Archives par mot-clé : géographie

Compte-rendu : LA GESTION DE CRISE DANS LES MÉTROPOLES : ENJEUX POLITIQUES ET SCIENTIFIQUES

Manon Rousselle est chargée de veille, de projets scientifiques et de valorisation de la recherche à l'IRMC depuis janvier 2019.

Le 26 avril s’est tenue à l’IRMC la conférence d’Alexis Sierra, en partenariat avec l’Institut de recherche sur le développement (IRD), sur la gestion de crise et son projet de recherche en Tunisie, notamment à Tunis. Ayant travaillé de nombreuses années en Amérique du Sud, son objectif est de comprendre le terrain tunisien pour mieux le comparer au système latino-américain ou, plus exactement, confronter le contexte latino-américain à celui du Grand Tunis.

Les travaux d’Alexis Sierra portent sur la gestion des risques et des crises. Pour cela, il est nécessaire de bien définir le concept de « risque » par rapport à celui de « crise ». Pour le chercheur, le risque n’est pas un aléa, c’est une réalité abstraite, en attente de la catastrophe, tandis que la crise est le moment de rupture. En Tunisie, c’est la loi de 1991 qui fait référence en matière de gestion de risques. Elle parle de calamité, fléau, danger, sinistre, menace ou aléa. La question qu’il pose est la suivante : sur quels savoirs territorialiser une réalité abstraite qui correspond à une potentialité ?

Dans un premier temps, il explique que plus l’enjeu a de la valeur, plus le risque est élevé. Or les grandes villes, en général, et les métropoles, en particulier, concentrent les enjeux. En Tunisie, le Grand Tunis est un espace à risques. La notion d’espace à risques englobe une réalité abstraite (possibilité), les enjeux (personnes, biens, etc.), l’espace naturel du phénomène et les espaces de vulnérabilité. Les espaces d’aléas, quant à eux, sont des espaces où les enjeux ne sont pas aussi importants que les espaces à risques. Le Sebkhet Sejoumi en Tunisie est sujet à un « risque d’inondation », mais il n’y a que quelques constructions et peu d’habitants donc il n’est pour le moment qu’un espace d’aléas. Cependant, un plan de développement urbain y est envisagé, le faisant alors évoluer vers un espace à risques.

Il s’interroge également sur la liste des espaces à risques établie par le gouvernement tunisien et sur les critères de sélection qui ont prévalu. Selon son analyse, ces lieux sont des espaces trop ambivalents. Les espaces à risques sont des espaces potentiellement sinistrés en lien avec les dynamiques urbaines. Il prend l’exemple du quartier des Berges du Lac 1 ou du Kram en périphérie de Tunis. Les constructions ont été faites sur une ancienne zone marécageuse. Les intérêts multiples et le développement urbain croissant renforcent les conséquences en cas de sinistre. L’espace à risques se définit aussi par les pratiques citadines. Prenons, par exemple, le cas de l’avenue Habib Bourguiba. Drainant énormément de population chaque jour, elle représente un espace à risques en cas notamment d’attaque terroriste ou de tout autre événement dramatique.

Alexis Sierra fait un parallèle avec la métropole de Quito, capitale de l’Equateur, où, selon ses travaux, l’urbanisation a engendré le risque. Depuis le XVIe siècle, l’on tente de lutter contre les coulées de boue via le drainage des courants d’eau et la construction de remblais. Or, les coulées de boue ont persisté mais cela n’est devenu un véritable risque que lorsque la presse a commencé à en parler. Il y a ici une logique historique du développement urbain qui doit être prise en compte. À la fin des années 1990, un plan d’aménagement est établi contre l’eau, mais il s’agit ici de coulées boueuses, c’est donc un échec. Plus encore, les problèmes viennent de l’importance des enjeux stratégiques. Compte-tenu du coût exorbitant de ces aménagements, on privilégiera un versant par rapport aux autres, en fonction du niveau de risques qu’il représente. Cela se fait donc en fonction de la politique de gestion du risque et du développement de la ville. Pour Quito, le levier aujourd’hui est la décentralisation. Il y a création de commissariats en charge de la surveillance des sites « à risques » pour certains versants et non pour d’autres, afin de limiter, voire arrêter, la croissance urbaine sur ces versants sujets aux coulées de boue. La logique est historique, ancienne.

Dans le passage de la gestion du risque à la gestion de crise, il y a la notion d’urgence. Il faut circonscrire l’événement. C’est une épreuve pour la société urbaine qui met en jeu ses pouvoirs. Il s’agit d’établir un système d’information géographique pour la gestion de crises dans le but de localiser à la fois les besoins et les ressources de gestion de crises. On s’aperçoit alors que l’espace lui-même devient une ressource. Alexis Sierra explique cela dans l’Atlas problématique d’une métropole vulnérable[1].

Enfin, le chercheur met en place la simulation de crises comme une mise à l’épreuve des acteurs urbains. Il fait ainsi une cartographie de la simulation qui permet de mettre en lumière les espaces problématiques. Il estime que si, au Pérou, on part des municipalités pour aller vers le national, en Tunisie, à l’inverse, la centralisation du sujet par le ministère de l’Intérieur est très importante. Pourtant, les municipalités se voient déléguer des missions comme l’entretien des routes, qui les confrontent à la gestion de crises. En Tunisie, le projet d’Alexis Sierra porte sur le scénario de crise, outils au service des autorités locales.

[1] Metzger Pascale, Gluski Pauline, Robert Jérémy, Sierra Alexis, 2015, Atlas problématique d’une métropole vulnérable : inégalités urbaines à Lima et Callao, Marseille, IRD.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie)

Betty Rouland est géographe, en post-doctorat MEAE à l'IRMC depuis 2017. Elle mène un programme de recherche "Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l'émergence d'un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?"portant sur les circulations liées aux soins médicaux dans la région du Maghreb et en particulier en Tunisie (voir aussi son projet sur les mobilités liées à la PMA).

Edité par la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, Marocains de l’Extérieur – 2017 [1] est un ouvrage collectif qui dresse un bilan des tendances migratoires de la communauté marocaine dans le monde. Au-delà de proposer une synthèse sur des thématiques inhérentes aux migrations contemporaines (vieillissement, féminisation, régionalisation, développement, etc.), l’ossature de cet ouvrage présente la particularité d’examiner la communauté marocaine à l’étranger par pays. Ce dernier ouvrage se distingue de l’édition précédente par l’élargissement du nombre de pays étudiés. En 2013, deux études seulement portaient sur les Marocains dans les pays africains et arabes (El Farah, 2013 ; Ezzine, 2013). Avec deux chapitres examinant, de manière distincte, la situation des ressortissants marocains dans les pays du Maghreb et du Golfe, cette nouvelle étude s’inscrit dans une volonté de déconstruire des aires culturelles peu pertinentes tout en rendant compte de dynamiques migratoires encore largement ignorées en Afrique du Nord. 

Initialement, le chapitre « Marocains du Maghreb » ambitionnait de couvrir trois pays maghrébins : l’Algérie, la Libye et la Tunisie. Du fait de l’instabilité politique en Libye, limitant drastiquement la collecte d’informations, l’analyse s’est focalisée sur l’Algérie et la Tunisie. Au vu d’un outillage statistique peu fiable dans les deux pays concernés, les données exploitées proviennent des registres consulaires, soit un consulat à Tunis contre trois en Algérie, à Alger, Oran et Sidi Bel-Abbès. Or, de même que pour les recensements de populations, lesdits registres présentent de nombreux biais liés aux sur/sous-déclarations, auxquels s’ajoutent ceux liés aux binationaux qui échappent aux instruments de mesure. Afin de compléter les données officielles peu significatives, des entretiens ont été menés auprès d’acteurs institutionnels et de membres d’associations marocaines. Par ailleurs, force est de constater que la littérature scientifique demeure embryonnaire sur le sujet. Les mobilités intra-maghrébines constituent, en effet, un objet de recherche encore très peu développé, hormis quelques exceptions telles que Brunet, 1958 ; Aziza, 2012 ; Boubakri, Mandhouj, 2013. Autrement dit, ce chapitre ne prétend guère à l’exhaustivité mais ouvre, au contraire, un vaste chantier scientifique tout en invitant à investir un champ d’étude en devenir. 

À travers les études de cas de l’Algérie et de la Tunisie, le texte offre deux radiographies qui identifient les dynamiques, les profils ainsi que la condition des ressortissants marocains, en privilégiant une approche multiscalaire (échelle nationale, consulaire, transfrontalière et locale). Jusqu’à très récemment encore, le Maghreb était considéré comme une région d’émigration massive alors que l’ancrage des Marocains dans les pays maghrébins remonte à l’époque coloniale française, période de suractivation des flux migratoires intra-maghrébins (Taïeb, 2012). Ces derniers répondent au développement de l’économie coloniale et reposent sur des logiques transfrontalières, intra-régionales voire même transnationales: une. Plus encore, le texte s’intéresse à la manière dont la condition des Marocains, dans les deux pays étudiés, est révélatrice d’une absence d’intégration régionale « par le haut » et d’une mondialisation migratoire subséquemment limitée. À ce titre, la fermeture « officielle » de la frontière terrestre maroco-algérienne, alors que les ressortissants de chaque pays sont exemptés de visa, exprime un des paradoxes les plus symptomatiques de l’Union du Maghreb Arabe (UMA) dont la création visait pourtant à favoriser l’intégration commerciale de la région, ainsi qu’à encourager la libre circulation. Aux nombreuses barrières juridico-administratives s’ajoutent des logiques discriminantes quant à l’accès à l’emploi. En Algérie comme en Tunisie, on privilégie l’embauche de la population autochtone, ce qui ne fait qu’accentuer les difficultés rencontrées par les migrants marocains. Des filières migratoires marocaines spécifiques se sont développées au cours de ces dernières décennies, de l’attractivité du secteur minier à Gafsa durant la période coloniale en passant par les filières de gardiennage et de la maroquinerie à la mobilité des plâtriers et des étudiants. Dans les deux pays étudiés, les travailleurs marocains semblent confrontés aux mêmes difficultés, à savoir un accroissement de la paupérisation dû à des problèmes administratifs et socio-économiques. Dans une région considérée comme amorphe, et par conséquent, peu attractive, on observe cependant, des interactions tissées par des mobilités « par le bas » qui s’inscrivent dans des logiques de contournement et d’adaptation à l’image des dynamiques transfrontalières et du trabendo à la frontière maroco-algérienne (Moussaoui, 2015). En d’autres termes, cette étude met en exergue le décalage entre ce que les économistes interprètent comme le « Non Maghreb », les données « officielles », peu représentatives des réalités migratoires et les mobilités « en pratique ». Informelles ou méconnues, elles répondent à des processus de régionalisation « par le bas ».  

[1] ROULAND Betty, 2018, « Les Marocains du Maghreb : de l’absence d’intégration régionale à une mondialisation migratoire limitée (Algérie et Tunisie) », in M. BERRIANE (dir.), Marocains de l’extérieur – 2017, Rabat, Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger, 645 – 674.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Sylvie_Daviet
Photographie de Sylvie Daviet

Les IFRE : un outil exceptionnel pour la recherche

Passer deux ans à l’IRMC, c’est tout d’abord vivre l’expérience d’un institut français à l’étranger (IFRE). Et les Français ont beau s’auto-flageller de leurs multiples défauts et des dysfonctionnements de leur mère patrie, très peu de pays au monde sont capables d’entretenir des centres de recherche à l’étranger. Il nous faut parfois la remarque bienveillante d’un collègue d’une autre nationalité pour le réaliser. Sachons donc apprécier l’originalité et le potentiel de ce dispositif qui permet aux chercheurs en sciences sociales de s’expatrier, de quelques mois à quelques années, pour résider sur leur terrain d’étude, en bénéficiant de l’essentiel des services d’un laboratoire (bibliothèque, secrétariat, organisation de séminaires…). Autant de réalités matérielles évidentes sans lesquelles un intellectuel ne peut véritablement se livrer à l’exercice de sa pensée ; une pensée qui n’est jamais en apesanteur mais au contraire ancrée dans un milieu, un espace, une société. Être chercheur résident hors de France au sein d’un IFRE permet cette immersion, tout en étant assisté d’une logistique appropriée ; qu’il soit géographe, sociologue, historien ou politologue, le chercheur en sciences sociales prolonge en quelque sorte une tradition anthropologique en bénéficiant de cette immersion.

L’IRMC : un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain

Si les IFRE sont des avant-postes d’observation, l’IRMC est sans conteste un observatoire de la société tunisienne et du Maghreb contemporain. Il faut le dire et, en tant que géographe sensible à la dimension géopolitique des faits et des institutions, je le dis pour deux raisons. Premièrement, parce que l’observation est une des briques fondamentales de la recherche scientifique dans le processus de production de connaissance, et contribue à légitimer la recherche en sciences sociales. Si des esprits prétendument rationnels en doutaient, ils auraient plus volontiers consacré les deniers publics aux seules disciplines ayant des retombées industrielles ou au remboursement de la dette, la révolution tunisienne et le printemps arabe sont fort opportunément venus rappeler qu’il était fondamental de connaître et comprendre les sociétés, que cette connaissance avait de la valeur et méritait un investissement. La portée des événements qui se sont enchaînés, tout particulièrement depuis le début de l’année 2011, a soudain, par effet de contexte, revalorisé le rôle stratégique de l’IRMC, comme celui des IFRE de la Méditerranée, dans un monde arabe en ébullition.

Deuxièmement, j’ai vécu au sein de l’IRMC une observation qui s’enracine dans le territoire, qui s’élabore dans de multiples partenariats pour coproduire la connaissance au sein d’équipes qui rassemblent des chercheurs des deux rives de la Méditerranée. L’effet de lieu implique un effet de réseau qui permet de tisser des liens avec les chercheurs et les institutions régionales. Il faut le dire et je le dis à l’heure où fleurissent des projets plus ou moins soucieux des exigences d’une coopération équilibrée.

2010-2012 : un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle

J’ai donc connu l’IRMC récemment, au cœur d’un moment d’histoire qui nous propulse dans un nouveau cycle à la logique encore incertaine. Et lorsque je parle d’un moment d’Histoire, le H majuscule n’est pas immérité car nous savons bien que, depuis la Tunisie, s’écrit la nouvelle page d’un monde où s’impose la « tectonique des sociétés », comme l’écrit Bertrand Badie. Arrivée en septembre 2010, j’ai pu connaître les dernières heures du régime de Ben Ali. Au cours de l’année 2011, en dépit de secousses multiples et parallèlement aux bouleversements opérés en Égypte et en Libye, c’est l’enthousiasme de la révolution en marche qui a dominé jusqu’aux élections du 23 octobre 2011. Au cours de l’année 2012, le contexte tunisien et régional s’est progressivement tendu. Ma mission en Tunisie s’est achevée à la veille des événements du 14 septembre 2012, marqués par l’attaque de l’ambassade des États-Unis à Tunis, deux jours après celle de Benghazi en Libye. D’autres événements ont traduit la montée d’une forme de violence à laquelle les Tunisiens n’étaient pas habitués ; mais la société civile est restée mobilisée, bien décidée à faire vivre l’espérance de jours meilleurs. Au cœur de cette actualité prégnante, les débats auxquels j’ai participé ont souvent été accaparés par les transformations au jour le jour de la situation politique. Il s’agissait pour moi d’observer et de comprendre. Dans ce climat passionnel et instable, ma préoccupation de chercheur est restée de conduire mon programme à son terme, tout en captant la façon dont les événements en cours métamorphosaient mon objet d’étude. L’accès à l’information et aux entrepreneurs est demeuré difficile, quelle que soit la conjoncture.

La reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens

Si le vécu de mes deux années passées à l’IRMC est profondément marqué par la rencontre de cet humanisme tunisien, chaleureux et pétri de francophonie, mes réflexions de géographe pointent la reconfiguration des espaces et des enjeux méditerranéens. Le Maghreb relève bien de trois sphères d’appartenance : l’espace euro-méditerranéen, le monde arabe et l’Afrique. Si les dynamiques euro-méditerranéennes ont longtemps été dominantes, le printemps arabe en a révélé les fragilités. De multiples travaux en pointaient préalablement les signes, au point que l’hypothèse d’une « Méditerranée sans l’Europe » s’était manifestée non sans provocation (n°74 de Confluences Méditerranéennes), soulignant la complexité des rapports de forces dans une zone d’interface ouverte aux quatre vents de la mondialisation. Mon entrée dans cette problématique est partie de ma spécialisation géoéconomique, mais la nécessité d’une pluralité de regards et de disciplines s’impose évidemment pour prendre en compte un ensemble de dimensions culturelles, sociales et politiques… Tout en défendant la place de la géographie dans ce nouveau chantier scientifique, je n’ai donc pas cherché à être un acteur privilégiant le développement de ma discipline, je crois plutôt (et c’est même une conviction) à la nécessité de construire une interdisciplinarité audacieuse pour mieux répondre aux défis qu’exige de nous la complexité du réel.

Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

Sylvie DAVIET

est professeur de géographie à Aix- Marseille-Université, UMR Telemme (7303). Elle a été chercheure en délégation CNRS à l’IRMC de 2010 à 2012.

Pour citer ce billet : Eric Gobe, « Des ingénieurs aux avocats ou de la dimension politique du fait professionnel », Le Carnet de l’IRMC, 10 septembre 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1129

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La brise des steppes sur… le littoral

Je ne peux m’empêcher, dans ce regard à chaud, de me retourner sur la propagation géographique du soulèvement du peuple tunisien pour se réapproprier sa liberté et sa parole. Faudrait-il rappeler que les foyers de départ de ce soulèvement du centre Ouest de la Tunisie correspondent aux gros bourgs ruraux «communalisés» dont la population varie de quelques milliers (Menzel Bou Zayane, Regueb…) à une dizaine de milliers d’habitants (Thala), ou encore servant de sièges régionaux du pouvoir central (Sidi Bouzid et Kasserine) qui ont fixé des dizaines de milliers de ruraux venus des campagnes environnantes depuis un demi siècle ? Pourquoi les populations de ces bourgs ont-ils pu entretenir la flamme de la révolte durant deux semaines avant que ne les rejoignent les populations des grandes villes littorales (Sfax en premier lieu, mais aussi Monastir, Nabeul et Sousse et surtout Tunis à la fin) ? Faudrait-il aussi rappeler que la Tunisie littorale, c’est-à-dire les deux tiers de la population tunisienne et les trois quarts des citadins, est restée à l’écart du soulèvement durant plus de deux semaines (entre le 17 décembre 2010 et le début du mois de janvier 2011) ?. Les instances locales et régionales de l’UGTT (Union Générale Tunisienne du Travail) des régions de Kasserine et Sidi Bouzid ont joué en réalité un rôle décisif dans l’allongement du souffle de la révolte. Ce sont également ces mêmes instances syndicales qui ont gagné l’adhésion des autres syndicats régionaux, surtout en direction du littoral et du Nord, et ont surtout fini par impliquer les instances dirigeantes de l’UGTT à Tunis. L’accélération de la contestation et son élargissement à la jeunesse et aux citadins du littoral, aux avocats, aux hospitalo-universitaires, aux étudiants et aux universitaires, dés les premiers jours de la nouvelle année, ont été déterminants dans son aboutissement. Si Sidi Bouzid et Kasserine sont généralement considérées comme l’arrière cours économique de la métropole sfaxienne, la mobilisation massive de celle-ci a apporté au soulèvement des steppes la force et l’ardeur nécessaires à son déferlement vers les villes littorales et en particulier vers le Grand Tunis. Peux-ton prétendre qu’il s’est agi là de l’une des rares occasions historiques où peuples de l’intérieur et populations du littoral, où paysans et citadins, se sont retrouvés réunis dans une même entreprise révolutionnaire ? Cette révolution n’a pas uniquement rapproché, pour un moment, des mondes géographiques distants, pour ne pas dire opposés, mais a aussi réuni des mondes sociaux et professionnels aussi différents que les jeunes, les chômeurs, les professions libérales, les fonctionnaires, les syndicalistes…etc. La question reste vigoureusement posée quant à l’attitude, et à la réaction, non seulement aujourd’hui mais aussi sur le cours et le moyen terme, de deux autres catégories de la population : les milieux d’affaires et, surtout, les bénéficiaires, directement ou indirectement, des avantages et de la rente générés par l’ancien régime?

Publié en janvier 2011 dans la Lettre de l’IRMC n°5

 

Hassan BOUBAKRI

Géographe, université de Sousse

 

Crédit photographique : ©Fathi Belaïd – AFP

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook