Archives par mot-clé : Patrimoine

Le patrimoine colonial du XIXe -XXe siècles en Algérie et le style néo-mauresque

Anissa Mami
Doctorante en Histoire de l’art au Centre Georges Chevrier -UMR 7366 (Ecole doctorale : Sociétés, Espace, Pratiques, Temps) Université de Bourgogne, Dijon. Elle a bénéficié d’une bourse IRMC-SCAC Alger du 30 avril au 30 juin 2019.
Contact : anissa.mami@outlook.com.

Dans son acception culturelle large, le patrimoine est synonyme d’histoire, de culture, de biens et de vestiges architecturaux dignes d’être conservés et sauvegardés. Le patrimoine confère aux sociétés et aux communautés d’importantes valeurs historiques, identitaires, culturelles, mémorielles et artistiques. De ce fait, son champ se voit
de plus en plus étendu, amplifié, complexifié et connaît donc différentes catégories, notamment en architecture.

Pour ce qui est de l’Algérie, son histoire lui confère un riche héritage
culturel et naturel. On dénombre sur son territoire une variété exceptionnelle de vestiges et d’édifices du fait des nombreuses civilisations qui se sont succédées. Son patrimoine recense, entre autres, les peintures et gravures rupestres du Sahara, des villes antiques romaines comme Timgad, connu aussi sous le nom de « Pompéi de l’Afrique du Nord », Djemila, ou encore les ruines de Tipaza, les vieilles médinas et casbahs d’Alger et de Constantine.
Quant aux constructions coloniales des XIXe et XXe siècles, elles constituent une figure majeure et prépondérante du paysage patrimonial algérien. D’ailleurs, à l’heure actuelle, ces édifices coloniaux constituent le noyau historique de la plupart des villes et représentent à eux seuls pratiquement la moitié du parc immobilier du territoire.

En effet, l’occupation française a marqué le territoire algérien, aussi bien du point de vue architectural, urbanistique que social. L’Algérie a hérité d’importantes constructions architecturales et urbaines de la période coloniale française des XIXe et XXe siècles, sous différentes formes et dans différents styles. Le néoclassique français occidental et européen a pendant longtemps été le style architectural privilégié : « L’architecture classisante d’appartenance européenne a été pendant soixante-dix ans l’architecture officielle de l’empire français en Algérie où la politique d’empire survécut à l’empire » (Deluz, 1988, 30). Par ailleurs, au début du XXe siècle, un nouveau style architectural émerge, le néo-mauresque, appelé également « style Jonnart », en référence au gouverneur général d’Algérie de l’époque (1900-1901 ; 1903-1911 ; 1918-1919). Ce style représente une référence à l’art et aux formes locales en se réappropriant d’une nouvelle manière les différents éléments
qui les caractérisent, à l’exemple de l’hôtel Cirta de Constantine, de la gare ferroviaire d’Annaba ou encore de la maison de Meriam Azza de Skikda.

Il semble cependant que la préservation et la conservation des édifices de l’époque coloniale ne soient pas une chose évidente. Même si leur valeur d’usage est admise, leur prise en charge et leur sauvegarde ne vont pas de soi. Celai amène à se poser certaines
questions sur les modalités de leur préservation, de leur conservation et surtout de leur reconnaissance en tant que patrimoine ou non, et ce, que ce soit au niveau de la politique patrimoniale engagée par l’État algérien ou au sein de la population algérienne, particulièrement pour ce qui concerne les bâtiments de style néo-mauresque. Ces derniers ne constituent en effet pas une réinterprétation de l’architecture et des valeurs traditionnelles ou locales du pays, mais ils restent tout de même un legs colonial retraçant une histoire sensible de l’Algérie contemporaine.

De ce fait, dans un pays où la protection du patrimoine culturel matériel et immatériel est une mission constitutionnelle, il est intéressant dans notre recherche, d’une part, de voir et de comprendre la perception et la conception des acteurs du patrimoine algérien et de la société algérienne à l’égard de cette architecture coloniale, d’autre part, de comprendre les effets de la patrimonialisation ou de la politique patrimoniale, ainsi que les mesures et les techniques de protection et de conservation déployées, à travers notamment une étude de terrain et une
enquête sociologique.

Dans cette enquête et dans ce travail de terrain, il est question, en premier lieu, de rassembler un maximum d’informations et de documentation sur place, en explorant les différentes archives existantes, les manuscrits, les plans techniques et les données pouvant être recueillis sur le terrain. Toutefois, cette étape ne s’avère pas simple compte tenu de l’accessibilité limitée ou interdite à certains documents et du nombre important d’archives égarées en
raison des déménagements ou du fait d’une défaillance dans l’archivage. Chaque consultation d’un relevé de bâtiment, chaque photographie, notamment lorsque ce dernier subit une des mesures de protection édictées dans la législation algérienne à travers la loi n° 98-04 relative à la protection du patrimoine culturel, à savoir le
classement, la mise en instance ou l’inscription sur l’inventaire supplémentaire, est soumise à une autorisation préalable. La demande d’octroi des principales autorisations ne peut s’obtenir qu’avec l’aval du ministère de la Culture et de ses différentes directions détachées ou sous tutelles. Dans un travail de recherche,
cet aspect de restriction de l’information, des rouages et des lenteurs de l’administration, dans un pays qui passe par une phase critique, tant politique que sociale, constitue une entrave à la recherche dans un cadre scientifique académique. Cela peut en effet entraîner des manques importants dans la collecte des données nécessaires, et une perte de temps pour le chercheur accablé par les procédures administratives sans garantie de résultat.

Dans cette enquête, il s’agit également d’appréhender et de comprendre la politique patrimoniale algérienne à l’égard du patrimoine colonial néo-mauresque des XIXe et XXe siècles et d’entrevoir ou de comprendre la perception et la conception que la société algérienne a de ce patrimoine architectural colonial. Pour ce faire, nous réaliserons des entretiens avec certains acteurs politiques et professionnels œuvrant pour le patrimoine. Puis, nous établirons un questionnaire à diffuser auprès de la population algérienne, toutes catégories confondues, afin d’appréhender son
ressenti et ses représentations vis-à-vis de cette architecture néo-mauresque coloniale. Ce questionnaire a déjà été réalisé et est diffusé en ligne depuis le mois de mai, sous le [lien].

Aborder la question du « patrimoine » colonial français fait systématiquement référence à une époque sensible de l’histoire de
l’Algérie. À travers cette étude, il est donc question d’appréhender son statut et sa reconnaissance en tant qu’héritage ainsi que d’analyser son ambiguïté, sa complexité et les questions qu’il pose
dans la société algérienne et auprès des pouvoirs publics.

Bibliographie

Deluz Jean-Jacques, 1988, L’urbanisme et l’architecture d’Alger, aperçu critique, Liège, Mardaga-OPU.

Chadouki Jihane, 2018, « Les monuments historiques en droit comparé et en contexte colonial », in J.-P. Bady, M. Cornu, J. Fromageau, J.-M Leniaud, V. Négri (dir.), De 1913 au code du patrimoine. Une loi en évolution sur les monuments historiques, Paris, La Documentation française.

Cohen Jean-Louis, Kanoun Youcef, Oulebsir Nabila, 2003, Alger :
paysage urbain et architecture, 1800-2000. Besançon, les éditions de
l’imprimeur.

Journal officiel de la République Algérienne Démocratique et
Populaire (=JORA), n° 44 du 22 safar 1419 correspondant au
17 juin 1998.

Pabois Marc, Toulier Bernard, 2007, Architecture coloniale et patrimoine : Expériences française, Paris, Somogy.

Initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°24, bulletin scientifique trimestriel mai-septembre 2019, parue le 1er octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?

La question de la décentralisation dans la gestion du patrimoine culturel, matériel et immatériel figure dans les débats actuels sur l’île de Djerba en Tunisie. C’est ce questionnement central qui s’est imposé afin de commencer une thèse dans le domaine de la recherche en anthropologie. Il s’agira de partir de la gestion de l’ensemble patrimonial de l’île de Djerba pour ensuite étendre les perspectives de recherche repérées localement à une autre aire géographique du territoire tunisien, et ainsi essayer de comprendre comment la gestion du patrimoine culturel matériel et immatériel s’opère.

2014-2017 : Les trois premières années de recherches à Djerba et la question de la gestion patrimoniale en Tunisie

L’orientation vers ce thème de recherche s’est constituée autour de trois années d’expériences sur le terrain à Djerba, notamment au contact de l’Association pour la sauvegarde de l’île de Djerba (Assidje) qui a pour projet d’inscrire l’île sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Le critère principal choisi pour la mise en place du dossier d’inscription concerne le mode d’occupation du sol de l’île de Djerba, du menzel et du houch considéré, par les membres de l’Assidje, comme un exemple d’une utilisation « traditionnelle » et durable de l’espace insulaire, et qui serait issue d’une interaction entre l’Homme et son environnement. Ce critère concerne le mode d’habitat, et comment celui-ci s’est établi sur l’île avant les années 1960, période des prémices du tourisme de masse qui transforma de façon inévitable le paysage architectural et urbain de l’île de Djerba. De ces séjours sur le terrain à Djerba, sont issus deux travaux de recherche. Le premier intitulé « Djerba et l’Unesco. Le projet de classement de l’île au patrimoine mondial de l’humanité : les débats et réflexions d’une triple dimension patrimoniale », porte sur le départ du projet d’inscription à l’Unesco lancé par les membres de l’Assidje. Le  deuxième intitulé « Les usages et les gestions du patrimoine insulaire djerbien. Habiter le menzel et le houch », essaye d’analyser les pratiques d’habiter de ce dit patrimoine par l’Assidje, et comment il est perçu par les personnes qui y habitent.

Houch djerbien considéré de ‘traditionnel’ par les membres de l’Assidje © photo de Mathilde Bielawski.

À la suite de ces deux premiers travaux de recherche, la volonté a été d’approfondir la question du processus de patrimonialisation, à l’échelle régionale, de l’île de Djerba. Le travail de recherche s’est basé sur la réalisation d’entretiens avec les membres de l’association, mais également sur les réunions du comité de pilotage du projet. Les premiers échos, qui sont sortis de ce début d’enquête, concernent principalement les difficultés dans la réalisation d’un tel projet de par  la situation géographique du bien à classe rl’île de Djerba, par rapport au centre décisionnel du pays, Tunis. D’après les membres de l’association, i  s’agit d’un projet qui a subi des retards du fait de la distance entre Djerba et la capitale, où se trouvent l’Institut national du patrimoine (INP) et le ministère de la Culture, c’est-à-dire, deux instances dont la collaboration avec l’Assidje est importante et nécessaire dans le processus de patrimonialisation de l’île. En effet le responsable régional de l’INP à Djerba, m’expliquait que dans tous les cas de classements, de rénovations, de restaurations et de fouilles de sites et de monuments, toutes les demandes et autorisations doivent transiter obligatoirement par l’INP basé à Tunis ; ce qui est perçu comme un problème de gestion par les acteurs du patrimoine à Djerba, car cela se traduit par une lenteur administrative. De plus, dans le cadre d’une inscription sur la liste du patrimoine mondial, le dossier de candidature ne peut être déposé face à l’Unesco que par l’un des États qui a signé la Convention du patrimoine mondial et non par une autre institution. Ceci démontre un lien inévitable entre protection du patrimoine et instances politiques, et m’amène à considérer que l’existence d’un système de gestion du territoire à travers celle du patrimoine, pourrait s’observer.

Premières réflexions à propos du lien entre patrimonialisation et gestion du territoire

Certains auteurs expliquent que le patrimoine est une sorte d’appareil idéologique pour construire la nation. Cette phrase prend du sens lorsque l’on connaît l’importance donnée à des sites patrimoniaux tels que le site archéologique de Carthage et la grande mosquée de Kairouan. D’après certains Djerbiens, si ces lieux ont bénéficié de l’intérêt accru de l’État tunisien, c’est parce qu’ils permettent d’asseoir des idéaux politiques que des lieux comme Djerba ne permettent pas. Depuis l’indépendance de la Tunisie, les discours portant sur l’unicité du pays laissent à penser l’universalité du passé historique antique, et l’unité religieuse musulmane. Or, la réalité sociale, culturelle et religieuse est tout autre. Rien qu’à Djerba, Grecs Phéniciens, Berbères, Arabes, Turcs et Européens, ainsi que juifs, musulmans, orthodoxes et catholiques ont cohabité successivement sur une durée de deux mille ans. C’est pourquoi il est possible de se demander si la question de la diversité culturelle, religieuse et ethnique en Tunisie est au centre des débats patrimoniaux à l’heure actuelle.

Houch djerbien ‘traditionnel’ en ruine © photo de Mathilde Bielawski.

Pour essayer de répondre à cette question, il est nécessaire de comprendre d’abord le système de gestion du patrimoine en Tunisie sous le protectorat français. Myriam Bacha (2011 ; 2013), en décrit l’histoire. Elle explique comment l’inventaire des sites archéologiques et monuments a été réalisé par les contrôleurs civils du protectorat français entre 1881 et 1920. L’intérêt s’est d’abord porté sur les sites archéologiques. Ce n’est qu’à partir de 1912 qu’eurent lieu les premiers recensements de monuments islamiques. L’auteure explique également que c’est à partir de ce moment que la notion de patrimoine acquiert en Tunisie la même signification qu’en Europe. Elle contextualise en annonçant que ces choix ont surtout été politiques. Asseoir un intérêt pour l’islam n’était pas dans le but du protectorat qui voulait imposer son modèle au territoire de la régence de Tunis. Ainsi recentrer la question de la gestion patrimoniale autour de la période antique permettait de soulever l’histoire européenne du territoire tunisien et plus généralement au Maghreb colonisé par la France. La notion de patrimoine apparaît en Afrique du Nord au XIXe siècle sous l’influence de la colonisation mais également de l’élite locale influencée par la rive Nord de la Méditerranée. L’auteure explique également que ce sont les antiquités algériennes qui vont permettre à la France de justifier sa politique coloniale. Les ruines antiques ne sont-elles pas une preuve d’un lien entre l’Algérie et la France ? Cet argument sera appliqué ensuite en Tunisie. Dans ces exemples, le patrimoine a été utilisé en tant que justification dans l’élaboration d’une idéologie politique coloniale.

Malgré ce que l’on pourrait penser, ce genre de stratégie a également été mis en place à l’indépendance du pays en 1956. C’est ce qu’explique Driss Abbassi (2008). En effet, les trente premières années qui suivirent l’indépendance, ce sont les sites archéologiques antiques qui bénéficièrent d’un intérêt scientifique, culturel et promotionnel accru de la part de l’État. En 1979, deux sites sur trois inscrits à l’Unesco sont antiques, on y trouve le site archéologique de Carthage et l’amphithéâtre d’El Jem. En 1985 et 1986 sont inscrits à l’Unesco la cité punique de Kerkouane et sa nécropole. Cela nous laisse à penser que le but était de justifier d’une place importante de la Tunisie auprès des pays occidentaux. Tout cela à travers un patrimoine antique considéré universel et représentant un lien entre les rives Nord et Sud de la Méditerranée. L’intérêt porté au patrimoine antique a décru après les années 1980. Le patrimoine islamique a été privilégié. Les centres  anciens des villes, les médinas, ne sont plus considérés comme des éléments urbanistiques à raser, car ne représentant pas une certaine modernité à atteindre, ils sont réinvestis et bénéficient d’un nouvel intérêt scientifique et notamment culturel à travers la question de l’héritage arabomusulman. En effet, sont inscrites à l’Unesco en 1988, la ville de Kairouan ainsi que la médina de Sousse, les critères d’inscriptions se basant sur leurs aspects historiques arabomusulmans. Ces nombreux exemples amènent à se demander si la manière dont est géré le patrimoine culturel en Tunisie est en lien avec le message idéologique et identitaire porté par son État. À l’heure actuelle aucun site tunisien inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco ne représente un héritage berbère, européen ou de la période coloniale. Le patrimoine semble représenter un véritable enjeu identitaire qui se ressent à travers sa définition.

2018 : Les nouvelles perspectives de recherche que permet l’accueil scientifique à l’IRMC

Tous ces exemples laissent à penser que le patrimoine est à prendre en compte comme une notion politisée et polysémique qui s’adapte au contexte économique, politique et social du moment selon l’entité qui l’utilise. C’est pour cette raison que des chercheurs tels que Julien Bondaz, Cyril Isnart et Anaïs Leblon (2012) nous expliquent que les processus de patrimonialisation doivent être pris en compte dans les situations politiques dans lesquels ils sont produits. Ce qui permet de considérer le patrimoine non plus comme un objet mais comme une construction sociale et culturelle dépendante du contexte politique, économique et social. C’est ce qu’abordent Isabelle Brianso et Yves Girault (2014) à propos de la gestion du patrimoine africain. Ils expliquent le véritable enjeu politique de la patrimonialisation dans la gestion territoriale et de son développement, et le fait qu’il ne s’agit pas seulement d’enjeux régionaux mais également internationaux. À travers le processus de patrimonialisation, les  organisations internationales telles que l’Unesco deviennent une sorte de médiateurs entre pays dits du Nord et pays dits du Sud. Ainsi dans ces projets de classements, des questions de politiques internationales sont centrales. C’est l’exemple du Sénégal et de l’inscription de l’île de Gorée à l’Unesco qui est prise par ces deux auteurs, puisqu’au terme de ce projet a été mis en avant le message culturel et diplomatique pour la reconnaissance de l’un des centres de commerce d’esclaves à des fins de dialogue de réconciliation Nord-Sud. Le territoire local n’est plus porteur de message seulement pour les habitants du lieu mais a l’ambition d’être universel. Ce type de classements internationaux, est selon les auteurs, un moyen pour les États dits du Sud, de suivre la course à la mondialisation lancée par les pays dits du Nord. À travers ces enjeux de territorialisation par la patrimonialisation s’introduisent d’autres enjeux sur la mondialisation du territoire local et national. En effet, prenons l’exemple de l’île de Djerba. Après la « révolution » de 2011, le tourisme balnéaire à Djerba a considérablement chuté. L’encouragement du classement à l’Unesco d’un tel lieu par l’État tunisien ne peut pas être anodin, d’après certains habitants de l’île. Il s’agirait d’un atout, donnant une visibilité internationale positive de l’île et l’espoir d’y retrouver une activité touristique d’avant 2011.

Ce qu’il sera donc intéressant d’approfondir lors de ce séjour à
l’IRMC sont « les fabriques du patrimoine » en tant que nouveaux
enjeux de société, « dans la mesure où ils investissent des espaces publics qu’ils remodèlent par des recours polysémiques à la mémoire, au passé, aux territoires et aux identités ». Le souhait, lors de ce séjour de recherche, est d’articuler le débat de la gestion territoriale du patrimoine en Tunisie à partir de cette expérience à Djerba au sein de l’Assidje et au sujet du projet d’inscription de l’île de Djerba sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Afin d’ouvrir ces questionnements à une autre aire géographique du territoire national, et d’avoir un outil de comparaison prenant en compte une inscription sur la liste du patrimoine mondial, et l’investissement d’une association représentant la société civile. Le choix s’est porté sur l’exemple de la médina de Tunis, où le processus de patrimonialisation à l’échelle mondiale a été porté conjointement par l’État tunisien et l’Association de sauvegarde de la médina de Tunis (ASM). Autre point de corrélation entre le cas de la médina de Tunis et celui de l’île de Djerba, c’est qu’il s’agit de porter une analyse sur des sites bâtis occupés par la population locale lors des processus de patrimonialisation. Ces observations permettront de comprendre quels sont les dynamiques qui s’y sont déroulées : y a-t-il eu les mêmes problèmes rencontrés dans les deux processus d’inscription ? Quel aura été l’impact des différents acteurs du patrimoine au sein de ces classements ? Jusqu’à quel niveau du processus de patrimonialisation, la population locale a t-elle été intégrée ? Il ne s’agit pas seulement de savoir sur quelles justifications les projets ont été mis en place mais également de voir ce qu’il advient de ce patrimoine tunisien à l’heure actuelle. Comment est-il géré ? Est-ce que sur ces deux sites, médina de Tunis et Djerba, les problématiques et questionnements autour de la gestion des sites patrimoniaux portent sur des éléments similaires ? Ce qui nécessite de pouvoir mettre en perspective les problèmes des personnes engagées auprès du patrimoine et de ses institutions gestionnaires, pour en tirer un état des rapports de forces qui donneront à voir les limites des individus investis localement à agir sur des entités nationales et internationales.

Puits et système d’irrigation représentatif, d’après l’Assidje, du mode d’occupation du sol ‘traditionnel’ © photo de Mathilde Bielawski.

Bibliographie

ABBASSI Driss, 2008, « Le Maghreb dans la construction identitaire de la Tunisie postcoloniale », Critiques internationale, vol.°40, n° 3, 115- 137.

BACHA Myriam, 2011, Architectures au Maghreb (XIXe-XXe siècles). Réinvention du patrimoine, Tours, IRMC-Presses universitaires François Rabelais, « Villes et Territoires ».

BACHA Myriam, 2013, Patrimoine et monuments en Tunisie., Rennes, IRMC-Presses universitaires de Rennes, « Art et Société ».

BENNASR Ali, VERDEIL Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. 2, n° 76-77, 38-50.

BONDAZ Julien, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs, 2012, « Au-delà du consensus patrimonial. Résistances et usages contestataires du patrimoine », Civilisations, vol. 61, n° 1, 9-22.

BONDAZ Julien, GRAEZNER BIDEAU Florence, ISNART Cyril, LEBLON Anaïs (dir.), 2015, Les vocabulaires locaux du « patrimoine ». traductions, négociations et transformations, Berlin, LIT.

BOURGOU Mongi, KASSAH Abdelfettah, 2008, L’île de Djerba, tourisme, environnement, patrimoine, Tunis, Cérès éditions.

BRIANSO Isabelle, GIRAULT Yves, 2014, « Instrumentalisations politiques et développementalistes du patrimoine culturel africain », Études de communication, vol. 42, n° 1, 149- 162.

CHEVENEZ Alain, 2011, « La demande sociale du patrimoine : une action politique de création », in P. Le Louarn (dir.), Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés », 79-93.

UNESCO, 2011, Établir une proposition d’inscription au patrimoine mondial, 2e éd., New York, UNESCO.

FABRE Daniel (dir.), 2013, Émotions patrimoniales, Paris, Maison des sciences de l’Homme.

GRAVARI-BARBAS Maria (dir.), 2005, Habiter le patrimoine, enjeux, approches, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

HEINICH Nathalie, 2009, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, « Ethnologie de la France ».

LE LOUARN Patrick, 2011, Le patrimoine culturel et la décentralisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Des Sociétés ».

MZABI Hassouna, 1978, La croissance urbaine accélérée à Djerba et ses conséquences sur la vie de relations avec l’extérieur, Tunis, Publication de l’Université de Tunis, « études géographique ».

NICOLAS Thierry, 2004, « Politique patrimoniale et “patrimonialisation” aux Antilles françaises », Techniques & Culture, vol. 42, [En ligne : http://tc.revues.org/1903].

PAPPALARDO Marta, 2014, « Le centre historique de Naples : patrimonialisation contre pratiques populaires ? », Articulo – Journal of Urban Research, Numéro spécial, n° 5, [En ligne : http://articulo. revues.org/2479].

PREVOST Virginie, 2010, De Djerba à Oman, la troisième voie de l’Islam, Turnhout, Brepols Publishers.

TLATLI Salah-Eddine, 1967, Djerba l’île des Lotophages, Tunis, Cérès Éditions.

TMARZIZET Kamel, 1997, Djerba, l’île des rêves, Tunis, Éditions STAG.

YACOUB Hichem, 2015, Habiter Djerba, El Menzel, El Houch et Ed’dar, Tunis, Nirvana.

Mathilde Bielawski

est doctorante en anthropologie, Université Lumière Lyon 2, Laboratoire d’anthropologie des enjeux contemporains

Pour citer ce billet : Mathilde Bielawski, «Territoire et patrimonialisation en Tunisie, enjeux de pouvoir ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2237.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Patrimoines en péril Action publique et politiques de préservation au Maghreb

Le colloque international interdisciplinaire “Patrimoines en Péril : Action publique et politiques de préservation au Maghreb” s’est tenu les 13 et 14 octobre 2017 à Hammamet. Il a été organisé par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain de Tunis (IRMC), en collaboration avec le laboratoire Cessma de l’université Paris Diderot, l’Université Ferhat Abbas de Sétif (Laboratoires PUVIT et LAM), le centre Jacques Berque de Rabat et le LAAM de l’Université de La Manouba.

© tn.ambafrance.org

Ce colloque, coordonné par Hend Ben Othman, enseignante chercheure à l’Université de Carthage et chercheure associée à l’IRMC et Chantal Chanson- Jabeur, chercheure au Laboratoire Cessma de l’université Paris Diderot, a réuni 36 chercheurs de différents pays (Algérie, France, Maroc, Mauritanie, Syrie et Tunisie) et de différentes disciplines : archéologues, historiens, économistes, etc, travaillant sur la problématique du patrimoine, ainsi que des professionnels dont des architectes et des urbanistes, mais également les institutions publiques chargées de la préservation du patrimoine (INP), la représentante de l’ICOMOS en Tunisie et des représentants de la société civile (associations de sauvegarde des médinas en Tunisie, les amis du patrimoine…)

Cette rencontre scientifique a permis de confronter les terrains et de faire le point sur les paradigmes de l’action publique en matière de préservation du patrimoine dans les différents pays étudiés. L’accent a été mis sur les instruments de la préservation et les processus de patrimonialisation, avec une attention particulière aux approches participatives. Le débat a permis de réinterroger la notion de patrimoine et d’en redéfinir les contours, à travers la présentation de cas de bâtiments ou de tissus urbains autres qu’arabo-musulmans (patrimoine colonial, berbère, espagnol) souvent délaissés. Ce dernier axe a permis de mettre en exergue les enjeux éminemment politiques et économiques, et souvent identitaires et symboliques du classement.

© tn.ambafrance.org

Outre la richesse scientifique de ce colloque, il a été l’occasion de constituer un nouveau réseau interdisciplinaire, composé d’universitaires et de professionnels, de représentants d’institutions publiques et de la société civile, avec des perspectives de publications mais également d’organisations de futures rencontres sur la problématique patrimoniale.

Hend Ben Othman

Enseignante, chercheure à l’université de Carthage. Doctorante en Urbanisme et aménagement à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme (ENAU)

Pour citer ce billet : Hend Ben Othman, « Patrimoines en péril Action publique et politiques de préservation au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2132.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook