Archives par mot-clé : Louise Favel

« Voix de la rue, voix des urnes » : par delà le compartimentage disciplinaire entre politique contestataire et politique instituée

Ce séminaire, sous-titré « Entre spécificités des cas et universalité des approches » coordonné par Amin Allal, a pour ambition de comparer les approches, faire dialoguer des expériences de recherches sur des objets des sciences sociales du politique mais aussi de partager une réflexion sur le choix de ces approches. C’est dans ce cadre que Mounia Bennani Chraïbi, directrice de l’Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne (IEPHI) et Choukri Hmed, maître de conférences en science politique à l’Université Paris Dauphine et chercheur à l’Institut de recherche interdisciplinaire en science sociale (IRISSO), étaient invités à discuter des formes conventionnelles et non conventionnelles ainsi que de cette séparation de la sphère politique.

Mounia Bennani Chraïbi a ainsi souligné que les sciences sociales ne se sont pas toujours intéressées à ces questions-là. Celle-ci se souvient d’avoir travaillé sur la jeunesse et son rapport au politique à une époque où la focale était mise sur les questions de résilience et d’autoritarisme entre autres. A cela s’ajoute deux problèmes : l’un est d’ordre épistémologique (c’est-à-dire que l’on suppose que le rôle de la science politique est de prédire, la question s’est notamment posée avec les événements de 2011) ; l’autre repose sur le fait de se concentrer sur un sujet « à la mode » et occulte donc tout ce qui se passe en marge de cela.

La difficulté réside dans le fait que la politique n’est pas l’arène dans laquelle tout se joue, il y a un désintérêt pour ce domaine mais il s’agit de comprendre quelles sont ces sphères dans lesquelles le politique intervient. La question de l’exception marocaine par exemple, reposait sur une accumulation de savoirs orientalistes. Il demeurait l’idée que l’islam marocain était spécial et c’est à ce titre qu’il a été muséifié. En 2011, cediscours réapparait. La  marocaine a survécu aux putchistes, à la colonisation. Or, il y avait une lutte au quotidien pour se réajuster aux enjeux de pouvoirs se joue. Il existe des outils pour expliquer cela sans tomber dans une vision cyclique. Après le protectorat il y a eu une violence extrême, un quadrillage des catégories et pas simplement par la clientélisation. Le jeune, le lettré, l’ouvrier, le fonctionnaire s’expriment dans les grandes villes de différentes manières. Dès la fin des années 1990 la libéralisation s’accélère et l’on voit simultanément des protestations se dessiner. L’on constate aussi une diversification dans les formes d’occupation de la rue y compris dans le Rif. Il y a des mouvements de protestation qui brouillent les frontières et aboutissent à des coalitions. Plutôt que la notion de « champ » empruntée à Pierre Bourdieu, le terme de « configuration » de Norbert Elias semble ici plus adapté. Cela permet en effet de saisir les acteurs dans leurs actions, leurs relations, tout en conservant leur caractère changeant. La « configuration » permet de dépasser le côté « c’est dans l’ADN » comme l’a dit Mounia Bennani Chraïbi, cela permet de réintroduire de la contingence dans les actions tout en sachant que des déterminismes agissent. Cette notion permet de considérer les effets structurants qui participent aux reconfigura-tions, aux restructurations des individus.

Choukri Hmed, quant à lui, a tenté de comprendre comment différents groupes sociaux se sont retrouvés dans l’action politique et comment ces mouvements se sont investis en situation politique. Pour voir cela, il ne faut pas trop compartimenter politique institutionnelle et informelle. La révolution tunisienne a été l’occasion d’accéder à de nouveaux terrains et toute révolution consiste en un transfert du pouvoir institutionnalisé par les politiques au peuple. Les politiques apposent au peuple des termes liés au désordre, au chaos, au tumulte en matière de politique. Il est fréquent que les politistes, en travaillant au contact des politiques, reprennent leurs catégories. Dans les faits cette dichotomie est beaucoup plus floue : les événements de la Kasbah 1 ont été un moment de coalition de différents groupes contre l’État et ont été l’occasion de proposer de nouvelles règles du jeu politique. Une négociation entre les acteurs du nouveau champ politique et de l’ancien s’est alors mise en place. Les règles du jeu politique peuvent toujours être remodelées, elles ne sont pas figées.

Il est en tout cas compliqué d’appliquer des catégories sociales bourdieusiennes à la française en Tunisie. Peut-on réellement parler en termes de capital financier et de capital symbolique en Tunisie ? De même, ce dernier considère qu’il est difficile de faire l’économie du temps passé avec les acteurs pour en comprendre les actions et ce qui les meuvent.

Trois pays échapperaient à la vision occidentale des pays arabes : la Liban, la Tunisie et le Maroc. La question c’est pourquoi. Pourquoi les événements de janvier 2011 ont-ils généré moins de morts qu’en Égypte par exemple ? Pourquoi y a-t-il ce pouvoir du peuple en Tunisie ? La réponse rapide consisterait à dire que la Tunisie est un pays avec un plus fort taux de scolarisation, et ce depuis l’ère bourguibienne. Or il faut réintroduire des catégories d’entendement là-dedans et les catégories des acteurs eux-mêmes. Le capital symbolique n’a pas la même structure en Tunisie et en Égypte ; par exemple être chômeur n’y signifie pas la même chose. De même pour la désignation de « diplômé ». En Tunisie plus vous êtes diplômés plus vos chances sont grandes d’être chômeur tandis qu’en France le diplôme est ce qui protège du chômage. Il y a des importations du Nord vers le Sud mais de la même façon il y a des importations du Sud vers le Sud et du Sud vers le Nord. Le mouvement « nuit debout » en est par exemple une émanation. L’important réside donc dans le fait de faire du transnational et du terrain.

Pour étudier le rapport au politique, faut-il une spécialisation ? Quels sont les espaces d’observation du politique ? Il s’agit de la question de l’objet d’étude comme un outil heuristique. Quelles sont les alternatives à ces catégories françaises ? Autant de questions venues de l’audience.

À cela, Monia Bennani a répondu que l’on ne peut pas faire n’importe quoi n’importe quand et adapter le même protocole à tous les contextes. Mais, qu’en revanche, elle avait eu la chance d’avoir le temps. Partir de ces actions pour rencontrer différents acteurs et les rencontrer à différents moments. Il ne faut pas nécessairement être politiste pour étudier le politique. Il y a de l’économie du politique, de l’anthropologie du politique. Il faut un dialogue transdisciplinaire. Il y a des acteurs qui ont acquis une légitimité dans une autre arène et le reconvertissent dans une sphère politique instituée. Il s’agit d’un processus de légalisation. Avec la libéralisation il y a des redéfinitions et il y a des apprentissages. Les sciences sociales sont dans le viseur du politique. Il faut le rappeler quand il s’agit de la production ou non des catégories du politique et du référentiel. Il faut aller au-delà de ces catégories oriental/ occidental parce qu’il y a des circulations. La production du savoir en Occident est finalement très hétérogène. En Égypte cela part du Caire pour aller vers les périphéries. En Tunisie c’est l’inverse et il y a du rural dans la ville et des centres urbains dans le rural.

Chokri Hmed a souligné que la science politique n’existe pas, il s’agit de sciences sociales du politique. Le remodelage de la relation gouverné/ gouvernant est cependant pertinent. Les approches ne sont pas opposées. Parler de jeunesse ne signifie pas grand-chose tant il y a hétérogénéité.

Louise Favel


Pour citer ce billet :
Louise Favel, «« Voix de la rue, voix des urnes » : par delà le compartimentage disciplinaire entre politique contestataire et politique instituée», Le Carnet de l’IRMC, N° 22, avril-octobre 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2266.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Théorie, objets et méthodes en anthropologie de la santé : l’exemple des travaux sur le sida

Quelle est la contribution de l’anthropologie aux sciences sociales ?

Telle est la question à laquelle Sandrine Musso s’est attachée à répondre. En effet, si l’objet santé n’est que très peu abordé par les SHS, il n’en reste pas moins d’un apport absolument indispensable au domaine. Croiser les regards permet ainsi aux disciplines de s’enrichir l’une l’autre. Il est, par exemple, évident que l’anthropologie de la santé a été d’une grande utilité dans la compréhension de l’épidémie d’Ebola. Cela permet de relativiser l’hégémonie de la médecine en termes de santé, qui est notamment un secteur d’enjeux économiques, politiques et socioculturels.

Sandrine Musso a présenté les recherches notoires dans le domaine dont ceux de Françoise Héritier qui a entre autres abordé le statut particulier du recours à l’anthropologie et à l’histoire sociale de l’épidémie, soulignant par là le caractère éminemment politique de cette maladie. Marc Augé, quant à lui, a participé à l’émancipation des catégories non pensées par la médecine. Ce dernier aborde les désordres biologiques comme des désordres sociaux. Enfin, Didier Fassin définit la santé comme un rapport du corps physique et psychique au corps social et politique. En effet, le corps est socialement et historiquement construit.

À la question qu’est-ce que la santé pour un anthropologue, Sandrine Musso argue tout d’abord que les systèmes médicaux sont toujours des systèmes culturels et qu’il s’agit d’un domaine d’enjeux de pouvoir et de légitimité avec des experts et des profanes. Ce sont des laboratoires de la globalisation, et la santé consiste aussi en une anthropologie de la globalisation.

Les sociétés élaborent des théories sur les origines du VIH/sida à travers la question du « pourquoi ? ». Ainsi, les anthro-pologues ont observé comment ces théories des origines mettaient en scène les conduites sociales perçues comme hors normes. Une des premières théories des origines du sida a été de penser que cette maladie provenait des « 4 H » : les héroïnomanes, les homosexuels, les hémophiles et les Haïtiens. Il y a donc eu un processus de mise en accusation en matière raciale qui a eu des répercussions importantes dans la prise en charge de la maladie en Haïti. En effet, cela a eu pour conséquence une sorte de déni de la maladie. Ces théories des origines, qui nous permmettent de percevoir des relations d’inégalités, de domination et d’injustices sociales.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Théorie, objets et méthodes en anthropologie de la santé : l’exemple des travaux sur le sida», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2225.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)

Samedi 2 décembre 2017 avait lieu au Liber’thé, le premier café-débat organisé par Betty Rouland, chercheure à l’IRMC. L’objectif pour cette dernière est de donner la parole à de jeunes chercheur(e)s afin de présenter leurs travaux. Cette initiative est née d’un constat : les chercheurs passent des années à travailler sur un sujet, et ont finalement assez peu d’occasions d’échanger avec le grand public. En pratiquant cette rencontre « hors les murs », c’est aussi l’occasion de rendre accessible à tous des sujets de recherche trop souvent réservés à des lieux et à des publics initiés.

Ainsi, cette première édition s’est déroulée avec une présentation de thèse d’Inès Boughzala sur “l’Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socioépidémiologique de 1983 à 2016”. Inès Boughzala, diplômée de la Faculté de médecine, était investie au sein de l’association de prévention positive (ATP+) à l’époque et travaille à présent au sein de l’organisation non gouvernementale Médecin du Monde Belgique en Tunisie. Sa directrice de thèse, Rim Abdelmalek, professeur au service des maladies infectieuses était aussi présente. Monia Lachheb, chercheure associée à l’IRMC était invitée à discuter en sa qualité de sociologue, spécialiste des sexualités marginales et de l’homosexualité au Maghreb.

Inès Boughzala a d’abord dressé un historique de l’apparition de cette maladie à l’échelle mondiale avant de se concentrer par la suite sur le cas tunisien. Cette recherche dresse une monographie du VIH sur une période de 34 ans en Tunisie. Inès Boughzala a ainsi focalisé ses recherches sur les patients se présentant à l’hôpital de la Rabta à Tunis.

Ainsi, les premiers cas ont été recensés aux Etats-Unis en 1981. En 1987, apparaît le premier médicament contre le VIH dont les effets s’estompaient au bout de 6 mois de traitement. En 1996, la trithérapie fait son apparition. À partir de 2005, le nombre de cas diminue, à la suite de quoi l’on passe d’une infection mortelle à une infection chronique.

© Al Huffington Post Maghreb.

En Tunisie, la prédominance de la maladie est masculine, mais l’on observe une féminisation progressive de l’épidémie. D’après les chiffres recensés par la jeune docteure, la tranche d’âge la plus touchée est celle des 30/34 ans. 14,51% des malades sont des étrangers, dont un tiers sont des Libyens, un tiers des Africains subsahariens. Les catégories sociales les plus répertoriées sont les  chômeurs qui représentent 37,88 %, les commerçants représentant 18,11% des cas et enfin les ouvriers non qualifiés qui représentent 14,67% des personnes détectées. Cependant, ces chiffres sont à relativiser car les travailleurs du sexe ne se déclarent pas comme tel. Les étrangers concernés, quant à eux, sont essentiellement des étudiants. Inès a tenu à préciser que le VIH est la forme antérieure du virus. Le Sida est la forme qui suppose un état d’avancement tardif de la maladie. Elle a aussi déploré que les migrants n’aient pas accès gratuitement aux traitements, ce qui est le cas pour les Tunisiens. Elle déplore une difficulté pour accéder aux soins et préconise de continuer à sensibiliser et éduquer sur les risques du VIH, mais aussi de continuer le plaidoyer à l’encontre d’une loi répressive envers l’homosexualité, notamment, qui incite les personnes atteintes du virus à le dissimuler. De plus, le retard de diagnostic représente une plus grande charge économique et augmente le taux de mortalité. La Tunisie demeure un pays à faible prévalence même si les personnes atteintes y sont diagnostiquées relativement tardivement.

© lapressenews.tn.

Selon Monia Lachheb, cette thèse déconstruit les préjugés sur le VIH. Elle permet d’en donner une information éclairée, chiffrée et objective. D’après elle, l’opinion publique s’imagine que le VIH ne touche que les homosexuels ou les sexualités dites atypiques et cela entraîne une stigmatisation de ces populations dites « clés ». Cependant, qu’en est-il des femmes en général mais aussi des femmes porteuses du VIH et enceintes notamment ? Inès répond que même si la prévalence est faible en Tunisie, elle n’en demeure pas moins importante dans les populations dites « clés ». Quant aux femmes enceintes, elles ont à présent la possibilité de se faire dépister contre le VIH à toutes les étapes des visites médicales obligatoires.

Une autre interrogation a porté sur les inégalités territoriales en termes d’accès aux soins, ce à quoi il a été évoqué la situation de Kairouan. La ville de Kairouan possède en effet un centre de dépistage situé au coeur de la médina, mais au lieu d’être un lieu facilement accessible, il est un lieu trop visible aux yeux de tous, et donc très peu fréquenté à cause de sa trop grande visibilité et de la stigmatisation que cela engendre.

Enfin, différentes personnes sont intervenues afin de faire-valoir la nécessité d’un corps médical neutre et bienveillant. Le corps médical a en effet été décrit comme partial et posant un regard accusateur, si ce n’est inquisiteur sur les personnes qui viennent obtenir renseignements ou soins. Il est donc indispensable de former les médecins, pharmaciens et autres personnels médicaux, à leur devoir de soigner sans moraliser. La responsabilité du corps médical est engagée dans la décision de pratiquer le test anal ou non. La dimension éthique est éminemment présente. Le manque d’éducation sexuelle a aussi été déploré ainsi qu’un retour du conservatisme religieux, ayant pour conséquence l’accentuation d’un regard moralisateur.

Il a aussi été signalé que les moyens de communication afin de sensibiliser à cette problématique, n’étaient pas adaptés aux jeunes. Certains ont ainsi suggéré de moderniser les biais de sensibilisation, à travers les réseaux sociaux notamment. C’est sur ces préconisations que s’est clôturée la première édition de ce cafédébat.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en Tunisie : Profil socio-épidémiologique (1983 – 2016)», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2219.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séminaire « études du Politique » Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie

Ce séminaire, sous-titré « Entre spécificités des cas et universalité des approches » et mis en place par Amin Allal, a pour ambition de comparer les approches, faire dialoguer des expériences de recherches sur des objets des sciences sociales du politique mais aussi de partager une réflexion sur le choix de ces approches. Tandis que la première séance avait été consacrée au journalisme politique, celle-ci se penchait sur la question du « repérage du politique ». Pour ce faire, étaient invités à débattre Daniel Cefaï, directeur d’études à l’EHESS, spécialiste de la sociologie des mobilisations collectives, de l’ethnographie politique ainsi que de l’Histoire des sciences sociales aux États- Unis et Imed Melliti, sociologue à l’Université de Tunis, chercheur associé à l’IRMC ayant récemment mené une grande enquête sur les figures et les formes d’injustice chez les jeunes en Tunisie post-2011. C’est, pour résumer, à deux séries de questions que nos deux intervenants ont du répondre : « où repérer et comment définir le/la politique dans les sociétés sur lesquelles ils ont travaillé ? », « Quels outils ont-ils privilégié et quels biais ceux-ci introduisent-ils dans l’analyse du politique ? ».

Imed Melliti a déployé son argumentaire, en affirmant que la révolution tunisienne avait été un moment charnière du politique, car même si le politique était existant sous Ben Ali, il « s’ignorait ». D’après lui, le politique est un ensemble d’actions sociales, il en existe deux entrées majeures : la gestion des  conflits qui permet de décrire un moment particulier de l’Histoire de la Tunisie en tant que pays pluriel hétérogène, éclaté et se découvrant étranger à lui-même, et la capacité à construire du compromis. Imed Melliti a ainsi travaillé sur la question de l’économie rurale et des jeunes. Il observe chez ce public que la question du politique y est ordinaire que les jeunes possèdent une réelle capacité à devancer les catégories vernaculaires, à émettre des jugements, ont une faculté à la critique ordinaire, à statuer de façon intuitive. Ce qui pousse ces acteurs à formuler ces revendications politiques est avant tout le trop grand sentiment d’injustice qui est notamment lié à l’inégalité territoriale. La circulation des capitaux, elle aussi, révolte les jeunes.

Daniel Cefaï a réagi à cette présentation, soulignant le lien entre le travail d’Imed Melliti et du philosophe du politique Claude Lefort qui a travaillé sur l’expérience du bien et du mal, du légitime et de l’illégitime. Daniel Cefaï a affirmé s’appuyer sur l’ethnographie politique, ce qui le conduit aujourd’hui à reprendre la philosophie politique. Doit-on se baser sur ce que disent les acteurs ? La frontière entre ce qui est politique ou non est sans arrêt en train d’être rediscutée mais la maltraitance des animaux, les perturbateurs endoctriniens, la malbouffe ne sont-ils pas autant de questions éminemment politiques ? Selon ce dernier, la publicisation mène à la politisation. Le chercheur argue que même une situation amoureuse peut devenir politique dans le cas de la répartition des tâches par exemple, ce qui veut dire que les catégories de l’intime, du personnel, ne font pas exception et peuvent relever du politique. Cependant, le politique est une énigme et l’on peut être amené à voir du politique là où les acteurs refusent d’en voir : dans le cas d’habitants qui s’investissent pour le quartier, de syndicats ou autre.

© chedlybenibrahim.wordpress.com

À cette question Imed Melliti a d’abord répondu que « l’on trouve du politique quand on ne le cherche pas et dès lors que nous nous mettons à le chercher, nous ne le trouvons pas ». La recherche ne se fait pas en dehors d’un contexte, elle comporte en effet des contraintes afférentes à un cadre. Imed Melliti a précisé qu’il abordait son travail par le biais du qualitatif et non du quantitatif. Il trouve en cette méthode un intérêt particulier aux mots employés, aux catégories des acteurs.

Pour Daniel Cefaï, le temps long d’observation est important, même s’il faut pouvoir en sortir. Cela doit aller de paire avec un journal de terrain, des enregistrements audio. Selon lui, cela est bien plus engageant que de faire des entretiens ou des sondages par exemple. L’ethnographie n’est d’après lui, pas incompatible avec d’autres types d’enquêtes, avec de l’analyse d’archives ou autre, cela peut même être complémentaire car l’ethnographie ne se suffit pas à elle-même et l’analyse documentaire peut en être un contrefort par exemple.

Daniel Cefaï a aussi insisté sur le corps en tant que présence qui occupe l’espace, qui se propose à son interlocuteur et qui induit des émotions, des sensations, et la façon dont ce corps singulier induit un type de rapport particulier. Il faut avoir conscience de ce que ce corps véhicule, et apprendre à se connaître soi-même est certainement la meilleure façon de l’aborder. Il faut apprendre à maîtriser la distance générationnelle, raciale, de genre… L’enquête ethnographique doit aussi se prémunir d’un écueil : celui de ne voir tout qu’à travers un seul prisme et de n’analyser qu’à travers celui-ci. Il faut s’interdire d’avoir trop de catégories. Enfin le travail du chercheur en sciences sociales est aussi grandement constitué de rédaction, il faut donc s’interroger sur le fait de rédiger : en quoi ? Pour qui ? Pour quoi ? Contre qui ? Contre quoi ? Daniel Cefaï, considère qu’il faudrait pouvoir toujours répondre à ces questions.

Cette discussion a suscité interrogations et remarques de la part du public qui a réagi à ces interventions. Oissila Saaidia a abondé dans le sens de Daniel Cefaï en affirmant qu’accepter en tant que chercheur ce que l’on est permet à l’enquêté de mettre quelque chose en avant ou non. Il s’agit là de cohérence narrative et de notre présence, du présent qui nous appelle. Jérôme Heurtaux s’est interrogé sur les points de rencontre entre l’ethnographie et la science du politique, ce à quoi Daniel Cefaï a répondu qu’il fallait évidemment mettre en lien ces disciplines. Un autre participant s’est demandé si considérer que tout ce qui relève du vivre ensemble a trait au politique, constitue un risque à ce que cette acception devienne trop englobante. Doit-on comparer ? Est-on dans la subjectivité ? Est-ce que la montée en généralité est pertinente en ethnographie ? À cela, Daniel Cefaï a répondu que l’expérience est autant pragmatique qu’il n’est aucunement question de vécu subjectif, qu’il ne s’agit pas là de roman social, l’ethnographie n’ayant rien à envier au model hypothético-déductif.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Séminaire « études du Politique »
Repérage du Politique, de l’enquête à la théorie», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2214.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Être homosexuel au Maghreb

Présentation de l’ouvrage IRMC de Monia Lachheb, enseignante chercheure à l’institut supérieur du sport et de l’éducation physique de Tunis (ISSEP), et chercheure associée à Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC)

Le 13 décembre 2016 avait lieu à l’Université de Sciences Juridiques, Politiques et Sociales, une conférence suite à la publication du livre Être homosexuel au Maghreb. C’est donc en présence de quelques uns des essayistes, dont Ludovic Mohammed Zahed, Nassim Hamdi, Farhat Othman, Wahid Ferchichi, Monia Lachheb qui a coordonné l’ouvrage et de Karima Dirèche, directrice de l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain qui a édité le livre, que les chercheurs en sciences sociales et juristes ont pu échanger avec le public.

Cette publication, inédite au Maghreb a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme. Une intervention du public a d’ailleurs visé à préciser qu’avant d’être une question de droit des minorités, il s’agissait d’abord d’une question de droit humain. Monia Lachheb et Karima Dirèche, se sont ainsi félicitées de l’aboutissement d’un tel projet qui « n’aurait pu voir le jour ailleurs au Maghreb » selon cette dernière.

Le débat a ainsi porté sur la présentation de l’ouvrage et des différents articles, traitant tour à tour de la question de l’homosexualité dans le domaine sportif de la loi en vigueur concernant la pénalisation de cette orientation sexuelle ; interrogeant le terme même d’homosexuel, ses connotations et sa pertinence ; mais aussi de la corrélation entre militantisme féministe et homosexuel.

Enfin le lien supposé entre inadéquation de l’Islam avec l’homosexualité a été remis en cause par les co-auteurs, ceux-ci ne pouvant que constater que le regard porté sur le sujet dans le monde arabo-musulman n’a cessé d’évoluer au fur à et mesure des époques. Avec cet ouvrage, c’est donc par l’affirmative, que Monia Lachheb répond à la question d’Eric Fassin posée en préface de l’ouvrage : « Peut-on parler d’homosexualité au Maghreb ? ».

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Être homosexuel au Maghreb», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2089.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie

Rémy Madinier, chercheur à l’IRESSEC et enseignant à l’EHESS, a répondu aux questions de Karima Dirèche, lors l’une rencontre qui fut l’occasion d’appréhender l’Islam en dehors des sentiers battus et de cette ère géographique qu’est le Maghreb.

Avec 250 millions d’habitants, dont 87,5 % de musulmans, L’Indonésie est le pays qui compte le plus de musulmans au monde et pourtant nous ignorons bien souvent ce « géant asiatique» dans notre compréhension actuelle de cette religion. Géographiquement décentrée, par rapport auMoyen-Orient et au Maghreb, il est vrai que les problématiques ne sont donc pas tout à fait les mêmes. Ainsi la question palestinienne par exemple n’est elle pas le centre des crispations et des préoccupations desmusulmans indonésiens et le lien à cette religion, est naturellement beaucoup plus ancré dans un contexte géopolitique sud asiatique. En effet, en Indonésie, bouddhistes, hindouistes, chrétiens, confucianistes et musulmans se côtoient sans heurts ni concurrence. D’après Rémy Madinier, les trajectoires spirituelles des Indonésiens sont en réalité complexes et parfois constituées de passages d’une religion à l’autre. L’essentiel réside dans le fait de croire. Signe de cette importance portée à la foi, l’athéisme n’y est ainsi toujours pas reconnu.

De plus, il faut ajouter à cela que l’Islam s’est implanté relativement tardivement en Indonésie, puisque les premières traces datent du XIe siècle, et s’est donc inscrit dans un environnement déjà très influencé par d’autres religiosités. C’est au XIIIe siècle que Marco Polo signale l’Indonésie comme premier pays musulman. Cette « islamisation » se propage de façon pacifique, à travers les commerçants, mais n’empêche pas les habitants de pratiquer l’hindouisme ou le bouddhisme parfois avec des syncrétismes.

Au XVIIe siècle, les colons néerlandais succèdent aux Espagnols et aux Portugais et convertissent ainsi une petite partie de la population au protestantisme. À l’indépendance de l’Indonésie, en 1945, deux leadersmusulmans, prennent enmain le pays et créent un État islamique, leur parti islamique se nomme le Masjumi. Pourtant, dans la Pancasila (philosophie indonésienne), rien n’est inscrit explicitement en vertu des principes de l’Islam. L’article 1er prône la croyance en un Dieu unique par exemple, mais sans se réclamer de l’Islam et peut ainsi convenir aux autres confessions présentes dans le pays. Il s’agit pour le parti Masjumi, de créer un État démocratique et islamique. Ce parti considère qu’il faut agir en fonction des valeurs propres à l’Islam sans pour autant s’en réclamer, ou en tout cas l’exhiber. Les chrétiens reconnaissent un signe de tolérance à leur égard et s’associent au projet duMasjumi. En 1955, le parti est divisé entre une aile moderniste et une autre prônant un islam traditionnel. Les masjumites sont évincés et le parti est interdit en 1957.

En 1959, Saokarno prend le pouvoir et fait alliance avec les communistes puis avec Suharto (de 1967 à 1998). C’est à partir de cette époque, que l’islamisme prend un tournant plus rigoriste et que la question de l’application de la charia entre en compte, même si cela reste un projet très inabouti à ce jour.

© institutfrancais-tunisie.com

Il semble en tout cas, bien que ce pays n’ait pas connu d’attentat depuis le 12 octobre 2012 (un jour, un mois et une année après le 11 septembre 2001), et bien que le nombre de combattants partis en Syrie ne dépasse pas les 700, que le pays se tourne vers un conservatisme religieux ayant pour principal souci de s’attaquer aux comportements jugés déviants. Ainsi, dans un échiquier politique dans lequel coexistent 5 partis islamistes, cela apporte la preuve irréfutable que l’islamisme échappe à l’idée que l’on s’en fait d’un parti unique, et donc qu’il n’est pas la réponse en soi.

Aujourd’hui la Jamaah Islamiyah s’est morcelée et cela implique des tentatives d’attaques terroristes d’individus isolés, souvent formés via internet. Le gouvernement indonésien déjoue de nombreux attentats mais ces initiatives personnelles restent difficiles à détecter.

Bien que le gouvernement montre une certaine efficacité dans sa gestion de lutte contre le terrorisme, l’école et notamment les professeurs d’éducation islamique laissent se propager l’idée d’un l’Occident à la dérive, dénué de toute moralité et qu’il faut lutter contre la débauche idéologique de ce continent.

Grâce à cette brève histoire de l’Indonésie musulmane, multicon-fessionnelle et démocratique, Rémy Madinier, nous a ainsi apporté un autre éclairage sur l’Islam, souvent présenté comme une entité immuable, unique et anhistorique.

Aborder l’Islam sous l’angle d’un pays aux moeurs et à la culture différents de l’ère géographiqueméditerranéenne permet ainsi de remettre en perspective quelques idées reçues sur cette religion et de replacer ces questions dans un contexte précis, une ère du temps, ainsi qu’un cadre de normalisation.

Louise Favel

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Un géant méconnu : l’Indonésie, l’islam et la démocratie», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2085.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook