Archives par mot-clé : Immigration

La gestion de la crise dans les pays non-membres de l’UE, et en particulier en Libye

La contribution de l’IRMC à la recherche européenne

Depuis avril 2016, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est le partenaire local d’un projet de recherche de l’Union Européenne HORIZON 2020 : EUNPACK, “Good intention mixed results – A conflict sensitive unpacking of the EU comprehensive approach to conflict and crisis mechanisms”. Ce programme de recherche est basé à l’IRMC de Tunis sous la direction de Jérôme Heurtaux, et géré par Chiara Loschi, post-doctorante CNRS depuis mai 2017.

Le projet EUNPACK (www.eunpack. eu) se compose d’un consortium de 13 partenaires et institutions de recherche, dirigés et coordonnés par le Norwegian Institute for Foreign Affairs (NUPI), basé à Oslo, en Norvège. L’ensemble du projet a débuté en avril 2016 et se terminera au mois de mai 2019.

Le projet analyse les mécanismes mis en place par l’UE pour répondre aux crises institutionnelles et politiques dans les pays voisins. L’analyse se concentrera sur les écarts (gaps) dans la réponse à la crise. Tout d’abord, il se focalise sur l’écart entre les intentions et la mise en oeuvre de ces politiques de gestion de crise. Deuxièmement, le projet aborde l’écart entre la mise en oeuvre des politiques et des approches de l’UE et la réception et la perception de ces politiques sur le terrain par les destinataires, ainsi que les conséquences non intentionnelles et indirectes de ces politiques. Le projet a été conçu pour examiner de manière critique la réponse de l’UE aux crises extérieures, dans le but d’accroître la « sensibilité aux conflits » (conflict sensitivity) des politiques européennes et leur efficacité.

Pour ce faire, le projet adopte une approche holistique qui couvre l’ensemble du cycle de crise, les outils à la disposition de l’UE et sa capacité à répondre aux crises dans différents types de régions. La recherche sera conduite d’une manière comparative sur des cas d’études qui représentent les régions couvertes par des  relations extérieures de l’UE : la zone d’élargissement avec les cas du Kosovo, pays candidat potentiel, et de la Serbie, pays candidat reconnu ; la zone du voisinage européen, avec les cas de l’Ukraine, pour le voisinage oriental, et de la Libye, pour le voisinage sud ; le voisinage élargi, avec les cas d’études du Mali, de l’Irak et de l’Afghanistan. L’IRMC est chargé de la recherche sur le cas de la Libye. L’hypothèse principale du projet à mettre en oeuvre est que l’ampleur des deux écarts (intention/mise en oeuvre ; mise en oeuvre/réception) conditionne la politique de l’UE en matière de gestion de crise et, par conséquent, sa capacité à contribuer plus efficacement à la résolution de problèmes sur le terrain. Les résultats des recherches permettront alors de présenter des recommandations politiques optimisées pour rendre les mécanismes de réponse aux crises de l’UE plus sensibles et contextuels, et donc plus efficaces et plus durables.

Dans la littérature spécialisée, on peut constater l’absence d’une investigation systématique et approfondie des mécanismes de réponse aux crises de l’UE dans les pays cibles spécifiques et la façon dont ces mécanismes sont reçus et perçus sur le terrain, pas seulement par les structures étatiques mais aussi par les personnes. L’impact de l’UE et la perception de ses activités diffèrent selon les groupes, qu’ils occupent des positions de pouvoir (par exemple, les élites, la population majoritaire, les hommes urbains, les hommes) ou non (par exemple, les minorités ethniques, les populations rurales, les personnes âgées, les femmes, les enfants). Cela implique que, pour une meilleure durabilité des efforts, l’UE doive reconnaître l’appropriation locale des programmes d’assistance extérieure, au lieu d’imposer ses propres préférences et ses recettes politiques. La première hypothèse de base qui sous-tend le projet EUNPACK est que si l’UE veut contribuer à briser le cycle de la crise et ses pièges, elle devra adopter une approche sensible aux conflits dans ses politiques de réponse. Cette compréhension a été influencée par des perspectives sociologiques et anthropologiques de bas en haut qui ont fait partie du « tournant local » dans la littérature sur la consolidation de la paix et les études sur la région (Mac Ginty, 2008 ; 2011 ; Richmond, 2009 ; 2012).

La recherche et le rôle de l’IRMC

L’année 2017 est consacrée à la recherche empirique. Elle est réalisée par les partenaires locaux du projet, qui se focalisent sur des analyses micropolitiques des mécanismes de réponse aux crises dans les cas d’études, et c’est ici que les partenaires locaux jouent le rôle le plus important. Le projet est divisé en sept Work Packages (groupes de travail ; WP) et l’IRMC est le partenaire local du WP 6. Ce WP est dirigé par l’université Sant’Anna (Pisa, Italie) qui coordonne la recherche dans les deux cas d’étude du voisinage européen : l’Ukraine et la Libye.

L’accès au terrain en Libye étant difficile et très dangereux, c’est l’IRMC, situé en Tunisie, pays voisin, qui a été choisi pour fournir l’organisation et l’expertise sur le travail de terrain auprès d’acteurs libyens et des organisations internationales travaillant en Libye, parce que ces derniers sont souvent basés à Tunis. Le cas de l’Ukraine est quant à lui suivi par l’Académie Mohyla de Kiev.

Le travail de recherche et d’analyse réalisé par l’IRMC en collaboration avec les partenaires du WP et du projet entier, fournira à terme une base de données probante figurant l’écart de connaissance entre les mécanismes institutionnels globaux de l’UE et les résultats sur le terrain dans les pays cibles.

Au cours d’une première phase de recherche, entamée en juillet 2017, des questionnaires quantitatifs ont été collectés auprès des citoyens libyens ayant été en contact avec les actions de l’Union Européenne et les organisations financées par l’UE. La deuxième phase de recherche, de nature qualitative, débutera dans la deuxième partie de l’année 2017, et sera constituée par des entretiens spécifiques et des focus groups. Tout ce travail aboutira à l’écriture des policy papers nommés deliverables, à consulter sur le site web du projet, dans le courant de l’année 2018. Ainsi, les résultats seront présentés dans des conférences internationales telles que la conférence annuelle de l’International Studies Association à San Francisco en avril 2018.

Le projet est attentif aussi bien au niveau local dans les pays cibles, qu’au niveau de l’UE et des liens entre ces niveaux, du fait de son approche ni complètement du bas vers le haut, ni du haut vers le bas. Le projet combinera les deux approches avec une attention particulière portée aux articulations institutionnelles au niveau local. Les principales questions de recherche sont les suivantes :

• Dans quelle mesure existe-t-il un décalage entre les intentions de l’approche de crise de l’UE et sa mise en oeuvre dans les différents pays cibles couverts par cette étude ?

Comment la politique de réponse à la crise de l’UE résonne-t-elle avec l’appropriation locale ?

Est-ce que cette politique est en décalage et, dans ce cas, dans quelle mesure et sur quelles dimensions de l’élaboration des politiques ? En cas de décalage, quelles sont les principales explications de cette inadéquation ?

Dans quelle mesure l’approche globale est-elle possible pour réussir dans sa forme actuelle ? Et quels types de changements pourraient être nécessaires ?

L’Union Européenne et la crise en Libye

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre froide, l’idée principale du processus d’intégration européenne se base sur la conviction que l’intégration économique et la sécurité sont étroitement liées. En d’autres termes, l’intégration économique est cruciale pour assurer la paix sur le continent européen. Dans ce cadre, la Politique européenne de voisinage (PEV) a été développée en 2004, principalement pour promouvoir la stabilité dans la périphérie orientale et sud de l’UE en intégrant les non-membres dans une région économique dirigée par l’UE à travers de nouveaux types d’arrangements d’intégration (deliverable 6.1). Depuis l’adoption du traité de Lisbonne en 2009, la création du Service d’action extérieure (EEAS) en 2011 et l’adoption d’une approche globale de la gestion des crises en 2013, l’UE a consacré beaucoup de temps et d’énergie à rationaliser son approche et à améliorer la coordination interne.

L’UE est aujourd’hui confrontée à une variété de situations de crise dans son voisinage immédiat et étendu. Des conflits dans les Balkans, en Ukraine, les conflits persistants en Afghanistan, au Moyen- Orient (par exemple en Syrie et en Irak), en Afrique du Nord (par exemple en Libye) et au Sahel (par exemple au Mali) ont mobilisé l’UE. Comme ces crises représentent différents types de conflits, il n’existe pas une seule approche uniforme de l’UE en matière de réponse et de gestion des crises.

Même si l’UE est l’une des institutions internationales les plus étudiées au monde, une compréhension globale de la mise en oeuvre et des pratiques de ses mécanismes de réponse aux crises et de la manière dont ces réponses sont perçues dans les pays cibles, manque toujours. Une grande partie de la littérature étudie les politiques de l’UE vers des missions civiles, militaires ou civiles militaires de Common Security and Defence Policy (CSDP) (Osland, 2004 ; Menon, 2009). La réponse à la crise de l’UE comprend d’autres instruments tels que les instruments en matière d’assistance humanitaire et financière, et d’aide au développement.

Parmi les pays voisins d’Europe, la trajectoire de la Libye a été tout à fait unique. Avec une population d’environ 6 millions en 2013, le principal pays producteur de pétrole en Afrique présentait Programme de recherche.

Bulletin trimestriel n° 20 juin-octobre 2017 5 avant 2011 une qualité de vie sociale et économique relativement plus élevée par rapport aux pays voisins. D’autre part, les relations diplomatiques avec la Libye ont été longuement tendues par la politique étrangère agressive de Tripoli et l’implication controversée dans des attaques terroristes majeures au cours des années 1980 et 1990, y compris en Europe.

Ancienne colonie italienne, la Libye s’est vu accorder l’indépendance en 1951 sous la direction du roi Idris al-Sanusi. La monarchie a été renversée en 1969 par un coup d’État organisé par des militaires inspirés par le nassérisme. Le colonel Mu‘ammar Kadhafi, nouveau chef, s’est engagé à nationaliser toutes les ressources de l’État, y compris les infrastructures pétrolières et les banques, et a expulsé les bases militaires occidentales héritées du passé.

En 2003, la fin de sanctions économiques imposées au régime kadhafien dans les années 1990 a coïncidé avec l’inauguration de la Politique européenne de voisinage et a marqué le début d’un processus menant à la réinsertion de la Libye dans la communauté internationale. Pourtant, Tripoli a refusé à plusieurs reprises ces invitations – la seule exception dans toute la région méditerranéenne – tout en gardant un statut d’observateur.

Depuis fin 2007, le Conseil des relations extérieures de l’Union Européenne a rappelé la nécessité de revoir les relations de l’UE avec la Libye. En 2009, la Commission a publié le Strategy Paper and National Indicative Programme 2011-2013. À cette époque, le Country Strategy Paper (CSP) considérait la Libye comme un marché prometteur et un partenaire relativement fiable : sa richesse naturelle et sa stabilité politique avaient fait de la Libye une alternative précieuse à la Russie et aux pays du Golfe pour l’approvisionnement en hydrocarbures.

Les révoltes de 2011 ont totalement changé le scenario. Depuis lors, l’approche de l’UE face à la crise en Libye a été presque exclusivement consacrée à des initiatives concernant le contrôle des frontières. Cette stratégie a été soutenue par un discours dans lequel les flux migratoires en Europe représentent une menace. La « Securitization » (Buzan et al., 1998) de la migration a ainsi contribué à modifier rapidement la crise libyenne en une crise « migratoire » : en d’autres termes, lorsque la crise devenait de plus en plus compliquée et que Daech gagnait du terrain en Libye, la question de la migration a beaucoup occupé le devant de la scène en Europe.

Cette construction discursive transformant la migration en une menace à la sécurité a conduit l’UE à s’attaquer aux flux migratoires en Libye par une approche purement sécuritaire. Bien que ces observations mettent en évidence certains enjeux et des contradictions dans la capacité de l’UE à répondre aux crises dans son voisinage, la recherche est donc nécessaire pour évaluer comment ces aspects sont perçus par les acteurs sur le terrain, y compris par les pays européens et des pays tiers, et leur impact sur la mise en oeuvre effective des stratégies européennes.

1 Carment et Schnabel (2003, 11) définissent la prévention des conflits comme « Une stratégie proactive opérationnelle ou structurelle à moyen et long terme, entreprise par une variété d’acteurs, ayant pour objectif d’identifier et de créer les conditions favorables à un environnement de sécurité internationale stable et davantage prévisible ».

Bibliographie

BUZAN B., WÆVER O., de Wilde J., 1998, Security: A New Framework for Analysis, London, Lynne Rienner Publishers.

CARMENT D., SCHNABEL A., 2003, Conflict prevention: path to peace or grand illusion ?, New York, Foundation of peace-United Nations University Press.

IVASHCHENKO-STADNIK K., PETROV R., RAINERI L., RIEKER P., RUSSO A., STRAZZARI F., 2017, “How the EU is facing crises in its neighbourhood. Evidence from Libya and Ukraine”, EUNPACK Working Paper D.6.1, EUNPACK project.

MAC GINTY R., 2008, “Indigenous peacemaking versus the liberal peace”, Cooperation and Conflict, vol. 43, n° 2, 136-163.

MAC GINTY R., 2011, International Peacebuilding and Local Resistance, Basingstoke, Palgrave.

OSLAND K.M., 2014, Much Ado about Nothing? The Impact of International Assistance to Police Reform in Afghanistan, Bosnia and Herzegovina, Kosovo, Serbia and South Sudan: A Comparative Case Study and Developing a Model for Evaluating Democratic Policing, Oslo, Faculty of Social Sciences, University of Oslo- Akademika publishing.

RICHMOND O. P., 2009, “The romanticisation of the local: welfare, culture and peacebuilding”, International Spectator, vol. 44, n° 1, 149- 169.

RICHMOND O.P., 2012, “Beyond local: ownership and participation in the architecture of international peacebuilding”, Ethnopolitics, vol. 11, n° 4, 354-375.

Liste des participants au Consortium EUNPACK :

1. Norwegian Institute of International Affairs, Norvège (coordinateurs).
2. School of Social Science, University of Manchester, Grande-Bretagne.
3. Centre for Transnational Studies, Foreign and Security Policy, Freie Universität, Allemagne.
4. Centre for European Policy Studies (CEPS), Belgique.
5. Department of Political Science, Faculty of Arts, Comenius University, Slovaquie.
6. Sant’Anna School of Advanced Studies, Italie.
7. Belgrade Centre for Security Policy – Partenaire local pour la zone d’élargissement, Serbie.
8. Kosovar Centre for Security Studies – Partenaire local pour la zone d’élargissement, Kosovo.
9. Jean Monnet Centre of Excellence in European Studies, Académie Mohyla de Kiev – Partenaire local pour le voisinage oriental, Ukraine.
10. CNRS/Institut de recherche sur le Maghreb contemporain – Partenaire local pour le voisinage du sud, Tunisie.
11. Alliance for Rebuilding Governance in Africa – Partenaire local pour le voisinage élargi, Mali.
12. Afghanistan Research and Evaluation Unit – Partenaire local pour le voisinage élargi, Afghanistan.
13. Middle East Research Institute – Partenaire local pour le voisinage élargi, Iraq.

Chiara LOSCHI

est chercheuse post-doctorante auprès de l’IRMC dans le cadre du programme EUNPACK.

Pour citer ce billet : Chiara Loschi, «La gestion de la crise dans les pays non-membres de l’UE, et en particulier en Libye», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2105.

 

 

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme

photographie de l’auteur

Vers la fin du XIXe siècle l’Italie connaît un grand mouvement migratoire qui portera ses citoyens à chercher fortune ailleurs. Si les destinations d’outre- Atlantique sont celles qu’ont accueilli la majeure partie de cette émigration, les pays de la rive méridionale de la Méditerranée ont connu aussi l’installation de communautés d’émigrés italiens. Les travaux financés par les puissances coloniales française et anglaise avaient attiré dans toute l’Afrique méditerranéenne un nombre élevé d’ouvriers pour la plupart provenant de Sicile, Sardaigne et de l’Italie du Sud. La Tunisie était le pays africain avec le plus grand nombre d’immigrés italiens, en 1905 ils étaient environ 90 000. Après la Tunisie, l’Egypte était la destination africaine préférée de ceux qui délaissaient la Péninsule. L’installation des Italiens dans le protectorat français ne concernait pas seulement le cadre urbain de la ville de Tunis où ils étaient très nombreux et avaient formé des quartiers ethniques_ mais aussi les campagnes et les mines de l’intérieur. Les études de Gianni Marilottisur la présence des ouvriers sardes dans les mines des phosphates de Gafsa, Kâala Djerda, Metlaoui et celles de Daniela Melfa 2 sur les agriculteurs et vignerons siciliens dans les régions de Kelibia, Enfida, Mornaguia et Zaghouan démontrent la composition régionale de cette émigration prolétaire. Une des différences avec l’émigration italienne d’outre-Atlantique était que les contacts méditerranéens avaient une histoire plus longue et donc plus stratifiée : en Tunisie, par exemple, il y a eu des présences italiennes – ou italophones – qui dataient au moins de l’époque moderne et qui occupaient des positions aisées dans le contexte beylical précolonial3. Les émigrés prolétaires du XIXe siècle trouvèrent donc une élite italienne fruit des contacts pluri-séculaires entre les deux rivages. Les descendants des pécheurs génois du corail qui s’étaient installés à Tabarka au XVIe siècle, les Juifs séfarades de Livourne – les Grâna 4 – venus à Tunis vers le XVIIe siècle, les prisonniers des corsaires barbaresques, les patriotes du Risorgimento exilés, formèrent au XIXe siècle un groupe déjà bien intégré dans le système tunisien5.

© Comitato Tunisino della Dante Alighieri, La Colonia Italiana di Tunisi durante
la Guerra 1915-1917, Tipografia Finzi, Tunis, 1917.

À l’instar des études sur le nationbuilding des historiens Hobsbwam, Mosse, Banti, Thiesse 6 et en adoptant la perspective de « communautés imaginées » de Anderson7, notre  vise à montrer si et sous quelle forme se structure dans ce contexte d’émigration un processus de construction nationale. Bien entendu, le rapport entre les élites et les classes sociales moins aisées de la plus récente immigration est au centre de l’intérêt de la recherche. Le but est l’analyse des structures, des raisons et des dynamiques sociales du sentiment d’identité collective. Si les identités collectives sont des produits d’imagination sociale, cela est encore plus vrai et concret dans un contexte migratoire où on veut construire ou affirmer une identité nationale, donc un lien social collectif mais exclusif, dans un milieu étranger. Comment ces populations géraient-elles leur identité italienne dans le contexte de la colonisation française ? C’est-à-dire, avec Balandier8, dans une société segmentée selon critères des ethniques qui interagissaient avec des divisions sociales et économiques. L’étude de l’interaction de l’imaginaire italien avec les dynamiques sociales d’une communauté expatriée permet d’analyser concrètement la construction d’une identité collective. Une thématique centrale est sans doute le concept d’italianité vu comme l’ensemble des caractères imaginés ou réels, des références culturelles et sociales, stéréotypes – internes et externes –. L’imaginaire national présenté comme un système inébranlable de valeurs, traditions et qualités du peuple italien, se modifie en se positionnant par rapport aux besoins du moment et au contexte. L’italianité du Risorgimento était bien différente de celle impérialiste du 1911, de celle fasciste ou de celle républicaine. À cette évolution diachronique il faut ajouter des variations, des nuances, par rapport aux lieux où l’idée “d’Italie” devait être pratiquée. À la fin du XIXe siècle il était qualitativement différent de se proclamer Italien en Italie, aux Etats-Unis, en Érythrée, ou à Tunis.

Le cas de l’émigration italienne en Tunisie présente donc des particularités qui la rendent unique : pays de colonisation française mais dans lequel la population italienne est majoritaire démographiquement par rapport aux colonisateurs. La situation est rendue encore plus tendue par des revendications colonialistes que l’Italie avait envers la Tunisie et qu’ont été effacées par l’expansionnisme français. Le choc de 1881, ‘lo schiaffo di Tunisi’ avait fait démissionner le gouvernement Cairoli et changé le cours diplomatique des rapports franco-italiens. Avec la successive normalisation des rapports entre les deux pays, certains secteurs de l’opinion publique italienne ne cessaient pas de regarder la Tunisie comme une sorte de ‘colonie manquée’, signe de la faiblesse italienne dans la politique coloniale. Dans certains milieux émergeait l’idée de la Tunisie comme exemple des avantages et des succès qui pouvait avoir une colonisation italienne en Afrique. La Tunisie devient ainsi la justification des aspirations italiennes en Afrique et notamment, en Tripolitaine. Les propriétés agricoles italiennes présentes dans les régions tunisiennes, les activités des bourgeois, des pêcheurs, des ouvriers dans la construction des infrastructures – en grande majorité des Siciliens – témoignaient de l’importance de l’élément italien en Afrique bien que subordonné à l’autorité française. En 1887 Paul Leroy- Beaulieu dans son livre sur la colonisation française en Algérie et Tunisie écrit à propos des mesures à prendre à l’égard des Italiens en Tunisie : «… il faudra, toutefois, prendre quelques précautions pour que la France ne couve pas en Tunisie un oeuf italien… »9. La prépondérance démographique des Italiens et leur concours direct au développement de l’économie coloniale dans le cadre du système français, était objet d’accusation, de revendications et de tensions entre l’Italie et la France.

© Tipografia Finzi, Tunis, 1917

Si les autorités françaises craignaient un ‘péril italien’, Rome ne voulait pas laisser une communauté si importante tant d’un point de vue économique que politique, à l’assimilation française. Les questions d’appartenance ethnique et nationale se chargent des significations spécifiques dans la Régence, liées aux ambitions italiennes en Afrique et aux rapports franco-italiens. La Tunisie rentrait dans un certain discours colonialiste italien maintenu vivant par les nationalistes, comme Corradini et Castellini10, et qui sera reprit lors du fascisme. L’émigration des Siciliens et des Sardes en Tunisie était interprétée selon la rhétorique colonialiste italienne comme un signe de l’expansionnisme du peuple italien. L’union des capitaux et de l’administration coloniale française avec le travail des ouvriers italiens s’inscrivait dans l’idée de ‘l’Afrique latine’, qui incluait dans la même classe de colonisateurs les Français et les Italiens. La Tunisie des émigrés italiens entrait ainsi dans l’imaginaire colonialiste de Rome, en devenant ainsi un espace qu’on pourrait définir de ‘transcolonial’ pour sa fonction de contact entre les deux colonialismes. En outre, on veut considérer le cas italo-franco- tunisien comme un trait d’union entre l’émigration, la colonisation et le colonialisme dans la complexité d’une société coloniale. L’hypothèse est de voir dans le cas tunisien – pour certains aspects et contextes – un exemple de colonisation italienne sous le colonialisme français. Avec le terme colonialisme on fait référence à tout un système et à un dispositif de pouvoir de domination et assujettissement culturel et matériel, comme tracé par Edward Saïd11, en le distinguant de celui de ‘colonisation’ auquel on donne un signification plus concrète d’installation, production et reproduction, dans un territoire par une population allogène. Wolfgang Reinhard12 souligne que c’est un événement très rare, presque impossible, dans l’histoire contemporaine un processus de colonisation sans colonialisme. Si l’on peut être d’accord avec l’historien allemand il faut ajouter pourtant que le cas tunisien ne peut tenir bien d’exemple en révélantune situation mixte, dans laquelle le colonialisme d’une minorité européenne gère, outre l’exploitation coloniale des ressources du pays et ses habitants, la colonisation faite par une autre minorité européenne.

© Archivio Centrale dello Stato, Casellario Politico Centrale, busta 1176/ Antonino Casubolo.

La Tunisie avait été pour l’Italie une ‘colonie perdue’ mais la présence  d’Italiens émigrés ne permettait pas d’oublier totalement ce pays méditerranéen si proche de la Péninsule. Si la Tunisie était une ‘colonie perdue’, les Italiens de Tunisie formaient une ‘colonie dans la colonie’ que, pourtant, Rome ne voulait pas perdre. L’ambiguïté du terme italien de ‘colonie’, utilisé – à l’époque – tant pour les communautés expatriées (comme en Argentine) que pour les possessions d’outremer (Érythrée, Somalie), a été un moyen pour l’élite libérale italienne d’encadrer les différentes communautés à l’étranger dans une générique Italie d’outre-mer. L’ambiguïté du terme correspond, pour le cas étudié, à une incertitude du positionnement de la présence italienne dans cette situation coloniale : étaient-ils plus des colonisateurs ou des émigrés ? Dans l’espace social colonial les Italiens se trouvaient entre la classe dominante des colonisateurs français et celle dominée des colonisés tunisiens13. Revendiquer l’italianité dans la Tunisie coloniale stigmatisait une condition intermédiaire dans laquelle des ouvriers européens partageaient avec la population locale tunisienne de conditions sociales et économiques similaires. Si le prolétariat italien de Tunisie était beaucoup plus proche des Tunisiens que des Français, il ne faut pas oublier la segmentation sociale ethnique typique d’une société coloniale. Les Européens, même si ‘rivales’ ou concurrents partageaient une même condition de privilège, directement ou indirectement, dans l’espace colonial14. Des émigrés sentimentalement proches des colonisateurs mais dont la pauvreté économique, les rapproche des colonisés. Cette ambiguïté deviendra encore plus paradoxale lors de l’invasion italienne en Libye. La circulation de pratiques et des discours dans l’espace colonial tunisien permet d’analyser la Tunisie et ses Italiens comme un trait d’union entre émigration et colonialisme, et, lors de la guerre de Libye, comme point de contact entre les colonialismes français et italien.

Gabriele MONTALBANO

est doctorant contractuel Section des Sciences Historiques et Philologiques à l’Université de Firence. Contact : gabriele.montalbano@ephe.sorbonne.fr

1 Marilotti Gianni (éd.), L’Italia e il Nord Africa : l’emigrazione sarda in Tunisia 1848-1914. 1 vol. Studi storici Carocci 90. Rome : Carocci, 2006.

2 Melfa, Daniela, Migrando a sud. Coloni italiani in Tunisia. Rome : Aracne, 2008.

3 Des exemples célèbres sont le Comte Giuseppe Raffo, originaire de Ligurie, ministre de Ahmed bey entre le 1835 et le 1859, et Luigi Calligaris, piemontais, premier directeur de l’école militaire du Bardo.

4 Grâna – ou Qrâna – est le pluriel de gurni – ou qurni – qui veut dire livournais, de l’ancien nom de la ville de Livourne en arabe, Gurna . Avec le terme Grâna on entend le groupe juif séfarade italo-ibérique installé à Tunis depuis le XVIIe siècle. Ceci était culturellement, rituellement et linguistiquement différencié des Juifs tunisiens, dits ‘twensa’.

5 Finzi Silvia, a c. di., Memorie Italiane di Tunisia. Tunis : Ambasciata d’Italia, Istituto di cultura, 2000 ; Pasotti, Nullo, Italiani e Italia in Tunisia dalle origini al 1970, Finzi editore, 1971.

6 Hobsbawm Eric, e Terence O. Ranger, The Invention of Tradition. Cambridge University Press, 1992 ; Mosse, George Lachmann. The Nationalization of the Masses : Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich. New York : H. Fertig, 1975. Banti, Alberto Mario. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo. Bari : Editori Laterza, 2011 ; Thiesse, Anne-Marie. La création des identités nationales. Paris : Seuil, 2001.

7 Anderson Benedict, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London ; New York : Verso Books, 1991.

8 Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique ». Cahiers Internationaux de Sociologie 11 (1951), 44–79.

9 Leroy-Beaulieu Paul, L’Algérie et la Tunisie. 2e éd. 1 vol. Paris : Guillaumin, 1887, 448.

10 On peut remarquer la forte présence de la question tunisienne dans les ouvrages nationalistes publiés lors de la guerre italo-turque. La Tunisie et son émigration occupe une place tout à fait centrale dans l’imaginaire colonial italien pour la Libye : Castellini, Gualtiero. Tunisi e Tripoli. Turin : Fratelli Bocca, 1911 ; Idem. Nell’Africa romana: note di viaggio. Trente : Scotoni e Vitti, 1908 ; Corradini, Enrico. Sopra le vie del nuovo impero, dall’ emigrazione di Tunisi alla guerra nell’ Egeo. Con un epilogo sopra la civiltà commerciale, la civiltà guerresca e i valori morali. Milan : fratelli Treves, 1912.

11 Said Edward W, Orientalism, Pantheon Books, 1978.

12 Reinhard Wolfgang, Klein Geschichte des Kolonialismus. Stuttgart : Kröner Verlag, 1996.

13 Davì Laura, “Entre colonisateurs et colonisés : les Italiens de Tunisie (XIXe-XXe siècle)”, dans Alexandropoulos, Jacques, et Patrick Cabanel (éd.), La Tunisie mosaïque : diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2000.

14 Albert Memmi donne une description magistrale de la condition sociale des Italiens de Tunisie dans son ouvrage Portrait du colonisé : précédé du portrait du colonisateur, Paris : Buchet/Chastel, 1957, 39.

Pour citer ce billet : Gabriele MONTALBANO, « Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2017.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook