Archives par mot-clé : recherche

Playlists et publics à Tunis: une étude sur la relation entre l’organisation de l’expérience musicale et des perceptions de changement social dans la capitale

Par Susannah Knights

  • Doctorante en ethnomusicologie sous la direction de Martin Stokes, au King’s College London, boursière du Arts and Humanities Research Council

__________________________________________________________

Cette recherche porte sur le rôle des expériences musicales dans la manière dont des citadins perçoivent les changements dans leur environnement social après 2011. Le but est ainsi de questionner la façon dont les différents styles de playlist sont construits au sein des infrastructures qui encadrent la matière musicale, et la manière dont les publics se construisent autour de ces playlists. En adoptant une approche anthropologique de la musique, cette thèse tentera de réfléchir aux interrelations entre l’organisation du son musical et celle des personnes, à travers l’espace urbain de Tunis.

This research covers the role of the musical experiences in the manner by which city dwellers perceive changes in their social environment after 2011. Thus, the purpose is to question how different styles of playlist are built within the infrastructures where music is framed, and the way by which audiences build themselves in relation to these playlists. Whilst adopting an anthropological approach of music, this Phd thesis will try to think the interrelations between the organization of the musical sound and the organization of people by focusing on the urbain space of Tunis.

يتعلق هذا البحث بدور التجارب الموسيقية في طريقة  إدراك متساكني الوسط الحضري للتغيرات التي طرأت على محيطهم الإجتماعي منذ سنة 2011. يهدف هذا البحث إذن إلى مساءلة الطريقة التي تبنى بها مختلف أنماط الموسيقى داخل البنى التحتية التي تؤطر المادة الموسيقية فضلاً عن الطريقة التي يبني الجمهور بها نفسه تجاه هذه الموسيقى. بإعتماد مقاربة انثروبولوجية للموسيقى، تسعى هذه الأطروحة للتفكير في العلاقات التي تربط تنظيم الصوت الموسيقي وتنظيم الناس، عن طريق دراسة المجال الحضري لمدينة تونس.

_____________________________________________________________

Musique et changement politique à Tunis post-2011

La musique, et la production artistique plus généralement, ont été très liées aux conceptions de résistance et d’activisme depuis la révolution. Dans ce sens, El Omri montre comment les œuvres de poètes et de musiciens ont uni les manifestants dans des gestes collectifs de révolte lors des soulèvements de 2011, en décrivant leur origine à partir d’une sphère artistique qui fournit un espace de contestation sous le règne de Ben Ali (Omri, 2012). D’autres, comme Gana, se sont focalisés sur la manière dont des formes de musique nouvellement populaires, comme le rap, pourraient être vues comme étant des « symboles » où des « miroirs » de la révolution. Ces musiques contournent les canaux de légitimation de l’État, pour s’épanouir sur Youtube, soudainement accessible, et discutent des problèmes de jeunes issus des quartiers populaires (Gana, 2012).

Ces recherches ont mis en lumière l’impact politique explicite que la musique et les musiciens peuvent avoir. Sprengl, dans ses recherches sur la musique dans le contexte post-révolutionnaire égyptien, qui a attiré une attention similaire de la part des universitaires intéressés par les rapports entre politique et musique, démontre que les musiciens ne sont pas toujours en train de « résister », et que la musique n’est pas toujours résistante (Sprengel, 2020). Un séjour à Tunis entre 2012 et 2016 m’a permis de remarquer l’omniprésence de la musique dans la vie urbaine quotidienne, ainsi que la variété des styles musicaux et des formes de performance faisant partie intégrante des moments de loisir, de célébration rituelle ou de « culture ». De même, l’on constate également l’absence de la plupart de ces formes musicales – par ailleurs, les plus consommées (« pop » moyen-orientale ou occidentale, mezoued contemporain) – dans les études qui font le lien entre la musique et la politique dans la société post-révolutionnaire. Sont-elles trop « apolitiques » pour être discutées ?

Cette thèse tentera de réfléchir sur les interrelations entre l’organisation du son musical et l’organisation des gens, à travers l’espace urbain de Tunis, suivant l’idée de Rancière selon laquelle les domaines esthétique et politique s’entremêlent car les deux organisent le « partage du sensible » (Rancière, 2000). Ce papier est l’occasion de présenter brièvement les approches théoriques et méthodologiques adoptées dans cette recherche, et d’expliquer la démarche adoptée qui a conduit vers les formes musicales discutées dans la thèse.

Une approche sur la musique basée sur sa dualité ontologique

La musique est ici entendue selon deux acceptions différentes. D’abord, inspirée des travaux récents en sound studies et en phénoménologie de l’expérience sensorielle, la musique est comprise comme étant une force sonore qui affecte le corps de l’auditeur. À Tunis, les moments musicaux sont souvent discutés dans une logique de jaw, qui les présente comme des atmosphères stylisées aussi bien que des sentiments intrinsèquement plaisants (Jones, 2010 ; Racy, 2004). Au cours de moments musicaux collectifs, ce jaw, ressenti et fait par le groupe à travers la musique, prend des significations différentes, selon la combinaison de styles musicaux et les réponses corporelles (populaires, élitistes, savantes, etc.). Or, la forme atmosphérique de la musique s’organise sous une autre forme : la musique est réduite à une série de structures symboliques, telles que les fichiers mp3, les tracks de CD, les mixes, les partitions, les vidéos Youtube. Ces objets sont organisés par ceux qui font du « travail esthétique », qu’ils soient musiciens ou organisateurs, et leur mouvement dépend de la nature des infrastructures qui les encadrent, tels que les réseaux de télécommunications, les systèmes de droits d’auteur, etc. (Böhme, 1993 ; Larkin, 2004). Les sons se cristallisent derrière des étiquettes, qui restent pourtant contestées, telles que « rap », « arabe », « occidental », ou encore « musique professionnelle ».

Lorsqu’on réfléchit à la relation entre la musique comme expérience atmosphérique et la musique comme structure symbolique, on se trouve face à de nouvelles questions dans le contexte du Tunis post-révolutionnaire : comment, depuis la révolution, les nouvelles conceptions des façons légitimes d’organiser et de catégoriser la musique ont-elles abouti à l’émergence de nouveaux types d’atmosphères musicales ? Comment ces atmosphères musicales organisent-elles des corps à travers la capitale ? Et comment les expériences musicales des auditeurs – qui sont simultanément des expériences des modalités d’organisation et des infrastructures elles-mêmes – influencent-elles la manière dont les gens perçoivent les changements sociaux et politiques à Tunis et ailleurs ?

Méthodes : apprendre à écouter

Compte tenu de l’importance de comprendre la manière dont les catégories musicales elles-mêmes sont formées, le travail de terrain initié en 2019a privilégié une échelle d’observation assez large au lieu de se concentrer sur des groupes ou des musiques déjà définis. Il s’agissait de comprendre comment la musique circulait dans autant d’espaces urbains de Tunis, et de cartographier l’espace : de noter où, et quand, certains styles étaient entendus ; de voir la manière dont des styles, des comportements et des significations sociales se fabriquent  et de comprendre le fonctionnement des économies musicales dans différentes situations. La méthode principale retenue était donc l’observation participante via l’écoute méthodique du son musical dans différents temps et espaces – par exemple, les sorties des bars chics de Gammarth où le public est attiré par des musiques fortes et bouleversantes, les moments passés aux cafés du centre-ville où la musique bourdonne en arrière fond, les mariages dans divers quartiers où la musique fournit la structure du rituel, ou encore les festivals où la musique représente la « culture ». S’appuyant sur les méthodes d’anthropologues comme Kapchan, cet apprentissage était embodied  : j’étais en train d’apprendre comment écouter, ressentir et réagir « de manière appropriée » à différents rythmes, mélodies et sons instrumentaux dans différents contextes, à travers lesquels il était possible d’étudier la façon dont les réponses corporelles aux sons affectent la manière dont le corps est genré, classé ou racialisé (Kapchan, 1995). De nombreux enregistrements sonores et vidéos ont été captés dans le but de suivre l’évolution temporelle du son pendant les moments musicaux. Des entretiens avec des organisateurs, des musiciens et des auditeurs, qui faisaient partie de mêmes situations musicales ont été menés pour comprendre la logique derrière l’organisation des sons, et les perceptions des auditeurs de cette organisation.

Les playlists et les publics

À partir de ce travail de terrain, la centralité de la « playlist » a été abordée en tant qu’infrastructure d’organisation au cœur de l’expérience musicale actuelle à Tunis. L’influence des « playlisters » est très importante – qu’il s’agisse de DJs radio qui mettent en ordre des playlists sur des logiciels semi-automatiques, de travailleurs aux cafés qui téléchargent des listes sur des clés USB, des algorithmes de Youtube, ou de musiciens qui fabriquent des « cocktails » pendant leurs performances en live. Ce qui est intéressant, c’est la manière dont ces « playlisters » créent des sons composites qui correspondent à leurs publics imaginaires – et la manière dont des publics se forment autours des playlists.

Penser à partir de la playlist permet de réfléchir à plusieurs choses. Ainsi, il semble que les tendances sociales qui soient marquées et influencées par différentes pratiques de « playlisting » qui traversent divers médias et situations – des sensations de « mainstream », « élite alternative », « traditionnelles », « culturelles » et « commerciales » sont toujours définies de manière relative les unes aux autres, et en partie à cause de la playlist. Outre les différentes combinaisons de styles musicaux, ces playlists montrent les différentes méthodes de classement, les différents usages de technologies et d’infrastructures de télécommunication, et les différentes pratiques de catégorisation. Dans ces différentes playlists, ce qui constitue « le jaw », « le confort » ou « le réconfort » semble être surtout axé sur les différentes conceptions et les traitements divers d’éléments stylistiques « arabe », « tunisien » et « occidental ». Mais, il semble que les mécanismes à la fois propres au capitalisme et à la tradition nous ont fourni un pool de chansons « virales » et « de base » qui oscillent entre les contextes, en interrompant les cohérences fabriquées par les playlisters.

 

Bibliographie

Böhme Gernot, 1993 “Atmosphere as the Fundamental Concept of a New Aesthetics”, Thesis Eleven, vol. 36, n° 1, 113-126.

Gana Nouri, 2012, “Rap and Revolt in the Arab World”, Social Text, vol. 30, n° 4, 25-53.

Jones Alyson E., 2010, “Playing Out: Women Instrumentalists and Women’s Ensembles In Contemporary Tunisia”, these de doctorat en philosophie, section musicologie, Université du Michigan.

Kapchan Deborah A., 1995, “Performance”, The Journal of American Folklore, vol. 108, n° 430, 479-508, [En ligne : https://doi.org/10.2307/541657].

Larkin Brian, 2004, “Degraded Images, Distorted Sounds: Nigerian Video and the Infrastructure of Piracy”, Public Culture, vol. 16, n° 2, 289-314.

Omri Mohamed-Salah, 2012, “A Revolution of Dignity and Poetry”, boundary 2, vol.  39, n° 1, 137-165.

Racy A. J., 2004, Making Music in the Arab World: The Culture and Artistry of Tarab, Cambridge, Cambridge University Press.

Rancière Jacques, 2000, Le Partage du sensible : Esthétique et politique, Paris, La Fabrique.

Sprengel Darci, 2020, “Neoliberal Expansion and Aesthetic Innovation: The Egyptian Independent Music Scene Ten Years After”, International Journal of Middle East Studies, vol. 52, n° 3, 545-551.

 

 

 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Luttes frontalières pour la vie et face à la disparition de migrants au Mexique et en Tunisie

Subjectivités politiques, justices et mobilités migratoires

Par Edgar D. Córdova Morales

  • Doctorant au Centre de Recherche et d’Études supérieures en Anthropologie sociale (CIESAS), Mexique sous la direction de Rachel Sieder et en accueil scientifique à l´IRMC sous la supervision de Betty Rouland en 2019.

________________________________________________________

Cette recherche porte sur les luttes frontalières menées par deux organisations de recherche de migrants disparus : l’une à la frontière sud mexicaine, l’autre dans le littoral tunisien de la Méditerranée centrale. Il est question d’analyser les nouvelles subjectivités politiques, de justice et de solidarité que ces organisations produisent en s’alliant avec des acteurs solidaires, comme les migrants ou les activistes. Ces deux organisations sont envisagées comme participant d’une lutte plus large à l’encontre un régime frontalier global.

This research focuses on the border struggles led by two organizations of research of missing migrants, in the south Mexican border and in the Tunisian coast of the central Mediterranean. The purpose is to analyze the new political subjectivities of justice and solidarity that these organizations are producing by making alliances with sympathising actors, such as migrants or activists. These two organizations are considered as a part of a broader struggle facing a global border’s regime.

يهتم  هذا البحث بالصراعات الحدودية التي تقودها منظمتا بحث عن المهاجرين المفقودين واحدة في الحدود الجنوبية للمكسيك  والاخرى في الساحل التونسي وسط البحر الأبيض المتوسط. يتعلق الأمر بتحليل الذاتيات السياسية الجديدة للعدالة والتضامن التي تفرزها تحالفات هذه المنظمات مع فاعلين متضامنين، كالمهاجرين والناشطين. سيتم التطرق لهذين المنظمتين بإعتبارهما جزءًا من نضالٍ أوسع يواجه نظاماً كونياً للحدود.

_________________________________________________________

Cette thèse analyse les luttes frontalières menées par deux organisations de chercheurs de migrants disparus. La première œuvre dans la région de Soconusco (Chiapas), à la frontière sud du Mexique, la seconde sur la côte sud de la Tunisie, en Méditerranée centrale. Elles constituent des enclaves critiques, parmi les circuits migratoires les plus dynamiques, fréquentés, violents et les plus contestés du monde dans le contexte de la phase globale actuelle du capitalisme néolibéral.

Sur la base d’une triade théorique critique composée d’études sur les frontières (Walters, 2010 ; Mezzadra, Neilson, 2013), de la perspective de l’autonomie migratoire (Boutang, 1998 ; Papadopoulos et al. 2008; Mezzadra, 2010) et de la géographie radicale (Lefebvre [1974] 1991; Hyndman, 2004), l’un des points de départ de cette recherche sont les relations socio-spatiales conflictuelles qui produisent des espaces hétérogènes et dynamiques, constamment reconfigurés par des relations de pouvoir complexes et inégales. Dans cette perspective, la frontière sud mexicaine et la côte sud tunisienne sont considérées comme des paysages frontaliers (Rajaram, Warr, 2007), c’est-à-dire des espaces complexes et tendus de luttes et d’articulations sociopolitiques historiquement produits et inhérents à la dynamique de l’accumulation capitaliste, où la tension violente entre la mobilité migratoire irrégulière et le contrôle de ces frontières sont constitués en tant qu’éléments centraux et caractéristiques de ces espaces.

Ainsi, je fais l’hypothèse que les paysages frontaliers du Mexique et de la Tunisie, bien que très éloignés géographiquement, soient des nœuds intimement et fortement articulés par une série de luttes frontalières (Rodríguez, 1996 ; Mezzadra, Neilson, 2013) telles que la recherche de personnes disparues, ainsi qu’un régime global des frontières (Varela, 2016). Ce régime, conçu comme un assemblage de connaissances et de pouvoirs qui circulent et prennent forme à travers l’articulation de politiques migratoires, de lois et de traités internationaux par les États et en liaison avec les institutions internationales, les sociétés de sécurité et les organisations criminelles, approfondit l’actuel développement géographique inégal (Harvey, 2006). Ce processus perpétue et approfondit les inégalités mondiales, notamment par la prolifération d’infrastructures frontalières militarisées qui tentent de réguler violemment la migration des personnes en provenance du Sud global au moyen de critères d’exclusion, principalement en termes de classe, de race et de nationalité. En conséquence, et compte tenu de la nécessité de transiter clandestinement dans des zones plus dangereuses afin de chercher de nouvelles opportunités de vie aux États-Unis et en Europe, des dizaines de milliers de migrants meurent et disparaissent à la frontière sud du Mexique et sur la côte tunisienne.

Ainsi, le regard ethnographique est axé sur le pont frontalier international « Rodolfo Robles », Ciudad Hidalgo et Tapachula à Soconusco (Chiapas), récemment constitués comme des espaces de recherche de migrants disparus et d’intense mobilité migratoire provenant d’Amérique centrale. En ce qui concerne la côte tunisienne, cette recherche se concentre principalement sur la ville côtière de Zarzis ainsi que sur le point transfrontalier tuniso-libyen de Ras Jedir, également zones privilégiées des flux migratoires subsahariens vers l’Europe où des milliers de personnes disparaissent dans de multiples naufrages en Méditerranée.

Dans ces paysages frontaliers, cette recherche a suivi et accompagné deux organisations qui constituent des cas emblématiques de nouvelles luttes frontalières en Amérique latine et au Maghreb ces dernières années. Il s’agit du « Movimiento Migrante Mesoamericano » regroupant et soutenant un réseau de petites organisations honduriennes à la recherche de migrants disparus dans le sud du Mexique, et de l’association tunisienne « La Terre Pour Tous », dont les membres tentent de retrouver leurs proches disparus en Méditerranée centrale alors qu’ils essayaient de rejoindre l’Europe. À leur tour, ces organisations sont soutenues par deux réseaux antiracistes de soins et de soutien solidaire (Bishop, 2011) pour la libre mobilité des migrants : « Carovane Migranti » et « Caravana Abriendo Fronteras », composées d’organisations et de migrants de toute l’Italie et de l’Espagne, pays de destination des migrations.

En tant qu’alliés des organisations de recherche des migrants disparus, les activistes italiens et espagnols commencent à soutenir conjointement le Movimiento Migrante Mesoamericano (Mexique) et La Terre pour tous (Tunisie). Ils leur fournissent un accompagnement, un soutien logistique, socio-affectif, économique et médiatique. Et ce, dans le but d’aider leurs membres honduriens et tunisiens à se déplacer librement et en toute sécurité pour retrouver leurs disparus le long de la Soconusco (Mexique), de la côte méditerranéenne tunisienne et, dans certains cas exceptionnels, en Italie, principale destination des personnes quittant la Tunisie. Racialisés, appauvris et criminalisés par leurs nationalités, la mobilité transfrontalière des chercheurs de disparus – généralement limitée par le régime global des frontières en place au Mexique et en Tunisie – est vitale pour leurs luttes.

En outre, ces réseaux antiracistes de soins et de soutien solidaire ont été essentiels à la formation d’une alliance transocéanique pour la recherche des disparus. Agissant comme un « pont de solidarité », la Carovane Migranti a contribué à la réalisation du 1er Sommet mondial des familles de disparus fin 2018 au Mexique, un scénario où les familles de disparus tunisiens ont rencontré pour la première fois leurs homologues honduriens. Il a ainsi permis l’échange de stratégies de recherche, de témoignages de douleur, de revendications politiques ainsi qu’une série d’engagements pour l’unification d’un front mondial dans la recherche des disparus et la dénonciation des États qui favorisent le contrôle des mobilités, à savoir l’Europe et les États-Unis. Ce sommet a été suivi d’une initiative politique fortement promue par la Caravana Abriendo Fronteras  en Andalousie (Espagne) durant l’été 2019, dans laquelle des chercheurs de migrants disparus honduriens et tunisiens se sont à nouveau réunis pour participer à des activités de dénonciation des milliers de morts et de disparitions en Méditerranée, avec des organisations solidaires de la libre mobilité des migrants de toute l’Espagne.

Sur la base d’un large éventail de pratiques collectives telles que l’utilisation critique de la loi dans les instances judiciaires, les manifestations, les assemblées, les stratégies médiatiques de dénonciation, les nouvelles stratégies de recherche des disparus et les articulations avec les réseaux de soins et de soutien antiracistes, les luttes frontalières de La Terre Pour Tous et du Movimiento Migrante Mesoamericano ainsi que leurs alliés ont pour but : 1) une mobilité transfrontalière libre et régulière afin que leurs membres honduriens et tunisiens puissent retrouver collectivement leurs disparus, morts ou vivants, 2) la demande de justice et de réparation auprès de l’État mexicain, le gouvernement tunisien et l’Union Européenne en tant que promoteurs et exécuteurs des politiques frontalières qui criminalisent la mobilité migratoire, et 3) la reconnaissance du chercheur de disparus en tant que sujet politique et de la disparition des migrants comme un problème mondial s’inscrivant dans un continuum historique de violence raciste et xénophobe sous une généalogie coloniale et de dépossession.

Suivant l’approche de l’autonomie des migrations, cette étude propose donc de voir les chercheurs de migrants disparus et les migrants non plus comme des « citoyens ratés », passifs et soumis aux États, mais plutôt comme des protagonistes historiques et des sujets politiques centraux insérés dans des réseaux de solidarité qui, en défiant le régime des frontières dans ses objectifs politiques et de justice, rejettent plus largement les violents échafaudages juridiques étatiques. En effet, cette perspective permet de souligner les aspects subjectifs de la mobilité, révélant que les migrations ont été un mouvement politique et social contingent, contentieux et autonome.

Dans cette optique, les luttes frontalières sont conçues comme une série de pratiques organisationnelles où des acteurs hétérogènes, mais également exclus des ordres étatiques en termes de citoyenneté, de classe et de race, se réunissent pour créer des réseaux qui visent non seulement à remettre en question le contrôle de la mobilité frontalière, mais aussi à proposer de nouvelles formes de vie, de subversion et de justice dans les paysages frontaliers de la Tunisie et du Mexique. Ainsi, le principal objectif est d’identifier et d’analyser les nouvelles subjectivités politiques, de justice et de solidarité que les organisations à la recherche de migrants disparus génèrent en s’alliant à des acteurs de solidarité, tels que les migrants en situation irrégulière et les militants antiracistes, dans leurs processus de recherche en Tunisie et au Mexique. Est également abordée la façon dont une analyse conjointe de ces deux organisations pourrait constituer une lutte transocéanique face à un régime global des frontières.

D’autre part, cette ethnographie multisite réalisée entre octobre 2018 et septembre 2019 s’est appuyée sur une série de techniques qualitatives telles que des témoignages, des conversations ethnographiques, des entretiens semi-directifs et l’observation participative dans une perspective critique, sur la généalogie de l’anthropologie engagée et en collaboration avec des organisations de recherche de migrants disparus.

Par conséquent, cette recherche part du principe épistémique selon lequel « il n’y a pas une seule vérité qui attend d’être découverte par l’observateur impartial, tout en présupposant que toute connaissance est partielle et contingente » (Leyva, 2010, 3). Elle adhère donc à la vision qui rompt avec l’exercice ethnographique supposé « objectif », dont les préceptes ont encouragé la position neutre et indifférente du chercheur, reflétée dans la recherche de structures statiques, d’attentes culturelles et de normes sociales fixes, au détriment de la perspective des acteurs sociaux opprimés. Ainsi, ce projet n’est pas seulement né d’une préoccupation académique, mais aussi d’une décision politique visant à rendre visible la disparition des migrants comme un problème mondial urgent et à remettre en question les politiques et les pratiques qui génèrent la violence, la souffrance et l’injustice pour des milliers de personnes. De même, cette thèse pourrait aussi aspirer à être une contribution documentaire aux luttes des organisations accompagnées ainsi que de leurs alliés.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme : témoin des recompositions de la cause des droits de l’homme, et des signifiés derrière le concept de « société civile » en Tunisie ?

Riadh Amine Ben Mami
Doctorant en science politique à l’IEP d’Aix-en-Provence | CHERPA
Intitulé de thèse : « Consolider la démocratie et reconstruire la société civile. Les associations de « surveillance démocratique » en Tunisie ».

Il s’agit ici de sa présentation de l’atelier doctoral de l’IRMC du 4 décembre 2019.

Près de neuf ans après la révolution tunisienne, une des plus importantes mutations politiques du pays est la recomposition de sa vie associative. En plus de s’être densifiée, elle échappe désormais à la tutelle étatique et peut librement prétendre à s’engager dans les affaires politiques du pays. Dès mon master en 2016, j’ai axé mes recherches vers les associations dont le siège central est à Tunis et, notamment, la Ligue Tunisienne pour la défense des Droits de l’Homme (LTDH). Dans le cadre de ma thèse, j’élargis ce corpus y intégrant désormais un ensemble d’associations ayant émergé depuis 2011 et qui investissent une forme spécifique d’engagement citoyen : la « surveillance de la démocratie ». Mes travaux, dans une démarche complémentaire, cherchent à établir un lien entre ces deux objets de recherche et types d’association.

            Fondée en 1977 et légalisée l’année suivante, la LTDH compte une trentaine de sections régionales, fédère quelques 3 000 adhérents et s’organise autour des déclarations et traités internationaux se référant aux droits humains. Véritable « refuge du politique » sous Ben Ali, elle a connu pressions et répressions. Rien ne semble donc, a priori, la rapprocher de ce nouvel ensemble d’associations hétéroclites que j’étudie désormais. Beaucoup plus récentes, elles sont surtout plus professionnalisées (au double sens de salarisées et se revendiquant d’« expertises » et de méthodologies standardisées), ne comptant parfois que peu, voire pas, de militants bénévoles. Concomitantes à l’arrivée de la coopération technique et financière en 2011-2012 en Tunisie dans le domaine de l’ingénierie de la gouvernance, elles multiplient les initiatives pour observer différentes élections sur tout le territoire, jouer le rôle d’observateur (et parfois, lobbyistes) auprès des politiques, lancer des alertes contre la corruption et les mauvaises pratiques et, parfois, deviennent de véritables acteurs de réforme des politiques publiques. Pourtant, une série de connexions s’établit au fur et à mesure entre ces types d’association, au-delà de quelques formes de transferts générationnels (filles et fils de militants de l’opposition au régime autoritaire membres de cette association quarantenaire intégrant ces nouvelles associations).

            Le premier lien est tout simplement formel. Ciblant en premier lieu les associations observant les élections en Tunisie depuis la révolution, il m’est rapidement apparu que la première initiative de ce type remonte aux élections de 1994. À ce moment crucial de recomposition du militantisme des droits de l’homme face à Ben Ali, après des premières formes de coopération et cooptation en direction du régime, la LTDH lance la première observation électorale. À l’occasion des élections de 2011, 2014, voire au-delà, elle est admissible aux accréditations en tant qu’« observateur local » de la part de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections, au même titre que Atide et Mourakiboun. Portée initialement à la tête d’un Observatoire réunissant plusieurs associations « historiques » de la société civile tunisienne, la LTDH intègre par là-même un des premiers projets financés par la coopération extérieure en Tunisie et l’un des plus conséquents.

            En effet, au même titre que le réseau Mourakiboun, la Ligue est financée dès 2011 par des fonds de la Commission Européenne. Pour autant, leur positionnement vis-à-vis des acteurs de la coopération internationale diffère radicalement. Le réseau Mourakiboun, alors en construction, entend bien s’appuyer sur l’assistance technique internationale et opte donc rapidement pour la consolidation de son réseau dans le temps autour de la gestion de différents projets, dans le domaine des élections, de la décentralisation ou dans la santé. En revanche, la LTDH refuse toute immiscion étrangère (par le biais de formateur par exemple) dans son projet « élections ». C’est pourquoi en 2014, elle ne publie pas le rapport narratif et peine à remettre le rapport financier, dispositions obligatoires dans ce type de financements. Elle ne peut donc pas obtenir de financements pour reconduire son projet au-delà des premières élections de la IIème République Tunisienne. La LTDH semble plus réticente que les jeunes associations à se reconvertir à la « gestion de projet » dans le domaine de la gouvernance.

            Avant 2011, la Ligue, désignée comme advocacy NGO par Michel Camau[1], cherchait déjà, comme d’autres associations indépendantes ou opposantes, à influer sur les législations ou les politiques publiques. Dans les années 1980, rejointe par l’Association Tunisienne des Femmes Démocrates, elle lance une large campagne – conférences de presse, séminaires, interventions médiatiques – en faveur de changements législatifs ou de ratifications de traités régionaux ou internationaux. Avec l’ATFD, elle contribue à la ratification partielle du CEDAW en Tunisie, Convention pour l’Elimination de toutes les Discriminations à l’égard des Femmes[2]. Dès les années 1980, elle est un élément clé de la réglementation de la garde à vue. Son « plaidoyer » incessant va de pair avec une professionnalisation de plusieurs militants ligueurs : maîtrise croissante des conventions et du langage des organisations. C’est pourquoi, après 2011, la ligue professionnalise sa démarche d’acteur de la « société civile » via la rationalisation et la managérialisation de son action dans le domaine des droits de l’homme, sous la forme d’un véritable triptyque, évaluation-sensibilisation-plaidoyer.

            Dans les années 1970, l’éviction de l’aile libérale du parti unique donne naissance à la LTDH, en vue de contribuer à une libéralisation du régime tunisien. Ce faisant, intégrant des formes de « coopération institutionnelle » entre les autorités, locales et nationales et les militants de la Ligue, la LTDH a progressivement assumé un rôle, quasi-public, de médiateur, auprès d’un large public se sentant atteint dans ses droits et dignité. Son plaidoyer s’appuie sur des formes de cooptation et d’auditions concédées par le pouvoir, alors même qu’elle incarne un avatar, très particulier, d’opposition légale. Plus tard, dans les années 1990-2000, de plus en plus investie par des militants de partis, et de plus en plus réprimée par un régime supprimant toute voix dissidente, la Ligue est la pionnière dans le recours au référentiel des droits de l’homme, aux conventions et organisations internationales pour dénoncer les exactions du pouvoir de Ben Ali.

            Acteur incontournable des genèses plurielles des droits de l’homme et de la « société civile » en Tunisie, qu’ils prennent un sens de coopération (et parfois de composition) avec le régime autoritaire ou d’opposition à celui-ci, la LTDH doit, depuis 2011-2012, concilier avec la recomposition du champ associatif et le décuplement des possibilités de financements extérieurs, mais aussi avec les recompositions profondes des droits de l’homme et de la société civile tunisienne. Soumise à la concurrence pour les financements et à l’injonction à produire des résultats mesurables, la LTDH doit désormais apprendre à gérer efficacement des projets. Parallèlement, les droits de l’homme acquièrent un sens nouveau, avec le déclin (relatif) des organisations généralistes, au profit d’organisations « spécialistes » de droits « spécifiques ». Dans ce contexte, la Ligue, co-récipiendaire du Prix Nobel de la Paix de 2015, du fait de sa participation au Quartet organisant le Dialogue National de 2013-2014, est aujourd’hui au confluent de débats profonds sur le devenir d’une telle formation historique dans les scènes politiques et associatives contemporaines.

[1] Camau Michel, 2002, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la démocratisation », Revue internationale de politique comparée, vol. 9, 213-232.

[2] Il faut attendre 2014 pour sa ratification intégrale.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, bulletin trimestriel octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante

Imane el Fakkaoui, doctorante, Centre marocain des sciences sociales, Université Hassan II, FLSH Ain Chock Casablanca, Maroc – la migration des femmes subsahariennes au Maroc

Les trois éditions de l’école doctorale itinérante ont réuni des doctorants et des docteurs, issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, anthropologie, géographie, droit, agronomie, économie, démographie), ainsi que des encadrants et des conférenciers (chercheurs ou enseignants).

Les trois formations intensives se sont tenues à Bamako (Mali) en 2016, à Saint Louis (Sénégal) en 2017 et à Ouidah (Bénin) en 2018. Elles regroupaient un nombre important de doctorants et des jeunes chercheurs africains. Courtes, mais efficaces, ces formations nous ont permis de survoler notre continent. Entre les participants s’est développé un partage d’informations et d’expériences, un apprentissage interactif et participatif des cultures et des habitudes de l’autre. Les échanges ont dépassé les salles de cours pour s’imposer dans les couloirs des résidences et autour des tables à manger, ainsi que pendant les sorties organisées chaque soir par les doctorants originaires du pays où s’organisait l’école, jouant ainsi le rôle de guide et de négociateur lors de nos transactions.

Des liens, des amitiés et des relations qui dépassent les frontières ont été établis par la suite entre les doctorants, pour former un réseau de chercheurs qui collaborent : lecture des travaux, correction en cas de besoin, partages des annonces liées aux appels à communications et aux différentes opportunités. L’école doctorale itinérante en sciences sociales est une occasion unique de s’ouvrir sur d’autres thématiques, disciplines et terrains de recherche.

L’école doctorale se déroule toujours en deux temps. Les matinées sont consacrées aux conférences qui donnent lieu à des débats entre l’ensemble des doctorants et les conférenciers. Elles permettent de renforcer les convergences entre les travaux des étudiants et les avancées scientifiques récentes sur l’Afrique. Le second temps est consacré aux ateliers où l’occasion est donnée aux doctorants de présenter leurs travaux relevant de disciplines différentes, et abordant des thématiques diversifiées. Les présentations des doctorants, d’une durée maximale de 20 minutes, doivent permettre à l’auditoire de comprendre le sujet de la thèse, sa méthodologie, ses hypothèses, les premiers résultats et les terrains pratiqués. En retour les encadrants et les autres doctorants jouent le jeu de la discussion, pointant les convergences avec leurs propres travaux, apportant des conseils méthodologiques ou bibliographiques, des recommandations,parfois des orientations, ou posant des questions d’ordre factuel.

Ces ateliers ont permis de faire bénéficier d’un regard extérieur, fondé sur des remarques pertinentes qui ont permis aux doctorants de sortir de leur propre pensée et d’apporter un nouveau regard sur leur problématique.

Photo des doctorants maghrébins lors de la première édition de l’école doctorale itinérante qui a eu lieu à Bamako en 2016

© photo d’auteur.

Les photos de la troisième édition à Ouidah, Bénin

© photo d’auteur. 

© photos d’auteur.

Imane el Fakkaoui

Pour citer ce billet : Imane el Fakkaoui, «L’Ecole doctorale itinérante Maghreb-Afrique subsaharienne de l’IRMC, témoignage d’une doctorante», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2330.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’eau : objet de recherche, « miroir des sociétés » ?

irrigation Babnet.net
Développement de la gestion de l’irrigation en Tunisie
© Babnet.net

Un atelier sur les approches sociales de la gestion de l’eau agricole en Tunisie a été organisé à l’INAT, le 22 avril 2014 à l’initiative de  Jeanne Riaux (IRD), en coordination avec  Alia Gana (IRMC) et Mohamed Salah Bachta (INAT), dans le cadre du programme ANR AMETHYST. Partant du constat de l’importance des travaux de recherche sur l’eau en Tunisie mais de la faiblesse des échanges à ce propos entre équipes et institutions en Tunisie, l’objectif de cette rencontre a été de mettre en réseau ces chercheurs (INAT, IRMC, INRAT, IRD, Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, Université de Sfax) ainsi que les nombreux étudiants en sciences sociales (Master, doctorants et post-doctorants) travaillant sur les questions de l’eau dans le pays.

IrèneAprès une allocution d’ouverture par le directeur de l’INAT, Elyes Hamza, qui a accueilli cette journée d’étude, la matinée a débuté avec trois interventions sur la gestion sociale de l’eau et son approche historique en Tunisie. Thierry Ruf (IRD, UMR GRED) a d’abord exposé les apports de cette démarche, en rappelant que l’histoire hydraulique est, dès le départ, sociale et politique, du fait des multiples formes d’appropriation et de gestion de l’eau au sein des sociétés. Il a également présenté les différentes écoles de pensée, et les apports disciplinaires proposés par les sciences sociales dans le domaine de l’eau, et l’évolution des thématiques de réflexion – des études locales de systèmes hydrauliques à l’eau comme bien commun. Ensuite, Habib Belaïd et  Béchir Yazidi (Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine) ont rappelé qu’il existe peu d’études en histoire sur la gestion des ressources naturelles, et que l’histoire de la gestion de l’eau a souvent été réalisée dans le cadre d’autres disciplines, et en premier lieu par les sciences de l’ingénieur. Néanmoins, la discipline historique a témoigné d’un récent intérêt pour ce thème, et a notamment montré que la mobilisation de l’eau a constitué l’un des piliers de la colonisation en Tunisie, à travers la domanialisation et l’accaparement de la ressource. Une part importante des sources d’archives étant toutefois produite par les autorités coloniales, la réflexion doit être orientée sur l’évolution des cadres juridiques et administratifs de l’eau, les archives, ainsi que sur les échelles d’analyse.

Par la suite, plusieurs étudiants sont intervenus pour exposer leurs travaux de recherche.  Jamel Ben Nasr (INAT) a ouvert la session « Gouvernance de l’eau et institutions » en explicitant les différentes acceptions du concept de gouvernance et les écoles de pensée auxquelles celles-ci se rapportent. Il mobilise dans le cadre de sa thèse un terrain dans la région de Zaghouan et des modèles de matrice pour analyser les rapports de force locaux, et voir les effets de la gouvernance sur l’efficacité de la gestion de l’eau.

Sameh Rekik Bouguecha (INAT) a expliqué comment elle analyse dans sa thèse les blocages institutionnels et les liens entre innovation, croissance, développement et durabilité, à partir du cas d’étude de deux périmètres publics irrigués dans le gouvernorat de Sfax. Des discussions se sont alors engagées sur les décalages qui peuvent exister entre volonté des institutions et réalités locales, sur les différences d’approches méthodologiques – hypothético-déductive ou inductive – et sur la façon d’articuler terrain et théorie : l’eau a toujours une dimension spatiale, c’est finalement la manière d’aborder cette spatialité qui diffère.

On a retrouvé ensuite cette réflexion à travers l’intervention de  Wafa Ben Fraj (INRAT/INAT), dans la tension entre défense du système écologique et poursuite de l’aménagement du bassin versant de l’Ichkeul dont une partie a été classée parc national. Ce type de questionnement invite à étudier la perception des changements environnementaux selon les différentes parties prenantes et invite à considérer l’emboîtement des échelles. La deuxième session « Gestion de l’eau, pratiques techniques et dynamiques socio-territoriales » a regroupé des travaux centrés sur la dimension sociale de l’eau.

Golf_Gabes_2 www.apal.nat.tn
Golf de Gabès
© www.apal.nat.tn

Irène Carpentier (Paris I / IRMC) a souligné que dans les études sur les oasis, l’eau demeure souvent au centre des recherches et contribue à alimenter un fantasme (l’eau au cœur des crises) qui monopolise les débats. Elle propose dans sa thèse de dépasser cette vision à travers une approche typologique des formes d’utilisation de l’eau et de valorisation des territoires.

L’intervention de Zakia Jenhaoui (IRD) s’est focalisée sur la multiplication des puits de surface dans le Kairouanais et leur rôle dans l’amélioration de l’accès à l’eau. Elle a insisté sur leur valeur symbolique et sur les relations d’alliances et d’oppositions qu’ils révèlent : le puits a un moment unifié les populations mais tend aujourd’hui à les disperser. Une des questions posées a été celle du changement à venir, du fait de l’introduction des forages, qui reposent sur une nouvelle technique d’accès à l’eau.

Par ailleurs, Anne-Laure Collard (IRMC/IRD) a montré comment elle mobilise l’approche de sociologie des techniques, utilisée dans le cadre de sa thèse au Brésil, pour analyser le renouvellement des rapports de pouvoir liés à l’évolution des formes d’accès à l’eau dans le Kairouanais. Elle s’intéresse ainsi à la réinvention des pratiques de l’eau en transposant le lien entre eau, technique et pouvoir pour la zone des eaux pérennes du Merguellil. La troisième session était centrée sur les liens entre eau et foncier, à travers l’étude de l’accès, des usages et des concurrences pour la ressource.

Mathilde Fautras (Paris Ouest/IRMC) a expliqué comment l’irrigation a transformé les espaces ruraux dans la région de Sidi Bouzid, en s’imposant comme une nouvelle norme alors même qu’elle concerne une minorité des espaces cultivés. Elle cherche à analyser les conflits d’accès à l’eau qui entraînent différentes stratégies d’adaptation, en lien avec la question de la sécurité alimentaire.

Dans son Master, Fadwa Saïdani (Supagro/IRSTEA) s’intéresse à la diversité des modes d’accès aux eaux souterraines et leur influence sur l’accès au foncier. Un des objectifs de son travail consiste à élaborer une typologie des formes d’accès à l’eau en lien avec les modes de faire valoir, à partir du cas de Chebika dans le gouvernorat de Kairouan.

Malek Ghilleb (Supagro/IRSTEA), qui travaille en tandem avec Fadwa, a présenté quant à elle son Master sur les liens entre accès à l’eau et vulnérabilité, en mobilisant les concepts de risque, sustainable livelihoods, et adaptation.

Ces présentations, qui témoignent de la diversité des approches de la question de l’eau, ont suscité un débat animé entre les participants sur la place de l’eau dans les recherches en sciences sociales : celle-ci est- elle un objet de la recherche, ou un miroir des sociétés, un alibi permettant de reproduire des conflits, tensions et relations de pouvoir existant par ailleurs ? La discussion s’est aussi structurée autour de la question suivante : les études sur l’eau répondent-elles à une demande sociale ? Quelle est la dimension sociétale de cette thématique, et dans quelle mesure la recherche peut-elle – outre l’évaluation et la critique des modèles dominants – proposer des alternatives, de nouveaux modèles de fonctionnement ? Il est ressorti des échanges que l’eau n’est jamais le facteur unique des tensions, et qu’il est nécessaire de prendre en compte les autres aspects pour comprendre les dynamiques internes, locales. Car l’enjeu réside dans la transformation des systèmes, voire dans leur survie. Aussi, les participants ont longuement débattu de la légitimité du chercheur à construire son sujet : faut-il nécessairement une dynamique locale ou une demande explicite pour justifier la recherche ?

Le dialogue engagé lors de cette journée d’étude pourrait se poursuivre en pérennisant un espace de débat autour des travaux d’étudiants sur les thématiques de l’eau. Plusieurs perspectives ont été évoquées, le groupe a notamment envisagé d’organiser des visites croisées sur les différents terrains. De plus, l’idée serait de mettre en commun et constituer un corpus théorique sur l’étude de l’eau en sciences sociales spécifiquement tourné vers la Tunisie.

Alia Gana (CNRS/IRMC) a évoqué le projet d’organiser un séminaire de plus grande ampleur associant deux approches complémentaires de l’eau : celle en termes de concurrence/conflits, et celle en termes de négociation/concertation. Thierry Ruf nous a informé de la volonté en cours de construire une formation pluridisciplinaire destinée aux acteurs de l’eau du Nord et du Sud de la Méditerranée.

La distance au terrain, la pertinence des comparaisons, le dialogue entre chercheurs et décideurs : autant de réflexions partagées par l’ensemble du champ des sciences sociales, et par les chercheurs et étudiants qui s’intéressent à l’eau en particulier. Ces questionnements encouragent un travail en réseau et un effort collectif sur le long terme, qui dépasse les frontières disciplinaires.

Irène CARPENTIER et Mathilde FAUTRAS

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, Mathilde Fautras, « L’eau : objet de recherche, « miroir des sociétés » ? », Le Carnet de l’IRMC, 3 octobre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1647.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC, lieu de circulation des recherches

melliti
Photographie de Imed Melliti

Lorsque j’étais étudiant, je comprenais au contact de certains chercheurs, qu’il existait à Tunis un espace de travail important dans les pratiques de recherche, le CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb).

Premiers contacts avec l’IRMC

Mais en vérité, la première fois où j’ai entendu parler de l’IRMC c’est lorsqu’il a pris en charge le billet de Sophie Ferchiou pour participer au jury de ma thèse à Paris en 1993. Et après, les choses se sont vite enclenchées. En rentrant, j’ai rencontré Michel Camau, on m’a proposé de faire un compte rendu de ma thèse, et mes premiers textes ont été publiés dans Correspondances, qui venait d’être créé : l’un sur l’observatoire de la condition de la femme (une structure créée par le CREDIF que je venais d’intégrer comme chercheur contractuel), et l’autre à partir de ma thèse. Juste après, Mohamed Kerrou a mis en place un groupe de recherche sur la sainteté dans lequel j’étais avec Latifa Lakhdar, Sami Bergaoui, Lotfi Aïsa et d’autres. Chacun de nous travaillait sur la sainteté dans une perspective particulière. La sainteté à l’époque était un thème très novateur, qui nous sortait des sociologies du développement, et qui nous permettait de rénover nos disciplines en allant vers des objets oubliés depuis le temps des règlements de comptes avec les legs de l’époque coloniale. Il y avait là un changement de paradigme, et je me suis souvent demandé ce qui fait qu’à un moment donné beaucoup de gens s’intéressent aux mêmes objets. On était nombreux à se diriger vers cette thématique et chacun avec le sentiment que c’était une décision individuelle prise sur des choix personnels. Je pensais moi-même que c’était lié à ma biographie autour des groupes confrériques. D’autres étaient dans ce cas, mais on assistait plutôt à un retour de légitimité de certains objets longtemps occultés.

On revenait à des lectures, à des auteurs, à l’anthropologie, avec d’autant plus d’intérêt que ma génération n’avait pas connu les labos et les espaces de débats ; ma thèse à Paris 5 avait encore été ce tête-à-tête solitaire entre directeur et étudiant. On se réunissait une fois par semaine à l’IRMC, et c’était la première fois que je faisais partie d’un groupe de recherche. C’était pour moi une occasion de m’exposer en public, de prendre la parole et des risques, je le vivais avec autant d’appréhension et de peur que de plaisir. Ma participation à ce groupe et au programme mené par Mohamed Kerrou sur la sainteté en Méditerranée occidentale m’a permis de publier un texte sur l’espace liturgique chez les Tïjâniyya. Par la suite, j’ai publié un deuxième texte sur l’idée de « seuil » dans le livre de Mohamed Kerrou sur public/privé en Islam. Dans les années 2000 j’ai continué à fréquenter l’IRMC pour des conférences, mais j’étais moins impliqué. J’ai aussi des souvenirs de Pouillon et Mahé qui avaient publié des articles de Berque et m’avaient sollicité pour réagir, c’était un grand moment pour moi. Je me souviens aussi des activités de l’Association d’anthropologie de la Méditerranée avec Jocelyne Dakhlia et des collègues marocains et algériens, des réunions à Casablanca et à l’IRMC.

La dynamique de recherche

L’IRMC a toujours joué un rôle central d’animation scientifique dans le domaine des sciences sociales, et cela d’autant plus que les institutions tunisiennes n’assuraient rien dans ce domaine, bien que cela ait maintenant un peu changé avec le Diraset. À son crédit aussi, et du fait que depuis trente ans l’Université tunisienne est malade du provincialisme, fermée sur elle-même et sans réseaux d’échanges, l’IRMC a obligé les gens à sortir de leur coquille pour entendre ce qui se passe ailleurs, même en dehors de leur discipline, il a versé par exemple les approches novatrices des historiens dans le champ scientifique tunisien. Cela nous permettait de voyager un peu, d’être en contact avec des chercheurs venus d’horizons différents. Et cette ouverture ne se fait pas seulement par rapport à la France mais par rapport aux autres pays européens et au Maghreb : l’IRMC a invité beaucoup de chercheurs marocains et les a fait connaître aux Tunisiens, a favorisé des échanges intra maghrébins et des mobilités et circulations des savoirs à l’échelle du Maghreb et de l’Europe. Puis il y a l’interdisciplinarité, le fait de mettre ensemble des gens de spécialités différentes, même s’il y a eu des mises d’accent disciplinaire par périodes, les sciences politiques au départ, puis les sciences juridiques et l’urbanisme, l’économie et la gestion dans les années 2000, et aujourd’hui la sociologie, et l’anthropologie que l’IRMC a aidée à émerger et à sortir d’une longue mise en quarantaine, comme discipline légitime.

Sa bibliothèque est l’un des atouts de l’IRMC, le seul endroit où des étudiants peuvent se documenter et se mettre a jour, contrairement aux bibliothèques tunisiennes où l’accès à la documentation est problématique, parce que mal entretenues, mal gérées ou plus à jour comme la bibliothèque du CERES où on trouvait des choses sur les grands auteurs du développement des années 1970 mais rien sur les années 1990. La bibliothèque de l’IRMC est un élément central, une pièce maîtresse dans le dispositif, qui constitue pour les chercheurs et doctorants un espace de travail de première importance. C’est aussi un lieu de rencontre qui m’a permis de connaître beaucoup de monde : des doctorants y sont venus me voir, des collègues travaillant sur les mêmes objets, avec une socialité importante qui prouve que l’on ne fait pas de la recherche dans un désert. Puis la bibliothèque a abrité des actions dirigées vers les doctorants et tournées sur la méthode et l’écriture : c’est important car cela fait de l’IRMC un espace de formation qui complète les manques au niveau des institutions tunisiennes et permet aux jeunes de pallier les insuffisances de leur formation dans les structures nationales. Cela a aussi l’avantage de fidéliser et d’assurer la relève dans la recherche en science sociale, en aspirant ces ressources dans le réseau de l’Institut. Enfin, il y a toujours eu une volonté de l’IRMC d’agir au sein des institutions tunisiennes mais cela n’a pas toujours été facile pour diverses raisons d’inerties du côté des Tunisiens. Par contre, beaucoup d’échanges à l’échelle du Maghreb rassemblent les chercheurs maghrébins sur des actions communes. Les travaux menés depuis la France ont des répercussions sur l’IRMC, mais ce qui se fait à l’IRMC alimente également la dynamique de recherche sur le Maghreb en France, et tout cela dans le cadre de circulations intra maghrébines. C’est bizarre de dire que les Maghrébins ont besoin de la France et de l’IRMC pour pouvoir travailler ensemble !

La révolution et d’autres enjeux

La révolution a apporté une liberté de ton qui n’existait pas, une ouverture de l’espace public tunisien, que l’IRMC doit saisir, en donnant plus d’opportunités aux chercheurs et étudiants tunisiens de faire du terrain. À deux ans de la révolution il n’y a pas encore eu de vraies enquêtes, et c’est symptomatique du rapport que les élites entretiennent avec le peuple, les chercheurs font des discours mais peu sont prêts à aller se frotter à la Tunisie profonde et précaire. L’IRMC a une liberté et n’est pas pris dans des enjeux d’influence (comme le PNUD ou la Banque mondiale) ou de positionnement politique. Il doit s’inscrire dans cette ouverture exceptionnelle des possibles, porter l’émergence de nouvelles thématiques, de nouveaux objets de recherches impensables il y a quelques années. Et si l’IRMC ne doit pas forcement s’impliquer dans le débat privé entre intellectuels et qui engage l’avenir de la Tunisie, il peut toutefois y contribuer au second degré dans des logiques savantes qui le traduiront à un niveau de sens qui n’est pas celui de l’actualité politique immédiate. La révolution a servi de laboratoire à grande échelle.

Enfin, un point négatif à méditer toutefois : l’IRMC est malgré tout resté prisonnier des clivages idéologiques et linguistiques (mais a quel point pouvait-il y échapper ?) qui traversent le champ tunisien notamment entre arabophones et francophones, indigénistes et francophiles. Désormais, des colloques doivent se faire dans les deux langues, on ne peut plus exclure la moitié des sociologues tunisiens. La question n’est pas celle de la compétence ou de l’incompétence qui existent des deux côtés, et on ne peut exclure quelqu’un qui n’a pas la maîtrise du français. J’ai vu en Turquie que les Turcs pouvaient parler leur langue même dans une manifestation organisée par l’Association internationale des sociologues de langue française, et pourquoi pas les Tunisiens ? Il faut surmonter cela, et des efforts ont été faits par l’IRMC, dont le livre sur la Libye. Il y a une volonté de casser ce clivage longtemps reproduit et structurant, et de dialoguer avec toutes les composantes de la société tunisienne.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Imed MELLITI

est maître de conférence au département de sociologie de l’Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université de Tunis El Manar.

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’IRMC, lieu de circulation des recherches », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1068

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel

Photo Sihem
Photographie de Sihem Najar

Loin d’être conçu en dehors du paysage scientifique et intellectuel tunisien, l’IRMC a réussi à devenir, durant vingt ans d’activités scientifiques, une référence incontournable dans le domaine de la recherche sur le Maghreb. Lieu de rencontre, de réflexion, de diffusion et de formation, cette institution a pu suivre, encadrer et soutenir la recherche dans les différentes étapes de son élaboration. Héritier de son « ancêtre institutionnel et scientifique » : le Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM) (1980-1991), l’IRMC s’est forgé la consistance d’une tradition qui puise sa richesse dans l’apport de plusieurs générations tunisiennes, maghrébines, françaises et euro-méditerranéennes. Il est certain que la force de cet institut réside dans sa capacité à évoluer dans le temps tout en veillant à fonder les attributs de l’identité sur des cadres géoculturels différents (maghrébin, euro-méditerranéen) entre lesquels les liens ne sont pas toujours faciles à faire (centres d’intérêt divergents, traditions et langues de recherche différentes, conflits historiques difficiles à porter, etc.). Mon rapport avec l’IRMC m’autorise à porter un regard où proximité et distance se conjuguent pour mettre en exergue ce que je considère comme étant les traits distinctifs qui donnent à ce centre de recherche sa puissance et son rayonnement :

L’IRMC, un lieu idéal pour la production scientifique : en tant que chercheure tunisienne à l’IRMC, je constate que ce cadre de travail réunit les conditions nécessaires qui donnent à la réflexion dans ses différentes étapes, son milieu nutritif, si je puis me servir de cette métaphore biologique. En effet ici se croisent des générations différentes, s’expriment des projets de chercheurs déjà bien reconnus par la communauté scientifique et d’autres qui sont à leurs premiers balbutiements : cadre de communication, tradition et convivialité, atténuent la distance susceptible de décourager l’échange et créent des points de rencontre difficiles à trouver ailleurs.

1L’IRMC, une source d’alimentation de la recherche scientifique : les ressources dont dispose l’IRMC (fonds documentaire d’une grande richesse, publications pluridisciplinaires…) reflètent le même souci de couvrir l’état de la recherche sur les pays étudiés. Le chercheur trouvera à sa disposition les principaux « ingrédients intellectuels » de ses projets scientifiques touchant à des questions sociales prioritaires, à l’histoire, à la géographie, à l’art, à la religion, etc.

L’IRMC, un point focal dans le domaine de la recherche sur le Maghreb : depuis sa création, ce centre joue un rôle crucial au niveau de l’intégration des chercheurs tunisiens dans des réseaux internationaux, notamment à travers les réunions de programmes qui rassemblent des chercheurs issus de plusieurs pays travaillant sur des champs de recherche variés. Ces rencontres qui sont systématiquement couronnées par des publications contribuent à la diffusion des travaux scientifiques de chercheurs tunisiens à l’extérieur du pays. Sur un autre plan, en offrant la possibilité de monter des projets de recherche et de formation dans le cadre de structures scientifiques telles que l’ANR, le GDRI, les projets de coopération… l’IRMC impulse des chercheurs tunisiens à intégrer des réseaux régionaux et internationaux.

2L’IRMC, un espace de transmission intergénérationnelle : l’organisation des ateliers d’écriture à l’intention d’étudiants inscrits en Master et de doctorants tunisiens et d’une série de doctoriales dont plusieurs doctorants maghrébins et français ont bénéficié, offrent un cadre favorable pour la transmission intergénérationnelle des connaissances et du savoir. De telles activités permettent d’intégrer les jeunes chercheurs dans des réseaux nationaux, régionaux et internationaux.

L’IRMC, un espace de réflexion sur des questions prioritaires d’actualité. À l’IRMC, les universitaires tunisiens peuvent trouver l’atmosphère qui leur permet de s’interroger, de mettre à l’épreuve des hypothèses de travail et d’être à l’écoute du nouveau qui se forge ailleurs. Séminaires, journées d’études, invités de renommée internationale venus d’horizon divers… déploient tout au long de l’année les résultats de la recherche sur des questions de grande importance. À ce niveau un petit survol des vingt dernières années permet de voir à quel degré cet institut a réussi à suivre dans ses activités, le rythme de la recherche académique tout en étant attentif aux questions prioritaires des sociétés de la région. Etant à l’écoute des inquiétudes du présent, l’IRMC veille à garder ses distances de l’actuel pour faire entendre les voix qui suivent la généalogie des faits et inscrivent les problèmes des sociétés du Maghreb dans le rythme long et prudent de la recherche qui explore, fraie la voie loin des impatiences politiques ou médiatiques.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Sihem NAJAR

est sociologue, maître de conférences à l’Université de Sfax, détachée à l’IRMC de 2009 à 2013.

Pour citer ce billet : Sihem Najar, « L’IRMC : un espace de « convivialité » scientifique et d’échange intellectuel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1055

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales

Copie de Abdelhamid_H_nia_la_Tunisie_est_laique_d_10191741_thumbnail
Photographie de Abdelhamid Hénia

Je suis arrivé à l’IRMC en 1995 dans des conditions très favorables. Je venais de terminer le doctorat d’État et de passer au grade de professeur. N’étant pas engagé dans d’autres projets de recherche, j’étais prêt à me lancer dans une nouvelle aventure lorsque Michel Camau m’a proposé de me recruter comme chercheur à plein temps détaché auprès de l’IRMC. J’ai accepté, et cela a été un tournant important dans ma vie de chercheur. L’IRMC n’était pas un terrain inconnu pour moi. Je le fréquentais déjà pour assister à des conférences et à des rencontres. Et j’aimais ce qui s’y faisait car j’y trouvais une ouverture aux autres sciences sociales, permettant de ne pas se confiner uniquement dans l’histoire pure et dure.

L’expérience de l’IRMC, ayant duré quatre années (jusqu’au mois de septembre 1999), a été décisive pour donner un autre élan et une autre orientation dans mes recherches futures et ma carrière académique d’une manière générale. Mon intégration à l’IRMC m’a permis de trouver des conditions favorables pour monter un programme pluridisciplinaire de recherches, c’est-à-dire ouvert à des spécialités autres que celle de l’historien, et tant à des universitaires qu’à des doctorants, tunisiens, français et maghrébins. C’est dans cette ambiance cordiale d’échanges et de débats, que j’ai démarré ce programme ambitieux intitulé : « Villes et territoires au Maghreb, modes d’articulations et formes de représentations ».

J’ai mis en place dans les mêmes conditions, en janvier 1996, suite à une convention cosignée par la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis et l’IRMC, un groupe pluridisciplinaire composé de chercheurs français et d’enseignants chercheurs de l’Université de Tunis, des historiens en grande partie, mes collègues et mes étudiants, mais aussi des sociologues et des géographes. Nommé au départ Groupe de Recherche sur les Villes et les Communautés Locales (GRVCL), le groupe finit par prendre, en 1999, la dénomination de « DIRASET études maghrébines » quand il fut érigé officiellement comme Unité de Recherche (UR) dans le cadre du ministère tunisien de la Recherche scientifique, de la Technologie et du Développement des Compétences. Les enseignants chercheurs tunisiens du groupe se lièrent alors intellectuellement à une pléiade de jeunes chercheurs français dynamiques, appartenant à des sensibilités de spécialités différentes à même de créer les conditions objectives de la confrontation disciplinaire et paradigmatique.

Couv du livre A. HéniaDans ce groupe tuniso-français, on a appris à discuter, à travailler ensemble, et à affiner des problématiques, puis à conduire des actions : tables rondes, journées d’études à Tunis et à l’IRMC de Rabat ou des chercheurs marocains s’étaient engagés avec nous. Puis on a participe à l’AFEMAM d’Aix-en-Provence en 1996 dans le cadre d’un atelier sur les notabilités, repris par la suite à l’IRMC. Au terme de ce détachement, je suis revenu à la Faculté sur un poste d’enseignant. Apres une hésitation sur l’institution favorisant la poursuite du groupe, Jean-Philippe Bras a proposé qu’il continue de collaborer avec l’IRMC. Le DIRASET, transformé plus tard, en 2003, en Laboratoire de recherche, perpétue l’esprit de ce que nous faisions à l’IRMC sur plusieurs plans : recherche pluridisciplinaire et doctoral. Nous avons d’ailleurs continué pendant plusieurs années les sessions doctorales que personnellement j’ai vécues, et on continue dans cet esprit avec les mêmes formules un peu modifiées. Je dirais que DIRASET, c’est un peu l’élève de l’IRMC. J’évoquerai quatre enseignements majeurs de cette présence de l’IRMC à Tunis.

Le premier c’est la pluridisciplinarité qui nous a transformés, moi-même et les chercheurs de DIRASET. Elle marque et singularise actuellement DIRASET dans le paysage scientifique des universités tunisiennes. Théoriquement, DIRASET est un laboratoire d’histoire, mais la contre-idée qui s’est imposée est de dire que c’est un laboratoire de sciences sociales ouvert à l’inter et à la pluridisciplinarité. C’est un point fort résultant de mon passage à l’IRMC et aussi de l’expérience des collègues qui ont participe à notre groupe.

Le second enseignement est l’ouverture sur l’international. Avant l’IRMC, nous avions des rapports avec la France par les actions de coopération universitaire dans le cadre des projets dits CMCU. Mais on n’avait pratiquement aucun lien avec les collègues maghrébins. Et c’est grâce à la dimension maghrébine de l’IRMC, notamment avec l’antenne de l’IRMC de Rabat, que nous avons pu nouer des relations Sud/Sud notamment avec les collègues algériens, marocains et même mauritaniens. Cette dimension maghrébine, nous l’avons eue grâce à l’IRMC. Avant que le Gouvernement tunisien n’ait mis en place des actions de coopération CMPTM avec le Maroc, nos échanges avec les Marocains passaient par l’IRMC, nous les avons reçus et ils nous ont reçus par le biais et avec l’aide de l’IRMC.

D’autre part, en 1995, on discutait de comment faire en sorte que la bibliothèque de l’IRMC vienne combler un vide dans le paysage universitaire tunisien. Et c’est à cette époque qu’elle s’est orientée et spécialisée en se dotant de livres et d’ouvrages généraux sur les sciences sociales : tout ce qui concerne les apports théoriques et les méthodologies, tout ce que l’on ne peut trouver ni à l’IBLA ni à la Bibliothèque Nationale. De ce point de vue, la bibliothèque de l’IRMC a attiré un grand nombre de chercheurs tunisiens et a rempli une fonction importante dans leur vie. Elle doit continuer à jouer ce rôle de bibliothèque spécialisée sur la place. Puis, avec la bibliothèque, ce sont aussi les conférences des professeurs invités, de passage et attirant un public curieux et très intéressé, et elles doivent continuer à se développer en fonction de la demande locale.

Enfin, l’IRMC est venu combler un grand vide qui s’est créé progressivement dans les sciences sociales, et qu’on ne mesurait pas toujours clairement à l’époque. Le CERES (Centre d’études et de recherches en sciences économiques et sociales) avait été dans ce domaine un leader productif et dynamique dans le tiers-monde. Mais il a connu une crise qui s’est amplifiée des les années 1970, il s’est peu à peu vidé de son personnel et est devenu presque une coquille vide. Du coup, les recherches en sciences sociales n’ont plus été portées par une institution particulière. Certes, il y avait les universitaires qui font de la recherche, mais ils sont d’abord des enseignants et la faculté n’est une institution de recherche qu’accessoirement. Il n’y avait donc pas de structure de recherche en sciences sociales qui puisse être vecteur de dynamique. Et c’est alors qu’est arrivé l’IRMC qui a comblé ce vide en impulsant une dynamique qui manquait et que le CERES avait presque abandonnée. Aujourd’hui, le CERES est encore une coquille vide et l’IRMC, toujours là, continue à jouer ce rôle. Est-ce que les nouvelles structures de recherche et les labos installés dans l’université ont contribué à remplir ce vide et ont créé une dynamique ? Oui pour certains dont le DIRASET qui reste quand même une petite structure et continue à beaucoup travailler avec l’IRMC.

Dans l’avenir, l’IRMC pourrait se développer davantage en s’impliquant avec les structures de recherche en place. Il devra en ce sens continuer à participer à la construction du savoir entre chercheurs tunisiens et français, à la fois dans leurs capacités scientifiques, mais aussi dans leurs capacités à drainer d’autres chercheurs tunisiens et à les confronter ainsi à d’autres sensibilités universitaires. Cette confrontation est utile et nécessaire pour la communauté scientifique tunisienne qui veut et cherche cette ouverture.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Abdelhamed HÉNIA

est professeur d’histoire à la Faculté des sciences humaines et sociales, Université de Tunis et directeur du DIRASET – études maghrébines. Il a été chercheur à l’IRMC de 1995 à 1999.

Pour citer ce billet : Abdelhamid Hénia, « De l’IRMC au DIRASET, bilan d’une présence en sciences sociales », Le Carnet de l’IRMC, 8 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1034

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée

Mohamed Kerrou
Photographie de Mohamed Kerrou

Les trois années passées à l’IRMC furent marquantes et décisives pour la recherche que j’ambitionnais de réaliser dans le domaine des sciences sociales des religions. Détaché de l’Université de Tunis, je rejoignais le premier noyau de chercheurs dirigé par Michel Camau et Anne-Marie Planel durant cette période de fondation et d’institutionnalisation, de 1992 à 1995. Au tout début, nous exercions au sein du CDTM (Centre de documentation Tunisie-Maghreb) logé à l’étage, juste au-dessus de la Bibliothèque Charles De Gaulle, accueillant, entre autres, les trésors de l’ancien fonds de la Résidence. C’était en ce lieu d’ailleurs ou, encore étudiant en sociologie durant la seconde moitié des années 1970, je découvrais avec l’émerveillement du néophyte les écrits remarquables des pionniers de la recherche en sciences sociales du Maghreb : Edmond Doutte, Alfred Bel, Robert Montagne, Jacques Berque, Roger Letourneau… ainsi que le jeune Pierre Bourdieu effectuant ses premières enquêtes de terrain sur le monde du travail et de la paysannerie en Algérie.

Puis, l’IRMC s’établit dans l’actuelle « Villa aux deux palmiers de Mutuelleville » où l’équipe de documentalistes et de chercheurs tenait ses réunions périodiques, lançait les programmes de recherche, animait les conférences ou séminaires et confectionnait le bulletin mensuel Correspondances. De cela, je garde plaisamment le souvenir des notices de livres qui y étaient publiées; de courtes notices, non signées mais réécrites et corrigées, à plusieurs mains et maintes fois pour qu’elles soient conformes aux normes bibliographiques et typographiques. Je n’oublierai pas également la surprise et la consternation de toute l’équipe le jour ou, tôt le matin, nous fumes les témoins impuissants des ravages des pluies diluviennes qui avaient envahi, durant la nuit, les locaux de la bibliothèque et endommagé nombre de documents que nous avions tenté vainement de sauver. Le geste collectif illustrait l’esprit de solidarité de l’équipe qui s’attelait avec passion au lancement d’un institut de recherche à vocation maghrébine.

Le choix des sciences sociales des religions et en particulier celui de la socio anthropologie religieuse n’était pas, pour moi, le fruit d’un hasard mais plutôt le produit de deux motivations conjuguées : d’un côté, l’impossibilité d’exercer la politologie sous un régime policier à l’affut du moindre mouvement des universitaires non-partisans et, de l’autre, l’intérêt pour la tradition confrérique que j’héritais d’un certain milieu familial. Ce penchant pour l’étude de la « religion populaire » ou plutôt de la « religion des gens » m’amenait à choisir comme terrain d’investigation la ville sainte de Kairouan et comme programme de recherche la thématique de « l’Islam vécu et les enjeux de la sainteté ». C’est ainsi que je fus amené, dans un premier temps, à élargir le champ aux autres pays du Maghreb, le Maroc où j’ai rencontré les chercheurs spécialistes de la question que sont Halima Ferhat, Abdelahad Sebti, Hassan Rachik, Mohamed Tozy, Ahmed Toufic… et l’Algérie où je prenais connaissance de près des travaux de Fanny Colonna, Brahim Salhi, Akli Hadibi… Avec l’ensemble de ces chercheurs, j’essayais de partager les questionnements autour des figures légendaires de la sainteté et des rapports souvent tumultueux entre saints et pouvoirs, à partir des problématisations agencées par Ernst Gellner, Abdellah Hammoudi, Lucette Valensi, Abdallah Laroui, Mohamed Kably… Dans un second temps qui n’est pas forcement chronologique, je recourais aux matériaux puisés dans des études soit historiques, en remontant jusqu’a l’Antiquité avec les thèses de Peter Brown ou de Pierre-Albert Février, soit anthropologiques avec les incursions lumineuses de Clifford Geertz, Michael Gilsenan et Raymond Jamous.

8 Public et Privé M. KerrouC’est de la sorte que j’ai opté pour la perspective comparative en abordant de front la question de l’autorité des saints autour de la Méditerranée occidentale, lors d’un colloque international organisé dans le lieu symbolique et merveilleux de Sidi Bou Saïd, en mai 1994. Un ouvrage collectif en est sorti, en 1998, aux Éditions Recherche sur les Civilisations (ERC), sous le titre L’Autorité des saints. Perspectives historiques et socio-anthropologiques en Méditerranée occidentale. Tout en reprenant mon métier d’enseignant à l’Université de Tunis, je continuais à fréquenter l’IRMC en tant que chercheur associé. C’est ainsi que j’ai pu monter un autre programme de recherche axé sur les dynamiques de la sécularisation au Maghreb et au Machrek déclinées en études monographiques et comparées au sein d’un ouvrage collectif publié en 2004, aux Éditions Maisonneuve & Larose, sous le titre de Public et Privé en Islam. Espaces, autorités et libertés. C’était là l’amorce d’une longue et stimulante recherche autour de la question de la publicisation et de ses structurations politiques et symboliques.

J’aimerais terminer ces souvenirs glanés au petit bonheur en exprimant ma dette de reconnaissance envers l’IRMC et ses trois directeurs, Michel Camau, Jean-Philippe Bras et Pierre-Noël Denieuil, que je remercie sincèrement pour les précieux moments de partage des connaissances et également pour les multiples occasions qu’ils m’ont données en vue d’un échange fructueux avec les chercheurs des deux rives de la Méditerranée.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mohamed KERROU

est professeur de sociologie à la Faculté de droit et des sciences politiques de Tunis, Université de Tunis El-Manar. Il a été chercheur à l’IRMC de 1992 à 1995.

Pour citer ce billet : Mohamed Kerrou, « L’IRMC un lieu d’échange entre chercheurs des deux rives de la Méditerranée », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1027

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie

ambassadeur de france en tunisie
Photographie de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie

À l’occasion de cette livraison de La Lettre consacrée aux vingt ans de l’IRMC à Tunis, je vous remercie vivement d’avoir bien voulu accepter le principe de cet entretien à bâtons rompus autour des Instituts français de recherche et de la mission des sciences sociales à l’étranger. Je sais que vous connaissez bien le monde de la recherche, et je commencerai par une question un peu personnelle. Comment vous êtes-vous familiarisé avec les sciences sociales ?

Cette familiarité est naturelle si je puis dire, dans la mesure où j’ai fait des études de droit à l’Institut d’études politiques de Paris, mais aussi de langue arabe dans le cadre du cursus de l’INALCO (Institut national des langues et civilisations orientales). Il est clair qu’il y a là une dimension de civilisation déterminante, et qui touche à l’histoire des relations internationales. Et c’est en m’intéressant à ces deux aspects que je me suis bien évidemment familiarisé avec les sciences sociales telles qu’on les conçoit dans le cadre de la recherche sur le devenir des civilisations.

Et avec les Instituts français de recherche à l’étranger ?

Dans le cadre des fonctions que j’ai exercées, j’ai pu me familiariser davantage avec les institutions françaises qui travaillent dans ce domaine et notamment les Instituts. La première expérience que j’ai eue du fonctionnement concret d’un Institut français de recherche, c’est à Damas en Syrie lorsque j’étais n° 2 de l’ambassade de 1990 a 1993, et Jacques Langhade, un arabisant de Bordeaux, dirigeait cette institution. J’ai pu y voir toute l’utilité d’un tel Institut, à la fois académique en terme de connaissance du terrain, mais aussi pour les relations qu’il pouvait entretenir avec les services de l’ambassade. Ma seconde expérience a été en Turquie lorsque n° 2 à l’ambassade en 1996-97, j’ai découvert l’IFEA (Institut français des études anatoliennes). C’est aussi un prestigieux Institut qui a toujours joué un rôle de veille non seulement sur l’époque ottomane mais aussi sur l’époque contemporaine, et qui était aussi étroitement associé à la vie de l’ambassade. Stéphane Yerasimos, aujourd’hui décédé, a été un grand directeur de l’IFEA, où j’ai eu l’occasion de rencontrer des chercheurs. Je me souviens aussi du directeur de l’Institut français pour l’Asie centrale basé à Tachkent, lors d’une visite que j’avais effectuée en Ouzbekistan dans une délégation qui accompagnait le président Mitterrand lors de son dernier voyage dans cette région en 1994. Et puis sur le Maghreb il y a bien sur le Centre Jacques Berque de Rabat et l’IRMC à Tunis.

Quel regard portez-vous sur les travaux de ces différentes institutions et plus particulièrement sur ceux de l’IRMC ?

Son directeur est associé à la vie et au travail de l’ambassade, il assiste périodiquement aux réunions des chefs de service. C’est un signe de confiance bien sûr, c’est aussi un signe qu’il est partie prenante de cette équipe de France que j’ai l’honneur de diriger ici. Et je considère que c’est un élément important de notre dispositif de coopération. Mais au-delà, car on ne saurait réduire la recherche sur le Maghreb contemporain à cette seule dimension, même si elle reste importante, il s’agit d’un observatoire diversifié et multiforme des réalités de l’histoire du protectorat et de la Tunisie d’avant le protectorat, mais aussi de la Tunisie d’aujourd’hui.

Dans la mesure où la mission de l’IRMC couvre « le Maghreb contemporain », peut-on dire que son action dépasse le bilatéral franco-tunisien ?

Je peux me référer à mon expérience récente de la Libye où j’étais ambassadeur et où pour la première fois j’ai pu connaître l’IRMC puisque j’y ai reçu avec vous les chercheurs tunisiens qui travaillaient sur la Libye autour de la relation franco-libyenne.

Aujourd’hui en Libye, la situation est telle que Tunis peut plus que jamais se voir conforté dans son positionnement de centre de veille à l’échelle régionale. De son côté l’Algérie qui est un pays majeur du Maghreb nécessiterait peut-être qu’un Institut lui soit consacré, même si son absence a ce jour s’explique sans doute pour des raisons historiques de la période du terrorisme. Mais que l’IRMC ait une vocation régionale qui couvre la Libye me paraît nécessaire. D’ailleurs les services économiques de l’ambassade couvrent aussi la Libye, et la vocation régionale y est à renforcer.

Vous avez employé le terme de « veille » à propos de la recherche, c’est-à dire… ?

Oui absolument. Je considère qu’un Institut comme l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, et comme d’autres instituts d’ailleurs, a une fonction de veille sur la société, et là on revient au primat de la sociologie dans l’approche du pays où nous nous trouvons. Il est évident que si on ne valorise pas cette fonction, il y aura un déficit dans la manière dont on peut tirer profit de l’existence d’un tel institut.

Vous parliez de l’IRMC comme d’un observatoire de la Tunisie d’aujourd’hui. Que peuvent en dire les sciences sociales ?

La sociologie peut être un angle d’approche particulièrement utile aujourd’hui dans un pays qui depuis la révolution est en train de chercher sa voie pour édifier un État démocratique et une transition, amorcée depuis deux ans maintenant – mais à l’échelle de l’histoire deux ans c’est bien peu – et que la France a choisi d’accompagner avec tous les outils de coopération, dont l’IRMC par sa spécificité. Je pense qu’il faut mettre l’accent sur le suivi, sur les études et la recherche contemporaines, sur l’observation des réalités politiques, économiques et sociales, sociologiques et culturelles de la Tunisie post révolution. C’est un sujet qui peut recouper d’ailleurs des travaux qui sont menés par l’IRD ou par d’autres organismes.

Cela ne signifie pas que les autres travaux sont dénués d’intérêt mais on est quand même aujourd’hui dans une phase qui requiert la mobilisation de toutes les compétences en matière de recherche et d’analyse, et les chercheurs doivent bien évidemment contribuer à cet important travail d’observation.

Par exemple ?

Vous évoquiez l’examen du projet de constitution, mais il peut y avoir d’autres sujets comme par exemple l’Islam tunisien dans sa diversité, les tendances qui le traversent, les mouvements qui le travaillent, et puis au plan sociologique aussi la compartimentation et la fragmentation de la société. On est aujourd’hui au lendemain d’une tragédie de l’immolation d’un jeune marchand ambulant qui rappelle deux ans plus tard celle de l’immolation de Bouazizi qui a été le point de départ d’une révolution encore inachevée, qui n’a pas rempli toutes ses promesses – mais sans doute ne le pouvait-elle pas – en termes de satisfaction des besoins de la population. On voit bien qu’il y a là des questions fondamentales qui mériteraient qu’un Institut comme l’IRMC se penche davantage sur les réalités socio économiques sans préjuger de ce que font d’autres par ailleurs.

Pensez-vous qu’un chercheur puisse se positionner comme un conseiller du politique ou de la diplomatie ?

Cela renvoie à la conception du rapport que l’on peut voir entre diplomatie et recherche. Cela suppose que soient clairement définies les missions de chacun ou que soit affirmé aussi le principe de l’indépendance qui doit s’attacher à la recherche et à la qualité et au statut du chercheur. Le chercheur ne doit pas se considérer ou être considéré comme un auxiliaire de l’État ou de l’administration. En même temps, je dirai que la recherche n’est pas neutre, elle s’inscrit aussi dans un contexte qui est celui de l’action d’un État. Il faut donc trouver un équilibre entre ces exigences : les exigences d’indépendance légitime du scientifique qui ne doit pas être soumis à des contraintes qui iraient à l’encontre de ses convictions et de sa conscience, et en même temps ne pas considérer que la recherche est quelque chose de totalement abstrait et ne s’inscrit pas dans un contexte. De surcroît pour un institut de recherche français, il ne serait pas compréhensible qu’il inscrive son action à l’extérieur de l’État qui le soutient. Je crois que tout est question de gradation.

Que pensez-vous de cette notion de « diplomatie scientifique » ?

Il est tout à fait pertinent de réfléchir à ce que peut être l’apport de ce que l’on appelle diplomatie scientifique. On parle beaucoup de diplomatie économique, la diplomatie scientifique est un concept moins familier mais qui a sa pertinence dans la mesure où la connaissance des pays et des sociétés avec lesquels nous coopérons, est un atout essentiel. Dans un monde extrêmement compétitif, la diplomatie française ne peut négliger aucune piste et aucune perspective pour renforcer sa position. Alors dans un pays comme la Tunisie, il est clair que l’existence d’un centre de recherche ou d’un vivier de chercheurs français et tunisiens doit être mise en valeur.

Pour terminer, que souhaiteriez-vous dire aux chercheurs de l’IRMC ?

Je reviendrai sur les propos que j’ai tenus sur l’utilité de l’Institut telle que je la conçois. Je crois que les chantiers sont nombreux, multiformes et pluridisciplinaires. La synergie avec l’IRD (l’Institut de recherche sur le développement) doit être renforcée, et il faut veiller à ce que plus de liens soit assurés entre ces instituts qui travaillent sur des secteurs et des domaines différents, mais qui peuvent aussi avoir un intérêt commun à travailler ensemble, ainsi qu’avec les autres instituts a l’échelle régionale. Puis sur le fond, le chantier de la révolution est ouvert. Il est d’une extrême richesse et se décline dans tous les domaines que j’ai déjà mentionnés, le politique, la constitution, les institutions, la sociologie, l’économie et la culture. Encore une fois j’insiste sur le principe de l’indépendance du chercheur mais qui ne suppose pas qu’il reste enfermé dans une bulle étanche face aux services de l’ambassade. Au contraire il doit y avoir synergie dans le respect de chacun, mais dans un but de connaissance et de compréhension du pays dans lequel nous vivons.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

François GOUYETTE

Ambassadeur de France en Tunisie.

 

Pour citer ce billet : François Gouyette, « Entretien de Pierre-Noël Denieuil avec François Gouyette, Ambassadeur de France en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, 3 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1013

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC

Sawssen_Fray
Photographie de Sawssen Fray-Belkadhi

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) est une institution de recherche complexe à l’articulation de la recherche française et européenne d’un côté et de la recherche maghrébine de l’autre. Pour la conduite de ses programmes de recherche, l’Institut dispose d’une bibliothèque de recherche en sciences humaines et sociales. Il met à la disposition des chercheurs et des inscrits en LMD, une bibliothèque riche de 30 000 ouvrages et brochures et de 3 300 titres de périodiques, 94 en abonnement, plusieurs titres « morts » conservés en collection et de nombreux spécimens. En moyenne, la bibliothèque accueille tous les jours 22 lecteurs. Le nombre de visites en 2011 est de 4 157 lecteurs et elle compte 870 inscrits.

La politique de la bibliothèque suit deux axes :

– Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb ;

– Acquisition de documents généralistes en sciences humaines et sociales et de documents traitant du Maghreb et du Monde musulman.

Conservation d’un fonds historique exceptionnel sur la Tunisie et le Maghreb

On ne peut parler des fonds de la bibliothèque de l’IRMC sans parler du Centre de Documentation Tunisie-Maghreb (CDTM, 1979-1991). En effet, la vocation première du CDTM était de conserver et réunir les fonds historiques français de Tunis notamment les fonds de la bibliothèque interne de la Résidence générale de France a Tunis, du Contrôle Civil (1881-1956) et de la bibliothèque du Consulat de France. Apres l’indépendance, la bibliothèque interne de la Résidence a été conservée dans les locaux de la chancellerie française et transférée en 1976 par le Service Culturel de cette ambassade aux fins d’inventaire, de restauration et de mise en valeur. La création et l’ouverture au public du CDTM en novembre 1979, a permis aux universitaires et aux chercheurs de consulter ces ouvrages ainsi que d’autres fonds historiques, tels ceux de Pierre Grandchamp, archiviste de la Résidence générale de France (2 800 documents) et de Charles Saumagne, historien, archéologue et avocat dans un fonds total de 10 000 volumes et 600 titres de périodiques. Ce dernier regroupe des publications officielles tunisiennes sous le protectorat français (documents non commercialisés et qui n’ont pas fait l’objet de dépôt légal en France) en plus d’ouvrages rares publiés entre 1930 et 1956 et d’un fonds de périodiques et de publications en série touchant tous les secteurs de la vie économique et culturelle de la Tunisie. En 1986, la vocation première de bibliothèque spécialisée sur le Maghreb a été élargie pour répondre aux objectifs de la recherche française de connaissance des sociétés maghrébines contemporaines : ses priorités portent principalement sur la diffusion d’une information documentaire spécialisée, l’aide aux publications, l’accueil d’allocataires de recherche, la gestion de certains programmes franco tunisiens de coopération en sciences humaines et sociales, l’organisation de conférences et de tables rondes ainsi que sur le lancement de publications spécifiques.

P1050825Politique d’acquisition de la bibliothèque

Outre la politique de conservation de documents, les fonds de la bibliothèque s’enrichissent chaque année d’en moyenne 600 ouvrages et de 140 titres de périodiques (60 % de ces acquisitions sont des achats et le reste est constitué de dons ou d’échanges interinstitutionnels). Une analyse fine de la politique d’acquisition de la bibliothèque, montrerait la complexité de cette dernière du fait des changements successifs de directeurs. Chaque direction a ses propres axes prioritaires de recherche, et la bibliothèque spécialisée se doit de compléter le fonds en fonction des programmes en cours. Trois difficultés découlent de cette problématique :

La première concerne la contemporanéité : pouvons-nous étudier la période contemporaine sans se référer a des périodes plus anciennes ? Jusqu’où peut-on remonter dans l’histoire ? Ce qui est considéré comme contemporain en Tunisie commence en 1881, année de l’implantation du protectorat français. Nous retrouvons un fonds important sur les fouilles archéologiques de cette époque complété par quelques ouvrages de références sur la période antique…

La deuxième concerne l’aire culturelle traitée : pouvons-nous étudier le Maghreb en tant qu’entité isolée de la Méditerranée, ou encore du monde arabe ? Ainsi nous retrouvons des fonds assez variés. Certains documents traitent de la course en Méditerranée, d’autres des questions actuelles de l’islam, d’autres encore du partenariat euro-méditerranéen ou du conflit israélo-palestinien…

La dernière est liée au suivi et a la cohérence du fonds de la bibliothèque : il faut savoir que les programmes de recherche de l’institut changent de thématiques tous les trois ans. Pouvons-nous passer outre les ouvrages généraux ou théoriques en sciences humaines et sociales ? Pouvons-nous ne pas actualiser ces fonds et ne pas faire le suivi éditorial ? À titre d’exemple nous continuons à actualiser les fonds des divers programmes de recherche achevés depuis longtemps à savoir : les migrations, les études urbaines, les questions actuelles de l’islam, le monde islamo-méditerranéen aux XIXe et XXe siècles.

Pour conclure

MariaChristiane
Christiane Randon Ben Ali, documentaliste au CDTM puis à l’IRMC de 1992 à 2003.

L’histoire même de l’institution ainsi que la politique d’acquisition et d’échanges inter institutionnels ont participe depuis la création du CDTM, c’est-a-dire durant 33 ans à la conservation et a l’enrichissement des ressources documentaires du Maghreb et sur le Maghreb. Pionnier de l’informatisation documentaire (depuis 1986) et de la mise en ligne du catalogue de la bibliothèque (depuis 2002), l’IRMC grâce notamment a ses bibliothécaires et ses documentalistes successifs, Anne-Marie Planel, Catherine Cassan, Patrick Pollet, Christiane Ben Ali, Sawssen Fray et Khaled Eljomni, a le mérite de faciliter l’accès à l’information et de présenter des publications maghrébines pour des chercheurs installés à l’étranger et travaillant sur le Maghreb et dans l’autre sens, les facilités d’importation des publications européennes (françaises, anglaises, espagnoles et italiennes) pour des chercheurs maghrébins.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sawssen FRAY-BELKADHI

est responsable de la bibliothèque et du service documentation de l’IRMC

Pour citer ce billet : Sawssen Fray-Belkadhi, « Histoire et fonctionnement de la bibliothèque de l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 01 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/991

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC un outil de coopération

Lazari
Photographie de Mohamed-Néjib Lazhari

L’IRMC est un outil particulier de coopération. Il a impulsé en Tunisie une communauté pour les jeunes chercheurs. Par exemple la mise à disposition de sa bibliothèque est un phénomène unique que l’on ne trouve pas dans les autres disciplines, avec pour effet de stimuler la circulation des chercheurs et la participation aux activités de l’Institut. Puis par le biais de son poste en détachement, de nombreux enseignants chercheurs tunisiens y ont transité et sont devenus chefs de laboratoire. Et tout cela a eu des effets démultiplicateurs sur d’autres, en palliant la mobilité parfois difficile avec la France et en contribuant à la formation. Puis il y a eu l’impact des rencontres avec les jeunes étudiants et doctorants lors des sessions doctorales.

L’IRMC a toujours joue un rôle de catalyseur et il doit s’y maintenir et renforcer une synergie des sciences sociales sur les réseaux nationaux, régionaux voire étendus à l’espace euro-méditerranéen, sans perdre toutefois son essence de coopération francophone qui est sa mission scientifique d’origine. Il doit aussi prendre la mesure des évolutions en informatique et en sciences exactes, et tenir compte de l’interférence qui existe entre les disciplines comme entres les sociétés. Par exemple les sondages d’opinion constituent un nouveau créneau pour les sciences sociales qu’il serait intéressant d’emprunter.

La coopération (que l’on peut définir comme savoir donner, savoir communiquer, savoir échanger) devient une association nécessaire dans un contexte où on ne s’en sort jamais seul. Et à ce titre, l’IRMC doit rester la locomotive d’un rapprochement des institutions universitaires. Et cela d’autant plus dans un contexte ou le CERES s’est trouvé marginalisé par rapport aux universités. C’est ainsi que certains chercheurs tunisiens ont trouvé à l’IRMC des choses qu’ils ne trouvaient ni au CERES ni ailleurs.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Mohamed-Nejib LAZHARI

est directeur des programmes et du Partenariat scientifique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il est président du comité mixte de suivi franco-tunisien des activités de l’IRMC.

Pour citer ce billet : Mohamed-Nejib Lazhari, « L’IRMC un outil de coopération », Le Carnet de l’IRMC, 19 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/957

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Du CDTM à l’IRMC

Photo Chérif
Photographie de Mohamed-Chérif Ferjani

Pour moi, l’IRMC c’était d’abord Anne-Marie Planel que je connais depuis 1980. J’ai assisté à la naissance du Centre de Documentation Tunisie Maghreb à la création duquel elle a consacré plusieurs années d’efforts discrets, constants et pleins d’abnégation. Seuls les chercheur(e)s qui ont profité des services de ce centre mesurent et apprécient à sa juste valeur le travail accompli par Anne-Marie au service de la recherche en Tunisie, au Maghreb, en France et dans les pays européens. C’est ce travail qui a permis la création de l’IRMC.

J’ai eu la chance de profiter des services de ce centre pour mener ma recherche doctorale. Grâce à Anne-Marie, j’ai connu par la suite tous les directeurs de l’IRMC, son personnel et une partie de ses chercheurs avec lesquels j’ai eu des collaborations concrétisées par des conventions entre le GREMMO, à Lyon, et l’IRMC. Dans ce cadre, des chercheurs du GREMMO dont moi-même ont fait partie du comité de lecture des publications de l’IRMC. Comme je l’ai précisé dans mes publications, l’IRMC a été l’un des centres où j’ai trouvé la documentation nécessaire pour la réalisation de mes recherches. Ses publications ont contribué à faire connaître mes travaux. Depuis 2009, j’ai participé aux écoles doctorales de l’IRMC avant de demander, fin 2010, une délégation CNRS pour y être affecté. J’y ai trouvé un cadre pour observer de près les évolutions que connaissent la Tunisie et les pays arabes ainsi que pour la réalisation d’un double programme de recherche : « Épistémologie de l’étude comparée des religions » et « Religions et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen ». Outre les séminaires et les colloques organisés dans le cadre de ce programme, mon rattachement à l’IRMC m’a permis de participer à d’autres programmes de recherche et de développer mes collaborations avec les universités et les centres de recherches en Tunisie, au Maghreb et dans les pays où l’IRMC mène des actions en partenariat avec d’autres institutions.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Chérif FERJANI

est professeur à l’Université Lumière Lyon 2, ancien directeur du GREMMO, chercheur en délégation CNRS à l’IRMC de 2011 à 2013.

Pour citer ce billet : Chérif Ferjani, « Du CDTM à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/942

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Lettre à Anne-Marie Planel, par Pierre- Noël Denieuil

Anne-Marie Planel
Photographie d’Anne-Marie Planel

Chère Anne-Marie,

Je souhaite te rendre un court hommage à l’occasion des 20 ans de présence de l’IRMC à Tunis. En tant que directrice adjointe depuis sa fondation tu as assuré transmission et continuité avec le milieu tunisien, tu y as initié les directeurs successifs, tu y as exercé ton art et investi ta créativité, tu as été une maître d’œuvre. Tout d’abord, un peu d’histoire. Professeur certifiée d’histoire-géographie, en situation de détachement en Tunisie dès 1978, tu as été d’abord chargée de l’inventaire de la Bibliothèque privée de la Résidence générale de France en Tunisie au sein de la Mission culturelle française en Tunisie (1978-1980), ce fonds historique devant servir de base à la création, à terme, d’une bibliothèque d’Institut français.

En parallèle, et à la demande de la Sous-direction des sciences sociales et humaines et de l’archéologie du ministère des Affaires étrangères, tu as ouvert en 1980 et dirigé jusqu’en 1991 le Centre de documentation Tunisie-Maghreb (CDTM). À partir de 1984, le CDTM s’est institutionnalisé et a été reconnu par la Convention franco-tunisienne de coopération culturelle. Cette structure, relevant des Services culturels et de coopération universitaire de l’Ambassade de France, a eu pour mission d’asseoir la coopération en sciences humaines et sociales dans un contexte ou ces dernières développaient en France un « âge d’or » (création de postes universitaires, fortes demandes des ministères et décrispation des relations avec le secteur privé, intérêt croissant des étudiants). Le CDTM a donc été, à Tunis, le premier relais de cette recherche française en SHS : organisation de conférences et de colloques, attribution de bourses scientifiques, aide à la publication de thèses ; mais également gestion d’importants moyens financiers (don de livres aux institutions, organisation de séjours scientifiques en France pour les chercheurs tunisiens et invitations de responsables, etc.).

C’est à cette période, en 1987/88, que je suis venu pour la première fois en Tunisie dans le cadre d’un séminaire de Moncef Bouchrara que le CDTM avait soutenu sur l’économie souterraine à Sfax. Sans l’intérêt et le soutien que tu avais porté à ma problématique de l’ethno-industrialisation que je menais alors dans l’ombre de l’ethnologue Robert Jaulin, la Tunisie ne serait pas devenue pour moi, après l’Amérique du Sud, l’objectif de mes travaux. Je serais ailleurs aujourd’hui et ma vie aurait un autre sens. Et comment aurais-je pu imaginer que 25 ans après, ce serait moi qui parlerait ici de toi ?

C’est donc en 1991/1992, avec la fermeture du CDTM, qu’a été créé l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) sur la base des activités documentaires, éditoriales et de coopération scientifique entre universitaires tunisiens et français assurées par le CDTM. Tu en es devenue la directrice adjointe. Depuis cette date et jusqu’en aout 2010, tu as occupé en complémentarité avec les quatre directeurs successifs (Michel Camau, Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel, moi-même), des fonctions de suivi de la bibliothèque et de la documentation (jusqu’en 1997), de gestionnaire en charge du budget (jusqu’en 2003), de coopération avec les institutions tunisiennes, de préparation scientifique des dossiers de recherche et des séminaires, de responsabilité du secteur Éditions et publications (de 2003 a 2008). En coordination avec Michel Camau, tu avais également assuré la dimension régionale de l’IRMC, d’octobre 1993 à décembre 1998, par la mise en place puis la coordination de l’antenne de l’IRMC à Rabat (devenu par la suite Centre Jacques Berque ou CJB). Là aussi, tu y as animé et « orchestré » une noria permanente de chercheurs.

Microsoft Word - amp photo1Doc3.docx
Anne-Marie Planel lors de sa soutenance de thèse
en novembre 2000 à Paris.

En parallèle, tu as brillamment soutenu ta thèse d’histoire le 17 novembre 2000, De la Nation (tu dis maintenant : du comptoir) à la colonie : la communauté française de Tunisie au XIXe siècle : d’après les archives civiles et notariées du consulat de France à Tunis (1814-1883), avec les félicitations unanimes d’un jury prestigieux composé de Jacques Revel, Annie Rey, Daniel Rivet, Lucette Valensi et André Zysberg à l’EHESS à Paris. Depuis, tu affines fructueusement ton texte, que l’IRMC éditera en coédition avec les éditions Riveneuve dans les mois à venir.

Au cours des deux dernières années passées avec moi (2008-2010) tu as redéployé, parallèlement à tes tâches éditoriales, tes fonctions polyvalentes de directrice adjointe : le conseil au directeur sur les grands dossiers, l’intérim et la représentation dans des manifestations, puis la coordination et l’animation scientifique dans les séminaires et groupes de travail (dont muséographie, manuels scolaires en Tunisie, etc.). Tu as guidé mes premiers pas a l’IRMC et, avisée et bienveillante, tu m’as vu « devenir » un directeur.

Cherchant les « mots » pour te dire, et en socio-anthropologue que je suis, attentif aux échos du « terrain », j’ai demandé aux « autres », dans l’entourage immédiat de notre équipe de l’IRMC, de me parler de toi en quelques mots ou phrases. Les mots techniques, les mots durs, les mots doux, qui se sont conjugués autour de toi, je vais tenter de te les traduire en prolongeant et en commentant quelque peu leur « sens ».

Les mots sur ton « réseau ». Tous saluent ton rapport privilégié aux chercheurs et à la production intellectuelle. Tu es capable d’accompagner tout le monde, du vieux bibliothécaire de Bourguiba au jeune chercheur débutant. Tu as vu grandir les chercheurs (je citerai notamment, et que les autres me pardonnent, Jocelyne Dakhlia, Eric Gobe, Myriam Catusse ou Sylvie Mazzella, puis Mohamed Kerrou, Abdelhamid Henia, Hassan Boubakri). Ta présence à l’IRMC, c’est aussi des centaines de chercheurs passés par ton bureau dans le cadre de leur contribution au patrimoine éditorial de l’Institut, puis dans le cadre de leur statut scientifique (boursiers, chercheurs…). Des dizaines de livres, des centaines d’articles. Les réseaux c’est aussi la coopération.

Un chercheur tunisien m’a dit « Anne-Marie, c’est la coopération, un trait d’union entre la France et la Tunisie. Une parfaite connaissance de la recherche tunisienne et de ses réseaux, elle a su créer une vraie relation avec les Tunisiens et elle a su rendre l’IRMC franco-tunisien et pas seulement français ». Un Français m’a confié : « Elle a une vraie relation de confiance avec les Tunisiens et c’est grâce à elle que l’IRMC est un vrai centre franco-tunisien. Ses liens très forts avec le pays ont une forte incidence sur ses actions à l’IRMC. Et cela se voit dans sa manière d’aborder les relectures, les corrections et reformulations, elle n’y différencie pas les Tunisiens ». Toi-même tu m’as dit un jour à propos de son histoire et de la culture : « J’ai l’impression parfois de connaître mieux la Tunisie que les Tunisiens ». En ce sens on peut te situer dans une tradition chère à l’IBLA. Et sur ce point de ta relation à la Tunisie, je veux saluer le partage avec Sadok et sa complicité. C’est le symbolique que tu ne mets, pudiquement, jamais en avant : à la fois sa grande présence et aussi sa grande discrétion car on l’a rarement vu a l’IRMC. Le réseau c’est aussi tout ton rapport à la sociabilité. J’ai beaucoup aimé durant ces deux ans de 2008 à 2010, et tu déclinais rarement, te demander de me remplacer dans un colloque, une inauguration, une réunion de services. On m’a précisé de toi et tu en es d’accord : « Elle est très relations publiques ».

Les mots de l’humanité. De toi on m’a dit dans mes petites enquêtes : générosité, humanité, loyauté. Les mots de l’humanité c’est ici le sens de l’autre. Un sociologue, François Dubet avait créé une belle expression pour qualifier l’enseignement, l’action pédagogique ou le travail social et culturel : « le travail pour autrui ». Je laisse parler quelques témoignages : « c’est une grande pédagogue », « c’est une femme dynamique, résistante, combattante, ouverte aux autres et à leur écoute ». On a dit : « disponible, sociable et serviable ». « Quelqu’un qui va vers l’autre. Même quand on est réservé, elle vient vers vous quand même. Ce n’est pas une indifférente. Si elle voit qu’on a mauvaise mine ou qu’on est stressé, elle vous pose une question et essaie de calmer les choses ». « C’est ma mère, elle m’appelle la môme ». Ou encore : « quand j’ai été opéré elle m’a soutenue avec ses paroles ». Aussi : « elle m’a beaucoup aidé. J’étais timide, je sortais du chômage, elle m’a encouragé en me disant que j’avais la vie devant moi ».

L’humanité, c’est le cœur et l’esprit. J’ai entendu non sans émotion : « c’est une grande dame, un grand cœur, beaucoup d’amour. J’ai les larmes aux yeux. J’adore cette dame ». « À chaque marche et étape de l’IRMC elle est là, à nous donner du courage, à nous écouter. On l’aime ». Il en résulte que ceux-là t’ont vue comme un « pilier » : « l’IRMC c’est Anne-Marie. Je n’imagine pas l’IRMC sans elle. C’est le cœur de l’IRMC. Quand je viens sans la voir, qu’elle part en voyage, quelque chose manque a l’IRMC. Anne-Marie c’est l’IRMC, l’IRMC c’est Anne-Marie ».

Les mots de l’humanité se couplent avec ceux de la rigueur scientifique : « une grande puissance de travail. Et du coup elle en devient très pointilleuse ». Ces mots de la rigueur se conjuguent aussi logiquement avec ceux de l’intransigeance. On m’a dit de toi : « c’est une femme sévère et monastique, qui a de la rigueur morale ». Ou de la mesure : « elle ne dépasse jamais ses limites, ne m’a jamais parlé à haute voix ». Et on revient à ce que j’appellerai l’exigeante humanité. On m’a dit ainsi : « elle est dure et exigeante avec elle-même et aussi avec les autres, et de ce fait elle peut vexer sur le coup, mais cela passe car soit elle s’explique soit on lui pardonne car elle ne fera jamais de mal ». C’est ce qui fait que ton exigence est respectée : « parfois j’ai envie de lui répondre mais je freine et je ne dis rien. Je me suis affrontée aux directeurs mais avec elle je ne dis rien par respect ».

Les mots du travail. On a parlé à ton propos de : « maçon, bâtisseur, travailleur de force. Fourmi, travail menu et profitable. Artisan, travail dans la durée, le silence, le détail ». On a évoqué ton rapport au savoir : « un puits de connaissance ». « C’est un dictionnaire ». Les mots du travail c’est aussi les mots de l’agir : « elle tire plus vite que son ombre ». C’est cette volonté de bien faire les choses et vite. Parfois je t’ai parlé d’un dossier en me laissant le temps de réflexion et pour mon plus grand plaisir je m’aperçois que tu l’as réglé…

Ton agir c’est aussi ta capacité à globaliser et à avoir des vues d’ensemble sur les situations ou sur les gens. Ton agir c’est de même certaines formes de décalage cocasses, qui font rire et qui attendrissent : on m’a parlé d’un rendez-vous où tu étais restée 30 minutes avec une personne que tu avais prise pour une autre, des bises du matin données 3 fois dans la matinée à la même personne, des conseils informatiques que tu demandais aux moins compétents en la matière, ou encore des courriers que tu recevais et que tu corrigeais comme s’ils partaient à l’editing

AMP et PND foire du livre 2009
Anne-Marie Planel et Pierre-Noël Denieuil sur le stand de l’IRMC à la Foire internationale du livre 2009, Le Kram – Tunis.

Les mots du respect de l’autorité et du dévouement à l’institution. Cela donne un aspect très « discipliné » au point qu’on m’ait rapporté : « elle encaisse face a l’autorité », et on impute cela au fait que : « elle laisse le temps oublier les choses, elle a un côté philosophe ». Il faut noter à ce propos ta disponibilité aux directeurs, et le fait que malgré d’éventuels désaccords, tu t’es toujours attachée à en faire respecter les grandes options. On m’a même dit « c’est son sens IIIe république ». De même tu as toujours œuvré pour la reconnaissance institutionnelle, du CDTM, de l’IRMC et pense que l’individu s’effaçait devant l’institution : lorsque je voulais te remercier nommément dans mon livre sur Sfax en 1992, tu m’avais dit que ce n’était pas toi mais l’institution, qui avait agi pour moi. Et cela n’empêche pas que ton respect de l’autorité, couplé avec ton attitude parfois perçue comme autoritaire, vienne se fusionner avec ton sens de l’autre. Cela te permet, quand c’est toi qui a l’autorité, de savoir « revenir sur (ses) tes positions ». C’est aussi ton « autoritarisme serviable »… Et cela te donne tout à la fois une capacité à rassurer (le furieux qui entre dans ton bureau et en ressort calme) ou au contraire à inquiéter (le gentil qui sort furieux…) car tu n’hésites pas à « dire » les choses. D’une manière générale, je t’ai beaucoup « utilisée », lors de rendez-vous difficiles, dans ta capacité à agir sur et à transformer les situations. On m’a confié à ce propos : « elle est magnétique », quand elle parle on l’écoute, elle sait rendre les choses importantes même quand elles le sont peu ».

Mais si tu respectes toujours l’autorité, tes valeurs « soixante-huitardes » et ton refus des conformismes, ton sens inaliénable de la liberté, t’ont toujours éloignée des petits et des grands pouvoirs, personnels et/ou institutionnels, que ton esprit de veille et de vigilance intellectuelle sait pertinemment traquer et démasquer. Je me souviens encore que tu as refusé l’idée même que l’on voulait t’attribuer des palmes académiques… Ta capacité d’action se trouve décuplée à la fois par ton sens de l’adaptation et par la multiplicité de tes compétences, qui construisent ta polyvalence. Tu me disais toi-même en 2010 : « j’ai toujours bouché les trous, quand quelque chose ne marchait pas je le reprenais ». Polyvalence dans le temps (pour une historienne !) et aussi dans l’espace (historienne géographe !) en étant « sur tous les fronts », mais aussi polyvalence interdisciplinaire que tu as su maintenir à l’IRMC. Tu as bien résumé ton action quand tu me disais : « ma seule qualité a été d’être intéressée par ce qui se passait autour de moi, j’étais dans une position stratégique avec une possibilité de connaissance et d’action ».

Toi, c’est tout cela : à la fois cette rencontre entre ta personnalité telle que je te la décris, et un environnement favorable autour de l’IRMC, à la connaissance et à l’action, et tu le résumes quand tu dis : « je n’ai jamais été seule ». Tu t’es toi-même inscrite dans un travail d’équipe dont tu as su valoriser tous les membres, comme maillon fort et opérateur d’une chaîne et d’un ensemble de volontés. Une entreprise, un centre de recherche, tout lieu de travail, ce n’est pas qu’une institution et un directeur, c’est essentiellement des hommes et des femmes, des valeurs et un état d’esprit, et tu as illustré ce constat fort.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Anne-Marie PLANEL

est historienne de formation, fondatrice et ancienne directrice du CDTM de 1980 à 1991. Elle a été directrice adjointe de l’IRMC de 1992 à 2010.

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « Lettre à Anne-Marie Planel », Le Carnet de l’IRMC, 18 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/935

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook