Archives par mot-clé : Mohamed Slim Ben Youssef

Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de Technoverre en Tunisie

Résumé de l'article : BEN YOUSSEF Mohamed Slim, 2019, « Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de l’usine Technoverre en Tunisie », Confluences Méditerranée, vol. 111, n° 4, 15-28. [En ligne]

Huit ans après la première situation révolutionnaire de l’hiver 2010-2011, la question sociale est toujours centrale dans les scènes protestataires tunisiennes. Or, si les mobilisations pour l’emploi public ont beaucoup gagné en visibilité après 2011, le secteur industriel privé a connu une éclosion de mouvements ouvriers moins documentés. Par-delà les revendications matérielles, ces mobilisations sous-tendent aussi des dimensions morales, liées à la rupture de pactes sociaux protecteurs. À partir de l’étude de la mobilisation des travailleurs de la verrerie Technoverre, cet article se propose de montrer la manière dont le repreneur de l’usine, en rompant les promesses de redressement et en mettant en péril l’identité professionnelle des verriers, contribue à alimenter une contestation qui défend indissociablement l’entreprise, l’emploi et le « métier ».

Une enquête qualitative, combinant entretiens biographiques et observations de terrain, a permis d’analyser la déstabilisation d’un pacte protecteur qui préside aux relations de travail dans une entreprise de verre créée au début des années 1970. S’appuyant sur une analyse configurationnelle qui inscrit l’usine dans sa trajectoire historique, cet article explique comment la remise en cause de l’ordre usinier antérieur a profondément affecté les conditions matérielles des travailleurs et les rapports de travail.

Ces transformations se sont traduites, notamment, par l’abandon de la vocation développementiste de l’entreprise au profit du gain facile, le
recours systématisé au judiciaire dans la gestion des conflits de travail et une déstabilisation du métier de « verrier ». Or, le métier, source de fierté ouvrière, est également utilisé comme ressource d’auto-légitimation face à un repreneur étranger à l’entreprise. Face à la rupture de la promesse de redressement de l’entreprise par ce nouveau patron, les travailleurs brandissent leur identité professionnelle menacée pour s’affirmer comme les vrais propriétaires (symboliques) de l’entreprise.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Compte rendu de lecture : Tahar Haddad une pensée de l’émancipation

Rencension de Mohamed Slim Ben Youssef, doctorant en sociologie politique, boursier 2019-2020 à l'IRMC.

Dans son ouvrage Tahar Haddad une pensée de l’émancipation, Baccar Gherib nous invite à redécouvrir la pensée d’un molish (réformateur) tunisien célèbre mais dont une partie de l’œuvre est demeurée peu commentée. Présenté et discuté à plusieurs reprises, notamment à l’IRMC le 5 décembre dernier, l’ouvrage intéresse assurément des publics variés.

Le livre Tahar Haddad une pensée de l’émancipation, de Baccar Gherib, paru en mai 2019 aux Éditions Diwen, s’inscrit résolument dans une continuité intellectuelle et disciplinaire. L’auteur, qui n’en est pas à son premier ouvrage d’histoire des idées, nous invite à redécouvrir la pensée de Tahar Haddad. Le professeur d’économie politique de l’Université Al Manar, invoquait, par exemple, dans « Penser la transition avec Gramsci. Tunisie (2011-2014) », les catégories analytiques du penseur communiste sarde pour appréhender la transition politique tunisienne. Dans son dernier ouvrage, l’auteur nous accompagne dans une plongée au cœur de l’héritage intellectuel d’un moslih tunisien célèbre mais dont une partie de l’œuvre est demeurée peu commentée. Dès la première page du livre, Baccar Gherib défend l’actualité de la pensée de Haddad en soulignant le caractère clivant de son héritage dans les débats politiques post-2011 en Tunisie. L’on devine derrière cet argument un désir politique particulier chez l’auteur de l’essai « Pour une refondation de la gauche tunisienne », paru en 2014. Il s’agit, en effet, de la volonté, exprimée à maintes fois par Baccar Gherib, de renouveler la gauche tunisienne. Présenté et discuté à plusieurs reprises, notamment à l’IRMC le 5 décembre 2019, le livre intéresse assurément des publics variés.

            L’argument principal de l’ouvrage est l’unicité de l’œuvre intellectuelle de Tahar Haddad. Souvent réduit à sa dimension de moslih qui apparaît dans son livre reconnu, Imra’atuna fi Al-chariâawa al-mujtama’a (Notre femme dans la législation et dans la société), le penseur a pourtant été prolixe sur d’autres thématiques. En nous invitant à (re)découvrir un autre livre de Haddad, « Les travailleurs tunisiens et l’émergence de la question syndicale » ainsi que des textes anti-coloniaux, Baccar Gherib dévoile « un penseur de l’émancipation », non réductible à la « question sociétale ». C’est-à-dire dont la pensée ne doit pas être réduite aux débats ultérieurs concernant le code du statut personnel. Cet acquis important du réformisme moderniste tunisien est attribué, pour une bonne part, au combat intellectuel mené par Haddad contre les lectures traditionalistes des textes sacrés musulmans. La thèse d’une cohérence globale de l’œuvre de Haddad, « une pensée de l’émancipation », s’appuie sur le constat que celle-ci s’attaque aux trois formes de domination visibles dans le contexte de l’entre-deux guerres tunisien, à savoir la domination coloniale, la domination capitaliste et la domination masculine. Le but de l’ouvrage est de restituer cette articulation occultée, comme le souligne l’auteur, par « une réception en pièces détachées » (Gherib, 2019, 16).

            Le livre donne à comprendre la philosophie de l’œuvre de Tahar Haddad en suivant les trois temps de sa pensée. Ainsi, après le chapitre introductif, Baccar Gherib nous livre la matrice axiologique que le moslih partage avec la constellation d’intellectuels qu’il fréquentait à l’époque, dont le poète Abul-Kacem Chebbi. En étudiant Al-khawâtir (Les Pensées), Baccar Gherib soutient que les idées de Tahar Haddad viennent d’un élan émancipateur exprimé également dans les écrits de Chebbi, dont le fameux poème « irâdat-ul-hayât » (« La volonté de vivre »). Une idée neuve dans les années 1920 tunisiennes et qui renvoie à une aspiration à la vie chez « une nouvelle classe et une nouvelle génération d’intellectuels » (ibid., 58). Ce « cri de révolte » (ibid., 59) est adressé non seulement à la colonisation, mais également à une « société léthargique » prédisposée à être colonisée. Dans ce premier chapitre, l’auteur rappelle comment Tahar Haddad conçoit l’islam dont la lecture traditionaliste minerait l’esprit « véritable » : un islam « synonyme de vie, donc d’émancipation et d’histoire » (ibid., 54).

            Le chapitre suivant, intitulé « La question nationale : du Destour à la CGTT », traite du combat anticolonial de Haddad. En effet, celui-ci défendait la thèse du caractère surdéterminant de la domination coloniale à l’époque. Sa bataille contre le colonialisme français est ambivalente du point de vue des registres argumentatifs mobilisés. Dans le sillon des principes de Wilson (ibid., 95), elle s’appuie, parfois, sur les principes du libéralisme politique, produit de l’histoire politique française, pour contester le colonialisme (ibid., 96). Aussi, ce combat se manifeste ponctuellement dans des prises de position assez polémiques, notamment à l’occasion du décret de naturalisation émis par les autorités françaises en 1923. Baccar Gherib souligne la véhémence de la position de Haddad face à ce décret, utilisant le registre identitaire et religieux de l’apostasie à l’encontre des Tunisien-ne-s qui acceptent la naturalisation (ibid., 98). L’auteur montre également le rôle tenu par Haddad aux côtés de Mohamed Ali El Hammi dans l’édification d’un syndicalisme nationaliste et anticolonial lors de la fondation de la Confédération Générale Tunisienne du Travail (CGTT) en 1924. Il relate les épisodes polémiques ayant opposé Tahar Haddad et ses camarades aux syndicalistes français. Ces derniers, accusant les syndicalistes tunisiens tantôt de communisme, tantôt d’intégrisme islamique, se heurtent à l’argument de l’existence d’une discrimination salariale envers les travailleurs tunisiens (ibid., 118). Pour répondre aux syndicalistes français qui leur reprochent de « diviser la classe ouvrière », les fondateurs de la CGTT leur opposent un « véritable internationalisme » dont la nation tunisienne, non-reconnue par le colonialisme français, est partie prenante (ibid., 130).

            Le troisième chapitre, « Les travailleurs tunisiens : pour une voie coopérativiste et réformiste du développement », est consacré à la manière dont Haddad a appréhendé la question sociale tunisienne à son époque. Tout en écartant l’hypothèse que l’intellectuel tunisien ait « bien » lu Marx, Baccar Gherib pointe les affinités qui le lient au matérialisme historique dans ses développements consacrés à l’analyse du mode de production en Tunisie dans Les Travailleurs Tunisiens[1]. Néanmoins, en nuançant le lien du penseur au marxisme, Gherib pose l’énigme de l’origine intellectuelle de son analyse matérialiste de la société et de l’économie politique tunisiennes avant et après la pénétration coloniale. Cependant, selon l’auteur, une chose est sûre, Tahar Haddad a formulé une critique viscérale de l’exploitation, qu’il s’agisse d’institutions traditionnelles telles que le khemmessat, ou celles du capitalisme colonial (ibid., 151). Ainsi, prenant le contre-pied de la lecture de Abdelaziz Thâalbi, éminente figure de l’archéo-destour, nostalgique et élogieuse de la période pré-coloniale, Haddad rappelle que l’exploitation avait préexisté au colonialisme au travers des structures économiques précapitalistes de la société tunisienne.

            Enfin, le dernier chapitre est consacré à la dimension « sociétale » de la pensée de Tahar Haddad, la plus polémique et la plus actuelle de son œuvre. Prônant un islam historique et émancipateur, le travail de relecture des textes sacrés effectué par un moslih ayant suivi un enseignement zeitounien traditionnel a fondé la justification intellectuelle et théologique du code du statut personnel tunisien, l’un des vecteurs du modernisme d’État tunisien. Vouée à la critique de la domination masculine, l’approche gradualiste de l’époque mise en œuvre par l’intellectuel correspond à l’une des propriétés du réformisme tunisien, que l’on retrouve notamment chez les promoteur-se-s d’une interprétation « éclairée » des textes sacrés. Ces derniers, situés dans leur contexte historique d’apparition, sont saisis comme « trop en avance sur leur temps » et comme « se contentant simplement d’avancées, plus ou moins grandes, sur diverses questions sociales et sociétales » (ibid., 190). Ainsi, l’historicisation de l’islam procède d’une critique de la domination masculine, reproduite au travers d’institutions telles que la répudiation et qui relèveraient plutôt de « la tradition » que de la religion musulmane.

            En définitive Baccar Gherib livre une démonstration convaincante de l’unité de l’œuvre de Haddad qui en fait un penseur de l’émancipation. Ce livre ouvre deux perspectives de développement. La première, dont Baccar Gherib admet bien volontiers l’importance, porte sur l’approfondissement de la contextualisation de la production et de la transmission des idées de Haddad à son époque. La seconde concerne les usages politiques actuels différenciés de sa pensée et son rapport au réformisme tunisien comme « grand récit » d’État.

Si Baccar Gherib convoque la myriade d’intellectuels dont faisait partie Haddad, en évoquant notamment l’influence qu’aurait eu le poète Abul-Kacem Chebbi sur lui, peu est dit sur les modalités concrètes de cette influence. L’on peut s’interroger sur la faisabilité d’une enquête socio-historique, permettant de mettre à jour les manières dont ces idées sont produites et véhiculées au sein de cette constellation. Quelles trajectoires sociales, politiques et biographiques ont rendu possible la convergence de ces individus engagés dans les grandes questions de l’époque ? Quels types de sociabilités ont permis ces rencontres ? Quels types d’activités, d’espaces, quelle fréquence de rencontres, de discussions et de lectures, ont contribué à la construction de ce paradigme de la « volonté de vivre », dont se sont revendiqués Tahar Haddad et ses camarades ? La réponse à ces questions nécessite des enquêtes dont la difficulté n’est certainement pas des moindres. Une autre question importante que relève Baccar Gherib lui-même, est celle du caractère improbable de la pensée « moderne » d’un intellectuel ne parlant que l’arabe et ayant reçu un enseignement zeitounien. Quels types d’enseignement, de socialisation, de dispositions et de rapport au politique ont permis à l’intellectuel unilingue qu’était Tahar Haddad (ibid., 37) d’être à la fois réceptif et producteur d’idées considérées comme « novatrices » ou « progressistes » ? En effet, « une histoire sociale des idées (politiques ou non) doit […] s’intéresser à l’ensemble de leurs producteurs et en faire une sociologie fine, sachant que leur multiplicité et leur hétérogénéité sont allées croissant au fil du temps. » (Matonti, 2012, 99).

            La seconde question, plus politique, relative à la réception contemporaine de l’œuvre du moslih, peut être posée en prolongeant l’ambition de Baccar Gherib de se situer dans les débats politiques actuels. Dès les premières pages, l’auteur relève à juste titre que l’héritage de Haddad est toujoursconvoqué dans une « bataille culturelle » qui « continue et se poursuit, bien que sous des formes différentes, avec des objectifs et des acteurs différents » (Gherib, op. cit., 15). Cependant, l’on sait toujours peu sur les appropriations politiques différenciées de l’héritage intellectuel de Haddad. Dans quelle mesure les usages politiques actuels de cette pensée s’accommodent-ils de la dichotomie « modernisme vs islamisme », à certains égards structurante du champ politique tunisien post-2011 ? Quels types de récits politiques la figure du penseur est-elle susceptible de conforter ou de contester ? Par exemple, l’on pourrait se demander si la lecture partielle de Haddad, focalisée sur l’aspect « sociétal » de sa pensée, relèverait ou pas de cet édifice discursif et politique qu’est le « réformisme » d’État (Camau, Geisser, 2003) et que Béatrice Hibou nomme « le grand récit politique tunisien » (Hibou, 2009). Ces questions appellent une sociologie fine des acteur-trice-s politiques tunisien-ne-s qui ne fait pas partie des préoccupations principales du livre. Néanmoins, celui-ci alimente incontestablement un questionnement sociologique des appropriations pratiques de la pensée de Haddad et des positionnements politiques qui les sous-tendent.

            In fine, avec ce livre, l’auteur confirme être l’un des rares historiens des idées politiques en Tunisie, travaillant avec méthode et minutie. Observateur attentif et acteur des débats intellectuels et politiques qui traversent la Tunisie contemporaine, Baccar Gherib ne fait pas fi de la profondeur historique de ces débats, ni de la genèse politiquement située des idées qui les structurent. Last but not least, on appréciera l’intérêt pour les potentialités pratiques de réflexion et d’action politiques de la part de celui qui assume être un « militant de gauche ».

[1] Tahar Haddad, 1927, Les Travailleurs tunisiens et la naissance du mouvement syndical, Tunis, réédition 1966 par la Maison tunisienne de l’édition.

Bibliographie :

  • Camau Michel, Geisser Vincent, 2003, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po.
  • Gherib Baccar, 2017, Penser la transition avec Gramsci. Tunisie (2011-2014), Tunis, Diwen Éditions.
  • Gherib Baccar, 2014, Pour une refondation de la gauche tunisienne, Tunis, Diwen Éditions.
  • Hibou Béatrice, 2009, « Le réformisme, grand récit politique de la Tunisie contemporaine », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 56-4bis, n°5,14-39.
  • Matonti Frédérique, 2012, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 59-4bis, n°5, 85-104.
Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre - décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative

Mohamed-Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique, il réalise une thèse intitulée « Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative », à l'IEP d'Aix-en-Provence - CHERPA.
Il est boursier (Bourse d'Aide à la Mobilité Internationale) de l'IRMC.

La thèse en science politique que je réalise, depuis la rentrée 2018-2019, sous la codirection de Amin Allal et Éric Gobe, vise à étudier les mondes du travail dans la Tunisie post-2011, dans un contexte marqué par une recrudescence de la conflictualité sociale. Il s’agit d’analyser, d’une part, l’articulation entre les transformations de l’organisation du travail et d’autre part, les modes de (dé)mobilisation des travailleurs. En effet, il est question d’examiner, grâce à un dispositif d’enquêtes qualitatives, ces transformations dans des espaces de travail présentant des agencements contrastés. Ainsi, mon but est d’interroger les modalités de revendication, de protestation et de décloisonnement des mobilisations au travail dans des contextes variés : des usines du secteur privé national, une unité de production travaillant pour une multinationale, un centre d’appels et le commerce parallèle au centre-ville de Tunis.

Le travail au croisement de plusieurs disciplines de recherche

Ce projet doctoral est résolument comparatif et pluridisciplinaire. Il étudie la manière dont le consentement et la contestation sont produits au sein de différents agencements de travail. Pour autant, la production et le déroulement de la protestation au travail sont un champ d’étude peu étudié par les sciences sociales en Tunisie, à l’exception de quelques travaux. Or, la centralité politique du travail apparaît au travers de la multiplication des revendications du droit à l’emploi dans les régions paupérisées du pays. Hormis les mouvements protestataires des chômeurs, le champ d’étude relatif aux conflits de travail fourmille de questionnements que ce projet doctoral entend saisir. Par ailleurs, ce travail de thèse vise à mettre en application un décloisonnement théorique et empirique entre des disciplines de recherche souvent séparées.

 À ce jour, les recherches portant sur le travail sont très spécialisées : la sociologie du travail s’intéresse à l’évolution intrinsèque de l’appareil productif tandis que la sociologie des mobilisations analyse les actions collectives ayant lieu en dehors de l’espace de travail. L’association de ces disciplines de recherche peut s’avérer épistémogène. Il s’agit de faire converger les sociologies du travail et des mobilisations au sein des mondes du travail tout en prenant la mesure de l’action publique qui y intervient. Ce décloisonnement fonde l’idée d’une sociologie politique du travail, rendant compte des formes de politisation de l’expérience de travail en dépassant la délimitation entre un « dedans » et un « dehors ».

Les espaces de travail, étudiés du point de vue des subjectivations plurielles des travailleur-se-s, seront appréhendés comme des institutions politiques engendrant la production de normes et de rapports de force.

(Re)penser la domination localement par le travail

À l’exception des travaux portant sur les situations révolutionnaires récentes et les mouvements protestataires arabes post-2011, la recherche scientifique au Maghreb est, à partir des années 1970, fortement imprégnée par les mouvements islamistes, et ce, au détriment des questions liées au travail. L’entrée par le travail permet de recentrer la focale de la question sociale en Tunisie et de poser l’hypothèse de la centralité de cette question dans les révoltes arabes de 2011.

De manière plus générale, les études sur les conflits au travail sont devenues plutôt marginales en sciences sociales. À partir des années 1990, le nouvel intérêt de la sociologie des mobilisations pour les mouvements dits « identitaires » a eu comme effet un moindre intérêt pour la « question sociale » structurée autour du travail. Pour autant, en France par exemple, certaines recherches ont étudié les transformations des formes de protestation et de représentation au travail concomitantes du tournant néolibéral du capitalisme et à l’aune des contraintes qui pèsent sur les mobilisations syndicales dans l’entreprise. D’un autre côté, les travaux sur les pays périphériques du système capitaliste, dont ceux des mondes arabes, sont encore moins nombreux. Ce projet prend à la fois acte du manque relatif de travaux sur la question dans le champ académique et du désert empirique que constituent les mondes arabes sur de telles problématiques.

Un deuxième intérêt anime ce projet doctoral. Il est relatif à la question des logiques de la domination liées aux mouvements protestataires en Tunisie. En effet, le travail consacré par Béatrice Hibou à la domination politique sous Ben Ali a laissé le champ ouvert à un questionnement sur les contre-conduites. Son analyse des dispositifs routiniers de la domination sous Ben Ali a permis de mettre au jour des dynamiques qui ont fait perdurer l’autoritarisme. Ce projet doctoral envisage ainsi de prolonger l’étude des relations de domination qui se constituent dans des champs différents, en l’occurrence celui du travail. Il est question de centrer la focale sur les contre-conduites qui seront appréhendées comme constitutives des rapports de pouvoir traversant les agencements de travail. En effet, parallèlement à l’exercice de la domination, « les contre-conduites relèvent aussi très largement de tendances plus profondes traversant la société tunisienne et se greffant sur des objets qui, au départ, ne sont pas forcément « politiques » mais peuvent le devenir par feed-back répressif » (Geisser, 2009, 221).

Ainsi, la domination au travail, revêtant des formes contrastées, sera appréhendée comme un agencement homogène de logiques d’affiliation, de normes, de subjectivités et de territoires, mais dont les différentes composantes gardent une idiosyncrasie qui les singularise.

Cas d’étude et méthodes

Ce projet doctoral étudie plusieurs agencements de travail en déployant un dispositif d’enquêtes qualitatives. Le choix s’est porté sur le commerce parallèle au centre-ville de Tunis, un centre d’appels situé dans une zone industrielle à cinq minutes de l’aéroport Tunis-Carthage, une usine de sous-traitance travaillant pour le groupe « Décathlon » et deux usines du secteur privé national pour lesquelles l’enquête a d’ores et déjà commencé depuis novembre 2018. Ces terrains sont situés dans des agencements différenciés et leur confrontation permet de comparer les différentes logiques sociales de contestation et de consentement.

L’approche qualitative s’impose pour mener les enquêtes. Il s’agit d’analyser les subjectivations politiques des travailleur-se-s, et donc de restituer des trajectoires sociales ainsi que les dispositions, les motivations et les « valeurs » qui les structurent. Les entretiens semi-directifs, l’observation et l’approche ethnographique forment donc l’ossature du dispositif d’enquêtes. L’observation sera combinée avec des entretiens semi-directifs pour rendre compte de l’expérience de travail et éventuellement – lorsqu’elle a lieu – de l’expérience protestataire.

Par ailleurs, ce projet doctoral conçoit deux entrées possibles aux terrains. La première consiste à envisager une manière d’approcher les cas d’études dans des moments de fonctionnement routinier des ordres sociaux du travail. C’est, par exemple, le cas du commerce parallèle, où l’on a déjà mené une pré-enquête afin d’identifier les processus de constitution des collectifs de travail et d’institutionnalisation de la revendication. Une deuxième manière d’ouvrir le terrain consiste à saisir les architectures sociales de la domination au travail dans des moments de protestation collective. C’est, par exemple, le cas de deux usines en périphérie du Grand Tunis dans lesquelles j’ai commencé à enquêter depuis novembre 2018, à l’occasion de l’éclatement de protestations ouvrières concomitantes de conflits judiciaires.

Pour conclure, le but de mon projet doctoral est de produire, à partir du cas tunisien, une compréhension ancrée localement, mais universalisable, sur les manières de dominer et de protester au travail aujourd’hui. Il est aussi possible de l’envisager comme une entrée à l’analyse de la question sociale en Tunisie, centrale dans les mouvements sociaux que connaît le pays depuis 2011.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25,  octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook