Archives par mot-clé : Oissila Saaidia

École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

Lucas FAURE est doctorant au CHERPA - Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence et Samia KOTELE est doctorante à l’Université Lyon 2 - École normale supérieure de Lyon. Ils ont tous les deux participé à l'école en décembre 2019.

Du 9 au 13 décembre 2019 s’est tenue, à l’IRMC, l’école doctorale « Les objets religieux au Maghreb et en Europe : quels enjeux contemporains ? Approches croisées XIXe-XXIe siècles », coordonnée par Katia Boissevain, Habib Kazdaghli et Oissila Saaidia [1]. Réunissant pendant une semaine une quinzaine de jeunes chercheur-e-s issu-e-s d’universités des deux rives de la Méditerranée, sous la supervision de professeur-e-s spécialistes du fait religieux, cette rencontre académique ambitionnait de faire dialoguer des recherches en sciences sociales autour de l’objet religieux. Plus qu’une série d’exposés, chaque doctorant-e a été tour à tour discuté-e et discutant-e, en binôme avec un-e chercheur-e confirmé-e, afin de promouvoir des échanges horizontaux, tout en s’appuyant sur les connaissances méthodologiques des chercheur-e-s encadrant-e-s. Nous proposons ici de restituer, dans les grandes lignes, les discussions tirées de ces cinq journées d’échanges, qui ouvrent des pistes de réflexions fécondes au moment de penser l’objet religieux dans son actualité.

Loin de le réifier a priori, les discussions ont cherché à en restituer les dynamiques propres in situ afin d’en faire rejaillir des logiques convergentes, mais également de différenciations voire d’oppositions marquées. En somme, comme le rappelait Katia Boissevain dans sa prise de parole inaugurale, l’objectif de cette rencontre consistait à dresser un
tableau de la diversité religieuse et de ses approches telles qu’elles se donnent à voir au Maghreb et en Europe.

Continuer la lecture de École doctorale : Les objets religieux au Maghreb et en Europe

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La question de la laïcité

Compte-rendu de conférence, IRMC – 25 février 2012, Coordination de Chérif Ferjani

Une série de conférences a été programmée à l’IRMC, dans le cadre du programme de recherche « Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen », sous la direction de Chérif Ferjani. Les premières se sont tenues le 10 décembre 2011 avec Farida Belkacem (IRIS) pour une conférence intitulée De France et d’Angleterre, regard sur une jeunesse musulmane et Oissila Saaidia (Université de Strasbourg) pour une intervention sur Enseignement relatif aux faits religieux en Europe. Le 25 février dernier, cette programmation s’est poursuivie par une intervention de Jean Baubérot (Directeur d’études émérite à l’EPHE, Paris) sur La question de la laïcité. Il a décliné son exposé en trois parties : la définition de la laïcité, les différents types de laïcité et enfin le cas français.

Définition de la laïcité

Partant de la définition qu’en donne Ferdinand Buisson, qui précise que le terme laïcité est un néologisme apparu dans la langue française pour la première fois dans les années 1870, Jean Baubérot ajoute néanmoins que le terme renvoie à des significations qu’on retrouve dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789. Selon la définition qu’en donne Ferdinand Buisson, la laïcité a un lien fort avec la démocratie :

– neutralité de l’État entre tous les cultes et donc neutralité de la puissance publique par rapport aux religions,

– indépendance de tous les clergés impliquant la séparation,

– égalité de tous les citoyens devant la loi, qu’ils soient fidèles d’une religion ou « libres penseurs »,

– liberté de tous les cultes.

Avec une telle définition, on est loin de l’idée présentant la laïcité comme une « exception française ». La séparation est réalisée en France en 1905 avec la Loi dite de « séparation entre l’Église et l’État » qui reconnaît la liberté de culte comme une liberté individuelle à caractère collectif (rétablissement des processions interdites auparavant). Il est important de considérer que le processus de laïcisation, comme celui de démocratisation, n’est ni linéaire ni uniforme, aussi bien à l’échelle internationale qu’au niveau de l’histoire d’un pays comme la France : dans ces processus, les différents types de laïcités se succèdent ou cohabitent.

Les différents types de laïcité : Jean Baubérot distingue six idéal-types (selon l’acception de Max Weber) de laïcités :

– La laïcité anticléricale où l’État reste un enjeu de lutte entre les cléricaux et les anticléricaux rendant difficile la conclusion d’un pacte comme l’attestent les exemples des différents épisodes de l’histoire de l’Espagne, de la Colombie et du Mexique.

– La laïcité autoritaire caractérisée par un pouvoir fort de l’État laïc qui considère la religion comme une menace et veut la soumettre à son contrôle sans pacte avec les autorités religieuses. C’est l’exemple de la Turquie kémaliste (construction dans une résistance à l’Occident), de l’Iran du Shah. L’État veut imposer la sécularisation par la loi. La liberté de conscience est écornée.

– La laïcité de collaboration où les pouvoirs publics cherchent une certaine coopération avec la religion, et plus particulièrement avec la religion « historique », comme en Italie (relations particulières avec le Vatican, affaire des crucifix) et en Suède (avec une église luthérienne privilégiée) : la neutralité de l’État entre les cultes n’est pas complète.

– La laïcité de foi civique : une religion civile déconfessionnalisée (exemple des États-Unis : invocation de Dieu, usage politique et récupération de Dieu, forte pression sociale) et du Japon (stricte séparation et usage politique du « divin » et des « divinités ») mais non reconnaissance des religions instituées.

– La laïcité de reconnaissance impliquant des formes de médiation et d’« accommodements » comme on le voit à travers l’exemple du Canada. La neutralité est interprétée de manière très libérale : autorisation pour les sikhs de porter leur tenue particulière dans l’exercice de leurs fonctions d’agents publics, avec des débats au Québec concernant la distinction entre les fonctionnaires selon leur posture d’autorité (proposition Bouchard-Taylor imposant la neutralité aux magistrats mais non aux enseignants).

– La laïcité de séparation : L’État laïc fait de la séparation avec les religions instituées un principe, comme aux États-Unis (pas de financement pour les écoles confessionnelles) et au Mexique (mesures anticléricales de 1859 en vigueur jusqu’au au début du XXe siècle ; modèle invoqué par Aristide Briand contre l’hostilité de l’Église catholique l’égard de la loi de 1905).

La France : quel type de laïcité ?

Jean Baubérot distingue dans l’histoire de la France différents moments marqués par l’un ou l’autre type de laïcité (en référence à sa thèse concernant les « trois seuils de laïcité ») :

– Au XIXe siècle, le conflit des « deux France » (cléricalisme/anticléricalisme) aboutit au triomphe des anticléricaux dans les années 1880. La IIIe république accomplit une oeuvre de démocratisation dont l’Église a tiré profit : liberté de colportage, liberté de la presse, liberté des consciences, loi sur les syndicats, la liberté de réunion. C’est plus ambigu concernant la loi de 1901 relative aux associations : l’affaire Dreyfus a favorisé la tendance prônant une laïcité autoritaire avec la volonté d’imposer une certaine foi civique et l’adoption de mesures contre les congréganistes entraînant l’exil de 30000 congréganistes.

– La loi de 1905 incarne une optique opposée : C’est un pacte avec des votes à géométrie variable. (cf. texte de P.H. Prelot concernant les signes religieux et loi de 1905) ; en métropole on tourne le dos à la laïcité autoritaire, mais pas dans les colonies.

La liberté de conscience est un droit individuel mais avec une dimension collective (point de vue défendu par Aristide Briand, Jean Jaurès, Francis de Pressensé en lien avec leur culture syndicaliste). La séparation est accompagnée d’une certaine libéralisation reconnaissant le caractère collectif de la liberté de culte (autorisation des processions interdites auparavant.)

– En 1946, la constitutionnalisation de la laïcité s’accompagne d’un apaisement des relations avec l’Eglise qui aboutit à la Loi Debré de 1959 autorisant le financement les établissements scolaires privés (principalement catholiques) sous contrat.

– En 1989, l’affaire des foulards dits islamiques relance le débat au sujet de la laïcité qui aboutit à une distinction entre le « discret » et « l’ostentatoire » (distinction entre tenues et signes) qui laisse un flou autorisant différentes interprétations et des pratiques plus ou moins libérales.

– La loi de 2004, contestée mais finalement acceptée, fut atténuée par la création, sous Jacques Chirac, de la HALDE et certaines dérogations (notamment pour les jeunes filles mineures à l’Université, mais non prise en compte de leur majorité si elles sont encore au Lycée, et ce pour des motifs d’ordre public). Avec Nicolas Sarkozy, la normalisation de la HALDE et l’attribution au Haut Conseil à l’Intégration des missions relatives aux discriminations, on assiste à une évolution vers une laïcité autoritaire.

Ainsi, la France semble conjuguer au moins deux laïcités différentes.

Pour conclure, Jean Baubérot insiste sur le fait que la laïcité est un équilibre instable entre plusieurs principes : selon que l’on mette l’accent sur tel ou tel principe, on aboutit à un type de laïcité différent. Il y a toujours des tensions, selon les enjeux sociaux, qui sont derrière l’option pour tel ou tel type de laïcité. À chaque pays de construire son type de laïcité.

Répondant à une question concernant la différence et le rapport entre laïcité et sécularisation, il précise que la laïcité relève de la gouvernance politique alors que la sécularisation réfère au niveau socio-culturel.

Concernant les sociétés musulmanes, il attire l’attention sur la sécularisation invisible en rapport avec des phénomènes comme la chute de la natalité, l’accroissement de la place des femmes dans la société, le processus d’individualisation avec des rapports plus personnels à la religion, ce qui montre que ces sociétés participent à une évolution où la laïcité représente un élément d’universalité parmi d’autres.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Chérif FERJANI

est professeur à l’Université Lyon 2, à l’IEP de Lyon 2, au GREMMO et chercheur en délégation CNRS à l’IRMC.

 

Pour citer ce billet : Imed Melliti, « L’Université de printemps du RéDoc : une expérience réussie », Le Carnet de l’IRMC, 6 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/573

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook