Archives par mot-clé : Jamie Furniss

Atlas de l’Égypte contemporaine

Jamie Furniss est maître de conférence en anthropologie à l'Université d'Edimbourg. Il conduit depuis 2019 un programme de recherche à l'IRMC sur "Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain". 

En 2020, le CEDEJ, UMIFRE implantée au Caire depuis 1968, publie un Atlas de l’Égypte contemporaine. Cet ouvrage, étonnement le premier en son genre, présente les contributions de plusieurs chercheur-e-s, notamment celles/ceux accueilli-e-s au CEDEJ ces dernières années. Il donne un aperçu des travaux actuels sur l’Égypte, toutes disciplines de sciences humaines et sociales confondues – et pas uniquement en géographie. Les documents accompagnant les articles n’ont donc pas tous une dimension spatiale.
En binôme avec le géographe Pierre Desvaux, nous avons publié deux articles dans l’Atlas : le premier, dans la rubrique « Le Grand Caire », sur le système de ramassage des déchets de la capitale égyptienne ; l’autre, dans la rubrique « Environnement et économie », sur l’économie de recyclage au Caire. Ces travaux sont le fruit de longs terrains individuels et conjoints, menés entre 2009 et 2016. En 2009, nous avons, pour la première fois, travaillé ensemble sur le terrain égyptien. Puis, entre 2014 et 2016, nous avons effectué plusieurs terrains successifs, visant à retracer et décrire les différents maillons de la chaîne de valeur de plusieurs filières de recyclage. Ces recherches ont contribué à l’exposition « Vies d’ordures » en 2017, au Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) à Marseille. J’étais alors responsable des enquêtes de terrain pour le pavillon Égypte de l’exposition, l’un des trois sites phares de l’exposition.

Continuer la lecture de Atlas de l’Égypte contemporaine

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Confinement et crise du covid-19 : repenser notre rapport au pubLic

Manon Rousselle
Chargée de projets scientifique et de valorisation de la recherche à l'IRMC

La période de confinement et de distanciation physique provoquée par l’épidémie mondiale de Covid-19 nous a poussés à repenser nos activités et notre rapport au public (chercheurs, étudiants, doctorants, avertis ou néophytes). Si nos événements, à l’IRMC, ont dû, pour la plupart, être annulés ou reportés, nous avons souhaité maintenir le dialogue avec notre communauté.
L’époque a ceci d’avantageux que les réseaux sociaux, les applications et l’ensemble des derniers outils techniques, permettent de réinventer la valorisation de la recherche et la rendre plus visible. Une simple connexion internet suffit aujourd’hui pour avoir accès à ces ressources.

* * *

لقد دفعتنا فترة الحجر الصحي و التباعد الجسدي الناجمة عن وباءكوفید-19 العالمي إلى إعادة التفكیر في أنشطتنا وعلاقتنا بالآخرین (باحثین، طلبة، طلبة دكتوراه، من ذوي الخبرة أو المبتدئین). إذا كان لابد لنا بمعھد البحوث المغاربیة المعاصرة، من إلغاء أو تأجیل معظم أنشطتنا، فقد أردنا الحفاظ على الحوار مع مجتمعنا. لھذه الفترة مزایا شبكات التواصل الاجتماعي والتطبیقات وجمیع أحدث التقنیات التي تجعل من الممكن إعادة تثمین البحوث و إبرازھا. یكفي الیوم الحصول على ربط بشبكة الأنترنت للوصول إلى ھذه الموار 

* * *

The period of time of lockdown and physical distancing provoked by the worldwide Covid-19 epidemy has force us to rethink our activities and our relations to our audience (researchers, scholars, students, young researchers, informed or novice). Our events, at the institute, had to be cancelled or postponed, for most of them. Nevertheless, we wished to
maintain the discussion with our community. Our time is deeply advanced on communication tools such as social networks and apps.
All those tools allow us to reinvent the research promotion and even to
make it more visible. Nowadays, a simple Internet connection is enough to have an open access to most of the resources. Continuer la lecture de Confinement et crise du covid-19 : repenser notre rapport au pubLic

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Création d’un nouveau séminaire « Al-khamis fil Studio »

Article initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020. 

Par Kmar Bendana, historienne et chercheure associée à l'IRMC & Jamie Furniss, anthropologue, maître de conférence à l'Université d’Édimbourg et chercheur MEAE à l'IRMC.
 Séance du 24 octobre 2019, intervention de Maha Bouhlel, géographe à l’Université de Sfax, sur « Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Nouveau séminaire interne à l’IRMC, cet événement ambitionne de devenir un rendez-vous régulier de la communauté scientifique de l’Institut. Il vise à dynamiser la discussion interdisciplinaire, en permettant la présentation des travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie.

L’automne 2019 a vu le lancement d’un nouveau séminaire de recherche intitulé  « Al-khamis fil Studio » — les jeudis au studio. Créé et coordonné par Kmar Bendana et Jamie Furniss, ce séminaire est consacré aux travaux récents en sciences humaines et sociales en Tunisie. Espace d’échanges et de rencontres entre chercheurs de l’IRMC et collègues tunisiens rattachés à d’autres institutions, il vise à mieux connaître la recherche contemporaine en Tunisie et permet aux chercheur.e.s de l’IRMC de présenter leurs travaux en cours. Le public restreint (doctorants et chercheurs de l’IRMC prioritairement) et le format (répartition à temps égal entre présentation et discussion), ont pour objectif de dynamiser une construction collective de savoirs à travers la discussion et le débat autour de thématiques importantes, dans une ambiance constructive et collégiale. Le séminaire est multidisciplinaire et la liste des invité.e.s est établie à partir des suggestions des chercheurs de l’IRMC. C’est aussi un moment de convivialité puisque chaque séance est suivie d’un repas-partage.

Pour cette année de lancement, quatre séances ont été programmées, soit deux par semestre. La séance inaugurale s’est déroulée le 24 octobre 2019 avec une présentation de Maha Bouhlel, modérée par Jamie Furniss. Normalienne agrégée de géographie, docteure en géographie de l’Université de Sfax et ancienne chercheure postdoctorale du Conseil Arabe des Sciences Sociales Liban et de la Fondation Maison des Sciences Humaines Paris, Maha Bouhlel est intervenue sur le thème de l’« Etalement urbain et inégalités environnementales en ville ».

Focalisée sur la ville de Sfax, sa présentation a mis en parallèle l’étalement urbain et l’accentuation des inégalités environnementales : des inégalités d’exposition aux risques aux inégalités d’accès aux services publiques. Partant du constat que les habitants des quartiers populaires sont les plus exposés à ces atteintes, elle en déduit que les inégalités sociales mènent à des inégalités de vulnérabilité et des inégalités dans la capacité d’action des populations concernées. Le cas du service de la gestion des déchets permet d’illustrer cet argument. Problème récurrent et commun à toutes les zones de la ville, son ampleur varie néanmoins, générant de grandes disparités entre quartiers aisés et pauvres. Face à l’incapacité des services publics, les habitants s’organisent eux-mêmes pour assurer un environnement sain.

Maha Bouhlel est aussi revenue sur les réformes récentes et en cours dans la ville de Sfax et en Tunisie plus largement. Actuellement, la décentralisation et la délégation de pouvoirs aux autorités locales visent à déverrouiller le blocage institutionnel et permettre la mise en œuvre de stratégies d’amélioration de l’environnement urbain. Cela semble d’ailleurs être la seule issue possible au délicat contexte de l’après-révolution (2011), qui a donné naissance à un pouvoir accusé d’impuissance et d’inefficacité.  Cependant, la décentralisation — fortement véhiculée par les bailleurs de fonds internationaux comme garante de la démocratisation de l’action publique — suscite de grandes controverses sur le terrain.

Baccar Gherib, essayiste et auteur de quatre ouvrages chez Diwen Editions, enseignant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis, était l’invité de la deuxième séance du séminaire, le 5 décembre 2019. En histoire de la pensée économique, les publications de Baccar Gherib portent notamment sur de grandes figures (Hume, Smith, Marx, Weber et Schumpeter), tandis qu’en économie politique, il traite plus volontiers de sujets relatifs à la Tunisie.

 

Dans son intervention, il a présenté une biographie intellectuelle de Tahar Haddad, figure adulée par certains, haïe par d’autres. Proposant un retour sur l’ensemble de son œuvre (articles de presse, Les Travailleurs TunisiensPensées posthumes, etc.), Baccar Gherib a démontré que Haddad n’est pas l’auteur du seul Imra’atunâ (Notre femme dans la législation et la société), mais qu’il est porteur d’une pensée cohérente où son célèbre chef-d’œuvre puise son sens. Selon lui, Haddad traite des questions nationale, sociale et sociétale à partir d’un positionnement clair : celui de la lutte contre les dominations coloniale, capitaliste et masculine. De ce point de vue, sa pensée est celle d’une émancipation universelle. C’est donc logiquement qu’elle articule les luttes d’une nation pour sa souveraineté, celles des classes laborieuses pour leurs droits et leur dignité et celles des femmes musulmanes pour l’égalité et la liberté. Le portrait de Haddad que livre Baccar Gherib dépasse de loin la seule figure de moslih (réformateur) cherchant à réinterpréter le legs religieux pour permettre l’émancipation des femmes en terre d’islam. Il donne à voir un grand intellectuel qui élabore, dans la Tunisie de l’entre-deux-guerres, les bases d’un projet progressiste global et qui incarne, ce faisant, les débuts d’une « gauche » proprement tunisienne.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Masterclass « Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain »

Jamie Furniss est anthropologue, docteur de l'Université d'Oxford et Lecturer (maître de conférence) à l'Université d'Edimbourg. Depuis mai 2019 il est chercheur permanent à l'IRMC. Son profil complet : ici.

Suite au lancement du programme de recherche de l’anthropologue Jamie Furniss en mai 2019, un cycle de Masterclass a été initié pour l’année 2019-2020. Ces sessions ont commencé en novembre dernier et portent sur la thématique des déchets et des économies de recyclage en Tunisie. Ces séances, à destination d’étudiants de master des universités partenaires de l’IRMC, associent séminaire de recherche et sortie de terrain avec des professionnels.

© Jamie Furniss

Le projet coordonné par le chercheur en anthropologie Jamie Furniss, porte sur les représentations, les pratiques et les techniques liées à la production et à la prise en charge des déchets. Il aspire à utiliser l’objet des déchets comme entrée thématique et heuristique pour rendre la crise écologique accessible méthodologiquement et intellectuellement, ainsi que pour penser l’emboîtement des questions écologiques dans d’autres enjeux, économiques, politiques et sociaux, auxquels fait face aujourd’hui cette région (cf. La Lettre de l’IRMC, n°24).

Le lancement de ce projet a permis la création d’une « Masterclass itinérante ». Elle consiste en une journée de formation destinée à un public d’initiés. La journée s’organise autour d’un séminaire de recherche en matinée et d’une sortie de terrain l’après-midi. Le site de la sortie et le thème de la conférence sont choisis pour s’éclairer mutuellement et pour donner, au fil des différentes séances de l’année 2019/2020, un panorama des enjeux, acteurs et questions qui se posent au sujet des déchets et des économies de recyclage en Tunisie et dans la région. Les propos théoriques et comparatifs du séminaire permettent de mieux appréhender le terrain visité, et vice-versa : le terrain donne à voir — interroge de manière critique — les arguments académiques à la lumière des réalités tunisiennes contemporaines.

Ayant pris son parti d’organiser la majorité des séances hors de la capitale, la Masterclass a permis de toucher une centaine de personnes dans les régions de Sousse/Monastir, Sbeïtla et Sfax au cours de l’automne et, ce faisant, de forger des liens institutionnels inédits entre l’IRMC et l’École Nationale d’Ingénieurs de Sfax et l’Institut Supérieur d’Administration des Affaires de Sfax. Le choix d’écoles d’ingénieurs, de gestion et d’affaires est indispensable au projet, puisque l’un des objectifs est de convaincre de la nécessité de comprendre et de tenir compte des dimensions sociales, économiques et historiques – et pas seulement techniques – dans l’approche des déchets, du recyclage et de l’environnement.

La Masterclass a par ailleurs permis de renforcer les liens existants avec la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse où elle a touché un public d’étudiants en géographie et en anthropologie. Enfin, elle a joué un rôle dans la valorisation du travail des chercheurs de l’IRMC, notamment de Jamie Furniss, auprès de divers partenaires et collaborateurs, parmi lesquels le Forum Tunisien des Droits Économiques et Sociaux (FTDES), l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED) et l’Institut Maghrébin du Développement Durable (IMDeD), dont le soutien a été indispensable au bon déroulement des sorties de terrain.

Sortie de terrain du 6 novembre 2019 avec les étudiants de Sousse © Jamie Furniss

 

Ce dispositif a reçu un accueil très favorable de la part des partenaires et surtout des étudiants car il permet de les former aux méthodes de recherche de terrain ainsi que de créer une passerelle terrain-théorie. Le succès était tel que des difficultés logistiques se sont posées. À Sfax, par exemple, la matinée était ouverte à l’ensemble d’un groupe d’étudiants en master en économie de l’énergie et développement durable. Initialement, la sortie de terrain n’était réservée qu’à celles et ceux qui entamaient leur projet de fin d’études, et ce, en raison du nombre limité de places dans le bus (30 seulement). Mais, tellement enthousiasmés par la matinée, tous ont souhaité y participer. Face à un tel engouement, la coordinatrice du programme de master et ses collègues ont accepté d’emmener certains étudiants dans leurs voitures personnelles, permettant finalement à tous d’y participer.

Masterclass du 6 novembre 2019 à l’Université de Sousse © Jamie Furniss

 

Les sorties de terrain ont permis de visiter des décharges réglementées et non-réglementées, ainsi que des centres de collecte et de tri du plastique, des entreprises de recyclage et de retransformation du plastique. Lors des visites, ce sont les acteurs eux-mêmes qui prennent la parole pour présenter leur métier et leurs difficultés aux étudiants, et pour répondre à leurs questions. En permettant aux participants de se rendre compte des différentes étapes de la chaîne de valeur et de mieux comprendre les conditions dans lesquelles une circularité des ressources est réellement possible, la Masterclass donne à voir le dynamisme et l’efficacité de certaines initiatives et pas seulement les problèmes persistants. Plusieurs étudiants ont exprimé lors des visites le souhait d’effectuer des stages de fin d’études au sein des organisations partenaires de la Masterclass, notamment l’ANGED. Elle a donc atteint son objectif principal : encourager les étudiants à aller plus loin et à s’impliquer davantage dans les sujets abordés.

La Masterclass continue en 2020. Suivez son actualité sur Twitter et Facebook ainsi que dans la Lettre de l’IRMC (informations et images des sorties).

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre – décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vivre au temps du COVID-19. chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la tunisie

Ouvrage sous la direction de Oissila Saaidia, aux éditions IRMC-Nirvana.

VIVRE AU TEMPS DU COVID-19
Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie

Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde.
C’est dans ce contexte que des chercheurs en sciences humaines et sociales (SHS), de l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC / USR 3077, CNRS), se lancent dans un projet inédit, celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise dont ils sont partie prenante car ils vivent en Tunisie. Ce
livre collectif est un document unique sur la vie au temps du coronavirus car il a été rédigé par dix chercheurs de différentes disciplines, à partir d’un même objet, dans un laps de temps identique et depuis un même lieu géographique.
Cet ouvrage – le premier en SHS sur le Covid-19 publié par des universitaires francophones – livre des clés de lecture pour saisir la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire. L’analyse s’appuie sur le terrain tunisien même si sa portée dépasse la seule Tunisie car les thématiques abordées font immanquablement écho à des situations vécues dans d’autres sociétés à travers le monde.
Rédigés sous forme de chronique, ces textes mettent, notamment, en exergue un constat : cette crise planétaire est un révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges.
En ce sens, le Covid-19 n’invente rien, ne change rien, ne modifie rien mais il aggrave, renforce et amplifie les faiblesses des sociétés travaillées par les inégalités.
En d’autres termes, l’ouvrage propose des pistes pour nourrir la réflexion et enrichir le débat.

 


Sommaire


Présentation des contributeurs…………………………………………….. 9
Introduction : Le monde, la Tunisie, le Covid-19 et le chercheur
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 13

Première partie. Avril………………………………………………………. 19
Être chercheur au temps du coronavirus :
« le retour à la vraie vie » ?
Oissila Saaidia…………………………………………………………………… 21
Suspendue entre Berlin et Tunis : une chercheure tunisienne
témoigne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 25
Le confinement comme intensificateur des situations
de vulnérabilité
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 29
La société civile en Tunisie face au Covid-19 : le cas de la
mobilisation spontanée des jeunes des villes de l’intérieur
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 33
Ramassage des déchets et recyclage en période de confinement :
incidences de la distinction entre activités « essentielles » et « non
essentielles »
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 37
Public / Privé au temps du confinement : le corps dansant en live
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 41
Des circulations ignorées aux écosystèmes discrets :
secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie
Betty Rouland ………………………………………………………………….. 45
L’inégalité d’accès au savoir en temps de confinement :
petites histoires d’une « continuité pédagogique » improbable
Marta Luceño Moreno ……………………………………………………… 49
Les salarié-e-s du secteur privé face aux mesures de confinement
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 53
Où est passée la semoule ? Lecture de l’interventionnisme
étatique en Tunisie mis à mal par la crise du Covid-19
Marouen Taleb …………………………………………………………………. 57

Deuxième partie. Mai ………………………………………………………. 63
Le Covid-19, un outil multiforme : usages religieux et politiques
des pandémies
Jamie Furniss…………………………………………………………………….. 65
L’autre pandémie, les inégalités de genre
Marta Luceño Moreno ………………………………………………………. 69
De la condition de migrant immobilisé au temps du Covid-19
en Tunisie
Betty Rouland…………………………………………………………………… 75
Corps infecté ou la mort affectée au temps du coronavirus
Monia Lachheb…………………………………………………………………. 81
Se souvenir de 2011
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 85
L’économie repolitisée : propositions contradictoires et
alternatives politiques sur la sortie de crise en Tunisie
Mohamed Slim Ben Youssef ………………………………………………. 91
Science en situation. Réflexions autour de la recherche
tunisienne
Kmar Bendana………………………………………………………………….. 95
Les inégalités de sexes en période de confinement : sociabilité
sur la toile et mobilisation contre les violences
Khaoula Matri ……………………………………………………………….. 101
La moralisation du Covid-19
Jamie Furniss…………………………………………………………………… 107
Les sexualités ou les oubliées du coronavirus
Monia Lachheb……………………………………………………………….. 111
Bas les masques : inégalités au temps du Covid-19
Betty Rouland…………………………………………………………………. 115

Conclusion
Oissila Saaidia…………………………………………………………………. 121

Annexes…………………………………………………………………………. 123
Chronologie mondiale de la pandémie
Claude Prudhomme………………………………………………………… 125
Chronologie Tunisie
Khaled Jomni………………………………………………………………….. 143
Trois stratégies nationales pour sortir du confinement
au 19 mai 2020
Claude Prudhomme………………………………………………………… 181

Présentation des contributeurs

Bendana Kmar est Professeure émérite d’histoire contemporaine
à l’Université de La Manouba et chercheure associée à l’IRMC.
Historienne de la culture et de la vie intellectuelle en Tunisie (XIXe
et XXe siècles), ses travaux portent sur l’histoire des revues, du
cinéma et sur les conditions de production du savoir en Tunisie.
Elle anime, depuis 2011, un carnet de recherche intitulé Histoire
et Culture dans la Tunisie Contemporaine (hctc.hypotheses.org).

Ben Youssef Mohamed Slim est doctorant en sociologie
politique à l’IEP d’Aix-en-Provence et boursier d’aide à la
mobilité internationale à l’IRMC. Ses recherches portent sur les
transformations de l’organisation du travail, le syndicalisme et les
politisations ouvrières dans la Tunisie post-2011. Dernier article
publié : « Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ? », Orient XXI,
en ligne.

Furniss Jamie, docteur en développement international de
l’Université d’Oxford, est Lecturer (maître de conférences) en
anthropologie sociale à l’Université d’Édimbourg. Il a rejoint
l’IRMC en 2019 et dirige le projet « Environnement, déchets et
économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Parmi
ses publications : «What type of problem is waste in Egypt», Social
Anthropology (2017).

Jomni Khaled est documentaliste à l’IRMC.

Lachheb Monia est sociologue, chercheure détachée de l’Université
tunisienne, à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain.
Ses travaux s’inscrivent dans le champ de la sociologie du corps et des sexualités. Les études de genre relèvent aussi de ses champs de recherche. À côté de plusieurs articles académiques, des ouvrages collectifs sont parus sous sa direction dont le dernier est Transgresser au Maghreb. La normalité et ses dépassements, Paris, Karthala, 2018.

Luceño Moreno Marta est docteure en communication et information, chercheure associée à l’IRMC. Ses recherches portent sur des thématiques associées au genre, à la visibilité de la diversité sexuelle et de genre en Tunisie, avec une approche féministe intersectionelle décoloniale. Parmi ses publications récentes : « Des munaqabas aux Femen : le (dé)voilement du corps féminin comme problème public dans la période de la transition tunisienne », in Zahi F., Rhani Z. (dir.), Politiques du corps, Publications de l’IURS, 2019.

Matri Khaoula, docteure en sociologie de l’Université de Tunis et de
l’Université Paris V-Descartes, est Maître-Assistante à l’Université
de Sousse et chercheure associée à l’IRMC. Ces travaux portent sur la violence contre les femmes, la question du corps, du voile et des normes sociales. Dernier ouvrage publié : Le port du voile au Maghreb, l’exemple tunisien, Fondation du Roi Abdul-Aziz, Casablanca, 2015.

Prudhomme Claude est Professeur des Universités honoraire en histoire contemporaine de l’Université Lyon 2.

Rouland Betty, docteure en géographie, est actuellement chercheure à l’IRMC. Dans le cadre de son programme «  Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? », elle a codirigé un projet de recherche sur la santé reproductive transfrontalière dans le Maghreb (Hef.so, Lausanne) et est membre de trois autres projets financés par la MSH en Bretagne, l’AFD et ANR DFG.

Saaidia Oissila, agrégée de l’Université en Histoire et licenciée en arabe, est Professeur des Universités en histoire contemporaine (Lyon 2). Elle s’intéresse aux enjeux religieux de part et d’autre de la Méditerranée. Elle dirige l’IRMC depuis septembre 2017. Dernier ouvrage publié L’Algérie catholique XIXe -XXIe siècles, Une histoire de l’Église catholique en Algérie, Éditions du CNRS, Paris, 2018, Prix d’histoire Diane PotierBoès de l’Académie française (2019).

Taleb Marouen, chercheur post-doctorant à l’IRMC, est docteur
en urbanisme et aménagement du territoire. Ses recherches portent
sur les modèles de gouvernance territoriale et de développement au
Maghreb. Parmi ses publications récentes : Gana Alia et Marouen Taleb, « Mobilisations foncières en Tunisie : révélateur des paradoxes de l’après « révolution » », Confluences Méditerranée, vol. 108, no 1, 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook