Archives par mot-clé : historiographie

Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne

L’objet de la conférence de Mme Sylvia Marzagalli, professeur d’Histoire moderne à l’Université Sophia-Antipolis, et membre senior de l’Institut universitaire de France est de faire un point
historiographique sur le commerce maritime à l’époque moderne tout en partant d’une récente enquête systémique qu’elle a menée et qui appréhendait le réseau en tant que système. Plus précisément, le propos vise à mieux cerner en quoi la notion de « réseau » a pu évoluer, et faire émerger de nouvelles études, notamment au contact des autres sciences sociales.

Cette troisième séance a lieu après deux séances de séminaires « MoRéMi Sud » dans le cadre des Conférences de l’IRMC, organisée par Hasnia-Sonia Missaoui où en premier lieu Michel Grossetti, sociologue des réseaux sociaux, nous a dressé un bref historique des recherches sur les relations personnelles, qui ont constitué une approche particulière de l’analyse des réseaux sociaux et nous a
décliné la notion de réseaux sociaux à partir de différents travaux que ce soit par le prisme d’une approche méthodologique ou des dynamiques sociales. Ensuite, dans une seconde séance Sylvie Mazzella, sociologue des migrations, nous a parlé à son tour de l’usage de la notion de réseau dans la sociologie des migrations en
relevant que cette approche par les réseaux questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge les
différentes traditions de recherche par son emploi qui a permis de modifier un regard trop souvent binaire. Sylvia Marzagalli vient ajouter à ces rencontres un élément supplémentaire, celui d’avoir appliqué la méthode des réseaux sociaux dans le cadre d’une enquête en histoire, à partir d’archives, qu’elle a menée dans le cadre
d’un programme de l’ANR (2008-2011, ANR Navigocorpus) où elle est passée d’une approche quantitative à une approche par les acteurs.

L’étude du commerce à l’époque moderne est depuis longtemps un axe majeur de préoccupation des historiens, le commerce par voie d’eau étant très souvent privilégié pour des raisons de coûts de transport. Ce commerce international a souvent été conçu dans un
espace physique, ce qui a donné lieu à des cartes très traditionnelles où l’on n’indiquait que des trajectoires d’importation et d’exportation qui ne montrent que des segments de marché. L’historiographie a longtemps abordé, de ce fait, la notion de réseau dans l’unique biais de la circulation des produits à travers différentes destinations. Cette historiographie qui a véritablement eu cours à partir des années 1950 a abouti à une série d’études monographiques sur des ports (comme la thèse d’André Lespagnol sur Saint-Malo), ou sur des destinations du commerce maritimes, perçues comme « exotiques ». Cette logique, qui s’attarde sur la quantification des produits importés et exportés des ports en question s’est parfois avérée quelque peu statique et a récemment évolué vers une historiographie s’attardant davantage sur les relations établies entre les marchands, et sur les logiques de construction de celles-ci, qu’elles soient confessionnelles, familiales ou nationales. Cette approche va alors permettre de passer d’une étude d’un réseau commercial à l’étude d’un réseau marchand, d’une logique quantitative à une logique plus humaine, à l’échelle des
acteurs.

Port de Saint Malo © BNF

Silvia Marzagalli nous donne un exemple en indiquant pourquoi la logique traditionnelle ne peut suffire à elle seule pour appréhender tous les liens des commerçants une fois qu’on a l’information concernant un navire et dont on sait d’où il est parti et par où il est passé. Souvent on a appréhendé la géographie commerciale à partir d’un point donné, le port, mais sans pouvoir l’emboîter dans un ensemble de flux de marchandises. De plus, généralement, les relations qui ont lieu une fois sur place n’étaient pas indiquées. Pour dessiner une carte plus complète, l’intervenante a cherché plusieurs sources différentes pour raconter un récit qui ne pouvait être appréhendé par aucune des sources prises individuellement, pour ensuite coller ces différents récits afin d’arriver à un graphe, une toile plus complète. Il faut noter que les logiques d’information auxquelles les chercheurs peuvent accéder aujourd’hui appartiennent à différents acteurs tels les armateurs et les négociants. Souvent pour reconstituer des trajectoires d’un navire, Silvia Marzagalli propose d’inventer d’autres instruments que de se focaliser sur un seul point et de voir les conditions de ce point. L’intervenante propose de faire une toile des relations en prenant en compte les logiques des hommes et les enjeux relationnels qui les composent. Ainsi elle parle d’un glissement d’une approche par
le réseau commercial (des flux) au réseau marchand (des liens).

Méthodologiquement il s’agit donc de passer d’un espace physique à un espace relationnel. Et pour saisir tout ceci, les historiens se sont appuyés sur les travaux de l’économie institutionnelle même si cela a souvent abouti à une impasse car il est difficile de tout calculer pour obtenir des résultats pertinents. Alors que la sociologie économique (cf. Granovetter) a fourni d’autres clés pour une analyse plus approfondie. Les historiens ont donc adopté le langage des réseaux en analysant leur objet en tant que réseau et en insistant sur les liens et sur ce qui peut les construire, les alimenter, les créer… Ce
n’est pas pour autant, insiste Silvia Marzzagalli qu’elle ou d’autres collègues historiens font de l’analyse des réseaux sociaux (des graphes, des calculs de centralités sur les objets de recherche des
historiens), même si ils font appel à l’approche des réseaux pour une analyse plus complète. Méthodologiquement, il y a des difficultés spécifiques qui sont propres aux terrains des recherches des historiens modernistes et qui sont des limites, des impasses qui ont poussé les chercheurs à porter leur regard vers d’autres approches.

Il apparaît que les liens créés par les logiques marchandes à l’époque moderne sont cruciaux dans la vie économique pour au moins trois raisons. Tout d’abord, la distance-temps est bien plus grande à l’époque moderne qu’à l’heure actuelle, pour les produits, comme pour l’information (à la différence ici, du monde du XXIe siècle). À titre d’exemple, plus de cinq semaines étaient nécessaires pour
relier Bordeaux aux Antilles. Toute information envoyée au départ est susceptible d’être caduque, désuète à l’arrivée. Si l’on souhaite commercer avec des destinations lointaines, il est alors nécessaire de déléguer la prise de décision à un correspondant local, à même de gérer les intérêts du marchand, acheter des produits sur place et de négocier les prix. Cette réalité est souvent la priorité pour  tout négociant dans une nouvelle relation commerciale. Silvia Marzagalli relève alors trois solutions techniques face à ce problème de distance-temps et de prise de décision : premièrement, le négociant, lors du premier voyage effectue le déplacement afin de nouer un partenariat avec un correspondant local et créer du réseau. Or ceci ne peut pas se faire régulièrement et ne peut être réalisable qu’en début de mise en relation, sinon le négociant perdrait trop de temps et d’argent. Deuxièmement, la prise de décision commerciale est déléguée à quelqu’un sur le bateau, le capitaine par exemple, mais il ne pourra pas réellement tout assurer vu sa propre activité. Et la troisième solution est de faire confiance à quelqu’un sur place, un correspondant local. Cette dernière solution est celle qui
crée le réseau.

Un problème persiste cependant quant à la prise de contact avec l’acteur local qui sera le correspondant de confiance du négociant. Il semblerait que cela se fasse à la fois par les réseaux de ce dernier mais aussi parfois au hasard des rencontres, en sachant que le négociant confie ses biens à autrui et que ce dernier travaille sur
commission. Le négociant doit alors trouver tous les moyens pour que l’acteur local ne fasse pas passer ses intérêts personnels avant les siens. Méthodologiquement, les historiens se sont alors penchés sur la notion de confiance qui se réaliserait soit dans le réseau familial (famille élargie) soit dans le réseau confessionnel (quand un négociant fait affaire avec des séfarades parce qu’il est séfarade ou avec des huguenots parce qu’il est huguenot) soit avec des individus de son propre pays. Concernant ce dernier point Silvia Marzagalli rappelle que les historiens ont, pendant longtemps, raisonné beaucoup trop en terme d’appartenance nationale car les sources indiquaient l’origine « France » alors que le négociant marseillais est avant tout lié aux provinciaux et/ou aux Languedociens au plus. Il est rarement lié aux Normands !

Silvia Marzagalli rappelle qu’il est cependant encore plus difficile de faire évoluer l’idée que ces réseaux ne sont pas forcément familiaux ou confessionnels non plus. Et que cela induit même des erreurs dans les analyses, entre autre parce que les chercheurs se sont appuyés sur les travaux de Max Weber, sur l’esprit du capitalisme qui disait que les protestants faisaient affaire entre eux, les catholiques aussi font pas mal d’affaire ainsi que les Arméniens et les séfarades. Pour saisir ces réseaux, les enquêteurs sont allés souvent chercher confirmation dans les ressources que le réseau était bien confessionnel. Silvia Marzagalli, pour étayer son propos, prend l’exemple de l’historien John F. Bosher qui a fait un très beau travail de recherche sur les relations commerciales entre le Canada et la France. La thèse de cet historien était de dire, en dépit de toutes les entraves dues à l’époque, que le commerce avec le Canada était géré par les protestants. Silvia Marzagalli confirme qu’il avait largement raison sur ce point mais en reprenant les données de ce dernier, elle retrouve beaucoup de liens commerciaux avec les catholiques et de ce fait un réseau trans-confessionnel, et en conclut que ce n’est pas forcément la confession qui fait lien mais les
mécanismes par lesquels le réseau se propage qui va plus favoriser les liens entre des individus de même confession. De plus, sous l’Ancien Régime, beaucoup de familles étaient uni-confessionnelles. Donc, en faisant appel au réseau familial, on reste dans un réseau confessionnel.

Nessim Znaien,
Hasnia-Sonia Missaoui

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, Hasnia-Sonia Missaoui, «Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1949.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séjour de documentation à Alger

L’objectif de ce séjour était de collecter des manuels d’histoire algériens neufs et anciens, les livres scolaires d’histoire étant les principales sources de mon travail de thèse. Mon passage dans la capitale algérienne a été fructueux mais également riche en partage et en rencontres. Ayant été logée au Centre d’études diocésain d’Alger, je garde un très agréable souvenir de la convivialité du lieu et des discussions captivantes avec les différents résidents de passage pour effectuer des recherches sur le terrain, des missions au sein d’organismes divers ou pour apprendre l’arabe.

Je suis arrivée à un moment sensible, une rentrée tumultueuse, l’enseignement est en plein débat. En faisant la chaîne 1 devant la librairie de l’ONPS 2, j’ai pu entendre les plaintes des parents excédés par l’attente interminable dans la rue et surtout par le fait que les manuels n’ont pas été distribués dans tous les établissements scolaires comme à l’accoutumée. La rentrée est par ailleurs suivie de près par les journaux qui lui consacrent quotidiennement plusieurs titres 3. Au cœur de l’agitation, se trouve la ministre Nouria Benghabrit, tantôt louée tantôt critiquée pour les réformes qu’elle propose 4.

C’est dans ce contexte, où l’enjeu que représente l’école est palpable, que je commence ma quête des manuels scolaires d’histoire. J’ai d’abord visité quelques librairies, on n’y vend pas les manuels scolaires étatiques mais beaucoup de parascolaires pour toutes les matières. Une vendeuse me dit que cela ne sert à rien pour les élèves de réviser tous les chapitres car aux examens nationaux, il faut toujours s’attendre à être interrogé sur la guerre de libération. Voulant me montrer que cette prédominance éclipse d’autres aspects de l’histoire algérienne, elle termine par une anecdote à propos de son fils qui trouve que « s’il n’y avait pas eu la France, il n’y aurait pas eu d’histoire en Algérie ». Je me suis également dirigée vers les bouquinistes chez lesquels les manuels d’histoire étaient étrangement absents malgré la présence de toutes les autres matières (philosophie, éducation islamique, géographie, français, mathématiques, physique…)

Afin d’acheter des manuels scolaires neufs, il faut aller du côté des librairies de l’ONPS ou directement dans les écoles. Après avoir attendu dans la file réservée aux femmes devant la librairie étatique, j’ai pu acheter les manuels d’histoire correspondant à tous les niveaux scolaires.

Concernant les vieux manuels, l’aide de Fouad Soufi 5 a été déterminante pour mon accès à l’INRE 6 où se trouvent tous les manuels édités en Algérie depuis l’indépendance. Dès mon arrivée au centre d’études diocésain, des chercheurs me demandaient si j’avais « quelqu’un » capable de « m’introduire » dans l’administration que je visais. Avec des moues dubitatives, on me parlait de la méfiance des institutions et de leur manque de coopération et cela m’a un peu inquiétée. J’avais écrit quelques semaines avant mon départ à Fouad Soufi afin d’avoir des conseils quant à mes recherches en Algérie et il a eu l’extrême gentillesse de me recommander auprès du directeur de l’INRE dès mon arrivée à Alger. Cela a beaucoup facilité mes démarches, j’ai été très bien accueillie et j’ai pu accéder à la salle des manuels et à la bibliothèque où les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure d’Alger viennent préparer leur mémoire. J’ai pu photographier et photocopier tous les manuels d’histoire qui évoquent la conquête arabe et on m’a également donné accès aux textes des programmes officiels.

conter l’histoire en Algérie

Pendant mon séjour, j’ai pu visiter trois musées algérois 7 : le Musée national du Bardo 8, le Musée de l’armée et le Musée public national des Antiquités.

Photographie de l’Auteure

Le musée de l’armée, qui se trouve en face du mémorial du Martyr, raconte l’histoire de l’Algérie à travers le prisme militaire. Le bâtiment est imposant et il est constitué de quatre étages. Une première salle au rez-de-chaussée présente un aperçu du « guerrier algérien » à travers les âges, grâce à des figurines d’environ 50 cm, alignées derrière une longue vitrine. Parmi les figurines présentées, il y a le « guerrier de la Préhistoire », le guerrier numide », le « guerrier de l’époque islamique », jusqu’à la figure finale du résistant de la Révolution déclinée en plusieurs facettes. Certaines figurines sont exposées avec des armes mais rien n’indique s’il s’agit d’objets historiques ou de reconstructions. Le premier étage est consacré aux périodes historiques précédant la guerre d’indépendance avec de plus amples détails : maquettes de villes et de forteresses, peintures ou tableaux en carreaux de céramique représentant des épisodes importants, mannequins à taille humaine en costume, quelques manuscrits. Les deux derniers étages sont dédiés au récit de la résistance anticoloniale représentée à travers des photographies, des documents d’archives, des objets historiques et des peintures à l’huile représentant « la lutte du peuple » ou « la liesse populaire ».

Je me suis intéressée de près au pavillon de la « période islamique (VIIe– XVIe siècles) » 9 puisqu’il s’agit de la thématique principale de mon travail doctoral. Afin d’illustrer la conquête du Nord de l’Afrique et de l’Andalousie, deux tableaux en carreaux de céramique reconstituent deux scènes du récit des futûhât, le moment où ‘Uqba Ibn Nafi’ se retrouve face à l’Océan Atlantique, incapable de poursuivre plus loin son entreprise et celui où Tarak Ibn Ziyad arrive en Espagne. Les deux grands tableaux (environ 2 x 1,5m) sont mis en valeur, encadrés avec du bois peint en feuilles d’or et bordés d’arabesques. ‘Uqba Ibn Nafi’ est au premier plan sur sa monture dont les sabots touchent déjà les vagues. Il regarde fixement l’horizon, devançant quelques autres chevaliers, la scène donne corps à la citation évoquée par la légende « S’il n’y avait pas cette mer, ô Dieu, je poursuivrais la guerre sainte en ton nom ». La même légende raconte la mort du conquérant arabe sans en évoquer le responsable historique Koceila : « ‘Uqba Ibn Nafi’ a été victime d’un piège », aucune mention en effet du chef berbère 10. Par ailleurs, un film tourne en boucle à tous les étages, il déroule à travers un montage d’images la chronologie algérienne. Alors que toutes les séquences du film (peintures, photographies, extraits de films) sont axées sur les guerres opposant le « peuple algérien » aux Romains, aux Espagnols, aux Français, etc… la conquête arabe est racontée à travers les monuments qu’elle laisse. Lorsqu’il s’agit des futûhât, toute allusion la guerre est gommée dans un film qui regorge de scènes de combats.

On ressort du musée avec l’impression que l’Algérie a existé en tant que nation depuis la nuit des temps, les légendes consacrées aux époques les plus anciennes parlent déjà de « la terre d’Algérie». Par ailleurs, le lieu est régi par la représentation : celle des costumes, des armes, des palais, des forteresses. La plupart des épisodes historiques sont peints, reconstruits et il y a peu de place pour la libre interprétation des faits, le public n’est pas invité à douter : « au sein de cette continuité historique, une vérité historique impossible à ignorer est apparue : la lutte du peuple algérien tout au long des siècles pour son indépendance et sa liberté » 11.

La visite du Musée public national des Antiquités 12 a également été intéressante du point de vue historiographique. Le pavillon des arts islamiques, tardif, fait partie d’un réseau de musées internationaux dédiés aux arts islamiques 13. Il retrace l’histoire des « arts islamiques » depuis la conquête arabe jusqu’au XXe siècle. Le musée contient une collection de costumes, de bijoux, de coffres, d’armes et d’objets d’art. Leurs provenances sont diverses : le Maghreb, le Machrek, l’Empire ottoman et la Perse.

Musée des arts islamiques, Alger. Photographie de l’auteure

Les objets maghrébins sont « citadins et ruraux » 14 et une place très importante est accordée à l’artisanat kabyle et chaoui. On peut se demander ce que viennent faire des objets traditionnels berbères dans le pavillon consacré aux arts islamiques. Est-ce que l’art que les tribus exerçaient et ont continué d’exercer après l’expansion de l’islam est « islamique » ? Est-ce que l’expression est censée enrober tous les arts locaux qui ont persisté et se sont développés depuis la conquête ? Quelle nécessité a présidé à la création de ce pavillon, le besoin d’avoir un espace dédié aux arts islamiques ou d’avoir une réponse palpable au musée des Antiquités ? L’impression que laisse le musée est que “islamique » est un terme qui se voudrait englobant, il définirait un pavillon “endogène » par opposition au pavillon “exogène » qui se trouve dans la même enceinte, à quelques mètres : le musée des Antiquités. Si on poursuit la réflexion en se disant qu’il y a d’un côté l’antique et de l’autre l’islamique, où donc placer les arts amazighs ancestraux qui ont certes continué à se développer après la conquête arabe 15 mais qui l’ont précédée ? Le musée semble avoir éludé la question en plaçant le « berbère » dans « l’islamique » et en affirmant que ce qui est national est islamique et vice versa.

Ces visites ont rendu intelligibles à mes yeux les caractéristiques du récit national algérien fondé principalement sur l’idée de symbiose entre Berbères et Arabes, fusion possible grâce à l’islam 16, et sur l’action du peuple et sa résistance. Cela m’a poussée à comparer avec le discours historique tunisien plutôt focalisé sur la pérennité d’une terre qui accueille au fil des siècles les civilisations successives 17.

Les discussions qui ont ponctué mon séjour m’ont appris plus d’éléments concernant l’enseignement en Algérie et les débats qu’il a suscités. Le centre d’étude diocésain, plus communément appelé les Glycines 18, est un lieu propice aux échanges, particulièrement au moment des repas qui sont communs. Les résidents de passage, les Pères habitant sur place ou les chercheurs algérois se font une joie de pouvoir apporter un éclairage sur des questions méthodologiques ou théoriques. Le fait que ma recherche touche à l’enseignement pousse des personnes à partager avec moi leurs expériences dans le domaine. J’ai pu rencontrer le Père Henri Teissier 19 qui a témoigné du moment où l’État algérien naissant recrutait des professeurs étrangers, il m’a parlé de la difficile entreprise de constituer un corps enseignant formé et efficient au lendemain de l’indépendance. Il a évoqué la manière dont on sélectionnait les instituteurs, les Coptes par exemple avaient le droit de tout enseigner sauf l’arabe, car ils n’étaient pas musulmans. Il attire mon attention sur l’enseignement de l’histoire chez les Kabyles qui se fait à travers les manuels étatiques communs à tous les élèves algériens mais également grâce à des associations culturelles locales. Une chercheuse algérienne me fait part quant à elle de ses souvenirs d’élève frustrée par le « côté dogmatique » des matières dites littéraires comme l’arabe, l’éducation islamique, l’histoire qui étaient pour elle « un tissu de mensonges ».

Le lien entre les « Berbères » et les “Arabes » revient souvent dans les discussions, certains ironisent sur le danger de parler de « conquête arabe » dans un pays où « l’islamisation de la région fait partie de l’ordre naturel des choses ». Les études sur l’historiographie algérienne montrent que l’insistance sur la fusion entre les Berbères et les Arabes fait parfois même remonter l’origine des Berbères au Moyen-Orient 20. Ces études évoquent un amalgame voulu entre les deux, un amalgame qu’on retrouve dans les chartes nationales et les manuels scolaires qui parlent volontairement de cohérence, de rencontre fusionnelle entre deux peuples. Parmi les personnes que j’ai rencontrées, certaines trouvent que c’est une matière de faire face au discours colonial qui aurait cherché à différencier les communautés et à faire des Berbères les victimes des Arabes et d’autres pensent qu’il s’agit d’une manipulation idéologique témoignant de l’incapacité de l’État à gérer toute la diversité de sa population 21.

En Algérie le moment de la conquête arabe est intimement lié à l’histoire des Berbères et à l’enjeu de leur représentativité à l’échelle institutionnelle. Comment donc parler de cette période, comment la dénommer ? Quels sont ses acteurs et comment assumer toute la nature complexe de leurs liens ? Et finalement, quel rôle jouent ces questions dans la définition de la nation algérienne et des Algériens ?

Ce séjour salutaire à bien des égards, a rendu concrète la matière théorique que j’ai pu lire, il m’a permis de mieux structurer mes recherches futures, m’a apporté quelques éléments de réponse et a impulsé de nouvelles interrogations, notamment par rapport à la distinction entre les lignes historiographiques en Algérie 22 et en Tunisie 23, l’une mettant en avant l’unité du peuple et l’autre l’ouverture de la terre.

Faire la queue » en algérien.

2 Office national de la publication scolaire.

3« Introduction de Tamazight à Biskra » El Watan, 06.09.15, « Rentrée scolaire : De nouveaux établissements ouvriront leurs portes » El Watan, 06.09.15 , « Rentrée scolaire : Entre optimisme et incertitude » Le Quotidien d’Oran, 08.09.15, « Citoyenneté, qualité d’enseignement, équité et égalité des chances pour tous les élèves » Le Quotidien d’Oran 10.09.15 , « Rentrée scolaire sans nouveautés : Rien n’est encore tranché pour le bac ! » Le Quotidien d’Oran, 05.09.15.

4 Sociologue, ministre de l’Education depuis 2014. La polémique fait suite à la Conférence nationale sur l’évaluation de la mise en œuvre de la réforme du système éducatif en juillet 2015. Les experts  y  ont  proposé l’institutionnalisation d’une pratique existant déjà sur le terrain, à savoir l’usage par les enseignants des langues maternelles durant le cycle préparatoire et les deux premières années du cycle primaire. Leur argument était que l’arabe classique, contrairement à la darja, la langue parlée, pouvait représenter une barrière pour les très jeunes apprenants.

5 Historien, ancien conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d’Oran. J’ai eu la chance de rencontrer Fouad Soufi à Oran pour la Journée d’étude «Archives et historiographie maghrébines des XIXème et XXème siècles » organisée le 16 mars 2014 par le Crasc et l’IRMC.

6 Institut national de recherche en éducation.

7 Il était la plupart du temps interdit de prendre en photo les lieux. Selon l’un des guides qui travaillent au musée national du Bardo, les visiteurs prendraient des photographies pour les vendre au nom du musée, ce qui aurait obligé l’administration à interdire les appareils photo, sauf si c’est le guide qui prend le visiteur avec le « décor ». Le musée national de l’armée interdit même d’avoir son téléphone sur soi durant la visite. Le musée des Antiquités et des arts islamiques autorise quant à lui de photographier les collections.

8 Le musée national du Bardo est un musée de préhistoire et d’ethnographie, il est ainsi présenté sur sa page Facebook officielle : « Le musée national du Bardo fut inauguré en 1930 comme musée de préhistoire et d’ethnographie à l’occasion du centenaire de la colonisation française en Algérie. Classé monument historique en 1985, il abrite aujourd’hui une collection préhistorique qui comprend des objets paléolithiques et néolithiques (dont des œufs d’autruches qui servaient de bouteilles aux premiers hommes). La pièce maîtresse du musée national du Bardo est le squelette de Tin Hinan, reine des Touaregs ».

La belle demeure ottomane qui abrite en temps normal la dite collection était vide, pour cause de restauration mais cela a été l’occasion d’apprécier la beauté des lieux et les nombreux carreaux de céramique, en provenance de plusieurs régions méditerranéennes, qui ornent les façades.

9 L’expression est parfois troquée contre le terme “conquête », futûhât en arabe, moins connoté que le mot français. Les expressions « période islamique » et « période musulmane » qu’on retrouve dans les musées mais aussi dans les manuels scolaires donnent l’impression étrange qu’il s’agit d’une époque révolue, que l’islam ne fait plus partie du paysage historique ou politique. Le problème de la dénomination demeure concret, faut-il désigner l’événement fondateur ou la période en sa totalité, faut-il combiner l’aspect religieux et culturel à travers une formule accommodante telle que « arabo-musulman » ?

10 Lydia Aït Saadi remarque la même chose à propos des manuels d’histoire qui évitent de dire qui a tué ‘Uqba Ibn Nafi’, selon elle il s’agirait d’une manière de « préserver l’invincibilité de l’icône » mais on se demande si cela ne témoigne pas également de la volonté de masquer le caractère belliqueux des conquêtes (Lydia Aït Saadi, La nation algérienne à travers les manuels d’histoire algériens, thèse de doctorat, INALCO, Paris, 2010, p. 266).

 

11 Fascicule du musée (traduction).

 

12 « Le musée national des antiquités est le plus ancien musée d’Algérie. Son contenu historique et archéologique témoigne que la terre d’Algérie est sans doute l’une des plus riches du bassin de la Méditerranée […] L’idée de la construction d’un musée pour les collections antiques revenait à Mr Berbrugger premier conservateur, en 1838 […] En 1863, le Musée est installé dans le Palais de Mustapha Pacha, rue de l’Etat-major […] En 1896, des épaves d’une exposition permanente d’objets d’art musulmans furent jointes aux collections d’art antique […] dans un bâtiment construit à cet effet dans un jardin botanique nommé le Parc de la Liberté inauguré le 19 avril 1897. Des salles nouvelles furent adjointes au noyau primitif, et grâce au savant Stéphane Gsell elles ne tardèrent pas à se meubler […] Les collections d’art islamique ont été transférées et réexposées dans un nouveau bâtiment inauguré à l’occasion de la journée mondiale des musées le18 mai 2003. », source : www.musee-antiquites.art.dz.

13 discoverislamicart.org.

14 Fascicule du musée.

15 Les objets « berbères » présentés sont tous postérieurs à la conquête arabe. 

16 François Siino analyse ainsi le texte de la charte nationale algérienne de 1986 : « le texte constate que l’arrivée de l’Islam au VIIème siècle a consacré la fusion entre une civilisation avancée à vocation progressiste et universelle (l’Islam) et un substrat autochtone, certes désorganisé, mais farouchement attaché à sa liberté (les Berbères). La symbiose des deux éléments ayant « donné naissance à une composante humaine homogène, cohérente aux plans religieux, culturel, social et politique et constituant une entité accomplie» (François Siino, 2010, « Reconquérir le temps, nationaliser l’histoire. Variations algéro-tunisiennes », in MMSH. Les échelles de la mémoire en Méditerranée, Actes Sud, 189-209, études Méditerranéennes <halshs-00555050>,

  1. Lydia Aït Saadi relève également dans les manuels l’idée de la conquête arabe comme moment constitutif de la « personnalité arabo-islamique des Imazighen » (Aït Saadi, op. cit., 262).

17 Driss Abbassi a repéré la répétition dans les manuels scolaires d’histoire d’expressions telles     que      :      « pôle     d’attraction », rayonnement », « carrefour », « lieu de rencontres et d’échanges entre les civilisations », « héritage méditerranéen ». Il parle ainsi d’une « géographie à la rescousse de l’histoire » (Driss Abbassi, 2005, De Bourguiba à Hannibal, Paris, Karthala, 202).

18 situé au chemin anciennement appelé chemin des Glycines (aujourd’hui chemin Slimane Hocine).

19 Evêque catholique franco-algérien né en 1929 archevêque émérite d’Alger

20Lyia Ait Saadi op.cit., p. 209.

21 «Le récit concurrent majeur qu’était l’histoire coloniale aboutissait très tôt à la construction d’une « personnalité algérienne » intemporelle présentée comme   celle   d’un   peuple perpétuellement en lutte contre tous les occupants successifs. Une telle définition ne posait pas de problème tant que les « envahisseurs » étaient Romains, Byzantins, Vandales, Espagnols et bien sûr Français. En revanche, elle pouvait devenir plus délicate s’agissant des Ottomans […] qui, pour être « allogènes » n’en étaient pas moins musulmans.  Elle  devenait  potentiellement scandaleuse concernant les Arabes, arrivés dans le Nord de l’Afrique au VIIème siècle», François Siino, op. cit., p. 11.

22 « A la lecture des textes algériens, cette trajectoire historique est dirigée par un facteur explicatif primordial : la lutte contre les agressions étrangères. Ce qui définit avant tout la personnalité algérienne » tout au long de l’histoire est cette volonté de résister aux tentatives d’annexion, de contrôle venues de l’extérieur. Cette définition de soi par la « lutte contre l’envahisseur » ne va pas sans poser de problème lorsque se manifestent d’autres types de récits concurrents, comme la revendication d’une identité et d’une mémoire amazigh(s) » ibid., p. 9.

23 « La nation est circonscrite comme entité historique dont les racines sont d’abord territoriales. La représentation contenue dans les manuels scolaires, selon laquelle la Tunisie est un arbre de racine africaine, de tronc carthaginois et de branches arabo-islamiques, est aujourd’hui une image symbolique des origines de la nation. » Driss Abbassi, op cit., p. 233.

Aroua Labidi

est doctorante à l’Université Paris Ouest Nanterre et associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Aroua Labidi, «Séjour de documentation à Alger», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1936.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Archives et historiographie : Analyse critique comparée (Tunisie-Algérie)

© Alger, Archives notariales, XIXe siècle

L’archive est rarement elle-même objet d’étude. Pourtant, elle témoigne et subit les grands évènements de l’histoire des hommes, accompagne leurs faits d’armes, leurs conquêtes, leurs violences. Elle témoigne aussi de leur foi religieuse, de leurs philosophies, de leurs connaissances, de leurs métiers, de leurs cultures. La pièce d’archive est plus qu’une simple trace écrite, elle est une immense fresque qui relate le pays, le pouvoir, la terre et ses légendes.

L’Algérie ne dispose pas de travaux scientifiques sur cette question essentielle, sur de très longues périodes historiques. La question des archives reste le plus souvent liée à la Guerre de libération nationale. Les archives algériennes les plus anciennes disponibles datent de la période ottomane du XVIe siècle au début du XIXe siècle. Des documents prestigieux de Hiempsal, consultés par Salluste, ceux d’Ibn Rustum, des Zirides, des Hammadides ou des Ziyanides sont absents des fonds d’archives algériens. Pour ces périodes historiques les références restent essentiellement les récits de voyages, les chroniques et les correspondances des diplomates occidentaux à Alger. Les registres sur lesquels étaient notés tous les détails de l’activité économique, administrative et sociale algérienne sont rarement cités en référence, et les sources autochtones ont pour la plupart été détruites ou négligées[1].

Quel est alors les parcours des archives algériennes au XIXe siècle ? Les Ottomans ont-ils emporté certains documents ? Si oui, lesquels ? Que deviennent les archives sous la colonisation française ? Peut-on identifier les principales sources aujourd’hui ? À quelles dates ont été appliquées en Algérie les lois françaises sur les archives ? Une première réponse a été donnée à cette question par la revue Documents algériens, pour préciser que « l’organisation systématique des archives centrales de l’Algérie ne date que de 1908, ce qui explique bien des lacunes »[2].

En Algérie, les archives ont subi un parcours instable qui fut celui de l’administration française elle-même sur le sol algérien. C’est l’arrêté de M. Jonart daté du 4 décembre 1910 qui institue une commission chargée de la publication d’une collection de documents inédits qui se trouvent aux Archives du Gouvernement Général comme en Métropole sur l’histoire de l’Algérie.

En France, le XIXe et le début du XXe siècle étaient marqués par la mise en place des sciences auxiliaires de l’histoire positiviste et de la philologie. La politique française de gestion des archives a été mise en place par tâtonnements et en fonction des besoins du moment. Au XVIIIe siècle et jusqu’au milieu du XIXe siècle, elles ont été ballottées de lieux en lieux, ont changé fréquemment de bureau de rattachement, ont été traitées de manière propre à chaque archiviste. Pendant longtemps, il y a eu des conservateurs qui ont pensé qu’il fallait réunir toutes les archives historiques de France à Paris. C’était une idée mise en oeuvre au siècle des Lumières, dans un esprit rationaliste. L’attitude à l’égard de la conservation des documents au XIXe siècle en France chez les archivistes semble légère par rapport aux critères du XXe siècle.

En Tunisie, la mise en place de la première institution dédiée aux archives est née en 1874 sous Khayr-Eddine al-Tunusi, et relève du Premier ministère. Qu’en est- il de l’histoire de ces archives tunisiennes au cours su XIXe siècle ? Ont-elles subi la même trajectoire que les archives algériennes ? Quelle en a été l’incidence sur l’historiographie tunisienne ?

Alger, archives notariales, XIXe siècle – écrire l’histoire

La question des archives fait partie indéniablement, des grandes controverses historiographiques. Elle agite et bouscule aussi bien les relations diplomatiques et politiques que les spécialistes. Une analyse critique comparée entre l’histoire des archives tunisiennes et algériennes du XIXe siècle, nous permettra d’appréhender leurs évolutions propres et l’impact sur la recherche historique. En retraçant respectivement le parcours de leurs archives, nous saisirons la singularité des trajectoires de deux pays voisins partageant une histoire commune avec la France. Enfin, cette étude pourrait nous livrer également des sources autochtones inédites, permettre de reconsidérer l’écriture de l’histoire comparée avec des références locales, et contribuer à faire avancer la recherche historique de ces pays du Maghreb.

L’exploration scientifique du XIXe siècle du Maghreb, a permis indéniablement une production intellectuelle remarquable en langue française notamment. Son impact durable a modifié la configuration intellectuelle et socio culturelle de ces deux pays voisins. Mais comment ont-ils réagi à ces changements ? Car, si les aspects français de l’histoire du Maghreb sont décisifs, on ne peut pour autant négliger la dimension locale, sous peine de manquer d’objectivité et de donner une vision partielle et unilatérale de l’histoire. En visitant les archives, l’historien doit s’interroger sur la nature de ses sources, clarifier les conditions de leur production, les raisons qui ont présidé à leur élaboration. C’est la critique des sources qui doit mettre en évidence non seulement leur richesse, mais aussi leurs limites. D’où la nécessité de la complémentarité avec les historiens internationaux, et de l’interdisciplinarité pour enrichir nos connaissances historiques sur la période étudiée. Le renouvellement historiographique peut révéler un champ immense à la recherche, qui n’utilise aujourd’hui, qu’une infime partie des sources de l’histoire politique, militaire, économique, judiciaire, sociale et culturelle du Maghreb.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Saïda Benchikh-Boulanouar

est chercheur post-doctorante en histoire au laboratoire HIPASO (Histoire, Patrimoine et Société) de l’Université Mentouri de Constantine. Elle a effectué des recherches bibliographiques dans le cadre d’une étude comparative critique entre l’histoire des archives tunisiennes et algériennes au XIXe siècle. Elle a rejoint l’IRMC en tant que Boursière Moyenne Durée (BMD)[3] en septembre 2012.


Pour citer ce billet : Saïda Benchikh-Boulanouar, « Archives et historiographie : Analyse critique comparée », Le Carnet de l’IRMC, 8 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/730

 


[1] Saïda Benchikh-Boulanouar, Douze siècles d’archives algériennes, Panorama des sources VIIIe-XIXe siècles Thèse doctorat, 2 tomes, Paris, EPHE, 2010.

[2] GGA, « Les Archives algériennes », dans Documents algériens, synthèse de l’activité algérienne, n° 31, oct.1948.

[3] Les accueils de chercheurs algériens en bourse de courte durée à l’IRMC en été rendus possible par le soutien du SCAC/Ambassade de France en Algérie, dans le cadre d’une convention de partenariat.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook