Archives par mot-clé : Migrations

La gestion de la crise dans les pays non-membres de l’UE, et en particulier en Libye

La contribution de l’IRMC à la recherche européenne

Depuis avril 2016, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est le partenaire local d’un projet de recherche de l’Union Européenne HORIZON 2020 : EUNPACK, “Good intention mixed results – A conflict sensitive unpacking of the EU comprehensive approach to conflict and crisis mechanisms”. Ce programme de recherche est basé à l’IRMC de Tunis sous la direction de Jérôme Heurtaux, et géré par Chiara Loschi, post-doctorante CNRS depuis mai 2017.

Le projet EUNPACK (www.eunpack. eu) se compose d’un consortium de 13 partenaires et institutions de recherche, dirigés et coordonnés par le Norwegian Institute for Foreign Affairs (NUPI), basé à Oslo, en Norvège. L’ensemble du projet a débuté en avril 2016 et se terminera au mois de mai 2019.

Le projet analyse les mécanismes mis en place par l’UE pour répondre aux crises institutionnelles et politiques dans les pays voisins. L’analyse se concentrera sur les écarts (gaps) dans la réponse à la crise. Tout d’abord, il se focalise sur l’écart entre les intentions et la mise en oeuvre de ces politiques de gestion de crise. Deuxièmement, le projet aborde l’écart entre la mise en oeuvre des politiques et des approches de l’UE et la réception et la perception de ces politiques sur le terrain par les destinataires, ainsi que les conséquences non intentionnelles et indirectes de ces politiques. Le projet a été conçu pour examiner de manière critique la réponse de l’UE aux crises extérieures, dans le but d’accroître la « sensibilité aux conflits » (conflict sensitivity) des politiques européennes et leur efficacité.

Pour ce faire, le projet adopte une approche holistique qui couvre l’ensemble du cycle de crise, les outils à la disposition de l’UE et sa capacité à répondre aux crises dans différents types de régions. La recherche sera conduite d’une manière comparative sur des cas d’études qui représentent les régions couvertes par des  relations extérieures de l’UE : la zone d’élargissement avec les cas du Kosovo, pays candidat potentiel, et de la Serbie, pays candidat reconnu ; la zone du voisinage européen, avec les cas de l’Ukraine, pour le voisinage oriental, et de la Libye, pour le voisinage sud ; le voisinage élargi, avec les cas d’études du Mali, de l’Irak et de l’Afghanistan. L’IRMC est chargé de la recherche sur le cas de la Libye. L’hypothèse principale du projet à mettre en oeuvre est que l’ampleur des deux écarts (intention/mise en oeuvre ; mise en oeuvre/réception) conditionne la politique de l’UE en matière de gestion de crise et, par conséquent, sa capacité à contribuer plus efficacement à la résolution de problèmes sur le terrain. Les résultats des recherches permettront alors de présenter des recommandations politiques optimisées pour rendre les mécanismes de réponse aux crises de l’UE plus sensibles et contextuels, et donc plus efficaces et plus durables.

Dans la littérature spécialisée, on peut constater l’absence d’une investigation systématique et approfondie des mécanismes de réponse aux crises de l’UE dans les pays cibles spécifiques et la façon dont ces mécanismes sont reçus et perçus sur le terrain, pas seulement par les structures étatiques mais aussi par les personnes. L’impact de l’UE et la perception de ses activités diffèrent selon les groupes, qu’ils occupent des positions de pouvoir (par exemple, les élites, la population majoritaire, les hommes urbains, les hommes) ou non (par exemple, les minorités ethniques, les populations rurales, les personnes âgées, les femmes, les enfants). Cela implique que, pour une meilleure durabilité des efforts, l’UE doive reconnaître l’appropriation locale des programmes d’assistance extérieure, au lieu d’imposer ses propres préférences et ses recettes politiques. La première hypothèse de base qui sous-tend le projet EUNPACK est que si l’UE veut contribuer à briser le cycle de la crise et ses pièges, elle devra adopter une approche sensible aux conflits dans ses politiques de réponse. Cette compréhension a été influencée par des perspectives sociologiques et anthropologiques de bas en haut qui ont fait partie du « tournant local » dans la littérature sur la consolidation de la paix et les études sur la région (Mac Ginty, 2008 ; 2011 ; Richmond, 2009 ; 2012).

La recherche et le rôle de l’IRMC

L’année 2017 est consacrée à la recherche empirique. Elle est réalisée par les partenaires locaux du projet, qui se focalisent sur des analyses micropolitiques des mécanismes de réponse aux crises dans les cas d’études, et c’est ici que les partenaires locaux jouent le rôle le plus important. Le projet est divisé en sept Work Packages (groupes de travail ; WP) et l’IRMC est le partenaire local du WP 6. Ce WP est dirigé par l’université Sant’Anna (Pisa, Italie) qui coordonne la recherche dans les deux cas d’étude du voisinage européen : l’Ukraine et la Libye.

L’accès au terrain en Libye étant difficile et très dangereux, c’est l’IRMC, situé en Tunisie, pays voisin, qui a été choisi pour fournir l’organisation et l’expertise sur le travail de terrain auprès d’acteurs libyens et des organisations internationales travaillant en Libye, parce que ces derniers sont souvent basés à Tunis. Le cas de l’Ukraine est quant à lui suivi par l’Académie Mohyla de Kiev.

Le travail de recherche et d’analyse réalisé par l’IRMC en collaboration avec les partenaires du WP et du projet entier, fournira à terme une base de données probante figurant l’écart de connaissance entre les mécanismes institutionnels globaux de l’UE et les résultats sur le terrain dans les pays cibles.

Au cours d’une première phase de recherche, entamée en juillet 2017, des questionnaires quantitatifs ont été collectés auprès des citoyens libyens ayant été en contact avec les actions de l’Union Européenne et les organisations financées par l’UE. La deuxième phase de recherche, de nature qualitative, débutera dans la deuxième partie de l’année 2017, et sera constituée par des entretiens spécifiques et des focus groups. Tout ce travail aboutira à l’écriture des policy papers nommés deliverables, à consulter sur le site web du projet, dans le courant de l’année 2018. Ainsi, les résultats seront présentés dans des conférences internationales telles que la conférence annuelle de l’International Studies Association à San Francisco en avril 2018.

Le projet est attentif aussi bien au niveau local dans les pays cibles, qu’au niveau de l’UE et des liens entre ces niveaux, du fait de son approche ni complètement du bas vers le haut, ni du haut vers le bas. Le projet combinera les deux approches avec une attention particulière portée aux articulations institutionnelles au niveau local. Les principales questions de recherche sont les suivantes :

• Dans quelle mesure existe-t-il un décalage entre les intentions de l’approche de crise de l’UE et sa mise en oeuvre dans les différents pays cibles couverts par cette étude ?

Comment la politique de réponse à la crise de l’UE résonne-t-elle avec l’appropriation locale ?

Est-ce que cette politique est en décalage et, dans ce cas, dans quelle mesure et sur quelles dimensions de l’élaboration des politiques ? En cas de décalage, quelles sont les principales explications de cette inadéquation ?

Dans quelle mesure l’approche globale est-elle possible pour réussir dans sa forme actuelle ? Et quels types de changements pourraient être nécessaires ?

L’Union Européenne et la crise en Libye

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre froide, l’idée principale du processus d’intégration européenne se base sur la conviction que l’intégration économique et la sécurité sont étroitement liées. En d’autres termes, l’intégration économique est cruciale pour assurer la paix sur le continent européen. Dans ce cadre, la Politique européenne de voisinage (PEV) a été développée en 2004, principalement pour promouvoir la stabilité dans la périphérie orientale et sud de l’UE en intégrant les non-membres dans une région économique dirigée par l’UE à travers de nouveaux types d’arrangements d’intégration (deliverable 6.1). Depuis l’adoption du traité de Lisbonne en 2009, la création du Service d’action extérieure (EEAS) en 2011 et l’adoption d’une approche globale de la gestion des crises en 2013, l’UE a consacré beaucoup de temps et d’énergie à rationaliser son approche et à améliorer la coordination interne.

L’UE est aujourd’hui confrontée à une variété de situations de crise dans son voisinage immédiat et étendu. Des conflits dans les Balkans, en Ukraine, les conflits persistants en Afghanistan, au Moyen- Orient (par exemple en Syrie et en Irak), en Afrique du Nord (par exemple en Libye) et au Sahel (par exemple au Mali) ont mobilisé l’UE. Comme ces crises représentent différents types de conflits, il n’existe pas une seule approche uniforme de l’UE en matière de réponse et de gestion des crises.

Même si l’UE est l’une des institutions internationales les plus étudiées au monde, une compréhension globale de la mise en oeuvre et des pratiques de ses mécanismes de réponse aux crises et de la manière dont ces réponses sont perçues dans les pays cibles, manque toujours. Une grande partie de la littérature étudie les politiques de l’UE vers des missions civiles, militaires ou civiles militaires de Common Security and Defence Policy (CSDP) (Osland, 2004 ; Menon, 2009). La réponse à la crise de l’UE comprend d’autres instruments tels que les instruments en matière d’assistance humanitaire et financière, et d’aide au développement.

Parmi les pays voisins d’Europe, la trajectoire de la Libye a été tout à fait unique. Avec une population d’environ 6 millions en 2013, le principal pays producteur de pétrole en Afrique présentait Programme de recherche.

Bulletin trimestriel n° 20 juin-octobre 2017 5 avant 2011 une qualité de vie sociale et économique relativement plus élevée par rapport aux pays voisins. D’autre part, les relations diplomatiques avec la Libye ont été longuement tendues par la politique étrangère agressive de Tripoli et l’implication controversée dans des attaques terroristes majeures au cours des années 1980 et 1990, y compris en Europe.

Ancienne colonie italienne, la Libye s’est vu accorder l’indépendance en 1951 sous la direction du roi Idris al-Sanusi. La monarchie a été renversée en 1969 par un coup d’État organisé par des militaires inspirés par le nassérisme. Le colonel Mu‘ammar Kadhafi, nouveau chef, s’est engagé à nationaliser toutes les ressources de l’État, y compris les infrastructures pétrolières et les banques, et a expulsé les bases militaires occidentales héritées du passé.

En 2003, la fin de sanctions économiques imposées au régime kadhafien dans les années 1990 a coïncidé avec l’inauguration de la Politique européenne de voisinage et a marqué le début d’un processus menant à la réinsertion de la Libye dans la communauté internationale. Pourtant, Tripoli a refusé à plusieurs reprises ces invitations – la seule exception dans toute la région méditerranéenne – tout en gardant un statut d’observateur.

Depuis fin 2007, le Conseil des relations extérieures de l’Union Européenne a rappelé la nécessité de revoir les relations de l’UE avec la Libye. En 2009, la Commission a publié le Strategy Paper and National Indicative Programme 2011-2013. À cette époque, le Country Strategy Paper (CSP) considérait la Libye comme un marché prometteur et un partenaire relativement fiable : sa richesse naturelle et sa stabilité politique avaient fait de la Libye une alternative précieuse à la Russie et aux pays du Golfe pour l’approvisionnement en hydrocarbures.

Les révoltes de 2011 ont totalement changé le scenario. Depuis lors, l’approche de l’UE face à la crise en Libye a été presque exclusivement consacrée à des initiatives concernant le contrôle des frontières. Cette stratégie a été soutenue par un discours dans lequel les flux migratoires en Europe représentent une menace. La « Securitization » (Buzan et al., 1998) de la migration a ainsi contribué à modifier rapidement la crise libyenne en une crise « migratoire » : en d’autres termes, lorsque la crise devenait de plus en plus compliquée et que Daech gagnait du terrain en Libye, la question de la migration a beaucoup occupé le devant de la scène en Europe.

Cette construction discursive transformant la migration en une menace à la sécurité a conduit l’UE à s’attaquer aux flux migratoires en Libye par une approche purement sécuritaire. Bien que ces observations mettent en évidence certains enjeux et des contradictions dans la capacité de l’UE à répondre aux crises dans son voisinage, la recherche est donc nécessaire pour évaluer comment ces aspects sont perçus par les acteurs sur le terrain, y compris par les pays européens et des pays tiers, et leur impact sur la mise en oeuvre effective des stratégies européennes.

1 Carment et Schnabel (2003, 11) définissent la prévention des conflits comme « Une stratégie proactive opérationnelle ou structurelle à moyen et long terme, entreprise par une variété d’acteurs, ayant pour objectif d’identifier et de créer les conditions favorables à un environnement de sécurité internationale stable et davantage prévisible ».

Bibliographie

BUZAN B., WÆVER O., de Wilde J., 1998, Security: A New Framework for Analysis, London, Lynne Rienner Publishers.

CARMENT D., SCHNABEL A., 2003, Conflict prevention: path to peace or grand illusion ?, New York, Foundation of peace-United Nations University Press.

IVASHCHENKO-STADNIK K., PETROV R., RAINERI L., RIEKER P., RUSSO A., STRAZZARI F., 2017, “How the EU is facing crises in its neighbourhood. Evidence from Libya and Ukraine”, EUNPACK Working Paper D.6.1, EUNPACK project.

MAC GINTY R., 2008, “Indigenous peacemaking versus the liberal peace”, Cooperation and Conflict, vol. 43, n° 2, 136-163.

MAC GINTY R., 2011, International Peacebuilding and Local Resistance, Basingstoke, Palgrave.

OSLAND K.M., 2014, Much Ado about Nothing? The Impact of International Assistance to Police Reform in Afghanistan, Bosnia and Herzegovina, Kosovo, Serbia and South Sudan: A Comparative Case Study and Developing a Model for Evaluating Democratic Policing, Oslo, Faculty of Social Sciences, University of Oslo- Akademika publishing.

RICHMOND O. P., 2009, “The romanticisation of the local: welfare, culture and peacebuilding”, International Spectator, vol. 44, n° 1, 149- 169.

RICHMOND O.P., 2012, “Beyond local: ownership and participation in the architecture of international peacebuilding”, Ethnopolitics, vol. 11, n° 4, 354-375.

Liste des participants au Consortium EUNPACK :

1. Norwegian Institute of International Affairs, Norvège (coordinateurs).
2. School of Social Science, University of Manchester, Grande-Bretagne.
3. Centre for Transnational Studies, Foreign and Security Policy, Freie Universität, Allemagne.
4. Centre for European Policy Studies (CEPS), Belgique.
5. Department of Political Science, Faculty of Arts, Comenius University, Slovaquie.
6. Sant’Anna School of Advanced Studies, Italie.
7. Belgrade Centre for Security Policy – Partenaire local pour la zone d’élargissement, Serbie.
8. Kosovar Centre for Security Studies – Partenaire local pour la zone d’élargissement, Kosovo.
9. Jean Monnet Centre of Excellence in European Studies, Académie Mohyla de Kiev – Partenaire local pour le voisinage oriental, Ukraine.
10. CNRS/Institut de recherche sur le Maghreb contemporain – Partenaire local pour le voisinage du sud, Tunisie.
11. Alliance for Rebuilding Governance in Africa – Partenaire local pour le voisinage élargi, Mali.
12. Afghanistan Research and Evaluation Unit – Partenaire local pour le voisinage élargi, Afghanistan.
13. Middle East Research Institute – Partenaire local pour le voisinage élargi, Iraq.

Chiara LOSCHI

est chercheuse post-doctorante auprès de l’IRMC dans le cadre du programme EUNPACK.

Pour citer ce billet : Chiara Loschi, «La gestion de la crise dans les pays non-membres de l’UE, et en particulier en Libye», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2105.

 

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Observatoire des migrations libyennes en Tunisie

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis lance l’initiative d’un observatoire chargé d’étudier les flux migratoires en provenance de la Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. L’instabilité politique et les effets de la crise induits par la chute de l’ancien régime ont fait de la Tunisie, pays frontalier, le premier pays d’accueil pour les Libyens qui quittent temporairement ou définitivement le pays.

© kapitalis.com

Selon le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, la Tunisie aurait accueilli à la fin de l’année 2012 plus de 660.000 Libyens cherchant à se protéger de l’insécurité ou des violences liées à l’instabilité politique de leur pays. Ces arrivées massives se sont produites au moment même où la Tunisie vivait, ellemême, les grandes difficultés d’une transition politique et d’une dégradation préoccupante des conditions socioéconomiques et d’une instabilité
anxiogène.

Les relations entre la Libye et la Tunisie sont anciennes et une longue tradition d’échanges commerciaux a entretenu une économie frontalière très dynamique. On estime que 10 % de la population tunisienne vit des retombées du commerce transfrontalier entre les deux pays ; retombées visibles dans le Sud du pays ou des villes comme Ben Guerdane se sont développées et ont donné à cette économie de frontières une des relations commerciales les plus dynamiques de l’espace maghrébin. Cette vitalité vient compenser l’échec du processus d’intégration économique du Maghreb et fait de la Libye, le premier partenaire économique maghrébin de la Tunisie.

La situation de crise que vit actuellement la Libye et la confusion politique (deux parlements, deux gouvernements, une dizaine d’arméesmilices rivales) ont ralenti considérablement la libre-circulation des marchandises et ne garantissent plus cette liberté de circulation pour les Tunisiens et les Libyens. Elles ont également favorisé le développement de la contrebande et du commerce parallèle ; activités grises qui, d’après les estimations d’une étude de la Banque mondiale de 2014, provoquent des pertes fiscales pour l’État tunisien évaluées à près d’un milliard et deux cent millions de dinars dont 500 millions de dinars en droits de douane. Les mobilités saisonnières des Libyens, vers la Tunisie, se sont transformées en séjours de longue durée sur une bonne partie du territoire tunisien. Pour les plus nantis d’entre eux, Tunis, Djerba, Sousse, Hammamet et Nabeul sont des lieux d’accueils privilégiés. À Tunis, les quartiers
d’El Manar et d’Ennasr sont appelés la petite Tripoli tant la communauté libyenne y est concentrée. Sfax accueille les classes moyennes et on retrouve des groupes de Libyens dans le Sud, de Gabès à Ras Jdir. Une communauté importante représentative de la société libyenne d’aujourd’hui (dans sa structure tribale,
ses obédiences politiques, ses catégories sociales, ses clivages partisans) est inscrite dans le tissu social et économique tunisien ; cette installation est également favorisée par les dispositions de la convention bilatérale de 1973 relative au droit du travail, à l’exercice des professions et métiers, au droit d’établissement et au droit de circulation. Pourtant, aujourd’hui, aucune enquête sérieuse concernant ces nouvelles configurations migratoires n’a été menée et les éléments d’information dont nous disposons ne permettent aucune estimation statistique fiable et encore moins une sociologie des groupes de migrants installés. Les chiffres varient de 100.000 Libyens à un million et demi et laissent la porte ouverte aux spéculations les plus folles et aux représentations les plus stéréotypées.

© kapitalis.com

Les catégories ont elles-mêmes changé ; le profil des migrants (mais le terme ne correspond pas vraiment dans le contexte tunisien), depuis 2014, s’est précarisé et répond à des critères de vulnérabilité économique et sociale. La mobilité vers la Tunisie, pour des raisons sécuritaires, est de plus en plus fréquente et répond de plus en plus à celle de réfugiés politiques mais qui ne dit pas son nom.

Les enquêtes lancées par l’Observatoire de l’IRMC s’inscrivent dans les méthodes de la sociologie des migrations. Entretiens directifs ou semi-directifs, questionnaires, observation participante sont à la base d’enquêtes de type qualitatif qui répondent à trois attentes :

– Interroger la dimension géostratégique de cette migration ;
– Identifier les capacités d’absorption de la société tunisienne : représentations, charges sociales et économiques, réseaux de solidarité ;
– Étudier les modalités d’intégration des migrants libyens.

Objectifs premiers :

– Etablir une typologie des migrants ;
– Estimation statistique à partir d’échantillons de personnes ;
– Identifier les lieux d’installation : Quelles formes d’organisations sociospatiales ? Quelles logiques de solidarités ? ;

Identifier les activités économiques. Portes d’entrées :

– Les soins, les cliniques ;
– Les écoles privées ;
– Les entrepreneurs ;

Les réseaux de solidarité. Trois espaces d’enquêtes :

– le grand Tunis ;
– Sfax ;
– Mednine

Responsable : Karima DIRECHE
Chercheurs associés : Olivier PLIEZ, Mohamed KRIAA, Hassan BOUBAKRI, Lorena LANDO.
Partenaires institutionnels : Institut français de Libye, OIM, Faculté de Sousse,
Laboratoire Syfacte (Sfax), Goethe University of Francfort, Observatoire national des migrations (Tunis).

 

Pour citer ce billet : « Observatoire desmigrations libyennes en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1993.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Défis et opportunités de la migration dans le contexte tunisien

L’École d’été sur la migration a traité des « Défis et opportunités de la migration dans le contexte tunisien » du lundi 14 au samedi 19 septembre 2015, à la Cité des Sciences à Tunis. Cet événement a été organisé par l’IOM/OIM et l’INTES (l’Institut National du Travail et des Études Sociales) en partenariat avec l’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, (USR 3077), le CETUMA (Centre de Tunis pour la Migration et l’Asile) et l’OTE (l’Office des Tunisiens à l’Étranger).

Ecole d’été sur la migration, 14 au 19 septembre 2015

Cette rencontre qui a été pluridisciplinaire et internationale, avait pour objectif premier de favoriser l’échange et la rencontre entre plusieurs acteurs et actrices concerné-e-s par les questions de migration en Tunisie. Les thèmes traités ont été transversaux et complémentaires ; les situations migratoires étant entremêlées et concernant plusieurs dimensions telles que l’économique, le politique, le juridique et tout autre dimension sociale de la vie des individus et des sociétés ; société hier d’émigration devenue aujourd’hui d’immigration et/ou de passage tels les pays du Maghreb. Ces six jours ont donc permis de croiser, de transmettre et de discuter des analyses et des points de vue de chercheur-e-s venus du Maghreb et d’Europe avec des étudiant-e-s qui travaillent sur les questions migratoires, des acteurs et actrices de la société civile, des cadres de la fonction publique et académique et des experts, majoritaire-ment tunisiens.

La méthodologie a été le premier thème traité, avec des interventions sur les questions de contextualisation et de concepts. Cela a permis, à la fois de poser la construction de l’objet migration au travers d’une lecture actualisée des flux migratoires dans le monde aujourd’hui, et l’évolution historique et socio-démographique des migrations en Tunisie. Ces problématiques ont beaucoup évolué dans le monde et particulièrement en Afrique du Nord et en Tunisie depuis « le Printemps arabe » de 2011 donnant lieu à un nouveau vocabulaire et de nouvelles catégories parfois réactualisées et trop souvent amalgamées. Un éclairage a donc été apporté sur l’usage des mots et des figures en lien avec les migrations (immigré, émigré, migrant, transmigrant, étranger, réfugié, déplacé, migrant en situation illégale, clandestin), que ce soit concernant les statuts juridiques selon le droit international, le Haut Commissariat pour les Réfugiés ou les instances juridiques des pays du Maghreb. La question des

données statistiques sur les migrations n’a pas été oubliée et a donné lieu à des débats riches sur l’accessibilité, la collecte et le partage de ces dernières et sur la manière dont ces modalités pourraient être améliorées pour participer à la réflexion de la gouvernance de la migration en Tunisie et la mise en place des mesures sociales et politiques adéquates. Certains pays comme la Tunisie font en effet face à un nouveau phénomène migratoire, celui d’être passé en moins de 10 ans de pays d’émigration à celui d’immigration et/ou de transit.

Un second thème traité a permis d’apporter un éclairage sur les cadres légaux nationaux et internationaux quant à la gestion des mobilités des populations et de leur installation ou circulation. Il s’agissait ici de rappeler non seulement le droit à la protection des migrants et des réfugiés dans le droit européen mais aussi dans celui, encore en construction, maghrébin tel le cas de la Tunisie avec les réfugiés syriens mais aussi les réfugiés libyens et les migrants d’Afrique subsaharienne qui transitent par le Maghreb pour se rendre en Europe mais qui souvent s’installent dans un des pays traversés. Cette thématique interrogeait à la fois la question de la protection sociale, économique et juridique tout autant que celle de la mobilité et de la libre circulation des individus. Il a été de ce fait question des mobilités des Tunisiens à l’étranger (TRE) ainsi que de l’impact et de la facilitation des droits des binationaux (celles et ceux qui ont deux résidences dont une en Tunisie et l’autre dans un des pays européens).

Le troisième thème découle tout naturellement du second puisqu’il a permis de mieux saisir les liens entre migrations et développement. Il va de soi que tout processus migratoire impacte le développement économique des régions touchées mais pas seulement. Il transforme aussi les instances concernées, les populations croisées que ce soit culturellement ou socialement. Ce lien entre migration et développement permet à la fois de mesurer les apports (en termes de croissance économique, sociale et politique) générés par l’arrivée des migrants dans une société mais aussi le vide laissé par le départ de ces derniers. Et pour ce faire, il a été question de circulation des compétences autant du Sud vers le Nord que du Nord vers le Sud, de gestion des transferts de fonds et de l’impact que ces derniers ont sur le développement local en Tunisie ou sur le marché du travail.

Sonia Hasnia Missaoui

Ces six journées ont permis à chacun et chacune de s’interroger sur l’évolution des migrations et les conséquences que cela pourrait avoir non seulement sur la Tunisie, pays en transition politique et en pleine reconstruction sociale mais aussi sur les autres pays du Maghreb, sur les relations inter-Maghreb et entre les deux rives de la Méditerranée. Depuis 2011 et depuis la guerre en Syrie, une nouvelle vague de migrants nommés tantôt des « déplacés » ou des « réfugiés » est en train de changer la donne migratoire et les politiques des pays dits « d’accueil » questionnant ainsi à la fois les stratégies politiques des pays récepteurs, les transformations des pays de transit  et  de  nouvelles  formes  de gouvernance. Cette vague met à l’épreuve les niveaux d’hospitalité de chaque pays concernés    et    les     nouvelles     formes identitaires en train d’émerger suite à ces circulations

Au terme de cette première formation, le comité scientifique de l’École d’été souhaite désigner des candidats (5 en master et/ou 2 en thèse) qui auront déposé un dossier pour un projet de recherche sur les migrations en Tunisie afin de bénéficier d’une bourse spéciale proposée par l’OIM, permettant ainsi de maintenir une continuité scientifique concrète.

Sonia Hasnia Missaoui

Pour citer ce billet : Sonia Hasnia Missaoui, « Défis et opportunités de la migration dans le contexte tunisien », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1961.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations

Avec la mondialisation, les flux migratoires se sont internationalisés, leur ampleur, leur nature et leur diversité ont ainsi inévitablement évolué impulsant de nouvelles figures de migrant-e-s, de nouvelles stratégies de circulations, de nouvelles politiques migratoires dans les pays récepteurs et ceux d’origines… En quarante ans, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Ces changements ont rendu indispensable de s’interroger sur ces nouveaux types de liens sociaux et d’espaces qu’engendre la mobilité croissante des personnes à l’échelle mondiale.

Pour traiter de ces questions, s’est tenue le 13 mars 2015, dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud “Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » organisées par Hasnia-Sonia Missaoui, une conférence donnée par Sylvie Mazzella, directrice du Laboratoire méditerranéen de Sociologie (LAMES) et chargée de recherche au CNRS. Cette conférence avait pour discutant Ridha Ben Amor, sociologue et enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.

Cette deuxième séance de conférences de l’IRMC s’est tenue volontairement après l’intervention de Michel Grossetti, directeur de recherches en Sociologie des réseaux sociaux qui a présenté ce qu’on pouvait entendre par la notion de réseau en la notion de réseaux sociaux et les possibles liens et ou passerelles à faire entre la méthodologie des réseaux sociaux et les différents thèmes en sciences sociales telle la sociologie des migrations 1.

Souvent, la notion de réseau, quand elle est utilisée dans une approche liée aux migrations, évoque une succession d’images négatives dans les représentations communes : filières mafieuses, travail au noir, repli communautaire… Pourtant, à partir du moment où un individu migre, les réseaux sociaux des migrants sont constitués de liens de solidarité de première nécessité lui permettant alors de s’installer dans la nouvelle société (que ce soit de façon définitive ou provisoire, ou un simple passage vers une autre destination).

Pour le dire autrement, quand un individu vit ou a vécu un processus migratoire, quand une personne est immigrée ou en migration, les réseaux deviennent un élément important dans la construction de sa propre vie. Particulièrement, quand ces derniers ne sont pas dans un pays, un territoire qui leur est familier et qui les oblige parfois à ré-apprendre de nouveaux codes et de nouvelles formes de solidarité pour “vivre ». Les travaux sur les questions de migration ont régulièrement fait appel à cette notion sans vraiment utiliser tout son potentiel analytique.

Selon Sylvie Mazzella, replacer la notion de réseau dans une perspective migratoire présente une réelle importance scientifique. Très régulièrement reprise dans la littérature en sociologie des migrations, la notion de réseau est souvent utilisée comme un mot-clé et rarement interrogée en tant que telle 2 . Or la notion de réseau questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge différentes traditions de recherche (notamment les théories assimilationniste et transnationaliste) par son emploi.

Les sciences sociales se sont longtemps intéressées aux phénomènes migratoires en les examinant, pour l’essentiel, du point de vue des États-nations, et de celui des groupes de migrants venus s’y installer. La sociologie des migrations (Rea, Tripier, 2003 ; Mazzella, 2014) qui a réellement débuté en France après la décolonisation s’est surtout intéressée, dans ses débuts à “l’immigré » et à son statut socialement inférieur. Elle a contribué à la construction d’une image dévalorisée, passive et statique du migrant, image qui a occulté ses capacités « d’entrepreneur », de “fourmi » (Tarrius, 1992 ; Ma Mung, 1996) active du développement des sociétés d’accueil et du lien toujours maintenu avec sa société d’origine. Porter un tel regard sur les phénomènes migratoires et leurs impacts c’est, nous rappelle Sylvie Mazzella :

“renverser les perspectives, opérer un champ/contrechamp », balayer tout l’horizon de son action, saisir le sens de son parcours, permettant ainsi de mieux questionner les liens d’appartenance : appartenance binationale « ici et là-bas », multi-appartenances « ici, là, là-bas et ailleurs… » ou de non-appartenance « ni d’ici ni de là-bas » 3.

Le terme de « réseau » en sociologie des migrations apparait aux Etats-Unis dans les années 1960 suite aux travaux pionniers de chercheurs comme Douglas Massey, John S. Mac Donald et Leatrice D. Mac Donald qui vont analyser les migrations à partir d’une approche par les “chaînes migratoires » donnant sens aux différentes mobilités vécues par les migrants lors de leur migration reconnaissant ainsi la capacité de créer du capital social.

Ce corpus de travaux permet de définir le réseau comme « l’ensemble des liens interpersonnels qui relient les migrants, les futurs migrants et les non-migrants dans des espaces d’origine et de destination, à travers des liens de parenté, d’amitié et une origine communautaire partagée » (Douglas Massey, 1963).

La notion de « chaîne migratoire », également développée est définie comme un « mouvement dans lequel une personne cherchant à migrer est tenue au courant des opportunités de migration, reçoit une aide au transport ainsi qu’un premier logement et un premier emploi grâce à ses relations sociales primaires avec des migrants plus anciens » (MacDonald, MacDonald, 1964). L’un des apports principaux de cette notion est l’idée d’accumulation de capital social dont elle rend compte, et ce au gré de vagues migratoires successives. La notion de chaîne relationnelle en migration a produit de nombreuses recherches empiriques depuis les années 1960, à l’image des recherches sur la création de quartiers ethniques dans certaines villes de destination ou de travaux des démographes (Courgeau, 1970) qui cherchaient à mesurer les flux des migrations ou des géographes (Simon, 1979) qui ont analysé les espaces
relationnels migratoires donnant lieu au concept de « champ migratoire ».

Pour autant, se pose la question de la durée de vie de ces chaînes migratoires, et notamment dans le contexte de crise économique ou de rupture générationnelle. Afin d’illustrer ce type de rupture des chaînes migratoires, Sylvie Mazzella a mentionné l’exemple récent du départ massif de la communauté des Brésiliens du Japon déclenché suite à la crise économique de 2008.

En France, dans les années 1980, à la faveur de la traduction en français de travaux de chercheurs de l’Université de Chicago, de la crise des modèles structuralistes et de la redécouverte de la dimension « locale » en sciences sociales, les recherches en sociologie et en anthropologie urbaine ont progressivement intégré la question du réseau, notamment en sociologie de l’immigration. Cette tradition de recherche a pris pour exemple type le cas de l’immigration algérienne, ouvrière et postcoloniale, travaillant dans des entreprises françaises (Sayad, 1984). Au regard de cet exemple, Sylvie Mazzella souligne, qu’en définitive, étudier l’immigration revient à interroger directement l’État et les fondements politiques et sociaux sur lesquels reposent la société d’accueil.

Chaine migratoire et developpement du réseau
© Munoz, 2006

Une approche alternative à celle portée par Abdelmalek Sayad s’est également développée dans les années 1990, l’approche transnationale. Cette dernière consiste à montrer que la nouvelle ère de la mondialisation donne au migrant l’opportunité de déployer des stratégies et de créer des dynamiques économiques et sociales en vue de transgresser les frontières nationales. La notion de « transnationalisme » en migration apparait dans la littérature en anthropologie sociale en 1992 (Nina Glick Schiller, Linda Basch et Cristina Szanton-Blanc). Ces travaux insistent sur la fonction des diasporas au sein de différents pays d’accueil et sur la manière avec laquelle ces groupes sociaux recréent du territoire par le biais de leurs connections, imaginaires et pratiques sociales.

Cette approche va mettre l’accent sur la notion de « communauté transnationale », en avançant le principe du « champ social transnational », qui repose sur des raisons d’être (« ways of being ») et des modes d’appartenance à distance (« ways of belonging »). Ces derniers engendrent des pratiques sociales, de l’imaginaire et des valeurs symboliques, qui font naître des formes de citoyenneté à distance, par exemple à travers les réseaux sociaux numériques. On peut distinguer trois domaines de l’approche transnationale où les travaux ont été les plus particulièrement stimulants : les réseaux commerciaux transfrontaliers, la famille transnationale et le care (le soin transnational).

Si l’on observait jusqu’à récemment une fracture entre sociologie de l’immigration et approche transnationale, de plus en plus de recherches concilient désormais les deux traditions et permettent de jeter un regard neuf sur les liens d’appartenance des migrants.

Il existe donc un véritable intérêt scientifique à rapprocher ces deux traditions de recherche. L’un des principaux apports d’une telle
combinaison est celui de nuancer deux visions exagérées de la notion de réseau, l’une trop fermée à la notion de
communauté, et l’autre au contraire trop ouverte et où « tout fait réseau ». Enfin, la notion de réseau est aujourd’hui utilisée principalement dans des recherches horizontales (récits et études de cas). En conclusion de cette conférence, Sylvie Mazzella a ainsi souligné le manque problématique de travaux de recherche portant sur la verticalité du réseau, autrement dit sur ce que sont ses règles et ses normes, et sur les inégalités et les rapports de force qu’il crée et entretient.

1 Clément Perarnaud, 2015, « Les réseaux
personnels et leur évolution », La Lettre de
l’IRMC, n°15, janvier-mars, 21-23.

2 Cf. à ce propos le texte de Marie-Antoinette Hily,
William Berthomière, Dimitrina Mihaylova,
2004, « La notion de “réseaux sociaux” en
migration », Revue Hommes &Migrations, n°
1250 – Juillet-août, qui dressait un état de l’art
des travaux qui portaient sur les « modes
d’organisation des migrants » et l’usage de la
notion des réseaux sociaux des migrants.

3 Sylvie Mazella, 2014, Sociologie des migrations,
Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui

Clément Perarnaud, est volontaire international à
l’IRMC, chargé de la coordination scientifique
et du montage de projets. Contact :
clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Hasnia-Sonia Missaoui, MCF Sociologie, Université
Jean-Jaurès Toulouse II, laboratoire LISST-Cers
(UMR 5193) en délégation CNRS à l’IRMC

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui, «De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1942.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi

Compte-rendu de la réunion du programme de recherche , IRMC – 9-10 mars 2012, Coordonné par Stéphanie Pouessel

Cette réunion a constitué le deuxième volet du programme de recherche « le Maghreb et ses ‘africanités’ : l’identité nationale au regard de ses altérités » ; la première réunion avait réuni en mars 2011 des chercheurs qui ont interrogé les identités du Maghreb à l’aune de leur ancrage « africain » (retour de l’histoire esclavagiste, essor d’un débat sur le racisme, positionnement de l’histoire officielle, enjeux de la question raciale, etc.). Vis-à-vis de cette entité « imaginée » qu’est « l’Afrique », ont été identifiés les « moments » de fusion et les « moments » de distanciation au profit d’autres idéologies (panarabisme, nationalisme, etc.). La publication de cette rencontre aura lieu aux éditions Karthala en 2012.

Les participants y ont noté une nouvelle donne interactionnelle qui semble venir bouleverser ces processus, celle d’un attrait accru pour le Maghreb de la part de Subsahariens – aux statuts divers, résidents, migrants, clandestins, étudiants, fonctionnaires, pèlerins, etc.- depuis les années 1990.

Le deuxième volet du programme « africanités…» a ainsi souhaité s’attarder sur les effets sociétaux des nouvelles mobilités subsahariennes au Maghreb ; ce n’est pas tant la thématique de la migration qui sera au centre de la réflexion, investie voire surinvestie par la recherche depuis une dizaine d’années, mais plutôt les bouleversements qu’elles induisent au Maghreb sur les représentations de sa propre « culture », de ses propres frontières nationales, de ses propres « origines », de l’appartenance à un continent qui serait l’Afrique, et qui influe sur les remaniements des autres appartenances (« Méditerranée », « monde arabe », « Maghreb », etc.). la nouvelle configuration migratoire du Maghreb mène à un bouleversement des représentations que les sociétés ont d’elles-mêmes.

Lors de cette réunion, Nabiha Jerad (Université de Tunis) a remarqué l’absence de la question africaine dans les recherches en sciences sociales en Tunisie, « les Noirs sont invisibles dans la recherche ». À travers ses analyses des publicités en Tunisie, elle remarque l’apparition des Noirs sous forme de clichés : petite taille, servitude, etc. et questionne le prototype de l’étranger en Tunisie, et particulièrement de l’« Africain ».

Katia Boissevain (IDEMEC) a précisé que la recherche intégrait la question noire mais toujours dans le cadre de l’anthropologie religieuse. Cette branche de l’anthropologie contribue à réifier les Noirs, à les enfermer. La couleur est reliée à la force, à une relation avec les esprits ou à la saleté, versant alors dans le racisme. Cette même chercheure a rappelé que le stambeli en Tunisie était le centre d’intérêt de certains européens mais aussi d’une frange de la bourgeoisie tunisoise, alors en quête d’expériences mystiques. Dans son intervention, Katia Boissevain a évoqué l’évangélisation Sud- Nord à travers le cas des chrétiens subsahariens présents en Tunisie.

Stéphanie Pouessel (IRMC) a traité du réajustement de l’islam tunisien post-Ben Ali (et pré et post élections) qui donne lieu à des revendications au sein desquelles sont pris les étudiants africains en sciences religieuses à Tunis. L’islam, pris dans le jeu politique tunisien, est ici, aussi, l’islam des autres. Au delà, la présence subsaharienne en Tunisie apparaît comme un filtre révélateur qui renvoie les Tunisiens, et particulièrement les Tunisiens noirs au « qui sommes-nous ? ».

Mahamet Timera (URMIS) est revenu sur la place de l’islam dans le processus migratoire des Sénégalais au Maroc. Entre le Maroc et le Sénégal, y-a-t-il une religion en partage ou une perception en terme de races, actes de racisme et discriminations ? Au Maroc, la presse et les médias contribuent à catégoriser le groupe « subsaharien ». La couleur noire est associée à la servitude et à un ailleurs de l’islam voire à l’impiété, tout du moins à l’hétérodoxie et à l’origine subsaharienne. L’islam est instrumentalisé dans le contexte interactionnel et idéalement reconstruit des deux côtés. S’y ajoute le fait que les Sénégalais sont confrontés à deux images ancestrales et stéréotypées du Blanc, entre racisme et colonialisme.

Pietro Fornasetti (CEAF) est intervenu sur les « migrants clandestins » burkinabés en Libye auxquels sont accolées les étiquettes dévalorisantes de « mercenaire », de « clandestin » voire d’ « esclave ». Installés dans des ghettos, ils vivent cet espace comme une machine à produire des identités. Cette relégation est renforcée par l’histoire migratoire libyenne en Europe, alors minime, contribuant à une faible « habitude » de la migration. S’y adjoint le statut des migrants subsahariens en Libye perçus comme une menace à l’Europe.

Fatima Aït Lmadani (IEA) a soulevé le paradoxe d’une représentation contemporaine des médias sur la question des migrations entre d’un côté la migration marocaine irrégulière en Europe et de l’autre la migration subsaharienne, minime mais surmédiatisée. Les drames humains de ces dernières années contribuent à passer sous silence les migrations plus anciennes, africaines, Sud-Sud. Elle a relevé le traitement inégal accordé aux migrants dans le Nord (en Europe, les migrants internes sont perçus comme normaux) et aux migrants dans le Sud.

Mehdi Alioua (UIR/CJB) a invité à sortir de la sociologie de la migration, alors fixiste et à sens unique, pour une étude du « transmigrant » (Tarrius) qui transperce, transforme et permet de sortir de l’approche binaire migration/immigration. Entre Marocains et « Africains » trans-migrants, l’aventure devient une reconnaissance entre eux, une solidarité, on devient « Africains ». Dans les quartiers de Rabat où vivent Marocains et Subsahariens émerge un « cosmopolitisme tranquille » autour, par exemple, d’une même économie : tous participent à la reconstruction du bidonville.

Nazarena Lanza (LAS/CJB) qui croise une étude des mobilités religieuses à une anthropologie du tourisme, a traité des pèlerins tidjanes sénégalais au Maroc en confrontant le discours officiel de l’État marocain vis-à-vis du Sénégal (affinités religieuses ancestrales entre les deux pays) et la réalité des relations interhumaines. Les pèlerins sénégalais sont soumis à deux perceptions de l’Autre : d’une part celle d’un islam trait d’union Maroc-Sénégal, et du Maroc comme terre mythique de la tijjaniya ; et d’autre part, celle de la déception sur la pratique marocaine de l’islam.

Julie Picard (LISST) a remis en cause l’idée postmoderne d’identités qui seraient dorénavant déterritorialisées. À travers son étude de la période actuelle de « post transit » ou d’« impasse migratoire » qui caractérise l’Égypte, elle étudie les migrants subsahariens chrétiens au Caire.

La dynamique des espaces-temps religieux de ces migrants montre la revitalisation des lieux de cultes chrétiens, le prosélytisme, les partages des lieux de culte avec les Coptes devenant ainsi une « minorité dans la minorité » alors en phase de construire une « nouvelle identité urbaine ».

 Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

Stéphanie POUESSEL

est anthropologue et chercheure post doctorante à l’IRMC, où elle dirige le programme intitulé : « Le Maghreb et ses « africanités » : l’identité nationale au regard de ses « altérités ».

crédit d’illustration : © IRMC

 

Pour citer ce billet : Stéphanie Pouessel, « Enjeux identitaires des mobilités subsahariennes au Maghreb. Sud-Nord : refonte des frontières du soi », Le Carnet de l’IRMC, 20 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/499

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le printemps arabe, les migrants euro-maghrébins et la transition

Les soulèvements récents des populations en Tunisie et en Égypte mettent en question les analyses des dernières décennies sur la résistance présumée du monde arabe aux processus de réforme, souvent attribuée par certains auteurs à la non-compatibilité impliquée entre la démocratie et la civilisation islamique. Aujourd’hui nous vivons un changement de paradigme et il est vrai que non seulement l’Europe en tant qu’acteur international, mais aussi les chercheurs ont besoin de revisiter certaines hypothèses.

Mais quels sont finalement les facteurs qui ont favorisé le développement actuel et qui ont déclenché peut-être – il est trop tôt d’en juger – cette quatrième vague de démocratisation ? Parmi les nombreux facteurs qui ont déclenché la révolution en Tunisie, et que la recherche dévoilera en détail au cours des prochaines années, nous pouvons en appréhender dès maintenant quelques-uns : l’écart social croissant, le système autoritaire étouffant, la corruption avancée, le sous-emploi, le chômage, le manque de perspectives professionnelles, notamment pour la jeune génération, les nouveaux médias ou bien le rôle de l’armée. Tous ces facteurs ont fait que le système politique était arrivé à un moment où il devrait éclater ou imploser. Mais il faut retenir aussi que personne, ni en Tunisie, ni en Europe, n’a pensé que ceci allait arriver si rapidement et finalement si « facilement » (comparé à la situation en Libye).

Mon hypothèse est que la mobilité dans l’espace euro-méditerranéen est également un facteur central pour la transition. Le fait que la révolution tunisienne ait pu réussir est aussi du à l’existence d’une société civile engagée, et que malgré les verrouillages par « l’ancien régime » il y avait un échange possible avec le reste du monde et ainsi un échange d’idées et de valeurs. Finalement, c’est la modernité, l’aspiration à la liberté et à la dignité de l’individu qui ont vaincu. La société tunisienne a prouvé qu’elle était beaucoup plus moderne, avancée et progressiste que son régime, pourtant affichant et promouvant une certaine modernité ; mais le régime et la société se sont accélérés à des vitesses différentes et contradictoires. Cette modernité, elle est transportée et véhiculée non seulement à travers les nouveaux médias, mais surtout et aussi à travers les individus. Presque chaque famille tunisienne a un parent qui vit en Europe ou à l’étranger, ou bien on connaît quelqu’un qui vit à l’étranger. L’interconnexion humaine entre le Maghreb, et l’Europe est beaucoup plus avancée que les décideurs politiques ne l’aperçoivent jusqu’à ce jour. Les migrants qui sont partis travailler et vivre en Europe dans les années 1960 possèdent souvent une double résidence dans les pays d’origine ; ils voyagent entre les deux pays. Leurs enfants, la deuxième et troisième génération, sont pour la plupart nés et scolarisés en Europe. Ils ont grandi dans des systèmes politiques démocratiques et ils connaissent leurs droits et leurs devoirs de citoyens démocratiques. Ils reviennent souvent en Tunisie pour intensifier leurs connaissances de langues, pour passer des séjours d’études, les vacances, pour voir leurs familles, pour créer des entreprises ou tout simplement pour retrouver leurs identités euro-maghrébines. C’est notamment cette génération, qui vit entre la Tunisie et l’Europe, qui est mobile, soit physiquement, soit virtuellement, qui peut faire la différence maintenant.

Ces individus mobiles, qui voyagent entre les mondes, sont issus de toutes les catégories sociales : les élites intellectuelles, aussi bien que les entrepreneurs, les étudiants, les travailleurs saisonniers que les mères de familles. Leur apport à la transition en Tunisie prend corps dans différentes formes matérielles ou bien immatérielles. Parmi les apports matériels, nous pouvons nommer les transferts financiers, mais aussi les transferts de bien, de savoir faire et de professionnalisation dans certains secteurs. Parmi les apports immatériels, ce sont notamment la contribution en matière de savoir faire, des connaissances, un potentiel d’innovation, des expériences vécues et des idées qui peuvent enrichir le processus de transition actuel. Tout en jonglant avec et entre différentes cultures, et habitués à transgresser les frontières, ces individus binationaux ou transculturels sont capables de regarder d’une manière parfois plus neutre et plus distanciée et en même temps avec moins de préjugés les développements politiques et sociaux dans le pays d’origine.

Finalement ce sont aussi ces individus, les migrants et leurs descendants, qui grâce à leurs expériences, leur vécu et leur bagage personnel, ont contribué à préparer le terrain pour les transitions actuelles en Tunisie, et ils seront des acteurs importants dans la réalisation des objectifs de la révolution.

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Isabel SCHÄFER

Politologue, Université Humboldt de Berlin

 

Crédit photographique : © Reuters ; Roberto Salomone – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Exode et migrations en Tunisie : quand la société civile se réveille

Au moment où l’Union Européenne s’alarme de l’arrivée de quelques milliers de jeunes tunisiens sur les côtes italiennes et déploie une « mission Frontex » pour combattre l’afflux de ces migrants économiques, la Tunisie accueille à bras ouverts plus de cent mille réfugiés de Libye en une dizaine de jours. C’est une situation exceptionnelle dans ce pays qui rappelle l’invasion italienne de la Libye, un siècle plus tôt, et l’exode massif qu’elle a engendré vers les pays frères voisins.

L’affaiblissement des institutions et les difficultés que rencontre la Tunisie pour dessiner un nouvel horizon politique ne l’ont pas empêchée de faire face avec efficacité et respect pour la dignité des personnes, à l’afflux massif de migrants originaires des quatre coins du monde, fuyant les violences du régime de Kadhafi.

Durant plus de dix jours, tandis que l’aide internationale tardait à arriver, la société tunisienne s’est mobilisée au niveau local d’abord, dans les régions de Ben Gardane et de Tataouine, pour apporter secours et assistance aux nouveaux arrivants.

Tandis que l’armée organisait le premier camp de réfugiés, les habitants des villages alentours ont amené spontanément de quoi nourrir et installer temporairement tant bien que mal ces étrangers sur place. Certains proposaient leurs véhicules pour conduire les arrivants de la frontière aux camps de Ras Jdir et de Choucha. Cet élan a rapidement été relayé dans tout le pays.

Nous avons été témoins de cette mobilisation massive sur les quelques 400 km de route qui nous ont conduit de Sousse à la frontière libyenne; dans la nuit du 4 au 5 mars, où nous avons croisé ou doublé une suite ininterrompue de voitures personnelles, de camionnettes et même de semi-remorques transportant des produits et matériels de première nécessité, répondant ainsi aux appels diffusés par les médias. A côté du Croissant rouge tunisien, des collectifs de solidarité ont émergé un peu partout dans le pays, au sein des entreprises, des quartiers, des écoles, des universités, des mosquées ou entre amis. Ils apportent non seulement des médicaments, des vivres et des couvertures mais ont également conduit de nombreux volontaires de différentes professions (médecins, infirmiers, étudiants en médecine, ingénieurs, secouristes…) ou de simples citoyens venus dans le seul but, parfois, de ramasser simplement les déchets qui s’accumulent. Ces véhicules arborent fièrement le drapeau tunisien devenu, après la Révolution, symbole de l’union, de la liberté retrouvée et de la force de tout un peuple. Des responsables du HCR, pourtant rompus à ce type de situations, nous disaient être impressionnés par la capacité déployée par les habitants de ce petit pays pour gérer une telle crise humanitaire. Cette forte mobilisation ne peut être comprise comme le seul fait d’un quelconque panarabisme. Si la solidarité avec le peuple libyen et sa révolution sont clairement revendiquées par les Tunisiens, le

soutien apporté ne s’établit pas sur la base de critères communautaires ou religieux. Les réfugiés ne sont pas des citoyens libyens, et les Tunisiens le savent ; ce sont des travailleurs migrants de toutes origines qui fuient les combats. Lors de notre passage dans la zone frontalière, les Égyptiens avaient presque tous quitté le camp pour laisser la place à des dizaines de milliers de Bengalais, de Soudanais, de Vietnamiens, et surtout d’Africains sub-sahariens.

La réaction spontanée de la population tunisienne est d’autant plus inattendue que les régimes autoritaires qui se sont succédé en Tunisie depuis l’indépendance n’ont jamais permis l’éclosion d’un tissu associatif indépendant ou d’acteurs solides de la société civile. Cela n’a pas facilité le développement, à large échelle, de traditions de volontariat et de travail humanitaire.

Il semble plutôt que cet engouement soit porté par l’élan révolutionnaire de ces derniers mois. La mobilisation sociale qui a permis le renversement du régime de Ben Ali et la mise en place progressive d’une nouvelle feuille de route vers la démocratie, par décisions gouvernementales et réajustements face aux vives réactions des manifestants à travers le pays (par exemple lors de la nomination des nouveaux préfets à la mi-février, dont 17 sur 24 étaient d’anciens RCDistes), semblent avoir développé un sens aigu des responsabilités collectives et la conviction que chacun a un véritable poids sur le cours de l’Histoire. Un volontaire sur place résumait ainsi cette nouvelle conscience citoyenne «[…] dans le passé, nous nous considérions comme des locataires dans notre propre pays, aujourd’hui nous nous sentons propriétaires et, désormais, nous prenons le destin du pays en main […] ».

Publié en avril 2011 dans La lettre de l’IRMC n°6

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, Université de Sousse

Swanie POTOT

Sociologue, CNRS-IRD

 

Crédit photographique : © AFP ; Yannis Behrakis – Reuters

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook