Archives par mot-clé : mobilisation

Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de Technoverre en Tunisie

Résumé de l'article : BEN YOUSSEF Mohamed Slim, 2019, « Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de l’usine Technoverre en Tunisie », Confluences Méditerranée, vol. 111, n° 4, 15-28. [En ligne]

Huit ans après la première situation révolutionnaire de l’hiver 2010-2011, la question sociale est toujours centrale dans les scènes protestataires tunisiennes. Or, si les mobilisations pour l’emploi public ont beaucoup gagné en visibilité après 2011, le secteur industriel privé a connu une éclosion de mouvements ouvriers moins documentés. Par-delà les revendications matérielles, ces mobilisations sous-tendent aussi des dimensions morales, liées à la rupture de pactes sociaux protecteurs. À partir de l’étude de la mobilisation des travailleurs de la verrerie Technoverre, cet article se propose de montrer la manière dont le repreneur de l’usine, en rompant les promesses de redressement et en mettant en péril l’identité professionnelle des verriers, contribue à alimenter une contestation qui défend indissociablement l’entreprise, l’emploi et le « métier ».

Une enquête qualitative, combinant entretiens biographiques et observations de terrain, a permis d’analyser la déstabilisation d’un pacte protecteur qui préside aux relations de travail dans une entreprise de verre créée au début des années 1970. S’appuyant sur une analyse configurationnelle qui inscrit l’usine dans sa trajectoire historique, cet article explique comment la remise en cause de l’ordre usinier antérieur a profondément affecté les conditions matérielles des travailleurs et les rapports de travail.

Ces transformations se sont traduites, notamment, par l’abandon de la vocation développementiste de l’entreprise au profit du gain facile, le
recours systématisé au judiciaire dans la gestion des conflits de travail et une déstabilisation du métier de « verrier ». Or, le métier, source de fierté ouvrière, est également utilisé comme ressource d’auto-légitimation face à un repreneur étranger à l’entreprise. Face à la rupture de la promesse de redressement de l’entreprise par ce nouveau patron, les travailleurs brandissent leur identité professionnelle menacée pour s’affirmer comme les vrais propriétaires (symboliques) de l’entreprise.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative

Mohamed-Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique, il réalise une thèse intitulée « Domination et protestation dans les mondes du travail tunisiens : une sociologie comparative », à l'IEP d'Aix-en-Provence - CHERPA.
Il est boursier (Bourse d'Aide à la Mobilité Internationale) de l'IRMC.

La thèse en science politique que je réalise, depuis la rentrée 2018-2019, sous la codirection de Amin Allal et Éric Gobe, vise à étudier les mondes du travail dans la Tunisie post-2011, dans un contexte marqué par une recrudescence de la conflictualité sociale. Il s’agit d’analyser, d’une part, l’articulation entre les transformations de l’organisation du travail et d’autre part, les modes de (dé)mobilisation des travailleurs. En effet, il est question d’examiner, grâce à un dispositif d’enquêtes qualitatives, ces transformations dans des espaces de travail présentant des agencements contrastés. Ainsi, mon but est d’interroger les modalités de revendication, de protestation et de décloisonnement des mobilisations au travail dans des contextes variés : des usines du secteur privé national, une unité de production travaillant pour une multinationale, un centre d’appels et le commerce parallèle au centre-ville de Tunis.

Le travail au croisement de plusieurs disciplines de recherche

Ce projet doctoral est résolument comparatif et pluridisciplinaire. Il étudie la manière dont le consentement et la contestation sont produits au sein de différents agencements de travail. Pour autant, la production et le déroulement de la protestation au travail sont un champ d’étude peu étudié par les sciences sociales en Tunisie, à l’exception de quelques travaux. Or, la centralité politique du travail apparaît au travers de la multiplication des revendications du droit à l’emploi dans les régions paupérisées du pays. Hormis les mouvements protestataires des chômeurs, le champ d’étude relatif aux conflits de travail fourmille de questionnements que ce projet doctoral entend saisir. Par ailleurs, ce travail de thèse vise à mettre en application un décloisonnement théorique et empirique entre des disciplines de recherche souvent séparées.

 À ce jour, les recherches portant sur le travail sont très spécialisées : la sociologie du travail s’intéresse à l’évolution intrinsèque de l’appareil productif tandis que la sociologie des mobilisations analyse les actions collectives ayant lieu en dehors de l’espace de travail. L’association de ces disciplines de recherche peut s’avérer épistémogène. Il s’agit de faire converger les sociologies du travail et des mobilisations au sein des mondes du travail tout en prenant la mesure de l’action publique qui y intervient. Ce décloisonnement fonde l’idée d’une sociologie politique du travail, rendant compte des formes de politisation de l’expérience de travail en dépassant la délimitation entre un « dedans » et un « dehors ».

Les espaces de travail, étudiés du point de vue des subjectivations plurielles des travailleur-se-s, seront appréhendés comme des institutions politiques engendrant la production de normes et de rapports de force.

(Re)penser la domination localement par le travail

À l’exception des travaux portant sur les situations révolutionnaires récentes et les mouvements protestataires arabes post-2011, la recherche scientifique au Maghreb est, à partir des années 1970, fortement imprégnée par les mouvements islamistes, et ce, au détriment des questions liées au travail. L’entrée par le travail permet de recentrer la focale de la question sociale en Tunisie et de poser l’hypothèse de la centralité de cette question dans les révoltes arabes de 2011.

De manière plus générale, les études sur les conflits au travail sont devenues plutôt marginales en sciences sociales. À partir des années 1990, le nouvel intérêt de la sociologie des mobilisations pour les mouvements dits « identitaires » a eu comme effet un moindre intérêt pour la « question sociale » structurée autour du travail. Pour autant, en France par exemple, certaines recherches ont étudié les transformations des formes de protestation et de représentation au travail concomitantes du tournant néolibéral du capitalisme et à l’aune des contraintes qui pèsent sur les mobilisations syndicales dans l’entreprise. D’un autre côté, les travaux sur les pays périphériques du système capitaliste, dont ceux des mondes arabes, sont encore moins nombreux. Ce projet prend à la fois acte du manque relatif de travaux sur la question dans le champ académique et du désert empirique que constituent les mondes arabes sur de telles problématiques.

Un deuxième intérêt anime ce projet doctoral. Il est relatif à la question des logiques de la domination liées aux mouvements protestataires en Tunisie. En effet, le travail consacré par Béatrice Hibou à la domination politique sous Ben Ali a laissé le champ ouvert à un questionnement sur les contre-conduites. Son analyse des dispositifs routiniers de la domination sous Ben Ali a permis de mettre au jour des dynamiques qui ont fait perdurer l’autoritarisme. Ce projet doctoral envisage ainsi de prolonger l’étude des relations de domination qui se constituent dans des champs différents, en l’occurrence celui du travail. Il est question de centrer la focale sur les contre-conduites qui seront appréhendées comme constitutives des rapports de pouvoir traversant les agencements de travail. En effet, parallèlement à l’exercice de la domination, « les contre-conduites relèvent aussi très largement de tendances plus profondes traversant la société tunisienne et se greffant sur des objets qui, au départ, ne sont pas forcément « politiques » mais peuvent le devenir par feed-back répressif » (Geisser, 2009, 221).

Ainsi, la domination au travail, revêtant des formes contrastées, sera appréhendée comme un agencement homogène de logiques d’affiliation, de normes, de subjectivités et de territoires, mais dont les différentes composantes gardent une idiosyncrasie qui les singularise.

Cas d’étude et méthodes

Ce projet doctoral étudie plusieurs agencements de travail en déployant un dispositif d’enquêtes qualitatives. Le choix s’est porté sur le commerce parallèle au centre-ville de Tunis, un centre d’appels situé dans une zone industrielle à cinq minutes de l’aéroport Tunis-Carthage, une usine de sous-traitance travaillant pour le groupe « Décathlon » et deux usines du secteur privé national pour lesquelles l’enquête a d’ores et déjà commencé depuis novembre 2018. Ces terrains sont situés dans des agencements différenciés et leur confrontation permet de comparer les différentes logiques sociales de contestation et de consentement.

L’approche qualitative s’impose pour mener les enquêtes. Il s’agit d’analyser les subjectivations politiques des travailleur-se-s, et donc de restituer des trajectoires sociales ainsi que les dispositions, les motivations et les « valeurs » qui les structurent. Les entretiens semi-directifs, l’observation et l’approche ethnographique forment donc l’ossature du dispositif d’enquêtes. L’observation sera combinée avec des entretiens semi-directifs pour rendre compte de l’expérience de travail et éventuellement – lorsqu’elle a lieu – de l’expérience protestataire.

Par ailleurs, ce projet doctoral conçoit deux entrées possibles aux terrains. La première consiste à envisager une manière d’approcher les cas d’études dans des moments de fonctionnement routinier des ordres sociaux du travail. C’est, par exemple, le cas du commerce parallèle, où l’on a déjà mené une pré-enquête afin d’identifier les processus de constitution des collectifs de travail et d’institutionnalisation de la revendication. Une deuxième manière d’ouvrir le terrain consiste à saisir les architectures sociales de la domination au travail dans des moments de protestation collective. C’est, par exemple, le cas de deux usines en périphérie du Grand Tunis dans lesquelles j’ai commencé à enquêter depuis novembre 2018, à l’occasion de l’éclatement de protestations ouvrières concomitantes de conflits judiciaires.

Pour conclure, le but de mon projet doctoral est de produire, à partir du cas tunisien, une compréhension ancrée localement, mais universalisable, sur les manières de dominer et de protester au travail aujourd’hui. Il est aussi possible de l’envisager comme une entrée à l’analyse de la question sociale en Tunisie, centrale dans les mouvements sociaux que connaît le pays depuis 2011.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25,  octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ?

Mohamed Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique rattaché à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Ses recherches portent sur les mobilisations au travail en Tunisie après le soulèvement de 2011.

Le confinement général que vit la Tunisie face à la pandémie du coronavirus, et qui vient d’être prolongé jusqu’au 3 mai, accentue dans la population les inégalités face au coût social d’une telle situation. Mais il fait également émerger des modes de résistance de la part des salariés et des précaires.

Officiellement, la pandémie se déclare en Tunisie le 2 mars 2020. Une série de mesures est prise pour freiner la propagation du coronavirus. Le 20 mars, le président Kaïs Saïed annonce un confinement général accompagné de l’interdiction des déplacements entre les villes. Cette décision suppose la capacité, pourtant inégalement distribuée, d’en supporter le coût, et cette capacité risque de faire défaut lorsqu’on (sur)vit par son travail. Si le recours au télétravail a été possible dans certains secteurs, il est loin d’être généralisable dans un pays où une grande partie de la population active est précaire.

Lors d’une allocution télévisée le 21 mars, le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh annonce un dispositif de mesures sociales ayant trois objectifs : le premier est de ne laisser aucun Tunisien dans le besoin, le deuxième de ne perdre aucun emploi, et le troisième de ne voir disparaître aucune entreprise économique, et d’en préparer la relance une fois cette crise révolue.

LES TRAVAILLEURS DU SYSTÈME INFORMEL EXCLUS

Les mesures annoncées incluent une ligne de financement de 300 millions de dinars (96 millions d’euros) pour les travailleurs mis au chômage technique, de 150 millions de dinars (48 millions d’euros) à des aides sociales pour les couches précaires et à faible revenu, et le report du remboursement des crédits bancaires pour les salariés dont le revenu ne dépasse pas 1 000 dinars (319 euros).

Ce dispositif a certes été complété et élargi par la suite, notamment par l’augmentation des budgets alloués. Lors d’un entretien télévisé diffusé en direct le 19 avril, le chef du gouvernement a annoncé une deuxième vague d’aides financières à l’adresse des familles et des retraités les plus démunis, à l’occasion du ramadan (qui commencera le 23 ou le 24 avril). Pour autant, ces mesures demeurent insuffisantes. Ainsi, Leyla Riahi, membre du groupe de travail pour la souveraineté alimentaire en pointe le caractère inégalitaire sur les réseaux sociaux. Il en va ainsi notamment de l’exclusion de pans entiers de la population active, dont les travailleurs du secteur informel, c’est-à-dire plus de la moitié de l’économie tunisienne, les journaliers, les intérimaires et les salariés sous le régime du contrat d’initiation à la vie professionnelle (CIVP).

Ces catégories sont d’autant plus marginalisées qu’elles peinent parfois à se faire reconnaître comme telles par l’administration publique. En effet, nombreuses sont les personnes sans revenu stable qui ne sont pas recensées par les autorités, peinant donc à prouver leur statut de précaires au moment où elles demandent les subventions. Des reportages télévisés montrent des foules compactes dans leur quête des aides étatiques, se perdant dans le dédale administratif tunisien. Sur l’une de ces vidéos, une femme déplore : « Concernant le formulaire, je vais aux affaires sociales qui me renvoient à la délégation, qui encore me renvoie au cheikh… Chez le cheikh, rien ! Et entre temps, nous, on meurt de faim ! »

Autre problème, la pénurie des produits alimentaires de première nécessité. Les raisons de cette pénurie ne se réduisent pas à des achats compulsifs concomitants de la panique observée partout dans le monde. En Tunisie, la spéculation est aussi une cause importante de ce problème. Dans son allocution du 21 mars, Fakhfakh a ainsi annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre des spéculateurs, qualifiés de « criminels de guerre » dans la terminologie officielle.

Pour autant, la solution pénale, seule, n’est pas à la hauteur de l’enjeu. La distribution de la semoule et d’autres biens d’importance vitale demeure largement inégalitaire. En effet, si les grandes villes littorales, notamment Tunis, connaissent un approvisionnement alimentaire plus ou moins normal, c’est loin d’être le cas pour les agglomérations, quartiers et bourgs périphériques, aux marges du circuit d’approvisionnement. Dans les régions paupérisées, des scènes filmées en vidéo et relayées par les réseaux sociaux révèlent au grand jour la misère sociale d’une population qui peine à se ravitailler. On y voit des habitants des quartiers populaires et des territoires périphériques du centre ouest du pays en foules compactes, se bousculant pour récupérer de la semoule. Dans les bourgs frontaliers du nord-ouest, dépendants du circuit d’approvisionnement des villes voisines, l’isolement imposé par la restriction des déplacements s’est traduit par un manque de denrées alimentaires, ce qui a motivé des mouvements protestataires. Au moment où le Liban connaît des « protestations de la faim », des dizaines de citoyens contestent collectivement les pénuries alimentaires dans le quartier populaire de Hay Intilaka à Tunis.

« NOS VIES VALENT MIEUX QUE LEURS PROFITS »

Parmi les salariés, l’application des mesures de confinement est problématique. En effet, à l’annonce du confinement total, le gouvernement a décidé la suspension de toutes les activités « non essentielles ». « 1,5 million de Tunisiens travaillera pour les 10 millions restants », avait alors déclaré Fakhfakh. Pour autant, des milliers de salariés de secteurs pourtant « non essentiels » se trouvent contraints de continuer à se rendre sur leur lieu de travail. Bravant les mesures de confinement annoncées, trop nombreuses sont les entreprises à avoir imposé à leurs employés la continuation de la production, moyennant des menaces de non-versement des salaires, voire de licenciement. C’est le cas de nombreux centres d’appels : des milliers de téléconseillers sont invités à maintenir leur présence dans les lieux de travail. Car, si certains grands centres ont pu, en accord avec les syndicats, mettre en place un dispositif de télétravail, d’autres ont continué à exiger la présence de leurs salariés.

Ces entreprises offshore, dont les services sont destinés très majoritairement au marché français, bénéficient d’une politique fiscale très avantageuse et de la plus-value que génère une main d’œuvre qualifiée et beaucoup moins coûteuse qu’en Europe. Employant plus de 30 000 personnes, ce secteur symptomatique de l’extraversion de l’économie tunisienne demeure pourtant faiblement syndiqué. En exigeant de leurs « téléconseillers » qu’ils continuent à assurer la sous-traitance du service après-vente et de l’assistance technique pour des marchés non tunisiens, ces entreprises bravent les mesures de confinement sans vraiment répondre à des besoins internes.

D’autres entreprises du secteur industriel privé, comme des biscuiteries, des usines de sous-traitance, et des filiales-ateliers de multinationales, notamment de l’industrie automobile tentent également d’imposer le maintien de leur routine productive.

Face à ces injonctions au travail, une résistance est tant bien que mal organisée par ces travailleurs et leurs représentants syndicaux sur les réseaux sociaux. Dans un communiqué de l’alliance syndicale internationale des centres d’appels dont l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) est cosignataire, le slogan « Nos vies valent mieux que leurs profits » est érigé en titre. Ali Ourak, le secrétaire général de la fédération générale de la technologie de l’information et des services de l’UGTT combat ces pratiques dans les centres d’appels.

LE PATRONAT CONTESTÉ

Alternant négociation, dénonciation publique des entreprises contrevenantes et appels à intervention au gouvernement, cette lutte a jusqu’ici réussi, non sans difficulté, à imposer le confinement à certains centres initialement récalcitrants. Les salariés de ce secteur ont, de leur côté, créé un groupe Facebook sur lequel on relaie, dévoile et dénonce les entreprises qui bravent le confinement total. Plus largement, la page Balance ton covid patronal créée par un groupe de syndicalistes et de militants de la société civile relaie les témoignages de travailleurs en proie aux intimidations, appels à la délation et menaces de licenciement de leur hiérarchie.

Dans une audition parlement datant du 17 mars, le ministre des finances Mohamed Nizar Yaiche annonce des déductions fiscales pour les entreprises privées contributrices au fonds 1818 créé pour faire face à la crise sanitaire. Or, la contribution de ces entreprises a été largement considérée comme modeste, de l’aveu même du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh, au vu de ce que peuvent les grandes fortunes du pays. Dans son allocution du 21 mars, il a envisagé des « mesures unilatérales » à l’égard des grandes entreprises nationales qui se montrent peu généreuses dans la crise. À ce jour, l’acte n’a pas encore rejoint la parole.

De son côté, Samir Majoul, chef de l’organisation patronale du pays, se montre « préoccupé » par ce qu’il appelle « une phase de pré-nationalisation ». Le 25 mars, il déclare sur une chaîné télévisée privée que les entreprises ne peuvent pas payer à la fois les salaires, les impôts et les cotisations sociales. Le 15 avril, l’organisation patronale revient sur un accord signé la veille avec l’UGTT, garantissant le versement des salaires du mois d’avril pour les salariés du secteur privé. Dans un communiqué publié en cette date, l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) s’est attiré les foudres des syndicalistes et de plusieurs militant.es sur les réseaux sociaux en déclarant être seulement disposée à transformer l’arrêt de travail imposé par le confinement en congé payé.

Or, depuis le début de cette crise sanitaire, les prises de position publiques du patronat ont été fortement contestées. Walid Besbes, contributeur du blog indépendant Nawaat, pointe, dans un article publié le 3 avril, la faiblesse de la contribution économique et fiscale du secteur privé. La captation de la valeur ajoutée du pays par quelques banques et entreprises privées, de fait en situation d’oligopole sous la coupe d’une minorité richissime, est ainsi fortement contestée.

Cette contestation vient même « d’en haut ». En marge de la réunion du conseil de sécurité nationale du 31 mars, le président de la République prononce un discours où il appelle le gouvernement à « prendre l’argent là où il est ». Rappelant des mesures de redistribution qu’il avait proposées lors de sa campagne électorale, Kaïs Saïd préconise de faire une liste des hommes d’affaires les plus corrompus en les obligeant à financer des projets d’infrastructure dans les régions les plus lésées.

UN « MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT » DANS L’IMPASSE

Sur un autre plan, le spectre des répercussions socio-économiques de la crise sanitaire hante le débat politique tunisien dès les premières mesures de confinement. Pour le gouvernement comme pour ses opposants, le coronavirus révèle les dysfonctionnements du « modèle de développement », et des services publics fortement détériorés sous l’effet des politiques austéritaires imposées par les bailleurs de fonds internationaux. Néanmoins, la manière d’aborder cette situation est politiquement différenciée. Dans son audition au parlement, le ministre des finances avait souligné l’importance de la crise financière du pays, aggravée selon lui par la baisse anticipée des recettes fiscales et les dépenses exceptionnelles imposées par la situation sanitaire. Et il avait insisté sur la nécessité impérieuse de réformes structurelles : réforme de la méthode comptable des dépenses publiques, restructuration des entreprises publiques déficitaires, intégration du secteur informel.

Au même moment, des propositions alternatives ont été formulées, notamment à gauche. Il en va ainsi pour Hamma Hammami, figure historique de la gauche radicale. Dans une lettre ouverte au président de la République, il propose une série de mesures économiques, dont un impôt exceptionnel sur les grands bénéfices, un moratoire sur la dette publique extérieure et la suspension du transfert des bénéfices annuelles des entreprises étrangères établies sur le territoire tunisien.

Par ailleurs, dans un article paru le 7 avril sur Nawaat, Layla Riahi préconise des mesures qu’elle considère comme les « piliers d’une économie souveraine ». La mise en place d’une telle économie passerait notamment par la pleine reconnaissance de l’économie « informelle » et son intégration dans le système de sécurité sociale du pays, mais aussi par le sauvetage du secteur agricole. Selon elle, « soutenir la production revient opérationnellement à libérer de la trésorerie pour les producteurs par un moratoire sur les dettes agricoles et auprès de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), (particulièrement les Groupements de développement agricole), à revoir le prix des céréales et à fixer les prix des produits frais au niveau de l’exploitation, en garantissant une marge suffisante au producteur et enfin, à revoir la stratégie d’encouragement à l’investissement en misant sur le marché local et l’agriculture vivrière. »

En attendant, quoique l’action publique ait été plutôt préventive et jusque-là plutôt réussie dans la lutte contre la propagation du Covid-19 (879 cas confirmés et 38 décès au 19 avril), elle aura à affronter des contraintes plus importantes dans les semaines qui viennent. Or, la mobilisation des ressources matérielles nécessaires pour y faire face demande beaucoup plus que du volontarisme étatique. Au bout d’un moment, il va falloir faire des choix politiques tranchés, notamment sur les questions de la redistribution et de la dette publique.

Article initialement publié sur Orient XXI le 21 avril 2020 : https://orientxxi.info/magazine/tunisie-qui-paie-le-prix-du-coronavirus,3784

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local

Photographie de l’auteure

Depuis la chute du régime de Zine Al- Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, on assiste à une libéralisation des droits civils et politiques, qui a engendré un tissu associatif très dynamique dans le territoire tunisien. En effet la nouvelle loi de 2011 sur la création des associations (Décret-loi 88) a permis la simplification des modalités administratives, en rendant effectif le régime de la déclaration comme fondement d’existence de l’association. Durant l’année 2011, la Tunisie enregistre la création de près de 2000 nouvelles associations dont environ 700 après les élections du 23 octobre 2011, alors qu’elle en comptait 9600 en 2010 (IFEDA). Il s’agit là d’un véritable boom associatif.

Après la chute du régime le concept de « société civile » fait irruption dans une scène sociopolitique renouvelée, où les associations locales sont devenues les acteurs principaux au coeur du processus de transition. Ainsi elles s’emparent de tous les sujets qui suscitent le débat dans la Tunisie post-révolutionnaire : droits humains, égalité de genre, démocratie et citoyenneté, liberté d’expression, développement social et solidarité, action humanitaire, développement local, protection de l’environnement et développement durable, transparence et lutte contre la corruption, bonne gouvernance, etc. Dans ce contexte de vibrante dynamique associative, on peut considérer la Tunisie comme un intéressant laboratoire social. Il s’agit de s’interroger sur la capacité des associations tunisiennes à s’organiser dans l’espace public pour contribuer au développement social dans la phase de la  transition démocratique.

© theguardian.com (Photographe : Sondos Belhassen)

L’effervescence associative a, à son tour, généré des nouvelles opportunités internationales, soit à travers une pénétration massive des acteurs internationaux (l’action des bailleurs de fonds de soutien à la société civile), soit à travers une facilitation de la coopération transnationale entre différentes associations (partenariats). La question de la dimension internationale, lorsque l’on s’intéresse à un contexte local, est l’objet de nombreux débats. La majorité des travaux académiques sur les rapports entre acteurs locaux et internationaux (development studies) s’est souvent concentrée sur les dimensions plutôt techniques de ces rapports, en en minimisant les conséquences sociales à l’échelle locale. La théorie des mouvements sociaux, de son coté, a rarement pris en compte l’importance des liens avec l’international dans la définition de l’activisme local.

Notre analyse cherche à combler ce manque en partant d’une littérature qui pose l’accent sur le risque de créer une forme de dépendance des acteurs locaux à l’international, pouvant causer à son tour une atomisation et une fragmentation de la scène associative. Les bailleurs de fonds classiques ont ainsi une approche plutôt sélective qui pose des barrières pour les associations qui ne possèdent pas l’expertise nécessaire pour répondre aux appels d’offre, en aggravant les inégalités socio-économiques du tissu social. De plus, en Tunisie, le clivage entre moderniste et associations à référence religieuse présent au sein de la société civile locale, peut être accentué par l’approche sélective de bailleurs de fonds dans leurs choix des bénéficiaires. Notre recherche tente d’approfondir les différents types des liens internationaux établis par les associations, avec l’objectif de vérifier s’il y a des variations au niveau local par rapport au type d’engagement international. Cette approche permettrait d’éviter une analyse strictement verticale en considérant aussi les stratégies de partenariat international des associations locales.

Dans ce cadre, notre recherche tente d’étudier le processus de construction de la société civile post-révolutionnaire dans le contexte d’interactions renouvelées avec l’international. Ce processus de construction et d’interaction est à l’origine de l’émergence d’une diversification des formes d’activisme social local. Ainsi, l’objectif spécifique est de caractériser la nouvelle société civile locale et de cerner la dynamique de diversification sociale de celle-ci. L’hypothèse de travail est que le type d’interaction avec l’international est à l’origine de la différentiation sociale de l’activisme. Pour cela on cherchera à comprendre la diversité des liens à l’international des associations. Quel est le rapport entre l’intégration internationale et l’activisme social local ? Cette question est particulièrement importante à partir de 2011, avec la prolifération du nombre des associations à référence religieuse, qui ont la réputation d’avoir un fort ancrage social. Ainsi, se pose la question de la spécificité islamique dans le lien entre la dimension internationale et la forme d’activisme social. La réalité même de cette catégorisation reste à démontrer.

Pour répondre à ces questions de recherche il faut donner une définition claire des deux variables qu’on tentera de cerner : intégration internationale et activisme local. Plus spécifiquement, pour « intégration internationale » nous considérons les interactions entre les acteurs internationaux et associatifs locaux.

Ainsi nous avons identifié des sous-catégories. Les acteurs locaux peuvent simplement communiquer avec des organisations internationales ; recevoir des ressources matérielles dans le cadre d’une stratégie d’intervention des bailleurs de fonds ; recevoir des ressources immatérielles, comme des cycles de formation et d’autre type d’informations ; être engagés directement dans de partenariats internationaux.

Pour activisme local nous considérons les activités des associations pour contribuer au développement social. Nous avons saisi trois indicateurs : participation, en tant que capacité de mobilisation ; capacité d’établir des partenariats avec d’autres associations locales qui travaillent dans le même domaine ; types d’activités. Pour chaque critère nous vérifierons s’il y a une spécificité par rapport aux associations à référence religieuse. Pour analyser ces deux dimensions (intégration international et activisme local) nous nous appuierons sur une série d’enquêtes (entretiens semidirectifs) au niveau des associations locales dans trois terrains : Tunis, Sfax, Médenine. Une première analyse des résultats montre une grande diversité des pratiques associatives et l’importance de replacer les associations comme les acteurs clés dans le processus de transition démocratique.

Ester SIGILLÒ

est doctorante à l’Institut des sciences humaines et sociales, Scuola Normale Superiore, et doctorante associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Ester SIGILLÒ, « La société civile tunisienne postrévolutionnaire : un chemin tortueux entre intégration internationale et activisme local», Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1975.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’indépendance de la justice dans la construction constitutionnelle tunisienne post-révolutionnaire : Mobilisations collectives et externalités

JDS1Le système juridictionnel en Tunisie a joué un rôle historique central à la fois comme instrument de l’autoritarisme et comme foyer de la résistance au régime autoritaire. En effet, le régime de Ben Ali s’appuyait sur le système juridictionnel pour réprimer la contestation au régime. C’est ainsi que les opposants, qu’ils appartiennent aux courants de la gauche ou plutôt aux courants islamistes, ont été les victimes de procès inéquitables. Pour ce faire, le régime avait la main mise sur la magistrature, notamment par le biais de la nomination et de l’affectation des magistrats. Les magistrats récalcitrants aux ordres du pouvoir politique ont été victimes d’affectations et de nominations peu avantageuses en guise de représailles. Ainsi donc, toute l’opposition démocratique a été victime de l’instrumentalisation du système judiciaire par le pouvoir politique, c’est à dire du manque d’indépendance de la justice. En outre, c’est au sein du corps des juristes que se trouvait l’un des foyers permanents de résistance au régime Ben Ali, à travers notamment les organisations des avocats et le tribunal administratif. Les avocats depuis la période coloniale constituaient un rempart pour la défense des libertés publiques. Quant au tribunal administratif, il n’hésitait pas à casser des décisions de l’exécutif ou de l’administration pour abus ou excès de pouvoir.

De ce fait, on pourrait raisonnablement penser que la réforme du système judiciaire, et partant l’indépendance de la justice, fait chorus entre la classe politique qui a émergé à la suite des élections du 23 octobre 2011 et le corps des juristes. Bien au contraire, les batailles sur l’indépendance de la justice à l’intérieur de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) et en dehors sont parmi les plus rudes de la période transitoire. Qu’est-ce qui explique ce paradoxe ? Cette interrogation est à la base du travail de recherche que nous avons conduit en Tunisie entre les mois de mars et septembre 2014.

1a79f2714a87c14c87ff57a7b503e8ff1bccb8bf
Manifestation de magistrats pour réclamer leur indépendance ! 15 janvier 2014 – Tunis. Crédit photo – AFP/ © Fethi Belaid

Ce paradoxe nous conduit à penser l’indétermination de la trajectoire du changement politique en Tunisie depuis le 14 janvier 2011, date de la fuite de l’ex- président Ben Ali. À partir de là, ce travail s’inscrit dans les études dites de la transitologie, ce « large processus permettant de sortir pacifiquement d’un régime autoritaire » (Frégosi, 2011). Plus précisément, il se nourrit de l’approche de la fluidité de la conjoncture politique proposée par Michel Dobry pour l’analyse de la crise politique et appliquée à l’étude des transitions de régime par Richard Banégas. De sorte que pour nous, si tout le monde s’accorde à dire que durant les premières semaines après la chute du régime Ben Ali la trajectoire de ce changement de régime n’était pas donnée d’avance, nous postulons qu’elle ne l’était pas davantage durant l’ensemble du processus constituant. Les dispositions constitutionnelles sur l’indépendance de la justice servent à cet égard de fil rouge pour rendre compte de l’incertitude de cette trajectoire et de la fluidité politique qui y est associée.

Il faut dire qu’à partir de l’observation du cas de la République du Bénin, Richard Banégas a théorisé une analyse des transformations des régimes de l’autoritaire au démocratique, basée sur la fluidité politique des transitions. Il puise concomitamment dans la littérature de la sociologie des crises de Michel Dobry et dans « l’approche par le bas » de Jean-François Bayart. Il observe que les opportunités et contraintes qui favorisent, ou limitent la crise politique, s’analysent également au sein du processus de transition lui-même, les acteurs n’étant pas seulement soumis à l’héritage des structures et plus largement de la société. Il tente de comprendre comment s’opèrent concrètement les changements de régimes autoritaires. D’après lui, sous l’effet des mobilisations multisectorielles, les structures et les rapports sociaux se modifient constamment, créant une conjoncture de fluidité politique à l’intérieur de laquelle les acteurs manœuvrent. Les acteurs vont chercher dans ce contexte à accroître leurs ressources afin de construire la légitimité qui leur permettra de gérer la transition à moyen et long terme. Ils vont alors chercher à réduire « la fluidité politique des transitions, à gérer l’incertitude » par divers mécanismes qui peuvent être tantôt l’adoption d’une nouvelle constitution, tantôt la mise en place d’un gouvernement de transition ou tout autre dispositif. Deux grands moments de cette transition peuvent être observés. Le premier est le mouvement de désectorisation. Durant cette phase, le conflit initial se propage au- delà du secteur au sein duquel il est né. Les imaginaires vont être mobilisés pour créer des identités valorisantes légitimes, propres à capter les ressources symboliques susceptibles de permettre l’enrôlement de clientèles dans plusieurs champs sociaux. Ce mouvement concerne tant les acteurs que les structures. Ces dernières, loin d’être données une fois pour toute, se modifient continuellement sous l’effet des dynamiques à l’œuvre dans la société. Plus tard, pour normaliser et surtout contrôler le processus, des acteurs centraux vont œuvrer à re-sectoriser la crise politique en repositionnant les luttes dans les arènes légitimes.

C’est pourquoi nous nous efforçons de retracer à grands traits la généalogie du processus constituant en Tunisie. Il en ressort que le processus est passé d’une démarche de révision constitutionnelle pilotée par un comité d’experts appartenant à l’élite tunisienne, à une assemblée constituante originaire dont les membres sont en grande majorité extérieurs à cette élite. Pour aller de l’une à l’autre, il aura fallu les mobilisations de Kasbah I et Kasbah II, véritables coups des acteurs politiques et associatifs, tout comme une série d’autres dynamiques. En bref, il ressort que la mise en place de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC) est un produit de la fluidité de la conjoncture politique en Tunisie post-Ben Ali en même temps qu’elle en constitue une séquence.

Une fois l’ANC élue, celle-ci a eu pour mission prioritaire de doter la Tunisie d’une nouvelle constitution. S’il est vrai que le texte constitutionnel s’écrit au sein de l’Assemblée Nationale Constituante, il est également le résultat d’une trame beaucoup plus large dont les éléments proviennent des mobilisations collectives nationales, des apports d’acteurs internationaux, d’enjeux géopolitiques, de groupes de pression, de l’habilité des acteurs, du poids des structures antérieures à l’ouverture de la crise, du poids de la mémoire ou encore des effets d’anticipation d’un certain nombre d’acteurs.

À travers le rôle des organisations de magistrats, nous tentons de montrer comment des acteurs ont fait sortir l’élaboration constitutionnelle en dehors de l’ANC. La puissante Association des magistrats tunisiens (AMT) et sa charismatique leader, Khaltoum Kennou, ont ainsi participé d’un mouvement de désectorisation, car ce qui pouvait paraître une affaire de spécialistes est devenu très vite un débat de société. Ce travail d’insertion des débats sur l’indépendance de la justice a été si fort que la figure de ce combat a acquis une légitimité et une stature qui lui permettent aujourd’hui d’être candidate pour l’élection présidentielle en cours. Ces mouvements de désectorisation étaient observables durant les manifestations de Kasbah 2 qui réclamaient l’élection d’une assemblée nationale constituante. Ils ont également été observables lors des sit-in du Bardo où s’exprimaient pêle-mêle les revendications sur l’indépendance de la justice, le caractère civil de l’État, les droits des femmes et d’autres revendications démocratiques. Les rivalités entre l’AMT et le Syndicat des magistrats tunisiens (SMT) montrent que les acteurs ont conscience des enjeux et de l’opportunité d’influer sur la trajectoire du changement qui est en cours. Nous assistons donc ainsi à une transformation des organismes de représentation de la magistrature qui correspond aussi à certains égards à une mise en concurrence des intérêts et des agendas.

Il ressort aussi que le gouvernement Ennahdha a fait alliance avec un appareil bureaucratique qui lui a longtemps été hostile pour régler des comptes avec une partie de cet appareil. C’est ce qu’a fait le ministre de la justice, Noureddine Bhiri, qui a radié des magistrats et cherché à mettre en place son système avec l’aide d’un Conseil supérieur de la magistrature (CSM) qui était composé de magistrats qui leur étaient farouchement hostiles durant l’ère Ben Ali. En d’autres termes, une partie du ministère de la Justice impliqué dans le régime Ben Ali a sacrifié une autre partie tout aussi impliquée pour garantir sa survie. Cette recomposition des alliances s’est observée aussi dans le caractère conflictuel des rapports entre Ennahdha et des organisations non gouvernementales de défense des libertés ou le tribunal administratif qui constituaient avant la chute de l’ancien régime des recours face à ce dernier.

En outre, l’ANC est soumise à tout ce qui se passe en dehors, souvent hors des frontières. Les rapports de force sont tout le temps fragiles. Il y a une permanente négociation. À cet égard, on observe, à faible ou grande amplitude selon les moments, le vaste mouvement de la fluidité politique et de mobilité au sein même de chaque commission de l’ANC. L’un des indices les plus simples à observer est le changement d’étiquette politique de plusieurs députés et la perpétuelle reconfiguration des groupes parlementaires et des alliances politiques.

Enfin, les acteurs internationaux ont joué un rôle central dans l’intégration du droit démocratique dans le texte constitutionnel tunisien. Cela était observable par le nombre d’agences et d’organisations internationales qui sont intervenus en Tunisie, ainsi que sur la grande quantité d’initiatives et de projets en Tunisie entre 2011 et 2014 et qui avaient pour objet l’écriture constitutionnelle. Les experts internationaux ont été reçus dans toutes les commissions et leurs avis ont été mobilisés par l’ensemble des acteurs sur tous les sujets. Sur l’indépendance de la justice notamment, tous les députés interrogés invoquent tel argumentaire de tel expert pour soutenir sa position ou pour critiquer celle d’un adversaire.

Il serait cependant erroné de penser que le droit démocratique, ou si l’on préfère la norme démocratique, a été importé en Tunisie à la faveur du processus de démocratisation ouvert par la chute du régime de Ben Ali. À l’interface de l’international et du national, se situent des acteurs de transfert. Ces médiateurs appartiennent le plus souvent, simultanément ou tour à tour, au monde scientifique, à la catégorie des experts internationaux et à l’appareil politico- administratif. La « multipositionnalité » de ces médiateurs – à l’image de Fadhel Moussa, Yadh Ben Achour, Kalthoum Kennou – renforce leur position dans les deux sphères. Ces médiateurs sont assez souvent au centre de communautés épistémiques internationales. Nous pensons que l’une des pistes intéressantes pour prolonger ce travail de recherche serait d’étudier la circulation de ces normes internationales en matière d’indépendance de la justice, et plus généralement des normes démocratiques durant cette phase de changement de régime en Tunisie.

Joseph Désiré SOM I

est diplômé d’une licence d’économie à l’Université  de Douala (Cameroun), étudiant en Master sociologie politique à l’Université Lyon 2 sous la direction de David Garibay. Il a été Boursier BMD en juin 2014 et est actuellement en accueil à l’IRMC. Contact : som1desire@gmail.com.

Publié en décembre 2014 dans la Lettre de l’IRMC n°14

Pour citer ce billet : Joseph Désiré Som I, « L’indépendance de la justice dans la construction constitutionnelle tunisienne post-révolutionnaire : Mobilisations collectives et externalités », Le Carnet de l’IRMC, 8 janvier 2015. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1731.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques

3Projet GDRI « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques« , labellisé par le CNRS porté par l’IRMC (USR 3077) et le CERLIS (Université Paris 5), sous la responsabilité de Sihem Najar et Pierre-Noël Denieuil. Pays des participants : Tunisie, Algérie, Maroc, France, Espagne. Champs disciplinaires : sciences de l’information et de la communication, sociologie, psychologie, économie, marketing.

Compte-rendu de la réunion du 21-22 juin 2013.

L’objectif de cette réunion visait une première prise de contacts entre les membres de l’équipe constituée lors de l’appel à candidature, puis d’autres membres cooptés depuis,  et un état des lieux des potentialités et des actions projetées pour les années à venir.

– Ont été d’abord rappelés les objectifs généraux du GDRI, sur les points suivants : 1. Initier un réseau de recherche interdisciplinaire transméditerranéen qui croise des institutions et des approches différentes (constituer pendant 4 ans une sorte de laboratoire de recherche  sans murs). 2. Permettre au travers de ce réseau l’échange des connaissances et des expériences. 3. Développer une analyse comparative des usages sociaux des nouveaux médias dans la région méditerranéenne.

– Ont été présentés ensuite les trois ouvrages issus du programme de recherche dirigé par Sihem Najar à l’IRMC, qui est à l’origine du présent GDRI. Ils constituent une trilogie parue aux éditions Karthala/IRMC en 2012 et 2013 : 1. Les nouvelles sociabilités du Net en Méditerranée. 2. Le cyberactivisme au Maghreb et dans le monde arabe. 3. Les réseaux sociaux sur Internet à l’heure des transitions démocratiques.

I. Thèmes prioritaires. Après un tour de table de présentation des équipes et des chercheurs, ont été discutées les thématiques prioritaires et les thèmes fédérateurs pour les prochaines rencontres. Ces thèmes devant se situer dans l’un des 4 axes définis lors du projet de candidature, à savoir :

            Axe 1. Les transformations des liens sociaux en Méditerranée à l’ère des TIC.

            Axe 2. Le processus communicationnel et l’interactivité concepteurs – usagers.

            Axe 3. Le cyberactivisme et les mouvements sociaux en ligne.

            Axe 4. La dimension linguistique dans les échanges établis grâce aux TIC

Les propositions des membres se résument en trois thématiques principales, sur lesquelles pourront s’articuler des sous-thématiques spécifiques. Ces thématiques énoncées ci-dessous ont été développées par le groupe et seront reprises dans l’argumentaire ci-joint pour les journées d’Oran.

1. Repenser l’espace temps du global au local. Incluant les questions de mondialisation des liens et des biens culturels, de liberté/surveillance, et de marchés globaux/espaces locaux.

2. La question des usages (appropriation, représentations…). Incluant les thématiques de la relation technologie/société, des pratiques discursives, des interactions concepteurs/usagers et de l’innovation.

3. Mobilisation des TIC et de l’action dans l’espace public  (politique). Incluant les thématiques des rapports industries culturelles/champ sociopolitique, des usages professionnels et du journalisme, des médias face au pouvoir politique.

Question transversale aux trois thématiques : On a tout d’abord évoqué la nécessité d’organiser des workshops thématiques dans le cadre du GDRI. Constituer des équipes de travail restreintes en binômes ou tripartites, liées aux problématiques et interrogeant les avancées des uns et des autres. Ces workshops alterneraient avec les séances plénières et permettraient de questionner la méthodologie et les modalités de l’approche comparative.

Questions abordées : Méthodes et objets  de recherche. Les bons outils d’observation et la construction d’un appareillage adapté. Quelles différentes méthodes en sciences sociales, appropriées pour aborder les objets numériques multiples, leurs concepts spécifiques et transversaux ?

Autre considération : Il ne faut pas que ce GDRI soit une simple juxtaposition de travaux, de terrains, de points de vue ou de méthodologies mais plutôt une véritable comparaison et un croisement des différents travaux menés. Il faut créer des zones de frontières pour que tout le monde puisse y participer.

II. Les activités du GDRI en programmation. On a évoqué la nécessité de rendre visibles et publics les travaux du GDRI par la création d’un outil de communication pouvant permettre aux membres d’échanger les informations, les documents et les points de vue relatifs à leurs travaux (Google drive, hypotheses.org, Facebook ou autres plateformes). Par ailleurs cet espace peut être ouvert aux publics externes souhaitant suivre nos activités. Abdel Benchenna se propose de prendre en charge la mise en place de cette plateforme avant la fin de septembre.

1. La prochaine activité du GDRI a été présentée par Chirine Ben Abdallah (doctorante). La journée d’études en question s’est tenue à l’IRMC le 28 juin 2013 sur : Transformations sociopolitiques et médias au Maghreb. Les nouveaux paysages télévisuels en Tunisie et les défis du passage à la démocratie. Elle sera suivie par une deuxième journée d’étude à Paris au troisième trimestre 2014. Une publication est envisagée.

2. La rencontre d’Oran. Par la suite ont été discutés les points concernant la prochaine rencontre d’Oran et le calendrier GDRI 2014-2016. Comité d’organisation : Pierre-Noël Denieuil, Aïda Fitouri, Mustapha Medjahdi, Vincent Meyer, Sihem Najar et Zeineb Touati. La date du 24-25 novembre 2013 a été retenue. Le thème de la rencontre intègrera les trois axes proposés ci-dessus et sera intitulé : Communication et recomposition des liens sociaux à l’heure des TIC. Chaque intervention sera commentée par un discutant qui insistera notamment sur la question méthodologique. On pourrait prévoir au milieu du séminaire une séance ou table ronde Workshop sur la méthodologie. 2 ou 3 intervenants extérieurs, susceptibles à terme de rejoindre le GDRI, pourraient être invités à communiquer.

Certains participants évoquent la difficulté d’y présenter un travail achevé et souhaitent que l’on donne plutôt un thème d’intervention permettant de présenter les enquêtes en cours. D’autre part, tous ne pouvant pas toujours assister aux RDV fixes, il faut trouver un moyen permettant le suivi des travaux par tous les membres. L’idée du workshop est à ce titre, intéressante.

 

III. Calendrier GDRI 2014-2015-1016. Fréquence des réunions (nommées rencontres, journées d’études ou colloques): tous les 6 mois.

Calendrier prévisionnel :

24/25 novembre. Oran/Algérie.

29-30 avril 2014. Rabat/Maroc.

Automne 2014. Malaga.

22-23 Avril 2015. Bejaïa.

Automne 2015. Toulon-Nice

Avril 2016. Sousse/Tunisie

Octobre 2016. Tunis ou Paris.

Répartition par groupes thématiques, des participants

Thème 1 : Repenser l’espace temps à l’ère des TIC

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Michel Durampart, Professeur des universités du Sud Toulon Var (UNS) en sciences de l’information et de la communication (SIC), I3M-Toulon

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Vincent Meyer – Sociologue – Professeur des universités, Directeur-adjoint du Centre de recherche sur les médiations, Metz.

Marta Severo, chercheuse post-doc et chargée de communication pour le Groupement d’Intérêt Scientifique Collège International des Sciences du Territoire de Paris

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Hammad Sqalli, doctorant et chercheur au CESEM

Zeineb Touati ben Ali, Maître de Conférences à l’Université du Havre.

Thème 2 : La question des usages (appropriation, représentations…).

Miguel de Aguilera, Professeur en Communications. Chaire de communication et audiovisuel, Université de Malaga.

Hajer Bellalouna, Maître-assistante Sup’Com Tunis.

Chirine Ben Abdallah, Doctorante – IRMC.

Abdel Benchenna, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sarra Ben Jannet, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Rached Ben Khalifa, Institut du cinéma, Université de Carthage.

Dominique Carré, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Labsic Paris 13.

Sofiène Chérif, Professeur – Sup’Com Tunis.

Julien Denieuil, doctorant en sciences de l’information et de la communication au sein du LabSic, Université Paris 13.

Pierre-Noël Denieuil, Directeur de l’IRMC

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Francis Jauréguiberry, Professeur des Universités, Sociologie, Université de Pau

Driss Ksikes, Directeur du CESEM, Rabat.

Mustapha Medjahdi – Sociologue – chercheur au CRASC, Division de recherche: Socio-anthropologie de l’Histoire et de la mémoire.

Jean Max Noyer, chercheur I3M Toulon.

Kamel Rezgui, Maître de Conférences – Sup’Com Tunis.

Thème 3 : Les nouvelles formes de mobilisation de l’action et de l’espace public

Myriam Achour, Chercheure associée à l’IRMC

Fatma Aït Mous, CM2S

Dorra Ben Alaya, Directeure du département de psychologie, ISSHT Tunis.

Daim Allah Khaled Warda, Université de Béjaïa.

Hamida El-bour, IPSI Tunis.

Aïda Fitouri, Docteure en SIC, IRMC.

Rym Haloues Ghorbel, Doctorante en sociologie.

Koch Olivier, Labsic Paris 13

Abdelouahab Makhloufi, Université de Béjaïa

Imed Melliti, Maître de Conférences – ISSHT Tunis.

Aissa Merah – Maitre de conférences en Infocom, à la FSHS, Bejaïa

Racha Mezrioui, Maître-Assistante – IPSI.

Hayet Moussa, enseignante-chercheure – ISSHT.

Sihem Najar, Chercheure détachée à l’IRMC,

Robert Panico, Labsic Paris 13

Modération du workshop de Rabat :

Bertrand Cabedoche, Professeur en sciences de l’information et de la communication, Chaire UNESCO et Gresec, Université Grenoble-Alpes.

 

IV. Douze partenaires de part et d’autre de la Méditerranée

COMMED est un réseau de douze institutions universitaires et de recherche dont les membres impliqués dans le projet contribueront à l’approfondissement des cinq axes thématiques en apportant un cadre théorique, un dispositif conceptuel et des outils méthodologiques propres à leur champ disciplinaire.

– Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), Tunis
– Lexiques, dictionnaires, informatique (LDI), Paris
– Laboratoire Société, environnement, territoire (SET), Pau
– Laboratoire des sciences de l’information et de la communication (LabsSic), Villetaneuse
– Centre d’études européennes de Sciences Po (CEE), Paris
– Laboratoire de recherche Communication, signal et image (COSIM), Tunis
– Unité de recherche Traitement informatique du lexique (TIL), Sousse
– Unité de recherche Médias et société, Tunis
– Centre national de la recherche en anthropologie sociale et culturelle (CRASC), Oran
– Équipe de recherche Les réseaux sociaux en Algérie, Béjaïa
– Centre d’études sociales, économiques et managériales (CESEM), Rabat
– Centre marocain des sciences sociales (CM2S), Casablanca

Le projet bénéficie du soutien de l’Institut français de Tunisie (IFT), du ministère tunisien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de la direction de la Recherche du ministère français de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Centre d’études et de recherches économiques et sociales (CERES).

 

Aïda FITOURI et Pierre-Noël DENIEUIL

Aïda Fitouri est chercheure en science de l’information et de la communication et chercheure associée à l’IRMC.

Pierre-Noël Denieuil est sociologue et l’ancien directeur de l’IRMC, de septembre 2008 à août 2013.

Pour citer ce billet : Aïda Fitouri et Pierre-Noël Denieuil, « Communication, médias et liens sociaux en Méditerranée « COMMED » Nouveaux supports, nouvelles pratiques », Le Carnet de l’IRMC, 25 novembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1321

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook