Archives par mot-clé : masculinité

Passage de frontières : genre, espace et identité dans les littératures et les films du Maghreb

photographie de l’auteure

Au centre de mon projet de recherche se trouve la question de la modélisation esthétique de l’identité dans les cultures contemporaines de langue française du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Le but est d’analyser les transgressions des stéréotypes, des modèles de rôle et des concepts d’appartenance dans les notions de genre et d’espace qui sont transmis par la littérature et le cinéma. Sur la base d’une combinaison des théories spatiales, postcoloniales et des études de genre, les artefacts littéraires et cinématographiques sont placés dans un contexte intermédial. Ils sont étudiés à travers leurs points communs et leurs différences. L’analyse comprend des œuvres littéraires et cinématographiques de femmes et d’hommes de trois pays du Maghreb : Maroc, Algérie et Tunisie.

Littérature et films francophones du Maghreb dans le cadre de la romanistique en Europe.

Compte tenu des transformations actuelles qui ont lieu dans les pays arabes depuis 2010 et qui sont connus globalement sous le titre de « Printemps arabe », la réception hésitante des œuvres littéraires et cinématographiques venant des pays du Maghreb en Europe est surprenante. La romanistique européenne s’intéresse depuis la seconde moitié du XXe siècle à la littérature francophone du Maghreb. Pour cela il existe une multiplicité de publications traitant de ce domaine de recherche. Même si on trouve des contributions de recherche internationales sur les auteurs maghrébins plus connus, les analyses scientifiques des films restent rares. Concernant les films de Raja Amari, Moufida Tlatli, Merzak Allouache ou Nouri Bouzid, ils n’ont fait l’objet que de quelques articles de la romanistique européenne, et de quelques contributions dans des recueils plus généralistes. La combinaison de « film » et « littérature » de L’Afrique du Nord est encore plus recherchée et il n’y a que très peu de publications avec une orientation internationale et intermédiale.

© tunismag.com

Ce projet de recherche entend combler ces déficits par une analyse théoriquement fondée sur la littérature et les films contemporains de langue française du Maghreb. Dans cet objectif, des œuvres d’artistes tunisiens, marocains et algériens sont analysées selon la théorie du genre et avec une approche intermédiale.

La création des « identités hybrides » dans les littératures et
films francophones du Maghreb

La présupposition de mon analyse est l’hypothèse que genre et ethnicité se trouvent dans une relation d’échange complexe. Comme ils sont des stratégies de pouvoir, ils produisent des frontières culturelles et sexuelles, qui ont la fonction de faciliter la formation d’identité et de diminuer les conflits d’identité en faisant ressortir symboliquement un autre imaginaire. Les rapports de force entre cultures et sexes n’existent donc pas a priori mais ils sont produits. Les études postcoloniales et les études de genre rendent problématiques ces tracés de frontières et ces stratégies de pouvoir. Ces études mettent en cause la polarisation abstraite du monde parce qu’elles comprennent les oppositions comme des instruments de pouvoir et des procédures d’exclusion. Pour les procès de classification et de différentiation, les métaphores de l’espace jouent un grand rôle. Dans la pensée collective, des notions telles que conformisme/marginalité, ou encore étranger/intime se manifestent concrètement dans l’espace. L’espace reflète donc l’ordre social et il est en corrélation avec la formation de l’identité. Le passé colonial ainsi que l’ambivalence culturelle et linguistique du Maghreb, mais aussi la séparation spatiale traditionnelle de la femme et de l’homme, montrent le rapport entre genre, espace et formation de l’identité. Cet aspect est aussi pris pour sujet dans beaucoup d’oeuvres cinématographiques et littéraires francophones du Maghreb. Le projet de recherche se sert pour cela d’un triple cadre théorique :

Les considérations de l’espace sont aussi importantes que les recherches des études postcoloniales ; Les études de genre dans les littératures et films francophones du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie se caractérisent souvent par une délimitation ; Le mélange de culture et de genre crée des « identités hybrides ».

Pour une plus grande visibilité des littératures et des films francophones contemporains du Maghreb.

Avec l’indépendance des anciennes colonies françaises a commencé le développement des nouvelles littératures francophones. Le domaine d’activité de la franco-romanistique s’est ainsi agrandi d’une manière remarquable. Parce que des Caraïbes jusqu’au Maghreb, en passant par l’Océan indien des oeuvres littéraires sont écrites en langue française. A côté des textes littéraires sont également produits des films se trouvant en relation avec la
France à cause de la langue choisie, de leurs sous-titres ou de leur financement et qui peuvent être qualifiés pour cela de « francophones ». L’étude de ces œuvres peut être vue comme un enrichissement à plus d’un titre : d’un côté elle permet une analyse de nouvelles formes esthétiques littéraires ainsi que cinématographiques ; de l’autre, elle agrandit la compréhension pour d’autres aires culturelles – un devoir élémentaire des sciences humaines, surtout des lettres et de la culture de langue étrangère. Le projet vise deux objectifs majeurs :

– analyser la négociation médiale de l’identité comme un attribut dynamique et changeant et dégager les relations entre les conceptions d’identité et les constellations d’espace et de genre dans le texte ou le film ;

– analyser les stratégies esthétiques et narratologiques pour la mise en oeuvre des « identités hybrides » et apprécier les oeuvres pour leur qualité artistique.

Compte tenu des évolutions en cours dans les pays arabo-musulmans, l’étude se focalise sur d’éventuels changements sur le plan esthétique et souligne l’importance de la littérature et du film comme indicateur de la vie socio-politique. Le choix des oeuvres analysées ne se limite pas aux auteurs et aux réalisateurs déjà célèbres en Europe mais prend aussi en compte des écrivains et cinéastes contemporains qui ne sont pas encore connus en dehors de leur pays d’origine. Le but est entre autre de contribuer à une plus grande visibilité des littératures et des films contemporains du Maghreb.

Auteur(e)s et réalisateur(e)s francophones du Maghreb engagés dans la question de la formation d’identité et de la constitution du sujet.

Plusieurs auteurs et réalisateurs francophones du Maghreb se consacrent à la question de l’identité individuelle qui est attachée d’une part au droit à la subjectivité et à la singularisation, d’autre part aux identités collectives, voire nationales, aux idées et convenances d’une société. Abdellah Taïa, jeune écrivain né à Salé au Maroc, aborde dans ses oeuvres la problématique d’une mise en scène d’un sujet homosexuel et d’une écriture de soi
suivi par une réflexion sur les conceptions hégémoniques de masculinité au Maghreb. Le marocain Fouad Laroui, pas encore très connu en Europe, prend pour sujet surtout la relation entre les Français et les Marocains et la formation d’identité dans les sociétés postcoloniales, tandis que Nina Bouraoui, française d’un père algérien, présente surtout la recherche d’une appartenance sexuelle aux deux rives de la Méditerranée. Les transgressions radicales des normes sociales de genre et d’espace se trouvent chez Malika Mokeddem, comme dans les textes de la plus jeune Leïla Marouane. L’homosexualité et la subversion des règles

Merzek Allouache, Bab el Wab et Chouchou.

 

Moufida Tlatli, La Saison des hommes.

 et des convenances sociales sont aussi le sujet central dans Le Fil, unfilm du tunisien Mehdi Ben Attia. Merzak Allouache, réalisateur algérien, seconsacre dans Bab el Web et Chouchou à la situation de l’homme arabo-musulman dans les sociétés postcoloniales en Algérie et en France contrairement à Nouri Bouzid, tunisien et connu en France et en Belgique, qui prend pour sujet dans ses films comme Tunisiennes ou Millefeuille les différentes perspectives et conceptions de vie des femmes dans une Tunisie indépendante. Dans son drame L’enfant endormi, Yasmine Kassari retrace la solitude des femmes à cause de la migration de leurs hommes au chômage. Elle raconte une histoire de l’émancipation féminine. Récit similaire à celui de Moufida Tlatli qui, dans La saison des hommes, représente la ville et la campagne comme des lieux genrés et opposés. Nadia El Fani dans Bedwin Hacker représente l’internet comme un espace d’action dans lequel toutes les frontières, limites et interdictions sont résiliées. La navigation entre les cultures, les États et les langues, entre la nationalité et la transnationalité ainsi qu’entre la virtualité et la réalité déclenche ainsi un dialogue international.

 

 

Les différentes oeuvres littéraires et cinématographiques montrent que les conflits identitaires au Maghreb sont étudiés par beaucoup d’auteur(e)s et de réalisateur(e)s à partir d’une perspective insolite et qu’un nouveau discours sur la réalité est lancé. La transformation continue, dans laquelle se trouvent les structures des pays du Maghreb, se reflète aussi dans un changement des ordres de genre et d’espace. Le désarroi des identités sur un niveau individuel ainsi que collectif s’exprime aussi dans les médias – littéraires et cinématographiques – dans lesquels les frontières sexuelles, culturelles et religieuses sont déclarées comme des interstices et des dualismes fixateurs épars.

Madeleine Löning

est doctorante à l’Institut de littérature et philologie romane de l’Université de Hambourg et doctorante associée à l’IRMC. Contact : madeleineloening@gmail.com.

Article publié dans La Lettre de l’IRMC n°16.

Pour citer ce billet : Madeleine Löning, « Passage de frontières : genre, espace et identité dans les littératures et les films du Maghreb », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1916.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook