Archives par mot-clé : interdisciplinarité

Temps court Temps long

Tenu du 5-8 avril 2017, le 5e symposium de la Manouba a été lancé par une table-ronde pluridisciplinaire sur le thème « Temps court, temps long ». Autour de Raja Ben Slama (professeur d’arabe, psychanalyste et directrice de la Bibliothèque Nationale de Tunis), cinq intervenants ont présenté leur approche du temps, chacun selon un angle disciplinaire.

Pourquoi aborder ce couple temps court/temps long en 2017 en Tunisie ? Sans doute, le contexte politique, socioéconomique et culturel du pays pris dans une transition qui dure, n’était-il pas étranger à ce choix.Mais aucune région du monde aujourd’hui n’échappe à cette question en raison de l’accélération du temps social et politique, de la révolution numérique, de la multiplication des échanges et des connexions.

Toutes les interventions ont abordé la question des différentes échelles du temps. Dans une intervention sur la « trame historique de la révolution tunisienne », Yadh Ben Achour (Juriste spécialiste de droit public et des théories politiques en islam. Ancien doyen de la faculté des sciences juridiques de Tunis, ancien président de la Haute instance de la Révolution, membre du Comité des droits de l’homme des Nations Unies) a distingué le temps court de la Révolution et le temps long du processus révolutionnaire qui l’a suivi, et qui est celui de l’histoire de la Tunisie contemporaine. Pour lui, deux tendances ont traversé l’Histoire de la Tunisie depuis le XIXe siècle : une tendance « modernisatrice » qui a monopolisé l’initiative de l’action politique jusqu’à l’Indépendance et jusqu’à la veille de la Révolution. Face à elle, une tendance « théocentrique », marginalisée par le pouvoir politique. La Révolution a permis à cette tendance, et pour la première fois, d’obtenir l’initiative politique. La question de l’irréversibilité de la situation a été débattue.

D’autres interventions sont venues élargir l’horizon temporel au-delà de l’histoire contemporaine tunisienne : le temps cyclique de l’économie, l’espacetemps de la géo-histoire, le temps physique (avec, à ses deux extrémités, le temps atomique et le temps cosmique) et jusqu’au temps de l’éternité, ont été évoqués par les différents intervenants.

La conception comme mouvement a été mise en avant par Hamadi Ben Jaballah (Professeur de philosophie à l’université de Tunis, docteur d’état èslettres, diplômé en recherches approfondies, agrégé de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis). Il a posé à ce propose la question de la liberté : « Et si Adam avait obéi ? » y aurait-il eu Humanité ? Le Paradis évoque l’éternité ; ce qui revient à dire qu’il n’y a pas d’Histoire. La Chute a donné à l’Homme des contraintes spatiales et temporelles qui lui ont paradoxalement offert une liberté d’action, qui lui ont permis de s’inscrire dans une  dynamique de mouvement. Cette finitude en engendre une autre, celle de son corps, qui fait de l’Homme un être avec une vie certes, mais aussi une mort. Vivre c’est alors naître et vieillir, avoir un passé et un futur, acquérir une mémoire, construire une temporalité mentale, intérieure. Un autre mythe rappelle cela : il s’agit de l’histoire d’Ulysse qui reste un temps sur l’île des Lotophages. Les habitants ont tout oublié, et ont donc perdu la notion du temps. Dénués de perspective, ils sont aussi dépossédés de leur désir de vivre.

Le temps dans sa matérialité a été étudié grâce à la présentation de Amor Belhédi (Professeur émérite en géographie à l’université de Tunis depuis 2016, membre correspondant de Beit al-Hikma). « Il est toujours minuit quelque part » : cette citation a permis aux participants de réfléchir aux découpages spatio-temporels que sont les fuseaux-horaires par exemple. Il a été rappelé, ensuite, que depuis les années 1980, la science géographique a évolué et s’est attachée à étudier le territoire des hommes, c’est-à-dire à prendre en compte l’action humaine sur des réalités spatiales. En effet, un espace sans société, sans problématique de pouvoir n’a pas de sens. Pour comprendre ces interactions, il faut nécessairement considérer l’Histoire et envisager le futur. Nous pouvons ainsi dire qu’un état et un État sont datés.

Fawzia Charfi (Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur dans le gouvernement après la révolution, professeur de physique à l’Université de Tunis, ancienne Directrice de l’IPEST et membre du Comité scientifique de la Cité des Sciences de Tunis) a rappelé que notre Terre est très vieille et que les espèces qui la peuplent ne sont pas immuables. Sur un temps infiniment long, elles sont en perpétuelle évolution. Ce principe darwinien fait appel à deux notions opposées et parfaitement liées : le temps atomique, celui de la nano-seconde et le temps cosmique qui se mesure en milliards d’années.

À l’image des historiens, les économistes découpent et mesurent le
temps ; mais à l’inverse des premiers qui l’envisagent de façon linéaire, ces derniers le théorisent souvent sous forme de cycle (court, moyen, long). Azzem Mahjoub (Professeur émérite en Sciences Economiques de l’Université de Tunis El Manar, professeur invité dans diverses Universités et consultant, il a pour domaines de recherche privilégiés, les ressources humaines et le développement humain, l’intégration régionale, la gouvernance, les institutions et le développement durable) s’est attaché à démontrer que le développement humain doit nécessairement être durable, ce qui implique la prise en compte des générations futures. L’Économie a  développé des indicateurs éthiques permettant de considérer les besoins des populations actuelles tout en envisageant une réponse positive à ceux des générations à venir.

Le symposium s’est poursuivi avec d’autres conférences, des tables rondes et des ateliers d’écriture, selon la tradition pluridisciplinaire établie depuis le démarrage de la formule en 2013. Il s’est achevé le 8 avril 2017 à la Bibliothèque Nationale de Tunis autour d’une exposition sur l’histoire et le présent de la typographie arabe, en partenariat avec la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC, Paris).

Claire Ménétrier et Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Claire Ménétrier et Kmar Bendana, «Temps court Temps long», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2080.

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire

blibli
Photographie de Leila Blili

Dans mon parcours personnel, l’IRMC a été un lieu de rencontres, d’échanges, de stimulation. L’aventure a commencé avec son ancêtre, le CDTM qui a fourni aux universitaires, dès les années 1980, un cadre de travail aux spécificités particulières, à la fois d’archives (les documents de la Résidence Générale), de bibliothèque et de fenêtre ouverte sur la production scientifique française. L’IRMC, né en 1992, allait nous permettre de continuer la fabuleuse aventure de la recherche en histoire d’abord, dans les sciences sociales plus tard. L’IRMC a constitué un pont, entre chercheurs tunisiens appartenant à diverses institutions, entre chercheurs maghrébins, entre Français et Maghrébins. Cette dynamique a participé à l’introduction d’une nouvelle géographie de la recherche qui envisage de plus en plus une réflexion dans un cadre plus large, celui du Maghreb et de la Méditerranée.

Imperceptiblement, c’est à l’IRMC que les recherches en histoire ont fait éclater le cadre strictement national au bénéfice d’une approche comparative maghrébine, en particulier avec le Maroc, les conditions par lesquelles passait l’Algérie ne permettant pas des échanges similaires. Par ailleurs, à l’IRMC, l’interdisciplinarité déjà en vogue depuis le « Grand Tournant », (cf. les Annales), prend corps et initie des recherches qui associent entre autres historiens, géographes, juristes, économistes et linguistes. Pour certains, l’éclatement des frontières disciplinaires est le début d’une véritable aventure scientifique particulièrement féconde.

Sans prétendre que l’IRMC fut le seul lieu de renouvellement historiographique en Tunisie, il faut néanmoins admettre que cet institut a amarre une partie de la recherche en sciences sociales aux grands courants internationaux et a créé une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire certaine. Le dynamisme des responsables, la convivialité du lieu, la rapidité du « service », ont fait de l’IRMC un espace de recherche apprécié. Le renouvellement constant des problématiques traitées dans le cadre des programmes mis en place exprime la fécondité de l’institution et sa capacité à réfléchir aux questions d’actualité dans un contexte national et international mouvant.

Pour ma part, il m’arrive de regretter les questionnements historiques, pas seulement par sensibilité disciplinaire : dans les débats actuels sur les révolutions arabes, l’épaisseur temporelle fait défaut. En la réintroduisant, dans l’espace public et dans les lieux de recherche, on peut probablement disposer d’éléments de compréhension, sur le fonctionnement des sociétés, la place du religieux ou le statut des femmes et de la famille, qui permettent d’envisager le présent et l’avenir avec plus de sérénité ou de crainte.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Leila BLILI

est professeur d’histoire moderne et contemporaine. Directrice du département d’histoire de la Faculté des lettres, des Arts et des humanités de La Manouba.

Pour citer ce billet : Leila Blili, « Le lieu d’une dynamique interinstitutionnelle et interdisciplinaire », Le Carnet de l’IRMC, 19 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1063

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook