Archives par mot-clé : postrévolution

Composer avec le champ politique post-révolutionnaire en Libye : les réseaux kadhafistes et leur restructuration

La présente recherche a pour objet d’explorer les ruptures et les continuités du Kadhafisme dans La Libye post-révolutionnaire. Plus particulièrement, c’est sur la restructuration de l’ancien régime et de ses réseaux dans un nouvel espace politique qu’elle se focalisera. Il s’agira dans un premier temps de revenir sur le régime politique de la Jamahiriya afin d’en dégager certaines pratiques politiques et dynamiques sociales, certains acteurs ainsi que différents cadres de perception qui se sont imposés sous le règne du Guide libyen et qui perdurent encore. Dans un deuxième temps, par-delà les pratiques et autres héritages institutionnels et symboliques en legs, ce sont les acteurs de l’ancien régime, leur insertion (réinsertion) dans le champ politique actuel qui retiendront notre attention.

La perte du monopole de la violence légitime par les anciennes élites au pouvoir a conduit la Libye à un état de crise extrême. L’ancienne Jamahiriya est en proie à un processus de décivilisation ; l’abaissement des seuils de sécurité individuelle et collective ainsi que la probabilité d’une exposition à des situations de violence contribue à une réactivation des dispositions agressives et engendre ainsi une spirale de violence dans les rapports sociaux. La milicisation de la société libyenne en est le marqueur le plus significatif depuis la révolution du 17 février 2011 qui mît un terme au règne de Mouammar Kadhafi. Le champ politique libyen se caractérise par d’incessantes luttes internes pour le contrôle des ressources et de l’accès au pouvoir ainsi que par une fragmentation du territoire autour de quelques acteurs qui cristallisent la scène politique (et médiatique) par leur rivalité. De nombreux facteurs concourent à favoriser cet état de crise, pour n’en citer que quelques-uns : la question de la redistribution des ressources, de la rente pétrolière, du nombre d’armes (ALPC) et des milices en circulation, des dynamiques socio-économiques, de la crise économique, des flux migratoires, des interférences étrangères (EAU, Égypte, Turquie…) du manque de légitimité des représentants ou encore du terrorisme. La Jamahiriya et toute la violence symbolique qui la compose n’a jamais tout à fait disparu après la révolution. Au contraire, la Libye actuelle, avec ses protagonistes, semble caricaturer à l’extrême certaines pratiques de l’ancien régime. Ni le clientélisme, ni la corruption n’ont disparu, pas plus que les pratiques criminelles (exécution extra judiciaire, disparitions…), les alliances de circonstances ou les profondes inégalités entre communautés. Les efforts déployés par la mission des Nations Unis pour la Libye (UNSMIL) ne semblent pas parvenir à instaurer une paix durable et à mettre en oeuvre une véritable transition. La temporalité joue ici un rôle aggravant. Après 7 ans de crise, certains Libyens en viennent à regretter la mort du Guide face au vide politique et à l’insécurité. Le temps conjugué aux divisions agit ici comme une structure d’opportunité qui conduit à conférer aux anciens kadhafistes une nouvelle légitimité. C’est cette piste que nous suivrons pour parvenir à identifier les acteurs et les partisans de cet effort de relégitimation et de restructuration des réseaux kadhafistes dans un nouvel espace politique. Mouammar Kadhafi est certes mort mais le régime n’a peut-être pas dit son dernier mot.

© caminteresse.fr/economie-societe

Recomposition de l’espace politique et dynamique sociale

Les travaux d’Arthur Quesnay montrent comment l’espace politique libyen subit une profonde recomposition pendant et après le moment révolutionnaire. Les dynamiques ayant conduit à la chute du dictateur furent d’abord le produit de mobilisations localement situées. Les réseaux sociaux qui se constituèrent dans la reconquête des bastions du pouvoir s’appuyaient plus sur des liens sociaux professionnels et le partage des compétences propres à chaque individu que sur quelques identités primordiales notamment liées au tribalisme. L’insistance du tribalisme comme déterminisme social et élément structurant du champ politique libyen traduit en réalité une lecture biaisée des configurations sociales révolutionnaires et post révolutionnaires, si l’on s’en réfère aux enquêtes de terrain menées par Arthur Quesnay entre 2011 et 2013. Cette nouvelle configuration obéit à une logique qui donne la primauté du local sur le national. Avec la chute du gouvernement central et l’arrivée au pouvoir du CNT (conseil national de transition), cette configuration persiste et s’ancre durablement dans  l’espace politique. Cette dichotomie du local et du national a été rendue possible du fait de l’existence de deux références politiques issues de l’ère Kadhafi : les réseaux de solidarités informels et les canaux officiels de l’État. Face au vide politique et à l’absence de coordination nationale et de consensus sur l’avenir du pays, un processus d’autonomisation des entités locales et des individus s’est imposé. Cette autonomisation des entités locales comme substitut à un organe central fragilise la construction d’un réel consensus politique sur l’avenir de la Libye. Structurellement, elle exacerbe les tensions communautaires en entraînant une politique économique de prédation avec pour unique objectif d’assurer la survie du groupe. Le vide laissé entre l’espace national et les entités locales est ainsi l’enjeu d’une lutte intense pour l’accès au pouvoir et aux ressources. Cette configuration bénéficie aux acteurs disposant du meilleur capital social et économique qui exploitent ce désordre à leur propre fin. La captation brutale des ressources par ces « nouveaux seigneurs » alimente invariablement les inégalités et les tensions communautaires. En outre, ces nouvelles élites tendent à mobiliser le référentiel politique de façon à légitimer leur activité économique ou  pour simplement profiter de fonds étrangers. Ainsi, leur rôle politique sert parfois uniquement de façade pour couvrir d’autres activités économiques légales ou illégales (trafic d’armes, commerces transfrontalier, investissement à l’étranger dans l’immobilier, esclavagisme…). À cet égard, le parcours d’Abdel Hakim Belhaj semble particulièrement représentatif de cette caste des « nouveaux seigneurs » qui s’appuient sur leur capital révolutionnaire et cette nouvelle configuration politique pour s’enrichir personnellement.

© letemps.ch

Pour résumer, le champ politique libyen actuel s’articule donc autour d’entités locales en concurrence économique et politique sur fond de tensions communautaires. Deux centres de pouvoir majeurs coexistent actuellement en Libye ; Est (autour du Maréchal Haftar – LNA) et Ouest (incarné par Fayez Sarraj – GNA). Néanmoins, la fluidité des alliances et la fragilité des loyautés ne leur confèrent qu’une influence limitée même dans leur sphère de pouvoir respective. Les dynamiques socioéconomiques de cet espace ne semblent pas avoir significativement évoluées depuis les Accords de Skhirat (Maroc, 2015). La seule évolution notable ne se situant que dans la polarisation du débat Ouest/Est qui découle de ces accords. Face à cette nouvelle configuration de l’espace politique, comment les réseaux kadhafistes parviennent-ils à se restructurer dans le champ politique, et avec quelle force ? Quels soutiens ? Que peut-on attendre d’un éventuel retour de Saif al-Islam (fils de M. Kadhafi) sur le devant de la scène politique ?

Florian Lavaissière
Étudiant à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence en Master 2 Expertise politique comparée (monde arabe et Amérique latine).

Pour citer ce billet : Florian Lavaissière, «Composer avec le champ politique post-révolutionnaire en Libye : les réseaux kadhafistes et leur restructuration», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2261.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Humanitarian Overview of Post-Qadhafi’s Libya : (2011-2016) some key facts

Since the collapse of Libya’s political order, Libyans have in general experienced less access basic services such as health, education and security. Less income generating capacity to purchase food, recover their shelters or find temporary shelters to settle. This section will first provide an overview of the major sources of concern related to the living conditions of Libyans. Second, it will focus specifically on the keys features of the segments of the Libyan population considered most at risk: internally displaced people (IDPs) and the mixed migrants (economic migrants, asylum seekers, refugees).

First, what is worth here highlighting is the worsened physical security conditions for civilians caused by the collapse of the security apparatus, the proliferation of arms and non-state armed groups: the collapse in the provision of services such as justice, the rise in unlawful behaviours on the side of armed groups – such as abductions, illegal detentions, and torture. After the revolution and until 2013, direct confrontations between non-state armed groups (NSAGs) increased the exposure to violence – peaking in localities that had multiple armed groups, multiple tribal constituencies, sources of power and/or economic revenues. These contested areas,
such as Tripoli, Benghazi and Sabha, remained particularly unstable (ICG 2013).With the collapse of justice systems and security agreements, civilians could be exposed to acts of arbitrary violence, intimidation, abductions, torture, and illegal detention. Civilians could not resort to courts, as courts themselves were not in the condition to work, judges were intimidated, threatened or killed (ICG 2013, UNSC). Some minority groups – such as the tribes associated with former regime structures [i.e. the Tawargha and Mashashyia] were particularly vulnerable to violence. Yet, with the escalation of 2014, exposure to violence for several socio-economic strata increased. All population groups surveyed by the MSN 2015 and 2016 report increased concerns compared to the precedent year regarding physical aggression, extortion, abductions and illegal detention. At the same time, while non-state armed groups are at chances seen as the only providers of minimal functions of security, the population surveyed reports low levels of trust in the armed groups capacities of law enforcement. While on the overall access to basic services improved ( access to psychosocial support for victims of  violence, safe shelters, and protective environment for women and children decreased. (MSN 2015). Since june 2016, threats to safety, and deaths from small arms, and UXOs are increasingly reported (MSN 2016).

© REUTERS/Ismail Zitouny.

A more specific problem relates to the questions against women.Women may be victims of domestic violence, rape or other forms of abuses both inside and outside their homes (UNICEF 2011). Violence against women is sensitive; victims do not have legal safeguards, but can be prosecuted for extramarital relations, or she may be forced to marry the perpetrator (UNICEF 2011). There were no shelters for protecting victims of violence before 2011 (Freedom House 2010), but only ‘social rehabilitation facilities’ – centers in which women are held to isolate them, and their stigma, from the rest of the society (UNICEF 2011). The escalation of 2014 correlates with an overall worsening in the security of women from violence. While in 2014, IDPs did not identify gender based violence as a major source of concern (Interagency Assessement 2014), the low-intensity violence against women increased – in a context where the only available protective institutions are the tribes and local elites (MSN 2015).

A second source of risks for physical security derives from the widespread contamination from mines remnants of war, etc. The Interagency assessment of 2015 highlighted how half the respondents reported the presence of unexploded ordnance (UXOs) in their communities, particularly in the South where this was reported by 78 %. (MSN 2015). There are multiple areas in the country that are still contaminated by the conflict. In addition – the several armed confrontations across years have aggravated the contamination levels 1 (Human Rights Watch 25/03/2015).

A third source of insecurity is more specific for children. Remnants of war and small arms posed significant threats to their safety and life (UNICEF 08/02/2013). At the same time, assessments identified cases of family separation, psychological distress, psychological and physical violence, involvement in armed conflicts, lack of access to basic services, such as heath, as well as limited responsive capacities frominstitutions (WASH Cluster 03/2012). In an attempt to answer these needs, international organizations have more recently tried to involve municipalities in Libya in the provision of child protection services (UNICEF 21/04/2015), yet several challenges persist including the risks posed by war remnants (MSN 2015), and complete lack of services for children into Detention Centers (PI 05/2015). Recruitment practices of children or adolescents under 18 are known (MSN 2015).

Afourth source of insecurity, although overall milder than others, relates to the capacity of Libyans to maintain adequate food and nutrition standards. 2011’s armed reduced Food stocks and this, in addition to deteriorating rate exchanges and worsened working conditions for the banking systems, led to increases in food prices (Inter-agency, 04/2011 ; OCHA, 05/2011). After a gradual improvement, 2014’s escalation interrupted this trend (FAO, 01/2015), though concerns regard rising prices, inflation effects on purchasing power more than access to basic nutrition standards (MSN 2016).

Instead, a major source of insecurity relates to health services. The fled of specialized foreign health workers during the conflict reduced the system’s capacity to address both emergency and ordinary cases. Additionally, logistic chains for the repletion of chronic and emergency supplies broke apart, (OCHA Revised Flash Appeal 05/2011). In fact the UN Country Team strategic framework of 2012 identified the reconstruction of the health system as a key priority (UNCT 2012).Yet – it was never accomplished, so when the escalation of 2014 brought a renewed pressure (Interagency Rapid Assessment 12/2014). Conditions became that critical, that in august 2014 the Ministry of Health warned of a potential collapse of the public healthcare (WHO, 01/10/2014). Both patients and health workers could not reach hospitals in 2014, several clinics were shut down due to insecurity, or were overtaken by armed groups (Interagency Rapid Assessment 12/2014), particularly in Benghazi (UN Security Council 26/02/2015). Medical supplies quickly run short (Interagency Rapid Assessment 12/2014), logistic chains were disrupted or subject to corruption (IDMC 30/03/2015). After 2014, access to healthcare increased – though unevenly, with vulnerable segments of populations excluded from it. Medical staff and supplies instead remained short, while major medical concerns psychological traumas, injuries – or chronic diseases were mostly reported. (MSN 2015). This remained constant in 2016, while rising concerns regarded the availability of water across regions, the worsening in the sanitation and waste management, as well as the reduced access to many of hygiene items such as diapers, soap and water tanks for raising prices (MSN 2016).

Lastly, a source of concern for Libyans related their capacity – especially related to their children’s capacity – to access education services. In general, data suggest that against an interruption in the functioning of school facilities during conflict peaks, education services have gradually reopened (MSN 2015). 2016data, instead, report a decreased functionality in both primary and secondary data – on a yearly basis. A particular concern related to the fact that in 19 % of assessed municipalities, less than 20 % of school aged children were regularly attending schools. When schooling facilities were not functioning, reported causes included – the use as shelters from IDPs, lack of teaching staff or destruction. (MSN 2016).

Internally Displaced People

A major humanitarian concern by the revolution and the persisting insecurity relates to the Internally Displaced People (IDPs) population. Some groups within this population have experienced multiple and protracted displacement – like the Tawarghan (UNHCR 2014). InApril-May 2011, Loyalists besieged Misurata resorting also to Tawarghas fighters. Misuratans accused the Tawargans of human rights abuses, so after they bounced Loyalists back the attacked the town of Tawargha causing the complete evacuation of the town (Amnesty International 2013). Similarly also the Mashashiya tribes were accused of having supported the regime against Zintan, so they were attacked by the Zintanis, forcibly displaced, and their looted and destroyed.

Between 2012 and 2014 the number of IDPs decreases everywhere but in the South of Cirenaica and Fezzan. Clashes in Kufra between the Tebu, caused casualties and displacement (UNSMIL 2012, ICRC 2012 ex IDMC). In the Fezzan the Tebus and the Awlad Suleiman tribes clashed in March 2012 and in January 2014, causing displacement particularly in Sabha (UNSMIL 2012).

Instead the escalation following by Operation Karama in Benghazi and Fajr Libya in Tripoli inverted the trend. Since at least May 2014, fighting has brought the displacement of over 435 thousand people, besides the destruction of infrastructure, of basic services 2 (UNHCR 2014, IDMC 2015).

Displacement worsened the humanitarian conditions of several households, with a lack of medical supplies, income pressures, refuge in unfinished buildings and schools, increasing prices for basic commodities such as food, cooking oil and fuel increased (UNHCR 2015). Displaced households were exposed to multiple types of violence, and relationships with host communities tended to worsen (MSN 2015, MSN 2016) Also, the female IDP population reported to feel increasing insecurity from violence of armed groups (UK Home Office 18/02/2015). Sexual abuse of female mixed migrants, including pregnant women, is reportedly endemic (Amnesty International 11/05/2015), particularly in detention center facilities (UN Security Council 26/02/2015).

In 2014 14 % were moderately/ severely food insecure, 84 %at risk (Interagency, 12/2014). More generally the relative amount of income used for food, compared to the pre-escalation phase, increased for prices inflation (Inter-agency, 12/2014), while other basic goods such as fuel, electricity and water became scarce (ICG, 02/2015). The regularity of salaries and state pensions – main income generating instruments – weakened by the escalation of 2014, and the banking system got into credit and liquidity crisis. IDPs increased their self sufficiency in 2016, though parts of the population remained with constrained income.More in general, delays of payments in the salaries remain pervasive, as well as the limited functionality of the banking system. This was coupled with rising prices and reduced productivity – which worsened access to food across Libya (MSN 2016).

© domhertz.com.

Migrants, Refugees and Asylum seekers

Mixed migrants are relatively more vulnerable compared to IDPs and Libyans in general, though the estimation of their population is. Migrant’s living conditions are precarious, and need a multi-faceted assistance, from basic items for daily survival to the enhancement of mechanisms preventing further violence upon them. Most of them, arrive in vulnerable conditions already, and have experienced different traumas – including torture – in their migration history (European Commission 22/12/2014).

Nevertheless, the estimated number of migrant workers and refugees in Libya in 2014 were 150 thousand and 37 thousand respectively (PI 05/2015) mainly registered in registered in Tripoli and Benghazi, and mainly Syrian (UNHCR 28/04/2015). Furthermore, migration towards Europe peaked in 2014, with 140 thousands (82 % of the total) from Libya. Almost 3 thousand people died certainly (UN Security Council 26/02/2015). Yet the flow has increased in 2015 (IDMC 30/03/2015), and correlates with a general deterioration of living conditions (MSN 2015). For migrant workers, access to health services is precluded (Interagency Rapid Assessment 12/2014).

MixedMigrants are legally vulnerable. Libyan legal system makes irregular entry and departure a criminal act – irrespective of the type of legal status; particularly the 2010 Law on Combating Irregular Migration foresees the indefinite detention and deportation of people accused of irregular status (Amnesty International 11/05/2015). Additionally, Libya has never signed the 1951 Refugee Convention (European Commission 22/12/2014). Yet many amongst migrants travel undocumented (Amnesty International 11/05/2015).

Having weak legal status, mixed migrants are exposed to systematic abuses: (DRC 04/02/2015). Daily simple routines attempts to satisfy basic human needs – such as getting access to water, food, or health, can expose them to abductions, kidnappings, detention, other abuses, or simply violence3 (DRC 04/02/2015), or to sexual or economic exploitation. All this is compounded by a general xenophobia towards (sub-saharan) migrants, (Amnesty International 11/05/2015). Several live in temporary shelters of urban and suburban areas (DRC 2013, MSN 2015). Protection, access to basic services is severely constrained, and more constrained than those of IDPs (MSN 2015). On the top of this – if detained, they have limited legal safeguards (UNHCR 28/04/2015). In detention, abuses and violence, under nutrition or malnutrition, no restricted access to water, chronical precarious hygiene and health conditions prevail (UNHCR 28/04/2015, Amnesty International 11/05/2015). In 2015, 12 centers reported their affiliation to the DCIM, while it was known the existence of at least other 21 other centers run by other groups contesting the authority of the central government (PI 05/2015). At least 2,600 migrants and asylum seekers were registered in DCIMfacilities, mostlyWest Africans, as well as Somalis, Eritreans, and other citizens of east African countries (UNHCR 28/04/2015). The condition of non-DCIM detention center is currently unknown.

1 Human Rights Watch (HRW) documented the extensive use of anti-personnel and anti-vehicle landmines by Gaddafi forces during the 2011 conflict. HRWresearchers found at least five types of mines in nine locations, including around Ajdabiya, in the NafusaMountains, near Brega, and inMisrata, where the Gaddafi government also laid at least three sea mines near the port. During the 2011 conflict, Libya’s then-opposition National Transitional Council (NTC) formally pledged not to use antipersonnel and antivehicle landmines, and to destroy all mines in its forces’ possession.

2 In Tripolitania, 2014’s escalation generated approximately 270 thousands IDPs, including 120 thousands left the area of Wershefana after fighting in Tripoli moved south west; other major destinations for IDPs are AzZawya, Ajaylat and Yafran (ACAPS 2015). In the Fezzan, armed confrontations among Tebu and Tuareg tribes aroundAwbari in late 2014 caused victims and an imprecise number of displaced – approximated by the UNHCR in 18,500. Several found shelter in unfinished buildings and schools in Sabha, Ghat, Murzuq, WadiShafti, Al Jufraetc (UNHCR 14/11/2014 ; UNHCR 16/01/2015).

3 Deteriorating economic conditions have widened the lucrative opportunities around the movement of people. Networks of people involved in the recruitment, abduction, movement, transit and stationing, departure of migrants – voluntary or forcefully introduced into migration challenges – move great capitals in contemporary Libya, constituting a major political economic system. People’s movements (smuggling and trafficking) can be start well before coming into Libya. The Libyan part of the commerce, moreover, can be seen as starting in Tchad, Sudan, Niger; There, migrants forcefully or voluntary pay traders to continue their travel towards Libya. There they are either handed over to Libyan nationals or transported into Libya and then passed to Libyan nationals. Libyan traders are of multiple ethnic proveniences, and consider livelihood – like other smugglers in Libya do – a commerce like others. Actually, such routes of people are not recent, and have been described as having long lasting roots in time. Migrants are first transported in southern Hubs – such as Sabha and al Jufra. Here – they already at risk. Being without documents puts them into the shadow economy of migration, which brings them into clandestinity and impairs their access to basic services, such as health: going to a hospital, from now on, is a serious security risk, as could cause their arrest. Security-wise also, there traders often become perpetrators of violence. From Sabha and Jufra, major routes tend to go either to BaniWalid and Tripoli or to the east – Ajdabiya and Benghazi. (Amnesty international 11/05/2015). Some of them remain in Libya for years. This trend was more visible in the past – since Libya has been both a destination and a transit center. Not all of them, also, are caught from authority – though this is probably a minority. For the majority however – they can be caught and placed in detention centers run by the DCIM, by militias – or unclear. They can simply be placed in ‘transit centers’ (again – official, non official, or not clear), or they can simply stay housed in urban, or semi-urban areas, in unfinished buildings, trying to make a living and or waiting for their time to go.

Alessandro D’Errico

 

est doctorant à l’Università di Milano Statale

Pour citer ce billet : Alessandro D’Errico, «Humanitarian Overview of Post-Qadhafi’s Libya : (2011-2016) some key facts», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2073.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Trois essais d’ “histoire immédiate” Tunisie, 2010-2015

Qu’est ce que la ‘Révolution tunisienne’ a fait à la discipline historique ? Une réponse nette est difficile à donner parce que l’on assiste à une « remontée des eaux mémorielles » qui ne s’arrête pas depuis 2011. Parmi les multiples conséquences de l’explosion de la parole, on constate un mélange trouble et troublant entre des mémoires concurrentes réclamant la place qui leur a été soustraite par l’histoire « officielle », communément admise. Ces mémoires individuelles, partisanes, familiales, régionales ni mortes ni consacrées alimentent des polémiques qui disent des besoins d’histoire réactivés par l’ouverture du jeu politique et de ses liens avec la légitimation du pouvoir à (re)bâtir. Il faut le temps de reprendre les strates, d’établir les versions, de donner à chaque récit la place qu’il revendique afin que l’histoire fasse le travail de croisement, de tri et d’interprétation dont la société a également besoin. Ce mouvement d’affleurement de l’histoire a commencé sous des formes encore difficiles à distinguer, et on peut en capter des signes et des expressions à travers la production écrite et orale, médiatique, politique et scientifique qui a enflé depuis 2011, dans plusieurs domaines concernant les sciences humaines et sociales (sociologie, psychologie, philosophie, économie…)

A l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine (ex-ISHMN), institution universitaire dont l’appellation a changé en 20141, plusieurs cycles deprésentation de travaux divers ont été organisés à partir de 2012, pour suivre les traces de cette matière éditoriale en verve. Une série de rencontres : Ecrire la Révolution2, le colloque Thawra(t) organisé en janvier 20133, les ateliers de formation à l’écriture en sciences sociales à l’adresse des étudiants ont permis de présenter et de discuter un certain nombre d’ouvrages parus au cours des cinq dernières années. Les ouvrages étaient choisis quand ils semblaient porteurs d’une vision des événements, d’une volonté de les traiter de façon raisonnée, la plupart avançant des interprétations plus ou moins reliées au passé de la Tunisie et/ou aux schémas des révolutions ou révoltes connues par ailleurs4. Ce suivi partiel a été une façon d’arrimer la programmation scientifique de l’institution à une actualité éditoriale en inflation, en arabe, en français et en d’autres langues, à l’extérieur de la Tunisie. Cette loquacité bibliographique témoignait d’une effervescence intellectuelle qu’il a semblé intéressant à exploiter pour que la recherche académique en sciences humaines et sociales, établie et à construire, s’ouvre au bouillonnement éditorial qui a suivi les bouleversements politiques de 2011, en profite pour se vivifier.

Ce papier s’inscrit dans le désir de rendre compte d’un flux éditorial qui se densifie et se diversifie pour ne pas se laisser submerger par la vague. Le parti pris est de se frayer un chemin dans la partie de la production intellectuelle illustrant un souci de l’histoire, proche ou plus lointaine de la Tunisie ou la comparaison historique avec d’autres contextes ‘révolutionnaires’. Les débats post-2011 ont en effet rapidement fait appel à l’histoire, enseignée, vulgarisée ou académique. Ces usages implicites et explicites de l’histoire tissent le déroulé des événements avec des essais d’interprétation, prudents mais reflétant chacun un usage, renvoyant à une compréhension de l’histoire tunisienne et/ou des révolutions précédentes -les  révolutions françaises de 1789 et de 1848, les révolutions arabes de 1919 ou 1952, les révolutions ‘colorées’ d’Europe, pour ne citer que les références les plus courantes. Cinq ans après 2011, Il s’agit ici de rendre compte, de trois ouvrages différents, qui chacun à sa manière, témoigne d’une préoccupation et d’une démarche qui interpellent les historiens. Ecrits par des non historiens, ces ouvrages reviennent sur les faits post-2011 avec des grilles de lecture qui montrent que le raisonnement historique n’est pas le monopole des historiens ‘professionnels’. A ce titre, et audelà de leur utilité immédiate pour fixer les événements de 2010/2011 et les suivants, pour lier les premiers récits écrits qui émergent dans/de l’oralité dominante, ces ouvrages donnent à réfléchir sur la façon dont les auteurs articulent le présent consigné avec le passé auquel les acteurs eux mêmes se réfèrent. On peut parier que ces travaux composés dans un effort d’objectivation et un souci de réflexivité, serviront aux chercheurs d’aujourd’hui comme aux historiens de demain. Pour l’heure, parler de ces trois ouvrages, situés à mi-chemin entre le travail journalistique et l’examen refroidi par le temps, c’est donner écho à un travail critique dans unmoment historique dont on   mesure ni les composantes, ni les suites mais qui stimule la réflexion sur le passé. Ces ouvrages font partie des effets induits par une ‘Révolution tunisienne’ qui n’a pas achevé son cours ni fixé son appellation, mais se nourrit des visions et analyses qu’elle contribue à produire, chemin faisant. Cette production attiédie a le mérite de communiquer une connaissance de l’histoire « immédiate » tunisienne, à la disposition des futurs chercheurs. Le matériau fabriqué est d’autant plus utile qu’il contre la vitesse de l’actualité et diminue l’évaporation de la mémoire des détails qui entourent le déroulement des faits. Ecrits contre la précipitation des enquêtes journalistiques et face à une accélération généralisée des analyses, ces ‘cailloux du Petit Poucet’ serviront certainement la recherche historique et alimenteront la réflexion historiographique, nécessaires à mener et à construire, si on veut que la ‘Révolution tunisienne’ parvienne à secouer les grilles de lecture et à ébranler les catégories d’analyse en usage.

Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien (17 décembre-14 janvier 2011), Paris, Les petits matins, 2016, 349 p.

L’auteur est sociologue ; il est chercheur au Laboratoire Sens et Compréhension du Monde Contemporain- LASCO (Université Paris-Descartes) et enseigne à l’Institut Mines-Télécom. Il choisit méthodiquement de s’intéresser aux quatre semaines qui précèdent le 14 janvier 2011 et de recueillir 90 entretiens (liste : pp. 317-323). Le titre de l’ouvrage allie les deux termes – ‘révolution’ et ‘soulèvement’- qui continuent à flotter pour qualifier ces 29 jours décisifs dans l’histoire récente de la Tunisie. L’enquête est menée avec une grande clarté sur la qualité des personnes qui délivrent les informations et sur les circonstances de l’enquête. La bibliographie et l’index (thématique, il inclut deux noms : Zine El Abidine Ben Ali et Mohamed Bouazizi) achèvent de donner à cet ouvrage la facture universitaire que les deux ouvrages suivants ne revendiquent pas. La courte durée chronologique à laquelle s’assigne l’auteur donne à l’enquête orale qu’il mène une force dans le détail et un pouvoir d’évocation d’autant plus parlant que les souvenirs des acteurs gardent encore une certaine fraîcheur. Avec le temps, ces détails peuvent devenir des points de repère et susciter des vérifications, des recoupements, des approfondissements. La périodisation est établie à partir d’une observation cruciale : les événements insurrectionnels sont rapidement érigés en faits médiatiques grâce aux nouvelles technologies implantées en Tunisie (y compris dans les régions point de départ des mobilisations contestataires) et aux relais des télévisions El Jazeera et France 24 qui servent efficacement le retentissement mondial des informations locales. Entre l’immolation de Mohamed Bouazizi à Sidi Bouzid, le 17 décembre 2010 et l’envol de Ben Ali pour l’Arabie Saoudite, le 14 janvier 2011, l’auteur découpe six moments dans le ‘soulèvement’ tunisien : l’underground des révoltes (1998-2010) ; Sidi Bouzid : Le surgissement de la révolte (17 décembre-26 décembre 2010) ; Les réseaux de Tunis et le soutien à la révolte de Sidi Bouzid (25 décembre 2010-6 janvier 2011) ; Thala, Kasserine Regueb : Des révoltes au soulèvement (3 janvier – 11 janvier 2011) ; La nationalisation du soulèvement (9 janvier 14 janvier 2011). Cette chronologie fine épouse les modulations et le crescendo du ‘soulèvement’ en dégageant les causes économiques et sociales profondes qui expliquent l’étincelle du 17 décembre (retour sur les événements du bassin minier de 2008) en même temps qu’il démonte le potentiel d’organisation syndicale et militante qui ordonne les mobilisations. L’extension à travers le pays est en effet spontanément orchestrée par une multitude d’enseignants, syndicalistes, avocats… : l’énergie insurrectionnelle atteint Sfax, arrive jusqu’à Tunis où les quartiers périphériques et les divers milieux sociaux ont reçu, depuis plusieurs jours, images et échos des événements.

Deux hypothèses centrales structurent l’enquête de Jean-Marc Salmon :

1/ La ‘Révolution tunisienne’ est inattendue et spontanée mais son déroulement sur le court terme conjugue la frustration semée par le régime de Ben Ali dans toutes les couches de la société tunisienne et l’organisation invisible de militants actifs ou « en hibernation » qui ont été en mesure de coordonner les mobilisations locales et de canaliser les actions face à des forces de l’ordre peu décidées.

2/ La ‘Révolution tunisienne’ et plus spécifiquement le segment chronologique du ‘soulèvement’ est le fruit d’une nouvelle manière de communiquer et de la  vitesse de propagation des informations et des slogans issus des terrains de la contestation. Grâce à Internet et à une certaine maîtrise de son usage par les Tunisiens, l’oral (des commentaires, des slogans) et l’image (des émeutes, des protestations) ont joué un rôle démultiplicateur de l’émotion révolutionnaire, transmise à travers le pays et en dehors de ses frontières. Ces connexions d’un ordre nouveau donnent à la ‘Révolution tunisienne’ une facture inédite, qui augure, peut-être, d’une définition nouvelle du déroulement des révolutions dont l’étude depuis le 18ème siècle insiste sur le rôle de l’écrit dans la formulation des idéaux, la préparation de l’action puis son inscription dans le réel.

Hédia Baraket et Olfa Belhassine, Ces nouveaux mots qui font la Tunisie, Tunis, Cérès editions, 2016, 362 p.

Les deux journalistes qui ont co-écrit cet ouvrage déclarent avoir voulu aller plus loin que l’actualité et lutter contre l’oubli. Parties de deux publications parues en supplément de La Presse de Tunisie (14 janvier 2012 et 3 mai 2012), les deux auteurs ont passé au tamis un premier corpus de 120 mots pour s’arrêter à un lexique de 63 mots qui jalonnent les scansions et les débats de la ‘transition tunisienne’ où se croisent plusieurs temporalités. Ces mots qui ont transformé le langage politique et médiatique constituent des « événements de langage qui font l’histoire » de la Tunisie post- 20115. Tout en restant attachées à l’investigation journalistique dont elles sont familières, les deux journalistes font apparaître la place de l’histoire dans l’élaboration de ce nouveau langage qui modèle à son tour la tournure des faits. Il s’agit tantôt de l’histoire « longue » (la formule Dégage ! remonte à l’histoire de la colonisation française), plus proche (le slogan Choghl, horriyya, karama wataniyya = travail, liberté et dignité nationale, remonte à l’histoire du mouvement estudiantin des années 1970) ou de l’actualité récente (le terme thawra= révolte et/ou révolution, est introduit par les médias en janvier 2011 ; l’expression houthala francofouniyya =résidus de la francophonie, est proférée comme une insulte par un député de l’AssembléeNationale Constituante en   2011) ou même la plus brûlante (le comique himar watani = âne national, est le lapsus d’un des acteurs du Dialogue national en octobre 2013). Les soixante-dix interviews qu’elles ont effectuées (avec des acteurs, des journalistes, des chercheurs…) ont aidé les deux auteurs à restituer la profondeur des mots, les différents sens qu’ils recouvrent, le champ lexical des slogans et formules qui se répondent les uns les autres à travers les soixante trois notices sélectionnées. Que les mots soient nés sur le registre sérieux (hurriyat atta’bir = liberté d’expression), dramatique (houmani = titre d’une chanson à succès qui parle des habitants des quartiers abandonnés), scientifique (al dawla al ‘amiqa = l’Etat profond est une trouvaille de la politologie ambiante), dans le but de dénoncer (‘ilam el ‘ar = médias de la honte) ou pour se moquer (sfir fasîl = zéro virgule, allusion au score électoral des partis de ‘gauche’), l’ouvrage remet en perspective, dans une composition équilibrée et non dénuée d’humour, les différentes voies de façonnement des mots et comment ils traduisent, au cours des quatre années d’observation de la scène politique, des médias et de la rue, la complexité des événements vécus.

Une des remarques que suscite la lecture de ces « fragments d’histoire » est que la scène politico-médiatique tunisienne reflète un co-linguisme francoarabe qui caractérise l’histoire de la Tunisie depuis des décennies et qui s’exprime dans la fabrique courante des notions et la configuration des actes. Les deux langues sont traitées comme un couple dans cette photographie des expressions agissantes et des mots de la dispute, ce qui confère à l’ouvrage une valeur de témoin et de produit de l’originalité culturelle du moment transitionnel tunisien en cours. A cela, ajoutons que l’ouvrage fournit aux analystes et observateurs des éléments pour comprendre une des dimensions du bilinguisme arabe/français et son rôle dans l’élaboration des mots et la conception des  choses de la politique dans l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Stéphanie Wenger, Jours tranquilles à Tunis, Paris, Riveneuve Editions, 2015, 233 p.

L’ouvrage paraît dans une collection dirigée par Gilles Kraemer aux éditions Riveneuve Editions. Sous le titre unificateur de « jours tranquilles à », l’auteur- une journaliste qui débarque à Tunis après sept ans au Caire et trois ans à Alep – se lance dans des chroniques qui, au-delà des péripéties politiques, essaient d’entrer dans la société tunisienne, tout en respectant l’unité de lieu tunisoise imposée par l’éditeur. La récolte s’élève à une somme de 93 chroniques composées sur deux tons, deux plans d’information rendus par deux typographies. Les textes courts, comme le veut l’usage journalistique, couvrent la période allant de septembre 2012 (avant l’attaque du consulat américain de Benghazi – le 12 septembre – et l’assaut de salafistes contre l’ambassade et l’école américaines à Tunis, suite à la diffusion sur You tube, d’un film jugé anti-islam, le 14 septembre) au mois de juin 2015 (l’attentat du musée du Bardo du 17 mars est couvert par la journaliste mais pas l’attentat terroriste de la plage de Sousse du 28 juin). Stéphanie Wenger est consciente qu’elle arrive avec des cadres d’analyse forgés au Caire où le président frère musulman Mohamed Morsi vient d’être élu. La familiarité linguistique acquise à travers les mots d’arabe courant lui ouvre quelques fenêtres sur son nouveau terrain d’observation et de vie.

Elle rend compte de la vie tunisoise comme correspondante de plusieurs journaux, d’où le côté linéaire des instantanés qui rendent compte de la montée de la violence dans le pays. Le lecteur voit se succéder des assassinats, des attaques terroristes et des mesures sécuritaires de plus en plus crispées. Les chroniques alternent entre le tragique de certains événements (les attaques successives contre les mausolées ; l’assassinat de Chokri Belaïd, le 6 février 2013 et ses funérailles impressionnantes) et la légèreté de la vie quotidienne (les résultats des matchs de football ; les étalages de la friperie ; la recette du lablabi) en passant par le ridicule de certaines manifestations (l’exposition des biens et objets de la famille Ben Ali/ Trabelsi et les moqueries envers une ministre du gouvernement de la Troïka) ou les menus faits du désordre médiatique (les coquilles malencontreuses du journal La Presse de Tunisie ; l’interview non enregistrée de Rached Ghannouchi demandant à une journaliste si elle fait la prière). Dans un style journalistique teinté de considérations psycho-sociologiques et d’impressions personnelles, l’auteur transcrit les péripéties d’une ‘transition’ paradoxale et animée, loin d’être paisible ni linéaire. L’époque couverte par la journaliste rend compte d’une Tunisie qui construit des institutions de fond (écriture et vote de la Constitution de janvier 2014), multiplie les activités culturelles (le festival d’été d’Ezzahra), intente des procès contre des rappeurs (Klay BBj, Weld el 15 et Kafon, emprisonnés) tout en apparaissant comme un pourvoyeur prolifique de recrues jihadistes en Syrie et en Libye. Le lexique renseigne plus que les chroniques proprement dites sur la lecture de l’histoire en train de s’écrire que reflète cet ouvrage tourné surtout vers le présent (les attentats de Charlie à Paris) et les potentialités d’un avenir que l’auteur espère voir émerger de l’expérience tunisienne. Dans la cinquantaine de mots sélectionnés et expliqués à des lecteurs lointains se mêlent les titulatures des partis (Néo Destour, RCD, Ettakatol, Nida Tounès), les noms des acteurs saillants (Houcine Abbassi, Moustafa Ben Jaâfar, Habib Bourguiba, Béji Caïd Essebsi –son sigle BCE et son diminutif Bajbouj-, Leïla Trabelsi, Moncef Marzouki, Rached Ghannouchi), des termes du langage politique en usage (code du statut personnel, laïc, dialogue national), des mots du vocabulaire ordinaire comme harka (immigration clandestine), hogra (mépris social), tanbir (commentaire sarcastique) ou zatla (cannabis). Ce travail de journaliste qui a suivi une période profondément agitée deviendra-til une source pour les historiens plus tard ? That’s a question…

Kmar Bendana

1 Par décret du Journal Officiel de la République tunisienne en date du 8 mai 2014. Voir éditorial Rawafid, n° 18, 2013, 7.

2 Abdelaziz Belkhodja et Tarak Cheikhrouhou, 14 janvier. L’enquête, Tunis, Appollonia Editions, 2012 ; Mokhtar Khalfaoui, Hadithatou assakifa… (en arabe), 2012 ; Lazhar Mejri, La Révolution du 17 décembre 2010 (en arabe)…, ; Hédi Timoumi, Une tyrannie douce, 23 ans du pouvoir de Ben Ali, Tunis, MedAli éditions, 2011 ; Faouzi Sadkaoui, Plume et embûches : textes de l’histoire immédiate.

3 Thawra(t) …. Approche comparée des révoltes et révolutions (XIXème-XXIèmes siècles), Publication de l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie Contemporaine, 2014, 176 p. en arabe et 119 p. en français.

4 Afifa Chaouachi-Marzouki (dir.), Quand les mots se révoltent, Tunis, Sud Editions, 2014, 230 p. (séance du 25 mai 2015) ; Raja Fenniche (dir.), Dans les mailles du filet. Révolution Tunisienne et Web 2.0, La Manouba, Presses Universitaires de La Manouba, 2013, 155 p.
(séance du 5 octobre 2015). Les deux ouvrages ont fait l’objet de comptes-rendus dans Rawafid n° 9, 2014, 81-95.

5 Nabiha Jrad, « Quand dire c’est faire : la Révolution tunisienne, un événement de langage fait l’histoire », http://irmc.hypotheses.org/182.

Pour citer ce billet : Kmar Bendana, « Trois essais d’ “histoire immédiate”, Tunisie 2010-2015 », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2038.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Politisation et émancipation après la révolution : Le cas de deux associations féministes de Tozeur

Photographie de l’auteur

Lorsque l’on interroge en Tunisie des personnes sur les liens entre associations et partis politiques, il est assez aisé de savoir à quel camp politique ces personnes appartiennent. On comprendra en effet que si la réponse consiste à expliquer qu’Ennahda a créé de nombreuses associations à des fins clientélistes et de propagande, la personne sera plutôt anti- Nahda. De l’autre côté, si la réponse consiste à dire que de nombreuses organisations de la société civile, associations et syndicats, ont contribué pendant la période de transition à détériorer la situation du pays en continuant la protestation contre le gouvernement de la troïka, faisant en réalité de la politique de manière déguisée, on comprendra que notre interlocuteur est plus proche du camp d’Ennahda.

Qu’elles soient au service du pouvoir ou des partis d’opposition, il y a une suspicion à l’égard des associations qui seraient instrumentalisées à des fins politiques ou d’opportunisme individuel pour « se placer ». Ce sentiment lié au risque de récupération politique date de la période de Ben Ali et se poursuit après la révolution dans un contexte de forte politisation. Il est en partie dû à une conception organique de la société civile issue de la philosophie classique qui tend à confondre la société civile à la communauté politique dans son ensemble et qui s’est imposée en Tunisie à la fin des années 1980 et au début des années 1990 (Zghal, 1989, 1993). La société civile incluait à la fois les partis politiques et les associations, attachés à une république civile à la fois non militaire et non religieuse ; favorisant ainsi son usage politique.

Contrairement à d’autres pays du monde comme l’Egypte, la Jordanie ou le Yémen (Clark, 2004), la Tunisie n’avait pas connu, avant la révolution, un développement important des « institutions sociales islamiques ». Toute tentative avait été bloquée par la grande répression des années 1990 contre les membres et militants du parti Ennahda et toute personne suspectée d’entretenir une pratique excessive de la religion en dehors du domicile et des lieux de culte était étroitement surveillée voire réprimée. L’apparition, après la révolution, d’associations sociales dans lesquelles évoluent des militants nahdaouis pose la question de savoir s’il s’agit d’ « associations islamistes » (Roussillon, 1991) ou « d’associations totales » pour reprendre l’expression de Michel Camau
(2002) qui se référait aux associations développant à la fois des activités de service auprès de populations mais aussi de plaidoyer à l’encontre de l’État autoritaire en raison de leur arrimage à l’islam politique.

Ce qui est en jeu ici est bien la question de l’instrumentalisation qui ferait de l’association une organisation à investir pour maximiser des intérêts partisans. Il nous semble que cette perspective est une piste de réflexion possible mais qui se limite à une approche trop centrée sur les partis comme seuls acteurs légitimes de la politique. Nous choisissons pour notre part de nous situer davantage au niveau des individus qui vivent ces engagements. Il s’agit pour nous d’interroger l’articulation entre le parcours de socialisation à l’action collective, les ressorts de l’engagement associatif et les répertoires d’action développés au sein des associations pour voir les relations dynamiques entre les champs associatifs et partisans.

© micefinder.com

Nous choisissons1 ici de mettre en exergue deux associations féminines créées à Tozeur après la révolution par des militantes ou des sympathisantes du parti Ennahda. Il s’agit des associations FEM
et NISAE 2, entièrement féminines et créées après les élections pour l’assemblée  constituante. Nous étudierons tout d’abord la cohérence entre un discours émancipateur de lutte contre la domination masculine au fondement de la création des associations et les activités types qui sont mises en oeuvre. Nous verrons ensuite si ce discours d’émancipation n’est qu’un discours de légitimation servant des objectifs personnels ou partisans.

Les conceptions partagées de l’action collective autour du féminisme islamique

Le discours de légitimation de l’action associative produit par les membres fondateurs des associations étudiées se situe sur le registre du changement social. La création associative a ici une puissance instituante (Laville, Sainsaulieu, 2013) dans la mesure où elle intervient comme une remise en cause de l’ordre établi. L’association NISAE est le fruit d’une véritable dynamique en raison d’une adhésion collective à une analyse commune de la situation problématique des femmes dans la société tunisienne :
« L’objectif de notre association est de lutter contre l’oppression des femmes et la tyrannie des hommes. Nous luttons contre la passivité des femmes dont la cause est souvent les époux qui les empêchent de prendre des initiatives, mais aussi la situation sociale souvent précaire et les désirs de consommation qui les détournent de la culture. » Entretien avec la présidente de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Une autre membre de l’association de renchérir :
« Notre objectif c’est de faire en sorte que les femmes participent pleinement à la construction de leur pays après la révolution ».

L’association FEM est davantage une initiative de sa présidente qui n’assume pas autant cette analyse féministe même si elle reconnait que « le problème vient également des mentalités des hommes qui préfère une femme bête et docile 3 ». Elle trouve néanmoins que « le frein le plus important pour le développement de la femme du Djérid c’est le manque d’éducation et de formation ».

Les membres de ces deux associations portent un positionnement féministe d’égalité des droits entre les hommes et les femmes mais dans le cadre de la religion. Pour la vice-présidente de l’association
FEM :
« Les gens confondent souvent religion et coutumes. Il faut réussir à lutter contre tout ce qui empêche la participation de la femme dans la société à égalité de l’homme mais dans les valeurs de l’islam et le respect de la famille ».

La présidente de l’association NISAE se réfère davantage à l’ouvrage de Rached Ghannouchi la femme dans le coran et le vécu des musulmans (2012) :
« Cheikh Ghannouchi disait déjà àl’époque dans son livre que les femmes vivent une situation d’oppression partout dans le monde arabe et que c’est ce qui les pousse à porter sur elle-même un regard d’infériorité et à accepter l’humiliation et l’injustice. Rien dans l’islam ne justifie l’exclusion de l’autre moitié de la société. Cette exclusion est une injustice et une honte à la religion 4. »

Ces femmes fondatrices des associations FEM et NISAE s’inscrivent dans le courant que certains appellent « le féminisme islamique » (Latte Abdallah, 2010). Le développement dans le monde arabe et musulman des groupes et mouvements issus de l’islam politique à partir des années 1970 et 1980 a largement contribué à l’individualisation du rapport au religieux et au savoir religieux en disqualifiant d’abord l’establishment des oulémas pour faire valoir des lectures concurrentes. Ce type de féminisme s’est développé dans l’ensemble du monde arabe et musulman en démocratisant les formes d’interprétation de l’islam et en diversifiant les registres des mouvements sociaux féminins revendiquant plus d’égalité (Bernard-Maugiron, 2011). Si le féminisme islamique en Tunisie s’est largement développé au sein des groupes femmes d’Ennahda dès les années 1980, il s’est initialement constitué en opposition au mouvement féministe séculier, dénonçant le caractère importé de leur référentiel et revendiquant une authenticité plus à même de faire aboutir des réformes politiques. Ce militantisme féminin venant du courant islamiste essaie de trouver un équilibre entre liberté individuelle et obligation sociale :
« Notre combat pour l’égalité entre les hommes et les femmes se fait dans le respect de l’islam. Nous ne sommes pas comme les autres féministes de l’Occident qui agissent contre les hommes. Il faut préserver la famille mais aussi donner la possibilité à la femme de jouer d’autres rôles que les tâches domestiques ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Cela s’est par exemple concrétisé lors des tentatives de formulation de l’article 28 de l’avant-projet de la Constitution sur la question des libertés individuelles et des droits de la femme, cherchant à garantir les droits de la femme d’un côté tout en affirmant sa complémentarité avec l’homme au sein de la famille.

Cette opposition entre deux féminismes que l’on retrouve dans la polarisation de la vie politique après les élections de l’assemblée constituante entre séculiers et islamistes s’inscrit dans des
trajectoires et des héritages historiques distincts lié à des espaces de socialisation politique spécifique au sein même du « mouvement de libération nationale », entre l’association Khaldounia d’un côté et l’association des anciens du lycée Sadiki de l’autre, entre l’université
Zitouna d’un côté et celle de Tunis au lendemain de l’indépendance de l’autre 5. Malgré cette rivalité apparente, les deux mouvements féministes s’approprient aujourd’hui l’héritage du courant réformateur islamique tunisien à travers les figures tels que Tahar Haddad et de Abdelazziz Thâalbi.

Comme le souligne Stéphanie Latte Abdallah, « le lien entre la construction de nations modernes et l’émergence de la question féminine (en Tunisie à l’instar de la Turquie et de l’Iran) est établi, que ce discours ait été porté par des États, par des courants de pensée ou par les premières revendications féministes, qui prirent place en Egypte à la fin du XIXe siècle et au tournant du XXe siècle, et furent parfois relayés par des hommes (l’Egyptien Qasim Amin étant une figure notable de ce courant)6. Ces hommes et ces femmes avaient pour premier souci la métamorphose de femmes traditionnelles qui retarderaient la société tout entière et qui devaient pouvoir, à travers leur rôle de mère, élever de façon moderne et éclairée les nouveaux citoyens de la nation » (2006). Les membres des associations FEM et NISAE de Tozeur s’inscrivent parfaitement dans la continuité de ce courant ancien « moderniste-nationaliste » (Mervat, 1993) qui a à la fois « offert une défense nationaliste de la religion musulmane et adopté les conceptions “occidentales” de droits nouveaux pour les femmes dans les sociétés modernes » (Latte Abdallah, 2006). « Nous, nous ne rejetons pas tout ce qui a été fait avant nous. Nous pensons qu’il y a eu des choses très positives de la part de Bourguiba en ce qui concerne les femmes. Tout ça, c’est dans la continuité des grands penseurs de l’islam en Tunisie ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012. « la porosité des frontières entre sphères publiques et sphères privées dans les sociétés arabes implique de les penser dans la continuité » (2006).

© businessnews.com

Cohérence entre discours et pratique

Si les associations NISAE et FEM placent toutes les deux la remise en question du patriarcat comme socle fondateur de leur organisation, les activités types restent souvent cantonnées à un niveau individuel sans aborder les rapports de genre issus de ce système social dominant.

L’association NISAE oriente tout d’abord une partie de ses activités vers l’aide matérielle directe. Elle procède aussi à la distribution de dons aux plus pauvres car ses membres considèrent qu’un des premiers facteurs qui favorisent la domination des femmes est le manque de ressource économique. L’association FEM veut, elle, limiter les aides matérielles individualisées même s’ « il m’arrive parfois de payer les médicaments 7 ». Pour elle, il y a un risque
important en procédant à des aides matérielles individualisées de créer un appel d’air et de devoir gérer un nombre toujours plus élevé de demande qu’elle ne pourra pas honorer en raison d’un manque de moyen. Elle considère également que les aides matérielles ponctuelles ne résolvent pas le problème et peuvent créer une relation de dépendance dans laquelle elle a peur d’être absorbée. Ces craintes sont également partagées par l’association NISAE mais les deux associations considèrent encore que ces aides sont nécessaires par rapport au public qu’elles ciblent. Ignorer les demandes sociales les placerait selon elles dans une situation délicate, potentiellement de discrédit, au moment où « de nombreuses associations apparaissent mais ne font rien sur le terrain ».

Dès lors, les deux associations conçoivent avant tout leur action à travers l’accompagnement et le renforcement de capacités individuelles. La dimension collective du pouvoir qui envisage les rapports de domination d’un groupe sur un autre est alors largement occultée, plaçant ainsi les activités définies en
discordance avec le discours fondateur des associations. Il s’agit en effet d’activités qui permettent de valoriser les femmes, de leur apporter des connaissances et des compétences nouvelles. Cela entre en résonnance avec une conception néolibérale de l’« empowerment » dans laquelle le développement de capacités des
individus vise une meilleure inclusion dans un système donné sans opérer de lecture critique des structures de pouvoir de l’ordre existant (Destremau, 2012 et 2013).

Au niveau économique, il s’agit pour l’association NISAE de valoriser le travail des femmes, généralement artisanal et effectué à domicile, en organisant des expositions et des points de vente. De son côté, l’association FEM essaie de se concentrer sur des activités d’éducation, de sensibilisation et de formation pour « qu’elles acquièrent plus d’autonomie ». Dans ce sens, elle organise des cours d’alphabétisation pour adulte et essaye d’organiser des activités de soutien à l’activité économique des femmes :

« On fait de la sensibilisation à la santé, notamment sur les questions de planning familial et de contraception. On organise aussi des séminaires pour parler des problèmes des femmes ici. On n’a pas d’argent mais on se dit que plus on fait des activités comme celles- là, plus l’argent va venir. On aimerait mettre en place un système de bourses pour les études supérieures. On essaie de faire de la formation mais surtout d’aider au montage de projet professionnel individuel. Par exemple, j’aide une femme en ce moment qui veut être boulangère. Alors je lui achète la matière première pour qu’elle puisse développer ensuite son activité ». Entretien avec la présidente de FEM. Tozeur, mai 2012.

L’association NISAE mène des activités « d’éveil » culturel autour du théâtre et de la poésie où des cours sont proposés, des spectacles organisés pour valoriser des femmes artistes, en lien avec le centre culturel Abou Kacem Echebbi :

« Il faut que les femmes prennent conscience de la richesse de notre culture et se l’approprie. En plus, ici, les poètes masculins de notre région sont très connus mais les gens ignorent ce que font les femmes dans ce domaine. Une membre de notre association est poète et écrit des choses formidables ». Entretien avec un membre fondateur de NISAE. Tozeur, mai 2012.

Les deux associations sont prises dans une contradiction importante venant d’une inadéquation entre les conceptions partagées et le discours de légitimation qui fondent l’association d’un côté et les
dispositifs d’action mis en oeuvre de l’autre. En effet, elles sont porteuses d’un objectif de changement social à travers un discours de lutte contre le patriarcat qui puise dans l’héritage du féminisme tunisien, nationaliste et musulman. Mais elles refusent de travailler aux causes profondes du problème identifié et d’aborder les rapports collectifs de pouvoir et de domination basés sur le genre. Les activités mises en place par ces deux associations, à travers une aide matérielle et des activités d’« empowerment », se situent à un niveau individuel et se conforment davantage à une approche conservatrice de la promotion féminine qu’à une réelle approche émancipatrice qui remettrait en question la hiérarchie des rôles et des statuts basés sur le genre.

© micefinder.com

Clientélisme et émancipation

Les conceptions de l’action associative autour de la lutte contre le patriarcat partagées par les membres de NISAE sont associées à un parcours individuel et à une socialisation à l’action collective où prime l’engagement partisan. La présidente de l’association est devenue enseignante après avoir étudié les lettres à l’université de Sfax à la fin des années 1970. Elle a commencé à militer dès les années étudiantes dans le MTI. Elle est aujourd’hui encore militante au parti Ennahda en étant responsable à Tozeur de la section femme, chargée d’animer des cercles de réflexions auprès des femmes militantes du parti. L’organisation interne du parti s’appuie encore aujourd’hui sur l’héritage « tablighi8 » de la jamâ’at islamiyya9 des années 1970. La structuration interne établit un ensemble de cellules ou groupes, rassemblés par affinités sociales ou thématiques, n’étant pas figés et pouvant évoluer en fonction des activités. Les éléments de cet héritage reposent sur des mécanismes collectifs et confidentiels d’étude, de réflexion et de diffusion de messages religieux et politiques. La section locale de Tozeur est composée de groupes appelés « familles » qui organisent des sessions de réflexion autour des questions d’actualité en lien avec le corpus théologique constitué du Coran et des « hadiths » et selon une méthode rationaliste d’interprétation consistant à s’inspirer d’exemples de la vie du prophète pour comprendre et résoudre des problèmes contemporains. La présidente de l’association NISAE animait des « familles » sur les questions de la femme avant son engagement associatif.

La socialisation à l’action collective de la présidente de l’association NISAE s’est d’abord confondue avec le processus de socialisation à l’action politique au sein du parti Ennahda, constitutif d’une « carrière militante » (Fillieule, 2001). Les autres membres de l’association sont soit des militantes soit des femmes de militants.

Les engagements partisans et associatifs des membres de NISAE tendent à se confondre. Le fondement de l’engagement porte dans les deux cas sur une ambition de changement social et politique à travers un référentiel commun et des outils conceptuels élaborés dans les mêmes espaces de socialisation. Les objectifs féministes de lutte contre le patriarcat puisent dans le corpus théologique de l’islam. Le patriarcat est davantage considéré comme le produit d’une construction sociale et historique que comme une prescription religieuse. Les valeurs de la religion sont considérées
dans les deux cas comme étant au centre de toute initiative (Clark, 2004). Cette confusion pose la question de l’utilisation de la structure associative comme construction d’une clientèle partisane.

Nous avons vu précédemment que l’association NISAE adoptait finalement dans son action une approche dépolitisée des rapports de genre. La question politique du rapport collectif au pouvoir
par la remise en cause du patriarcat s’opère davantage au sein du parti qu’à celui de l’association. Il y a ici une sorte de division du travail : l’association apparait dans ce contexte comme un premier espace de sensibilisation des femmes à la question de leur émancipation tandis que le parti politique peut servir d’espace réel de lutte. Cette division n’implique pour autant pas une étanchéité
de structure et apparaît au contraire comme un système de vase communiquant. L’action de sensibilisation sur le genre pouvant s’inscrire dans un objectif de recrutement.

Mais l’enjeu de recrutement des femmes au sein du parti semble avant tout être un enjeu interne à celui-ci. Il s’agit derenforcer le poids du groupe des femmes au sein du parti pour y porter la question de la lutte contre le patriarcat face à d’autres groupes ou courants dominants dans un contexte où l’électorat traditionnel
et la majorité de ces membres sont attachés à cette forme d’organisation sociale qu’ils considèrent comme
islamique.

L’action associative peut certes servir de base de recrutement pour le parti mais surtout d’aiguillon pour influer les orientations idéologiques de ce dernier à travers une sorte de va et vient entre les différentes organisations. L’objet social de l’association s’inspire d’une compréhension du monde façonnée au sein d’une sorte d’avant-garde partisane. Mais en touchant un nombre plus important de personnes à travers l’action associative, cette élite cherche à rendre cette compréhension du monde moins
marginale au sein du parti.

L’association FEM se distingue de l’association NISAE par le fait qu’aucun membre fondateur n’est militant du parti Ennahda. Il s’agit davantage d’épouses de militants. Surtout elles revendiquent un discours ouvertement anti-parti politique qui présente l’engagement associatif comme nécessairement désintéressé par
opposition à l’engagement politique de type partisan. Pour la présidente de l’association FEM: été membre au début du comité de
protection de la révolution car je trouvais que les femmes devaient être représentées. J’ai pu participer à la caravane de la solidarité pour les réfugiés libyens.Mais, ensuite, je n’ai pas aimé car c’était très politique. Moi, je préfère le travail social. Ceux qui font de la politique sont des opportunistes qui ne cherchent que des chaises. Ils aiment le prestige : la position de président avec le tampon, c’est tout ! »

L’engagement associatif s’explique dès lors par un rejet de l’action politique totalement discréditée pendant la période de BenAli mais aussi après la révolution : les partis politiques n’ont pas été
responsables de la révolution tunisienne mais se battaient pour en récupérer les profits. L’association est vécue comme une alternative citoyenne dans laquelle les gens peuvent s’engager pour «contribuer à régler les problèmes de la société et apporter des solutions aux gens » ; « le spolitiques n’ont pas cette préoccupation 11 ». C’est donc cette vision antipolitique de l’action collective qui
sous-tend la démarche de création associative puisque les partis sont jugés comme moralement corrompus, étant trop préoccupés par le pouvoir.

Cette dépolitisation apparente est ici constitutive d’une recherche d’affirmation de soi qui passe par l’acte de création collective de structures nouvelles. Pour la présidente de l’association FEM 10, la rupture avec la politique est le chemin obligé, presque contradictoire, de la revendication d’une indépendance à l’égard de son mari. Ce dernier est un des responsables locaux du
parti Ennahda. Il a vécu la répression pendant les années 1990 en faisant 10 ans de prison en raison de son appartenance au parti. Il a été réhabilité dans l’éducation nationale seulement un an après la révolution. Pendant toute cette période, la présidente de l’association a contribué seule à pourvoir aux besoins de la famille grâce à son activité professionnelle de chef d’entreprise. Pour
elle, si les contraintes institutionnelles qui pesaient sur l’engagement associatif ont été levées avec la révolution, les contraintes d’ordre sociétal persistent.  L’accès à l’exercice des libertés publiques pour les femmes est rendu plus difficile quand les valeurs du patriarcat restent fortement structurantes. Tout d’abord, la participation des femmes dans l’espace public se limite aux thématiques sur lesquelles elles sont reconnues et valorisées par la société, à savoir les
femmes et les enfants. Ensuite, la quête d’autonomie pour la présidente de l’association FEM passe moins par l’amélioration des conditions matérielles et financières que par une lutte pour une « parité de participation » (Fraser, 2010).

Cependant, la position de l’association est ambigüe car la
présidente est sans cesse accusée ou suspectée d’agir sous les ordres du parti ou du moins dans l’intérêt de ce dernier. Contrairement à l’association NISAE dont les membres fondateurs sont officiellement militants, la présidente se défend d’être comme elles et revendique à la fois sa neutralité politique et son autonomie à l’égard de son mari : « Je faisais le travail social avant de connaitre mon mari.Mais je suis sûr que si vous demandez à des gens à propos de mon association, ils vont vous dire : ça, c’est Ennahda !. Mais moi, je ne fais pas de politique. Je ne suis pas mon mari. D’ailleurs je le surveille. Je lui dis : moi, je suis le peuple, attention, on te regarde.
Parfois il est gentil, il essaye de m’aider pour l’association mais je lui dis : merci mais ce n’est pas la peine car ton aide me fait finalement plus de mal. Ça l’embête mais il comprend. Il me laisse faire
alors.12 »

De plus, elle rencontre d’autres difficultés venant des usagers eux-mêmes dans la mesure où les femmes qui viennent à son bureau le font essentiellement pour obtenir un soutien matériel, et ce d’autant
plus que la présidente est connue pour être la femme du responsable local du parti. Les personnes qui viennent tiennent un
discours d’allégeance, « comme si j’étais une responsable du parti et qu’on était à l’époque de BenAli. Rien n’a changé avec la révolution. Les gens se comportent de la même façon. Ils font avec moi ce qu’ils faisaient avec le RCD. Et comme c’est Ennahda qui a gagné les élections, ils me parlent des prochaines élections avant de me demander une aide ».

Il n’en demeure pas moins que cette proximité relationnelle avec les cadres du parti apporte des avantages certains dans la relation avec les autorités : l’association FEM bénéficie d’un financement du Gouvernorat mais également du ministère desAffaires de la Femme. Elle dispose en conséquence d’un local pour l’association. Sa capacité d’interlocution, non seulement au niveau de l’administration du Gouvernorat mais aussi au niveau du
ministère, est indissociable de sa proximité de fait avec le parti Ennahda. La présidente de l’association est donc à la fois prisonnière et bénéficiaire d’un système patriarcal de représentation sociale qui ne dissocie pas les actions d’une épouse de celles de son mari.

Conclusion

Nous avons étudié ici le processus de politisation de deux associations féministes postrévolutionnaires de Tozeur dont les membres fondateurs sont également militants ou sympathisants du
parti islamiste Ennahda. Nous avons pour cela pris en compte deux niveaux d’analyse de la politisation : celui individuel de l’engagement associatif en lien avec le militantisme de type partisan, d’une part ; et celui relatif à un agir sur les rapports sociaux de pouvoir et de domination, ici basés sur le genre. L’enjeu était autant de voir les interactions entre les différentes formes d’engagement que les potentiels d’émancipation pour les fondateurs associatifs féminins.

Concernant l’imbrication des modalités et des espaces d’engagement, l’association apparaît certes comme une ressource à mobiliser pour maximiser les intérêts du parti, mais une analyse stratégique plus fine montre aussi qu’elle est mobilisée pour peser dans les luttes de pouvoir internes à ce dernier. Elle agit certes comme un moyen de recrutement des femmes que comme un moyen de pression sur les groupes dominants à l’intérieur du parti pour faire valoir une lecture plus égalitaire des rapports de
genre. De l’autre côté, elle représente également un moyen d’émancipation des normes patriarcales pour les promoteurs des associations féminines à travers l’acquisition et la reconnaissance d’une plus grande autonomie.

En cela, les associations féministes se réclamant ou en proximité avec l’islam politique correspondent elles aussi, et dans une certaine mesure, à ce que Nancy Fraser (2005) nommé contre-publics subalternes, conçus comme des arènes discursives parallèles dans lesquelles les membres des groupes sociaux subordonnés élaborent et diffusent des contre-discours, ce qui leur permet de fournir leur propre interprétation de leurs identités, de leurs intérêts et de leurs besoins ». Ces associations constituent des premiers terrains d’essai pour des activités de revendication et de contestation des rapports sociaux de domination.

Néanmoins, les effets en termes de changement social apparaissent encore limités. Malgré un discours fondateur d’émancipation, les activités mises en place par les associations étudiées restent cantonnées à un niveau individuel qui, non seulement, n’aborde pas les rapports collectifs de pouvoir mais tend même à reproduire les normes dominantes du patriarcat. De plus, les identités multiples, partisanes et associatives, favorisent la perpétuation de pratiques
clientélaires basées sur un échange entre allégeance et service rendu (Briquet, Sawicki, 1998), compromettant les perspectives de changement social. La confusion entre ces identités constitue autant des contraintes pour les promoteurs associatifs féminins, dont l’autonomie d’action est contestée, que des ressources de légitimation pour une participation dans l’espace public.

Pierre TAINTURIER

est Doctorant au LISE – CNAM (Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique, conservatoire national des arts et métiers), doctorant associé à l’IRMC. Contact : pierretainturier@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Pierre Tainturier, «Politisation après la révolution : Le cas de deux associations féministes de Tozeur.», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1981.

Index.

1 Cet article s’inscrit dans un travail de recherche plus large sur les processus d’institutionnalisation et de politisation des associations à Tozeur dans le cadre d’un doctorat en sociologie effectué au CNAM/LISE.

2 Il s’agit ici d’acronymes d’emprunt.

3 Entretien effectué à Tozeur en mai 2012.

4 Entretien effectué à Tozeur en mai 2012.

5 Le collège Sadiki et la Khaldounia sont considérés comme les premiers établissements d’enseignement moderne créés à la fin du XIXe siècle ainsi que les lieux d’expansion du mouvement culturel réformiste. Si le premier a constitué un vivier de recrutement des élites administratives pendant la période coloniale, le second était davantage destiné aux étudiants de l’école coranique associé à la Zitouna. Dès lors, l’association des anciens élèves du collège Sadiki ainsi que l’université de Tunis sont considérées comme des espaces spécifiques au courant moderniste et occidentalisé du réformisme tunisien tandis que la Khaldounia et l’université de la Zitouna comme des espaces davantage liés au courant du réformisme attaché à la valorisation et l’affirmation de l’identité culturelle arabo-musulmane.

6 Tahar Haddad, né le 4 décembre 1899 à Tunis et décédé le 7 décembre 1935, est un penseur, syndicaliste et homme politique tunisien. Il a milité pour l’évolution de la société tunisienne au début du XXe siècle. Il est connu pour avoir lutté activement en faveur des droits syndicaux des travailleurs tunisiens, de l’émancipation de la femme tunisienne et de l’abolition de la polygamie dans le monde arabo-musulman.

7 Abdelaziz Thâalbi, né le 5 septembre 1876 à Tunis et mort le 1er octobre 1944 à Tunis, est un homme politique tunisien. Il est le fondateur du Destour en 1920, parti politique duquel émerge le Néo-Destour du futur président de la République tunisienne Habib Bourguiba.

8 Pour lequel on trouvera plus tard l’équivalent tunisien en la personne de Tahar Haddad.

9 Entretien avec la présidente de FEM. Tozeur, mai 2012.

10 La Jamâ’at al tabligh est une société de prédication musulmane de type revivaliste. De nature apolitique, elle est fondée à la fin des années 1920 en Inde avec un objectif de réislamisation. L’activité missionnaire de ce mouvement s’est par la suite, en quelques décennies, développée à l’échelle du monde entier, via des branches décentralisées, avec l’objectif de faire revivre leur foi aux musulmans du monde entier, dans le cadre d’une interprétation littéraliste de celle-ci.

11 L’islamisme tunisien apparaît en 1971 avec la création de Jamâ’at al islamiyya, structure initialement clandestine opérant dans les
mosquées et se décomposant en structures régionales hiérarchisées. L’organisation publie un journal Al Ma’rifa, édité à plus de 25000 exemplaires à la fin des années 1970. Elle se transformera en Mouvement pour la Tendance Islamique en 1981 (toujours clandestin) puis en mouvement de la renaissance (Ennahda) légalisé en 1989.

12 Si le mode opératoire trouve ses origines dans le mouvement « tablighi », la constitution d’un parti politique fait rupture avec ce mouvement qui est purement quiétiste.

13 Entretien avec la présidente de l’association FEM – avril 2012.

14 Entretien avec la vice-présidente de l’association FEM – avril 2012.

15 Entretien avec la présidente de l’association FEM – avril 2012.

Bibliographie

Bernard-Maugiron N., 2011, « Nouvelles stratégies de mobilisation et réforme du droit de la famille. La « loi du sur le khul’ » en Egypte », dans Sarah Ben Néfissa et Blandine Destremau, (sous la direction de), Protestations sociales, révolutions civiles. Transformation du politique dans la Méditerranée arabe, Paris, Revue Tiers-Monde, hors-série numéro 2, Armand Colin, 117-138.

Briquet J-L. ; Sawicki F., (sous la direction de). 1998, Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines, Paris, Presses universitaires de France.

Camau M., 2002, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la
démocratisation », Revue internationale de politique comparée,
2002/2 (Vol. 9).

Clark A.J., 2004, Islam, charity and activism. Middle-Class Networks and Social Welfare in Egypt, Jordan, and Yemen, Indiana, University Press.

Destremau B. ; Lantier B., 2012, « Le sociologue et la « femme pauvre
du Tiers Monde », Ou comment une approche en termes de rapports
sociaux de sexe a éclairé la sociologie du développement », dans C., Verschuur I., Guérin et H., Guétat- Bernard (dir.), Sous le développement, le genre, Paris, IRD.

Destremau B., 2013, « Au four, au moulin… et à l’empowerment. La triple captation et l’exploitation du travail des femmes dans le
développement », dans M. Maruani (dir.), Travail et Genre dans le monde.  L’Etat du savoir, Paris, La Découverte.

Dot-Pouillard N., 2013, La Tunisie : la révolution et ses passés, Paris,
L’Harmattan.

Fraser N., 2005, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte. Fraser N., 2010, « Marchandisation, protection sociale et émancipation. Les ambivalences du féminisme dans la crise du capitalisme », revue de
l’OFCE, n° 114, 11-28.

Latte Abdallah S., 2006, « Genre et Politique », dans E. Picard (dir.), la politique dans le monde arabe, Paris, Armand Colin.

Latte Abdallah S., (dir.), 2010, « Féminisme islamique », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée, n° 128.

Laville J-L. ; Sainsaulieu R., 2013, L’association : Sociologie et Economie, Paris, Pluriel.

Roussillon A., 1991, « Entre al-Jiha et al- Rayyan. Phénoménologie de l’islamisme », Dossiers du CEDEJ, n° 45.

Zghal A., 1989, « Le concept de société civile et la transition vers le multipartisme », Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXVIII.

Zghal A., 1993, « Le concept de société civile et la crise du paradigme développementaliste », revue tunisienne de sciences sociales, n°115, 67-94.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local

Photographie de l’auteure

Depuis la chute du régime de Zine Al- Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, on assiste à une libéralisation des droits civils et politiques, qui a engendré un tissu associatif très dynamique dans le territoire tunisien. En effet la nouvelle loi de 2011 sur la création des associations (Décret-loi 88) a permis la simplification des modalités administratives, en rendant effectif le régime de la déclaration comme fondement d’existence de l’association. Durant l’année 2011, la Tunisie enregistre la création de près de 2000 nouvelles associations dont environ 700 après les élections du 23 octobre 2011, alors qu’elle en comptait 9600 en 2010 (IFEDA). Il s’agit là d’un véritable boom associatif.

Après la chute du régime le concept de « société civile » fait irruption dans une scène sociopolitique renouvelée, où les associations locales sont devenues les acteurs principaux au coeur du processus de transition. Ainsi elles s’emparent de tous les sujets qui suscitent le débat dans la Tunisie post-révolutionnaire : droits humains, égalité de genre, démocratie et citoyenneté, liberté d’expression, développement social et solidarité, action humanitaire, développement local, protection de l’environnement et développement durable, transparence et lutte contre la corruption, bonne gouvernance, etc. Dans ce contexte de vibrante dynamique associative, on peut considérer la Tunisie comme un intéressant laboratoire social. Il s’agit de s’interroger sur la capacité des associations tunisiennes à s’organiser dans l’espace public pour contribuer au développement social dans la phase de la  transition démocratique.

© theguardian.com (Photographe : Sondos Belhassen)

L’effervescence associative a, à son tour, généré des nouvelles opportunités internationales, soit à travers une pénétration massive des acteurs internationaux (l’action des bailleurs de fonds de soutien à la société civile), soit à travers une facilitation de la coopération transnationale entre différentes associations (partenariats). La question de la dimension internationale, lorsque l’on s’intéresse à un contexte local, est l’objet de nombreux débats. La majorité des travaux académiques sur les rapports entre acteurs locaux et internationaux (development studies) s’est souvent concentrée sur les dimensions plutôt techniques de ces rapports, en en minimisant les conséquences sociales à l’échelle locale. La théorie des mouvements sociaux, de son coté, a rarement pris en compte l’importance des liens avec l’international dans la définition de l’activisme local.

Notre analyse cherche à combler ce manque en partant d’une littérature qui pose l’accent sur le risque de créer une forme de dépendance des acteurs locaux à l’international, pouvant causer à son tour une atomisation et une fragmentation de la scène associative. Les bailleurs de fonds classiques ont ainsi une approche plutôt sélective qui pose des barrières pour les associations qui ne possèdent pas l’expertise nécessaire pour répondre aux appels d’offre, en aggravant les inégalités socio-économiques du tissu social. De plus, en Tunisie, le clivage entre moderniste et associations à référence religieuse présent au sein de la société civile locale, peut être accentué par l’approche sélective de bailleurs de fonds dans leurs choix des bénéficiaires. Notre recherche tente d’approfondir les différents types des liens internationaux établis par les associations, avec l’objectif de vérifier s’il y a des variations au niveau local par rapport au type d’engagement international. Cette approche permettrait d’éviter une analyse strictement verticale en considérant aussi les stratégies de partenariat international des associations locales.

Dans ce cadre, notre recherche tente d’étudier le processus de construction de la société civile post-révolutionnaire dans le contexte d’interactions renouvelées avec l’international. Ce processus de construction et d’interaction est à l’origine de l’émergence d’une diversification des formes d’activisme social local. Ainsi, l’objectif spécifique est de caractériser la nouvelle société civile locale et de cerner la dynamique de diversification sociale de celle-ci. L’hypothèse de travail est que le type d’interaction avec l’international est à l’origine de la différentiation sociale de l’activisme. Pour cela on cherchera à comprendre la diversité des liens à l’international des associations. Quel est le rapport entre l’intégration internationale et l’activisme social local ? Cette question est particulièrement importante à partir de 2011, avec la prolifération du nombre des associations à référence religieuse, qui ont la réputation d’avoir un fort ancrage social. Ainsi, se pose la question de la spécificité islamique dans le lien entre la dimension internationale et la forme d’activisme social. La réalité même de cette catégorisation reste à démontrer.

Pour répondre à ces questions de recherche il faut donner une définition claire des deux variables qu’on tentera de cerner : intégration internationale et activisme local. Plus spécifiquement, pour « intégration internationale » nous considérons les interactions entre les acteurs internationaux et associatifs locaux.

Ainsi nous avons identifié des sous-catégories. Les acteurs locaux peuvent simplement communiquer avec des organisations internationales ; recevoir des ressources matérielles dans le cadre d’une stratégie d’intervention des bailleurs de fonds ; recevoir des ressources immatérielles, comme des cycles de formation et d’autre type d’informations ; être engagés directement dans de partenariats internationaux.

Pour activisme local nous considérons les activités des associations pour contribuer au développement social. Nous avons saisi trois indicateurs : participation, en tant que capacité de mobilisation ; capacité d’établir des partenariats avec d’autres associations locales qui travaillent dans le même domaine ; types d’activités. Pour chaque critère nous vérifierons s’il y a une spécificité par rapport aux associations à référence religieuse. Pour analyser ces deux dimensions (intégration international et activisme local) nous nous appuierons sur une série d’enquêtes (entretiens semidirectifs) au niveau des associations locales dans trois terrains : Tunis, Sfax, Médenine. Une première analyse des résultats montre une grande diversité des pratiques associatives et l’importance de replacer les associations comme les acteurs clés dans le processus de transition démocratique.

Ester SIGILLÒ

est doctorante à l’Institut des sciences humaines et sociales, Scuola Normale Superiore, et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Ester SIGILLÒ, « La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1975.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook