueillis et sont devenus professeurs ou chefs de laboratoires. Le recrutement des chercheurs tunisiens détachés (1 gestionnaire, 2 économistes, 1 socio politologue, 1 historien, 1 géographe, 1 sociologue), tout comme celui des français affectés à l’Institut (14 chercheurs) a consolidé leur expérience de l’international et de la pluridisciplinarité (ouverture de l’économie sur la sociologie, de l’histoire et de la géographie sur les sciences sociales). Ainsi parlait un collègue tunisien : « Ma mission a l’IRMC était de monter un programme pluridisciplinaire, j’étais historien et l’ouverture sur d’autres savoirs m’a transformé complètement ». De même le montage de leurs programmes, par la mise en réseaux à la fois nationaux et internationaux, les a constitués en « passeurs » vers la communauté scientifique tunisienne, maghrébine ou française, tout en s’inscrivant avec leur institution d’origine dans des échanges Sud/Sud, et en accordant ainsi une plus grande visibilité à leurs propres travaux. Dès ses débuts, l’IRMC a recruté des chercheurs tunisiens avec le souci qu’ils ne s’isolent pas de l’Université tunisienne et, bien au contraire, qu’ils constituent des points de relai avec celle-ci, en gardant un enseignement à l’université. C’est là un des points forts de la présence de l’IRMC qui a contribué à l’engagement international des chercheurs tunisiens : « Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre du CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun rapport avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec son antenne à Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même un mauritanien, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC » (chercheur tunisien détaché a l’IRMC). Plus encore, le détour par l’international a suscité un rapprochement vers les nationaux : « le passage à l’IRMC en m’ouvrant à des réseaux internationaux m’a rapproché de la communauté scientifique tunisienne » (chercheur tunisien détaché à l’IRMC). À ce titre, l’IRMC a toujours été plus qu’un partenaire bilatéral, par sa nécessité de maintenir dans l’espace de coopération franco-tunisien, une coopération franco maghrébine et internationale. L’internationalisation apparaît alors comme un outil de légitimité et de valorisation des liens bilatéraux franco-tunisiens. Il faut insister sur cette vocation privilégiée de l’Institut par delà les frontières, comme trait d’union entre chercheurs du Nord et chercheurs du Sud, eux-mêmes rattachés à une communauté qui est celle de la recherche transnationale en sciences de l’homme et de la société. Telle a été la vocation de l’Institut ces vingt années, en renforçant les SHS par la création de réseaux thématiques scientifiques internationaux. C’est la toute la fonction des réseaux, de sortir des coupures nationales et d’agir en transfrontaliers. À cet égard, l’IRMC défend une politique d’actions multilatérales : 10 nationalités de chercheurs l’ont fréquenté. Ses travaux de recherches ont porté sur autant de pays. Ses missions en Algérie ou en Libye incluent des Tunisiens à chaque déplacement en encourageant les rencontres et les relations Sud/Sud à Alger, Rabat, Tripoli, Tunis ou Paris. Il y joue un rôle de hub à l’échelle maghrébine, « synapse », lieu de connexions et d’échanges. On peut dire en ce sens, que le rayonnement de la France en Tunisie et au Maghreb est aussi passé par une coopération avec des institutions non françaises. Cette présence de la France, ailleurs que depuis la France ou ses institutions diplomatiques à l’étranger, ailleurs que dans le seul « bilatéral » jouant comme support des relations internationales, a valorisé l’IRMC comme passeur, relais et inter médiateur, faisant de lui un fer de lance du multilatéralisme scientifique.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La dimension internationale de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1205

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire

blibli
Photographie de Leila Blili

Dans mon parcours personnel, l’IRMC a été un lieu de rencontres, d’échanges, de stimulation. L’aventure a commencé avec son ancêtre, le CDTM qui a fourni aux universitaires, dès les années 1980, un cadre de travail aux spécificités particulières, à la fois d’archives (les documents de la Résidence Générale), de bibliothèque et de fenêtre ouverte sur la production scientifique française. L’IRMC, né en 1992, allait nous permettre de continuer la fabuleuse aventure de la recherche en histoire d’abord, dans les sciences sociales plus tard. L’IRMC a constitué un pont, entre chercheurs tunisiens appartenant à diverses institutions, entre chercheurs maghrébins, entre Français et Maghrébins. Cette dynamique a participé à l’introduction d’une nouvelle géographie de la recherche qui envisage de plus en plus une réflexion dans un cadre plus large, celui du Maghreb et de la Méditerranée.

Imperceptiblement, c’est à l’IRMC que les recherches en histoire ont fait éclater le cadre strictement national au bénéfice d’une approche comparative maghrébine, en particulier avec le Maroc, les conditions par lesquelles passait l’Algérie ne permettant pas des échanges similaires. Par ailleurs, à l’IRMC, l’interdisciplinarité déjà en vogue depuis le « Grand Tournant », (cf. les Annales), prend corps et initie des recherches qui associent entre autres historiens, géographes, juristes, économistes et linguistes. Pour certains, l’éclatement des frontières disciplinaires est le début d’une véritable aventure scientifique particulièrement féconde.

Sans prétendre que l’IRMC fut le seul lieu de renouvellement historiographique en Tunisie, il faut néanmoins admettre que cet institut a amarre une partie de la recherche en sciences sociales aux grands courants internationaux et a créé une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire certaine. Le dynamisme des responsables, la convivialité du lieu, la rapidité du « service », ont fait de l’IRMC un espace de recherche apprécié. Le renouvellement constant des problématiques traitées dans le cadre des programmes mis en place exprime la fécondité de l’institution et sa capacité à réfléchir aux questions d’actualité dans un contexte national et international mouvant.

Pour ma part, il m’arrive de regretter les questionnements historiques, pas seulement par sensibilité disciplinaire : dans les débats actuels sur les révolutions arabes, l’épaisseur temporelle fait défaut. En la réintroduisant, dans l’espace public et dans les lieux de recherche, on peut probablement disposer d’éléments de compréhension, sur le fonctionnement des sociétés, la place du religieux ou le statut des femmes et de la famille, qui permettent d’envisager le présent et l’avenir avec plus de sérénité ou de crainte.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Leila BLILI

est professeur d’histoire moderne et contemporaine. Directrice du département d’histoire de la Faculté des lettres, des Arts et des humanités de La Manouba.

Pour citer ce billet : Leila Blili, « Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1063

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook