Archives par mot-clé : Marta Luceño Moreno

Les Mots au Maghreb

Chercheure en communication spécialiste de la Tunisie, j’ai participé au projet du dictionnaire Les Mots au Maghreb en proposant une entrée sur la question de la visibilité des femmes tunisiennes de l’indépendance à nos jours.

Marta Luceño Moreno
Docteure en information et communication (Université de Liège), post-doc 2018-2019 à l’Université de Tunis (TTM), associée à l’IRMC, elle mène actuellement un programme de recherche sur la représentation de la société LGBTQI++ dans les médias en Tunisie.

 

Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin recueille plus de 150 notices rédigées par « des chercheurs […] imbibés par l’urgence d’une appropriation locale du savoir des sciences sociales qui ont essayé de visualiser des aires faisant fonction d’espace public »[1]. Du « Hirak » au « Djumhuriya », de « l’humour » à l’« Umma » en passant par le « Doustur », le dictionnaire fait le tour des espaces publics, mais aussi des acteurs qui y défendent leurs libertés et leurs droits.

La notice dédiée à la visibilité des femmes dans l’espace public tunisien retrace, de façon chronologique, l’histoire du mouvement féministe en Tunisie. Elle prend, comme point de départ, les premières interventions publiques de femmes comme Manoubia Ouertani ou Habiba Menchari, qui a initié, avec sa conférence sur le voile, un débat qui perdure encore. Aux origines, ce sont des voix d’hommes, à l’instar de Tahar Haddad, qui rendent les femmes visibles, en dénonçant par exemple la domination masculine. Pour autant, elles conquièrent aussi par elles-mêmes cette visibilité au sein de la société en s’organisant autour d’associations ou avec d’autres formes d’engagement dans les partis politiques. « Leur activisme leur a aussi valu des « arrestations et des déportations collectives vers Tabarka, Bône et Remada » (I. Marzouki, 1993, p. 164). Bien que l’histoire n’ait majoritairement retenu que les intellectuels masculins, cette lutte fut menée collectivement par les hommes et les femmes, qui ont participé à la lutte pour les réformes sociales et politiques de tout type, y compris l’égalité de genre. »[2]. À l’issue de la décolonisation, l’arrivée au pouvoir de Habib Bourguiba marque le début d’une institutionnalisation des droits des femmes, avec la création un organisme officiel qui réduit les possibilités des associations existantes. S’en suit une période transitionnelle marquée par le passage progressif de cette unicité imposée à une diversité d’approches féministes, ponctuée de temps forts, tels que l’émergence de la mouvance autonome féministe, l’ébullition des années 1980 avec la création de plusieurs organisations, ou encore les années 1990 marquées par des alliances avec la mouvance féministe internationale. La Révolution et les premières années de la démocratie ouvrent un nouveau chapitre de l’histoire du féminisme en Tunisie. Révélant l’importance de la mouvance féministe, il voit le champ féministe s’organiser, se démultiplier et intégrer de nouveaux outils tels que l’intersectionnalité des luttes.

[1] Remaoun Hassan, Khouaja Ahmed (dir.), 2019, Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin, Oran, éditions du CRASC, quatrième de couverture.

[2] Luceño Moreno Marta, « Mouvements féministes en Tunisie », in H. Remaoun, A. Khouaja, op.cit., 243-247, 245.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Homosexualité et terminologie en Tunisie

Marta Luceño Moreno
Docteure en information et communication à l’Université de Liège, post-doctorante 2018-2019 à l’Université de Tunis (unité TTM), chercheure associée à l’IRMC, elle mène actuellement un programme de recherche sur la représentation de la société LGBTQI+ dans les médias en Tunisie.

 

Proposition de notice non-retenue pour Les Mots au Maghreb[1], Marta Luceño Moreno expose ici ses recherches sur la langue arabe et le dialecte tunisien pour désigner l’homosexualité en Tunisie. C’est l’occasion d’évoquer l’évolution de la terminologie liée à la diversité des orientations sexuelles et des identités de genre, et ensuite de mettre en lumière l’historique de la lutte pour les droits et libertés du collectif LGBTQI++ (Lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels, queer, intersexuels et plus) au Maghreb et plus spécifiquement en Tunisie.

Mezhly, mezlyya, mezhlyya jinsya (مثلية جنسية, مثلية, مثلي)

Les termes désignant l’homosexualité en arabe classique : Shuzhouzh (الشذوذ – dévié/e), Liwat (en référence au peuple de Loth) ou Sihâq (سحاق) – relatif à l’homosexualité féminine exclusivement – ou ceux issus des dialectes maghrébins : zemel, miboun, loubia (pour l’homosexualité masculine) et lasbounet, esbienet, tacha, mrejla, tqardîch (pour l’homosexualité féminine), sont tous péjoratifs ou négativement connotés. C’est pourquoi, les associations LGBTQI++ ont milité pour l’emploi d’une terminologie neutre : mizhly (homosexuel). Marginale dans le langage oral courant, elle s’est progressivement imposée dans les médias et autres textes faisant référence à la sexualité ou au genre. Cette revendication lexicale s’inscrit dans un mouvement plus vaste originaire du Moyen-Orient et qui œuvre à la formalisation écrite de glossaires LGBTQI++. Le premier est publié en 2003 par et sur le blog bint el Nas. D’autres suivront, tels que  le « Qamouqaws » du groupe palestinien al Qaws ou le projet wikigender.

D’autres termes d’origine étrangère ont été introduits dans la langue écrite et orale (que ce soit en arabe classique ou en dialecte). Il s’agit notamment de LGBT, LGBTQI++ ou Queer (كوير), transgenre, gay, bisexuel, minorités sexuelles (أقلية جنسية), etc. Certains groupes ont inventé leurs propres dénominations pour décrire la « communauté ». C’est le cas notamment de la communauté LGBTQI++ tunisienne qui utilise souvent le mot commita ou al commita el kwiria pour se définir.

Depuis les années 2000, plusieurs collectifs et associations défendant les minorités sexuelles, informels ou reconnus comme tels, voient le jour au Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie). La naissance de ce mouvement revendicatif est notamment liée à la pénalisation de l’homosexualité, à l’absence de reconnaissance de l’identité de genre et aux nombreuses discriminations que subissent les personnes LGBTQI++. Au niveau légal, les trois législations pénalisent l’homosexualité et prévoient de lourdes peines. En Algérie, les articles 333[2] et 338 du Code Pénal punissent l’homosexualité par une peine de deux mois à deux ans d’emprisonnement ; en Tunisie, l’article 230 du Code Pénal prévoit une peine d’un à trois ans de prison ; au Maroc, l’article 489 du Code Pénal fait état d’une peine de six mois à trois ans.

La naissance des collectifs informels a débuté au Maroc en 2004 avec la création de l’association Kifkif et l’apparition du Forum Gaymaroc en 2005 (Gouyon, 2018, 95 et 103). Plus tard, en 2012, le collectif Aswat est créé par de jeunes LGBT marocains (Lachheb, 2016, 201) avec le lancement d’un magazine électronique mensuel : Aswat magazine. Il n’était toutefois pas le premier car Kifkif avait lancé en 2010 le magasine Mithly de façon clandestine, en versions web et imprimée. En Algérie, le groupe Abu Nawas est né en 2007 et a organisé des événements pour commémorer « la journée nationale de lutte pour ses droits » lors des journées TenTen. En octobre 2011, l’association Alouen voit aussi le jour en Algérie dans le but que « les LGBT Algériens réalisent à présent la nécessité de se regrouper, l’importance de ne pas se sentir seuls, de se savoir épaulés et soutenus. C’est pour cette raison qu’[elle veut] insuffler à ce mouvement l’idée que l’on peut changer les choses »[3]. En novembre 2014, cette association lance un projet de magazine, Shad. Au Maroc et en Algérie, les communautés s’organisent majoritairement autour de pages Facebook, très diversifiées, et entretiennent la lutte pour leurs droits par ce biais, en raison des risques encourus. En Tunisie, à l’inverse, le contexte postrévolutionnaire a permis la création d’associations légales, reconnues par l’Etat en tant qu’organisations de défense de droits des minorités ou de défense des droits LGBT. Toutefois, la structuration de la communauté commence bien avant la Révolution (Kréfa, 2019) et certains membres des principales organisations ont d’abord siégé au sein d’ONG internationales défendant les droits humains. Au même titre qu’au Maroc ou en Algérie, un premier magazine, Gay Day, a été lancé par des membres de la communauté en 2011. En parallèle, des associations comme Damj (2011), Chouf (2013), Mawjoudin (2013) et Shams (2015) se sont formées et ont obtenu la reconnaissance du statut d’association, malgré la persécution légale de certaines, notamment Shams qui lutte pour la dépénalisation de l’homosexualité. La libéralisation du secteur associatif et le contexte politique transitionnel ont favorisé le développement des demandes publiques de reconnaissance des droits de la communauté, en particulier autour de la dépénalisation de l’homosexualité et l’interdiction du « test anal » forcé à des fins légales, que l’État tunisien s’est engagé à éliminer en 2021.

Actuellement, ces associations occupent un double rôle dans la société tunisienne comme au Maroc et en Algérie mais d’une façon moins visible. D’un côté, elles s’emploient à former les membres de la communauté sur des questions comme la sécurité ou l’acceptation de soi. De l’autre, elles font un travail de vulgarisation et de sensibilisation aux droits LGBTQI++ auprès du grand public, utilisant de façon privilégiée les canaux médiatiques, publicitaires et culturels. L’association Shams a lancé sa propre radio ShamsRad, l’association Mawjoudin a créé en 2018 le Mawjoudin Queer Film Festival. Bien que principalement destiné à la communauté et à ses alliés, il s’adresse aussi, à travers une programmation variée (projection, performances, débats et tables rondes), au grand public. D’autres événements ont été organisés avec plusieurs organisations comme les différentes éditions de la semaine LGBT à l’Institut Français de Tunisie « Couleurs d’Avril » qui offre un espace de débats, de rencontres artistiques, etc. Les associations ont produit ensemble des rapports sur les discriminations et violences subies par les personnes LGBTQI++ en Tunisie et ont créé des « points anti-discrimination » à destination des membres de la communauté qui rencontrent des problèmes du fait de leur orientation sexuelle.

[1] Remaoun Hassan, Khouaja Ahmed (dir.), 2019, Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public, Oran, éditions du CRASC.

[2] Article modifié par la loi n°82-04, du 13 février 1982 (JO, n°7, 210).

[3] Site de l’association Alouen, page d’accueil, [En ligne ici]

Bibliograhie

BOILINI Guiada, 2018, “Linguaggio nella costruzione dell’identità per gli individui LGBT in Palestinia e Giordania”, amslaurea.unibo.it [En ligne]

Coalition tunisienne des droits des personnes LGBTQI, 2017, Rapport sur la situation des personnes LGBTQI en Tunisie, Tunis, Heinrich Böll.

KREFA Abir, 2019, « Le mouvement LGBT tunisien : un effet de la révolution ? », Ethnologie française, vol. 174, n°2, 243-260.

GOUYON Marie, 2018, ‘Ana Loubia’. Ethnographie des homosexualités masculines à Casablanca, Paris, Editions du Croquant, « Sociétés et politique en Méditerranée ».

ESTOMBA GIMENEZ Rosa María, 2018, “La expresión de la sexualidad en el mundo árabe: Túnez”, Feminismo/s, n°31, 83-106.

LACHHEB Monia (dir.), 2016, Etre homosexuel au Maghreb, Tunis-Paris, IRMC-Khartala, « Hommes et société ».

SEMERENE Gabriel, “The Words to Say It”, Mashallah News, [En ligne]

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Médias et homosexualité en Tunisie : de la réclusion du monde virtuel à l’institutionnalisation de la cause homosexuelle

Au lendemain de la Révolution, la Tunisie a vu l’irruption de la question de l’homosexualité dans son champ médiatique. La transition politique a été le témoin de la multiplication du nombre d’articles de presse et de la diversification des approches médiatiques sur la question de l’homosexualité. Avant la Révolution les médias abordaient rarement le sujet de l’homosexualité, et quand ils le faisaient, il s’agissait plutôt d’une « découverte de l’homosexualité » de par sa récente visibilité dans le monde virtuel. Après la Révolution, nous avons constaté la matérialisation de l’existence d’une communauté LGBT tunisienne, certes timide entre 2011 et 2014, mais très investie à partir de 2015, avec la naissance des associations défendant leurs droits et leurs libertés. Nous aborderons brièvement dans ce texte l’évolution du traitement médiatique de l’homosexualité qui a influencé l’institutionnalisation de la cause.

Prisons, arts et mondes virtuels : l’homosexualité dans les médias avant la Révolution

Dès 2008, l’homosexualité commence petit à petit à faire son apparition dans les médias mainstream avec une série de thématiques phares qui reviennent sur le devant de la scène médiatique de façon récurrente. Il s’agit d’une première thématique qui provoque un fort intérêt dans les médias écrits arabophones à travers des accusations publiques d’homosexualité à l’encontre de personnages connus – sous la forme de la « politique-porno » 1 de Ben Ali – ou à l’encontre d’un citoyen lambda accusé de sodomie comme motif criminel dans un fait divers. Ce sujet est souvent accompagné par des articles mettant en avant l’augmentation de la pratique de la sodomie dans les prisons, choisie, subie ou comme forme de torture.

© allocine.fr

En parallèle, une autre forme de médiatisation se développe autour de thématiques sociales, comme la santé publique, notamment en ce qui concerne l’épidémie du Sida ou des articles abordant le domaine des arts, mettant en image ou en récit des homosexuels. Deux exemples sont très connus à l’époque : le cas de la surmédiatisation  de l’ouvrage d’Olfa Youssef 2 où elle aborde l’absence d’interdiction de l’homosexualité dans le Coran, fortement critiqué dans les médias et celui de pièces de théâtre et de films apparus entre 2009 et 2010 qui ont mis à l’agenda médiatique la question de l’homosexualité – comme Hobb Story : ouvrir par ici de Lotfi Achour où l’auteur transcrit « le regard de la société envers l’homosexualité », Toujours Acharii Alkabir de Houda Driss où l’un des personnages est gay, ou encore le film Le Fil de Mehdi Ben Attia mettant en scène le retour sur sa terre natale d’un Tunisien homosexuel, résidant en France. Toutes ces oeuvres ont été abordées dans les médias écrits tunisiens, notamment Le Fil de Mehdi Ben Attia qui a fait couler beaucoup d’encre autour de la « nature » de l’homosexualité. La représentation de l’homosexualité dans le cinéma sert donc de tremplin à la médiatisation de cette réalité sociale rendue invisible car faisant partie des tabous sociaux et des formes de sexualité répréhensibles par la loi.

En outre, une nouvelle manière d’accéder à la question des sexualités s’est ouverte à cette époque via les réseaux sociaux. La visibilisation de l’homosexualité dans le monde virtuel a permis à certains journalistes de traiter cette question sensible, notamment l’article de Abdel Aziz Hali sur Tekiano : « Tunisie : (Dés)orientations sexuelles sur le net ». Le journaliste profite de cette nouvelle visibilité sur les réseaux sociaux pour aborder la perception négative de ces orientations sexuelles non-normatives dans la société arabomusulmane et pour questionner des croyances autour de certaines pratiques sexuelles :

En naviguant sur les sites de rencontres et les salles de discussions, un phénomène attire l’attention de l’internaute averti : des communautés de Tunisiens revendiquent des orientations sexuelles pas nécessairement bien perçues dans nos sociétés arabo-musulmanes. Des groupes qui se cachent derrière des pseudonymes reflétant leurs orientations sexuelles […] On constatera même l’existence d’un phénomène que l’on croyait uniquement occidental. Celui de l’échangisme.

Nous relevons cette nouvelle thématique qui comporte une avancée notable dans la médiatisation de l’homosexualité car le journaliste donne la parole à des personnes LGBT qui racontent leurs vécus et qui revendiquent pour la reconnaissance de leurs orientations sexuelles. Notons l’importance du double bénéfice du monde virtuel : la discrétion pour les personnes qui pourraient être inquiétées légalement et la visibilité qui montre l’existence de la communauté. Le monde virtuel a été largement considéré comme un refuge de la communauté LGBT, même s’ils ont été victimes d’attaques visant leur confidentialité, ce qui a été relayé par les médias. L’auteur d’un de ces articles dénonce la signalisation massive des profils jugés non conformes à une vision de la « société tunisienne arabo-musulmane » :

La manoeuvre a été, par la suite, élargie aux facebookers tunisiens qui affichent leur homosexualité, des photos un peu trop dénudées etc. Et ces anonymes fonctionnent en masse puisque des groupes ont été créés pour dénoncer ces Tunisiens (qualifiés de traîtres) athées, laïcs, juifs, etc. Leurs slogans : des insecticides et une  chaise électrique pour « lutter » contre les « mécréants ».

© huffpostmaghreb.com

À l’exception de ces rares articles où un regard sociologique ou artistique, plutôt ouvert, est posé sur l’homosexualité tunisienne, la majorité des médias diffusent pendant cette période des images dénigrantes de l’homosexualité en l’associant à la dépravation, au crime, à la torture, à la prison, à la honte, à l’illicite ou encore au satanisme.

La panique médiatique postrévolutionnaire autour de l’homosexualité

Au lendemain de la Révolution certains médias comme La Presse reviennent avec force sur la possibilité d’aborder la diversité sociale, dont l’homosexualité, grâce à la liberté de presse recouvrée :

Ce qui nous a frappés aussi, c’est cet acharnement à faire de la Tunisie un pays qui ne supportait aucune diversité, en nous empêchant notamment de parler de l’homosexualité qui est un « courant » pourtant de plus en plus emprunté chez nous en Tunisie. Peut-être voulait-on masquer cette diversité et fermer les yeux sur les différences pour finalement condamner ses adeptes à la marginalité… » .

Toutefois, les souhaits de la journaliste Leïla Chemmen sont loin de devenir une réalité ces premières années de la transition. Dès la première campagne électorale de 2011 et jusqu’à la proclamation de la nouvelle Constitution en 2014, nous assistons à un accroissement constant d’accusations d’homosexualité entre les différents partis politiques afin de se disqualifier les uns les autres. L’usage de l’homosexualité comme « arme politique » est de retour.

Les accusations débutent dès la campagne électorale de 2011 lorsqu’Ennahdha a lancé des rumeurs à l’encontre de la mouvance de gauche « El Kotb » (Pôle démocratique moderniste) en ayant pour but de la disqualifier publiquement. Diverses attaques visaient par exemple les marches nationales « Aatakni » afin de les assimiler à l’homosexualité et au sionisme à travers des montages photo. Plus tard, en janvier 2012, éclate une autre affaire d’accusation d’homosexualité, mais cette fois-ci envers l’islamiste Ali Larayedh avec montage vidéo à l’appui. La fuite de cette vidéo, dont des acteurs avaient connaissance depuis les années 1990, questionne sur un retour de la technique du « politiqueporno » de la dictature. Ces accusations d’homosexualité coïncident d’ailleurs avec un autre scandale touchant Ennahdha, celui de la libération du frère du ministre tunisien de la Justice, Noureddine Bhiri, condamné à plusieurs années de prison pour pédophilie.

Lors de l’écriture de la Constitution, ces accusations se transforment et prennent la forme d’« accusation de défense des droits LGBT » au sein du Parlement tunisien. Diverses propositions d’articles sur des questions de genre sont critiquées publiquement, ainsi que les personnes les défendant, à cause d’une possible voie ouverte au « Mariage pour tous » – discussion fortement influencée par le débat français de l’époque. Le rapporteur de la Constitution, Habib Khedher, affirmait à l’époque : Il faut savoir que si on lève certaines restrictions, la voie est ouverte au mariage homosexuel, entre autres, que la société tunisienne dans sa majorité refuse. L’universalité ne doit pas heurter les fondamentaux de la population, ni ses spécificités.

Ces accusations constantes ont envenimé la situation sociale des personnes LGBT, et favorisé la multiplication des agressions verbales et physiques à l’égard d’homosexuels ou des « personnes incitant à l’homosexualité ».

L’usage de l’orientation sexuelle à des fins de discrédit politique a joué un rôle fondamental dans l’irruption d’une panique médiatique, telle que définie par Divina Frau-Meigs :

« […]ce sont des formes extrêmes d’engagement des individus avec certaines représentations véhiculées par les médias – perçues comme des contenus à risque (réels ou possibles) –, au point de les amener à se manifester collectivement et à interpeller les pouvoirs publics. Ces paniques sont trans-médiatiques, présentes tant dans les médias audiovisuels classiques que dans les médias numériques. […] Toutes relaient un sentiment de perte des repères, de désarroi des valeurs sociales et manifestent une inquiétude pour l’intégrité morale et psychique de la personne. Leur substrat montre que la peur touche à des valeurs profondes de la société, certaines conditionnant sa survie : la mort et qui peut la donner (violence), la sexualité et qui peut la susciter (pornographie, pédophilie). Dans ces deux cas, il s’agit des modes de production et de reproduction sociale qui sont en jeu ».

Le cas de la Tunisie semble correspondre largement à la définitiondonnée par l’auteure puisque cette panique s’alimente notamment de la rhétorique de la peur de la perte de repères, de l’occidentalisation de la société, de la destruction de l’islam, etc. Ces préoccupations ne sont pas uniquement invoquées par les médias mais se retro-alimentent des discussions politiques de l’époque. Dans les discussions parlementaires nous pouvons retrouver la trace des questionnements touchant aux valeurs profondes de la société dont la famille et le couple : « la nécessité de définir le mariage et les rôles au sein de la famille, faisant planer la “menace” du mariage homosexuel ».  Dans d’autres séances plénières certains politiciens vont jusqu’à discuter des dangers de la création de syndicats pour les homosexuels ou la reconnaissance de l’homosexualité comme genre social, sujets qui ont été par la suite repris par les médias et qui alimentent le mouvement de panique.

Malgré cette dynamique médiatique, des améliorations ont lieu, bien qu’elles soient assez limitées. En termes de médiatisation, nous constatons l’apparition inédite d’articles dénonçant des cas de violence à l’encontre des personnes LGBT ou encore de prises de position publiques défendant les droits LGBT. Nous retrouvons des articles abordant les droits des minorités, les demandes de dépénalisation de l’homosexualité ainsi que critiquant l’extrémisme, les violences ou les tabous qui entourent les sexualités. Nous assistons même à la création d’un magazine en ligne, sous le nom « Gay Day » abordant des questions LGBT sur leur site en ligne. Ces premiers pas marquent la route vers le passage du monde virtuel au monde physique de la communauté LGBT tunisienne.

L’apparition de la parole collective homosexuelle

© cpa.hypotheses.org/3349

L’année 2015 constitue un tournant dans la médiatisation de l’homosexualité grâce à divers évènements clés qui ont participé à l’augmentation de l’attention et du changement médiatiques. Nous remarquons notamment l’apparition de plusieurs paroles collectives LGBT qui se servent des médias mainstream pour la diffusion de leurs revendications à grande échelle et pour dénoncer les injustices auxquelles les personnes de la communauté font face au quotidien : les violences, les arrestations, l’homophobie, etc. L’obtention du visa ministériel, légalisant l’existence de l’association « Shams, pour la dépénalisation de l’homosexualité », demeure un événement majeur dans cette évolution, car il s’agit de la première association à être reconnue officiellement par l’État tunisien comme défendant la communauté LGBT – d’autres associations avaient vu le jour avant celle-ci mais elles ont été reconnues comme défendant les libertés individuelles. Suite à l’octroi de ce visa, les réactions politiques et de la société civile jaillissent au même titre que les menaces, les plaintes ou les demandes de retrait du visa, etc. Malgré les tentatives juridiques de dissolution de l’association, elle continue à travailler même si encore aujourd’hui, en février 2019, une demande de dissolution a été réactivée par l’appareil judiciaire tunisien à leur encontre. En parallèle à cette polémique autour de Shams, la médiatisation de deux affaires d’arrestation de jeunes hommes vont jouer un rôle très important dans le mouvement de contestation contre la pénalisation de l’homosexualité et contre les tests anaux subis par les homosexuels. Le cas de Marwen, un jeune garçon condamné pour homosexualité à un an de prison et ayant subi un « test anal » et celui des six étudiants de Kairouan, bannis de la ville par le juge en première instance, ont occupé les médias pendant plusieurs mois jusqu’à leur libération, respectivement en décembre 2015 et en janvier 2016. Ces affaires ont fortement servi à mettre en évidence toute une réalité qui n’apparaissait pas dans les médias auparavant.

© yagg.com

L’année 2015 a surtout apporté des modifications majeures à la médiatisation, en particulier dans les médias francophones, de l’homosexualité. En termes de thématiques, les accusations d’homosexualité disparaissent petit à petit des médias pour laisser la place à des questions liées au respect des libertés individuelles, aux critiques de l’atteinte à la vie privée ou encore à la libéralisation des moeurs en Tunisie. Ces modifications sont accompagnées par une série de changements au niveau linguistique avec des expressions moins homophobes, et au niveau termino-logique avec des termes plus neutres, moins connotés religieusement, y compris dans les médias arabophones. Ces changements ont été possibles grâce à l’investissement des associations LGBTQI++ dans la médiatisation à travers leurs veilles médiatiques afin de contester systématiquement la présence de paroles homophobes et de dénoncer publiquement les cas de violence et d’injustice. Ce travail a été mené malgré les difficultés rencontrées et a soulevé de nombreux questionnements sur les dangers de la visibilisation de la communauté dans un contexte qui pénalise les relations homosexuelles légalement et socialement.

Enfin, cette mise en avant des thématiques défendant les droits des homosexuels a certainement participé à la construction de la criminalisation de l’homosexualité en tant que problème public et a invité les institutions publiques à se questionner sur ce sujet. Ces modifications dans le traitement médiatique ont d’ailleurs pu participer à une prise en charge politique, notamment avec l’intégration des propositions de modification de l’article 230 dans le rapport de la COLIBE et avec l’engagement de l’État tunisien en 2017 d’arrêter les tests anaux dans les quatre ans. Toutefois, demeure la question de la réception médiatique de ces discours. Est-ce que l’évolution de la médiatisation a pu influencer le regard de la majorité de l’opinion publique ? Selon l’enquête sur l’acceptation sociale de l’homosexualité menée par le Pew Research Center publié en 2013 la Tunisie se trouvait alors au top 2 des pays les plus homophobes…

© pewglobal.org

1. Concept d’Ahmed Manaï apparu dans son ouvrage Supplice tunisien, le jardin secret du général Ben Ali aux Éditions de la Découverte en 1995 où il explique les montages réalisés par la police politique afin de salir l’image des personnages de l’opposition comme Ali Larayedh.

2. Youssef Olfa, Ḥayrat Muslima: fīl-mīrāthwalzawājwal- jinsīya al-mithlīya, s.l., Dār Saḥarlil- Nashr, 2008.

3. « Première Hobb Story : ouvrir par ici », Tuniscope, 11 juillet 2009.

4. Hali Abdel Aziz, « t », Tekiano, 14 avril 2009.

5. Bahloul Nizar, « Facebook version intégriste », Business News, 12 avril 2010.

6. Chemmen Leila, « Sens sûr, sans censure … un vent de liberté », La Presse, 22 janvier 2011.

7. Djait Amel, « Tunisie : Projet de constitution », WMC actualités, 17 mai 2013.

8. Divina Frau-Meigs, 2010, « La panique médiatique entre déviance et problème social : vers une modélisation sociocognitive du risque », Questions de communication, 17, [En ligne : http://journals.openedition.org/questionsdecommu nication/387].

9. Ben Hamadi Monia, « Tunisie – Inquiétudes et controverses autour du préambule de la constitution », Business News, 30 octobre 2012.

10. NJ, « L’homosexualité remise sur le tapis à l’ANC », Tuniscope, 10 janvier 2013.

Marta Luceño Moreno
Chercheure postdoctorante en communication en accueil scientifique à l’IRMC m.lucenomoreno@gmail.com

Pour citer ce billet : Marta Luceño Moreno, «Médias et homosexualité en Tunisie : de la réclusion du monde virtuel à l’institutionnalisation de la cause homosexuelle», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2279.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook