Archives par mot-clé : LGBTQI++

Compte rendu du séminaire « Studio ال في الخميس» – Séances du 27 février 2020 et du 21 octobre 2020

Par Jamie Furniss et Kmar Bendana

_______________________________________________________________

Créé et coordonné par Kmar Bendana et Jamie Furniss en 2019, le séminaire de recherche permanent de l’IRMC, « Studio ال في الخميس» – Le jeudi au studio – permet de valoriser la recherche contemporaine faite en Tunisie. Consacré aux travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie, il est un espace d’échanges entre chercheurs de l’IRMC et collègues d’institutions extérieures. Le public restreint (doctorants et chercheurs de l’IRMC prioritairement) ainsi que le format consistant à partager le temps de manière égale entre présentation et discussion, ont pour objectifs de nourrir une construction collective de savoirs dans une ambiance collégiale.

Depuis le dernier compte rendu (cf. Lettre de l’IRMC, n° 25), le séminaire a accueilli deux présentations. La première, gardant à l’esprit la souplesse du format ainsi que l’objectif de créer du débat et de générer des discussions, était un dialogue entre Monia Lachheb, chercheure à l’IRMC et Ridha Ben Amor, professeur d’Université. La deuxième était une présentation de Marouen Taleb, chercheur à l’IRMC.

Founded and managed by Kmar Bendana and Jamie Furniss in 2019, the IRMC’s standing research seminar “Studio ال في الخميس” – Studio Thursdays – is aimed at providing a framework for learning about and exchanging around contemporary social science research in Tunisia. The small audience (primarily PhD students and IRMC researchers) as well as the concept to share equally time between presentation and discussion, aim to nourish a collective construction of knowledge in a collegial atmosphere. Since the last published summary of the “Studio ال في الخميس” seminar series (see La Lettre de l’IRMC n° 25), there have been two presentations. The first, bearing in the mind the flexible format and the goal of generating debate and discussion, was a dialogue between Monia Lachheb, an IRMC researcher, and the guest Ridha Ben Amor. The second was a presentation by Marouen Taleb.

تم إنشاء المنتدى وتنسيقه من قبل السيدة قمر بندانة والسيد جامي فرنيس في سنة 2019  وهي ندوة بحثية دائمة لـمعهد البحوث المغاربية المعاصرة وذلك بعنوان  » الخميس في الاستوديو  »  لتعزيز البحث المعاصر الذي تم إجراؤه في تونس. وقد تركّز ذلك  على البحوث الجديدة  في مجال  العلوم الإنسانية والاجتماعية في تونس ومثّلت الندوة مساحة للنقاش بين باحثي معهد البحوث المغاربية المعاصرة والزملاء من المؤسسات الخارجية. يهدف الجمهور المحدود (من طلاب الدكتوراه وباحثو معهد البحوث المغاربية المعاصرة بشكل أساسي) وكذلكتصميم تنسيق مشاركة الوقت بالتساوي بين العرض المقدّم والنقاشات،إلى ضمان بناء جماعي للمعرفة في مناخ تضامني ومشترك. منذ التقرير الأخير (راجع رسالة معهد البحوث المغاربية المعاصرة رقم 25) ، استضافت الندوة عرضين. الأول، ودائما ومع التأكيد على مرونة الشكل وعلى الهدف من خلق النقاش وما قد يتولّد عنه  كان حوارًا بين السيدة منية لشهب الباحثة في معهد البحوث المغاربية المعاصرة والسيد رضا بن عمر. أما الثاني فكان عرضا قدمه مروان طالب.

______________________________________________________________

Monia Lachheb est chercheure en sociologie à l’IRMC, détachée de l’Université tunisienne depuis 2017 pour travailler sur un projet autour des « Sexualités dites non normatives en Tunisie et au Maghreb ». Ridha Ben Amor est professeur de sociologie à la Faculté des Sciences humaines et sociales de Tunis et membre de l’unité de recherche « Transmission, Transitions, Mobilité » de l’Université de Tunis. Ses recherches portent sur « le lien social » [1], les formes de résistance et la question de la reconnaissance chez les jeunes, ainsi que la question de la citoyenneté. Collaborateur régulier de l’IRMC, il a récemment co-écrit un texte avec Imed Melliti : « Travail et principes de justice chez les jeunes en Tunisie » [2]

Ridha Ben Amor a fourni un cadrage théorique basé notamment sur le travail classique de James Scott et de brèves illustrations de la « résistance » des Tunisiens tirées de ses enquêtes de terrain dans les quartiers de Douar Hicher et Taddamun, suivi de plus amples illustrations de terrain de Monia Lachheb, sur la base de pratiques artistiques. Face à un corpus impressionnant par sa richesse et par les entrées multiples sur le sujet de la résistance, Ridha Ben Amor s’est focalisé sur les travaux des auteurs pionniers dans ce domaine, en particulier James Scott. Toutefois, il considère que l’apport de ce dernier doit être complété par d’autres études qui correspondent davantage au contexte tunisien post-2011, où il importe, tout particulièrement, de demeurer attentif aux formes informelles et souvent peu structurées de la résistance. Il a ainsi abordé les formes de résistance dans  des cercles sociaux restreints (chez Lafaye et Appay, par exemple), portés par des expressions souvent peu visibles de la politisation (se référant aux travaux de Hamidi). Selon lui, ces formes sont une dimension essentielle de la construction sociologique de la résistance.

Afin d’étayer ce propos en sélectionnant des illustrations qui aident à mieux cerner ces travaux théoriques et à en discuter le bien-fondé, Ridha Ben Amor et Monia Lachheb ont mis l’accent sur le caractère ambivalent de la résistance, à travers des éléments d’enquête. Dans le cas de Ridha Ben Amor, il s’agit d’enquêtes sur le rapport qu’entretiennent les jeunes à l’école et au salafisme dans le quartier Ettadhamen-Douar Hicher (Lamloum, Ben Zina, 2015 ; Ben Amor, 2018) ainsi que les formes discrètes de la résistance que nourrissent les jeunes à l’endroit de la Maison de la Culture dans la ville de Tazerka. Dans le cas de Monia Lachheb, les résistances examinées sont des performances de clown, de danse et de drag-queen, dans lesquelles le dénominateur commun est le corps. Par leur mise en scène de soi, les personnes présentées par Monia Lachheb, dont des artistes des spectacles du vivant,  résistent à certaines normes à travers leurs performances, et mettent en avant la revendication féministe de pourvoir disposer de son corps. Il s’agit, dans ce cas, de résistances individuelles qui s’adossent à une résistance collective portée par quatre associations LGBT en Tunisie.

Pour la séance de rentrée 2020/2021, le séminaire a accueilli Marouen Taleb, docteur en urbanisme et aménagement du territoire et spécialiste des domaines de la géographie économique et des sciences de l’aménagement en rapport avec les modèles de gouvernance territoriale et de développement. Marouen Taleb travaille actuellement sur la compréhension des rapports entre migration et développement local au sein des communes tunisiennes dans le cadre du programme « Gestion locale des migrations en Tunisie » hébergé par l’IRMC et financé par l’AFD. Ce jeudi au studio était pour lui une occasion de revenir sur ses recherches doctorales, présentées sous le titre « Le développement par l’ordre ou le désordre ? La péri-industrialisation à Tunis et les avatars de la métropolisation ».

Marouen Taleb a démontré comment, compte tenu des difficultés rencontrées par les pouvoirs publics à gérer un espace qui n’appartient ni à la ville ni à la campagne, de fréquents échecs ont caractérisé la mise en place d’une politique de localisation des industries en dehors de Tunis. Ces échecs ont conduit à la création d’une aire dont la délimitation est sujette à controverse et qualifiée de « marge périurbaine ». À travers une analyse historique du processus de métropolisation (la distribution spatiale de l’activité industrielle) et des entretiens sur les stratégies de localisation en milieu périurbain, aboutissant à la proposition d’une typologie, Marouen Taleb a mis en évidence deux facteurs liés au processus de localisation des industries à l’ouest du Grand Tunis : le foncier ainsi que l’urbanisation spontanée. À partir de ce constat, il analyse la dynamique entre le système d’acteurs, économiques et institutionnels, d’un côté et l’espace de l’autre. Sans être normative, cette recherche s’interroge, néanmoins, sur les nouvelles approches en matière d’aménagement industriel susceptibles de répondre aux besoins des populations des marges urbaines. Il conclut sur un constat négatif : les instruments juridiques et opérationnels font encore largement défaut et les fondements conceptuels et méthodologiques des politiques publiques demeurent dépourvus de bases solides.

 

  • Photo 1 : Zone industrielle péri-urbaine à l’ouest du Grand Tunis / Copyright : Marouen Taleb, 2018

 

[1] Sujet qui a donné lieu à la publication de l’ouvrage Ben Amor Ridha, 2011, Les formes élémentaires du lien social en Tunisie. De l’entraide à la reconnaissance, Paris, IRMC-L’Harmattan.

[2] Ben Amor Ridha, Melliti Imed, « Travail et principes de justice chez les jeunes en Tunisie », in Y. Benarrosh (dir.), 2019, Le travail mondialisé au Maghreb. Approches interdisciplinaires et jeux d’échelles, Casablanca-Marseille, La Croisée des chemins-IRD Éditions-CJB. 

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Homosexualité et terminologie en Tunisie

Marta Luceño Moreno
Docteure en information et communication à l’Université de Liège, post-doctorante 2018-2019 à l’Université de Tunis (unité TTM), chercheure associée à l’IRMC, elle mène actuellement un programme de recherche sur la représentation de la société LGBTQI+ dans les médias en Tunisie.

 

Proposition de notice non-retenue pour Les Mots au Maghreb[1], Marta Luceño Moreno expose ici ses recherches sur la langue arabe et le dialecte tunisien pour désigner l’homosexualité en Tunisie. C’est l’occasion d’évoquer l’évolution de la terminologie liée à la diversité des orientations sexuelles et des identités de genre, et ensuite de mettre en lumière l’historique de la lutte pour les droits et libertés du collectif LGBTQI++ (Lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels, queer, intersexuels et plus) au Maghreb et plus spécifiquement en Tunisie.

Mezhly, mezlyya, mezhlyya jinsya (مثلية جنسية, مثلية, مثلي)

Les termes désignant l’homosexualité en arabe classique : Shuzhouzh (الشذوذ – dévié/e), Liwat (en référence au peuple de Loth) ou Sihâq (سحاق) – relatif à l’homosexualité féminine exclusivement – ou ceux issus des dialectes maghrébins : zemel, miboun, loubia (pour l’homosexualité masculine) et lasbounet, esbienet, tacha, mrejla, tqardîch (pour l’homosexualité féminine), sont tous péjoratifs ou négativement connotés. C’est pourquoi, les associations LGBTQI++ ont milité pour l’emploi d’une terminologie neutre : mizhly (homosexuel). Marginale dans le langage oral courant, elle s’est progressivement imposée dans les médias et autres textes faisant référence à la sexualité ou au genre. Cette revendication lexicale s’inscrit dans un mouvement plus vaste originaire du Moyen-Orient et qui œuvre à la formalisation écrite de glossaires LGBTQI++. Le premier est publié en 2003 par et sur le blog bint el Nas. D’autres suivront, tels que  le « Qamouqaws » du groupe palestinien al Qaws ou le projet wikigender.

D’autres termes d’origine étrangère ont été introduits dans la langue écrite et orale (que ce soit en arabe classique ou en dialecte). Il s’agit notamment de LGBT, LGBTQI++ ou Queer (كوير), transgenre, gay, bisexuel, minorités sexuelles (أقلية جنسية), etc. Certains groupes ont inventé leurs propres dénominations pour décrire la « communauté ». C’est le cas notamment de la communauté LGBTQI++ tunisienne qui utilise souvent le mot commita ou al commita el kwiria pour se définir.

Depuis les années 2000, plusieurs collectifs et associations défendant les minorités sexuelles, informels ou reconnus comme tels, voient le jour au Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie). La naissance de ce mouvement revendicatif est notamment liée à la pénalisation de l’homosexualité, à l’absence de reconnaissance de l’identité de genre et aux nombreuses discriminations que subissent les personnes LGBTQI++. Au niveau légal, les trois législations pénalisent l’homosexualité et prévoient de lourdes peines. En Algérie, les articles 333[2] et 338 du Code Pénal punissent l’homosexualité par une peine de deux mois à deux ans d’emprisonnement ; en Tunisie, l’article 230 du Code Pénal prévoit une peine d’un à trois ans de prison ; au Maroc, l’article 489 du Code Pénal fait état d’une peine de six mois à trois ans.

La naissance des collectifs informels a débuté au Maroc en 2004 avec la création de l’association Kifkif et l’apparition du Forum Gaymaroc en 2005 (Gouyon, 2018, 95 et 103). Plus tard, en 2012, le collectif Aswat est créé par de jeunes LGBT marocains (Lachheb, 2016, 201) avec le lancement d’un magazine électronique mensuel : Aswat magazine. Il n’était toutefois pas le premier car Kifkif avait lancé en 2010 le magasine Mithly de façon clandestine, en versions web et imprimée. En Algérie, le groupe Abu Nawas est né en 2007 et a organisé des événements pour commémorer « la journée nationale de lutte pour ses droits » lors des journées TenTen. En octobre 2011, l’association Alouen voit aussi le jour en Algérie dans le but que « les LGBT Algériens réalisent à présent la nécessité de se regrouper, l’importance de ne pas se sentir seuls, de se savoir épaulés et soutenus. C’est pour cette raison qu’[elle veut] insuffler à ce mouvement l’idée que l’on peut changer les choses »[3]. En novembre 2014, cette association lance un projet de magazine, Shad. Au Maroc et en Algérie, les communautés s’organisent majoritairement autour de pages Facebook, très diversifiées, et entretiennent la lutte pour leurs droits par ce biais, en raison des risques encourus. En Tunisie, à l’inverse, le contexte postrévolutionnaire a permis la création d’associations légales, reconnues par l’Etat en tant qu’organisations de défense de droits des minorités ou de défense des droits LGBT. Toutefois, la structuration de la communauté commence bien avant la Révolution (Kréfa, 2019) et certains membres des principales organisations ont d’abord siégé au sein d’ONG internationales défendant les droits humains. Au même titre qu’au Maroc ou en Algérie, un premier magazine, Gay Day, a été lancé par des membres de la communauté en 2011. En parallèle, des associations comme Damj (2011), Chouf (2013), Mawjoudin (2013) et Shams (2015) se sont formées et ont obtenu la reconnaissance du statut d’association, malgré la persécution légale de certaines, notamment Shams qui lutte pour la dépénalisation de l’homosexualité. La libéralisation du secteur associatif et le contexte politique transitionnel ont favorisé le développement des demandes publiques de reconnaissance des droits de la communauté, en particulier autour de la dépénalisation de l’homosexualité et l’interdiction du « test anal » forcé à des fins légales, que l’État tunisien s’est engagé à éliminer en 2021.

Actuellement, ces associations occupent un double rôle dans la société tunisienne comme au Maroc et en Algérie mais d’une façon moins visible. D’un côté, elles s’emploient à former les membres de la communauté sur des questions comme la sécurité ou l’acceptation de soi. De l’autre, elles font un travail de vulgarisation et de sensibilisation aux droits LGBTQI++ auprès du grand public, utilisant de façon privilégiée les canaux médiatiques, publicitaires et culturels. L’association Shams a lancé sa propre radio ShamsRad, l’association Mawjoudin a créé en 2018 le Mawjoudin Queer Film Festival. Bien que principalement destiné à la communauté et à ses alliés, il s’adresse aussi, à travers une programmation variée (projection, performances, débats et tables rondes), au grand public. D’autres événements ont été organisés avec plusieurs organisations comme les différentes éditions de la semaine LGBT à l’Institut Français de Tunisie « Couleurs d’Avril » qui offre un espace de débats, de rencontres artistiques, etc. Les associations ont produit ensemble des rapports sur les discriminations et violences subies par les personnes LGBTQI++ en Tunisie et ont créé des « points anti-discrimination » à destination des membres de la communauté qui rencontrent des problèmes du fait de leur orientation sexuelle.

[1] Remaoun Hassan, Khouaja Ahmed (dir.), 2019, Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public, Oran, éditions du CRASC.

[2] Article modifié par la loi n°82-04, du 13 février 1982 (JO, n°7, 210).

[3] Site de l’association Alouen, page d’accueil, [En ligne ici]

Bibliograhie

BOILINI Guiada, 2018, “Linguaggio nella costruzione dell’identità per gli individui LGBT in Palestinia e Giordania”, amslaurea.unibo.it [En ligne]

Coalition tunisienne des droits des personnes LGBTQI, 2017, Rapport sur la situation des personnes LGBTQI en Tunisie, Tunis, Heinrich Böll.

KREFA Abir, 2019, « Le mouvement LGBT tunisien : un effet de la révolution ? », Ethnologie française, vol. 174, n°2, 243-260.

GOUYON Marie, 2018, ‘Ana Loubia’. Ethnographie des homosexualités masculines à Casablanca, Paris, Editions du Croquant, « Sociétés et politique en Méditerranée ».

ESTOMBA GIMENEZ Rosa María, 2018, “La expresión de la sexualidad en el mundo árabe: Túnez”, Feminismo/s, n°31, 83-106.

LACHHEB Monia (dir.), 2016, Etre homosexuel au Maghreb, Tunis-Paris, IRMC-Khartala, « Hommes et société ».

SEMERENE Gabriel, “The Words to Say It”, Mashallah News, [En ligne]

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

IRMC

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook