Archives par mot-clé : Protectorat

Boire en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956)

Mercredi 18 mai 1904, en haut de la Casbah, rue de la Casbah. Un homme, 47 ans. 1m66. Cheveux châtain, barbe noire grisonnante, teint pâle. Corpulence assez forte.

Il se dit turc, il s’appelle Mohamed Hadj Ben Ismaïl el Kaouaji. Il porte un costume noir de commandant de la garde du bey, il a une chechia avec les armes beylicales, et une épée à la main, fortement alcoolisé. L’archive dit qu’il est fortement alcoolisé (il a constamment une fiole avec de l’alcool à la ceinture). Il avait déjà fait parler de lui en jetant de l’huile sur les gens, et il repousse des israélites qui rentraient tranquillement chez eux et qui n’avaient rien demandé.

Après enquête, il s’avère qu’en réalité, il n’a jamais été commandant de la garde du Bey, il est encore moins turc, il est né à Halfaouine. À 30 ans, il ne savait pas quoi faire, il est parti plusieurs années à l’étranger, il a à peu près fait tous les pays de la Méditerranée, il est devenu alcoolique, avant de finir en Algérie, à Constantine. Il a fini en prison et les autorités algériennes l’ont renvoyé dans son pays sans prévenir personne, quand elles ont pu déterminer qu’il était tunisien.

Mais c’était déjà à la fin du XIXe siècle, et quelques années plus tard, le 18 mai 1904, Mohamed se fait arrêter pour ivresse et violence par les autorités tunisiennes de la médina.

Que nous dit cette arrestation sur l’histoire de la consommation d’alcool, mais aussi de la répression et plus globalement du Protectorat en Tunisie ?

Cette fiole, que contient-elle ?

Il n’est pas précisé de quelle liqueur il
s’agit. Il pourrait s’agir du vermouth, mais
le produit coûte 2 jours de salaire d’un ouvrier. Sinon du cognac, mais c’est pire, c’est une semaine. En réalité, il est plus probable que ce soit de la boukha, liqueur bon marché, et consommée par la communauté juive, notamment à Halfaouine, depuis les années 1880.

© mesvinscacher.com

C’est plutôt du vin

Si à l’époque, Mohamed avait été plus riche, il aurait peut-être eu du vin dans sa fiole. Mais seulement voilà en 1904, la démocratisation du vin, sur le modèle de ce qu’avait connu la société française au début du siècle n’a pas encore eu lieu. Mohamed ne le sait sans doute pas, mais 30 ans après son arrestation, une bouteille de vin coûte deux fois moins cher pour les Tunisiens qu’en 1904.

Ceci est un effet collatéral de l’augmentation exponentielle de la production de vin dans le pays, notamment dans les années 1920. La production de vin est multipliée par 4 entre 1920 et 1930. Après une production dans l’Empire romain, puis une absence de culture par la suite, la production de vin est réactivée pour répondre à la demande de la France en pleine crise du phylloxéra. Le vin est surtout pour la production extérieure (mais ne représente jamais beaucoup plus de 15-20 % des exportations alimentaires et 5 % des exportations totales).

Au moment où Mohamed est arrêté de toute façon, le vin ne représente pas encore ce poids symbolique et européen qu’il représentera quelques années plus tard, lorsque seront créés dans les années 1920 l’office du vin, puis dans les années 1940 les appellations d’origine contrôlées. À l’époque où Mohamed est arrêté, le vin est relativement rare en Tunisie, il ne représente pas plus de 5 % des budgets de fonctionnement des administrations.

Cependant à l’époque où Mohamed se fait arrêter la production de vin est en pleine expansion, en lien avec la colonisation européenne, et si Mohamed avait eu du vin dans sa fiole celui-ci serait probablement venu d’une petite exploitation italienne de la région du Cap Bon ou de Bizerte, les production françaises étant davantage destinées à l’international.

Puis de la bière

Si nous avions était dans les années 1920, Mohamed se serait peut-être procuré de la bière. À l’époque où Mohamed sévit en haut de la médina, on importe de la bière en Tunisie, mais les lieux d’importation indiquent qu’il s’agit surtout d’approvisionner les stocks de l’armée. La production de bière locale augmente particulièrement après les années 1920, et surtout à partir de 1925. Dans tous les cas, cette production à l’époque reste particulièrement minoritaire et on ne consomma jamais plus d’un litre par habitant et par an en moyenne en Tunisie. On consomme moins d’un litre de bière par habitant et par an, quand 50 ans plus tard, à la veille de l’indépendance, ce nombre de bières atteindra à 7 litres par habitant et par an.

Lagmi

Si Mohamed avait habité dans le Sud du pays, ou dans une région oasienne, il aurait peut-être eu du lagmi dans sa fiole. Le lagmi, sève de palmier, objet de curiosité et régulièrement de dégoût dans le discours colonial, est un produit difficile à saisir, et dont les réseaux commerciaux échappent quasi totalement à l’emprise coloniale, en témoignent le faible nombre de sources sur la question dans la presse et les impôts régulièrement émis à l’époque beylicale comme à l’époque coloniale, pour tenter de taxer la production de lagmi, sans succès.

Impossible de savoir combien l’on consomme exactement de lagmi. Si on se base sur le nombre officiel de palmiers, et sur le nombre officiel de palmiers entaillés, on obtient une consommation de lagmi d’une centaine de litre par habitants et par an (8 fois plus que la consommation de vin), ce qui correspond à peu près à la consommation française de l’époque.

© tunisie.co
Legmi : le fameux jus de palme du sud tunisien

Cette fiole, comment Mohamed se l’est-il procurée ?

Marchands de vin

Il se l’est peut-être procurée chez un marchand de vin, situé dans une des grandes avenues eurropéennes. Auquel cas, il est probable que le marchand de vin en question, qui lui a vendu cette fiole était de nationalité italienne, comme deux tiers des marchands de vin d’alors, ou bien un juif tunisien. Les Italiens, à défaut de posséder la majorité des débits de boissons, sont majoritaires dans ce circuit de redistribution de vin.

Sinon il y a les bars

Sinon Mohamed a peut-être fait remplir sa fiole dans un des nombreux bars de Tunis, car en 1904, il n’est pas encore interdit pour les débitants de boissons de servir de l’alcool aux Tunisiens musulmans. Cette interdiction surviendra 10 ans plus tard, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’administration française pour donner des gages de respect aux supposées traditions musulmanes, décide de faire interdire définitivement la vente d’alcool aux musulmans, accentuant aussi une séparation des sphères coloniales.

Mais dix ans plus tôt, en 1904, les débits de boissons, comme d’ailleurs les champs de vignes, représentent à ce titre des zones de contact, « contacts zones » entre les différentes sphères des sociétés colonisées, pour reprendre la terminologie de Mary Louise Pratt.

En 1904, un quota de débits de boissons n’a pas encore été émis, mais malgré tout, Mohamed a beaucoup moins de choix pour ses habitudes de bar que quelques années plus tard. S’il est vivant entre 1920 et 1930, il verra le nombre de bars augmenter de 30 % en dix ans en Tunisie.

© Delcampe.net

Bars clandestins ?

Sinon il est tout à fait possible que Mohamed se soit procuré clandestinement sa liqueur. Pour cela plusieurs possibilités lui ont été offertes. Soit de s’être rendu dans l’arrière boutique d’un épicier qui vend discrètement du vin, soit au domicile d’un colon, sans doute retraité.

Le nombre exact de bars clandestins est inconnu, mais les sources administratives semblent montrer qu’il y en a sans doute beaucoup et même plus que de bars classiques. Le nombre de condamnations pour détention de débits clandestins augmente progressivement au cours du Protectorat sans que l’on ne sache exactement si cela est dû à une meilleure connaissance du terrain de l’adminis-tration.

Qu’est ce qu’on lui reproche exactement ?

D’avoir été ivre et violent

En 1904, si Mohamed n’avait pas exercé la violence, peut-être n’aurait-il pas été arrêté. Avant la Première Guerre mondiale, dans la plupart des cas, être ivre ne suffit pas pour être arrêté par la police, il faut avoir réalisé une autre action, par exemple avoir frappé un agent, ou avoir commis un vol. Après la Première Guerre mondiale, être ivre suffit pour être arrêté. Être ivre est devenu un problème social en soi. La Première Guerre mondiale, est un véritable acte fondateur du « grand renfermement », à l’égard des buveurs, qui sont mis au ban de la société, comme les voleurs, les criminels ou les mendiants et qui va durer jusqu’aux années 1930.

D’être un Tunisien, et un homme

Si Mohamed avait été une femme, il n’aurait peut-être pas été arrêté, ou surtout il n’aurait peut-être pas eu cette attitude. Dans la quasi totalité des cas, les personnes qui sont arrêtées sont des hommes, et lorsque ce n’est pas le cas, il s’agit de prostituées.

Mohammed a sans doute également comme souci de ne pas appartenir à une classe sociale particulièrement argentée. La répression coloniale est aussi une répression de classe, ce qui s’observe un peu plus pour les condamnations à la prison les plus sévères et un peu moins pour les simples arrestations pour ivresse publique.

Comme circonstance atténuante, Mohammed pourra dire qu’il n’a pas été arrêté un vendredi mais un mercredi et pas pendant le ramadan, le ramadan tombant en 1904 en novembre et en décembre, et moment proportionnellement de moindre acceptation de consommation publique d’alcool.

De s’être trouvé ivre dans un endroit stratégique de Tunis

J’entendais Romain Bertrand il y a quelques temps à l’Institut français dire que la colonisation c’est comme la circulation sanguine, avec pour cœur la capitale, et ensuite les artères vers les organes les plus importants, puis les veines les plus petites vers les territoires les plus périphériques.

Là le problème est que Mohammed se situe dans un lieu de pouvoir fort, la casbah qui est le cœur de la Médina, qui est le cœur de la ville de Tunis, qui est le cœur de la région du nord, la mieux contrôlée par les autorités étatique, qui est le cœur de la Tunisie.

Une carte des arrestations montre bien que ce qui est en jeu ce sont les endroits les plus contrôlés par l’autorité coloniale.

Est ce que le comportement de Mohammed est choquant pour les acteurs de l’époque ?

Au moment où Mohammed se fait arrêter, le sujet de l’alcoolisation publique intéresse peu l’administration

Une note rédigée par la Résidence générale 3 ans plus tôt, avait demandé à tous les contrôleurs civils de réagir face à l’augmentation de la consommation d’alcool. Durant les XVII-XVIIIe et XIXe siècle, Mohamed aurait pu faire partie de ces gens visés par les plaintes et les pétitions de notables, qui arrivaient régulièrement sur la table du Bey, à propos de ces ivrognes fréquentant de trop près les environs de la zitouna. Mais il y en a assez peu au début du XXe siècle.

Par un hasard du calendrier, l’arrestation de Mohammed intervient peu de temps après la création à Tunis, en mars 1902, de la Section tunisienne de la ligue française contre l’alcoolisme, une ligue, qui a d’abord pour fonction de servir de sociabilité commode à des élites francophiles.

Les intellectuels tunisiens n’ont pas encore été repris

Les exploits de Mohamed ne sont pas relayés par les journaux de l’époque, mais c’est normal, ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale, qu’il y aura 30 % de faits divers liés à l’ivresse publique dans le plus grand journal de l’époque la Dépêche tunisienne.

Au moment où Mohammed est arrêté ce 18 mai 1904, Habib Bourguiba a moins d’un an. Mohammed ne fait donc pas parti des cas d’étude dont Bourguiba parlera, 30 ans plus tard dans l’entre-deux-guerres dans le journal L’Action tunisienne, quand il regrettera la présence de plus en plus forte d’alcooliques à Tunis, signe selon lui des effets négatifs de la colonisation. En revanche, un autre nationaliste, Abdelaziz Thaalbi lui a 28 ans quand Mohamed se fait arrêter ce 18 mai 1904 en haut de la casbah. Des histoires comme celle de Mohammed inspireront fortement, au même titre que des personnes musulmanes comme Rachid Rida, la rhétorique sur la dégradation des mœurs au début du vingtième siècle, qui touche, selon lui, la colonie.

Comment la justice tunisienne gère-elle son cas ?

Une répression de réaction

La première des choses à observer avec Mohamed, est qu’il est arrêté à la suite d’une délation. C’est révélateur d’une situation coloniale, où la police ne fait que réagir aux plaintes, et qui sera pour le coup présente jusqu’à la fin du Protectorat, signe soit de l’absence de priorité que représente ce sujet pour la police, soit d’une gestion du manque de moyen.

Il est sans doute enfermé, comme au temps du Bey

L’archive n’indique pas la sanction décidée à l’encontre de Mohamed, mais on peut facilement la deviner. Si cela avait été la première fois, Mohamed aurait sans doute, comme au temps du Bey (ce qui prouve l’absence de politique coloniale en la matière), écopé d’une nuit au cachot, voire de quelques jours de prison.

Mais comme Mohamed avait déjà été pris sur le fait plusieurs fois, il est probable que la justice, par l’intermédiaire du contrôleur civil, décide de 3 mois d’emprisonnement à Tunis, selon une sanction qui ne sera jamais augmentée à la suite du Protectorat, ni dans sa forme ni dans le nombre de condamnations (il y a une plus forte répression après la Première Guerre mondiale, mais qui touche surtout les tribunaux de paix).

Peut-être, si la justice tunisienne a été particulièrement sévère, a t-elle décidé de l’expulsion et de l’ostracisme de Mohammed pendant 10 ans dans une ville éloignée du contrôle civil. Cette technique de répression semble être très utilisée à l’époque où Mohammed se fait arrêter, mais semble tomber en désuétude (en tout cas il y a moins de dossiers) par la suite.

Un temps où l’hôpital psychiatrique n’existe pas encore

Alors si Mohamed avait vécu quelques 30 ans plus tard, peut-être aurait il été enfermé dans un hôpital psychiatrique.

Progressivement, les alcooliques, comme les fous ne sont pas traités comme les pauvres ou les prostituées mais sont séparés d’eux.

En attendant Mohammed ne fait pas partie de ces 0,13 % des admis dans les hôpitaux classiques, 2 % dans les hôpitaux psychiatriques et 0,3 % des origines des décès dans les années 1930, prouvant la très faible prise en charge malgré tout de l’institution répressive hospitalière dans la Tunisie du Protectorat.

Conclusion

A bien des égards, et même si l’arrestation de Mohamed Ben Ismaïl el Kouaji a lieu en 1904, soit 25 ans après le début politique du Protectorat, elle se situe dans une période précoloniale :

  • L’alcoolonialisme de la Tunisie n’a pas encore eu lieu. On est encore loin des 14 litres de vin, des 7 litres de bière par habitant et par an que consomment les Tunisiens en moyenne à la fin du Protectorat, bien loin des scores de consommation 10 fois plus importants en France à la même époque. L’influence française dans les habitudes alimentaires n’est pas encore très forte.
  • Le sujet de l’alcool n’est pas encore très présent dans les médias et au sein de l’administration. La construction du problème social qu’est la consommation d’alcool des Tunisiens aux yeux d’une certaine élite est plus tardive, et se concentre sur une période allant de la Première Guerre mondiale au début des années 1930, montrant au passage que la séquence coloniale n’est pas une séquence uniforme dans la relation des acteurs aux autorités répressives.
  • Les paysages ruraux (par la vigne) tout comme les paysages urbains (par les débits de boissons) n’ont pas encore été durablement modifiés. Entre le moment où Mohamed est arrêté, en 1904 et l’apogée de la production de vigne, dans les années 1930, le nombre d’hectares consacrés passe de 10 000 à 50 000, dont 95 % concentrés autour de Bizerte, de Tunis et du Cap Bon.

    De même, entre 1904 et les années 1930, le nombre de débits de boissons en Tunisie est multiplié à peu près par deux, en passant d’environ 200 à environ 400.

    Pourtant,    Mohamed    Ben     Ismaïl el Kouaji est d’une certaine manière représentatif d’une certaine forme de colonisation

    1- Une colonisation par capilarité, où l’autorité de l’État se négocie selon l’acteur et le lieu

Où le fait d’être ivre ou de consommer de l’alcool est encore plus mal vu, quand l’on est Tunisien et quand l’on pratique cette activité dans la Médina, selon une rhétorique qui est déjà présente, mais qui sera théorisée bien des années plus tard, en 1937, lorsque une loi du 13 février interdira aux débits de se situer près des grands bâtiments publics.

2- Ensuite, représentatif des relations entre les colonies

 qui n’est pas un empire cohérent, mais où chaque colonie observe le comportement de sa voisine, et suit sa propre partition, en matière de répression d’alcool. Il n’y a pas d’unité impériale, pas de politiques communes. À l’intérieur de chaque pays, selon les échelles, les divergences d’intérêt relativisent la cohérence des politiques, et la cohérence de ce mouvement d’ensemble qu’est la colonisation.

3- Induit qu’un certain nombre de relations échappe à la grille de lecture colonialisante

Finalement, l’attitude de Mohamed, qu’a-t-elle de colonisé ? L’attitude des autorités qu’a-t-elle de coloniale ? Dans un autre contexte culturel, français par exemple, un homme déguisé en soldat napoléonien, qui au cœur de Paris, terroriserait les passants avec un sabre, se ferait réprimander de la même manière. Une partie de la société tunisienne échappe au prisme de la colonisation, une partie des acteurs peuvent agir et se mouvoir dans une société qu’il faudrait se garder de surcoloniser, et une partie de la Tunisie entre 1881 et 1956 échappe au paradigme colonial.

Nessim ZNAIEN

docteur en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, «Boire en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956)», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2168.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme

photographie de l’auteur

Vers la fin du XIXe siècle l’Italie connaît un grand mouvement migratoire qui portera ses citoyens à chercher fortune ailleurs. Si les destinations d’outre- Atlantique sont celles qu’ont accueilli la majeure partie de cette émigration, les pays de la rive méridionale de la Méditerranée ont connu aussi l’installation de communautés d’émigrés italiens. Les travaux financés par les puissances coloniales française et anglaise avaient attiré dans toute l’Afrique méditerranéenne un nombre élevé d’ouvriers pour la plupart provenant de Sicile, Sardaigne et de l’Italie du Sud. La Tunisie était le pays africain avec le plus grand nombre d’immigrés italiens, en 1905 ils étaient environ 90 000. Après la Tunisie, l’Egypte était la destination africaine préférée de ceux qui délaissaient la Péninsule. L’installation des Italiens dans le protectorat français ne concernait pas seulement le cadre urbain de la ville de Tunis où ils étaient très nombreux et avaient formé des quartiers ethniques_ mais aussi les campagnes et les mines de l’intérieur. Les études de Gianni Marilottisur la présence des ouvriers sardes dans les mines des phosphates de Gafsa, Kâala Djerda, Metlaoui et celles de Daniela Melfa 2 sur les agriculteurs et vignerons siciliens dans les régions de Kelibia, Enfida, Mornaguia et Zaghouan démontrent la composition régionale de cette émigration prolétaire. Une des différences avec l’émigration italienne d’outre-Atlantique était que les contacts méditerranéens avaient une histoire plus longue et donc plus stratifiée : en Tunisie, par exemple, il y a eu des présences italiennes – ou italophones – qui dataient au moins de l’époque moderne et qui occupaient des positions aisées dans le contexte beylical précolonial3. Les émigrés prolétaires du XIXe siècle trouvèrent donc une élite italienne fruit des contacts pluri-séculaires entre les deux rivages. Les descendants des pécheurs génois du corail qui s’étaient installés à Tabarka au XVIe siècle, les Juifs séfarades de Livourne – les Grâna 4 – venus à Tunis vers le XVIIe siècle, les prisonniers des corsaires barbaresques, les patriotes du Risorgimento exilés, formèrent au XIXe siècle un groupe déjà bien intégré dans le système tunisien5.

© Comitato Tunisino della Dante Alighieri, La Colonia Italiana di Tunisi durante
la Guerra 1915-1917, Tipografia Finzi, Tunis, 1917.

À l’instar des études sur le nationbuilding des historiens Hobsbwam, Mosse, Banti, Thiesse 6 et en adoptant la perspective de « communautés imaginées » de Anderson7, notre  vise à montrer si et sous quelle forme se structure dans ce contexte d’émigration un processus de construction nationale. Bien entendu, le rapport entre les élites et les classes sociales moins aisées de la plus récente immigration est au centre de l’intérêt de la recherche. Le but est l’analyse des structures, des raisons et des dynamiques sociales du sentiment d’identité collective. Si les identités collectives sont des produits d’imagination sociale, cela est encore plus vrai et concret dans un contexte migratoire où on veut construire ou affirmer une identité nationale, donc un lien social collectif mais exclusif, dans un milieu étranger. Comment ces populations géraient-elles leur identité italienne dans le contexte de la colonisation française ? C’est-à-dire, avec Balandier8, dans une société segmentée selon critères des ethniques qui interagissaient avec des divisions sociales et économiques. L’étude de l’interaction de l’imaginaire italien avec les dynamiques sociales d’une communauté expatriée permet d’analyser concrètement la construction d’une identité collective. Une thématique centrale est sans doute le concept d’italianité vu comme l’ensemble des caractères imaginés ou réels, des références culturelles et sociales, stéréotypes – internes et externes –. L’imaginaire national présenté comme un système inébranlable de valeurs, traditions et qualités du peuple italien, se modifie en se positionnant par rapport aux besoins du moment et au contexte. L’italianité du Risorgimento était bien différente de celle impérialiste du 1911, de celle fasciste ou de celle républicaine. À cette évolution diachronique il faut ajouter des variations, des nuances, par rapport aux lieux où l’idée “d’Italie” devait être pratiquée. À la fin du XIXe siècle il était qualitativement différent de se proclamer Italien en Italie, aux Etats-Unis, en Érythrée, ou à Tunis.

Le cas de l’émigration italienne en Tunisie présente donc des particularités qui la rendent unique : pays de colonisation française mais dans lequel la population italienne est majoritaire démographiquement par rapport aux colonisateurs. La situation est rendue encore plus tendue par des revendications colonialistes que l’Italie avait envers la Tunisie et qu’ont été effacées par l’expansionnisme français. Le choc de 1881, ‘lo schiaffo di Tunisi’ avait fait démissionner le gouvernement Cairoli et changé le cours diplomatique des rapports franco-italiens. Avec la successive normalisation des rapports entre les deux pays, certains secteurs de l’opinion publique italienne ne cessaient pas de regarder la Tunisie comme une sorte de ‘colonie manquée’, signe de la faiblesse italienne dans la politique coloniale. Dans certains milieux émergeait l’idée de la Tunisie comme exemple des avantages et des succès qui pouvait avoir une colonisation italienne en Afrique. La Tunisie devient ainsi la justification des aspirations italiennes en Afrique et notamment, en Tripolitaine. Les propriétés agricoles italiennes présentes dans les régions tunisiennes, les activités des bourgeois, des pêcheurs, des ouvriers dans la construction des infrastructures – en grande majorité des Siciliens – témoignaient de l’importance de l’élément italien en Afrique bien que subordonné à l’autorité française. En 1887 Paul Leroy- Beaulieu dans son livre sur la colonisation française en Algérie et Tunisie écrit à propos des mesures à prendre à l’égard des Italiens en Tunisie : «… il faudra, toutefois, prendre quelques précautions pour que la France ne couve pas en Tunisie un oeuf italien… »9. La prépondérance démographique des Italiens et leur concours direct au développement de l’économie coloniale dans le cadre du système français, était objet d’accusation, de revendications et de tensions entre l’Italie et la France.

© Tipografia Finzi, Tunis, 1917

Si les autorités françaises craignaient un ‘péril italien’, Rome ne voulait pas laisser une communauté si importante tant d’un point de vue économique que politique, à l’assimilation française. Les questions d’appartenance ethnique et nationale se chargent des significations spécifiques dans la Régence, liées aux ambitions italiennes en Afrique et aux rapports franco-italiens. La Tunisie rentrait dans un certain discours colonialiste italien maintenu vivant par les nationalistes, comme Corradini et Castellini10, et qui sera reprit lors du fascisme. L’émigration des Siciliens et des Sardes en Tunisie était interprétée selon la rhétorique colonialiste italienne comme un signe de l’expansionnisme du peuple italien. L’union des capitaux et de l’administration coloniale française avec le travail des ouvriers italiens s’inscrivait dans l’idée de ‘l’Afrique latine’, qui incluait dans la même classe de colonisateurs les Français et les Italiens. La Tunisie des émigrés italiens entrait ainsi dans l’imaginaire colonialiste de Rome, en devenant ainsi un espace qu’on pourrait définir de ‘transcolonial’ pour sa fonction de contact entre les deux colonialismes. En outre, on veut considérer le cas italo-franco- tunisien comme un trait d’union entre l’émigration, la colonisation et le colonialisme dans la complexité d’une société coloniale. L’hypothèse est de voir dans le cas tunisien – pour certains aspects et contextes – un exemple de colonisation italienne sous le colonialisme français. Avec le terme colonialisme on fait référence à tout un système et à un dispositif de pouvoir de domination et assujettissement culturel et matériel, comme tracé par Edward Saïd11, en le distinguant de celui de ‘colonisation’ auquel on donne un signification plus concrète d’installation, production et reproduction, dans un territoire par une population allogène. Wolfgang Reinhard12 souligne que c’est un événement très rare, presque impossible, dans l’histoire contemporaine un processus de colonisation sans colonialisme. Si l’on peut être d’accord avec l’historien allemand il faut ajouter pourtant que le cas tunisien ne peut tenir bien d’exemple en révélantune situation mixte, dans laquelle le colonialisme d’une minorité européenne gère, outre l’exploitation coloniale des ressources du pays et ses habitants, la colonisation faite par une autre minorité européenne.

© Archivio Centrale dello Stato, Casellario Politico Centrale, busta 1176/ Antonino Casubolo.

La Tunisie avait été pour l’Italie une ‘colonie perdue’ mais la présence  d’Italiens émigrés ne permettait pas d’oublier totalement ce pays méditerranéen si proche de la Péninsule. Si la Tunisie était une ‘colonie perdue’, les Italiens de Tunisie formaient une ‘colonie dans la colonie’ que, pourtant, Rome ne voulait pas perdre. L’ambiguïté du terme italien de ‘colonie’, utilisé – à l’époque – tant pour les communautés expatriées (comme en Argentine) que pour les possessions d’outremer (Érythrée, Somalie), a été un moyen pour l’élite libérale italienne d’encadrer les différentes communautés à l’étranger dans une générique Italie d’outre-mer. L’ambiguïté du terme correspond, pour le cas étudié, à une incertitude du positionnement de la présence italienne dans cette situation coloniale : étaient-ils plus des colonisateurs ou des émigrés ? Dans l’espace social colonial les Italiens se trouvaient entre la classe dominante des colonisateurs français et celle dominée des colonisés tunisiens13. Revendiquer l’italianité dans la Tunisie coloniale stigmatisait une condition intermédiaire dans laquelle des ouvriers européens partageaient avec la population locale tunisienne de conditions sociales et économiques similaires. Si le prolétariat italien de Tunisie était beaucoup plus proche des Tunisiens que des Français, il ne faut pas oublier la segmentation sociale ethnique typique d’une société coloniale. Les Européens, même si ‘rivales’ ou concurrents partageaient une même condition de privilège, directement ou indirectement, dans l’espace colonial14. Des émigrés sentimentalement proches des colonisateurs mais dont la pauvreté économique, les rapproche des colonisés. Cette ambiguïté deviendra encore plus paradoxale lors de l’invasion italienne en Libye. La circulation de pratiques et des discours dans l’espace colonial tunisien permet d’analyser la Tunisie et ses Italiens comme un trait d’union entre émigration et colonialisme, et, lors de la guerre de Libye, comme point de contact entre les colonialismes français et italien.

Gabriele MONTALBANO

est doctorant contractuel Section des Sciences Historiques et Philologiques à l’Université de Firence. Contact : gabriele.montalbano@ephe.sorbonne.fr

1 Marilotti Gianni (éd.), L’Italia e il Nord Africa : l’emigrazione sarda in Tunisia 1848-1914. 1 vol. Studi storici Carocci 90. Rome : Carocci, 2006.

2 Melfa, Daniela, Migrando a sud. Coloni italiani in Tunisia. Rome : Aracne, 2008.

3 Des exemples célèbres sont le Comte Giuseppe Raffo, originaire de Ligurie, ministre de Ahmed bey entre le 1835 et le 1859, et Luigi Calligaris, piemontais, premier directeur de l’école militaire du Bardo.

4 Grâna – ou Qrâna – est le pluriel de gurni – ou qurni – qui veut dire livournais, de l’ancien nom de la ville de Livourne en arabe, Gurna . Avec le terme Grâna on entend le groupe juif séfarade italo-ibérique installé à Tunis depuis le XVIIe siècle. Ceci était culturellement, rituellement et linguistiquement différencié des Juifs tunisiens, dits ‘twensa’.

5 Finzi Silvia, a c. di., Memorie Italiane di Tunisia. Tunis : Ambasciata d’Italia, Istituto di cultura, 2000 ; Pasotti, Nullo, Italiani e Italia in Tunisia dalle origini al 1970, Finzi editore, 1971.

6 Hobsbawm Eric, e Terence O. Ranger, The Invention of Tradition. Cambridge University Press, 1992 ; Mosse, George Lachmann. The Nationalization of the Masses : Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich. New York : H. Fertig, 1975. Banti, Alberto Mario. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo. Bari : Editori Laterza, 2011 ; Thiesse, Anne-Marie. La création des identités nationales. Paris : Seuil, 2001.

7 Anderson Benedict, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London ; New York : Verso Books, 1991.

8 Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique ». Cahiers Internationaux de Sociologie 11 (1951), 44–79.

9 Leroy-Beaulieu Paul, L’Algérie et la Tunisie. 2e éd. 1 vol. Paris : Guillaumin, 1887, 448.

10 On peut remarquer la forte présence de la question tunisienne dans les ouvrages nationalistes publiés lors de la guerre italo-turque. La Tunisie et son émigration occupe une place tout à fait centrale dans l’imaginaire colonial italien pour la Libye : Castellini, Gualtiero. Tunisi e Tripoli. Turin : Fratelli Bocca, 1911 ; Idem. Nell’Africa romana: note di viaggio. Trente : Scotoni e Vitti, 1908 ; Corradini, Enrico. Sopra le vie del nuovo impero, dall’ emigrazione di Tunisi alla guerra nell’ Egeo. Con un epilogo sopra la civiltà commerciale, la civiltà guerresca e i valori morali. Milan : fratelli Treves, 1912.

11 Said Edward W, Orientalism, Pantheon Books, 1978.

12 Reinhard Wolfgang, Klein Geschichte des Kolonialismus. Stuttgart : Kröner Verlag, 1996.

13 Davì Laura, “Entre colonisateurs et colonisés : les Italiens de Tunisie (XIXe-XXe siècle)”, dans Alexandropoulos, Jacques, et Patrick Cabanel (éd.), La Tunisie mosaïque : diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2000.

14 Albert Memmi donne une description magistrale de la condition sociale des Italiens de Tunisie dans son ouvrage Portrait du colonisé : précédé du portrait du colonisateur, Paris : Buchet/Chastel, 1957, 39.

Pour citer ce billet : Gabriele MONTALBANO, « Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2017.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Y a-t-il une alcoolisation de la société tunisienne sous le Protectorat ?

Photographie de l'auteur. © D.R.
Photographie de l’auteur.
© D.R.

L’Histoire de l’alimentation et de la culture matérielle ont connu leur prémices en France à partir de l’école des Annales dans les années 1960, avant de véritablement se développer dans les années 1980, grâce notamment à l’initiative de l’équipe formée autour de Jean-Louis Flandrin. À de notables exceptions, ce champs de recherche n’est véritablement apparu dans l’historiographie du Maghreb, et de la Tunisie en particulier que bien plus tard, dans les années 2000. Aujourd’hui quelques thèses et articles existent sur la question, notamment sur le lien entre l’alimentation et la religion, ou sur certains produits comme la viande ou l’huile d’olive. Rien n’a encore été effectué en langue française sur l’alcool. Les travaux en langue française sur ce produit en milieu colonial demeurent par ailleurs rarissimes, voire quasi inexistant et l’un des enjeux de notre travail de doctorat, puis de post-doctorat sera de contribuer à développer, pour le Maghreb, un champ de recherche encore largement inconnu de l’historiographie française.

L’alimentation étant un véritable « fait total », selon l’expression de Marcel Mauss, le développement de ce champ de recherche permet de jeter un regard neuf sur des problématiques sociales, économiques, religieuses et politiques. Plus concrètement, travailler sur l’alcool en Tunisie sous le Protectorat, permet de poser au moins deux grandes questions sur la société tunisienne de l’époque, la première étant celle de la valeur du paradigme colonial. Autrement dit, par ce travail, nous pouvons nous interroger sur la nature et la force de l’impact du colonisateur français en Tunisie, afin de savoir si celui-ci contribue véritablement à modifier la vie quotidienne, ici alimentaire, des populations.

Cette question ne peut être posée qu’à condition de faire un travail poussé de connaissance des pratiques bachiques dans la période pré-protectorat, afin d’évaluer la rupture que constitue le début du Protectorat en 1881. Plus précisément, nous devons d’abord nous demander si la présence du colonisateur français contribue à augmenter l’offre en alcool, et l’accès des populations à ce produit. Nous pouvons aussi tenter de savoir si le regard des uns et des autres sur ce produit se modifie avec la colonisation et si les éléments micro et macro économiques du commerce et de la consommation d’alcool évoluent au cours de la période.

Buvette de Legmi, Gabès. © D.R.
Buvette de Legmi, Gabès.
© D.R.

L’autre grande question qui peut être pesée par notre travail concerne l’impact de la religion musulmane, et des discours normatifs de la religion envers les populations. L’alcool étant un interdit religieux, il est nécessaire de se demander quelles sont les couches de la population, et les zones géographiques qui appliquent plus ou moins cette norme. S’interroger sur la portée politique ou religieuse de la consommation ou de la prohibition d’alcool est un travail délicat mais nécessaire et particulièrement intéressant pour la compréhension de la société tunisienne contemporaine.

L’enjeu de notre travail de thèse est donc d’abord de se demander s’il y a une alcoolisation de la société tunisienne sous le Protectorat. Dans un premier temps, nous essayons de savoir si la consommation d’alcool augmente au fur et à mesure du Protectorat, et si cela indique quelque chose sur les changements sociaux dans la Tunisie de cette époque. Certains indicateurs peuvent être ici mobilisés, comme le volume global de consommation d’alcool, le nombre de débits de boisson par habitants, ou encore l’évolution des cas d’ivresses plus graves, gérées par les administrations policières, judiciaires et hospitalières. Mais au-delà d’une simple quantité d’alcool consommée, il est important de savoir si l’alcool est ou devient un véritable sujet de société sous le Protectorat, qui revient régulièrement dans la sphère publique et contribue à fixer des politiques en la matière. C’est ici que tous les témoignages oraux, littéraires, journalistiques, administratifs, picturaux ou audiovisuels peuvent avoir leur sens.

Le propre des travaux portant sur la culture matérielle est de présenter un corpus d’archives pléthoriques et dispersés. La correspondance de l’administration centrale, témoignage en soi, est notamment conservée aux archives diplomatiques de la Courneuve et du CADN. Le corpus des archives judiciaires et hospitalières, particulièrement important pour notre travail est lui conservé aux Archives nationales de Tunisie. C’est également aux Archives nationales de Tunisie, comme à la Bibliothèque nationale, que nous trouvons un certain nombre de sources journalistiques. Notre corpus d’archives littéraires est quant à lui principalement constitué d’ouvrages recueillis à la BNF. Ce corpus d’archives est donc réparti sur les deux rives de la Méditerranée, et présente des éléments aussi bien en langue arabe qu’en français.

C’est avec la tentative de tendre vers une Histoire à part égale, que nous pouvons alors tirer le fil d’une histoire sociale des pratiques alimentaires, qui se veut être utile dans le renouvellement de l’historiographie des sociétés maghrébines au XIXe et au XXe siècle.

Nessim ZNAIEN

est doctorant en histoire à l’IMAF, Paris 1 Panthéon- Sorbonne et boursier d’aide à la mobilité internationale à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, « Y a-t-il une alcoolisation de la société tunisienne sous le Protectorat ? », Le Carnet de l’IRMC, 8 avril 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1777.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook