Archives par mot-clé : environnement

Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives

Il est fréquent d’entendre dire que l’environnement ou que l’écologie ne sont pas des préoccupations importantes en Tunisie. Lors de la présentation au public de la nouvelle « police tunisienne de l’environnement », le ministre de l’environnement Riadh Mouakher a ainsi fustigé « l’absence de conscience environnementale chez les citoyens », reprenant à son compte une formule largement répandue et qui caractérise de manière encore plus spécifique les catégories populaires, pour qui l’environnement ne serait pas « une priorité ». Pourtant, depuis 2011, de multiples mobilisations liées à des problématiques environnementales se sont fait jour, traduisant donc certaines préoccupations environnementales, et elles ne se sont pas cantonnées aux catégories les plus aisées de la population.

Ce décalage entre manque d’intérêt supposé pour l’environnement et présence manifeste des mobilisations tient peut-être aux manières dont les notions d’environnement, ou d’écologie, sont communément appréhendées, et à une représentation étroite de ce que recoupent les mobilisations écologiques…

© nawaat.org

Pour ma part, j’essaie de me placer dans le champ de l’écologie politique (political ecology), dont la littérature a mis en évidence les liens étroits entre dimensions écologiques, sociales et politiques1 : les conditions écologiques sont dépendantes de processus politiques. Inversement, les altérations de l’environnement, dont par exemple les changements climatiques ou les baisses notoires et rapides de biodiversité, affectent les dynamiques sociales, économiques, politiques, et ne peuvent se résumer à des « externalités négatives ». L’écologie politique invite à penser la nature comme produit d’acteurs humains et non humains, qui est aussi un objet de conflit : l’accès aux ressources, aux services, à ce qui permet l’existence, est dépendant de schémas économiques, sociaux, spatiaux, etc.

Joan Martiner Alier, auteur de L’écologisme des pauvres, a consacré une grande partie de ses recherches aux mouvements écologistes du Sud, notamment en Amérique latine. Il y fait usage de la notion de « conflits écologico-distributifs », définis comme des « conflits sociaux autour de l’accès aux ressources et aux services écologiques, et de leur destruction ». Il appelle à élargir et redéfinir la notion de mouvements écologistes : « Ce sont des mouvements écologistes – quelle que soit la langue dans laquelle ils s’expriment – dès lors que leurs objectifs sont définis en termes de besoins écologiques pour la vie : l’énergie, y compris les calories alimentaires, l’eau, l’espace pour se loger »2.

De tels conflits sont légion en Tunisie, autour de l’accès aux ressources et du cadre de vie. En voici un premier inventaire, non exhaustif.

On a observé une montée en puissance des mobilisations en réaction aux coupures d’eau ces dernières années. Au cours de l’été 2016, notamment, ces mobilisations et ces enjeux ont été très médiatisés, car les coupures ont touché les régions touristiques, urbaines, côtières. Mais c’est une réalité plus installée dans certaines régions de l’intérieur ou le scénario se répète tout le temps, où les coupures peuvent durer des mois. Le répertoire des mobilisations se décline en blocages de routes, de voies de chemin de fer, en manifestations, en rassemblements devant le siège de la SONEDE ou des municipalités… Les protestations peuvent aussi prendre d’autres formes, comme la destruction du matériel de la SONEDE ou des Groupements de développement agricole. Des initiatives associatives viennent se greffer à ces mouvements, plus ou moins à distance.

Le contrôle des ressources minières et pétrolières fait l’objet de contestations : citons par exemple le mouvement à Tataouine, le sit-in d’el Kamour, où il existe des revendications ciblées sur l’usage des ressources, la répartition des bénéfices, l’accès à l’information vis-à-vis des quantités extraites, du chiffre d’affaires engendré, etc.

Il existe aussi des mobilisations autour de l’accès à la terre : des mouvements d’occupation des terres détenues auparavant par l’état ou par des privés, avec la remobilisation d’un récit historique, des références à la terre des ancêtres confisquée lors de la période coloniale, comme à Jemna.

Parmi les mobilisations qui concernent le cadre de vie, la question des déchets occupe une place de choix. Après la “révolution », on a vu émerger plusieurs mobilisations de travailleurs. Par exemple, en 2012, les employés de la décharge du gouvernorat de Sfax située à Agareb ont observé un arrêt de travail pour exiger d’être rattachés au ministère de l’environnement et protester contre la sous-traitance – la décharge est gérée par une société privée, tout en faisant mention des mauvaises conditions sanitaires des travailleurs et des maladies auxquelles ils sont exposés. Des mouvements de riverains ont aussi émergé : à Borj Chakir, dans le grand Tunis, à Enfidha, certaines associations se sont proposées d’encadrer les décharges, autour du centre de déchets dangereux du Jradou…

Les protestations contre les pollutions industrielles ont également pris de l’ampleur, par exemple dans le secteur des phosphates à Sfax et à Gabès. Le secteur, dominé par l’entreprise étatique Compagnie des phosphates de Gafsa Groupe chimique tunisien, représente une part notable du PIB et emploie des milliers de personnes. Mais chaque étape de la chaîne de production est responsable de dégâts environnementaux et sanitaires : l’air, le sol, l’eau des zones concernées sont contaminés, avec des conséquences néfastes sur d’autres activités économiques et notamment l’agriculture ; les habitants et les travailleurs témoignent d’une fréquence accrue des maladies respiratoires, cutanées, osseuses, des cancers, sans compter les accidents de travail (fuites de gaz toxiques, brûlures à l’acide). En outre, les processus industriels nécessitent l’utilisation de très grandes quantités d’eau au détriment de la consommation agricole et domestique.

© nawaat.org

Cela m’amène à m’interroger : la montée en puissance des mobilisations liées à l’environnement semble mettre en évidence des contradictions du modèle de développement. Ces mobilisations font intervenir une grande variété d’acteurs, des mouvements de protestation spontanés aux ONG, et s’articuler avec les contestations des profonds déséquilibres sociaux et territoriaux. Dans quelle mesure, fortes de ces interactions, ces mobilisations appellent-elles à transformer ce modèle et sont-elles capables de porter des alternatives ?

Dans cette perspective, je voudrais souligner 4 pistes de questionnement pour orienter ma recherche à ce stade.

Ces protestations s’inscrivent dans des tissus de relations à différentes échelles : liens de solidarité locale ou familiale, rapports avec des acteurs associatifs, des militants politiques ou syndicaux, des acteurs privés, insertion dans des réseaux nationaux et internationaux… L’essor de nouveaux acteurs et de programmes de coopération internationale visant le développement ou le soutien à la transition démocratique, dans lesquelles des fonds sont destinés aux problématiques environnementales, ou encore des initiatives issues de la dynamique des Forums sociaux mondiaux, peuvent influencer le mode d’organisation des mobilisations et leur langage (« plaidoyer », bonne gouvernance »). Les frontières semblent parfois poreuses entre mobilisations, associations, groupe d’intérêts, ONG, etc. Les associations initiatrices ou impliquées ont parfois plusieurs casquettes. Certaines associations se proposent d’encadrer les mobilisations sociales, ou de leur donner voix, de parler en leur nom – citons l’initiative récente du Congrès national des mouvements sociaux porté par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux. À quoi donnent lieu ces interactions entre acteurs, lexiques, modes d’organisation, répertoires d’action disparates, qui font appel à des modèles différents. Comment modifient-elles le rapport au politique, en dehors des cadres plus classiques d’organisation collective que sont les partis, les syndicats, peu représentés dans les mobilisations environnementales ?

Comment les notions de justice spatiale et de justice écologique peuvent être mobilisées pour l’analyse des mobilisations environnementales ? On observe en effet une forte inscription spatiale et territoriale des mobilisations liées aux problématiques environ-nementales, en termes d’enjeux, de réseaux de solidarité mobilisés, de représentations de la justice. Il semble alors pertinent d’interroger l’articulation entre les mobilisations environnementales et les fractures territoriales, à différentes échelles : les régions, mais aussi les villes, voire les quartiers.

Les mobilisations liées à l’environnement sont souvent en prise avec des intérêts contradictoires de différents acteurs, entre la nécessité de limiter les impacts sur la santé et l’environnement et le besoin revendiqué de « développement », d’accès à l’emploi.

Comment ces contradictions et ces divergences sont-elles négociées, résolues, ou donnent-elles lieu à des confrontations ? Cela renvoie aussi, il me semble, à la question de la temporalité, quand la possibilité d’assurer les besoins de leur famille au jour le jour, le souci de survie, éloignent les considérations sur les conséquences en matière de santé, et de cadre de vie, et les conséquences sur les possibilités de subsistance future. Dans le bassin minier, au rythme d’extraction actuel, les réserves de phosphate seront épuisées d’ici quelques dizaines d’années. Pourtant, peu de gens y envisagent la sortie du phosphate ou la reconversion de l’économie… Il faut dire que ce sont des villes créées littéralement autour du phosphate, contrairement aux lieux dans lesquels s’effectue la transformation du minerai comme Gabès, où les références à un paradis perdu sont fréquentes et les discours prônant l’abandon de l’activité plus nombreux, plus audibles.

© nawaat.org

A Sfax, il existe clairement une opposition entre d’un côté les travailleurs de l’industrie, le syndicat, et de l’autre le mouvement pour le démantèlement de l’usine SIAPE, traversé par des intérêts économiques. La situation de Gabès est différente : des travailleurs de la zone industrielle ont parfois pris part à des manifestations contre la pollution, l’UGTT ne s’est pas positionnée contre le mouvement, elle y appuie parfois les actions… En clair, l’opposition binaire environnement versus emploi semble devoir être tempérée, d’autant plus que les atteintes à la nature des industries et des activités industrielles, chimiques, pétrogazières entraînent des pertes d’activités et d’emplois dans d’autres secteurs : pêche, agriculture, etc., qui donnent parfois lieu, elles aussi, à des mobilisations.

Les mobilisations, qu’il s’agisse de protestations directes ou d’actions collectives institutionnelles, s’articulent à des représentations culturelles dominantes des problématiques environnementales qui semblent marquées par l’Histoire. Le souci de l’environnement a été mobilisé comme argument justifiant la colonisation française au Maghreb – le soi-disant déclin environnemental dû aux invasions arabes et au nomadisme, la prétendue nécessité du reboisement3 –, comme outil de contrôle des populations rurales pendant la dictature de Ben Ali4, de sensibilisation au “civisme » (la mascotte de Labib). Depuis 2011, et notamment durant les grèves des éboueurs, le sujet des déchets a beaucoup occupé les éditorialistes, mobilisant le champ lexical du désordre, et associant l’accumulation des déchets dans les rues au “désordre social » et aux mouvements sociaux. Se pose alors, en toile de fond, la question suivante : comment ces approches infantilisantes et répressives pèsent-elles sur la capacité à mobiliser et les cadres de références des mouvements sociaux relatifs aux problématiques environnementales ?

1 ROBBINS, 2004, Political ecology – a critical introduction, Malden, Blackwell.

2 MARTINEZ-ALIER, 2002, The environ-mentalism of the Poor, Edward Elgar Publishing.

3 DAVIS K., 2012, Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon.

4 GARDIN J., 2004, La forêt et l’État en Kroumirie : politique environnementale et contrôle social des populations rurales en Tunisie. Paris : Thèse de doctorat en géographie, Université Paris X-Nanterre, 550 p.

Diane ROBERT

doctorante en géographie, LADYSS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Pour citer ce billet : Diane Robert, « Protestations et mobilisations « environnementales » dans la Tunisie post-2011, entre mouvements spontanés et actions associatives », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2157.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La place de la nature dans la société tunisienne Les empreintes du politique sur l’environnement

Environnement et politiques publiques en Tunisie

Le Sommet de la Terre de Rio en 1992 a été le signal donné à de nombreuses nations pour faire de l’environnement et de sa préservation un enjeu majeur de leurs politiques nationales. La Tunisie, plus petit pays du Maghreb n’a pas raté ce rendez-vous et a profité de cette dynamique internationale pour elle aussi mettre en place une stratégie en faveur de l’environnement. Très vite, la Tunisie ratifie la Convention sur la Diversité Biologique (signée à Rio en 1992, ratifiée en mai 1993), la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (signée en 1994, ratifiée en 1996), la Convention cadre sur les changements climatiques (signée et ratifiée en 1993) ainsi que d’autres conventions internationales en lien avec la préservation de l’environnement. Elle adopte également l’Agenda 21 de Rio et s’engage à élaborer un Agenda 21 national.

Outre ses engagements sur ces textes fondateurs au niveau international, la Tunisie, au lendemain du Sommet de Rio crée, structure (quasiment de toute pièce) l’organisation au sein de son État pour se doter de réelles stratégies et moyens pour participer à la préservation de l’environnement. Son premier rapport national sur la Diversité Biologique (1998), fait état du nouvel outillage tunisien en détaillant l’organisation mise en place, les stratégies sectorielles prévues, les nouveaux cadres institutionnels et juridiques mis à jour ou créés ainsi que l’état des engagements internationaux pris. Et dans le premier Rapport national sur l’état de l’environnement publié en 1993, M. Mlika alors ministre de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire (neveu de Ben Ali et ancien directeur de l’Office national de l’assainissement-ONAS) rappelle dans son propos introductif que la Tunisie n’est pas novice » en matière de protection de l’environnement, mais qu’un besoin de « mise en cohérence » semble indispensable au niveau des « institutions administratives et techniques, des associations, des dispositions réglemen-taires et législatives » afin de mener une politique plus efficace. Il rappelle également que la Tunisie s’est dotée d’une structure solide pour mettre en œuvre sa politique de l’environnement », composée de trois piliers que sont l’ONAS créée en 1974, l’ANPE (Agence nationale pour l’environnement, créée en 1988 (et dont les prérogatives ont été revues en 1992) et pour chapeauter ses établissements publics, la création, peu avant le Sommet de Rio, du premier ministère en charge de l’environnement qui voit le jour en 1991.

Vue depuis le parcours de santé de Nahli (A. Guillaumet 2017)

La Tunisie, à cette époque, souhaite clairement se positionner comme un acteur/partenaire/modèle au niveau des autres pays du Maghreb, de l’Afrique et être un alter-ego des pays occidentaux. Des prétentions soumises toutefois à l’octroi de financements de la part des bailleurs de fonds internationaux.

Bien qu’ayant dans les rapports nationaux annuels de l’état de l’environnement et ceux de la diversité biologique des comptes-rendus très détaillés, parfois très techniques et souvent très élogieux des actions mises en œuvre, au lendemain de la Révolution de 2011, la Tunisie semble complètement dépourvue de la moindre stratégie et organisation en faveur de l’environnement.

La presse nationale ainsi que les réseaux sociaux se font régulièrement écho du niveau de dégradation du cadre de vie, de la saleté des rues et de l’anarchie dans la gestion des déchets. Ils attribuent clairement cet état de fait au désengagement de l’État et des municipalités mais aussi au manque de civisme des Tunisiens. Ils s’indignent de cette situation et regrettent que la « Tunisie verte » d’autrefois ne soit plus.

Par ailleurs, au moment des différentes élections qui se sont tenues en Tunisie au lendemain de la révolution (législatives en 2011 et 2014, présidentielles en 2014), il semble que l’environnement ait été absent des programmes politiques des principaux partis.

La place de la nature dans la société tunisienne – Retours de terrain

Aussi, la place qu’occupe la nature dans la société tunisienne actuelle nous questionne. Dans cet article et à l’occasion des Journées doctorales de l’IRMC sur la thématique des territoires et de leurs dimensions plurielles, nous avons choisi d’aborder la dimension politique. C’est-à-dire s’intéresser aux politiques publiques en faveur de l’environnement et à la manière dont elles se manifestent dans la vie des Tunisiens. Identifier les marqueurs de ces politiques sur le terrain, leur intégration dans la société et les contradictions qu’ils sont susceptibles de révéler dans ces politiques. Comme terrain, nous avons sélectionné deux espaces de “nature » différents de manière à élargir notre champ d’étude. L’un est Ichkeul, un parc national situé au nord-ouest de Tunis et le second Nahli, un parc urbain, situé dans la banlieue nord-ouest de Tunis.

Dans cet article, nous souhaitons faire une synthèse du travail de terrain effectué sur ces deux sites. Au préalable de ce travail de terrain, il est à noter qu’un important travail d’analyse de contenu des différentes publications des ministères de l’environnement et de l’agriculture, pour ne citer qu’eux, ainsi que des entretiens semi-directifs avec des acteurs de l’environnement en Tunisie que ce soit du côté des organisations d’État, des associations, des universitaires, des opérateurs de voyage, au niveau national ou local ont été réalisés.

Pour ce travail de terrain, la méthodologie utilisée est inspirée de celle que pratiquait Duvignaud quand il se rendait dans les années soixante à Chebika, oasis de montagne du sud de la Tunisie, pour effectuer ses travaux de recherche en microsociologie (Chebika, sociologie d’un village tunisien, publié en 1968). Duvignaud se rendait régulièrement sur son terrain d’étude (dans son ouvrage, il parle d’ailleurs d’« étude de cas » et justifie ainsi la dénomination de microsociologie, Chebika p.17). Il observait la vie du village et de ses habitants, dans l’enceinte du village mais aussi dans la palmeraie et dans les alentours que ce soit vers les sources d’eau ou vers la plaine désertique. Il prenait des notes sur un carnet et s’entretenait avec les habitants et les bédouins d’une manière qui semblait très libre (sans questionnaire dans la main à remplir).

“Chebika » a fortement influencé ma méthodologie d’enquête sur le terrain. Au carnet de notes de Duvignaud, j’ai souhaité ajouter un appareil photographique afin de capturer des instants et ainsi disposer d’une source de données complémentaire à ma prise de notes. Cette double « perception » avait pour but d’éviter un maximum de subjectivité pour être dans la perception et non la représentation (même si nous concevons que la perception est forcément subjective). Par ailleurs, compte-tenu de la configuration de mes terrains, le carnet de notes et l’appareil photographique numérique semblaient être deux outils adaptés à l’observation « nomade » que je souhaitais pratiquer.

Quant au choix de mes deux terrains, comme précisé plus en amont, il s’est imposé à l’issue d’un long processus où pertinence et pragmatisme furent des impératifs. Un choix qui notons le, a suscité beaucoup de scepticisme pour certains de mes interlocuteurs et pairs et leur a paru très audacieux. Certains, considérant que les parcs urbains ne pouvaient être considérés comme des espaces naturels au même titre que les parcs nationaux. Remarque démontrant à elle seule la pertinence de ce choix de deux terrains dont seule l’évocation du nom suscite déjà des représentations de la nature différente, voire que tout oppose. Une remarque qui par ailleurs n’a jamais été formulée par les personnes en lien avec les parcs urbains.

Toutefois, ces remarques confirment qu’il sera indispensable, lors de la rédaction finale de ma thèse, de bien définir ce que l’on entend par « espaces naturels » dans le cadre de mes travaux.

Parc urbain et parc national où comment le politique marque l’espace naturel

Nahli et Ichkeul sont deux territoires dont les contours, les dynamiques, les enjeux ont été fixés par le pouvoir politique. Nahli est une colline de pins et d’oliviers transformée en parc urbain par la volonté d’un président et Ichkeul est un territoire aux contours mouvants dont la finalité a évolué selon des intérêts politiques successifs.

Le parc urbain de Nahli peut être considéré comme une pure création politique. C’est une colline de pins et d’oliviers qui a vu son espace transformé en territoire à valeur nationale en tant que “réserve de nature », garde fou ultime à une urbanisation galopante. Inauguré en 1997 dans le cadre du Programme National des Parcs Urbains (PNPU) lancé en 1996, il est effectivement aujourd’hui le dernier bastion « naturel » cerné de toute part par des constructions d’habitation.

Outre l’acte politique qui a fait de cet espace un territoire de nature à conserver, les signes de l’action politique sont (extrêmement bien) visibles dans le Parc de Nahli et sont les témoins des différentes stratégies qui se sont succédées en matière d’environnement (rappelons que le PNPU a été placé sous la responsabilité du Ministère de l’environnement de l’époque et de la Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité de la Vie en particulier).

C’est tout d’abord l’arche d’entrée qui, comme le rappelle Besma Loukil (Les nouveaux parcs urbains à Tunis : Pour qui et pourquoi ?, 2006), est voulue pour « être l’image de marque du parc et pour donner de l’importance au parc ». Elle souligne d’ailleurs que ce type d’aménagement monumental nécessite une part importante du budget alloué à la création des parcs urbains.

En clôturant un espace « banal », l’État a souhaité à la fois le mettre en défens et ainsi lui donner une valeur à l’échelle de la nation. Par conséquent, l’État, par son action politique, a modifié la représentation de cet espace auprès des habitants ; cette colline, espace lambda, devenant ainsi un espace de nature protégé et à protéger. Il est à noter que la pose de clôture et l’aménagement des entrées sont dans la majorité des cas les premiers travaux conduits lors de la création d’un parc urbain.

Outre une incarnation de la nation, Nahli, semble également avoir servi de vitrine pour les actions de sensibilisation et d’éducation à l’environnement menées par le ministère de l’Environnement et l’ANPE. En effet, dès que vous pénétrez dans le Parc, vous êtes accueilli par la mascotte « Labib ». Apparue pour la première fois le 5 juin 1993 lors de la célébration de la Journée internationale de l’environnement, comme le souligne le Rapport national sur l’état de l’environ-nement de 1993, cette mascotte de l’environnement a été créée par le Ministère de l’environnement pour « véhiculer l’information et identifier toutes les campagnes de sensibilisation ».

Une mascotte à la physionomie d’un fennec, inspirée des figurines pour enfant qui se veut conviviale et attirante. Au sein du parc, impossible de manquer Labib le fennec. Il est présent dès votre arrivée (certainement pour vous saluer), près des bancs sous les pins (peut-être pour surveiller que vous ne jetez pas vos papiers par terre mais bien dans la poubelle), sur un plongeoir au-dessus de ce qui a certainement été au moment de l’inauguration un plan d’eau et qui est aujourd’hui une superbe mare pour les grenouilles… Le plus impressionnant reste la version gigantesque de Labib (4-5m de béton) qui surplombe l’aire de jeux.

Labib est omniprésent à Nahli mais également dans de nombreux lieux associés à l’environnement et à l’éducation. Cette mascotte a accompagné toutes les campagnes de sensibilisation tout support confondu (clip, brochure, peluche…) pendant toute la période où le ministre Mlika a été en poste. Ensuite, Labib a fait parti des souvenirs. Des souvenirs d’ailleurs tenaces puisque de nombreux trentenaires tunisiens se souviennent encore de Labib, de ses clips et de ses chansons diffusés à la télévision.

Autre type de marqueur des actions politiques en faveur de l’environnement présent à Nahli, et en particulier celles liées à la sensibilisation, ce sont tous les panneaux en bois porteurs d’un message de bonne conduite adressé aux visiteurs, grand et petit, rédigés en arabe et en français. On les trouve pour la plupart aux abords des tables de pique-nique. Différentes approches sont privilégiées afin de prévenir la dégradation du site oscillant entre interdiction et encouragement.

Autre marqueur évident de l’ambition portée par les politiques d’éducation à l’environnement, l’écomusée qui se trouve à l’entrée du parc mais qui aujourd’hui n’est plus ouvert au grand public et n’est plus ou peu fonctionnel. Un écomusée dont la thématique était celle de l’abeille (nahli signifiant abeille dans la langue arabe). Des panneaux expliquaient en détail la vie de la ruche, la fabrication du miel et donnaient des informations sur la faune et la flore locales. Aujourd’hui, l’écomusée est en partie à l’abandon tout comme la bibliothèque qui se situe à l’étage supérieur.

Cet écomusée témoigne effectivement d’une ambition politique mais aussi d’une époque. Des moyens avaient alors été alloués pour faire de Nahli une vitrine pour tout le pays en matière d’éducation à l’environnement mais il semble qu’avec le temps et les différents gouvernements se succédant, la dynamique se soit émoussée jusqu’à ne plus exister.

Ichkeul vu depuis Zaarour
(A. Guillaumet 2016)

Des marqueurs identiques à Ichkeul et Nahli

A l’instar de Nahli, Ichkeul est un terrain d’étude où il est possible de distinguer les mêmes types de marqueurs politiques et en particulier celui qui donne à cet espace la dimension de territoire national. En effet, tout comme Nahli, Ichkeul est doté de deux arches d’entrée ou de portique pour reprendre le terme utilisé par B. Loukil (2016) : un au niveau de l’entrée sur le périmètre du parc national d’Ichkeul et un second au niveau de l’entrée de l’aire d’accueil. Passer pour la première fois sous le portique d’entrée sur le périmètre du parc ne se fait pas sans émotion. Cela donne à la visite un caractère solennel et exceptionnel. Ces portiques sont également associés à des clôtures qui sont visibles tout le long de la route d’accès. Nous reviendrons ultérieurement sur ce marqueur.

Un second marqueur commun à Nahli et Ichkeul, est celui de la mise en œuvre de politiques de sensibilisation et d’éducation à l’environnement. Ichkeul, tout comme Nahli, est équipé d’un écomusée qui présente l’ensemble complexe de l’écosystème d’Ichkeul ainsi que sa fragilité. Toutefois, à la différence de Nahli, cet équipement est en service et accueille l’ensemble des scolaires qui viennent visiter le parc national (et qui représente la grande majorité des visiteurs). Un équipement qui a d’ailleurs profité d’une réactualisation et d’un toilettage il y a quelques mois. Associé à cet aménagement, de nouveaux panneaux de médiation scientifique ont d’ailleurs été installés à l’extérieur grâce à un programme de coopération internationale. Point sur lequel nous reviendrons plus tard.

A ce stade de nos retours d’étude des deux terrains, nous constatons que deux espaces naturels protégés dont les statuts législatifs et réglementaires sont différents, révèlent pourtant des marqueurs politiques identiques. Toutefois Ichkeul, site naturel consacré comme territoire d’exception par le politique a vu sa physionomie et ses valeurs évoluer au cours des siècles par la volonté du pouvoir politique.

Ichkeul, un territoire à dimension et à vocation variables en fonction du politique

C’est tout d’abord le djebel d’Ichkeul qui a été « remarqué » par le pouvoir politique de l’époque Hafside. Selma Zaiane relève que vers 1240, Ichkeul était une réserve de chasse (Zaiana, Tourisme et loisirs dans les parcs nationaux tunisiens, l’exemple du parc national d’Ichkeul, 2004). Une vocation qui perdure pendant la période beylicale. En 1921, un guide édité par la Fédération des syndicats d’initiative de Tunisie intitulé « Tunis et la Tunisie » présente le djebel Ichkeul comme un « domaine beylical où vivent des buffles que l’on peut chasser moyennant une permission d’ailleurs difficile à obtenir ». C’est toujours le djebel sur lequel les autorités du Protectorat (1881-1956) ciblent leur actions avec l’ouverture de carrières d’extraction de gravier et de marbre (une reprise d’activité inaugurée par les Romains). Une activité industrielle qui modifie considérablement et de manière irréversible la physionomie et le fonctionnement du site ainsi que sa vocation. Une activité qui ne sera définitivement arrêtée qu’en 1993 alors qu’Ichkeul était déjà parc national depuis 1980. Le périmètre d’Ichkeul en tant qu’espace naturel protégé n’évoluera quasiment plus à partir de 1980, date à laquelle l’État lui confère officiellement le statut de territoire national d’exception et de patrimoine naturel. C’est ainsi qu’Ichkeul en tant que « nouveau territoire » se compose de trois entités paysagères différentes : un djebel, un lac et des marais. Ceux-ci auront été les derniers à être intégrés au périmètre et donc consacrés comme territoire. C’est à partir des années 1970, que le lac et les marais concentrent le plus grand intérêt de la communauté nationale et internationale et en particulier pour l’accueil de milliers d’oiseux d’eau hivernants. C’est à partir de 1977 qu’Ichkeul est reconnu par de nombreuses conventions internationales : Réserve de Biosphère (Programme MAB, 1977), zone humide d’importance mondiale (RAMSAR, 1980), Patrimoine mondial de l’Humanité (UNESCO, 1980). Là encore, la vocation d’Ichkeul ainsi que son périmètre se trouvent profondément modifiés suite à l’action politique nationale et internationale.

L’implication des politiques inter-nationales à Ichkeul est omniprésente. De nombreux marqueurs sont visibles à tous les visiteurs en balade à Ichkeul. Ce sont tout d’abord les logos des différents labels de reconnaissances inter-nationales dont bénéfice Ichkeul et qui sont apposés sur le portique à l’entrée du périmètre du parc national. Ce sont aussi les nouveaux panneaux d’interprétation que l’on découvre dès le parking de l’écomusée et qui jalonnent ensuite le chemin d’accès. Et enfin, à l’intérieur de l’écomusée, un panonceau qui indique que le parc national d’Ichkeul a profité du programme européen MEET (Programme financé par la communauté européenne pour développer les expériences en écotourisme en Méditerranée). On constate qu’Ichkeul est certes un territoire national mais qu’il est aussi intégré dans une dimension européenne et internationale et ce, à la faveur de son écosystème sensible et en particulier son avifaune et son fonctionnement hydrologique.

© ca.wikipedia.org

Des marqueurs qui témoignent également d’une faiblesse du pouvoir politique

A Ichkeul, certains signes témoignent effectivement de la présence de l’action politique mais sont aussi révélateurs de faiblesse ou de contradiction dans sa mise en œuvre et dans l’exercice du pouvoir. C’est en particulier le cas des clôtures d’Ichkeul. On a noté précédemment leur importance comme caractère politique faisant d’un espace un territoire national. Elles ont été en grande partie vandalisées et de nombreuses brèches sont visibles depuis la route d’accès au parc. Quand on circule en voiture, il n’est pas rare de voir des troupeaux de moutons et de chèvres accompagnés de leurs bergers traverser et pénétrer par les trous béants sur le territoire du parc et sur les terrains des marais. Ainsi, il n’est pas rare de constater que ce territoire pourtant voulu par le pouvoir politique comme exceptionnel et, donc à protéger, est livré au pâturage du bétail. C’est semble-t-il une contradiction de l’action politique qui à la fois a la volonté de protéger un espace qu’elle a voulu territoire et de l’autre, laisser ce même territoire abandonné à une certaine forme d’anarchie et aux conséquences susceptibles de perturber le fonctionnement de l’écosystème sensible d’Ichkeul.

Certains signes qui justement, sont quasi invisibles à Ichkeul témoignent également d’une défaillance de l’action politique ou d’une inefficacité des programmes mis en place sur le long terme. Ichkeul a été reconnu depuis 1977 comme réserve de Biosphère et en 1980 il a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité, sur la liste Ramsar et est devenu Parc national. Avec autant de distinctions nationales et internationales (ce qui est rare dans le monde), on s’attendrait en pénétrant sur le territoire du parc à trouver de nombreux supports, activités, actions afin de participer à sa valorisation. Pourtant, ce n’est pas le cas. Aucun support individuel de médiation scientifique n’est disponible, aucune prestation d’accompagnement assurée par des guides professionnels n’est offerte (des visites accompagnées par le conservateur du Parc sont possibles en déposant une demande officielle auprès des autorités de rattachement), aucune valorisation n’est réellement mise en œuvre…. L’absence de valorisation de l’ensemble de ces labels sur le territoire du parc est très surprenante et révèle une contradiction supplémentaire entre cette abondance de consécration et le peu de valorisation mise en œuvre.

Pour conclure cette présentation des premières analyses de mes deux études de terrain, plusieurs éléments semblent intéressants à souligner. Tout d’abord, la pertinence d’une analyse de deux espaces de nature dont les statuts sont différents. En effet, malgré deux conceptions d’espaces naturels que tout semble opposer entre une nature dite de conservation et une nature dite de loisirs, on constate que certains marqueurs de l’action politique sont identiques.

Cette étude a également révélé des marqueurs significatifs de l’action politique à la fois dans les moyens mis en œuvre pour créer un territoire national et pour assoir des politiques d’éducation à l’environnement et de sensibilisation. En outre, l’étude sur le terrain a aussi permis d’identifier les contradictions ou les faiblesses du pouvoir politique sur ces territoires de nature et de constater le manque de continuité dans l’action.

Bibliographie

MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, 1998-

2014, Rapports nationaux sur la Diversité Biologique, Tunis.

MINISTÈRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, 1993-2010, Rapports nationaux sur l’état de l’environnement, Tunis.

DUVIGNAUD Jean, 1968, Chebika, Étude sociologique, Paris, Gallimard.

LOUKIL Basma, 2006, Les nouveaux parcs urbains à Tunis : Pour qui et pourquoi ?, Tunis.

ZAIANA S., 2004, Tourisme et loisirs dans les parcs nationaux tunisiens, l’exemple du parc national d’Ichkeul, Tunis.

FÉDÉRATION DES SYNDICATS D’INITIATIVE DE TUNISIE, 1921, Guide Tunis et la Tunisie, Tunis.

Anne GUILLAUMET
doctorante à l’Université d’Avignon Pays du Vaucluse

Pour citer ce billet : Anne GUILLAUMET, « La place de la nature dans la société tunisienne Les empreintes du politique sur l’environnement », Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2145.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementales de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement

Urbanisation de l’oasis de Ouargla
© Abdelkader Salhi

Ouargla, appelée autrefois « Capitale des oasis », est considérée, depuis l’Antiquité, comme un carrefour important et un centre d’une activité commerciale ancienne pour les caravanes et les nomades. Le système agricole oasien, basé sur la culture du palmier dattier, était, jusqu’au début des années 1950, la principale activité économique d’une population en constante transformation. L’exploitation des nappes pétrolifères dans la zone de Hassi Messaoud vers les années cinquante et la mise en valeur de nouvelles terres agricoles par le biais de l’APFA[1] au début des années 1980, ont profondément modifié l’économie locale et la structure sociodémographique.

La conquête du Sahara algérien et la stratégie d’occupation d’énormes espaces ont vu leur concrétisation effective après la tenue, en 1966, du premier Conseil des ministres hors capitale, dans la ville même de Ouargla[2]. Depuis lors, la population de la ville de Ouargla n’a cessé d’augmenter. Ainsi, en 1977, l’agglomération de Ouargla[3] comptait 73 900 habitants, 185 999 en 1998 et 253 362 habitants en 2010[4]. L’origine de cette nouvelle population est diverse : des commerçants soufis et mozabites, des transitaires africains vers l’Europe, des ouvriers agricoles (des oasis environnantes : Oued Righ et Touat) et des cadres supérieurs[5] originaires du Nord du pays. Pour accompagner ces transformations, l’État algérien a investi dans le développement des moyens de liaison, des services, la mise en place de mesures incitatives (augmentation des salaires de 80 % par rapport au Nord, programme de logements). Ceci a contribué à façonner de nouvelles spatialisations et urbanisations, ainsi qu’une nouvelle forme d’occupation de la palmeraie.

Le sujet de notre thèse porte sur la durabilité du système oasien au niveau de la wilaya de Ouargla. La question centrale est la suivante : dans quelle mesure les dynamiques socio-environnementales contemporaines permettent-elles la durabilité du système oasien ? Nous nous intéressons, à travers cette thèse, aux interactions entre société locale et écosystèmes dans une perspective historique pour comprendre les changements à l’oeuvre.

La méthodologie adoptée pour ce travail de recherche s’appuie sur une approche historique de la zone, une analyse qualitative à partir d’entretiens avec les exploitants, les responsables des secteurs de l’agriculture, un échantillon des « nouvelles populations », des services de l’habitat, de l’aménagement du territoire et une analyse socio-spatiale. Sur le plan écologique, nous nous référons aux recherches menées par les écologues de l’Université Kasdi Merbah pour comprendre les modifications diachroniques de la qualité des sols, et la diminution de la biodiversité, liée à l’abandon de certaines variétés de dattes.

Notre approche est également spatiale avec l’analyse de photos aériennes et satellitaires de la zone d’étude, la mise en place d’un traitement par SIG, nous permettant d’avoir une vue générale de la zone, sur son changement dans le temps ainsi que sur les endroits les plus touchés par l’urbanisation au niveau de la palmeraie.

Les premiers résultats d’investigation nous ont permis d’établir une typologie des exploitations existantes au niveau de l’oasis de Ouargla. Différents acteurs, issus de différentes couches sociales, investissent aujourd’hui la palmeraie de Ouargla. Ainsi, au cours de nos enquêtes de terrain, cinq types différents d’acteurs ont pu être distingués. Il s’agit de :

1- l’exploitant agricole, qui n’habite pas sur sa parcelle, mais qui l’exploite,

2- l’exploitant agricole qui habite sur la parcelle et l’exploite,

3- le promoteur immobilier,

4- le « néo-rural »,

5- le « patriarche » qui habite une parcelle avec sa famille élargie.

Il y a lieu aussi de parler d’une autre catégorie assez différente de celles-ci. Il s’agit d’un groupe dit « propriétaire absent » : c’est un groupe qui n’investit pas dans la palmeraie.

Les différentes catégories d’acteurs n’ont pas les mêmes représentations, pratiques ni les mêmes stratégies dans la mise en oeuvre du développement de l’oasis de Ouargla. Le phénomène de l’urbanisation au sein de la palmeraie a dynamisé, en quelque sorte, l’activité agricole dans la région d’étude. Il a permis de minimiser les incendies, les vols des productions dattières et d’améliorer les investissements au sein de la palmeraie par son entretien, les amendements en sable et engrais ainsi que par l’embellissement du terrain agricole. Cette nouvelle forme de reprise des terrains agricoles pourrait être une opportunité pour le redéploiement de l’activité agricole et de la sauvegarde de l’oasis de Ouargla, mais elle peut aussi entraîner une reconfiguration de la vocation socio-économique de la palmeraie qui deviendrait une forme de « parc urbain » ou zone résidentielle de verdure, avec un déplacement de l’activité productive agricole vers la périphérie de Ouargla.

Publié en septembre 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°10

Abdelkader Salhi

est doctorant en géographie à Aix-Marseille Université, au laboratoire LPED (Laboratoire Population, Environnement et Développement) sous la direction de Chantal Aspe. Sa thèse s’intitule « Le système oasien et sa durabilité face à la dynamique socio-économique ». Il a rejoint l’IRMC en tant que Boursier Moyenne Durée (BMD)* entre septembre et octobre 2012.

 

Pour citer ce billet : Abdelkader Salhi, « Transformations spatiales et dynamiques socio-environnementale de l’oasis de Ouargla. Une analyse des perspectives de développement », Le Carnet de l’IRMC, 9 janvier 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/735

 


[1] APFA : Accession à la Propriété Foncière Agricole (loi 83/18 du 13 Aout 1983).

[2] Bisson J. 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité : le Sahara, Paris, L’Harmattan, 480 p.

[3] L’agglomération de Ouargla regroupe les communes de Ouargla, Ain Beida, Sidi Khouiled, Rouissat, Hassi Ben Abdellah et N’Goussa.

[4] Direction de Planification et de l’Aménagement du Territoire, 2012 Annuaire statistique 2011 de la wilaya de Ouargla.

[5] Des médecins généralistes et spécialistes, des ingénieurs et des enseignants.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Bilan des politiques sectorielles environnementales en Tunisie depuis la décennie 90 : approche cartographique

Comme l’a souligné Henda Gafsi[1], la décennie 90 a été celle du développement durable en Tunisie. En atteste le 8ème Plan (1992-1997), qui le premier, intègre le développement durable et consacre tout un chapitre à l’environnement. Le contexte international aura largement contribué à l’émergence d’une véritable politique environnementale en Tunisie, mais aussi dans le reste du monde, à travers le foisonnement de conventions internationales en faveur du développement durable.

L’enjeu de la durabilité dans les villes prend tout son sens à la lumière d’un rapport des Nations Unies publié le 24 mars 2004, selon lequel en 2007, plus de la moitié de la population mondiale vivra dans les villes : « Ce sera la première fois dans l’histoire de l’humanité que le nombre de citadins dépassera le nombre de ruraux », note ce rapport.

Mes travaux de recherche dans le cadre d’une thèse récemment soutenue avaient déjà tenté de mettre en exergue la pression exercée par la démographie, l’urbanisation et les activités économiques sur les ressources en eau dans les villes, en prenant l’exemple du Grand Sousse, en Tunisie littorale[2].

Par ailleurs, l’eau n’est pas la seule ressource mise en péril dans ce contexte de forte augmentation de la population et des activités économiques dans les zones urbaines. La vitesse de l’expansion urbaine a davantage amplifié la pression sur l’environnement en général, en termes certes d’épuisement des réserves en eau douce, mais aussi de hausse de la consommation d’énergie, de la pollution de l’air. Cette dernière est liée principalement aux transports, à une recrudescence de déchets solides, à la détérioration du littoral, à la dégradation de la qualité de l’air et des sols, ainsi que de celle du paysage urbain et de ses périphéries.

C’est dans le cadre du programme AUF-Cedej « Ville durable au sud de la Méditerranée », que s’insère mon étude sur le bilan des actions environnementales dans les villes tunisiennes, et tout particulièrement à partir d’une approche approfondie de certaines politiques environnementales sectorielles majeures, le plus souvent portées par des acteurs publics.

Nous avons ainsi pu collecter une importante documentation, questionner des personnes ressources, et visiter des sites concernés, par exemple, par des opérations d’enrayement de la croissance de l’habitat spontané. L’objectif de l’Agence de Réhabilitation et de Rénovation Urbaine (ARRU) était à ce propos de résoudre les problèmes inhérents au développement urbain à travers des projets d’assainissement et de développement urbain. L’habitat n’est pas le seul défi qui se pose aujourd’hui à la ville pour accéder à une plus grande durabilité. Ainsi, nous accordons une large part dans nos recherches, au recensement des actions concrètes, à travers notamment les différents programmes de l’ANPE, de l’ANME, de l’ONAS, de l’ANGED… sur le milieu naturel, l’espace et les ressources dans les secteurs urbains. Une attention toute particulière a été consacrée à l’identification des expériences pilotes, ainsi qu’à leur mode de financement. Une localisation, à travers l’outil cartographique doit permettre d’alimenter notre réflexion sur l’état des lieux de la décentralisation de l’action environnementale à l’échelle régionale et locale.

Les premiers résultats de nos investigations nous ont permis de constater que, dans un premier temps, les politiques urbaines n’ont jamais été aussi attentives à améliorer la qualité et les conditions de vie de la population, ainsi qu’à équilibrer les différents quartiers au sein de la ville. Mais dans un second temps, on voit que ces politiques urbaines nécessitent de renforcer leur cohérence, afin d’atteindre un niveau optimal de développement urbain durable.

En effet, la notion même de « ville durable » invite à repenser la ville dans une approche plus intégrée, en tenant compte de la nécessaire interdépendance des actions environnementales.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Nadia SAHTOUT est docteur en géographie de l’Université Paris IV Sorbonne, où elle a soutenu une thèse en mars 2011 sur l’eau et la ville dans le Grand Sousse. Chercheure associée à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain, elle participe au programme MerSI-AUF, piloté par le Cedej : « Ville durable au sud de la Méditerranée ».

 

crédit photographique : © Babnet.net


[1] Gafsi Henda, Histoire de l’évolution du domaine « Environnement en Tunisie » (Problèmes, acquis, défis), 9 janvier 2010.

[2] Sahtout Nadia, L’eau et la ville en climat semiaride : vers la gestion intégrée de la ressource. Exemple du Grand Sousse en Tunisie littorale. Université Paris IV-Sorbonne, Institut de Géographie, mars 2011.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook