Archives par mot-clé : Postcolonial studies

La domesticité coloniale en Algérie : la “fatma”, une “bonne de papier” “indigène” au XXe siècle

Photographie de l’auteure

Triste également que le type de femme le mieux connu, du moins le croit-on, soit celui de la Fathma ou femme de ménage, qui est justement une création du système colonial1.
Denise Brahimi.

La domesticité coloniale constitue un champ exploratoire émergent et prometteur de la discipline historique : l’ambition de l’étude des domestiques aux colonies est de renouveler la lecture du fait colonial en l’abordant sous l’angle de l’histoire sociale. Procédant à un croisement historiographique audacieux, l’histoire de la condition ancillaire en contexte colonial relève aussi d’une sensibilité marquée par le poids des représentations culturelles, en particulier littéraires. En Algérie pendant la période coloniale, au XXe siècle plus précisément, c’est la « fatma » qui s’affirme comme une figure majeure de la domesticité féminine « indigène ».

«“[D]omestique arabe“ […] “s’employant dans des familles européennes” » par définition, la « fatma » recouvre par extension « le sens générique de femme arabe » . La confusion polysémique qu’entretient le nom commun dans cette dernière acception en révèle les connotations négatives : l’appellation « fatma » désigne « dans le langage de l’époque, des bonnes à tout faire, ou encore des danseuses et des prostituées » 2.

Une esquisse de l’historiographie consacrée à la domesticité féminine « indigène » laisse entrevoir la place qu’elle occupe dans le récit de l’histoire des domestiques en Algérie coloniale.  Pour retracer la généalogie de la « fatma », les sources iconographiques et littéraires sont privilégiées dans le corpus d’analyse.

Une tradition historiographique en héritage : Maurice Borrmans, Caroline Brac de La Perrière

Le mémoire en psychologie sociale de l’islamologue Maurice Borrmans soutenu en 1955 à Alger est à la fois une source et un travail de référence précurseur en la matière : il y mène une étude portant sur La femme de ménage musulmane en service dans les familles européennes. L’enquête de type sociologique est principalement conduite à l’aide d’un questionnaire destiné aux intéressées et à leurs employeurs et employeuses. A noter que le seul exemplaire à ma connaissance est une version dactylographiée de son mémoire conservée à la Bibliothèque de recherche du Centre Diocésain des Glycines à Alger.

L’historienne Caroline Brac de La Perrière rappelle sa dette envers Borrmans dans sa thèse, première et unique thèse – en histoire sur la domesticité en Algérie, soutenue en 1985 sous la direction de l’historien Claude Liauzu . Sa thèse s’inscrit dans l’essor de l’histoire des femmes initiée par l’historienne Michelle Perrot. Pour la méthode, Brac de La Perrière a choisi de faire des entretiens composant ainsi un corpus historique de sources orales. En effet, le point de départ de sa recherche s’est vraisemblablement fixé sur Zohra Reziga, l’employée de maison familiale, dont la photographie en couverture et le texte de la dédicace – « A Zohra Reziga, “Madame Z. R. “, décédée à Hadjout le 8 mars 1985 » – dans la version publiée en 1987 de la thèse attestent de la portée de l’hommage rendu. La thèse de Brac de La Perrière porte néanmoins les stigmates d’une historiographie quelque peu datée : elle se focalise sur la domesticité féminine dite « musulmane » uniquement pendant la Guerre d’Algérie. Or, l’historiographie récente sur la domesticité coloniale permet d’envisager autrement ce sujet en décloisonnant l’approche: ne pas se réduire à la domesticité féminine et colonisée, ni restreindre la période de travail au seul conflit d’indépendance ou le lieu de recherche à la capitale.

« Dans certaines familles de la grande bourgeoisie française d’Algérie, on ne se donnait même pas la peine de retenir le prénom des  domestiques espagnoles comme ce sera souvent le cas par la suite avec les musulmanes dénommées le plus souvent “Fatma” ou “Zohra” » . Même si l’anonymisation des domestiques s’étend aux femmes « indigènes » après en avoir affectées d’autres, il apparaît progressivement que « la domination qu’implique ce rapport d’employeurs à employée est surdéterminée par la relation coloniale et la nomenclature raciale » . Ainsi Maurice Borrmans se désole-t-il dans son mémoire précité : « Et puis ces mots génériques dont on les affuble : “mauresque”, “Fatma”,… ne sont-ils pas empreints souvent, d’une nuance péjorative et d’un instinct de supériorité, quand il ne s’y glisse pas quelque racisme inconscient ? ».

Les usages du terme « fatma » illustrent la complexité du lien colonial entre « race » et classe dans le cas de la domesticité, en particulier lorsque « fatma » prend le sens d’une assignation. En effet, même si d’après Caroline Brac de la Perrière « le terme de Fatma faisait plus partie du folklore des Pieds-noirs entre eux qu’il n’était utilisé pour s’adresser [directement] aux Musulmanes » , « la maîtresse [de maison] appelle toujours la mauresque du logis : Fatma » .

Les caricatures coloniales, une source iconographique : la « fatma » moquée

Des sujets de dérision voire de satire sont caractéristiques du type de la « fatma » tels que la maladresse. Ce défaut est représenté dans la plaisanterie illustrée par le dessin du prête-nom Dratk-Oub : la scène de reproche à laquelle se livre la maîtresse de maison, tandis que « Fathma »  réclame une autre tâche à accomplir après avoir brisé la vaisselle, montre l’étendue du malentendu colonial. Le traitement burlesque voire grotesque dans cette plaisanterie traduit la racialisation dont est porteur le langage colonial. Cette blague à présent de mauvais goût est pourtant significative des traits saillants de l’humour colonial. L’usage récurrent du comique de situation ainsi que la parodie du discours de la « fatma », censée marquer une mauvaise maîtrise du français, mettent en relief aux yeux de l’analyste d’aujourd’hui l’incompréhension entre classes, source d’un véritable dialogue de sourds dans le contexte colonial.

Dans la presse coloniale, en particulier dans l’hebdomadaire l’Afrique du Nord illustrée, l’image de la « fatma » est la suivante: « La “Fatma” est assignée aux tâches domestiques au sein de la famille européenne. Il s’agit, le plus souvent, d’activités en relation avec l’hygiène du cadre de vie – dépoussiérer, balayer, faire le parterre – et le cas échéant d’un travail de cuisinière » . Ces caricatures du dessinateur Charles Brouty, bien connu de ses contemporains, s’insèrent dans un article de sa propre plume daté du 5 décembre 1931 : il y moque « la Fatma automate, assez bornée et voleuse » , « note typique » d’un certain humour dans les milieux européens de l’époque .

En réalité, la paupérisation s’accompagne d’une racialisation des femmes « indigènes », notamment des domestiques, destinée à masquer les tensions de classe qui résultent de la première. A cet égard, la romancière française Lucienne Favre figure une représentation littéraire rare de la domesticité féminine « indigène » qui tranche nettement avec les caricatures coloniales les plus répandues de la « fatma ».

Le roman colonial, une source littéraire : « Orientale 1930 » de Lucienne Favre

L’oeuvre de Lucienne Favre Orientale 1930 est l’unique roman à ma connaissance ayant pour sujet un récit de vie narré à la première personne d’une domestique « indigène », en l’occurrence celle de l’auteur prénommée de façon significative « Fathma ». En effet, le réalisme dont fait preuve la romancière Lucienne Favre dans Orientale 1930 dément l’exclusivité d’un paradigme orientaliste sans nuance l’année du Centenaire de la colonisation algérienne (1830-1930). En s’attachant à « peindre [le sort d’]une « pauvresse », comme dit Fathma » , le portrait que dresse Lucienne Favre ne cède « ni à l’orientalisme à paillettes, ni au misérabilisme et à la commisération » . Fathma apparaît donc comme un témoin historique lorsqu’elle dit « rencontre[r] chaque matin [en descendant de la Casbah] à peu près les mêmes personnes » parmi lesquelles « les mauresques qui, comme moi, ont des patrons dans la ville française ». Le propos de Fathma confirme la tonalité résolument lucide que Lucienne Favre choisit d’adopter.

Plus encore, d’après la spécialiste de littérature coloniale Lucienne Martini, c’est le « parti-pris autobiographique » qu’emprunte Lucienne Favre qui permet d’espérer approcher le point de vue de la narratrice. Ainsi de l’« histoire de [la] jeunesse » de Fathma apprend-t-on que sa « mère voulait [la] placer comme servante chez des Français riches de Birkadem [commune de la banlieue d’Alger] », ce à quoi son père s’oppose de manière virulente. Mais ce qui ressort de ce refus, ce ne sont pas tant le traditionalisme patriarcal ni le conservatisme religieux exprimés par le père que la « régression d’une génération ». Denise Brahimi, une autre spécialiste de littérature coloniale, remarque que « Fathma elle-même est fille d’un petit propriétaire de Birkadem, ce qui aurait dû lui permettre d’être autre chose qu’une “mesquine”, c’est-à-dire une pauvre ». Pourtant, le paupérisme recrudescent dès les lendemains de la Première Guerre Mondiale suivie de la crise économique de 1929 va la contraindre à devenir domestique : comme elle le dit, « [d]epuis que je suis devenue vieille et laide (c’est après la naissance de ma deuxième fille que j’ai perdu mes belles dents) je fais le ménage des autres ».

À tel point d’ailleurs que si Fathma n’écrit pas son propre témoignage, c’est d’abord parce que l’idée en revient à la « femme de Monsieur Chalon », c’est-àdire à sa patronne soit l’auteur, mais aussi parce qu’elle est illettrée . Cependant, il ne faudrait pas s’y méprendre, même si le projet littéraire entrepris par Lucienne Favre – comme d’autres romancières coloniales de son temps – dénote une certaine ambiguïté quant au choix de la narratrice et plus généralement du sujet traité, c’est bien elle l’auteur. Malgré tout finalement, « la présence de Fathma, qui paraît d’abord si conventionnelle, et si limitée, s’impose comme la vie même, avec le naturel du quotidien » .

Si les domesticités fourmillent, la figure prépondérante de la « fatma » domine de manière flagrante. Et plus généralement, la domesticité féminine « indigène » est la plus représentée dans les sources, bien que d’abord timidement présente à son entrée en concurrence relativement tardive sur le marché de la domesticité au tout début du XXe siècle en Algérie. Le phénomène de la « fatma » ne prend de l’ampleur pour ne culminer que dans les années 1930 dans tout le Maghreb colonial. En définitive, la méfiance s’installe visiblement comme un réflexe colonial, plus ou moins justifié, et se cristallise sous la forme d’une attention croissante au recrutement des « fatmas ». Le danger social de la domesticité coloniale est avant tout la manifestation de la crainte d’intimités perçues comme hautement périlleuses. Selon la célèbre formule de l’historien Louis Chevalier à propos des ouvriers parisiens au XIXe siècle, « classes laborieuses » riment avec « classes dangereuses » . Ajoutons aussi avec « races » dangereuses.

1 Marianne Béraud, « De Photis (Apulée) et Caenis (Vespasien) à Célestine (Octave Mirbeau) et Laura (Christian Oster). Micro-histoire ancillaire ou histoire totale des bonnes dans le millefeuille historiographique? », Domestiques et Domesticités. Servir un maître de l’Antiquité à nos jours, Journée d’étude jeunes chercheurs, Université Grenoble Alpes – LUHCIE/LARHRA, 25 Mars 2016.

2 Denise Brahimi, Femmes arabes et soeurs musulmanes, Paris, Tierce, 1984, p. 10. Le postulat avancé par Brahimi est discuté dans la communication suivante : Nassima Mekaoui, « La “fatma”, “création du système colonial”? Généalogie d’une figure de la domesticité féminine “indigène“ en Algérie (années 1900- 1962) », Domestiques et Domesticités. Servir un maître de l’Antiquité à nos jours, Journée d’étude jeunes chercheurs, Université Grenoble Alpes- LUHCIE/LARHRA, 25 Mars 2016, 13 p.

Nassima MEKAOUI

est doctorante à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et boursière d’aide à la mobilité de l’IRMC.
Contact : nassima.mekaoui@hotmail.fr

Pour citer ce billet : Nassima Mekaoui, « La domesticité coloniale en Algérie : la “fatma”, une “bonne de papier” “indigène” au XXe siècle», Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2010.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Passage de frontières : genre, espace et identité dans les littératures et les films du Maghreb

photographie de l’auteure

Au centre de mon projet de recherche se trouve la question de la modélisation esthétique de l’identité dans les cultures contemporaines de langue française du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Le but est d’analyser les transgressions des stéréotypes, des modèles de rôle et des concepts d’appartenance dans les notions de genre et d’espace qui sont transmis par la littérature et le cinéma. Sur la base d’une combinaison des théories spatiales, postcoloniales et des études de genre, les artefacts littéraires et cinématographiques sont placés dans un contexte intermédial. Ils sont étudiés à travers leurs points communs et leurs différences. L’analyse comprend des œuvres littéraires et cinématographiques de femmes et d’hommes de trois pays du Maghreb : Maroc, Algérie et Tunisie.

Littérature et films francophones du Maghreb dans le cadre de la romanistique en Europe.

Compte tenu des transformations actuelles qui ont lieu dans les pays arabes depuis 2010 et qui sont connus globalement sous le titre de « Printemps arabe », la réception hésitante des œuvres littéraires et cinématographiques venant des pays du Maghreb en Europe est surprenante. La romanistique européenne s’intéresse depuis la seconde moitié du XXe siècle à la littérature francophone du Maghreb. Pour cela il existe une multiplicité de publications traitant de ce domaine de recherche. Même si on trouve des contributions de recherche internationales sur les auteurs maghrébins plus connus, les analyses scientifiques des films restent rares. Concernant les films de Raja Amari, Moufida Tlatli, Merzak Allouache ou Nouri Bouzid, ils n’ont fait l’objet que de quelques articles de la romanistique européenne, et de quelques contributions dans des recueils plus généralistes. La combinaison de « film » et « littérature » de L’Afrique du Nord est encore plus recherchée et il n’y a que très peu de publications avec une orientation internationale et intermédiale.

© tunismag.com

Ce projet de recherche entend combler ces déficits par une analyse théoriquement fondée sur la littérature et les films contemporains de langue française du Maghreb. Dans cet objectif, des œuvres d’artistes tunisiens, marocains et algériens sont analysées selon la théorie du genre et avec une approche intermédiale.

La création des « identités hybrides » dans les littératures et
films francophones du Maghreb

La présupposition de mon analyse est l’hypothèse que genre et ethnicité se trouvent dans une relation d’échange complexe. Comme ils sont des stratégies de pouvoir, ils produisent des frontières culturelles et sexuelles, qui ont la fonction de faciliter la formation d’identité et de diminuer les conflits d’identité en faisant ressortir symboliquement un autre imaginaire. Les rapports de force entre cultures et sexes n’existent donc pas a priori mais ils sont produits. Les études postcoloniales et les études de genre rendent problématiques ces tracés de frontières et ces stratégies de pouvoir. Ces études mettent en cause la polarisation abstraite du monde parce qu’elles comprennent les oppositions comme des instruments de pouvoir et des procédures d’exclusion. Pour les procès de classification et de différentiation, les métaphores de l’espace jouent un grand rôle. Dans la pensée collective, des notions telles que conformisme/marginalité, ou encore étranger/intime se manifestent concrètement dans l’espace. L’espace reflète donc l’ordre social et il est en corrélation avec la formation de l’identité. Le passé colonial ainsi que l’ambivalence culturelle et linguistique du Maghreb, mais aussi la séparation spatiale traditionnelle de la femme et de l’homme, montrent le rapport entre genre, espace et formation de l’identité. Cet aspect est aussi pris pour sujet dans beaucoup d’oeuvres cinématographiques et littéraires francophones du Maghreb. Le projet de recherche se sert pour cela d’un triple cadre théorique :

Les considérations de l’espace sont aussi importantes que les recherches des études postcoloniales ; Les études de genre dans les littératures et films francophones du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie se caractérisent souvent par une délimitation ; Le mélange de culture et de genre crée des « identités hybrides ».

Pour une plus grande visibilité des littératures et des films francophones contemporains du Maghreb.

Avec l’indépendance des anciennes colonies françaises a commencé le développement des nouvelles littératures francophones. Le domaine d’activité de la franco-romanistique s’est ainsi agrandi d’une manière remarquable. Parce que des Caraïbes jusqu’au Maghreb, en passant par l’Océan indien des oeuvres littéraires sont écrites en langue française. A côté des textes littéraires sont également produits des films se trouvant en relation avec la
France à cause de la langue choisie, de leurs sous-titres ou de leur financement et qui peuvent être qualifiés pour cela de « francophones ». L’étude de ces œuvres peut être vue comme un enrichissement à plus d’un titre : d’un côté elle permet une analyse de nouvelles formes esthétiques littéraires ainsi que cinématographiques ; de l’autre, elle agrandit la compréhension pour d’autres aires culturelles – un devoir élémentaire des sciences humaines, surtout des lettres et de la culture de langue étrangère. Le projet vise deux objectifs majeurs :

– analyser la négociation médiale de l’identité comme un attribut dynamique et changeant et dégager les relations entre les conceptions d’identité et les constellations d’espace et de genre dans le texte ou le film ;

– analyser les stratégies esthétiques et narratologiques pour la mise en oeuvre des « identités hybrides » et apprécier les oeuvres pour leur qualité artistique.

Compte tenu des évolutions en cours dans les pays arabo-musulmans, l’étude se focalise sur d’éventuels changements sur le plan esthétique et souligne l’importance de la littérature et du film comme indicateur de la vie socio-politique. Le choix des oeuvres analysées ne se limite pas aux auteurs et aux réalisateurs déjà célèbres en Europe mais prend aussi en compte des écrivains et cinéastes contemporains qui ne sont pas encore connus en dehors de leur pays d’origine. Le but est entre autre de contribuer à une plus grande visibilité des littératures et des films contemporains du Maghreb.

Auteur(e)s et réalisateur(e)s francophones du Maghreb engagés dans la question de la formation d’identité et de la constitution du sujet.

Plusieurs auteurs et réalisateurs francophones du Maghreb se consacrent à la question de l’identité individuelle qui est attachée d’une part au droit à la subjectivité et à la singularisation, d’autre part aux identités collectives, voire nationales, aux idées et convenances d’une société. Abdellah Taïa, jeune écrivain né à Salé au Maroc, aborde dans ses oeuvres la problématique d’une mise en scène d’un sujet homosexuel et d’une écriture de soi
suivi par une réflexion sur les conceptions hégémoniques de masculinité au Maghreb. Le marocain Fouad Laroui, pas encore très connu en Europe, prend pour sujet surtout la relation entre les Français et les Marocains et la formation d’identité dans les sociétés postcoloniales, tandis que Nina Bouraoui, française d’un père algérien, présente surtout la recherche d’une appartenance sexuelle aux deux rives de la Méditerranée. Les transgressions radicales des normes sociales de genre et d’espace se trouvent chez Malika Mokeddem, comme dans les textes de la plus jeune Leïla Marouane. L’homosexualité et la subversion des règles

Merzek Allouache, Bab el Wab et Chouchou.

 

Moufida Tlatli, La Saison des hommes.

 et des convenances sociales sont aussi le sujet central dans Le Fil, unfilm du tunisien Mehdi Ben Attia. Merzak Allouache, réalisateur algérien, seconsacre dans Bab el Web et Chouchou à la situation de l’homme arabo-musulman dans les sociétés postcoloniales en Algérie et en France contrairement à Nouri Bouzid, tunisien et connu en France et en Belgique, qui prend pour sujet dans ses films comme Tunisiennes ou Millefeuille les différentes perspectives et conceptions de vie des femmes dans une Tunisie indépendante. Dans son drame L’enfant endormi, Yasmine Kassari retrace la solitude des femmes à cause de la migration de leurs hommes au chômage. Elle raconte une histoire de l’émancipation féminine. Récit similaire à celui de Moufida Tlatli qui, dans La saison des hommes, représente la ville et la campagne comme des lieux genrés et opposés. Nadia El Fani dans Bedwin Hacker représente l’internet comme un espace d’action dans lequel toutes les frontières, limites et interdictions sont résiliées. La navigation entre les cultures, les États et les langues, entre la nationalité et la transnationalité ainsi qu’entre la virtualité et la réalité déclenche ainsi un dialogue international.

 

 

Les différentes oeuvres littéraires et cinématographiques montrent que les conflits identitaires au Maghreb sont étudiés par beaucoup d’auteur(e)s et de réalisateur(e)s à partir d’une perspective insolite et qu’un nouveau discours sur la réalité est lancé. La transformation continue, dans laquelle se trouvent les structures des pays du Maghreb, se reflète aussi dans un changement des ordres de genre et d’espace. Le désarroi des identités sur un niveau individuel ainsi que collectif s’exprime aussi dans les médias – littéraires et cinématographiques – dans lesquels les frontières sexuelles, culturelles et religieuses sont déclarées comme des interstices et des dualismes fixateurs épars.

Madeleine Löning

est doctorante à l’Institut de littérature et philologie romane de l’Université de Hambourg et doctorante associée à l’IRMC. Contact : madeleineloening@gmail.com.

Article publié dans La Lettre de l’IRMC n°16.

Pour citer ce billet : Madeleine Löning, « Passage de frontières : genre, espace et identité dans les littératures et les films du Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1916.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006

Pierre Robert Baduel
Photographie de Pierre Robert Baduel

Dans l’économie commémorative des 20 ans de l’IRMC, j’ai été invité à traiter du positionnement et du bilan des sciences humaines et sociales sur la Tunisie et sur le Maghreb au temps de mon mandat de direction (sept. 2003-aout 2008). Proposition confiante certes, mais il m’a semblé impossible de relever ce challenge en un volume très réduit et surtout de donner du sens à des bornes artificielles au regard de la marche même du savoir. À la réflexion, la demande me parut faire écho à la publication sous ma responsabilité d’un ouvrage dont l’objet semble proche de cette thématique : Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain (Karthala, 2009, 600 p.). Le projet à l’origine de cette réflexion sur le devenir de la recherche en SHS sur le Maghreb et les sociétés maghrébines avait réduit sa focale a l’étude de « nouveaux objets et nouvelles problématiques » parmi les plus significatifs au moment de son élaboration (2006). Avec cet ouvrage, on dispose aujourd’hui de la photographie d’un bon échantillon des auteurs et des tendances de la recherche d’alors sur le Maghreb. N’ayant pas l’outrecuidante prétention de traduire fidèlement en quelques paragraphes la richesse des contributions et donc y renvoyant, je ne ferai ici qu’un retour sur la problématique du projet, et ce faisant, je me limiterai a brosser – a trop grands traits ! – un fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines autour de 2006.

Pour comprendre la fabrication de ce projet et son esprit, il faut partir du lieu de sa production : l’IRMC. La vie scientifique de celui-ci était organisée principalement autour de programmes menés par les chercheurs recrutés à cet effet (post doctorants ou chercheur-e(s) du CNRS et de l’université tunisienne), mais elle ne s’y réduisait pas. Comme tout centre de recherche, au-delà des programmes engagés, l’institut se devait d’assurer une veille scientifique générale, et comme Institut français de recherche a l’étranger (IFRE) de répondre à celles des interpellations extérieures – scientifiques, culturelles ou sociétales – qui pouvaient directement ou indirectement le concerner. Le projet des Chantiers de la recherche sur le Maghreb est précisément né sous le double aiguillon d’interpellations de l’environnement et de questionnements épistémiques de fond.

Chantier et défis de la recherche PRB 2008Trois séries d’éléments concoururent a la conception du projet. Deux avaient rapport à des événements sociétaux qui, chacun à sa façon, devaient « impliquer/impacter » les SHS, la troisième résultait davantage des évolutions internes du débat scientifique mais faisait également écho à des interpellations externes. L’année 2005 avait été marquée en France par une salve d’événements touchant de front ou de biais les « sociétés maghrébines » au sens large (déterritorialisées). En janvier 2005 paraissait un manifeste des Indigènes de la République. En février 2005, l’Assemblée nationale votait une loi qui non seulement mit le feu aux poudres des relations franco-algériennes mais aussi interpella, voire « interloqua » les SHS : la loi demandant notamment mémoire des « aspects positifs de la colonisation ». Entre octobre et novembre 2005, les « quartiers sensibles » s’embrasaient durablement. Un débat vif s’ensuivit aussi bien dans les medias que dans la communauté scientifique qui prit durablement deux tournures : une interrogation sur la dimension post-coloniale de la société française d’une part et d’autre part l’émergence d’un débat très clivant dans la communauté scientifique sur ce qui fut qualifié de « lois mémorielles » (Shoah, Arméniens, Esclavage, Colonisation).

Au Maghreb, 2006 allait être l’année du cinquantenaire des Indépendances du Maroc et de la Tunisie et en Algérie un mouvement persistant – ne bénéficiant pas officiellement de l’aval du pouvoir eu égard sans doute moins au fond qu’aux probables conséquences diplomatiques – s’était développé depuis plusieurs années en faveur du vote par la représentation nationale d’une loi condamnant la colonisation française comme crime contre l’humanité. Mutatis mutandis, la recherche au Maghreb vivait aussi à « l’ère du témoin » et était menacée aussi d’une soumission cognitive a la « tyrannie de la mémoire ». Si au Maroc, le pouvoir en place ne pouvait que tirer bénéfice de la commémoration de l’Indépendance, en Tunisie il en était autrement, toute commémoration de l’odyssée bourguibienne n’étant admise que dans certaines discrètes limites, afin que la valorisation de Bourguiba ne conduisit pas par comparaison a une appréhension par trop dépréciative du régime benalien. Les manifestations publiques de la recherche tunisienne commémorant l’Indépendance et ses héros risquaient fort d’être « contraintes » faute d’être autorisées à une libre controverse, à l’image cependant de ce qui avait cours sous Bourguiba, dont l’ascendant, suffisamment persuasif pour n’avoir pas – au moins aux débuts – besoin de dispositifs officiels de contrôle de la recherche – avait « spontanément » conduit des chercheurs citoyenne ment impliqués à ne pas risquer d’être les otages d’une histoire officielle et par prudence à opter en conséquence pour des périodes moins risquées, plus anciennes (ainsi par exemple, selon leur témoignage, de H. Djait et de M.H. Cherif). Dans ce contexte compliqué vis-à-vis du pouvoir et délicat vis-à-vis de la communauté scientifique nationale, comment l’IRMC, sur place et à sa place, en conservant une posture exclusivement scientifique, pouvait-il prendre sa part dans les rencontres sur le cinquantenaire de l’Indépendance de ces pays ?

Alfa hors-série 2004À propos des « lois mémorielles », l’historien de l’affaire Dreyfus V. Duclert écrivit alors que si, sur ce qui avait constitué leur objet, la France avait connu un investissement ancien et fort des SHS à la hauteur des renouvellements scientifiques que les USA avaient réalisés avec les Genocides Studies et les Colonial and Postcolonial Studies, les instances politiques ne se seraient pas emparées de ces sujets. Cette accusation de carence me parut trop injuste en particulier au regard des derniers développements de la recherche d’un côté en histoire de l’Algérie coloniale et de la Guerre d’Algérie (enfin « nommée » pour ce qu’elle fut) et de l’autre en histoire de la France dans ses dimensions « postcoloniales », qui l’une et l’autre venaient de voir surgir une nouvelle génération de chercheur(e)s novatrice et combative (dans le sillage des « aînés extrêmes », P. Vidal-Naquet et J. Marseille). Elle me renvoyait cependant sur un plan strictement scientifique vers la difficulté que, de façon persistante, avait la communauté scientifique française en particulier à « recevoir » les postcolonial studies, comme elle avait eu du mal antérieurement à recevoir la critique saidienne de l’orientalisme et plus globalement des area studies, dont il faut se souvenir que l’introducteur en France fut T. Todorov, un chercheur sans lien avec l’orientalisme mais spécialiste de littérature comme Said et les initiateurs des Postcolonial Studies. Valery Clary, une jeune historienne qui fit en 1994 un mémoire universitaire sur la ROMM (Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée) fut stupéfaite de constater l’absence dans la revue de toute discussion d’Orientalism à sa sortie (1978) et ultérieurement, ce qui, parmi d’autres raisons, devait m’amener à sa reconfiguration sous la formule de la REMMM (Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée). En France, en 2006 et ultérieurement le débat sur les Postcolonial Studies devait rester passionnel, voire manichéen, et à coup sûr globalement étranger au monde de l’orientalisme, du moins de l’orientalisme islamique, étant surtout le fait de spécialistes de littérature, d’historiens de la société française (métropolitaine et ultramarine), d’africanistes, d’indianistes, voire d’une politologue des relations internationales (M.-Cl. Smouts). Pour ma part, après avoir plusieurs fois tenté de lancer le débat sur les area studies dans la REMMM et lors de congrès de l’AFEMAM, j’avais enfin écrit sur Edward Said un gros article paru en 2005 (« Relire Said ? », Alfa 2004) et je devais ultérieurement contribuer à Ruptures postcoloniales (N. Bancel et al., 2010).

Lorsqu’en début 2006 je lançais l’appel à communication, je mis sur l’agenda de la rencontre librement mais de front le débat d’un côté, à travers les « lois mémorielles », sur les rapports entre Histoire et Mémoire – qui faisait rage médiatico-scientifiquement alors, mais qui, à une autre hauteur, venait d’être instruit par P. Ricœur en particulier – et d’autre part sur quelques paradigmes en question (Area Studies, Postcolonial Studies, Gender Studies, Microstoria, …). N’était-ce pas là la seule bonne façon pour ceux qui, généralement sans le lire, récus(ai)ent Said, de relever le gant de son accusation de faiblesse de l’apport des area studies à la science générale ?…

Si interpellations externes et questionnements épistémiques de fond conjugués concoururent ainsi au projet des Chantiers et firent de la rencontre qui en fut la première concrétisation un vrai colloquium et des débats qu’elle permit une saine disputatio, dans mon esprit l’effet d’amplification que devait permettre la réunion éditoriale d’un pareil échantillon de travaux et d’auteurs des deux rives de la Méditerranée avait un égal objectif, citoyen celui-ci : contribuer à éclairer l’opinion publique qui, les ignorant largement, faisait confiance aux politiciens de tout crin dans un domaine ou l’improvisation, l’incompétence, voire de bas calculs ne peuvent générer au total que désolation.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre Robert BADUEL

est directeur de recherche honoraire au CNRS en sociologie politique, il a dirigé URBAMA et a été directeur de l’IRMC de 2003 à 2008.

Pour citer ce billet : Pierre Robert Baduel, « Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006 », Le Carnet de l’IRMC, 10 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/921

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook