Archives par mot-clé : économie circulaire

Une économie qui fait la ville : la fripe à Tunis

Katharina Grüneisl, doctorante en géographie à l’Université de Durham (Grande-Bretagne), en accueil scientifique à l’IRMC depuis 2018.
© Katharina GRÜNEISL – 2018

Le point de départ de ce projet de recherche est un intérêt porté aux espaces de marchés de Tunis, leur évolution dans le temps et leur rôle dans la vie économique, sociale et culturelle de la ville. Un premier terrain à Tunis, réalisé entre juin et décembre 2017, a permis de mettre en évidence le changement rapide des paysages commerciaux dans la période post-révolutionnaire (Lafi, 2017), ainsi que les multiples conflits sur l’occupation de l’espace qui en résultent, déclenchant, par exemple, en juillet 2017, une « campagne de nettoyage » sans précédent dans le centre-ville, ordonnée par l’ancien gouverneur de Tunis, Omar Mansour.

Deux types de marchandises jouent un rôle principal dans la prolifération actuelle des activités commerciales dans l’espace urbain. D’abord, divers produits bon marché, souvent dénommés « Chinwa »en arabe tunisien car la majorité de ces marchandises proviennent de Chine. Ensuite, « la fripe », un terme français utilisé en dialecte tunisien et désignant une vaste gamme de produits de seconde main importés d’Europe et d’Amérique du Nord. Ce sont essentiellement des vêtements, mais aussi des chaussures ou divers objets d’occasion. Les marchés spécialisés en « Chinwa »,couramment appelés « Souk Libya »[1], et les marchés aux fripes se côtoient souvent dans la capitale. Les deux types de commerce se chevauchent dans les souks hebdomadaires et sur les trottoirs du centre-ville. Néanmoins, une observation fine permet d’identifier des temporalités et dynamiques de commerce distinctes, ainsi que des socialités et pratiques culturelles spécifiques qui différencient ces deux types de marchés.

Partant d’un intérêt pour la territorialisation du commerce de la fripe, qui offre des paysages commerciaux complexes et différenciés, couvrant périphéries et centre-ville, quartiers populaires et quartiers plus aisés à Tunis, cette recherche a débuté dans divers marchés aux fripes de la capitale. Par la suite, et au cours d’une recherche ethnographique qui a duré douze mois, entre 2018 et 2019, la focale s’est progressivement recentrée sur les circulations de la fripe en ville, bien au-delà des seuls espaces de marchés. Prenant comme point de départ l’événement public de « halan al-bala », l’ouverture de nouvelles balles à fripe [2], souvent organisé selon un rythme bi-hebdomadaire, la recherche étudie les temporalités harmonisées de circulation, condition préalable pour l’écoulement régulier de nouvelles balles à fripe sur les marchés et dans les boutiques de la capitale. L’harmonisation des flux – d’abord de marchandises, mais aussi de crédits, paiements, informations et consommateurs – nécessite une coopération quotidienne entre différents sites et acteurs urbains, produisant ainsi d’importantes interdépendances à travers la ville. L’examen des mécanismes assurant une circulation entre le port de Rades, les usines de tri, les quartiers de grossistes et divers espaces de commerce au détail, permet de mettre en évidence les relations socio-spatiales qui émergent à partir de la circulation d’un bien de consommation ordinaire dans la ville. En accordant un intérêt particulier à l’espace urbain, ce projet révèle les effets multiples des circulations de la fripe sur certains espaces et quartiers urbains en suscitant, par exemple, l’émergence de nouvelles centralités marchandes aux périphéries urbaines ou en transformant un quartier résidentiel en quartier d’entrepôts, avec une forte hausse des prix de l’immobilier et un changement rapide du cadre bâti.

Ce projet s’inscrit dans une approche de géographie urbaine, il met donc l’accent sur les articulations urbaines complexes d’un flux de marchandises de seconde main dans la ville de Tunis. La plupart des études existantes abordent plutôt la fripe comme économie mondiale, examinant les flux transnationaux de marchandises de seconde main et d’invendus qui lient les sociétés de consommation du Nord – avec des systèmes de collecte caritative professionnalisés et des exportateurs spécialisés – aux marchés de consommation de divers pays du Sud (Brooks, 2015 ; Hansen, 2004 ; Norris, 2010). D’autres recherches se sont focalisées sur le caractère transfrontalier du commerce de la fripe, démêlant le rôle des réseaux de migrants ou des diasporas dans son fonctionnement (Abimbola, 2012 ; Hernandez, Loureiro, 2017 ; Milgram, 2008). Se fondant sur ces travaux pour analyser le positionnement de la Tunisie dans l’économie mondiale de la fripe, cette recherche insiste, néanmoins, sur l’importance du cadre national et donc de l’économie politique tunisienne, pour expliquer le rôle important de la Tunisie dans le domaine de la friperie [3]. Une recherche dans les Archives Nationales de Tunisie, ainsi que des entretiens avec divers acteurs institutionnels et des lignées familiales d’importateurs et grossistes de fripe ont constitué une base d’analyse des origines de la friperie en Tunisie après la Seconde Guerre mondiale et de l’évolution de sa gouvernance depuis l’indépendance. Une analyse des instruments régulateurs et législatifs, mais aussi d’innombrables mécanismes informels, qui ont gouverné le secteur sous différents régimes politiques, expliquent le positionnement actuel ambigu de la fripe comme économie aux marges de la loi et comme « boîte noire » tenue par des intérêts personnels puissants.

© Katharina GRÜNEISL – 2018.

 

Pour comprendre comment la fripe  – qualifiée d’« économie des pauvres», reléguée aux marges de la ville et exclue de la planification urbaine après l’indépendance – a généré des nouvelles centralités marchandes et s’est imposée par son omniprésence dans le Tunis contemporain, cette recherche retrace les parcours de différentes générations de fripiers, dont une majorité est originaire du Nord-Ouest de la Tunisie. À travers des récits de vie, cette recherche souligne les liens importants entre la migration rurale-urbaine, la croissance urbaine informelle et l’émergence des premiers marchés spécialisés pour fripes à Tunis dans les années 1960. Une relecture de la réhabilitation du quartier de la Hafsia ou de la planification et de la construction de la Cité Ibn Khaldoun montre de quelle façon le commerce de la fripe, exclu des espaces de marché existants de la capitale, s’est approprié les interstices de ces grands projets urbains après l’indépendance. Les commerçants de la fripe ont ensuite consolidé leur présence, souvent à travers une autonomisation, reposant sur leurs trajectoires migratoires et leurs liens de parenté. La capacité des fripiers à transformer les espaces urbains, aussi bien par la confrontation avec les autorités publiques, que par la négociation et coopération mutuellement bénéfiques, a profondément changé le positionnement du commerce de la fripe dans la ville de Tunis, tant en termes d’emplacement urbain que de légitimité. Les « éléments ruraux » qui étaient perçus comme menaçant les efforts de modernisation urbaine après l’indépendance (Berry-Chikhaoui et al., 2000, 17) ont donc joué un rôle clé dans l’histoire socio-spatiale de la fripe à Tunis. Ce passé reste indispensable pour comprendre les lieux, modes d’organisation et sociabilités qui caractérisent ce commerce jusqu’à nos jours.

La structuration contemporaine de la fripe en tant qu’économie urbaine a été abordée sous l’angle de la revalorisation de la fripe qui lie différents espaces et acteurs urbains et détermine, en partie, la spécificité de cette économie. La fripe qui arrive par conteneurs à Rades représente, tout d’abord, une matière jetée au rebut dans les pays du Nord. La valeur des objets en tant que marchandises, leur « commodity situation » (Appadurai, 1986, 13), reste ainsi, incertaine. Pendant le processus de tri de la fripe à l’usine, la revalorisation des matériaux de récupération n’est pas achevée par un processus de réparation matérielle, mais à travers un processus de classification et de traduction qui modifie la signification et la perception des objets. À partir d’un nouvel étalon de valeur établi dans l’usine pour catégoriser et emballer les marchandises de fripe en balles, différents acteurs dans la ville participent à des multiples étapes de revalorisation des objets et des vêtements de seconde main. Ainsi, les transporteurs ajoutent de la valeur en distribuant des marchandises à risque – comme les chaussures ou les jouets de seconde main, interdits de vente en Tunisie – entre le quartier des grossistes et les marchés aux fripes ; les commerçants également, en triant et échangeant les marchandises entre eux pour développer une offre spécialisée dans leurs boutiques ; ou encore les faresa (trieuses) qui achètent les invendus à bas prix pour les revendre dans leurs quartiers péri-urbains où l’offre commerciale reste limitée. À travers une étude ethnographique de ces stratégies individuelles de création de valeur autour des circulations de la fripe, cette recherche démontre les pratiques quotidiennes et trajectoires de travail multiples qui co-produisent l’économie de la fripe en ville et souligne le rôle indispensable des acteurs souvent invisibles – comme les faresa ou nassaba (vendeurs de rue) – dans la circulation ininterrompue de marchandises. Du fait du manque de standardisation de la fripe en tant que marchandise et de l’imprévisibilité du contenu exact des balles à fripe, la revalorisation des objets demeure une tâche collective, partagée entre marchands, consommateurs et, souvent, spectateurs curieux. Dans les marchés aux fripes de la capitale, le halan al-bala (l’ouverture de nouvelles balles à fripe) devient un événement public ritualisé qui ouvre de nombreuses négociations et possibilités de requalification des objets de la fripe. Bien au-delà d’un simple « espace de transaction économique » – au sens strict du terme –, les marchés aux fripes de la capitale constituent donc, au quotidien, des espaces de production culturelle et donnent lieu à des interactions sociales complexes, brisant les barrières et segmentations qui caractérisent d’autres espaces du Tunis contemporain.

[1]Cette dénomination provient des origines des marchés qui se sont développés suite à l’essor du commerce transfrontalier entre la Libye et la Tunisie après 1987 (Boubakri, 2001; Doron, 2015).

[2]La fripe est emballée en « balles », à savoir, un matériel de bâche qui est comprimé sous un pressoir dans les usines de tri.

[3]Selon les données de l’OEC (Observatory for Economic Complexity), la Tunisie a été au 3ème et 4ème rang des importateurs de la fripe sur le continent africain entre 2015 et 2017 (OEC, [En ligne])

Bibliographie sélective :

ABIMBOLA Olumide, 2012, “The International Trade in Secondhand Clothing: Managing Information Asymmetry between West African and British Traders”, TEXTILE, vol. 10, n° 2, 184–99.

APPADURAI Arjun, 1986, The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

BERRY-CHIKHAOUI Isabelle, DEBOULET Agnès (dir.), 2000, Les compétences des citadins dans le Monde arabe : penser, faire et transformer la ville, Paris-Tours-Tunis,  IRMC-Karthala-Centre d’études et de recherches sur l’urbanisation du monde arabe (URBAMA), « Hommes et Sociétés ».

BOUBAKRI Hassan, 2001,  « Échanges transfrontaliers et Commerce parallèle aux frontières tuniso-libyennes », Monde arabe : Maghreb Machrek, n° 170, La Documentation Francaise, 39–51.

BROOKS, Andrew, 2015, Clothing poverty: the hidden world of fast fashion and second-hand clothes, Londres, Zed Books.

DORON Adrien, 2015, « De la marge au monde : La structuration mouvementée d’une place marchande transnationale à Ben Gardane (Tunisie) », Les Cahiers d’EMAM, n° 26, [En ligne].

HANSEN Karen Tranberg, 2004, “Helping or hindering? Controversies around the international second-hand clothing trade”, Anthropology Today, vol. 20, n° 4, 3–9.

HERNANDEZ Alberto, LOUREIRO Ferreira, 2017, ‘Ropas Americanas: Comercio, contrabando y compradores de ropa usada en la frontera de Corumbá, Brasil, y Puerto Quijarro, Bolivia’, Frontera Norte, vol.  29, n° 57, 31–56.

LAFI Nora, 2017, “Resilient forms of urbanity on the margins? Al-Kherba: A vivid market in a damaged section of the Medina of Tunis”, in Lafi N., Freitag U.,Chappatte A. (dir.), Understanding the city through its margins: Pluridisciplinary perspectives from case studies in Africa, Asia and the Middle East, Londres, Routledge, 45-62.

MILGRAM, Lynne B., 2008, “Activating frontier livelihoods: Women and the transnational second-hand clothing trade between Hong Kong and the Philippines”, Urban anthropology and studies of cultural systems and world economic development, vol. 37, n° 1, 5–47.

NORRIS Lucy, 2010, Recycling Indian Clothing: Global Contexts of Reuse and Value, Bloomington, Indiana University Press, « Tracking Globalization ».

Article initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°26, janvier-mars 2020, parue en avril 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Masterclass « Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain »

Jamie Furniss est anthropologue, docteur de l'Université d'Oxford et Lecturer (maître de conférence) à l'Université d'Edimbourg. Depuis mai 2019 il est chercheur permanent à l'IRMC. Son profil complet : ici.

Suite au lancement du programme de recherche de l’anthropologue Jamie Furniss en mai 2019, un cycle de Masterclass a été initié pour l’année 2019-2020. Ces sessions ont commencé en novembre dernier et portent sur la thématique des déchets et des économies de recyclage en Tunisie. Ces séances, à destination d’étudiants de master des universités partenaires de l’IRMC, associent séminaire de recherche et sortie de terrain avec des professionnels.

© Jamie Furniss

Le projet coordonné par le chercheur en anthropologie Jamie Furniss, porte sur les représentations, les pratiques et les techniques liées à la production et à la prise en charge des déchets. Il aspire à utiliser l’objet des déchets comme entrée thématique et heuristique pour rendre la crise écologique accessible méthodologiquement et intellectuellement, ainsi que pour penser l’emboîtement des questions écologiques dans d’autres enjeux, économiques, politiques et sociaux, auxquels fait face aujourd’hui cette région (cf. La Lettre de l’IRMC, n°24).

Le lancement de ce projet a permis la création d’une « Masterclass itinérante ». Elle consiste en une journée de formation destinée à un public d’initiés. La journée s’organise autour d’un séminaire de recherche en matinée et d’une sortie de terrain l’après-midi. Le site de la sortie et le thème de la conférence sont choisis pour s’éclairer mutuellement et pour donner, au fil des différentes séances de l’année 2019/2020, un panorama des enjeux, acteurs et questions qui se posent au sujet des déchets et des économies de recyclage en Tunisie et dans la région. Les propos théoriques et comparatifs du séminaire permettent de mieux appréhender le terrain visité, et vice-versa : le terrain donne à voir — interroge de manière critique — les arguments académiques à la lumière des réalités tunisiennes contemporaines.

Ayant pris son parti d’organiser la majorité des séances hors de la capitale, la Masterclass a permis de toucher une centaine de personnes dans les régions de Sousse/Monastir, Sbeïtla et Sfax au cours de l’automne et, ce faisant, de forger des liens institutionnels inédits entre l’IRMC et l’École Nationale d’Ingénieurs de Sfax et l’Institut Supérieur d’Administration des Affaires de Sfax. Le choix d’écoles d’ingénieurs, de gestion et d’affaires est indispensable au projet, puisque l’un des objectifs est de convaincre de la nécessité de comprendre et de tenir compte des dimensions sociales, économiques et historiques – et pas seulement techniques – dans l’approche des déchets, du recyclage et de l’environnement.

La Masterclass a par ailleurs permis de renforcer les liens existants avec la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse où elle a touché un public d’étudiants en géographie et en anthropologie. Enfin, elle a joué un rôle dans la valorisation du travail des chercheurs de l’IRMC, notamment de Jamie Furniss, auprès de divers partenaires et collaborateurs, parmi lesquels le Forum Tunisien des Droits Économiques et Sociaux (FTDES), l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED) et l’Institut Maghrébin du Développement Durable (IMDeD), dont le soutien a été indispensable au bon déroulement des sorties de terrain.

Sortie de terrain du 6 novembre 2019 avec les étudiants de Sousse © Jamie Furniss

 

Ce dispositif a reçu un accueil très favorable de la part des partenaires et surtout des étudiants car il permet de les former aux méthodes de recherche de terrain ainsi que de créer une passerelle terrain-théorie. Le succès était tel que des difficultés logistiques se sont posées. À Sfax, par exemple, la matinée était ouverte à l’ensemble d’un groupe d’étudiants en master en économie de l’énergie et développement durable. Initialement, la sortie de terrain n’était réservée qu’à celles et ceux qui entamaient leur projet de fin d’études, et ce, en raison du nombre limité de places dans le bus (30 seulement). Mais, tellement enthousiasmés par la matinée, tous ont souhaité y participer. Face à un tel engouement, la coordinatrice du programme de master et ses collègues ont accepté d’emmener certains étudiants dans leurs voitures personnelles, permettant finalement à tous d’y participer.

Masterclass du 6 novembre 2019 à l’Université de Sousse © Jamie Furniss

 

Les sorties de terrain ont permis de visiter des décharges réglementées et non-réglementées, ainsi que des centres de collecte et de tri du plastique, des entreprises de recyclage et de retransformation du plastique. Lors des visites, ce sont les acteurs eux-mêmes qui prennent la parole pour présenter leur métier et leurs difficultés aux étudiants, et pour répondre à leurs questions. En permettant aux participants de se rendre compte des différentes étapes de la chaîne de valeur et de mieux comprendre les conditions dans lesquelles une circularité des ressources est réellement possible, la Masterclass donne à voir le dynamisme et l’efficacité de certaines initiatives et pas seulement les problèmes persistants. Plusieurs étudiants ont exprimé lors des visites le souhait d’effectuer des stages de fin d’études au sein des organisations partenaires de la Masterclass, notamment l’ANGED. Elle a donc atteint son objectif principal : encourager les étudiants à aller plus loin et à s’impliquer davantage dans les sujets abordés.

La Masterclass continue en 2020. Suivez son actualité sur Twitter et Facebook ainsi que dans la Lettre de l’IRMC (informations et images des sorties).

Article initialement publié dans La Lettre de l’IRMC n°25, octobre – décembre 2019, parue en janvier 2020.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain

Jamie Furniss est anthropologue, Maître de conférence à l'Université d'Edimbourg, chercheur MEAE à l'IRMC depuis mai 2019. Retrouvez son profil complet ici.

« Lecturer » (Maître de conférences) en anthropologie à l’Université
d’Edimbourg, j’ai rejoint l’IRMC en mai 2019. Depuis ma thèse en développement international qui abordait les conceptions du « développement » et les pratiques de sa mise en œuvre à travers le
cas des ramasseurs-recycleurs de déchets informels au Caire, mes recherches portent principalement sur les questions de développement, d’environnement et d’économie, abordées par l’entrée thématique des déchets. J’étudie, principalement sur le terrain égyptien, les représentations, les pratiques et les
circulations transnationales des déchets depuis 10 ans.

Persuadé de l’importance concrète ainsi que de l’intérêt disciplinaire du sujet de l’environnement, et en particulier des déchets et du recyclage, au Maghreb, mon objectif pour les années à venir est
d’ouvrir un nouveau chantier de recherche, à partir de la Tunisie, sur
« Environnement, déchets et économies de recyclage dans le Maghreb contemporain ». Les déchets fournissent une entrée concrète pour étudier comment la crise écologique contemporaine est vécue dans la région du Maghreb et la manière dont la région
s’inscrit dans cette problématique actuellement au premier plan de l’agenda international. La pertinence des déchets ne se limite pas aux enjeux écologiques, car ils constituent également une porte
d’entrée pour aborder les questions économiques, politiques et sociales qu’ils donnent à voir.

Mon projet se décline en deux principaux axes, dont le premier consiste en des enquêtes ethnographiques sur les filières de recyclage.

L’économie circulaire qui existait déjà

Afin de circonscrire le terrain et de poser un chantier réalisable, mon
objectif ici est de retracer une ou éventuellement deux filière(s) de
recyclage afin de mettre en lumière leurs lieux, acteurs et techniques. Les facteurs qui contribuent à l’émergence et à la
structuration d’une « filière » (« suite de personnes en rapport les unes avec les autres, servant d’intermédiaires à une activité ») sont en soi intéressants et complexes, ils mériteraient de faire l’objet d’une réflexion plus ample. Par exemple faut-il considérer que les
déchets ménagers constituent une filière et les déchets industriels une autre ? Faut-il considérer que les déchets traités par le secteur public, le secteur privé sous contrat de délégation et le secteur
privé dit « informel » constituent trois filières différentes ?

Ma préconisation est de définir les filières en fonction des matières, en distinguant la filière du plastique, celle du métal, celle des fripes, etc. Je fais ce choix pour plusieurs raisons. Premièrement, il s’agit d’une définition ethnographique, c’est-à-dire qui correspond à l’expérience du métier des recycleurs plutôt qu’un système ou une
théorie. Deuxièmement, un des partis pris du projet est d’étudier l’« économie circulaire qui existait déjà ». Cette décision se justifie, sur le plan disciplinaire, par le fait que l’étude des « économies circulaires réellement existantes » permet d’apporter des
éléments de réponse à une question économique et écologique primordiale, à savoir : sous quelles conditions une circularité des matières et des ressources est-elle possible ? L’étude de ces
« success-stories » permet également de problématiser l’idée que les pays des « Suds » suffoquent sous les immondices et les détritus, alors que les pays de la rive « Nord » de la Méditerranée auraient réglé le problème à travers une maîtrise technicienne des déchets. Un grand nombre des acteurs les plus innovants de ce qu’on peut appeler l’économie circulaire n’ont pas attendu la création de
cette étiquette pour se lancer. Ces recherches permettent en même temps de critiquer la notion d’économie circulaire, car il ne suffit pas de l’« inventer » ou de la nommer pour la créer. Il existe des contraintes géographiques, politiques, économiques et matérielles qui rendent possible ou impossible la circularité des matières dans des conjonctures précises.

La ferraille et le plastique semblent être les meilleurs choix dans ce contexte. Malheureusement le verre et le carton (pour prendre deux autres exemples de matières très répandues) ne semblent pas avoir donné naissance, en Tunisie, à des « économies circulaires » extrêmement développées. Les déchets de démolition constituent de toute évidence un problème de politique publique majeur en Tunisie car ceux-ci ne sont presque jamais déposés dans les décharges. Le manque de circularité au sein de ces filières incite à les enlever de mon enquête, sans nier l’importance du problème. La fripe est un sujet de très grand intérêt en Tunisie qui fait l’objet
d’enquêtes de la part d’autres chercheurs. Si elle permet, entre autre, de donner à voir l’interconnexion des flux mondiaux liés à la consommation, elle ne touche à mon sens qu’indirectement à la crise écologique, que je souhaite mettre au cœur de mon projet.

Ma manière de concevoir les filières dans le cadre de ce projet met donc au premier plan la « matérialité » des déchets. Celle-ci détermine leur recyclabilité à travers des facteurs comme les prix au kilo (et donc l’incitation économique à les recycler), les procédés techniques nécessaires (tri, lavage, fonte, etc.) et les cadres
réglementaires spécifiques (e.g. monopole d’État sur l’achat de la
ferraille). La discipline anthropologique envisage souvent la réalité comme une construction sociale malléable, sans essence ou noyau irréductible. Cette épistémologie reste importante dans le deuxième axe de mon projet orienté vers le déchiffrage des comportements, par exemple, à travers l’étude des conceptions de catégories comme
« environnement » ou « pollution ». Mais je suis persuadé que les caractères objectifs, tangibles et incontestables de différentes substances sont un facteur prépondérant pour le recyclage. L’épreuve du terrain le confirme puisque les économies de recyclage sont presque toujours structurées autour de matières et l’action la plus centrale pour le recyclage est la séparation selon le type de matière.

Quel « type » de problème constituent les déchets ?

Le deuxième axe de mon programme s’adresse à la spécificité, la variabilité socioculturelle et historique des catégories d’« environnement » et de « pollution », autour desquelles les
communautés internationales cherchent actuellement à se mobiliser. Le caractère « environnemental » de la crise des
déchets doit être, à mon sens, une question empirique plutôt qu’un acquis conceptuel. Mon postulat, autrement dit, est que les catégories d’« environnement » et de « pollution » ainsi que les « imaginaires environnementaux » s’emboîtent dans des registres éthiques, moraux, esthétiques et politiques spécifiques au contexte.

M’abstenant de réflexions sur le fait que le pays est « sale » en raison de la « mentalité » des Tunisiens et le manque de conscience environnementale, je considère qu’il est nécessaire dans cet axe du projet d’adopter une posture relativiste à l’égard à la fois du caractère du problème posé par les déchets et des éventuelles nuances qualitatives du concept environnement. Les accumulations de déchets dans l’espace public et les plastiques le long du littoral en
Tunisie sont une réalité indéniable, mais comment cette réalité est-elle comprise par les Tunisiens ? Il peut être utile de se rappeler dans ce contexte que si les déchets ont toujours posé problème (sanitaire à l’époque de la théorie miasmatique, de rareté des ressources, etc.), les sociétés euro-américaines ne les conçoivent pas comme un problème environnemental avant les années 1970.

J’espère donc pouvoir trouver d’autres sources, par exemple dans les manuels scolaires de géographie et d’éducation civique notamment, dans les archives autour de la création du ministère de l’Environnement tunisien, ou dans le syllabus obligatoire sur les « droits de l’Homme » durant l’époque de Ben Ali.

Initialement publié dans La Lettre de l'IRMC n°24, bulletin trimestriel mai-septembre 2019, parue en octobre 2019.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook