Archives par mot-clé : Monia Lachheb

Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)

Samedi 2 décembre 2017 avait lieu au Liber’thé, le premier café-débat organisé par Betty Rouland, chercheure à l’IRMC. L’objectif pour cette dernière est de donner la parole à de jeunes chercheur(e)s afin de présenter leurs travaux. Cette initiative est née d’un constat : les chercheurs passent des années à travailler sur un sujet, et ont finalement assez peu d’occasions d’échanger avec le grand public. En pratiquant cette rencontre « hors les murs », c’est aussi l’occasion de rendre accessible à tous des sujets de recherche trop souvent réservés à des lieux et à des publics initiés.

Ainsi, cette première édition s’est déroulée avec une présentation de thèse d’Inès Boughzala sur “l’Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socioépidémiologique de 1983 à 2016”. Inès Boughzala, diplômée de la Faculté de médecine, était investie au sein de l’association de prévention positive (ATP+) à l’époque et travaille à présent au sein de l’organisation non gouvernementale Médecin du Monde Belgique en Tunisie. Sa directrice de thèse, Rim Abdelmalek, professeur au service des maladies infectieuses était aussi présente. Monia Lachheb, chercheure associée à l’IRMC était invitée à discuter en sa qualité de sociologue, spécialiste des sexualités marginales et de l’homosexualité au Maghreb.

Inès Boughzala a d’abord dressé un historique de l’apparition de cette maladie à l’échelle mondiale avant de se concentrer par la suite sur le cas tunisien. Cette recherche dresse une monographie du VIH sur une période de 34 ans en Tunisie. Inès Boughzala a ainsi focalisé ses recherches sur les patients se présentant à l’hôpital de la Rabta à Tunis.

Ainsi, les premiers cas ont été recensés aux Etats-Unis en 1981. En 1987, apparaît le premier médicament contre le VIH dont les effets s’estompaient au bout de 6 mois de traitement. En 1996, la trithérapie fait son apparition. À partir de 2005, le nombre de cas diminue, à la suite de quoi l’on passe d’une infection mortelle à une infection chronique.

© Al Huffington Post Maghreb.

En Tunisie, la prédominance de la maladie est masculine, mais l’on observe une féminisation progressive de l’épidémie. D’après les chiffres recensés par la jeune docteure, la tranche d’âge la plus touchée est celle des 30/34 ans. 14,51% des malades sont des étrangers, dont un tiers sont des Libyens, un tiers des Africains subsahariens. Les catégories sociales les plus répertoriées sont les  chômeurs qui représentent 37,88 %, les commerçants représentant 18,11% des cas et enfin les ouvriers non qualifiés qui représentent 14,67% des personnes détectées. Cependant, ces chiffres sont à relativiser car les travailleurs du sexe ne se déclarent pas comme tel. Les étrangers concernés, quant à eux, sont essentiellement des étudiants. Inès a tenu à préciser que le VIH est la forme antérieure du virus. Le Sida est la forme qui suppose un état d’avancement tardif de la maladie. Elle a aussi déploré que les migrants n’aient pas accès gratuitement aux traitements, ce qui est le cas pour les Tunisiens. Elle déplore une difficulté pour accéder aux soins et préconise de continuer à sensibiliser et éduquer sur les risques du VIH, mais aussi de continuer le plaidoyer à l’encontre d’une loi répressive envers l’homosexualité, notamment, qui incite les personnes atteintes du virus à le dissimuler. De plus, le retard de diagnostic représente une plus grande charge économique et augmente le taux de mortalité. La Tunisie demeure un pays à faible prévalence même si les personnes atteintes y sont diagnostiquées relativement tardivement.

© lapressenews.tn.

Selon Monia Lachheb, cette thèse déconstruit les préjugés sur le VIH. Elle permet d’en donner une information éclairée, chiffrée et objective. D’après elle, l’opinion publique s’imagine que le VIH ne touche que les homosexuels ou les sexualités dites atypiques et cela entraîne une stigmatisation de ces populations dites « clés ». Cependant, qu’en est-il des femmes en général mais aussi des femmes porteuses du VIH et enceintes notamment ? Inès répond que même si la prévalence est faible en Tunisie, elle n’en demeure pas moins importante dans les populations dites « clés ». Quant aux femmes enceintes, elles ont à présent la possibilité de se faire dépister contre le VIH à toutes les étapes des visites médicales obligatoires.

Une autre interrogation a porté sur les inégalités territoriales en termes d’accès aux soins, ce à quoi il a été évoqué la situation de Kairouan. La ville de Kairouan possède en effet un centre de dépistage situé au coeur de la médina, mais au lieu d’être un lieu facilement accessible, il est un lieu trop visible aux yeux de tous, et donc très peu fréquenté à cause de sa trop grande visibilité et de la stigmatisation que cela engendre.

Enfin, différentes personnes sont intervenues afin de faire-valoir la nécessité d’un corps médical neutre et bienveillant. Le corps médical a en effet été décrit comme partial et posant un regard accusateur, si ce n’est inquisiteur sur les personnes qui viennent obtenir renseignements ou soins. Il est donc indispensable de former les médecins, pharmaciens et autres personnels médicaux, à leur devoir de soigner sans moraliser. La responsabilité du corps médical est engagée dans la décision de pratiquer le test anal ou non. La dimension éthique est éminemment présente. Le manque d’éducation sexuelle a aussi été déploré ainsi qu’un retour du conservatisme religieux, ayant pour conséquence l’accentuation d’un regard moralisateur.

Il a aussi été signalé que les moyens de communication afin de sensibiliser à cette problématique, n’étaient pas adaptés aux jeunes. Certains ont ainsi suggéré de moderniser les biais de sensibilisation, à travers les réseaux sociaux notamment. C’est sur ces préconisations que s’est clôturée la première édition de ce cafédébat.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2219.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Sexualités dites atypiques au Maghreb La différence en question

Contexte

Les soulèvements sociaux de janvier 2011 ont donné plus de visibilité à la réalité homosexuelle au Maghreb. Les mobilisations politiques et sociales pour les droits et les libertés impulsent les revendications de la différence et l’affirmation d’une identité homosexuelle largement contestée. Néanmoins, les gays et les lesbiennes demeurent à la marge et occupent une position périphérique par rapport à l’environnement politique et socioculturel, considérant que leurs revendications sont en décalage avec les urgences économiques et les priorités sociales du moment (Khalid, 2015). Contrairement aux aspirations au changement, les minorités sexuelles expérimentent des degrés de plus en plus croissants de marginalisation, de discrimination et de rejet (Fortier, 2015). Leurs formes de sexualités, considérées comme un péché majeur et dites d’Outsiders (Becker, 1985), demeurent problématiques et génèrent des tractations multiples, souvent sévèrement condamnées.

A côté des discriminations basées sur une orientation sexuelle différente, les homosexuels sont aussi considérés comme  une « population à risque » et une « population clé » dans les programmes  nationaux de lutte contre le VIH/sida. La spécificité des contextes fait que la prévalence du VIH chez les gays et les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes correspond à 9,1% en Tunisie, à 4,3% en Algérie et à 5,7% au Maroc (UNAIDS, 2017). Par ailleurs, à l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2017), les lesbiennes demeurent particulièrement invisibles. À ce titre, les gays et les lesbiennes supportent le poids d’une discrimination multiforme (Francoeur, 2011) qui concerne aussi bien leurs sexualités dites marginales que leur atteinte par le VIH/sida.

Le programme s’intéresse au rapport à l’autre au Maghreb et questionne plus largement la gestion sociale de l’altérité. Il se focalise sur plusieurs versants qui s’imbriquent pour une meilleure lecture du réel. D’abord, le programme s’interroge sur les parcours des personnes différentes par leurs orientations sexuelles, particulièrement celles qui se disent gays et lesbiennes. Ensuite, l’intérêt s’oriente vers les trajectoires de vie des personnes homosexuelles qui vivent avec le VIH/sida. Dans ce cadre, le vécu des femmes en tant que lesbiennes et en tant que personnes vivant avec le VIH sera mis en avant. Enfin, l’attention se focalise sur les militants et militantes engagé-e-s dans la lutte pour la défense des droits des minorités sexuelles (associations LGBT ; LBT) et vivant avec le VIH (ATL-MST Sida-Tunis ; ATP+). Le but est de rendre compte des formes de mobilisations et des résistances liées aux sexualités dites atypiques.

Il va sans dire que ces différents volets du programme célèbrent la singularité des expériences, la complexité et la diversité des parcours. Dans ce cadre, l’approche genre tente de rendre compte d’une forme de discrimination supplémentaire, latente et peu visible, à l’égard des femmes lesbiennes en général et celles d’entre elles qui vivent avec le VIH en particulier.

Questionnements

La réflexion envisagée repose sur différents supports théoriques appréhendés comme des outils d’analyse et d’interprétation du réel. Ils seront mis à l’épreuve dans les différents contextes maghrébins pour assurer une lecture socio-anthropologique de la différence et observer les modes d’agir des acteurs. En effet, la question de la différence et du rapport à l’autre s’impose aujourd’hui au Maghreb comme levier des dynamiques politiques et sociales. Elle génère des dynamiques diverses et témoigne de l’émergence de nouvelles configurations.

Sexualités atypiques et VIH/sida

Mendès Leite (2000, 19) présente l’homosexualité comme une « altérité problématique » au sens où elle correspond à une forme de sexualité stigmatisée qui place le sujet en situation de discredit (Goffman, 1975). La stigmatisation de l’homosexualité émane de sa mise en perspective systématique  avec la sexualité dite normale et légitime, celle qui respecte la norme hétérosexuelle. L’hétérosexualité constitue, en effet, le modèle normatif socialement et naturellement accepté. Elle correspond à un mode d’organisation sociale qui crée un cadre d’exclusion pour toute forme de sexualité différente, mais aussi pour la hiérarchisation et la distinction entre les hommes et les femmes (Chetcuti, 2012). Ce faisant, les homosexuels/les font face à une forme de « présomption d’hétérosexualité naturelle » (Fassin, 2008, 221) qui suppose l’existence de deux sexes uniques, exclusifs et hétérosexuels. Ainsi, La contrainte à l’hétérosexualité (Rich, 1981) devient « nature » et place l’homosexualité au coeur du contrôle social en se référant à une norme qui trace les frontières entre le normal et le pathologique, le licite et l’illicite, l’interdit et l’autorisé, le déviant et le straight.

Les homosexuels/les, notamment les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, représentent une cible prioritaire des programmes de lutte contre le VIH. Dans les faits réels, et, au-delà de la gestion médicale de l’infection, les homosexuels, et, ceux d’entre eux qui vivent avec le VIH, subissent différentes formes de violences. Le processus de stigmatisation et le discours sur les sexualités transgressives, largement répandu au Maghreb, génèrent, en effet, des réactions d’intimidation et de discrimination, de rejet et d’exclusion, à l’égard des hommes qui se disent gays et en plus atteints du VIH (Hsairi et Ben Abdallah, 2007). En outre, qu’elle concerne l’homosexualité ou encore l’atteinte par le VIH, l’expérience des femmes au Maghreb reste dans l’ombre. Le processus de leur marginalisation semble encore marqué par les mécanismes à l’oeuvre pour de plus en plus de déni et d’invisibilité de leurs réalités.

Quels sont les moments forts des parcours homosexuel/les et des personnes vivant avec le VIH/sida ? Comment se traduisent les formes de discriminations auxquelles ils/elles font face et les enjeux de leurs différences ? Quelles sont les stratégies adoptées pour gérer leurs identités stigmatisées ? Comment interprètent-ils/elles la politisation des discours sur les sexualités ? Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent les parcours des femmes ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ?

Résistance et mobilisation

Le militantisme LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels) prend de plus en plus d’ampleur au Maghreb. L’émergence des collectifs et des associations, qu’ils soient légalisés ou clandestins, rend compte d’une dynamique sociopolitique pour l’acceptation de la différence fondée sur l’orientation sexuelle (Lachheb, 2016). Concernant le VIH, une mobilisation contre la maladie et les discriminations qui lui sont liés semble se dessiner dans les pays du Sud (Eboko et al., 2011). Au Maghreb, plusieurs associations centrées sur la prise en charge des personnes atteintes par le VIH/sida voient le jour et s’engagent dans la lutte contre le VIH. A côté de l’association de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles, l’association tunisienne de prévention positive (ATP+), présidée par une femme, en est un exemple signifiant.

L’attention se focalise ainsi sur le militantisme des homosexuels/les et des personnes séropositives. Quelles sont les logiques d’investissement des acteurs et actrices dans l’engagement associatif ? Quels sont les stratégies et les modes de construction des formes de mobilisation ? Quel est le projet politique sous-jacent au militantisme pour la reconnaissance des droits des personnes définies par leurs sexualités dites atypiques ? Pourquoi des femmes s’engagent à fonder des collectifs féminins et féministes comme Chouf centré sur les droits des femmes lesbiennes, bisexuelles et transsexuelles ou encore l’ATP+ qui s’intéresse particulièrement aux femmes séropositives ?

L’approche genre

Le genre désigne la construction sociale de la féminité et de la masculinité par référence à des codes socioculturels. A ce titre, le genre ne peut pas s’inscrire dans une logique universaliste, comme c’est le cas pour le sexe biologique. Il se construit conformément à des codes, des normes et des valeurs spécifiques au milieu d’appartenance.

À côté des lectures des modes de construction de la féminité et de la masculinité, le genre permet d’analyser les rapports de pouvoir qui gèrent et orientent les relations entre les hommes et les femmes. En ce sens, l’analyse genrée renseigne sur les mécanismes de hiérarchisation et d’institutionnalisation des inégalités sociales. Elle éclaire ainsi les formes de discriminations dissimulées, les violences de genre et les représentations qui les sous-tendent (Béréni et al., 2012).

S’agissant de la sexualité, elle constitue l’un des objets privilégiés des études de genre (Claire, 2012). En effet, la sexualité respecte les constructions genrées qui orientent les pratiques sexuelles vers l’hétérosexualité et produit ainsi des formes de sexualités légitimes et d’autres illégitimes. Par ailleurs, le VIH/sida constitue l’un des enjeux des recherches sur les sexualités du fait du lien entre sida et relations sexuelles (Broqua, 2003).

L’approche genre est ici retenue comme démarche d’analyse de la réalité des homosexuels/les et des personnes vivant avec le VIH. Le but est de mettre en évidence les différences éventuelles entre les hommes et les femmes, la singularité des expériences et les formes de discriminations à l’égard des femmes lesbiennes et séropositives. L’analyse couplée, prenant en considération les deux entités sexuelles, permet de rendre compte de la dynamique du genre (Connel, 2014) et renseigne, par ailleurs, sur les formes de domination et les pouvoir d’agir mis en oeuvre. Elle dépasse ainsi ce qui relève du spécifiquement féminin pour s’étendre à l’interprétation des processus sociaux qui appuient la discrimination à l’égard des femmes.

Références

Becker Howard, 1985, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé.

Bouchaib Majdoul, 2015, « Les femmes et le sida au Maroc. De l’inégalité biologique à l’inégalité sociale », in D. Baudouin et al. (dir.), Le Maroc au présent. D’une époque à l’autre, une société en mutation, Rabat, Editions du Centre Jacques Berque, 385-391.

Broqua Christophe, 2005, Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida, Paris, Presses de Sciences Po.

Broqua Christophe, Lert France et Souteyrand Yves, 2003, Homosexualités au temps du sida. Tensions sociales et identitaires, Paris, ANRS.

Chetcuti Natacha, 2012, « Hétéronormativité et hétéro-socialité », Raison Présente, 183, 69-77. Clair Isabelle, 2012, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin.

Connel Raewyn, 2014, Masculiniés. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Editions Amsterdam.

Eboko Fred, Bourdier Frédéric et Broqua Christophe, 2011, Les Suds face au Sida. Quand la société civile se mobilise, Paris, IRD Editions.

Fassin Eric, 2008, L’inversion de la question homosexuelle, Paris, Éditions Amsterdam.

Fortier Edwige, 2015, « Transition and Marginalization : Locating Spaces for Discursive Contestation in Post- Revolution Tunisia », Mediterranean Politics, vol. 20, n° 2, 142-160.

Francoeur Christine, 2011, « Les multiples visages du VIH-sida. Représentations, expériences et intervention », Reflets : revue d’intervention sociale et communautaire, 17 (2), 150-162.

Goffman Erwin, 1975, Stigmates. Usages sociaux du handicap, Paris, Minuit.

Hsairi Mohamed et Ben Abdallah Sénime, 2007, Analyse de la situation de vulnérabilité vis à vis de l’infection par le VIH des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, ATL MST sida section Tunis /ONUSIDA Tunisie.

Khalid Maryam, 2015, “The Peripheries of Gender and Sexuality in the ‘Arab Spring’ ”, Mediterranean Politics, 20 : 2, 161-177.

Lachheb Monia (dir.), 2016, Être homosexuel au Maghreb, Paris, Karthala/IRMC.

Mendès-Leite, Rommel, 2000, Le sens de l’altérité. Penser les (homo)sexualités, Paris, L’Harmattan.

Rich Adrienne, 1981, « La contrainte à l’hétérosexualité et l’existence lesbienne », Nouvelles Questions Féministes, n° 1, 15-43.

UNAIDS DATA, 2017,http://www.unaids.org/sites/default/files/media_asset/20170720_Data_book_2017_en. pdf

Monia Lachheb

est Sociologue, chercheure à l’IRMC. Contact : monia.lachheb@gmail.com

Pour citer ce billet : Monia Lachheb, «Sexualités dites atypiques au Maghreb La différence en question», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2181.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Être homosexuel au Maghreb

Présentation de l’ouvrage IRMC de Monia Lachheb, enseignante chercheure à l’institut supérieur du sport et de l’éducation physique de Tunis (ISSEP), et chercheure associée à Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)

Le 13 décembre 2016 avait lieu à l’Université de Sciences Juridiques, Politiques et Sociales, une conférence suite à la publication du livre Être homosexuel au Maghreb. C’est donc en présence de quelques uns des essayistes, dont Ludovic Mohammed Zahed, Nassim Hamdi, Farhat Othman, Wahid Ferchichi, Monia Lachheb qui a coordonné l’ouvrage et de Karima Dirèche, directrice de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain qui a édité le livre, que les chercheurs en sciences sociales et juristes ont pu échanger avec le public.

Cette publication, inédite au Maghreb a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme. Une intervention du public a d’ailleurs visé à préciser qu’avant d’être une question de droit des minorités, il s’agissait d’abord d’une question de droit humain. Monia Lachheb et Karima Dirèche, se sont ainsi félicitées de l’aboutissement d’un tel projet qui « n’aurait pu voir le jour ailleurs au Maghreb » selon cette dernière.

Le débat a ainsi porté sur la présentation de l’ouvrage et des différents articles, traitant tour à tour de la question de l’homosexualité dans le domaine sportif de la loi en vigueur concernant la pénalisation de cette orientation sexuelle ; interrogeant le terme même d’homosexuel, ses connotations et sa pertinence ; mais aussi de la corrélation entre militantisme féministe et homosexuel.

Enfin le lien supposé entre inadéquation de l’Islam avec l’homosexualité a été remis en cause par les co-auteurs, ceux-ci ne pouvant que constater que le regard porté sur le sujet dans le monde arabo-musulman n’a cessé d’évoluer au fur à et mesure des époques. Avec cet ouvrage, c’est donc par l’affirmative, que Monia Lachheb répond à la question d’Eric Fassin posée en préface de l’ouvrage : « Peut-on parler d’homosexualité au Maghreb ? ».

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Être homosexuel au Maghreb», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2089.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le corps sportif : entre particularisme et universalisme

Compte-rendu de conférence, IRMC – 2 mars 2012, Coordination Monia Lachheb

Dans le cadre du cycle de conférences sur Sport, cultures et sociétés au Maghreb, l’IRMC et l’ISSEP ont invité Jean-Marie Brohm, sociologue, pour intervenir sur Le corps sportif : entre particularisme et universalisme. Le conférencier a débuté par l’analyse de la complexité de la réalité corporelle. En se référant à la conception phénoménologique du corps, il développe trois modalités d’existence du corps : le corps-en-soi qui se plie aux lois objectives, le corps-pour-soi qui se trouve au fondement de la subjectivité et le corps-pour-autrui qui structure les relations intersubjectives. Ces multiples dimensions de l’existence corporelle s’imbriquent et fondent la singularité de l’être corporel.

Partant de là, Jean-Marie Brohm s’interroge sur la place du corps sportif et développe ses spécificités. Selon lui le corps sportif est un modèle du corps qui se réfère à la culture sportive, laquelle culture se définit par son aspect universel. Il se construit par un appareillage technologique qui fabrique un corps objectivé et mesuré.

En tant que tel, le corps sportif respecte différentes formes d’ « étiquetage » selon l’âge, le poids et les catégories de pratiques (cadets, juniors, séniors). Aussi, l’entraînement sportif correspond à « un mécanisme de dressage » qui vise « le formatage de l’image du corps ».

Si l’idéologie sportive tend à neutraliser les différences et à mettre en avant une figure abstraite et objective du corps sportif, elle repose aussi sur une série de marqueurs qui attestent de l’existence de différents niveaux de différenciation. En effet, le corps sportif ne peut pas être asexué : c’est un corps d’homme ou un corps de femme qui suppose un mode d’investissement particulier dans la pratique. Le marqueur de l’âge est aussi important tenant que le corps sportif est supposé être un corps jeune et productif. Au-delà de cette figure de jeunesse, le niveau de compétence physique du corps et sa configuration harmonieuse conduisent au déni du corps en situation de handicap, ce corps différent qui demeure stigmatisé. Enfin, le corps sportif témoigne de la dialectique entre le pouvoir et l’impouvoir qui se manifeste dans la recherche continue d’une augmentation du capital corporel et d’une maitrise du monde.

Néanmoins, il se trouve soumis à la déperdition progressive du pouvoir de son rendement et de sa performance. En ce sens, le corps sportif est inévitablement dominé par la temporalité qui pose la question de l’altération et du vieillissement.

Au demeurant, le conférencier a conclu que le corps sportif renvoyait ainsi à une vison du monde particulière largement soutenue par une politique qui oeuvre pour la normalisation des expériences du corps.

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Monia LACHHEB

est enseignante chercheure en sociologie à l’Institut supérieur du sport et de l’éducation physique de Tunis, associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.

 

Pour citer ce billet : Monia Lachheb, « Le corps sportif : entre particularisme et universalisme », Le Carnet de l’IRMC, 21 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/600

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Sport, cultures et sociétés au Maghreb

Compte-rendu de conférence, IRMC – 27 janvier 2012, Coordination Monia Lachheb

Dans le cadre du partenariat entre l’IRMC et l’ISSEP de Tunis, un cycle de conférences sur le thème Sport, Cultures et Sociétés au Maghreb a été entamé par la conférence de Youcef Fatès, politologue, portant sur Les usages sociopolitiques du sport dans la reconstruction identitaire et la lutte nationaliste au Maghreb : le cas algérien.

Le conférencier a commencé par analyser les conditions d’émergence du sport en Algérie pendant la colonisation. Il a montré que les compétitions sportives ont constitué des objets de luttes politiques et sociales entre les musulmans et les Français. Dans ce contexte de rivalité « inter-ethnique », l’Administration coloniale a remarquablement limité l’accès des autochtones à la pratique sportive par l’établissement d’un ensemble de règles. À juste titre, une première circulaire parue en 1928 mentionna que les compétitions entre les équipes musulmanes et les équipes françaises étaient formellement interdites.

Une seconde circulaire parue en 1934 obligea les équipes musulmanes à accepter un minimum de cinq joueurs français parmi leur effectif total.

Néanmoins, le sport a été une « arme du colonisé » qui lui assura une visibilité sur la scène sociopolitique. Prenant appui sur l’analyse des sigles et des couleurs, Youcef fatès a pu mettre en évidence l’émergence remarquable des marqueurs identitaires à l’époque coloniale. Ceux-ci se manifestèrent principalement dans l’usage du croissant et de l’étoile à cinq branches comme des symboles qui ornaient les espaces et les vêtements sportifs. Aussi, les couleurs dominantes, vert, rouge et blanc, étaient les plus utilisées pour identifier les associations sportives algériennes, dont les patronymes étaient porteurs de fortes significations symboliques. Au demeurant, les marqueurs identitaires fondèrent la « radicalisation du nationalisme algérien qui opta pour la violence libératrice ». Le sport n’était alors plus ce « jeu frivole, inutile, stérile », cet « objet insignifiant ». Il se transforma en un outil fortement impliqué dans la lutte de libération nationale algérienne et devint « un acte politique » qui intégra le mouvement de mobilisation contre la colonisation.

La glorieuse équipe du FLN en constitue bien un exemple type.

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9


Monia LACHHEB

est enseignante chercheure en sociologie à l’Institut supérieur du sport et de l’éducation physique de Tunis, associée à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.

 

Pour citer ce billet : Monia Lachheb, « Sport, cultures et sociétés au Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 21 novembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/594

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook