Archives par mot-clé : méthode

Séminaire « études du Politique » Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie

Ce séminaire, sous-titré « Entre spécificités des cas et universalité des approches » et mis en place par Amin Allal, a pour ambition de comparer les approches, faire dialoguer des expériences de recherches sur des objets des sciences sociales du politique mais aussi de partager une réflexion sur le choix de ces approches. Tandis que la première séance avait été consacrée au journalisme politique, celle-ci se penchait sur la question du « repérage du politique ». Pour ce faire, étaient invités à débattre Daniel Cefaï, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste de la sociologie des mobilisations collectives, de l’ethnographie politique ainsi que de l’Histoire des sciences sociales aux États- Unis et Imed Melliti, sociologue à l’Université de Tunis, chercheur associé à l’IRMC ayant récemment mené une grande enquête sur les figures et les formes d’injustice chez les jeunes en Tunisie post-2011. C’est, pour résumer, à deux séries de questions que nos deux intervenants ont du répondre : « où repérer et comment définir le/la politique dans les sociétés sur lesquelles ils ont travaillé ? », « Quels outils ont-ils privilégié et quels biais ceux-ci introduisent-ils dans l’analyse du politique ? ».

Imed Melliti a déployé son argumentaire, en affirmant que la révolution tunisienne avait été un moment charnière du politique, car même si le politique était existant sous Ben Ali, il « s’ignorait ». D’après lui, le politique est un ensemble d’actions sociales, il en existe deux entrées majeures : la gestion des  conflits qui permet de décrire un moment particulier de l’Histoire de la Tunisie en tant que pays pluriel hétérogène, éclaté et se découvrant étranger à lui-même, et la capacité à construire du compromis. Imed Melliti a ainsi travaillé sur la question de l’économie rurale et des jeunes. Il observe chez ce public que la question du politique y est ordinaire que les jeunes possèdent une réelle capacité à devancer les catégories vernaculaires, à émettre des jugements, ont une faculté à la critique ordinaire, à statuer de façon intuitive. Ce qui pousse ces acteurs à formuler ces revendications politiques est avant tout le trop grand sentiment d’injustice qui est notamment lié à l’inégalité territoriale. La circulation des capitaux, elle aussi, révolte les jeunes.

Daniel Cefaï a réagi à cette présentation, soulignant le lien entre le travail d’Imed Melliti et du philosophe du politique Claude Lefort qui a travaillé sur l’expérience du bien et du mal, du légitime et de l’illégitime. Daniel Cefaï a affirmé s’appuyer sur l’ethnographie politique, ce qui le conduit aujourd’hui à reprendre la philosophie politique. Doit-on se baser sur ce que disent les acteurs ? La frontière entre ce qui est politique ou non est sans arrêt en train d’être rediscutée mais la maltraitance des animaux, les perturbateurs endoctriniens, la malbouffe ne sont-ils pas autant de questions éminemment politiques ? Selon ce dernier, la publicisation mène à la politisation. Le chercheur argue que même une situation amoureuse peut devenir politique dans le cas de la répartition des tâches par exemple, ce qui veut dire que les catégories de l’intime, du personnel, ne font pas exception et peuvent relever du politique. Cependant, le politique est une énigme et l’on peut être amené à voir du politique là où les acteurs refusent d’en voir : dans le cas d’habitants qui s’investissent pour le quartier, de syndicats ou autre.

© chedlybenibrahim.wordpress.com

À cette question Imed Melliti a d’abord répondu que « l’on trouve du politique quand on ne le cherche pas et dès lors que nous nous mettons à le chercher, nous ne le trouvons pas ». La recherche ne se fait pas en dehors d’un contexte, elle comporte en effet des contraintes afférentes à un cadre. Imed Melliti a précisé qu’il abordait son travail par le biais du qualitatif et non du quantitatif. Il trouve en cette méthode un intérêt particulier aux mots employés, aux catégories des acteurs.

Pour Daniel Cefaï, le temps long d’observation est important, même s’il faut pouvoir en sortir. Cela doit aller de paire avec un journal de terrain, des enregistrements audio. Selon lui, cela est bien plus engageant que de faire des entretiens ou des sondages par exemple. L’ethnographie n’est d’après lui, pas incompatible avec d’autres types d’enquêtes, avec de l’analyse d’archives ou autre, cela peut même être complémentaire car l’ethnographie ne se suffit pas à elle-même et l’analyse documentaire peut en être un contrefort par exemple.

Daniel Cefaï a aussi insisté sur le corps en tant que présence qui occupe l’espace, qui se propose à son interlocuteur et qui induit des émotions, des sensations, et la façon dont ce corps singulier induit un type de rapport particulier. Il faut avoir conscience de ce que ce corps véhicule, et apprendre à se connaître soi-même est certainement la meilleure façon de l’aborder. Il faut apprendre à maîtriser la distance générationnelle, raciale, de genre… L’enquête ethnographique doit aussi se prémunir d’un écueil : celui de ne voir tout qu’à travers un seul prisme et de n’analyser qu’à travers celui-ci. Il faut s’interdire d’avoir trop de catégories. Enfin le travail du chercheur en sciences sociales est aussi grandement constitué de rédaction, il faut donc s’interroger sur le fait de rédiger : en quoi ? Pour qui ? Pour quoi ? Contre qui ? Contre quoi ? Daniel Cefaï, considère qu’il faudrait pouvoir toujours répondre à ces questions.

Cette discussion a suscité interrogations et remarques de la part du public qui a réagi à ces interventions. Oissila Saaidia a abondé dans le sens de Daniel Cefaï en affirmant qu’accepter en tant que chercheur ce que l’on est permet à l’enquêté de mettre quelque chose en avant ou non. Il s’agit là de cohérence narrative et de notre présence, du présent qui nous appelle. Jérôme Heurtaux s’est interrogé sur les points de rencontre entre l’ethnographie et la science du politique, ce à quoi Daniel Cefaï a répondu qu’il fallait évidemment mettre en lien ces disciplines. Un autre participant s’est demandé si considérer que tout ce qui relève du vivre ensemble a trait au politique, constitue un risque à ce que cette acception devienne trop englobante. Doit-on comparer ? Est-on dans la subjectivité ? Est-ce que la montée en généralité est pertinente en ethnographie ? À cela, Daniel Cefaï a répondu que l’expérience est autant pragmatique qu’il n’est aucunement question de vécu subjectif, qu’il ne s’agit pas là de roman social, l’ethnographie n’ayant rien à envier au model hypothético-déductif.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Séminaire « études du Politique »
Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2214.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Représentation de la justice et du bien commun

Le projet Cha’n (Jeunes, légitimités politiques et reconnaissance sociale dans les processus de transformations sociopolitiques en Tunisie), piloté par l’Observatoire national de la jeunesse (ONJ) et financé par le Centre de recherche sur le développement international (CRDI, Canada), a organisé du 27 au 29 septembre 2015 à Tunis, en partenariat avec l’Institut de recherche sur leMaghreb contemporain (IRMC), un séminaire de formation méthodologique en analyse qualitative destiné à des doctorants en sciences sociales mais aussi à des Mastère 2 et portant sur l’exploitation de l’enquête par entretiens réalisée dans le cadre dudit projet sur « Les représentations de la justice et du bien commun ».

Objectifs du séminaire

L’atelier méthodologique était consacré à :

– Sensibiliser les étudiants aux spécificités de la recherche qualitative ; Les engager dans une réflexion sur l’épistémologie de l’approche qualitative (rapport à l’objet, statut de la parole des acteurs et usage de cette parole dans l’écriture scientifique) ;

– Les former à l’analyse des données produites (entretiens) dans le cadre d’une recherche qualitative ;

– Les outiller en matière de techniques d’analyse des données (notamment l’analyse thématique de contenu).

Participants, équipe pédagogique et supports

Les participants étaient des doctorants de différentes disciplines (sociologie, anthropologie, géographie, démographie, sciences juridiques et design) et des étudiants de Mastère 2 de sociologie. Certains des participants étaient aussi de jeunes enseignants en sciences culturelles, ou encore en urbanisme. Cette pluridisciplinarité et diversité des expériences a permis d’enrichir les discussions dans la mesure où, si les méthodes de travail et les perspectives sont différentes selon les disciplines,  l’approche qualitative a permis à certains participants, moins en prise directe avec la recherche qualitative, de s’y confronter. Les travaux se sont appuyés sur un ensemble de supports :

■ Des entretiens sur support audio ;
■ Des entretiens sur support papier ;
■ Des articles et extraits d’ouvrages.

L’équipe pédagogique a été constituée de quatre enseignants chercheurs en sociologie, dont deux impliqués dans la recherche sur « Les représentations de la justice et du bien commun » : Ridha Ben Amor, Imed Melliti, Hayet Moussa et Sihem Najar.

© onj.nat.tn

Synthèse des travaux du séminaire

Le programme du séminaire a été construit dans une conception s’appuyant sur l’exercice pratique par la confrontation, notamment avec un corpus d’entretiens, et l’engagement des apprenants dans un processus d’analyse de données qualitatives issues d’une recherche sur la perception de la justice sociale chez les jeunes Tunisiens. La démarche suivie a été aussi fondée sur la valorisation et la prise en compte des acquis précédents des participants et de leurs expériences en matière de recherche qualitative. Deux principes ont commandé la construction du séminaire :

– la focalisation sur le travail en groupes à partir des transcriptions d’entretiens et la restitution collective en plénière, et avec débat, des résultats de ce travail ;
– un cheminement progressif par l’imprégnation et l’appropriation du matériau d’enquête (les entretiens).

La première étape de ce processus visait à rendre compte des premières impressions et du repérage des bribes de discours les plus congruentes/parlantes par rapport à la problématique de recherche. Il s’agissait aussi de repérer les catégories les plus significatives construites par les acteurs pour parler d’injustice. Enfin, après cette première immersion dans le corpus, les participants ont procédé à un travail de découpage systématique des entretiens transcrits, de codage et de catégorisation en application de la méthode d’analyse dite « thématique ».

Cette option « pratique » orientée vers l’éclosion progressive de savoir-faire dans la confrontation avec un corpus d’enquête est conduite à son terme : que faire alors, au bout du compte, du matériau recueilli et quelles sont les stratégies d’usage des entretiens dans un texte écrit ? Ce dernier point est sans doute le moins pensé par les chercheurs comme en témoigne l’absence d’écrits sur ce sujet.

Pour offrir quelques éléments de cadrage et susciter le débat autour des questions problématiques et des enjeux heuristiques qui se cachent derrière les choix de méthode, trois brèves communications ont été données par les formateurs : une première sur « le statut des catégories indigènes dans la recherche qualitative » (Imed Melliti) ; une deuxième sur « l’analyse de contenu » en prenant pour exemple « l’analyse thématique » (Hayet Moussa) ; une dernière consacrée à « l’usage du discours des acteurs dans un texte écrit » (Imed Melliti et Hayet Moussa).

La communication d’Imed Melliti avait pour objectif essentiel d’expliquer ce que l’on entend, en méthodologie qualitative, par « catégorie indigène » ainsi que l’évolution de cette notion qui a commencé avec Clifford Geetrz et qui a été reprise et reformulée dans une visée strictement méthodologique par Jean- Claude Kaufmann dans son livre L’entretien compréhensif. Avant d’analyser quelques exemples de ces catégories, l’intervenant a insisté sur une idée majeure, à savoir la continuité nécessaire en méthode qualitative entre connaissance ordinaire et connaissance scientifique, en rappelant que continuité n’est pas homologie et qu’il est tout aussi important de souligner les différences fondamentales qui existent entre la posture du chercheur et celle de l’homme ordinaire. Cela revient à dire que le défi majeur que doivent relever les sciences sociales, selon lui, consiste à produire une connaissance qui soit en congruité avec les objets de pensée de sens commun sans être de la même espèce que ceux-là.

Pour sa part, Hayet Moussa a tenté de démontrer que si l’analyse des données qualitatives doit beaucoup à « l’intuition », au « bricolage » et à « la plongée » dans le matériau, elle ne doit pas non plus céder à un trop grand impressionnisme. Par ailleurs, il s’agissait pour elle de sensibiliser les étudiants au fait que l’interprétation des données qualitatives ne revient pas, soit à dire autrement ce que disent les acteurs soit à « couvrir » le discours des acteurs en lui substituant un autre « plus savant », plus abstrait. L’analyse des données, a-t-elle insisté, est avant tout un processus inductif et l’exemple de l’analyse thématique permettait de démontrer aux étudiants que cette analyse des données est faite d’intuition, de confrontation avec le terrain et le corpus mais aussi de rigueur et de systématisation. En ce sens, l’analyse de contenu thématique constitue une méthode scientifique, systématisée et « objective » de traitement du matériau recueilli. Elle consiste « à repérer dans des expressions verbales ou textuelles des thèmes généraux récurrents qui apparaissent sous divers contenus plus concrets » (Mucchielli).

Les travaux du séminaire ont permis de poser avec les doctorants et étudiants de Mastère 2 quelques questions importantes en matière de recherche qualitative et d’exploitation des données d’enquête par entretien. Ils ont constitué un premier moment de réflexion collective sur les données de l’enquête : le rôle de la comparaison sociale dans la naissance du sentiment d’injustice, la distinction entre l’injustice comme « épreuve personnelle » et comme « réalité du monde », l’importance de l’injustice née du décalage entre les capacités et les potentiels et ce que l’on peut en faire compte tenu de sa condition, la centralité de l’expérience du mépris, la récurrence de la question de la réussite « illégitime », etc.

© onj.nat.tn

Les échanges entre formateurs et doctorants ont tourné autour de deux points essentiels :

Les caractéristiques de la recherche inductive. Faire du véritable « inductif », c’est parvenir à restituer le sens qui habite les catégories manipulées par les acteurs et les logiques qui commandent leurs pratiques, leurs choix, leurs attitudes et leurs prises de position. L’induction consiste en un travail de montée en généralité et en abstraction en veillant à préserver l’épaisseur du social et la densité des expériences subjectives (ces dernières étant toujours rapportées à des contextes sociaux). Elle fait appel à toutes sortes de tâtonnements et à l’intuition du chercheur, qui reste largement tributaire de ce que Charles Wright-Mills qualifie d’« imagination sociologique », sachant qu’« imagina-tion » n’est pas synonyme de « fabulation » et que le travail de recherche doit répondre à des exigences de rigueur, de probité intellectuelle et d’administration de la preuve.

Le statut de la parole de l’acteur et sa place dans le texte sociologique. La comparaison entre posture « illustrative » et posture « restitutive » permet de saisir les enjeux épistémologiques qui traversent la gestion de la parole des acteurs au niveau de l’écrit. Le recours abusif à la démarche illustrative reflète l’échec du travail d’induction, dans la mesure où il enferme la recherche dans une logique taxinomique qui consiste à ventiler le discours des acteurs dans des « paquets » préconstruits et en fait un réservoir de paroles ayant pour rôle de conforter une vision théorique et des hypothèses établies à l’avance. Dans ce cas, les « citations » sont toujours plus ou moins forcées pour rentrer dans le moule théorique du chercheur et le travail de production de sens au cours de l’entretien ainsi que sa cohérence interne sont largement occultés. La démarche strictement restitutive pèche par son hyperempirisme. L’idée que le terrain parle de lui-même et que le travail d’analyse doit être abandonné au lecteur conduit à l’effacement total du chercheur et à la disparition de son objet. S’il apparaît évident que la posture médiane est la plus appropriée et la plus fréquente dans les recherches sociologiques de type qualitatif, les doctorants sont amenés à mesurer la difficulté de l’adopter. Plusieurs formes d’écriture à partir des entretiens sont alors évoquées : des citations in extenso de long passages, l’analyse des « petites phrases » et des catégories d’acteurs et la reconstitution de portraits.

Conclusion

Pendant les trois jours du séminaire, les doctorants ont bien joué le jeu dans un climat de détente et d’interactivité. L’interdisciplinarité, le caractère peu formaliste du déroulement des activités deformation et la participation de certains à l’enquête elle-même ont renforcé la dynamique d’échange et enrichi les  débats. La dimension « pratique » du séminaire faisant de la sociologie un « métier » qui a ses ficelles et ses tours de main et la confrontation avec le matériau de l’enquête ont été salué par la plupart des doctorants qui regrettent que les cours à l’Université soit moins utiles et plus monotones. Bien qu’elle ait été une véritable réussite, cette formation méthodologique aurait gagné à être prolongée, afin de donner plus de temps au travail sur les entretiens et afin de permettre aux doctorants de se rendre compte de la richesse et des difficultés du travail d’analyse, notamment en ce qui concerne l’analyse thématique. Il aurait été opportun aussi d’envoyer le corpus d’entretien à l’avance aux participants.

Imed Melliti
Hayet Moussa

Pour citer ce billet : Imed Melliti, Hayet Moussa, « Représentation de la justice et du bien commun », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2000.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Approches et méthodes de l’analyse électorale en contexte post-autoritaire

L’école thématique CNRS sur l’analyse électorale, coordonnée par Alia Gana et Gilles Van Hamme, a été organisée par l’IRMC, avec la participation de l’Université Libre de Bruxelles (l’ULB) et de l’Institut de recherche sur le développement (l’IRD), s’est déroulée du 15 au 19 septembre 2015, à L’hôtel Sidi Bou Saïd, Sidi Dhrif. Une quarantaine de participants dont une vingtaine de stagiaires, de diverses nationalités et de profils variés – jeunes chercheurs, membres de la société civile, affiliés à des organisations internationales – ont assisté aux conférences et participé activement aux ateliers.

S’appuyant sur les acquis du projet de recherche PROCELEC (Processus électoraux en Afrique du Nord : recherche en géographie et en sociologie électorale), coordonné par l’IRMC, cette école thématique s’est fixée comme objectifs de confronter et de mettre en dialogue les approches et les méthodes mises en oeuvre par différentes disciplines (sociologie, géographie et sciences politique), et appliquées à différents contextes sociopolitiques (Europe, Afrique du Nord, Afrique Sub-saharienne). Son but est de familiariser des étudiants et des jeunes chercheurs avec les approches interdisciplinaires, comparatives et territorialisées, ainsi qu’avec les outils de l’analyse électorale et de contribuer au développement d’une expertise répondant aux besoins spécifiques des pays de la région, tant en matière de recherche que de formation universitaire.

Combiner sociologie et géographie électorale

Après une présentation des objectifs de l’école, la première séance a été l’occasion de présenter les fondements théoriques de l’analyse électorale. Eric Agrikolyansky a rappelé les grandes approches de la sociologie électorale et leurs centres d’intérêt : évaluation de l’intérêt pour la politique ; identification des ancrages sociaux des préférences électorales ; et analyse du rapport entre les facteurs structurels dans le temps long et le temps court des élections.

De son côté, Gilles Van Hamme a rappelé l’intérêt de l’approche en géographie électorale qui, à la différence de la sociologie, travaille sur l’ensemble du corps électoral. Il s’est attardé sur l’importance de la notion d’échelle, qui peut entraîner des erreurs d’interprétation majeures si elle n’est pas bien prise en compte. L’ambition est avant tout de comprendre les lignes de fractures dans les sociétés, au moyen des outils qu’offre la géographie électorale : cartographie des espaces d’implantation des partis, croisements des données électorales et socio-économiques, comparaison dans le temps et dans l’espace, et analyse multiscalaire.

Les objectifs de la recherche sur les élections sont multiples. Ils visent tout d’abord à cerner les critères de politisation des individus : en sociologie, différents modèles tentent de cerner ce processus.
Le modèle de « domination sociale » stipule que la politisation dépend avant tout de la position sociale et de la culture subjective et objective du citoyen. Les populations « dominées » – classes
populaires, non instruits, jeunes – participent donc moins que les autres. La question de la compétence politique, très difficile à évaluer semble finalement aussi bien une question de délibération, de politisation en situation de délibération, que de compétence sur le fond. Le modèle de l’intégration sociale, développé par Paul Lazersfeld et Céline Braconnier, stipule, quant à lui, que c’est l’appartenance à des groupes sociaux structurés qui permet l’augmentation de la participation ; le vote est alors vu avant
tout comme une pratique collective. Cette question de l’appartenance communautaire, de l’identité, et du vote est au
coeur des travaux de « l’école du Michigan » sur l’appartenance sociale. Certaines variables « lourdes » surdéterminent le vote : la religion, « l’effet patrimoine », les statuts socioprofessionnels, etc.

La recherche en analyse électorale vise également à cerner la force du déterminisme social dans l’opération de vote : avec Eric Agrikoliansky, Gilles Van Hamme a rappelé que si le vote des classes a été sans doute surestimé, il n’en reste pas moins une réalité, qui se recompose et se décline sur de nouveaux axes, au gré des évolutions de l’offre politique : ethnocentrique/universel ; inégalitaire/ égalitaire. Cette vision est remise en question dans le cadre de la « crise des identifications partisanes », qui fait passer de « partis de classes » aux « partis à enjeux ». C’est l’émergence d’électeurs éduqués et du modèle concurrent de « l’électeur calculateur » (cf. Anthony Downs, An Economic Theory of Democracy, 1957), qui recherche avant tout l’utilité individuelle dans son vote. Sur le plan théorique, Eric Agrikoliansky a rappelé l’importance de l’interdépendance de l’ordre politique et social. L’ouvrier est autant une catégorie produite par l’ordre  politique qu’une classe sociale définie. La recherche électorale s’intéresse aussi aux rapports entre facteurs structurels dans le temps long et le temps court électoral et à l’analyse des ruptures et continuités. Cette dichotomie pose un certains nombre de questions méthodologiques. Si les campagnes peuvent renforcer des convictions, les effets de contexte font appel à l’historicité du champ politique, à l’offre électorale en tant que telle. En géographie, l’analyse de la socialisation politique des citoyens, permet de cerner les formes d’encadrement social, et leurs implications spatiales. On distingue ainsi « l’effet de voisinage ». Ce sont les effets de la norme sociale, de l’influence des pairs, et du poids d’institution d’encadrement social fortement ancrées dans l’espace. Par ailleurs, malgré les bouleversements politiques, on observe une persistance remarquable dans la géographie électorale d’une structure socio-économique, au-delà de ce qui l’a fait naître. Ainsi, les zones, industrielles dans les années 1900 en Belgique par exemple, sont encore souvent des piliers de vote socialiste. Jérôme Heurtaux, dans sa présentation sur la sociologie en contexte postautoritaire, rappelle également que dans l’euphorie démocratique, l’abstention reste peu étudiée, tout comme la figure de l’électeur. Souvent, il y a une idée « d’incompétence civilisationnelle » des citoyens à s’exprimer politiquement. Si la volatilité électorale y est importante, on constate néanmoins une stabilité en termes de clivages sociaux.

L’analyse électorale en contexte autoritaire et post-autoritaire. Etudes de cas en Afrique du Nord : quelles significations des élections en régime autoritaire ? Puis post-« printemps arabe » ?

A. Les élections comme simple outil de légitimation.

Eric Gobe, dans sa présentation sur la signification des élections en Tunisie en régime autoritaire, a rappelé que l’État a procédé a de constants réajustements du code électoral afin de garantir la stabilité du régime et d’éviter le mécanisme capable d’introduire l’alternance. Le choix d’un scrutin majoritaire de liste à un tour est devenu une véritable clé pour le partiÉtat. L’élection devient en réalité un instrument de gratification pour les bons et mauvais opposants. C’est plutôt un système de cooptation en ce qui concerne l’élection présidentielle.

B. Les élections en Algérie, la perte du sens du processus électoral comme mesure de politisation.

Abdelkader Lakjaa, dans sa présentation du cas algérien, et du comportement des jeunes depuis 1989, a rappelé le caractère inédit de l’exemple algérien. Ainsi, à la suite de la victoire électorale du FIS en 1991, le régime décide l’annulation et l’arrêt du processus électoral et ouvre la porte à une double décennie de guerre civile. Les enquêtes de sociologie électorales menées aujourd’hui auprès des jeunes Algériens permettent de souligner que la tendance lourde est avant tout l’abstention. Dans un climat socioéconomique difficile aujourd’hui, les jeunes se replient sur l’espace familial. De
l’indépendance à aujourd’hui, le contrat entre les élites politiques et les jeunes a consisté à garantir l’État providence, et ce contrat est désormais rompu. On peut parler de « citoyens sans citoyenneté ». Dans sa présentation « Les élections : « négociations courtisanes » et jeu politique local, le cas du Maroc, Mohamed Tozy souligne qu’avant 2011, il s’agissait d’un simple partage des responsabilités entre le gouvernement et le roi. Ce n’est pas la légitimité électorale qui prime, mais plutôt la coopération avec le roi. Désormais, le roi prend en charge la contradiction : modernisation de la constitution versus conservatisme. Les nouveautés de la mobilisation électorale sont le rôle des réseaux sociaux et le financement public. Les élections restent une « compétition de courtisans » mais il existe malgré tout un vrai jeu politique. Il y a finalement une sorte d’équilibre entre la cooptation et la transaction politique.

© ladepeche.fr

Dans son exposé traitant du « retour d’un régime autoritaire » Sarah Ben Nefissa présente le cas égyptien et ses spécificités. Ce qui change vraiment après 2011, c’est avant tout l’apparition de la
figure de l’électeur, l’absence d’intervention de l’État dans ces élections là, et la dissolution du « parti-État ». Elle souligne la forte corrélation entre le milieu paysan et le vote islamiste, qui permet de parler d’une affirmation politique du fellah égyptien. Le clivage se fait également entre les civils, les religieux, et les « traditionnels » (nationalistes, pro-État). Le monde rural semble une réserve de voix islamiste, le monde urbain est plus moderniste. Certains clivages géographiques apparaissent désormais structurants. Les évènements de juin 2013 auraient pu marquer la fin de la confiance dans les élections. Cependant depuis ce moment là, c’est la participation ou non à l’élection qui devient le vrai enjeu et signifie l’accord ou non avec les évènements de juin. Dans ce contexte, le vote blanc, en pleine augmentation, apparaît comme éminemment politique. Par ailleurs, le clientélisme et les transactions de voix au niveau local, rappelle qu’il ne s’agit pas juste d’élections de façade, et que des dynamiques autres, mais pas « non politiques », sont en jeu.

Enseignements des scrutins post-révoltes arabes, et méthodologie d’analyse

Historique du projet : au-delà des clivages identitaires, comme facteur explicatif des scrutins de 2011. Alia Gana a présenté une sociologie électorale comparée de la Tunisie, rappelant les objectifs qui avaient guidé la mise en place du programme et groupe de recherche PROCELEC, à l’origine de l’organisation de l’école thématique. Ainsi, à la suite des élections de 2011, l’ensemble des analyses se sont concentrées sur l’idée de profonds clivages sociopolitiques, identitaires – modernistes/conservateurs ; laïcs/ islamistes –, délaissant largement la dimension territoriale du vote. L’idée était donc de souligner l’importance d’une lecture territoriale et sociologique pour éclairer les clivages profonds de la société
tunisienne. Les conclusions tirées de l’analyse des données d’enquêtes menées auprès d’un échantillon de 600 électeurs soulignent le poids de certains déterminants sociodémographiques dans la participation et l’orientation du vote (âge, sexe, niveau
d’instruction et catégorie sociale). Les résultats de l’enquête confirment les différenciations socioéconomiques des comportements électoraux et suggèrent que le clivage « conservateur/moderniste » recouvre partiellement une opposition
sociale. Néanmoins, ce résultat ne doit pas être interprété comme renvoyant à une opposition sociale tranchée entre le vote Ennahdha qui serait celui des classes défavorisées, et le vote moderniste qui serait celui des classes aisées urbaines.

Les instituts de sondages : des méthodes en débat.

La fin de matinée, H. Zargouni a présenté la méthode des sondages électoraux, réalisés par son entreprise Sigma Conseil. Cela a donné lieu à une vive discussion sur la pertinence des méthodes de collecte des données et de production des résultats de tels instituts.

Outils techniques et méthodologiques pour l’appréhension du fait électoral :

1. Cartographie et statistiques, l’approche quantitative :

Maher Ben Rebah a introduit les méthodes, fondements et outils de la cartographie électorale : traduction graphique d’un jeu de données, d’une problématique, et d’une échelle spécifique. David Goeury a fait une présentation de cartes et cartogrammes surles élections tunisiennes et marocaines. L’atelier a permis de poser les questions des choix de représentations graphiques, et a introduit la notion d’interprétation de la carte. Ainsi, les régions sahariennes,
faiblement peuplées mais correspondant aux plus grandes délégations, semblent souvent sur-représentées dans la
cartographie électorale. La méthode des cartes en anamorphose permet de pondérer ce déséquilibre, en laissant voir le
déséquilibre superficie/démographie. Le samedi matin, les participants ont également pu apprendre à utiliser les logiciels de cartographie et produire un certain nombre de cartes « classiques » de géographie électorale, comme les rapports d’implantation entre les partis, où la répartition du vote des jeunes. Grâce aux bases de données et fonds de cartes de la Tunisie qui ont été fourni aux participants, l’atelier a permis la production de diverses cartes thématiques.

2. Les modèles statistiques, comme test de pertinence des variables sur l’ensemble du corps électoral :

Gilles Van Hamme a présenté les notions statistiques fondamentales que sont « l’analyse en composante principale » et « la régression », qui permettent d’expliquer en partie des variations territoriales. D’autres ateliers ont permis aux participants de se familiariser avec les approches quantitatives et qualitatives, en apprenant à manipuler des bases de données afin de tester divers croisement de variables et en proposer une interprétation.

3. Approche qualitative, microsociologie et approche territoriale :

Le jeudi matin, Eric Agrikoliansky et Alia Gana, ont présenté les méthodes d’enquêtes auprès des électeurs, en rappelant que les échantillons doivent être représentatifs avant tout en termes de diversité de la population. Les questions, ouvertes ou fermées, sont individuelles et cherchent à cerner les choix politiques et caractéristiques sociales. Les principales limites du questionnaire sont la sous représentation de l’abstention, les contraintes liées au passage effectif de l’enquête (temps, disponibilité, …) et le
codage, ainsi que la difficulté d’établir certaines causalités uniquement via cet outil. Le vendredi matin a été l’occasion d’un atelier où les participants, par groupe, ont présenté des questionnaires qu’ils avaient préparés en s’inspirant du questionnaire PROCELEC, utilisé pour la production de résultats inédits en recherche électorale post-printemps arabe dans les contextes marocain, tunisien, et égyptien. Cela a permis aux participants de cerner les difficultés et d’identifier les logiques du
choix des questions selon les objectifs de la recherche, et la nécessaire réflexion pour une adaptation optimale des questions au contexte socio-territorial de l’enquête.

Les observatoires localisés: cerner les logiques sociales du vote et la nature des réseaux sociaux qui en sont à l’origine. L’après midi, la présentation des résultats des observatoires localisés du Maroc, de Sfax, Tabarka, et de l’Egypte, ont permis d’analyser les comportements électoraux en tenant compte des systèmes de relations sociales dans lesquels s’inscrivent les individus, qu’on peut
appréhender plus finement au niveau local. Dans chaque terrain, une centaine de questionnaires ont été passés auprès des électeurs et une dizaine auprès des acteurs politiques clés. L’équipe égyptienne a restitué le travail, effectué dans un contexte très tendu, et qui de fait, s’est donc plutôt attaché à une description de trajectoires d’individus soumis aux micropressions, mettant en valeur les logiques d’interrelations et la complexité de l’ancrage territorial de l’électeur.

Conclusion

Lors de la synthèse, il a été rappelé que l’ambition de l’école était d’offrir aux participants la diversité des approches et expériences dans le champ de la recherche électoral en rappelant qu’on ne peut pas comprendre les comportements électoraux sans les combiner. Les participants de leurs côtés ont fait part de leur intérêt pour la présentation de divers contextes nationaux, qu’ils auraient souhaiter approfondir en partant de leur expérience et parcours individuels, afin de mieux cerner les spécificités des effets de contexte, et d’une situation autoritaire ou post-autoritaire en ce qui concerne l’analyse électorale. L’alternance des conférences thématiques et ateliers pratiques a été l’un des points forts de l’Ecole et les participants ont exprimé l’envie de systématiser cette alternance avec plus d’ateliers encore, afin de discuter et mettre en débat les expériences de chacun. Tous les participants ont rappelé
l’intérêt qu’ils avaient eu à suivre cette école, malgré des profils très différents, dans la mesure où ils ont pu accéder à des connaissances théoriques et une vision renouvelée des comportements électoraux.

Irène Carpentier

 

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, «Approches et méthodes de l’analyse électorale en contexte post-autoritaire», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1953.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook