Archives par mot-clé : Marouen Taleb

Compte rendu de lecture : AREZKI Saphia, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991

L’ouvrage de Saphia Arezki [1] analyse le processus de construction de l’Armée nationale populaire (ANP) et sa formation depuis la Guerre de libération (1954-1962) jusqu’au début des années 1990. Se fondant principalement sur les témoignages d’anciens militaires, cet ouvrage aide à mieux comprendre les choix de ses dirigeants, les enjeux et les mécanismes qui ont permis l’évolution d’une structure de résistance vers une institution servant de socle à la consolidation d’un État algérien moderne.

Traiter de l’histoire d’une institution militaire constitue, pour tout chercheur, un véritable défi en raison du cloisonnement de l’information. Les enjeux politiques et la portée symbolique du sujet induisent une certaine rareté des études historiques contemporaines sur les institutions militaires. C’est ce défi, à la fois méthodologique et intellectuel, que Saphia Arezki a relevé avec succès dans son ouvrage. Issu d’une thèse en histoire, son travail appréhende l’évolution de l’armée algérienne et son fonctionnement depuis le déclenchement de la résistance armée en 1954 et la formation de l’Armée de libération nationale (ALN), jusqu’à 1991, date à laquelle l’Algérie et l’Armée nationale populaire (ANP) entrent dans un nouveau cycle de reconfiguration politique. Cette armée algérienne est entourée de mythes et d’idées reçues que l’auteure s’est efforcée de déconstruire tout au long de son livre. Il est nécessaire de rappeler la position névralgique de l’armée au sein de l’État algérien, non comme un « pouvoir occulte », comme présentée par de nombreuses thèses, mais comme une institution formée d’individus, construite par eux au fil des décennies et qui a fait face aux exigences de la formation d’un État indépendant.

En optant pour une analyse prosopographique, qui permet une description détaillée du processus de construction de l’armée algérienne, l’auteure évite le piège des généralisations et des raccourcis qui foisonnent sur cette question. Explicitée dès l’introduction, cette approche se révèle primordiale pour saisir la transformation d’une armée de libération en une armée nationale, par le biais de l’analyse de la trajectoire des groupes sociaux qui la composent. Cela renvoie inévitablement à définir l’unité d’observation à la base de ces groupes sociaux : le militaire, le djoundi, le moujahid, l’askeri, etc. Si cette unité d’observation constitue, à la fois, l’objet, mais également, une des sources de ce travail de recherche, l’apport de l’ouvrage est de collecter et de corréler un corpus fragmenté entre les archives françaises, les sources officielles algériennes et les nombreux entretiens réalisés par l’auteure. C’est là toute l’originalité de ce travail. En suivant les trajectoires de militaires, de leur parcours de formation à leur accession à des postes de commandement, Saphia Arezki décrypte la structuration de la résistance armée, puis finalement la consolidation de l’institution militaire algérienne. Cette trame suivie par l’auteure constitue les trois parties du livre De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991.

La première partie étudie l’origine géographique et familiale des officiers algériens, dans le but d’établir une typologie des militaires selon la génération (âge) et le milieu social d’origine. L’auteure a manifestement l’intention de déconstruire certains mythes, dont celui du triangle BTS (Biskra/Batna-Tebessa-Souk Ahras/Skikda) qui concerne un régionalisme caractérisant l’accès aux grades élevés au sein de l’ALN puis de l’ANP. Il n’en est rien et Saphia Arezki montre que la prédominance des officiers originaires de l’Est algérien est surtout due à des facteurs démographiques et historiques liés au développement du mouvement national dans cette région de l’Algérie.

La segmentation par classe d’âge des officiers révèle trois générations dont les rapports vont structurer la future ANP. La première, incluant les combattants de « la première heure », est constituée de maquisards et de Déserteurs de l’Armée Française (DAF), dont le niveau d’éducation est généralement faible. La seconde est composée de jeunes algériens davantage instruits que leurs aînés et de DAF. Enfin, les hommes formant la troisième génération n’ont pas participé à la guerre et n’ont intégré l’ANP qu’après 1962. Les origines sociales de ces hommes sont variées même si l’auteure souligne une prépondérance des classes moyennes. Toutefois, on observe chez les DAF une appartenance à la notabilité et un passé familial militaire qui oriente le choix de carrière. C’est pourquoi, le pouvoir colonial a créé des institutions de formation militaire en Afrique du Nord suite à la mobilisation de soldats maghrébins lors de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre d’Indochine. La désertion de ces hommes est donc un atout pour l’ALN car ils ont déjà subi l’épreuve du feu et sont formés au maniement des armes. L’auteure met également en évidence le fait que l’acte de déserter relève d’une entreprise collective. Elle établit ainsi qu’un « esprit de corps » s’est créé entre ces hommes avant, pendant et après la Guerre d’indépendance. Cet esprit est d’autant plus renforcé que les DAF ont souvent été mal perçus et que leur loyauté a été mise en doute. Longtemps les DAF ont été opposés à leurs frères d’armes formés à l’étranger pendant la guerre à l’initiative de l’ALN. C’est pourquoi, cette dernière instaure, à partir de 1957-1958, une politique de formation militaire au Moyen-Orient (Égypte, Syrie, Irak et Jordanie), en Chine, puis en URSS. Ces formations, bien que se déroulant dans le contexte difficile de la Guerre de libération nationale, ont pour objectif de produire les futurs cadres de l’institution militaire qui prendront le relais de l’ALN, une fois l’indépendance acquise. Pour preuve, de nombreux recrutés ont été formés dans la marine et dans l’aviation alors que l’ALN est exclusivement une armée de terre. Parallèlement à cette politique, il existe des camps d’instruction en Tunisie et au Maroc dont des DAF ont la charge en tant qu’instructeurs. Ils sont destinés soit à former des hommes de troupes, soit à sélectionner ceux suffisamment qualifiés pour suivre des formations à l’étranger, soit encore à déployer le service de renseignement algérien. L’auteure montre ainsi que la construction d’une armée professionnelle débute dès le milieu de la guerre et que l’ossature de l’ANP et des services de renseignement voient le jour aux frontières de l’Algérie.

Présentation d’ouvrage 11 octobre 2019 à l’IRMC

C’est de cette armée des frontières dont il est question dans la seconde partie de l’ouvrage. L’auteure s’emploie à démontrer l’apport des DAF dans la mise en place de l’organisation des troupes, mais surtout à étudier la perception dont font l’objet ces hommes vis-à-vis des autres combattants. Que ce soit par la date de ralliement (1956 n’est pas 1960) ou par la manière de déserter, l’intégration de ces hommes et leur accès à des postes de responsabilités restent tributaire de leur acceptation par la hiérarchie et par les hommes de rang similaire. Ainsi, malgré le congrès de la Soummam qui se veut une tentative de réglementation et d’organisation de l’ALN, elle demeure, jusqu’en 1958, largement tributaire de ses chefs bénéficiant d’une autonomie assez large.

Ce n’est qu’après 1956, année de l’indépendance du Maroc et de la Tunisie, que l’ALN installe des bases fixes et que s’amorce sa transformation grâce à la volonté de ses chefs et des apports progressifs d’hommes formés à l’exercice militaire. L’auteure note, avec raison, que le renforcement de l’armée des frontières résulte de la concentration de troupes qui ne sont plus capables de rejoindre les maquis déclinant en Algérie du fait de la mise en place, par l’armée française, de la ligne Pédron à l’ouest et des lignes Morice et Challe à l’est. Ce renforcement va dans le sens d’une organisation structurée avec la création de l’état-major général (EMG) en 1960 sous le commandement de Houari Boumediène basé à Ghardimaou (frontière tuniso-algérienne). L’EMG s’attèle au renforcement des troupes et de la discipline et, surtout, établit des formations de combat hétéroclites pour limiter les effets du régionalisme et minimiser les conflits internes. Cette stratégie payante a fait en sorte que la frontière tunisienne devienne un point de rencontre et un espace de socialisation des futurs officiers de l’ANP bien que l’auteure signale des différences notables, sur le plan idéologique, entre les DAF et ceux revenus des formations au Moyen-Orient. Boumediène, pragmatique, arase ces différences en utilisant leurs compétences pour structurer l’armée des frontières sur le modèle d’une armée classique. Il s’appuie sur ces hommes, une fois le cessez-le-feu conclu avec la France, lorsqu’éclate, à l’été 1962, la crise entre l’EMG et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA). Cette crise dégénère en guerre ouverte entre l’armée des frontières et les maquis de l’intérieur qui consacre la victoire de l’EMG à l’issue de conflits meurtriers et marque la naissance de l’ANP qui entre dans une phase de reconversion vers une armée professionnelle.

La troisième partie de l’ouvrage étudie la construction de l’ANP sur deux périodes : de 1962 à la mort de Houari Boumediène en décembre 1978 et celle de la présidence de Chadli Bendjdid (1979-1991). Durant la première période, l’auteure revient sur les luttes internes, exacerbées par l’indépendance, au sein même de l’ANP cherchant alors à maintenir son hégémonie sur les autres institutions. Si le pouvoir de Boumediène et la cohésion au sein de l’armée en sortent renforcés, notamment après la tentative de putsch de 1963, les questions relatives à la non-préparation de l’armée sont mises en lumière lors de la Guerre des Sables avec le Maroc. L’auteure décrit le processus d’organisation de l’ANP en mettant en relief une stratégie d’équilibre complexe adoptée par la haute hiérarchie militaire pour intégrer les officiers de l’ALN, majoritairement illettrés. Ce processus d’organisation, initié par Boumediène jusqu’à sa mort, consiste à trouver un juste équilibre au niveau des nominations entre compétence, loyauté et légitimité au combat. Il est à souligner que la grande qualité de ce chapitre réside dans la reconstruction de l’organigramme de l’armée par l’auteure car les textes juridiques régissant le fonctionnement de l’État algérien et son architecture institutionnelle occultent tout ce qui relève de l’appareil militaire. Elle met également en évidence la mise en place progressive d’une politique de formation et de recyclage des maquisards en mettant en perspective le contexte international dans lequel évolue l’État algérien. Ainsi, le choix de se tourner vers l’URSS pour l’acquisition de l’équipement militaire et la formation des officiers s’inscrit dans la continuité de la Guerre de libération, mais est également une conséquence du soutien accordé par les États-Unis au Maroc. Le choix, plus pragmatique, de diversifier la coopération militaire avec la France met en exergue des tensions, liées à la position ambigüe de Moscou lors de la Guerre des Six jours et à l’insatisfaction de la formation prodiguée aux officiers supérieurs dans les structures soviétiques. Cette situation pousse la direction de l’ANP à « algérianiser » la formation militaire, objectif atteint à la mort de Boumediène et démontré par l’auteure grâce à une description détaillée de la mise en place des écoles de formation militaire sur le territoire algérien.

Jouissant d’un consensus au sein de l’armée et du soutien de la puissante Sécurité Militaire (SM) de Kasdi Merbah, l’accession de Chadli Bendjdid à la présidence en 1979 entérine la domination de l’ANP sur le FLN et sur la vie politique algérienne. L’armée a désigné l’un des siens, celui qui, par ailleurs, a le moins d’ambition à réorganiser le système mis en place par Boumediène. Toutefois, cela n’a pas empêché l’ANP de connaître des changements à sa direction, marquant la volonté de Chadli d’assoir son pourvoir en mettant à l’écart ses rivaux, comme Abdelaziz Bouteflika, et en favorisant la promotion de ses proches. Dans cette perspective, l’auteure note que la réorganisation à la tête de l’armée apparait au grand jour à travers la publication au Journal Officiel des nominations et des créations de départements liés à la Défense. Elle y décèle, avec raison, une quête de légitimité légale de Chadli pour compenser son manque de légitimité auprès de l’institution militaire en comparaison de son prédécesseur. Un réseau « Chadli » se met donc en place qui trouve ses racines dans les connections établies au cours de son passage à la frontière tunisienne lors de la Guerre de libération et/ou d’une affectation dans la 2ème région militaire, dont il assure alors le commandement. Cela ouvre la voie à une profonde réorganisation de l’armée, à partir de 1984, au moyen de la création de nouveaux grades et d’une centralisation du commandement militaire afin de diminuer l’autonomie des régions. L’auteure révèle un basculement de l’élite militaire algérienne vers la seconde génération de DAF, mettant au ban les officiers formés au Moyen-Orient. Ainsi, dès octobre 1988, la haute hiérarchie de l’armée se caractérise par une forte cohésion tant professionnelle que personnelle qui s’exprime notamment par la répression des émeutes et, plus tard,  par l’interruption du processus électoral, préfigurant la crise de la décennie noire.

Traitant plutôt du passage « de l’armée des frontières à l’ANP », que « de l’ALN à l’ANP » tel que mentionné par le titre, l’ouvrage de Saphia Arezki révèle des trajectoires de militaires et permet de comprendre l’accession de certains au grade d’officier supérieur de l’ANP entre 1962 et 1991. Un souci constant de contextualisation rend son propos parfaitement accessible au lecteur profane. De même, pour l’académicien, la richesse de cet ouvrage permet d’envisager l’exploration d’autres terrains, au prisme de l’histoire, mais également de la science politique. Tout en ayant conscience de la difficulté de la tâche, les aspects liés à la création du ministère de l’Armement et des Liaisons générales (MALG) et sa reconversion dans la puissante « Sécurité Militaire », après l’indépendance, mériteraient, par exemple, d’être approfondis. Ces éléments permettraient, à mon sens, une meilleure compréhension des liens de subordination du politique au militaire en Algérie. De même, une description du fonctionnement de la SM durant les années 1980 donnerait une portée plus large vers un meilleur décryptage de certains événements de la décennie noire. Ces quelques suggestions ne sont ici que des détails mineurs qui n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage : il demeure une des très rares références sur l’histoire de l’Algérie post-1962, en général, et sur l’armée algérienne, en particulier.

[1] AREZKI Saphia, 2018, De l’ALN à l’ANP. La construction de l’armée algérienne 1954-1991, Alger, Éditions Barzakh.

Recension initialement publiée dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Gestion locale des migrations en Tunisie

Programme de recherche coordonné par Marouen Taleb, chercheur postdoctoral IRMC et Betty Rouland, chercheure postdoctorale référente IRMC

Marouen Taleb
Docteur en urbanisme et aménagement du territoire.
Ses recherches s’inscrivent dans les domaines de la géographie économique et des sciences de l’aménagement en rapport avec les modèles de gouvernance territoriale et de développement.

La compréhension des rapports entre migration et développement local au sein des communes tunisiennes constitue l’ossature du programme « Gestion locale des migrations en Tunisie » hébergé au sein de l’IRMC et financé par l’AFD. Allant au-delà des causes directes liées à l’employabilité et au chômage, cette recherche tente de comprendre les rapports des jeunes à leur territoire à travers les aspects liés à leur place au sein de la société, du tissu économique et leur degré d’implication dans la chose publique, à l’aune du processus de décentralisation engagé.

Les agences de développement ont besoin de collecter des données fiables pour mesurer l’impact réel du développement sur les migrations. À des niveaux divers – politiques, tutelles, citoyens – les agences sont interrogées sur leurs actions dans le domaine des migrations. De manière générale, la redevabilité est un sujet clé et cette dernière est particulièrement prégnante dans le domaine des migrations.

Les travaux de recherche examinant les déterminants, les dynamiques et les enjeux des migrations contemporaines se sont multipliés au cours de ces deux dernières décennies. Aujourd’hui, la migration s’avère une priorité politique ainsi qu’une thématique centrale des sciences humaines et sociales. En revanche, les impacts des projets de développement sur la mobilité des populations restent très discutés et peu analysés par les chercheurs. Ces derniers se basent souvent sur des données issues des instituts de statistiques, dont la temporalité et l’échelle territoriale ne sont pas toujours pertinentes pour les projets menés. La problématique majeure réside donc dans le fait que ces projets s’appuient sur des données et des populations « officielles » plutôt que réelles.

Figure 1 : Aïn Draham (Nord-ouest de la Tunisie) : le code forestier régissant l’exploitation forestière privilégie les grandes entreprises au détriment des jeunes de la région souhaitant s’établir comme sylviculteur – © Marouen Taleb

 

Dans ce contexte, le programme de recherche « Gestion locale des migrations en Tunisie » financé par l’Agence Française de Développement (AFD) met en étroite collaboration professionnels de terrains et académiciens. Ce projet, à portée inclusive, vise non seulement à produire et collecter des données territorialisées innovantes sur la question du développement et des migrations, mais aussi à évaluer l’efficacité des champs d’actions développés. Le projet offre, en effet, l’opportunité de développer un partenariat pionnier entre académiciens et professionnels de terrains. Tandis que les agences travaillant sur les questions migratoires visent l’opérationnalité des projets liés au développement, la composante scientifique du projet permet, elle, de contextualiser les données et d’analyser les enjeux spécifiques au développement et à la migration au niveau de trois communes : Aïn Draham (nord), Sbeïtla (centre) et Beni Khedache (sud).

Sbeïtla
Figure 2 : Sbeïtla (Centre ouest de la Tunisie) : un potentiel touristique encore inexploité – © Marouen Taleb

 

Cette collaboration couvre deux thématiques du projet : la question des liens entre l’employabilité et la mobilité notamment chez les jeunes, et celle de la prise en compte de la question migratoire dans la gouvernance locale.

La recherche du lien entre employabilité et mobilité(s) pose comme hypothèse de départ que l’emploi, parmi l’ensemble des facteurs « push » identifiés, demeure le plus significatif auprès de la population ciblée par les enquêtes. De ce fait, il apparaît comme nécessaire de préciser l’éventail des dimensions relatives au facteur « employabilité » à l’instar du niveau de salaire, de la garantie de l’accès à l’emploi à l’étranger à travers les réseaux transnationaux de solidarité familiale ou tribale, de la nature de l’emploi, des conditions d’entreprenariat pour les jeunes dans les communes concernées, de l’adéquation entre emploi et formation/aptitudes et entre emploi et liens familiaux et sociaux (présence/absence de réseaux clientélistes ou de favoritisme).

La seconde thématique concerne l’intégration des enjeux migratoires par les acteurs locaux. L’hypothèse de départ tend à privilégier l’idée que les niveaux d’intégration des enjeux migratoires seraient corrélés à la capacité des pouvoirs locaux à engager des démarches participatives de citoyens d’une manière générale et de leur capacité à mobiliser ces derniers pour des questions relatives au développement local. En outre, dans une seconde hypothèse, l’intégration des enjeux migratoires serait également tributaire de la qualité des rapports entre l’institution de la commune et celle du gouvernorat, en charge jusqu’ici des questions de développement et de la coordination entre les services déconcentrés de l’Etat central.

Figure 3 : Beni Khedache (sud-est de la Tunisie) : un terroir en cours de valorisation – © Marouen Taleb

 

Pour ce faire, il s’agira à la fois d’étudier le niveau de connaissance, la volonté politique et les outils à disposition des acteurs locaux pour intégrer les migrations dans leur stratégie de développement local. Ce volet est également dédié aux questions de perceptions de la gouvernance locale des migrations post-2011 et post-élections locales de 2018 en rapport avec la question de la participation des jeunes à la vie publique, à celle du développement local et de l’accès à l’emploi. Le programme de recherche intègre ainsi les questions d’auto-perception par rapport aux concepts d’identité, de société, de famille et de culture. Par le prisme scientifique, cette collaboration permet non seulement d’appuyer mais surtout d’évaluer les problématiques, les enjeux et les impacts dudit projet de développement.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, bulletin trimestriel octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes

Co-organisé par l’ERC Tarica 1, l’IRMC, le LabEx DynamiTe, le Collège international des Sciences du territoire (CIST), et l’Université de la Manouba, le séminaire international « Crise des modèles ? Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villescampagnes » s’est tenu du 12 au 14 octobre 2017 à Tunis. Il a réuni des chercheurs et des doctorants, géographes, sociologues, économistes et politistes autour d’une réflexion sur l’évolution des modèles productifs en agriculture, les recompositions sociales et spatiales porteuses de nouvelles relations entre villes et campagnes.

Lors de son allocation d’ouverture, Mme Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC, a souligné que la question des modèles et de leur crise est au coeur de bien des problématiques des sciences humaines et sociales. Le modèle s’avère autonome par rapport à la réalité dans la mesure où il est impossible d’en restituer toute la complexité et qu’en dépit de cela, les modèles circulent indépendamment  des contextes politiques dans lesquels ils ont été produits. S’interroger sur la crise des modèles, c’est donc s’interroger sur la pertinence d’outils construits « hors sol ». En somme c’est remettre en question l’universalité supposée de certains modèles, en partie du au fait que les modèles de développement agricole génèrent au Nord comme au Sud, d’importantes recompositions territoriales.

Un fait que, Alia Gana, directrice de recherche au CNRS et Principal Investigator de l’ERC Tarica situe dans la problématique générale du projet de recherche axée sur la circulation et la confrontation des modèles de développement et de justice sociale. La question de la crise des modèles agricoles est l’objet d’une collaboration de longue date entre Marine Berger et Jean-Louis Chaléard, Professeurs à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ce sujet relève d’une réflexion sur les modèles de développement, qui ne peut être pertinente sans aborder les questions portant sur les politiques publiques.

Le premier atelier du séminaire concernait les rapports entre villes et campagnes et la question de la concurrence autour des ressources qui peuvent prendre des formes diverses. Il peut s’agir des jeunes ruraux qui se sont dirigés vers les villes (Zakaria Kadiri Maroc), mais également du foncier agricole périurbain menacé par l’urbanisation et l’industrialisation (Marouen Taleb Tunis). Des marges de manoeuvre et des arrangements informels également exister, soit entre usagers et État, comme dans le cas des territoires irrigués de Biskra et du bas Chléf (Hichem Amichi Algérie), soit entre différentes catégories d’usagers comme le montre la gestion de l’espace halieutique monastirien (Racha Sallemi Tunisie). Les inégalités socio-spatiales apparaissent ainsi comme une conséquence d’une compétition sur les ressources entre usagers-gagnants et usagers-perdants, particulièrement en ce qui concerne la gestion de l’eau comme dans le cas du Lebna au Cap Bon (Alia Gana et Emna Khemiri Tunisie).

Le second atelier a traité des modèles agricoles émergents et innovants et des nouvelles relations villes-campagnes. La réhabilitation des anciens modèles d’exploitation agricole s’inscrit dans cette logique d’innovation qui tend à revaloriser des espaces agricoles confrontés à des compétitions sur les ressources et à l’emprise foncière : la valorisation de la production oasienne à Gabès (Irène Carpentier Tunisie) ou la restructuration récréative de l’espace agricole des campagnes liméniennes (Héloïse Leloup Pérou) pour diversifier les sources de revenus des agriculteurs, de résistance et d’adaptation face à l’emprise de l’urbain. Une emprise dont l’ampleur est particulièrement marquée dans le contexte égyptien caractérisé par le développement d’un modèle capitaliste d’agro-business exportateur en pleine conquête des terres désertiques de l’Ouest du Delta du Nil (Delphine Acloque – Égypte) mais qui se déploie également à des échelles plus humaines comme à Tiznit (David Goeury – Maroc) à travers la préservation de l’activité agricole en érigeant le foncier au rang de « bien commun » géré collectivement par une communauté d’usagers à cheval entre l’urbain et le rural.

Le troisième atelier a traité des nouvelles fonctions et des représentations des espaces ruraux périurbains. Il a permis de conforter l’idée que la ville a besoin d’un espace rural contigüe en tant que territoire d’une agriculture d’entreprise qui tend à se diversifier pour s’adapter à une nouvelle échelle métropolitaine extrêmement variée et exigeante comme dans l’ouest francilien (Martine Berger – France). Ainsi, face à la croissance de la ville néo-libérale, une gouvernance dédiée devient impérative afin de sécuriser les moyens de production et notamment le foncier comme dans le cas du territoire d’île de France (Monique Poulot – France). La pénétration de l’agriculture marchande introduit ainsi une nouvelle ruralité au sein de laquelle l’autochtonie sert de vecteur identitaire pour les revendications foncières comme le montre l’exemple abidjanais (Jean-Louis Chaléard – Côte d’Ivoire). Les besoins de la ville peuvent se rapporter également à une dimension sociale à travers laquelle les citadins établissent un lien avec la campagne en cultivant de petites exploitations agricoles sous la forme de jardins-potagers qui agrandissent l’espace de vie très restreint des citadins comme le3 montre l’exemple des datchas de Kazan (Camille Rober-Boeuf – Russie).

© Marouen Taleb.

Le quatrième atelier a mis en lumière les dynamiques migratoires et les mobilités liées à une redéfinition des rapports entre villes et campagnes. L’influence des économies libérales tend à raccourcir le lien entre ces dernières et a des conséquences en matière de renforcement de l’armature urbaine et d’implantation d’équipements publics à travers la densification des espaces ruraux. Toutefois, l’investissement privé ne saurait se soustraire aux politiques d’aménagement du territoire pour répondre à la question des inégalités comme dans la région de Kédougou (Olivier Ninot Sénégal). De nouveaux facteurs peuvent, à ce titre, entrer en jeu pour la redynamisation de l’agriculture et des espaces ruraux comme l’apport d’une main d’oeuvre constituée de migrants, mais présentent néanmoins des effets pervers comme l’exploitation abusive des travailleurs agricoles comme en Italie (Alessandra Corrado Italie). Cela a conduit à des initiatives pour une nouvelle gestion des exploitations agricoles plus respectueuses des droits humains comme en Italie du Sud-Est (Giulio Iocco Italie). Autre exemple de la polarisation rurale, les souks participent, à travers leurs aires marchandes, à la définition d’une armature rurale nécessaire à l’administration des régions reculées comme l’Anti-Atlas marocain (Mohamed Oubenal Maroc).

Le cinquième et dernier atelier a mis en relief les questions de justice spatiale et de mobilisation contre les inégalités. L’attractivité des zones agricoles à fort potentiel de production pour l’investissement privé étranger induit des décalages, ce qui constitue un élément d’exacerbation des inégalités et des revendications identitaires locales comme à Sidi Bouzid vis-à-vis des agriculteurs sfaxiens (Mathilde Fautras Tunisie). L’introduction de nouveaux systèmes de production et les conséquences en termes de surexploitation de ressources et de dégradation de l’environnement apparaissent ainsi comme un catalyseur de dynamiques de mobilisations sociales territorialisées comme à Gabès (Diane Robert Tunisie).

Marouen Taleb

Pour citer ce billet : Hicham Rouibah, «Crise des modèles ?
Agricultures, recompositions territoriales et nouvelles relations villes-campagnes», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2209.

1 Projet de recherche « Changements politiques et socio-institutionnels en Afrique du Nord. Compétition des modèles et diversité des trajectoires nationales », financé par le programme Advanced Grant du Conseil européen de la recherche (ERC).

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook