Archives par mot-clé : économie tunisienne

Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de Technoverre en Tunisie

Résumé de l'article : BEN YOUSSEF Mohamed Slim, 2019, « Protester pour l’entreprise, contester la reprise : la mobilisation des verriers de l’usine Technoverre en Tunisie », Confluences Méditerranée, vol. 111, n° 4, 15-28. [En ligne]

Huit ans après la première situation révolutionnaire de l’hiver 2010-2011, la question sociale est toujours centrale dans les scènes protestataires tunisiennes. Or, si les mobilisations pour l’emploi public ont beaucoup gagné en visibilité après 2011, le secteur industriel privé a connu une éclosion de mouvements ouvriers moins documentés. Par-delà les revendications matérielles, ces mobilisations sous-tendent aussi des dimensions morales, liées à la rupture de pactes sociaux protecteurs. À partir de l’étude de la mobilisation des travailleurs de la verrerie Technoverre, cet article se propose de montrer la manière dont le repreneur de l’usine, en rompant les promesses de redressement et en mettant en péril l’identité professionnelle des verriers, contribue à alimenter une contestation qui défend indissociablement l’entreprise, l’emploi et le « métier ».

Une enquête qualitative, combinant entretiens biographiques et observations de terrain, a permis d’analyser la déstabilisation d’un pacte protecteur qui préside aux relations de travail dans une entreprise de verre créée au début des années 1970. S’appuyant sur une analyse configurationnelle qui inscrit l’usine dans sa trajectoire historique, cet article explique comment la remise en cause de l’ordre usinier antérieur a profondément affecté les conditions matérielles des travailleurs et les rapports de travail.

Ces transformations se sont traduites, notamment, par l’abandon de la vocation développementiste de l’entreprise au profit du gain facile, le
recours systématisé au judiciaire dans la gestion des conflits de travail et une déstabilisation du métier de « verrier ». Or, le métier, source de fierté ouvrière, est également utilisé comme ressource d’auto-légitimation face à un repreneur étranger à l’entreprise. Face à la rupture de la promesse de redressement de l’entreprise par ce nouveau patron, les travailleurs brandissent leur identité professionnelle menacée pour s’affirmer comme les vrais propriétaires (symboliques) de l’entreprise.

Résumé initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Citoyennetés sous tension. Politiques sociales et luttes économiques en Tunisie dans une perspective comparée

Amin Allal est chercheur CNRS en sociologie politique, affecté à l'IRMC depuis octobre 2017. Il est actuellement core researcher dans le programme européen "ERC DREAM". Ses recherches explorent la politique des classes populaires, en se concentrant sur diverses scènes d'interactions sociales telles que les mobilisations dans le monde du travail ou les programmes de «développement» orientés vers les «pauvres». Il s'appuie sur des méthodes qualitatives (ethnographie et entretiens non directifs) afin d'analyser l'action collective dans des contextes locaux comme les banlieues paupérisées de Tanger et Tunis, ainsi que la région minière de Gafsa en Tunisie.

Alors que depuis 2011, au Maghreb, de multiples « luttes sociales » se succèdent, aucun programme de recherche transversal ne prend à bras le corps la question de la centralité politique du travail, c’est-à-dire celle des recompositions des rapports au politique, en lien avec le travail effectué ou escompté. L’objectif de ce programme est précisément de repenser les formes de représentation des travailleurs, de saisir les rapports entre monde du travail et champ politique, de penser les tensions de la citoyenneté. Il vise, en effet, à examiner les mutations contemporaines des rapports au politique pour des sujets fortement dépendant d’une activité économique centrale. Partant des relations conflictuelles (protestations collectives, contre-conduites individuelles, etc.) mais aussi plus « ordinaires » ou routinières (rapport au patronat local, à l’administration ou à différentes agences publiques), j’étudie l’émergence des formes de citoyenneté dans ces contextes maghrébins.

Présentation générale

Pour aborder ces questions de façon comparative, nous avons, avec deux collègues du CNRS, Karel Yon et Samuel Hayat, pris l’initiative de créer un réseau pour encourager les échanges entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. Grâce à cette équipe internationale, ont notamment été organisés un colloque international les 25 – 27 juin 2018 à Tunis [1],  plusieurs séances de séminaires et ateliers (notamment lors du congrès de l’Association Française de Science Politique à Bordeaux les 2 et 3 juillet 2019).

Le projet « Redécouvrir la citoyenneté industrielle : passés et présents des relations entre travail et politique (2019-2022) » [2] a obtenu un financement de la part de l’ANR qui a permis le lancement d’enquêtes et ateliers de travail. D’ailleurs, une enquête sur le déploiement d’une multinationale au Nord (Espagne et France) comme au Sud (Maroc, Tunisie) est actuellement en cours. Menée par huit membres de l’équipe, elle permettra de comparer les situations industrielles françaises, espagnoles marocaines et tunisiennes. Un atelier a été programmé les 6 – 10 juillet 2020, à l’occasion du congrès de l’Association Internationale de Sociologie de Langue française à Tunis.

Premier output de ce travail, le numéro « Mondes du travail : mutations et résistances » [3] de la revue Confluences Méditerranée, que j’ai codirigé avec Élisabeth Longuenesse et Michele Scala, est paru en 2019.

Ce programme de recherche reprend à son compte l’analogie fondatrice de la citoyenneté politique qui lie les citoyens à un État, pour la redéployer sur les problématiques du travail. Il ne s’agit pas d’en donner une vision enchantée, bien entendu, mais au contraire, de s’appuyer sur les ressources que donne l’étude critique du rapport entre les États et « leurs citoyens », pour enrichir le regard sur les rapports de travail et les rapports des travailleurs aux différentes autorités constituées. Cette analogie permet de mettre en lumière trois éléments qui constituent autant de sous-axes du programme de recherche.

Trois sous-axes de recherche

 Appartenances au travail

 Cette analogie de la citoyenneté indique que la relation de travail passe toujours par la constitution de collectifs, de communautés, de corps. Les individus y sont, certes, des sujets de droit, mais toujours définis par des relations d’appartenance à une communauté de production, mais aussi au territoire d’implantation de cette communauté, à la galaxie constituée par les chaînes de dépendance entre les travailleurs, leurs entreprises et d’autres, etc. Depuis 2015, je coordonne un travail en réseaux sur ces questions avec des collègues d’Algérie, du Maroc et de Tunisie.

Sujetion et citoyenneté

 Les individus, membres de ces collectifs créés par la relation de travail, sont, vis-à-vis de lui et des autorités diverses qui le créent, comme corps dans un rapport de sujets. Tout d’abord, ils y sont assujettis, c’est-à-dire dans un rapport de sujétion aux règles de ce corps mises en œuvre par ces autorités. Pour autant, ils sont dotés d’une certaine capacité d’action. De ce point de vue, l’analogie de la citoyenneté industrielle ouvre vers l’étude des formes de participation, de contestation mais aussi de représentation, de délégation, d’obligation que connaissent les travailleurs vis-à-vis de leur travail et des autorités auxquelles ils sont soumis en tant que travailleurs. Nous avons posé de premiers jalons analytiques sur cette question, en interrogeant de façon comparative la notion d’économie morale, grâce à l’ouvrage collectif, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières [4].

Les normes et règles de la citoyenneté

Enfin, par « citoyenneté industrielle », l’accent est mis sur le fait que ces formes d’appartenance, de sujétion et de participation sont éminemment réglées, normées. Les relations de production sont organisées par des règles de droit, des règlements intérieurs, des accords, une pratique usuelle de ces normes, parfois des coutumes. Et ces règles sont, comme dans la citoyenneté politique, à la fois le cadre et l’enjeu des relations entre travailleurs et entre les travailleurs et les autorités qui s’imposent à eux.

Ces trois entrées permettent de saisir, dans leur continuité, les rapports multiples qui organisent le processus de travail et l’inclusion des travailleurs comme groupe de sujets, à la fois soumis et agissants dans une communauté de travail réglée et normée. La recherche se déploie en plusieurs études de cas. À ce stade, nous avons avancé (individuellement mais aussi avec une équipe maghrébine constituée) sur l’enquête de terrain dans différentes régions sélectionnées (Kasserine, Gafsa, Grand Tunis, mais aussi Ghardaïa en Algérie et Tanger au Maroc). Je mène, depuis trois ans, des investigations, par observations in situ et par entretiens dans plusieurs gouvernorats sur des situations de travail contemporaines, notamment des usines qui ont connu des mobilisations ces dernières années, mais aussi plus anciennes (travail d’archives sur le fonds de la Compagnie des Phosphates de Gafsa).

[1] Les actes de colloques sont en cours de publication dans la revue Critique Internationale.

[2] Projet IRMC mené en partenariat avec le laboratoire CERAPS et l’Université́ de Lille.

[3] ALLAL Amin, SCALA Michele, LONGUENESSE Elisabeth, 2019, « Mondes du travail : mutations et résistances », Confluences Méditerranée, n° 111. [En ligne ici]

[4] ALLAL Amin, CATUSSE Myriam, BADIMON Montserrat Emperador, 2018, Quand l’industrie proteste. Les fondements moraux des (in)soumissions ouvrières, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Res Publica ».

Présentation de programme de recherche initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Une économie qui fait la ville : la fripe à Tunis

Katharina Grüneisl, doctorante en géographie à l’Université de Durham (Grande-Bretagne), en accueil scientifique à l’IRMC depuis 2018.
© Katharina GRÜNEISL – 2018

Le point de départ de ce projet de recherche est un intérêt porté aux espaces de marchés de Tunis, leur évolution dans le temps et leur rôle dans la vie économique, sociale et culturelle de la ville. Un premier terrain à Tunis, réalisé entre juin et décembre 2017, a permis de mettre en évidence le changement rapide des paysages commerciaux dans la période post-révolutionnaire (Lafi, 2017), ainsi que les multiples conflits sur l’occupation de l’espace qui en résultent, déclenchant, par exemple, en juillet 2017, une « campagne de nettoyage » sans précédent dans le centre-ville, ordonnée par l’ancien gouverneur de Tunis, Omar Mansour.

Deux types de marchandises jouent un rôle principal dans la prolifération actuelle des activités commerciales dans l’espace urbain. D’abord, divers produits bon marché, souvent dénommés « Chinwa »en arabe tunisien car la majorité de ces marchandises proviennent de Chine. Ensuite, « la fripe », un terme français utilisé en dialecte tunisien et désignant une vaste gamme de produits de seconde main importés d’Europe et d’Amérique du Nord. Ce sont essentiellement des vêtements, mais aussi des chaussures ou divers objets d’occasion. Les marchés spécialisés en « Chinwa »,couramment appelés « Souk Libya »[1], et les marchés aux fripes se côtoient souvent dans la capitale. Les deux types de commerce se chevauchent dans les souks hebdomadaires et sur les trottoirs du centre-ville. Néanmoins, une observation fine permet d’identifier des temporalités et dynamiques de commerce distinctes, ainsi que des socialités et pratiques culturelles spécifiques qui différencient ces deux types de marchés.

Partant d’un intérêt pour la territorialisation du commerce de la fripe, qui offre des paysages commerciaux complexes et différenciés, couvrant périphéries et centre-ville, quartiers populaires et quartiers plus aisés à Tunis, cette recherche a débuté dans divers marchés aux fripes de la capitale. Par la suite, et au cours d’une recherche ethnographique qui a duré douze mois, entre 2018 et 2019, la focale s’est progressivement recentrée sur les circulations de la fripe en ville, bien au-delà des seuls espaces de marchés. Prenant comme point de départ l’événement public de « halan al-bala », l’ouverture de nouvelles balles à fripe [2], souvent organisé selon un rythme bi-hebdomadaire, la recherche étudie les temporalités harmonisées de circulation, condition préalable pour l’écoulement régulier de nouvelles balles à fripe sur les marchés et dans les boutiques de la capitale. L’harmonisation des flux – d’abord de marchandises, mais aussi de crédits, paiements, informations et consommateurs – nécessite une coopération quotidienne entre différents sites et acteurs urbains, produisant ainsi d’importantes interdépendances à travers la ville. L’examen des mécanismes assurant une circulation entre le port de Rades, les usines de tri, les quartiers de grossistes et divers espaces de commerce au détail, permet de mettre en évidence les relations socio-spatiales qui émergent à partir de la circulation d’un bien de consommation ordinaire dans la ville. En accordant un intérêt particulier à l’espace urbain, ce projet révèle les effets multiples des circulations de la fripe sur certains espaces et quartiers urbains en suscitant, par exemple, l’émergence de nouvelles centralités marchandes aux périphéries urbaines ou en transformant un quartier résidentiel en quartier d’entrepôts, avec une forte hausse des prix de l’immobilier et un changement rapide du cadre bâti.

Ce projet s’inscrit dans une approche de géographie urbaine, il met donc l’accent sur les articulations urbaines complexes d’un flux de marchandises de seconde main dans la ville de Tunis. La plupart des études existantes abordent plutôt la fripe comme économie mondiale, examinant les flux transnationaux de marchandises de seconde main et d’invendus qui lient les sociétés de consommation du Nord – avec des systèmes de collecte caritative professionnalisés et des exportateurs spécialisés – aux marchés de consommation de divers pays du Sud (Brooks, 2015 ; Hansen, 2004 ; Norris, 2010). D’autres recherches se sont focalisées sur le caractère transfrontalier du commerce de la fripe, démêlant le rôle des réseaux de migrants ou des diasporas dans son fonctionnement (Abimbola, 2012 ; Hernandez, Loureiro, 2017 ; Milgram, 2008). Se fondant sur ces travaux pour analyser le positionnement de la Tunisie dans l’économie mondiale de la fripe, cette recherche insiste, néanmoins, sur l’importance du cadre national et donc de l’économie politique tunisienne, pour expliquer le rôle important de la Tunisie dans le domaine de la friperie [3]. Une recherche dans les Archives Nationales de Tunisie, ainsi que des entretiens avec divers acteurs institutionnels et des lignées familiales d’importateurs et grossistes de fripe ont constitué une base d’analyse des origines de la friperie en Tunisie après la Seconde Guerre mondiale et de l’évolution de sa gouvernance depuis l’indépendance. Une analyse des instruments régulateurs et législatifs, mais aussi d’innombrables mécanismes informels, qui ont gouverné le secteur sous différents régimes politiques, expliquent le positionnement actuel ambigu de la fripe comme économie aux marges de la loi et comme « boîte noire » tenue par des intérêts personnels puissants.

© Katharina GRÜNEISL – 2018.

 

Pour comprendre comment la fripe  – qualifiée d’« économie des pauvres», reléguée aux marges de la ville et exclue de la planification urbaine après l’indépendance – a généré des nouvelles centralités marchandes et s’est imposée par son omniprésence dans le Tunis contemporain, cette recherche retrace les parcours de différentes générations de fripiers, dont une majorité est originaire du Nord-Ouest de la Tunisie. À travers des récits de vie, cette recherche souligne les liens importants entre la migration rurale-urbaine, la croissance urbaine informelle et l’émergence des premiers marchés spécialisés pour fripes à Tunis dans les années 1960. Une relecture de la réhabilitation du quartier de la Hafsia ou de la planification et de la construction de la Cité Ibn Khaldoun montre de quelle façon le commerce de la fripe, exclu des espaces de marché existants de la capitale, s’est approprié les interstices de ces grands projets urbains après l’indépendance. Les commerçants de la fripe ont ensuite consolidé leur présence, souvent à travers une autonomisation, reposant sur leurs trajectoires migratoires et leurs liens de parenté. La capacité des fripiers à transformer les espaces urbains, aussi bien par la confrontation avec les autorités publiques, que par la négociation et coopération mutuellement bénéfiques, a profondément changé le positionnement du commerce de la fripe dans la ville de Tunis, tant en termes d’emplacement urbain que de légitimité. Les « éléments ruraux » qui étaient perçus comme menaçant les efforts de modernisation urbaine après l’indépendance (Berry-Chikhaoui et al., 2000, 17) ont donc joué un rôle clé dans l’histoire socio-spatiale de la fripe à Tunis. Ce passé reste indispensable pour comprendre les lieux, modes d’organisation et sociabilités qui caractérisent ce commerce jusqu’à nos jours.

La structuration contemporaine de la fripe en tant qu’économie urbaine a été abordée sous l’angle de la revalorisation de la fripe qui lie différents espaces et acteurs urbains et détermine, en partie, la spécificité de cette économie. La fripe qui arrive par conteneurs à Rades représente, tout d’abord, une matière jetée au rebut dans les pays du Nord. La valeur des objets en tant que marchandises, leur « commodity situation » (Appadurai, 1986, 13), reste ainsi, incertaine. Pendant le processus de tri de la fripe à l’usine, la revalorisation des matériaux de récupération n’est pas achevée par un processus de réparation matérielle, mais à travers un processus de classification et de traduction qui modifie la signification et la perception des objets. À partir d’un nouvel étalon de valeur établi dans l’usine pour catégoriser et emballer les marchandises de fripe en balles, différents acteurs dans la ville participent à des multiples étapes de revalorisation des objets et des vêtements de seconde main. Ainsi, les transporteurs ajoutent de la valeur en distribuant des marchandises à risque – comme les chaussures ou les jouets de seconde main, interdits de vente en Tunisie – entre le quartier des grossistes et les marchés aux fripes ; les commerçants également, en triant et échangeant les marchandises entre eux pour développer une offre spécialisée dans leurs boutiques ; ou encore les faresa (trieuses) qui achètent les invendus à bas prix pour les revendre dans leurs quartiers péri-urbains où l’offre commerciale reste limitée. À travers une étude ethnographique de ces stratégies individuelles de création de valeur autour des circulations de la fripe, cette recherche démontre les pratiques quotidiennes et trajectoires de travail multiples qui co-produisent l’économie de la fripe en ville et souligne le rôle indispensable des acteurs souvent invisibles – comme les faresa ou nassaba (vendeurs de rue) – dans la circulation ininterrompue de marchandises. Du fait du manque de standardisation de la fripe en tant que marchandise et de l’imprévisibilité du contenu exact des balles à fripe, la revalorisation des objets demeure une tâche collective, partagée entre marchands, consommateurs et, souvent, spectateurs curieux. Dans les marchés aux fripes de la capitale, le halan al-bala (l’ouverture de nouvelles balles à fripe) devient un événement public ritualisé qui ouvre de nombreuses négociations et possibilités de requalification des objets de la fripe. Bien au-delà d’un simple « espace de transaction économique » – au sens strict du terme –, les marchés aux fripes de la capitale constituent donc, au quotidien, des espaces de production culturelle et donnent lieu à des interactions sociales complexes, brisant les barrières et segmentations qui caractérisent d’autres espaces du Tunis contemporain.

[1]Cette dénomination provient des origines des marchés qui se sont développés suite à l’essor du commerce transfrontalier entre la Libye et la Tunisie après 1987 (Boubakri, 2001; Doron, 2015).

[2]La fripe est emballée en « balles », à savoir, un matériel de bâche qui est comprimé sous un pressoir dans les usines de tri.

[3]Selon les données de l’OEC (Observatory for Economic Complexity), la Tunisie a été au 3ème et 4ème rang des importateurs de la fripe sur le continent africain entre 2015 et 2017 (OEC, [En ligne])

Bibliographie sélective :

ABIMBOLA Olumide, 2012, “The International Trade in Secondhand Clothing: Managing Information Asymmetry between West African and British Traders”, TEXTILE, vol. 10, n° 2, 184–99.

APPADURAI Arjun, 1986, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

BERRY-CHIKHAOUI Isabelle, DEBOULET Agnès (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe : penser, faire et transformer la ville, Paris-Tours-Tunis,  IRMC-Karthala-Centre d’études et de recherches sur l’urbanisation du monde arabe (URBAMA), « Hommes et Sociétés ».

BOUBAKRI Hassan, 2001,  « Échanges transfrontaliers et Commerce parallèle aux frontières tuniso-libyennes », Monde arabe : Maghreb Machrek, n° 170, La Documentation Francaise, 39–51.

BROOKS, Andrew, 2015, Clothing poverty: the hidden world of fast fashion and second-hand clothes, Londres, Zed Books.

DORON Adrien, 2015, « De la marge au monde : La structuration mouvementée d’une place marchande transnationale à Ben Gardane (Tunisie) », Les Cahiers d’EMAM, n° 26, [En ligne].

HANSEN Karen Tranberg, 2004, “Helping or hindering? Controversies around the international second-hand clothing trade”, Anthropology Today, vol. 20, n° 4, 3–9.

HERNANDEZ Alberto, LOUREIRO Ferreira, 2017, ‘Ropas Americanas: Comercio, contrabando y compradores de ropa usada en la frontera de Corumbá, Brasil, y Puerto Quijarro, Bolivia’, Frontera Norte, vol.  29, n° 57, 31–56.

LAFI Nora, 2017, “Resilient forms of urbanity on the margins? Al-Kherba: A vivid market in a damaged section of the Medina of Tunis”, in Lafi N., Freitag U.,Chappatte A. (dir.), Understanding the city through its margins: Pluridisciplinary perspectives from case studies in Africa, Asia and the Middle East, Londres, Routledge, 45-62.

MILGRAM, Lynne B., 2008, “Activating frontier livelihoods: Women and the transnational second-hand clothing trade between Hong Kong and the Philippines”, Urban anthropology and studies of cultural systems and world economic development, vol. 37, n° 1, 5–47.

NORRIS Lucy, 2010, Recycling Indian Clothing: Global Contexts of Reuse and Value, Bloomington, Indiana University Press, « Tracking Globalization ».

Article initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Gestion locale des migrations en Tunisie

Programme de recherche coordonné par Marouen Taleb, chercheur postdoctoral IRMC et Betty Rouland, chercheure postdoctorale référente IRMC

Marouen Taleb
Docteur en urbanisme et aménagement du territoire.
Ses recherches s’inscrivent dans les domaines de la géographie économique et des sciences de l’aménagement en rapport avec les modèles de gouvernance territoriale et de développement.

La compréhension des rapports entre migration et développement local au sein des communes tunisiennes constitue l’ossature du programme « Gestion locale des migrations en Tunisie » hébergé au sein de l’IRMC et financé par l’AFD. Allant au-delà des causes directes liées à l’employabilité et au chômage, cette recherche tente de comprendre les rapports des jeunes à leur territoire à travers les aspects liés à leur place au sein de la société, du tissu économique et leur degré d’implication dans la chose publique, à l’aune du processus de décentralisation engagé.

Les agences de développement ont besoin de collecter des données fiables pour mesurer l’impact réel du développement sur les migrations. À des niveaux divers – politiques, tutelles, citoyens – les agences sont interrogées sur leurs actions dans le domaine des migrations. De manière générale, la redevabilité est un sujet clé et cette dernière est particulièrement prégnante dans le domaine des migrations.

Les travaux de recherche examinant les déterminants, les dynamiques et les enjeux des migrations contemporaines se sont multipliés au cours de ces deux dernières décennies. Aujourd’hui, la migration s’avère une priorité politique ainsi qu’une thématique centrale des sciences humaines et sociales. En revanche, les impacts des projets de développement sur la mobilité des populations restent très discutés et peu analysés par les chercheurs. Ces derniers se basent souvent sur des données issues des instituts de statistiques, dont la temporalité et l’échelle territoriale ne sont pas toujours pertinentes pour les projets menés. La problématique majeure réside donc dans le fait que ces projets s’appuient sur des données et des populations « officielles » plutôt que réelles.

Figure 1 : Aïn Draham (Nord-ouest de la Tunisie) : le code forestier régissant l’exploitation forestière privilégie les grandes entreprises au détriment des jeunes de la région souhaitant s’établir comme sylviculteur – © Marouen Taleb

 

Dans ce contexte, le programme de recherche « Gestion locale des migrations en Tunisie » financé par l’Agence Française de Développement (AFD) met en étroite collaboration professionnels de terrains et académiciens. Ce projet, à portée inclusive, vise non seulement à produire et collecter des données territorialisées innovantes sur la question du développement et des migrations, mais aussi à évaluer l’efficacité des champs d’actions développés. Le projet offre, en effet, l’opportunité de développer un partenariat pionnier entre académiciens et professionnels de terrains. Tandis que les agences travaillant sur les questions migratoires visent l’opérationnalité des projets liés au développement, la composante scientifique du projet permet, elle, de contextualiser les données et d’analyser les enjeux spécifiques au développement et à la migration au niveau de trois communes : Aïn Draham (nord), Sbeïtla (centre) et Beni Khedache (sud).

Sbeïtla
Figure 2 : Sbeïtla (Centre ouest de la Tunisie) : un potentiel touristique encore inexploité – © Marouen Taleb

 

Cette collaboration couvre deux thématiques du projet : la question des liens entre l’employabilité et la mobilité notamment chez les jeunes, et celle de la prise en compte de la question migratoire dans la gouvernance locale.

La recherche du lien entre employabilité et mobilité(s) pose comme hypothèse de départ que l’emploi, parmi l’ensemble des facteurs « push » identifiés, demeure le plus significatif auprès de la population ciblée par les enquêtes. De ce fait, il apparaît comme nécessaire de préciser l’éventail des dimensions relatives au facteur « employabilité » à l’instar du niveau de salaire, de la garantie de l’accès à l’emploi à l’étranger à travers les réseaux transnationaux de solidarité familiale ou tribale, de la nature de l’emploi, des conditions d’entreprenariat pour les jeunes dans les communes concernées, de l’adéquation entre emploi et formation/aptitudes et entre emploi et liens familiaux et sociaux (présence/absence de réseaux clientélistes ou de favoritisme).

La seconde thématique concerne l’intégration des enjeux migratoires par les acteurs locaux. L’hypothèse de départ tend à privilégier l’idée que les niveaux d’intégration des enjeux migratoires seraient corrélés à la capacité des pouvoirs locaux à engager des démarches participatives de citoyens d’une manière générale et de leur capacité à mobiliser ces derniers pour des questions relatives au développement local. En outre, dans une seconde hypothèse, l’intégration des enjeux migratoires serait également tributaire de la qualité des rapports entre l’institution de la commune et celle du gouvernorat, en charge jusqu’ici des questions de développement et de la coordination entre les services déconcentrés de l’Etat central.

Figure 3 : Beni Khedache (sud-est de la Tunisie) : un terroir en cours de valorisation – © Marouen Taleb

 

Pour ce faire, il s’agira à la fois d’étudier le niveau de connaissance, la volonté politique et les outils à disposition des acteurs locaux pour intégrer les migrations dans leur stratégie de développement local. Ce volet est également dédié aux questions de perceptions de la gouvernance locale des migrations post-2011 et post-élections locales de 2018 en rapport avec la question de la participation des jeunes à la vie publique, à celle du développement local et de l’accès à l’emploi. Le programme de recherche intègre ainsi les questions d’auto-perception par rapport aux concepts d’identité, de société, de famille et de culture. Par le prisme scientifique, cette collaboration permet non seulement d’appuyer mais surtout d’évaluer les problématiques, les enjeux et les impacts dudit projet de développement.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°25, bulletin trimestriel octobre-décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Tunisie. Qui paie le prix du coronavirus ?

Mohamed Slim Ben Youssef
Doctorant en sociologie politique rattaché à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Ses recherches portent sur les mobilisations au travail en Tunisie après le soulèvement de 2011.

Le confinement général que vit la Tunisie face à la pandémie du coronavirus, et qui vient d’être prolongé jusqu’au 3 mai, accentue dans la population les inégalités face au coût social d’une telle situation. Mais il fait également émerger des modes de résistance de la part des salariés et des précaires.

Officiellement, la pandémie se déclare en Tunisie le 2 mars 2020. Une série de mesures est prise pour freiner la propagation du coronavirus. Le 20 mars, le président Kaïs Saïed annonce un confinement général accompagné de l’interdiction des déplacements entre les villes. Cette décision suppose la capacité, pourtant inégalement distribuée, d’en supporter le coût, et cette capacité risque de faire défaut lorsqu’on (sur)vit par son travail. Si le recours au télétravail a été possible dans certains secteurs, il est loin d’être généralisable dans un pays où une grande partie de la population active est précaire.

Lors d’une allocution télévisée le 21 mars, le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh annonce un dispositif de mesures sociales ayant trois objectifs : le premier est de ne laisser aucun Tunisien dans le besoin, le deuxième de ne perdre aucun emploi, et le troisième de ne voir disparaître aucune entreprise économique, et d’en préparer la relance une fois cette crise révolue.

LES TRAVAILLEURS DU SYSTÈME INFORMEL EXCLUS

Les mesures annoncées incluent une ligne de financement de 300 millions de dinars (96 millions d’euros) pour les travailleurs mis au chômage technique, de 150 millions de dinars (48 millions d’euros) à des aides sociales pour les couches précaires et à faible revenu, et le report du remboursement des crédits bancaires pour les salariés dont le revenu ne dépasse pas 1 000 dinars (319 euros).

Ce dispositif a certes été complété et élargi par la suite, notamment par l’augmentation des budgets alloués. Lors d’un entretien télévisé diffusé en direct le 19 avril, le chef du gouvernement a annoncé une deuxième vague d’aides financières à l’adresse des familles et des retraités les plus démunis, à l’occasion du ramadan (qui commencera le 23 ou le 24 avril). Pour autant, ces mesures demeurent insuffisantes. Ainsi, Leyla Riahi, membre du groupe de travail pour la souveraineté alimentaire en pointe le caractère inégalitaire sur les réseaux sociaux. Il en va ainsi notamment de l’exclusion de pans entiers de la population active, dont les travailleurs du secteur informel, c’est-à-dire plus de la moitié de l’économie tunisienne, les journaliers, les intérimaires et les salariés sous le régime du contrat d’initiation à la vie professionnelle (CIVP).

Ces catégories sont d’autant plus marginalisées qu’elles peinent parfois à se faire reconnaître comme telles par l’administration publique. En effet, nombreuses sont les personnes sans revenu stable qui ne sont pas recensées par les autorités, peinant donc à prouver leur statut de précaires au moment où elles demandent les subventions. Des reportages télévisés montrent des foules compactes dans leur quête des aides étatiques, se perdant dans le dédale administratif tunisien. Sur l’une de ces vidéos, une femme déplore : « Concernant le formulaire, je vais aux affaires sociales qui me renvoient à la délégation, qui encore me renvoie au cheikh… Chez le cheikh, rien ! Et entre temps, nous, on meurt de faim ! »

Autre problème, la pénurie des produits alimentaires de première nécessité. Les raisons de cette pénurie ne se réduisent pas à des achats compulsifs concomitants de la panique observée partout dans le monde. En Tunisie, la spéculation est aussi une cause importante de ce problème. Dans son allocution du 21 mars, Fakhfakh a ainsi annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre des spéculateurs, qualifiés de « criminels de guerre » dans la terminologie officielle.

Pour autant, la solution pénale, seule, n’est pas à la hauteur de l’enjeu. La distribution de la semoule et d’autres biens d’importance vitale demeure largement inégalitaire. En effet, si les grandes villes littorales, notamment Tunis, connaissent un approvisionnement alimentaire plus ou moins normal, c’est loin d’être le cas pour les agglomérations, quartiers et bourgs périphériques, aux marges du circuit d’approvisionnement. Dans les régions paupérisées, des scènes filmées en vidéo et relayées par les réseaux sociaux révèlent au grand jour la misère sociale d’une population qui peine à se ravitailler. On y voit des habitants des quartiers populaires et des territoires périphériques du centre ouest du pays en foules compactes, se bousculant pour récupérer de la semoule. Dans les bourgs frontaliers du nord-ouest, dépendants du circuit d’approvisionnement des villes voisines, l’isolement imposé par la restriction des déplacements s’est traduit par un manque de denrées alimentaires, ce qui a motivé des mouvements protestataires. Au moment où le Liban connaît des « protestations de la faim », des dizaines de citoyens contestent collectivement les pénuries alimentaires dans le quartier populaire de Hay Intilaka à Tunis.

« NOS VIES VALENT MIEUX QUE LEURS PROFITS »

Parmi les salariés, l’application des mesures de confinement est problématique. En effet, à l’annonce du confinement total, le gouvernement a décidé la suspension de toutes les activités « non essentielles ». « 1,5 million de Tunisiens travaillera pour les 10 millions restants », avait alors déclaré Fakhfakh. Pour autant, des milliers de salariés de secteurs pourtant « non essentiels » se trouvent contraints de continuer à se rendre sur leur lieu de travail. Bravant les mesures de confinement annoncées, trop nombreuses sont les entreprises à avoir imposé à leurs employés la continuation de la production, moyennant des menaces de non-versement des salaires, voire de licenciement. C’est le cas de nombreux centres d’appels : des milliers de téléconseillers sont invités à maintenir leur présence dans les lieux de travail. Car, si certains grands centres ont pu, en accord avec les syndicats, mettre en place un dispositif de télétravail, d’autres ont continué à exiger la présence de leurs salariés.

Ces entreprises offshore, dont les services sont destinés très majoritairement au marché français, bénéficient d’une politique fiscale très avantageuse et de la plus-value que génère une main d’œuvre qualifiée et beaucoup moins coûteuse qu’en Europe. Employant plus de 30 000 personnes, ce secteur symptomatique de l’extraversion de l’économie tunisienne demeure pourtant faiblement syndiqué. En exigeant de leurs « téléconseillers » qu’ils continuent à assurer la sous-traitance du service après-vente et de l’assistance technique pour des marchés non tunisiens, ces entreprises bravent les mesures de confinement sans vraiment répondre à des besoins internes.

D’autres entreprises du secteur industriel privé, comme des biscuiteries, des usines de sous-traitance, et des filiales-ateliers de multinationales, notamment de l’industrie automobile tentent également d’imposer le maintien de leur routine productive.

Face à ces injonctions au travail, une résistance est tant bien que mal organisée par ces travailleurs et leurs représentants syndicaux sur les réseaux sociaux. Dans un communiqué de l’alliance syndicale internationale des centres d’appels dont l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) est cosignataire, le slogan « Nos vies valent mieux que leurs profits » est érigé en titre. Ali Ourak, le secrétaire général de la fédération générale de la technologie de l’information et des services de l’UGTT combat ces pratiques dans les centres d’appels.

LE PATRONAT CONTESTÉ

Alternant négociation, dénonciation publique des entreprises contrevenantes et appels à intervention au gouvernement, cette lutte a jusqu’ici réussi, non sans difficulté, à imposer le confinement à certains centres initialement récalcitrants. Les salariés de ce secteur ont, de leur côté, créé un groupe Facebook sur lequel on relaie, dévoile et dénonce les entreprises qui bravent le confinement total. Plus largement, la page Balance ton covid patronal créée par un groupe de syndicalistes et de militants de la société civile relaie les témoignages de travailleurs en proie aux intimidations, appels à la délation et menaces de licenciement de leur hiérarchie.

Dans une audition parlement datant du 17 mars, le ministre des finances Mohamed Nizar Yaiche annonce des déductions fiscales pour les entreprises privées contributrices au fonds 1818 créé pour faire face à la crise sanitaire. Or, la contribution de ces entreprises a été largement considérée comme modeste, de l’aveu même du chef du gouvernement Elyes Fakhfakh, au vu de ce que peuvent les grandes fortunes du pays. Dans son allocution du 21 mars, il a envisagé des « mesures unilatérales » à l’égard des grandes entreprises nationales qui se montrent peu généreuses dans la crise. À ce jour, l’acte n’a pas encore rejoint la parole.

De son côté, Samir Majoul, chef de l’organisation patronale du pays, se montre « préoccupé » par ce qu’il appelle « une phase de pré-nationalisation ». Le 25 mars, il déclare sur une chaîné télévisée privée que les entreprises ne peuvent pas payer à la fois les salaires, les impôts et les cotisations sociales. Le 15 avril, l’organisation patronale revient sur un accord signé la veille avec l’UGTT, garantissant le versement des salaires du mois d’avril pour les salariés du secteur privé. Dans un communiqué publié en cette date, l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) s’est attiré les foudres des syndicalistes et de plusieurs militant.es sur les réseaux sociaux en déclarant être seulement disposée à transformer l’arrêt de travail imposé par le confinement en congé payé.

Or, depuis le début de cette crise sanitaire, les prises de position publiques du patronat ont été fortement contestées. Walid Besbes, contributeur du blog indépendant Nawaat, pointe, dans un article publié le 3 avril, la faiblesse de la contribution économique et fiscale du secteur privé. La captation de la valeur ajoutée du pays par quelques banques et entreprises privées, de fait en situation d’oligopole sous la coupe d’une minorité richissime, est ainsi fortement contestée.

Cette contestation vient même « d’en haut ». En marge de la réunion du conseil de sécurité nationale du 31 mars, le président de la République prononce un discours où il appelle le gouvernement à « prendre l’argent là où il est ». Rappelant des mesures de redistribution qu’il avait proposées lors de sa campagne électorale, Kaïs Saïd préconise de faire une liste des hommes d’affaires les plus corrompus en les obligeant à financer des projets d’infrastructure dans les régions les plus lésées.

UN « MODÈLE DE DÉVELOPPEMENT » DANS L’IMPASSE

Sur un autre plan, le spectre des répercussions socio-économiques de la crise sanitaire hante le débat politique tunisien dès les premières mesures de confinement. Pour le gouvernement comme pour ses opposants, le coronavirus révèle les dysfonctionnements du « modèle de développement », et des services publics fortement détériorés sous l’effet des politiques austéritaires imposées par les bailleurs de fonds internationaux. Néanmoins, la manière d’aborder cette situation est politiquement différenciée. Dans son audition au parlement, le ministre des finances avait souligné l’importance de la crise financière du pays, aggravée selon lui par la baisse anticipée des recettes fiscales et les dépenses exceptionnelles imposées par la situation sanitaire. Et il avait insisté sur la nécessité impérieuse de réformes structurelles : réforme de la méthode comptable des dépenses publiques, restructuration des entreprises publiques déficitaires, intégration du secteur informel.

Au même moment, des propositions alternatives ont été formulées, notamment à gauche. Il en va ainsi pour Hamma Hammami, figure historique de la gauche radicale. Dans une lettre ouverte au président de la République, il propose une série de mesures économiques, dont un impôt exceptionnel sur les grands bénéfices, un moratoire sur la dette publique extérieure et la suspension du transfert des bénéfices annuelles des entreprises étrangères établies sur le territoire tunisien.

Par ailleurs, dans un article paru le 7 avril sur Nawaat, Layla Riahi préconise des mesures qu’elle considère comme les « piliers d’une économie souveraine ». La mise en place d’une telle économie passerait notamment par la pleine reconnaissance de l’économie « informelle » et son intégration dans le système de sécurité sociale du pays, mais aussi par le sauvetage du secteur agricole. Selon elle, « soutenir la production revient opérationnellement à libérer de la trésorerie pour les producteurs par un moratoire sur les dettes agricoles et auprès de la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG), (particulièrement les Groupements de développement agricole), à revoir le prix des céréales et à fixer les prix des produits frais au niveau de l’exploitation, en garantissant une marge suffisante au producteur et enfin, à revoir la stratégie d’encouragement à l’investissement en misant sur le marché local et l’agriculture vivrière. »

En attendant, quoique l’action publique ait été plutôt préventive et jusque-là plutôt réussie dans la lutte contre la propagation du Covid-19 (879 cas confirmés et 38 décès au 19 avril), elle aura à affronter des contraintes plus importantes dans les semaines qui viennent. Or, la mobilisation des ressources matérielles nécessaires pour y faire face demande beaucoup plus que du volontarisme étatique. Au bout d’un moment, il va falloir faire des choix politiques tranchés, notamment sur les questions de la redistribution et de la dette publique.

Article initialement publié sur Orient XXI le 21 avril 2020 : https://orientxxi.info/magazine/tunisie-qui-paie-le-prix-du-coronavirus,3784

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La valorisation des productions locales : vers un système alimentaire territorialisé dans le sud tunisien

 Dans le sud tunisien, le système agricole se caractérise par la cohabitation d’une agriculture familiale oasienne ancienne, orientée vers la satisfaction des besoins alimentaires locaux, et de nouveaux espaces de production tournés sur le marché national et international : périmètres publics irrigués maraîchers, ou phoenicicole, et arido-culture complémentaire avec des activités d’élevage, bovin en particulier.

Les politiques de développement du sud tunisien, mises en place à l’indépendance, ont peu à peu marginalisé l’agriculture oasienne locale, au profit de nouveaux espaces productifs agricoles, et surtout de nouvelles activités économiques : le tourisme, et l’industrie. Ces investissements massifs pour la spécialisation dans des activités fortement consommatrices d’eau, de main d’oeuvre et de terres, contribuent à la mise en concurrence dans l’accès aux ressources des espaces de productions et à de profondes transformations des conditions de pratiques de l’activité agricole. Ces processus consacrent la fragilisation des petits agriculteurs et favorisent la production agricole pour l’exportation, entraînant une remise en question du marché alimentaire historique local. Parallèlement à ces transformations de la production, les habitudes de consommation évoluent et se détournent des produits locaux. L’agriculture oasienne ne nourrit plus les villes du sud tunisien.

Cette transformation rapide et relativement brutale de l’organisation des systèmes alimentaires locaux et des modèles de production et de consommation, a renforcé l’influence des produits industrialisés transformés, des marchés d’exportation, ainsi que des grands exploitants et entrepreneurs de la filière agro-alimentaire. Du côté des acteurs locaux et en particulier des petits exploitants et des consommateurs, ces dynamiques ont aussi favorisé l’émergence d’initiatives, pour le développement d’une agriculture innovante, plus respectueuse des besoins et des spécificités du territoire local. De nouveaux projets portés par une diversité d’acteurs -petits entrepreneurs, collectifs associatifs, groupements de producteursse mettent en place pour répondre au défi de la transformation des conditions de l’activité agricole. Ils visent à se positionner sur le marché de la valorisation des ressources territoriales locales, en mettant en circulation des produits locaux, en sensibilisant les consommateurs, ou en s’organisant collectivement pour renforcer les capacités des petits exploitants sur le marché local.

Dans ce texte nous présentons les caractéristiques des projets identifiés lors des enquêtes de terrain effectuées à Gabes et Tozeur (sud tunisien), en avril et mai 2016, dans le cadre du « recensement des initiatives innovantes en matière d’alimentation durable et responsable ». Nous proposons également d’évaluer dans quelle mesure ces projets seraient susceptibles de contribuer au développement d’un système alimentaire territorialisé.

Sur le terrain, on observe une grande diversité de projets, tant du point de vue de l’objectif affiché que du point de vue de la forme qu’ils revêtent. Au de là de cette diversité, on observe aussi des tendances générales qui participent de nouvelles dynamiques dans les territoires locaux. Tout d’abord, la transformation des produits est l’une des voies privilégiées par les entrepreneurs et collectifs associatifs pour mieux valoriser la commercialisation des produits agricoles. A Tozeur en particulier, la transformation des dattes -en pâtisseries, miel, café avec les noyaux, sirops, jus- a contribué à la création d’un certain nombre de petites entreprises, essentiellement féminines, parfois dans le cadre de programmes de soutien à l’entreprenariat féminin rural. Ces projets répondent à une demande locale de valorisation plus diversifiée et innovante des dattes, et trouvent leurs marchés dans l’évènementiel, en lien avec les demandes d’un tourisme aujourd’hui plus attentif à la valorisation des produits locaux.

La création de groupement de producteurs est aussi une des nouvelles stratégies mise en place pour remettre en cause les monopoles commerciaux, et organiser les filières agro-alimentaires. C’est le cas de la filière laitière dans l’oasis de Gabès, de la filière apicole -en plein développement-, ainsi que des dattes biologiques à Hazoua.

Enfin, des groupements, associatifs essentiellement, s’attachent à sensibiliser, vulgariser et promouvoir de nouvelles pratiques en matière de protection de l ’ e n v i r o n n e m e n t , d’alimentation et de production alimentaire locale. Ainsi, le traitement et recyclage des déchets, la maitrise des semences et intrants, la sensibilisation pour une alimentation biologique locale, font l’objet de nouveaux projets. Le centre de compostage des déchets des ménages dans la commune de Degache, dans le gouvernorat de Tozeur, mis en place dansle cadre d’un partenariat entre une association locale, la mairie et une coopérative italienne, est un exemple de valorisation des déchets alimentaires des familles et des déchets verts des agriculteurs. Il s’inscrit dans l’objectif d’une meilleure valorisation de l’ensemble de l’environnement oasien, notamment à travers la promotion d’un circuit court de recyclage. De même le programme « lait et dattes », évènement d’une semaine par an dans les écoles de Gabès, organisé par l’association de sauvegarde de l’oasis de Chenini (ASOC), vise à encourager les écoliers à consommer des produits locaux et frais plutôt que des produits industriels pour les goûters.

Cependant, il apparaît que ces initiatives innovantes de valorisation de l’alimentation locale et durable sont  souvent pensées pour un public international. Les projets de labellisation ou l’agrotourisme sont par exemple essentiellement liés à une demande extérieure. C’est l’exemple du groupement de producteurs de Hazoua (Gouvernorat de Tozeur), qui produit des dattes labellisées « biodynamiques », ainsi que « fairtrade » (Commerce équitable), et qui exporte l’ensemble de sa production sur les marchés du Golfe, européens et américains.

A Gabès, la filière biologique de grenades, un des seuls produits tunisiens labellisés « produit de terroir », a connu des fortunes diverses. Mise en place dans le cadre d’un projet associatif, l’exportation des grenades biologiques a connu un certain nombre de difficultés, avec des problèmes de disponibilité des traitements biologiques, ou d’écoulement de la production. Les prix ne sont pas forcément compétitifs, et certains exploitants n’ont pas toujours les moyens de remplir les conditions des cahiers des charges et un suivi efficace. Cependant, la conversion en bio d’une centaine d’exploitants a permis la mise en place d’une dynamique collective malgré tout plutôt efficace pour faire face aux difficultés de commercialisation du produit.

À la suite de ce recensement d’initiatives, on constate que la labellisation est souvent mise en place pour se positionner sur des marchés de niches, et répondre à une demande extérieure. Le marché local, le territoire d’origine du produit n’est que peu stimulé, et les exigences des cahiers des charges excluent un certain nombre de petits producteurs du processus.

L’agrotourisme, qui associe restauration locale et accueil dans les exploitations agricoles, s’adresse là aussi à une clientèle internationale essentiellement, en visant un marché de niche, celui d’un agrotourisme capable de mieux valoriser les produits et recettes locales et traditionnelles. Les projets d’accueil des touristes restent inaccessibles à nombre de petits exploitants, incapables de répondre aux exigences du marché. Des restaurants sont créés, à Tozeur essentiellement, pour réhabiliter la cuisine ancienne et les produits locaux.

Ce rapide tour d’horizon des diverses initiatives et projets de valorisation des productions locales montre que l’émergence de systèmes alimentaires territorialisés (SAT) reste conditionnée par la capacité des porteurs de projets à investir de manière autonome et s’adapter aux besoins des consommateurs locaux ou extérieurs. Aujourd’hui, il semble que le marché extérieur est systématiquement privilégié par les entrepreneurs et groupements pour développer les filières agro-alimentaires biologiques ou alternatives, en raison du  manque d’incitation et de soutien de la part des pouvoirs publics au niveau local pour ce type de produits. Le blocage principal pour l’émergence de SAT reste donc finalement administratif et politique, dans la mesure où les choix politiques vont souvent dans le sens d’une consolidation des grandes exploitations exportatrices. Les démarches de labellisation ou d’obtention de statut légal restent des étapes longues et d’une grande complexité administrative, et représentent un obstacle infranchissable pour nombre de promoteurs. Il apparaît alors nécessaire de créer des synergies entre les différents  acteurs, pour consolider le travail de sensibilisation des consommateurs, et mutualiser les ressources pour permettre aux producteurs d’innover et d’être compétitifs sur le marché, pendant que les institutions se doivent d’accompagner cette démarche.

La profusion d’initiatives et de projetscollectifs ou individuels-, prenant des formes entrepreneuriales ou coopératives, favorise l’ouverture d’un débat sur les systèmes de production et de consommation alimentaire et la prise de conscience des potentiels que représente une meilleure valorisation des produits locaux. Ce mouvement s’inscrit plus largement dans le cadre d’une réflexion et d’actions visant à promouvoir de nouveaux modèles de développement des territoires du sud tunisien et de gestion de leurs ressources. La compétitivité sur le marché, la sensibilisation aux problématiques environnementales, l’équité sociale dans la valorisation des productions sont autant d’enjeux auxquels sont confrontés producteurs et consommateurs et auxquels l’émergence de ces initiatives tentent d’apporter une réponse singulière.

Irène Carpentier

Pour citer ce billet : Irène Carpentier, « La valorisation des productions locales : vers un système alimentaire territorialisé dans le sud tunisien », Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2033.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook