Archives par mot-clé : échanges transnationaux

Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?

Le programme de recherche « Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ? » vise à examiner l’accroissement du secteur privé de santé en Tunisie en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère (maghrébine, subsaharienne principalement originaire d’Afrique de l’Ouest, européenne) avec une attention particulière portée aux changements enregistrés depuis 2011. De manière assez inattendue, une des dynamiques, qui découle des révolutions arabes, est le nouveau rôle de la Tunisie en matière de services de santé. À l’augmentation accrue de la patientèle libyenne dans les structures de soins privées depuis l’éclatement de la guerre civile en Libye, s’ajoute l’émergence de nouveaux marchés. La Tunisie se positionne actuellement comme le principal pays exportateur de soins en Afrique du Nord, le pays affiche même l’une des plus fortes croissances au monde dans le secteur du tourisme médical (Lautier, 2013). À la croisée des enjeux (géo)politiques et sociétaux du Maghreb contemporain, la recherche proposée cristallise des thèmes essentiels à l’instar du champ des migrations, des mobilités et des circulations à caractère médical mais aussi de problématiques telles que celles du développement local, de l’intégration régionale et de la mondialisation économique dans un contexte spécifique de transition politique. Pionnier, ce programme s’inscrit dans les débats qui animent aujourd’hui les sciences humaines et sociales à l’intersection des migration studies et du tournant mobilitaire (Sheller, Urry, 2006), des transnational studies (bottom-up/topdown) et du biopolitique (borderities (Amilhat-Szary, Giraut, 2011), bioéconomie et bioéthique). Au-delà de la production de données empiriques sur un sujet encore très peu documenté au
Maghreb 1, le programme de recherche présente une dimension heuristique en invitant à reconceptualiser le triptyque « mondialisation, migration, santé ». À partir d’un champ original (la santé), il est question d’analyser de nouvelles formes d’interactions et de mobilités convergentes vers la Tunisie, tout en privilégiant une approche multi-scalaire afin d’examiner la production de nouveaux espaces de soins (échelle locale, urbaine, transfrontalière, régionale, transnationale) dans une perspective « Sud-Sud ».

Ce programme de recherche s’articule autour de trois axes intrinsèques : (i) Développement du secteur privé de santé et patientèle étrangère en Tunisie ; (ii) Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà ; (iii) Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud-Sud ».

Axe 1 : Développement du secteur privé de santé en lien à la patientèle étrangère en Tunisie

La Tunisie dispose aujourd’hui des ressources sanitaires équivalentes à celles des pays européens (niveau de qualification des praticiens, standardisation des protocoles thérapeutiques, infrastructures sanitaires, matériel médical, etc.) à des prix très concurrentiels sur le marché mondial (Lautier, 2013). À titre  d’indication, on estimait à 22.1 millions de dollars (USD) les exportations de services de santé de la Tunisie (dont 18 millions USD vers la seule Libye) (Menvielle, 2012), tout en précisant qu’il convient d’ajouter à ces chiffres les dépenses relatives aux séjours des malades (accompagnants, apport de devises, etc.) (Rouland et al., 2016). Cependant, les impacts du secteur privé de santé tout comme les effectifs réels des patients qui viennent se faire soigner en Tunisie échappent aux instruments de mesure : « ce phénomène n’en est probablement qu’à ses débuts et son ampleur réelle apparaît incertaine. Il est difficile à quantifier […]. Une première difficulté de mesure est liée à la prise en compte de ces flux car ils se soumettent mal aux instruments de mesure disponibles » (Lautier, 2013). Bien que l’absence de données limite la mesure dudit
phénomène, l’accroissement de l’offre privée de santé et de la patientèle libyenne depuis 2011 dans la ville de Sfax, témoignent d’une part du dynamisme local de la niche d’activité et, d’autre part, de la diversification des profils des patients libyens dans le contexte de guerre civile en Libye mais aussi à l’essor de nouveaux marchés (la patientèle algérienne).

Par conséquent, ce premier axe vise à dresser un état des lieux de l’expansion du secteur privé de santé dans les villes tunisiennes en lien avec l’augmentation de la patientèle étrangère et notamment les changements enregistrés depuis 2011 :

i) Élaborer une radiographie de l’évolution du secteur privé de santé en Tunisie (offre médicale et paramédicale) ;

ii) Identifier les différents acteurs et les logiques déployées pour le développement de la niche d’activité (professionnels de santé et personnel « extra » médical », actionnaires, sociétés intermédiaires/
facilitators, etc.) ;

iii) Examiner les impacts locaux du développement des services du secteur privé de santé et des activités corollaires dans les villes tunisiennes (aménagements liés aux structures (para)médicales, aux nouveaux espaces résidentiels (hôtellerie, marché locatif et commerciaux).

Axe 2 : Figures migratoires émergentes et espaces de circulations depuis 2011 dans le Maghreb et au-delà

Depuis la révolution de la « dignité » (Thawrat al-Karama) à la fin de l’année 2010 en Tunisie et depuis les soulèvements populaires qui ont eu lieu dans les pays arabes en 2011, on assiste à une redistribution de la donne et des enjeux migratoires dans le Maghreb et bien au-delà. Des populations migrantes hétérogènes s’entrecroisent aujourd’hui sur le sol tunisien, un changement de paradigme s’est opéré : la Tunisie est passée du statut de terre traditionnelle d’immigration à celui d’espace d’accueil, de transit et de circulation. Désormais, le pays accueille de nouvelles figures migratoires complexes dont les statuts sont difficilement identifiables du fait de l’absence d’outils statistiques fiables (Boubakri, 2015). À titre d’exemple, les Libyens présents en Tunisie sont catégorisés de manière antinomique comme réfugiés (sans le statut légal) ou touristes médicaux alors que les études récentes démontrent à l’inverse que ces derniers sont mobiles et circulent pour des motifs variés mais que leurs modes de recours aux soins s’éloignent des logiques du tourisme médical et nécessitent d’être appréhendés dans le contexte de guerre civile actuelle qui règne en Libye (Rouland et al., 2016 ; Boubakri, 2015). En dépit de la proximité géographique avec l’Union Européenne (UE), ce sont les patients originaires des pays voisins de la rive sud de la Méditerranée et du Sahel qui répondent majoritairement à l’offre médicale privée qui s’est développée en Tunisie et, contrairement aux voyageurs médicaux venus du Nord, recourent à une gamme de  soins beaucoup plus large (Rouland et al., 2016). Aussi, l’émergence de figures et d’espaces migratoires structurés par des logiques sanitaires met en exergue de nouvelles interactions, des espaces d’échanges intra-maghrébins et avec le Sahel, des processus de
régionalisation « par le bas » nouveaux et originaux caractéristiques de dynamiques « Sud-Sud ».

Figure 2. Projets d’aménagements liés au secteur privé de santé
(résidences et cabinets médicaux) à proximité de deux polycliniques récemment construites dans la ville de Sfax

© Rouland, 2015.

Par conséquent, la Tunisie constitue aujourd’hui un « espace laboratoire » pour étudier le phénomène croissant des mobilités médicales en Afrique du Nord.

Par le biais du champ de la « santé » et l’examen des modes de recours aux services du secteur privé, le second axe s’intéresse à élaborer des typologies en fonction des « profils » et des « espaces » sur lesquels circulent la patientèle étrangère enquêtée :

i) Contextualiser dans le temps et sur l’espace l’évolution des mobilités médicales au Maghreb ;

ii) Dresser une typologie en fonction des profils de la patientèle étrangère (en fonction des origines géographiques, mode(s) d’accès et de prise(s) en charge des soins, itinéraire(s) thérapeutique(s), exposition à des risques et degré de vulnérabilité), des réseaux sur lesquels les patients s’appuient et analyser la complexité des figures migratoires émergentes ;

iii) Spatialiser le regard en cartographiant les espaces de soins empruntés, tissés et pratiqués par les patients (mobilités médicales trans-frontalières, intra-maghrébines, sahéliennes- maghrébines, etc.) et élaborer un panorama plus large des figures migratoires et des formes de circulations qui découlent de la révolution arabe de 2011.

Axe 3 : Mobilités régionales, transnationalisme et mondialisation au prisme des mobilités médicales « Sud- Sud »

Dans un monde globalisé et au vu de l’augmentation des mobilités et des circulations médicales, la santé apparaît d’une part comme un champ pertinent pour repenser les enjeux du tournant mobilitaire. À ces nouvelles formes de mobilités s’ajoutent l’émergence d’espaces de soins transnationaux en Afrique du Nord tissés par des acteurs pluriels, impulsés par des dynamiques de la mondialisation économique et structurés par des processus de régionalisation « par le bas ». D’autre part, la santé offre des outils d’analyses pertinents pour évaluer les « champs migratoires » pratiqués par les migrantsainsi que les processus de différenciation qui les caractérisent. En effet, la santé s’avère à la fois un excellent indicateur de la mondialisation économique (Huynen, 2005 ; Dixneuf, 2003) mais également des conditions de vie des populations (Fleuret, Séchet, 2004, 6). Autrement dit, le choix du projet est d’abord motivé par le fait que de
nouvelles figures migratoires et des espaces de circulations liés à la santé ont émergé au cours de cette dernière décennie au Maghreb et spécialement depuis 2011.

L’axe 3 permet d’aborder des enjeux théoriques, devenus des questions centrales dans les sciences humaines et sociales :

i) Déconstruire des catégories englobantes (touriste médical vs réfugié) et saisir l’hétérogénéité des formes de mobilités et de circulations afin d’appréhender les inégalités des champs migratoires dans lesquels les populations migrantes évoluent au Maghreb ;

ii) Évaluer par le biais des champs sanitaire et migratoire les processus de régionalisation « par le bas » et d’intégration régionale au Maghreb et comparer les phénomènes observés avec d’autres régions du globe ;

iii) Recadrer le contexte régional dans des enjeux globaux (mondialisation économique et marchandisation des soins) à travers les approches du biopolitique (borderities), de la bioéconomie et de la bioéthique (avec un focus néanmoins porté sur le secteur de la reproduction médicalement assistée).

© Rouland, 2015.

1 Contrairement à d’autres régions du globe comme l’Asie, les études portant sur les mobilités médicales (phénomène également qualifié de tourisme médical, de voyages médicaux ou de circulations thérapeutiques) sont très peu développées en Afrique à l’exception de celles de l’économiste Marc Lautier sur l’exportation des services de santé en Tunisie (2013 ; 2005) et de Jonathan Crush et Abel Chikanda (2015) sur l’Afrique du Sud.

Bibliographie
AMILHAT-SZARY Anne Laure, GIRAUT,Frédéric, 2011, Borderities and the,Politics of Contemporary Mobile,Border, Basingstoke, Palgrave,MacMillan.

BOUBAKRI Hassan, 2015, « Migration et asile en Tunisie depuis 2011 : vers de nouvelles figures migratoires ? » Revue européenne des migrations internationales, vol. 31, n° 3, 17-39.

CRUSH Jonathan, CHIKANDA Abel, 2015, “South-South medical tourism and the quest for health in Southern Africa”, Social Science & Medicine, n° 124, 313-320.

DIXNEUF Marc, 2003, « La santé publique comme observatoire des dynamiques de la mondialisation » in J. Laroche (dir.), Mondialisation et gouvernance mondiale, Paris, PUF, 213-225.

FLEURET Sébastien, SECHET Raymonde, 2004, Géographie sociale et dimension sociale de la santé, Colloque ESO, [En ligne : http://assos.univ-lemans.fr/ LABO/eso/IMG/pdf/fs.pdf].

HUYNEN Maud, MARTENS Pim, HILDERINK Henk B.M., 2005, “The health impacts of globalization: a conceptual framework”, Globalization and health, vol. 1, n° 1.

LAUTIER Marc, 2005, Les exportations de services de santé des pays en développement : le cas tunisien. Agence française de développement, Notes et documents n° 25.

LAUTIER Marc, 2013, Le développement des échanges internationaux de service de santé : perspectives des exportations en Afrique du Nord, Banque Africaine de Développement, [En ligne : http://www. afdb.org/fr/news-and-events/article/ internationaldevelopment- of-health-services-northafricas- export-prospects-11649/].

MENVIELLE Loïck, 2012, « Tourisme médical : quelle place pour les pays en développement ? » Mondes en développement, vol.°157, n° 1, 81- 96.

ROULAND Betty, JARRAYA Mounir, FLEURET Sébastien, 2016, « Du tourisme médical à la mise en place d’un espace de soins transnational : l’exemple des patients libyens à Sfax (Tunisie) », Revue francophone sur la santé et les territoires, [En ligne : http://rfst.hypotheses.org/roulandbetty- jarraya-mounir- f l e u r e t –
sebastien].

SHELLER Mimi, URRY John, 2006, “The new mobilities paradigm”, Environment and planning A, vol. 38, n° 2, 207-226.

Betty Rouland

est Géographe, chercheure à l’IRMC.

Pour citer ce billet : Betty Rouland, «Mondialisation, mobilités régionales et développement local : vers l’émergence d’un espace de soins transnational en Afrique du Nord ?», Le Carnet de l’IRMC, N° 21, novembre-mars 2018. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2176.

 

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte)

Bouhali_Photo1_Oran
Affluence au marché de Medina J’dida, mars 2013
© Anne Bouhali

Ma recherche doctorale s’inscrit à la suite de travaux de sociologues et de géographes ayant souligné très récemment la vitalité des espaces commerçants, et plus particulièrement des marchés urbains dans le monde arabe et méditerranéen (Mermier, Peraldi, 2010). Cette vitalité est à mettre en relation avec le processus de « mondialisation non hégémonique » que G. Lins Ribeiro définit comme « le flux transnational de populations et de biens impliquant de relativement faibles quantités de capital et de transactions informelles, parfois semi-légales voire illégales, souvent associé au monde en développement mais en réalité présent à travers le globe » (Ribeiro, 2012). Cette mondialisation permet ainsi aux plus pauvres et aux petites classes moyennes d’avoir accès à des biens de consommation courante à des prix attractifs. Elle met en relation pays producteurs (Asie du Sud-Est très largement) et pays consommateurs, notamment les pays en développement dont les classes populaires et moyennes sont en forte demande de cette consommation à bas prix (vêtements, textile, produits pour la maison, etc.).

Ce phénomène de mondialisation non hégémonique est visible dans de nombreux marchés, au Nord comme au Sud, et plus particulièrement dans les deux marchés qui sont l’objet de mon étude : le quartier d’al-Muski au Caire, en Égypte, et celui de Medina J’dida à Oran, en Algérie, qui sont des quartiers-marchés proposant à la fois vente de demi-gros et de détail. Le Muski est un quartier commerçant d’origine médiévale, à la forte centralité symbolique, anciennement politique, aujourd’hui encore religieuse et surtout commerciale. Il s’agit du plus gros marché de détail et de demi-gros du Caire. Quant à Medina J’dida, il s’agit d’un ancien quartier colonial oranais, contigu au centre-ville historique. Aujourd’hui, ces deux quartiers commerçants sont les réceptacles de cette mondialisation par le bas, et sont entièrement spécialisés dans le commerce transnational de biens de consommation courante.

Ma thèse vise ainsi à étudier les recompositions urbaines à l’œuvre dans ces deux marchés, connectés à d’autres places marchandes d’importance mondiale par des flux de marchandises, principalement en provenance d’Asie du Sud et du Sud-Est, mais aussi de l’Est de la Méditerranée (Turquie, Dubaï). Ces arrivées massives de biens, qui sont pour l’essentiel le fait d’hommes d’affaires ayant construit leurs réseaux commerçants entre monde arabe et Asie, sont à l’origine d’importantes transformations dans le tissu urbain, avec notamment un processus très dynamique de renouvellement urbain, entraînant des destructions du bâti ancien au profit de la construction de nouveaux malls et grands magasins.

Bouhali_photo2_LeCaire
Livraison des centres commerciaux récents de la rue du Muski, au Caire, avril 2012.
© Anne Bouhali

Ces marchandises entraînent également une transformation des paysages urbains, avec un envahissement des ruelles commerçantes par des produits de qualité moyenne voire très médiocre qui ont tendance à remplacer d’autres activités, comme le commerce de proximité dans le cas d’Oran, ainsi que les activités artisanales dans le cas du Caire, de même qu’une diminution de la fonction résidentielle de ces espaces. Le développement de ce commerce transnational, en lien avec un contexte économique difficile et un contexte politique troublé, a également été accompagné par l’explosion du petit commerce de rue et l’envahissement des espaces publics à l’intérieur même de ces quartiers-marchés par les stands de très nombreux vendeurs de rue. Il s’agit enfin de comprendre comment cette fabrique de la ville par le bas est appréhendée et gérée par les acteurs de la gouvernance urbaine – pouvoirs locaux, administration étatique mais aussi acteurs non gouvernementaux – qui agissent ou tentent d’agir sur l’urbain, dans des contextes que l’on peut qualifier de mouvementés, notamment en ce qui concerne l’Égypte de l’après printemps arabe.

Ma thèse propose ainsi une approche comparative d’un même phénomène – l’interaction entre fabrique urbaine et commerce transnational – par l’étude qualitative de deux places marchandes situées dans le monde arabe. Il ne s’agit pas d’une simple comparaison terme à terme qui serait uniquement fondée sur un recensement des points communs et des différences mais plutôt un aller-retour entre deux terrains qui permet d’enrichir à chaque fois mon questionnement sur les conséquences urbaines d’un commerce transnational très dynamique.

Publié en décembre 2013 dans la Lettre de l’IRMC n°12

Anne BOUHALI

est doctorante en géographie à l’Université Toulouse 2 le Mirail.
anne.bouhali@univ-tlse2.fr

Bibliographie

Bouhali A,. 2013, « Medina J’dida, un quartier-marché mondialisé sur les routes algériennes du commerce transnational. Vers la définition d’une centralité commerçante régionale », Les Cahiers de

l’EMAM, « Les espaces transnationaux de l’Algérie contemporaine », à paraître.

Mermier F., Peraldi M., 2010, Mondes et places du marché en Méditerranée : formes sociales et spatiales de l’échange, Karthala-MMSH, Aix-en-Provence.

Ribeiro Gustavo L., 2012, “Introduction: what is globalization from below?” in G. Mathews, G. L. Ribeiro, et C. Alba

Vega (dir.),Globalization from below : the world’s other economy, London, New York, Routledge.

Pour citer ce billet : Anne Bouhali, « Commerce transnational et recompositions urbaines de deux places marchandes : une comparaison entre les quartiers-marchés de Medina J’dida (Oran, Algérie) et al-Muski (Le Caire, Egypte) », Le Carnet de l’IRMC, 4 février 2014. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/1380

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook