Archives par mot-clé : presse

Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative

Dans la continuité de l’enquête menée l’an dernier lors de mon accueil scientifique du 26 octobre au 3 novembre 2016 à l’IRMC de Tunis, j’effectue un nouveau séjour de recherche dans cette même institution afin de poursuivre mes recherches empiriques et méthodologiques en m’appuyant sur l’approche comparative des deux contextes algérien et tunisien.

Ma recherche comporte cinq volets principaux : la mémoire, le changement social, le discours dominant, les jeunes et la presse écrite. Cette dernière est abordée pour l’Algérie à partir de 4 quotidiens qui ont émergé dans le cadre du pluralisme : El Watan, qui diffuse ses contenus en langue française, El Khabar, Echourouk et Enahar, en langue arabe. Une démarche similaire est appliquée à la presse tunisienne à partir des quotidiens Essabah en langue arabe et La Presse de Tunisie, en langue française.

La mémoire occupe une place très importante dans la société algérienne, toutes générations confondues. L’Algérie, qui a accédé à l’indépendance, après une guerre de 7 ans, en 1962, garde une image idéale et héroïque de cette guerre. Un premier constat s’impose : la guerre de libération nationale, avec tous ses symboles et comme événement marquant du passé et du présent de l’Algérie, est présente dans la scène politique à travers les discours et les programmes de l’État, dans la constitution, au sein de l’école notamment et dans beaucoup d’autres domaines. En conséquence, elle a eu une influence considérable sur les processus de changement et de développement de l’Algérie depuis 1962.

De la même manière, les personnes interrogées en Tunisie évoquent l’ère bourguibienne, comme nous avons pu le constater lors de notre première enquête de terrain. Les entretiens avec différents acteurs académiques, notamment avec des étudiants, sembleraient confirmer une certaine nostalgie des Tunisiens du temps de la présidence d’Habib Bourguiba.

Les processus de changements des sociétés dans le passé montrent que le changement politique est le premier à apparaître, suivi d’autres changements au niveau social et économique notamment. Le changement social peut être perçu comme positif ou négatif, selon les acteurs. Ce changement exige une transformation dans divers domaines pilotés par des courants politiques, culturels et religieux qui se diffusent à travers la presse ou d’autres supports de communication. Rappelons que l’Algérie a connu des changements importants depuis l’indépendance.

Dans la Tunisie post-révolutionnaire, le changement est à la fois social et politique, il est notamment véhiculé par des jeunes, par des mouvements associatifs mais aussi par la presse écrite qui a bénéficié de plus de liberté. Nous allons donc nous interroger sur le discours dominant en Tunisie.

Les discours des différents acteurs politiques, religieux, culturels et également médiatiques en Algérie, s’appuient sur la mémoire algérienne qui renvoie à la guerre de libération nationale et à tous ses symboles. Pour ce qui est de la Tunisie, à partir des entretiens semidirectifs menés auprès de professeurs, de professionnels de la presse et d’étudiants tunisiens, il semblerait que les discours dominants politiques et religieux s’appuient sur la mémoire bourguibienne.

La presse algérienne a connu deux périodes importantes, celle du parti unique et celle du pluralisme politique. Durant la première période, il s’agissait d’une presse étatique qui propageait le discours officiel et défendait les prérogatives de l’État. Elle participait à la lutte en vue de construire un projet de société algérienne qui reposait sur les principes socialistes et de protection de l’intérêt public. Avec l’instauration de la constitution de 1989, suivie par la promulgation de la loi de 1990 sur l’information [Loi n° 90-07 du 3 avril 1990 relative à l’information] est apparue une presse à caractère privé qui a développé des lignes éditoriales différentes. Le développement de cette presse privée s’est traduite par la naissance de centaines de titres en langues arabe, française et amazigh qui présentent des contenus similaires malgré un contexte de plus grande liberté pour la presse.

En Tunisie, la presse écrite a également connu deux périodes : avant et après la Révolution de 2011. Durant la première période, les libertés étaient limitées et les organes de la presse tunisienne étaient sous le contrôle du régime du président Ben Ali. La Révolution a permis la libéralisation de la presse.

Les jeunes représentent en Algérie un potentiel très important. Présents dans différents secteurs, ils sont aussi une catégorie touchée par les contraintes socioéconomiques que connait l’Algérie depuis des décennies. Ces jeunes sont indifférents aux discours qui s’appuient sur la mémoire de la guerre de libération nationale. En Tunisie, les jeunes ont été les pionniers de la révolution de 2011. C’est pourquoi, les demandes de changements politiques et social ont été marquées par les revendications de la rue et des réseaux sociaux. Ces jeunes, aujourd’hui peu présents sur la scène politique, sont très actifs dans les mouvements associatifs. Certains semblent regretter leur participation à la révolution en avançant l’argument de leur actuelle marginalisation.

Il nous semble important, pour mener à bien ce travail, de développer nos contacts avec des journalistes et des responsables de la presse tunisienne pour enrichir notre étude comparative.

Notre enquête cherche à déterminer la nature du discours véhiculé à travers la presse tunisienne. Quel est le discours dominant en Tunisie : celui qui s’appuie sur la mémoire, celui du changement social ou s’agit-il des deux à la fois ?

Notre recherche s’effectuera donc en deux temps avec d’une part, un travail théorique qui reposera sur une recension des sources et des références sur la thématique qui constitue le thème de notre recherche soit les contenus de la presse tunisienne arabophone et francophone, et d’autre part, un travail pratique d’enquête de terrain via des entretiens avec des historiens, des sociologues et des journalistes de la presse écrite tunisienne.

Nadjat LAHDIRI est chercheure au CRASC d’Oran, depuis juin 2013. Elle conduit une recherche dans le cadre du projet « Mémoire et changement social en Algérie dans le discours dominant (2011-2015) ». contact : n.lahdiri@crasc.dz

Pour citer ce billet : Nadjat LAHDIRI, «Mémoires et changements sociaux en Algérie et en Tunisie dans le discours dominant chez les jeunes à travers la presse : approche comparative», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2110.

 

 

 

 

 

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La formation de la littérature arabe moderne dans et par la presse

Journaux tunisiens

La presse tunisienne, bien qu’ayant déjà suscitée l’attention des chercheurs, reste aujourd’hui encore un champ d’interrogation sous-exploré pour l’Histoire littéraire et culturelle du pays. C’est dans cette optique que nous avons choisi de mener nos recherches sur la question de la formation de la littérature arabe moderne (fin XIXe première moitié du XXe siècle) dans et par la presse : cette dernière nous est apparue comme un « laboratoire poétique »[1] d’où ont surgi de nouvelles formes et pratiques d’écriture et qui a façonné non seulement la figure, mais aussi la pensée de l’intellectuel tunisien. La question de la relation entre littérature et social se posant avec plus de force encore lorsque le journal est choisi comme médium, notre recherche se veut transdisciplinaire et associe analyse littéraire, analyse du discours, sociologie et Histoire.

Dans le cadre de notre master[2], nous nous sommes intéressés plus particulièrement à l’évolution des genres littéraires dans la presse satirique à partir du journal al-Chabab (La Jeunesse, 1936-1937) créé et rédigé entièrement par le poète et journaliste égyptien Mahmud Bayram al-Tunisi (1893- 1961) lors de son exil en Tunisie. Comme d’autres périodiques de cette époque où champs littéraire et journalistique se confondent, al-Chabab peut être compris comme une œuvre littéraire, dans laquelle l’écriture expérimente ses limites en investissant une multiplicité de formes (poésie dialectale, nouvelle, maqâma, éditorial, courrier du lecteur…).

Cette circularité des écritures journalistique et littéraire qui se « contaminent » l’une l’autre dissout les frontières entre les genres. Elle renégocie les partages entre fiction et réel et conduit la littérature à prendre pour objet le quotidien. Le dialecte devient la langue poétique et prétend réintroduire « le peuple » au cœur de l’écrit. Les figures des marginaux qui essaiment le journal expriment les fractures de la société coloniale tout en renvoyant aux personnages classiques d’al-Hamâdani ou d’al-Jâhiz : en parodiant les genres classiques, l’auteur revendique paradoxalement la réinvention du patrimoine arabe pour expliquer la modernité. Bien que « prolétaire intellectuel » n’ayant pu vivre de sa plume, Bayram n’en avait pas moins une conscience professionnelle du journalisme dont les contours commençaient tout juste à se préciser. Le journaliste a des devoirs à l’égard du peuple qu’il doit éveiller et réintroduire dans le débat politique. En son nom, il vient demander des comptes aux personnages publics et faire tomber les masques en analysant les positions à partir desquelles les discours sont formulés.

Nous menons à présent nos recherches de doctorat sur le journal Abu Nazzara Zarqa (L’homme aux lunettes bleues, Le Caire, 1878 – Paris, 1910) fondé et rédigé par Yaqub Sanua (Le Caire, 1839-Paris, 1912), journaliste et pionnier du théâtre égyptien.

Nos interrogations portent toujours sur le lien fondamental entre presse et littérature, mais également sur les stratégies littéraires de l’ironie, le rapport entre l’écrit et la caricature ainsi que sur l’écriture en exil et la représentation du peuple dans la langue.

D’autre part, dans le cadre de notre collaboration avec l’IRMC, nous poursuivons aux côtés des chercheurs Kmar Bendana, Alain Messaoudi et Stéphanie Pouessel notre réflexion sur la presse tunisienne selon les axes suivants :

– la presse comme source pour une nouvelle approche de l’Histoire intellectuelle et culturelle (la critique d’art, la formation et les parcours des intellectuels, le développement de la publicité et de l’imagerie populaire)

– Histoire et sociologie du journalisme tunisien

– Sciences sociales, information et journalisme.

 

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Ophélie ARROUES

est doctorante en littérature arabe moderne au laboratoire du CERMOM à l’INALCO. Elle est chercheure associée à l’IRMC où elle conduira un programme de recherche et organisera une journée d’étude.

crédit d’illustration : © World Association of Newspapers and News Publishers

 

Pour citer ce billet : Ophélie Arrouès, « La formation de la la littérature arabe moderne dans et par la presse », Le Carnet de l’IRMC, 25 septembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/524

 


[1] Concept emprunté à Marie-Eve THERENTY, La littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Poétique, Paris, Seuil, 2007.

[2] Genre, généricité et transgénéricité dans un journal arabe du début du XXe siècle : al-Shabab de Mahmûd Bayram al-Tunisi, sous la direction du professeur Luc-Willy Deheuvels, Paris, INALCO, 2011.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook