Archives par mot-clé : Histoire

Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine

Contexte de la recherche

Constantine a été un véritable terrain d’expérimentation 1 en termes d’architecture et d  ’urbanisme pendant la période coloniale française. Celui-ci a légué à la ville un important héritage architectural d’une grande richesse stylistique. La pluralité de la production architecturale et urbaine de cet héritage demeure méconnue, en dépit de sa dominance dans le paysage urbain constantinois.

D’une part, la construction d’une connaissance sur cet héritage permet d’apporter de nouveaux éclairages à l’histoire de la ville, qui pourront enrichir l’enseignement de cette phase en histoire de l’architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée. D’autre part, l’étude du cas de Constantine, dans son contexte historique et sa réalité matérielle singulière, selon une nouvelle approche que nous développons ci-après, peut être un apport aux recherches en cours sur les différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb en général, et en Algérie en particulier.

Il apparaît important de connaître les valeurs historique, architecturale, technique et esthétique afin de donner une plus-value à l’héritage architectural et urbain de cette période. Ceci orientera le regard du maître d’ouvrage (public ou privé), du maître d’oeuvre ou du propriétaire, pour décider en particulier du devenir de cet héritage – conservation, réhabilitation, disparition – et pour une meilleure prise en charge de ces architectures dans le processus de changement du regard sur ce qui constitue la ville ancienne de Constantine. La connaissance de cet héritage permettra également de guider le travail de conservation du patrimoine dans le but de le valoriser ; ce qui est un enjeu important dans le contexte actuel où la ville connait une phase de réhabilitation de son bâti ancien et de son parc immobilier colonial datant des XIXe et XXe siècles. Cette méconnaissance pose en effet beaucoup de problèmes concrets lors des opérations de réhabilitation des bâtiments, notamment quant au processus de transformation de certains bâtiments, qui en ont modifié la substance au fil du temps. Les évaluations des interventions et des projets de réhabilitation entrepris en témoignent. Ces opérations sont souvent menées dans l’incompréhension de l’objet sur lequel elles portent, en ne prenant pas en considération la genèse historique ainsi que les caractéristiques du bâti. Elles sont généralement limitées à un ravalement de façade assez simplificateur. On part ici de l’hypothèse – à vrai dire fondatrice de l’intervention patrimoniale dans les villes anciennes – que les valeurs (historiques, architecturales, esthétiques, techniques…) des bâtiments sont à étudier pour conduire des actions de réhabilitation plus nuancées et respectueuses, à même de conserver le capital culturel constitué par cet héritage.

Ce travail est plus que jamais nécessaire dans le contexte actuel de mise en place d’un processus de patrimonialisation : de grandes opérations de rénovation et de réhabilitation ont été lancées dans le centre des grandes villes comme Alger ou Oran.

Le paysage urbain constantinois avec son vieux « Rocher » et extensions urbaines de ce dernier

© Maïssa Acheuk-Youcef.

En effet, un patrimoine n’est considéré comme tel que s’il est le fruit d’une construction sociale. D’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine ? L’intérêt de reconnaissance en tant que tel et de la valorisation patrimoniale naissent notamment lorsque les valeurs sont connues. L’expertise scientifique peut être un facteur déterminant dans la mise en valeur. Ainsi, la production de la connaissance s’avère nécessaire et préalable à la reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage constantinois. Par conséquent, il apparaît important d’étudier ses logiques de production qui justifieront sa logique de protection.

Cette étude d’une ville comme Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires : à savoir l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art et la géographie-aménagement, mobilisant ainsi des approches comme l’histoire urbaine et de l’architecture, les sciences du patrimoine, l’étude de la morphologie urbaine et des outils comme la cartographie par la construction d’un Système d’Information Géographique (SIG). Le croisement de ces approches sous cet angle-là, n’a pas encore constitué un champ de recherche accompli dans l’étude des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles.

De ce terrain d’étude brièvement décrit émanent plusieurs questionnements

Quel est l’héritage architectural et urbain de l’époque coloniale française à Constantine ?

Afin d’identifier et de connaître cet
héritage, le travail de recherche est basé sur une « historicisation de l’espace construit 2 », ce qui implique l’identification et la datation des objets de cet espace, dont le processus de production, fait lui-même de sous-processus ayant chacun sa logique, et (étant) en interaction 3.

Le « Rocher », coeur historique de Constantine avec son tissu urbain et ses architectures

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Ainsi pour connaître l’architecture produite, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale.

L’étude porte sur l’espace urbain constantinois avec le Rocher, coeur historique de la ville, et ses premières extensions urbaines datant de la période coloniale française à savoir : les faubourgs de Saint-Jean, Saint-Antoine, El Kantara, Sidi Mabrouk et le Coudiat-Aty.

Quel est le processus de production architecturale et urbaine de cette époque et quels en sont les acteurs ?

Considérant que chaque nouvelle production dans l’espace urbain nécessite la mobilisation et l’interaction de plusieurs acteurs 4, il apparaît nécessaire de mettre en évidence la complexité de ces jeux d’acteurs. Ainsi, d’autres questions de recherche en découlent :

Quels sont les registres architecturaux de cet héritage ?

– Quels sont les types et les formes d’architectures – notamment pour l’habitat – produites à Constantine pendant cette période ?

– Quelles ont été les inspirations et les contributions locales pour la production architecturale ? Notamment l’expression de la population locale – qu’elle soit autochtone ou coloniale – dans l’architecture.

– Qui sont les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ?

– L’Algérie ayant été un terrain d’expérimentation, est-ce que certaines architectures n’ont pas été exportées à Constantine par des avant-gardistes avant leur apparition en métropole ?

La réponse à ces questions permettra notamment de connaître la contribution de l’expérience constantinoise à la circulation des modèles architecturaux.

Pour répondre à nos questions

Notre méthode de recherche consiste à partir de la réalité matérielle du terrain d’étude que nous considérons comme la première source historique vivante à interroger. Cela est ensuite confronté et croisé avec l’analyse des sources historiques graphiques et écrites collectées à partir d’un important travail de dépouillement mené dans différentes sources d’archives en Algérie (Constantine, Alger) et en France (Paris, Vincennes, Aixen- Provence). Ceci représente plus de 300 dossiers consultés, soit près de 4000 documents graphiques et écrits mobilisés et émanant principalement des :

– Archives Municipales de Constantine ;
– Archives de la direction du Cadastre de Constantine ;
– Archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ;
– Archives Nationales d’Algérie, Alger ;
– Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ;
– Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ;
– Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ;
– Fonds de l’IGN, Saint-Mandé. Pour approcher la fabrication de l’espace urbain constantinois, nous considérons que chaque objet dans la ville est issu d’un processus matériel et social basé sur des jeux d’acteurs : publics (militaire et civil) et privés (architectes, entreprises, société civile…etc.). Ainsi, nous décomposons la réalité matérielle de l’espace urbain en plusieurs objets à étudier, emboîtés à différentes échelles (quartiers, lotissements, rues, bâtiments – habitat et équipements –) que nous identifions et que nous analysons.

Contraste dans le paysage urbain entre l’héritage de la période coloniale française (extensions de la ville) et l’héritage architectural des époques antérieures (Rocher)

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un aperçu sur la mosaïque d’architectures identifiées dans le paysage urbain constantinois

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Nous étudions ces jeux d’acteurs complexes pour certaines opérations dans la ville à travers une approche systémique. Ainsi, nous analysons le processus de décision pendant cette période, à différentes échelles du pouvoir : le niveau local (la Mairie et la Préfecture de Constantine), le niveau central (le Gouvernement général à Alger) et enfin, le niveau de la métropole (différents ministères, Assemblée nationale…etc. à Paris), avec les autorités et les acteurs clés correspondants à chaque régime politique (selon les périodes).

Pour ce qui est de l’échelle des quartiers et lotissements, pour étudier le processus de leur fabrication et avant d’aborder leur évolution, nous revenons à leur genèse d’abord à travers la question de l’acquisition et la répartition du foncier pour les colons européens. Par la suite, les autres échelles de la rue et du bâti, sont traitées.

Les objectifs et les apports scientifiques de ce travail de recherche sont de plusieurs ordres

La visée de cette recherche est de mieux connaître l’architecture et l’urbanisme de l’époque coloniale française à Constantine entre 1837 et 1962. À partir de là, on peut déterminer quelques pistes permettant de mieux envisager l’inscription de cet héritage dans le développement urbain. Il s’agit de :

– Connaître le processus de production architectural et urbain de cette époque et d’identifier les maîtres d’ouvrage et les architectes qui ont marqué l’espace urbain constantinois.

L’emboitement des échelles de production de l’espace à travers la mobilisation des documents graphiques et écrits correspondant à ces échelles permettra de rendre compte de manière systématique et rigoureuse de l’évolution de la ville et ainsi d’historiciser l’espace urbain à ses différentes échelles.

– Mettre en exergue la richesse et la diversité architecturale du patrimoine bâti. Plusieurs registres, styles et typologies architecturales sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue, créant une mosaïque à ces différentes échelles.

Ainsi on rencontre des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments stylistiquement « hybrides ». Nous étudions certaines architectures qui sont apparues dans une période donnée et ont été appliquées en Algérie. D’autres styles singuliers, sont caractérisés par une empreinte locale, il s’agira de faire ressortir l’influence locale dans la production architecturale.

– Identifier les objets datant de cette période, ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection. Ceci sera réalisé entre autres, dans une perspective de développement de l’attractivité de la ville. – Constituer une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville : historicisation de l’espace urbain et du bâti avec un Système d’Informations Géographique (SIG). Ce système aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de cet héritage urbain et architectural, basé sur ces nouvelles connaissances.

Ce travail permettra également à partir du dépouillement des sources dispersées, d’accès parfois difficile (Fonds des Archives Municipales de Constantine, Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, Archives de l’Institut Français d’Architecture à Paris…etc), de les rassembler et de les intégrer. Il faut bien sûr d’abord repérer et identifier les données historiques encore inexploitées, et les répertorier. Cela sera d’autant plus utile aux études d’histoire urbaine et architecturale pendant la période coloniale française à Constantine, en facilitant leur croisement selon une approche systémique, avec ce que cela implique comme nouveaux objets et aspects à étudier.

Exemples d’architectures identifiées situées en dehors de l’actuel secteur sauvegardé et qui sont susceptibles de faire l’objet de mesures de protection dont certaines sont exposées à la destruction

© Maïssa Acheuk-Youcef.

Un échantillon du type de documents historiques archivistiques correspondant aux objets d’étude à différentes échelles, collectés et mobilisés pour cette recherche

© Archives Municipales de Constantine ; Archives du Cadastre de Constantine ; Archives du Service Historique de la Défense, Vincennes ; Archives Nationales d’Outre-Mer (ANOM), Aix-en-Provence ; Fonds de l’Institut Français d’Architecture, Paris ; Fonds de l’IGN, Saint-Mandé.

En plus de l’apport historiographique à l’échelle de Constantine et la dimension d’expertise patrimoniale de ce travail de recherche, la connaissance du cas spécifique constantinois permettra de constituer un apport entre autres sur la question de la circulation des modèles architecturaux aux XIXe et XXe siècles à l’échelle du Maghreb et de la Méditerranée.

En effet, les travaux qui ont été développés en histoire urbaine et architecturale de la partie nord de l’Afrique ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire…etc, mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales comme dans le cas de Constantine, qui comporte des spécificités sur plusieurs aspects, comme la recherche en cours le fait apparaître.

L’apport de cette recherche permet également de capitaliser les données cartographiques collectées, pour constituer un SIG historique qui n’existe pas encore au niveau de la ville de Constantine. Cette capitalisation des données pourra être une manière de contribuer notamment à préserver le patrimoine de Constantine et en particulier les archives de cette période, qui sont exposés à la dégradation et donc à la menace de destruction.

1 Cette notion de laboratoire d’expérimentation a déjà été largement discutée, illustrée et démontrée par différents chercheurs dans plusieurs travaux de recherche sur l’Algérie et les pays du Maghreb notamment: De Tarde (1937, 27) ; Guillerme (1992) ; Culot (1992) ; (1996, 8) ; Nouschi (1996, 139) ; Pinon (1996, 49) ; Cohen et Eleb (1998) ; Vacher (1997) ; Volait et Minnaert (2003, 379-380) ; Garret (2005, 37) ; Hakimi (2005, 64 ; 81), etc.

2 Gauthiez Bernard, 2014, « Le temps dans l’espace
des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux », Géocarrefour, vol. 89/4, 283-296.

3 Ibid.

4 Ibid.

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architectur/Géographie- Aménagement en cotutelle, Université de Constantine 3/ Université de Lyon 3, UMR 5600. Contact : aymaissa@hotmail.com

Pour citer ce billet : Maïssa Acheuk-Youcef, «Historicisation et perspectives patrimoniales d’un héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2193. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2182.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Rapports et représentations du travail à travers la mémoire des veuves de la guerre de libération nationale (1954-2014)

Rapports et représentations du travail à travers la mémoire des veuves de la guerre de libération nationale (1954-2014)1.

La recherche anthropologique que nous menons au CRASC cherche à comprendre le rapport des veuves de chahid (martyr) au travail. La finalité de notre recherche est l’analyse qualitative de la mémoire du travail chez les veuves. L’approche méthodologique objective tend à rompre avec les écrits présentant l’émergence de l’activité féminine avec le processus d’industrialisation. Il est important de prendre en considération les tâches – présentées par la socioanthropologie comme du travail social – permettant aux femmes de produire à l’intérieur du milieu de vie et générant du travail pour la collectivité. Ces activités apparaissent sous des formes diverses et participent au fonctionnement économique de la communauté 2. En Algérie, dans les espaces urbains et ruraux, l’accès des femmes au travail journalier à l’extérieur du foyer, est un fait qui ne date pas de l’époque coloniale 3. Afin de rendre compte de cette réalité, nous nous sommes focalisée sur trois indicateurs sociologiques, à savoir le temps de travail, l’espace de travail et le bien.

© panoramio.com

Comment se présente le rapport au travail à travers la mémoire des veuves de martyrs de la guerre de libération nationale entre 1954 et 2014 en espace villageois ?

Cette recherche interroge quelques veuves des villages de la commune d’Irdjen sur leur mémoire du travail. La région se situe au sud-est de Tizi- Ouzou, à peu-près à 15 Km du chef-lieu de la wilaya. C’est un espace dominé par un relief montagneux. La localité est
traversée par différentes transformations des rapports sociaux, notamment par l’accès des femmes à l’espace public 4.

L’analyse des récits de mémoire des veuves sur leur rapport au travail et à ses conditions sociales nous apprend que la guerre n’avait pas mis fin au travail des femmes en dehors du foyer. Durant les années de lutte pour l’indépendance (1954-1962), les forces de travail masculines étant absentes, les veuves se mettent alors à pratiquer un travail domestique marchand et non marchand et un travail agricole journalier. En ce sens, Claude Meillasoux évoque, en temps de crise sociale, l’insuffisance des forces productives (les hommes combattent et les femmes cultivent les petites parcelles) 5. Ces conditions donnèrent au travail des veuves sa dimension collective : le but est de nourrir le groupe familial et cela sert également de ressources pour les moudjahidines. Pendant les sept ans de guerre, les femmes déclarent qu’elles ne disposaient pas de moyens humains et matériels pour travailler (l’exhérédation des femmes, ne disposant pas de fonds, et occupant une position inférieure à l’homme dans la structure sociale). Malgré les multiples violences sociales et militaires, les veuves expriment dans leurs récits un attachement à la terre familiale et une estime portée à la notion de travail. Le résultat de ce travail est au profit des membres de la famille, des voisins et des moudjahidines. Pour ces femmes, la notion d’autonomie en production et en gestion de bien est relative, elles travaillent souvent en groupe et le résultat de leur travail est au profit du groupe.

Lorsque les solidarités ou les liens de protection deviennent fragiles, du fait de la pauvreté, vécue par de nombreux villageois, les veuves apprennent à chercher d’autres ressources afin de s’intégrer dans un contexte de pénurie. En l’absence de protecteur social et économique (époux martyr ou absent pour une longue période pour assumer son rôle social de générateur de revenu), elles découvrent l’extérieur et apprennent à ne compter que sur elles-mêmes. En revanche, les difficultés matérielles auxquelles sont confrontés les villageois n’excluent pas la continuité ou la formation d’autres liens de solidarité communautaire telle l’adoption sociale, notamment pour les enfants des veuves. L’individu sous cette forme de protection devait travailler car l’assistance n’était pas matérielle et était insuffisante (cas de veuves qui ont été indemnisées pendant et après la révolution).

En plus de l’agriculture, les travaux effectués étaient multiples, les veuves citent : les travaux domestiques (éducation des enfants, lavage, cuisine, élevage des animaux) et les activités de saison (semence et récolte). Elles dévoilent dans leurs récits un rythme de vie villageoise pendant la période révolutionnaire avec une temporalité militante imbriquée avec le temps de l’activité nourricière quotidienne. De ce fait, pour certaines militantes, la nuit se transforme en jour dans une stratégie de discrétion.

Ces types de travaux ne répondent pas aux rythmes connus au sein des entreprises ou au sein d’autres organisations, à l’exception de l’activité militante en temps de guerre, du fait de leur fréquence. Les veuves n’ont en outre pas reçu de formation au préalable, les tâches menées s’inscrivent dans les savoirs acquis durant le processus de socialisation. L’inter-culturalité, du fait de la présence des Soeurs blanches, a permis l’échange et l’apprentissage de modalités de vivre ensemble.

Après l’indépendance, et en dépit de l’inscription de la veuve de chahid comme un ayant-droit lui offrant le droit à la pension, elle continue à exécuter des travaux ; la finalité étant d’acquérir le plus de gain monétaire possible. Son attitude au travail et la gestion de l’argent après l’indépendance dévoilent la présence d’un esprit de calcul notamment dans son rapport à l’agriculture et à la transformation des produits. Ceci contredit relativement la qualification souvent faite de naïve (niya), caractérisant le fellah
algérien 6. Cet esprit de calcul est apparent lorsque ces femmes développent des stratégies de circulation, d’entraide pour l’accomplissement des tâches, de maîtrise des savoir-faire agricoles et de commercialisation de leurs produits. L’esprit de calcul et la ruse sont également des qualités développées par les militantes pour servir la révolution.

© wikipedia.org

De nos jours, l’amélioration des conditions de vie, grâce à la révision du statut de veuve de chahid et de ses enfants 7, inscrit ces catégories dans de nouveaux rapports au travail. Elle détient un capital économique, acquis par un héritage symbolique de veuve de martyr, permettant à son nom d’être inscrit dans de nombreux investissements (café, commerces etc.).

Pendant la guerre, le temps et les espaces de travail ont été perturbés. Dès 1956, la politique de regroupement des villages avait limité la mobilité ou provoqué parfois une mobilité forcée des villageois, en particulier celle des femmes. Les représentations dévoilent l’ancrage des rapports de domination et ne permettent pas – malgré le statut hérité de chahid – la formation d’une catégorie salariale constituée de veuves de martyr de la révolution algérienne. Néanmoins, les sorties dans l’espace public, bien que limitées dans le cadre de la division sociale des espaces (espaces masculins et espaces féminins), leur offrirent la possibilité de mieux maîtriser leur
environnement : dans leur rapport à l’administration, dans la gestion de leur argent. Enfin il est à noter que la solidarité, même après l’indépendance, ne signifie pas une prise en charge totale, mais plutôt un encadrement social.

1 Ce travail est encadré par Fouad Nouar, directeur de recherche au CRASC, dans le cadre du projet de recherche : « Rapports et représentations du travail dans l’Algérie d’aujourd’hui ».

2 Il s’agit de « Certaines activités non rémunérées qui sont désormais considérées comme des activités productives et accèdent au concept du travail » (cf. BOUFENIK Fatima, 2010, l’intégration du genre dans l’approche de l’économie informelle : le cas de la production domestique en Algérie, Thèse de Doctorat, Université de Tlemcen, p. 105.

3 Cf. IBARAKEN Fatima, 2011, De la servitude sainte : le cas de la famille Ben Ali Chérif de Petite Kabylie (1841-1953), in « La montagne : Population et Culture », Insaniyat, n° 53, p. 37.

4 CHAKER Kahina, 2012, « Entre l’usine et le foyer : anthropologie du vécu des ouvrières de l’usine : « chemiserie du centre de Larbâa Nath Irathen », mémoire de master sous la direction de Mohamed Brahim Salhi, Université de Béjaia, p. 75-76.

5MEILLASOUX Claude, 1977, Femmes greniers et capitaux, Paris, Maspéro, p. 71.
6 BOURDIEU Pierre, SAYAD Abdelmalek, 1964, Le Déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit, p. 85.

7 Journal officiel de la République algérienne, 1999, la loi 1999 en ses articles 51-52-53-54- 55-56-57. Publication du ministère des
Moudjahidines.

Kahina CHAKER

est doctorante à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Elle est membre du projet de recherche du CRASC intitulé « Rapports et représentations du travail en Algérie aujourd’hui ».

Pour citer ce billet : Kahina Chaker, «Rapports et représentations du travail à travers la mémoire des veuves de la guerre de libération nationale (1954-2014) », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2115.

 

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Entretien avec Mohamed TALBI

Mohamed Talbi, nous a quittés ce 1ermai 2017. À cette occasion, nous publions un entretien inédit, réalisé par Kmar Bendana en 1997 et dans lequel le célèbre penseur tunisien revient sur l’historique des Cahiers de Tunisie.

Votre nom apparaît pour la première fois dans Les Cahiers de Tunisie en 1956, en tant qu’auteur d’un article. Vous souvenez-vous des circonstances et des détails de ce début ?

Mohamed Talbi : 1956, année de l’indépendance, a été également pour moi l’année de mon retour en Tunisie. J’y avais enseigné auparavant, de manière discontinue, comme instituteur puis comme professeur du secondaire. En 1947, je suis parti en France, pour préparer une licence. Revenu à Tunis en 1949, pour des raisons financières, j’ai enseigné dans le secondaire. À la même époque, avec la création de l’Institut des Hautes Études, présidé par Jean Roche, et dirigé en fait par Pierre Marthelot, j’ai été amené à dispenser des cours dans cet Institut. J’ai ainsi fait connaissance avec Pierre Marthelot et, par la même occasion, avec Les Cahiers de Tunisie. Ce fut, en quelque sorte, mes débuts dans l’enseignement supérieur et dans la recherche. Auparavant j’avais écrit dans Arabica, revue publiée en France et dirigée par Lévy-Provencal, mon directeur de thèse.

J’étais entré en contact avec le Secrétaire général des Cahiers de Tunisie, Jean Pignon, un homme de qualité, d’une très grande ouverture et qui aimait la Tunisie. Il était l’un des Français libéraux les plus engagés dans une voie de collaboration et d’amitié avec les Tunisiens. Chez lui comme chez Pierre Marthelot i1 n’y avait rien du colonisateur tel qu’on se le représente habituellement.

Alors que le marxisme était à l’apogée de son audience, Pierre Marthelot était de gauche mais non marxiste, caractéristique rare à l’époque. Ses convictions étaient celles d’un chrétien libéral. Une amitié est née entre nous. Nous étions liés également à un autre chrétien libéral, Hédi-Roger Idriss, français fidèle à ses origines tunisiennes, qui préparait sa thèse sur les Zirides. Le contact avec tous ces enseignants de l’Institut des Hautes Études et collaborateurs des Cahiers de Tunisie résume mes débuts dans cette revue tunisienne, dirigée à ce moment-là ( c’était inévitable ( par des Français. Le directeur en était Jean Roche et le rédacteur en chef, Jean Pignon. Avec Jean Roche, physicien, professeur au Collège de France, j’ai conservé des liens d’amitié bien longtemps après son départ de Tunisie.

Dans cette mouvance, un noyau de Français libéraux recherchaient des contacts avec les Tunisiens dans une perspective favorable à l’indépendance. Celle-ci, comparée à la situation qui a prévalu en Algérie, s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans trop de casse ni d’animosité. Durant les années 1952- 1956, les chocs, quelquefois violents, étaient amortis à l’échelle de l’Université, où les rapports restaient cordiaux…

© leaders.com

K.B. : Est-ce vous qui avez eu l’initiative de votre premier article ou vous l’a-t-on demandé ?

M.T. : Il m’a été suggéré à l’occasion d’un colloque sur l’armée, organisé par André Martel, auteur d’une thèse sur la Tunisie, et spécialiste d’histoire militaire. Dans le cadre de cette rencontre, j’ai traité de l’armée à partir de l’exploitation de certaines sources manuscrites disponibles à la bibliothèque Al Abdilliya, qui dépendait alors de la Mosquée de la Zitouna et était installée à proximité de celle-ci.

K.B. : Comment ont évolué vos rapports avec l’équipe qui animait Les Cahiers de Tunisie à leurs débuts ?

M.T. : J’ai dû quitter cette équipe pour repartir en France à la fin de l’année 1956. Je voulais consacrer davantage de temps à ma thèse et aux recherches de documentation, travailler sur des textes que je trouvais difficilement en Tunisie et qui étaient disponibles à la Bibliothèque Nationale à Paris.

K.B. : Vous avez cependant produit des notes de lecture pour les livraisons de 1958, 1959, 1960.

M.T. : En effet, je suis revenu en Tunisie en 1958, au moment de la création de l’Ecole Normale Supérieure de Tunis. Ahmed Abdessalem, le fondateur de l’Université de Tunis et de cette école, était un ami de longue date. Il m’a demandé d’y enseigner, ce que j’ai fait tout en continuant à collaborer avec Les Cahiers de Tunisie. Mais, en 1962, je suis reparti à Paris où j’ai dirigé la Maison de Tunisie, tout en achevant et en soutenant ma thèse. En 1966, j’étais de retour en Tunisie.

K.B. : Vous avez pris la direction des Cahiers de Tunisie en 1969. Avec vous s’est constitué un véritable comité de rédaction. Comment fonctionnait alors la revue avec ce comité de rédaction ?

M.T. : Si mes souvenirs sont exacts, j’ai collaboré avec la revue, dès 1966. Un poste était vacant du fait du départ de Pierre Marthelot en 1962. Ahmed Abdessalem lui a succédé comme directeur tandis qu’André Nouschi remplaçait Jean Pignon à la rédaction.

K.B. : Vous avez donc connu plusieurs rédacteurs en chef. Le premier fut Paul Sebag.

M.T. : Paul Sebag a joué un rôle primordial dans le sauvetage des Cahiers de Tunisie. Lorsque nous l’avons prise en main, elle était agonisante, pour de multiples raisons. L’équipe qui l’avait animée à ses débuts n’était plus là. En outre, il y avait alors pénurie d’articles. L’Université de Tunis venait juste d’être créée et les collaborateurs susceptibles de nourrir scientifiquement une revue étaient peu nombreux. Les Cahiers de Tunisie avaient déjà accueilli beaucoup d’articles d’enseignants étrangers. Dans le creux de la vague, il fallait quelqu’un pour dynamiser la revue. Ahmed Abdessalem a pris la relève de Pierre Marthelot en 1961 et André Nouschi a remplacé Jean Pignon en qualité de rédacteur en chef. Mais Ahmed Abdessalem était surchargé de travail ; investi de la responsabilité de créer une Université, il ne pouvait pas consacrer tout son temps à la revue. André Nouschi, également, était absorbé par les tâches d’enseignement. Or, faire vivre une revue requiert beaucoup de dynamisme : programmer des articles, solliciter des auteurs, sélectionner les textes dans le souci de maintenir un certain niveau. La revue ne paraissait plus que par intermittence. Pour assurer la continuité, on publiait des numéros doubles, triples ou quadruples, souvent peu volumineux. On a eu recours à des « réimpressions ». On essayait de faire l’impossible pour que la revue ne meure pas. Le résultat a été atteint, on a sauvé la revue.

K.B. : Comment avez-vous procédé ?

M.T. : Nous nous sommes livrés à un travail de redressement, pour lequel Paul Sebag a joué un rôle capital. Cet homme extraordinaire d’érudition, qui aspirait à la plus grande perfection, n’a malheureusement jamais publié sa thèse. Sociologue apprécié de ses nombreux amis tunisiens et français, il a produit un grand nombre d’articles sur Tunis. Grâce à son dynamisme et à son dévouement ( et à ceux de son épouse qui corrigeait toutes les épreuves et mettait au point les tables analytiques ( nous sommes arrivés à faire renaître une revue de qualité, avec un minimum d’imperfections techniques. Progressivement, nous avons réussi à multiplier le nombre de nos collaborateurs et à recevoir de nombreux articles qui venaient de toute part. Sur l’initiative de Paul Sebag, on a également reproduit dans chaque numéro des Cahiers de Tunisie un article ancien, de très grande qualité, ou devenu introuvable.

© webdo.tn

K.B. : C’est la rubrique “Réimpressions”. Pourquoi a-t-elle été interrompue en 1980 ?

M.T. : On en a beaucoup parlé au sein du comité de rédaction. Elle a été suspendue parce qu’elle exigeait de trouver des articles. Cela nécessitait un travail de prospection et de recherche extrêmement long et difficile. Le dévouement des débuts a fait place à la lassitude. On a dû renoncer à cette activité qui relevait plus ou moins de la documentation que de la recherche.

K.B. : Puisque nous parlons des rubriques, expliquez-nous comment se préparait la chronique scientifique, qui a été très riche et très suivie.

M.T. : Dès le départ, sous l’impulsion de Paul Sebag, nous avons considéré que cette chronique scientifique était capitale.
Nous en avons débattu au sein du comité qui était désigné par le comité scientifique  de la Faculté. Nous avons pensé qu’une revue comme Les Cahiers de Tunisie, pour prétendre tenir sa place dans le monde scientifique, devait proposer non seulement des articles de fond mais également des comptes rendus d’ouvrages de qualité. Le public auquel nous nous adressions était légitimement désireux de se tenir informé sur les publications les plus importantes dans les domaines d’intérêt des Cahiers de Tunisie. Cela a nécessité un investissement dans la mesure où les services de presse étaient tributaires de l’image et de la réputation de la revue chez les maisons d’édition. Paul Sebag a fourni en ce domaine un travail  considérable. Par ailleurs, nous avons mis  en place des formules d’échange des Cahiers de Tunisie avec d’autres revues. Tout cela a fait l’objet de débats au sein du comité de rédaction.

K.B. : Comment se passaient les réunions du comité de rédaction ?

M.T. : On se réunissait souvent, parfois toutes les semaines, pour trouver les moyens de rendre à la revue sa place. Peu à peu, nous avons reçu en grand nombre, des ouvrages pour compte rendu. Certains numéros des Cahiers de Tunisie rendent compte de la place de plus en plus importante de cette rubrique. Les ouvrages recensés couvraient les sciences humaines (géographie, histoire, sociologie), vecteur choisi par Les Cahiers de Tunisie. Avec la multiplication des ouvrages devant faire l’objet de comptes rendus, s’est posé le problème de leur distribution. Certains livres étaient très demandés alors que d’autres ne trouvaient pas preneurs. Dans certains cas, nous choisissions nous mêmes, au sein du comité, le collègue auquel nous confierions l’ouvrage.

K.B. : Même quand ce collègue ne faisait pas partie du comité de rédaction ?

M.T. : Oui. Les membres du comité rédigeaient des comptes rendus. Comme ils étaient les premiers à voir les ouvrages, ils pouvaient faire leur choix. Les difficultés survenaient avec les collègues extérieurs au comité. En coulisses, dans les salles des professeurs, nos critères de choix étaient critiqués. L’attribution des ouvrages entraînait des tensions entre collègues qui pouvaient aller jusqu’à l’altercation. Pour couper court aux critiques, nous avons distribué à tous les collègues une liste des ouvrages reçus ; ceux qui désiraient faire tel ou tel compte rendu devaient cocher la case correspondante. Cela n’a rien résolu. Pour certains ouvrages, nous recevions presque ou pas du tout de propositions, tandis que pour les plus chers, les plus beaux ou les plus intéressants, nous étions confrontés à de nombreuses demandes. Ainsi, avec un peu plus d’organisation et de démocratie, on se retrouvait devant la même difficulté. Le comité de suivi tranchait tantôt à l’unanimité, tantôt au prix de grandes tensions. On débattait très ouvertement et on parvenait toujours à une solution. On avait institué un registre de procèsverbaux des débats, à la demande de nombreux collègues.

K.B. : Peut-on prendre connaissance de ce registre ?

M.T. : À vrai dire, je crois qu’il ne s’agissait pas d’un registre mais plutôt de procès-verbaux sur papier libre, distribués aux collègues. Je regrette de ne pas les avoir conservés. Les séances de ce comité étaient très animées. Parfois des discussions acides opposaient Paul Sebag et Béchir Tlili. Ce dernier, homme très dévoué décédé en 1986, était très vif dans ses réactions. Ce n’est pas un hasard s’il a succédé à Paul Sebag. Tous deux étaient tellement préoccupés par la revue qu’il pouvait y avoir des frictions.

K.B. : La chronique scientifique était donc une responsabilité consciemment remplie par tous les membres du comité. Et la rubrique « Réimpressions » ?

M.T. : C’était une initiative de Paul Sebag, de même que la rubrique « État des travaux et des recherches », dont je déplore la disparition. Quelquefois, nous prenions des décisions bonnes dans l’absolu mais très difficiles à réaliser. En particulier pour cette rubrique, nous nous heurtions à la difficulté d’alimenter
régulièrement une information sur la vie scientifique. Paul Sebag s’est beaucoup  donné à ce genre de tâches qui nécessitent érudition, méthode, esprit de suite… C’était essentiel mais cela dépassait nos moyens.

K.B. : Au cours des dix premières années, on remarque une tendance à concevoir des numéros autour de thèmes assez vastes : la numismatique, l’eau, etc… Petit à petit, la place des varia devient plus importante. Puis on en vient à la publication de colloques.

M.T. : C’est vrai. Tout cela était le fruit des débats de l’ensemble de la rédaction. Nous avions eu l’ambition de réaliser des numéros sur des sujets déterminés afin de susciter des recherches, impulser celles-ci plutôt que de subir, en ordre dispersé, les propositions des uns et des autres. Mais cette ambition s’est avérée excessive par rapport aux moyens qui s’offraient.

K.B. : Les moyens du comité ou le paysage de la recherche ?

M.T. : Par rapport aux deux… Chaque thème exigeait de disposer de spécialistes en nombre suffisant et qui acceptent de produire pour la revue un article sur commande. Pour nourrir des numéros différents et pointus, il était aussi difficile de trouver les spécialistes, de les persuader de participer. Nous y avons quelquefois réussi mais nous avons dû renoncer à une entreprise au-dessus de nos moyens. Notre université était trop petite, et nous avions vu trop grand pour ses débuts. Cette formule serait plus réalisable aujourd’hui. Nous avons maintenant plusieurs universités et disposons de spécialistes dans de nombreux domaines des sciences sociales. De plus, la revue s’est ouverte sur d’autres disciplines, comme, par exemple, la philosophie, qui n’étaient pas inscrites dans sa ligne directrice de lancement.

K.B. : Mais elle s’est fermée à la littérature qui, en revanche, figurait dans les premiers numéros.

M.T. : Oui. Aujourd’hui, les nouveaux responsables des Cahiers de Tunisie pourraient tenter de monter des livraisons thématiques… Mais les échos que j’en ai ne me permettent pas d’être optimiste. La revue ne dispose toujours pas d’une masse suffisante de propositions de bons articles. Les jeunes collègues sont absorbés par leurs thèses, d’autres sont sollicités à l’étranger parce qu’ils s’y sont fait connaître entre temps ; lorsqu’ils travaillent pour des colloques internationaux, leurs recherches vont ipso facto aux Actes de ces rencontres.

K.B. : Selon vous, la scène universitaire tunisienne serait partagée par des célébrités et des chercheurs qui achèvent leurs thèses ?

M.T. : Non. Mais l’université est quand même jeune. Le nombre d’universitaires occupés par la préparation de leur thèse est très élevé. Ceux qui ont soutenu la leur et ne sont pas trop sollicités par la recherche internationale ne sont pas nombreux. Or, ce sont ces chercheurs qui pourraient nourrir une revue d’une manière soutenue… Cependant, la revue continue et c’est là l’essentiel. Je dis toujours à mes collègues de ne pas se montrer trop exigeants, tout en évitant les publications qui n’apportent rien et porteraient tort à la revue. Il faut rechercher une ligne moyenne qui maintienne la réputation des Cahiers de Tunisie.

K.B. : Il y a eu, sous votre direction, des tentatives d’ouvrir Les Cahiers de Tunisie à l’Afrique.

M.T. : Nous avions essayé de nous ouvrir sur l’Afrique subsaharienne, le Sénégal par exemple. Nous avions l’ambition de promouvoir la recherche africaine et d’entretenir des échanges avec l’Afrique noire pour donner davantage de rayonnement aux Cahiers de Tunisie. Nous souhaitions leur ouvrir un nouveau marché, leur faire une place dans les différentes universités africaines qui trouveraient ainsi dans la revue une matière les concernant. Cela n’a pas été une réussite : nous avons bien publié quelques articles de collègues de pays d’Afrique subsaharienne, mais cela n’a jamais été probant. Dans l’ensemble, je pense qu’il y a trop peu d’articles émanant de collègues européens et étrangers.

K.B. : Dans une perspective chronologique longue, on passe d’une revue de sciences humaines (géographie, histoire, sociologie) qui touche à la littérature et à la philosophie à une revue qui les abandonne en cours de route en affermissant la place de la discipline historique. J’aimerais connaître votre sentiment à ce sujet, même a posteriori.

M.T. : Cette évolution est le fruit des débats au sein du comité de rédaction des Cahiers de Tunisie. Par souci de qualité et d’ouverture, nous cherchions à publier des textes scientifiquement valables à un niveau international, ce qui était une très grande ambition. Une revue scientifique de qualité à Oxford ou à Paris est possible, dans la mesure où le champ culturel couvert est vaste. Mais dans un pays de tradition universitaire récente, ce n’est ni évident, ni facile. Nous ne pouvions donc pas publier tout ce qui nous était proposé. Au prix de très sérieux ennuis, nous avons refusé des articles, demandé des corrections, relu des textes au sein d’un comité en désaccord, soumis des articles à des spécialistes extérieurs au comité voire à des collègues étrangers. Tout cela rendait délicats les débats de la rédaction des Cahiers de Tunisie et nous a conduits à opérer des choix. Ainsi, par exemple, après la création d’une revue littéraire à la Faculté des Lettres, nous avons décidé de ne plus publier d’articles de littérature. Nous avons agi de même, après le lancement d’une revue de géographie, qui parait toujours.

K.B. : Ces décisions de publier de nouvelles revues ne découleraient-elles pas précisément du fait que certains articles ne trouvaient pas leur place dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : C’est possible…

K.B. : Pourtant Les Cahiers de Tunisie se sont posés, dès le départ, comme une revue de sciences humaines.

M.T. : Avec Pierre Marthelot comme géographe et Jean Pignon comme historien, il y a eu en effet une conjonction entre ces deux disciplines. Pour prendre le relais de la Revue tunisienne, revue de sciences humaines et en particulier, Les Cahiers de Tunisie, se sont définis comme une revue de  géographie, d’histoire et de sociologie. Ce créneau n’a pas été toujours tenu avec rigueur. Il y a eu des tentatives vers la littérature qui touche aux sciences humaines. Cette discipline n’est pas seulement rhétorique, elle recouvre également un contenu. Il y a donc eu des flottements. Tantôt on voulait mettre l’accent sur les sciences humaines au sens strict, tantôt on pensait à une ouverture vers la philosophie… En effet, pourquoi la sociologie et non la philosophie ? Aussi avons-nous demandé à des philosophes de siéger parmi nous.

K.B. : La sociologie avait eu sa place dans la Revue Tunisienne.

M.T. : On se disait alors que la sociologie avait sa revue et son institution avec le Centre d’Etudes et de Recherches Economiques et Sociales (CERES). En tant qu’historiens, nous avions, certes, fait partie du CERES. J’avais même été chargé d’y diriger un département d’histoire. En introduisant cette discipline au CERES et en publiant les textes relatifs à l’histoire dans les collections de ce centre, il y avait une certaine osmose.

K.B. : Quelles sont les disciplines les plus présentes dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Cette définition disciplinaire a toujours été liée aux fluctuations de l’enseignement supérieur en Tunisie, par exemple, lorsqu’un département de psychologie et de pédagogie se crée, il y a là un nouvel espace de création d’articles pour la Revue. À l’inverse, lorsque celuici disparaît, cet espace se rétracte. Si un institut spécialisé de pédagogie se crée ailleurs avec sa revue et ses moyens propres, nous sommes obligés de nous aligner sur cette évolution.

K.B. : Vous parlez là d’institutions
créées en dehors de la Faculté des
Lettres et des Sciences Humaines. Or,
celle de Al Hawliyyat s’est faite au sein
de cette même Faculté. Quels étaient les
rapports entre Al Hawliyyat et les
Cahiers de Tunisie, deux revues d’une
même institution ?

M.T. : Il n’y a pas eu de problèmes. Al Hawliyyat publiait en arabe tandis que Les Cahiers de Tunisie, pendant longtemps, n’ont accepté que des articles en français, très rarement en anglais, en italien ou en espagnol. Les Cahiers de Tunisie avaient plus de vingt ans d’âge quand le comité de rédaction a décidé de l’arabiser et cela, en rapport avec l’enseignement : pendant longtemps, l’Université de Tunis, à l’exception de la section d’arabe, a eu recours au français comme langue d’usage. Moi-même, j’ai enseigné l’histoire en français avant de dispenser mes cours en arabe. Le premier texte en arabe est paru dans la revue en 1978.

K.B. : Êtes-vous le premier auteur tunisien à avoir publié dans Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Tant que la langue française était prédominante et que nos collègues français étaient les plus nombreux, il n’y avait presque pas de contributions tunisiennes. Les articles étaient signés André Nouschi, André Martel, Jean Ganiage, Jean Pignon. L’arabisation a été discutée au sein du comité et affichée sur la couverture des Cahiers de Tunisie en 1978. Ce souci d’ouverture à l’arabe peut apparaître aujourd’hui comme-très tardif. Il n’en a pas moins été un sujet de débat au sein du comité, divisé à ce sujet. Nous aspirions à devenir une revue internationale et nous avons estimé que la place d’une revue en arabe venait d’être prise par Al Hawliyyat.

K.B. : La nouvelle revue Al Hawliyyat publiait également des articles d’histoire…

M.T. : Oui. Dans une certaine mesure, on peut dire qu’il y a eu concurrence puisque Al Hawliyyat ne publiait pas uniquement autour de la littérature. L’arabe leur était réservé pour ainsi dire tandis que Les Cahiers de Tunisie conservaient, maintenaient avec le français, un profil de revue « internationale ».

K.B. : La langue d’expression des articles a-t-il été le seul critère de distinction entre Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie ?

M.T. : En principe, Al Hawliyyat s’occupait de littérature arabe avec unregard porté sur la « civilisation ». Or, on ne peut prétendre étudier et comprendre la civilisation sans avoir recours à l’histoire, sans aller au-delà de l’événementiel. En histoire, l’événementiel prime de moins en moins : pour l’Ecole des Annales, pour Fernand Braudel, le plus important réside dans les mouvements lents qui permettent de comprendre le passé. Al Hawliyyat et Les Cahiers de Tunisie avaient des points communs et des différences. Dans la première de ces revues, on ne peut pas trouver d’article sur les lainiers en Italie par exemple, tandis que la seconde ne publierait pas un article sur la philologie ou la linguistique.

K.B. : Il y a cependant eu des versions d’un même article dans les deux revues…

M.T. : Cela est arrivé parce que des collègues voulaient publier leurs textes dans les deux langues, alors que tout article se doit d’être inédit. Toutefois, cette exigence est parfois difficile à faire respecter dans les faits… La gestion au jour le jour avait ses difficultés. II fallait accepter des compromis et le résultat se reflétait quelquefois dans l’aspect et le niveau général de la revue.

K.B. : Dans ce comité où les débats tiennent une grande place, qui s’occupait des aspects pratiques ? Qui assumait la préparation technique de la revue ?

M.T. : La fabrication des Cahiers de Tunisie était une source quotidienne d’ennuis et de soucis de tous genres, qu’il s’agisse des problèmes budgétaires ou des rapports avec les imprimeurs et les éditeurs. C’est l’Imprimerie Officielle, avec sa bureaucratie, qui nous a donné le plus de mal. Une fois le manuscrit confié à l’imprimerie, on ne savait jamais quand la revue allait paraître. Nous passions toujours après les imprimés administratifs. Le secrétaire général de la revue puis le rédacteur en chef étaient littéralement « submergés ». Il leur fallait se battre tous les jours pour que la revue soit prête dans des délais acceptables. Elle ne paraissait jamais aux dates prévues ; des retards énormes survenaient toujours au cours de cette phase technique. Paul Sebag, Béchir Tlili, Mounira Chapoutot, et d’autres rédacteurs en chef de la revue, ont beaucoup oeuvré pour que la fabrication se déroule dans de bonnes conditions.

K.B. : Quand vous devenez le directeur de la revue en 1969, celle-ci change de couverture. Avez-vous gardé le souvenir de la préparation de cette couverture ?

M.T. : C’est Paul Sebag qui a suscité le changement de couverture car il estimait que « le temps du chameau était terminé ». Certes, la couverture était très belle, mais elle appartenait à une époque révolue. Pour en finir avec la vision folklorique de l’arabe liée au chameau ou à un dessin berbère, il fallait remplacer l’ancienne couverture. Paul Sebag a contacté des dessinateurs qui nous ont proposé des maquettes puis nous avons procédé à un choix, en comité.

K.B. : Cette couverture demeurera jusqu’en 1992. A-t-il été question de la changer avant cette date ?

M.T. : Seulement quand nous avons voulu paraître dans les deux langues. Nous avons alors discuté pour que la couverture fût bilingue. Le dernier changement de 1992 est venu à point. Une revue doit évoluer dans sa présentation, sinon elle est menacée par la routine. Un effort considérable a été fourni depuis cette date pour la rénovation de l’ensemble et pour une parution sous une forme mieux adaptée au marché, aux idées actuelles etc… Il faut qu’une revue, de temps en temps, change de maquette.

K.B. : Comment jugez-vous, aujourd’hui, l’expérience des Cahiers de Tunisie ?

M.T. : Je pense que la revue se livre à un effort continu d’adaptation. Il faut qu’une revue soit vivante, qu’elle s’adapte. Le nouveau comité prend les initiatives nécessaires en ce domaine. La revue a actuellement un aspect plus attrayant.

K.B. : Les Cahiers de Tunisie nous avaient habitués à une revue d’historiens. L’orientation récente ne tente-t-elle pas de réserver une plus grande place aux autres disciplines enseignées à la Faculté ?

M.T. : Ce choix avait été opéré lorsque je dirigeais la revue. Il n’y a pas eu de virage mais un équilibrage. Nous étions déjà ouverts à des textes de philosophie, par exemple.

K.B. : Mais vous conviendrez que la place relative de l’histoire était dominante.

En effet, aujourd’hui encore, le directeur de la revue est historien, et la revue continue à privilégier l’histoire, ce qui, à mes yeux, est normal. Mais tout en continuant à le faire, elle ne veut pas s’y cantonner parce que les sciences humaines englobent d’autres disciplines que l’histoire. Par fidélité à la vocation de la revue, il faut que l’histoire ait sa part. Toutefois, Les Cahiers de Tunisie n’ont jamais été exclusivement une revue d’histoire, tout comme les Annales par exemple.

K.B. : À travers la structure du comité de rédaction et son contenu, on constate également une forte présence de la discipline historique au détriment d’autres : la psychologie, les littératures française et anglaise avaient été peu à peu réduites à la portion congrue dans les derniers numéros des Cahiers de Tunisie, avant le changement de 1992.

M.T. : Dès le départ, l’histoire a été une discipline dominante et elle l’est restée. Toutes les ouvertures ont cherché un équilibre en faveur d’une plus grande représentativité des autres sciences humaines, tout en gardant son importance à l’histoire.

K.B. : Est-ce pour vous lié à une corporation dominante ou est-ce un problème strictement scientifique ? La Faculté ne serait-elle pas une institution où les historiens ont une place plus importante, plus voyante ?

M.T. : Il est très difficile de distinguer entre les deux aspects, l’un scientifique et l’autre corporatif. Il est évident que dans Les Cahiers de Tunisie, l’histoire a eu une part importante dès le départ, avec Jean Pignon. Ce n’est pas un hasard si le directeur des Cahiers de Tunisie a toujours été par la suite un historien. On peut juger aujourd’hui que l’histoire reste envahissante dans Les Cahiers de Tunisie, mais c’était un choix. Je parle subjectivement : l’histoire, est, dans les sciences humaines, la discipline la plus importante. C’est mon point de vue d’historien. Un sociologue me contesterait peut-être, mais je ne peux m’empêcher de considérer que les sciences humaines sont très largement historiques, regardent vers le passé. Certes, les sciences d’actualité, comme la sociologie ou la pédagogie, ont leur importance, mais les sciences humaines prennent en charge tout le passé de l’humanité.

K.B. : Croyez-vous qu’il n’y a que les historiens qui puissent parler du passé ?

M.T. : Par définition, un historien fait de l’histoire ; il ne peut pas parler de l’actualité.

K.B. : Un philosophe aussi regarde le passé, tout comme un texte littéraire charrie une part d’histoire.

M.T. : Oui. Il y a une histoire de la philosophie mais elle n’en est qu’une petite partie. La philosophie est surtout une pensée vivante sur l’actuel. Si Michel Foucault est un grand historien, c’est parce qu’il n’est pas seulement un historien de la philosophie.

K.B. : Cela n’exclut pas que la philosophie soit représentée dans une revue comme Les Cahiers de Tunisie.

M.T. : Mais nous sommes ouverts à la philosophie! Nous l’avons toujours considérée comme une science humaine extrêmement importante! Elle est une réflexion vivante et actuelle sur les phénomènes humains dans leur sens le plus large. Les plus grands philosophes étaient des créateurs et non pas des historiens de la philosophie. L’histoire revendique pour elle tout ce qui s’inscrit dans le passé, y compris la philosophie. L’histoire des idées est une part extrêmement importante de l’histoire. Les historiens qui ont étudié l’histoire de la pensée font peut-être concurrence aux philosophes lorsque ces derniers se font historiens : la pensée de Spinoza, par exemple, fait partie du passé. Elle tombe ipso facto dans le domaine de l’histoire et le philosophe qui étudie des idées du passé se fait malgré lui historien. De même, il y a des domaines communs entre l’histoire et la démographie, lorsqu’il s’agit de démographie historique. L’historien est toujours amené à chasser sur le territoire d’autres disciplines, c’est inévitable.

K.B. : Pensez-vous que Les Cahiers de Tunisie doivent refléter la recherche, en particulier dans les relations qui régissent les différentes disciplines entre elles, quitte à ce que certaines prennent plus de place que d’autres ?

M.T. : Si les collègues qui prennent actuellement en charge la revue me demandaient mon avis, je leur dirais que Les Cahiers de Tunisie ont un devoir, celui d’être dynamiquement fidèles à leurs origines : que la revue ne néglige jamais l’histoire et pas seulement l’histoire événementielle, mais également celle des idées et des institutions, de la civilisation et de la pensée humaine. À mon avis, mais ce n’est peut-être pas celui des dirigeants actuels, il faut « naviguer » avec cette revue, de telle sorte qu’elle puisse retrouver son impulsion première : celle d’une revue de sciences humaines où l’histoire occupe une place extrêmement importante, sinon prédominante.

Kmar Bendana

Pour citer ce billet : Louise Favel, «Entretien avec Mohamed TALBI», Le Carnet de l’IRMC, N° 19,  janvier-mai 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2095.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme

photographie de l’auteur

Vers la fin du XIXe siècle l’Italie connaît un grand mouvement migratoire qui portera ses citoyens à chercher fortune ailleurs. Si les destinations d’outre- Atlantique sont celles qu’ont accueilli la majeure partie de cette émigration, les pays de la rive méridionale de la Méditerranée ont connu aussi l’installation de communautés d’émigrés italiens. Les travaux financés par les puissances coloniales française et anglaise avaient attiré dans toute l’Afrique méditerranéenne un nombre élevé d’ouvriers pour la plupart provenant de Sicile, Sardaigne et de l’Italie du Sud. La Tunisie était le pays africain avec le plus grand nombre d’immigrés italiens, en 1905 ils étaient environ 90 000. Après la Tunisie, l’Egypte était la destination africaine préférée de ceux qui délaissaient la Péninsule. L’installation des Italiens dans le protectorat français ne concernait pas seulement le cadre urbain de la ville de Tunis où ils étaient très nombreux et avaient formé des quartiers ethniques_ mais aussi les campagnes et les mines de l’intérieur. Les études de Gianni Marilottisur la présence des ouvriers sardes dans les mines des phosphates de Gafsa, Kâala Djerda, Metlaoui et celles de Daniela Melfa 2 sur les agriculteurs et vignerons siciliens dans les régions de Kelibia, Enfida, Mornaguia et Zaghouan démontrent la composition régionale de cette émigration prolétaire. Une des différences avec l’émigration italienne d’outre-Atlantique était que les contacts méditerranéens avaient une histoire plus longue et donc plus stratifiée : en Tunisie, par exemple, il y a eu des présences italiennes – ou italophones – qui dataient au moins de l’époque moderne et qui occupaient des positions aisées dans le contexte beylical précolonial3. Les émigrés prolétaires du XIXe siècle trouvèrent donc une élite italienne fruit des contacts pluri-séculaires entre les deux rivages. Les descendants des pécheurs génois du corail qui s’étaient installés à Tabarka au XVIe siècle, les Juifs séfarades de Livourne – les Grâna 4 – venus à Tunis vers le XVIIe siècle, les prisonniers des corsaires barbaresques, les patriotes du Risorgimento exilés, formèrent au XIXe siècle un groupe déjà bien intégré dans le système tunisien5.

© Comitato Tunisino della Dante Alighieri, La Colonia Italiana di Tunisi durante
la Guerra 1915-1917, Tipografia Finzi, Tunis, 1917.

À l’instar des études sur le nationbuilding des historiens Hobsbwam, Mosse, Banti, Thiesse 6 et en adoptant la perspective de « communautés imaginées » de Anderson7, notre  vise à montrer si et sous quelle forme se structure dans ce contexte d’émigration un processus de construction nationale. Bien entendu, le rapport entre les élites et les classes sociales moins aisées de la plus récente immigration est au centre de l’intérêt de la recherche. Le but est l’analyse des structures, des raisons et des dynamiques sociales du sentiment d’identité collective. Si les identités collectives sont des produits d’imagination sociale, cela est encore plus vrai et concret dans un contexte migratoire où on veut construire ou affirmer une identité nationale, donc un lien social collectif mais exclusif, dans un milieu étranger. Comment ces populations géraient-elles leur identité italienne dans le contexte de la colonisation française ? C’est-à-dire, avec Balandier8, dans une société segmentée selon critères des ethniques qui interagissaient avec des divisions sociales et économiques. L’étude de l’interaction de l’imaginaire italien avec les dynamiques sociales d’une communauté expatriée permet d’analyser concrètement la construction d’une identité collective. Une thématique centrale est sans doute le concept d’italianité vu comme l’ensemble des caractères imaginés ou réels, des références culturelles et sociales, stéréotypes – internes et externes –. L’imaginaire national présenté comme un système inébranlable de valeurs, traditions et qualités du peuple italien, se modifie en se positionnant par rapport aux besoins du moment et au contexte. L’italianité du Risorgimento était bien différente de celle impérialiste du 1911, de celle fasciste ou de celle républicaine. À cette évolution diachronique il faut ajouter des variations, des nuances, par rapport aux lieux où l’idée “d’Italie” devait être pratiquée. À la fin du XIXe siècle il était qualitativement différent de se proclamer Italien en Italie, aux Etats-Unis, en Érythrée, ou à Tunis.

Le cas de l’émigration italienne en Tunisie présente donc des particularités qui la rendent unique : pays de colonisation française mais dans lequel la population italienne est majoritaire démographiquement par rapport aux colonisateurs. La situation est rendue encore plus tendue par des revendications colonialistes que l’Italie avait envers la Tunisie et qu’ont été effacées par l’expansionnisme français. Le choc de 1881, ‘lo schiaffo di Tunisi’ avait fait démissionner le gouvernement Cairoli et changé le cours diplomatique des rapports franco-italiens. Avec la successive normalisation des rapports entre les deux pays, certains secteurs de l’opinion publique italienne ne cessaient pas de regarder la Tunisie comme une sorte de ‘colonie manquée’, signe de la faiblesse italienne dans la politique coloniale. Dans certains milieux émergeait l’idée de la Tunisie comme exemple des avantages et des succès qui pouvait avoir une colonisation italienne en Afrique. La Tunisie devient ainsi la justification des aspirations italiennes en Afrique et notamment, en Tripolitaine. Les propriétés agricoles italiennes présentes dans les régions tunisiennes, les activités des bourgeois, des pêcheurs, des ouvriers dans la construction des infrastructures – en grande majorité des Siciliens – témoignaient de l’importance de l’élément italien en Afrique bien que subordonné à l’autorité française. En 1887 Paul Leroy- Beaulieu dans son livre sur la colonisation française en Algérie et Tunisie écrit à propos des mesures à prendre à l’égard des Italiens en Tunisie : «… il faudra, toutefois, prendre quelques précautions pour que la France ne couve pas en Tunisie un oeuf italien… »9. La prépondérance démographique des Italiens et leur concours direct au développement de l’économie coloniale dans le cadre du système français, était objet d’accusation, de revendications et de tensions entre l’Italie et la France.

© Tipografia Finzi, Tunis, 1917

Si les autorités françaises craignaient un ‘péril italien’, Rome ne voulait pas laisser une communauté si importante tant d’un point de vue économique que politique, à l’assimilation française. Les questions d’appartenance ethnique et nationale se chargent des significations spécifiques dans la Régence, liées aux ambitions italiennes en Afrique et aux rapports franco-italiens. La Tunisie rentrait dans un certain discours colonialiste italien maintenu vivant par les nationalistes, comme Corradini et Castellini10, et qui sera reprit lors du fascisme. L’émigration des Siciliens et des Sardes en Tunisie était interprétée selon la rhétorique colonialiste italienne comme un signe de l’expansionnisme du peuple italien. L’union des capitaux et de l’administration coloniale française avec le travail des ouvriers italiens s’inscrivait dans l’idée de ‘l’Afrique latine’, qui incluait dans la même classe de colonisateurs les Français et les Italiens. La Tunisie des émigrés italiens entrait ainsi dans l’imaginaire colonialiste de Rome, en devenant ainsi un espace qu’on pourrait définir de ‘transcolonial’ pour sa fonction de contact entre les deux colonialismes. En outre, on veut considérer le cas italo-franco- tunisien comme un trait d’union entre l’émigration, la colonisation et le colonialisme dans la complexité d’une société coloniale. L’hypothèse est de voir dans le cas tunisien – pour certains aspects et contextes – un exemple de colonisation italienne sous le colonialisme français. Avec le terme colonialisme on fait référence à tout un système et à un dispositif de pouvoir de domination et assujettissement culturel et matériel, comme tracé par Edward Saïd11, en le distinguant de celui de ‘colonisation’ auquel on donne un signification plus concrète d’installation, production et reproduction, dans un territoire par une population allogène. Wolfgang Reinhard12 souligne que c’est un événement très rare, presque impossible, dans l’histoire contemporaine un processus de colonisation sans colonialisme. Si l’on peut être d’accord avec l’historien allemand il faut ajouter pourtant que le cas tunisien ne peut tenir bien d’exemple en révélantune situation mixte, dans laquelle le colonialisme d’une minorité européenne gère, outre l’exploitation coloniale des ressources du pays et ses habitants, la colonisation faite par une autre minorité européenne.

© Archivio Centrale dello Stato, Casellario Politico Centrale, busta 1176/ Antonino Casubolo.

La Tunisie avait été pour l’Italie une ‘colonie perdue’ mais la présence  d’Italiens émigrés ne permettait pas d’oublier totalement ce pays méditerranéen si proche de la Péninsule. Si la Tunisie était une ‘colonie perdue’, les Italiens de Tunisie formaient une ‘colonie dans la colonie’ que, pourtant, Rome ne voulait pas perdre. L’ambiguïté du terme italien de ‘colonie’, utilisé – à l’époque – tant pour les communautés expatriées (comme en Argentine) que pour les possessions d’outremer (Érythrée, Somalie), a été un moyen pour l’élite libérale italienne d’encadrer les différentes communautés à l’étranger dans une générique Italie d’outre-mer. L’ambiguïté du terme correspond, pour le cas étudié, à une incertitude du positionnement de la présence italienne dans cette situation coloniale : étaient-ils plus des colonisateurs ou des émigrés ? Dans l’espace social colonial les Italiens se trouvaient entre la classe dominante des colonisateurs français et celle dominée des colonisés tunisiens13. Revendiquer l’italianité dans la Tunisie coloniale stigmatisait une condition intermédiaire dans laquelle des ouvriers européens partageaient avec la population locale tunisienne de conditions sociales et économiques similaires. Si le prolétariat italien de Tunisie était beaucoup plus proche des Tunisiens que des Français, il ne faut pas oublier la segmentation sociale ethnique typique d’une société coloniale. Les Européens, même si ‘rivales’ ou concurrents partageaient une même condition de privilège, directement ou indirectement, dans l’espace colonial14. Des émigrés sentimentalement proches des colonisateurs mais dont la pauvreté économique, les rapproche des colonisés. Cette ambiguïté deviendra encore plus paradoxale lors de l’invasion italienne en Libye. La circulation de pratiques et des discours dans l’espace colonial tunisien permet d’analyser la Tunisie et ses Italiens comme un trait d’union entre émigration et colonialisme, et, lors de la guerre de Libye, comme point de contact entre les colonialismes français et italien.

Gabriele MONTALBANO

est doctorant contractuel Section des Sciences Historiques et Philologiques à l’Université de Firence. Contact : gabriele.montalbano@ephe.sorbonne.fr

1 Marilotti Gianni (éd.), L’Italia e il Nord Africa : l’emigrazione sarda in Tunisia 1848-1914. 1 vol. Studi storici Carocci 90. Rome : Carocci, 2006.

2 Melfa, Daniela, Migrando a sud. Coloni italiani in Tunisia. Rome : Aracne, 2008.

3 Des exemples célèbres sont le Comte Giuseppe Raffo, originaire de Ligurie, ministre de Ahmed bey entre le 1835 et le 1859, et Luigi Calligaris, piemontais, premier directeur de l’école militaire du Bardo.

4 Grâna – ou Qrâna – est le pluriel de gurni – ou qurni – qui veut dire livournais, de l’ancien nom de la ville de Livourne en arabe, Gurna . Avec le terme Grâna on entend le groupe juif séfarade italo-ibérique installé à Tunis depuis le XVIIe siècle. Ceci était culturellement, rituellement et linguistiquement différencié des Juifs tunisiens, dits ‘twensa’.

5 Finzi Silvia, a c. di., Memorie Italiane di Tunisia. Tunis : Ambasciata d’Italia, Istituto di cultura, 2000 ; Pasotti, Nullo, Italiani e Italia in Tunisia dalle origini al 1970, Finzi editore, 1971.

6 Hobsbawm Eric, e Terence O. Ranger, The Invention of Tradition. Cambridge University Press, 1992 ; Mosse, George Lachmann. The Nationalization of the Masses : Political Symbolism and Mass Movements in Germany from the Napoleonic Wars through the Third Reich. New York : H. Fertig, 1975. Banti, Alberto Mario. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo. Bari : Editori Laterza, 2011 ; Thiesse, Anne-Marie. La création des identités nationales. Paris : Seuil, 2001.

7 Anderson Benedict, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. London ; New York : Verso Books, 1991.

8 Balandier Georges, « La situation coloniale : approche théorique ». Cahiers Internationaux de Sociologie 11 (1951), 44–79.

9 Leroy-Beaulieu Paul, L’Algérie et la Tunisie. 2e éd. 1 vol. Paris : Guillaumin, 1887, 448.

10 On peut remarquer la forte présence de la question tunisienne dans les ouvrages nationalistes publiés lors de la guerre italo-turque. La Tunisie et son émigration occupe une place tout à fait centrale dans l’imaginaire colonial italien pour la Libye : Castellini, Gualtiero. Tunisi e Tripoli. Turin : Fratelli Bocca, 1911 ; Idem. Nell’Africa romana: note di viaggio. Trente : Scotoni e Vitti, 1908 ; Corradini, Enrico. Sopra le vie del nuovo impero, dall’ emigrazione di Tunisi alla guerra nell’ Egeo. Con un epilogo sopra la civiltà commerciale, la civiltà guerresca e i valori morali. Milan : fratelli Treves, 1912.

11 Said Edward W, Orientalism, Pantheon Books, 1978.

12 Reinhard Wolfgang, Klein Geschichte des Kolonialismus. Stuttgart : Kröner Verlag, 1996.

13 Davì Laura, “Entre colonisateurs et colonisés : les Italiens de Tunisie (XIXe-XXe siècle)”, dans Alexandropoulos, Jacques, et Patrick Cabanel (éd.), La Tunisie mosaïque : diasporas, cosmopolitisme, archéologies de l’identité Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2000.

14 Albert Memmi donne une description magistrale de la condition sociale des Italiens de Tunisie dans son ouvrage Portrait du colonisé : précédé du portrait du colonisateur, Paris : Buchet/Chastel, 1957, 39.

Pour citer ce billet : Gabriele MONTALBANO, « Une Tunise trans-coloniale : les immigrés italiens dans le protectorat français de Tunisie entre colonisation et colonialisme », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2017.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés locales au Maghreb. Les perspectives de la longue durée

Photographie de l’auteure

Parler de citoyenneté au Maghreb, en dehors de l’époque contemporaine, paraît a priori anachronique. Toutefois, privilégier la perspective de la longue durée permet d’interroger l’articulation entre les formes plurielles et reconnues d’adhésion à (d’insertion dans) un lieu et l’accès inégal à la jouissance de droits attachés à ce lieu. Le programme Citoyennetés locales au Maghreb. Les perspectives de la longue durée qui veut mettre en relief la variété des expressions citoyennes, sans les inférer nécessairement à l’espace national (en en privilégiant les formes localisées) ni les limiter à un référent strictement formel et statutaire (en en saisissant, dans les pratiques mêmes, les modes d’affirmation), bouscule les pré requis habituels d’un tel questionnement.

Critique d’une conception restrictive de la notion de « citoyenneté », ce programme interdisciplinaire considère en effet « les » citoyennetés au Maghreb, à l’instar des recherches aujourd’hui nombreuses, en anthropologie notamment. Il prend place dans le mouvement à l’oeuvre depuis quelques années, visant à « dénaturaliser » la notion stable et formelle de « citoyenneté ». Ainsi un certain nombre de travaux ont mis en perspective la nécessité de considérer les dimensions supranationales de la citoyenneté aujourd’hui (Maas, 2013) ou encore d’approcher, la reconnaissance, la vitalité et la performativité des citoyennetés locales (Jacob, Le Meur, 2010 ; Lund, Hahonou, 2014), y compris au travers des articulations plus ou moins heurtées avec les citoyennetés nationales. Des travaux historiques portant sur l’époque moderne ont montré, à leur tour, combien, plus que le fait de venir d’ailleurs, l’étranger était celui qui ne pouvait faire valoir son appartenance à une localité, n’avait pas, ou était grevé d’un déficit, d’accès aux ressources de celle-ci (Cerutti, 2012 ; Grangaud, 2015).

Ces perspectives, en rupture avec une longue tradition des sciences sociales faisant du décalque entre « citoyenneté » et « nation » une association pacifique et naturelle, soulignent combien cette isomorphie est le produit d’une construction téléologique qu’il importe de bousculer : cette vision de la citoyenneté, non seulement en ignore la part intrinsèque des luttes qui la fondent, mais encore la réduit aux droits politiques inhérents à la démocratie (Clarke et al., 2014 ; Neveu, 2004 ; Savina, 2012). Considérer les citoyennetés locales au Maghreb, aussi bien dans le présent que dans le passé, s’inscrit donc dans le fil de ce renouvellement d’approche.

Contre l’idée qu’à des communautés locales essentiellement pré-nationales et identitaires s’opposerait l’État légal, ce programme entreprend aussi de prendre au sérieux les processus y compris les plus ordinaires, à travers lesquels la citoyenneté, c’est-à-dire les droits liés à une appartenance locale, se voit affirmée, revendiquée ou exercée (Bargaoui, Cerutti, Grangaud, 2015). Le fait d’insister sur la dimension « locale » de ces citoyennetés ne doit pas être pour autant lu comme le choix de travailler « à côté » ou à la périphérie de l’État, comme ce à quoi souvent on associe le local. L’enjeu est inverse : il entend saisir le poids des formes citoyennes localement affirmées, dans la construction de la légitimité des revendications de droits. De cette façon, il  s’agit d’interroger la centralité des constructions locales, c’est-à-dire localisées ou situées, des droits de
citoyenneté. Cette perspective entend dépasser les apories d’un débat visant à interroger qui de la tribu ou de l’État s’impose ou est légitime, pour analyser de façon circonstanciée l’articulation entre l’usage de ces référents, les formes d’inscription locale et la construction circonstanciée des droits citoyens (Bargaoui 2008, Ben Hounet, 2007 ; 2009 ; Berriane, 2015 ; Hachmaoui, 2012 ; et 2013 ; MacDougall ; Parks, 2013).

Les sociétés du Maghreb offrent un terrain fructueux, et peu exploré sous cet angle, pour mettre en pratique dans l’espace et dans le temps des regards croisés au sein d’une région de la Méditerranée. L’enquête se situe à l’articulation de deux autres programmes pluridisciplinaires ouverts à l’ensemble du pourtour méditerranéen : le GDRI APOCOPE 1 et l’Aprimed PALOMED 2. Fort de cette armature scientifique internationale, sensible à la perspective
comparative – qui prémunit d’emblée contre les barrières vite érigées par les considérations culturalistes et/ou l’exceptionnalité –, le programme  Citoyennetés locales au Maghreb cherche à prendre part à la dynamisation des sciences sociales par le dialogue disciplinaire.

Dans le cadre de ce programme, les axes de recherches se déclinent selon un triple questionnement qui d’une part se focalise sur les expressions citoyennes, manifestations, revendications et exercice ; d’autre part cherche à repérer et à analyser la nature des supports sociaux et institutionnels de la fabrique de la citoyenneté ; enfin se propose de repenser les lieux de la citoyenneté.

 

Bibliographie

Sami BARGAOU, 2008, « Le baldi, entre histoire et droit », Itinéraire d’un historien et d’une historiographie. Mélanges offerts au Professeur Mohammed Hédi Chérif, Tunis, Centre
de publication universitaire, 105-124.

Sami BARGAOUI, Simona CERUTTI et Isabelle GRANGAUD (dir.), 2015, Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Livres de l’IREMAM [En ligne] http://books.openedition.org/iremam/3 415?lang=fr.

Yazid BEN HOUNET, 2007, « Des tribus en Algérie ? À propos de la
déstructuration tribale durant la période coloniale », Cahiers de la Méditerranée, 75, décembre, 150-171.

Yazid BEN HOUNET, 2009, L’Algérie des tribus. Le fait tribal dans le Haut Sud -Ouest, Paris, L’Harmattan.

Yasmine BERRIANE, 2015, « Inclure les « n’ayants ? pas droit », Terres collectives et inégalités de genre au Maroc », L’Année du Maghreb, 13, 61- 78.

Simona CERUTTI, 2012, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard.

John CLARKE, Kathleen COLL, Evelina DAGNINO et Catherine NEVEU, 2014, Disputing Citizenship, Bristol, Policy
Press.

Isabelle GRANGAUD, 2015, « Le Bayt almâl, les héritiers et les étrangers. Droits de succession et droits d’appartenance à Alger à l’époque moderne », in S. BARGAOUI, S. CERUTTI et I. GRANGAUD (dir.), Appartenance locale et propriété au nord et au sud de la Méditerranée, Éditions de l’IREMAM, 2015, ISBN électronique :
9782821863835 [http:// books.open edition.org/iremam/3512].

Mohammed HACHEMAOUI, 2012, « Y a t-il des tribus dans l’urne ? Sociologie d’une énigme électorale (Algérie) », Cahiers d’études africaines, 51 (205), 103-163.

Mohammed HACHEMAOUI, 2013, Clientélisme et patronage dans
l’Algérie contemporaine, Paris-Aixen- Provence, Karthala-IREMAM.

Jean-Pierre JACOB, Pierre-Yves LE MEUR, 2010, « Citoyenneté locale, foncier, appartenance et recon-naissance dans les sociétés du sud », in J.-P. JACOB et P.-Y. LE MEUR (dir.), Politique de la terre et de l’apparte-nance. Droits  fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, 5-58.

Christian LUND, Éric HAHONOU (dir.), 2014, Propriété et citoyenneté dans l’Afrique des villes, Politique africaine, 132.

Willem MASS (éd.), 2013, Multilevel citizenship, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

James MCDOUGALL, Robert P. PARKS, 2013, “Locating social analysis in the Maghrib”, The Journal of North African Studies, Special issue on Globalism and local in North Africa, 631-638.

Catherine NEVEU, 2004, « Les enjeux d’une approche anthropologique de la citoyenneté », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 3, 2004, mis en ligne le 14 octobre 2005, consulté le 1er mars 2015. [URL : http://remi.revues. org/2024].

Claire SAVINA, 2012, « Citoyenneté, citizenship, muwāṭana : traduction et circulation d’un concept », Les Carnets de l’Ifpo. La recherche en train de se faire à l’Institut français du Proche-Orient. [En ligne : http://ifpo. hypotheses.org/4546, 4 décembre 2012].

Isabelle Grangaud

Pour citer ce billet : Isabelle Grangaud, « Citoyennetés locales au Maghreb. Les perspectives de la longue durée », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2005.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés locales au Maghreb Les perspectives de la longue durée

Ce projet porte sur les formes de citoyennetés locales au Maghreb, analysées selon une perspective historique et pluridisciplinaire privilégiant la longue durée. Par « citoyennetés locales », on entend les conditions et les modalités d’ancrage des individus et des groupes dans un lieu, les ressorts de leur appartenance locale et l’articulation entre ces formes d’adhésion et l’accès à la jouissance de droits attachés à ce lieu. A priori, la notion jure avec la conception des constructions politiques actuelles, selon laquelle l’État (et notamment l’État nation) constituerait le cadre primordial et tout puissant des droits qui régissent les espaces auxquels il s’étend ; tandis que, s’agissant des sociétés d’époque moderne ou précoloniale, elle fait figure d’anachronisme. Ces dernières années cependant, un certain nombre de travaux ont mis en perspective la nécessité de considérer les dimensions supranationales de la citoyenneté aujourd’hui ou encore d’approcher la vitalité des citoyennetés locales, y compris au travers des articulations plus ou moins heurtées avec les citoyennetés nationales. Et des études historiques ont montré à leur tour la centralité dans la construction des sociétés du passé de la condition citoyenne et combien bien davantage que le fait de venir d’ailleurs, l’étranger était celui qui ne pouvait faire valoir son appartenance à une localité et n’avait pas le droit d’accès à ses ressources. Ces perspectives, en rupture avec une longue tradition des sciences sociales faisant du décalque entre citoyenneté et nation une association pacifique et naturelle, soulignent combien cette isomorphie est le produit d’une construction téléologique qu’il importe de bousculer : cette vision de la citoyenneté non seulement en ignore la part intrinsèque des luttes qui la fondent mais encore la réduit aux droits politiques inhérents à la démocratie. Considérer les citoyennetés locales au Maghreb, aussi bien dans le présent que dans le passé, s’inscrit dans le fil de ce renouvellement en sciences sociales. Contre l’idée qu’à des communautés locales essentiellement identitaires s’opposerait l’État légal, cette perspective privilégie l’analyse de la  coexistence de formes citoyennes travaillant tant les localités que l’espace des souverainetés nationales (et prénationales) en invitant à en saisir les formes d’articulation et de reconnaissances mutuelles.


Cette problématique qui visite à nouveaux frais les modalités politiques du local, trouve dans les sociétés duMaghreb un terrain qui, pour n’avoir pas été beaucoup exploré, s’avère être une échelle d’observations, de croisements et de comparaisons pertinente. Par ailleurs, cette problématique autorise l’entreprise d’une analyse sur la longue durée qui rend fructueux le dialogue entre spécialistes de l’histoire d’époque moderne (et ottomane dans les régions du Maghreb central et oriental) et contemporanéistes, et s’ouvre à la pluridisciplinarité.

Responsable : Isabelle GRANGAUD
Chercheurs associés : Sami BERGAOUI
Partenaires institutionnels : Université de La Manouba.

Pour citer ce billet : « Citoyennetés locales au Maghreb
Les perspectives de la longue durée », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1989.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne

L’objet de la conférence de Mme Sylvia Marzagalli, professeur d’Histoire moderne à l’Université Sophia-Antipolis, et membre senior de l’Institut universitaire de France est de faire un point
historiographique sur le commerce maritime à l’époque moderne tout en partant d’une récente enquête systémique qu’elle a menée et qui appréhendait le réseau en tant que système. Plus précisément, le propos vise à mieux cerner en quoi la notion de « réseau » a pu évoluer, et faire émerger de nouvelles études, notamment au contact des autres sciences sociales.

Cette troisième séance a lieu après deux séances de séminaires « MoRéMi Sud » dans le cadre des Conférences de l’IRMC, organisée par Hasnia-Sonia Missaoui où en premier lieu Michel Grossetti, sociologue des réseaux sociaux, nous a dressé un bref historique des recherches sur les relations personnelles, qui ont constitué une approche particulière de l’analyse des réseaux sociaux et nous a
décliné la notion de réseaux sociaux à partir de différents travaux que ce soit par le prisme d’une approche méthodologique ou des dynamiques sociales. Ensuite, dans une seconde séance Sylvie Mazzella, sociologue des migrations, nous a parlé à son tour de l’usage de la notion de réseau dans la sociologie des migrations en
relevant que cette approche par les réseaux questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge les
différentes traditions de recherche par son emploi qui a permis de modifier un regard trop souvent binaire. Sylvia Marzagalli vient ajouter à ces rencontres un élément supplémentaire, celui d’avoir appliqué la méthode des réseaux sociaux dans le cadre d’une enquête en histoire, à partir d’archives, qu’elle a menée dans le cadre
d’un programme de l’ANR (2008-2011, ANR Navigocorpus) où elle est passée d’une approche quantitative à une approche par les acteurs.

L’étude du commerce à l’époque moderne est depuis longtemps un axe majeur de préoccupation des historiens, le commerce par voie d’eau étant très souvent privilégié pour des raisons de coûts de transport. Ce commerce international a souvent été conçu dans un
espace physique, ce qui a donné lieu à des cartes très traditionnelles où l’on n’indiquait que des trajectoires d’importation et d’exportation qui ne montrent que des segments de marché. L’historiographie a longtemps abordé, de ce fait, la notion de réseau dans l’unique biais de la circulation des produits à travers différentes destinations. Cette historiographie qui a véritablement eu cours à partir des années 1950 a abouti à une série d’études monographiques sur des ports (comme la thèse d’André Lespagnol sur Saint-Malo), ou sur des destinations du commerce maritimes, perçues comme « exotiques ». Cette logique, qui s’attarde sur la quantification des produits importés et exportés des ports en question s’est parfois avérée quelque peu statique et a récemment évolué vers une historiographie s’attardant davantage sur les relations établies entre les marchands, et sur les logiques de construction de celles-ci, qu’elles soient confessionnelles, familiales ou nationales. Cette approche va alors permettre de passer d’une étude d’un réseau commercial à l’étude d’un réseau marchand, d’une logique quantitative à une logique plus humaine, à l’échelle des
acteurs.

Port de Saint Malo © BNF

Silvia Marzagalli nous donne un exemple en indiquant pourquoi la logique traditionnelle ne peut suffire à elle seule pour appréhender tous les liens des commerçants une fois qu’on a l’information concernant un navire et dont on sait d’où il est parti et par où il est passé. Souvent on a appréhendé la géographie commerciale à partir d’un point donné, le port, mais sans pouvoir l’emboîter dans un ensemble de flux de marchandises. De plus, généralement, les relations qui ont lieu une fois sur place n’étaient pas indiquées. Pour dessiner une carte plus complète, l’intervenante a cherché plusieurs sources différentes pour raconter un récit qui ne pouvait être appréhendé par aucune des sources prises individuellement, pour ensuite coller ces différents récits afin d’arriver à un graphe, une toile plus complète. Il faut noter que les logiques d’information auxquelles les chercheurs peuvent accéder aujourd’hui appartiennent à différents acteurs tels les armateurs et les négociants. Souvent pour reconstituer des trajectoires d’un navire, Silvia Marzagalli propose d’inventer d’autres instruments que de se focaliser sur un seul point et de voir les conditions de ce point. L’intervenante propose de faire une toile des relations en prenant en compte les logiques des hommes et les enjeux relationnels qui les composent. Ainsi elle parle d’un glissement d’une approche par
le réseau commercial (des flux) au réseau marchand (des liens).

Méthodologiquement il s’agit donc de passer d’un espace physique à un espace relationnel. Et pour saisir tout ceci, les historiens se sont appuyés sur les travaux de l’économie institutionnelle même si cela a souvent abouti à une impasse car il est difficile de tout calculer pour obtenir des résultats pertinents. Alors que la sociologie économique (cf. Granovetter) a fourni d’autres clés pour une analyse plus approfondie. Les historiens ont donc adopté le langage des réseaux en analysant leur objet en tant que réseau et en insistant sur les liens et sur ce qui peut les construire, les alimenter, les créer… Ce
n’est pas pour autant, insiste Silvia Marzzagalli qu’elle ou d’autres collègues historiens font de l’analyse des réseaux sociaux (des graphes, des calculs de centralités sur les objets de recherche des
historiens), même si ils font appel à l’approche des réseaux pour une analyse plus complète. Méthodologiquement, il y a des difficultés spécifiques qui sont propres aux terrains des recherches des historiens modernistes et qui sont des limites, des impasses qui ont poussé les chercheurs à porter leur regard vers d’autres approches.

Il apparaît que les liens créés par les logiques marchandes à l’époque moderne sont cruciaux dans la vie économique pour au moins trois raisons. Tout d’abord, la distance-temps est bien plus grande à l’époque moderne qu’à l’heure actuelle, pour les produits, comme pour l’information (à la différence ici, du monde du XXIe siècle). À titre d’exemple, plus de cinq semaines étaient nécessaires pour
relier Bordeaux aux Antilles. Toute information envoyée au départ est susceptible d’être caduque, désuète à l’arrivée. Si l’on souhaite commercer avec des destinations lointaines, il est alors nécessaire de déléguer la prise de décision à un correspondant local, à même de gérer les intérêts du marchand, acheter des produits sur place et de négocier les prix. Cette réalité est souvent la priorité pour  tout négociant dans une nouvelle relation commerciale. Silvia Marzagalli relève alors trois solutions techniques face à ce problème de distance-temps et de prise de décision : premièrement, le négociant, lors du premier voyage effectue le déplacement afin de nouer un partenariat avec un correspondant local et créer du réseau. Or ceci ne peut pas se faire régulièrement et ne peut être réalisable qu’en début de mise en relation, sinon le négociant perdrait trop de temps et d’argent. Deuxièmement, la prise de décision commerciale est déléguée à quelqu’un sur le bateau, le capitaine par exemple, mais il ne pourra pas réellement tout assurer vu sa propre activité. Et la troisième solution est de faire confiance à quelqu’un sur place, un correspondant local. Cette dernière solution est celle qui
crée le réseau.

Un problème persiste cependant quant à la prise de contact avec l’acteur local qui sera le correspondant de confiance du négociant. Il semblerait que cela se fasse à la fois par les réseaux de ce dernier mais aussi parfois au hasard des rencontres, en sachant que le négociant confie ses biens à autrui et que ce dernier travaille sur
commission. Le négociant doit alors trouver tous les moyens pour que l’acteur local ne fasse pas passer ses intérêts personnels avant les siens. Méthodologiquement, les historiens se sont alors penchés sur la notion de confiance qui se réaliserait soit dans le réseau familial (famille élargie) soit dans le réseau confessionnel (quand un négociant fait affaire avec des séfarades parce qu’il est séfarade ou avec des huguenots parce qu’il est huguenot) soit avec des individus de son propre pays. Concernant ce dernier point Silvia Marzagalli rappelle que les historiens ont, pendant longtemps, raisonné beaucoup trop en terme d’appartenance nationale car les sources indiquaient l’origine « France » alors que le négociant marseillais est avant tout lié aux provinciaux et/ou aux Languedociens au plus. Il est rarement lié aux Normands !

Silvia Marzagalli rappelle qu’il est cependant encore plus difficile de faire évoluer l’idée que ces réseaux ne sont pas forcément familiaux ou confessionnels non plus. Et que cela induit même des erreurs dans les analyses, entre autre parce que les chercheurs se sont appuyés sur les travaux de Max Weber, sur l’esprit du capitalisme qui disait que les protestants faisaient affaire entre eux, les catholiques aussi font pas mal d’affaire ainsi que les Arméniens et les séfarades. Pour saisir ces réseaux, les enquêteurs sont allés souvent chercher confirmation dans les ressources que le réseau était bien confessionnel. Silvia Marzagalli, pour étayer son propos, prend l’exemple de l’historien John F. Bosher qui a fait un très beau travail de recherche sur les relations commerciales entre le Canada et la France. La thèse de cet historien était de dire, en dépit de toutes les entraves dues à l’époque, que le commerce avec le Canada était géré par les protestants. Silvia Marzagalli confirme qu’il avait largement raison sur ce point mais en reprenant les données de ce dernier, elle retrouve beaucoup de liens commerciaux avec les catholiques et de ce fait un réseau trans-confessionnel, et en conclut que ce n’est pas forcément la confession qui fait lien mais les
mécanismes par lesquels le réseau se propage qui va plus favoriser les liens entre des individus de même confession. De plus, sous l’Ancien Régime, beaucoup de familles étaient uni-confessionnelles. Donc, en faisant appel au réseau familial, on reste dans un réseau confessionnel.

Nessim Znaien,
Hasnia-Sonia Missaoui

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, Hasnia-Sonia Missaoui, «Réseaux négociants et réseaux maritimes : apports et biais des nouvelles approches pour l’histoire du commerce à l’époque moderne», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1949.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Séjour de documentation à Alger

L’objectif de ce séjour était de collecter des manuels d’histoire algériens neufs et anciens, les livres scolaires d’histoire étant les principales sources de mon travail de thèse. Mon passage dans la capitale algérienne a été fructueux mais également riche en partage et en rencontres. Ayant été logée au Centre d’études diocésain d’Alger, je garde un très agréable souvenir de la convivialité du lieu et des discussions captivantes avec les différents résidents de passage pour effectuer des recherches sur le terrain, des missions au sein d’organismes divers ou pour apprendre l’arabe.

Je suis arrivée à un moment sensible, une rentrée tumultueuse, l’enseignement est en plein débat. En faisant la chaîne 1 devant la librairie de l’ONPS 2, j’ai pu entendre les plaintes des parents excédés par l’attente interminable dans la rue et surtout par le fait que les manuels n’ont pas été distribués dans tous les établissements scolaires comme à l’accoutumée. La rentrée est par ailleurs suivie de près par les journaux qui lui consacrent quotidiennement plusieurs titres 3. Au cœur de l’agitation, se trouve la ministre Nouria Benghabrit, tantôt louée tantôt critiquée pour les réformes qu’elle propose 4.

C’est dans ce contexte, où l’enjeu que représente l’école est palpable, que je commence ma quête des manuels scolaires d’histoire. J’ai d’abord visité quelques librairies, on n’y vend pas les manuels scolaires étatiques mais beaucoup de parascolaires pour toutes les matières. Une vendeuse me dit que cela ne sert à rien pour les élèves de réviser tous les chapitres car aux examens nationaux, il faut toujours s’attendre à être interrogé sur la guerre de libération. Voulant me montrer que cette prédominance éclipse d’autres aspects de l’histoire algérienne, elle termine par une anecdote à propos de son fils qui trouve que « s’il n’y avait pas eu la France, il n’y aurait pas eu d’histoire en Algérie ». Je me suis également dirigée vers les bouquinistes chez lesquels les manuels d’histoire étaient étrangement absents malgré la présence de toutes les autres matières (philosophie, éducation islamique, géographie, français, mathématiques, physique…)

Afin d’acheter des manuels scolaires neufs, il faut aller du côté des librairies de l’ONPS ou directement dans les écoles. Après avoir attendu dans la file réservée aux femmes devant la librairie étatique, j’ai pu acheter les manuels d’histoire correspondant à tous les niveaux scolaires.

Concernant les vieux manuels, l’aide de Fouad Soufi 5 a été déterminante pour mon accès à l’INRE 6 où se trouvent tous les manuels édités en Algérie depuis l’indépendance. Dès mon arrivée au centre d’études diocésain, des chercheurs me demandaient si j’avais « quelqu’un » capable de « m’introduire » dans l’administration que je visais. Avec des moues dubitatives, on me parlait de la méfiance des institutions et de leur manque de coopération et cela m’a un peu inquiétée. J’avais écrit quelques semaines avant mon départ à Fouad Soufi afin d’avoir des conseils quant à mes recherches en Algérie et il a eu l’extrême gentillesse de me recommander auprès du directeur de l’INRE dès mon arrivée à Alger. Cela a beaucoup facilité mes démarches, j’ai été très bien accueillie et j’ai pu accéder à la salle des manuels et à la bibliothèque où les étudiants de l’Ecole Normale Supérieure d’Alger viennent préparer leur mémoire. J’ai pu photographier et photocopier tous les manuels d’histoire qui évoquent la conquête arabe et on m’a également donné accès aux textes des programmes officiels.

conter l’histoire en Algérie

Pendant mon séjour, j’ai pu visiter trois musées algérois 7 : le Musée national du Bardo 8, le Musée de l’armée et le Musée public national des Antiquités.

Photographie de l’Auteure

Le musée de l’armée, qui se trouve en face du mémorial du Martyr, raconte l’histoire de l’Algérie à travers le prisme militaire. Le bâtiment est imposant et il est constitué de quatre étages. Une première salle au rez-de-chaussée présente un aperçu du « guerrier algérien » à travers les âges, grâce à des figurines d’environ 50 cm, alignées derrière une longue vitrine. Parmi les figurines présentées, il y a le « guerrier de la Préhistoire », le guerrier numide », le « guerrier de l’époque islamique », jusqu’à la figure finale du résistant de la Révolution déclinée en plusieurs facettes. Certaines figurines sont exposées avec des armes mais rien n’indique s’il s’agit d’objets historiques ou de reconstructions. Le premier étage est consacré aux périodes historiques précédant la guerre d’indépendance avec de plus amples détails : maquettes de villes et de forteresses, peintures ou tableaux en carreaux de céramique représentant des épisodes importants, mannequins à taille humaine en costume, quelques manuscrits. Les deux derniers étages sont dédiés au récit de la résistance anticoloniale représentée à travers des photographies, des documents d’archives, des objets historiques et des peintures à l’huile représentant « la lutte du peuple » ou « la liesse populaire ».

Je me suis intéressée de près au pavillon de la « période islamique (VIIe– XVIe siècles) » 9 puisqu’il s’agit de la thématique principale de mon travail doctoral. Afin d’illustrer la conquête du Nord de l’Afrique et de l’Andalousie, deux tableaux en carreaux de céramique reconstituent deux scènes du récit des futûhât, le moment où ‘Uqba Ibn Nafi’ se retrouve face à l’Océan Atlantique, incapable de poursuivre plus loin son entreprise et celui où Tarak Ibn Ziyad arrive en Espagne. Les deux grands tableaux (environ 2 x 1,5m) sont mis en valeur, encadrés avec du bois peint en feuilles d’or et bordés d’arabesques. ‘Uqba Ibn Nafi’ est au premier plan sur sa monture dont les sabots touchent déjà les vagues. Il regarde fixement l’horizon, devançant quelques autres chevaliers, la scène donne corps à la citation évoquée par la légende « S’il n’y avait pas cette mer, ô Dieu, je poursuivrais la guerre sainte en ton nom ». La même légende raconte la mort du conquérant arabe sans en évoquer le responsable historique Koceila : « ‘Uqba Ibn Nafi’ a été victime d’un piège », aucune mention en effet du chef berbère 10. Par ailleurs, un film tourne en boucle à tous les étages, il déroule à travers un montage d’images la chronologie algérienne. Alors que toutes les séquences du film (peintures, photographies, extraits de films) sont axées sur les guerres opposant le « peuple algérien » aux Romains, aux Espagnols, aux Français, etc… la conquête arabe est racontée à travers les monuments qu’elle laisse. Lorsqu’il s’agit des futûhât, toute allusion la guerre est gommée dans un film qui regorge de scènes de combats.

On ressort du musée avec l’impression que l’Algérie a existé en tant que nation depuis la nuit des temps, les légendes consacrées aux époques les plus anciennes parlent déjà de « la terre d’Algérie». Par ailleurs, le lieu est régi par la représentation : celle des costumes, des armes, des palais, des forteresses. La plupart des épisodes historiques sont peints, reconstruits et il y a peu de place pour la libre interprétation des faits, le public n’est pas invité à douter : « au sein de cette continuité historique, une vérité historique impossible à ignorer est apparue : la lutte du peuple algérien tout au long des siècles pour son indépendance et sa liberté » 11.

La visite du Musée public national des Antiquités 12 a également été intéressante du point de vue historiographique. Le pavillon des arts islamiques, tardif, fait partie d’un réseau de musées internationaux dédiés aux arts islamiques 13. Il retrace l’histoire des « arts islamiques » depuis la conquête arabe jusqu’au XXe siècle. Le musée contient une collection de costumes, de bijoux, de coffres, d’armes et d’objets d’art. Leurs provenances sont diverses : le Maghreb, le Machrek, l’Empire ottoman et la Perse.

Musée des arts islamiques, Alger. Photographie de l’auteure

Les objets maghrébins sont « citadins et ruraux » 14 et une place très importante est accordée à l’artisanat kabyle et chaoui. On peut se demander ce que viennent faire des objets traditionnels berbères dans le pavillon consacré aux arts islamiques. Est-ce que l’art que les tribus exerçaient et ont continué d’exercer après l’expansion de l’islam est « islamique » ? Est-ce que l’expression est censée enrober tous les arts locaux qui ont persisté et se sont développés depuis la conquête ? Quelle nécessité a présidé à la création de ce pavillon, le besoin d’avoir un espace dédié aux arts islamiques ou d’avoir une réponse palpable au musée des Antiquités ? L’impression que laisse le musée est que “islamique » est un terme qui se voudrait englobant, il définirait un pavillon “endogène » par opposition au pavillon “exogène » qui se trouve dans la même enceinte, à quelques mètres : le musée des Antiquités. Si on poursuit la réflexion en se disant qu’il y a d’un côté l’antique et de l’autre l’islamique, où donc placer les arts amazighs ancestraux qui ont certes continué à se développer après la conquête arabe 15 mais qui l’ont précédée ? Le musée semble avoir éludé la question en plaçant le « berbère » dans « l’islamique » et en affirmant que ce qui est national est islamique et vice versa.

Ces visites ont rendu intelligibles à mes yeux les caractéristiques du récit national algérien fondé principalement sur l’idée de symbiose entre Berbères et Arabes, fusion possible grâce à l’islam 16, et sur l’action du peuple et sa résistance. Cela m’a poussée à comparer avec le discours historique tunisien plutôt focalisé sur la pérennité d’une terre qui accueille au fil des siècles les civilisations successives 17.

Les discussions qui ont ponctué mon séjour m’ont appris plus d’éléments concernant l’enseignement en Algérie et les débats qu’il a suscités. Le centre d’étude diocésain, plus communément appelé les Glycines 18, est un lieu propice aux échanges, particulièrement au moment des repas qui sont communs. Les résidents de passage, les Pères habitant sur place ou les chercheurs algérois se font une joie de pouvoir apporter un éclairage sur des questions méthodologiques ou théoriques. Le fait que ma recherche touche à l’enseignement pousse des personnes à partager avec moi leurs expériences dans le domaine. J’ai pu rencontrer le Père Henri Teissier 19 qui a témoigné du moment où l’État algérien naissant recrutait des professeurs étrangers, il m’a parlé de la difficile entreprise de constituer un corps enseignant formé et efficient au lendemain de l’indépendance. Il a évoqué la manière dont on sélectionnait les instituteurs, les Coptes par exemple avaient le droit de tout enseigner sauf l’arabe, car ils n’étaient pas musulmans. Il attire mon attention sur l’enseignement de l’histoire chez les Kabyles qui se fait à travers les manuels étatiques communs à tous les élèves algériens mais également grâce à des associations culturelles locales. Une chercheuse algérienne me fait part quant à elle de ses souvenirs d’élève frustrée par le « côté dogmatique » des matières dites littéraires comme l’arabe, l’éducation islamique, l’histoire qui étaient pour elle « un tissu de mensonges ».

Le lien entre les « Berbères » et les “Arabes » revient souvent dans les discussions, certains ironisent sur le danger de parler de « conquête arabe » dans un pays où « l’islamisation de la région fait partie de l’ordre naturel des choses ». Les études sur l’historiographie algérienne montrent que l’insistance sur la fusion entre les Berbères et les Arabes fait parfois même remonter l’origine des Berbères au Moyen-Orient 20. Ces études évoquent un amalgame voulu entre les deux, un amalgame qu’on retrouve dans les chartes nationales et les manuels scolaires qui parlent volontairement de cohérence, de rencontre fusionnelle entre deux peuples. Parmi les personnes que j’ai rencontrées, certaines trouvent que c’est une matière de faire face au discours colonial qui aurait cherché à différencier les communautés et à faire des Berbères les victimes des Arabes et d’autres pensent qu’il s’agit d’une manipulation idéologique témoignant de l’incapacité de l’État à gérer toute la diversité de sa population 21.

En Algérie le moment de la conquête arabe est intimement lié à l’histoire des Berbères et à l’enjeu de leur représentativité à l’échelle institutionnelle. Comment donc parler de cette période, comment la dénommer ? Quels sont ses acteurs et comment assumer toute la nature complexe de leurs liens ? Et finalement, quel rôle jouent ces questions dans la définition de la nation algérienne et des Algériens ?

Ce séjour salutaire à bien des égards, a rendu concrète la matière théorique que j’ai pu lire, il m’a permis de mieux structurer mes recherches futures, m’a apporté quelques éléments de réponse et a impulsé de nouvelles interrogations, notamment par rapport à la distinction entre les lignes historiographiques en Algérie 22 et en Tunisie 23, l’une mettant en avant l’unité du peuple et l’autre l’ouverture de la terre.

Faire la queue » en algérien.

2 Office national de la publication scolaire.

3« Introduction de Tamazight à Biskra » El Watan, 06.09.15, « Rentrée scolaire : De nouveaux établissements ouvriront leurs portes » El Watan, 06.09.15 , « Rentrée scolaire : Entre optimisme et incertitude » Le Quotidien d’Oran, 08.09.15, « Citoyenneté, qualité d’enseignement, équité et égalité des chances pour tous les élèves » Le Quotidien d’Oran 10.09.15 , « Rentrée scolaire sans nouveautés : Rien n’est encore tranché pour le bac ! » Le Quotidien d’Oran, 05.09.15.

4 Sociologue, ministre de l’Education depuis 2014. La polémique fait suite à la Conférence nationale sur l’évaluation de la mise en œuvre de la réforme du système éducatif en juillet 2015. Les experts  y  ont  proposé l’institutionnalisation d’une pratique existant déjà sur le terrain, à savoir l’usage par les enseignants des langues maternelles durant le cycle préparatoire et les deux premières années du cycle primaire. Leur argument était que l’arabe classique, contrairement à la darja, la langue parlée, pouvait représenter une barrière pour les très jeunes apprenants.

5 Historien, ancien conservateur en chef aux Archives nationales d’Algérie et chercheur au Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d’Oran. J’ai eu la chance de rencontrer Fouad Soufi à Oran pour la Journée d’étude «Archives et historiographie maghrébines des XIXème et XXème siècles » organisée le 16 mars 2014 par le Crasc et l’IRMC.

6 Institut national de recherche en éducation.

7 Il était la plupart du temps interdit de prendre en photo les lieux. Selon l’un des guides qui travaillent au musée national du Bardo, les visiteurs prendraient des photographies pour les vendre au nom du musée, ce qui aurait obligé l’administration à interdire les appareils photo, sauf si c’est le guide qui prend le visiteur avec le « décor ». Le musée national de l’armée interdit même d’avoir son téléphone sur soi durant la visite. Le musée des Antiquités et des arts islamiques autorise quant à lui de photographier les collections.

8 Le musée national du Bardo est un musée de préhistoire et d’ethnographie, il est ainsi présenté sur sa page Facebook officielle : « Le musée national du Bardo fut inauguré en 1930 comme musée de préhistoire et d’ethnographie à l’occasion du centenaire de la colonisation française en Algérie. Classé monument historique en 1985, il abrite aujourd’hui une collection préhistorique qui comprend des objets paléolithiques et néolithiques (dont des œufs d’autruches qui servaient de bouteilles aux premiers hommes). La pièce maîtresse du musée national du Bardo est le squelette de Tin Hinan, reine des Touaregs ».

La belle demeure ottomane qui abrite en temps normal la dite collection était vide, pour cause de restauration mais cela a été l’occasion d’apprécier la beauté des lieux et les nombreux carreaux de céramique, en provenance de plusieurs régions méditerranéennes, qui ornent les façades.

9 L’expression est parfois troquée contre le terme “conquête », futûhât en arabe, moins connoté que le mot français. Les expressions « période islamique » et « période musulmane » qu’on retrouve dans les musées mais aussi dans les manuels scolaires donnent l’impression étrange qu’il s’agit d’une époque révolue, que l’islam ne fait plus partie du paysage historique ou politique. Le problème de la dénomination demeure concret, faut-il désigner l’événement fondateur ou la période en sa totalité, faut-il combiner l’aspect religieux et culturel à travers une formule accommodante telle que « arabo-musulman » ?

10 Lydia Aït Saadi remarque la même chose à propos des manuels d’histoire qui évitent de dire qui a tué ‘Uqba Ibn Nafi’, selon elle il s’agirait d’une manière de « préserver l’invincibilité de l’icône » mais on se demande si cela ne témoigne pas également de la volonté de masquer le caractère belliqueux des conquêtes (Lydia Aït Saadi, La nation algérienne à travers les manuels d’histoire algériens, thèse de doctorat, INALCO, Paris, 2010, p. 266).

 

11 Fascicule du musée (traduction).

 

12 « Le musée national des antiquités est le plus ancien musée d’Algérie. Son contenu historique et archéologique témoigne que la terre d’Algérie est sans doute l’une des plus riches du bassin de la Méditerranée […] L’idée de la construction d’un musée pour les collections antiques revenait à Mr Berbrugger premier conservateur, en 1838 […] En 1863, le Musée est installé dans le Palais de Mustapha Pacha, rue de l’Etat-major […] En 1896, des épaves d’une exposition permanente d’objets d’art musulmans furent jointes aux collections d’art antique […] dans un bâtiment construit à cet effet dans un jardin botanique nommé le Parc de la Liberté inauguré le 19 avril 1897. Des salles nouvelles furent adjointes au noyau primitif, et grâce au savant Stéphane Gsell elles ne tardèrent pas à se meubler […] Les collections d’art islamique ont été transférées et réexposées dans un nouveau bâtiment inauguré à l’occasion de la journée mondiale des musées le18 mai 2003. », source : www.musee-antiquites.art.dz.

13 discoverislamicart.org.

14 Fascicule du musée.

15 Les objets « berbères » présentés sont tous postérieurs à la conquête arabe. 

16 François Siino analyse ainsi le texte de la charte nationale algérienne de 1986 : « le texte constate que l’arrivée de l’Islam au VIIème siècle a consacré la fusion entre une civilisation avancée à vocation progressiste et universelle (l’Islam) et un substrat autochtone, certes désorganisé, mais farouchement attaché à sa liberté (les Berbères). La symbiose des deux éléments ayant « donné naissance à une composante humaine homogène, cohérente aux plans religieux, culturel, social et politique et constituant une entité accomplie» (François Siino, 2010, « Reconquérir le temps, nationaliser l’histoire. Variations algéro-tunisiennes », in MMSH. Les échelles de la mémoire en Méditerranée, Actes Sud, 189-209, études Méditerranéennes <halshs-00555050>,

  1. Lydia Aït Saadi relève également dans les manuels l’idée de la conquête arabe comme moment constitutif de la « personnalité arabo-islamique des Imazighen » (Aït Saadi, op. cit., 262).

17 Driss Abbassi a repéré la répétition dans les manuels scolaires d’histoire d’expressions telles     que      :      « pôle     d’attraction », rayonnement », « carrefour », « lieu de rencontres et d’échanges entre les civilisations », « héritage méditerranéen ». Il parle ainsi d’une « géographie à la rescousse de l’histoire » (Driss Abbassi, 2005, De Bourguiba à Hannibal, Paris, Karthala, 202).

18 situé au chemin anciennement appelé chemin des Glycines (aujourd’hui chemin Slimane Hocine).

19 Evêque catholique franco-algérien né en 1929 archevêque émérite d’Alger

20Lyia Ait Saadi op.cit., p. 209.

21 «Le récit concurrent majeur qu’était l’histoire coloniale aboutissait très tôt à la construction d’une « personnalité algérienne » intemporelle présentée comme   celle   d’un   peuple perpétuellement en lutte contre tous les occupants successifs. Une telle définition ne posait pas de problème tant que les « envahisseurs » étaient Romains, Byzantins, Vandales, Espagnols et bien sûr Français. En revanche, elle pouvait devenir plus délicate s’agissant des Ottomans […] qui, pour être « allogènes » n’en étaient pas moins musulmans.  Elle  devenait  potentiellement scandaleuse concernant les Arabes, arrivés dans le Nord de l’Afrique au VIIème siècle», François Siino, op. cit., p. 11.

22 « A la lecture des textes algériens, cette trajectoire historique est dirigée par un facteur explicatif primordial : la lutte contre les agressions étrangères. Ce qui définit avant tout la personnalité algérienne » tout au long de l’histoire est cette volonté de résister aux tentatives d’annexion, de contrôle venues de l’extérieur. Cette définition de soi par la « lutte contre l’envahisseur » ne va pas sans poser de problème lorsque se manifestent d’autres types de récits concurrents, comme la revendication d’une identité et d’une mémoire amazigh(s) » ibid., p. 9.

23 « La nation est circonscrite comme entité historique dont les racines sont d’abord territoriales. La représentation contenue dans les manuels scolaires, selon laquelle la Tunisie est un arbre de racine africaine, de tronc carthaginois et de branches arabo-islamiques, est aujourd’hui une image symbolique des origines de la nation. » Driss Abbassi, op cit., p. 233.

Aroua Labidi

est doctorante à l’Université Paris Ouest Nanterre et associée à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Aroua Labidi, «Séjour de documentation à Alger», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1936.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ?

 

Dans la précédente lettre de l’IRMC, nous avions présenté notre sujet de thèse portant sur l’alcool en Tunisie sous le Protectorat 1. Parallèlement à cette thèse, nous dirigeons depuis novembre 2014 un programme de recherche financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur les Boissons (IREB), destiné dans un premier temps à regrouper des données sur l’alcool dans le monde arabe à l’époque de la colonisation puis, à terme, à établir une synthèse sur l’alcool dans l’empire colonial français, sujet presque totalement ignoré par l’historiographie française.


Pour l’année 2014-2015, l’IREB a permis de financer des missions de recherches en Algérie et au Maroc 2. Le présent article présente un résumé de quelques unes des conclusions de ces recherches, en ce qui concerne l’Algérie. L’objectif de cet article, comme de nos recherches est de se demander s’il y a une politique commune à l’Afrique du Nord en matière de production, de commercialisation
et de consommation d’alcool pendant la colonisation, et sur chacun des points, de comparer la situation de l’Algérie avec ses voisins marocains et tunisiens.

Domaine de la trappe de Staouëli prés d´Alger, Henri Borgeaud propriétaire
© delcampe.net

Le vin, produit phare de l’économie coloniale algérienne

Le premier constat qui saute aux yeux est tout d’abord celui de la place singulière de l’alcool dans l’économie algérienne de cette période. À la fin de la colonisation, l’alcool est l’activité économique la plus importante en Algérie, pouvant représenter, les bonnes années, jusqu’à deux tiers des bénéfices à l’exportation, alors que les vins représentent moins de 10 % des bénéfices de la Tunisie 3 et du Maroc 4. Il faut cependant attendre les années 1880, pour observer le début d’une politique active de plantations de vignes en Algérie, qui s’explique par trois facteurs principaux : l’amélioration des outils de production et surtout de conservation du vin (élément essentiel dans un pays chaud), l’ouverture du crédit bancaire octroyé aux viticulteurs et surtout l’ouverture du marché français des vins, suite à la crise du phylloxéra de la fin du XIXe siècle en France. Cette phase ascendante du vignoble algérien se poursuit jusqu’aux années 1930 et à la crise économique, avant de décliner par la suite.

Il n’en reste pas moins qu’en 1954, l’Algérie est le quatrième producteur de vin au monde, et le plus grand exportateur. L’Algérie produit cinq fois plus de vin que le Maroc et la Tunisie réunis 5, essentiellement grâce à la région de l’Oranais, qui concentre alors, par ses terrains plus calcaires et sablonneux et moins favorables qu’ailleurs à d’autres cultures, 60 % des viticulteurs et 70 % des
surfaces de vignoble 6.

Une société enivrée ?

Si l’Algérie se distingue du Maroc et de la Tunisie par la part plus importante que tient la production de vin dans cette société, en revanche, les discours qui s’y développent concernant les conséquences de cette présence d’alcool sont les mêmes dans tout le Maghreb. En Algérie, comme ailleurs, un discours colonial relativement classique, insiste sur l’incapacité des musulmans à savoir reconnaître et « boire du bon vin » 7, et sur « l’immodération » 8 et l’avidité 9 singulière des arabes en la matière. Ces discours reviennent à dire que les populations d’Algérie n’ont pas la distinction et la culture, pour savoir boire du vin. Et la diffusion très rapide de l’alcoolisme au sein de la société algérienne, aux yeux de certains médecins 10, sont autant d’illustrations de la décadence de la race indigène, qui justifie et explique la colonisation.

Comme en Tunisie, la question de l’alcoolisation des indigènes est également liée à celle des nationalismes. La surveillance des débits de boissons, lieux d’agitations politiques, est cruciale pour les services de police, et certains voient dans l’alcool, un moyen pour les « agitateurs » d’avilir certains esprits et de permettre la propagation « d’idées subversives » 11. Les nationalistes algériens comme Ferhat Abbas 12 voient quant à eux, dans l’alcoolisation de la société indigène, l’illustration de la présence néfaste des colonisateurs outre-mer 13. Nationalistes et élites coloniales partagent donc le même constat, d’une montée de l’alcoolisme, mais les raisons données divergent selon les camps. Alors que les colonisateurs mettent souvent en cause, l’incapacité des populations à s’autogérer, notamment lors des séjours des indigènes en métropole 14, les nationalistes y voient davantage l’action de la puissance coloniale, qui cherche à affaiblir la société qu’elle domine.

Mesurer la part de vérité de ces discours n’est pas chose aisée. Si l’on regarde la consommation globale de vin, on s’aperçoit qu’une première augmentation de la consommation peut s’observer en Algérie à la fin du XIXe siècle, sans doute en bonne partie due à l’arrivée de Français dans la colonie. Comme en Tunisie, une deuxième augmentation de la consommation a lieu par ailleurs dans l’entre-deux-guerres, sans doute davantage due à la baisse du prix de la bouteille de vin. L’explosion de la production et de l’offre en vin, entraînent en effet mécaniquement la démocratisation du produit. Entre les années 1927 et 1935, années d’apogée de production du vignoble algérien, le prix réel du vin baisse de 50 % 15. Signe d’une nouvelle préoccupation donnée à ce sujet, la part de l’ivresse publique récidiviste par rapport aux autres délits, augmente également dans les tribunaux correctionnels de l’entre-deux guerres.

D’une manière générale, l’offre et la consommation d’alcool en Algérie, semblent bien plus importantes qu’en Tunisie et qu’au Maroc. La consommation de vin par habitant est quatre fois plus grande en Algérie qu’en Tunisie à la fin de la période. À cette époque, le nombre de débits par habitant, dans les villes de plus de 10.000 habitants est trois fois plus important en Algérie qu’au Maroc et une fois et demi plus important qu’en Tunisie 16. Cette réalité s’explique par le nombre d’Européens bien plus important en Algérie qu’ailleurs, même si ceux-ci ne sont évidemment pas les seuls consommateurs d’alcool. Alger et Oran sont peuplées à 70 à 75 % par les Européens, et sont aussi les deux seules grandes villes d’Afrique du Nord à compter plus d’un débit de boisson pour 1000 habitants en 1956. Dans tout le Maghreb, à l’échelle locale, les cafés se concentrent dans les quartiers européens. Ainsi à Bab el Oued en 1905, on recense une petite vingtaine de cafés dans les 150 mètres autour du marché central 17.

Exportation des vins d’Algérie, Quai du Sénégal.
© commons.wikimedia.org

Les mesures prises en Algérie : des mesures originales


Si, en raison du plus grand nombre de colons, l’alcoolisation de la société est plus importante en Algérie qu’au Maroc ou en Tunisie sous la période coloniale, la vraie originalité du cas algérien réside sans doute davantage dans la réponse donnée à cette alcoolisation. En effet, face au phénomène global qu’est l’augmentation de la consommation et/ou de l’intérêt public pour l’alcool à partir de la Première Guerre mondiale, la Tunisie et le Maroc choisissent très tôt de mettre en place des législations ethniques. La Tunisie interdit de vendre de l’alcool aux musulmans, par l’intermédiaire du Code pénal de 1913 18, imité par le Maroc en 1926 19. Ces dispositions, bien que largement inappliquées restent officielles jusqu’à la fin de la période coloniale. En Algérie, la seule période où l’administration décide d’interdire la vente d’alcool aux musulmans concerne le Gouvernement de Vichy, où une loi votée en octobre 1941 (abrogée en 1944), interdit la vente d’alcool aux musulmans 20. Pendant les 129 autres années de la présence française en Algérie, l’administration n’indique jamais clairement une mesure d’exception pour la vente d’alcool aux Algériens musulmans. Plusieurs explications peuvent être données ici. Tout d’abord, l’Algérie est une part de la République française à partir de 1870. De ce point de vue, adopter une législation qui s’adresse à une religion en particulier aurait pu être attaquée par les défenseurs de l’ordre républicain. D’autre part, la forte présence d’alcool rendait peut être de toute façon inapplicable une éventuelle loi. Enfin, il n’est pas impossible qu’un lobby colonial, soutenu par celui des viticulteurs du midi à partir du début du XXe siècle n’ait pas voulu se priver d’une source d’écoulement supplémentaire du vin. Une entorse au principe d’égalitarisme républicain survient toutefois lors de l’application de la loi du 29 décembre 1851 sur l’ouverture des débits de boisson. Cette mesure, votée alors que Louis-Napoléon Bonaparte a réalisé son coup d’État quelques jours plus tôt, prévoit que toute ouverture de débit de boisson soit soumise à l’autorisation du préfet. Cette loi est appliquée en Algérie, comme en métropole, mais lorsqu’elle est abrogée en 1880 en France, elle reste appliquée pour les indigènes d’Algérie, tandis que les Français d’Algérie se voient donnés l’autorisation d’ouvrir un débit de boisson sans contrainte. Cette inégalité devant la loi dure une vingtaine d’années, jusqu’au décret du 25 mars 1901, qui fixe de nouvelles règles applicables à tous en matière d’ouverture de débits de boissons, en fixant notamment un quota de débits par villes 21. Par cette mesure, l’Algérie innove en matière de gestion de l’ordre colonial, et de nombreuses lois prises par la suite en Tunisie et au Maroc s’inspireront du laboratoire algérien.

Bar à Mostaganem, dans l’ouest du pays (Algérie) © observers.france24.com

L’Algérie coloniale se différencie donc du Maroc et de la Tunisie dans sa gestion de la question alcoolique de plusieurs points de vue. La présence d’alcool sur ce territoire est bien plus importante qu’ailleurs. Si les discours sur l’alcoolisation des sociétés sont relativement similaires à ceux du Maroc et de la Tunisie, c’est que l’alcool est un moyen à l’époque pour juger l’efficacité d’une administration, ou le degré de civilisation d’une société, selon les camps. Mais contrairement à la Tunisie et au Maroc, peu de mesures de prohibition radicale sont prises au cours de la période. L’administration applique les mêmes lois qu’en métropole, et sur le papier, rares sont les politiques spécifiques appliquées aux musulmans. Le vin reste bien cependant un marqueur colonial dont on attribue la culture aux Européens ou les mauvais effets aux arabes, selon les temps.

 

Index : 

1 Znaien Nessim, 2015, « Y a-t-il une alcoolisation de la société tunisienne sous le Protectorat ? », Lettre de l’IRMC, n° 15, janvier-mars, 3-4.
2 Missions respectivement réalisées par Mme Saphia Arezki, docteure de l’Université Paris I Sorbonne pour l’Algérie, et M.Guillaume Denglos, docteur de l’Université Paris I
Sorbonne pour le Maroc.
3 123per, Institut national statistique, année 1955.
4 Despois Jean, Raynal René, 1976, Géographie de l’Afrique du nord ouest, Paris, Payot, 411.
5 Huetz de lemp, 2001, Boissons et civilisations en Afrique, Bordeaux, Presses Universitaires, Bordeaux, 317.
6 Despois Jean, Raynal René, op. cit., 84.
7 Guy Kolleen, 2010, “Imperial feedback: food and the French culinary legacy of Empire”, Contemporary French and Francophone
Studies, vol. 14, n° 2, 155.
8 Pinaud Pierre, 1933, L’alcoolisme chez les arabes en Algérie, Bordeaux imprimerie de Delams et Arènes.
9 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la CM de Boghari au sous préfet de Médéa, 31/07/1941
10 Archives des ANOM, carton 81F1622, Lettre du gouverneur général de l’Algérie à monsieur le ministre de l’Intérieur, 16 août 1945.
11 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la commune mixte de Chellala au sous préfet, 2/08/1941.
12 Dans son journal La république algérienne. Archives des ANOM, carton 81F1622, note secrétariat général à l’Intérieur, 1946.
13 On observe les mêmes discours en Tunisie, par l’intermédiaire d’Abdelaziz Thaalbi, ou de Habib Bourguiba.
14 Archives des ANOM, carton 81f1622, rapport du 15 septembre 1941.
15 The rise of Wine Economics, 2014, vol. 9, n° 1, 3- 33, “The rise and fall of the world’s largest Wine exporter – and its Institutional legacy”, 10
16 Respectivement 9,4 débits pour 10000 habitants, contre 6,1 en Tunisie et 3,6 au Maroc.
17 Archives des ANOM, carton 1F53 Note du commissariat police, 6ème arrondissement,
12 octobre 1905.
18 CADN, Protectorat Tunisie, Alcoolisme. Supplément au Premier versement.
19 CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, carton 331B, Procès-verbal de la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca, séance du 16 mars 1938.
20 La loi est sans doute sous la pression d’une même loi votée au Maroc quelques semaines plus tôt.
21 Archives des ANOM, carton 81F1622


Saphia Arezki et Nessim Znaien

Pour citer ce billet : Saphia Arezki et Nessim Znaien, « Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ? », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1926.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Vingt ans d’IRMC

Hayet Naccache
Photographie de Hayet Naccache

J’ai commencé par être vacataire pendant une courte période au CDTM (saisie des fiches d’ouvrages). J’ai été recrutée en 1992 pour assurer l’accueil à l’IRMC. Je m’occupais aussi de la diffusion de Correspondances, des invitations aux différentes manifestations et des fichiers d’adresses, du standard et des relations avec les fournisseurs en Tunisie avant de passer au secrétariat bilingue. On avait dès le départ un problème d’espace. J’ai beaucoup appris a l’IRMC et j’aime bien y travailler.

Temps forts et continuité

Parmi les temps forts, je citerai les changements de directeurs et le départ d’Anne-Marie Planel. Mais ce sont des changements dans la continuité : les chercheurs, pour la plupart, restaient en place et les grandes lignes étaient respectées, il n’y a pas eu de fractures. La continuité se faisait aussi par la documentation et la bibliothèque que beaucoup de chercheurs continuaient à fréquenter. Les arrivées et les départs de chacun, cela peut être frustrant, mais on s’y habitue. L’esprit de l’IRMC s’est construit avec le temps. C’est un style particulier, d’aide a la recherche, de faciliter la vie aux chercheurs qui travaillent sur la Tunisie ou sur le Maghreb. C’est aussi un lieu de rencontres, entre chercheurs tunisiens, français et d’autres nationalités : des réseaux se sont mis en place avec les programmes de recherche, avec une ouverture respectant la vie a Tunis et celle de ses universitaires. Cela a bien démarré dès le début : le lieu, la bibliothèque, les relations avec les chercheurs, les manifestations scientifiques, tout cela constituait un espace de liberté pour les universitaires tunisiens qui percevaient l’IRMC comme un lieu de liberté, autonome aussi bien du côté français que du côté tunisien. Puis il y a eu l’encouragement de la jeune recherche : les écoles doctorales ont été une pépinière qui a su évoluer avec le temps et avec les demandes des doctorants. Un autre temps fort a été l’introduction d’Internet qui a changé notre mode de travail tant en ce qui concerne la communication, que pour l’accès à l’information.

Des étapes et des réseaux

Ces 20 ans ont connu plusieurs étapes. Il y a eu beaucoup de politologues avec Michel Camau qui a fait démarrer les relations avec l’Algérie et le Maroc. Le CJB de Rabat a d’abord été une antenne de l’IRMC. On avait plus de rapports avec le Maroc du temps de Susan Ossman, mais moins avec la Libye à cause de la langue. Puis les liens avec la Libye se sont développés avec Nora Lafi et Hassan Boubakri, on a commence à travailler avec les Libyens francophones, comme Mahmoud Ed-Deek. Depuis quelques années, on constate une ouverture sur le Grand Maghreb de plus en plus importante. Avec Michel Camau, on avait beaucoup de moyens matériels, c’était comme s’installer dans un appartement avec de nouveaux meubles, c’était la « prospérité ». C’était aussi la rigueur, avec un esprit élitiste – dont certains se méfiaient un peu – mais c’était aussi la sécurité. Par la suite, Jean-Philippe Bras et Anne-Marie répondaient facilement aux demandes tunisiennes. Anne-Marie recevait beaucoup les chercheurs tunisiens. Cela a été un moment de forte ouverture côté tunisien. Dans les années 2000, on répondait plus aux demandes de l’IFC et de l’ambassade. À l’époque de Pierre Robert Baduel il y a eu à nouveau plus d’argent, les conditions de travail se sont améliorées avec la rénovation des bureaux, la mise à jour des ordinateurs et l’augmentation des salaires. C’était plus ferme et plus méfiant mais c’était une façon de protéger l’IRMC contre les autres services, contre le Gouvernement tunisien, contre le ministère. Cela n’a pas empêché l’IRMC de travailler avec les universitaires tunisiens, avec le CERES, l’université de Tunis, mais aussi le CRASC d’Oran, la Libye, l’IFC. En même temps, on accueillait moins de chercheurs. Vers 2008, des personnes qui ne venaient plus à l’IRMC sont revenues. Actuellement, on constate une ouverture sur la vie en Tunisie, un apprentissage de la recherche plus accessible ; l’écart entre les Français et les Tunisiens s’est beaucoup réduit et a entrainé une plus forte mobilisation tunisienne. L’ouverture s’est élargie sur d’autres institutions (INTES, ISSHT, musées…). Les écoles doctorales ont continué, moins dans le sens de cours dispensés et plus comme un cadre d’apprentissage à la recherche. C’est important de dire que les réseaux ne se sont pas seulement construits par les directeurs. Les chercheurs tunisiens et français contribuent à les construire. Chacun apporte son réseau, son bagage, les atouts de son institution et de sa discipline, les contacts de son programme de recherche : des historiens, des géographes, des économistes, des urbanistes, des sociologues. Au fil des années et des programmes, des réseaux et des relations se sont mis en place.

La révolution…

La révolution tunisienne a changé des choses. Les relations seront désormais différentes. C’était difficile de travailler avec les universités, à cause des procédures administratives. Il était impossible de décider seuls d’une date de séminaire ou d’une conférence, on devait attendre l’accord du ministre. Il fallait demander des autorisations 3 ou 6 mois à l’avance pour faire des enquêtes, pour passer par certaines personnes. On a pu organiser des séminaires et des rencontres dans des hôtels alors que les Tunisiens ne pouvaient pas le faire, on prenait alors pour eux la responsabilité du partenariat. Maintenant, c’est plus léger. L’IRMC est devenu un relais. Beaucoup de chercheurs, d’universitaires, de journalistes de toutes nationalités qui veulent travailler sur la Tunisie sollicitent l’IRMC. Les choses vont encore changer, quand on parviendra à plus de stabilité. On pourra instaurer une meilleure coopération universitaire et scientifique avec les institutions tunisiennes. Actuellement, l’IRMC n’est plus – comme avant – un des rares espaces de liberté à Tunis ; on peut discuter de tout, y compris de démocratie et de politique, dans beaucoup d’autres lieux.

(Propos recueillis par Pierre-Noël Denieuil)

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Hayet NACCACHE

est responsable de la communication, à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Hayet Naccache, « Vingt ans d’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 16 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1155

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006

Pierre Robert Baduel
Photographie de Pierre Robert Baduel

Dans l’économie commémorative des 20 ans de l’IRMC, j’ai été invité à traiter du positionnement et du bilan des sciences humaines et sociales sur la Tunisie et sur le Maghreb au temps de mon mandat de direction (sept. 2003-aout 2008). Proposition confiante certes, mais il m’a semblé impossible de relever ce challenge en un volume très réduit et surtout de donner du sens à des bornes artificielles au regard de la marche même du savoir. À la réflexion, la demande me parut faire écho à la publication sous ma responsabilité d’un ouvrage dont l’objet semble proche de cette thématique : Chantiers et défis de la recherche sur le Maghreb contemporain (Karthala, 2009, 600 p.). Le projet à l’origine de cette réflexion sur le devenir de la recherche en SHS sur le Maghreb et les sociétés maghrébines avait réduit sa focale a l’étude de « nouveaux objets et nouvelles problématiques » parmi les plus significatifs au moment de son élaboration (2006). Avec cet ouvrage, on dispose aujourd’hui de la photographie d’un bon échantillon des auteurs et des tendances de la recherche d’alors sur le Maghreb. N’ayant pas l’outrecuidante prétention de traduire fidèlement en quelques paragraphes la richesse des contributions et donc y renvoyant, je ne ferai ici qu’un retour sur la problématique du projet, et ce faisant, je me limiterai a brosser – a trop grands traits ! – un fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines autour de 2006.

Pour comprendre la fabrication de ce projet et son esprit, il faut partir du lieu de sa production : l’IRMC. La vie scientifique de celui-ci était organisée principalement autour de programmes menés par les chercheurs recrutés à cet effet (post doctorants ou chercheur-e(s) du CNRS et de l’université tunisienne), mais elle ne s’y réduisait pas. Comme tout centre de recherche, au-delà des programmes engagés, l’institut se devait d’assurer une veille scientifique générale, et comme Institut français de recherche a l’étranger (IFRE) de répondre à celles des interpellations extérieures – scientifiques, culturelles ou sociétales – qui pouvaient directement ou indirectement le concerner. Le projet des Chantiers de la recherche sur le Maghreb est précisément né sous le double aiguillon d’interpellations de l’environnement et de questionnements épistémiques de fond.

Chantier et défis de la recherche PRB 2008Trois séries d’éléments concoururent a la conception du projet. Deux avaient rapport à des événements sociétaux qui, chacun à sa façon, devaient « impliquer/impacter » les SHS, la troisième résultait davantage des évolutions internes du débat scientifique mais faisait également écho à des interpellations externes. L’année 2005 avait été marquée en France par une salve d’événements touchant de front ou de biais les « sociétés maghrébines » au sens large (déterritorialisées). En janvier 2005 paraissait un manifeste des Indigènes de la République. En février 2005, l’Assemblée nationale votait une loi qui non seulement mit le feu aux poudres des relations franco-algériennes mais aussi interpella, voire « interloqua » les SHS : la loi demandant notamment mémoire des « aspects positifs de la colonisation ». Entre octobre et novembre 2005, les « quartiers sensibles » s’embrasaient durablement. Un débat vif s’ensuivit aussi bien dans les medias que dans la communauté scientifique qui prit durablement deux tournures : une interrogation sur la dimension post-coloniale de la société française d’une part et d’autre part l’émergence d’un débat très clivant dans la communauté scientifique sur ce qui fut qualifié de « lois mémorielles » (Shoah, Arméniens, Esclavage, Colonisation).

Au Maghreb, 2006 allait être l’année du cinquantenaire des Indépendances du Maroc et de la Tunisie et en Algérie un mouvement persistant – ne bénéficiant pas officiellement de l’aval du pouvoir eu égard sans doute moins au fond qu’aux probables conséquences diplomatiques – s’était développé depuis plusieurs années en faveur du vote par la représentation nationale d’une loi condamnant la colonisation française comme crime contre l’humanité. Mutatis mutandis, la recherche au Maghreb vivait aussi à « l’ère du témoin » et était menacée aussi d’une soumission cognitive a la « tyrannie de la mémoire ». Si au Maroc, le pouvoir en place ne pouvait que tirer bénéfice de la commémoration de l’Indépendance, en Tunisie il en était autrement, toute commémoration de l’odyssée bourguibienne n’étant admise que dans certaines discrètes limites, afin que la valorisation de Bourguiba ne conduisit pas par comparaison a une appréhension par trop dépréciative du régime benalien. Les manifestations publiques de la recherche tunisienne commémorant l’Indépendance et ses héros risquaient fort d’être « contraintes » faute d’être autorisées à une libre controverse, à l’image cependant de ce qui avait cours sous Bourguiba, dont l’ascendant, suffisamment persuasif pour n’avoir pas – au moins aux débuts – besoin de dispositifs officiels de contrôle de la recherche – avait « spontanément » conduit des chercheurs citoyenne ment impliqués à ne pas risquer d’être les otages d’une histoire officielle et par prudence à opter en conséquence pour des périodes moins risquées, plus anciennes (ainsi par exemple, selon leur témoignage, de H. Djait et de M.H. Cherif). Dans ce contexte compliqué vis-à-vis du pouvoir et délicat vis-à-vis de la communauté scientifique nationale, comment l’IRMC, sur place et à sa place, en conservant une posture exclusivement scientifique, pouvait-il prendre sa part dans les rencontres sur le cinquantenaire de l’Indépendance de ces pays ?

Alfa hors-série 2004À propos des « lois mémorielles », l’historien de l’affaire Dreyfus V. Duclert écrivit alors que si, sur ce qui avait constitué leur objet, la France avait connu un investissement ancien et fort des SHS à la hauteur des renouvellements scientifiques que les USA avaient réalisés avec les Genocides Studies et les Colonial and Postcolonial Studies, les instances politiques ne se seraient pas emparées de ces sujets. Cette accusation de carence me parut trop injuste en particulier au regard des derniers développements de la recherche d’un côté en histoire de l’Algérie coloniale et de la Guerre d’Algérie (enfin « nommée » pour ce qu’elle fut) et de l’autre en histoire de la France dans ses dimensions « postcoloniales », qui l’une et l’autre venaient de voir surgir une nouvelle génération de chercheur(e)s novatrice et combative (dans le sillage des « aînés extrêmes », P. Vidal-Naquet et J. Marseille). Elle me renvoyait cependant sur un plan strictement scientifique vers la difficulté que, de façon persistante, avait la communauté scientifique française en particulier à « recevoir » les postcolonial studies, comme elle avait eu du mal antérieurement à recevoir la critique saidienne de l’orientalisme et plus globalement des area studies, dont il faut se souvenir que l’introducteur en France fut T. Todorov, un chercheur sans lien avec l’orientalisme mais spécialiste de littérature comme Said et les initiateurs des Postcolonial Studies. Valery Clary, une jeune historienne qui fit en 1994 un mémoire universitaire sur la ROMM (Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée) fut stupéfaite de constater l’absence dans la revue de toute discussion d’Orientalism à sa sortie (1978) et ultérieurement, ce qui, parmi d’autres raisons, devait m’amener à sa reconfiguration sous la formule de la REMMM (Revue des Mondes musulmans et de la Méditerranée). En France, en 2006 et ultérieurement le débat sur les Postcolonial Studies devait rester passionnel, voire manichéen, et à coup sûr globalement étranger au monde de l’orientalisme, du moins de l’orientalisme islamique, étant surtout le fait de spécialistes de littérature, d’historiens de la société française (métropolitaine et ultramarine), d’africanistes, d’indianistes, voire d’une politologue des relations internationales (M.-Cl. Smouts). Pour ma part, après avoir plusieurs fois tenté de lancer le débat sur les area studies dans la REMMM et lors de congrès de l’AFEMAM, j’avais enfin écrit sur Edward Said un gros article paru en 2005 (« Relire Said ? », Alfa 2004) et je devais ultérieurement contribuer à Ruptures postcoloniales (N. Bancel et al., 2010).

Lorsqu’en début 2006 je lançais l’appel à communication, je mis sur l’agenda de la rencontre librement mais de front le débat d’un côté, à travers les « lois mémorielles », sur les rapports entre Histoire et Mémoire – qui faisait rage médiatico-scientifiquement alors, mais qui, à une autre hauteur, venait d’être instruit par P. Ricœur en particulier – et d’autre part sur quelques paradigmes en question (Area Studies, Postcolonial Studies, Gender Studies, Microstoria, …). N’était-ce pas là la seule bonne façon pour ceux qui, généralement sans le lire, récus(ai)ent Said, de relever le gant de son accusation de faiblesse de l’apport des area studies à la science générale ?…

Si interpellations externes et questionnements épistémiques de fond conjugués concoururent ainsi au projet des Chantiers et firent de la rencontre qui en fut la première concrétisation un vrai colloquium et des débats qu’elle permit une saine disputatio, dans mon esprit l’effet d’amplification que devait permettre la réunion éditoriale d’un pareil échantillon de travaux et d’auteurs des deux rives de la Méditerranée avait un égal objectif, citoyen celui-ci : contribuer à éclairer l’opinion publique qui, les ignorant largement, faisait confiance aux politiciens de tout crin dans un domaine ou l’improvisation, l’incompétence, voire de bas calculs ne peuvent générer au total que désolation.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Pierre Robert BADUEL

est directeur de recherche honoraire au CNRS en sociologie politique, il a dirigé URBAMA et a été directeur de l’IRMC de 2003 à 2008.

Pour citer ce billet : Pierre Robert Baduel, « Fragment de tableau d’atmosphère de la recherche sur le Maghreb et les sociétés maghrébines en 2006 », Le Carnet de l’IRMC, 10 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/921

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une journée à l’IRMC

iismm_bras-small480
Photographie de Jean-Philippe Bras
© IISMM

Il fallait d’abord garer son véhicule à l’ombre improbable d’un araucaria, dans la rue Mohamed Ali Tahar, de ce calme quartier de Mutuelleville. À l’entrée, encadrée de deux grands palmiers, de la sobre villa blanche ou se tient l’IRMC, on était accueilli par Salem Yacoubi ou Salem Yacoubi qui, faute de garder les buts du Club Africain ou de l’Espérance de Tunis, veillaient sur les locaux de l’Institut. Car le football était la première affaire du jour, et une affaire sérieuse, substitut a un champ politique déserté, ou Sahéliens, Sfaxiens, Tunisois réglaient leurs comptes entre eux, et bien sûr tous ensemble avec l’Espérance de Tunis, club du peuple et du pouvoir, présidé par le gendre du Président.

La chronique du championnat faite, on descendait par une marche abrupte dans un jardin bas et fort inondable, ce qui rendait le fonds documentaire sujet aux intempéries, au grand désespoir des bibliothécaires. Mais ce jardin, avec ses bancs de pierre, ses arbustes et ses herbes un peu folles, était propice aux conversations et aux déambulations, sorte d’extension pour le travail académique de locaux toujours trop exigus ; lieu de pause aussi, ou se grillaient les cigarettes, Latifa Bessoudi son cendrier à la main ; aire des festivités enfin, à l’occasion des séminaires et des journées d’études, mais aussi des départs célébrés par le fumet du méchoui et scandés par les stridents youyous des femmes.

Au fond du jardin était sis le « studio », où se tenaient tant bien que mal les chercheurs. Ce lieu mal commode et un peu sombre pouvait s’emplir d’animation, notamment a l’occasion des réunions du comité de rédaction du bulletin d’informations scientifiques Correspondances qui, avec les séminaires de recherche, conférait une corporalité à l’équipe de recherche, qui n’était pas acquise au départ, les chercheurs étant recrutés sur projets et pour des durées limitées. Ces moments communs étaient donc précieux, fortifiant les liens entre chercheurs français et tunisiens, associant pleinement les doctorants, moins solennels que la réunion annuelle du laboratoire. Le bulletin était aussi un instrument de veille sur la production scientifique maghrébine, et de collaborations scientifiques élargies. Kmar Bendana a beaucoup contribue au souffle du bulletin – nous étions dans l’histoire culturelle in vivo – comme elle l’a fait pour IBLA, la revue de l’Institut des Belles Lettres Arabes, avec lequel l’IRMC a toujours entretenu une forme de correspondance implicite, dans une position commune d’intermédiation. Après un maquettage précis par Besma Ouraied, et la contribution des volontaires du service national qui apportaient un surcroit de jeunesse a l’Institut, le bulletin était envoyé à l’imprimeur puis faisait l’objet d’une distribution certes couteuse et parfois malaisée dans les incertitudes des acheminements postaux, – mais nous n’étions qu’aux balbutiements de l’Internet.

Puis, il fallait entrer dans le vestibule de l’Institut dans une quiétude obligée par la proximité immédiate d’une bibliothèque, a la fréquentation toujours réconfortante, ou le chuchotement était de règle, sous la vigilance de Catherine Cassan-Touil et de son équipe. Mais tout changeait les jours de séminaires ou de conférences, dans le fracas des tables et des chaises que l’on déplace, puis des débats souvent vigoureux qui s’y tiennent. La partie gauche du vestibule était le domaine de Jellal Derouiche, passeur a la civilité souriante, passeur des livres entre le magasin (à sa gauche) et la bibliothèque, des livres aux photocopies (à sa droite), des visiteurs vers les bureaux auxquels on accédait en gravissant un escalier. En vis-à-vis immédiat du haut de l’escalier, se trouvait le secrétariat de la Direction. La porte a peine ouverte, Christiane Saddem et Hayet Naccache lançaient immanquablement à la cantonade et à l’unisson un vigoureux « bonjour, Monsieur le directeur ! » qui n’était pas dénué d’une forme d’ironie bienveillante, marque d’une confiance réciproque. Tous ces rituels de passage étaient bien réconfortants au moment où il fallait s’asseoir a la table de travail ou s’entassaient dossiers et parapheurs.

Bras 2000
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français, 1999. De gauche à droite : Abdelmajid Charfi, Jean-Philppe Bras et Amar Mahjoubi.

Un des moments de la fin de la matinée était consacré à faire le point avec Anne-Marie Planel, directrice adjointe de l’IRMC, sur les questions stimulantes, autour des programmes de recherche, du calendrier scientifique, et des partenariats avec les chercheurs tunisiens (sa fine connaissance du monde universitaire tunisien, acquise de longue date, notamment dans le cadre du Centre de Documentation Tunisie Maghreb (CDTM) qu’elle dirigea et qui préfigurait le futur IRMC, fut bien précieuse pour les directeurs successifs de l’Institut) et les questions nécessaires, budgétaires ou du rythme des publications et de la préparation des rapports d’activité.

Mais il fallait aussi sortir du bureau, pour se rendre aux rendez-vous et aux réunions au service culturel et a l’ambassade, où l’on pouvait s’assurer de la cohérence des dispositifs de coopération, et susciter des complémentarités (les enquêtes conduites par Éric Gobe et Vincent Geisser avec un financement du service culturel, les relations établies avec l’AFD dans le cadre du programme conduit par Mihoub Mezouaghi). Il s’agissait aussi d’aller à la rencontre des partenaires tunisiens, pour établir des entreprises communes, ainsi des réunions préparatoires en vue des rencontres annuelles de jeunes chercheurs avec l’Université de Tunis, dirigée par le recteur Mahbouli, qui ont constitué un point fort de cette coopération. Mais, pour atteindre nos interlocuteurs, encore fallait-il déjouer les embarras de la circulation dans Tunis, ce que s’employait à faire avec talent, mais pas toujours avec succès – à l’impossible, nul n’est tenu –, Fathi Aouadi.

Les discussions avec les chercheurs et les doctorants en poste a l’IRMC étaient toujours passionnantes, en raison notamment des spécificités de l’Institut, qui en faisaient un lieu de recherche à la fois très libre et très contraint. Il était très libre sur le plan académique, et la transgression des frontières disciplinaires y était à la fois nécessaire, tant l’équipe avait une composition pluridisciplinaire (historiens, géographes, sociologues, anthropologues, linguistes, politologues, économistes… et un peu juristes) et souvent réjouissante par les nouveaux angles de vue sur les programmes qu’elle suscitait. Cette liberté disciplinaire se manifestait encore par l’investissement de disciplines qui n’avaient guère leur place dans le champ académique tunisien, comme l’anthropologie, fille marquée d’une ethnologie coloniale, à travers le programme conduit par Mohamed Kerrou, et la participation de l’IRMC à la création de l’Association des anthropologues de la Méditerranée (ADAM). D’autres initiatives ont pu être conduites dans le cadre de l’Institut, qui correspondaient bien à des besoins exprimés par des acteurs de la communauté scientifique tunisienne, par exemple sur le croisement entre droit et histoire, ce qui permit de mettre en place un groupe de travail entre juristes et historiens, où s’impliquèrent particulièrement Sami Bergaoui, Abdelhamid Henia, Sana Ben Achour, puis Nada Auzary-Schmaltz.

Mais l’IRMC était aussi un lieu de recherche très contraint sur le plan politique, confronté a la problématique de la mise en œuvre de la recherche en sciences humaines et sociales sous un régime autoritaire, que connaissaient également d’autres instituts équivalents dans le monde arabe. La difficulté était de taille. Était-il possible de tenir les standards de recherche avec ce qu’ils supposent d’autonomie du chercheur, et de conduire des travaux et de produire des résultats de la recherche qui ne mènent pas à la fermeture de l’Institut ? Dans ses nuits agitées, le directeur pouvait se représenter l’Institut comme sur le faite d’un toit, dont l’un des versants précipitait vers la complaisance et l’autre vers la perte. Si l’édifice a tenu, avec ses délicats équilibres, c’est qu’il a été bien conçu dans sa phase initiale, ce dont il est largement redevable à Michel Camau, son premier directeur.

Numériser0011
Séminaire à l’IRMC avec des chercheurs tunisiens et français 1999.

Pleinement intégré dans le dispositif de la coopération scientifique et culturelle bilatérale, l’Institut a été doté d’un comité de suivi franco-tunisien qui se réunissait chaque année, et dont les membres tunisiens étaient nommés par le ministre de l’Enseignement supérieur. Les relations de confiance qui ont pu être nouées avec ceux-ci, Moncef El Gaied, le directeur de la recherche scientifique au ministère, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi, les réunions annuelles où la partie tunisienne pouvait exprimer ses souhaits sur le renforcement des partenariats, ont contribué à éviter les chausse-trappes, à faciliter la délivrance des autorisations de recherche, à obtenir le détachement d’enseignants-chercheurs de l’université tunisienne à l’IRMC, où ils conduisaient des programmes pluriannuels. Parallèlement, un travail de mise en forme des termes des programmes de recherche, des demandes d’autorisation de recherche par les jeunes chercheurs permettaient d’éviter des difficultés prévisibles, pour des travaux ultérieurement publiés dans le cadre de l’Institut ou d’autres instances scientifiques. Ce travail était d’autant plus indispensable quand les chercheurs relevaient des disciplines des sciences politiques, comme ce fut le cas pour Vincent Geisser et Eric Gobe.

Ces traits marquaient une vraie spécificité de l’IRMC par rapport au réseau des instituts français de recherche à l’étranger, qu’il fallut parfois défendre, notamment quand le ministère des Affaires étrangères étendit le dispositif des comités du suivi à d’autres instituts, sur le modèle de l’IRMC donc, mais envisagea en retour d’étendre à l’IRMC le principe de nomination par l’ambassadeur des membres représentant les institutions scientifiques du pays d’accueil. Ce dispositif a également permis une pleine appropriation de l’outil de coopération qu’est l’IRMC par les enseignants-chercheurs tunisiens en poste à l’Institut. Au terme de leur détachement, ceux-ci ont continué de s’impliquer fortement dans les activités de l’Institut. Ce fut notamment le cas d’Abdelhamid Henia qui a créé et dirigé un gros laboratoire d’historiens (DIRASSET), dont les partenariats internationaux sont nombreux, avec des laboratoires français, européens et maghrébins, mais aussi avec l’IRMC, par l’organisation conjointe de rencontres jeunes chercheurs. Mais l’observation vaut également pour Mohamed Kerrou pour l’anthropologie, Hassan Boubakri pour les coopérations avec la Libye, ou Mohamed Elloumi pour l’économie du secteur agricole. Une limite à une pleine implication de la communauté scientifique tunisienne à l’Institut a cependant subsisté : celle de la langue de travail, qui était exclusivement le français, ce qui avait l’inconvénient d’épouser des clivages implicites à cette communauté scientifique.

Un autre atout de l’Institut aux yeux des autorités tunisiennes était naturellement sa dimension maghrébine. Dans un contexte de fermeture des frontières où les institutions scientifiques régionales avaient été mises en sommeil, l’IRMC était l’un des rares lieux où chercheurs marocains et algériens pouvaient se réunir et conduire des projets communs. Cette dimension maghrébine faisait partie des pré-requis des programmes de recherche de l’Institut. On se souvient des chercheurs algériens arrivant par la route dans les années noires, visiblement soulagés d’avoir échappé a l’improbable destinée promise par les barrages routiers, et des partenariats établis à cette époque avec le CREAD de Yacine Ferfera, le CRASC d’Oran dirige par Mme Remaoun, ou avec la revue Naqd de Daho Djerbal, qui tenaient le cap dans la tempête. Ce fut aussi le temps de la création du Centre Jacques Berque à Rabat, issu d’une antenne délocalisée de l’IRMC, ce qui ne signifiait nullement l’interruption des relations avec les institutions marocaines, mais une concertation attentive entre les deux instituts.

Dans cette pile de dossiers qui s’accumulait sur le bureau du directeur, il y avait toujours en bonne place la préparation du rapport annuel au conseil scientifique qui était la grande affaire de l’Institut, et mobilisait les énergies sur le trimestre du printemps. Le rapport était examiné avec soin par les figures tutélaires du conseil scientifique, qui représentaient les institutions de recherche françaises sur l’aire géographique du monde arabe et musulman, et veillaient aux équilibres des partenariats. L’IREMAM, bien sur, URBAMA ou Pierre Signoles et Pierre Robert Baduel se sont dépensés sans compter dans les relations avec l’IRMC, l’Institut Maghreb-Europe avec René Gallissot, Henri Regnault pour l’économie paloise et mondialisée, et plus tard l’EHESS avec Jocelyne Dakhlia. L’air s’emplissant des senteurs du soir montant du jardin, et des appels a la prière des muezzins par haut-parleur, il était temps de refermer les dossiers et de regagner ses pénates.

PS : Le mode du passé, qui est mien, c’est encore largement le présent de l’Institut, ce qui est signe de la permanence de l’institution, signe réconfortant pour le juriste et l’ancien directeur. Mais ce passé est tout aussi révolu. Depuis, bien d’autres ont apporté leurs pierres à l’édifice, et le Maghreb contemporain connaît des bouleversements dont l’IRMC ne reste bien sûr pas à l’écart.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Jean-Philippe BRAS

est professeur de droit public à l’Université de Rouen, Président du Conseil scientifique du Pôle Maghreb. Il a été directeur de l’IRMC de 1997 à 2003.

Pour citer ce billet : Jean-Philippe Bras, « Une journée à l’IRMC », Le Carnet de l’IRMC, 6 juin 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/913

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’IRMC a vingt ans 1992-2012

mounira-chapoutopt-remadi
Photographie de Mounira Chapoutot-Remadi, D.R.

L’IRMC a vingt ans « que le temps passe vite ! » dirait la chanson, et l’important c’est qu’en cet espace de temps, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain est devenu un lieu dans lequel les chercheurs en sciences sociales, quelles que soient leurs spécialités, se rencontrent et débattent volontiers. C’est parce qu’il a su s’affirmer comme un lieu de réflexion pour l’ensemble du Maghreb, un lieu ou le Maghreb des intellectuels s’est fait au fil des rencontres et des séminaires et continuera a se faire bien avant le Maghreb des politiques.

Cet Institut a une histoire. Au commencement étaient trois collègues qui ont eu une longue histoire avec la Tunisie. Anne-Marie Planel, historienne dynamique, entreprenante et passionnée, arrivée en Tunisie en 1977 ne savait pas alors qu’elle entamait une belle carrière dans ce pays. Elle a été chargée tout d’abord par la Direction des archives du ministère des Affaires étrangères, de faire l’inventaire du fonds de la Résidence générale de l’Ambassade de France a Tunis, fonds constitue principalement de livres et de revues. Deux ans plus tard naissait le CDTM, Centre de documentation Tunisie-Maghreb.

Son but était de maintenir un patrimoine intellectuel et historique et de le mettre à la disposition des chercheurs tunisiens et étrangers. Il faut rappeler à ce sujet le rôle déterminant du regretté Paul Bedarida et ensuite de Denis Louche, successivement conseillers culturels adjoints a l’Institut Français de Coopération qui ont épaulé Anne-Marie Planel et l’ont soutenue constamment dans la mise en place et le rayonnement de ce centre. Cet institut qui constitue l’embryon de ce que sera l’IRMC, situe au 1er étage de la bibliothèque Charles De Gaulle est devenu très vite un rendez-vous très prisé. On y trouvait en plus du fonds ancien, les livres récents. Le but étant d’aider tout ce qui concernait la recherche en sciences sociales. URBAMA a tout de suite contribue avec le don de ses publications grâce à Pierre Signales, ancien enseignant de géographie a la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis.

À coté de l’acquisition d’une documentation de plus en plus riche, le CDTM a organisé des conférences et des débats et les premières thèses de l’époque y ont été présentées comme celle de Jellal Abdelkefi sur la Médina de Tunis et d’autres. De jeunes chercheurs ont bénéficié de bourses de stage comme Khadija Mohsen-Finan, Frédéric Lagrange, Patrice Coussonet, Luc Barbulesco, Nadia Khouri-Dagher, Pierre-Noël Denieuil… Le PNR, programme National de Recherche créé a partir du rapatriement des archives françaises sur la Tunisie, travaillera également avec le CDTM.

Logo CDTMC’est l’embryon de ce qui deviendra l’Institut Supérieur d’Histoire du Mouvement National, ISHMN. Les qualités et le sérieux d’Anne-Marie Planel, de même que les relations qu’elle a su nouer avec l’ensemble des chercheurs et des enseignants tunisiens ont largement contribué au succès du CDTM. Anne-Marie connaissait tout le monde et bénéficiait d’un capital de sympathie qui a rejailli sur le CDTM.

Au commencement de l’IRMC était aussi Michel Camau, revenu en Tunisie après y avoir accompli son service miliaire, à peu près a la même époque qu’Anne-Marie. Michel, chercheur au CRESM d’Aix-en-Provence était alors invité par le CERP, centre de recherche de la Faculté de droit et sciences économiques. Malgré le cloisonnement des facultés existantes, Michel Camau a très vite tissé des liens avec l’ensemble des chercheurs du CERES comme des historiens de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, dans lesquelles, la Société tunisienne des historiens universitaires (STHU) organisait des rendez-vous hebdomadaires de débats et périodiquement de séminaires, des colloques et surtout des congrès d’histoire et de civilisation du Maghreb.

Michel Camau avait déjà publie sur la Tunisie et sur le Maghreb [1]. Il était connu par ses livres et il s’est fait connaître par ses activités a Tunis et par les travaux collectifs qu’il a aussitôt engagés. Il sera amené a faire des séjours plus ou moins longs a Tunis en alternance avec le CRESM [2], devenu plus tard l’IREMAM [3].

En 1992 quand il a été rappelé pour la troisième fois en Tunisie, Michel Camau était tout désigne pour devenir le premier directeur de l’IRMC. Le Centre de documentation Tunisie-Maghreb était ainsi devenu un institut a part entière et a vocation maghrébine. Dès lors, Anne-Marie-Planel et Michel Camau ont travaillé à l’épanouissement de ce centre résolument maghrébin.

Dès le départ, il a affirmé sa vocation maghrébine et il a pris en charge la recherche sur l’ensemble des pays de l’UMA. Pendant un certain temps, eu égard a la grave crise algérienne des années 1990, l’IRMC a installé une antenne a Rabat, mais très vite, nos amis et collègues marocains ont voulu avoir leur propre institut et c’est comme cela qu’est né le Centre Jacques Berque. Cet Institut a bénéficié de l’aide active et efficace du regrette Mohamed Charfi, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, qui a beaucoup aidé a sa mise en place et qui a désigné comme membres du comite de suivi deux grands chercheurs tunisiens, Yadh Ben Achour et Abdelmajid Charfi ainsi que les directeurs successifs de la direction générale de la Recherche scientifique, Brahim Baccari, Moncef El Gaied et Mohamed Nejib Lazhari.

L’IRMC a tout de suite organisé la recherche avec des chercheurs français, allocataires de recherches, des chercheurs associés tunisiens et des doctorants. Très vite, il a su élargir sa vocation en organisant non seulement des séminaires, des débats, des programmes de recherches mais il s’est intéressé également aux jeunes chercheurs en organisant des écoles doctorales associant des doctorants tunisiens et des doctorants venant des universités françaises, écoles animées par des enseignants tunisiens et français.

Au commencement enfin, un grand historien, le regrette André Raymond [4] a joué un rôle décisif dans la création de l’IRMC. Bien qu’ayant vécu longtemps en Égypte et en Syrie, il était resté un Tunisien de cœur. André Raymond a entamé sa carrière d’enseignant agrégé d’histoire en Tunisie de 1947 a 1951 au collège Sadiki. Il est parti ensuite a Oxford ou il a soutenu un PhD sur la Tunisie, British Policy toward Tunis (1830-1881) en 1953. Apres une longue carrière au Moyen Orient a l’IFEAD et a l’IFAO, André Raymond qui est notamment connu par sa grande thèse réalisée a partir des registres de la Mahkama du Caire, est rentré en France et à Aix-en-Provence en 1975.

jpg_Raymond-iden-web
Photographie d’André Raymond, D.R.

Ce que nous devons retenir d’une carrière riche et qui a donné a André Raymond une stature internationale, c’est qu’il a été un rassembleur de la recherche scientifique. Il a fondé l’IREMAM en 1986, rassemblant ainsi les laboratoires du CNRS. Il a fondé en 1987, l’AFEMAM[5] et il a activement œuvré pour la fondation de l’IRMC. Je voudrais rappeler à cet égard dans son œuvre prolifique deux publications sur la Tunisie, l’édition d’un extrait d’une grande chronique tunisienne, Ibn Abi Dhiaf, Présent aux hommes de notre temps. Chronique des rois de Tunis (Chap. IV et V), Edition critique, traduction et annotation, 2 vol. Tunis, et une belle étude sur Tunis sous les Mouradites : la ville et ses habitants au XVIIe  siècle, Tunis, IRMC-Cérès éd., 2006. Il avait demande à Karim Ben Smaïl de rencontrer a l’occasion de la parution de cet ouvrage, les membres de l’Association des anciens élèves du Collège Sadiki. Ce fut émouvant.

Anne-Marie Planel, Michel Camau et André Raymond ont été les trois fondateurs de l’IRMC auxquels, personnellement je rends un hommage amical pour l’œuvre et l’action accomplies. Par leur connaissance étendue et renouvelée de l’intelligentsia tunisienne, par leurs travaux personnels et par leur engagement, ils ont contribué non seulement à établir un pont entre recherche tunisienne et recherche maghrébine et internationale, à enrichir la réflexion et le débat sur les grandes questions en sciences sociales et à créer un lieu de rencontres de haut niveau.

Les successeurs de Michel Camau a la tête de l’IRMC ont continué cette orientation et su maintenir les liens qui avaient été tissés. Jean-Philippe Bras, Pierre Robert Baduel et Pierre-Noël Denieuil ont tous œuvré pour un Maghreb de la recherche et leur aide, leur participation a sa dynamisation n’ont jamais faibli ; l’harmonie n’a pas été rompue bien au contraire, tous ont donne le meilleur d’eux-mêmes pour la promotion continue d’une recherche importante. D’ailleurs la chance de l’IRMC c’est d’avoir eu tout le temps a sa tête des personnes qui connaissent bien le pays pour lui avoir consacré l’essentiel de leurs recherches et cette continuité est aussi un des principaux facteurs de succès de l’Institut. Grâce a leur engagement, la libre circulation des idées, la mobilité des chercheurs, les publications, la mise en réseau de l’ensemble de la réflexion en sciences sociales a incontestablement désenclavé la recherche et évité tout risque d’exotisme. Grâce a eux, plusieurs instituts ont travaillé ensemble, aussi bien ceux des grands centres universitaires français que ceux qui sont basés a l’étranger et dans l’ensemble des pays méditerranéens.

La moisson au bout de ces vingt ans est belle. Une bibliothèque riche de près de 30 000 ouvrages et 2 300 titres de revues. Un personnel tout aussi engagé avec Christiane Saddem, présente auprès d’Anne-Marie depuis la création du CDTM et Hayet Naccache. Plusieurs chercheurs tunisiens et français ont contribué au rayonnement de l’Institut comme Abdelhamid Henia, Mohamed Elloumi, Mohamed Kerrou, Hassen Boubakri, Dorra Mahfoudh, Sihem Najar, Kmar Bendana et bien d’autres encore ainsi que des chercheurs français comme François Siino, Eric Gobe, Vincent Geisser, Nicolas Puig, Katia Boissevain, Stéphanie Pouessel… La liste et longue et les publications sont la pour témoigner du chemin parcouru.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Mounira CHAPOUTOT-REMADI

est professeure émérite d’histoire du Moyen âge du monde arabe et musulman, Université de Tunis.

 

Pour citer ce billet : Mounira Chapoutot-Remadi, « L’IRMC a vingt ans 1992-2012 », Le Carnet de l’IRMC, 31 mai 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/887

 


[1] La Tunisie avec Charles Debbash, 1973 et La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins, (préface de Ch. Debbasch), Paris, CNRS, 1971.

[2] Centre de Recherches et d’Études sur les Sociétés Méditerranéennes.

[3] L’Institut de Recherche sur le Monde Arabe et Musulman.

[4] André Raymond est mort le 6 février 2011, au tout début de la révolution tunisienne qu’il a accueillie avec bonheur.

[5] L’Association Française des Études sur le Monde Arabe et Musulman

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’histoire orale des Instituts Pasteur

Portrait de Louis Pasteur
© Albert Edelfelt

Un séminaire s’est tenu à Tunis les 1er et 2 juin 2012 sur l’Histoire orale des Instituts Pasteur, organisé en partenariat entre l’Institut Pasteur de Tunis, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain et l’Institut Français de Tunis, avec le soutien de l’IRD, de l’association tunisienne pour le droit de la santé (ATDS) et de l’Université virtuelle de Tunis (UVT).

Le projet du séminaire remonte à l’automne 2010 où l’IRMC et l’Institut Pasteur avaient organisé une série de conférences sur l’histoire de la médecine, des grandes maladies (Typhus, Poliomyélite), et de l’Institut pasteur, en Tunisie. Les protagonistes ont alors souhaité questionner les sciences biologiques et médicales au prisme des sciences sociales et engager une réflexion sur les enjeux sociaux et institutionnels qui ont marqué l’histoire des Instituts Pasteur du Maghreb. Des archives existent concernant la période coloniale et du Protectorat, mais une histoire orale, du temps présent restait à faire.

À ce titre ont pu être réunies 40 personnes, entre praticiens et chercheurs, dont : trois directeurs de l’IP de Tunis depuis l’indépendance (Amor Chadli, ancien médecin de Bourguiba et directeur durant plus de 25 ans ; Koussay Dellagi, directeur durant 17 ans ; Hechmi Louzir, actuel directeur, en poste depuis 7 ans), ainsi que Mohamed Hassar (ancien directeur de l’IP du Maroc), Mohamed Tazi (directeur de l’IP d’Alger), d’illustres membres des Instituts (dont Alexis Cumbaras, Fadhila Boulahbal, Maurice Huet, Marie-Française Kennou) et des chercheurs spécialisés (Jean-Pierre Dedet, Claire Fredj, Benoit Gaumer, Anne-Marie Moulin). Trois ateliers thématiques ont interrogé tour à tour l’identité pasteurienne, la transmission et la mémoire, les perspectives des IP du Maghreb entre recherche scientifique et santé publique.

On a vu tout d’abord que l’identité pasteurienne se construit en référence à des hommes illustres qui ont construit des éléments d’histoire (Charles Nicolle à Tunis, Georges Blanc au Maroc, les frères Sergent en Algérie, Émile Roux…) ; à des réseaux constitués de ressources humaines et de structures disséminés de par le monde et contribuant à une forte mondialisation du savoir ; à des valeurs et croyances humanistes (la recherche du savoir liée à celle de son application, la curiosité et le « dévouement » des pasteuriens).

Chercheure à l’Institut Pasteur de Tunis
© Hicham Ben Hassine

Par delà ces constats, les débats ont soulevé d’importantes questions qui jalonnent l’histoire des Instituts :

– La logique de la production pharmaceutique pas toujours compatible face à la vie de laboratoire et à l’expérimentation pratico scientifique, le rôle à jouer de l’État face à la distribution des produits ;

– le rapport des Instituts Pasteur souvent difficile avec les facultés de médecine et l’enseignement, variable selon les spécificités des instituts : très cloisonnés au Maroc ; facilités en Algérie par la présence ancienne des institutions universitaires, ou des coopérants, mais soumis à une histoire chaotique depuis l’indépendance ; riches en techniciens et politiquement institués en Tunisie par la présence d’un directeur « relais » entre elles et ayant institué le statut de chercheur biologiste.

– La transmission écrite des connaissances, matérialisée par la revue des archives de l’Institut Pasteur, créée pour rassembler les savoirs, guidée par les normes académiques universitaires ou les impératifs de langue avec suprématie du français puis de l’anglais ; les cours, en matière de transmission orale, rassemblés, notamment à Tunis, sous forme de « management social du savoir », contribuant à créer un esprit de corps et une coopération entre disciplines.

Les débats ont contribué à réfléchir sur la distinction fondamentale à établir entre la veille sanitaire et la veille scientifique. La veille sanitaire est l’état des lieux permanent qui doit aboutir à un diagnostic clinique dans une situation donnée. La veille scientifique se situe en amont de la veille sanitaire et consiste en la recherche de paramètres qui constitueront des indicateurs de la veille sanitaire. Elle s’appuie par exemple sur le saut d’espèce vers la vie animale.

Institut Pasteur de Tunis vers 1900
© D.R.

Il a été conclu combien le passé sert à regarder l’avenir. On est parti du constat d’Instituts Pasteur uniques en leur genre et qui ont permis depuis la vaccination, à la science moderne de faire irruption dans les sociétés du Maghreb. Ils doivent désormais s’adapter et « anticiper » leur avenir auprès de l’autorité publique. En matière de statuts (EPST, EPIC, autres…) tout d’abord. Puis selon ce qui a été défini comme leur triple mission : renforcer la recherche et la formation sur les agents infectieux en lien avec les technologies d’avenir ; réaffirmer leur rôle de laboratoire de santé publique en collaboration avec les institutions environnantes ; et aussi, le plus problématique, questionner une fonction de production qu’il conviendrait peut-être de quitter, où les normes deviennent plus dangereuses et plus difficiles à assumer.

Enfin, il est ressorti de ces échanges une nécessité accrue par delà les spécificités nationales, d’une mutualisation internationale de moyens et de savoirs par l’accès à la construction d’une plateforme technologiques des Instituts Pasteur. Ces deux journées ont contribué à la préparation des commémorations du 120ème anniversaire de la création de l’IP de Tunis, qui se tiendront en 2013 et auxquels participeront l’IFT et l’IRMC. À cet effet a été prévue la publication des actes des rencontres sous forme d’articles, de témoignages et d’encadrés mémoriels, dans la revue de l’Institut Pasteur. Cette publication sera distribuée lors des manifestations de 2013. De plus, la couverture vidéo des interventions et des témoignages, doit déboucher pour 2013 sur un montage visuel et sonore de la mémoire exposée et transmise par les « grands témoins » invités, ainsi que par les chercheurs qui en analyseront les thématiques et les modes de transmission.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

 

Pierre-Noël Denieuil

est sociologue et directeur de l’IRMC

 

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « L’histoire orale des Instituts Pasteur », Le Carnet de l’IRMC, 21 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/787

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La démocratie tunisienne comme histoire « toujours inachevée »

Pierre Rosanvallon dans son bureau du Collège de France, juin 2012.

Pierre Rosanvallon évoque la démocratie à la fois comme régime politique et comme forme de société et mode de lien social. Tel semble être le cas de la Tunisie qui, tout en construisant le principe majoritaire de la démocratie politique (les élections, la pluralité) essaie aussi de se construire un intérêt général et un lien social. Les formes en sont multiples et on a vu en 2011 la multiplication des instances et institutions de régulation dont entre autres, la Haute instance puis l’ISIE. Il s’agit bien là de ce que Pierre Rosanvallon nomme des « institutions d’impartialité ». On doit y voir un premier attachement de la Tunisie à construire une « démocratie comme qualité », et pas seulement comme mesure de distribution des richesses.

Un second indice réside dans l’expression des trois principes de l’égalité comme qualité démocratique, définis par Pierre Rosanvallon et appliqués à la situation tunisienne. Le premier est celui de « similarité ». Être semblable, c’est participer chacun d’une même humanité. On pense ici au droit à la dignité comme slogan premier de la Révolution tunisienne. Le second est celui de l’indépendance. L’égalité se construit dans une réflexivité de soi à soi, c’est-à-dire dans l’autonomie et l’absence de subordination de l’individu et dans la relation d’échange qui fonde celle de réciprocité. Lors des élections tunisiennes, chaque votant comptait pour sa propre voix et en était fier. Le troisième vise la citoyenneté. Elle a pu s’exprimer dans les réunions politiques ou les meetings. C’est la communauté d’appartenance et d’activité civique, manifeste dans les relations de solidarité entre individus ou quartiers, qui ont structuré cette révolution. Et ces trois principes rassemblés, c’est bien une volonté de « refaire société ».

La troisième positivité de cette révolution, bien qu’exposée à tous moments à des risques de clôture, est, depuis un an, sa dynamique de fabrication et d’invention permanente et, selon la formule de Pierre Rosanvallon, « toujours inachevée ». À ce titre Rosanvallon dit bien que faire l’histoire de la démocratie, c’est faire l’histoire de la construction d’une société « où s’enchevêtrent l’histoire d’un désenchantement et l’histoire d’une indétermination ». Penser la démocratie au présent, c’est reprendre le fil permanent de cette double histoire en train de se faire. Rosanvallon dit que la démocratie « n’a » pas une histoire, mais plutôt qu’elle « est » une histoire. Henry Laurens nous avait dit que les faits « ont » une histoire. Pierre Rosanvallon nous dit désormais qu’ils « sont » une histoire. Tel est le cas de la Tunisie dont la révolution n’est pas un fait accompli mais plutôt un processus en cours.

Hier les instances contribuaient à réguler les gouvernements provisoires et la préparation des élections. Aujourd’hui et demain devront être débattus les axes de la future constitution au fil d’une part des alliances et des désalliances politiques, et d’autre part des expressions à inventer par la société civile avec ceux qui souhaitent construire une société des égaux basée sur la similarité, l’autonomie, la citoyenneté. Fidèle à la tradition d’une histoire qui ne s’arrête pas, la Tunisie doit demeurer un laboratoire de construction du temps présent.

Publié en janvier 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°8

 

Pierre-Noël DENIEUIL

Sociologue, Directeur de l’IRMC

 

crédit photographique : © Audrey Cerdan – Rue89

Pour citer ce billet : Pierre-Noël Denieuil, « La démocratie tunisienne comme histoire “toujours inachevée” », Le Carnet de l’IRMC, 5 juillet 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/472

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook