Archives par mot-clé : régions

In the Mirror of the European Neighbourhood (policy): Mapping Macro-Regional Imaginations (IMAGEUN)

Par Betty Rouland et Étienne Toureille (Postdoctorant – ANR-DFG IMAGEUN – CNRS/FR)

___________________________________________________________

De rencontres fortuites peuvent émerger des recherches innovantes à l’instar du projet franco-allemand “In the Mirror of the European Neighbourhood (policy): Mapping Macro-Regional Imaginations” (IMAGEUN), qui a débuté officiellement le 1er septembre 2020. Cette recherche s’inscrit dans le cadre des appels à projets franco-allemands en sciences humaines et sociales financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) pour une période de 36 mois.

Fortuitous meetings can lead to the emergence of innovative research projects. For instance, the Franco-German project “In the Mirror of the European Neighbourhood (policy): Mapping Macro-Regional Imaginations” (IMAGEUN), which officially started on the 1st of September 2020.This research project is part of the Franco-German call for projects in Human and Social Sciences funded by the French National Research Agency (ANR) and the German Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) for a period of 36 months.

يمكن أن تفرز لقاءات غير مبرمجة مسبّقا  عن بحث مبتكر مثلا للمشروع الفرنسي الألماني « في مرآة الجوار الأوروبي (سياسة): رسم خرائط تخيلات إقليمية كلية »(IMAGEUN)، الذي  إنطلق رسميًا في 1 سبتمبر 2020. هذا البحث هو جزء من الدعوات الفرنسية الألمانية لبعث مشاريع في العلوم الإنسانية والاجتماعية بتمويل من وكالة الأبحاث الوطنية (ANR)   ومؤسسة الأبحاث الألمانية (DFG) لمدة 36 شهرًا.

__________________________________________________________

L’Union Européenne (UE) traverse une phase de profonde restructuration spatiale et sociale. En effet, son territoire s’est élargi depuis 2004 grâce à l’adhésion de 13 pays d’Europe orientale et méridionale ; elle s’est dotée d’une nouvelle constitution sous la forme du traité de Lisbonne entrée en vigueur au 1er décembre 2009 ; elle tente de se sortir d’une grave crise financière et de la montée de nationalismes autoritaires dans et autour de la région ; enfin, avec le Brexit, elle accuse aujourd’hui la perte d’un membre, pour la première fois de son histoire. Simultanément, le voisinage de l’UE subit de profondes transformations. Non seulement le «voisinage» peut se modifier par l’adhésion ou la sécession (Brexit) mais aussi en raison de changements géopolitiques, tels que le conflit en Ukraine, les effets des soulèvements populaires dans les pays arabes (Tunisie, Égypte, Syrie, Libye) et les nouvelles stratégies de puissance de la Turquie, de la Russie, de l’Iran ou de l’Arabie Saoudite. La forme socio-spatiale de l’ensemble de la macro-région qui entoure l’UE, souvent appelée le « voisinage européen », a donc considérablement changé. Au-delà de l’UE et de ses voisins, les équilibres du monde qui semblaient stables au niveau macro-régional, sont en pleine mutation. Ces transformations du découpage macro-régional du monde et les significations changeantes de « l’Europe », de l’UE et des relations avec ses « voisins » se trouvent au centre de ce projet.

Dans ce contexte, nous proposons d’explorer les imaginaires géographiques de cette macro-région et les espaces d’interactions avec lesquels elle interagit, en nous concentrant sur cinq pays clés dans et autour de l’UE : l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Tunisie et la Turquie. Trois corpus d’analyse seront traités à travers des méthodes mixtes de recherche : des enquêtes menées auprès d’étudiants dans l’enseignement supérieur, auprès d’acteurs économiques clés et l’analyse de corpus médiatiques. Ce faisant, le projet vise à contribuer aux débats universitaires contemporains sur la macro-régionalisation du monde, l’européanisation, la forme socio-spatiale de l’Union Européenne, son identité et son rôle international, mais aussi les macro-régionalisations concurrentes qui se développent à l’intérieur de l’espace d’étude constitué par l’UE et les pays voisins. Plus concrètement, ce projet est guidé par deux ambitions principales. En premier lieu, il vise à réaliser une étude comparative des imaginaires géographiques dominants de cinq pays à travers trois niveaux d’analyse géopolitique décisifs pour la formation de macro-régions imaginaires. Deuxièmement, et en plus des résultats académiques, nous souhaitons travailler activement avec les acteurs macro-régionaux. En tant que tel, la collaboration avec d’autres chercheurs, groupes de réflexions, acteurs politiques et journalistes est un élément essentiel et durable de ce projet, qui assurera une large visibilité publique des résultats grâce à l’inclusion de ces citoyens et acteurs dans le processus de recherche.

À l’origine de cette collaboration, de part et d’autre du Rhin, Veit Bachmann (Goethe University, Frankfurt) et le professeur Claude Grasland (Collège International des Sciences Territoriales, Université de Paris) sont les coordinateurs scientifiques du projet ANR-DFG IMAGEUN. Au prisme d’analyses variées (diplomatie, représentations sociales, aménagement du territoire européen), ces derniers ont porté des projets de recherche qui s’attachent à analyser les dimensions géopolitiques des relations de l’Europe avec le reste du monde (Eurobroadmap, 2012 [1]) ou dans des régions plus spécifiques (EuroGaps, 2016). Concernant l’équipe française, sont impliqués : Arnaud Brennetot (maître de conférence, UMR IDEES, Rouen),  Pierre Beckouche (professeur, UMR LADYSS, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne),  Sophie de Ruffray (professeure, UMR IDEES, Rouen),  Clarisse Didelon (professeure, UMR Géographie Cités, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Antoine Laporte (maître de conférence, UMR EVS, ENS Lyon),  Étienne Toureille (CNRS – Collège International des Sciences Territoriales) postdoctorant et coordinateur adjoint recruté dans le cadre du projet ANR-DFG IMAGEUN et Camille Dabestani, doctorante recrutée dans le cadre du projet (Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne). L’équipe allemande comprend le professeur Georg Glasze (FAU, Institut de Géographie d’Erlangen) et Laura Schuhn (doctorante à la FAU, recrutée dans le cadre du projet). Enfin, les principaux partenaires des trois pays en dehors de l’UE sont Julian Clark (University of Birmingham, Royaume-Uni), le professeur Murat Güvenç (Kadir Has Üniversitesi, Turquie), Alun Jones (University of Dublin) et Betty Rouland (IRMC, Tunis).

 

  • Figure 1 : Trois découpages du monde vus de Turquie : les fréquences d’inclusion des pays à l’« Europe », l’ « Asie », l’ « Afrique »

Note sur la figure : Les trois cartes représentent les fréquences d’inclusion des différents pays de l’espace d’étude dans trois régions du monde (l’« Afrique », l’« Asie », l’« Europe ») délimitées à la main sur des fonds de cartes imprimés par 734 étudiants turcs [2]. Les courbes de fréquence cumulées représentent la distribution des mêmes pays. Dans le premier cas, elle permet de mettre en évidence une courbe en « S » qui signale une distribution bimodale et l’existence de deux ensembles clairement distincts : un peu plus d’un tiers des pays situés sur la carte sont presque toujours intégrés à la région « Europe » (par plus de 90% des étudiants), contre deux tiers de pays qui en sont presque toujours exclus (par plus de 90%).

  • Figure 2: Fréquence d’inclusion. Dans quelle partie du monde les étudiants situent leur pays…

Note sur la figure : Ces quatre cartes représentent les fréquences d’inclusion des différents pays à la partie du monde délimitée dans laquelle les étudiants des différents pays le situent. Les tracés sont réalisés sur un fond de carte vierge du monde en projection polaire sur lequel sont tracées les frontières. La question était formulée de la manière suivante : « Sur la carte suivante, dessinez vos propres divisions du monde (15 au maximum) ? Quels noms donneriez-vous à chacune des zones ? ».

Source : Lambert N., Didelon C., 2011 pour l’Enquête Eurobroadmap (2009) [3]

English version

The European Union is in a phase of substantial spatial and social restructuring: its territory has increased through the accession of 13 Eastern and Southern European countries since 2004; it has given itself a new constitution in form of the Lisbon Treaty; it is trying to cope with a severe financial crisis and the rise of nationalism and autocratic appeal in and around it; and currently it has to work through the loss of a member for the first time in its history. Simultaneously, the EU’s neighbourhood is also undergoing severe transformations. Not only because the “neighbourhood” changes in form of accession to the EU or secession from it (Brexit), but also in light of geopolitical shifts, such as the conflict in Ukraine, the effects of the Arab revolutions (including the wars in Syria and Libya) and the power aspirations of Turkey, Russia, Iran and some Arab States. The socio-spatial shape of the entire macro-region around the EU, often termed the “European neighbourhood”, thus, has been changing substantially – and with it the relations between EU-members and non-members within this macro-region. Also beyond the EU and its neighbourhood, seemingly stable macro-regional orderings of the world are in flux. These transformations of global macro-regional ordering and the changing meanings of “Europe”, the EU and the relations with its “neighbours” are in the centre of this project.

Against this background, we propose to explore geographical imaginations of the socio-spatial shape of this macro-region and the spaces of interaction within it, focusing on five key countries in and around the EU: Germany, France, the UK, Tunisia, and Turkey. Then, three levels of geopolitical analysis will be covered: higher education systems, political stakeholders, media outlets. In so doing we will contribute to contemporary academic debates on macro-regionalization, Europeanization, the sociospatiality of the EU, and its international identity and role – including the relations with its neighbourhood and the socio-spatial shape of a larger (European) macro-region around it. More concretely, we pursue two key ambitions. Firstly, we aim to develop a comprehensive and dual comparative account of dominant geographical imaginations between five countries and three levels of geopolitical analysis decisive for shaping such imaginations. Secondly, and in addition to the academic output, we intend to not only study geopolitical agents on these levels but actively work with them for collectively developing visions on the future socio-spatial shape of the macro-region. As such, collaboration with fellow researchers, think tanks, political stakeholders and journalists is an essential and enduring part of this project that ensures broad public visibility and high political buy-in through the inclusion of these agents in the research process.

.

[1] Beauguitte Laurent, Didelon Clarisse, Grasland Claude, 2012, « e projet EuroBroadMap. Visions de l’Europe dans le monde », Politique européenne, vol. 2, n° 37, 156-167, [En ligne : 10.3917/poeu.037.0156]. Voir également les archives ouvertes du projet [En ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/EUROBROADMAP].

[2] Toureille Étienne,  2017,  La Turquie en Europe, la Turquie dans le Monde ; analyse d’une catégorie macro-régionale au regard d’une géographie des représentations de l’Europe et du Monde turco-centrée, thèse de doctorat, Université Paris 7 Diderot.

[3] in Grasland Claude (dir),  2011,  Cross country synthesis, livrable du projet « EuroBroadMap. Visions de l’Europe dans le monde », [En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00654536].

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne : ruralité vs urbanité. Quelques réflexions

La révolution tunisienne a bien eu comme point de départ les zones rurales profondes. Car il faut bien reconnaître que la ville de Sidi Bouzid ou celle de Kasserine n’ont d’urbain que le nom (à Sidi Bouzid, la ville manquait d’un hôtel digne de ce nom jusqu’à il y a 3 ou 4 ans). Sans parler des agglomérations de Menzel Bouzaiène, de Regueb ou de Meknassi qui ne sont toutes que de petits bourgs ruraux dépourvus de tout le tissu socio-culturel qui fonde la ville, et où les rapports sociaux dominants gardent un caractère, sinon tribal, du moins où l’allégeance au groupe familial est prégnante.

Mais la révolte de ces régions aurait pu connaître le même sort que le soulèvement du bassin minier de janvier 2008, qui a été réprimé à huis clos faute de relais dans les grandes villes du littoral. C’est ainsi que la diffusion de la protestation vers les grandes villes et notamment Sfax et Tunis a fait basculer la révolte en une révolution qui a conduit au départ de Ben Ali et d’une partie de sa cour mafieuse. Le rôle joué par la Centrale syndicale et notamment ses représentations régionales et par les réseaux sociaux sur Internet a été lui aussi déterminant.

D’ailleurs, l’origine rurale des révolutions en Tunisie n’est pas une première. Ainsi un détour par l’histoire, nous ramène à la révolte de Abou Yazid « l’homme à l’âne » au Xe siècle (originaire de Tozeur dans le Djérid), puis à celle de Ali Ben Ghedhahem en 1864 (originaire de Kasserine), toutes les deux sont qualifiées de révoltes paysannes contre l’État central et sa pression fiscale jugée insupportable. Ce qui rappelle par ailleurs la préférence aux consommateurs qui caractérise la politique agricole de ces vingt dernières années et qui a engendré la précarité des ruraux à l’origine de la révolution.

Mais le rôle des ruraux et notamment des jeunes parmi eux n’est pas reconnu par tous et certains cherchent à mettre en avant l’impact des villes et de certaines catégories sociales. Cela se traduit d’ailleurs, durant cette période de transition, par la faible représentativité des régions rurales dans les rouages de prises de décision.

Comme exemple des signes de cette controverse, citons la polémique sur la date de commémoration de la révolution entre le 17 décembre (anniversaire de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi) et le 14 janvier (date de la fuite du président déchu). Derrière ce débat de date se cache en réalité la revendication de la paternité de la révolution entre les ruraux et les urbains. En effet la date du 17 décembre qui renvoie à l’origine de la révolution que d’autres d’ailleurs voudraient faire remonter à janvier 2008 et au soulèvement du bassin minier, correspond bien à un soulèvement initié par des ruraux exclus des fruits de la croissance et peu touchés par la modernisation de la société, alors que le 14 janvier renvoie à la mobilisation des urbains qui à partir de début janvier ont donné une vraie dimension nationale à la révolte et ont permis le renversement du régime.

D’ailleurs il n’est pas étonnant que le premier responsable à avoir tranché, provisoirement, le débat sur la date de commémoration de la révolution en choisissant celle du 17 décembre, soit Moncef Marzouki, président du CPR, lors de son premier discours devant les membres de la Constituante qui venaient de l’élire premier président, et qui est connu par son attachement à la ruralité et revendique son conservatisme comme en témoigne le port du burnous.

Mais cette évacuation de l’opposition entre les ruraux et les urbains se reflète aussi dans les débats publics, voire même dans la manière dont les chercheurs abordent la question de la révolution et de la période de transition. En effet c’est plus souvent par le prisme de l’opposition entre les laïcs et les islamistes que la scène médiatique est occupée, scène qui reflète plus un débat qui est à l’oeuvre en milieu urbain et qui de fait exclut encore une fois les ruraux et ne leur donne pas la parole

En effet si le fait religieux peut servir de loupe pour comprendre certaines luttes pour le pouvoir au niveau des partis politiques, cette lutte en se concentrant elle aussi en milieu urbain exclut une grande partie de la population, celle du milieu rural et qui ne se reconnaît ni dans les partis de l’islam politique, ni dans ceux qui prônent la laïcité et la modernité.

Certains indicateurs témoignent de ce décalage. Ainsi en est-il du score du CPR, qui se présente comme étant à la fois progressiste sur la question de la religion et conservateur en terme de morale et de moeurs, qui pourrait être interprété comme la preuve de la rencontre entre les attentes de cette population [1] et les positions de ce parti.

Ce décalage se reflète aussi dans le vote des ruraux lors des élections du 23 octobre : faible participation corrélée avec le taux de ruralité [2]. Aussi certains ruraux ont choisi de voter pour les listes d’El Aridha pour exprimer leur rejet à la fois des laïcs et progressistes de gauche et des islamistes d’Ennahdha en votant pour d’illustres inconnus qui n’ont comme principal avantage que d’être issus d’un milieu populaire et rural. C’est le cas à Kébili, Tataouine, Kasserine, Sidi Bouzid, etc.).

Dans le cas de Sidi Bouzid, le vote en faveur de la liste d’El Aridha est interprété par certains comme un vote sanction contre Ennahdha, d’ailleurs à l’annonce de l’invalidation de la liste d’El Aridha par l’ISIE, c’est l’un des bureaux du Parti du Cheikh Rached Ghannouchi qui a été la cible des attaques des manifestants.

Au niveau recherche, les approches qui dominent la scène proposent des lectures ayant comme principale problématique celle de la place de la religion (de l’islam politique) dans la construction de l’État post révolutionnaire et accessoirement de la sécularisation de cette religion ou de sa compatibilité avec la démocratie et les droits de l’Homme.

Sans vouloir nier l’importance de ces questions, même si elles empruntent un prisme par trop extérieur à la Tunisie avec le risque de nous tendre un miroir déformant pour nous y jauger, il me semble que cela se fait au détriment d’une analyse qui replace de nouveau les rapports entre les ruraux et les urbains au centre des problématiques et qui partirait de l’opposition, toujours à l’ordre du jour, de deux visions du monde et de deux projets de société totalement différents, voire antagonistes.

En effet, il est important de souligner que les leaders ruraux sont porteurs d’un projet de société plus conservatrice, mais où la place de la religion est moins présente que celle occupée dans les projets politiques des partis implantés en milieu urbain. Et que tant que la dimension rural/urbain n’est pas prise en compte dans les débats et dans les projets de société, les ruraux se sentirons exclus et auront des raisons objectives de ne pas y adhérer.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Mohamed ELLOUMI

Agronome, INRAT

crédit d’illustration : © Agence de Promotion de l’Industrie


[1] Très peu de données sont disponibles et encore moins d’analyses sur les résultats des élections et le comportement des électeurs selon les régions, le milieu et encore moins les classes socio-professionnelles pour nous permettre de faire des analyse fines du comportement des électeurs.

[2] Selon les premiers résultats d’un travail en cours réalisé par Kawther Latiri que je remercie.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les inégalités socio-territoriales aux origines de la révolution tunisienne : défis du développement, enjeux pour la recherche

La révolution du 14 janvier a fait voler en éclats l’image d’Épinal dont bénéficiait la Tunisie jusque-là : modèle de réussite économique, de progrès social et de stabilité politique, une image savamment entretenue par le pouvoir en place et par ses soutiens internationaux !

Nul doute en tout cas que les bouleversements en cours, la force et la rapidité de leur irruption et de leur propagation à l’échelle du monde arabe contribuent non seulement à remettre en cause les modèles de développement qui ont guidé l’action des États et les politiques publiques dans la région, mais aussi à réinterroger certains schémas intellectuels qui ont dominé l’analyse des dynamiques socio-économiques et politiques des pays de la région.

A posteriori, Il est bien sûr aisé de déceler dans les vives tensions et les graves conflits qu’a connus la Tunisie au cours de la période récente (révolte du bassin minier de Redeyef en 2008, grèves sauvages et occupations d’usines, conflits pour l’eau et la terre, etc.) les signes annonciateurs de l’explosion sociale et populaire qui a conduit à la chute du régime. Mais ce regard rétrospectif sur les causes profondes de la Révolution tunisienne est désormais plus que nécessaire. Parmi celles-ci, l’aggravation des phénomènes d’exclusion sociale et les disparités territoriales croissantes qui ont accompagné les processus de développement, surtout depuis les deux dernières décennies, figurent au premier plan.

Des orientations de développement génératrices de sous-emploi et de chômage pour les jeunes diplômés

En effet, malgré une croissance soutenue au cours des années 1990 et une tendance à la diversification de l’économie (tertiarisation), la Tunisie fait face aujourd’hui à une crise majeure du secteur de l’emploi, accentuée par l’arrivée massive de jeunes diplômés, y compris une large proportion de femmes, sur le marché du travail. Ayant basé sa stratégie d’industrialisation sur le développement des entreprises exportatrices intensives en main-d’œuvre, la Tunisie a subi de plein fouet les répercussions de la conjoncture internationale liée à l’exacerbation des concurrences à l’échelle mondiale, avec pour conséquence, la disparition de milliers d’emplois industriels. L’économie tunisienne est restée largement dominée par des activités à faible valeur ajoutée, nécessitant un niveau de qualification peu élevé, et a continué de baser sa compétitivité sur la compression des coûts de la main d’œuvre, obtenue grâce à la mise au pas du syndicat. Ainsi, le développement de secteurs d’activités susceptibles d’absorber les jeunes diplômés, qui constituent aujourd’hui 60 % des nouveaux arrivants sur le marché du travail, est resté extrêmement limité (Banque Mondiale, 2011). Cette situation, ajoutée à la régression de l’emploi public et au problème de l’inadéquation entre emploi-formation, explique le taux de chômage élevé chez les jeunes diplômés et la montée des frustrations au sein de cette catégorie de population.

L’aggravation des inégalités régionales

Par ailleurs, une des caractéristiques majeures du développement en Tunisie est l’aggravation des inégalités régionales qui s’exprime notamment dans le double phénomène de métropolisation et de concentration des activités dans les régions littorales, situées à l’Est du pays (Belhedi, 1999), deux phénomènes qui n’ont fait que se renforcer avec l’extraversion croissante de l’économie. Le Nord-ouest de la Tunisie, mais surtout le Centre Ouest, où se sont déclenchées les révoltes populaires récentes, ainsi que le Sud, ont de manière générale peu profité des fruits de la croissance économique. Et au-delà des indicateurs globaux illustrant les performances du développement économique et humain en Tunisie, d’importantes inégalités persistent, voire s’aggravent, entre d’une part les régions intérieures et les zones littorales, d’autre part entre les zones rurales et les zones urbaines. Ces inégalités persistantes sont attestées par les principaux indicateurs de développement humain (conditions de vie, santé, éducation, emploi). Selon des chiffres rectifiés et publiés récemment par l’Office National de la Jeunesse, le taux de chômage parmi les jeunes (de 18-29 ans) est de 35 % dans la région du Centre Ouest, de 45 % dans le Nord-Ouest et de 50 % dans le Sud-Ouest, contre 26 % dans la région du centre Est et 30 % dans le Grand Tunis. Ce sont aussi les régions de l’Ouest de la Tunisie qui affichent les taux de pauvreté les plus élevées. L’enquête de l’INS (2005) sur la consommation et le niveau de vie des ménages classe les régions du Centre-Ouest et du Sud-Ouest comme les plus pauvres du pays avec un taux de pauvreté respectivement de 12,8 % et 5,5 % pour une

moyenne au niveau national de 3,8 %.

Marginalisation de l’agriculture dans les politiques d’aménagement du territoire

Les politiques d’aménagement du territoire mises en place de manière tardive, à la fin des années 80, dans l’objectif de corriger les disparités régionales, ainsi que les mesures incitatives pour favoriser l’implantation d’activités industrielles dans les zones rurales, se sont révélées peu efficaces en matière de création d’emplois pour les habitants des régions rurales ; alors que la part de l’agriculture dans les revenus des ménages ruraux n’a cessé de régresser.

Aujourd’hui l’agriculture ne contribue plus qu’à hauteur de 13 % au PIB et n’emploie plus que 16 % de la population active (contre 19 % pour l’industrie et 50 % pour les services). Cette régression apparaît comme une conséquence directe des processus d’ajustements structurels engagés dès la fin des années 80, du modèle d’insertion de l’économie et de l’agriculture tunisienne dans la mondialisation, qui s’est basé de manière importante sur la valorisation de ses avantages comparatifs et le développement des exportations. Dans ce contexte, la réallocation des ressources en faveur du secteur des grandes exploitations privées, la profonde transformation des conditions de l’activité agricole, notamment des conditions d’accès à la terre, à l’eau et au crédit, la hausse des coûts de production, l’endettement accru, mais aussi la dégradation des terres, contribuent à la marginalisation accélérée, voire à l’exclusion des petits agriculteurs, surtout dans le secteur de l’agriculture en sec. Aujourd’hui, une fraction importante des petites exploitations, dont le nombre n’a cessé d’augmenter en lien avec le morcellement des terres, n’est plus en mesure d’assurer la survie des ménages.

Elles deviennent principalement des espaces refuge pour les membres de la famille, y compris pour les jeunes ruraux diplômés au chômage, ce qui ne fait qu’augmenter la pression sur les revenus familiaux et exacerber les frustrations. Dans ces conditions, les stratégies de survie des populations défavorisées se sont appuyées de plus en plus sur le développement d’activités informelles, voire illégales (petit commerce), en particulier dans les zones transfrontalières (Algérie, Libye). Un rapport de la Banque Mondiale évalue la contribution du secteur informel à 38,4% du PIB et d’autres études estiment sa part à 40% dans la création de l’emploi non agricole.

Pour un renouveau des études du développement

Aujourd’hui, la question sociale, en particulier l’emploi, et celle du développement régional pèsent fortement sur les termes du débat politique en Tunisie et sur l’agenda de la transition. Dans un discours prononcé il ya quelques jours, l’actuel premier ministre a réaffirmé ces deux priorités et a annoncé une réorientation des choix budgétaires en faveur de la création d’emploi et du développement régional. De ce point de vue la Révolution tunisienne, qui apparaît comme la conséquence majeure de l’échec des politiques de libéralisation et des stratégies d’insertion à l’économie mondiale, ouvre sans aucun doute une étape nouvelle dans la réflexion sur les modèles de développement, et notamment sur la place du monde rural et de l’agriculture dans l’élaboration des modèles à venir. Cependant, le diagnostic présenté récemment par le Ministère du développement régional attribuant les difficultés du secteur agricole au maintien d’un secteur « traditionnel » en sec, pose d’ores et déjà la question des bases sociales du développement et des formes d’inscription de la Tunisie dans la mondialisation.

La période de bouleversement ouverte par la Révolution tunisienne et l’urgence des réponses à apporter à l’explosion des demandes sociales interpellent les chercheurs en sciences sociales. Leur responsabilité est fortement engagée et leur participation au débat sur les choix de société et les options en matière de développement est plus que jamais nécessaire. Alors que les études du développement sont tombées en désuétude depuis les années 1980 et qu’elles ont eu tendance à s’inscrire dans une approche économiciste des problématiques de l’intégration au processus de mondialisation, il apparaît plus qu’indispensable de réinscrire les questions du développement dans des approches holistes et interdisciplinaires du changement social.

C’est dans cette perspective globale du développement, considéré dans son caractère sociétal (Coméliau, 1993) et non pas seulement dans ses dimensions économiques qu’il convient en particulier d’intégrer l’approche des questions de l’exclusion sociale et de la pauvreté, le plus souvent réduites au traitement des coûts sociaux des réformes économiques. La renouvellement nos cadres d’analyse doit non seulement permettre de dépasser les cloisonnements disciplinaires qui ont caractérisé les recherches sur les pays du sud de la Méditerranée et du monde arabe, mais aussi les schémas binaires (Nord/Sud) dans lesquelles se sont inscrites assez largement les recherches en sciences sociales.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Alia GANA

Sociologue, CNRS/LADYSS, Paris

 

Crédit cartographique : © Giraud T. (CIST)

 

Références bibliographiques

Banque Mondiale. 5 janv. 2011 La croissance de l’économie tunisienne, une source d’emplois, http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/ACCUEILEXTN/PAYSEXTN/MENAINFR ENCHEXT/TUNISIAINFRENCHEXTN/.

Belhedi Amor, 1999, « Les disparités spatiales en Tunisie : État des lieux et enjeux », Revue Méditerranée, n° 1-2, 63-72.

Coméliau Christian, 1993, « Pour un renouveau de l’étude du développement », in Tiers-Monde, tome 34, n° 135. La réhabilitation de la demande (sous la direction de Jean-Marc Fontaine), 687-701.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook