Archives par mot-clé : ouvrier

Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative

Mohamed-Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique, il réalise une thèse intitulée « Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative », à l'IEP d'Aix-en-Provence - CHERPA.
Il est boursier (Bourse d'Aide à la Mobilité Internationale) de l'IRMC.

La thèse en science politique que je réalise, depuis la rentrée 2018-2019, sous la codirection de Amin Allal et Éric Gobe, vise à étudier les mondes du travail dans la Tunisie post-2011, dans un contexte marqué par une recrudescence de la conflictualité sociale. Il s’agit d’analyser, d’une part, l’articulation entre les transformations de l’organisation du travail et d’autre part, les modes de (dé)mobilisation des travailleurs. En effet, il est question d’examiner, grâce à un dispositif d’enquêtes qualitatives, ces transformations dans des espaces de travail présentant des agencements contrastés. Ainsi, mon but est d’interroger les modalités de revendication, de protestation et de décloisonnement des mobilisations au travail dans des contextes variés : des usines du secteur privé national, une unité de production travaillant pour une multinationale, un centre d’appels et le commerce parallèle au centre-ville de Tunis.

Le travail au croisement de plusieurs disciplines de recherche

Ce projet doctoral est résolument comparatif et pluridisciplinaire. Il étudie la manière dont le consentement et la contestation sont produits au sein de différents agencements de travail. Pour autant, la production et le déroulement de la protestation au travail sont un champ d’étude peu étudié par les sciences sociales en Tunisie, à l’exception de quelques travaux. Or, la centralité politique du travail apparaît au travers de la multiplication des revendications du droit à l’emploi dans les régions paupérisées du pays. Hormis les mouvements protestataires des chômeurs, le champ d’étude relatif aux conflits de travail fourmille de questionnements que ce projet doctoral entend saisir. Par ailleurs, ce travail de thèse vise à mettre en application un décloisonnement théorique et empirique entre des disciplines de recherche souvent séparées.

 À ce jour, les recherches portant sur le travail sont très spécialisées : la sociologie du travail s’intéresse à l’évolution intrinsèque de l’appareil productif tandis que la sociologie des mobilisations analyse les actions collectives ayant lieu en dehors de l’espace de travail. L’association de ces disciplines de recherche peut s’avérer épistémogène. Il s’agit de faire converger les sociologies du travail et des mobilisations au sein des mondes du travail tout en prenant la mesure de l’action publique qui y intervient. Ce décloisonnement fonde l’idée d’une sociologie politique du travail, rendant compte des formes de politisation de l’expérience de travail en dépassant la délimitation entre un « dedans » et un « dehors ».

Les espaces de travail, étudiés du point de vue des subjectivations plurielles des travailleur-se-s, seront appréhendés comme des institutions politiques engendrant la production de normes et de rapports de force.

(Re)penser la domination localement par le travail

À l’exception des travaux portant sur les situations révolutionnaires récentes et les mouvements protestataires arabes post-2011, la recherche scientifique au Maghreb est, à partir des années 1970, fortement imprégnée par les mouvements islamistes, et ce, au détriment des questions liées au travail. L’entrée par le travail permet de recentrer la focale de la question sociale en Tunisie et de poser l’hypothèse de la centralité de cette question dans les révoltes arabes de 2011.

De manière plus générale, les études sur les conflits au travail sont devenues plutôt marginales en sciences sociales. À partir des années 1990, le nouvel intérêt de la sociologie des mobilisations pour les mouvements dits « identitaires » a eu comme effet un moindre intérêt pour la « question sociale » structurée autour du travail. Pour autant, en France par exemple, certaines recherches ont étudié les transformations des formes de protestation et de représentation au travail concomitantes du tournant néolibéral du capitalisme et à l’aune des contraintes qui pèsent sur les mobilisations syndicales dans l’entreprise. D’un autre côté, les travaux sur les pays périphériques du système capitaliste, dont ceux des mondes arabes, sont encore moins nombreux. Ce projet prend à la fois acte du manque relatif de travaux sur la question dans le champ académique et du désert empirique que constituent les mondes arabes sur de telles problématiques.

Un deuxième intérêt anime ce projet doctoral. Il est relatif à la question des logiques de la domination liées aux mouvements protestataires en Tunisie. En effet, le travail consacré par Béatrice Hibou à la domination politique sous Ben Ali a laissé le champ ouvert à un questionnement sur les contre-conduites. Son analyse des dispositifs routiniers de la domination sous Ben Ali a permis de mettre au jour des dynamiques qui ont fait perdurer l’autoritarisme. Ce projet doctoral envisage ainsi de prolonger l’étude des relations de domination qui se constituent dans des champs différents, en l’occurrence celui du travail. Il est question de centrer la focale sur les contre-conduites qui seront appréhendées comme constitutives des rapports de pouvoir traversant les agencements de travail. En effet, parallèlement à l’exercice de la domination, « les contre-conduites relèvent aussi très largement de tendances plus profondes traversant la société tunisienne et se greffant sur des objets qui, au départ, ne sont pas forcément « politiques » mais peuvent le devenir par feed-back répressif » (Geisser, 2009, 221).

Ainsi, la domination au travail, revêtant des formes contrastées, sera appréhendée comme un agencement homogène de logiques d’affiliation, de normes, de subjectivités et de territoires, mais dont les différentes composantes gardent une idiosyncrasie qui les singularise.

Cas d’étude et méthodes

Ce projet doctoral étudie plusieurs agencements de travail en déployant un dispositif d’enquêtes qualitatives. Le choix s’est porté sur le commerce parallèle au centre-ville de Tunis, un centre d’appels situé dans une zone industrielle à cinq minutes de l’aéroport Tunis-Carthage, une usine de sous-traitance travaillant pour le groupe « Décathlon » et deux usines du secteur privé national pour lesquelles l’enquête a d’ores et déjà commencé depuis novembre 2018. Ces terrains sont situés dans des agencements différenciés et leur confrontation permet de comparer les différentes logiques sociales de contestation et de consentement.

L’approche qualitative s’impose pour mener les enquêtes. Il s’agit d’analyser les subjectivations politiques des travailleur-se-s, et donc de restituer des trajectoires sociales ainsi que les dispositions, les motivations et les « valeurs » qui les structurent. Les entretiens semi-directifs, l’observation et l’approche ethnographique forment donc l’ossature du dispositif d’enquêtes. L’observation sera combinée avec des entretiens semi-directifs pour rendre compte de l’expérience de travail et éventuellement – lorsqu’elle a lieu – de l’expérience protestataire.

Par ailleurs, ce projet doctoral conçoit deux entrées possibles aux terrains. La première consiste à envisager une manière d’approcher les cas d’études dans des moments de fonctionnement routinier des ordres sociaux du travail. C’est, par exemple, le cas du commerce parallèle, où l’on a déjà mené une pré-enquête afin d’identifier les processus de constitution des collectifs de travail et d’institutionnalisation de la revendication. Une deuxième manière d’ouvrir le terrain consiste à saisir les architectures sociales de la domination au travail dans des moments de protestation collective. C’est, par exemple, le cas de deux usines en périphérie du Grand Tunis dans lesquelles j’ai commencé à enquêter depuis novembre 2018, à l’occasion de l’éclatement de protestations ouvrières concomitantes de conflits judiciaires.

Pour conclure, le but de mon projet doctoral est de produire, à partir du cas tunisien, une compréhension ancrée localement, mais universalisable, sur les manières de dominer et de protester au travail aujourd’hui. Il est aussi possible de l’envisager comme une entrée à l’analyse de la question sociale en Tunisie, centrale dans les mouvements sociaux que connaît le pays depuis 2011.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25,  octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entre le marteau et l’enclume : Le rôle politique des syndicats ouvriers en Tunisie et au Maroc. Une approche historique et comparative

photographie de l’auteur

Mon travail de recherche explore les influences des configurations historiques des relations syndicat-classe et syndicatétat des organisations ouvrières dans les révoltes de 2011 en Tunisie et au Maroc. Ces deux pays constituent des cas relativement similaires, surtout par rapport à l’héritage du protectorat français et à leurs parcours parallèles d’ajustement néolibéral. Toutefois, en Tunisie les militants syndicaux politisés ont soutenu les mobilisations sociales et ont poussé le Bureau exécutif de la confédération syndicale unique à autoriser des grèves générales régionales, malgré le précédent compromis entre le syndicat majoritaire et le régime. Au Maroc, en revanche, les multiples confédérations syndicales ont réussi à initier un processus de dialogue social avec le pouvoir, contribuant ainsi, à sauvegarder la stabilité.

© huffpostmaghreb.com.

Pour expliquer la divergence en question, cette étude catégorise les atouts qu’un régime peut utiliser pour encourager la soumission des travailleurs et de leurs organisations selon trois dimensions : incitations substantielles (bénéficiant aux travailleurs directement), incitations organisationnelles (bénéficiant aux syndicalistes) et constructions. La distinction entre incitations substantielles et organisationnelles est cruciale parce qu’elle est un outil pour analyser les contradictions au sein du syndicat et les fissures entre ce dernier et des sections de travailleurs. Il est ainsi possible d’éviter de réduire la classe ouvrière et ses organisations dans leur complexité interne face aux actions et aux positions du sommet syndical. L’organisation syndicale est elle-même un champ conflictuel traversé par les pressions issues des institutions étatiques d’un côté et des différentes sections de la classe ouvrière de l’autre. De plus, l’analyse des incitations substantielles est une fenêtre  sur la composition et les transformations des bases sociales d’un régime.

La recherche se base sur un travail de terrain incluant 96 entretiens semistructurés, ainsi que archive numérique de plus de 2000 articles de presse, sur la législation du travail, des statistiques socio-économiques et autres documents produits par l’État ou par les syndicats. L’analyse empirique se développe sur deux niveaux. Le premier niveau, plus abstrait, compare les configurations des incitations et des constructions dans les deux pays de l’Indépendance jusqu’aux années 2000. Le second niveau, plus en profondeur, retrace les procès et les conflits qui se sont développés entre 2010 et 2013, et surtout pendant les mobilisations de 2011, dans le but de dégager le rôle des syndicats dans les évènements.

© Ahmed Boussarhane.

Deux grandes phases historiques sont à distinguer : la phase étatiste et la phase néolibérale, avec une période de crise et de transition pendant les années 1970 et le début des années 1980. En Tunisie, on passe d’une configuration appelée ici « corporatisme populiste autoritaire » pendant la phase étatiste à un « corporatisme post-populiste autoritaire » pendant la phase néolibérale. Si dans les deux on relève des hauts niveaux de constructions, dans la phase étatiste on trouve une rapide croissance des incitations substantielles et une formalisation des incitations organisationnelles, alors que dans la phase néolibérale on assiste à une stagnation des incitations substantielles et à une tendance à l’informel dans les incitations organisationnelles. Au Maroc, on trouve une configuration nommée « pluralisme conservateur autoritaire » pendant la phase étatiste et un « pluralisme conservateur semi-autoritaire » pendant la phase néolibérale. Ici les incitations substantielles et organisationnelles seront toujours plus limitées qu’en Tunisie, à cause des différentes trajectoires des luttes sociales qui ont suivi l’Indépendance et par conséquent les différentes bases sociales du régime. L’ouverture partielle des institutions politiques à la fin des années 1990 n’a pas changé la faiblesse et la marginalité historiques auxquelles le syndicalisme marocain a du faire face depuis les années 1960.

Alors qu’une littérature plutôt vaste sur le syndicalisme tunisien existe, la production académique sur les syndicats marocains se fait très rare. Le seul article pré-2011 où l’on trouve une brève comparaison entre les deux pays suggére que le syndicalisme marocain était mieux placé que le tunisien en tant qu’agent de changement politique. L’argument de cette thèse va dans la direction contraire, essayant de contourner les illusions données par une attention excessive aux institutions formelles. En Tunisie, la contradiction entre un syndicalisme relativement fort, l’érosion du pacte social populiste et la rigidité institutionnelle du corporatisme autoritaire entra au sein de la centrale syndicale même, sous la forme d’une croissante polarisation interne. Au Maroc, la faiblesse syndicale et l’absence d’une précédente phase populiste se rencontrèrent avec une majeure, flexibilité institutionnelle, notamment le pluralisme syndical et l’intermédiation des partis politiques entre syndicats et État. Ces différences contribuèrent à une montée de la conflictualité en Tunisie, alors qu’au Maroc le régime était mieux positionné pour désamorcer les tensions.

Lorenzo Feltrin

Pour citer ce billet : Lorenzo Feltrin, « Entre le marteau et l’enclume : Le rôle politique des syndicats ouvriers en Tunisie et au Maroc. Une approche historique et comparative», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2066.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook