Archives par mot-clé : femmes

L’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie – neuf ans après la révolution

Alessandra Bonci est doctorante en sciences politiques à l'Université de Laval, au Québec, Canada. Elle a été en accueil scientifique pour son terrain au premier semestre 2020 à l'IRMC.

Mon projet de thèse concerne l’étude de l’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie après la révolution de 2011. Ce travail, que je réalise sous la direction de Francesco Cavatorta de l’Université Laval (Québec, Canada), vise à comprendre l’agentivité des femmes religieuses en Tunisie vis-à-vis de leur société, leurs visions, espoirs de changement et actions concrètes d’engagement citoyen. C’est grâce à la critique de la « fausse conscience » des femmes pieuses (Mahmood, 2005) que les sciences sociales ont remis en question le stéréotype de la femme religieuse comme soumise à la volonté d’autrui. Et c’est dans ce cadre que ma recherche vise à montrer comment, spécialement dans un pays récemment démocratisé, les femmes pieuses ont un rôle social et un poids politique non négligeable. Dans mon terrain de recherche – quatre mois de pré-terrain et un an de collecte de données dans la capitale, Tunis – j’ai observé des formes multiples d’engagement de femmes religieuses. En effet, plusieurs sont engagées dans des partis comme Ennahda, Jabhat al-Islah et Hizb al-Tahrir, certaines sont actives dans les associations coraniques, à la fois comme élèves ou comme chaykhat, alors que d’autres sont des militantes autonomes.

Continuer la lecture de L’engagement politique des femmes pieuses en Tunisie – neuf ans après la révolution

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Le harem sultanien en mouvement, une autre Vision du féminin dans l’histoire du Maghreb

Manon Rousselle est chargée de veille, de projets scientifiques et de valorisation de la recherche à l'IRMC depuis janvier 2019.

Le 18 avril 2019, s’est tenue la conférence de Jocelyne Dakhlia,
historienne et anthropologue, directrice d’études au Centre de recherche historique (CRS-EHESS), en partenariat avec la Faculté de Lettres et de sciences humaines de l’Université de Sousse, sur « Le harem sultanien en mouvement : logiques d’État et mobilités féminines au Maghreb (XVIe – XVIIIe siècle) ». Travaillant depuis de nombreuses années sur le harem sultanien, en particulier au Maroc, elle donne une autre vision du harem et du féminin, mettant à jour une réalité en mouvement, loin de la vision close, érotisée et stéréotypée habituelle.

Déconstruction de l’image traditionnelle du harem

L’historiographie laisse apparaître deux visions du harem : d’un côté, une hyper sexualisation, de l’autre, une vision plus austère, révélant des règles dures, voire très contraignantes, une école du Palais, avec des femmes rivales, une surveillance extrême qui oublie la sexualité. C’est d’ailleurs dans cette lignée que Leslie Peirce [1] en vient à parler de reproduction et non plus de sexualité, donnant alors une vision très différente du harem, centrée sur les intrigues politiques, vecteur d’une certaine instabilité politique, récurrentes et constitutives des sociétés
islamiques. Jocelyne Dakhlia souhaite rompre avec cette approche trop facile du harem, pourtant récurrente, aussi bien dans l’historiographie occidentale et orientaliste, que dans la littérature islamique. Elle tend à l’assimiler à une école, un couvent, ou un bordel, en fonction du caractère corrompu de l’État que souhaite mettre en avant l’auteur. Dans les deux cas, cette approche traditionnelle se fonde sur la notion d’espace clos
du harem, mettant au premier plan l’idée d’enfermement, de femmes voilées et cachées et donc, d’une horizontalité de l’espace hiérarchique du palais.

Cherchant à interroger cette notion, les travaux de Jocelyne Dakhlia font état de deux épisodes historiques significatifs : le décès d’une des femmes du Sultan Mouley Ismail lors de sa fuite de Marrakech vers les montagnes (XVIIe s.) [2] et la fuite par la mer de Mouley Zibel (XVIIe s.) embarquant avec lui toute sa bibliothèque et ses deux cents femmes. A priori anecdotiques, ces événements permettent de s’interroger sur l’importance politique des femmes et leur présence au cœur même des
combats et, de fait, de reconfigurer le genre dans la sphère politique. Pour l’historienne, ce type de circulation n’est pas accidentel : il est structurel. De fait, il montre que le pouvoir au Maghreb s’inscrit dans
une tradition de grande mobilité et d’itinérance. L’historiographie récente en réévalue le caractère polycentrique. Le Maroc est l’exemple même d’une pluralité de capitales, jusqu’à une période très récente. Non seulement un sultan peut avoir plusieurs capitales, et donc plusieurs harem, mais un fils, un oncle, un neveu voire un rival peuvent se constituer un fief et gouverner la région avec une stature royale. À ces contre-pouvoirs s’ajoutent aussi les entités politiques alternatives, comme les cités-États plus ou moins indépendantes, les entités confrériques, etc. Le pouvoir est objectivement polycentrique au Maghreb. C’est également le cas de l’Empire Ottoman (cf. Leslie
Peirce). Cela crée une concentration de femmes au palais et donc une floraison de rivalités politiques, contexte dans lequel les femmes deviennent plus actrices que sujettes.

Le mouvement comme caractéristique de l’exercice du pouvoir au Maghreb

Selon Jocelyne Dakhlia, la conception durable de l’État conquérant au Maghreb découle de la conception même du souverain, à savoir, celle d’un souverain en mouvement. L’instabilité du pouvoir n’est alors ni la
conséquence d’une impossibilité de centralisation, ni un échec, mais une caractéristique structurelle. La centralisation est rendue sciemment impossible car le pouvoir repose sur une compétition permanente pour le trône. Qu’il soit un féroce chef de guerre ou un sultan pieux, le souverain se doit d’être en mouvement. Les femmes suivent ce mouvement, passant d’un centre de pouvoir à un autre, contrairement à la vision de la femme musulmane vivant dans un espace sédentaire, fixe et isolé. L’image du sérail comme un lieu clos et fermé est déconstruite. Les princesses sont aussi mobiles que les princes. Il ne s’agit plus de concevoir la vie de ces princesses hors du temps mais, justement, ancrée dans la vie du Sultanat. C’est un harem hors-les-murs.

Une relation forte existe entre centralisation politique et inflation numérique et symbolique du harem. Cette articulation est d’autant plus
visible sous les règnes de Mouley Rachid et Mouley Ismail [3], en tant que constitutif du processus d’affirmation de la dynastie alaouite au milieu du XVIIe siècle. L’unification territoriale qu’opèrent ces souverains passe aussi par l’expansion du harem. Toute mobilité du Sultan s’accompagne d’un drain de femmes.

C’est une forme d’impérialité inclusive mais aussi symbolique puisque les monarques vont se mettre à « collectionner » de belles femmes, achetées ou reçues en cadeau. À l’exemple de Mouley Yezid à la fin du XVIIIe siècle, qui, lors d’un séjour à Tripoli épouse, par force, la fille d’un cheikh tribal très puissant. Toute négociation politique s’accompagne d’alliances. L’inflation du harem est consubstantielle au politique lui-même. Les femmes sont happées vers le palais, elles y sont parfois abandonnées quand la conjoncture politique les dessert. Certaines deviennent de simple servantes, avec une existence sédentaire, sans que l’on sache dans quelles proportions.

Les femmes en extérieur, au cœur du pouvoir

L’historienne souligne le fort engagement physique de ces femmes. Lors des déplacements royaux qu’elles accompagnent, elles vivent sous la tente, souvent luxueuse, mais dans des conditions matérielles qui restent difficiles : les réveils sont matinaux, les déplacements se font à dos de mules ou de chevaux, pendant la nuit ou avant l’aube, la caravane des femmes précédant l’escorte masculine pour échapper aux regards. À l’époque moderne, les déplacements se font communément sous des litières pour être à l’abri des regards, ce qui n’est ni plus sécuritaire ni plus confortable. Mais ces conditions sont encore plus dures pour les
autres femmes qui suivent les armées. Sur certaines images, les femmes tiennent des fusils ou sont au cœur de la bataille, apportant de l’eau ou s’occupant des blessés. Cet aspect genré des combats n’a jamais été pris en compte jusqu’à présent.

Sans aller jusqu’à affirmer qu’il y a eu des corps d’armées féminins comme chez les Mogols, tout laisse à penser que les sultans alaouites étaient gardés, la nuit, par des femmes, dont certaines sont représentées avec des lances. Un récit anglais fait d’ailleurs mention d’une reine qui aurait obtenu le ralliement de certaines tribus marocaines et qui, lance à la main, aurait affronté Mouley Ismail lors d’une joute à cheval. Cette femme, communément identifiée par les historiens comme Lalla Khnata, exerça une forme de régence après la mort du sultan, pendant laquelle elle œuvra à gagner des soutiens pour son fils. Une fois son fils au pouvoir, elle part en pèlerinage pour sa propre sécurité. À sa destitution, elle est torturée et fuit chez sa fille, emportant avec elle une grande partie des réserves de poudre à canon. Femme de pouvoir à la vie rocambolesque, elle est une figure du pouvoir incontournable, incarnant parfaitement cette femme à l’extérieur du palais, à cheval, arme à la main.

La relation organique entre les femmes et le pouvoir se retrouve aussi dans les unions. Lorsqu’une famille souhaite prêter allégeance, elle offre une fille en mariage/concubinage. C’est aussi une manière d’avoir quelqu’un en haut lieu, proche du pouvoir, avec un rang plus ou moins important. Jocelyne Dakhlia parle alors de « députation » de chaque grande famille ou tribu auprès du souverain. C’est un véritable principe de représentation. Inversement, quand le sultan se déplace, il emmène ses femmes originaires de la région. Dans le cadre de visites familiales,
elles ont en charge de défendre au mieux les intérêts du souverain auprès de la population locale. Les contacts passent par les femmes. La même logique s’applique aux fils donnés pour servir d’otages de cour ou de serviteurs, ou pour certaines captives chrétiennes.

Dans la société maghrébine, une famille ou une femme seule peut éduquer une esclave qui deviendra ensuite femme de sultan ou de gouvernant et ainsi organiser une relation de clientélisme. On voit aussi l’effet inverse, où le sultan confie l’éducation d’une esclave à une famille, s’assurant ainsi sa fidélité car il a une « espionne » en son sein. Par exemple, l’épisode des esclaves noires de Fès placées auprès de notables a permis une relation, à la fois, de solidarité et de surveillance. Ce flux constant de redistribution de femmes interdit de voir le palais comme seul lieu de capitalisation des femmes. Ces femmes sont des médiatrices,
des intermédiaires et conservent leurs entrées au palais. Il y a une dissémination féminine, une dispersion du harem. A contrario, l’historienne relève que les sœurs et filles des sultans sont plutôt dans une dynamique sociale descendante.

Sortir des visions culturelles stéréotypées

Le palais n’est pas un espace clos mais un espace très poreux. Bien sûr, les femmes les plus importantes sont voilées pour être dissimulées au regard, on ne peut parler aux reines qu’à travers une porte, par l’intermédiaire d’intendants juifs. Cependant, certaines ne sont pas voilées et peuvent circuler à leur guise. Elles ont le droit de sortir, même si alors, s’impose un protocole très strict comme détourner le regard ou se mettre à plat ventre pour ne pas les voir. On garde à l’esprit l’image de la princesse Fatma, seule sur sa monture, avec mille cavaliers, se rendant
de Marrakech à Fès, visitant des lieux de culte, sillonnant toute la région et recevant des délégations régionales. C’est un moment de consolidation du pouvoir, par le biais de la princesse.

Jocelyne Dakhlia s’interroge sur le contexte plus général des circulations féminines, les mobilités plus ordinaires, plus anonymes. C’est donc bien
l’ensemble des femmes qu’il faut, selon elle, replacer dans des dynamiques plus mobiles. Les études et la littérature héroïsent « la femme européenne », intrépide, minimisant ainsi les mouvements de « la femme musulmane », cependant très mobile, ne serait-ce que par  l’esclavage. C’est une mobilité trans-classe, c’est-à-dire une mobilité géographique mais également sociale, propre au monde musulman. Il est difficile de définir une classe sociale féminine plus protégée qu’une autre. Cette vie dans le mouvement dément aussi le schéma des intrigues du palais, car si intrigues il y a, elles se font dans l’articulation du mouvement, et c’est alors une fonction reconnue comme telle.

[1] PEIRCE Leslie P., 1993, The Imperial Harem: Women and Sovereignty in the Ottoman Empire, Londres, Oxford University Press.

[2] Cet épisode est relaté par Germain Mouette, français resté captif onze ans dans le sultanat marocain, dans son récit Relation de captivité au Maroc, 1683.

[3] On prête à Mouley Ismail près de 8 000 femmes et plus de 1 200 enfants.

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Les Mots au Maghreb

Chercheure en communication spécialiste de la Tunisie, j’ai participé au projet du dictionnaire Les Mots au Maghreb en proposant une entrée sur la question de la visibilité des femmes tunisiennes de l’indépendance à nos jours.

Marta Luceño Moreno
Docteure en information et communication (Université de Liège), post-doc 2018-2019 à l’Université de Tunis (TTM), associée à l’IRMC, elle mène actuellement un programme de recherche sur la représentation de la société LGBTQI++ dans les médias en Tunisie.

 

Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin recueille plus de 150 notices rédigées par « des chercheurs […] imbibés par l’urgence d’une appropriation locale du savoir des sciences sociales qui ont essayé de visualiser des aires faisant fonction d’espace public »[1]. Du « Hirak » au « Djumhuriya », de « l’humour » à l’« Umma » en passant par le « Doustur », le dictionnaire fait le tour des espaces publics, mais aussi des acteurs qui y défendent leurs libertés et leurs droits.

La notice dédiée à la visibilité des femmes dans l’espace public tunisien retrace, de façon chronologique, l’histoire du mouvement féministe en Tunisie. Elle prend, comme point de départ, les premières interventions publiques de femmes comme Manoubia Ouertani ou Habiba Menchari, qui a initié, avec sa conférence sur le voile, un débat qui perdure encore. Aux origines, ce sont des voix d’hommes, à l’instar de Tahar Haddad, qui rendent les femmes visibles, en dénonçant par exemple la domination masculine. Pour autant, elles conquièrent aussi par elles-mêmes cette visibilité au sein de la société en s’organisant autour d’associations ou avec d’autres formes d’engagement dans les partis politiques. « Leur activisme leur a aussi valu des « arrestations et des déportations collectives vers Tabarka, Bône et Remada » (I. Marzouki, 1993, p. 164). Bien que l’histoire n’ait majoritairement retenu que les intellectuels masculins, cette lutte fut menée collectivement par les hommes et les femmes, qui ont participé à la lutte pour les réformes sociales et politiques de tout type, y compris l’égalité de genre. »[2]. À l’issue de la décolonisation, l’arrivée au pouvoir de Habib Bourguiba marque le début d’une institutionnalisation des droits des femmes, avec la création un organisme officiel qui réduit les possibilités des associations existantes. S’en suit une période transitionnelle marquée par le passage progressif de cette unicité imposée à une diversité d’approches féministes, ponctuée de temps forts, tels que l’émergence de la mouvance autonome féministe, l’ébullition des années 1980 avec la création de plusieurs organisations, ou encore les années 1990 marquées par des alliances avec la mouvance féministe internationale. La Révolution et les premières années de la démocratie ouvrent un nouveau chapitre de l’histoire du féminisme en Tunisie. Révélant l’importance de la mouvance féministe, il voit le champ féministe s’organiser, se démultiplier et intégrer de nouveaux outils tels que l’intersectionnalité des luttes.

[1] Remaoun Hassan, Khouaja Ahmed (dir.), 2019, Les Mots au Maghreb. Dictionnaire de l’espace public maghrébin, Oran, éditions du CRASC, quatrième de couverture.

[2] Luceño Moreno Marta, « Mouvements féministes en Tunisie », in H. Remaoun, A. Khouaja, op.cit., 243-247, 245.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Femmes et démocratie syndicale en Tunisie : « une mobilisation pour l’égalité

Mon projet de recherche porte sur les mobilisations de femmes pour l’accès aux responsabilités syndicales au sein de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT). Suite à la Révolution de janvier 2011, les femmes de divers partis politiques se mobilisent pour leurs droits ; dans un contexte de profond renouvellement des élites politiques, elles obtiennent le vote d’une loi sur la parité en politique considérée comme très progressiste pour le Maghreb (Kréfa, 2016 ; Gobe, 2016). L’obligation de parité en politique pousse ensuite les partis à solliciter des candidatures féminines pour constituer des listes valides et des coalitions, même si elles sont moins élues (Mahfoudh, 2012). Le renouvellement des élites tunisiennes, de la gouvernance des grandes entreprises et des banques publiques, ouvre aussi la voie à quelques femmes cadres très diplômées et expérimentées (Ben Rhouma, Kchouk, 2019). Même le patronat tunisien (UTICA) fait sa mue en portant à sa tête une femme d’affaires réformatrice, Wided Bouchamaoui, qui le dirige jusqu’en 2018. Dans ce même contexte postrévolutionnaire, le syndicat majoritaire et l’un des piliers de la transition démocratique, l’UGTT, considéré comme un « refuge » par tous les opposants politiques pendant la dictature, résiste à cet élan d’ouverture aux femmes (Yousfi, 2014). Aucune femme n’est élue dans son instance de direction, le Bureau exécutif, lors du 22ème congrès à Tabarka en décembre 2011. (Illustration n° 1)

Illustration n° 1 : 22ème congrès de l’UGTT à Tabarka en décembre 2011

© tuniscope.com

Dans ma recherche doctorale, j’analyse les mobilisations des femmes tunisiennes pour davantage d’égalité au sein de l’UGTT, après la Révolution. Si l’UGTT porte un discours égalitariste depuis sa création en 1946 et s’est dotée dans les années 1980 d’un « Comité des femmes travailleuses », aucun dispositif concret n’a depuis été mis en place pour favoriser la mixité des structures syndicales. Les hommes syndicalistes tunisiens, même des partis de gauche et d’extrême-gauche, ont des pratiques et des comportements qui contribuent à  inférioriser et écarter leurs camarades de lutte (minoration de leurs intérêts spécifiques, réunions le soir dans les cafés, cooptation sur la base des courants politiques et des régions…). Malgré les demandes répétées des femmes syndicalistes pour davantage de considération, la direction de l’UGTT reste aux mains des hommes. Pourtant, les femmes représentent 48 % des 700 000 adhérents déclarés en 2016, la majorité travaillant dans le secteur public. Elles constituent 20 % des responsables locaux, en majorité des syndicats départementaux et des syndicats de base (Mahfoudh, 2012). Ces militantes ont été très investies dans le soutien aux protestations et aux grèves qui ont essaimé dans toutes les régions et tous les secteurs d’activité suite à la Révolution. À partir de 2011, des militantes syndicalistes  s’organisent alors pour réclamer l’accès des femmes aux instances nationales de l’UGTT, sans le soutien des factions politiques internes, et soutiennent leurs candidates.

Mon analyse se concentre sur une séquence historique courte, entre le premier congrès post-révolution en 2011 et le dernier congrès de l’UGTT de janvier 2017, période pendant laquelle un répertoire varié de luttes collectives et individuelles pour l’égalité entre les femmes et les hommes a pu être observé. Cette intense mobilisation a impliqué des centaines de femmes qui se sont engagées au nom de leurs droits à être représentées. Deux campagnes ont ainsi été initiées par le groupe Dynamique Femmes, en partenariat avec des associations féministes tunisiennes (AFTURD, ATFD), dont la campagne « femme syndicaliste compétente en prise de décision », lancée le 13 août 2016 lors de la journée de la femme et de la famille pour soutenir l’instauration d’un projet de quota (Illustration n° 2). Le comité des femmes travailleuses de l’UGTT a également organisé, en novembre 2016, une campagne officielle nommée « Partenaires dans la lutte, partenaires dans la décision ».

Illustration n° 2 : Campagne « femme syndicaliste compétente en prise de décision », lancée le 13 Août 2016, faisant référence à Cherifa Maessadi, seule femme jamais élue au Bureau Exécutif en 1952

© facebook.com/campagnefemmesugtt/

Cette lutte portée par des femmes, organisées entre femmes, ayant obtenu le soutien d’organisations internationales, a permis l’élection historique de la première femme au Bureau exécutif de l’UGTT lors du congrès de 2017, Naima Hammami (illustration n° 3). A également été adopté une modification du règlement intérieur instaurant un quota de 20 % des femmes à appliquer dans toutes les structures syndicales.

Illustration n° 3 : Campagne organisée en novembre 2016 par le département femmes et jeunes travailleur.e.s à l’UGTT, «partenaire dans la lutte, partenaire dans la décision »

© facebook.com/pg/ugtt.page.officielle

Ma thèse vise à étudier cette « petite victoire » au regard à la fois de la « culture masculine » de l’organisation syndicale, qui participe à fabriquer des inégalités sexuées dans les carrières syndicales (Pochic, Guillaume, 2013) et de la politisation de femmes convaincues progressivement par l’utilité d’un quota pour favoriser la « démocratie de genre » au sein de leur syndicat (Kirton, Healy, 2013 ; Selmi, 2019). Cette enquête s’appuie sur des entretiens menés avec des syndicalistes (femmes et hommes, aux profils variés en termes de professions, de mandats, de générations et de rapport au féminisme) et l’observation des deux congrès de l’UGTT, ainsi que de différents rassemblements et formations syndicales depuis 2012. Ces observations et ces entretiens ont été réalisés majoritairement en arabe.

Illustration n° 4 : Les membres du bureau exécutif élus lors du congrès national de l’UGTT (janvier 2017), avec au centre Naima Hammami

© facebook.com/pg/ugtt.page.officielle

Bibliographie

Ben Rhouma Amel, Kchouk Bilel, 2019, « L’accès des femmes aux postes de gouvernance dans un contexte de transition démocratique », Travail, genre et sociétés, n° 41 (à paraître).

Gobe Éric, 2016, « Système électoral et révolution : la voie tunisienne », Pouvoirs, n° 156, 71-82.

Guillaume Cécile, Pochic Sophie, 2013, « Syndicalisme et représentation des femmes au travail », in M. Maruani (dir.), Travail et genre dans le monde. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 379-387.

Kirton Gill, Healy Geraldine, 2013, « Stratégies en faveur de la démocratie de genre dans les syndicats », Travail, genre et sociétés, n° 2, 73-92.

Kréfa Abir, 2016, « Les rapports de genre au coeur de la révolution », Pouvoirs, n° 156, 119-136.

Mahfoudh Dorrah, 2012, « Une analyse genrée de la situation en Tunisie : Avant et après le 14 janvier 2011 », Rapport pour la GIZ – Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit.

Selmi Arbia, 2019, « Les syndicalistes femmes contre le plafond de verre dans la Tunisie (post) révolutionnaire », Ethnologie Française, n° 2 (à paraître).

Yousfi Hèla, 2014, L‘UGTT, une passion tunisienne : enquête sur les syndicalistes en révolution, 2011- 2014, Paris, Karthala.

Arbia Selmi

Doctorante EHESS sous la direction de Sophie Pochic, Directrice de recherche (CNRS, Centre Maurice Halbwachs – ENS et EHESS) et boursière d’aide à la mobilité internationale de l’IRMC 2018-2019. Contact : arbiaselmi@gmail.com

Pour citer ce billet : Arbia Selmi, «Femmes et démocratie syndicale en Tunisie : « une mobilisation pour l’égalité »», Le Carnet de l’IRMC, N° 23, janvier-avril 2019. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2270.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Réflexions sur la méthodologie de mon travail de recherche à Tunis sur les femmes qui deviennent mère sans être mariées

En mémoire de Pierre Bonte,

 

Definitions belong to the definers, not the defined
Toni Morrison, Beloved

photographie de l’auteure

Mon travail de recherche porte sur les expériences de femmes à Tunis qui sont mères sans être mariées. La méthode du travail s’appuie sur la collecte de récits de vie.

Récemment, j’ai lu dans un ouvrage consacré aux biographies et récits de vie que la restitution de la vie individuelle, ou plutôt des éléments de cette vie, favoriserait une meilleure compréhension sociologique. Je me suis dit « Ok j’arrête ». En effet, je dois reconnaître que ma démarche ne vise pas à une compréhension sociologique de la société tunisienne. Je ne prétends pas – par mon travail – expliquer la condition de la femme en Tunisie – ou encore moins de la femme arabe – ou bien donner un aperçu de ce qu’est la parenté en Tunisie ou des rapports de genre. Si mon lecteur pourra trouver des éléments d’intérêt en ce sens j’en serais ravie mais ce n’est pas mon objectif. « Pourquoi alors poursuivre ? », me suis-je dit. Je crois que faire de l’anthropologie ce n’est pas exactement faire de la sociologie. Je crois que les deux disciplines sont différentes même si la vague postmoderniste des années 80, 90 et début 2000 les a de plus en plus confondues (et même si elles sont indéniablement plus proches dans le monde universitaire anglo-saxon). Lorsque je veux faire de l’anthropologie, je m’oriente dans le sillage d’une démarche « plus philosophique », qui s’interroge sur la vie et le vivant (je pense aux travaux de Enric Porqueres i Gené sur le corps au Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales et aux travaux de Pierig Pitrou et Frédérick Keck sur le vivant au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales). Ici l’influence (la sensibilité) de C. Levi- Strauss est encore évidente (malgré les attaques postmodernistes, parfois bien fondées). C. Lévi Strauss avait écrit que l’anthropologie est « une expérience existentielle ». En effet, étant donné que la plupart des recherches anthropologiques portent sur des questions ou/et de terrains délicats, et/ou difficiles, qui impliquent très fortement l’anthro-pologue au niveau humain, il ne semble pas très probable que le chercheur en anthropologie se mêle de tout cela par amour « d’une meilleure compréhension sociologique » d’une communauté ou groupe humain. Je crois que ce qui le taraude est la vie, le vivant, l’humain. Cela s’exprime-t’il ? Qu’est-ce que être vivant ? Qu’est-ce que être un être humain et pas seulement une personne ? Qu’est-ce qui nous fait vivre ? Qu’est-ce que c’est d’être mère ? Qu’est-ce que c’est la parenté ou kinship ou qarāba ? Qu’estce qu’une société juste ? J’espère ne pas exagérer avec ces grands questionnements. Ils guident la recherche bien qu’on ne pourrait pas leur trouver de réponses absolument vraies et/ou définitives. D’après moi, interroger le vivant signifie poser son regard sur les relations, la violence, parfois la brutalité, les affects, l’amour, l’ordinaire dynamisme d’un travail et du soin de l’autre, surtout d’un enfant.

Ce préambule m’a semblé nécessaire pour être sincère sur mon état d’âme dans l’actualité de ma recherche (dans le “recherchant ”, je pourrais dire1). Par là, je voudrais expliquer au lecteur pourquoi j’ai choisi mes questionnements et j’ai construit ma problématique non seulement à partir des travaux juridiques et anthropologiques – en particulier dans ce qui conventionnellement est l’anthropologie des sociétés musulmanes et l’anthropologie de la parenté – mais aussi de quatre romans de femmes écrivains. En effet, ces quatre livres sont restés présents à mon esprit depuis que j’ai commencé cette recherche, avec la critique littéraire qui les concerne2.

© acacia.tv.

Expérience et subjectivité

J’entends par expérience l’ensemble des sentiments, perceptions, opinions et pensées auxquels une femme fait référence dans la narration de son histoire et des faits de sa vie. Je maintiens dans mon travail qu’il existe une réalité intérieure et une réalité extérieure, indépendante de l’individu. La première est composée des sentiments et des pensées des femmes ; la deuxième correspond à ce qui se produit dans le monde, dans leur environnement ou par les comportements de ceux qui les entourent. Naturellement, dans une perspective phénoménologique même la deuxième n’est constituée que des apparences, c’est-à-dire qu’elle n’existe que dans la mesure où l’individu la reçoit et l’aperçoit3.Cette notion d’“expérience” est pensée à partir de la structure de The Waves de Virginia Woolf où les voix de six personnages s’entrecroisent. Chaque voix appartient à un personnage (trois femmes, trois hommes) mais les sentiments et les réflexions de chacun/e sont traités comme « choses réelles » appartenant au monde sensible. Chaque voix porte des éléments strictement personnels aussi bien que des sentiments ou des réflexions sur des évènements partagés par les six. Paroles et images circulent entre les personnages, par moments elles appartiennent à un individu singulier, par d’autres elles leurs appartiennent en tant que collectivité. À certains moments existe l’individu, à certains moments cet individu est dissous dans l’ensemble collectif, pour re-émerger comme singularité successivement. Le modèle de The Waves permet de fonder un discours subjectif sans faire disparaître l’Autre. Pour cela, mon choix méthodologique est de garder une certaine distinction entre l’individu et le monde, entre le sujet et les faits, au moins comme  point de départ.

De plus, le travail de Virginia Woolf est marqué par la volonté de rendre le tissu de l’expérience « quotidienne » ou « ordinaire ». La même préoccupation est rentrée dans la recherche anthropologique, sous l’influence de la pensée de Merleau- Ponty. Par rapport à mon travail de recherche cela est important car il faut détacher la narration qui concerne la femme qui est mère sans être mariée, du domaine de l’exceptionnalité, du dramatique, du traumatique. L’expérience de cette maternité est quotidienne, faite de choses ordinaires et communes. Comment chercher cette quotidienneté ? Dans les détails de la vie quotidienne de chacune mais aussi dans la manière dont chacune fait face et gère les faits de son quotidien. Les faits s’imposent comme données sensibles, réelles. Ils s’inscrivent dans le corps, ils provoquent des émotions et ils demandent de la réflexion. En deuxième lieu, le quotidien s’inscrit dans l’espace. L’expérience se caractérise par un espace et par une durée et pour cela elle est mouvement. Le mouvement se décline en plusieurs formes (errance, déménagement, changement de lieu de travail, aller-retour de certains lieux ou personnes). Ce qui me semble important c’est de ne pas de maintenir la narration de la mère non mariée sur la case “dar”  (maison et famille). La famille est lourde et importante, les proches sont une présence-absence constante dans les narrations mais il y a plus que cela ; il y a un mouvement – qui est d’abord mouvement du corps dans l’espace –au-delà de ces liens et de ce lieu.

© femmedetunisie.com.

Cette approche ne revient pas à nier les aspects plus sombres de la violence physique et psychologique de l’entourage et de la mise en marge sociale. Toutefois, il faut en finir avec le drame, qui ramène à soi le coût humain tragique d’être l’“autre” (Moglen 1993) par rapport à une supposée normalité sociale ou d’être celle qui est “différente” ou “mauvaise (khaiba)”. Ces réflexions sont inspirées d’un deuxième roman qui est Beloved de Toni Morrison. Une de ses protagonistes, Sethe, est une femme qui échappe à l’esclavage avec ses quatre enfants. Quand l’homme qui revendique sa propriété se présente à sa porte, Sethe réagit en cherchant à tuer ses enfants pour les libérer de leur destinée d’esclaves. Une fille est tuée, qui reviendra dans la vie de Sethe et de sa fille Denver, et dans leur maison4 des années plus tard : elle se nomme Beloved. Beloved est particulièrement utile pour penser le rapport entre maternité et violence, dont je traiterai par la suite. Pour l’instant, je voudrais faire remarquer la marginalité de la femme esclave et le fait qu’elle soit définie comme “objet”, à la fois méprisé et désiré par le Blanc. Les modalités de cette objectivation questionnent la façon dans laquelle est construit le marginal, et la manière dans laquelle l’identité de certaines personnes –les femmes qui ont un enfant sans être mariées dans cette recherche – risque d’être fixée et imposée par autrui. Elles sont invisibles en elles-mêmes et visibles seulement par rapport à la majorité sociale qui les définit et les stigmatise. L’attention portée à la vie quotidienne permet à une femme de se positionner en tant que narratrice de sa propre histoire. Le rapport entre la façon de [se] voir et d’être vue renvoie aussi au développement de la morale d’une société. Elle sera reprise dans le paragraphe sur “honour and shame”. Elle est au coeur du troisième roman de référence pour mon travail, Burger’s daughter de Nadine Gordimer.

Je travaille avec une notion de subjectivité qui s’échappe un peu du seul rapport avec l’H/histoire ou la nécessité (Bourdieu) ou le pouvoir (Foucault). Etre ou devenir quelqu’un suit un rythme qui ressemble à un match de tennis où l’individu se fait et se refait par rapport aux autres et par rapports aux faits vécus et qui ne sont pas contrôlés par lui (et le match de tennis est un thème récurrent de la littérature contemporaine, par exemple dans Infinite Jest de D. Foster Wallace, Purity de J. Franzen ou Open de A. Agassi). Dans le match de tennis le joueur prend la mesure de l’autre joueur et de son jeu au fur et à mesure que le jeu continue. En effet, en suivant la pensée de Paul Ricoeur, l’unité [du corps et de l’âme, de l’homme et du monde dans lequel – d’après Merleau-Ponty – il est incarné, la chair qui est sa chair] n’est pas réduction ou fusion, mais médiation. Il faut prendre en compte l’altérité, ce qui ne dépend pas de moi, l’involontaire. Et c’est pour cela que la structure The Waves donne le modèle (ou le rythme) pour relier ensemble les voix des femmes qui me parlent de leur maternité.

Le discours sur la domination est essentiel, soit en ce qui concerne la domination sur le plan économique – y compris les conditions de travail –, et politique/administratif – y compris l’échiquier de l’aide social qui se configure en réponse aux attitudes des bailleurs de fonds internationaux – , que sur le plan des dynamiques familiales. Toutefois, je ne voudrais pas détacher l’analyse des faits et des récits de l’individu singulier. En effet, je crains qu’insister sur la notion de “pouvoir” dépouille la narratrice de sa narration, lui impose – encore – un ordre supérieur et abstrait auquel elle devrait rendre compte des circonstances de son existence. Je voudrais maintenir l’aspect sensuel de la parole qu’on trouve chez Virginia Woolf, où le mot ne sert pas à construire le discours structuré sur soi-même mais à raconter. Et le récit, qui sur le terrain est oral, est à mon avis ouverture et mouvement plutôt qu’autodéfinition du sujet ou recherche d’une vérité ultime.

Bindurgroman et narration

La maternité est pensée à partir du bildungroman, en particulier du bildungroman de Martha Quest dans le cycle des Children of Violence de Doris Lessing où l’héroïne accomplit un long travail de transformation et de recherche de soi-même. L’idée est de raconter la construction, littéralement les faits qui comme des briques sont mis l’un après l’autre, jour après jour pour tracer le parcours de la maternité. Le point de départ est l’évènement – la grossesse – qui force la personne à faire face à quelque chose de diffèrent, inattendu et problématique dans la société tunisienne. Bildung est un terme qui fait plutôt référence à la construction de soi, à un processus d’apprentissage et d’éducation conduisant à la maturité. Toutefois, ce qui m’intéresse plutôt dans la structure du bildungroman est l’enchaînement d’événements, de faits à travers lesquels l’individu devient, forme sa subjectivité : dans le cas de ma recherche celle d’être mère. Il s’agit d’un genre qui suit un certain canevas, dans lequel l’héroïne cherche à s’émanciper des rôles traditionnels, les rejette explicitement et à la fin trouve sa place dans la société, typiquement en dehors du mariage. Bien que cela relève de la construction fictionnelle, où le personnage entend se poser “contre” les normes de sa société pour chercher des solutions alternatives, il est pour moi évident que les questionnements appartenant au bildungroman féminin peuvent être repris pour aborder l’expérience de la maternité de femmes non mariées en Tunisie.

© directioninfo.com.

D’abord il permet de se concentrer sur les faits. Cela selon deux perspectives. En premier lieu, on peut se référer à la “facticité”, c’est-à-dire à la véritable appartenance de l’individu au monde par ses gestes concrets ; il est au monde par ses agissements5. Ainsi, la maternité n’est pas un projet ou le résultat d’une réflexion mais un ensemble de faits. Les réflexions sur sa propre maternité ne sont pas une vision sur la maternité mais elles font partie du « devenir mère » ; elles sont – ainsi que les sensations – une partie du réel. En deuxième lieu, poser l’attention sur les faits permet de situer l’histoire de chaque personne au coeur de l’histoire et des enjeux économiques et sociaux du contexte où elle vit. Les relations familiales, les ruptures sentimentales, les conditions de travail, les problèmes d’hébergement s’inscrivent dans un contexte économique et – peut-être surtout – politique qui conditionne le comportement individuel sur le plan objectif : par exemple les frères vont à l’école, les soeurs restent à la maison ou sont envoyées travailler en ville à un jeune  âge. La narration restitue les données de l’expérience où chaque fait est lié à l’autre, et aux faits des autres.

Cela dit, facticité n’est pas linéarité.  Le temps de la narration est un problème majeur. Très souvent il refuse d’être systématisé, coupé en instant précis. Il est durée, mais une durée qui n’est pas linéaire, qui est contradictoire, diachronique. Au cours de la narration, le même événement peut surgir à des moments différents (par exemple, le même épisode de violence est raconté avant l’accouchement et lorsque l’enfant a 7 ans). Bien sûr, cela relève aussi de la manipulation du temps, afin de ne pas raconter certaines choses (par exemple les réactions de l’entourage à la découverte de la grossesse). La narratrice, volontairement ou involontairement, fait ce qu’elle veut avec son expérience et le flou de sa durée, qui est toujours réversible. La chercheuse que je suis court derrière ce flou, doit le restituer sur la base des questionnements, d’analyses, doit le couper, l’ordonner, ce qui est trahir la narration et l’expérience telle qu’elle est relatée. C’est ici que le genre sociologique dévoile sa limite devant l’histoire de [la] vie. Cela demande de la créativité, ce qui n’est pas toujours évident.

À part le titre, qui peut être évocateur, in Children of Violence, comme dans d’autres romans, Doris Lessing met en valeur le rôle nourricier, la réappropriation du rôle nourricier par la femme comme une alternative valable à la violence, dans le discours et dans la pratique, aussi bien que comme une solution pour avancer dans la vie de façon autonome. Ce rôle n’est pas pensé forcement en relation aux enfants, mais aussi – par exemple – comme forme d’engagement politique (ce qu’elle partage aussi avec Nadine Gordimer, notamment dans Burger’s daughter) et comme prise de position envers l’histoire de son propre pays (dans Beloved de Toni Morrison). Ces romans font écho aux critiques du féminisme classique par des auteur(e)s arabes et afro-américaines, en particulier là où il s’agit de faire sortir les femmes arabo-musulmanes des schémas qui les définissent irrémédiablement comme « victimes » et de mettre en valeur une culture féminine qui donne une connotation très positive au fait d’être « responsable pour » (Abu Lughod 2002).

Cela semble d’autant plus vrai lorsque sa propre maternité est vécue et maintenue dans des circonstances économiques et sociales adverses et contre la volonté de ses proches. Le récit dévoile le plaisir têtu d’une femme à revendiquer son enfant en dépit de la situation difficile dans laquelle elle se trouve et du mépris des siens (qui encore lui demandent d’abandonner l’enfant 4 ans après la naissance) : celle qui dit « celui-ci est mon enfant et je ne le laisse pas, et c’est tout ».

Enfin, avec Beloved Toni Morrison trouve une réponse à la question : à quoi sert de raconter ? À quoi sert la mémoire individuelle, si elle relate des évènements “faux”, si à travers eux, on ne peut pas atteindre la “vérité” ? Les critiques postmodernistes des années 80 ont largement déconstruit les prétentions de vérité de l’anthropologie et a radicalement mis en question la valeur du récit ou les récits des informateurs. Pour cela, beaucoup ont choisi l’observation participante. Toutefois, si la narration individuelle n’est pas en soi un vecteur de “vérité”, la mémoire collective, c’est-àdire la collecte des récits de plusieurs personnes, est, elle, le moyen de relater des événements qui ne peuvent pas être niés ou mis en question par la fragilité du témoignage individuel. Ainsi se forge la mémoire des tragédies du passé (l’esclavage dont Beloved témoigne, la Shoah en Europe…) du présent (la mémoire des migrants, la mémoire des exilés forcés…) aussi bien qu’il se dessine l’expérience collective d’un fait, – telle la maternité des femmes qui ne sont pas mariées – qui est à plusieurs égard difficile à assumer par la société tunisienne (par les familles, par les institutions et par les services administratifs, au niveau législatif) et qui pour cela est souvent refoulé dans le non-dit, le noir. A l’égard de cette situation, s’il est méthodologiquement problématique d’attribuer un statut de vérité à un récit individuel, il est aussi problématique de nier à ce statut un tel récit, qui est porteur d’une expérience délicate et parfois traumatique. Je ne peux pas considérer qu’une femme est en train de dire « la vérité » mais je ne peux pas non plus considérer que ce qu’elle dit « n’est pas la vérité ».

Plutôt que sur le plan de la “vérité”, il vaut mieux aborder le récit de vie dans la perspective de ce que Chimamanda Ngozi Adichie a appelé “the danger of a single story” : « show people as only one thing, as one thing, as only one thing over and over again and this is what they become ». Le caractère imparfait, non linéaire du récit de vie, ses contradictions, le fait de toujours manquer d’une cohérence définitive, les histoires multiples qu’il contient empêchent de figer la narratrice dans une histoire définitive : « Individual life contains a heterogeneous compilation of stories. If you reduce people to one, you are taking away their humanity ». Ainsi on retourne à la structure de narration de The Waves et à l’importance de porter l’attention sur l’expérience de l’ordinaire (ou à l’ordinaire dans l’expérience) de chaque femme qui participe à la recherche6. Cela pour sortir du cliché de la mater dolorosa, et du personnage figé de « la mère célibataire en Tunisie », plat, par définition sans perspective(s).

« Honor and Shame »7

Un courant en anthropologie (Davis, Gilmore, Peristiany, Pitt-Rivers) a voulu reconnaître aux sociétés de la Méditerranée une constante de valeurs sociales, c’est-à-dire le sentiment de l’honneur chez les hommes impliquant une correspondante valeur de honte ou de modestie imposée aux femmes par la société. L’honneur comme la honte relevaient essentiellement des comportements sexuels masculins (le premier) et féminins (le deuxième). Ce courant a été très critiqué, soit pour avoir reconnu à un ensemble de sociétés la même dynamique de valeurs et de rapports de genre, soit pour son contenu (Herzfeld et Wikan, pour n’en citer que deux). En effet, on a d’abord remarqué que le binôme de “honor and shame” était insuffisant à embrasser une variété de valeurs, par exemple la [bonne] réputation ou le prestige découlant d’un bon statut social ou d’une affiliation réussie, la capacité d’accueillir un hôte, la capacité de donner de la protection. Est apparue comme inappropriée la polarisation axée sur le genre pour laquelle une catégorie, celle de l’honneur, était attribuée exclusivement aux hommes alors que l’autre, celle de la honte ou de la modestie était laissée aux femmes. En deuxième lieu, le fait de les assumer en tant que règles sociales empêchait d’analyser les pratiques à travers lesquelles de telles valeurs étaient censées se manifester dans des contextes de vie quotidienne, par exemple par le bavardage ou les rumeurs. Enfin, cette dyade terminologique masquait une diversité linguistique qui contient des termes tels que ird, aaib, haram, sharaf, darja, ‘aar, hashma.., dont la signification dépend d’un comportement concret dans un contexte social précis, plutôt que d’une abstraction théorique.

Malgré les critiques, la catégorie demeure bien vivante aujourd’hui car elle a été reprise, surtout dans la littérature anthropologique et sociologique de l’Europe du Nord et des Etats-Unis, dans les termes de “honor-killings” ou “honorcrimes”. Ils renvoient aux femmes appartenant à ou ressortissant d’une zone géographique précise et vaste (Moyen- Orient et pays musulmans) tuées par leur père ou leur frère à cause d’un comportement lié à leur sexualité.

Or, il y a beaucoup de raisons pour éviter l’usage des catégories de “honor and shame” et les significations qui leur sont rattachées (l’honneur de l’homme est lié au comportement sexuel de la femme). Dans mon travail, j’en ai prises en considérations certaines, qui appartiennent à des domaines qui me sont familiers. Je les énumère ci-dessous dans un ordre qui n’est pas strictement logique. Il y en a surement encore d’autres. En particulier, je voudrais m’arrêter sur le domaine juridique, car souvent l’honneur est présenté comme une règle: un homme (musulman) fait ceci lorsque sa fille ou sa soeur fait cela.

1) Sur ces questions il n’y a quasiment pas d’études. Il n’y a que peu de travaux anthropologiques sur les rapports frèressoeurs dans le monde arabe (à l’exception des travaux de S. Joseph et de G. Kressel en 1981). Il y a très peu de travaux sur les comportements sexuels féminins hors d’un pacte matrimonial. Il n’y a pas de travail sur les naissances dites “hors-mariage”, pour lesquelles il vaudrait mieux parler de “naissances sans nasab”. Les travaux sur les honnor-killing se basent sur des sources journalistiques et sur les procès dans les tribunaux, mais pour chaque cas de meurtre on pourrait avoir 100 ou 1000 cas où le comportement sexuel n’est pas sanctionné dans le cercle de la parenté/dans la parentèle : on ne sait rien sans une recherche de terrain approfondie8. Tout le reste relève de cliché et de préjugé, ce qui est particulièrement grave dans le milieu scientifique9. En outre, les anthropologues qui ont écrit sur le sujet l’ont souvent fait en marge à d’autres problématiques (par exemple cela est vrai pour les travaux de Kressel, qui cependant sont très intéressants car il remarque une relation entre le statut social de la famille de la fille qui est censée avoir dépassé une limite avec son comportement dans la sphère sexuelle/ sentimentale et le degré de violence de ses proches contre elle).

2) Dans la mémoire de plusieurs personnes ayant vécu leur enfance ou leur jeunesse dans la Medina de Tunis et à Halfaouin dans les années 50 et 60 il y a le souvenir de femmes pas mariées (c’està- dire pour lesquelles il n’y avait pas eu signature du contrat ni fête de mariage10). Elles habitaient avec leurs enfants dans une des chambres des maisons qui à l’époque dans ce quartier étaient très grandes. Il y a aussi la mémoire de  femmes ayant eu des bébés par des hommes de passage ou qui avaient disparu après la naissance de l’enfant11. Ces maisons accueillaient différents membres de la qarāba, appartenant à différentes générations, y compris des hôtes qui s’installaient avec le consentement de l’agnat décideur et devenaient partie de la maison. La circulation d’enfants était aussi importante : beaucoup d’enfants étaient élevés par des voisins ou des proches. Ils étaient intégrés à la maison par les faits (on vivait et on jouait ensemble), par la nourriture (on mangeait ensemble) et par le langage de la parenté (ils étaient frères et soeurs, puis une fois grands aamm/t ou khl/t). Pour ce qui concerne le nom de famille12, il n’était pas rare qu’un homme donne son nom de famille aux enfants de sa fille lorsque celle-ci revenait à la maison avec eux, après avoir constaté l’échec de son mariage en raison du fait que son mari ne s’était pas montré à la hauteur [du statut] de sa famille à elle.

3) Je considère qu’il faut désaxer l’analyse des maternités hors mariage ou sans nasab du domaine du “péché de la chair”. En effet, le doute qui plane lorsque on parcourt la littérature récente et moins récente sur l’honneur, est que l’auteur est en train de traiter d’un péché sexuel et que la femme serait punie par ses proches mâles pour cela. Or, le “péché de la chair” appartient à la tradition chrétienne et il a sa source dans la distinction très forte chez Paul de Tarse entre l’âme et le corps. Ainsi pour Paul de Tarse le mariage était le dernier rempart contre ce péché mais la perfection chez l’homme était de ne pas toucher de femme et « pour ceux qui n’étaient pas mariés et les veuves » de rester dans cette condition (1 Co, 7). Le discours qui suit est peut-être un peu simplifié mais je crois qu’il a sa validité. Le droit est une façon de penser. Les pratiques peuvent être bien différentes, cela n’empêche que comme toute philosophie le droit transmet des valeurs et un savoir propositionnel qui est incorporé par les individus. D’autant plus  que dans la tradition européenne les savants, ceux qui forgent les catégories de la pensée, sont des ecclésiastiques. Leur savoir est passé de génération en génération dans les universités et dans les livres, lu, écouté et appris par les jeunes étudiants.

La position de Paul trouve une correspondance dans la philosophie stoïcienne de l’époque qui commence à valoriser le couple et le mariage pour les raisons dont traite M. Foucault. Le droit canon qui se développe au cours des siècles, jusqu’à sa stabilisation au XIVe siècle, est binaire, c’est-à-dire qu’il marque la distinction entre le mariage (basé sur le consentement) et l’absence de mariage, aussi bien qu’entre la filiation dans le mariage et la filiation hors mariage (le concept de filiation est très tardif : le droit civil et canon l’assimilent pleinement au XIVe siècle). Ainsi, jusqu’à la Révolution française les enfants nés hors mariage n’ont pas de droits, même lorsqu’ils sont reconnus par leur père. Le droit civil européen – c’est-à-dire celui qui n’est pas dérivé de la tradition de Common Law13 – est aussi basé sur une distinction fondamentale : celle entre le bien et le mal, le bon et le mauvais. Ainsi tout comportement est classé selon ces deux paramètres. Non seulement les comportements, mais aussi les pensées sont ainsi catégorisées. En effet, le droit européen abolit la distinction entre le for intérieur et le for extérieur : le juge est appelé à décider non seulement des faits mais aussi des intentions des agents. On peut trouver la racine de cela dans les Evangiles. L’Eglise catholique en fait le fondement des procès de l’Inquisition médiévale mais cela continue dans la tradition luthérienne et protestante, avec par exemple, la chasse aux sorcières. Jusqu’à aujourd’hui, le juge pénal distingue entre le dol (volonté de nuire) et la faute.

Or, il me semble que le discours académique du “honor and shame” soit très imprégné de ces composantes normatives, voir le péché sexuel, une idée très précise de ce qu’est un mariage, la notion de filiation, l’idée du mal et la définition d’un sentiment féminin, c’est-àdire la honte, ainsi que du sentiment chez l’homme de sa propre valeur, c’est-à-dire l’honneur, donc d’états d’âme intimes et intérieurs.

Je voudrais porter l’attention sur certains éléments du fiqh islamique qui sont différents. Parler de la tradition juridique de l’Islam est important car souvent – comme dans la littérature sur les “honor-killing” – le fait d’être musulman/e est considéré déterminant pour analyser les pratiques des acteurs. En général, l’Islam est évoqué dans les discours savants (intellectuels et professeurs universitaires, fonctionnaires, intervenants de la société civile…) lorsque on traite de ces maternités peu conventionnelles, voir irrégulières.

Maints travaux – aussi à vocation féministe – ont insisté sur l’importance du corps et de la sexualité dans l’Islam. Le mariage est une pratique fortement valorisée dans la religion car il caractérise la vie adulte, tant pour l’homme que pour la femme. Comme l’ont démontré les historiens, le mariage dans les pays musulmans a été jusqu’à une époque récente une pratique non définitive et temporaire, car il était commun dans la vie des hommes et des femmes de se marier plusieurs fois14.

Le mariage est une pratique dont le fiqh s’est peu occupé, dans la mesure où il n’y a pas de règles fixes de validité pour celui-ci. Le mariage est essentiellement affaire de familles. Les juristes de chaque école du droit ont exprimé des opinions. Il y a des éléments plus ou moins réguliers (le mahr, les témoins…) mais on peut trouver chez certains docteurs des opinions contraires, et surtout la pratique est considérée dans son contexte. En effet, le fiqh islamique ne se présente pas sous  la forme de propositions abstraites et générales, mais il contient un ensemble de discussion de cas et d’hypothèses pour lesquelles on recherche une solution sur la base de sources fondamentales : le Coran, la Sunna, le consensus et l’analogie.

© jocelynezocca-eft-coach.fr

De même, le rapport entre se marier et avoir des enfants n’est pas fixé comme en droit canon. En fait, l’enfant doit avoir le nom du père, et il doit donc être inscrit dans un nasab. Le nasab est d’après les théologiens musulmans une des darourat, c’est-à-dire une des conditions indispensables de la vie, dont la protection est le véritable objectif de la Sharia15. L’attribution de la paternité requiert une forme de publicité, soit par la fête du mariage qui précède la conception de l’enfant, soit par le fait de dire « celui-ci est mon fils » à travers l’iqrār (déclaration de paternité) soit par le témoignage de plusieurs personnes. Pour cette raison, une fois que l’enfant a un nasab, le fiqh ne fait pas de différence entre ceux qui sont nés hors mariage et dans le mariage, d’autant moins entre les enfants nés dans un mariage et ceux reconnus par leur père. Cette référence unique au nasab est passée dans la loi tunisienne (art. 67) même si la loi semble mitiger les effets de l’iqrār (art. 71) et les limiter à l’auteur de la reconnaissance16.

On va ajouter à cela que la tradition musulmane encadre les actions humaines dans un spectre plus large que le binôme du bien et du mal, car il y a cinq catégories d’actes : obligatoires, recommandés, indifférents, blâmables et interdits (haram). Le juge n’est pas censé explorer l’intentionnalité des actions car seul Dieu peut se pencher sur le for intérieur de l’individu. Ainsi, par exemple, la nuisibilité des actions est mesurée par le moyen ou l’instrument par lequel elles ont été accomplies (par exemple, un couteau) plutôt qu’en sondant la volonté de la personne qui a accompli l’action.

Par cette comparaison très simplifié entre deux systèmes normatifs je voudrais souligner que le concept d’honneur tel qu’il a été construit en anthropologie porte sur des sous-entendus théoriques précis. Pour cela, il vaut mieux se tourner vers les pratiques.

4) D’un point de vue terminologique, aux notions de sharaf et de hashma ne corresponde pas forcement une division de genre. Hāsham est, par exemple, celui qui copie pendant un examen. Taŝrih ‘ala assharaf est une certification administrative (déclaration sur l’honneur), valide pour les femmes comme pour les hommes. Un mot très utilisé en Tunisie est bourjoulia, qui signifie littéralement “une chose ou un  acte qui est propre à un homme” mais ce terme est désormais utilisé tant par les femmes que par les hommes pour indiquer une chose bien faite ou pour déclarer avoir bien fait une chose, de la bonne façon, sérieusement. Plutôt que les notions de sharaf et de hashma, lorsqu’on parle avec des femmes qui sont mères sans être mariées c’est la racine ŝ.l.h qui se répète. Pour insulter une femme qui a eu un enfant sans être mariée, on dit « ma taŝlahsh », c’est-à-dire « tu n’as pas tenu la route, tu n’es pas allée droite, ton comportement n’est pas approprié ». Une mère envoie son fils au kuttab le dimanche matin « non pas pour qu’il devienne un terroriste, mais parce qu’il devienne ŝālah, une personne « qui connait la différence entre le haram et le halal, entre sa mère et sa copine, pour qu’il sache avec qui on peut dormir ». La racine ŝ.l.h indique en fait ce qui est correct, utile, bon au niveau de la façon d’agir et de se comporter17. C’est un savoir-faire en société. De plus, l’expression qui est utilisée davantage pour définir le fait d’avoir eu un enfant hors-mariage est ghlut, « j’ai fait une erreur ». Le terme dunb (péché ou faute) ne définit pas le sexe hors-mariage, mais on dit que les enfants n’ont pas de dunb, parce qu’il n’est pas juste qu’ils souffrent des conséquences de la situation de leur naissance. On me dit « ça dépend du cerveau de la femme, c’est à elle de choisir entre le correct (ŝhīha, racine ŝ.h.h) ou  l’erreur (ghālta) ». Le terme haram semble davantage utilisé pour définir le rapport occasionnel ou la prostitution (« je ne veux pas donner de l’haram à manger à mon fils ») que pour se référer au fait d’avoir conçu un enfant hors mariage. Surement, je n’ai jamais rencontré de femme qui ait défini sa maternité en tant que telle comme haram. Bien sûr, si je demande pourquoi les gens font des problèmes aux mères non mariées, on me répond « Marta, c’est haram ! ».

niveau méthodologique, je préfère analyser les relations entre une mère qui n’est pas mariée et ses proches (en particulier ses frères et soeurs) et l’environnement social vécu sur la base des concepts de champ social (Bourdieu) et de ceux que Wittgenstein appelait patterns of correctness. Le concept de champ social me sert à imaginer l’ensemble des personnes concernées comme positionnées dans un contexte, un espace physique mais aussi temporel. Chacune occupe une position en fonction du capital matériel (l’argent, les propriétés…) et symbolique qu’elle (l’âge, l’ordre de naissance, le statut social découlant de sa profession…), mais aussi du fait de son comportement vis-à-vis des autres. En effet, ce qui m’intéresse de remarquer est cette notion de correctness. La pensée de la deuxième période de Wittgenstein porte sur l’usage, notamment celui d’une langue. Il remarque qu’il n’y a pas de normes, mais plutôt de régularités. Surtout, il pose l’accent sur la différence entre ce qui est right et wrong, et ce qui est correct ou incorrect. En effet, dans l’apprentissage ou dans l’usage d’une langue, l’enfant entre dans un système qui le précède. Il n’apprend pas sur la base de règles, mais il s’adapte aux pratiques des autres locuteurs. Il se positionne dans un système où ce qui importe est la pratique du langage est non pas ce qui en abstract est bon ou mauvais. Ainsi il apprend qu’il est en train d’utiliser correctement un mot, lorsqu’il l’utilise comme les autres régulièrement le font. Cette même idée je l’applique aux maternités hors mariage ou sans nasab. Il vaut mieux s’éloigner de la perspective du “honor and shame” et mesurer plutôt les comportements individuels, tant féminins que masculins, d’après des modes (patterns) de comportement qui résultent comme corrects (ou adéquats) ou incorrects (inadéquats) dans le jeu des relations sociales. D’ailleurs, sharaf plutôt qu’une qualité morale signifie la noblesse, le niveau social découlant du prestige, de la bonne conduite, de la bonne éducation, du savoir… La femme qui a un enfant sans être mariée est rejetée car elle jette l’ombre du soupçon sur sa famille, le soupçon qu’il s’agit de gens qui ne savent pas bien se comporter. Pour les frères et les soeurs de cette femme cela pourrait afficher qu’ils ne sont pas de bons partenaires matrimoniaux.

Traiter la question de ces maternités en termes de correctness plutôt qu’en termes de valeurs amène à analyser ces maternités comme des faits qui sont aperçus comme irréguliers, plutôt que comme des faits qui sont mauvais en l’absolu. La maternité “irrégulière” d’une femme devient ainsi une pratique collective ; la notion de correctness implique la collectivité. Le comportement de la femme qui devient mère sans avoir signé un contrat de mariage se façonne en relation aux attitudes et aux réactions de ses proches, du géniteur de l’enfant et de ses connaissances. Il y a une différence de genre entre ce qui est correct pour une femme et ce qui est correct pour un homme. Par exemple, le comportement d’une fille qui reçoit une sanction négative lorsqu’elle est définie bint shera (fille de la rue) alors que son opposé, bint familia, indique des modes de comportement positifs. Cela varie aussi en relation à l’âge et à la position sociale.Toutefois, l’enjeu pour hommes et femmes est de démontrer la capacité à se contrôler et à garder le contrôle sur leur corps, leur actes et sur leurs relations, à agir de façon rationnelle et socialement acceptée, c’est-à-dire relationnelle. Le décalage de genre peut se brouiller lorsque la femme adopte des comportements qui la repositionnent sur un bon chemin (pattern), lorsque par exemple elle a un bon statut social en raison de son métier et de son salaire. Ainsi certaines de ces femmes se trouvent en compétition avec leurs frères sur le terrain du statut social. La réintégration à la famille ou à une vie communautaire est l’indice d’une correctness retrouvée. Pour cela elle représente le premier objectif.

© maxresdefault.

Cette approche permet aussi d’avoir un instrument pour se rapprocher d’un ensemble de narrations individuelles où – comme le disait la responsable d’une association en parlant des réactions des proches – « il n’y a pas de règle ». En d’autres termes, pour analyser si et pourquoi un comportement est correct ou incorrect il faut partir de ce que les gens font, de l’environnement physique et du temps où ils vivent et de leurs équilibres de relations avec les autres. L’avantage est de créer l’espace pour le changement et pour la diversité : par exemple, pas tous les frères ne réagissent de la même manière. Alors pourquoi ? Où est l’honneur ? De plus, cette approche permet de poser l’attention sur ce qui est appris par les sens, notamment la vue (sharaf) et l’ouïe (sm‘a), et par la parole.

et qui savait que tu avais accouchée ? personne, seulement F.et F. et après ? après ils ont entendu (ysam‘ou bya) qu’on a écrit le contrat, mes affaires sont claires, tout le monde a entendu (sam‘ou bya ness el koll)… ma mère la pauvre n’entend (ouïe) pas (ommy meskina ma tesma‘sh) et ton père ? mon père il a entendu (baba sma‘ bya).

Le verbe sm‘a est utilisé ici dans une double fonction : celle de signifier le fait de prendre connaissance de la nouvelle et la capacité physiologique de l’ouïr. La narratrice met l’accent sur le fait que l’expérience dans les deux cas ne peut qu’être appréhendée par le sens corporel, l’ouïe.

Les pistes de correctness concernent la façon d’être vue (wijahk [ton visage], l’image que tu donnes aux gens) mais aussi la façon de se voir, de percevoir son comportement. Il y a ce qu’on entend avec ses propres oreilles (sm‘at), il y a ce que les autres (les proches, les voisins) entendent (sm‘aou) sur toi, il y a ce qu’on imagine les autres entendent et disent sur toi. Il y a l’histoire de toi-même que tu racontes aux autres.

La référence littéraire est celle de Rosa Burger (Burger’s daughter) de Nadine Gordimer non seulement car il s’agit d’un personnage qui accomplit son parcours pour trouver sa position vis-à-vis de la société dans laquelle elle vit, avec ses enjeux politiques et moraux (il  s’agit de l’Afrique du Sud des années 70) et vis-àvis de l’héritage familial (son père était une personnalité majeure de la lutte contre l’Apartheid) mais aussi car dans ce roman Nadine Gordimer questionne en permanence le rapport entre la façon de se voir et la façon dont on est vu par les autres. Le regard de Rosa et celui qu’on pose sur elle est ce qui constitue la réalité.

Le focus sur les pratiques et leur analyse en termes de correctness découle de l’observation du terrain et des données linguistiques. Elle bute contre deux faits : la souffrance et l’amour. On ne peut pas construire à priori des catégories du bien et du mal, on peut aller chercher comment fonctionnent les patterns of correctness et pourquoi les gens qui tiennent des comportements incorrects sont sanctionnés par la souffrance, parfois énorme. D’autre part, on voit bien que cette souffrance n’empêche pas l’amour pour l’enfant. Cet amour justifie même le fait de sortir concrètement de la régularité, bien qu’une réintégration à la famille et à la communauté soit presque toujours recherchée. La souffrance et l’amour – on devrait y inclure l’amour pour une soeur ou pour une fille – amènent à pousser un peu plus loin l’analyse des pratiques et à adhérer à la recherche d’une anthropologie de la morale « which explores how societies ideologically and emotionally found their cultural distinction between good and evil [je n’emploierais pas ce binôme étant donné ce que j’ai remarqué plus haut], and how social agents concretely work out this separation in their everyday life » (Fassin 2008 : 334). En effet, on ne peut pas éluder la question « pourquoi cette souffrance ? Pourquoi la mise à l’écart d’un individu ? », donc de l’origine des phénomènes étudiés. Cela est aussi nécessaire pour que l’anthropologue ne participe pas au processus de “dépolitisation du mal” (Fassin 2004), par lequel la souffrance individuelle est exclusivement imputée à des parcours maudits individuels et familiaux. L’approche basée sur l’appréhension d’une valeur telle que l’honneur risque de participer de ce processus.

La question de la morale recouvre celle de la justice sociale, à entendre non seulement comme redistribution en termes économiques mais surtout en tant qu’égalité réelle des citoyen/nes au niveau politique, d’accès aux droits, aux services de l’administration et des hôpitaux et aux tribunaux (ce qui est possible si un minimum d’assistance juridique est assurée) dans un Etat démocratique qui a des engagements sur le plan international.

Et en effet, les indécisions de Rosa Burger interrogent le devoir moral de l’implication individuelle devant une situation politique et sociale injuste : injuste car elle cause de la souffrance et elle est fondée sur la discrimination. Encore plus, par son roman Nadine Gordimer pose la question du processus possible par lequel prennent forme le choix et l’action individuels vis-à-vis de l’héritage social et familial.

Corps, sens, pensée/s et maternités

A qui appartient le corps ? Question éthique difficile. A qui appartient le corps d’une mère ? Le corps d’une mère appartient à elle-même jusqu’au moment où il ne lui appartient plus, parce qu’il commence à appartenir aussi à son entourage, à la société, aux services sociaux et à la politique. Le moment où ce glissement a lieu n’est pas toujours le même pour chaque femme. Il y a donc une période où le corps est intime et personnel et puis il échappe à l’individu pour devenir (massivement) social. Maurice Godelier a parlé du corps comme une « machine ventriloque » reproduisant l’ordre qui règne dans la société (Godelier, 2004). Pendant une partie de la maternité le corps de la femme semble à l’abri du regard de l’autre. Et puis il y a une rupture et il devient exposé. Cela ne correspond pas forcement au moment où le ventre bombé devient visible. D’ailleurs les cas de déni de grossesse total ou partial sont courants : une femme peut se rendre compte d’être enceinte très tard, et même au moment de l’accouchement. Le déni est souvent collectif, soit parce qu’il est partagé par la femme enceinte et ceux qui vivent avec elle, soit parce qu’il concerne ceux qui vivent avec elle, qui ne voient pas ses rondeurs en-dessous de ses larges vêtements.

Or, pour être « machine ventriloque », le corps ne doit pas nécessairement être exposé. Le corps intime parle de l’ordre social sous multiples formes.

Sur ce corps qui contient cette maternité se déversent de multiples voix, avec des multiples registres et tons, parfois il est tiraillé et battu. Il y a un moment où l’expérience de la maternité doit être forcément partagée : un femme reçoit les réactions des autres et réagit à celles-ci. Parfois elle se porte de façon à les anticiper et à éviter des conséquences négatives.

Toutefois, à mon sens, il est réduisant d’affirmer que l’expérience de la maternité passe par le corps, ou par ce que M. Merleau-Ponty définit la chair. En fait, elle passe par les sens corporels et aussi par la pensée, qui peut être inclue parmi ceux-ci. En effet, dans ma recherche de terrain il m’est arrivé plusieurs fois qu’une femme me décrive sa réaction devant les conséquences de la découverte de la maternité dans ces termes « j’ai réfléchi »18. La philosophie du XXe siècle a posé le corps comme lieu de l’expérience. Toutefois – surtout pour ce qui concerne les femmes – il faut comprendre qu’on entend par « corps », si le corps comprends aussi « l’âme » ou « l’esprit » ou « l’intelligence ». En effet, il y a le risque de revenir à l’image corporelle de la femme, être faible, naturel, maternel, conduite par les instincts, incapable de se contrôler et dont l’existence gravite fondamentalement, à partir de la puberté, autour du sexe. Celleci est une femme sans voix, dépourvue de parole, même de celle de son désir envers un homme. En effet, la problématique d’articuler chair et sensibilité (corps et âme, si on veut) me semble essentielle, d’autant plus si on aborde la maternité, qui risque de tomber si facilement dans la sphère instinctuelle et aussi facilement d’échapper au domaine intellectuel.

Le corps est un vecteur de relations sociales à travers ses substances, en particulier le matériel génétique et le lait. Les gènes sont enquêtés à travers les analyses ADN dans le procès pour attribuer le laqab (nom patronymique) paternel à l’enfant19. Ces analyses en Tunisie sont effectuées sur des échantillons sanguins. A l’ADN est attribuée une double valeur : à travers celui-ci le géniteur biologique de l’enfant est identifié et ainsi une femme peut démontrer connaitre l’homme avec qui elle a conçu son enfant, ce à quoi l’on attribue une valeur impute, elle constitue la preuve que celle-ci n’est pas une prostituée. La connaissance de l’identité du géniteur de l’enfant empêche aussi tout risque d’inceste, le danger que l’enfant un jour rencontre et épouse sans le savoir sa soeur ou son frère. Bien sûr, les analyses génétiques et l’attribution du laqab paternel demeurent socialement importants pour que l’enfant ne soit pas désigné comme “wuild haram”, pour qu’il soit comme les autres et ne grandisse pas complexé. L’ADN est aperçu comme une preuve, une réponse à une question sans qu’il y ait une connaissance de ce qu’il est au niveau biologique. Dans beaucoup de cas, grâce à l’attribution du laqab, l’enfant rentre dans l’orbite familial de son géniteur mâle, mais le degré d’affection et de proximité avec lui n’est pas toujours le même pour tous les enfants. Lorsque les analyses ADN sont accomplies et lorsqu’elles ne le sont pas car il y a eu reconnaissance de paternité (iqrār), la ressemblance physique de l’enfant à son géniteur biologique peut avoir une importance encore majeure de la génétique pour établir un lien entre les deux.

Le lait maternel a une valeur positive sur la santé physique de l’enfant. On allaite son enfant parce que cela lui fait du bien et le rend fort. Toutefois, généralement, une femme n’allaite pas pour une très longue période car elle passe la plupart de sa journée hors de la maison pour travailler. L’allaitement est censé rapprocher l’enfant à la mère car le lait est vecteur de hanen (affection). L’allaitement des enfants d’autres femmes est pratiqué pourvu que la femme qui allaite puisse se rendre connue, soit parce qu’elle est amie avec les mères des enfants allaités soit parce qu’elle laisse une trace écrite. En effet, le lait maternel construit la parenté, la parenté par le lait entre les enfants allaités – qui deviennent frères et soeurs – et entre la nourrice et certains proches de ses enfants. Les degrés de parenté (et les empêchements au mariage qui en découlent) venant de l’allaitement sont toutefois perçus de façon beaucoup plus limitée par ces femmes par rapport aux opinions des docteurs du fiqh (Benkheira 2001).

Le corps est aussi le receveur de la violence contre la femme enceinte hors mariage. Cette violence est physique – et parfois le corps en porte les cicatrices – psychologique et verbale. La chair, les sens et la pensée sont affectés par la souffrance déclenchée par la violence.

La violence associée à la maternité est un thème récurrent des romans de Toni Morrison. En particulier, Beloved questionne la façon dont la violence produite par la société structure les choix individuels liés à la maternité et appelle à réfléchir sur la capacité et les moyens de résistance de chacune, en particulier de la femme qui est mère (Putnam 2011). En anthropologie, le corps souffrant est sujet récent d’analyse. L’enjeu est de « faire parler » le corps souffrant à travers le récit de vie de la personne qui a subi la violence pour reconstituer les composantes structurelles de cette violence et la façon dont elle se perpétue comme habitus (Bourdieu 1972, 1980). Mais encore, la littérature permet de se rapprocher de ce noeud délicat, culturellement et socialement difficile à penser, qui est la conjonction entre violence et maternité, notamment lorsque la maternité se construit en stricte et continuelle relation à la violence comme c’est souvent le cas pour les maternités célibataires en Tunisie.

La violence est souvent exercée par les femmes, notamment les mères, non pas seulement par les frères ou les pères. La mère créatrice peut aussi devenir mère destructrice. Dans beaucoup de romans de Toni Morrison les jeunes personnages féminins apprennent la violence par d’autres femmes de leur famille : leur mère ou leur grand-mère. Au contraire, dans Beloved, Sethe n’est pas une mauvaise mère (the best thing she was, was her children), sa violence voudrait être un acte de défense, protectrice de ses enfants, même si les voix qui doutent de la légitimité de cette violence se trouvent dans le roman lui-même. La violence dans Beloved est ambiguë. Dans mon terrain, maintes fois j’ai rencontré des femmes qui justifiaient le comportement violent et/ou de rejet de leurs mères en raison des circonstances et de la société. Parfois, c’est la mère qui éloigne la fille enceinte de la maison mais comme elle garde un contact, elle demeure aux yeux de la fille celle qui l’a aidée le plus. En effet, la question est de savoir pourquoi ces mères rejettent leurs filles et/ou sont verbalement et physiquement violentes avec elles : la peur du mari, des frères de celui-ci ou de leurs fils semble être une raison insuffisante puisque souvent le père de la femme enceinte a une attitude passive. Les frères aînés – dont je ne voudrais pas minimiser le rôle –souvent ne sont violents que s’il y a absence du père ou une forte instabilité ou conflit dans les relations de leurs parents. La mère, responsable de l’éducation des enfants, est celle qui sanctionne la sortie des patterns of corretness. Sans écarter l’importance de la violence masculine contre les femmes (qui se manifeste dans la vie quotidienne de façon répandue, au-delà de la maternité hors mariage), la violence apparait comme un habitus très féminin aussi. Ce qui est plus, un habitus maternel. Bien que régulière (au sens wittgensteinien), cette violence étonne et elle demeure très difficile à être comprise par celle qui l’a subie20.

La question de la violence me semble cruciale pour questionner les approches de la parenté en anthropologie. Dans un très bel article sur la parenté, Sahlins la définit en termes de “mutuality of being” ou “transpersonal relations of being and experience” (Relatives live each other lives and die each other’s death, Sahlins 2011(1) : 2). Or, comment aborder “kinship and violence” ou “kinship as violence” ? Comment relater une proximité lorsqu’elle est fondée sur la violence et lorsque la violence est légitimée par cette proximité ? Comment reconnaître de la “ parenté” lorsqu’au lieu d’un partage il y a rupture et rejet ?  Je crois que, à l’exception de quelques travaux (par exemple Borneman 2012), l’anthropologie a glissé sur la question du rapport entre violence et parenté, et notamment la façon dont la violence est une partie constitutive de la proximité. Celle-ci peut constituer le lieu primaire de l’expérience et de l’apprentissage de la violence, soit-elle physique, psychologique ou verbale. La maison (dār) – endroit physique et ensemble des proches – est le lieu où on fait l’expérience de la souffrance et du rejet. La violence donc devrait être abordée non comme une déviance ou un échec face à l’idéal du partage et/ou de l’empathie, mais comme une composante possible de la parenté.

Malgré le rejet et la difficulté ou l’impossibilité des rapports avec les proches après la naissance de l’enfant, les entretiens relatent le désir du retour, de ce qu’une de mes interlocutrices a appelé  indimāj, la réincorporation, c’est-à-dire du retour au corps social, de la réintégration dans le cercle de la parenté et de l’acceptation sociale. La collectivité n’est donc pas simplement envisagée comme un ensemble d’individus mais comme un véritable corps dont la chair est constituée par les relations entre eux. S’il est vrai que ce corps a des effets destructifs sur la vie et la personnalité de la femme qui a un enfant sans être mariée, ce même corps est celui qui porte la responsabilité du changement, de rétablir les conditions de la justice et de l’humanité. Comme le groupe des femmes qui à la fin du roman libère Sethe des fantômes de son passé traumatique, Beloved rappelle que “only collective action leads to freedom” (Parker 2001 : 11). Ne pas vouloir regarder la souffrance causée aux autres par leur discrimination est un échec moral empêchant un avenir plus démocratique. La discrimination et la mise en marge sociale me semblent aller à l’encontre d’un processus démocratique entendu comme bien commun (maŝlaha) et comme processus de réforme humain, social et politique (iŝlah).En démocratie les parias n’existent pas.

Marta ARENA

est docteur en droit comparé, Université de Turin. Doctorante en
anthropologie sociale, EHESS Paris et chercheure associée à
l’IRMC. Contact : marta_arena_tos@yahoo.fr .

 

Pour citer ce billet : Marta Arena, « Réflexions sur la méthodologie de mon travail de recherche à tunis sur les femmes qui deviennent mère sans être mariées », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2044.

1 Autrefois sur ma carte d’identité figurait “profession : chercheuse”. Ainsi une fois à l’aéroport de Rome un agent de police m’a regardé et m’a demandé “vous avez trouvé?”.

2 L’histoire fournit aussi des perspectives passionnantes, en particulier dans les travaux de C. Mayeur-Jaouen, de M. Oualdi et de ceux (nombreux) qui se sont penchés sur les archives des tribunaux européens du XVIIIe et XIXe siècles, en particulier en matière d’infanticide dans la première année de l’enfant. La maternité étant considérée comme un choc – et l’avortement étant interdit – les mères seules ne commencent à être sanctionnées par les tribunaux qu’à partir du XXe siècle (en France dans les années 70).

3 “Examine for a moment an ordinary mind on an ordinary day. The mind receives a myriad impressions—trivial, fantastic, evanescent, or engraved with the sharpness of steel. From all sides they come, an incessant shower of innumerable atoms; and as they fall, they shape themselves into the life of Monday or Tuesday” Virginia Woolf, Modern Fiction, 1919.

4 Dans les romans de Toni Morrison la maison est un personnage en soi. Dans les narrations des femmes que j’ai rencontrées, les relations de parenté sont d’abord physiquement localisées dans la maison : darna. La famille est d’abord une maison, la maison de départ.

5 A la différence de Merleau-Ponty, comme on l’a dit au début, je maintiens une différence entre l’individu et son monde. L’individu ne se confond pas avec son monde car admettre cela – comme l’a souligné Paul Ricoeur – risque d’empêcher de reconnaitre le travail de médiation (et d’élaboration) entre le moi et les Autres et entre le moi et une réalité qui ne peut pas être complètement absorbée par l’individu, tant par l’expérience de sa pensée que de son corps.

6 Je remercie le Prof. Habib Ajroud du département d’anglais de l’Université de La Manouba pour m’avoir fait remarquer que quand on aborde les sentiments et le vécu individuels, il est assez naturel de se tourner vers la littérature.

7 Cette partie est basée sur un long travail sur l’“honneur” que j’ai accompli à Berlin comme fellow du Forum Tranregionale Studien du Wissenschaftskolleg-Université Humboldt et comme visiting researcher à la Berlin Graduate School Muslim Cultures and Societies de l’Université Freie.

8 Dans les premiers 5 mois de l’année 2016 il y a eu en Italie 55 cas de femmes tuées par un mari ou un fiancé rejeté relatés par la presse. A la même époque l’année dernière elles étaient 63. Est-ce que l’on pourrait en inférer la règle que l’“homme italochrétien” (dans la liste il n’y a pas de musulmans ou de juifs) tue lorsqu’il est rejeté ? Est-ce qu’on pourrait en inférer une régularité ?

9 Encore plus problématique est l’“analyse des discours hégémoniques” pour expliquer le contexte des “ honor-killing ” du moment que bien souvent les termes censés être les plus marquants relevant de la sphère sémantique de l’honneur ne sont pas très utilisés au quotidien. Pour ce qui me concerne, si l’on attend du terrain une leçon sur la nature du sharaf, par exemple, on demeure bien déçu.

10 Si l’on cherche auprès des commentateurs de la Sunna, la seule vraie condition valable pour pouvoir parler de mariage est la fête, qui rend publique la formation du couple. La distinction entre signature du contrat (sdek) et fête de mariage revient aussi dans certains entretiens sur le terrain. Il faut remarquer que, si l’on regarde la loi tunisienne, il est, difficile de définir précisément ce que c’est qu’un mariage. Juridiquement, son contenu a varié selon les décennies et ce sont plutôt les juges qui ont décidé au cas par cas. Aujourd’hui à cause de la pression de la doctrine académique formée en France, le concept est de moins en moins flexible. C’est cette même catégorie de juristes qui veut imposer dans le raisonnement la distinction entre filiation légitime (bunoua sharya) et filiation illégitime (bunoua ghayr sharya), bien qu’elle n’existe pas dans la loi tunisienne et que les juges s’opposent plutôt à cela, car ils préfèrent raisonner en termes de nasab (art. 67 CSP).

11 Ainsi dans une maison de Halfaouin, dans un grand lit l’on se rappelle de Khalty Hafidha et de sa fille avec un enfant au milieu. D’après un récit qui m’a été fait : “Les autres maisons du quartier avaient toujours les portes ouvertes. Dès la naissance de l’enfant, les portes de la maison de Khalty Hafidha se sont fermées. Quand quelqu’un frappait à la porte, Khalty Hafidha courait dans le lit avec sa fille et l’enfant au milieu. Il y avait un homme qui venait de temps en temps chez Khalty Hafidha pour manger mais dès que l’enfant est né il a disparu. Probablement qu’il était le père de l’enfant. » Les autres trois filles de Hafidha avaient beaucoup de fréquentations sur les terrasses. Il y avait un escalier qui menait sur la terrasse. Une fois le père des filles a donné  une gifle à l’une d’elle. Il se plaignait de l’honneur (sharaf) à cause de son comportement. Elle lui a répondu « tu me parles de sharaf alors que nous à la maison on a cet enfant ! ».

12 Officiellement il s’agit du laqab depuis la loi n° 3 du 1957.

13 Pour donner une idée du caractère beaucoup plus pratique et appliqué du Common Law anglais, on peut mentionner que le droit se développe en parallèle avec le théâtre. Dans les écoles de droit étaient joué des pièces théâtrales. Au XVIe siècle Shakespeare écrit et joue pour les écoles de droit, où se formaient les avocats et les juges.

14 Comme démontré par exemple dans les travaux de C. Mayeur-Jaouen, la perception du divorce a changé au XIXe et XXe siècles dans les pays colonisés sous l’influence de la prédication chrétienne, catholique et protestante, dont certains concepts sont rentrés dans la théologie musulmane.

15 Je ne vais pas rentrer ici dans le mérite de ce que c’est la Sharia. Toutefois, comme maintes fois rappelé dans les travaux de B. Dupret, il faudrait arrêter de la représenter comme “un corpus largement non problématique de normes juridiques préexistant à toute tentative de les mettre en oeuvre” (Gleave).

16 L’art. 73 limite les effets de la reconnaissance au patrimoine de la personne qui la réalise. Toutefois, une partie des juges est favorable à interpréter l’art. 73 dans le sens qu’il s’appliquerait au cas de reconnaissance de fraternité (un homme reconnait un/e autre comme son frère/sa soeur) plutôt qu’à la reconnaissance de la paternité (un homme reconnait un/e autre comme son enfant).

17 La racine ŝ.l.h se retrouve dans la définition d’un des procédés d’interprétation des sources du fiqh, utilisé surtout par l’école malikite : l’istiŝlah, c’està- dire la recherche d’une solution conforme à l’intérêt général, maslaha. ŝ.l.h définit ce qui est bon (correct) dans et pour l’ensemble de la collectivité. Il m’est arrivé même l’opposé: de demander à une femme “ qu’est-ce que tu as pensé lorsque tu as vu ton fils/ta fille (après l’accouchement) ” et d’entendre me répondre “ j’ai senti (hassit)…. ”.

19 La loi 75/98 modifiée en 2003 reconnait à la mère de l’enfant, au procureur de la République et à l’enfant devenu adulte le droit de saisir le tribunal pour obtenir l’attribution du laqab (nom patronymique) paternel. Lorsque le géniteur n’est pas connu, l’administration attribue à l’enfant un prénom (ism) et laqab de père fictif. En ce cas, le laqab paternel fictif correspond au laqab de la mère, comme si l’enfant était issu d’une union entre cousins parallèles patrilatéraux (mariage arabe).

20 Cela n’empêche que sur le terrain j’ai collecté l’histoire d’une femme qui a quitté son mari pour vivre avec sa fille devenue mère sans être mariée ; ou de grand-mères qui élèvent seules les enfants de leurs filles, devenues mères sans être mariées et qui ont quitté le foyer. Qu’il y ait de régularités, cela ne signifie pas qu’il y a une règle.

Bibliographie (sélective)

Adichie, C. N. 2009, The Danger of a Single Story, TED Talk.

Abu-Lughod, L. 2002, “Do Muslims Women Really Need Saving ? Anthropological Reflections on Cultural Relativism and Its Others”, American Anthropologist, 104(3): 783-790.

Benkheira, H-M. 2001, “Donner le sein c’est comme donner le jourlaitement dans le sunnisme médiéval”, Studia Islamica, 92 : 5-52.

Bonte, P. 2008, L’émirat de l’Adrar mauritanien. Harîm, compétition et protection dans une société tribale saharienne. Paris : Karthala.

Borneman, J. 2012, “Incest, the Child and the Despotic Father”, Current Anthropology, 53, 2 : 181-203.

Bourdieu, P.

1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de trois études d’ethnologie kabile. Paris : Droz.
1980, Le Sens Pratique. Paris: Les Editions de Minuit.

Carsten, J. 2011, “Substance and Relationality: Blood in Contexts”. Annual Review of Anthropology, 40:19-35.

Dupret, B. 2012, La Charia aujourd’hui. Usages de la référence au droit islamique, Paris. La Découverte. Fassin, D.

2004, “Et la souffrance devint sociale”, Critique, numéro spécial Frontières de l’anthropologie, 680-681, 16-29.

2008, “Beyond good and evil ? Questioning anthropological discomfort with morals”, Anthropological Theory, 8 (4): 333-344.

Foucault, M.

2001, L’herméneutique du sujet : cours au Collège de France, 1981-1982. Paris : Gallimard. 2004, Naissance de la biopolitique : cours
au Collège de France, 1978-1979. Paris : Gallimard. 2008, Le gouvernement de soi et des autres : cours au Collège de France : 1982-1983. Paris : Gallimard.

Godelier, M. 2004. Metamorphoses de la parenté. Paris: Fayard.

Herzfeld, M. 1980. “Honor and shame: some problems in the comparative analysis of moral systems”. MAN. 15: 339-51.

Moglen, H. 1993. “Redeeming History: Toni Morrison’s Beloved”, Cultural Critique 24: 17-40.

Porqueres I Gené, E. 2009, Défis contemporains de la parenté. Paris: Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

2011, “Parenté et théologie : la parentèle chrétienne”, in Bonte, P., Porqueres I Gené et J. Wilgaux (éds). L’argument de la filiation. Aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes. Paris: Editions de la MSH, 349-368.

Parker, E. 2001. “A New Hystery: History and Hysteria in Toni Morrson’s Beloved”, Twentieth Century Literature 47(1): 1-19.
Putnam, A. 2011, “Mothering Violence: Ferocious female resistance in Toni Morrison’s The Bluest Eye, Sula, Beloved, and a Mercy”, Black Women, Gender + Families 5(2): 25-43.

Sahlins, M. 2011, “What Kinship Is”, Journal of the Royal Anthropological Institute 17(1): 2-19; 17(2): 227-242 (part one and two).

Wikan, U. 1984, “Shame and honour. A contestable pair”, MAN 19 : 635-52.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

L’Algérie au temps des femmes ! Le deuxième sexe au centre des réformes politiques

genreetdeveloppement
Manifestation féministe
© genreetdeveloppement.unblog.fr

Les questions liées à la femme ont été rendues visibles et ont suscité un intérêt grandissant, suite aux sommets du Caire en 1994, de Pékin en 1995 et du millénaire, regroupant les chefs d’États à New York en 2000 et confirmé par le sommet des chefs d’États membres de l’Union Africaine tenu en Éthiopie en 2004. Ainsi la majorité des pays se sont engagés à respecter l’objectif de renforcer la position de la femme et de favoriser sa participation aux plans social, politique et économique, tout en réaffirmant leur attachement aux principes des droits de l’Homme, dont les droits de la femme sont partie intégrante.

Pour le cas de l’Algérie, le renforcement du rôle de la femme devient une des priorités inscrites à l’ordre du jour en appui à ce qui a été réalisé après l’indépendance dans les domaines de l’éducation, de l’enseignement, de la santé et de sa participation politique et économique. Le président Bouteflika demeure l’acteur clé de la promotion du statut des femmes dans tous les domaines. Il est à l’origine des réformes introduites au Code de la famille (2005), Code de nationalité (2005), Code pénal (2006), modification de la constitution pour une mise en place d’une politique de quotas de 30 %, afin d’élargir la participation des femmes dans la sphère politique (2012). Autant de réponses positives aux revendications féministes et au mouvement associatif féminin algérien.

En effet, le mouvement associatif féminin a joué un rôle grandissant dans la défense des droits des femmes au cours de ces deux dernières décennies dans un contexte particulièrement difficile et hostile. Les associations de femmes étaient derrière le combat contre l’islamisme politique, elles étaient derrière la mise place d’une loi organique de quota qui permet la représentation des femmes dans les assemblées élues, elles étaient à l’origine des programmes de lutte contre les violences à l’égard des femmes à travers la révision du Code pénal, sans oublier leurs combat de plusieurs décennies contre le Code du statut personnel de l’Algérienne. Le Code de la famille de 1984 qui déniait la pleine égalité entre les deux sexes, notamment en matière de mariage, de divorce ou de tutelle des enfants, ce code était en contradiction avec l’article 29 de la constitution qui reconnaît l’égalité entre les femmes et les hommes. Il a été révisé en 2005 afin de renforcer les droits de la femme à laquelle la Constitution garantit l’égalité citoyenne.

Néanmoins, cette révision n’a pas donné satisfaction à de nombreuses féministes. Si les amendements concernant le bénéfice du logement familial en cas de divorce pour la mère ayant la garde des enfants améliorent effectivement la situation, des dispositions inégalitaires sont maintenues, telles la polygamie, le tuteur matrimonial, l’inégalité devant l’héritage et l’interdiction de l’adoption.De même que le Code de famille, la loi sur la nationalité a été révisée dans un sens qui donne satisfaction aux féministes puisque la loi autorise désormais la femme algérienne à se marier avec un étranger quelle que soit sa nationalité, à condition qu’il soit musulman et à transmettre sa nationalité algérienne à ses enfants.

Au total, bien que le statut personnel continue à minorer la femme dans l’espace privé, ses droits ne souffrent d’aucune ambiguïté dans l’espace public. La femme algérienne a toujours participé dans les différentes luttes politique et sociale pendant et après l’indépendance. Aujourd’hui, Elle est présente dans la quasi totalité des secteurs et en particulier ceux qui lui étaient traditionnellement fermés. Elle n’est plus cantonnée dans les secteurs sociaux. Mais dans le domaine de la politique, sa présence demeure faible.

Notre pays avance avec lenteur même dans ce domaine. En effet, lors des dernières élections législatives du 10 mai 2012, on a constaté une légère progression de la représentation des femmes au sein du Parlement, où leur nombre est passé à 145 contre 31 en 2007. Au niveau local, la présence des femmes s’est nettement améliorée, elles sont passées de près de 9 % en 2007 à 16,55 % aux APC et 29,69 % aux APW aux élections de novembre 2012. Mais ces résultats restent faibles et la représentation des femmes est loin d’atteindre le quota à 30 % dans les assemblées élues. La politique, reste encore un domaine presque exclusivement masculin, et il existe une grande disparité entre la législation et sa concrétisation sur le terrain.

Si l’ouverture récente du champ politique en Algérie est un acquis, la société algérienne demeure à prédominance masculine et les pesanteurs socioculturelles marginalisent les femmes. Or, comme le note une militante féministe marocaine, « Aujourd’hui, le défi des différents acteurs sociaux est de faire passer l’égalité acquise au niveau juridique dans la réalité quotidienne. Un travail énorme qui aiderait à la fois à changer aussi bien les conditions de vie de la majorité des hommes et des femmes que de transformer les mentalités , ce qui exige une révolution culturelle et sociale profonde pour une reconnaissance effective de l’égalité dans la différence»[2]. Taous Amrouche disait déjà il y a deux générations : « La route est longue pour celle qui pousse les youyous ! »[3]

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Djaouida LASSEL

Doctorante en sociologie à l’Université de Provence (Aix Marseille 1), affiliée à l’IREMAM et chercheure associée à l’IRMC.

dlassel@yahoo.fr

Pour citer ce billet : Djaouida Lassel, « L’Algérie au temps des femmes ! Le deuxième sexe au centre des réformes politiques », Le Carnet de l’IRMC, 12 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1387

 


[1] Déclaration universelle sur la démocratie 1997, principe n° 4 adoptée par l’Union Interparlementaire.

[2] Belarbi Aicha, 2012, Égalité – Parité histoire inachevée, Casablanca, Le Fennec, 212.

[3] Taous Amrouche repris par Mrabet Fadila, 1967, Les Algériennes, Paris, Maspero, 142

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook