Archives par mot-clé : recherche scientifique

L’homosexualité en Tunisie. Retour sur un terrain sensible

Monia Lachheb est chercheure en sociologie à l'IRMC, détachée de l'Université tunisienne depuis 2017. Son programme de recherche porte sur les sexualités dites non-normatives en Tunisie et au Maghreb. 

Monia Lachheb contribue à l’ouvrage collectif Terrains difficiles, sujets sensibles. Faire de la recherche au Maghreb et sur le Moyen Orient, sous la direction de Ratiba Hadj-Moussa, issu du colloque du même nom.

Rendre compte du vécu du chercheur et de celui des enquêté·e·s sur le terrain est partie intégrante de l’expérience de la recherche et témoigne de la complexité du processus de connaissance, notamment en sciences sociales. Dans cette perspective, il est question, dans cette contribution, de rendre compte d’un retour sur une expérience de terrain portant sur l’homosexualité en Tunisie.

La recherche s’est construite progressivement depuis l’émergence de l’homosexualité dans les débats publics au lendemain des soulèvements sociaux de 2011. Elle s’interroge sur les parcours de vie d’un groupe de jeunes gays et lesbiennes dans un contexte politique et socioculturel hostile à l’homosexualité. En effet, cette forme de sexualité dite « non normative » demeure, en Tunisie, une pratique illicite, définie  essentiellement par une interprétation dominante de l’islam et criminalisée par le Code pénal en vigueur. L’homosexualité constitue, à ce titre, un objet sensible et un terrain difficile qui exige la mise en œuvre de
« bricolages » méthodologiques et d’ajustements multiples pour contourner des conditions contraignantes.

Le travail de terrain ne peut pas être statique et construit selon un schéma linéaire. L’identification de la population de l’étude, la construction des relations favorables pour la collecte des données, la reconnaissance des codes de l’échange avec les acteurs/actrices, la gestion de l’affectivité qui émerge dans le cadre des interactions, conduisent à des négociations et des formes d’arrangements variées. Des situations d’enquêtes singulières sont traversées par des moments difficiles, des silences et les émotions, souvent intenses, rappellent la difficulté de dire l’homosexualité et entravent le déroulement de la narration. Les charges émotionnelles traversent le terrain d’enquête et nécessitent une attention particulière. De fait, la relation enquêteur.trice / enquêté·e·s n’est pas une simple interaction qui vise la collecte de données. Elle est aussi une relation humaine et tient donc compte de la
part affective de l’échange.

Résumé d’article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte-rendu du séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes »

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

En 2019, s’est tenu le séminaire de recherche « Migrations, mobilités et circulations intra-africaines : savoirs, critiques et méthodes ». Cette rencontre ambitionnait de documenter des interactions tissées par des mobilités aussi bien anciennes qu’émergentes, de déconstruire des catégories englobantes, peu représentatives de la condition réelle des populations mobiles dans les pays africains, dans l’optique plus générale, d’enrichir les débats scientifiques contemporains sur cette zone d’étude. Privilégiant une perspective « Sud-Sud », une attention particulière a été donnée aux travaux invitant à développer une approche critique et à décentrer le regard. Par le biais de différentes conférences, ont été mises en exergue les dynamiques dites top down et « par le bas », tout en saisissant les enjeux et les échelles de leurs processus (mondialisation, (trans)régionalisation, transnationalisme). Par la pluridisciplinarité des approches (histoire, géographie, droit et anthropologie) et la pluralité des prismes d’analyses utilisés (la diplomatie, les réseaux et routes marchands, le droit et le religieux), les interventions successives des chercheur.e.s. invité.e.s ont permis d’enrichir les débats actuels sur les migrations, les mobilités et les circulations à l’échelle intra-africaine et au-delà.

L’historienne Sophie Bessis, chercheure associée à l’IRIS, est intervenue lors de la première séance de séminaire, jeudi 28 février 2019,  sur « Diplomatie et coopération entre la Tunisie et l’Afrique de l’Ouest depuis l’Indépendance jusqu’à aujourd’hui » (cf. Lettre de l’IRMC, n° 24). L’approche « par le haut » et l’analyse factuelle développées par la chercheure ont permis de retracer l’évolution des relations diplomatiques contemporaines entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne.

Elle distingue trois temps forts de l’histoire de ces relations : la période Bourguibienne, ce qu’elle qualifie d’« éclipse tunisienne en Afrique Subsaharienne » durant le règne de Ben Ali et l’après 2011. Au lendemain de l’indépendance de la Tunisie et jusqu’aux années 1970, les relations entre la Tunisie et l’Afrique subsaharienne sont marquées par de nombreuses actions de coopération. Parmi les événements les plus significatifs, Sophie Bessis rappelle la présence militaire de la Tunisie en Afrique, avec, par exemple, l’envoi de 2 200 casques bleus au Congo en 1961 ; la participation active du pays à la création de l’organisation de l’unité africaine en 1963 ou bien la tournée de Bourguiba dans plusieurs pays subsahariens en 1965. À l’inverse, la période de Ben Ali se caractérise par un tropisme arabe et des relations résiduelles, voire inexistantes, avec l’Afrique subsaharienne. Depuis les soulèvements populaires de 2011, qui ont entrainé la chute du régime de Ben Ali, l’historienne note une reprise des relations, animées par des logiques principalement mercantiles. Elle observe, notamment, la présence croissante de sociétés tunisiennes sur le marché africain, ainsi que celle d’étudiants subsahariens en Tunisie, bien que ce nombre décroisse depuis 2012. En termes de partenariat économique, cela se traduit par l’adhésion de la Tunisie à la COMESA et le statut de membre observateur à la CDEAO.

Néanmoins, la chercheure met en lumière ce qu’elle considère comme le déni de la Tunisie face à sa dimension « africaine ». C’est ainsi que l’absence de politiques migratoires visant à régulariser la situation des travailleurs subsahariens en Tunisie illustre bien une certaine inertie du gouvernement tunisien et ce malgré la pression de la société civile. En d’autres termes, Sophie Bessis apporte des éclairages sur un sujet de recherche pionnier ouvrant de nouvelles pistes de réflexions sur le positionnement de la Tunisie en direction de la rive Sud de Sahara. 

Directeur de recherche au CNRS (LISST, UMR 5193), le géographe Olivier Pliez est intervenu jeudi 14 avril 2019, sur « La mondialisation des pauvres : loin de Wall Street et de Davos », titre de son dernier ouvrage codirigé avec Armelle Choplin [1]. Spécialiste des territoires urbains liés aux mobilités au Sahara, dans le monde arabe et en Méditerranée, ses terrains de recherche dans de petites localités marchandes au Maghreb l’ont conduit jusqu’en Asie du Sud-Est. Ainsi, Olivier Pliez propose une clef de lecture originale de l’objet géographique – et métaphorique – de la « route ». À travers l’exemple des réseaux migratoires marchands inter et transnationaux, cette deuxième séance s’inscrit à la croisée des trois dimensions proposées par le séminaire de recherche : « savoirs, critiques et méthodes ». En effet, les éléments introductifs abordent de manière critique les définitions et les représentations véhiculées par la mondialisation contemporaine. Réductrices et hiérarchisées, ces approches interprètent ledit processus via des valeurs marchandes globalisées qui seraient structurées par les firmes multinationales et excluraient, de ce fait, des populations considérées comme « pauvres ». À partir de deux terrains de recherches, des souks en Algérie et en Libye, le chercheur démontre non seulement que des routes commerciales « discrètes » se créent en dehors de celles tissées par les firmes multinationales, mais que les acteurs de ces réseaux marchands « du quotidien » sont totalement intégrés au système mondialisé. En d’autres termes, sa méthodologie de recherche souligne l’importance de « suivre » des routes commerciales afin de les reconstituer. Olivier Pliez explique de quelle façon de nouvelles formes de territorialisation émergent de ces routes commerciales discrètes à l’instar de la ville chinoise de Yiwu, spécialisée dans le marché du gros, où des quartiers sont réinvestis par ces acteurs marchands maghrébins. Lors des échanges avec le public, les discussions se sont penchées sur des aspects aussi bien méthodologiques que théoriques : comment « suivre » les objets de recherche ? Comment redéfinir la figure contemporaine du « pauvre » ou (re)conceptualiser le transnationalisme par le bas ?

Organisée jeudi 28 novembre 2019, la troisième séance de séminaire accueillait Delphine Perrin, juriste et politiste chargée de recherche à l’IRD, invitée pour présenter son dernier ouvrage Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel [2] codirigé avec Sylvie Mazzella. Issu d’un colloque international, cet ouvrage collectif réunit quatorze auteur.e.s provenant de champs disciplinaires variés. Les thèmes de recherche développés recouvrent ainsi une pluralité d’acteurs, de contextes et de prismes d’analyse pour saisir les enjeux des mobilités de l’Europe au Sahel.

Le propos de la conférencière ne s’est guère attardé sur les spécificités des contributions mais a plutôt introduit les idées fortes et transversales de l’ouvrage. Du point de vue de la place du droit dans les approches et les pratiques de la migration, Delphine Perrin souligne un processus de  diffusion de la juridicisation des migrations et les impacts du droit sur les mobilités. Une autre idée transversale de ce livre porte sur la dimension transrégionale des dynamiques et des politiques migratoires, invitant à dépasser le seul rapport « Nord-Sud ». Elle ajoute, par conséquent, qu’il faut aller au-delà de cette idée de « subalternité Nord-Sud » à l’image des États maghrébins qui participent à la fabrique des discours et des lois sur les migrations. D’ailleurs, Delphine Perrin insiste sur le fait que les dynamiques maghrébines s’inscrivent dans des échelles plus larges mettant en exergue un élargissement du « limes » méditerranéen. De même, la juriste note l’importance des articulations entre les dynamiques juridiques et l’évolution du contexte social et géopolitique de ces quinze dernières années avec les orientations restrictives et répressives des migrations (exemples donnés de l’Algérie, du Niger, de la Tunisie). À propos du délit de solidarité et du processus de criminalisation à l’encontre des migrants « irréguliers », Delphine Perrin explique que cela n’a rien de nouveau dans le droit tunisien car il existe un délit de « non délation ». Les discussions avec la salle ont abordé la question des frontières en mouvement et, notamment, la problématique des frontières maritimes, le nouveau positionnement du Maroc en tant que « modèle » et la place de la société civile marocaine, les possibles écarts entre la juridicisation et les réalités migratoires locales, ainsi que le rôle joué par les organisations internationales telles que le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés ou l’Organisation Internationale pour les Migrations.

Enfin, c’est l’anthropologue Sophie Bava qui a clôturé le séminaire de recherche jeudi 12 décembre 2019,  en présentant ses travaux empiriques sur « La formation religieuse chrétienne au Maroc : la naissance de nouveaux entrepreneurs religieux ». Chercheure à l’IRD, ses travaux se focalisent sur les migrations africaines sous le prisme de l’anthropologie religieuse du mouvement, à savoir, les constructions religieuses musulmanes et chrétiennes entre l’Afrique méditerranéenne et subsaharienne. Sophie Bava explique que cette recherche est une réflexion anthropologique nourrie du travail d’un photographe et qui a donc pour vocation à être partagée. L’anthropologue revient ensuite sur le fait que la migration représente un temps où l’on questionne sa foi, un temps qui se caractérise aussi par l’immobilité et l’ennui, enfin, un temps d’indépendance et donc de négociations qu’elle qualifie de temps de « butinage religieux ». 

Dans les années 1990, alors qu’il n’y a plus qu’un pasteur au Maroc et que les églises y sont très peu fréquentées, l’Église a su s’adapter à l’arrivée des premiers étudiants originaires de la rive Sud du Sahara. D’une part, la chercheure démontre que l’Église a bien un projet fédérateur pour le Maroc, caractérisé par l’octroi de bourses, la formation œcuménique avec l’Institut Al Mowafaqa, mais surtout les tentatives d’encadrement des églises de maison. D’autre part, le « culte à la régularisation » exemplifie la manière dont la théologie répond à des questions d’ordre sociologique, une théologie qualifiée de « pratique » voire « pragmatique » par la chercheure. Tandis que les fidèles prient pour régulariser leur situation administrative, les prêcheurs mobilisent les récits bibliques, à l’image de celui de Moïse qui renvoie à la figure du migrant. Les différents temps théologiques (passage, ancrage, installation, etc.) présentés ne sont pas chronologiques comme le rappelle la conférencière : « on les fait vivre au temps de la migration ».

Sophie Bava élargit la réflexion et explique que le christianisme, au Maroc, pose d’autres questions sur la diversité religieuse dans une dimension africaine. Par une stratégie de diplomatie religieuse, il confirme progressivement son rôle de médiateur entre l’Europe et l’Afrique.

[1] CHOPLIN Armelle, PLIEZ Olivier, 2018, La mondialisation des pauvres : Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil-La République des idées

[2] MAZZELLA Sylvie, PERRIN Delphine, 2019, Frontières, sociétés et droit en mouvement. Dynamiques et politiques migratoires de l’Europe au Sahel, Bruxelles, Bruylant

Compte-rendu initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée

Amin Allal est chercheur CNRS en sociologie politique, affecté à l'IRMC depuis octobre 2017. Il est actuellement core researcher dans le programme européen "ERC DREAM". Ses recherches explorent la politique des classes populaires, en se concentrant sur diverses scènes d'interactions sociales telles que les mobilisations dans le monde du travail ou les programmes de «développement» orientés vers les «pauvres». Il s'appuie sur des méthodes qualitatives (ethnographie et entretiens non directifs) afin d'analyser l'action collective dans des contextes locaux comme les banlieues paupérisées de Tanger et Tunis, ainsi que la région minière de Gafsa en Tunisie.

Alors que depuis 2011, au Maghreb, de multiples « luttes sociales » se succèdent, aucun programme de recherche transversal ne prend à bras le corps la question de la centralité politique du travail, c’est-à-dire celle des recompositions des rapports au politique, en lien avec le travail effectué ou escompté. L’objectif de ce programme est précisément de repenser les formes de représentation des travailleurs, de saisir les rapports entre monde du travail et champ politique, de penser les tensions de la citoyenneté. Il vise, en effet, à examiner les mutations contemporaines des rapports au politique pour des sujets fortement dépendant d’une activité économique centrale. Partant des relations conflictuelles (protestations collectives, contre-conduites individuelles, etc.) mais aussi plus « ordinaires » ou routinières (rapport au patronat local, à l’administration ou à différentes agences publiques), j’étudie l’émergence des formes de citoyenneté dans ces contextes maghrébins.

Présentation générale

Pour aborder ces questions de façon comparative, nous avons, avec deux collègues du CNRS, Karel Yon et Samuel Hayat, pris l’initiative de créer un réseau pour encourager les échanges entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Grâce à cette équipe internationale, ont notamment été organisés un colloque international les 25 – 27 juin 2018 à Tunis [1],  plusieurs séances de séminaires et ateliers (notamment lors du congrès de l’Association Française de Science Politique à Bordeaux les 2 et 3 juillet 2019).

Le projet « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et politique (2019-2022) » [2] a obtenu un financement de la part de l’ANR qui a permis le lancement d’enquêtes et ateliers de travail. D’ailleurs, une enquête sur le déploiement d’une multinationale au Nord (Espagne et France) comme au Sud (Maroc, Tunisie) est actuellement en cours. Menée par huit membres de l’équipe, elle permettra de comparer les situations industrielles françaises, espagnoles marocaines et tunisiennes. Un atelier a été programmé les 6 – 10 juillet 2020, à l’occasion du congrès de l’Association Internationale de Sociologie de Langue française à Tunis.

Premier output de ce travail, le numéro « Mondes du travail : mutations et résistances » [3] de la revue Confluences Méditerranée, que j’ai codirigé avec Élisabeth Longuenesse et Michele Scala, est paru en 2019.

Ce programme de recherche reprend à son compte l’analogie fondatrice de la citoyenneté politique qui lie les citoyens à un État, pour la redéployer sur les problématiques du travail. Il ne s’agit pas d’en donner une vision enchantée, bien entendu, mais au contraire, de s’appuyer sur les ressources que donne l’étude critique du rapport entre les États et « leurs citoyens », pour enrichir le regard sur les rapports de travail et les rapports des travailleurs aux différentes autorités constituées. Cette analogie permet de mettre en lumière trois éléments qui constituent autant de sous-axes du programme de recherche.

Trois sous-axes de recherche

 Appartenances au travail

 Cette analogie de la citoyenneté indique que la relation de travail passe toujours par la constitution de collectifs, de communautés, de corps. Les individus y sont, certes, des sujets de droit, mais toujours définis par des relations d’appartenance à une communauté de production, mais aussi au territoire d’implantation de cette communauté, à la galaxie constituée par les chaînes de dépendance entre les travailleurs, leurs entreprises et d’autres, etc. Depuis 2015, je coordonne un travail en réseaux sur ces questions avec des collègues d’Algérie, du Maroc et de Tunisie.

Sujetion et citoyenneté

 Les individus, membres de ces collectifs créés par la relation de travail, sont, vis-à-vis de lui et des autorités diverses qui le créent, comme corps dans un rapport de sujets. Tout d’abord, ils y sont assujettis, c’est-à-dire dans un rapport de sujétion aux règles de ce corps mises en œuvre par ces autorités. Pour autant, ils sont dotés d’une certaine capacité d’action. De ce point de vue, l’analogie de la citoyenneté industrielle ouvre vers l’étude des formes de participation, de contestation mais aussi de représentation, de délégation, d’obligation que connaissent les travailleurs vis-à-vis de leur travail et des autorités auxquelles ils sont soumis en tant que travailleurs. Nous avons posé de premiers jalons analytiques sur cette question, en interrogeant de façon comparative la notion d’économie morale, grâce à l’ouvrage collectif, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières [4].

Les normes et règles de la citoyenneté

Enfin, par « citoyenneté industrielle », l’accent est mis sur le fait que ces formes d’appartenance, de sujétion et de participation sont éminemment réglées, normées. Les relations de production sont organisées par des règles de droit, des règlements intérieurs, des accords, une pratique usuelle de ces normes, parfois des coutumes. Et ces règles sont, comme dans la citoyenneté politique, à la fois le cadre et l’enjeu des relations entre travailleurs et entre les travailleurs et les autorités qui s’imposent à eux.

Ces trois entrées permettent de saisir, dans leur continuité, les rapports multiples qui organisent le processus de travail et l’inclusion des travailleurs comme groupe de sujets, à la fois soumis et agissants dans une communauté de travail réglée et normée. La recherche se déploie en plusieurs études de cas. À ce stade, nous avons avancé (individuellement mais aussi avec une équipe maghrébine constituée) sur l’enquête de terrain dans différentes régions sélectionnées (Kasserine, Gafsa, Grand Tunis, mais aussi Ghardaïa en Algérie et Tanger au Maroc). Je mène, depuis trois ans, des investigations, par observations in situ et par entretiens dans plusieurs gouvernorats sur des situations de travail contemporaines, notamment des usines qui ont connu des mobilisations ces dernières années, mais aussi plus anciennes (travail d’archives sur le fonds de la Compagnie des Phosphates de Gafsa).

[1] Les actes de colloques sont en cours de publication dans la revue Critique Internationale.

[2] Projet IRMC mené en partenariat avec le laboratoire CERAPS et l’Université́ de Lille.

[3] ALLAL Amin, SCALA Michele, LONGUENESSE Elisabeth, 2019, « Mondes du travail : mutations et résistances », Confluences Méditerranée, n° 111. [En ligne ici]

[4] ALLAL Amin, CATUSSE Myriam, BADIMON Montserrat Emperador, 2018, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica ».

Présentation de programme de recherche initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain

Jamie Furniss est anthropologue, Maître de conférence à l'Université d'Edimbourg, chercheur MEAE à l'IRMC depuis mai 2019. Retrouvez son profil complet ici.

« Lecturer » (Maître de conférences) en anthropologie à l’Université
d’Edimbourg, j’ai rejoint l’IRMC en mai 2019. Depuis ma thèse en développement international qui abordait les conceptions du « développement » et les pratiques de sa mise en œuvre à travers le
cas des ramasseurs-recycleurs de déchets informels au Caire, mes recherches portent principalement sur les questions de développement, d’environnement et d’économie, abordées par l’entrée thématique des déchets. J’étudie, principalement sur le terrain égyptien, les représentations, les pratiques et les
circulations transnationales des déchets depuis 10 ans.

Persuadé de l’importance concrète ainsi que de l’intérêt disciplinaire du sujet de l’environnement, et en particulier des déchets et du recyclage, au Maghreb, mon objectif pour les années à venir est
d’ouvrir un nouveau chantier de recherche, à partir de la Tunisie, sur
« Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Les déchets fournissent une entrée concrète pour étudier comment la crise écologique contemporaine est vécue dans la région du Maghreb et la manière dont la région
s’inscrit dans cette problématique actuellement au premier plan de l’agenda international. La pertinence des déchets ne se limite pas aux enjeux écologiques, car ils constituent également une porte
d’entrée pour aborder les questions économiques, politiques et sociales qu’ils donnent à voir.

Mon projet se décline en deux principaux axes, dont le premier consiste en des enquêtes ethnographiques sur les filières de recyclage.

L’économie circulaire qui existait déjà

Afin de circonscrire le terrain et de poser un chantier réalisable, mon
objectif ici est de retracer une ou éventuellement deux filière(s) de
recyclage afin de mettre en lumière leurs lieux, acteurs et techniques. Les facteurs qui contribuent à l’émergence et à la
structuration d’une « filière » (« suite de personnes en rapport les unes avec les autres, servant d’intermédiaires à une activité ») sont en soi intéressants et complexes, ils mériteraient de faire l’objet d’une réflexion plus ample. Par exemple faut-il considérer que les
déchets ménagers constituent une filière et les déchets industriels une autre ? Faut-il considérer que les déchets traités par le secteur public, le secteur privé sous contrat de délégation et le secteur
privé dit « informel » constituent trois filières différentes ?

Ma préconisation est de définir les filières en fonction des matières, en distinguant la filière du plastique, celle du métal, celle des fripes, etc. Je fais ce choix pour plusieurs raisons. Premièrement, il s’agit d’une définition ethnographique, c’est-à-dire qui correspond à l’expérience du métier des recycleurs plutôt qu’un système ou une
théorie. Deuxièmement, un des partis pris du projet est d’étudier l’« économie circulaire qui existait déjà ». Cette décision se justifie, sur le plan disciplinaire, par le fait que l’étude des « économies circulaires réellement existantes » permet d’apporter des
éléments de réponse à une question économique et écologique primordiale, à savoir : sous quelles conditions une circularité des matières et des ressources est-elle possible ? L’étude de ces
« success-stories » permet également de problématiser l’idée que les pays des « Suds » suffoquent sous les immondices et les détritus, alors que les pays de la rive « Nord » de la Méditerranée auraient réglé le problème à travers une maîtrise technicienne des déchets. Un grand nombre des acteurs les plus innovants de ce qu’on peut appeler l’économie circulaire n’ont pas attendu la création de
cette étiquette pour se lancer. Ces recherches permettent en même temps de critiquer la notion d’économie circulaire, car il ne suffit pas de l’« inventer » ou de la nommer pour la créer. Il existe des contraintes géographiques, politiques, économiques et matérielles qui rendent possible ou impossible la circularité des matières dans des conjonctures précises.

La ferraille et le plastique semblent être les meilleurs choix dans ce contexte. Malheureusement le verre et le carton (pour prendre deux autres exemples de matières très répandues) ne semblent pas avoir donné naissance, en Tunisie, à des « économies circulaires » extrêmement développées. Les déchets de démolition constituent de toute évidence un problème de politique publique majeur en Tunisie car ceux-ci ne sont presque jamais déposés dans les décharges. Le manque de circularité au sein de ces filières incite à les enlever de mon enquête, sans nier l’importance du problème. La fripe est un sujet de très grand intérêt en Tunisie qui fait l’objet
d’enquêtes de la part d’autres chercheurs. Si elle permet, entre autre, de donner à voir l’interconnexion des flux mondiaux liés à la consommation, elle ne touche à mon sens qu’indirectement à la crise écologique, que je souhaite mettre au cœur de mon projet.

Ma manière de concevoir les filières dans le cadre de ce projet met donc au premier plan la « matérialité » des déchets. Celle-ci détermine leur recyclabilité à travers des facteurs comme les prix au kilo (et donc l’incitation économique à les recycler), les procédés techniques nécessaires (tri, lavage, fonte, etc.) et les cadres
réglementaires spécifiques (e.g. monopole d’État sur l’achat de la
ferraille). La discipline anthropologique envisage souvent la réalité comme une construction sociale malléable, sans essence ou noyau irréductible. Cette épistémologie reste importante dans le deuxième axe de mon projet orienté vers le déchiffrage des comportements, par exemple, à travers l’étude des conceptions de catégories comme
« environnement » ou « pollution ». Mais je suis persuadé que les caractères objectifs, tangibles et incontestables de différentes substances sont un facteur prépondérant pour le recyclage. L’épreuve du terrain le confirme puisque les économies de recyclage sont presque toujours structurées autour de matières et l’action la plus centrale pour le recyclage est la séparation selon le type de matière.

Quel « type » de problème constituent les déchets ?

Le deuxième axe de mon programme s’adresse à la spécificité, la variabilité socioculturelle et historique des catégories d’« environnement » et de « pollution », autour desquelles les
communautés internationales cherchent actuellement à se mobiliser. Le caractère « environnemental » de la crise des
déchets doit être, à mon sens, une question empirique plutôt qu’un acquis conceptuel. Mon postulat, autrement dit, est que les catégories d’« environnement » et de « pollution » ainsi que les « imaginaires environnementaux » s’emboîtent dans des registres éthiques, moraux, esthétiques et politiques spécifiques au contexte.

M’abstenant de réflexions sur le fait que le pays est « sale » en raison de la « mentalité » des Tunisiens et le manque de conscience environnementale, je considère qu’il est nécessaire dans cet axe du projet d’adopter une posture relativiste à l’égard à la fois du caractère du problème posé par les déchets et des éventuelles nuances qualitatives du concept environnement. Les accumulations de déchets dans l’espace public et les plastiques le long du littoral en
Tunisie sont une réalité indéniable, mais comment cette réalité est-elle comprise par les Tunisiens ? Il peut être utile de se rappeler dans ce contexte que si les déchets ont toujours posé problème (sanitaire à l’époque de la théorie miasmatique, de rareté des ressources, etc.), les sociétés euro-américaines ne les conçoivent pas comme un problème environnemental avant les années 1970.

J’espère donc pouvoir trouver d’autres sources, par exemple dans les manuels scolaires de géographie et d’éducation civique notamment, dans les archives autour de la création du ministère de l’Environnement tunisien, ou dans le syllabus obligatoire sur les « droits de l’Homme » durant l’époque de Ben Ali.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue en octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Etre chercheur au temps du Coronavirus : « le retour à la vraie vie » ?

Oissila SAAIDIA
Professeur des Universités en Histoire contemporaine
Directrice de l’IRMC

Tunis, le 3 avril 2020

Alors que le confinement est perçu par l’écrasante majorité de la population comme une période extra-ordinaire, dans le sens premier du terme, c’est-à-dire hors de l’ordinaire, il est pour les chercheurs en sciences humaines et sociales un moment qui relève aussi de « la vraie vie » du chercheur. En effet, le temps de la recherche se répartit, dans ses grandes lignes, en deux moments forts : celui de la collecte de l’information et celui de son traitement. Si dans la première étape du travail scientifique, le chercheur est un être social au contact du monde, dans la seconde étape, il se transforme en reclus. Depuis son bureau, il semble alors s’isoler, y compris de ses proches. Ces derniers doivent apprendre à composer avec ce moment de l’enfouissement, ce tournant décisif où ils savent qu’il va devenir difficile de respecter les usages d’une vie « normale », notamment durant les week-end et les vacances, pour entrer dans un espace-temps assez proche du monastère. Le plus souvent retiré dans son bureau, le chercheur classe, analyse, interprète pour construire, donner à lire et à penser le monde. Absorbé par son objectif, il semble imperméable à toute autre préoccupation. 

Et pourtant cette période de confinement volontaire n’est pas un repli sur soi qui met hors de la société. Le chercheur n’écrit pas pour lui-même mais pour proposer une lecture qu’il soumet à la communauté scientifique et dont il espère qu’elle servira bien au-delà. Pour parvenir au but, il est nécessaire de lire (beaucoup) tout en poursuivant un laborieux travail d’écriture mais aussi de favoriser les échanges avec les collègues pour vérifier avec d’autres la pertinence de ses résultats. Paradoxalement, le confinement, quand on lui fixe un cadre et un objectif, devient fécond et la crise sanitaire générée par le Covid-19 se révèle déjà propice à de nouvelles hypothèses et au débat. Le Coronavirus oblige chacun d’entre nous à interroger son propre terrain de recherche et à y puiser des pistes pour essayer de donner plus d’intelligibilité au monde qui nous entoure.

Le géographe sera attentif aux différentes échelles d’analyse mobilisées pour la compréhension de la diffusion d’un virus parti d’un marché chinois en décembre 2019 avant de toucher le monde entier aujourd’hui. Il reviendra aussi sur la question des mobilités et des circulations qui sont au cœur de nos sociétés contemporaines et qu’immanquablement cette crise amènera à reconsidérer. L’historien, de son côté, sera interpellé par le caractère « répétitif » des grandes épidémies, notamment de la peste noire du XIVe siècle à la grippe espagnole de 1918, et ne manquera pas de rappeler cet adage qui lui est cher : « l’histoire ne se répète jamais, mais elle bégaie étrangement ». Il reviendra au politiste de repenser le politique à la lumière d’un événement d’envergure mondiale qui questionne tous les jours le fonctionnement de nos institutions démocratiques. Une des grandes nouveautés de ces dernières années reste la valorisation du  « principe de précaution ». Nos élites dirigeantes ont appris à l’intégrer dans leur discours, mais sans pouvoir échapper à un cruel dilemme, choisir, dans des pays fragilisés, entre santé et paix sociale, protection sanitaire et accès de tous aux biens indispensables. Des choix cornéliens auxquels les dirigeants ne peuvent échapper car il n’est pas possible de penser les uns sans les autres. Quant aux sociologues, leurs analyses sont précieuses pour comprendre l’émergence de nouveaux modes d’être en société et analyser les recompositions en cours que le Covid-19 ne fait qu’exacerber. Comment penser le religieux dans un monde confiné où les lieux de culte ont été très vite fermés car perçus comme des lieux potentiels de grande propagation de la maladie et relevant des activités non essentielles ? Beau paradoxe, dans ce monde de l’incertain, que de considérer ces lieux vécus comme le siège de l’espérance par des milliards d’individus comme ne relevant pas de l’indispensable, sans contestation apparente de la part des fidèles. Mais les faits sociaux ne se résument pas au religieux, ils englobent tous les aspects de l’existence (le sport, la danse, le travail et les loisirs, la contestation sociale etc)… et le rapport à la mort. C’est bien toute notre vie sociale qui est touchée.

Cette crise sanitaire interroge aussi les anthropologues face à un phénomène d’ampleur planétaire qui met en évidence la diversité des réponses apportées pour combattre l’épidémie. Or, l’une des ambitions de l’anthropologie n’est-elle pas de penser l’humanité au-delà des « barrières » politiques, linguistiques, culturelles pour s’intéresser à l’humain dans son « essence » ?  La situation provoquée par le Covid-19 offre une opportunité unique de penser un même objet à l’échelle de toute la planète.

Je pourrai allonger la liste des sciences humaines et sociales, évoquer les effets probables de cette expérience inédite sur la littérature ou la philosophie par exemple. Mais l’objet de cette chronique est seulement de rappeler l’importance du rôle critique joué par les sciences humaines et sociales dans un monde qui semblait définitivement voué aux impératifs de la rentabilité et aux lois du marché. Si mon propos est resté général, dans les jours à venir des exemples précis seront proposés par des chercheurs de l’IRMC pour montrer comment leur spécialité nourrit leur approche de cette vie en mode coronavirus et nous donne à (re)penser notre monde.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne

Yadh_ben_achour
Photographie de Yadh Ben Achour

Mes premiers contacts avec l’IRMC remontent au temps où il se nommait le CDTM. J’allais visiter la bibliothèque de l’avenue de Paris dans ce centre consacré à la Tunisie et au Maghreb, et en particulier pour consulter l’Annuaire de l’Afrique du Nord que l’on considérait comme un instrument de recherche de première qualité et très exhaustif. Mais depuis tout s’est transformé, le CDTM est devenu l’IRMC et L’Annuaire est devenu L’Année du Maghreb. Comme on le voit là, les titres et les nominations des institutions de recherche ou des revues changent comme le climat, et cela prouve déjà que les sciences sociales sont vraiment des sciences « sociales » au sens propre du terme ; c’est-à-dire que comme l’IRMC elles évoluent avec les sociétés, ce qui relativise beaucoup leur caractère « scientifique ». On voit en effet mal les sciences physiques, astrophysiques ou chimiques se modifier en fonction des sociétés, elles ne changent qu’en référence aux découvertes qui sont intrinsèques à la science concernée et validées par cette seule science.

On allait donc à l’IRMC chercher l’information sur le monde arabe, et pas seulement sur le Maghreb et la Tunisie. Il est resté aujourd’hui un centre d’attraction qu’il faut protéger et dont il faut garantir l’indépendance, le suivi des travaux et des publications. Il en est de même pour sa bibliothèque extrêmement riche en revues avec des exemplaires uniques en Tunisie. À l’époque, c’était déjà un instrument de recherche très utile, et un point de rencontre important pour l’organisation des conférences malgré l’exigüité du lieu. Dans une deuxième phase, j’ai fait partie du comité de suivi dans le cadre de réunions soit à Paris soit à Tunis. Je dois avouer que ce comité ne m’a pas toujours semble jouer son rôle. Les réunions étaient la plupart du temps formelles, on y discutait des programmes de l’IRMC certes, mais je n’en n’ai pas gardé l’idée d’un organisme de direction ou d’inspiration, on n’a jamais cherché à savoir si les décisions qu’on prenait étaient suivies, exécutées. Ce n’est peut-être pas plus mal, parce que l’IRMC, avec des personnalités scientifiques d’excellente qualité à sa tête, avait une autonomie, une autosuffisance par rapport à ses institutions de contrôle, et en a fait bon usage pour la recherche. Tout cela avait un caractère plus diplomatique que réellement de recherche, le comité de suivi c’était pour la « tazkya » politique, comme on dit, entre les deux États. On était dans un régime très musclé, il fallait des autorisations, la recherche à l’époque de la dictature était vraiment une aventure.

Droit et sciences sociales

bouquin Yadh Ben Achour La-deuxiemme-FatihaJ’avais demandé, dans ce comité de suivi, que le droit soit mieux représenté à l’IRMC. Il y a en effet dans le domaine des sciences sociales une rupture entre la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, avec le droit. Il est vrai que les juristes sont en général des positivistes qui ennuient les sociologues et les anthropologues, et agacent les historiens. Ils considèrent le juriste comme un homme de texte et le droit comme une science abstraite et formelle, intemporelle et même irréelle, qui ne tient pas compte des réalités sociologiques. Quand au juriste, il leur rend bien la politesse car il estime que les anthropologues et les sociologues perdent la notion de la norme, oublient qu’elle fait partie de la réalité, alors que la norme juridique comme la norme morale est partie prenante de notre conduite quotidienne. Il y a une sorte d’absence de convivialité entre les uns et les autres. Or, je considère qu’aujourd’hui le droit a beaucoup évolué avec les sciences sociales, les juristes ne sont plus des positivistes. La science du droit a changé grâce d’abord à l’histoire du droit depuis l’école allemande, puis à la sociologie et l’anthropologie juridiques, à la philosophie du droit, la linguistique juridique, autant de disciplines que le juriste ignorait il y a un certain temps. C’est également vrai pour les sciences sociales qui ont de plus en plus tendance à considérer le fait juridique comme faisant partie de leurs propres investigations, surtout l’analyse de la jurisprudence, on le voit beaucoup par exemple dans l’école réaliste américaine. Il y a une ouverture incontestable des sciences sociales vers le droit, de telle sorte qu’aujourd’hui on n’a plus aucune raison de maintenir cette séparation. Le droit est une science sociale comme les autres, et je dirai même qu’il se situe à la croisée des chemins des sciences sociales parce qu’il n’enferme pas dans une discipline. Un juriste peut tout autant étudier le droit sous son aspect historique ou sociologique. Puis le droit et les autres sciences sociales ont une préoccupation commune qui est la quête de la preuve. La question des preuves est centrale pour le juriste : c’est le fardeau de la preuve, les présomptions, les preuves authentiques, les preuves formelles, le commencement de preuve, la preuve parfaite… Le problème fondamental d’un juriste, en droit civil mais aussi en droit administratif puis pénal, est toujours comment prouver les faits, les actes, la volonté d’un mort, d’un vivant et même d’un homme à naître. Le juriste étudie cela dans sa petite chapelle de juriste mais les mêmes difficultés et les mêmes méthodes se retrouvent dans la science historique, l’historien agit très souvent quasiment comme un juge d’instruction, on les retrouve chez l’archéologue, chez l’anthropologue, le sociologue : comment à partir de choses inconnues ou faiblement connues on va parvenir à l’établissement de faits ? Mais en sciences sociales la preuve n’atteint jamais le degré de l’évidence comme en sciences expérimentales ou en mathématiques, elle n’est qu’une lecture possible des faits. À ce propos j’avais écrit un article à paraître, « La tunique de Joseph, la construction des faits et de leurs preuves en sciences sociales ». J’y montre que la tunique de Joseph prend des significations multiples. Dans l’ancien testament elle est utilisée contre lui par la femme de Potiphare comme pièce à conviction pour établir sa culpabilité. Pour le même fait, déchirée par derrière, elle a été comprise par le texte coranique comme la preuve de l’innocence d’un bel homme fuyant les entreprises amoureuses d’une femme infidèle. Ou encore dans d’autres lieux et temps, face à une présomption de décès, comme la preuve d’une mort accidentelle.

La contribution de l’IRMC au développement des sciences sociales

Elle est de premier ordre en Tunisie. Car nous avons une science sociale fermée sur elle-même, pouvant être marquée politiquement, très perméable aux nationalismes, aux idéologies. C’est le cas de toute la sociologie arabophone, crispée et influencée par le nationalisme, faisant de la question linguistique une question centrale et conflictuelle. L’IRMC est un excellent conducteur pour développer cette recherche en sciences sociales que l’on estime supérieure ; supérieure parce qu’elle est ouverte sur le monde, parce qu’elle ne fait pas de l’opposition entre l’Occident et le reste du monde une question existentielle ; c’est la tendance humaniste d’une sociologie et d’une anthropologie qui croient dans les valeurs de l’universel et de la modernité.

L’IRMC est le contre point apporte à toutes ces tendances localistes, à la limite indigènes et du coup indigentes des sciences sociales, et nous devons conserver un vecteur de ce type-la dans notre pays. L’IRMC peut jouer un rôle de pont, que nos laboratoires ou facultés ne peuvent pas jouer parce qu’il existe un mur, un conflit permanent au sein de nos universités entre les francophones et les arabophones, les universalistes et les nationalistes. On retrouve ce conflit partout même dans la composition des jurys de thèse ou de mémoire, dans les élections au Conseil scientifique, du Département, du Doyen, on juge les gens de telle ou telle tendance en fonction de leurs prédéterminations idéologiques. Ces lieux ne sont pas des lieux de pacification ou de réconciliation. Alors que l’IRMC en tant qu’acteur neutre non engagé dans les questions politiques de la Tunisie, peut jouer un rôle de conciliateur entre ces tendances, il peut organiser des séminaires et des colloques communs, appeler les uns et les autres pour exposer leur point de vue dans ses locaux, et varier les publics. L’IRMC c’est également l’ouverture sur les langues, pas seulement le français mais également sur l’anglais : ce qui se fait actuellement en anglais dans le domaine des sciences sociales est énorme et notamment en matière d’islamologie nouvelle. L’utilisation linguistique a des significations. Quand on est arabophone et uniquement arabophone, c’est une pratique d’indigénat, quand on utilise le français comme langue de recherche et d’enseignement c’est un pas vers l’international, et quand on pratique le français et l’anglais et que les trois langues deviennent langues de travail, nous aboutissons à un haut niveau d’internationalisation.

La révolution tunisienne est la chance de notre génération de chercheurs

1280px-AssembléeConstituanteTunisienne22Nov2011_1
Photographie de l’Assemblée nationale constituante tunisienne

Pourquoi ? Parce qu’elle nous met devant une réalité que nous n’avions saisie qu’à travers les livres. L’idée de révolution chez les juristes nous la connaissons dans des cours, mais c’est du papier, ce n’est pas de la réalité. Lorsqu’on dit que la révolution régénère le droit, institue une nouvelle légalité à partir de la violation de la réalité, c’est un problème livresque. Mais la révolution tunisienne nous apporte l’expérience et nous met devant des réalités de ce type-la. Et cela implique pour le juriste de reformuler totalement ses méthodes parce qu’il y a là une matière vivante sur laquelle il peut intervenir. J’ai vu quelques juristes continuer à travailler sur le droit comme s’il ne s’était rien passé, ce qui les met totalement à côté de la plaque. J’ai écrit un article sur la révolution dans ses manifestations constitutionnelles, ou j’entendais exploiter cette idée que la révolution qui est pour le juriste une idée de livre, doctrinale et abstraite, est devenue un laboratoire concret pour étudier la vie réelle du droit, comment on passe à un nouveau droit par l’intermédiaire du non droit ou de la violation du droit. C’est très intéressant, surtout au cours de l’année 2011. Comment peut-on suspendre une constitution ? Pour le juriste positiviste c’est un acte illégal et qui restera une irrégularité, une négativité qui ne peut rien produire. Même chose : comment peut-on instituer un gouvernement provisoire sans référence et sans fondement juridiques ? Comment peut-on produire du droit à partir du néant ? La Tunisie a apporté la réponse a ces questions, et le juriste ne peut pas les ignorer.

L’expérience que nous vivons actuellement est de la plus haute importance pour l’enrichissement du droit. On peut en dire autant sur le plan des autres sciences sociales pour les collègues anthropologues, sociologues, sur ces périodes d’accélération de l’histoire où on voit par exemple un jeune perdu mais qui n’avait rien d’un islamiste, se transformer brutalement, se laisser pousser une barbe, se créer de nouveaux repères, de nouvelles références. J’ai rencontré au cours de mes conférences des personnes perturbées mentalement qui prennent la parole, qui viennent me voir à la fin avec des dossiers de proposition de constitution, des dessins, des schémas, j’en ai gardé un qui est sublime, avec des propositions constitutionnelles et des perspectives d’avenir, des choses inouïes qui ont leur propre rationalité. C’est intéressant sur le plan de la psychologie sociale, c’est un phénomène nouveau qui constitue un laboratoire. Ou encore cet article paru dans La lettre de l’IRMC qui nous dit que la révolution tunisienne n’est pas un phénomène urbain et trouve ses racines dans le monde rural et dans l’opposition villes campagnes…

Un nouveau terrain s’ouvre pour la science politique. Cette idée que le monde arabe est incrusté dans l’obéissance, et moi-même je l’ai écrit, que la passivité fait partie de nos chaînes, du prince pivot du monde et représentant de Dieu, du pouvoir qui est un pasteur et de nous les citoyens qui sommes le troupeau, ces doctrines politiques génétiques du monde arabe, sont finies et atteintes dans leurs profondeurs. Les révolutions dans le monde arabe même si elles aboutissent à des contre révolutions, ont démontré que c’était une aberration. La révolution en Tunisie a mis fin à cette légende de la démocratie comme importation occidentale et pas mal de schémas sont à revoir en sciences politiques. Maintenant on est encore dans l’œil du cyclone, on n’a pas suffisamment de recul pour théoriser. Mais chacun de nous doit témoigner et apporter une contribution de ce qu’il fait, de ce qu’il sent, de ce qu’il voit en tant que chercheur. Moi je peux dire ce que je ressens comme juriste, ma vie, ma carrière à l’université ont été quiètes, linéaires, et là je suis totalement déstabilisé. Je ne regrette pas du tout parce que je me sens enrichi, je vois en moi un nouveau développement, je peux témoigner, et la théorisation viendra plus tard. Chaque chercheur, chaque scientifique doit apporter son témoignage, et l’IRMC est en train de le faire.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Yadh BEN ACHOUR

est juriste et membre du comité des droits de l’Homme des Nations unies, et président de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution.

Pour citer ce billet : Yadh Ben Achour, « Les sciences sociales à l’IRMC et dans la révolution tunisienne », Le Carnet de l’IRMC, 28 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1314

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’

Ben Amor
Photographie de Ridha Ben Amor

Les temps forts de l’histoire de l’IRMC ont été particulièrement marqués par les colloques et des travaux sur les compétences des citadins dans les années 1990, les diplômés de l’enseignement supérieur, les notions de privé/public en Islam ; dans les années 2000, le compromis dans les sociétés arabes, et ces dernières années enfin par les réflexions sur l’économie solidaire, les associations, un renouvellement des problématiques sur le travail, la citoyenneté, la religiosité… Aujourd’hui, et depuis deux ans, une réflexion s’engage sur les moments décisifs de la « révolution ». Il y a là un chantier à développer sur l’apport des sciences sociales pour en cerner nombre de dimensions essentielles : du point de vue des discours avec les linguistes, du point de vue comparatif sur les autres révolutions avec les historiens, puis sur les représentations et les « déceptions » de la révolution, ainsi que les formes de changement social et ses mécanismes, etc.

La rupture ontologique

Dans l’avenir et dans une démarche comparative, des problématiques transversales sur les jeunes, sur les formes du religieux, sur la construction de la citoyenneté, devront explorer les questions de la transmission et de la mémoire collective. Une des explications possibles de l’« islamisme » réside précisément dans l’échec des formes de transmission : on ne sait pas ce qu’était la Tunisie des années 1930, on connaît mal nos proverbes qui font partie de notre habitus, et on entend au quotidien des gens dire à propos de certaines pratiques actuelles « ce n’est pas notre islam, on est tunisiens ! ». En écho à ce qui semble constituer un « moment décisif » pour ne pas dire « refondateur », l’on assiste au début d’une rupture ontologique qui se dessine, qui interroge bien sur les pratiques et les formes de la religiosité, mais qui touche l’intime de la personne, la construction du moi et la conscience de soi dans son rapport à l’extériorité, à un modèle de société où l’on ne s’est jusqu’à présent pas beaucoup préoccupé de celui qui consomme de l’alcool ou pas, de celui qui prie ou pas, etc. ; on découvre qu’on veut imposer de nouvelles formes de contrôle social dont on n’était pas coutumier. C’est cette rupture que nous vivons actuellement : elle n’est pas économique, ne tient pas aux politiques sociales, mais elle touche l’ontologie de l’être, c’est-à-dire la manière dont on se projette, la construction de soi dans la société. Car, derrière la notion de liberté revendiquée, c’est le soi qui se construit, par exemple quand on dit « je suis libre de porter ou de ne pas porter le voile », il s’agit là d’une construction ontologique. « Je suis libre de ne pas le faire c’est mon affaire », « je suis libre de croire et d’appliquer les prescriptions de la religion à ma façon », et cette rupture ontologique se décline différemment sous forme d’interrogations (« les imams peuvent-ils descendre dans la rue et conduire une manifestation ou doivent-ils rester dans leur mosquée ? ») ou sous forme d’indignation (« ce n’est pas le

Qatar et on est en Tunisie », « un Qatari te dira qu’il n’est pas prêt à devenir Tunisien »). La notion de « tunisianité » questionne cette ontologie de « l’être social » et signifie un vécu, une orientation, un héritage que l’on assume plus ou moins, un habitus dans lequel se forgent des prédispositions comme dit Bourdieu et où chacun va puiser. Dans ce contexte, l’ontologie signifie pour moi, une approche du quotidien qui s’adosse à une sédimentation historique dont les contours demeurent à définir, sans pour autant verser dans un quelconque essentialisme. Toutefois, ce qui semble acquis, c’est qu’entre l’héritage historique, souvent rappelé par certains intellectuels et hommes politiques en termes de modernité à laquelle on aurait accédé il y a plusieurs décennies et le vécu actuel de cette appartenance par d’autres catégories sociales, il y une espèce de hiatus qui interpelle le chercheur.

Revisiter les paradigmes des sciences sociales

BenAmorLes sciences sociales en Tunisie et même à l’IRMC, ont jusqu’à présent été sélectives : on a parlé de développement, de politiques sociales, d’exclusion, de migration, mais peu de construction de l’État, peu des classes sociales et des inégalités, ou d’aménagement du territoire et des disparités régionales, peu, jusqu’à il y a 2 ou 3 ans, de la pratique de la religion. Cela est lié aux interdictions et autres obstacles politiques qui nous orientaient plus sur certaines problématiques, mais en Russie, dans le temps, il me semble qu’il y avait des formes de sociologie « clandestine » ? ! Alors pourquoi les sciences sociales ne l’ont pas fait chez nous, même si cela s’est passé jusqu’à un certain point dans le roman, le cinéma, le théâtre ?

Mis à part quelques chercheurs comme Michel Camau ou Beatrice Hibou. Tout en tenant compte de la qualité certaine de leurs travaux, leurs modèles n’ont pas été suffisamment imprégnés par des enquêtes de terrain, ils n’ont pas pu voir derrière certaines apparences ce qui travaillait en profondeur les populations et les quartiers là où des formes de contestations couvaient et pouvaient donner lieu à autre chose que de l’obéissance. Mais, au-delà de ces considérations, cela me conduit à questionner les paradigmes. Lorsque ces chercheurs s’interrogent, par exemple, sur « surveiller et punir », ils évoquent des sociétés dans une autre configuration que la nôtre, où les champs (pris ici au sens bourdieusien) sont plus compartimentés selon le social, le professionnel, l’urbain,… alors que ces distinctions entre les différentes sphères fonctionnent difficilement sur notre société. Quand tu réfléchis sur la famille, l’amitié, le voisinage, le travail, tout est en « chevauchement » entre les domaines de la réflexion et ceux de la vie sociale : l’entreprise c’est à la fois la famille mais aussi l’éthique et la religion, ce n’est pas compartimenté. Idem quand on réfléchit sur la famille par exemple, on se rend compte assez vite de l’imbrication des réseaux familial, vicinal, amical, régional, etc. Sans aller jusqu’à dire que tout est dans tout, on n’observe pas moins cet enchevêtrement dont il est difficile de ne pas tenir compte dans l’analyse des formes de sociabilité et d’entraide par exemple.

Alors, pour faire avancer les sciences sociales, revisitons les paradigmes et les travaux à la lumière de tout ce que l’on n’a pas vu, de tous les manques sur lesquels on n’a pas réfléchi. Dans ce nouveau moment plus difficile et fondamental, interrogeons-nous sur le paradigme de l’ontologique et du vécu. Par exemple après avoir travaillé sur les compétences ou le réformisme, interrogeons-nous sur le vécu de la révolution et ses discours : comment le dialecte est mobilisé dans les régions pour exprimer un vécu ? Il faut voir à ce propos la manière dont une femme de plus de 60 ans s’adressait directement au premier ministre ainsi interpellé : « Eh ! Jbali ! ». On a rarement fait ça auparavant, et c’est peut-être là une autre facette de la rupture ontologique, cela se joue sur l’être. Et dans ce cadre l’apport de l’IRMC pourrait être de mobiliser les philosophes et les anthropologues, plus outillés sur cette question de l’identité et de la reconnaissance. Une autre question qui se pose est celle des élites dont on dit qu’elles auraient « occidentalisé » le pays, se seraient trompées et l’auraient conduit à une forme d’aliénation, et qu’il s’agit de les ramener sur le « droit » chemin. Du coup, on ne sait plus qui sont les élites et leur rapport à la société, avec quelle relève et quelles nouvelles élites l’on veut préparer… Il y a aussi la question des inégalités sociales : on connaît le plus l’aspect socio-économique par les enquêtes de consommation, mais peu les inégalités régionales et socio-spatiales, leur vécu et les représentations qui s’y rapportent… Dans la même lignée, il y a lieu de revenir également sur les mots d’ordre portés par la « révolution » tels que justice, dignité, liberté, etc. et la manière dont ils sont appréhendés par les uns et par les autres.

L’IRMC demain : s’ouvrir en gardant son identité

Dans ce cadre thématique, l’IRMC restera à l’international un pont entre les cultures mais avec un bémol du fait de l’échange inégal et compte-tenu du faible développement des sciences sociales en Tunisie. Il n’y a plus le CERES, et peu de labos dédiés aux sciences sociales. Mais la « révolution » a changé des choses, il faut faire bouger les frontières linguistiques, je vois maintenant un autre public de tous horizons, avec des échanges de doctorants, des demandes d’associations. Puis l’un des effets pervers de la bipolarisation à laquelle on assiste, à force de stigmatiser l’Occident et la culture occidentale, va inciter certains publics à venir à l’IRMC et à vouloir puiser dans cette culture. On va revenir a une attitude ambivalente ; on continuera à vouloir émigrer, y compris clandestinement et à dire qu’on garde ses distances avec l’autre rive de la Méditerranée. Et plus on stigmatisera l’Occident, plus on créera des besoins et un rééquilibrage en ce sens. À ce propos, on gagnerait à avoir dans la Lettre une recension des travaux en arabe. C’est un centre de recherche qui doit s’ouvrir sur la langue arabe et les arabisants. Mais, ceci étant, pas plus que cela. Il faut réajuster, certes, en s’enrichissant bien entendu, en s’ouvrant sans doute vers d’autres publics, arabisants et associations ainsi que d’autres disciplines, mais l’IRMC doit garder son identité, il ne faut surtout pas « perdre son âme ». C’est un peu comme certains Tunisiens qui ne veulent pas devenir Qataris, il faut faire bouger les frontières, tout en restant un centre spécialisé sur le Maghreb, et il n’en y a pas beaucoup. L’IRMC doit s’ouvrir sur les tendances qui travaillent la société tunisienne, les régions, les jeunes, les formes de la religiosité, et il a les réseaux et la logistique pour mener ce regard croisé, car que valent les sciences sociales sans ce comparatisme ? S’ouvrir en gardant son identité ; c’est la sa cohérence et le meilleur antidote contre l’intolérance.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Ridha BEN AMOR

est sociologue, enseignant-chercheur à l’Université de Tunis.

Pour citer ce billet : Ridha Ben Amor, « L’IRMC, les sciences sociales et la ‘rupture ontologique’ », Le Carnet de l’IRMC, 24 octobre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1307

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réflexions sur l’Itinéraire

Ossman
Photographie de Susan Ossman

Miroirs maghrébins, itinéraires de soi et paysages de rencontre : le titre de l’ouvrage issu du programme de recherche sur les pratiques culturelles que j’ai dirigé de 1993 à 1996 à l’IRMC, résume bien mon expérience de cette institution.

Miroirs : notre travail de recherche est à la fois un « miroir » de ce que nos études peuvent nous permettre de collecter, sentir et énumérer du monde et une participation à un monde collectif de la recherche. Avec une ambition intellectuelle certaine, Michel Camau et Anne-Marie Planel ont mis en place une structure souple, où la jeune chercheure que j’étais pouvait se sentir libre d’engager l’Institut lui-même comme une sorte de laboratoire pour tester des modes de collaboration, pour expérimenter des conceptions insolites de travail collectif, pour mélanger des disciplines et des traditions nationales de la recherche afin de dessiner divers « Maghreb » à partir de problématiques de recherche à même de dégager des connaissances.

Itinéraires de soi : depuis lors, mon itinéraire m’a amenée à entreprendre beaucoup d’autres projets en Europe, dans le monde arabe, en Amérique du Nord. En filigrane de ces projets sur la globalisation, les médias et les migrations, je perçois une dynamique rendue imaginable par la liberté de réflexion et d’action qui m’avait été offerte à l’IRMC, il y a si longtemps. Qui aurait imaginé que la jeune franco-américaine fraîchement diplômée que j’étais, qui passait ses journées dans des salons de coiffure à Casablanca, Paris ou le Caire, aurait vu se voir confier la tâche de fonder l’antenne du nouvel Institut à Rabat ? La confiance témoignée par mes collègues de l’IRMC, et l’expérience de conception et de direction de la recherche que j’ai acquise à l’IRMC a rendu pensable un itinéraire intellectuel et un parcours personnel peu conventionnels. C’est en pensant le Maghreb que j’ai pu développer des conceptions et des pratiques de continuité de soi et des lieux de la recherche qui m’ont servi dans des réalisations et des projets de vie menés par delà les frontières.

Paysages : dans une vie de migration sérielle, il est essentiel d’avoir des points de chutes. Depuis 1992, l’IRMC à Mutuelleville fut un de ces lieux fixes dans mon histoire. Le paysage de recherche ouvert par l’IRMC d’alors, ouvrait des horizons pour repenser les frontières nationales, et pour engager des débats sur les espaces maghrébins, méditerranéens et arabes. Le paysage apparaissait différent pour chaque projet, il dépendait des questions posées, mais aussi des gens qui se réunissaient pour chercher ensemble. L’espace de la recherche doit être conçu pour permettre l’évolution d’un projet, à travers les débats et les échanges des participants. Je pense aux salles de conférences des facultés ou de Beit al hikma, mais aussi, des randonnées de minuit dans le cimetière de Sidi Bou Saïd, et des « colloques » à huis clos des années 2000, tenus dans la bibliothèque de l’Institut, pour pouvoir parler franchement entre quelques personnes de confiance, en espérant échanger quelques mots libres.

Rencontre : créer un programme de recherche engage une réflexion sur les types d’échanges qui peuvent dégager des questions, nourrir des débats, provoquer des idées, et souder des liens entre chercheurs. Depuis quelques années, il est devenu courant pour les anthropologues de concevoir des recherches « multi-sites », de parler des divers modes de collaboration, et de s’inspirer des disciplines telle l’architecture pour envisager un travail « en commun » ; j’ai l’impression d’avoir eu, pour ma part, la possibilité d’expérimenter tout cela il y a déjà deux décennies entre Rabat et Tunis.

NabihaMais avant tout, les rencontres de l’IRMC ont permis de nouer des liens avec des hommes et des femmes ; des collègues respectés, des jeunes étudiants devenus aujourd’hui professeurs d’université, des personnels administratifs qui sont l’âme de l’institution, je pense à Christiane et Hayet notamment. Les gens associes a l’IRMC vivent aujourd’hui à Londres, à Dubaï, à New York, à Tunis ou à Marseille ; certains comme Alain Roussillon ou Nabiha Jerad nous ont quitté vraiment trop tôt. En 1993 et grâce à l’IRMC, j’ai fait la connaissance de mon amie Nabiha Jerad à Rabat, dans le cadre d’une recherche sur les faits divers. Nous nous recevions chez nous mutuellement, lorsque je venais à Tunis ou lorsqu’elle se rendait à Paris, puis à Washington, et plus récemment, en Californie. Nous avions collaboré à l’écriture d’un livre sur les migrations (The Places We Share, 2007), et depuis janvier 2011, nous travaillions à une étude sur la révolution et sur les pratiques de civilité. C’est comme si le programme d’étude sur les pratiques culturelles d’alors prenait une nouvelle vie avec le départ de Ben Ali et la possibilité de s’exprimer librement, suite au rassemblement des Tunisiens sur l’Avenue Habib Bourguiba. Nabiha prit pleinement part à cette renaissance jusqu’à ce qu’elle soit la victime d’un accident de voiture en août 2012. En pensant a l’IRMC, je ne peux m’empêcher de me remémorer les souvenirs des rencontres du passé au miroir d’un horizon futur ; j’aurais tant aimé être avec Nabiha a Tunis l’année prochaine, afin de présenter notre nouveau livre aux chercheurs et boursiers de l’IRMC, à Larbi et Mohammed, Jean- Philippe et Kmar, Riadh et Justin, et bien d’autres amis, collègues et collaborateurs.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Susan OSSMAN

est professeur en anthropologie et directrice du Département des Global Studies à l’Université de Californie Riverside. Elle a été chercheure et directrice de l’IRMC-Rabat de 1993 à 1996.

Pour citer ce billet : Susan Ossman, « Réflexions sur l’Itinéraire », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1220

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La dimension internationale de l’IRMC

pierre Noel lettre
Photographie de Pierre-Noël Denieuil

L’IRMC accueille des chercheurs francophones, des doctorants et des boursiers, de tous pays. Il constitue un outil exceptionnel de coopération (seule la France dispose de ce type d’institut à l’étranger), et est un lieu privilégié de production et de diffusion pluridisciplinaires et internationales des savoirs en sciences de l’homme et de la société.

Des thématiques transversales et internationales

Les programmes de recherche développés par l’IRMC depuis 1992, ont toujours répondu à des préoccupations d’actualité internationale, ne cédant ni à la tentation du localisme ni à celle de l’analyse d’opinion. Cette internationalisation s’est concrétisée dans des partenariats institutionnels d’abord enracinés depuis la Tunisie. Citons pour exemple dans les années 1990 la recherche avec l’INRAT sur les politiques agricoles et les effets de la mondialisation sur les sociétés rurales dans l’espace méditerranéen dans le cadre du programme MOST de l’Unesco. Ou encore celle menée avec l’IPSI sur les techniques de communication et les médias au Maghreb ; ou sur les villes et les communautés locales maghrébines avec le groupe de recherche (GRVCL) de l’Université du 9 avril, qui deviendra le laboratoire DIRASET. À la charnière des années 2000, où s’intensifient l’intérêt de la France pour le partenariat en Méditerranée avec la Conférence de Barcelone, et les échanges entre communautés scientifiques du Nord et du Sud, par l’ouverture de l’espace euro maghrébin à l’espace euro méditerranéen, se développent des recherches sur les migrations internationales avec l’Université de Sousse, sur les flux de compétences et le retour des diplômés tunisiens, puis sur les ingénieurs au Maghreb avec l’INTES. Au cours des années 2000, l’accent des comparaisons internationales sera mis sur les analyses historiographiques avec les universités du 9 avril et de La Manouba ainsi que l’ISHMN, sur le droit et pluralisme juridique avec la Faculté des sciences juridiques de Carthage puis la Faculté des sciences juridiques et politiques de Tunis, sur les pratiques de la langue avec l’EHESS et l’Université de La Manouba, sur les formes de gouvernance mondialisée et de cultures d’entreprise avec l’ISG, les industries numériques et les économies émergentes avec SupCom. Les recherches de l’IRMC ont dès 2005 été dynamisées par les programmes FSP « Appui à la coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales entre le Maghreb et la France ». Il y avait là une politique du MAEE français d’une part de renouveler la connaissance française sur le Maghreb et d’autre part de développer la coopération avec les chercheurs maghrébins sur des approches thématiques comparées. Deux recherches internationales ont ainsi été introduites sur l’espace euro maghrébin : l’une sur « Dynamique d’agglomération des activités productives et gouvernance territoriale », l’autre sur « Les étudiants étrangers » entre autres avec les universités de Sfax et de Sousse.

carte Irmc2Du franco-tunisien au régional Maghreb et à l’international

C’est ainsi que depuis Tunis, l’IRMC a offert des potentialités de coopérations avec les institutions françaises tout d’abord. Ce fut le cas avec URBAMA (Tours), l’EHESS, l’IISMM (Paris), la MMSH et l’IREMAM (Aix-en-Provence), l’IRD, l’Université de Montpellier, l’IEP d’Aix-en Provence, l’Université de Toulouse, de Lyon, le CNAM de Paris, l’Université de Rennes, de Franche-Comté etc… Et ces attaches de l’IRMC avec la recherche française en firent un attracteur pour les Tunisiens et les Maghrébins, le maillon fort d’une chaîne de coopération. L’IRMC fonctionnait alors, depuis son siège de Tunis, comme lieu d’expressions inter sociétales et d’acquisition du métier de chercheur, outil d’accompagnement à la recherche et de confrontation des générations entre seniors et juniors. En témoignent les 12 formations doctorales internationales (20 a 50 doctorants) proposées depuis sa création. Citons aussi l’organisation de conférences et l’invitation de personnalités internationales de prestige, l’accueil de chercheurs étrangers en mission et leur mise en contact avec leurs homologues tunisiens. Notons encore en aval de la politique systématique de publications (50 ouvrages), la parution depuis 2005 de la publication annuelle Alfa puis Maghreb et sciences sociales croisant des publications multinationales, et enfin la Lettre trimestrielle comme support du rôle d’interface et de valorisation joué par l’IRMC entre les communautés scientifiques maghrébines et européennes. Le but des la création de l’Institut était que celui-ci s’insère en profondeur dans le tissu intellectuel maghrébin dans un contexte où l’Algérie se trouvait verrouillée. Une antenne avait été créée à Rabat, avant qu’elle ne s’autonomise en 1997. Par la suite l’IRMC n’en n’a pas moins assuré sa vocation régionale qui s’est confirmée par un bulletin et un conseil scientifique communs avec le CESHS de Rabat (futur CJB), ainsi que par le maintien de recherches comparatives, d’enquêtes et de liens avec le Maroc. Une coopération fut amorcée à la fin des années 1990 avec le CENEAP d’Alger, le CRASC d’Oran, puis avec le Markez El Jihad de Tripoli et l’Université d’Aix-en-Provence, par l’intermédiaire d’une allocataire de recherche en histoire. C’est ainsi que se développa un espace scientifique à l’échelle du Maghreb et à partir de Tunis, confortant une complémentarité entre les dimensions tunisienne et maghrébine de l’Institut. C’est très certainement cette forte dimension régionale, de coopération multilatérale, qui a distingué l’IRMC, l’a fait accepter par la communauté intellectuelle et l’a sauvé des risques de compromis politique dans la Tunisie de Ben Ali où, de toute manière toute recherche bilatérale eut été vouée à l’instrumentalisation, à la dépendance et à l’échec. Il prônait alors le comparatisme et la dimension méditerranéenne. Ces enjeux faisaient sens non seulement en Tunisie mais au Maghreb et au-delà, et redéfinissaient le pourtour d’une communauté scientifique transnationale et métissée, intégrant aussi des partenaires français du Proche et Moyen Orient tels l’IFPO à Damas et Beyrouth et le CEDEJ au Caire. L’Institut est alors représenté « comme un lieu d’ouverture et d’échanges préfigurant les laboratoires mixtes », une voie d’accès, pour les chercheurs tunisiens, à des réseaux internationaux.

Par delà les frontières, un trait d’union

L’IRMC a été un vivier de chercheurs. Outre ses propres personnels, intégrés dans les institutions françaises ou tunisiennes, de très nombreux chercheurs étrangers (italiens, espagnols, allemands, anglais et américains) y ont été accueillis et sont devenus professeurs ou chefs de laboratoires. Le recrutement des chercheurs tunisiens détachés (1 gestionnaire, 2 économistes, 1 socio politologue, 1 historien, 1 géographe, 1 sociologue), tout comme celui des français affectés à l’Institut (14 chercheurs) a consolidé leur expérience de l’international et de la pluridisciplinarité (ouverture de l’économie sur la sociologie, de l’histoire et de la géographie sur les sciences sociales). Ainsi parlait un collègue tunisien : « Ma mission a l’IRMC était de monter un programme pluridisciplinaire, j’étais historien et l’ouverture sur d’autres savoirs m’a transformé complètement ». De même le montage de leurs programmes, par la mise en réseaux à la fois nationaux et internationaux, les a constitués en « passeurs » vers la communauté scientifique tunisienne, maghrébine ou française, tout en s’inscrivant avec leur institution d’origine dans des échanges Sud/Sud, et en accordant ainsi une plus grande visibilité à leurs propres travaux. Dès ses débuts, l’IRMC a recruté des chercheurs tunisiens avec le souci qu’ils ne s’isolent pas de l’Université tunisienne et, bien au contraire, qu’ils constituent des points de relai avec celle-ci, en gardant un enseignement à l’université. C’est là un des points forts de la présence de l’IRMC qui a contribué à l’engagement international des chercheurs tunisiens : « Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre du CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun rapport avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec son antenne à Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même un mauritanien, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC » (chercheur tunisien détaché a l’IRMC). Plus encore, le détour par l’international a suscité un rapprochement vers les nationaux : « le passage à l’IRMC en m’ouvrant à des réseaux internationaux m’a rapproché de la communauté scientifique tunisienne » (chercheur tunisien détaché à l’IRMC). À ce titre, l’IRMC a toujours été plus qu’un partenaire bilatéral, par sa nécessité de maintenir dans l’espace de coopération franco-tunisien, une coopération franco maghrébine et internationale. L’internationalisation apparaît alors comme un outil de légitimité et de valorisation des liens bilatéraux franco-tunisiens. Il faut insister sur cette vocation privilégiée de l’Institut par delà les frontières, comme trait d’union entre chercheurs du Nord et chercheurs du Sud, eux-mêmes rattachés à une communauté qui est celle de la recherche transnationale en sciences de l’homme et de la société. Telle a été la vocation de l’Institut ces vingt années, en renforçant les SHS par la création de réseaux thématiques scientifiques internationaux. C’est la toute la fonction des réseaux, de sortir des coupures nationales et d’agir en transfrontaliers. À cet égard, l’IRMC défend une politique d’actions multilatérales : 10 nationalités de chercheurs l’ont fréquenté. Ses travaux de recherches ont porté sur autant de pays. Ses missions en Algérie ou en Libye incluent des Tunisiens à chaque déplacement en encourageant les rencontres et les relations Sud/Sud à Alger, Rabat, Tripoli, Tunis ou Paris. Il y joue un rôle de hub à l’échelle maghrébine, « synapse », lieu de connexions et d’échanges. On peut dire en ce sens, que le rayonnement de la France en Tunisie et au Maghreb est aussi passé par une coopération avec des institutions non françaises. Cette présence de la France, ailleurs que depuis la France ou ses institutions diplomatiques à l’étranger, ailleurs que dans le seul « bilatéral » jouant comme support des relations internationales, a valorisé l’IRMC comme passeur, relais et inter médiateur, faisant de lui un fer de lance du multilatéralisme scientifique.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Pierre-Noël Denieuil

Sociologue, ancien directeur de l’IRMC de 2008 à 2013.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La dimension internationale de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1205

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Barcha hajet’ pour moi à l’IRMC

Latifa
Photographie de Latifa Bessoudi

L’IRMC m’a appris à savoir me mettre sur les deux pieds et à tenir la confiance, à aimer et à être appréciée. Dans les familles tunisiennes, on ne nous dit pas qu’on nous aime et ici on m’a montré qu’on peut aimer une femme de ménage. En Tunisie on ne met même pas votre nom, alors qu’ici on m’a acceptée malgré mes défauts, comme je suis, gentille, polie, parfois désagréable. Les heures que je passe à l’IRMC sont chères à mon cœur, c’est mieux que d’être bonne à tout faire dans ma famille. Ces vingt années m’ont fait découvrir beaucoup de choses, depuis 1992 ou j’ai pris ma véritable indépendance de ma famille, et j’ai découvert que j’étais une vraie femme libre.

Je n’ai pas pu finir mes études parce que j’étais une fille, et j’ai appris ici ce que je n’ai pas pu apprendre avant. On m’a supportée et on m’a soutenue quand il le fallait alors que je ne m’y attendais pas. Cela m’a aidée à sentir ma valeur dans des moments ou je ne me sentais rien du tout. Un jour j’ai eu un différent avec l’un de mes directeurs, on n’était pas clair avec moi. Je l’ai poussé à m’appeler et à me demander pardon, et la j’ai senti qu’il n’était pas seulement un directeur. Et puis parfois mes autres collègues m’aident sans avoir à aller parler avec le directeur. Anne-Marie aussi a été exceptionnelle, même si je ne faisais pas tout ce qu’elle me demandait. Elle est celle qui a donné le plus sans jamais prendre, c’est une grande femme qui a donné de sa sante et de sa vie pour l’IRMC.

Chacun de ceux qui sont passés, a laissé son empreinte dans mon cœur, et je n’ai pu en effacer aucune. Tous ceux qui sont venus, je les ai adoptés pendant les deux, quatre, six ans qu’ils sont restés, et au départ des filles du groupe de Katia j’ai été désagréable pendant deux mois et je suis allée chez le médecin. Ces filles devenaient chères à mon cœur, quand elles viennent m’annoncer leurs secrets, me dire qu’elles sont enceintes, et me donner une réserve d’amour qui va m’accompagner jusqu’à ma mort. Et je suis grand-mère de tous les enfants qui sont nés à l’IRMC. Je me glisse entre les problèmes pour soulager la personne, et elle aussi sait quand je ne suis pas bien et qu’il faut me soulager. Il y a eu aussi les jeunes VI qui venaient d’arriver, qui m’emmènent au restaurant alors que je n’avais avant jamais l’occasion d’y aller. Et là je suis plus que maman et pas la femme de ménage, je deviens la grand-mère qui les accompagne. Un jour on m’a dit « ce chercheur c’est votre fils ». Et quand je prépare un couscous, ils me passent tous dans la tête, ils viennent dans ma pensée, ils sont mon univers. Je pourrais depuis qu’ils sont partis leur envoyer des cuillerées de lentilles par courrier. Pour le mariage de mon fils je voyais tout le monde qui venait du côté de la mariée, et puis d’un coup j’ai vu l’IRMC qui était là à mon côté et cela m’a fait grand plaisir.

Tous ces chercheurs on connait leur valeur après quand ils écrivent leur thèse. Moi je connais leur cœur, et beaucoup ont des cœurs d’or mais ne le montrent pas. Chaque jeune qui arrive, j’essaie de le guider, je suis même allée sur le terrain avec Olivier Feneyrol, on est allé voir une cotraya, une boutique qui vend le nécessaire de mariage, pendant le ramadan. Moi je sais ce que font les chercheurs et je leur pose des questions, je leur demande de me lire leur texte. Je leur donne des idées je suis comme un conseiller, et eux ils m’ont appris et m’apprennent encore. Par exemple Stéphanie Pouessel m’a lu son texte dans le programme de Maha sur le racisme et m’a fait pleurer, ce n’est pas vrai que ca n’existe pas, j’en ai vu du racisme chez des grandes familles. Je lui ai dit : « ce que tu as écrit il faut le mettre dans un journal », alors elle a téléphoné devant moi et l’article a été publie. Et puis j’aime bien voir les Lettres de l’IRMC parce qu’on ne dépend que de nous-mêmes, même si bien sûr je sais qu’on est aussi l’ambassade, j’étais émue quand Myriam Bacha a mis mon nom dans les remerciements de son bouquin. J’ai au moins réussi quelque chose dans ma vie comme femme de ménage, et je ne connais pas beaucoup de femmes de ménage qui ont ca. Et j’espère un jour si Dieu existe, les retrouver un jour ces jeunes tous autour de moi comme la grand-mère qui retrouve ses petits enfants.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Latifa BESSOUDI

Agent d’entretien

Pour citer ce billet : Latifa Bessoudi, « Barcha hajet’ pour moi à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 20 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1191

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

IRMC, nous nous souvenons

Si les années passées dans un institut de recherche français à l’étranger sont intenses et primordiales pour apprendre nos métiers de la recherche, c’est aussi parce qu’elles sont des années de vie et d’amitiés. C’est de cela dont nous voulons témoigner dans ce texte, à quatre, pour le dire de manière incarnée. Les liens qui nous unissent se sont tissés à l’IRMC, dans les moments quotidiens avant tout. Ces liens perdurent au-delà de cet espace-temps IRMCéen, et continuent de faire partie de nos vies, y compris dans leur dimension professionnelle. Nous n’avons pourtant pas pris les mêmes chemins. Mais ces liens ont été, pour chacun d’entre nous, un moteur pour construire nos carrières qui sont variées et complémentaires et, en cela, assez représentatives des différents métiers liés à la recherche en sciences humaines et sociales auxquels prépare un centre à l’étranger. Ils continuent de nourrir nos avancées comme notre manière d’être reliés à la Tunisie. Ces liens sont enfin ceux construits avec l’équipe permanente, celle qui reste : des séquences de vie comme du grand mouvement de l’histoire. Dans l’ordre d’arrivée du quarte que nous formons ici :

Couv du livre Katia1999 – Katia Boissevain

« Je suis arrivée à Tunis avec une bourse et une très grande envie d’accomplir une recherche sur les liens entre une femme sainte et sa ville. J’ai appris chemin faisant que si c’était une sainte parmi les saints, ce n’était pas non plus n’importe qui. J’en suis repartie avec une thèse, deux bambins, deux bouquins, dont une revue qui n’en était pas vraiment une pour des raisons administratives – Alfa –, qui reste un magnifique souvenir de travail en commun, souvent sous l’oranger du jardin, avec Delphine et Kmar Bendana. En 2006, après un post-doctorat, j’ai rejoint Delphine à Marseille et Mathieu à la  MMSH d’Aix-en-Provence. Depuis, j’ai intégré le CNRS où je suis chercheure à l’IDEMEC. Sept ans de réflexion, c’est ce que l’IRMC m’a apporté ! Sept ans, ca peut sembler long, mais pourtant, c’est bien connu, le sept est un chiffre rond ».

2002 – Delphine Cavallo

« Arrivée en 2002 comme doctorante en sciences politiques, boursière d’aide à la recherche, je suis devenue ingénieure d’études à l’Université d’Aix-Marseille, responsable du pôle information scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte. Dans un environnement à la fois éloigné du centre qui encadrait mes recherches, et producteur lui-même de recherches parfois peu ou mal diffusées, l’expérience de cette double distance à l’IRMC a probablement aiguisé mon engagement dans la diffusion en libre accès de la littérature scientifique. Guider l’IRMC, ses chercheurs et ses accompagnateurs de la recherche parmi les outils que développe mon centre est aussi ma manière de remercier l’Institut pour la richesse intellectuelle de cette expérience, en faisant en sorte que d’autres y aient accès, ou qu’ils soient ».

2003 – Mathieu Coulon & Clémentine Gutron

« Respectivement recrutés à l’Institut comme Volontaire international – cartographe et doctorante – pensionnaire en 2003, nous sommes devenus ingénieur d’études (CNRS /MMSH) et chargée de recherches (FNRS/UCL) : ces parcours, à coup sûr, n’auraient pas été les nôtres sans les milliers de litres de café sirotés en groupe près du parterre de capucines, ni les centaines de paquets de 20 mars partis en fumée dans une atmosphère tantôt saturée par un parfum de jasmin ou par celui des savons Lux dont étaient dotés les cabinets d’aisances IRMCéens, sans ces heures de discussion et de confrontation avec tous ceux qui fréquentaient alors le Centre (chercheurs associés, hôtes scientifiques, visiteurs assidus de la bibliothèque etc.), bref, de partage ».

COUV Clementine GutronTunis était alors parsemé de grandes photos d’un homme à la coiffure noire corbeau impeccable, près desquelles nous avions appris à baisser la voix et à modérer nos propos. Certaines ont plus ou moins renoncé à porter des habits mauves, car tous les moyens de résistance valaient la peine d’être tentés. Mais pour autant, nous avons arpenté la ville, parfois le pays, ensemble ou séparément, guidés par nos recherches académiques et nos rencontres personnelles. C’est bien une évidence – mais rappelons-la tout de même en cette occasion particulière – : la recherche se fabrique au quotidien, dans un environnement physique et humain qui ne peut, de fait, être sans influence sur le travail du praticien des SHS. Comment conduire ses enquêtes et ses entretiens en Tunisie en l’occurrence, sans s’être, par exemple, exercé à la langue de ce pays par la récitation des histoires de Jhah lors de déjeuners pris en commun ? Nous voudrions ainsi rendre hommage à toutes celles et ceux sans lesquels l’IRMC ne serait pas ce qu’il est, à cette équipe technique et administrative permanente qui reste lorsque les personnels de recherche doivent partir… pour mieux revenir. Nous avons une pensée émue et reconnaissante pour Anne-Marie, à l’origine de toute cette histoire. Nous n’avons que des hamdoulilah à la bouche à l’évocation des repas confectionnés par notre mère nourricière, Latifa, puis des mercis, encore et toujours des mercis au trio prodigieusement efficace qu’incarnent Hayet, Christiane et Raja ; au duo de choc, autant accueillant que protecteur, Taoufik et Salem ; à Fathi, l’as du volant ; à Besma ou la reine des espaces insécables ; à Sawssen ou l’angélique gardienne de l’« Enfer » ; à Jellal ou l’esprit du lieu. Ce que nous avons appris ? À nourrir des questionnements, à démystifier la mloukhya et surtout, surtout, à travailler en équipe.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Katia BOISSEVAIN

est anthropologue, Chargée de recherche au CNRS, IDEMEC, Aix-en-Provence. Elle a été Boursière à l’IRMC de 1999 à 2003 et chercheure de 2003 à 2006.

Delphine CAVALLO

est responsable du pôle Information scientifique – Chargée de communication scientifique au CLEO, Marseille. Elle a été boursière à l’IRMC de 2002 à 2005.

Clémentine GUTRON

est chargée de recherche FNRS à l’UCL Louvain. Elle a été boursière à l’IRMC de 2003 à 2007.

Mathieu COULON

est ingénieur d’étude, LAMES, Telemme MMSH (CNRS). Il a été Volontaire international à l’IRMC de 2003 à 2005.

Pour citer ce billet : Katia Boissevain, Delphine Cavallo, Clémentine Gutron, Mathieu Coulon, « IRMC, nous nous souvenons », Le Carnet de l’IRMC, 17 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1174

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Son histoire, mon histoire…

Christiane Saddem
Photographie de Christiane Saddem

L’IRMC n’est pas seulement une institution avec ses chercheurs et leurs programmes, ce n’est pas seulement un outil qui produit du savoir et de la connaissance. C’est aussi et surtout un milieu de travail et de sociabilité, des valeurs partagées et une “culture” d’entreprise, un “esprit” maison garant d’une “productivité sociale” comme condition sine qua non de la productivité et de l’efficacité scientifiques. Nous avons voulu illustrer dans ce chapitre, le lien social et toute la proximité “irmcéenne” qui font de l’Institut une chaîne professionnelle où les uns n’existent que dans la complémentarité des autres.

Non je n’ai pas 20 ans ! Mais j’ai assisté à sa naissance en octobre 1992, j’ai même participé à l’accouchement en quelque sorte. Et j’ai bien connu son ancêtre, le CDTM, lui-même né en 1984, j’y étais aussi (décidément… quelle « sage femme » !) avec Anne-Marie, ma complice et amie qui m’a entrainée dans cette passionnante aventure, qui m’a fait découvrir le monde de la bibliothèque, et quelle bibliothèque ! des trésors y sont cachés… puis le monde des chercheurs (en sciences humaines et sociales). Je lui rends particulièrement hommage ici et j’ai plaisir à témoigner avec ce recul de quasi 30 années… J’ai donc supporté les 4 directeurs qui se sont succédés et aussi plus d’une trentaine de chercheurs (toutes catégories confondues). Je prends le terme à la fois au sens anglais donc positif, et aussi français donc pas tres gentil… (sorry mais c’est la vie !)

Les « petites mains »

En fait je veux surtout témoigner ici dans ma catégorie… celle des « administratifs », des « agents », et surtout les « permanents ». Les directeurs et les chercheurs passent et mettent sur pied et réalisent des programmes de recherche, souvent de grande qualité, qui enrichissent l’Institut et les enrichissent eux-mêmes, ils animent le théâtre irmcéen… c’est d’ailleurs parfois très animé… mais les rouages et le décor sont régulièrement entretenus pour que tout fonctionne grâce à des « agents » qui mettent leur savoir faire à leur service. Nous, les « agents » de l’IRMC, nous accueillons les chercheurs, les directeurs à leur arrivée et les fêtons lorsqu’ils partent, nous facilitons leurs recherches tout au long de leur séjour, en Tunisie, à l’étranger, nous veillons aux mille aspects « pratiques » qui leur permettent de concrétiser leurs idées, rencontrer d’autres chercheurs, échanger, écrire, effectuer des missions, organiser des réunions, préparer leurs publications,… nous sommes « les petites mains » de l’IRMC. L’IRMC, pour un temps, c’est la famille sur laquelle on peut compter dans une ambiance souvent amicale voire conviviale et bienveillante. Les directeurs et les chercheurs passent et la petite équipe des personnels administratifs, technique, de bibliothèque et du service publication est toujours la… depuis 20 ans… pour assurer la continuité. Il y a eu quelques départs, certes, mais peu ; elle s’est par contre étoffée au fil des années. Beaucoup ont d’ailleurs témoigné, chacun à sa manière, dans cette Lettre anniversaire.

Une grande « chaîne »

L’IRMC est une grande chaîne, les chercheurs partent mais reviennent aussi, les juniors reviennent en seniors, les seniors et parfois les directeurs reviennent en conférenciers, les réseaux des uns s’accrochent à ceux des autres, et nous, les « permanents » sommes toujours la pour huiler la chaîne, retrouver les anciens et accueillir les nouveaux, avec toujours autant de… plaisir.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Christiane SADDEM

est assistante de direction et coordinatrice scientifique à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Christiane Saddem, « Son histoire, mon histoire… », Le Carnet de l’IRMC, 13 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1147

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tu fais de la politique ? Non de la science politique

Amin Allal
Photographie de Amin Allal

Le chercheur en science politique est souvent amené à répondre à cette question : « tu fais de la politique ? ». La question/défi exprime la curiosité mais rappelle surtout que pour bon nombre de gens, la raison d’être sociale de cette discipline ne va pas de soi. Cette épreuve est partie prenante des contraintes ordinaires de la recherche en sciences sociales et pas seulement en Tunisie. Elle rappelle que la stratégie de l’enquêteur est fragile, qu’elle peut être réduite à néant par les multiples interactions dans les différentes configurations d’enquête. Mais en définitive, ces bricolages et ces incertitudes sont les sciences sociales en actes, et en rendre compte c’est d’une certaine façon déjà faire des sciences sociales. Dans le contexte tunisien de la fin des années 2000, cette question récurrente – angoissée plus souvent qu’amusée – relevait davantage de l’environnement paranoïaque de la fin du régime autoritaire de Ben Ali. La période n’était pas propice pour le développement d’une recherche collective en science politique ni pour des échanges sur celle-ci. Le voisin, l’ami, le cousin et parfois même le collègue chercheur vous suspectaient d’avoir un agenda caché ; un intérêt dissimulé forcement « politique » ou « carriériste » pour vous frotter ainsi au « Pouvoir ». Beaucoup de chercheurs eux mêmes intériorisant la censure, devenaient des « reproducteurs indirects » de celle-ci, consolidant parfois les supposées lignes rouges à ne pas franchir. Les chercheurs étrangers travaillant sur la Tunisie n’en étaient d’ailleurs pas exempts, loin de la.

Dans cette situation, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain auquel j’étais rattaché entre 2006 et 2009 en tant que Boursier a constitué une sorte de refuge. Tout d’abord parce qu’il offrait des moyens matériels enviables et rares (dont ne peuvent – c’est regrettable – bénéficier que les titulaires de la nationalité française). L’IRMC permettait également une forme de protection autorisant une recherche en science sociale du politique désintéressée. La curiosité policière, les mises en garde n’étaient pas suivies d’effets dès lors que l’on m’étiquetait « stagiaire au consulat de France ». Simultanément aucune immixtion notable de la part des autorités de tutelle n’était faite, cela est important lorsque l’on sait le peu d’égard qu’une partie des représentants consulaires avaient pour la recherche et le zèle dont ils témoignaient pour maintenir le statu quo politique en Tunisie. De retour de mes séjours parfois tumultueux d’investigation dans la région de Gafsa, la sérénité de l’IRMC permettait une plongée paisible dans les données glanées lors de mon terrain. Lieu de convivialité tenu par un personnel permanent de grande qualité, l’IRMC est surtout un centre pluridisciplinaire où historiens, anthropologues, sociologues, géographes, économistes et politistes cohabitent. Cela engendre une confrontation des points de vue et des méthodes remettant en cause nos reflexes de travail : un décentrement salutaire par rapport aux ancrages disciplinaires respectifs qui sont souvent davantage des effets de chapelles et de découpages institutionnels. Lieu d’équilibre précaire – site d’observation et d’analyse privilégié – l’IRMC peut maintenant pleinement collaborer avec une science politique tunisienne encore incertaine, pas assez développée, encore moins banalisée pour comprendre les mutations politiques d’importance en cours dans le pays. En ces temps de rétrécissement identitaire, il serait profitable d’ouvrir les vannes… L’illusion « d’autochtonie », de l’identitaire et de l’appartenance nationale propre du chercheur sont des croyances trompeuses et somme toute peu fructueuses.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Amin ALLAL

est doctorant en science politique, rattaché à l’IREMAM et à l’IEP d’Aix-en-Provence. Il a été boursier à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Amin Allal, « Tu fais de la politique ? Non de la science politique », Le Carnet de l’IRMC, 12 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1138

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Recherche en mode révolution

Stéphanie
Photographie de Stéphanie Pouessel

« L’avenir apparaît comme un champ largement ouvert, gros de toutes les menaces, mais aussi de tous les accomplissements. Alors, nous n’irons pas sur Mars ? Mais bien sûr que si… Et nous réaliserons d’autres impossibles. Il faut tout simplement croire au…miracle, qui est la règle et non l’exception. (…) notre nation n’est pas seulement une nation historique, mais une nation, pour le meilleur et pour le pire, en réserve de l’Histoire », Sousse, 1987. Moncef Marzouki, Arabes, si vous parliez…, Lieu commun, 1987.

Choisir de placer en exergue quelques lignes écrites il y a 25 ans par l’actuel président de la république voudrait ne pas être réduit à un positionnement politique partisan mais à la célébration de l’extraordinaire qui a mené un militant des droits de l’Homme sous dictature au Palais de Carthage quelques décennies plus tard. Pourtant, si à l’international, le Tunisien est passé du statut de « révolutionnaire libre et pionnier » en janvier 2011 à celui d’« islamiste rétrograde et dangereux » en octobre 2011, d’un point de vue de chercheur, la révolution ne m’a pas révolutionnée. Au contraire, elle a été pour moi conservatrice venant renforcer le postulat des sciences sociales, qu’une société n’est qu’inscrite dans l’histoire et en perpétuel mouvement. Donc ce « mouvement » – oui recroquevillé, timide et subtil – était là avant la révolution. La remise en cause des dominations et les rapports de force étaient bien présents mais pas forcement où l’on s’y attendait. Ils résidaient, en ce qui concerne mes propres recherches, dans la critique ethnoculturelle. Plus que jamais, c’était sous dictature qu’il fallait déployer patiemment et dans l’acharnement les ressources des sciences sociales pour nous permettre de voir le subtil du mouvement de la société. Aujourd’hui à découvert, la société tunisienne serait davantage à observer avec calme et humilité. Ce sont quelques fondamentaux que ce passage 2010-2011 et au-delà, mon passage à l’IRMC de 2009 à 2013, m’ont enseigné sur la place du chercheur en Institut français de recherche à l’étranger basé dans le monde arabe.

Il en est d’une francophonie redéfinie : la francophilie remontant au premier chef d’État tunisien et liée aux élites intellectuelles et économiques, et dont l’IRMC participait malgré lui, compose désormais avec l’arrivée au gouvernement de courants « islamistes » qui marquent la mise en valeur de « la langue arabe ». Les arcanes du pouvoir redéfinissent les lignes de démarcations, les critères symboliques, ici linguistiques, se déplacent : le chef de l’État adopte souvent la lahjatitude dans les discours officiels et réintroduit l’usage sudiste du « gue » à la place du « qef ». Et quand certains ministres, après des années d’exil en Angleterre ou au Moyen-Orient, s’avèrent davantage anglophones que francophones, la langue française relativisée est pourtant perpétuée par l’arrivée des Franco-tunisiens siégeant à l’Assemblée constituante.

Il en est de l’« islamisme », concept à géométrie variable et dont les fantasmes qui l’entourent, devraient en faire l’objet non acquis par excellence. Concevoir que ce que l’on nomme islamisme, dans sa configuration historique et nationale qui est la sienne aujourd’hui en Tunisie – qu’il soit le résultat aux dernières élections d’un choix temporaire ou d’une fidélité plus ancrée – ne soit qu’une configuration politique, une idéologie politique comme une autre. Un usage normatif est trop souvent imputé aux sciences sociales qui se font alors juge du bien et du mal de pratiques sociales ou politiques. L’usage normatif provient de la société elle-même et c’est à partir de la qu’il faut l’étudier : la réflexion sur la politisation de la religion, sur le « salafisme », sur la conjugaison possible entre démocratie et islamisme etc. est constante et profonde auprès de groupes issus de la société civile tunisienne. Depuis Tunis, le Forum El Jahedh en est l’exemple phare. Association tunisienne non gouvernementale créée en 1990, elle se présente comme un pont entre les intellectuels et la société afin de permettre une réflexion sur la culture et la pensée arabe. Dernier espace de liberté rassemblant quelques opposants politiques dont certains issus du parti Ennahdha, elle résistera jusqu’aux dernières heures du regime Ben Ali, traitant alors de sujets politiques non nationaux ou de sujets endogènes neutres (la famille). Depuis l’arrivée au pouvoir du parti islamiste en Tunisie, elle multiplie les conférences et les espaces de discussion sur le sujet. Le 14 décembre dernier, l’association reçoit avenue Bourguiba en plein cœur de Tunis le militant salafiste marocain docteur Abou Hafedh pour une conférence sur « le salafisme contemporain et la nécessité de son auto-critique » (Al salafiya al mou’asira wa hajatouha ilâ al naqd al dhati).

Enfin, c’est dans un mouvement d’aller retour France-Tunisie (Maghreb)-France que sont situées, malgré moi, mes recherches et dont le 14 janvier a relancé la donne. Si la recherche est dans sa constitution même une démarche qui vise à défaire les préjugés et les stéréotypes, celle tournée vers le « monde arabe » devait redoubler d’efforts tant le poids des fantasmes orientalistes, islamistes, autoritaristes, etc. étaient (sont) ancrés. Si l’on rajoute, en tant que chercheur de nationalité française, le lien colonial et migratoire entre France et Maghreb, le cocktail est explosif. Salvateur, le 14 janvier ne l’a été que pour quelques temps, le dévoilement d’une société civile hétérogène, ici conservatrice, la nationaliste, quoiqu’il en soit fragmentée a l’instar de toutes sociétés, semble avoir de nouveau jeté l’opprobre sur cette région du monde. De plus, la teneur du vote tunisien depuis la France (un taux important pour Ennahdha) a été interprétée comme un message politique en direction de la France. Mes recherches tunisiennes me ramènent à la posture clé de l’anthropologie qu’est l’anti-ethnocentrisme. N’est-il pas possible de penser que, face à telle situation et issu d’une même histoire, on aurait tous pu réagir ou agir de la même manière ?

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Stéphanie POUESSEL

est chercheure post doctorante et anthropologue en poste à IRMC de 2010 à 2013.

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Recherche en mode révolution », Le Carnet de l’IRMC, 12 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1133

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC ou “ma” révolution tranquille

Vincent
Photographie de Vincent Geisser

Nommé au début de l’année 1996, chercheur à l’IRMC, je débarquais en Tunisie, en ignorant presque tout de la société locale et de ses habitants. Pour ainsi dire, la vision que j’avais du pays était celle de la plupart de mes compatriotes français, imprégnés de clichés exotiques, voire orientalistes : la Tunisie, pays du « juste milieu », à la croisée des civilisations occidentale et orientale, terre de tolérance religieuse, de libération de la femme (merci Bourguiba !), du couscous au poisson (merci les Sfaxiens !) et symbole de l’humanisme méditerranéen (merci Ibn Khaldoun !), dont la douceur de vivre était censée contraster avec la « rugueur » de ses voisins immédiats : l’Algérie et la Libye. En somme, ma représentation de « Tunisie la verte » se limitait à des clichés exotiques, nuancés il est vrai, par quelques bonnes lectures scientifiques sur le pays : LA TUNISIE N’EST PAS UN PAYS ARABE COMME LES AUTRES ! De ce point vue, mon expérience scientifique à l’IRMC a constitué une machine efficace et redoutable à déconstruire les préjugés : confronté aux « réalités du terrain » (comme disent les chercheurs), je découvrais progressivement mais aussi brutalement que la « Tunisie du Jasmin » était celle d’une « douce dictature », certes envahissante et pénible, mais représentant un laboratoire de recherche inespéré pour l’apprenti chercheur que j’étais à l’époque. Sur ce plan, j’aurais au moins tiré un enseignement majeur de mes quatre années passées à l’IRMC : les difficultés de recherche sont parfois plus éclairantes et formatrices que la recherche elle-même. Les fameuses autorisations ministérielles qui n’arrivent jamais (ou très tardivement), l’autocensure, la peur, les réflexes de protection, la discrétion, mais aussi l’humour au second degré, les blagues sur le dictateur (ZABA) et sa femme « Leila », les rencontres clandestines avec mes enquêtés au fond des cafés à chicha, les filatures policières, les jeunes femmes aguichantes employées par « La Dakhilia » (NDLR : ministère de l’Intérieur) ont été surement plus riches pour ma formation de politologue que tous les manuels des sciences sociales de la planète. En ce sens, je puis dire aujourd’hui « merci Ben Ali ! », tu m’as permis de grandir scientifiquement et de comprendre que les peuples ne sont jamais aussi stupides que leurs dirigeants aussi puissants soient-ils.

Plus sérieusement, l’IRMC a représenté, depuis sa création par Michel Camau, ce lieu refuge, cet espace extraordinaire d’échanges et de débats scientifiques, où l’on pouvait se libérer de cette angoisse lancinante à la barbe de nos anges gardiens (ces fameux étudiants moustachus éternellement inscrits en doctorat). C’est aussi à l’IRMC que j’ai fait mes plus belles rencontres intellectuelles avec des collègues universitaires tunisiens, algériens, marocains mais aussi avec ces nombreux scientifiques français de haut-vol. À une époque où pour des raisons de rigueur budgétaire et des considérations géopolitiques, d’aucuns seraient tentés de réduire la voilure de nos centres français à l’étranger (en particulier ceux travaillant sur le monde arabe), je dirais simplement que grâce à l’IRMC, j’ai eu la chance de vivre au moins une RÉVOLUTION dans ma vie, voire d’y participer, sinon de l’anticiper, expérience irremplaçable dans la modeste existence d’un chercheur mortel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Vincent GEISSER

est chargé de recherche au CNRS, en détachement à l’IFPO, Beyrouth. Il a été chercheur à l’IRMC de 1996 à 2000.

Pour citer ce billet : Vincent Geisser, « L’IRMC ou “ma” révolution tranquille », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1113

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook