Archives par mot-clé : flux migratoire

Observatoire des migrations libyennes en Tunisie

L’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis lance l’initiative d’un observatoire chargé d’étudier les flux migratoires en provenance de la Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011. L’instabilité politique et les effets de la crise induits par la chute de l’ancien régime ont fait de la Tunisie, pays frontalier, le premier pays d’accueil pour les Libyens qui quittent temporairement ou définitivement le pays.

© kapitalis.com

Selon le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, la Tunisie aurait accueilli à la fin de l’année 2012 plus de 660.000 Libyens cherchant à se protéger de l’insécurité ou des violences liées à l’instabilité politique de leur pays. Ces arrivées massives se sont produites au moment même où la Tunisie vivait, ellemême, les grandes difficultés d’une transition politique et d’une dégradation préoccupante des conditions socioéconomiques et d’une instabilité
anxiogène.

Les relations entre la Libye et la Tunisie sont anciennes et une longue tradition d’échanges commerciaux a entretenu une économie frontalière très dynamique. On estime que 10 % de la population tunisienne vit des retombées du commerce transfrontalier entre les deux pays ; retombées visibles dans le Sud du pays ou des villes comme Ben Guerdane se sont développées et ont donné à cette économie de frontières une des relations commerciales les plus dynamiques de l’espace maghrébin. Cette vitalité vient compenser l’échec du processus d’intégration économique du Maghreb et fait de la Libye, le premier partenaire économique maghrébin de la Tunisie.

La situation de crise que vit actuellement la Libye et la confusion politique (deux parlements, deux gouvernements, une dizaine d’arméesmilices rivales) ont ralenti considérablement la libre-circulation des marchandises et ne garantissent plus cette liberté de circulation pour les Tunisiens et les Libyens. Elles ont également favorisé le développement de la contrebande et du commerce parallèle ; activités grises qui, d’après les estimations d’une étude de la Banque mondiale de 2014, provoquent des pertes fiscales pour l’État tunisien évaluées à près d’un milliard et deux cent millions de dinars dont 500 millions de dinars en droits de douane. Les mobilités saisonnières des Libyens, vers la Tunisie, se sont transformées en séjours de longue durée sur une bonne partie du territoire tunisien. Pour les plus nantis d’entre eux, Tunis, Djerba, Sousse, Hammamet et Nabeul sont des lieux d’accueils privilégiés. À Tunis, les quartiers
d’El Manar et d’Ennasr sont appelés la petite Tripoli tant la communauté libyenne y est concentrée. Sfax accueille les classes moyennes et on retrouve des groupes de Libyens dans le Sud, de Gabès à Ras Jdir. Une communauté importante représentative de la société libyenne d’aujourd’hui (dans sa structure tribale,
ses obédiences politiques, ses catégories sociales, ses clivages partisans) est inscrite dans le tissu social et économique tunisien ; cette installation est également favorisée par les dispositions de la convention bilatérale de 1973 relative au droit du travail, à l’exercice des professions et métiers, au droit d’établissement et au droit de circulation. Pourtant, aujourd’hui, aucune enquête sérieuse concernant ces nouvelles configurations migratoires n’a été menée et les éléments d’information dont nous disposons ne permettent aucune estimation statistique fiable et encore moins une sociologie des groupes de migrants installés. Les chiffres varient de 100.000 Libyens à un million et demi et laissent la porte ouverte aux spéculations les plus folles et aux représentations les plus stéréotypées.

© kapitalis.com

Les catégories ont elles-mêmes changé ; le profil des migrants (mais le terme ne correspond pas vraiment dans le contexte tunisien), depuis 2014, s’est précarisé et répond à des critères de vulnérabilité économique et sociale. La mobilité vers la Tunisie, pour des raisons sécuritaires, est de plus en plus fréquente et répond de plus en plus à celle de réfugiés politiques mais qui ne dit pas son nom.

Les enquêtes lancées par l’Observatoire de l’IRMC s’inscrivent dans les méthodes de la sociologie des migrations. Entretiens directifs ou semi-directifs, questionnaires, observation participante sont à la base d’enquêtes de type qualitatif qui répondent à trois attentes :

– Interroger la dimension géostratégique de cette migration ;
– Identifier les capacités d’absorption de la société tunisienne : représentations, charges sociales et économiques, réseaux de solidarité ;
– Étudier les modalités d’intégration des migrants libyens.

Objectifs premiers :

– Etablir une typologie des migrants ;
– Estimation statistique à partir d’échantillons de personnes ;
– Identifier les lieux d’installation : Quelles formes d’organisations sociospatiales ? Quelles logiques de solidarités ? ;

Identifier les activités économiques. Portes d’entrées :

– Les soins, les cliniques ;
– Les écoles privées ;
– Les entrepreneurs ;

Les réseaux de solidarité. Trois espaces d’enquêtes :

– le grand Tunis ;
– Sfax ;
– Mednine

Responsable : Karima DIRECHE
Chercheurs associés : Olivier PLIEZ, Mohamed KRIAA, Hassan BOUBAKRI, Lorena LANDO.
Partenaires institutionnels : Institut français de Libye, OIM, Faculté de Sousse,
Laboratoire Syfacte (Sfax), Goethe University of Francfort, Observatoire national des migrations (Tunis).

 

Pour citer ce billet : « Observatoire desmigrations libyennes en Tunisie », Le Carnet de l’IRMC, N° 17,  janvier-avril 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1993.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Défis et opportunités de la migration dans le contexte tunisien

L’École d’été sur la migration a traité des « Défis et opportunités de la migration dans le contexte tunisien » du lundi 14 au samedi 19 septembre 2015, à la Cité des Sciences à Tunis. Cet événement a été organisé par l’IOM/OIM et l’INTES (l’Institut National du Travail et des Études Sociales) en partenariat avec l’IRMC (Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, (USR 3077), le CETUMA (Centre de Tunis pour la Migration et l’Asile) et l’OTE (l’Office des Tunisiens à l’Étranger).

Ecole d’été sur la migration, 14 au 19 septembre 2015

Cette rencontre qui a été pluridisciplinaire et internationale, avait pour objectif premier de favoriser l’échange et la rencontre entre plusieurs acteurs et actrices concerné-e-s par les questions de migration en Tunisie. Les thèmes traités ont été transversaux et complémentaires ; les situations migratoires étant entremêlées et concernant plusieurs dimensions telles que l’économique, le politique, le juridique et tout autre dimension sociale de la vie des individus et des sociétés ; société hier d’émigration devenue aujourd’hui d’immigration et/ou de passage tels les pays du Maghreb. Ces six jours ont donc permis de croiser, de transmettre et de discuter des analyses et des points de vue de chercheur-e-s venus du Maghreb et d’Europe avec des étudiant-e-s qui travaillent sur les questions migratoires, des acteurs et actrices de la société civile, des cadres de la fonction publique et académique et des experts, majoritaire-ment tunisiens.

La méthodologie a été le premier thème traité, avec des interventions sur les questions de contextualisation et de concepts. Cela a permis, à la fois de poser la construction de l’objet migration au travers d’une lecture actualisée des flux migratoires dans le monde aujourd’hui, et l’évolution historique et socio-démographique des migrations en Tunisie. Ces problématiques ont beaucoup évolué dans le monde et particulièrement en Afrique du Nord et en Tunisie depuis « le Printemps arabe » de 2011 donnant lieu à un nouveau vocabulaire et de nouvelles catégories parfois réactualisées et trop souvent amalgamées. Un éclairage a donc été apporté sur l’usage des mots et des figures en lien avec les migrations (immigré, émigré, migrant, transmigrant, étranger, réfugié, déplacé, migrant en situation illégale, clandestin), que ce soit concernant les statuts juridiques selon le droit international, le Haut Commissariat pour les Réfugiés ou les instances juridiques des pays du Maghreb. La question des

données statistiques sur les migrations n’a pas été oubliée et a donné lieu à des débats riches sur l’accessibilité, la collecte et le partage de ces dernières et sur la manière dont ces modalités pourraient être améliorées pour participer à la réflexion de la gouvernance de la migration en Tunisie et la mise en place des mesures sociales et politiques adéquates. Certains pays comme la Tunisie font en effet face à un nouveau phénomène migratoire, celui d’être passé en moins de 10 ans de pays d’émigration à celui d’immigration et/ou de transit.

Un second thème traité a permis d’apporter un éclairage sur les cadres légaux nationaux et internationaux quant à la gestion des mobilités des populations et de leur installation ou circulation. Il s’agissait ici de rappeler non seulement le droit à la protection des migrants et des réfugiés dans le droit européen mais aussi dans celui, encore en construction, maghrébin tel le cas de la Tunisie avec les réfugiés syriens mais aussi les réfugiés libyens et les migrants d’Afrique subsaharienne qui transitent par le Maghreb pour se rendre en Europe mais qui souvent s’installent dans un des pays traversés. Cette thématique interrogeait à la fois la question de la protection sociale, économique et juridique tout autant que celle de la mobilité et de la libre circulation des individus. Il a été de ce fait question des mobilités des Tunisiens à l’étranger (TRE) ainsi que de l’impact et de la facilitation des droits des binationaux (celles et ceux qui ont deux résidences dont une en Tunisie et l’autre dans un des pays européens).

Le troisième thème découle tout naturellement du second puisqu’il a permis de mieux saisir les liens entre migrations et développement. Il va de soi que tout processus migratoire impacte le développement économique des régions touchées mais pas seulement. Il transforme aussi les instances concernées, les populations croisées que ce soit culturellement ou socialement. Ce lien entre migration et développement permet à la fois de mesurer les apports (en termes de croissance économique, sociale et politique) générés par l’arrivée des migrants dans une société mais aussi le vide laissé par le départ de ces derniers. Et pour ce faire, il a été question de circulation des compétences autant du Sud vers le Nord que du Nord vers le Sud, de gestion des transferts de fonds et de l’impact que ces derniers ont sur le développement local en Tunisie ou sur le marché du travail.

Sonia Hasnia Missaoui

Ces six journées ont permis à chacun et chacune de s’interroger sur l’évolution des migrations et les conséquences que cela pourrait avoir non seulement sur la Tunisie, pays en transition politique et en pleine reconstruction sociale mais aussi sur les autres pays du Maghreb, sur les relations inter-Maghreb et entre les deux rives de la Méditerranée. Depuis 2011 et depuis la guerre en Syrie, une nouvelle vague de migrants nommés tantôt des « déplacés » ou des « réfugiés » est en train de changer la donne migratoire et les politiques des pays dits « d’accueil » questionnant ainsi à la fois les stratégies politiques des pays récepteurs, les transformations des pays de transit  et  de  nouvelles  formes  de gouvernance. Cette vague met à l’épreuve les niveaux d’hospitalité de chaque pays concernés    et    les     nouvelles     formes identitaires en train d’émerger suite à ces circulations

Au terme de cette première formation, le comité scientifique de l’École d’été souhaite désigner des candidats (5 en master et/ou 2 en thèse) qui auront déposé un dossier pour un projet de recherche sur les migrations en Tunisie afin de bénéficier d’une bourse spéciale proposée par l’OIM, permettant ainsi de maintenir une continuité scientifique concrète.

Sonia Hasnia Missaoui

Pour citer ce billet : Sonia Hasnia Missaoui, « Défis et opportunités de la migration dans le contexte tunisien », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1961.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations

Avec la mondialisation, les flux migratoires se sont internationalisés, leur ampleur, leur nature et leur diversité ont ainsi inévitablement évolué impulsant de nouvelles figures de migrant-e-s, de nouvelles stratégies de circulations, de nouvelles politiques migratoires dans les pays récepteurs et ceux d’origines… En quarante ans, le nombre de migrants dans le monde a triplé. Ces changements ont rendu indispensable de s’interroger sur ces nouveaux types de liens sociaux et d’espaces qu’engendre la mobilité croissante des personnes à l’échelle mondiale.

Pour traiter de ces questions, s’est tenue le 13 mars 2015, dans le cadre du cycle de conférences MoRéMi Sud “Mobilité, Réseaux, Migrations Sud » organisées par Hasnia-Sonia Missaoui, une conférence donnée par Sylvie Mazzella, directrice du Laboratoire méditerranéen de Sociologie (LAMES) et chargée de recherche au CNRS. Cette conférence avait pour discutant Ridha Ben Amor, sociologue et enseignant-chercheur à l’Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis.

Cette deuxième séance de conférences de l’IRMC s’est tenue volontairement après l’intervention de Michel Grossetti, directeur de recherches en Sociologie des réseaux sociaux qui a présenté ce qu’on pouvait entendre par la notion de réseau en la notion de réseaux sociaux et les possibles liens et ou passerelles à faire entre la méthodologie des réseaux sociaux et les différents thèmes en sciences sociales telle la sociologie des migrations 1.

Souvent, la notion de réseau, quand elle est utilisée dans une approche liée aux migrations, évoque une succession d’images négatives dans les représentations communes : filières mafieuses, travail au noir, repli communautaire… Pourtant, à partir du moment où un individu migre, les réseaux sociaux des migrants sont constitués de liens de solidarité de première nécessité lui permettant alors de s’installer dans la nouvelle société (que ce soit de façon définitive ou provisoire, ou un simple passage vers une autre destination).

Pour le dire autrement, quand un individu vit ou a vécu un processus migratoire, quand une personne est immigrée ou en migration, les réseaux deviennent un élément important dans la construction de sa propre vie. Particulièrement, quand ces derniers ne sont pas dans un pays, un territoire qui leur est familier et qui les oblige parfois à ré-apprendre de nouveaux codes et de nouvelles formes de solidarité pour “vivre ». Les travaux sur les questions de migration ont régulièrement fait appel à cette notion sans vraiment utiliser tout son potentiel analytique.

Selon Sylvie Mazzella, replacer la notion de réseau dans une perspective migratoire présente une réelle importance scientifique. Très régulièrement reprise dans la littérature en sociologie des migrations, la notion de réseau est souvent utilisée comme un mot-clé et rarement interrogée en tant que telle 2 . Or la notion de réseau questionne des paradigmes importants en sociologie des migrations et interroge différentes traditions de recherche (notamment les théories assimilationniste et transnationaliste) par son emploi.

Les sciences sociales se sont longtemps intéressées aux phénomènes migratoires en les examinant, pour l’essentiel, du point de vue des États-nations, et de celui des groupes de migrants venus s’y installer. La sociologie des migrations (Rea, Tripier, 2003 ; Mazzella, 2014) qui a réellement débuté en France après la décolonisation s’est surtout intéressée, dans ses débuts à “l’immigré » et à son statut socialement inférieur. Elle a contribué à la construction d’une image dévalorisée, passive et statique du migrant, image qui a occulté ses capacités « d’entrepreneur », de “fourmi » (Tarrius, 1992 ; Ma Mung, 1996) active du développement des sociétés d’accueil et du lien toujours maintenu avec sa société d’origine. Porter un tel regard sur les phénomènes migratoires et leurs impacts c’est, nous rappelle Sylvie Mazzella :

“renverser les perspectives, opérer un champ/contrechamp », balayer tout l’horizon de son action, saisir le sens de son parcours, permettant ainsi de mieux questionner les liens d’appartenance : appartenance binationale « ici et là-bas », multi-appartenances « ici, là, là-bas et ailleurs… » ou de non-appartenance « ni d’ici ni de là-bas » 3.

Le terme de « réseau » en sociologie des migrations apparait aux Etats-Unis dans les années 1960 suite aux travaux pionniers de chercheurs comme Douglas Massey, John S. Mac Donald et Leatrice D. Mac Donald qui vont analyser les migrations à partir d’une approche par les “chaînes migratoires » donnant sens aux différentes mobilités vécues par les migrants lors de leur migration reconnaissant ainsi la capacité de créer du capital social.

Ce corpus de travaux permet de définir le réseau comme « l’ensemble des liens interpersonnels qui relient les migrants, les futurs migrants et les non-migrants dans des espaces d’origine et de destination, à travers des liens de parenté, d’amitié et une origine communautaire partagée » (Douglas Massey, 1963).

La notion de « chaîne migratoire », également développée est définie comme un « mouvement dans lequel une personne cherchant à migrer est tenue au courant des opportunités de migration, reçoit une aide au transport ainsi qu’un premier logement et un premier emploi grâce à ses relations sociales primaires avec des migrants plus anciens » (MacDonald, MacDonald, 1964). L’un des apports principaux de cette notion est l’idée d’accumulation de capital social dont elle rend compte, et ce au gré de vagues migratoires successives. La notion de chaîne relationnelle en migration a produit de nombreuses recherches empiriques depuis les années 1960, à l’image des recherches sur la création de quartiers ethniques dans certaines villes de destination ou de travaux des démographes (Courgeau, 1970) qui cherchaient à mesurer les flux des migrations ou des géographes (Simon, 1979) qui ont analysé les espaces
relationnels migratoires donnant lieu au concept de « champ migratoire ».

Pour autant, se pose la question de la durée de vie de ces chaînes migratoires, et notamment dans le contexte de crise économique ou de rupture générationnelle. Afin d’illustrer ce type de rupture des chaînes migratoires, Sylvie Mazzella a mentionné l’exemple récent du départ massif de la communauté des Brésiliens du Japon déclenché suite à la crise économique de 2008.

En France, dans les années 1980, à la faveur de la traduction en français de travaux de chercheurs de l’Université de Chicago, de la crise des modèles structuralistes et de la redécouverte de la dimension « locale » en sciences sociales, les recherches en sociologie et en anthropologie urbaine ont progressivement intégré la question du réseau, notamment en sociologie de l’immigration. Cette tradition de recherche a pris pour exemple type le cas de l’immigration algérienne, ouvrière et postcoloniale, travaillant dans des entreprises françaises (Sayad, 1984). Au regard de cet exemple, Sylvie Mazzella souligne, qu’en définitive, étudier l’immigration revient à interroger directement l’État et les fondements politiques et sociaux sur lesquels reposent la société d’accueil.

Chaine migratoire et developpement du réseau
© Munoz, 2006

Une approche alternative à celle portée par Abdelmalek Sayad s’est également développée dans les années 1990, l’approche transnationale. Cette dernière consiste à montrer que la nouvelle ère de la mondialisation donne au migrant l’opportunité de déployer des stratégies et de créer des dynamiques économiques et sociales en vue de transgresser les frontières nationales. La notion de « transnationalisme » en migration apparait dans la littérature en anthropologie sociale en 1992 (Nina Glick Schiller, Linda Basch et Cristina Szanton-Blanc). Ces travaux insistent sur la fonction des diasporas au sein de différents pays d’accueil et sur la manière avec laquelle ces groupes sociaux recréent du territoire par le biais de leurs connections, imaginaires et pratiques sociales.

Cette approche va mettre l’accent sur la notion de « communauté transnationale », en avançant le principe du « champ social transnational », qui repose sur des raisons d’être (« ways of being ») et des modes d’appartenance à distance (« ways of belonging »). Ces derniers engendrent des pratiques sociales, de l’imaginaire et des valeurs symboliques, qui font naître des formes de citoyenneté à distance, par exemple à travers les réseaux sociaux numériques. On peut distinguer trois domaines de l’approche transnationale où les travaux ont été les plus particulièrement stimulants : les réseaux commerciaux transfrontaliers, la famille transnationale et le care (le soin transnational).

Si l’on observait jusqu’à récemment une fracture entre sociologie de l’immigration et approche transnationale, de plus en plus de recherches concilient désormais les deux traditions et permettent de jeter un regard neuf sur les liens d’appartenance des migrants.

Il existe donc un véritable intérêt scientifique à rapprocher ces deux traditions de recherche. L’un des principaux apports d’une telle
combinaison est celui de nuancer deux visions exagérées de la notion de réseau, l’une trop fermée à la notion de
communauté, et l’autre au contraire trop ouverte et où « tout fait réseau ». Enfin, la notion de réseau est aujourd’hui utilisée principalement dans des recherches horizontales (récits et études de cas). En conclusion de cette conférence, Sylvie Mazzella a ainsi souligné le manque problématique de travaux de recherche portant sur la verticalité du réseau, autrement dit sur ce que sont ses règles et ses normes, et sur les inégalités et les rapports de force qu’il crée et entretient.

1 Clément Perarnaud, 2015, « Les réseaux
personnels et leur évolution », La Lettre de
l’IRMC, n°15, janvier-mars, 21-23.

2 Cf. à ce propos le texte de Marie-Antoinette Hily,
William Berthomière, Dimitrina Mihaylova,
2004, « La notion de “réseaux sociaux” en
migration », Revue Hommes &Migrations, n°
1250 – Juillet-août, qui dressait un état de l’art
des travaux qui portaient sur les « modes
d’organisation des migrants » et l’usage de la
notion des réseaux sociaux des migrants.

3 Sylvie Mazella, 2014, Sociologie des migrations,
Paris, PUF, « Que sais-je ? ».

Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui

Clément Perarnaud, est volontaire international à
l’IRMC, chargé de la coordination scientifique
et du montage de projets. Contact :
clement.perarnaud@irmcmaghreb.org.

Hasnia-Sonia Missaoui, MCF Sociologie, Université
Jean-Jaurès Toulouse II, laboratoire LISST-Cers
(UMR 5193) en délégation CNRS à l’IRMC

Pour citer ce billet : Clément Perarnaud, Hasnia-Sonia Missaoui, «De l’usage de la notion de réseau en sociologie des migrations», Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1942.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook