Archives par mot-clé : économie

Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ?

 

Dans la précédente lettre de l’IRMC, nous avions présenté notre sujet de thèse portant sur l’alcool en Tunisie sous le Protectorat 1. Parallèlement à cette thèse, nous dirigeons depuis novembre 2014 un programme de recherche financé par l’Institut de Recherches et d’Études sur les Boissons (IREB), destiné dans un premier temps à regrouper des données sur l’alcool dans le monde arabe à l’époque de la colonisation puis, à terme, à établir une synthèse sur l’alcool dans l’empire colonial français, sujet presque totalement ignoré par l’historiographie française.


Pour l’année 2014-2015, l’IREB a permis de financer des missions de recherches en Algérie et au Maroc 2. Le présent article présente un résumé de quelques unes des conclusions de ces recherches, en ce qui concerne l’Algérie. L’objectif de cet article, comme de nos recherches est de se demander s’il y a une politique commune à l’Afrique du Nord en matière de production, de commercialisation
et de consommation d’alcool pendant la colonisation, et sur chacun des points, de comparer la situation de l’Algérie avec ses voisins marocains et tunisiens.

Domaine de la trappe de Staouëli prés d´Alger, Henri Borgeaud propriétaire
© delcampe.net

Le vin, produit phare de l’économie coloniale algérienne

Le premier constat qui saute aux yeux est tout d’abord celui de la place singulière de l’alcool dans l’économie algérienne de cette période. À la fin de la colonisation, l’alcool est l’activité économique la plus importante en Algérie, pouvant représenter, les bonnes années, jusqu’à deux tiers des bénéfices à l’exportation, alors que les vins représentent moins de 10 % des bénéfices de la Tunisie 3 et du Maroc 4. Il faut cependant attendre les années 1880, pour observer le début d’une politique active de plantations de vignes en Algérie, qui s’explique par trois facteurs principaux : l’amélioration des outils de production et surtout de conservation du vin (élément essentiel dans un pays chaud), l’ouverture du crédit bancaire octroyé aux viticulteurs et surtout l’ouverture du marché français des vins, suite à la crise du phylloxéra de la fin du XIXe siècle en France. Cette phase ascendante du vignoble algérien se poursuit jusqu’aux années 1930 et à la crise économique, avant de décliner par la suite.

Il n’en reste pas moins qu’en 1954, l’Algérie est le quatrième producteur de vin au monde, et le plus grand exportateur. L’Algérie produit cinq fois plus de vin que le Maroc et la Tunisie réunis 5, essentiellement grâce à la région de l’Oranais, qui concentre alors, par ses terrains plus calcaires et sablonneux et moins favorables qu’ailleurs à d’autres cultures, 60 % des viticulteurs et 70 % des
surfaces de vignoble 6.

Une société enivrée ?

Si l’Algérie se distingue du Maroc et de la Tunisie par la part plus importante que tient la production de vin dans cette société, en revanche, les discours qui s’y développent concernant les conséquences de cette présence d’alcool sont les mêmes dans tout le Maghreb. En Algérie, comme ailleurs, un discours colonial relativement classique, insiste sur l’incapacité des musulmans à savoir reconnaître et « boire du bon vin » 7, et sur « l’immodération » 8 et l’avidité 9 singulière des arabes en la matière. Ces discours reviennent à dire que les populations d’Algérie n’ont pas la distinction et la culture, pour savoir boire du vin. Et la diffusion très rapide de l’alcoolisme au sein de la société algérienne, aux yeux de certains médecins 10, sont autant d’illustrations de la décadence de la race indigène, qui justifie et explique la colonisation.

Comme en Tunisie, la question de l’alcoolisation des indigènes est également liée à celle des nationalismes. La surveillance des débits de boissons, lieux d’agitations politiques, est cruciale pour les services de police, et certains voient dans l’alcool, un moyen pour les « agitateurs » d’avilir certains esprits et de permettre la propagation « d’idées subversives » 11. Les nationalistes algériens comme Ferhat Abbas 12 voient quant à eux, dans l’alcoolisation de la société indigène, l’illustration de la présence néfaste des colonisateurs outre-mer 13. Nationalistes et élites coloniales partagent donc le même constat, d’une montée de l’alcoolisme, mais les raisons données divergent selon les camps. Alors que les colonisateurs mettent souvent en cause, l’incapacité des populations à s’autogérer, notamment lors des séjours des indigènes en métropole 14, les nationalistes y voient davantage l’action de la puissance coloniale, qui cherche à affaiblir la société qu’elle domine.

Mesurer la part de vérité de ces discours n’est pas chose aisée. Si l’on regarde la consommation globale de vin, on s’aperçoit qu’une première augmentation de la consommation peut s’observer en Algérie à la fin du XIXe siècle, sans doute en bonne partie due à l’arrivée de Français dans la colonie. Comme en Tunisie, une deuxième augmentation de la consommation a lieu par ailleurs dans l’entre-deux-guerres, sans doute davantage due à la baisse du prix de la bouteille de vin. L’explosion de la production et de l’offre en vin, entraînent en effet mécaniquement la démocratisation du produit. Entre les années 1927 et 1935, années d’apogée de production du vignoble algérien, le prix réel du vin baisse de 50 % 15. Signe d’une nouvelle préoccupation donnée à ce sujet, la part de l’ivresse publique récidiviste par rapport aux autres délits, augmente également dans les tribunaux correctionnels de l’entre-deux guerres.

D’une manière générale, l’offre et la consommation d’alcool en Algérie, semblent bien plus importantes qu’en Tunisie et qu’au Maroc. La consommation de vin par habitant est quatre fois plus grande en Algérie qu’en Tunisie à la fin de la période. À cette époque, le nombre de débits par habitant, dans les villes de plus de 10.000 habitants est trois fois plus important en Algérie qu’au Maroc et une fois et demi plus important qu’en Tunisie 16. Cette réalité s’explique par le nombre d’Européens bien plus important en Algérie qu’ailleurs, même si ceux-ci ne sont évidemment pas les seuls consommateurs d’alcool. Alger et Oran sont peuplées à 70 à 75 % par les Européens, et sont aussi les deux seules grandes villes d’Afrique du Nord à compter plus d’un débit de boisson pour 1000 habitants en 1956. Dans tout le Maghreb, à l’échelle locale, les cafés se concentrent dans les quartiers européens. Ainsi à Bab el Oued en 1905, on recense une petite vingtaine de cafés dans les 150 mètres autour du marché central 17.

Exportation des vins d’Algérie, Quai du Sénégal.
© commons.wikimedia.org

Les mesures prises en Algérie : des mesures originales


Si, en raison du plus grand nombre de colons, l’alcoolisation de la société est plus importante en Algérie qu’au Maroc ou en Tunisie sous la période coloniale, la vraie originalité du cas algérien réside sans doute davantage dans la réponse donnée à cette alcoolisation. En effet, face au phénomène global qu’est l’augmentation de la consommation et/ou de l’intérêt public pour l’alcool à partir de la Première Guerre mondiale, la Tunisie et le Maroc choisissent très tôt de mettre en place des législations ethniques. La Tunisie interdit de vendre de l’alcool aux musulmans, par l’intermédiaire du Code pénal de 1913 18, imité par le Maroc en 1926 19. Ces dispositions, bien que largement inappliquées restent officielles jusqu’à la fin de la période coloniale. En Algérie, la seule période où l’administration décide d’interdire la vente d’alcool aux musulmans concerne le Gouvernement de Vichy, où une loi votée en octobre 1941 (abrogée en 1944), interdit la vente d’alcool aux musulmans 20. Pendant les 129 autres années de la présence française en Algérie, l’administration n’indique jamais clairement une mesure d’exception pour la vente d’alcool aux Algériens musulmans. Plusieurs explications peuvent être données ici. Tout d’abord, l’Algérie est une part de la République française à partir de 1870. De ce point de vue, adopter une législation qui s’adresse à une religion en particulier aurait pu être attaquée par les défenseurs de l’ordre républicain. D’autre part, la forte présence d’alcool rendait peut être de toute façon inapplicable une éventuelle loi. Enfin, il n’est pas impossible qu’un lobby colonial, soutenu par celui des viticulteurs du midi à partir du début du XXe siècle n’ait pas voulu se priver d’une source d’écoulement supplémentaire du vin. Une entorse au principe d’égalitarisme républicain survient toutefois lors de l’application de la loi du 29 décembre 1851 sur l’ouverture des débits de boisson. Cette mesure, votée alors que Louis-Napoléon Bonaparte a réalisé son coup d’État quelques jours plus tôt, prévoit que toute ouverture de débit de boisson soit soumise à l’autorisation du préfet. Cette loi est appliquée en Algérie, comme en métropole, mais lorsqu’elle est abrogée en 1880 en France, elle reste appliquée pour les indigènes d’Algérie, tandis que les Français d’Algérie se voient donnés l’autorisation d’ouvrir un débit de boisson sans contrainte. Cette inégalité devant la loi dure une vingtaine d’années, jusqu’au décret du 25 mars 1901, qui fixe de nouvelles règles applicables à tous en matière d’ouverture de débits de boissons, en fixant notamment un quota de débits par villes 21. Par cette mesure, l’Algérie innove en matière de gestion de l’ordre colonial, et de nombreuses lois prises par la suite en Tunisie et au Maroc s’inspireront du laboratoire algérien.

Bar à Mostaganem, dans l’ouest du pays (Algérie) © observers.france24.com

L’Algérie coloniale se différencie donc du Maroc et de la Tunisie dans sa gestion de la question alcoolique de plusieurs points de vue. La présence d’alcool sur ce territoire est bien plus importante qu’ailleurs. Si les discours sur l’alcoolisation des sociétés sont relativement similaires à ceux du Maroc et de la Tunisie, c’est que l’alcool est un moyen à l’époque pour juger l’efficacité d’une administration, ou le degré de civilisation d’une société, selon les camps. Mais contrairement à la Tunisie et au Maroc, peu de mesures de prohibition radicale sont prises au cours de la période. L’administration applique les mêmes lois qu’en métropole, et sur le papier, rares sont les politiques spécifiques appliquées aux musulmans. Le vin reste bien cependant un marqueur colonial dont on attribue la culture aux Européens ou les mauvais effets aux arabes, selon les temps.

 

Index : 

1 Znaien Nessim, 2015, « Y a-t-il une alcoolisation de la société tunisienne sous le Protectorat ? », Lettre de l’IRMC, n° 15, janvier-mars, 3-4.
2 Missions respectivement réalisées par Mme Saphia Arezki, docteure de l’Université Paris I Sorbonne pour l’Algérie, et M.Guillaume Denglos, docteur de l’Université Paris I
Sorbonne pour le Maroc.
3 123per, Institut national statistique, année 1955.
4 Despois Jean, Raynal René, 1976, Géographie de l’Afrique du nord ouest, Paris, Payot, 411.
5 Huetz de lemp, 2001, Boissons et civilisations en Afrique, Bordeaux, Presses Universitaires, Bordeaux, 317.
6 Despois Jean, Raynal René, op. cit., 84.
7 Guy Kolleen, 2010, “Imperial feedback: food and the French culinary legacy of Empire”, Contemporary French and Francophone
Studies, vol. 14, n° 2, 155.
8 Pinaud Pierre, 1933, L’alcoolisme chez les arabes en Algérie, Bordeaux imprimerie de Delams et Arènes.
9 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la CM de Boghari au sous préfet de Médéa, 31/07/1941
10 Archives des ANOM, carton 81F1622, Lettre du gouverneur général de l’Algérie à monsieur le ministre de l’Intérieur, 16 août 1945.
11 Archives des ANOM, carton 91255, Lettre de l’administrateur de la commune mixte de Chellala au sous préfet, 2/08/1941.
12 Dans son journal La république algérienne. Archives des ANOM, carton 81F1622, note secrétariat général à l’Intérieur, 1946.
13 On observe les mêmes discours en Tunisie, par l’intermédiaire d’Abdelaziz Thaalbi, ou de Habib Bourguiba.
14 Archives des ANOM, carton 81f1622, rapport du 15 septembre 1941.
15 The rise of Wine Economics, 2014, vol. 9, n° 1, 3- 33, “The rise and fall of the world’s largest Wine exporter – and its Institutional legacy”, 10
16 Respectivement 9,4 débits pour 10000 habitants, contre 6,1 en Tunisie et 3,6 au Maroc.
17 Archives des ANOM, carton 1F53 Note du commissariat police, 6ème arrondissement,
12 octobre 1905.
18 CADN, Protectorat Tunisie, Alcoolisme. Supplément au Premier versement.
19 CADN, Protectorat Maroc, Direction des affaires indigènes, carton 331B, Procès-verbal de la chambre de commerce et d’industrie de Casablanca, séance du 16 mars 1938.
20 La loi est sans doute sous la pression d’une même loi votée au Maroc quelques semaines plus tôt.
21 Archives des ANOM, carton 81F1622


Saphia Arezki et Nessim Znaien

Pour citer ce billet : Saphia Arezki et Nessim Znaien, « Y a-t-il une alcoolisation de la société algérienne sous la colonisation(1830-1962) ? », Le Carnet de l’IRMC, 19 janvier 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1926.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie

damiano2La révolte populaire tunisienne a mis fin au « pacte social » fondé sur la « logique de l’obéissance » (Hibou 2006) articulée à un modèle spécifique de développement économique. La crise de ce pacte social se matérialise à la fois dans les revendications liées au travail et dans les données indiquant la montée du chômage. Cette révolte populaire a permis l’émergence de stratégies diverses et contradictoires de reconstruction du politique, dans une phase dite de « transition » : les associations entendent participer activement à cette reconstruction, en occupant un espace délaissé par l’État.

Au premier abord, les associations tunisiennes semblent prises entre le danger de captation autoritaire, la projection d’un projet de société alternatif et la tentative de légitimation en tant qu’acteurs de politiques publiques autonomes. Si, sous le régime autoritaire, les marges de manœuvre des associations étaient très limitées, quoique non impossibles (Laroussi 2009), la Tunisie post-révolutionnaire est caractérisée par un activisme associatif dynamique, articulé et souvent en concurrence (notamment sur la ligne de fracture « associations laïques » / « associations islamiques »). L’intervention des bailleurs de fonds internationaux – à travers les financements, l’expertise, le plaidoyer – multiplie les acteurs sur le terrain et introduit de nouvelles marges de manœuvre dans la régulation sociale des acteurs publics et privés. Cette importance accrue des associations dans l’espace public se révèle dans la nouvelle régulation juridique : de la loi 1959-154 qui soumettait l’acceptation au ministère de l’Intérieur, on est passé à la loi 2011-88 qui permet la constitution d’une association avec une simple déclaration à la préfecture. Pourtant, les activités associatives souffrent d’un manque de coordination avec le secteur public (UE, 2012) les associations ne sont pas reconnues comme interlocuteurs et acteurs légitimes des politiques publiques.

Dans ce contexte, des stratégies différentes de soutien à l’emploi sont mises en place par les associations tunisiennes, avec un ensemble d’appuis locaux, étatiques, de coopération et d’organisations internationales. Les dispositifs mis en place sont aussi encouragés par les gouvernements successifs qui ne semblent pas en mesure de proposer une politique de l’emploi capable de faire face à la montée du chômage.

Le fil conducteur de mon enquête est la question des transformations des politiques publiques par les actions associatives de soutien à l’emploi, entraînant lignes d’exclusion et conflits. Les associations arrivent-elles à créer des nouvelles institutions sociales, en promouvant des dispositifs de soutien à l’emploi, dans un contexte de changement des formes de l’emploi, des formes d’aide à l’emploi et de sécurité sociale ? À la fois portées à l’adéquation aux normes qui régulent les politiques publiques et soucieuses d’en créer de nouvelles, les associations parviennent-elles à s’imposer comme acteurs légitimes du domaine de l’action publique ? Au cours des transformations sociales, les associations acquièrent-elles ce rôle « intermédiaire » (Sainsaulieu 2001) de régulation sociale, étudié en Europe, ou sont-elles prises dans des enjeux de politisation ou de promotion de modèles sociétaux spécifiques ?

En comparant des stratégies de plaidoyer, de formation, d’assistance, de microcrédit et de bienfaisance, ma recherche vise à éclairer comment les associations tunisiennes de soutien à l’emploi essayent de renouveler les cadres normatifs et de nouer des relations nouvelles et différenciées avec leurs partenaires, pour légitimer leur rôle dans la société.

L’approche choisie consiste à reconstituer la pluralité d’acteurs en jeu, leurs interactions et les effets de coproduction normative. Cette reconstitution du jeu d’acteurs se focalise notamment sur les relations nouées par les associations avec la population cible des programmes de soutien à l’emploi et sur le réseau local, national et international des mêmes associations. Il s’agit de saisir à la fois les pratiques associatives (les enquêtes, la conception et la gestion des projets, la mise en place des dispositifs, ainsi que les rapports de financement et de partenariat) et les représentations normatives (les idéologies économiques, les discours de légitimation, l’auto-projection dans le futur, les représentations du territoire).

Après avoir répertorié et cartographié les acteurs impliqués dans les actions associatives, ma démarche consiste à la fois à réaliser une enquête de terrain (entretiens et observations) auprès de ces acteurs et à analyser les archives (documents officiels, programmes, bilans) des associations.  À travers ces enquêtes, mon objectif est donner une importance particulière à deux types de transformation sociale : le changement des formes de gouvernance et les nouvelles manières d’encadrement collectif.

damiano3En premier lieu, des changements profonds des formes de gouvernance semblent découler de l’élargissement du secteur associatif, corrélé à l’avènement du discours de la société civile, depuis le début des années 1990 jusqu’au boom associatif de l’après-14-janvier. Les acteurs impliqués dans le travail associatif – des collectivités locales aux organisations internationales – relèvent d’instances différentes et représentent une multiplication des assises de décision et des règles d’organisation. D’ailleurs, la présence et le renforcement de tout un secteur d’associations confessionnelles opérant dans le domaine de l’aide à l’emploi et de la bienfaisance est en train de se révéler décisif pour les équilibres politiques, ainsi que pour la promotion d’une idée spécifique des politiques publiques.

En second lieu, l’entrée par les associations permet de saisir les nouvelles manières d’encadrement collectif : promotion de nouvelles attentes sociales, de nouveaux liens de dépendance, de nouvelles dynamiques d’exclusion. Les associations sont souvent porteuses de discours normatifs fortement contraignants : on peut le remarquer dans l’affirmation d’un « modèle entrepreneurial », de valorisation de l’initiative individuelle en tant que condition pour sortir de la pauvreté, en tant que promotion du succès individuel ou en tant que réussite réelle des entreprises sur le marché.

La quête d’autonomie des associations tunisiennes s’oppose au modèle hégémonique du gouvernement sur la société, là où des nouvelles tentatives hégémoniques se déploient de manière plus ou moins découverte. Pourtant, cette quête d’autonomie ne traduit pas la prétendue neutralité des dispositifs de soutien à l’emploi mis en place par les associations. C’est dans l’analyse du fonctionnement de ces dispositifs qu’il est possible de saisir les relations d’aide et de dépendance tissées par les associations avec la population cible, les types d’encadrement accompagnant le soutien et la « formation des capacités », les modèles concrets et les attentes soutenus à travers la promotion de l’« action entrepreneuriale ». Au-delà de l’opposition autonomie-hégémonie, quel type de transformations entraîne le soutien à l’emploi promu par les associations tunisiennes ?

Damiano DE FACCI

est doctorant en sociologie politique et économique à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Sa thèse s’intitule : « L’institutionnalisation du secteur associatif tunisien et ses conséquences (1990-2015) ». Il a rejoint l’IRMC pour une Bourse Moyenne Durée (BMD) de mars à mai 2014 et est toujours à l’Institut en accueil scientifique.

Pour citer ce billet : Damiano De Facci, « La révolution tunisienne et l’impact social sur l’économie », Le Carnet de l’IRMC, 22 septembre 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1620.

Bibliographie

HIBOU Béatrice, 2006, La force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte.

LAROUSSI Houda, 2009, Micro-crédit et lien social en Tunisie. La solidarité instituée, Paris, IRMC-Karthala.

SAINSAULIEU Renaud, 2001, Des sociétés en mouvement, la ressource des institutions intermédiaires, Paris, Desclée de Brouwer.

Union Européenne (=UE), 2012, « Rapport de diagnostic sur la société civile tunisienne », Luxembourg, UE.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Un outil de coopération et de mise en réseau

Yamina-MATHLOUTHI-DALI
Photographie de Yamina Mathlouthi

Pour un chercheur en économie travaillant habituellement dans des labos mono disciplinaires, être à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) est une occasion précieuse pour pouvoir travailler dans un centre de recherche pluridisciplinaire en sciences humaines et sociales, c’est aussi une expérience très enrichissante qui m’a permis d’une part d’établir des réseaux de relations essentiels au développement de ma recherche, et d’autre part d’améliorer la coopération encore timide entre les acteurs de la recherche sur le Maghreb au moyen de rencontres, d’ateliers, de séminaires et de publications.

S’inscrire dans une diversité disciplinaire

À l’IRMC, les chercheurs sont bien outillés pour pouvoir suivre les évolutions de la société maghrébine sous plusieurs angles, disposant de relations de partenariats avec les intellectuels maghrébins et saisissant les bouleversements des systèmes politico-économiques des sociétés maghrébines, leurs projets de recherche privilégient considérablement l’approche pluridisciplinaire. Travailler selon cette approche change également la nature des rapports entre les chercheurs, pour mon cas par exemple, cette diversité m’a aidée à mieux répondre aux interrogations qui se posent au cours des enquêtes de terrain et à mieux cerner certains problèmes scientifiques. Les sujets proposés dans les séminaires et les conférences organisés par l’institution étaient de par leur diversité une excellente occasion pour s’ouvrir à d’autres sujets et paradigmes scientifiques. Je reste personnellement convaincue de la nécessite d’instaurer des synergies entre les différents axes de recherche et l’établissement de programmes de recherche fédérateurs susceptibles de répondre au mieux aux exigences de la période historique actuelle des pays du Maghreb.

Choisir son programme

Maghreb et sciences sociales 2008C’est l’une des raisons pour lesquelles j’étais séduite aussi à l’idée de travailler dans ce centre, cette liberté à laquelle je suis particulièrement attachée étant essentielle à la crédibilité de la recherche et au respect de la déontologie d’usage. Pourtant, elle n’est pas toujours acceptée par les autorités de tutelle et conduit dans certains cas à des crispations. Sur le plan financier et bien que le centre dispose de crédits modestes (et de plus en plus réduits, certes), il nous a quand même été possible de financer des recherches conjointes pour des budgets limités, ces travaux franco-tunisiens et plus généralement des projets franco-maghrébins centrés sur un projet spécifique sont une excellente occasion de faire travailler ensemble des chercheurs français et maghrébins, ces travaux de terrain effectués en commun permettent à leur façon un certain « partage du savoir ». Même si la mise au point de la problématique donne lieu, au départ, à des discussions scientifiques parfois difficiles, sur le terrain, la réalisation des entretiens permet souvent d’exploiter ces différences d’une manière très fructueuse.

… et s’outiller pour l’après

Les trois années passées à l’IRMC m’ont également permis de découvrir « le Maghreb » et de l’appréhender autrement. Ce territoire, en tant qu’objet de recherche, n’était analysé par les économistes, dont je fais partie, que sous le prisme économique pur, c’est-a-dire un ensemble de structures de production, de modalités de répartition des revenus et de circuits d’échanges internes et externes. Or, avec l’appui scientifique que ne cesse d’apporter l’institut aux chercheurs sur et pour le Maghreb, nous disposons aujourd’hui d’un ensemble de travaux de qualité qui ont le mérite de mettre à la disposition de la communauté scientifique, une panoplie de grilles de lecture aidant a analyser ce territoire comme « un construit social » plus qu’une aire géographique combinant ainsi des éléments de nature économique et sociale et politique. Avec « le Printemps arabe (?) », la pertinence de cette grille de lecture n’est plus à démontrer, permettant de suivre, avec la distance nécessaire pour la recherche, les évolutions et les ruptures qui ne cessent de se produire dans les sociétés maghrébines.

 Publié en mai 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°11

 

Yamina MATHLOUTHI

est économiste chargée de projets à l’AFD Tunis. Elle a été chercheure à l’IRMC de 2006 à 2009.

Pour citer ce billet : Yamnia Mathlouthi, « Un outil de coopération et de mise en réseau », Le Carnet de l’IRMC, 18 juillet 2013. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1046

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Dinar/Euro : le seuil psychologique

Nos éminents professeurs nous ont appris sur les bancs de l’Université que le niveau de la monnaie nationale par rapport aux devises joue un rôle fondamental sur deux plans. D’une part, sur le plan interne, le niveau de la monnaie affecterait directement le prix des produits importés. D’autre part, sur le plan externe, la variation de la monnaie nationale aurait un impact sur la compétitivité des produits nationaux destinés à l’exportation.

Cette pensée nous a traversé l’esprit le 23 février 2012. La valeur de l’Euro par rapport au Dinar n’a jamais été aussi haute : le cours a dépassé 2 Dinars pour l’acquisition d’un euro (2,0019). C’est un avènement majeur pour un pays comme la Tunisie dont l’économie est tournée vers l’extérieur. La dépréciation de la valeur de la monnaie n’a pas tardé à faire écho. Certains avancent que la baisse du Dinar vis-à-vis de l’Euro est imputée à des facteurs exogènes. Alors que d’autres stipulent que cette nouvelle cotation est due à des faits endogènes. Ceci nous amène à poser les questions suivantes : pourquoi le Dinar tunisien subit autant de fluctuations et quelles en sont les raisons ? Quelle est la conséquence de ces variations sur l’économie tunisienne ? On essayera de répondre à ces questionnements à travers une approche factuelle systémique.

L’UE représente 80 % des échanges de la Tunisie

Les observateurs ont de bonnes raisons pour s’inquiéter quant à la force de l’euro qui valait 2,0019 le 23 février dernier. Durant la dernière décennie, le Dinar a perdu du terrain vis-à-vis des deux principales devises du panier de sa cotation (Euro/Dollar) et ne profite plus du rééquilibrage entre l’Euro et le Dollar.

Historique des taux de change EURO/TND (2002 – 2012)

Source : calcul de l’auteur à partir de la base de données de l’INS

Comme l’indique le graphique ci-dessus et quand bien même la tendance était prévisible, le 23 février 2012 fut un jour qui a marqué l’esprit des Tunisiens. La gestion de change du Dinar a eu pour constante un repli. Ce glissement a occasionné le recul de la valeur du Dinar par rapport à l’Euro de 4 % par an sur les dix dernières années. Cette barre symbolique était prévisible, certes, mais inquiétante. En fait, depuis les années 1980, la BCT a choisi, d’un point de vue structurel, un Dinar faible par rapport aux monnaies de références. Mais pourquoi toute cette focalisation sur l’Euro et l’UE ? Tout simplement, car les échanges de la Tunisie se font à hauteur de 80 % avec l’UE.

Une dette tunisienne libellée en Euro

Les conséquences de la dépréciation de la monnaie tunisienne sont aussi multiples que directes. En effet, cela peut désavantager les exportations tunisiennes et entraver la relance économique déjà fragile. Il faut rappeler que la balance commerciale a enregistré un recul en 2011 de 5 % par rapport à 2010 enregistrant un déficit de 8610 MD selon l’INS. La faiblesse de la monnaie tunisienne peut éventuellement permettre d’avoir une reprise des exportations grâce aux gains en matière de, compétitivité/prix. Cela reste hypothétique, car les bienfaits de la baisse de la monnaie sur les exportations ne peuvent se faire que dans un climat économique stable. Or, en ce moment, c’est loin d’être le cas : sit-in à répétition entravant la production, administration tournant au ralenti, tiraillements politiques, insécurité…

Dans le même temps, les importations pèseront lourdement sur la balance commerciale déjà déficitaire. On assistera au renchérissement des produits importés dont certains sont incompressibles tels que les produits alimentaires. D’ailleurs, le poids du manque des produits alimentaires commence à se sentir dans le budget des ménages. Ces produits ont connu ces derniers temps une augmentation galopante des prix. Ceci a impacté massivement le pouvoir d’achat de l’ensemble des consommateurs toutes catégories confondues. Cependant, cette baisse de la valeur du Dinar va faire augmenter mécaniquement la valeur de la dette puisque 60 % de celle-ci est libellée en Euro.

Les prix augmentent, le chômage en hausse

À l’intérieur des frontières, on peut légitimement s’inquiéter des performances économiques. Du moins sur le court terme, les choses ne devraient pas s’arranger avec la faiblesse de la monnaie. En temps normal, tout étant égal par ailleurs, cette dépréciation permet théoriquement de maîtriser l’inflation corrélant, de ce fait, l’évolution de la masse monétaire. Or factuellement, l’inflation a dépassé les 5 % en janvier 2012 comparée à janvier 2011. Force est de constater que les autorités de compétence et le gouvernement de transition s’essayent à des mécanismes de maîtrise d’inflation, mais a priori, sur le terrain, les prix continuent à augmenter. Mais jusqu’à quand cette situation demeurera soutenable ?

Pendant ce temps, le taux de chômage continue à augmenter pour atteindre 18,9 % soit 738.400 personnes (dont 72,1 % en dessous de 30 ans et 30,5 % diplômé du supérieur) selon l’INS. C’est l’une des raisons qui ont poussé à la prolifération de l’économie souterraine. Plus grave, 174 entreprises étrangères ont fermé et quitté la Tunisie pour aller s’installer ailleurs, poussant le nombre de chômeurs vers le haut et la création de la richesse vers le bas. Dans le même temps, la proposition de « se débarrasser » d’une partie des chômeurs en les envoyant à la Libye voisine n’est pas crédible. On ne fait que fuir la réalité. Il faut être conscient qu’on ne peut pas baisser le chômage (selon les prévisions du gouvernement en place) en une seule année simplement par la collaboration avec l’étranger. La demande étrangère en main d’oeuvre reste spécifique et limitée. La lettre d’information de l’OCE [INS, février 2012] indique que la faiblesse de l’économie est due au cantonnement de cette dernière à des secteurs à faible productivité et son rattachement à la zone Euro. Ces éléments structurels rendent le modèle de croissance peu soutenable et incapable d’être créateur d’emploi. De ce fait, la résorption du chômage devient invraisemblable sur le court terme.

Les perspectives de l’économique tunisienne

L’augmentation de la valeur de l’Euro vis-à-vis du Dinar coïncide avec l’annonce de la BCT d’un léger redressement de la situation économique dans son communiqué du 15 février indiquant « l’apparition de prémisses d’amélioration de l’économie nationale au début de l’année en cours à travers la progression du rythme des échanges commerciaux avec l’extérieur » !

Paradoxalement, dans son communiqué du 27 février 2012, l’agence de notation Fitch a décidé de dégrader la note de la dette de la Tunisie à long terme de BBB à BBB gardant une perspective négative. Même si nous espérons une meilleure situation économique à moyen et long terme, l’agitation actuelle a détérioré les perspectives économiques de court terme. Les incertitudes n’en restent pas moins élevées. Le risque d’une réelle flambée des prix reste d’actualité et amplifierait davantage le marasme économique de la Tunisie. La grande peur viendrait de l’installation d’un cercle vicieux appuyé par une stagflation. Ainsi, tous les efforts doivent se focaliser sur une politique d’emploi dans des secteurs productifs. Cela va permettre d’augmenter, mécaniquement, le pouvoir d’achat, la redistribution de la richesse, l’accroissement du PIB, tout en bénéficiant de l’effet multiplicateur des dépenses publiques.

Cependant, il ne faut pas occulter le rôle de la BCT dans la régulation de l’inflation avec la collaboration du gouvernement via une information transparente et symétrique afin de rétablir la confiance de l’investisseur et du consommateur.

Par-delà ce mini-choc de change, il faut rester lucide. Toute économie cherche à se relancer dans cet environnement complexe frappé par la crise mondiale. Pour la Tunisie, nous proposons deux possibilités afin de sortir de ce goulot d’étranglement. Le salut pourrait venir de l’investissement avec l’implication des banques. Mais, il faut que les entreprises jouent le jeu en recrutant suffisamment et en ne se refaisant pas une santé financière au détriment des objectifs de la relance économique. La deuxième solution serait de stimuler la demande intérieure et relancer la consommation en maîtrisant le niveau l’inflation. Cette stratégie nous parait la plus judicieuse, sauf qu’avec le projet de la Loi de Finance Complémentaire de l’année 2012 (augmentation de diverses taxes) l’augmentation du pouvoir d’achat semble incompatible.

Selon l’INS [février, 2012] : « cette année restera également dans l’histoire comme une année de récession sur le plan économique. Mais, en ce début 2012 et au delà des polémiques sur le degré de contraction du produit intérieur brut en 2011, le temps des illusions est maintenant révolu, vient celui des conséquences et surtout de l’action ». Mais quel type d’action ? Les décideurs de la politique économique doivent adresser un message fort permettant de pallier l’instabilité institutionnelle et installer un climat des affaires favorable, un plan de stabilisation réduisant les déséquilibres macroéconomiques et un regain de la confiance pour tous. Au-delà de ce débat, il serait question de la souveraineté économique de la Tunisie. Nous ne sommes pas adeptes du souverainisme absolu, bien au contraire, l’économie tunisienne doit rester une économie ouverte sur l’extérieur.

Néanmoins, l’intervention des capitaux étrangers permettra-t-elle de maintenir la souveraineté économique de la Tunisie ? Ne devrions-nous pas plutôt chercher la solution ailleurs via l’invention d’un nouveau modèle économique ?

Publié en mai 2012 dans la Lettre de l’IRMC n°9

 

Mohamed Slim SASSI

est doctorant à l’EDEAGE (Sorbonne Nouvelle – Paris 3) et enseignant en économie et finance.

 

Pour citer ce billet : Mohamed Slim Sassi, « Dinar/Euro : le seuil symbolique », Le Carnet de l’IRMC, 7 décembre 2012. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/642

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Libye : le temps de la reconstruction

Avec la chute probable du dernier bastion autour de la ville de Syrte et la fin des opérations militaires qui se profilent, se pose la question de la reconstruction économique de la Libye. Ce pays, sans avoir été dévasté a naturellement souffert du récent conflit. Avec ses réserves pétrolières et gazières, il dispose des moyens de sa reconstruction. Cependant cette richesse, concentrée exclusivement sur les hydrocarbures, n’a pas conduit à un véritable développement et à une diversification des secteurs économiques. Il faut donc non seulement reconstruire mais aussi tout simplement construire une économie moderne. Tout cela ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité, et c’est dans ce contexte que doit être pensé le rôle de la communauté internationale.

La Libye : un pays désorganisé plutôt que dévasté

Il est encore trop tôt pour faire le bilan des destructions engendrées par l’insurrection menée par le Conseil National de Transition depuis plus de sept mois. Les combats ont relativement épargné la région Est du pays et notamment la ville de Benghazi, ainsi que les villes du centre et du Sud. Ce n’est pas le cas de la Tripolitaine et notamment toute la région côtière à l’ouest de Tripoli. Au total, les infrastructures d’exploitation pétrolières et les terminaux d’exportation n’ont pas été trop touchés malgré des combats violents dans certains ports comme Brega.

Les destructions touchent cependant les bâtiments, les infrastructures de transport et de communication. Au delà des aspects matériels, ce dont la Libye souffre, c’est une terrible désorganisation de l’industrie et des services, ce qui rend la situation humanitaire très préoccupante. Il est nécessaire de restaurer d’urgence l’accès au gaz, à l’essence, à l’électricité, afin de remettre en marche les infrastructures sanitaires du pays. À moyen terme, il faut rétablir les réseaux de distribution commerciaux des biens de consommation de première nécessité. On ne peut pas vivre longtemps, même en Libye, sans magasins approvisionnés d’autant que l’essentiel des besoins alimentaires est importé.

La Libye un pays riche

La Libye dispose cependant des moyens de sa reconstruction. C’est sa chance. En considérant la richesse annuelle par habitant qui s’élevait à 14000 dollars par tête, ce pays était l’un des plus riches d’Afrique ! Son sous-sol est une véritable mine qui peut lui assurer des ressources pour plusieurs décennies. Aux réserves estimées de pétrole (60 milliards de barils), s’ajoute le gaz dont les réserves ne semblent pas même encore toutes identifiées. Il faudra un ou deux ans pour que la Libye puisse atteindre le niveau de ses exportations de pétrole d’avant le conflit et qui se montait à 1,5 millions de barils par jour, ce qui représente plus de 50 milliards de dollars d’exportation par an. Tout se passe comme si chaque libyen bénéficiait d’une rente annuelle de 10000 euros. Avec l’augmentation tendancielle du prix des hydrocarbures, ces montants pourraient doubler dans les dix ans qui viennent.

À ces ressources mobilisables à moyen terme s’ajoutent les avoirs gelés du régime Kadhafi dans les pays étrangers. S’il est difficile de faire des estimations précises, ces sommes représentent des montants considérables qui pourraient financer une grande partie de la reconstruction. Le CNT estime que 160 milliards de dollars sont répartis dans différents pays dont 30, 20 et 7,2 milliards respectivement aux États-Unis, en Grande Bretagne et en Allemagne. La Suisse détient environ 650 millions de CHF et souhaite remettre rapidement ses actifs, détenus par des entreprises publiques libyennes au CNT.

La Libye : un pays économiquement sous développé

Paradoxalement, malgré sa richesse, la Libye est demeurée une économie sous développée. Si dans les années 70 et 80, le régime Libyen a réussi à jeter les bases d’un État Providence en finançant très largement la construction de logement, d’hôpitaux et d’écoles, cela ne s’est pas traduit par une diversification et une véritable modernisation.

À part le pétrole, l’économie Libyenne est restée embryonnaire. Le secteur des services (commerce, transport, télécommunication) est rudimentaire sans parler du tourisme, de la restauration, de l’édition. Les services à la personne étaient essentiellement le fait de travailleurs sous qualifiés venant du Sahel assurant des tâches domestiques. L’exemple le plus frappant est le tourisme alors qu’il est susceptible de représenter un secteur d’exportation très important à l’avenir. Avec moins de 200000 visiteurs par an avant le conflit, la Libye était très en deçà de son potentiel et faisait figure de parent très pauvre face à ses deux voisins, la Tunisie qui accueillait annuellement 7 millions de touristes et l’Égypte qui en accueillait presque deux fois plus. Avec ses 1600 km de côtes, ses sites archéologiques, son désert, la Libye ne manque pourtant pas d’atouts.

Les conditions économiques de la reconstruction

Si la Libye dispose des moyens de financer, son développement, encore faut-il que deux conditions économiques soient remplies. Tout d’abord, il faut bien comprendre que les travailleurs étrangers dont le nombre approximatif était de 1,5 à 2 millions de personnes, soit un quart environ de la population, faisaient littéralement tourner la machine économique libyenne. De nombreux cadres d’entreprises venaient de Tunisie et surtout d’Égypte. Des travailleurs en provenance du Sahel assuraient des emplois dans l’agriculture, le commerce, le transport…

La plupart de ceux qui avaient un peu de moyens et notamment les cadres, ont rapidement quitté le pays tandis que les travailleurs sahéliens ont été suspectés d’appartenir à des groupes de mercenaires stipendiés par le régime voire victimes de règlements de compte. Plus d’un demi-million, certainement plus, auraient quitté le pays.

Par ailleurs, des investissements d’entreprises étrangères seront nécessaires pour remettre en état de nombreux secteurs économiques. C’est vrai dans le pétrole mais aussi dans les secteurs des télécommunications par exemple. Si l’engagement des entreprises étrangères dans les hydrocarbures se fera facilement en raison des perspectives de profits futurs, une véritable reconstruction du pays passera par des prises de participation et des investissements massifs d’entreprises étrangères.

La reconstruction en Libye prendra donc du temps. Elle ne sera possible que si le Conseil National de Transition parvient rapidement à restaurer la stabilité et la sécurité dans le pays. S’il réussit et si les Libyens entrevoient rapidement une possibilité d’amélioration de leur situation économique et sociale, cela sera décisif dans le bilan total d’une intervention étrangère qui fut un formidable pari géopolitique qui est loin d’être tout à fait gagné.

Publié en octobre 2011 dans La Lettre de l’IRMC n°7

 

Jean-Yves MOISSERON

Économiste à l’IRD, rédacteur en chef de la revue Maghreb-Machrek

 

crédit photographique : © AP ; d’illustration : © AFP, BP Statistical review, EIA.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook