Archives par mot-clé : domination

Boire en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956)

Mercredi 18 mai 1904, en haut de la Casbah, rue de la Casbah. Un homme, 47 ans. 1m66. Cheveux châtain, barbe noire grisonnante, teint pâle. Corpulence assez forte.

Il se dit turc, il s’appelle Mohamed Hadj Ben Ismaïl el Kaouaji. Il porte un costume noir de commandant de la garde du bey, il a une chechia avec les armes beylicales, et une épée à la main, fortement alcoolisé. L’archive dit qu’il est fortement alcoolisé (il a constamment une fiole avec de l’alcool à la ceinture). Il avait déjà fait parler de lui en jetant de l’huile sur les gens, et il repousse des israélites qui rentraient tranquillement chez eux et qui n’avaient rien demandé.

Après enquête, il s’avère qu’en réalité, il n’a jamais été commandant de la garde du Bey, il est encore moins turc, il est né à Halfaouine. À 30 ans, il ne savait pas quoi faire, il est parti plusieurs années à l’étranger, il a à peu près fait tous les pays de la Méditerranée, il est devenu alcoolique, avant de finir en Algérie, à Constantine. Il a fini en prison et les autorités algériennes l’ont renvoyé dans son pays sans prévenir personne, quand elles ont pu déterminer qu’il était tunisien.

Mais c’était déjà à la fin du XIXe siècle, et quelques années plus tard, le 18 mai 1904, Mohamed se fait arrêter pour ivresse et violence par les autorités tunisiennes de la médina.

Que nous dit cette arrestation sur l’histoire de la consommation d’alcool, mais aussi de la répression et plus globalement du Protectorat en Tunisie ?

Cette fiole, que contient-elle ?

Il n’est pas précisé de quelle liqueur il
s’agit. Il pourrait s’agir du vermouth, mais
le produit coûte 2 jours de salaire d’un ouvrier. Sinon du cognac, mais c’est pire, c’est une semaine. En réalité, il est plus probable que ce soit de la boukha, liqueur bon marché, et consommée par la communauté juive, notamment à Halfaouine, depuis les années 1880.

© mesvinscacher.com

C’est plutôt du vin

Si à l’époque, Mohamed avait été plus riche, il aurait peut-être eu du vin dans sa fiole. Mais seulement voilà en 1904, la démocratisation du vin, sur le modèle de ce qu’avait connu la société française au début du siècle n’a pas encore eu lieu. Mohamed ne le sait sans doute pas, mais 30 ans après son arrestation, une bouteille de vin coûte deux fois moins cher pour les Tunisiens qu’en 1904.

Ceci est un effet collatéral de l’augmentation exponentielle de la production de vin dans le pays, notamment dans les années 1920. La production de vin est multipliée par 4 entre 1920 et 1930. Après une production dans l’Empire romain, puis une absence de culture par la suite, la production de vin est réactivée pour répondre à la demande de la France en pleine crise du phylloxéra. Le vin est surtout pour la production extérieure (mais ne représente jamais beaucoup plus de 15-20 % des exportations alimentaires et 5 % des exportations totales).

Au moment où Mohamed est arrêté de toute façon, le vin ne représente pas encore ce poids symbolique et européen qu’il représentera quelques années plus tard, lorsque seront créés dans les années 1920 l’office du vin, puis dans les années 1940 les appellations d’origine contrôlées. À l’époque où Mohamed est arrêté, le vin est relativement rare en Tunisie, il ne représente pas plus de 5 % des budgets de fonctionnement des administrations.

Cependant à l’époque où Mohamed se fait arrêter la production de vin est en pleine expansion, en lien avec la colonisation européenne, et si Mohamed avait eu du vin dans sa fiole celui-ci serait probablement venu d’une petite exploitation italienne de la région du Cap Bon ou de Bizerte, les production françaises étant davantage destinées à l’international.

Puis de la bière

Si nous avions était dans les années 1920, Mohamed se serait peut-être procuré de la bière. À l’époque où Mohamed sévit en haut de la médina, on importe de la bière en Tunisie, mais les lieux d’importation indiquent qu’il s’agit surtout d’approvisionner les stocks de l’armée. La production de bière locale augmente particulièrement après les années 1920, et surtout à partir de 1925. Dans tous les cas, cette production à l’époque reste particulièrement minoritaire et on ne consomma jamais plus d’un litre par habitant et par an en moyenne en Tunisie. On consomme moins d’un litre de bière par habitant et par an, quand 50 ans plus tard, à la veille de l’indépendance, ce nombre de bières atteindra à 7 litres par habitant et par an.

Lagmi

Si Mohamed avait habité dans le Sud du pays, ou dans une région oasienne, il aurait peut-être eu du lagmi dans sa fiole. Le lagmi, sève de palmier, objet de curiosité et régulièrement de dégoût dans le discours colonial, est un produit difficile à saisir, et dont les réseaux commerciaux échappent quasi totalement à l’emprise coloniale, en témoignent le faible nombre de sources sur la question dans la presse et les impôts régulièrement émis à l’époque beylicale comme à l’époque coloniale, pour tenter de taxer la production de lagmi, sans succès.

Impossible de savoir combien l’on consomme exactement de lagmi. Si on se base sur le nombre officiel de palmiers, et sur le nombre officiel de palmiers entaillés, on obtient une consommation de lagmi d’une centaine de litre par habitants et par an (8 fois plus que la consommation de vin), ce qui correspond à peu près à la consommation française de l’époque.

© tunisie.co
Legmi : le fameux jus de palme du sud tunisien

Cette fiole, comment Mohamed se l’est-il procurée ?

Marchands de vin

Il se l’est peut-être procurée chez un marchand de vin, situé dans une des grandes avenues eurropéennes. Auquel cas, il est probable que le marchand de vin en question, qui lui a vendu cette fiole était de nationalité italienne, comme deux tiers des marchands de vin d’alors, ou bien un juif tunisien. Les Italiens, à défaut de posséder la majorité des débits de boissons, sont majoritaires dans ce circuit de redistribution de vin.

Sinon il y a les bars

Sinon Mohamed a peut-être fait remplir sa fiole dans un des nombreux bars de Tunis, car en 1904, il n’est pas encore interdit pour les débitants de boissons de servir de l’alcool aux Tunisiens musulmans. Cette interdiction surviendra 10 ans plus tard, dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’administration française pour donner des gages de respect aux supposées traditions musulmanes, décide de faire interdire définitivement la vente d’alcool aux musulmans, accentuant aussi une séparation des sphères coloniales.

Mais dix ans plus tôt, en 1904, les débits de boissons, comme d’ailleurs les champs de vignes, représentent à ce titre des zones de contact, « contacts zones » entre les différentes sphères des sociétés colonisées, pour reprendre la terminologie de Mary Louise Pratt.

En 1904, un quota de débits de boissons n’a pas encore été émis, mais malgré tout, Mohamed a beaucoup moins de choix pour ses habitudes de bar que quelques années plus tard. S’il est vivant entre 1920 et 1930, il verra le nombre de bars augmenter de 30 % en dix ans en Tunisie.

© Delcampe.net

Bars clandestins ?

Sinon il est tout à fait possible que Mohamed se soit procuré clandestinement sa liqueur. Pour cela plusieurs possibilités lui ont été offertes. Soit de s’être rendu dans l’arrière boutique d’un épicier qui vend discrètement du vin, soit au domicile d’un colon, sans doute retraité.

Le nombre exact de bars clandestins est inconnu, mais les sources administratives semblent montrer qu’il y en a sans doute beaucoup et même plus que de bars classiques. Le nombre de condamnations pour détention de débits clandestins augmente progressivement au cours du Protectorat sans que l’on ne sache exactement si cela est dû à une meilleure connaissance du terrain de l’adminis-tration.

Qu’est ce qu’on lui reproche exactement ?

D’avoir été ivre et violent

En 1904, si Mohamed n’avait pas exercé la violence, peut-être n’aurait-il pas été arrêté. Avant la Première Guerre mondiale, dans la plupart des cas, être ivre ne suffit pas pour être arrêté par la police, il faut avoir réalisé une autre action, par exemple avoir frappé un agent, ou avoir commis un vol. Après la Première Guerre mondiale, être ivre suffit pour être arrêté. Être ivre est devenu un problème social en soi. La Première Guerre mondiale, est un véritable acte fondateur du « grand renfermement », à l’égard des buveurs, qui sont mis au ban de la société, comme les voleurs, les criminels ou les mendiants et qui va durer jusqu’aux années 1930.

D’être un Tunisien, et un homme

Si Mohamed avait été une femme, il n’aurait peut-être pas été arrêté, ou surtout il n’aurait peut-être pas eu cette attitude. Dans la quasi totalité des cas, les personnes qui sont arrêtées sont des hommes, et lorsque ce n’est pas le cas, il s’agit de prostituées.

Mohammed a sans doute également comme souci de ne pas appartenir à une classe sociale particulièrement argentée. La répression coloniale est aussi une répression de classe, ce qui s’observe un peu plus pour les condamnations à la prison les plus sévères et un peu moins pour les simples arrestations pour ivresse publique.

Comme circonstance atténuante, Mohammed pourra dire qu’il n’a pas été arrêté un vendredi mais un mercredi et pas pendant le ramadan, le ramadan tombant en 1904 en novembre et en décembre, et moment proportionnellement de moindre acceptation de consommation publique d’alcool.

De s’être trouvé ivre dans un endroit stratégique de Tunis

J’entendais Romain Bertrand il y a quelques temps à l’Institut français dire que la colonisation c’est comme la circulation sanguine, avec pour cœur la capitale, et ensuite les artères vers les organes les plus importants, puis les veines les plus petites vers les territoires les plus périphériques.

Là le problème est que Mohammed se situe dans un lieu de pouvoir fort, la casbah qui est le cœur de la Médina, qui est le cœur de la ville de Tunis, qui est le cœur de la région du nord, la mieux contrôlée par les autorités étatique, qui est le cœur de la Tunisie.

Une carte des arrestations montre bien que ce qui est en jeu ce sont les endroits les plus contrôlés par l’autorité coloniale.

Est ce que le comportement de Mohammed est choquant pour les acteurs de l’époque ?

Au moment où Mohammed se fait arrêter, le sujet de l’alcoolisation publique intéresse peu l’administration

Une note rédigée par la Résidence générale 3 ans plus tôt, avait demandé à tous les contrôleurs civils de réagir face à l’augmentation de la consommation d’alcool. Durant les XVII-XVIIIe et XIXe siècle, Mohamed aurait pu faire partie de ces gens visés par les plaintes et les pétitions de notables, qui arrivaient régulièrement sur la table du Bey, à propos de ces ivrognes fréquentant de trop près les environs de la zitouna. Mais il y en a assez peu au début du XXe siècle.

Par un hasard du calendrier, l’arrestation de Mohammed intervient peu de temps après la création à Tunis, en mars 1902, de la Section tunisienne de la ligue française contre l’alcoolisme, une ligue, qui a d’abord pour fonction de servir de sociabilité commode à des élites francophiles.

Les intellectuels tunisiens n’ont pas encore été repris

Les exploits de Mohamed ne sont pas relayés par les journaux de l’époque, mais c’est normal, ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale, qu’il y aura 30 % de faits divers liés à l’ivresse publique dans le plus grand journal de l’époque la Dépêche tunisienne.

Au moment où Mohammed est arrêté ce 18 mai 1904, Habib Bourguiba a moins d’un an. Mohammed ne fait donc pas parti des cas d’étude dont Bourguiba parlera, 30 ans plus tard dans l’entre-deux-guerres dans le journal L’Action tunisienne, quand il regrettera la présence de plus en plus forte d’alcooliques à Tunis, signe selon lui des effets négatifs de la colonisation. En revanche, un autre nationaliste, Abdelaziz Thaalbi lui a 28 ans quand Mohamed se fait arrêter ce 18 mai 1904 en haut de la casbah. Des histoires comme celle de Mohammed inspireront fortement, au même titre que des personnes musulmanes comme Rachid Rida, la rhétorique sur la dégradation des mœurs au début du vingtième siècle, qui touche, selon lui, la colonie.

Comment la justice tunisienne gère-elle son cas ?

Une répression de réaction

La première des choses à observer avec Mohamed, est qu’il est arrêté à la suite d’une délation. C’est révélateur d’une situation coloniale, où la police ne fait que réagir aux plaintes, et qui sera pour le coup présente jusqu’à la fin du Protectorat, signe soit de l’absence de priorité que représente ce sujet pour la police, soit d’une gestion du manque de moyen.

Il est sans doute enfermé, comme au temps du Bey

L’archive n’indique pas la sanction décidée à l’encontre de Mohamed, mais on peut facilement la deviner. Si cela avait été la première fois, Mohamed aurait sans doute, comme au temps du Bey (ce qui prouve l’absence de politique coloniale en la matière), écopé d’une nuit au cachot, voire de quelques jours de prison.

Mais comme Mohamed avait déjà été pris sur le fait plusieurs fois, il est probable que la justice, par l’intermédiaire du contrôleur civil, décide de 3 mois d’emprisonnement à Tunis, selon une sanction qui ne sera jamais augmentée à la suite du Protectorat, ni dans sa forme ni dans le nombre de condamnations (il y a une plus forte répression après la Première Guerre mondiale, mais qui touche surtout les tribunaux de paix).

Peut-être, si la justice tunisienne a été particulièrement sévère, a t-elle décidé de l’expulsion et de l’ostracisme de Mohammed pendant 10 ans dans une ville éloignée du contrôle civil. Cette technique de répression semble être très utilisée à l’époque où Mohammed se fait arrêter, mais semble tomber en désuétude (en tout cas il y a moins de dossiers) par la suite.

Un temps où l’hôpital psychiatrique n’existe pas encore

Alors si Mohamed avait vécu quelques 30 ans plus tard, peut-être aurait il été enfermé dans un hôpital psychiatrique.

Progressivement, les alcooliques, comme les fous ne sont pas traités comme les pauvres ou les prostituées mais sont séparés d’eux.

En attendant Mohammed ne fait pas partie de ces 0,13 % des admis dans les hôpitaux classiques, 2 % dans les hôpitaux psychiatriques et 0,3 % des origines des décès dans les années 1930, prouvant la très faible prise en charge malgré tout de l’institution répressive hospitalière dans la Tunisie du Protectorat.

Conclusion

A bien des égards, et même si l’arrestation de Mohamed Ben Ismaïl el Kouaji a lieu en 1904, soit 25 ans après le début politique du Protectorat, elle se situe dans une période précoloniale :

  • L’alcoolonialisme de la Tunisie n’a pas encore eu lieu. On est encore loin des 14 litres de vin, des 7 litres de bière par habitant et par an que consomment les Tunisiens en moyenne à la fin du Protectorat, bien loin des scores de consommation 10 fois plus importants en France à la même époque. L’influence française dans les habitudes alimentaires n’est pas encore très forte.
  • Le sujet de l’alcool n’est pas encore très présent dans les médias et au sein de l’administration. La construction du problème social qu’est la consommation d’alcool des Tunisiens aux yeux d’une certaine élite est plus tardive, et se concentre sur une période allant de la Première Guerre mondiale au début des années 1930, montrant au passage que la séquence coloniale n’est pas une séquence uniforme dans la relation des acteurs aux autorités répressives.
  • Les paysages ruraux (par la vigne) tout comme les paysages urbains (par les débits de boissons) n’ont pas encore été durablement modifiés. Entre le moment où Mohamed est arrêté, en 1904 et l’apogée de la production de vigne, dans les années 1930, le nombre d’hectares consacrés passe de 10 000 à 50 000, dont 95 % concentrés autour de Bizerte, de Tunis et du Cap Bon.

    De même, entre 1904 et les années 1930, le nombre de débits de boissons en Tunisie est multiplié à peu près par deux, en passant d’environ 200 à environ 400.

    Pourtant,    Mohamed    Ben     Ismaïl el Kouaji est d’une certaine manière représentatif d’une certaine forme de colonisation

    1- Une colonisation par capilarité, où l’autorité de l’État se négocie selon l’acteur et le lieu

Où le fait d’être ivre ou de consommer de l’alcool est encore plus mal vu, quand l’on est Tunisien et quand l’on pratique cette activité dans la Médina, selon une rhétorique qui est déjà présente, mais qui sera théorisée bien des années plus tard, en 1937, lorsque une loi du 13 février interdira aux débits de se situer près des grands bâtiments publics.

2- Ensuite, représentatif des relations entre les colonies

 qui n’est pas un empire cohérent, mais où chaque colonie observe le comportement de sa voisine, et suit sa propre partition, en matière de répression d’alcool. Il n’y a pas d’unité impériale, pas de politiques communes. À l’intérieur de chaque pays, selon les échelles, les divergences d’intérêt relativisent la cohérence des politiques, et la cohérence de ce mouvement d’ensemble qu’est la colonisation.

3- Induit qu’un certain nombre de relations échappe à la grille de lecture colonialisante

Finalement, l’attitude de Mohamed, qu’a-t-elle de colonisé ? L’attitude des autorités qu’a-t-elle de coloniale ? Dans un autre contexte culturel, français par exemple, un homme déguisé en soldat napoléonien, qui au cœur de Paris, terroriserait les passants avec un sabre, se ferait réprimander de la même manière. Une partie de la société tunisienne échappe au prisme de la colonisation, une partie des acteurs peuvent agir et se mouvoir dans une société qu’il faudrait se garder de surcoloniser, et une partie de la Tunisie entre 1881 et 1956 échappe au paradigme colonial.

Nessim ZNAIEN

docteur en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Pour citer ce billet : Nessim Znaien, «Boire en Tunisie sous le Protectorat (1881-1956)», Le Carnet de l’IRMC, N° 20, juin-octobre 2017. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2168.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook

La domesticité coloniale en Algérie : la “fatma”, une “bonne de papier” “indigène” au XXe siècle

Photographie de l’auteure

Triste également que le type de femme le mieux connu, du moins le croit-on, soit celui de la Fathma ou femme de ménage, qui est justement une création du système colonial1.
Denise Brahimi.

La domesticité coloniale constitue un champ exploratoire émergent et prometteur de la discipline historique : l’ambition de l’étude des domestiques aux colonies est de renouveler la lecture du fait colonial en l’abordant sous l’angle de l’histoire sociale. Procédant à un croisement historiographique audacieux, l’histoire de la condition ancillaire en contexte colonial relève aussi d’une sensibilité marquée par le poids des représentations culturelles, en particulier littéraires. En Algérie pendant la période coloniale, au XXe siècle plus précisément, c’est la « fatma » qui s’affirme comme une figure majeure de la domesticité féminine « indigène ».

«“[D]omestique arabe“ […] “s’employant dans des familles européennes” » par définition, la « fatma » recouvre par extension « le sens générique de femme arabe » . La confusion polysémique qu’entretient le nom commun dans cette dernière acception en révèle les connotations négatives : l’appellation « fatma » désigne « dans le langage de l’époque, des bonnes à tout faire, ou encore des danseuses et des prostituées » 2.

Une esquisse de l’historiographie consacrée à la domesticité féminine « indigène » laisse entrevoir la place qu’elle occupe dans le récit de l’histoire des domestiques en Algérie coloniale.  Pour retracer la généalogie de la « fatma », les sources iconographiques et littéraires sont privilégiées dans le corpus d’analyse.

Une tradition historiographique en héritage : Maurice Borrmans, Caroline Brac de La Perrière

Le mémoire en psychologie sociale de l’islamologue Maurice Borrmans soutenu en 1955 à Alger est à la fois une source et un travail de référence précurseur en la matière : il y mène une étude portant sur La femme de ménage musulmane en service dans les familles européennes. L’enquête de type sociologique est principalement conduite à l’aide d’un questionnaire destiné aux intéressées et à leurs employeurs et employeuses. A noter que le seul exemplaire à ma connaissance est une version dactylographiée de son mémoire conservée à la Bibliothèque de recherche du Centre Diocésain des Glycines à Alger.

L’historienne Caroline Brac de La Perrière rappelle sa dette envers Borrmans dans sa thèse, première et unique thèse – en histoire sur la domesticité en Algérie, soutenue en 1985 sous la direction de l’historien Claude Liauzu . Sa thèse s’inscrit dans l’essor de l’histoire des femmes initiée par l’historienne Michelle Perrot. Pour la méthode, Brac de La Perrière a choisi de faire des entretiens composant ainsi un corpus historique de sources orales. En effet, le point de départ de sa recherche s’est vraisemblablement fixé sur Zohra Reziga, l’employée de maison familiale, dont la photographie en couverture et le texte de la dédicace – « A Zohra Reziga, “Madame Z. R. “, décédée à Hadjout le 8 mars 1985 » – dans la version publiée en 1987 de la thèse attestent de la portée de l’hommage rendu. La thèse de Brac de La Perrière porte néanmoins les stigmates d’une historiographie quelque peu datée : elle se focalise sur la domesticité féminine dite « musulmane » uniquement pendant la Guerre d’Algérie. Or, l’historiographie récente sur la domesticité coloniale permet d’envisager autrement ce sujet en décloisonnant l’approche: ne pas se réduire à la domesticité féminine et colonisée, ni restreindre la période de travail au seul conflit d’indépendance ou le lieu de recherche à la capitale.

« Dans certaines familles de la grande bourgeoisie française d’Algérie, on ne se donnait même pas la peine de retenir le prénom des  domestiques espagnoles comme ce sera souvent le cas par la suite avec les musulmanes dénommées le plus souvent “Fatma” ou “Zohra” » . Même si l’anonymisation des domestiques s’étend aux femmes « indigènes » après en avoir affectées d’autres, il apparaît progressivement que « la domination qu’implique ce rapport d’employeurs à employée est surdéterminée par la relation coloniale et la nomenclature raciale » . Ainsi Maurice Borrmans se désole-t-il dans son mémoire précité : « Et puis ces mots génériques dont on les affuble : “mauresque”, “Fatma”,… ne sont-ils pas empreints souvent, d’une nuance péjorative et d’un instinct de supériorité, quand il ne s’y glisse pas quelque racisme inconscient ? ».

Les usages du terme « fatma » illustrent la complexité du lien colonial entre « race » et classe dans le cas de la domesticité, en particulier lorsque « fatma » prend le sens d’une assignation. En effet, même si d’après Caroline Brac de la Perrière « le terme de Fatma faisait plus partie du folklore des Pieds-noirs entre eux qu’il n’était utilisé pour s’adresser [directement] aux Musulmanes » , « la maîtresse [de maison] appelle toujours la mauresque du logis : Fatma » .

Les caricatures coloniales, une source iconographique : la « fatma » moquée

Des sujets de dérision voire de satire sont caractéristiques du type de la « fatma » tels que la maladresse. Ce défaut est représenté dans la plaisanterie illustrée par le dessin du prête-nom Dratk-Oub : la scène de reproche à laquelle se livre la maîtresse de maison, tandis que « Fathma »  réclame une autre tâche à accomplir après avoir brisé la vaisselle, montre l’étendue du malentendu colonial. Le traitement burlesque voire grotesque dans cette plaisanterie traduit la racialisation dont est porteur le langage colonial. Cette blague à présent de mauvais goût est pourtant significative des traits saillants de l’humour colonial. L’usage récurrent du comique de situation ainsi que la parodie du discours de la « fatma », censée marquer une mauvaise maîtrise du français, mettent en relief aux yeux de l’analyste d’aujourd’hui l’incompréhension entre classes, source d’un véritable dialogue de sourds dans le contexte colonial.

Dans la presse coloniale, en particulier dans l’hebdomadaire l’Afrique du Nord illustrée, l’image de la « fatma » est la suivante: « La “Fatma” est assignée aux tâches domestiques au sein de la famille européenne. Il s’agit, le plus souvent, d’activités en relation avec l’hygiène du cadre de vie – dépoussiérer, balayer, faire le parterre – et le cas échéant d’un travail de cuisinière » . Ces caricatures du dessinateur Charles Brouty, bien connu de ses contemporains, s’insèrent dans un article de sa propre plume daté du 5 décembre 1931 : il y moque « la Fatma automate, assez bornée et voleuse » , « note typique » d’un certain humour dans les milieux européens de l’époque .

En réalité, la paupérisation s’accompagne d’une racialisation des femmes « indigènes », notamment des domestiques, destinée à masquer les tensions de classe qui résultent de la première. A cet égard, la romancière française Lucienne Favre figure une représentation littéraire rare de la domesticité féminine « indigène » qui tranche nettement avec les caricatures coloniales les plus répandues de la « fatma ».

Le roman colonial, une source littéraire : « Orientale 1930 » de Lucienne Favre

L’oeuvre de Lucienne Favre Orientale 1930 est l’unique roman à ma connaissance ayant pour sujet un récit de vie narré à la première personne d’une domestique « indigène », en l’occurrence celle de l’auteur prénommée de façon significative « Fathma ». En effet, le réalisme dont fait preuve la romancière Lucienne Favre dans Orientale 1930 dément l’exclusivité d’un paradigme orientaliste sans nuance l’année du Centenaire de la colonisation algérienne (1830-1930). En s’attachant à « peindre [le sort d’]une « pauvresse », comme dit Fathma » , le portrait que dresse Lucienne Favre ne cède « ni à l’orientalisme à paillettes, ni au misérabilisme et à la commisération » . Fathma apparaît donc comme un témoin historique lorsqu’elle dit « rencontre[r] chaque matin [en descendant de la Casbah] à peu près les mêmes personnes » parmi lesquelles « les mauresques qui, comme moi, ont des patrons dans la ville française ». Le propos de Fathma confirme la tonalité résolument lucide que Lucienne Favre choisit d’adopter.

Plus encore, d’après la spécialiste de littérature coloniale Lucienne Martini, c’est le « parti-pris autobiographique » qu’emprunte Lucienne Favre qui permet d’espérer approcher le point de vue de la narratrice. Ainsi de l’« histoire de [la] jeunesse » de Fathma apprend-t-on que sa « mère voulait [la] placer comme servante chez des Français riches de Birkadem [commune de la banlieue d’Alger] », ce à quoi son père s’oppose de manière virulente. Mais ce qui ressort de ce refus, ce ne sont pas tant le traditionalisme patriarcal ni le conservatisme religieux exprimés par le père que la « régression d’une génération ». Denise Brahimi, une autre spécialiste de littérature coloniale, remarque que « Fathma elle-même est fille d’un petit propriétaire de Birkadem, ce qui aurait dû lui permettre d’être autre chose qu’une “mesquine”, c’est-à-dire une pauvre ». Pourtant, le paupérisme recrudescent dès les lendemains de la Première Guerre Mondiale suivie de la crise économique de 1929 va la contraindre à devenir domestique : comme elle le dit, « [d]epuis que je suis devenue vieille et laide (c’est après la naissance de ma deuxième fille que j’ai perdu mes belles dents) je fais le ménage des autres ».

À tel point d’ailleurs que si Fathma n’écrit pas son propre témoignage, c’est d’abord parce que l’idée en revient à la « femme de Monsieur Chalon », c’est-àdire à sa patronne soit l’auteur, mais aussi parce qu’elle est illettrée . Cependant, il ne faudrait pas s’y méprendre, même si le projet littéraire entrepris par Lucienne Favre – comme d’autres romancières coloniales de son temps – dénote une certaine ambiguïté quant au choix de la narratrice et plus généralement du sujet traité, c’est bien elle l’auteur. Malgré tout finalement, « la présence de Fathma, qui paraît d’abord si conventionnelle, et si limitée, s’impose comme la vie même, avec le naturel du quotidien » .

Si les domesticités fourmillent, la figure prépondérante de la « fatma » domine de manière flagrante. Et plus généralement, la domesticité féminine « indigène » est la plus représentée dans les sources, bien que d’abord timidement présente à son entrée en concurrence relativement tardive sur le marché de la domesticité au tout début du XXe siècle en Algérie. Le phénomène de la « fatma » ne prend de l’ampleur pour ne culminer que dans les années 1930 dans tout le Maghreb colonial. En définitive, la méfiance s’installe visiblement comme un réflexe colonial, plus ou moins justifié, et se cristallise sous la forme d’une attention croissante au recrutement des « fatmas ». Le danger social de la domesticité coloniale est avant tout la manifestation de la crainte d’intimités perçues comme hautement périlleuses. Selon la célèbre formule de l’historien Louis Chevalier à propos des ouvriers parisiens au XIXe siècle, « classes laborieuses » riment avec « classes dangereuses » . Ajoutons aussi avec « races » dangereuses.

1 Marianne Béraud, « De Photis (Apulée) et Caenis (Vespasien) à Célestine (Octave Mirbeau) et Laura (Christian Oster). Micro-histoire ancillaire ou histoire totale des bonnes dans le millefeuille historiographique? », Domestiques et Domesticités. Servir un maître de l’Antiquité à nos jours, Journée d’étude jeunes chercheurs, Université Grenoble Alpes – LUHCIE/LARHRA, 25 Mars 2016.

2 Denise Brahimi, Femmes arabes et soeurs musulmanes, Paris, Tierce, 1984, p. 10. Le postulat avancé par Brahimi est discuté dans la communication suivante : Nassima Mekaoui, « La “fatma”, “création du système colonial”? Généalogie d’une figure de la domesticité féminine “indigène“ en Algérie (années 1900- 1962) », Domestiques et Domesticités. Servir un maître de l’Antiquité à nos jours, Journée d’étude jeunes chercheurs, Université Grenoble Alpes- LUHCIE/LARHRA, 25 Mars 2016, 13 p.

Nassima MEKAOUI

est doctorante à l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) et boursière d’aide à la mobilité de l’IRMC.
Contact : nassima.mekaoui@hotmail.fr

Pour citer ce billet : Nassima Mekaoui, « La domesticité coloniale en Algérie : la “fatma”, une “bonne de papier” “indigène” au XXe siècle», Le Carnet de l’IRMC, N° 18,  septembre-décembre 2016. [En ligne] http://irmc.hypotheses.org/2010.

irmc

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebook